Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage. Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage. Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales"

Transcription

1 Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales Version août 2015

2 1. UNE GESTION DE CRISE COLLECTIVE ET COORDONNEE EN CAS D ACTIVATION DU PLAN DE DELESTAGE I. INTRODUCTION Ce document a été créé à partir d une réflexion commune entre le Centre de Crise et les services de planification d urgence des. Le présent document a pour objectif de: 1) préciser la répartition des responsabilités entre les autorités de coordination concernées (à savoir les, les bourgmestres et le Centre de Crise national); 2) proposer plusieurs mesures génériques visant à assurer la cohérence de la gestion de crise qui pourraient être mises en œuvre en cas de délestage annoncé dans les zones touchées. Ce plan d action commun a pour objet d aider les acteurs concernés à organiser de manière coordonnée la planification d urgence de la façon la plus efficace possible. II. PRINCIPES GENERAUX L étendue géographique et l ampleur des conséquences socio-économiques d une activation du plan de délestage rendent la gestion à un niveau central de tous les aspects de la situation de crise inefficace. Une grande autonomie et une proactivité en matière de sécurité de chaque niveau de pouvoir sera par conséquent nécessaire lors de la gestion d une telle situation de crise. Afin de pouvoir répondre rapidement aux situations locales et de mobiliser les moyens nécessaires pour la gestion de ces situations, il sera indispensable que les et les bourgmestres gèrent les conséquences locales d une pénurie d électricité. Nonobstant la nécessité d une grande autonomie et proactivité en matière de gestion de crise au niveau local, un certain nombre de décisions doit être pris et coordonné au niveau national pour assurer qu une activation du plan de délestage préalablement annoncée soit adéquatement gérée. Conformément à la gestion fédérale du risque de pénurie d électricité et la stratégie de communication qui s y rapporte, et conformément à la procédure en cas de pénurie, la phase fédérale sera en premier lieu déclenchée lors de l activation préalablement annoncée du plan de délestage. Après une analyse de la situation sur le terrain et des besoins, le ministre pourra, en concertation avec les, décider que dans un second temps ou lors d un prochain délestage la gestion de crise soit organisée à partir de la phase provinciale. III. REPARTITION DES RESPONSABILITES 2.1 La structure fédérale de gestion de crise (réunie au centre de crise) En tant qu autorité gestionnaire, cette structure fédérale se chargera d effectuer les missions suivantes : Evaluer la situation électrique nationale et déterminer la stratégie nationale en matière d électricité (mesures de restriction de la demande, stratégie de rotation, ); Déterminer la stratégie de communication et coordonner son exécution; Assurer le suivi du fonctionnement de la Défense, la Protection civile et la police fédérale et, en concertation avec les, déterminer les priorités de leurs engagements ; 2

3 Assurer le suivi du fonctionnement des centres 100/101/112 et, si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir leur fonctionnement. Assurer le suivi du fonctionnement d Astrid, et si nécessaire, prendre des mesures axées sur la garantie de son fonctionnement (en fonction de l information disponible) ; Assurer le suivi du fonctionnement des réseaux réguliers de télécommunication belges, et si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir son fonctionnement (en fonction de l information disponible). Assurer le suivi du fonctionnement du trafic ferroviaire et aérien et, si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir la sécurité des infrastructures et des utilisateurs (en fonction de l information disponible); Veiller, le cas échéant, à une harmonisation au niveau international. Le Centre de Crise national informera, en fonction de l information disponible, de manière proactive les de la situation concernant les domaines susmentionnés, et le cas échéant, de l évolution escomptée et la stratégie menée. Outre cette information proactive communiquée par le Centre de Crise national, les pourront s adresser à tout moment pendant la gestion de crise au Centre de Crise national pour : 1. Obtenir une information supplémentaire relative aux secteurs ou services mentionnés; 2. Les demandes de soutien / mesures des secteurs ou services mentionnés. 2.2 Les autorités locales Principe d autonomie locale Afin de pouvoir répondre rapidement aux situations locales et mobiliser les moyens nécessaires à la gestion de ces situations, il sera indispensable que les et les bourgmestres gèrent les conséquences locales en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique. Dans le choix et la mise en œuvre de leurs décisions et mesures, les bourgmestres et les doivent s assurer que ces décisions et mesures : Ne concernent que des situations ayant un caractère purement local au niveau de leur cause, leur localisation et leurs conséquences (respectivement les frontières communales et provinciales) ; N aillent pas à l encontre des décisions prises par le niveau de gestion supérieur (respectivement le gouverneur et la cellule de gestion) ni de la stratégie générale de la cellule de gestion ; Ne concernent pas des mesures désignées par le niveau de gestion supérieur comme devant encore faire l objet d une décision du niveau de gestion supérieur. N impliquent pas l utilisation de moyens et services autres que ceux mis à la disposition du bourgmestre dans sa commune ou du gouverneur dans sa province, à moins qu il en soit explicitement décidé autrement dans la cellule de gestion Le gouverneur Lors d une gestion fédérale d une activation préalablement annoncée du plan de délestage, les missions du gouverneur peuvent, de manière générale et non exhaustive, être formulées comme suit : Analyser l impact de la politique fédérale en matière d énergie menée sur leur propre territoire (ex. zones impactées lors de l activation d une tranche du plan de délestage) Suivre, sur son propre territoire, l impact du délestage sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste non-exhaustive) : 3

4 - Les prisons et les centres d accueil fermés ; - Les cours d eau et les ouvrages d art ; - Les principaux systèmes d évacuation des eaux (risque d inondation) ; - Le fonctionnement des systèmes d égouts et des installations d épuration des eaux (au niveau de la province) ; - Approvisionnement en eau potable au sein de la province (au niveau de la province); - Les éléments routiers régionaux cruciaux (ex. tunnels d autoroutes, ). - Les entreprises Seveso Si nécessaire, convenir de mesures visant à 1 : 1. organiser la gestion de crise au niveau provincial et à engager les moyens disponibles 2 2. préserver dans la mesure du possible l ordre public, la sécurité civile et la santé publique. Coordonner et suivre l exécution des mesures (décidées par le Centre de Crise national ou le gouverneur). Sur base des informations disponibles et reçues par le gouverneur, informer les bourgmestres : - de la situation électrique et son impact sur les institutions et infrastructures vitales - des décisions prises par le Centre de crise national et le gouverneur - de la stratégie de communication utilisée Informer le Centre de Crise national : - de la situation sur son territoire en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique et de son évolution ; - des mesures mises en œuvre sur initiative ou sur demande du Centre de crise national ; - le cas échéant, des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ces mesures ; Adresser au Centre de crise national les demandes de renfort en personnel et en moyens sur son territoire. Ces demandes peuvent concerner tant des moyens et services publics (Défense, Police Fédérale, Protection civile, SPF Mobilité et transports, ) que des demandes de réquisitions. User des moyens et canaux propres pour l exécution de la stratégie de communication commune Le bourgmestre Lors d une gestion fédérale d une activation préalablement annoncée du plan de délestage, les missions du bourgmestre peuvent, de manière générale et non exhaustive, être formulées comme suit : Analyser, au niveau de son territoire, la situation en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique et suivre son évolution ; Suivre, sur son propre territoire, l impact du délestage sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste non-exhaustive) : - les établissements de soins de santé - l approvisionnement en eau potable (au niveau de la commune) - les égouts (au niveau de la commune) - les pompes d épuisement des zones sensibles aux inondations (au niveau de la commune); Si nécessaire, convenir de mesures visant à : 1. organiser la gestion de crise au niveau communal et à engager les moyens disponibles 3 1 En tenant compte du critère détaillé au point de présent document. 2 La détermination des priorités lors de l engagement des moyens de la Défense et de la Protection civile se fait en concertation avec le Centre de Crise national et en fonction des demandes des autres concernés. 3 La détermination des priorités lors de l engagement des moyens de la Défense et de la Protection civile se fait en concertation avec le Centre de Crise national et en fonction des demandes des autres concernés. 4

5 2. préserver dans la mesure du possible l ordre public, la sécurité civile et la santé publique. Mettre en œuvre les mesures de protection (décidées par le Centre de crise national, le gouverneur ou le bourgmestre) pour la population et/ou nécessaires pour assurer la continuité de services essentiels. Coordonner et suivre l exécution des mesures (décidées par le Centre de Crise national ou le gouverneur). Sur base des informations disponibles et reçues, informer le gouverneur : - de la situation sur son territoire en matière d ordre public, de sécurité civile et de santé publique et de son évolution ; - du fonctionnement du centre de crise communal ; - de l impact du délestage sur le fonctionnement d institutions et infrastructures locales vitales ; - des mesures mises en œuvre sur initiative ou sur demande du gouverneur ; Adresser au gouverneur les demandes de renfort en personnel et en moyens sur son territoire. Ces demandes peuvent concerner tant des moyens et services publics (Défense, Police Fédérale, Protection civile, SPF Mobilité et transports, ) que des demandes de réquisitions. User des moyens et canaux propres pour l exécution de la stratégie de communication commune. 5

6 I. LES MESURES DE GESTION COMMUNES ENVISAGEES LORS D UN DELESTAGE ANNONCE SUITE A UNE PENURIE EN ELECTRICITE 1. Préalablement à l activation du plan de délestage Mesure Description Quand Coordinateur Organisateur de l exécution Informer les : De la situation et l évolution du système électrique belge (en fonction de l information disponible) Des mesures d énergie qui sont d application, y compris la tranche qui sera probablement délestée, le moment où le délestage aura lieu et la durée probable de celui-ci; De la stratégie de communication d application, y compris les initiatives de communication qui ont déjà été entreprises et les initiatives qui sont prévues; De la politique de gestion en matière de trafic ferroviaire avant et pendant le délestage (en fonction de l information disponible) Des dispositions que prend le Centre de Crise national pour assurer la coordination fédérale et le suivi (ex. partenaires qui sont invités, déterminer à quel moment aura lieu la vidéoconférence avec les, etc.). En continu après la concertation de crise entre le Ministre de l Energie, le Ministre de l Economie, le Ministre de l Intérieur, la DG Energie, la DGCC et Elia organisée suite à la notification formelle d Elia d une menace de pénurie Centre de Crise national Centre de Crise national 6

7 Veiller à l opérationnalité des centres de crise communaux et provinciaux Les bourgmestres et s assurent de pouvoir disposer d un centre de crise fonctionnel (propre centre de crise, back-up caserne de pompiers, centre de crise dans une commune voisine non délestée ). Ceci implique: Qu ils disposent d une salle de réunion équipée d électricité (par ex. via un générateur de secours) Que tout le matériel de télécommunication nécessaire soit branché à ce générateur (switchs, routers, serveurs, téléphones, ) Que la salle puisse être chauffée Que les données nécessaires y soient disponibles (soit sous format digital, soit sous format papier) Que le personnel puisse être présent Le gouverneur veille à ce que les bourgmestres assurent l opérationnalité de leurs centres de crise communaux. Cela peut être organisé en fonction des spécificités de chaque province. Dans la phase de planification d urgence et à revérifier dès la notification suite à la notification formelle d Elia d une menace de pénurie & Bourgmestres Si l option d ouvrir un centre de crise dans une commune voisine non délestée est retenue, il est nécessaire que les bourgmestres concernés se soient au préalable mis d accord. Si un bourgmestre ou un gouverneur prévoit d ouvrir un centre de crise dans un autre endroit que celui prévu dans le PGUI, il faut en informer le gouverneur (en ce qui concerne les bourgmestres) et le Centre de Crise national. Il faut en outre indiquer comment ce CC peut être contacté. 7

8 La communication entre respectivement le CGCCR et les et les et les bourgmestres et/ou les comités de coordination communaux va se dérouler selon l ordre suivant et fonction de leur disponibilité : Moyens de télécommunication classiques (téléphone fixe, GSM, mail, ) Videoconference Regetel Astrid Dès l activation de la cellule de gestion, le canal Astrid MCCFED sera activé au niveau du Centre de crise fédéral et des comités de coordination des provinces, pour pouvoir l utiliser en cas d indisponibilité des moyens de télécommunication classiques, la vidéoconférence et Regetel. Les prévoient des procédures de communication similaires via Astrid pour l organisation de leur communication avec les bourgmestres et/ou les comités de coordination communaux dans les zones touchées. Avoir de bons canaux de communication entre respectivement le CGCCR et les et les et les bourgmestres et/ou les comités de coordination communaux est essentiel pendant la gestion d une situation d urgence. Pendant l activation du plan de délestage, le risque existe que les moyens de télécommunication classiques soient perturbés. Un aperçu globale de la capacité des différentes moyens de télécommunication en case d une activation du plan de délestage est disponible dans l analyse socio-économique du Centre de crise ASTRID a une plus longue autonomie que le réseau GSM. Selon l analyse d impact réalisée par Astrid, le service Radio, le service Paging (uniquement SDS to Page), le service Call-talking (si les appels 101/ sont reçus) et le service Dispatching fonctionneront pendant minimum 8h sans courant. Astrid permet aux d entretenir des communications bilatérales mais aussi d envoyer simultanément un message à tous les bourgmestres. L utilisation d ASTRID nécessite de l exercice. Il est donc demandé aux de tester cette procédure à l avance avec les bourgmestres / fonctionnaires de planification d urgence. Dans la phase de planification d urgence et à revérifier dès notification formelle d Elia d une menace de pénurie & Bourgmestres 8

9 Veiller à l opérationnalité des disciplines Les disciplines prennent les mesures logistiques et organisationnelles nécessaires pour assurer le maintien de leur propre fonctionnement et l exécution des missions qui leur sont confiées pendant la situation d urgence: Si d application, activation du business continuity plan Charger les GSM et les appareils Astrid; Remplir les réservoirs d essence des véhicules de service; Si nécessaire, ouvrir préventivement les portes de garage ou préparer leur ouverture manuelle Rappeler éventuellement du personnel; Contrôler les groupes de discussion; Contrôler et préparer le matériel spécifique (ex. Générateurs de secours) ; Tester la communication Astrid avec les bourgmestres/ fonctionnaire planification d urgence. Dès la notification formelle d Elia d une menace de pénurie. Centre de Crise national & bourgmestres & disciplines au niveau fédéral. Les disciplines Donner un feedback au CGCCR en ce qui concerne l opérationnalité des centres de crise communaux et provinciaux et des disciplines, en fonction du temps disponible, au plus tard une heure avant l activation du plan de délestage Sur base notamment de l information récoltée auprès des bourgmestres concernés, le gouverneur dresse un état des lieux des préparatifs qui ont été réalisés en vue de la future activation du plan de délestage et le fait parvenir au Centre de Crise. Le plus rapidement possible dès notification formelle d Elia d une menace de pénurie. & bourgmestres 9

10 2. Lors de la gestion de crise (les instructions relatives à ces mesures peuvent néanmoins être données au préalable) Mesure Description Coordinateur Organisateur de l exécution Au minimum, les bourgmestres dont le territoire est entièrement impacté par le délestage d une tranche du plan de délestage, prévoient la mise en place d au moins un centre d information et d accueil répondant aux critères suivants : Des informations y sont disponibles sur la situation d urgence Les services de secours y sont joignables Préalablement au délestage, les bourgmestres informent leurs citoyens de la localisation du centre d information et d accueil La plupart des citoyens pourront rester pendant l interruption de l approvisionnement en électricité chez eux. Certains individus vulnérables auront toutefois besoin davantage d accompagnement et d encadrement, ce qui peut leur être proposé en prévoyant un endroit (sur le territoire de leur commune ou dans une commune voisine non délestée) où ils peuvent obtenir plus d informations sur la situation, et éventuellement recevoir une tasse de café et avoir quelqu un à leur écoute. Si l option d ouvrir un centre d information et d accueil dans une commune voisine non délestée est retenue, il est nécessaire que les bourgmestres concernés se soient au préalable mis d accord. bourgmestres Dans les zones touchées, il faut veiller à ce qu après l indisponibilité des moyens de télécommunication classiques (téléphonie fixe et mobile), des possibilités soient offertes aux citoyens de contacter les services de secours. Selon l analyse d impact réalisée par le secteur des télécommunications, la téléphonie fixe sera en cas de délestage directement indisponible (mis à part les téléphones avec fil de cuivre classique qui fonctionneraient pendant 4h) et les téléphones mobiles auraient une autonomie d environ 2h. Un aperçu global de la capacité des différentes moyens de télécommunication en cas d activation du plan de délestage est disponible dans l analyse socio-économique du Centre de crise bourgmestres 10

11 Pour contacter les services de secours, les citoyens dans le besoin peuvent être dirigés vers les institutions où des services d intervention sont déjà présents comme par les casernes de pompiers et les commissariats de police. Là où il n y a pas suffisamment de possibilités offertes aux citoyens pour contacter les services de secours (inexistence ou nombre restreint de ce types d institutions), un ou plusieurs points de contact doivent être ouverts. Les bourgmestres veillent à informer leurs citoyens des endroits où ces derniers peuvent se rendre pour contacter les services de secours. Patrouille accrue de D3 dans les zones touchées avec attention spécifiquement dirigée vers l ordre public, les établissements sensibles à la criminalité (tribunaux, établissement financiers, ), les quartiers sensibles et les lieux qui font déjà l objet de mesures de protection du Centre de Crise L interruption de l approvisionnement en électricité provoque une panne de l éclairage public dans les zones impactées. Cela peut perturber le fonctionnement des systèmes d alerte, etc. Surtout si celle-ci est annoncée à l avance, cette situation peut créer un risque accru de criminalité et une perturbation de l ordre public. Une vigilance générale accrue de la police dans les quartiers et communes touchés doit préventivement lutter contre ce genre de comportements négatifs et rassurer les citoyens inquiets. bourgmestres Etablir une image au niveau de la cellule de coordination communale de l impact sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste nonexhaustive) : Les établissements de soins de santé L approvisionnement en eau potable (au niveau de la commune) Vu le nombre de variables (date et heure et ampleur de l interruption, conditions météorologiques existantes, modèle de consommation, démarrage du générateur de secours, ), il est impossible de déterminer lors de la planification d urgence, l impact précis d une coupure d électricité sur tous les établissements et secteurs. Pour pouvoir toutefois si nécessaire réagir rapidement aux situations, il est important que le bourgmestre puisse détecter rapidement d éventuels problèmes. La collecte d information relative à l impact d un secteur ou d une bourgmestres 11

12 Les égouts (au niveau des communes) Les pompes d épuisement des zones sensibles aux inondations (au niveau des communes) infrastructure déterminée peut être organisée lors de la gestion de crise de manière active (le responsable va activement interroger les acteurs concernés) ou passive (le responsable se met d accord avec les acteurs concernés pour qu ils l informent en cas de problème). Si nécessaire, prendre pour ces institutions et infrastructures des mesures visant le maintien de la sécurité civile et de la santé publique. Informer le gouverneur des problèmes détectés et des mesures prises en la matière. Via l analyse d impact socio-économique le Centre de crise met à disposition des bourgmestres, par l intermédiaire des Gouverneurs, les informations qu il a pu récolter lors de la phase de la planification d urgence quant à l impact d un délestage sur plusieurs secteurs socio-économiques et les mesures préventives et réactives envisagées pour ces secteurs par les autorités publiques compétentes ou les secteurs eux-mêmes. Etablir au niveau de la cellule de coordination provinciale une image de l impact sur le fonctionnement des institutions et infrastructures pouvant poser un risque pour l ordre public, la sécurité civile et/ou la santé publique. A cette catégorie appartiennent entre autre (liste non-exhaustive) : Les prisons et les centres d accueil fermés Les cours d eau et les ouvrages d art Importants systèmes d évacuation des eaux (risque d inondation) Fonctionnement des système d égouts et des installations d épuration des eaux (au niveau des provinces) Approvisionnement en eau potable (au niveau de la province) Éléments routiers régionaux cruciaux (ex tunnels d autoroutes, ) Les entreprises Seveso Si nécessaire pour ces établissements des mesures visant le maintien de la sécurité civile, l ordre public et/ou la santé publique. L exécution de ces mesures peut être réalisée par les bourgmestres. Vu le nombre de variables (date et heure et ampleur de la panne, conditions météorologiques existantes, modèle de consommation, démarrage du générateur de secours, ), il est impossible de déterminer lors de la planification d urgence, l impact précis d une coupure d électricité sur tous les établissements, infrastructures et secteurs. Pour pouvoir toutefois si nécessaire réagir rapidement aux situations, il est important que le gouverneur puisse détecter rapidement d éventuels problèmes. La collecte d information relative à l impact d un secteur ou d une infrastructure déterminée peut être organisée lors de la gestion de crise de manière active (le responsable va activement interroger les acteurs concernés) ou passive (le responsable se met d accord avec les acteurs concernés pour qu ils l informent en cas de problème). Via l analyse d impact socio-économique, le Centre de crise met à disposition des Gouverneurs, les informations qu il a pu récolter lors de la phase de la planification d urgence quant à l impact d un délestage sur plusieurs secteurs socio-économiques et les mesures préventives et réactives envisagées pour ces secteurs par les autorités publiques compétentes ou les secteurs eux-mêmes. Informer le Centre de Crise des problèmes 12

13 détectés et des mesures prises en la matière. La structure fédérale de crise informe les, en fonction de l information disponible, de: La situation et l évolution du système électrique belge L état des lieux des mesures d énergie en vigueur, y compris la tranche qui est délestée et la durée probable du délestage; La stratégie de communication en vigueur, y compris les initiatives de communication qui ont déjà été entreprises et les initiatives qui sont prévues; L engagement, et la gestion des moyens de la Défense, la Protection civile, et la Police fédérale; La situation relative au fonctionnement des centres 100/101/112 et si d application, des mesures prises en la matière; La situation relative au fonctionnement d Astrid et si d application, des mesures prises en la matière; Centre de Crise national Centre de Crise national La situation relative au fonctionnement des réseaux réguliers de télécommunication belges, et si nécessaire, prendre des mesures visant à garantir son fonctionnement La situation relative au fonctionnement de la circulation ferroviaire et trafic aérien et si d application, des mesures prises en la matière; 13

14 Si d application, les initiatives entreprises par le Centre de Crise national au niveau international Réalisation de la stratégie de communication Centre de Crise national Centre de Crise national bourgmestres 14

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 20/2015 du 10 juin 2015 Objet : avis relatif au projet d'arrêté royal déterminant les critères sur la base desquels des données sont qualifiées d'authentiques en exécution de la loi du 15 août

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

AVIS (A)040205-CDC-247

AVIS (A)040205-CDC-247 Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél.: 02/289.76.11 Fax: 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ AVIS (A)040205-CDC-247

Plus en détail

Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence

Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Février 2015 Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Consultation publique (11 février 27 février 2015) ISSN : 2258-3106 Autorité de régulation des

Plus en détail

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE 1 / - Le rôle du maire La communication est un paramètre déterminant dans la gestion des crises, y compris au niveau de sa préparation (l efficacité

Plus en détail

Que faire si demain vous devez alerter rapidement vos citoyens?

Que faire si demain vous devez alerter rapidement vos citoyens? Que faire si demain vous devez alerter rapidement vos citoyens? Brochure d information aux autorités locales 2 Information aux autorités locales Dans de nombreuses situations d urgence, une alerte efficace

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

Subvention de l Etat aux associations : Document de cadrage

Subvention de l Etat aux associations : Document de cadrage SUBVNET document de cadrage page 1 sur 10 Subvention de l Etat aux associations : Document de cadrage 1 Objectif général du projet... 1 1.1 Fonctionnalités offertes à l usager sur le site... 2 1.1.1 Pour

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur Objet : Réunion concernant les procédures de prise en charge et de facturation lors d intervention

Plus en détail

Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles.

Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles. Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles. Le Conseil Communal, Vu la nouvelle loi communale, notamment les articles 117,119, et 120bis ; Vu l Arrêté royal du 6 août 1985 portant

Plus en détail

Politique en matière d'inondations basée sur les 3 P : vous êtes prêts?

Politique en matière d'inondations basée sur les 3 P : vous êtes prêts? Politique en matière d'inondations basée sur les 3 P : vous êtes prêts? Atelier STAR-FLOOD 26.03.15 Hannelore Mees Aline Lacroix Joost Dewelde Eddie De Block Le P de préparation Directive européenne Inondations

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES ACCÈS SUR LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES ACCÈS SUR LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14-CA(AMT)-15 Politique relative à la gestion des accès sur les sites

Plus en détail

L AIPCR a la responsabilité de la création du contenu technique du Congrès.

L AIPCR a la responsabilité de la création du contenu technique du Congrès. Note pour les candidatures à l organisation du XXVIe Congrès mondial de la route en 2019 1 Termes de référence 1.1 Cadre d organisation du Congrès Le Congrès mondial de la route est une manifestation dont

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Vie collective de la FCPL Modèle en vigueur depuis le 1 er novembre 2013

Vie collective de la FCPL Modèle en vigueur depuis le 1 er novembre 2013 Bruxelles, le 3 décembre 2013 Aux membres des PO, aux directions, aux membres du personnel des Centres PMS libres Notre réf. : 391/13 Vie collective de la FCPL Modèle en vigueur depuis le 1 er novembre

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde

Plan Communal de Sauvegarde 34 35 36 LE DISPOSITIF COMMUNAL DE CRISE LA CELLULE DE CRISE Elle est constituée selon le schéma ci-dessous. Le maire ou son représentant s assurant que chaque rôle est assumé par une ou plusieurs personnes.

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AUDE

DEPARTEMENT DE L AUDE PRÉFECTURE DE L'AUDE CONSEIL GENERAL de l AUDE PROTOCOLE INTEMPERIES APPLIQUE AUX TRANSPORTS SCOLAIRES DEPARTEMENT DE L AUDE Le Préfet de l Aude, Le Président du Conseil Général, Bernard LEMAIRE Marcel

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

Article 1 : Les principes généraux de la sécurité intérieure sont définis par les dispositions de la présente loi.

Article 1 : Les principes généraux de la sécurité intérieure sont définis par les dispositions de la présente loi. LOI N 032-2003/AN (JON 31 2003 du 31 juillet 2003) relative à la sécurité intérieure L ASSEMBLEE NATIONALE VU la Constitution ; VU la résolution n 001-2002/AN du 05 juin 2002, portant validation du mandat

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR Le Ministre de l Intérieur La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé à Messieurs les Préfets de zone de défense et de sécurité

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité O.R.SE.C. - P.P.I. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité P.P.I. > Plan Particulier d Intervention Direction

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

RESOLUTION N AGN/67/RES/5 CLASSEMENT DE CETTE RESOLUTION : 1 exemplaire dans le CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE à l année 1998

RESOLUTION N AGN/67/RES/5 CLASSEMENT DE CETTE RESOLUTION : 1 exemplaire dans le CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE à l année 1998 RESOLUTION N AGN/67/RES/5 CLASSEMENT DE CETTE RESOLUTION : OBJET : Création d un fonds d affectation spéciale pour recevoir les donations des fondations 1 exemplaire dans le CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE à

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs : COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2006 07 74 0251 Catégorie : B Dernière modification : 10/05/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Animateur (trice) d équipe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

Plan d urgence Août 2015

Plan d urgence Août 2015 Plan d urgence Août 2015 Ministère de l Économie SOMMAIRE 1. CONTEXTE ET OBJECTIF DU DOCUMENT... 4 2. CADRE LEGISLATIF LUXEMBOURGEOIS... 5 2.1. Cadre défini par la loi pour les entreprises de gaz naturel...

Plus en détail

COMITÉ INTERNATIONAL DE MÉDECINE MILITAIRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

COMITÉ INTERNATIONAL DE MÉDECINE MILITAIRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL COMITÉ INTERNATIONAL DE MÉDECINE MILITAIRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL GUIDE PRATIQUE ORGANISATION DES COURS INTERNATIONAUX DU CIMM ÉDITION : Mai 2008 Référence : statuts et règlements du CIMM Le but de ce guide,

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur

Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur 1H1 Activation de l'organisation de conduite de crise Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur 1. OBJECTIFS DE LA MESURE En lien avec : ministères associés,

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION. 8 avril 2015 Compte-rendu d atelier. Effectifs importants. Publié le 15/06/2015

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION. 8 avril 2015 Compte-rendu d atelier. Effectifs importants. Publié le 15/06/2015 SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Effectifs importants Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment sécuriser les grands événements organisés par les étudiants? Comment gérer l effet de masse? Comment

Plus en détail

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL Ref : LS IN Quadratus 06 2014 ARTICLE 1 DEFINITIONS Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier comme au pluriel: Anomalie : désigne un défaut,

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ Guide d utilisation Partie IX - Module GAZ Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 4 1.3 Les fiches de contrôles... 4 1.4 Les éléments des fiches de contrôles... 4 1.5

Plus en détail

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Direction départementale de la cohésion sociale - Vienne Charte d'engagements réciproques Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Ecole

Plus en détail

Circulaire n 766 du 12 mars 2004

Circulaire n 766 du 12 mars 2004 Circulaire n 766 du 12 mars 2004 OBJET : Système de transmission électronique des documents administratifs entre le Ministère de la Communauté française, les établissements d enseignement et assimilés

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation

Conditions générales d'utilisation Conditions générales d'utilisation Article 1 : Présentation Le site besoinde.fr est la propriété de la société DBB design, dont le siège est situé au : 75011 Paris France. En cours d immatriculation au

Plus en détail

Fédération de l identité et Carrefour numérique canadien

Fédération de l identité et Carrefour numérique canadien Fédération de l identité et Carrefour numérique canadien Conseils mixtes du Conseil des DPI du secteur public et du Conseil de la prestation des services du secteur public Le 4 mars 2015 Objectifs Vous

Plus en détail

Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt

Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt 1. Précision du sujet Ce module fait parti d une série des modules pour la mobilisation de la population locale et particulièrement

Plus en détail

ICARUS Les bonnes pratiques

ICARUS Les bonnes pratiques ICARUS Les bonnes pratiques Voici une liste des choses que nous pouvons faire pour rendre plus efficaces les actions syndicales sur les Comités d entreprise européens (CEE). 1 Actions possibles des représentants

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17 Paris, le 25 février 2013 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Politique de communication du Conseil administratif

Politique de communication du Conseil administratif 15 janvier 2008 Politique de communication du Conseil administratif Document édité par la commune de Plan-les-Ouates Objectif de la politique de communication La politique du Conseil administratif a pour

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Rue n. est conclue la présente convention ayant pour objet l accueil, à l adresse cidessous, des enfants de 0 à 6 ans confiés par le Service : Rue n

Rue n. est conclue la présente convention ayant pour objet l accueil, à l adresse cidessous, des enfants de 0 à 6 ans confiés par le Service : Rue n Version juillet 2015 MODELE DE CONVENTION ENTRE DEUX ACCUEILLANT-E-S D ENFANTS CONVENTIONNE-E-S EXERÇANT LEUR ACTIVITE DANS UN MÊME LIEU D ACCUEIL ET UN SERVICE AGRÉÉ ET SUBSIDIÉ PAR L ONE Entre, d une

Plus en détail

520.12 Ordonnance sur l alerte, la transmission de l alarme à la population et la diffusion de consignes de comportement

520.12 Ordonnance sur l alerte, la transmission de l alarme à la population et la diffusion de consignes de comportement Ordonnance sur l alerte, la transmission de l alarme à la population et la diffusion de consignes de comportement (Ordonnance sur l alarme, OAL) du 5 décembre 2003 (Etat le 30 décembre 2003) Le Conseil

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2013-40 DU 15 AVRIL 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE. Plan de communication de crise : repères. 29 novembre 2013

RADIOTHÉRAPIE. Plan de communication de crise : repères. 29 novembre 2013 RADIOTHÉRAPIE Plan de communication de crise : repères 29 novembre 2013 INDEX I. Préparation... 2 1. Direction... 2 2. Expertise... 2 3. Communication... 2 4. Information... 2 5. Support... 2 II. Plan

Plus en détail

Arrête royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction «soins urgents spécialisés» doit répondre pour être agréée

Arrête royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction «soins urgents spécialisés» doit répondre pour être agréée Arrête royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction «soins urgents spécialisés» doit répondre pour être agréée Publié : M.B. 19.06.1998 Modifié : A.R. 26.03.1999 M.B. 06.07.1999 Annulé

Plus en détail

Yourcegid Retail On Demand CBS Standard et Start. LS - Yourcegid - Retail - OD 05/2012 Page 1/8

Yourcegid Retail On Demand CBS Standard et Start. LS - Yourcegid - Retail - OD 05/2012 Page 1/8 Yourcegid Retail On Demand CBS Standard et Start LS - Yourcegid - Retail - OD 05/2012 Page 1/8 LS -YC Retail - OD - 05/2012 LIVRET SERVICE YOURCEGID RETAIL ON DEMAND CBS STANDARD ET START ARTICLE 1 : OBJET

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDS-MLD-2015-057

Décision du Défenseur des droits MDS-MLD-2015-057 Paris, le 20 mars 2015 Décision du Défenseur des droits MDS-MLD-2015-057 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Contact presse : Franca Vissière franca.vissiere@anfr.fr 06 09 48 79 43 Le Gouvernement a décidé de transférer

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT DE DIRECTION DU PROJET D APPUI A LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT DE DIRECTION DU PROJET D APPUI A LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT DE DIRECTION DU PROJET D APPUI A LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte de la mission et du projet La République de Madagascar a bénéficié

Plus en détail

Conseils consultatifs des aînés. Cadre de référence 1

Conseils consultatifs des aînés. Cadre de référence 1 Conseils consultatifs des aînés Cadre de référence 1 Dénomination. L article 1122-35 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation consacre l appellation «conseil consultatif». Il convient

Plus en détail

Lancement de la campagne de communication visant à limiter les appels abusifs du NUMÉRO 18 des sapeurs-pompiers

Lancement de la campagne de communication visant à limiter les appels abusifs du NUMÉRO 18 des sapeurs-pompiers Dossier de presse Lancement de la campagne de communication visant à limiter les appels abusifs du NUMÉRO 18 des sapeurs-pompiers Jeudi 12 décembre 2013 à 17 heures 30 Centre Opérationnel Départemental

Plus en détail

Votre lettre du Vos références Nos références Annexes PL/PL/SIPPT/200802784RA.9990

Votre lettre du Vos références Nos références Annexes PL/PL/SIPPT/200802784RA.9990 Note à Mesdames et Messieurs les Fonctionnaires généraux(ales). Votre lettre du Vos références Nos références Annexes PL/PL/SIPPT/200802784RA.9990 Objet : Sécurité: Plan interne d urgence 1. INTRODUCTION

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR :

ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR : ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR : Ville de PONT-A-MOUSSON Hôtel de Ville 19, Place DUROC 54701 PONT-A-MOUSSON Cedex Et CCAS C.C.T.P Marché à procédure adaptée (Selon

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

Centre de Formation en Secourisme de la Vallée de Munster.

Centre de Formation en Secourisme de la Vallée de Munster. 1 Centre de Formation en Secourisme de la Vallée de Munster. info : www.cfsvm.fr Comme précisé dans la loi de modernisation de la sécurité civile n 2004 811 du 13 août 2004 (titre II, chapitre V), et notamment

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Liste de vérification en cas de changement de logiciel : guide destiné aux FSS qui envisagent changer de logiciel. Projets d évaluation commune

Liste de vérification en cas de changement de logiciel : guide destiné aux FSS qui envisagent changer de logiciel. Projets d évaluation commune Liste de vérification en cas de changement de logiciel : guide destiné aux FSS qui envisagent changer de logiciel Projets d évaluation commune Avis de non-responsabilité Les présents documents pédagogiques

Plus en détail

Comores. Conditions d entrée et de séjour des étrangers

Comores. Conditions d entrée et de séjour des étrangers Conditions d entrée et de séjour des étrangers Loi n 88-025 du 29 décembre 1988 [NB - Loi n 88-025 du 29 décembre 1988 portant modification de la loi n 82-026 relative aux conditions d entrée et de séjour

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. pour la réalisation de diagnostic technique sur l accessibilité des personnes handicapées aux sites et bâtiments de

CAHIER DES CHARGES. pour la réalisation de diagnostic technique sur l accessibilité des personnes handicapées aux sites et bâtiments de CAHIER DES CHARGES pour la réalisation de diagnostic technique sur l accessibilité des personnes handicapées aux sites et bâtiments de 1 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 dite «loi Handicap»,

Plus en détail

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN)

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) 17 février 2014 Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) Etat au 1 er septembre 2015 Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Plus en détail

Le CPAS offre plusieurs services d aide aux personnes en difficulté comme l intervention gratuite d un tuteur Energie,

Le CPAS offre plusieurs services d aide aux personnes en difficulté comme l intervention gratuite d un tuteur Energie, Le CPAS intervient également dans le cadre de démarches de soutien aux personnes âgées à domicile, en mettant, à la disposition de ces personnes, des aides ménagères et un service de taxi social visant

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Le Plan d intervention et de viabilité hivernale 2012-2013 sur le réseau routier départemental

Le Plan d intervention et de viabilité hivernale 2012-2013 sur le réseau routier départemental Le Plan d intervention et de viabilité hivernale 2012-2013 sur le réseau routier départemental Comme chaque année, le Conseil général de la Haute-Vienne mobilise ses moyens matériels et humains pour assurer,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX PUBLICS ET RECONSTRUCTION CELLULE INFRASTRUCTURES Projet d Appui à la Réouverture

Plus en détail

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Un colloque inédit sur les techniques de prévention et la gestion de crise le 3 avril 2014 au centre culturel «La Marlagne» à Wépion ASPECTS

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Vous n ignorez pas que la Belgique connaît depuis le dix-neuvième siècle un système d enregistrement rigoureux de la population.

Vous n ignorez pas que la Belgique connaît depuis le dix-neuvième siècle un système d enregistrement rigoureux de la population. Bruxelles, le 20 avril 2006 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Institutions et Population Registre national JH Votre fax du : Nos références : Annexe(s) : III/32/3287/05 1 Correspondant : E-mail :

Plus en détail

Charte du Portail de l information publique environnementale

Charte du Portail de l information publique environnementale Charte du Portail de l information publique environnementale http://www.toutsurlenvironnement.fr Entre : L État, représenté par le ministre chargé de l environnement Dénommé ci-après «Maître d ouvrage»

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail