Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données"

Transcription

1 Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre, il s agit de présenter les requêtes de création, de modification et de suppression des tables dans une base de données Oracle. 7.1 Création d une table CREATE TABLE C est la requête CREATE TABLE qui sert à créer une table dans la norme SQL. Une table étant définie par son nom et ses colonnes (une colonne étant définie par son nom et son type de données), la syntaxe générale et simple de ce type de requête est la suivante : CREATE TABLE table (colonne1 type1, colonne2 type2,, colonnen typen) ; Supposons que nous voulons créer la table personne dont les champs sont : id, nom, prénom et date de naissance. La requête relative est la suivante : CREATE TABLE personne (id NUMBER, nom VARCHAR2(15), prenom VARCHAR2(15), date_naissance DATE) ; A partir de ce moment, il est possible d insérer des lignes dans la table personne (objet du prochain chapitre). 7.2 Les contraintes Une contrainte concerne une colonne de la table et peut être aperçue comme étant une condition que doivent respecter les valeurs de cette colonne. Elle est spécifiée lors de la création de la table et vient après le type de données de la colonne dans la requête : [CONSTRAINT nom_contrainte] contrainte Toute contrainte est définie par une table, une colonne, un type et un nom. L utilisateur peut affecter un nom à une contrainte, sinon Oracle lui affectera un nom par défaut. Les types de contraintes sont les suivants : 1. Clé primaire PRIMARY KEY une clé primaire d une table est composée d une ou plusieurs colonnes. Elle est utilisée pour identifier chaque ligne de manière unique. La valeur d une clé primaire composée de plusieurs colonnes est dite clé primaire composée. Une clé primaire ne doit pas contenir de valeurs NULL. 2. Clé unique UNIQUE cette contrainte oblige la colonne de ne pas avoir deux valeurs identiques. Elle a donc le même principe qu une clé primaire à l exception qu elle peut avoir la valeur NULL. Cette contrainte peut être appliquée à une ou à plusieurs colonnes (dans ce cas, chaque uplet doit être unique).

2 40 3. Clé étrangère FOREIGN KEY REFERENCES elle représente une relation entre deux tables. Elle concerne une ou plusieurs colonnes d une table dite table fille, et dont les valeurs dépendent des clés primaires ou uniques (et de leurs types données) d une table dite table mère. On peut ajouter l option [ON DELETE CASCADE] pour que la suppression d une ligne de la table mère entraîne la suppression de toutes les lignes de la table fille qui en dépendent. Si cette option n est pas spécifiée, la suppression des lignes de la table mère est impossible si elles référencent des lignes dans la table fille. On peut aussi ajouter [ON DELETE SET NULL] et dans ce cas, la suppression d une ligne de la table mère entraîne la mise à NULL des colonnes qui la référencent dans la table fille. 4. Contrainte de vérification CHECK parfois la colonne d une table doit satisfaire certaines conditions posées par l utilisateur. Les contraintes de vérification permettent généralement de restreindre le domaine d une colonne. 5. NOT NULL NOT NULL si cette contrainte est appliquée à une colonne, alors cette colonne ne doit pas contenir de valeurs NULL. REQ 68 Créez la table EMP sachant que la table DEPT l est déjà. Cette table contient une clé primaire EMPNO, un nom qui doit être unique ENAME, un poste JOB, un salaire SAL qui doit dépasser un salaire minimum conventionnel (SMIG) de 600, une date d embauche HIREDATE qui ne peut pas être NULL, un code d employeur MGR qui réfère la colonne EMPNO et finalement un numéro de département DEPTNO qui réfère la colonne DEPTNO de la table DEPT? CREATE TABLE EMP(EMPNO NUMBER CONSTRAINT PK1 PRIMARY KEY, ENAME VARCHAR2(20) CONSTRAINT UN1 UNIQUE, JOB VARCHAR2(15), SAL NUMBER CONSTRAINT CH1 CHECK(SAL>600), HIREDATE DATE DEFAULT 01-JAN-80 NOT NULL, MGR NUMBER CONSTRAINT FK_EMP_EMP REFERENCES EMP(EMPNO), DEPTNO NUMBER REFERENCES DEPT(DEPTNO) ON DELETE CASCADE) ; Rappelons que dans la requête, chaque clause CONSTRAINT sert à donner un nom à la contrainte en cours et qu elle est facultative (la clause). En cas d omission de cette clause, Oracle affectera par défaut un nom à cette contrainte. Remarquez aussi le mot clé DEFAULT suivi par une constante et défini sur la colonne HIREDATE. Ce mot clé sert à affecter à une colonne une valeur par défaut si on insère une ligne et qu on ignore cette colonne. Oracle SQL (et non pas SQL) permet aussi de créer une table et d y insérer les lignes résultantes d une interrogation SELECT en une seule requête.

3 41 REQ 69 Créez la table EMP1 dont les colonnes sont NUEMP, NOMEMP, NOMDEPT et EGRADE et y insérer les lignes convenables à partir des tables EMP, DEPT et SALGRADE? CREATE TABLE EMP1(NUEMP NUMBER PRIMARY KEY, NOMEMP VARCHAR2(15), NOMDEPT VARCHAR2(15), EGRADE VARCHAR2(15)) AS SELECT EMPNO, ENAME, DNAME, GRADE FROM EMP E, DEPT D, SALGRADE S WHERE E.DEPTNO=D.DEPTNO AND E.SAL BETWEEN S.LOSAL AND S.HISAL; Naturellement, on doit respecter l égalité du nombre des colonnes et de leurs types de données entre la définition de la table et la sélection de la requête SELECT. Il est possible également que la définition d une table soit directement extraite à partir de la requête SELECT. REQ 70 Créez une table doublure de la table DEPT en structure et en données? CREATE TABLE DEPTDOUB AS SELECT * FROM DEPT; Dans le cas, de création d une table à clé primaire composée, cette contrainte est ajoutée à la fin de la requête. De même pour la contrainte unique qui peut porter sur plusieurs tables : REQ 71 Créez la table FPJ? CREATE TABLE FPJ(NF NUMBER REFERENCES F(NF), NP NUMBER REFERENCES P(NP), NJ NUMBER REFERENCES J(NJ), QTE NUMBER, PRIMARY KEY(NF,NP,NJ)); 7.3 Modification d une table ALTER TABLE La modification d une table consiste à ajouter, renommer, modifier ou supprimer une colonne, ou à ajouter, modifier ou supprimer une contrainte. La requête de modification d une table est ALTER TABLE Renommer une table Il est possible de renommer une table de deux manières, via la requête RENAME ou encore la clause RENAME dans la requête ALTER TABLE. REQ 72 Renommer de deux manières la table EMP pour EMPLOYE? RENAME EMP TO EMPLOYE; ALTER TABLE EMP RENAME TO EMPLOYE; Ajouter une colonne L ajout de colonne se fait via la clause ADD. Une colonne ajoutée est mise à NULL pour toutes les lignes. Il en découle qu on ne peut pas appliquer une contrainte sur cette colonne lui

4 42 interdisant d avoir une valeur NULL à moins qu elle soit affectée à une valeur par défaut ou que la table soit vide. REQ 73 Ajouter les colonnes téléphone TEL et Adresse ADR. La colonne TEL ne doit pas avoir la valeur NULL? ALTER TABLE EMP ADD (TEL NUMBER(8) DEFAULT NOT NULL, ADR VARCHAR2(30)) ; Renommer une colonne Il est possible de renommer une colonne via la clause RENAME COLUMN. REQ 74 Renommer la colonne SAL pour SALARY dans la table EMP? ALTER TABLE EMP RENAME COLUMN SAL TO SALARY; Modifier une colonne Ça revient à modifier son type de données via la clause MODIFY COLUMN. Il est possible d augmenter la taille d une colonne de type numérique ou chaîne de caractères et de la diminuer si toutes les valeurs de la colonne le permettent. Il est aussi possible de changer le type de données si la colonne en question ne contient que des valeurs NULL. On peut aussi changer du type CHAR au type VARCHAR2 (et vice versa) si les champs sont NULL ou si on ne change pas la taille. Finalement un changement de la valeur par défaut n affecte que les insertions futures. REQ 75 Modifier la taille de la colonne JOB à 30 caractères variables? ALTER TABLE EMP MODIFY (JOB VARCHAR2(30)); Supprimer une colonne La clause DROP COLUMN dans la requête ALTER TABLE permet de supprimer une colonne d une table. Il est possible de supprimer des colonnes contenant des données à condition qu elle ne soit pas l unique colonne de la table ou référencée dans une autre table. Si la colonne est référencée par une colonne d une autre table (fille), alors il faut ajouter l option CASCADE CONSTRAINTS pour éliminer aussi la contrainte FOREIGN KEY de la colonne étrangère. REQ 76 Supprimer la colonne HIREDATE de la table EMP? ALTER TABLE EMP DROP COLUMN HIREDATE;

5 Marquer une colonne L option SET UNUSED marque une ou plusieurs colonnes pour une suppression ultérieure. En effet, la suppression d une colonne (surtout pour des tables de grande taille) peut prendre un temps considérable contrairement à son marquage. Grâce à cette opération, la colonne marquée n apparaît plus à l utilisateur, une fois la base de données n est plus interrogée fréquemment, on peut supprimer les colonnes marquées via la clause DROP UNUSED COLUMNS. REQ 77 Ecrire deux requêtes, la 1 ère sert à marquer la colonne JOB pour la suppression, la 2 ème sert à éliminer toutes les colonnes marquées? ALTER TABLE EMP SET UNUSED (JOB); ALTER TABLE EMP DROP UNUSED COLUMNS; Ajouter une contrainte On peut ajouter une contrainte à une table existante en utilisant la requête ALTER TABLE et la clause ADD CONSTRAINT. Cette opération ne réussit que si les données qui existent déjà dans la table respectent la contrainte qu on veut ajouter. REQ 78 Supposons que la table EMP n est soumise à aucune contrainte. Ajoutez les contraintes nécessaires? ALTER TABLE EMP ADD (CONSTRAINT PK1 PRIMARY KEY (EMPNO), CONSTRAINT FK_EMP_DEPT FOREIGN KEY(DEPTNO) REFERENCES DEPT(DEPTNO)) ; L ajout d une contrainte n est possible que si les données qu elle concerne, la respectent déjà Désactivation/Activation de contraintes La désactivation d une contrainte est possible via la clause DISABLE dans la requête ALTER TABLE. Parfois, on a besoin de désactiver une contrainte qui nous gênerait lors de l insertion d un grand nombre de lignes. Par exemple, lors de l insertion d un employé dans la table EMP, il faut s assurer que son employeur existe déjà dans la table (la colonne MGR doit avoir une valeur qui existe déjà dans la colonne EMPNO). Pour ce, on pourrait désactiver la contrainte FOREIGN KEY de la colonne MGR, insérer toutes les lignes et réactiver la contrainte. La syntaxe de la clause DISABLE est la suivante : DISABLE PRIMARY KEY UNIQUE(col) CONSTRAINT cte [CASCADE] REQ 79 Désactiver la contrainte de clé étrangère concernant la colonne MGR? ALTER TABLE EMP DISABLE CONSTRAINT FK_EMP_EMP ;

6 44 Notons ici l importance de nommer une contrainte lors de sa création, car la clause DISABLE ne réfère les contraintes FOREIGN KEY, NOT NULL et CHECK que par leurs noms (un nom que l utilisateur donne à la contrainte, ou assigné par défaut par Oracle). La réactivation d une contrainte se fait par la clause ENABLE. Il faut bien sûr que les données respectent déjà cette contrainte sinon sa réactivation échouera. Par exemple, si on veut réactiver la contrainte FK_EMP_EMP, il faut que la colonne MGR ne contienne aucune valeur n appartenant pas à la colonne EMPNO. REQ 80 Réactiver la contrainte de clé étrangère sur la colonne MGR de la table EMP? ALTER TABLE EMP ENABLE CONSTRAINT FK_EMP_EMP ; La suppression d une contrainte La clause DROP CONSTRAINT permet de supprimer une contrainte d une table. Elle est donc suivie par le nom de la contrainte (notons encore une fois l importance du nom d une contrainte) et optionnellement par le mot clé CASCADE. Si ce mot clé est précisé, alors la suppression d une clé primaire d une table mère, la suppression de la clé étrangère correspondante dans la table fille est effectuée automatiquement. 7.4 Suppression d une table DROP TABLE La suppression d une table est effectuée par la requête DROP TABLE, celle-ci détruirait les données et la structure de la table. Si votre table est une table mère, c-à-d que sa clé primaire est référée par d autres colonnes FOREIGN KEY qui sont dans une ou plusieurs tables filles, alors la suppression est impossible. La solution est d utiliser l option CASCADE CONSTRAINTS ; dans ce cas là, les contraintes FOREIGN KEY posées sur les colonnes des tables filles- seront à leurs tours supprimés. REQ 81 Supprimer totalement la table DEPT? DROP TABLE DEPT CASCADE CONSTRAINTS; 7.5 Consultation des contraintes Vous pouvez visualiser vos contraintes en les sélectionnant à partir de la vue USER_CONSTRAINTS : REQ 82 Afficher les contraintes de la table EMP dont l utilisateur a assignées un nom? SELECT CONSTRAINT_NAME, CONSTRAINT_TYPE FROM USER_CONSTRAINTS WHERE TABLE_NAME= EMP ;

7 45 Vous pouvez aussi consulter les noms de colonnes (COLUMN_NAME) et le nom de la contrainte qui les concernent (CONSTRAINT_NAME) à partir de la vue USER_CONS_COLUMNS.

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Chapitre 2 La sélection simple

Chapitre 2 La sélection simple 2.1 La sélection simple Chapitre 2 La sélection simple La requête SELECT nous permet d'extraire des données à partir d'une base de données. La clause SELECT est suivie d'une ou de plusieurs colonnes, ce

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les commandes de base sous Unix Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Polytech Grenoble - TIS3. Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE. 2. Saisissez votre mot de passe suivi d un retour de chariot.

Polytech Grenoble - TIS3. Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE. 2. Saisissez votre mot de passe suivi d un retour de chariot. Polytech Grenoble - TIS3 Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE 1. Connectez vous avec un shell distant sur le serveur faisant tourner la base oracle : ssh usernameagalan@im2ag-oracle.e.ujf-grenoble.fr

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

TP3 : Creation de tables 1 seance

TP3 : Creation de tables 1 seance Universite de Versailles IUT de Velizy - Algorithmique 2005/2006 TP3 : Creation de tables 1 seance Objectif : Creation et modication de tables dans une base de donnees. Avant de commencer ce TP, terminer

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Chapitre 6 Les sous-requêtes

Chapitre 6 Les sous-requêtes Chapitre 6 Les sous-requêtes Une caractéristique très puissante SQL est la possibilité d imbriquer une requête SQL (SELECT) dans une autre. En effet, nous pouvons utiliser le résultat d une requête pour

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 CRÉATION DES OBJETS DE BASES DE DONNÉES... 2 1.1 Architecture d une base de données... 2 1.1.1 Niveau logique... 2 1.1.2 Niveau physique... 3 1.2 Gestion d une base de données... 3

Plus en détail

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 Sommaire Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 1- Créer deux TableSpaces votre_nom-tbs et Votre_nom-TempTBS :... 3 2. Créer un utilisateur qui porte votre nom :... 3 3. Attribuer à

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des données» PL / SQL: Mise à jour des données Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code

Plus en détail

Chapitre IV La Structure physique de la Base de données

Chapitre IV La Structure physique de la Base de données LP Informatique(DA2I) UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 17/1/2008, Enseignant : M. Nakechbnadi mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre IV La Structure

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation Chapitre V Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation 175 Mise en oeuvre et utilisation d une base de données : points principaux Organisation d un système de gestion

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Plan. Bases de Données. Sources des transparents. Bases de SQL. L3 Info. Chapitre 4 : SQL LDD Le langage de manipulation de données : LMD

Plan. Bases de Données. Sources des transparents. Bases de SQL. L3 Info. Chapitre 4 : SQL LDD Le langage de manipulation de données : LMD Plan Bases de Données L3 Info Céline Rouveirol 2010-2011 Bases de Données 1 / 77 Sources des transparents Bases de Données 2 / 77 Bases de SQL - M.P. Dorville/F. Goasdoué, LRI, Université Paris Sud - V.

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

UTILISER LE SERVEUR MYSQL...

UTILISER LE SERVEUR MYSQL... MySQL (pour Windows 9x) UTILISER LE SERVEUR MYSQL... 2 LANCER LE SERVEUR MYSQL... 2 ARRETER LE SERVEUR MYSQL... 3 TRAVAIL AVEC LA CONSOLE MYSQL... 3 CREATION / SUPPRESSION D'UN BASE... 3 UTILISER UN BASE...

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

Optimisation SQL. Quelques règles de bases

Optimisation SQL. Quelques règles de bases Optimisation SQL Quelques règles de bases Optimisation des ordres SQL Page 2 1. QUELQUES RÈGLES DE BASE POUR DES ORDRES SQL OPTIMISÉS...3 1.1 INTRODUCTION...3 1.2 L OPTIMISEUR ORACLE...3 1.3 OPTIMISEUR

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper INSIA Bases de données ORACLE SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE SQL3 - SQL3 = SQL2 pour BD relationnelles+ des extensions orienté-objet multi-media spatial Séries temporelles - Ce chapitre

Plus en détail

n info ou iup n 7 premières lettres du nom n initiale du prénom n interroger n SQL*PLUS : SQL interactif, avec quelques ajouts

n info ou iup n 7 premières lettres du nom n initiale du prénom n interroger n SQL*PLUS : SQL interactif, avec quelques ajouts SQL Université de Nice - Sophia Antipolis Richard Grin Version 2.15 L3 14/10/07 IMPORTANT L environnement Oracle doit être installé avant le début du TP 6 Notice d installation à la fin du TP 6 Nom de

Plus en détail

Création et Gestion des tables

Création et Gestion des tables Création et Gestion des tables Version 1.0 Z Grégory CASANOVA 2 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les tables... 5 3.1 Les types de données... 5 3.1.1 Les types de données Sql Server... 5

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Département d informatique. 420 KED-LG, conception de bases de données. SQL d ORACLE. Préparé par Saliha Yacoub - 1 -

Département d informatique. 420 KED-LG, conception de bases de données. SQL d ORACLE. Préparé par Saliha Yacoub - 1 - Département d informatique 420 KED-LG, conception de bases de données SQL d ORACLE Préparé par Saliha Yacoub - 1 - Table des matières Présentation du SGBD Oracle....4 9BArchitecture :... 4 10BLes commandes

Plus en détail

Base de données. Chapitre 1 Introduction

Base de données. Chapitre 1 Introduction Base de données Chapitre 1 Introduction Plan du cours Introduction Modèle relationnel SQL Conception 2 Exemple MAT NOM FONCTION COURS AN_ENT 62945 Gilles Prof_adj MRT1111 1997 34560 Myriam Prof_agr MRT2221

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL 1. Description SQL est un acronyme pour Structured Query Language qui a été conçu par IBM, et a succédé au langage SEQUEL. C est maintenant le langage le plus utilisé dans les

Plus en détail

Historisation des données

Historisation des données Historisation des données Partie 1 : mode colonne par Frédéric Brouard, alias SQLpro MVP SQL Server Expert langage SQL, SGBDR, modélisation de données Auteur de : SQLpro http://sqlpro.developpez.com/ "SQL",

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD Cette partie est à réaliser sur papier uniquement. Il s agit de réaliser un modèle conceptuel de données (MCD) suivi du modèle

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des bases de données» 24 au 27 /06/08 Dernière

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Langages de requêtes. Plan du cours. Base de données exemple. Objectifs du cours. Plan du cours. Base de données exemple

Langages de requêtes. Plan du cours. Base de données exemple. Objectifs du cours. Plan du cours. Base de données exemple Plan du cours Langages de requêtes M1 Informatique Année 2010-2011 Jérôme Darmont Introduction Algèbre relationnelle Langage SQL Langage XQuery http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/

Plus en détail

JDBC et objet-relationnel

JDBC et objet-relationnel Types de données de SQL3 JDBC et objet-relationnel Université de Nice - Sophia Antipolis Version 1.6.4 5/11/11 Richard Grin JDBC supporte les types suivants de SQL3 qui sont des ouvertures vers le relationnelobjet

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

V. LE LANGAGE SQL. 1. Introduction. a) Généralités

V. LE LANGAGE SQL. 1. Introduction. a) Généralités V. LE LANGAGE SQL 1. Introduction a) Généralités SQL = Structured Query Language Issu de SEQUEL (Structured English as a Query Language). Standard ANSI en Octobre 1986 (proposition X3H2). SQL permet la

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 Loïc Maisonnasse 1 Objectif Ce TD a pour objectif de vous familiariser avec le langage de requêtes SQL. Et de vous apprendre à écrire des requêtes SQL pour

Plus en détail

Les entrepôts De données TP 1

Les entrepôts De données TP 1 UNIVERSITE SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES FES 2014-2015 Les entrepôts De données TP 1 Réalisé par : Supervisé par : AIT SKOURT BRAHIM Pr. L. Lemrini BOUCHANA ADIL ED-DAHMOUNI

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011 Les fichiers en format pdf des projections du cours sont disponibles sur la page : http://www.ibisc.univevry.fr/~serena mais ne pas les imprimer au bât.

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

Université de Nice Sophia-Antipolis. Langage SQL. version 5.7 du polycopié. Richard Grin

Université de Nice Sophia-Antipolis. Langage SQL. version 5.7 du polycopié. Richard Grin Université de Nice Sophia-Antipolis Langage SQL version 5.7 du polycopié Richard Grin 4 janvier 2008 Table des matières Présentation du polycopié vi 1 Introduction 1 1.1 Présentation de SQL.......................

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Oracle 10g. SQL, PL/SQL, SQL*Plus. Résumé. Jérôme GABILLAUD

Oracle 10g. SQL, PL/SQL, SQL*Plus. Résumé. Jérôme GABILLAUD Oracle 10g SQL, PL/SQL, SQL*Plus Jérôme GABILLAUD Résumé Ce livre s adresse à tout informaticien désireux de maîtriser la gestion d une base de données Oracle. Il reprend les concepts, définitions et règles

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

DÉPARTEMENT D INFORMATIQUE Faculté des sciences Université de Sherbrooke TRAVAIL DE SESSION

DÉPARTEMENT D INFORMATIQUE Faculté des sciences Université de Sherbrooke TRAVAIL DE SESSION DÉPARTEMENT D INFORMATIQUE Faculté des sciences Université de Sherbrooke TRAVAIL DE SESSION Par Équipe 14 Carolane Aubé 14046196 Geneviève Côté 14060320 Rose-Marie Brisson 14033798 Marie-Ève Berthiaume

Plus en détail

Modélisation et Gestion des bases de données avec mysql workbench

Modélisation et Gestion des bases de données avec mysql workbench Modélisation et Gestion des bases de données avec mysql workbench par novembre 2011 Table des matières 1 Installation 3 1.1 Ecran de chargement 3 1.2 Page d accueil 3 2 Réalisation d une base de données

Plus en détail

SQL sous SqlServer OLIVIER D. DEHECQ Olivier http://www.entraide-info.fr 0

SQL sous SqlServer OLIVIER D. DEHECQ Olivier http://www.entraide-info.fr 0 2013 SQL sous SqlServer OLIVIER D. DEHECQ Olivier http://www.entraide-info.fr 0 Table des matières Signalétique... 2 1 Les bases du SQL... 3 2 SQL server... 6 2 Références des exercices...21 DEHECQ Olivier

Plus en détail

DROP TABLE Aeroport CASCADE CONSTRAINTS; CREATE TABLE Aeroport ( VARCHAR(60) NOT NULL, CONSTRAINT PK_aeroport primary key (codeaeroport) );

DROP TABLE Aeroport CASCADE CONSTRAINTS; CREATE TABLE Aeroport ( VARCHAR(60) NOT NULL, CONSTRAINT PK_aeroport primary key (codeaeroport) ); / Fichier: tp1-2.sql Nom: Martin Rancourt - Matricule: 14059412 Nom: Vincent Ribou - Matricule: 14042001 Description : Travail pratique #1 partie 2. Base de données qui permet de gérer les vols d une compagnie

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle

Rudiments SQL pour Oracle Rudiments SQL pour Oracle Cyril Gruau 23 septembre 2005 Résumé Ce support de cours regroupe les instructions SQL basiques qui permettent de mettre en place une base de données sur un serveur Oracle, de

Plus en détail

TD 15 ème chapitre Bases de données

TD 15 ème chapitre Bases de données TD 15 ème chapitre Bases de données Nous allons travailler dans un premier temps avec le sgbd SQLite qui, à proprement parler, ne s'installe pas vraiment. Les bases de données SQLite tiennent sur un fichier

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Des diagrammes objets vers le modèle Relationnel

Des diagrammes objets vers le modèle Relationnel Des diagrammes objets vers le modèle Relationnel J. Guyot - Université de Genève 1 Résumé des concepts Modèle Objet Modèle Relationnel Classe Relation Attribut Attribut Méthode (vue, fonction, attribut,

Plus en détail

Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle

Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle Cours N 3 : Langage de Manipulation de Données. Souheib BAARIR. Page web : http://pagesperso-systeme.lip6.fr/souheib.baarir/bdvba/support.htm

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

Pour les débutants. langage de définition des données

Pour les débutants. langage de définition des données Pour les débutants SQL : langage de définition des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Z Grégory CASANOVA 2 Les procédures stockées et les fonctions utilisateur [08/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les procédures

Plus en détail

V un formulaire. F un état.

V un formulaire. F un état. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L EDUCATION Section : Sciences de l Informatique EXAMEN DU BACCALAUREAT JUIN 2012 Corrigé de l épreuve de Base de Données Session principale EXERCICE 1 : (3 points =

Plus en détail

Filière Licence professionnelle GSIE - Auxerre Introduction aux bases de données (partie 2)

Filière Licence professionnelle GSIE - Auxerre Introduction aux bases de données (partie 2) Filière Licence professionnelle GSIE - Auxerre Introduction aux bases de données (partie 2) Marie-Noëlle Terrasse Département IEM, Université de Bourgogne 7 octobre 2004 1 Remarques générales Pour ce TP

Plus en détail