Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage. Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage. Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales"

Transcription

1 Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales Version août 2015

2 1. UNE GESTION DE CRISE COLLECTIVE ET COORDONNEE EN CAS D ACTIVATION DU PLAN DE DELESTAGE I. INTRODUCTION Ce document a été créé à partir d une réflexion commune entre le Centre de Crise et les services de planification d urgence des. Le présent document a pour objectif de: 1) préciser la répartition des responsabilités entre les autorités de coordination concernées (à savoir les, les bourgmestres et le Centre de Crise national); 2) proposer plusieurs mesures génériques visant à assurer la cohérence de la gestion de crise qui pourraient être mises en œuvre en cas de délestage annoncé dans les zones touchées. Ce plan d action commun a pour objet d aider les acteurs concernés à organiser de manière coordonnée la planification d urgence de la façon la plus efficace possible. II. PRINCIPES GENERAUX L étendue géographique et l ampleur des conséquences socio-économiques d une activation du plan de délestage rendent la gestion à un niveau central de tous les aspects de la situation de crise inefficace. Une grande autonomie et une proactivité en matière de sécurité de chaque niveau de pouvoir sera par conséquent nécessaire lors de la gestion d une telle situation de crise. Afin de pouvoir répondre rapidement aux situations locales et de mobiliser les moyens nécessaires pour la gestion de ces situations, il sera indispensable que les et les bourgmestres gèrent les conséquences locales d une pénurie d électricité. Nonobstant la nécessité d une grande autonomie et proactivité en matière de gestion de crise au niveau local, un certain nombre de décisions doit être pris et coordonné au niveau national pour assurer qu une activation du plan de délestage préalablement annoncée soit adéquatement gérée. Conformément à la gestion fédérale du risque de pénurie d électricité et la stratégie de communication qui s y rapporte, et conformément à la procédure en cas de pénurie, la phase fédérale sera en premier lieu déclenchée lors de l activation préalablement annoncée du plan de délestage. Après une analyse de la situation sur le terrain et des besoins, le ministre pourra, en concertation avec les, décider que dans un second temps ou lors d un prochain délestage la gestion de crise soit organisée à partir de la phase provinciale. III. REPARTITION DES RESPONSABILITES 2.1 La structure fédérale de gestion de crise (réunie au centre de crise) En tant qu autorité gestionnaire, cette structure fédérale se chargera d effectuer les missions suivantes : Evaluer la situation électrique nationale et déterminer la stratégie nationale en matière d électricité (mesures de restriction de la demande, stratégie de rotation, ); Déterminer la stratégie de communication et coordonner son exécution; Assurer le suivi du fonctionnement de la Défense, la Protection civile et la police fédérale et, en concertation avec les, déterminer les priorités de leurs engagements ; 2

3 Assurer le suivi du fonctionnement des centres 100/101/112 et, si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir leur fonctionnement. Assurer le suivi du fonctionnement d Astrid, et si nécessaire, prendre des mesures axées sur la garantie de son fonctionnement (en fonction de l information disponible) ; Assurer le suivi du fonctionnement des réseaux réguliers de télécommunication belges, et si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir son fonctionnement (en fonction de l information disponible). Assurer le suivi du fonctionnement du trafic ferroviaire et aérien et, si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir la sécurité des infrastructures et des utilisateurs (en fonction de l information disponible); Veiller, le cas échéant, à une harmonisation au niveau international. Le Centre de Crise national informera, en fonction de l information disponible, de manière proactive les de la situation concernant les domaines susmentionnés, et le cas échéant, de l évolution escomptée et la stratégie menée. Outre cette information proactive communiquée par le Centre de Crise national, les pourront s adresser à tout moment pendant la gestion de crise au Centre de Crise national pour : 1. Obtenir une information supplémentaire relative aux secteurs ou services mentionnés; 2. Les demandes de soutien / mesures des secteurs ou services mentionnés. 2.2 Les autorités locales Principe d autonomie locale Afin de pouvoir répondre rapidement aux situations locales et mobiliser les moyens nécessaires à la gestion de ces situations, il sera indispensable que les et les bourgmestres gèrent les conséquences locales en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique. Dans le choix et la mise en œuvre de leurs décisions et mesures, les bourgmestres et les doivent s assurer que ces décisions et mesures : Ne concernent que des situations ayant un caractère purement local au niveau de leur cause, leur localisation et leurs conséquences (respectivement les frontières communales et provinciales) ; N aillent pas à l encontre des décisions prises par le niveau de gestion supérieur (respectivement le gouverneur et la cellule de gestion) ni de la stratégie générale de la cellule de gestion ; Ne concernent pas des mesures désignées par le niveau de gestion supérieur comme devant encore faire l objet d une décision du niveau de gestion supérieur. N impliquent pas l utilisation de moyens et services autres que ceux mis à la disposition du bourgmestre dans sa commune ou du gouverneur dans sa province, à moins qu il en soit explicitement décidé autrement dans la cellule de gestion Le gouverneur Lors d une gestion fédérale d une activation préalablement annoncée du plan de délestage, les missions du gouverneur peuvent, de manière générale et non exhaustive, être formulées comme suit : Analyser l impact de la politique fédérale en matière d énergie menée sur leur propre territoire (ex. zones impactées lors de l activation d une tranche du plan de délestage) Suivre, sur son propre territoire, l impact du délestage sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste non-exhaustive) : 3

4 - Les prisons et les centres d accueil fermés ; - Les cours d eau et les ouvrages d art ; - Les principaux systèmes d évacuation des eaux (risque d inondation) ; - Le fonctionnement des systèmes d égouts et des installations d épuration des eaux (au niveau de la province) ; - Approvisionnement en eau potable au sein de la province (au niveau de la province); - Les éléments routiers régionaux cruciaux (ex. tunnels d autoroutes, ). - Les entreprises Seveso Si nécessaire, convenir de mesures visant à 1 : 1. organiser la gestion de crise au niveau provincial et à engager les moyens disponibles 2 2. préserver dans la mesure du possible l ordre public, la sécurité civile et la santé publique. Coordonner et suivre l exécution des mesures (décidées par le Centre de Crise national ou le gouverneur). Sur base des informations disponibles et reçues par le gouverneur, informer les bourgmestres : - de la situation électrique et son impact sur les institutions et infrastructures vitales - des décisions prises par le Centre de crise national et le gouverneur - de la stratégie de communication utilisée Informer le Centre de Crise national : - de la situation sur son territoire en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique et de son évolution ; - des mesures mises en œuvre sur initiative ou sur demande du Centre de crise national ; - le cas échéant, des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ces mesures ; Adresser au Centre de crise national les demandes de renfort en personnel et en moyens sur son territoire. Ces demandes peuvent concerner tant des moyens et services publics (Défense, Police Fédérale, Protection civile, SPF Mobilité et transports, ) que des demandes de réquisitions. User des moyens et canaux propres pour l exécution de la stratégie de communication commune Le bourgmestre Lors d une gestion fédérale d une activation préalablement annoncée du plan de délestage, les missions du bourgmestre peuvent, de manière générale et non exhaustive, être formulées comme suit : Analyser, au niveau de son territoire, la situation en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique et suivre son évolution ; Suivre, sur son propre territoire, l impact du délestage sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste non-exhaustive) : - les établissements de soins de santé - l approvisionnement en eau potable (au niveau de la commune) - les égouts (au niveau de la commune) - les pompes d épuisement des zones sensibles aux inondations (au niveau de la commune); Si nécessaire, convenir de mesures visant à : 1. organiser la gestion de crise au niveau communal et à engager les moyens disponibles 3 1 En tenant compte du critère détaillé au point de présent document. 2 La détermination des priorités lors de l engagement des moyens de la Défense et de la Protection civile se fait en concertation avec le Centre de Crise national et en fonction des demandes des autres concernés. 3 La détermination des priorités lors de l engagement des moyens de la Défense et de la Protection civile se fait en concertation avec le Centre de Crise national et en fonction des demandes des autres concernés. 4

5 2. préserver dans la mesure du possible l ordre public, la sécurité civile et la santé publique. Mettre en œuvre les mesures de protection (décidées par le Centre de crise national, le gouverneur ou le bourgmestre) pour la population et/ou nécessaires pour assurer la continuité de services essentiels. Coordonner et suivre l exécution des mesures (décidées par le Centre de Crise national ou le gouverneur). Sur base des informations disponibles et reçues, informer le gouverneur : - de la situation sur son territoire en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique et de son évolution ; - du fonctionnement du centre de crise communal ; - de l impact du délestage sur le fonctionnement d institutions et infrastructures locales vitales ; - des mesures mises en œuvre sur initiative ou sur demande du gouverneur ; Adresser au gouverneur les demandes de renfort en personnel et en moyens sur son territoire. Ces demandes peuvent concerner tant des moyens et services publics (Défense, Police Fédérale, Protection civile, SPF Mobilité et transports, ) que des demandes de réquisitions. User des moyens et canaux propres pour l exécution de la stratégie de communication commune. 5

6 I. LES MESURES DE GESTION COMMUNES ENVISAGEES LORS D UN DELESTAGE ANNONCE SUITE A UNE PENURIE EN ELECTRICITE 1. Préalablement à l activation du plan de délestage Mesure Description Quand Coordinateur Organisateur de l exécution Informer les : De la situation et l évolution du système électrique belge (en fonction de l information disponible) Des mesures d énergie qui sont d application, y compris la tranche qui sera probablement délestée, le moment où le délestage aura lieu et la durée probable de celui-ci; De la stratégie de communication d application, y compris les initiatives de communication qui ont déjà été entreprises et les initiatives qui sont prévues; De la politique de gestion en matière de trafic ferroviaire avant et pendant le délestage (en fonction de l information disponible) Des dispositions que prend le Centre de Crise national pour assurer la coordination fédérale et le suivi (ex. partenaires qui sont invités, déterminer à quel moment aura lieu la vidéoconférence avec les, etc.). En continu après la concertation de crise entre le Ministre de l Energie, le Ministre de l Economie, le Ministre de l Intérieur, la DG Energie, la DGCC et Elia organisée suite à la notification formelle d Elia d une menace de pénurie Centre de Crise national Centre de Crise national 6

7 Veiller à l opérationnalité des centres de crise communaux et provinciaux Les bourgmestres et s assurent de pouvoir disposer d un centre de crise fonctionnel (propre centre de crise, back-up caserne de pompiers, centre de crise dans une commune voisine non délestée ). Ceci implique: Qu ils disposent d une salle de réunion équipée d électricité (par ex. via un générateur de secours) Que tout le matériel de télécommunication nécessaire soit branché à ce générateur (switchs, routers, serveurs, téléphones, ) Que la salle puisse être chauffée Que les données nécessaires y soient disponibles (soit sous format digital, soit sous format papier) Que le personnel puisse être présent Le gouverneur veille à ce que les bourgmestres assurent l opérationnalité de leurs centres de crise communaux. Cela peut être organisé en fonction des spécificités de chaque province. Dans la phase de planification d urgence et à revérifier dès la notification suite à la notification formelle d Elia d une menace de pénurie & Bourgmestres Si l option d ouvrir un centre de crise dans une commune voisine non délestée est retenue, il est nécessaire que les bourgmestres concernés se soient au préalable mis d accord. Si un bourgmestre ou un gouverneur prévoit d ouvrir un centre de crise dans un autre endroit que celui prévu dans le PGUI, il faut en informer le gouverneur (en ce qui concerne les bourgmestres) et le Centre de Crise national. Il faut en outre indiquer comment ce CC peut être contacté. 7

8 La communication entre respectivement le CGCCR et les et les et les bourgmestres et/ou les comités de coordination communaux va se dérouler selon l ordre suivant et fonction de leur disponibilité : Moyens de télécommunication classiques (téléphone fixe, GSM, mail, ) Videoconference Regetel Astrid Dès l activation de la cellule de gestion, le canal Astrid MCCFED sera activé au niveau du Centre de crise fédéral et des comités de coordination des provinces, pour pouvoir l utiliser en cas d indisponibilité des moyens de télécommunication classiques, la vidéoconférence et Regetel. Les prévoient des procédures de communication similaires via Astrid pour l organisation de leur communication avec les bourgmestres et/ou les comités de coordination communaux dans les zones touchées. Avoir de bons canaux de communication entre respectivement le CGCCR et les et les et les bourgmestres et/ou les comités de coordination communaux est essentiel pendant la gestion d une situation d urgence. Pendant l activation du plan de délestage, le risque existe que les moyens de télécommunication classiques soient perturbés. Un aperçu globale de la capacité des différentes moyens de télécommunication en case d une activation du plan de délestage est disponible dans l analyse socio-économique du Centre de crise ASTRID a une plus longue autonomie que le réseau GSM. Selon l analyse d impact réalisée par Astrid, le service Radio, le service Paging (uniquement SDS to Page), le service Call-talking (si les appels 101/ sont reçus) et le service Dispatching fonctionneront pendant minimum 8h sans courant. Astrid permet aux d entretenir des communications bilatérales mais aussi d envoyer simultanément un message à tous les bourgmestres. L utilisation d ASTRID nécessite de l exercice. Il est donc demandé aux de tester cette procédure à l avance avec les bourgmestres / fonctionnaires de planification d urgence. Dans la phase de planification d urgence et à revérifier dès notification formelle d Elia d une menace de pénurie & Bourgmestres 8

9 Veiller à l opérationnalité des disciplines Les disciplines prennent les mesures logistiques et organisationnelles nécessaires pour assurer le maintien de leur propre fonctionnement et l exécution des missions qui leur sont confiées pendant la situation d urgence: Si d application, activation du business continuity plan Charger les GSM et les appareils Astrid; Remplir les réservoirs d essence des véhicules de service; Si nécessaire, ouvrir préventivement les portes de garage ou préparer leur ouverture manuelle Rappeler éventuellement du personnel; Contrôler les groupes de discussion; Contrôler et préparer le matériel spécifique (ex. Générateurs de secours) ; Tester la communication Astrid avec les bourgmestres/ fonctionnaire planification d urgence. Dès la notification formelle d Elia d une menace de pénurie. Centre de Crise national & bourgmestres & disciplines au niveau fédéral. Les disciplines Donner un feedback au CGCCR en ce qui concerne l opérationnalité des centres de crise communaux et provinciaux et des disciplines, en fonction du temps disponible, au plus tard une heure avant l activation du plan de délestage Sur base notamment de l information récoltée auprès des bourgmestres concernés, le gouverneur dresse un état des lieux des préparatifs qui ont été réalisés en vue de la future activation du plan de délestage et le fait parvenir au Centre de Crise. Le plus rapidement possible dès notification formelle d Elia d une menace de pénurie. & bourgmestres 9

10 2. Lors de la gestion de crise (les instructions relatives à ces mesures peuvent néanmoins être données au préalable) Mesure Description Coordinateur Organisateur de l exécution Au minimum, les bourgmestres dont le territoire est entièrement impacté par le délestage d une tranche du plan de délestage, prévoient la mise en place d au moins un centre d information et d accueil répondant aux critères suivants : Des informations y sont disponibles sur la situation d urgence Les services de secours y sont joignables Préalablement au délestage, les bourgmestres informent leurs citoyens de la localisation du centre d information et d accueil La plupart des citoyens pourront rester pendant l interruption de l approvisionnement en électricité chez eux. Certains individus vulnérables auront toutefois besoin davantage d accompagnement et d encadrement, ce qui peut leur être proposé en prévoyant un endroit (sur le territoire de leur commune ou dans une commune voisine non délestée) où ils peuvent obtenir plus d informations sur la situation, et éventuellement recevoir une tasse de café et avoir quelqu un à leur écoute. Si l option d ouvrir un centre d information et d accueil dans une commune voisine non délestée est retenue, il est nécessaire que les bourgmestres concernés se soient au préalable mis d accord. bourgmestres Dans les zones touchées, il faut veiller à ce qu après l indisponibilité des moyens de télécommunication classiques (téléphonie fixe et mobile), des possibilités soient offertes aux citoyens de contacter les services de secours. Selon l analyse d impact réalisée par le secteur des télécommunications, la téléphonie fixe sera en cas de délestage directement indisponible (mis à part les téléphones avec fil de cuivre classique qui fonctionneraient pendant 4h) et les téléphones mobiles auraient une autonomie d environ 2h. Un aperçu global de la capacité des différentes moyens de télécommunication en cas d activation du plan de délestage est disponible dans l analyse socio-économique du Centre de crise bourgmestres 10

11 Pour contacter les services de secours, les citoyens dans le besoin peuvent être dirigés vers les institutions où des services d intervention sont déjà présents comme par les casernes de pompiers et les commissariats de police. Là où il n y a pas suffisamment de possibilités offertes aux citoyens pour contacter les services de secours (inexistence ou nombre restreint de ce types d institutions), un ou plusieurs points de contact doivent être ouverts. Les bourgmestres veillent à informer leurs citoyens des endroits où ces derniers peuvent se rendre pour contacter les services de secours. Patrouille accrue de D3 dans les zones touchées avec attention spécifiquement dirigée vers l ordre public, les établissements sensibles à la criminalité (tribunaux, établissement financiers, ), les quartiers sensibles et les lieux qui font déjà l objet de mesures de protection du Centre de Crise L interruption de l approvisionnement en électricité provoque une panne de l éclairage public dans les zones impactées. Cela peut perturber le fonctionnement des systèmes d alerte, etc. Surtout si celle-ci est annoncée à l avance, cette situation peut créer un risque accru de criminalité et une perturbation de l ordre public. Une vigilance générale accrue de la police dans les quartiers et communes touchés doit préventivement lutter contre ce genre de comportements négatifs et rassurer les citoyens inquiets. bourgmestres Etablir une image au niveau de la cellule de coordination communale de l impact sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste nonexhaustive) : Les établissements de soins de santé L approvisionnement en eau potable (au niveau de la commune) Vu le nombre de variables (date et heure et ampleur de l interruption, conditions météorologiques existantes, modèle de consommation, démarrage du générateur de secours, ), il est impossible de déterminer lors de la planification d urgence, l impact précis d une coupure d électricité sur tous les établissements et secteurs. Pour pouvoir toutefois si nécessaire réagir rapidement aux situations, il est important que le bourgmestre puisse détecter rapidement d éventuels problèmes. La collecte d information relative à l impact d un secteur ou d une bourgmestres 11

12 Les égouts (au niveau des communes) Les pompes d épuisement des zones sensibles aux inondations (au niveau des communes) infrastructure déterminée peut être organisée lors de la gestion de crise de manière active (le responsable va activement interroger les acteurs concernés) ou passive (le responsable se met d accord avec les acteurs concernés pour qu ils l informent en cas de problème). Si nécessaire, prendre pour ces institutions et infrastructures des mesures visant le maintien de la sécurité civile et de la santé publique. Informer le gouverneur des problèmes détectés et des mesures prises en la matière. Via l analyse d impact socio-économique le Centre de crise met à disposition des bourgmestres, par l intermédiaire des Gouverneurs, les informations qu il a pu récolter lors de la phase de la planification d urgence quant à l impact d un délestage sur plusieurs secteurs socio-économiques et les mesures préventives et réactives envisagées pour ces secteurs par les autorités publiques compétentes ou les secteurs eux-mêmes. Etablir au niveau de la cellule de coordination provinciale une image de l impact sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste non-exhaustive) : Les prisons et les centres d accueil fermés Les cours d eau et les ouvrages d art Importants systèmes d évacuation des eaux (risque d inondation) Fonctionnement des système d égouts et des installations d épuration des eaux (au niveau des provinces) Approvisionnement en eau potable (au niveau de la province) Éléments routiers régionaux cruciaux (ex tunnels d autoroutes, ) Les entreprises Seveso Si nécessaire pour ces établissements des mesures visant le maintien de la sécurité civile, l ordre public et/ou la santé publique. L exécution de ces mesures peut être réalisée par les bourgmestres. Vu le nombre de variables (date et heure et ampleur de la panne, conditions météorologiques existantes, modèle de consommation, démarrage du générateur de secours, ), il est impossible de déterminer lors de la planification d urgence, l impact précis d une coupure d électricité sur tous les établissements, infrastructures et secteurs. Pour pouvoir toutefois si nécessaire réagir rapidement aux situations, il est important que le gouverneur puisse détecter rapidement d éventuels problèmes. La collecte d information relative à l impact d un secteur ou d une infrastructure déterminée peut être organisée lors de la gestion de crise de manière active (le responsable va activement interroger les acteurs concernés) ou passive (le responsable se met d accord avec les acteurs concernés pour qu ils l informent en cas de problème). Via l analyse d impact socio-économique, le Centre de crise met à disposition des Gouverneurs, les informations qu il a pu récolter lors de la phase de la planification d urgence quant à l impact d un délestage sur plusieurs secteurs socio-économiques et les mesures préventives et réactives envisagées pour ces secteurs par les autorités publiques compétentes ou les secteurs eux-mêmes. Informer le Centre de Crise des problèmes 12

13 détectés et des mesures prises en la matière. La structure fédérale de crise informe les, en fonction de l information disponible, de: La situation et l évolution du système électrique belge L état des lieux des mesures d énergie en vigueur, y compris la tranche qui est délestée et la durée probable du délestage; La stratégie de communication en vigueur, y compris les initiatives de communication qui ont déjà été entreprises et les initiatives qui sont prévues; L engagement, et la gestion des moyens de la Défense, la Protection civile, et la Police fédérale; La situation relative au fonctionnement des centres 100/101/112 et si d application, des mesures prises en la matière; La situation relative au fonctionnement d Astrid et si d application, des mesures prises en la matière; Centre de Crise national Centre de Crise national La situation relative au fonctionnement des réseaux réguliers de télécommunication belges, et si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir son fonctionnement La situation relative au fonctionnement de la circulation ferroviaire et trafic aérien et si d application, des mesures prises en la matière; 13

14 Si d application, les initiatives entreprises par le Centre de Crise national au niveau international Réalisation de la stratégie de communication Centre de Crise national Centre de Crise national bourgmestres 14

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Introduction à la gestion de crise en cas d inondation

Introduction à la gestion de crise en cas d inondation Introduction à la gestion de crise en cas d inondation Ir Paul DEWIL, Directeur-Coordinateur Charles REGNIER, attaché Centre Régional de Crise de Wallonie (CRC-W) http://environnement.wallonie.be/inondations

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE METHODOLOGIE D ELABORATION Reproduction interdite sans autorisation préalable Cette méthodologie d élaboration a été développée par l qui est une Association de Loi 1901 dont

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Rapport d activités 2011 du SPF Intérieur. Au service du citoyen, le Centre de Crise reste en permanence vigilant.

Rapport d activités 2011 du SPF Intérieur. Au service du citoyen, le Centre de Crise reste en permanence vigilant. Rapport d activités 2011 du SPF Intérieur Au service du citoyen, le Centre de Crise reste en permanence vigilant. 34 Centre de Crise Direction générale Centre de Crise La sécurité du citoyen est au cœur

Plus en détail

Présentation Résultats de l Exercice Transnational de Gestion de Crise AMICE

Présentation Résultats de l Exercice Transnational de Gestion de Crise AMICE CRC-W Présentation Résultats de l Exercice Transnational de Gestion de Crise AMICE Ir Paul Dewil Directeur Coordinateur du Centre Régional de Crise de Wallonie (CRC-W) 1 PLAN DE L EXPOSÉ 1. Rappel de l

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

Communiquer sur les risques. Informer préventivement la population sur les risques et les bons comportements à adopter.

Communiquer sur les risques. Informer préventivement la population sur les risques et les bons comportements à adopter. Communiquer sur les risques Informer préventivement la population sur les risques et les bons comportements à adopter. Table de matières 1 Introduction 2 Que signifie communiquer sur les risques? 2.1 Une

Plus en détail

Mise en place d un business continuity planning

Mise en place d un business continuity planning Mise en place d un business continuity planning Préparation à l émergence d une pandémie de grippe C:\Documents and Settings\arpccgrs\My Documents\BCP checklist_fr.doc Table des matières Mise en place

Plus en détail

La Communication de crise sur le terrain Organisation de la discipline 5 sur le terrain d une situation d urgence : de l alerte et à l information de

La Communication de crise sur le terrain Organisation de la discipline 5 sur le terrain d une situation d urgence : de l alerte et à l information de La Communication de crise sur le terrain Organisation de la discipline 5 sur le terrain d une situation d urgence : de l alerte et à l information de la population directement concernée, en passant par

Plus en détail

Conseiller et soutenir l autorité administrative lors d une situation d urgence

Conseiller et soutenir l autorité administrative lors d une situation d urgence Les rendez-vous de la planification d'urgence, 7 mai 2015 Conseiller et soutenir l autorité administrative lors d une situation d urgence Patrice VANBRABANT Fonctionnaire PlanU Commune d Engis patrice.vanbrabant@engis.be

Plus en détail

Mise en place d un business continuity planning : préparation à l émergence d une pandémie de grippe

Mise en place d un business continuity planning : préparation à l émergence d une pandémie de grippe Mise en place d un business continuity planning : préparation à l émergence d une pandémie de grippe Direction Générale Centre de Crise - Planification d Urgence SPF Affaires Intérieures Commissariat Interministériel

Plus en détail

Plan d actions en cas de délestage électrique. Destinataires de la circulaire

Plan d actions en cas de délestage électrique. Destinataires de la circulaire Circulaire n 5066 du 18/11/2014 Plan d actions en cas de délestage électrique Réseaux et niveaux concernés Fédération Bruxelles Wallonie- Libre subventionné libre confessionnel Libre non confessionnel

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 2

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 2 Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 2 P.1 COMMENT RETIRER DES LEÇONS CONCRÈTES POUR MA COMMUNE SUITE AUX RETOURS D'EXPÉRIENCE ENTENDUS LE MATIN? QUESTION 1: QUELLES LEÇONS TIRER DE L EXPÉRIENCE DE

Plus en détail

Sécurité et innovations au service du citoyen

Sécurité et innovations au service du citoyen Sécurité et innovations au service du citoyen Le Service public fédéral Intérieur met tout en œuvre pour renforcer la sécurité du citoyen. Par le biais de nombreuses actions et innovations, le SPF entend

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Planification d urgence Secours en situation de catastrophe

Planification d urgence Secours en situation de catastrophe 11 Planification d urgence Secours en situation de catastrophe CONTENU : 11.1 Introduction 11.3 11.2 Objectifs 11.3 11.3 Législation 11.3 11.4 Les cinq disciplines 11.4 11.5 Discipline 2: l aide médicale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer Guide d utilisation pour une alerte et information optimale Table des matières BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer 1 1 PREAMBULE 3 2 Un cadre d utilisation précis

Plus en détail

CHAPITRE VI : DESSERTE, MOYENS DE COMMUNICATION ET D APPROVISIONNEMENT À LANGEAIS EN CAS D INONDATION

CHAPITRE VI : DESSERTE, MOYENS DE COMMUNICATION ET D APPROVISIONNEMENT À LANGEAIS EN CAS D INONDATION CHAPITRE VI : DESSERTE, MOYENS DE COMMUNICATION ET D APPROVISIONNEMENT À LANGEAIS EN CAS D INONDATION Page 127 sur 133 I. LA DESSERTE DE LANGEAIS En cas d inondation majeure de la commune par ses rivières

Plus en détail

CONCLUSIONS (p 119 121)

CONCLUSIONS (p 119 121) Traduction d extraits (conclusions et table des matières) du document Rapport globale overstromingen 2010, mei 2011, Coördinatie Commissie Integraal Waterbeleid - www.ciwvlaanderen.be Réalisé dans le cadre

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION SUR L ENTREPRISE 5N PLUS ANCIENNEMENT SIDECH

RÉUNION D INFORMATION SUR L ENTREPRISE 5N PLUS ANCIENNEMENT SIDECH RÉUNION D INFORMATION SUR L ENTREPRISE 5N PLUS ANCIENNEMENT SIDECH Le mercredi 22 mai 2013, une séance d information à la population s est tenue dans la salle du Conseil de l Administration communale.

Plus en détail

Centre de Crise. Rapport d activités I 2007

Centre de Crise. Rapport d activités I 2007 Centre de Crise Rapport d activités I 2007 Le présent rapport d activités est une réalisation des collaborateurs de la Direction Générale Centre de Crise. Le rapport est également disponible en néerlandais

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre?

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? En ce qui concerne le champ d application de la loi : Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? La commune n est pas obligée

Plus en détail

«TOTAL RISK MANAGEMENT»

«TOTAL RISK MANAGEMENT» L IMPLEMENTATION DU «TOTAL RISK MANAGEMENT» AU SEIN D UN MILIEU PORTUAIRE Le port: une position stratégique Anvers - 5h - Bruxelles 24-24h 4500 T Bruxelles - 1350T- Dunquerke Bruxelles - 1350T- Charleroi

Plus en détail

INFRABEL ET LA GESTION DE CRISE

INFRABEL ET LA GESTION DE CRISE INFRABEL ET LA GESTION DE CRISE 13 januari 2010 Novembre 2010 Plan de l exposé 1. Qui est Infrabel? 2. Infrabel se prépare à la crise 2.1. Plan Interne d Urgence d Infrabel 2.1.1. Base légale 2.1.2. Organisation

Plus en détail

LISTE TO DO MAISONS DE REPOS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES HABITATIONS PROTÉGÉES PÉNURIE D ÉNERGIE PLAN DE DÉLESTAGE VERSION 18.11.

LISTE TO DO MAISONS DE REPOS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES HABITATIONS PROTÉGÉES PÉNURIE D ÉNERGIE PLAN DE DÉLESTAGE VERSION 18.11. LISTE TO DO MAISONS DE REPOS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES HABITATIONS PROTÉGÉES PÉNURIE D ÉNERGIE PLAN DE DÉLESTAGE VERSION 18.11.2014 Elaboré en néerlandais par Zorgnet leungchopan - Fotolia.com Approuvé

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT I PLANZER I 2010 BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT Notre plan C pour situations d'urgence et de crise La sécurité n'est pas une valeur absolue. Une gestion de risque peut éventuellement

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

Conventions de prestations (CP) entre gestionnaires d infrastructure ferroviaire et cantons conformément à l art. 32a de la loi sur les chemins de fer

Conventions de prestations (CP) entre gestionnaires d infrastructure ferroviaire et cantons conformément à l art. 32a de la loi sur les chemins de fer Conventions de prestations (CP) entre gestionnaires d infrastructure ferroviaire et cantons conformément à l art. 32a de la loi sur les chemins de fer Dispositions générales Version 0.5, juillet 2012 Table

Plus en détail

Cette réflexion peut s inscrire dans une démarche globale d éducation à la citoyenneté.

Cette réflexion peut s inscrire dans une démarche globale d éducation à la citoyenneté. Circulaire n 4214 du 13/11/2012 Campagne nationale d information sur le risque Seveso (risques industriels majeurs) du Centre de crise (SPF Intérieur) Réseaux et niveaux concernés Destinataires de la circulaire

Plus en détail

I. Accord obtenu sur un certain nombre de principes de base = note de synthèse.

I. Accord obtenu sur un certain nombre de principes de base = note de synthèse. I. Accord obtenu sur un certain nombre de principes de base = note de synthèse. 1) Le citoyen a droit à l aide adéquate la plus rapide (tant en ce qui conceme le service d incendie qu en ce qui conceme

Plus en détail

EmergencyLink LES BONNES PERSONNES, AU BON MOMENT, AU BON ENDROIT - TOUJOURS ET EN TOUS LIEUX.

EmergencyLink LES BONNES PERSONNES, AU BON MOMENT, AU BON ENDROIT - TOUJOURS ET EN TOUS LIEUX. EmergencyLink LES BONNES PERSONNES, AU BON MOMENT, AU BON ENDROIT - TOUJOURS ET EN TOUS LIEUX. Image: Berufsfeuerwehr Berne 2 La plupart du temps, les catastrophes sont dues à un enchaînement de circonstances

Plus en détail

Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions

Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions Questions et réponses relatives à la pénurie d électricité 1. DÉFINITIONS PÉNURIE D ÉLECTRICITÉ Une pénurie d électricité intervient quand la production

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 Rapport d activités 2012 Chiffres d utilisation 2012 Avec 2448 radio-équivalents supplémentaires activés en 2012, ASTRID a dépassé les prévisions établies en début d année. Le cap des 65.000 appareils

Plus en détail

La réforme de la Sécurité civile les futures zones de secours.

La réforme de la Sécurité civile les futures zones de secours. La réforme de la Sécurité civile les futures zones de secours. Plan I. Introduction générale. II. III. IV. Réglementation et organisation actuelles Structures de travail mises en place. Rapport de la Commission

Plus en détail

LE PLAN CHABLIS : UN OUTIL DE PLANIFICATION D URGENCE ET DE GESTION DE CRISE POUR LA FORÊT WALLONNE

LE PLAN CHABLIS : UN OUTIL DE PLANIFICATION D URGENCE ET DE GESTION DE CRISE POUR LA FORÊT WALLONNE fw LE PLAN CHABLIS : UN OUTIL DE PLANIFICATION D URGENCE ET DE GESTION DE CRISE POUR LA FORÊT WALLONNE SIMON RIGUELLE JACQUES HÉBERT BENOÎT JOUREZ AUGUSTIN ROMMELAERE La DGARNE, souhaitant anticiper une

Plus en détail

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 PROJET Encadrement du système de caméras de sécurité et Foire aux questions Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 2 3 Table des matières 1. CADRE JURIDIQUE...4

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Plan de délestage des réseaux de gaz naturel du Grand-Duché de Luxembourg

Plan de délestage des réseaux de gaz naturel du Grand-Duché de Luxembourg Plan de délestage des réseaux de gaz naturel du Grand-Duché de Luxembourg 20 décembre 2012 Version 1.6 Version Date Auteurs Nature des modifications Validation 1.0 16.10.2009 1.1 27.10.2009 Groupe de travail

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

1. Objectifs. 2. Autres fiches en lien FICHE-MESURE

1. Objectifs. 2. Autres fiches en lien FICHE-MESURE FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 2C10 Restriction d activités collectives : spectacles, rencontres sportives, foires et salons, grands rassemblements, limitation des activités cultuelles, limitations

Plus en détail

Guide de la pénurie d énergie

Guide de la pénurie d énergie Guide de la pénurie d énergie Version décembre 2014 2 Guide de la pénurie d énergie Les citoyens et les gouvernements se posent des questions quant à la sécurité de l approvisionnement en énergie en période

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

En s approchant trop près d une installation à haute tension, on provoque une ionisation de l air, assortie d un arc électrique.

En s approchant trop près d une installation à haute tension, on provoque une ionisation de l air, assortie d un arc électrique. La haute tension : risques très spécifiques Gestionnaire du réseau de transport d électricité en Belgique Elia, le gestionnaire du réseau de transport d électricité, assure la gestion du réseau à haute

Plus en détail

Plan national de gestion des urgences des Affaires autochtones et du Développement du Nord Canada (AADNC)

Plan national de gestion des urgences des Affaires autochtones et du Développement du Nord Canada (AADNC) Plan national de gestion des urgences des Affaires autochtones et du Développement du Nord Canada (AADNC) Publié avec l autorisation du ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien

Plus en détail

La COMMUNICATION. Tirer parti des solutions. et gérer les imprévus

La COMMUNICATION. Tirer parti des solutions. et gérer les imprévus La COMMUNICATION au centre de la continuité d activité Tirer parti des solutions de collaboration pour réduire et gérer les imprévus Par Debra Chin Directeur Général - Palmer Research Mai 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

relatif aux risques de délestage électrique Hiver 2014-2015

relatif aux risques de délestage électrique Hiver 2014-2015 Mémento relatif aux risques de délestage électrique C h a r l e r o i Hiver 2014-2015 Sommaire Un mémento destiné aux entreprises et aux collectivités? 1. Un mémento destiné aux entreprises et aux collectivités?...

Plus en détail

COMMUNICATION 2015/03

COMMUNICATION 2015/03 COMMUNICATION 2015/03 Madame Monsieur le Gouverneur Bourgmestre Président de CPAS Président de l'intercommunale Président du Collège de police Président du Collège de la zone de secours direction Sécurité

Plus en détail

VIGIPIRATE DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D ACTIONS TERRORISTES. Partie publique du Plan gouvernemental

VIGIPIRATE DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D ACTIONS TERRORISTES. Partie publique du Plan gouvernemental Partie publique du Plan gouvernemental DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D ACTIONS TERRORISTES VIGIPIRATE n 650/SGDSN/PSN/PSE du 17 janvier 2014 SOMMAIRE 2 Introduction Le nouveau

Plus en détail

L alimentation en eau potable

L alimentation en eau potable Aujourd hui, la qualité de l eau et les réserves potentielles, constituent, au sein de notre société, des préoccupations environnementales majeures. En 1992 et pour la première fois, le principe selon

Plus en détail

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions Octobre 2006 La pratique de la gestion des risques en entreprise devient plus cruciale et plus complexe de jour en jour. Les entreprises doivent

Plus en détail

L évolution des techniques d information

L évolution des techniques d information Les automates d appel en masse : quel système pour ma collectivité? Marion Hébert, ingénieur à l Institut des Risques Majeurs L évolution des techniques d information a vu naître dès le début des années

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

LE STATIONNEMENT UN ELEMENT IMPORTANT DE LA MOBILITE.

LE STATIONNEMENT UN ELEMENT IMPORTANT DE LA MOBILITE. LE STATIONNEMENT UN ELEMENT IMPORTANT DE LA MOBILITE. Sources : Code du Gestionnaire Illustré (Centre de Recherche Routière) 1 LE STATIONNEMENT - QUELS OUTILS? POUR QUELS PROBLEMES? - PROCEDURE DE PLACEMENT

Plus en détail

Perte de données dans un environnement virtuel : un problème émergeant. Des solutions pour répondre aux impératifs de continuité des activités

Perte de données dans un environnement virtuel : un problème émergeant. Des solutions pour répondre aux impératifs de continuité des activités Perte de données dans un environnement virtuel : un problème émergeant Des solutions pour répondre aux impératifs de continuité des activités 2 3 4 6 Introduction Scénarios courants de perte de données

Plus en détail

La fraude au domicile a en effet pour conséquence que le citoyen se soustrait à ses obligations sociales, fiscales, contractuelles et judiciaires.

La fraude au domicile a en effet pour conséquence que le citoyen se soustrait à ses obligations sociales, fiscales, contractuelles et judiciaires. Service public fédéral Intérieur Direction générale Institutions et Population Population et Cartes d'identité A Mesdames et Messieurs les Bourgmestres Aux services de population Aux Chefs de zone de la

Plus en détail

Halles des foires de Liège. 14 octobre 2011

Halles des foires de Liège. 14 octobre 2011 Halles des foires de Liège 14 octobre 2011 Salon Municipio : «Planification d urgence et gestion de crise : nos édiles face à leurs responsabilités». Allocution de Monsieur Michel FORET Gouverneur de la

Plus en détail

CENTRE DE PROMOTION SOCIAL DE XXXXX PLAN CATASTROPHE

CENTRE DE PROMOTION SOCIAL DE XXXXX PLAN CATASTROPHE Pour info: Helpdesk E-mail: helpdesk.security@mi-is.be Tél : 02.508.86.44I Fax : 02.508.86.72 Url : CENTRE DE PROMOTION SOCIAL DE XXXXX PLAN CATASTROPHE - DOCUMENT DE TRAVAIL 2. Introduction Un plan catastrophe

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE C 352/4 FR Journal officiel de l'union européenne 7.10.2014 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 25 juillet 2014 sur une proposition de directive

Plus en détail

Transp or t s. Québec

Transp or t s. Québec Transp or t s Québec Direction du Laboratoire des chaussées La gestion des infrastructures : un incontournable vers la gestion des actifs Guy Tremblay Service des chaussées Direction du laboratoire des

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

NEXTHINK SUCCESS STORY. CLIENT Service d Incendie et de Secours du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon (SDMIS) INDUSTRIE Secteur Public

NEXTHINK SUCCESS STORY. CLIENT Service d Incendie et de Secours du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon (SDMIS) INDUSTRIE Secteur Public NEXTHINK SUCCESS STORY CLIENT Service d Incendie et de Secours du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon (SDMIS) INDUSTRIE Secteur Public LIEU Lyon, France Les capacités analytiques de Nexthink

Plus en détail

Listes de contrôle concernant les mesures à prendre par les organes de conduite des régions et communes après un accident dans une centrale nucléaire

Listes de contrôle concernant les mesures à prendre par les organes de conduite des régions et communes après un accident dans une centrale nucléaire Listes de contrôle concernant les mesures à prendre par les organes de conduite des régions et communes après un accident dans une centrale nucléaire Explications générales concernant les listes de contrôle

Plus en détail

ISMS. Normes Minimales. Version 2011. (Information Security Management System)

ISMS. Normes Minimales. Version 2011. (Information Security Management System) ISMS Normes Minimales Version 2011 Remarque : Ce document intègre les remarques formulées par un groupe de travail auquel ont participé les personnes suivantes: messieurs Bochart (BCSS), Costrop (Smals),

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

La Préfecture de la Zone de Défense et de Sécurité Est

La Préfecture de la Zone de Défense et de Sécurité Est La Préfecture de la Zone de Défense et de Sécurité Est Espace Riberpray 10 rue Belle Isle 57036 METZ - Mai 2015 - Tél : 03.87.16.10.68 Edito Créées en 1959, et redécoupées en 2000, les zones de défense

Plus en détail

Communiqué de presse EXERCICE DE SECURITE CIVILE AU STADE PIERRE MAUROY : TEST DE LA CHAINE DE SECOURS DANS LE CADRE DU PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES

Communiqué de presse EXERCICE DE SECURITE CIVILE AU STADE PIERRE MAUROY : TEST DE LA CHAINE DE SECOURS DANS LE CADRE DU PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES Lille, le 2 octobre 2013 Communiqué de presse EXERCICE DE SECURITE CIVILE AU STADE PIERRE MAUROY : TEST DE LA CHAINE DE SECOURS DANS LE CADRE DU PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES La préfecture du Nord, en

Plus en détail

Helpcard. 0800 808 114 A l étranger +41 58 827 63 16. D autres questions? En cas de panne ou d accident. En Suisse. TCS Carte Entreprise

Helpcard. 0800 808 114 A l étranger +41 58 827 63 16. D autres questions? En cas de panne ou d accident. En Suisse. TCS Carte Entreprise D autres questions? TCS Carte Entreprise Contactez-nous : 0842 440 440 0844 888 112 entreprise@tcs.ch www.tcs.ch/entreprise Helpcard En cas de panne ou d accident En Suisse 0800 808 114 A l étranger +41

Plus en détail

Mon futur métier. - Description du métier de gardien de la paix : http://www.blog-police-recrutement.com./

Mon futur métier. - Description du métier de gardien de la paix : http://www.blog-police-recrutement.com./ Mon futur métier 1. Quels sont les différents grades de gardien de la paix? 2. Quelles sont les conditions de travail? 3. Quels sont les services d affectation? 4. Quelles sont les qualités requises? 5.

Plus en détail

COMMENT ADHÉRER GRATUITEMENT?

COMMENT ADHÉRER GRATUITEMENT? COMMENT ADHÉRER GRATUITEMENT? Rendez vous sur le site www.voisinsvigilants.org Rentrez votre adresse postale et votre adresse mail 7/10 COMMENT ADHÉRER GRATUITEMENT? Si votre adresse n est pas reconnue

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

FORMULAIRE UNIQUE DE DECLARATION SIMPLIFIEE D EVENEMENTS (bals, concerts, )

FORMULAIRE UNIQUE DE DECLARATION SIMPLIFIEE D EVENEMENTS (bals, concerts, ) FORMULAIRE UNIQUE DE DECLARATION SIMPLIFIEE D EVENEMENTS (bals, concerts, ) A transmettre à l Administration communale de WELLIN au plus tard 30 jours avant la manifestation! 1 Formulaire unique de déclaration

Plus en détail

Service d Intervention Psychosocial Urgente (Sisu)

Service d Intervention Psychosocial Urgente (Sisu) 4 ème Congrès national «Aide psychologique d urgence et assistance spirituelle» Berne 20 août 2010 OFPP-RAPNU-Université de Berne Service d Intervention Psychosocial Urgente (Sisu) Olivier Nyssens Anthropologue

Plus en détail

La pratique. Elaborer un catalogue de services

La pratique. Elaborer un catalogue de services La pratique Elaborer un catalogue de services Création : juillet 2006 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document pratique est le résultat de la mise en oeuvre du référentiel ITIL

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2015-0153 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 mars 2015 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des numéros

Plus en détail

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Colloque sur la sécurité civile, 15 février 2012 Mariette Trottier Ministère du Développement économique, de l Innovation

Plus en détail

GESTION DE CRISE. Réunion d information et d échanges avec les élus - 23 juin 2014

GESTION DE CRISE. Réunion d information et d échanges avec les élus - 23 juin 2014 GESTION DE CRISE Réunion d information et d échanges avec les élus - 23 juin 2014 AUTORITES COMPETENTES Le maire sur le territoire de sa commune Le préfet lorsque l'événement dépasse les capacités de la

Plus en détail

Investir dans notre avenir

Investir dans notre avenir Investir dans notre avenir Consultations sur le budget fédéral 2013-14 Analyse et recommandations Association canadienne du transport urbain 1 er novembre 2012 1 Investir dans notre avenir Au cours de

Plus en détail

Elaboration du Plan Communal de Sécurité

Elaboration du Plan Communal de Sécurité Objectif Elaboration du Plan Communal de Sécurité S E C U R I T E Elaboration du Plan Communal de Sécurité O b j e c t i f S E C U R I T E O b j e c t i f S E C U R I T E 1 Objectif S E C U R I T E Madame,

Plus en détail

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE 16 décembre 2010 RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES

Plus en détail

ASTRID de A à Z. Votre réseau sécurité

ASTRID de A à Z. Votre réseau sécurité ASTRID de A à Z Votre réseau sécurité Avant-propos ASTRID est l opérateur télécom dédié aux services de secours et de sécurité en Belgique. ASTRID met à la disposition de la police, des pompiers, des services

Plus en détail

Point de situation cybersécurité «Santé»

Point de situation cybersécurité «Santé» Point de situation cybersécurité «Santé» . Information. . Définition Système d information. Ensemble des moyens humains et matériels ayant pour finalité Acheminer Stocker Présenter Patient Virus traitement

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

Opérateur de solutions d alerte

Opérateur de solutions d alerte Opérateur de solutions d alerte Réseau de télécommunications opéré Solutions pour l alerte individuelle et collective e*message est votre opérateur spécialisé dans les solutions d alerte, d astreinte et

Plus en détail

A tout moment et par tous les temps,

A tout moment et par tous les temps, Février 2015 Dossier de presse A tout moment et par tous les temps, ERDF est mobilisée pour vous apporter l électricité Sommaire ERDF face aux aléas climatiques 3 Mobilisation.erdf.fr, un site à votre

Plus en détail

PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DES PRIORITÉS : approches de gestion du processus d affectation des ressources

PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DES PRIORITÉS : approches de gestion du processus d affectation des ressources PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DES PRIORITÉS : approches de gestion du processus d affectation des ressources Secrétariat du Conseil du Trésor : Mel Thompson : Catherine Ella, Ing.,

Plus en détail