SOMMAIRE I.- Message du Président du Conseil d Administration II.- Profil institutionnel III.- Organes de Gestion IV.- Profil Financier V.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE I.- Message du Président du Conseil d Administration II.- Profil institutionnel III.- Organes de Gestion IV.- Profil Financier V."

Transcription

1 SOMMAIRE I.- II.- III.- IV.- V.- VI.- VII.- VIII.- IX.- X.- XI.- XII.- XIII.- Message du Président du Conseil d Administration Profil institutionnel Organes de Gestion Profil Financier Environnement Economique Activités Commerciales Gestion des Risques Activités Sociales Célébration du Trentenaire Résultats Financiers Situation Financière Etats Financiers Vérifiés Liste des différents Conseils d Administration ( ) PAGES

2 Mise en page et Graphisme : François-Evariste Ducheine / ducstudios.com

3 Message MESSAGE 1 DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Guiteau Toussaint Mesdames, Messieurs L année 2009 marque le trentième anniversaire de création de la Banque Nationale de Crédit (BNC). C est l occasion pour le Conseil d Administration de remercier les clients, les partenaires, les correspondants et tout le personnel de leur confiance et de leur soutien indéfectibles à la Banque. L exercice fiscal présageait d une sortie graduelle de l économie mondiale de la grande crise qui l affecte. Le calme constaté sur les marchés financiers, pétroliers et céréaliers internationaux augurait de conséquences plus bénéfiques pour les économies des pays en développement comme Haïti. Notre économie a connu une croissance de son Produit Intérieur Brut (PIB) de 2,9 % et un taux d inflation négatif de 4,8 % en rythme annuel. Dans le même temps, le secteur bancaire haïtien a confirmé la bonne santé financière affichée en Il a réalisé un profit avant impôt de milliard de gourdes, une croissance du portefeuille de prêts nets de 13,79 % comparé à l exercice précédent, ainsi qu une baisse du ratio des prêts improductifs, passant de 9,69 % à 8,48 % en Votre banque, la BNC, a suivi la tendance du secteur. Elle a réalisé un profit annuel de 158 millions de gourdes, une croissance de son portefeuille de prêts nets de 16 % au cours de l année fiscale

4 Votre banque, la BNC, a augmenté son portefeuille de crédit par l octoi de prêts sains et adéquatement garantis. Elle a renforcé son indépendance à l égard des Bons BRH par l augmentation de ses revenus d intermédiation. Elle a modifié favorablement la structure de ses dépôts et réduit le ratio de ses prêts improductifs. Mesdames, Messieurs, Le Conseil d Administration s engage à maintenir la BNC dans la lignée des institutions financières et bancaires les plus modernes, les plus performantes et les plus rentables du pays. A cet effet, la politique de diversification et de stabilisation de ses revenus ainsi que celle de l assainissement de ses actifs sera renforcée. Il convie le personnel à redoubler d ardeur au travail. Il s engage à améliorer davantage les produits et services offerts en vue de maintenir la confiance et la fidélité de la clientèle envers l Institution. D ores et déjà, le Conseil d Administration invite tout un chacun à la célébration du quarantième anniversaire de la BNC en Guiteau Toussaint, Président du Conseil d Administration 4

5 Profil Institutionnel PROFIL INSTITUTIONNEL 2 Statut La Banque N a t i o n a l e de Crédit (BNC) est une Banque commerciale à caractère universel, propriété de l Etat Haïtien. Elle est issue de la séparation de la Banque Nationale de la République d Haïti (BNRH), par la loi du 17 août en deux Banques distinctes : la Banque de la République d Haïti (BRH) et la Banque Nationale de Crédit (BNC). Organisation et Fonctionnement La BNC est dirigée par un Conseil d Administration de cinq (5) membres, nommés par arrêté présidentiel, pour une période de 3 ans renouvelable. Il comprend : un Président, un Vice-Président, un Directeur Général et deux Membres. Capital Le capital autorisé de la BNC est fixé à 500 millions de gourdes. Son capital initial de 25 millions de gourdes a été modifié par le décret du 23 novembre Mission La mission de la BNC est d effectuer toutes les opérations de banque, conformément aux dispositions de la loi du 17 Août 1979 créant la BNC, du décret du 23 Novembre 2005 réglementant le fonctionnement des banques, et de toutes autres législations sur les Institutions Financières. Ces opérations comprennent : Réception et Gestion de tout type de dépôts en gourdes et en dollars US pour compte de particuliers, d entreprises et d autres institutions financières ; Octroi de crédit avec ou sans décaissement de fonds en gourdes et en dollars US pour les besoins de consommation, de logement et de commerce ; Services d intermédiation financière, en tant que commissionnaire, courtier ou autrement dans les opérations d investissement, de placement, de change etc.. Emission et gestion de cartes de crédit locales et internationales et de cartes prépayées en gourdes et en dollars US ; Services de gestion de portefeuille et de conservation de titres et autres valeurs mobilières ; Opérations de change ; Transport de fonds ; Exécution de payroll d entreprises ; Virements et Transferts de fonds à travers le pays et à l étranger. 5

6 Coordonnées Importantes Siège Principal # 103 angle Rue des Miracles et Du Quai, Port-au-Prince, Haïti. BP 1320 HT6110 Téléphones : (509) à / Fax : (509) / SWIFT CODE : BNCHHTPPXXX Site Web : BNC à l écoute : (509) / / / / Directions Commerciales Direction du Crédit : Téléphones : / 4040 / 4046 / 4055 / 4068 Fax : Direction des Opérations : Téléphones : / 4096 / 4090 Fax : Direction des Opérations Internationales et du Change : Téléphones : / 4041 / 4057 Fax : Direction du Marketing et des Relations Publiques Téléphones : / Autres Unité des Biens Hors Exploitation : Téléphones : / 7015 Unité de Recouvrement : Téléphones : / Bureau du Contentieux : Téléphones :

7 Profil Institutionnel Réseau de Succursales Le réseau de la BNC compte 36 succusales réparties sur tout le territoire national. Leur localisation est comme suit : Zone Métropolitaine de Port-Au-Prince. Localisation Adresse Téléphones Fax Rue Charéron 95, Rue Charéron, Port-Au-Prince, Haïti / Carrefour Route de Carrefour / (Côte Plage) Entre Côte Plage 16 et Champ de Mars 29, Rue Capois, Champ de Mars Port-au-Prince, Haïti Delmas 2 Angle Route de Delmas et Delmas 2 Port-au-Prince, Haïti Parc Industriel Bâtiment #1, Parc Industriel, Route de l Aéroport, Delmas, Haïti Pétion-Ville I Rue Pan Américaine Pétion-Ville III Place Boyer Pétion-Ville IV Choucoune Plaza Rue des Miracles 100, Angle Rues Pan Américaine et Faubert, Pétion-Ville, Haïti Angle Rues Métellus et Louverture #155, Place Boyer Pétion-Ville, Haïti Angle Rues Lamarre et Ogé Pétion-Ville, Haïti 103, Angle Rues des Miracles et du Quai, Port-au-Prince, Haïti / / / / / / / t / / Pavée I # 37, Rue Pavée Port-au-Prince, Haïti Pavée II # 97, Rue Pavée Port-au-Prince, Haïti / Lalue # 208, Ave John Brown, Port-au-Prince, Haïti / Carrefour Arcachon 32 Turgeau Aéroport Route de Carrefour Entre Arcachon 32 et 34 # 100, Avenue Jean Paul II Port-au-Prince, Haïti 103, Route de l Aéroport Delmas, Haïti Delmas 52 Entre Delmas 52 et 54 Route de Delmas Carrefour Shada Route Nationale # 1, Croix des Missions, Port-au-Prince, Haïti Croix des Bouquets Angle Rues Républicaine & Abraham Lincoln, Croix des Bouquets, Haïti / / / / 8182 /

8 Villes de Province Localisation Adresse Téléphones Fax Léogâne 42, Angle Grand Rue et Ste Catherine, Léogâne, Haïti Aquin 65, Place d Armes Aquin, Haïti Cap-Haïtien Rue du Quai, 13 et 14 Cap-Haïtien, Haïti Cabaret Route Nationale # 1, Cabaret Cayes 23, Rue du Quai Cayes, Haïti Fond des Nègres Route Nationale #2 Fond des Nègres / / / / / / / / Fort-Liberté Rue Saint Charles, Fort-Liberté, Haïti / Gonaïves 6, Angle Rues Anténor Firmin et St Jean, / Gonaïves, Haïti Hinche 23, Boulevard Jean-Jacques Dessalines, Hinche, Haïti / Jacmel 31, Avenue de la Liberté Jacmel, Haïti / Jérémie Miragoâne Ouanaminthe 15, Rue Destinville Martineau Jérémie, Haïti 65, Grand Rue Miragoâne, Haïti Angle Rues Hispaniola et Papa Jacques, Ouanaminthe, Haïti / / / Petit-Goâve 3, Rue du Quai, Petit-Goâve, Haïti / Port de Paix 22, Angle Rues Notre Dame et Sylvain, / Port de Paix, Haïti Saint-Marc 284, Angle Rues Louverture et Surpris Laurent, Saint-Marc, Haïti / / Correspondants internationaux La BNC travaille avec plusieurs banques et institutions financières étrangères qui lui facilitent les échanges internationaux. Ce sont, entre autres : Bank of New York Mellon, New York Citibank, New York Bladex, Panama Smith Barney Morgan Stanley 8

9 Organes de Gestion ORGANES 3 DE GESTION Le Conseil d Administration.- La Banque Nationale de Crédit (BNC) est administrée et gérée par un Conseil d Administration de cinq (5) membres nommés, par arrêté présidentiel, pour une période de trois (3) ans renouvelable. Depuis le 12 Octobre 2007, le Conseil d Administration est composé comme suit : 1 / Guiteau Toussaint Président 2 / Jean Philippe Vixamar Vice- Président 3 / Joseph Edy Dubuisson Dirceteur Général 4 / Angeline Renée Dominique Membre 5 / Fernand Robert Pardo Membre De gauche à Droite Fernand Robert Pardo, Jean Philippe Vixamar, Guiteau Toussaint, Joseph Edy Dubuisson, Angeline Renée Dominique 9

10 Le Comité de Direction.- Depuis le restructuration de la BNC en 1999, le Conseil d Administration réunit les cadres de Direction au sein d un comité de direction chargé d étudier, d analyser et d évaluer périodiquement les opportunités ainsi que les risques inhérents aux opérations bancaires. Les Cadres de Direction faisant partie du Comité de Direction sont les suivants : I.- Reponsables II.- Assistants Directeurs I.- RESPONSABLES DES BUREAUX / DIRECTIONS / UNITES De gauche à droite 1ère rangée (assis) Myrtho Midy Louis, Assurance BNC Ginette Bonbon, Direction des Opérations du Réseau Me Marie Marlaine Cyrill, Bureau du Contentieux Josette Juste, Direction Administration du Crédit Marie Andrée Baril, Direction Administrative Margareth Bonhomme, Unité Organisation et Méthode Beatrice Chirac, Direction des Opérations de la Carte de crédit De gauche à droite 2è rangée (debout) Hugues Bernard, Direction du Marketing et des Relations Publiques Berne Pierre, Direction Technologie et Informatique Dany Mondésir, Direction du Crédit Marie Edouard Rébu, Direction des Opérations Internationales et du Change Denis Content, Bureau du Contrôleur Alain Delva, Unité de Recouvrement Roland léger, Unité des Biens Hors Exploitation 10

11 Organes de Gestion II.- ASSISTANTS DIRECTEURS De gauche à droite 1ère rangée (assis) Rose Bianca Jean Mary, Bureau du Contrôleur Ivicat Pierre, Direction des Opérations du Réseau Marie Stéline Bertrand, Direction Administrative Laurence Pompée, Direction du Marketing et des Relations Publiques Jeannette Charles, Bureau du Contrôleur Margaret Halaby, Direction des Ressources Humaines Chantal Hilaire, Direction des Ressources Humaines De gauche à droite 2è rangée (debout) Guéla Jean-Jacques, Direction Technologie et Informatique Hans Desulmé, Direction Technologie et Informatique Leslie Auguste, Direction Technologie et Informatique Emmanuelle Jean-Bart, Direction Opérations Internationales et du Change Lionel Guillaume, Direction du Crédit Gérilus Bien Aimé, Bureau du Contrôleur Willio Augustin, Direction Financière 11

12 4 12

13 Frofil Financier CHIFFRES CLES de la BNC RESULTAT (en milliers de gourdes) Produit net Bancaire 787, , ,604.0 Provision pour créances douteuses , ,500.0 Charges d exploitation 567, , ,053.0 Profit avant versement au Trésor public 220, , ,051.0 BILAN (en milliers de gourdes) Total du Bilan 13,067,899 21,259,079 20,216,954 Actifs financiers 10,383,188 18,237,808 17,157,322 Actifs immobiliers et autres 2,684,711 3,021,271 3,059,632 Dépôts clientèle 9,869,902 17,964,927 16,382,273 Autres passifs 2,073,192 2,009,416 2,391,894 Fonds propres de base 1,124,805 1,284,736 1,442,787 RATIOS CLES Coefficient d exploitation 73% 75% 77% Rendement des Fonds Propres 21% 12% 13% Liquidités en % des dépôts 46% 46% 56% PARTS DE MARCHE Actif total 16.43% 20.86% 18.76% Prêts bruts 14.38% 16.90% 16.34% Dépôts totaux 14.99% 20.81% 17.74% Dépôts en US $ 9.32% 19.75% 14.82% 13

14 ENVIRONNEMENT 5 ECONOMIQUE Le cadre macroéconomique a connu, au cours de l exercice fiscal , une sensible amélioration comparativement aux résultats enregistrés en Le taux d inflation a considérablement chuté, la situation monétaire et financière s est stabilisée alors que les réserves en devises demeurent à un niveau élevé. PRODUIT INTERIEUR BRUT Evolution du Taux de Croissance à Prix Constant Forte croissance du PIB Selon l Institut Haïtien de Statistique et d Informatique (IHSI) le taux de croissance économique pour l année 2009 est de 2,9%; ce qui représente un gain de deux points de pourcentage par rapport à L augmentation de 9,9% des exportations en terme réel et celle de 3,9% de la consommation peuvent être considérées comme les principales causes de la croissance du PIB. En ce qui concerne l investissement global, en dépit d une croissance de 3,2%, le ratio investissement sur PIB est resté inchangé, soit environ 35%. Offre et Demande globales à prix courant (En millions de Gourdes) P E PIB 168, , , , ,904 Importation 72,154 88,769 86, , ,198 Offre Globale 240, , , , ,102 Consommation 170, , , , ,005 Investissement 46,072 57,861 67,092 72,281 73,161 Exportations 23,592 28,563 29,142 31,903 37,936 Demande Globale 240, , , , ,102 P : Prévision / E : Estimation 14

15 Environnement Economique Offre et Demande globales à prix constant (En millions de Gourdes) P E PIB 12,783 13,071 13,508 13,622 14,015 Importations 16,062 16,365 16,440 17,307 18,317 Offre Globale 28,845 29,436 29,948 30,929 32,332 Consommation 21,082 21,337 21,814 22,194 23,053 Investissement 4,444 4,541 4,680 4,811 4,967 Exportations 3,319 3,558 3,454 3,924 4,312 Demande Globale 28,845 29,436 29,948 30,929 32,332 P : Prévision / E : Estimation FINANCES PUBLIQUES Sensible amélioration des Finances Publiques Les recettes budgétaires ont totalisé au cours de l exercice fiscal environ 31,6 milliards de gourdes; ce qui représente une progression de 17% par rapport à l exercice précédent. Le ratio recettes sur PIB est passé de 10,8% à 11,8%. Parallèlement, les dépenses budgétaires ont augmenté de 16,3% en totalisant 35,3 milliards de gourdes contre 30,3 milliards en Aussi le déficit budgétaire qui avait atteint 3,4 milliards de gourdes l année précédente est passé à 3,8 milliards, soit une hausse de 8,5%. Evolution du Solde Budgétaire en millions de Gourdes NIVEAU DES PRIX Evolution du Taux d Inflation en rythme annuel Net ralentissement de l inflation Le taux d inflation, mesuré à partir de l indice général des prix à la consommation, a été évalué à 3,4% en moyenne annuelle et à - 4,7 % en glissement annuel. Le retournement de la tendance inflationniste qui a été enregistré en résulte de la chute des prix des produits pétroliers et des matières premières consécutives à la baisse de la demande mondiale. 15

16 COURS DE CHANGE Evolution du Taux de Change (Gourdes / Dollars) Dépréciation de la gourde par rapport au dollar Le taux de change de la gourde par rapport au dollar continue de se déprécier en s établissant à 41,77 en septembre 2009 contre 39,95 en septembre Cette dépréciation survient en dépit de l amélioration de la balance commerciale et de la stabilité enregistrée au niveau des transferts sans contrepartie. AGREGATS MONETAIRES Au cours du mois de septembre 2009, la masse monétaire M3 a été chiffrée à 103,0 milliards de gourdes; ce qui représente un flux additionnel de 5,2 milliards de gourdes par rapport à septembre La tendance à la hausse a été observée au niveau de tous les agrégats monétaires. En effet, les masses monétaires M1 et M2 se sont accrues respectivement de 15,1% et 9,1% par rapport à septembre Contrairement à l année précédente où les avoirs extérieurs nets s étaient accrus de 39.2 %, ils ont progressé au cours de cette année de 3,9% en passant de 39,1 milliards de gourdes à la fin du mois de septembre 2008 à 40,6 milliards de gourdes en septembre Au niveau des contreparties de la masse monétaire, les prêts accordés par le système bancaire, ont évolué à la hausse. Le crédit intérieur net a totalisé 58,9 milliards de gourdes en septembre 2009 contre 49,9 milliards en septembre 2008, soit une hausse de 17,9%. Cette évolution résulte de la croissance respective de 20,9 % des crédits accordés au secteur public et de 16,7 % de ceux accordés au secteur privé. BALANCE COMMERCIALE Evolution en millions de dollars US Atténuation du solde déficitaire de la balance commerciale Les exportations haïtiennes ont été évaluées, au cours de l année 2009, à millions de dollars américains ce qui correspond à une hausse de 16,3% par rapport à Dans le même temps, les importations ont diminué de près de 2% en passant de 1,97 milliard de dollars américains en 2008 à 1,93 milliard en Le déficit de la balance commerciale s est donc atténué en se chiffrant à 1,3 milliard de dollars américains contre 1,5 milliards en

17 Activités Commerciales ACTIVITES 6 COMMERCIALES Crédit.- Inscrite dans son plan stratégique , la stratégie de développement du portefeuille de crédit de la BNC a favorisé la croissance du portefeuille net de plus de 100% en deux ans, soit 4.14 milliards de gourdes au 30 septembre 2009 contre 2.04 milliards de gourdes au 30septembre Cette croissance constitue un record dans un contexte économique marqué par l incidence de la crise financière internationale et elle aura contribué à : La réduction de l impact des prêts improductifs sur la qualité du portefeuille dont le ratio est passé de 51.42% au 30 septembre 2007 à 30.98% au 30 septembre 2009 ; L amélioration du rendement moyen des prêts passant de 11.09% en 2008 à 11.50% en 2009, en dépassement de celui du secteur de 11.02% en dépit de la chute des taux d intérêt; La BNC a octroyé 1.2 milliard de gourdes et 49 millions de dollars US de nouveaux crédits en Ces crédits ont servi au financement d activités diverses telles que : commerce de gros et détail, industrie, acquisition et construction d immeubles commerciaux et résidentiels, infrastructures (route, énergie, communication), consommation, etc. Placements.- Au cours de l exercice , la BNC a fait des apports de capitaux à deux importantes Institutions du secteur privé des affaires évoluant dans des pôles de développement stratégiques pour l économie nationale. Il s agit de l acquisition d obligations subordonnées dans une Société de production d énergie électrique et d actions ordinaires dans une Société Hôtelière. Ces financements témoignent de l accompagnement de la BNC au développement de l économie nationale. La Carte BNC.- Dans la poursuite de l esprit de modernité initié en 2007 avec La Carte de Crédit BNC, produit utilisant la plateforme Master Card, baptisé «Tout Koté san Kè soté», la BNC a introduit en 2009, La Carte Prépayée BNC. Ce nouveau produit, lancé à l occasion de la célébration du trentenaire de la BNC, s est déjà révélé un succès avec l émission de plus de 10,000 cartes à la date de préparation de ce rapport. 17

18 L Assurance BNC.- En 2008, la BNC s est alliée a la Alternative Insurance Company (AIC) pour créer la première Bancassurance du pays. Le développement de l Assurance BNC s est poursuivi en 2009 à un rythme supérieur aux prévisions établies. L alliance stratégique de la BNC avec le groupe AIC s est révélée un coup gagnant tant pour les deux partenaires que pour les clients et la communauté haitïenne en général. Le client trouve aujourd hui sur place le financement qu il lui faut et l assurance nécessaire à travers quatre produits d assurance : L assurance multirisque entreprise et habitation effaçant les soucis de dommages que pourraient causer un incendie, une catastrophe à votre propriété, à la limite des risques couverts. Services à la Clientèle.- Dans le souci constant d améliorer la qualité des services à la clientèle et la performance du réseau et des services connexes, la BNC a installé une version actualisée des systèmes d information ICBS et Branch Teller. Une nouvelle succursale a été inaugurée aux Cayes en mars Les services de Banque du dimanche ont été étendus à plusieurs succursales de la zone métropolitaine, facilitant ainsi la disponibilité des services 7/7 jours aux clients. Les succursales concernées sont les suivantes : Succursale du Champ de Mars ; Succursale de Turgeau ; Succursale de Choucoune Plaza (P-V) ; Succursale de Delmas 52 ; Succursale de la rue Charéron ; Succursale de Carrefour (Cote-Plage); Succursale de Léogâne. L assurance vie 024, un produit d assurance conçu pour les personnes âgées de 22 à 49 ans, disponible à travers tout le réseau de la BNC dans un délai de 24 heures, sans examens médicaux et à des prix défiants toute concurrence. L assurance vie temporaire à capital fixe conçue particulièrement pour les besoins de garantie d un prêt, d un investissement ou d une prévoyance familiale. L assurance véhicule, un produit offert sur place par la BNC à ses clients bénéficiaires d un prêt véhicule et à des particuliers sans tracasseries, sans soucis et à des prix imbattables. 18

19 Gestion des Risques 7 GESTION DES RISQUES Risque de Crédit.- Les décisions importantes de crédit sont prises en Comité de Crédit à la majorité des membres. Le risque de perte pouvant résulter de défaillance d un client ou d une contrepartie, en liaison avec l exposition de crédit sous toutes ses formes, est maîtrisé au plus haut niveau, comme en témoigne le ratio de qualité du portefeuille de prêts de la BNC de 5% en 2009 contre 6% en 2008, hormis les improductifs acquis en 2007 de la SOCABANK. Risque de Marché.- Ce risque comprend l exposition de la Banque aux variations des paramètres de marché (taux d intérêt, cours de change et autres), résultant des activités (Trésorerie et Marchés Financiers). Les risques structurels de taux d intérêt, de change et de liquidité sont analysés et supervisés par le Comité de Gestion Actif/ Passif. Risques opérationnels.- Le fonctionnement de la Banque est régi par des politiques, des procédures et des règlements intérieurs mis en place pour gérer les risques liés à ses activités. Les programmes de formation ont été aussi intensifiés sous différentes formes : formation longue pour les jeunes désireux de poursuivre leurs études dans des domaines du métier de banque, formation courte sur place ou à l étranger en fonction des besoins ponctuels de la Banque. Conformité & Déontologie.- Comme pour les politiques et procédures internes, la conformité aux obligations légales s appliquant aux activités de la BNC est évaluée par le Bureau du Contrôleur, chargé du contrôle et de la supervision de la Conformité. Dans le cadre de son travail, le Bureau du Contrôleur s appuie sur des valeurs contenues dans le code de déontologie de la Banque, notamment : Le respect mutuel pour les personnes et les opinions; Le professionnalisme et le devoir de discrétion; Le respect à l égard de la clientèle; Le respect des exigences légales et réglementaires; La loyauté envers la Banque; Les travaux de Conformité réglementaire ont été renforcés au cours de l exercice, visant surtout, la sensibilisation du personnel face aux risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme, le développement d outils de prévention et de surveillance, la formation du personnel. Un Comité composé de Responsables de Directions Commerciales, de l Unité Organisation et Méthode et du Bureau du Contrôleur a travaillé à la révision des procédures en matière de lutte contre le Blanchiment et au lancement du processus d acquisition et de mise en place d un nouvel outil de détection plus efficace. Communication.- La banque utilise la presse pour communiquer avec ses clients actuels et futurs aussi bien que son site web sur lequel sont postées toutes les informations souhaitées incluant les états financiers. Cet outil de communication s est révélé très efficace en considérant le nombre de visites du site par les clients pour inscription, informations, transactions, virements intra patrimoine, achats et ventes de devises, paiements sur carte de crédit. Le site a été réaménagé en 2009 pour le rendre plus convivial et faciliter l accès aux visiteurs. 19

20 ActiVITEs sociales 8 Au cours de l exercice , la BNC a supporté plusieurs activités sociales, (éducation, culture, sport, etc..). Il s agit d un témoignage de citoyenneté, d un geste de solidarité, d un encouragement aux jeunes talents haïtiens, un moyen de valoriser l excellence et de récompenser la performance. Les activités ayant bénéficié du support financier de la BNC sont les suivantes : Education & Sport : Décembre Ouverture de 23 comptes d épargne en faveur des lauréats des examens d Etat de fin d études classiques ; Activités commémoratives du 50 ème anniversaire de l INAGHEI ; Cérémonie de collation de diplômes de la promotion sortante de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de Port-au-Prince ; Janvier Frais de voyage de la sélection de football des moins de 20 ans à l ïle Saint Vincent ; Février Subvention d une activité Socio-Educative du Centre d Education et d intervention Sociale (CEIS) ; Mai Participation au projet de renouvellement du parc informatique de la Faculté des Sciences Administratives de Jacmel ; Juin Patronage de la Gold Cup 2009 aux USA du 3 au 26 juillet 2009 ; Août Participation à la coupe du monde de judo junior ; Septembre Festi Volley du 11 au 12 juillet 2008 au Champ de Mars ; Culture : Novembre Mega spectacle organisé en la mémoire de l immortel artiste Ansy Dérose au Parc Historique de la Canne à sucre; Primes aux 3 meilleurs poèmes retenus dans le cadre des activités culturelles du Club des amis du Nord-Ouest ; Décembre Commémoration du 40ème anniversaire de l Orchestre Tabou Combo ; Soirée de gala commémorative du 60ème anniversaire de l Orchestre Septentrional ; Janvier Activités culturelles du Nouveau Collège Bird en vue de récompenser les professeurs en Mai 2009 ; 20

21 Activités Sociales Février Commémoration du 32ème anniversaire d existence du groupe des Jeunes Animateurs Chretiens JAC de l Eglise du Sacré Cœur de Turgeau ; Mars Contribution au bal du Jazz des Jeunes le 14 mars 2009 au Parc Historique de la Canne à Sucre ; Juin Exposition Souvenir des Ateliers Jérôme sous le titre de Gesner Armand, Maître de Dessin et de l Aquarelle du 11 au 26 juin 2009 ; Juillet Congrès des jeunes de l Archidiocèse de Port-au- Prince ; Septembre Contribution à la commémoration de la fête patronale de la communauté paroissiale Notre Dame de Lamercie de Galette Roches Blanches ; Autres : Décembre Mise en place d une Galerie des Bâtonniers dans le cadre du 150ème anniversaire du Barreau de Port-au-Prince ; Janvier Sixième Rencontre Mondiale des Familles à Mexico ; Patronage de forums organisés par la Chambre Haitiano Américaine de Commerce Février Don à la ville de Belladère à l occasion de la fête patronale Notre Dame de Lourdes ; Avril Cinquième Sommet des Amériques du 17 au 19 Avril 2009 à Port of Spain, Trinidad and Tobago ; Juin Colloque sur l Emploi en Haïti les 11 et 12 Juin 2009 de l Association Haïtienne des Economistes (AHE) ; Ateliers des Jeunes Leaders dans le cadre de leur activité du 13 juin 2009 ; Juillet Cinquième Edition de la Foire de la Montagne du 21 au 26 Juillet 2009 de l Association des Paysans de Vallue ; 21

22 9 CELEBRATION DU TRENTENAIRE Le vendredi 14 août 2009, la BNC a célébré son 30ème anniversaire, dans les jardins du complexe OASIS à Pétion Ville, qui a ouvert ses portes pour la première fois. Il s agissait d un moment de retrouvailles des clients de la BNC, des représentants du Gouvernement, des membres du Secteur Bancaire avec le Conseil d Administration, les cadres et les retraités de la BNC. Ce fut aussi l occasion pour plusieurs clients de témoigner à la BNC leur satisfaction pour la qualité des services et pour les progrès accomplis au cours des dix dernières années. Dans son discours de circonstance, le Président du Conseil d Administration, Monsieur Guiteau Toussaint, a souhaité la Bienvenue à ses invités puis les a gratifiés d un survol historique de la banque, à travers un documentaire dont voici quelques extraits : Les premiers essais de création d une Banque en Haïti eurent lieu en 1826 sous le Gouvernement de Jean Pierre Boyer et en 1859 sous le Gouvernement de Fabre Nicolas Geffrard qui ont chacun fait voter une loi de création de la Banque d Haïti ; En 1874, le gouvernement de Michel Domingue construisit l immeuble devant loger la Banque d Haïti ; En 1880, sous le gouvernement de Lysius Félicité Salomon, la Banque Nationale d Haïti (BNH) ouvrit ses portes pour la première fois avec une triple fonction de banque d émission, trésorière de l Etat et de banque commerciale. L histoire rapporte que l événement fut célébré en grande pompe à Port-au-Prince avec des feux d artifices. En 1910, le gouvernement de Antoine Simon dissout la BNH et créa la Banque Nationale de la République d Haïti (BNRH) avec les mêmes missions. Le 17 août 1979, sous le gouvernement de Jean Claude Duvalier, la BNRH fût scindée en deux banques distinctes : La Banque de la République d Haïti (BRH) remplissant les fonctions de banque d émission, trésorière de l Etat et de régulation du système bancaire. La Banque Nationale de Crédit (BNC) remplissant les fonctions de banque commerciale. L intervention du Président s est achevée par une remise de plaques Honneur et Mérite à certains clients qui sont restés fidèles à la BNC depuis très longtemps dont : la HINOTO SA, les Entreprises VORBE et FILS, le Groupe BIGIO, l Office d Assurance Véhicules Contre Tiers (OAVCT), le Groupe REBO SA, l Institut des Hautes Etudes Commerciales et Economiques (IHECE). Certains employés en poste depuis plus de 25 ans ont été aussi distingués. Il s agit de : M. Joseph Edy Dubuisson (Directeur Général), Mme Ginette Bonbon (Directeur des Opérations du Réseau), M. Joseph Joucov Saintil (Directeur des Ressources Humaines), Me Marie Thérèse Marlaine Cyril (Directeur du Bureau du Contentieux), Mme Enna Bongard (Cadre de l Unité Organisation et Méthode). 22

I Message du Président du Conseil d Administration 3. II Profil Institutionnel 7. III Environnement économique 17. IV Chiffres clés et Performances 23

I Message du Président du Conseil d Administration 3. II Profil Institutionnel 7. III Environnement économique 17. IV Chiffres clés et Performances 23 SOMMAIRE Pages I Message du Président du Conseil d Administration 3 II Profil Institutionnel 7 III Environnement économique 17 IV Chiffres clés et Performances 23 V Activités Commerciales 27 VI Gestion

Plus en détail

Message du Vice-Président du Conseil d Administration. Résultats de la BNC sous la présidence de Guiteau Toussaint. Organisation et Fonctionnement

Message du Vice-Président du Conseil d Administration. Résultats de la BNC sous la présidence de Guiteau Toussaint. Organisation et Fonctionnement Sommaire Pages Message du Vice-Président du Conseil d Administration 3 Hommage à Guiteau Toussaint 6 I.-1 I.-2 I.-3 Un homme, un idéal, une vision Résultats de la BNC sous la présidence de Guiteau Toussaint

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

BANQUE DE LA RÉPUBLIQUE D HAITI (BRH) STANDARDISATION DES CHÈQUES

BANQUE DE LA RÉPUBLIQUE D HAITI (BRH) STANDARDISATION DES CHÈQUES BANQUE DE LA RÉPUBLIQUE D HAITI (BRH) STANDARDISATION DES CHÈQUES Août 2012 TABLE DES MATIÈRES 2 - I. INTRODUCTION... 4 A. Codage magnétique... 4 B. Technologie de l imagerie... 4 II. DÉFINITIONS... 5

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

Rapport trimestriel Pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2002

Rapport trimestriel Pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2002 Rapport trimestriel Pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2002 Bourse Toronto : MB Actions en circulation (au 9 mai 2002) 26 808 361 actions ordinaires Faits saillants financiers (tous les montants

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme)

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) 1 Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) Novembre 2010 2 Table des matières Introduction... 3 Politique générale de garantie de crédit... 5 Les grandes

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

MAE/BRH DI-002 DOCUMENT D INFORMATION. Les Banques dans l economie nationale Un apercu

MAE/BRH DI-002 DOCUMENT D INFORMATION. Les Banques dans l economie nationale Un apercu LLa Banque de la République d Haïti a le plaisir de vous présenter le second numéro de la série «Document d Information». Cette dernière a pour but d informer le public en général, et les opérateurs économiques

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Vérification Externe Mérové-Pierre Cabinet d Experts Comptables, Avocat-Conseil Cabinet Pasquet, Gousse & Associés

Vérification Externe Mérové-Pierre Cabinet d Experts Comptables, Avocat-Conseil Cabinet Pasquet, Gousse & Associés 2012-2013 Siège Social de la Sogebank Inauguré en 1996, ce bâtiment symbolise les efforts d un groupe d hommes et de femmes résolument engagés dans la construction d un avenir meilleur pour notre chère

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Communiqué de presse TORONTO, le 17 février 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 30

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Au niveau des recettes :

Au niveau des recettes : Extrait du bulletin communal de décembre 2013 Au cours de sa séance du 23 octobre 2013, le conseil communal a examiné et approuvé à l unanimité la seconde modification budgétaire de l année. 1. Budget

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

B. ÉVOLUTION DU SYSTÈME BANCAIRE EN 2002

B. ÉVOLUTION DU SYSTÈME BANCAIRE EN 2002 B. ÉVOLUTION DU SYSTÈME BANCAIRE EN 2002 La performance du système bancaire a été, à nouveau, affectée par la persistance de la crise politique et l'affaiblissement de la croissance économique. Les résultats

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Rapport de gestion sur l exercice 2005 (consolidation)

Rapport de gestion sur l exercice 2005 (consolidation) Rapport de gestion sur l exercice 2005 (consolidation) L exercice 2005 de Keytrade fut particulièrement réussi sur le plan commercial et financier. Le nombre de clients et les avoirs déposés ont crû de

Plus en détail

Active Haiti Agent Locations

Active Haiti Agent Locations Active Haiti Agent Locations The Agent locations listed below are confirmed to be open and operating. While we will make every effort to provide the most recent and relevant information, please be aware

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Numéro de transit : 90027 Au 31 décembre 2010 Service de vérification Table des matières Rapport de l auditeur indépendant États financiers Bilan... 1 États

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Le Marché des Changes haïtien

Le Marché des Changes haïtien Le Marché des Changes haïtien Le taux de change Vers la fin des années 1980 la parité fixe de 5 gourdes pour 1 dollar américain qui prévalait depuis plus de 60 ans allait progressivement disparaître en

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

Caisse d'économie Desjardins des employés en Télécommunication

Caisse d'économie Desjardins des employés en Télécommunication Caisse d'économie Desjardins des employés en Numéro de transit : 92239 Au 31 décembre 2009 Service de vérification Table des matières Rapport des vérificateurs États financiers Bilan... 1 États des résultats

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

ORGANIGRAMME. Conseil d'administration. Administration. Caisse. Contrôle de Crédit. Monnaie et Analyse Économique. Affaires Internationales

ORGANIGRAMME. Conseil d'administration. Administration. Caisse. Contrôle de Crédit. Monnaie et Analyse Économique. Affaires Internationales ORGANIGRAMME Conseil d'administration Unité d'audit Interne Attachés à la Direction Générale Administration Ressources Humaines Comptabilité/Budget Support Informatique Affaires Juridiques Contentieux

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

Bâtir un Nouveau-Brunswick plus fort pour tous et toutes Document de consultation prébudgétaire 2005-2006

Bâtir un Nouveau-Brunswick plus fort pour tous et toutes Document de consultation prébudgétaire 2005-2006 1 2 Bâtir un Nouveau-Brunswick plus fort pour tous et toutes Document de consultation prébudgétaire 2005-2006 Publié par : Ministère des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014

pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014 pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014 De la recherche à l action Le CRDI finance des travaux de recherche appliquée dans les pays en développement afin d y accroître la prospérité et la sécurité

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

D. ÉTATS FINANCIERS ET ANNEXE JURIDIQUE

D. ÉTATS FINANCIERS ET ANNEXE JURIDIQUE D. ÉTATS FINANCIERS ET ANNEXE JURIDIQUE Page de l Auditeur (à scanner) Rapport BANQUE DE LA RÉPUBLIQUE D HAÏTI (BRH) Bilans 30 septembre et 1998 (Exprimé en milliers de gourdes haïtiennes) Notes 1998

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail