Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données"

Transcription

1 Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre, il s agit de présenter les requêtes de création, de modification et de suppression des tables dans une base de données Oracle. 7.1 Création d une table CREATE TABLE C est la requête CREATE TABLE qui sert à créer une table dans la norme SQL. Une table étant définie par son nom et ses colonnes (une colonne étant définie par son nom et son type de données), la syntaxe générale et simple de ce type de requête est la suivante : CREATE TABLE table (colonne1 type1, colonne2 type2,, colonnen typen) ; Supposons que nous voulons créer la table personne dont les champs sont : id, nom, prénom et date de naissance. La requête relative est la suivante : CREATE TABLE personne (id NUMBER, nom VARCHAR2(15), prenom VARCHAR2(15), date_naissance DATE) ; A partir de ce moment, il est possible d insérer des lignes dans la table personne (objet du prochain chapitre). 7.2 Les contraintes Une contrainte concerne une colonne de la table et peut être aperçue comme étant une condition que doivent respecter les valeurs de cette colonne. Elle est spécifiée lors de la création de la table et vient après le type de données de la colonne dans la requête : [CONSTRAINT nom_contrainte] contrainte Toute contrainte est définie par une table, une colonne, un type et un nom. L utilisateur peut affecter un nom à une contrainte, sinon Oracle lui affectera un nom par défaut. Les types de contraintes sont les suivants : 1. Clé primaire PRIMARY KEY une clé primaire d une table est composée d une ou plusieurs colonnes. Elle est utilisée pour identifier chaque ligne de manière unique. La valeur d une clé primaire composée de plusieurs colonnes est dite clé primaire composée. Une clé primaire ne doit pas contenir de valeurs NULL. 2. Clé unique UNIQUE cette contrainte oblige la colonne de ne pas avoir deux valeurs identiques. Elle a donc le même principe qu une clé primaire à l exception qu elle peut avoir la valeur NULL. Cette contrainte peut être appliquée à une ou à plusieurs colonnes (dans ce cas, chaque uplet doit être unique).

2 40 3. Clé étrangère FOREIGN KEY REFERENCES elle représente une relation entre deux tables. Elle concerne une ou plusieurs colonnes d une table dite table fille, et dont les valeurs dépendent des clés primaires ou uniques (et de leurs types données) d une table dite table mère. On peut ajouter l option [ON DELETE CASCADE] pour que la suppression d une ligne de la table mère entraîne la suppression de toutes les lignes de la table fille qui en dépendent. Si cette option n est pas spécifiée, la suppression des lignes de la table mère est impossible si elles référencent des lignes dans la table fille. On peut aussi ajouter [ON DELETE SET NULL] et dans ce cas, la suppression d une ligne de la table mère entraîne la mise à NULL des colonnes qui la référencent dans la table fille. 4. Contrainte de vérification CHECK parfois la colonne d une table doit satisfaire certaines conditions posées par l utilisateur. Les contraintes de vérification permettent généralement de restreindre le domaine d une colonne. 5. NOT NULL NOT NULL si cette contrainte est appliquée à une colonne, alors cette colonne ne doit pas contenir de valeurs NULL. REQ 68 Créez la table EMP sachant que la table DEPT l est déjà. Cette table contient une clé primaire EMPNO, un nom qui doit être unique ENAME, un poste JOB, un salaire SAL qui doit dépasser un salaire minimum conventionnel (SMIG) de 600, une date d embauche HIREDATE qui ne peut pas être NULL, un code d employeur MGR qui réfère la colonne EMPNO et finalement un numéro de département DEPTNO qui réfère la colonne DEPTNO de la table DEPT? CREATE TABLE EMP(EMPNO NUMBER CONSTRAINT PK1 PRIMARY KEY, ENAME VARCHAR2(20) CONSTRAINT UN1 UNIQUE, JOB VARCHAR2(15), SAL NUMBER CONSTRAINT CH1 CHECK(SAL>600), HIREDATE DATE DEFAULT 01-JAN-80 NOT NULL, MGR NUMBER CONSTRAINT FK_EMP_EMP REFERENCES EMP(EMPNO), DEPTNO NUMBER REFERENCES DEPT(DEPTNO) ON DELETE CASCADE) ; Rappelons que dans la requête, chaque clause CONSTRAINT sert à donner un nom à la contrainte en cours et qu elle est facultative (la clause). En cas d omission de cette clause, Oracle affectera par défaut un nom à cette contrainte. Remarquez aussi le mot clé DEFAULT suivi par une constante et défini sur la colonne HIREDATE. Ce mot clé sert à affecter à une colonne une valeur par défaut si on insère une ligne et qu on ignore cette colonne. Oracle SQL (et non pas SQL) permet aussi de créer une table et d y insérer les lignes résultantes d une interrogation SELECT en une seule requête.

3 41 REQ 69 Créez la table EMP1 dont les colonnes sont NUEMP, NOMEMP, NOMDEPT et EGRADE et y insérer les lignes convenables à partir des tables EMP, DEPT et SALGRADE? CREATE TABLE EMP1(NUEMP NUMBER PRIMARY KEY, NOMEMP VARCHAR2(15), NOMDEPT VARCHAR2(15), EGRADE VARCHAR2(15)) AS SELECT EMPNO, ENAME, DNAME, GRADE FROM EMP E, DEPT D, SALGRADE S WHERE E.DEPTNO=D.DEPTNO AND E.SAL BETWEEN S.LOSAL AND S.HISAL; Naturellement, on doit respecter l égalité du nombre des colonnes et de leurs types de données entre la définition de la table et la sélection de la requête SELECT. Il est possible également que la définition d une table soit directement extraite à partir de la requête SELECT. REQ 70 Créez une table doublure de la table DEPT en structure et en données? CREATE TABLE DEPTDOUB AS SELECT * FROM DEPT; Dans le cas, de création d une table à clé primaire composée, cette contrainte est ajoutée à la fin de la requête. De même pour la contrainte unique qui peut porter sur plusieurs tables : REQ 71 Créez la table FPJ? CREATE TABLE FPJ(NF NUMBER REFERENCES F(NF), NP NUMBER REFERENCES P(NP), NJ NUMBER REFERENCES J(NJ), QTE NUMBER, PRIMARY KEY(NF,NP,NJ)); 7.3 Modification d une table ALTER TABLE La modification d une table consiste à ajouter, renommer, modifier ou supprimer une colonne, ou à ajouter, modifier ou supprimer une contrainte. La requête de modification d une table est ALTER TABLE Renommer une table Il est possible de renommer une table de deux manières, via la requête RENAME ou encore la clause RENAME dans la requête ALTER TABLE. REQ 72 Renommer de deux manières la table EMP pour EMPLOYE? RENAME EMP TO EMPLOYE; ALTER TABLE EMP RENAME TO EMPLOYE; Ajouter une colonne L ajout de colonne se fait via la clause ADD. Une colonne ajoutée est mise à NULL pour toutes les lignes. Il en découle qu on ne peut pas appliquer une contrainte sur cette colonne lui

4 42 interdisant d avoir une valeur NULL à moins qu elle soit affectée à une valeur par défaut ou que la table soit vide. REQ 73 Ajouter les colonnes téléphone TEL et Adresse ADR. La colonne TEL ne doit pas avoir la valeur NULL? ALTER TABLE EMP ADD (TEL NUMBER(8) DEFAULT NOT NULL, ADR VARCHAR2(30)) ; Renommer une colonne Il est possible de renommer une colonne via la clause RENAME COLUMN. REQ 74 Renommer la colonne SAL pour SALARY dans la table EMP? ALTER TABLE EMP RENAME COLUMN SAL TO SALARY; Modifier une colonne Ça revient à modifier son type de données via la clause MODIFY COLUMN. Il est possible d augmenter la taille d une colonne de type numérique ou chaîne de caractères et de la diminuer si toutes les valeurs de la colonne le permettent. Il est aussi possible de changer le type de données si la colonne en question ne contient que des valeurs NULL. On peut aussi changer du type CHAR au type VARCHAR2 (et vice versa) si les champs sont NULL ou si on ne change pas la taille. Finalement un changement de la valeur par défaut n affecte que les insertions futures. REQ 75 Modifier la taille de la colonne JOB à 30 caractères variables? ALTER TABLE EMP MODIFY (JOB VARCHAR2(30)); Supprimer une colonne La clause DROP COLUMN dans la requête ALTER TABLE permet de supprimer une colonne d une table. Il est possible de supprimer des colonnes contenant des données à condition qu elle ne soit pas l unique colonne de la table ou référencée dans une autre table. Si la colonne est référencée par une colonne d une autre table (fille), alors il faut ajouter l option CASCADE CONSTRAINTS pour éliminer aussi la contrainte FOREIGN KEY de la colonne étrangère. REQ 76 Supprimer la colonne HIREDATE de la table EMP? ALTER TABLE EMP DROP COLUMN HIREDATE;

5 Marquer une colonne L option SET UNUSED marque une ou plusieurs colonnes pour une suppression ultérieure. En effet, la suppression d une colonne (surtout pour des tables de grande taille) peut prendre un temps considérable contrairement à son marquage. Grâce à cette opération, la colonne marquée n apparaît plus à l utilisateur, une fois la base de données n est plus interrogée fréquemment, on peut supprimer les colonnes marquées via la clause DROP UNUSED COLUMNS. REQ 77 Ecrire deux requêtes, la 1 ère sert à marquer la colonne JOB pour la suppression, la 2 ème sert à éliminer toutes les colonnes marquées? ALTER TABLE EMP SET UNUSED (JOB); ALTER TABLE EMP DROP UNUSED COLUMNS; Ajouter une contrainte On peut ajouter une contrainte à une table existante en utilisant la requête ALTER TABLE et la clause ADD CONSTRAINT. Cette opération ne réussit que si les données qui existent déjà dans la table respectent la contrainte qu on veut ajouter. REQ 78 Supposons que la table EMP n est soumise à aucune contrainte. Ajoutez les contraintes nécessaires? ALTER TABLE EMP ADD (CONSTRAINT PK1 PRIMARY KEY (EMPNO), CONSTRAINT FK_EMP_DEPT FOREIGN KEY(DEPTNO) REFERENCES DEPT(DEPTNO)) ; L ajout d une contrainte n est possible que si les données qu elle concerne, la respectent déjà Désactivation/Activation de contraintes La désactivation d une contrainte est possible via la clause DISABLE dans la requête ALTER TABLE. Parfois, on a besoin de désactiver une contrainte qui nous gênerait lors de l insertion d un grand nombre de lignes. Par exemple, lors de l insertion d un employé dans la table EMP, il faut s assurer que son employeur existe déjà dans la table (la colonne MGR doit avoir une valeur qui existe déjà dans la colonne EMPNO). Pour ce, on pourrait désactiver la contrainte FOREIGN KEY de la colonne MGR, insérer toutes les lignes et réactiver la contrainte. La syntaxe de la clause DISABLE est la suivante : DISABLE PRIMARY KEY UNIQUE(col) CONSTRAINT cte [CASCADE] REQ 79 Désactiver la contrainte de clé étrangère concernant la colonne MGR? ALTER TABLE EMP DISABLE CONSTRAINT FK_EMP_EMP ;

6 44 Notons ici l importance de nommer une contrainte lors de sa création, car la clause DISABLE ne réfère les contraintes FOREIGN KEY, NOT NULL et CHECK que par leurs noms (un nom que l utilisateur donne à la contrainte, ou assigné par défaut par Oracle). La réactivation d une contrainte se fait par la clause ENABLE. Il faut bien sûr que les données respectent déjà cette contrainte sinon sa réactivation échouera. Par exemple, si on veut réactiver la contrainte FK_EMP_EMP, il faut que la colonne MGR ne contienne aucune valeur n appartenant pas à la colonne EMPNO. REQ 80 Réactiver la contrainte de clé étrangère sur la colonne MGR de la table EMP? ALTER TABLE EMP ENABLE CONSTRAINT FK_EMP_EMP ; La suppression d une contrainte La clause DROP CONSTRAINT permet de supprimer une contrainte d une table. Elle est donc suivie par le nom de la contrainte (notons encore une fois l importance du nom d une contrainte) et optionnellement par le mot clé CASCADE. Si ce mot clé est précisé, alors la suppression d une clé primaire d une table mère, la suppression de la clé étrangère correspondante dans la table fille est effectuée automatiquement. 7.4 Suppression d une table DROP TABLE La suppression d une table est effectuée par la requête DROP TABLE, celle-ci détruirait les données et la structure de la table. Si votre table est une table mère, c-à-d que sa clé primaire est référée par d autres colonnes FOREIGN KEY qui sont dans une ou plusieurs tables filles, alors la suppression est impossible. La solution est d utiliser l option CASCADE CONSTRAINTS ; dans ce cas là, les contraintes FOREIGN KEY posées sur les colonnes des tables filles- seront à leurs tours supprimés. REQ 81 Supprimer totalement la table DEPT? DROP TABLE DEPT CASCADE CONSTRAINTS; 7.5 Consultation des contraintes Vous pouvez visualiser vos contraintes en les sélectionnant à partir de la vue USER_CONSTRAINTS : REQ 82 Afficher les contraintes de la table EMP dont l utilisateur a assignées un nom? SELECT CONSTRAINT_NAME, CONSTRAINT_TYPE FROM USER_CONSTRAINTS WHERE TABLE_NAME= EMP ;

7 45 Vous pouvez aussi consulter les noms de colonnes (COLUMN_NAME) et le nom de la contrainte qui les concernent (CONSTRAINT_NAME) à partir de la vue USER_CONS_COLUMNS.

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés- -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

SQL. Marc Plantevit.

SQL. Marc Plantevit. SQL Marc Plantevit marc.plantevit@liris.cnrs.fr EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime, DeptNo) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) avec EmpNo Enom, Job, DirNo, Sal, Prime, DeptNo DeptNo Dnom, Adr EMP(DeptNo) DEPT(DeptNo)

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

M2106 : Programmation et administration des bases de données

M2106 : Programmation et administration des bases de données Dernière version http://www.irit.fr/~guillaume.cabanac/enseignement/m2106/cm2.pdf M2106 : Programmation et administration des bases de données Cours 2/6 LDD, LMD & LCT Guillaume Cabanac guillaume.cabanac@univ-tlse3.fr

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation Modélisation et conception de bases de données L3Pro SCT Bases de données et programmation Mathieu Sassolas IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Plan de la séance 3 2 /

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Chapitre 2 La sélection simple

Chapitre 2 La sélection simple 2.1 La sélection simple Chapitre 2 La sélection simple La requête SELECT nous permet d'extraire des données à partir d'une base de données. La clause SELECT est suivie d'une ou de plusieurs colonnes, ce

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle 3 Interactions avec le Serveur Oracle Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Ecrire une instruction SELECT en PL/SQL Déclarer le type de données et la taille d une variable PL/SQL dynamiquement

Plus en détail

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les commandes de base sous Unix Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

SQL. CREATE TABLE article ( ref VARCHAR(10) constraint pk_article primary key, nom VARCHAR(30) NOT NULL, prix DECIMAL(9,2), datemaj DATE)

SQL. CREATE TABLE article ( ref VARCHAR(10) constraint pk_article primary key, nom VARCHAR(30) NOT NULL, prix DECIMAL(9,2), datemaj DATE) SQL SQL signfie Structured Query Language est un langage complet de gestion de bases de données relationnelles. C'est à la fois : _ Un langage d'interrogation de la base (ordre SELECT) _ Un langage de

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 CRÉATION DES OBJETS DE BASES DE DONNÉES... 2 1.1 Architecture d une base de données... 2 1.1.1 Niveau logique... 2 1.1.2 Niveau physique... 3 1.2 Gestion d une base de données... 3

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Chapitre 6 Les sous-requêtes

Chapitre 6 Les sous-requêtes Chapitre 6 Les sous-requêtes Une caractéristique très puissante SQL est la possibilité d imbriquer une requête SQL (SELECT) dans une autre. En effet, nous pouvons utiliser le résultat d une requête pour

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

TP3 : Creation de tables 1 seance

TP3 : Creation de tables 1 seance Universite de Versailles IUT de Velizy - Algorithmique 2005/2006 TP3 : Creation de tables 1 seance Objectif : Creation et modication de tables dans une base de donnees. Avant de commencer ce TP, terminer

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille 1 Prise en main de SQLplus Oracle est un SGBD Relationnel muni de nombreuses fonctionnalités (celles classiques des

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet -relationnel Cours 7 : Modèle relationnel-objet ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://pages-perso.esil.univmed.fr/ papini/ -relationnel Plan du cours 1 Introduction 2

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

PHP 6. www.fenetresurtoile.com PHP 6. Jean-François Ramiara. FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés

PHP 6. www.fenetresurtoile.com PHP 6. Jean-François Ramiara. FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés www.fenetresurtoile.com Jean-François Ramiara FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse 1 www.fenetresurtoile.com Sommaire Introduction Ajout avec SQL Modification avec SQL Suppression avec SQL Mises à jour

Plus en détail

Les Déclencheurs ORACLE

Les Déclencheurs ORACLE Les Déclencheurs ORACLE Un déclencheur est un bloc PL/SQL associé à une vue ou une table, qui s'exécutera lorsqu'une instruction du langage de manipulation de données (DML) sera exécutée L'avantage principal

Plus en détail

Module M2104 Compte rendu du TP N 3 : Les requêtes en BD

Module M2104 Compte rendu du TP N 3 : Les requêtes en BD Module M2104 Compte rendu du TP N 3 : Les requêtes en BD 1 Sommaire I Introduction...3 II Sujet...3 III Modélisation...3 IV Création de tables...4 V Remplissage des tables...5 VI Requêtes...10 VII Conclusion...14

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Définition de contraintes. c Olivier Caron

Définition de contraintes. c Olivier Caron Définition de contraintes 1 Normalisation SQL-92 Les types de contraintes 1 Les types de contraintes Normalisation SQL-92 Les contraintes de domaine définissent les valeurs prises par un attribut. 1 Les

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des données» PL / SQL: Mise à jour des données Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 5 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 3ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Curseurs et mise à jour 2 Paquetages Definition

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

TIS1. Bases de Données EMP(EMPNO, ENAME, JOB, MGR, HIREDATE, SAL, COMM, DEPTNO) : numéro du chef hiérarchique

TIS1. Bases de Données EMP(EMPNO, ENAME, JOB, MGR, HIREDATE, SAL, COMM, DEPTNO) : numéro du chef hiérarchique TIS1 Bases de Données Soit les relations suivantes EMP(EMPNO, ENAME, JOB, MGR, HIREDATE, SAL, COMM, DEPTNO) Avec EMPNO NUMBER(4) ENAME CHAR(10) JOB CHAR(9) MGR NUMBER(4) HIREDATE DATE SAL NUMBER(7,2) COMM

Plus en détail

Rappels SQL. table est le nom de la nouvelle table. Elle est définie sur les attributs et n-uplet résultat de la requête select.

Rappels SQL. table est le nom de la nouvelle table. Elle est définie sur les attributs et n-uplet résultat de la requête select. Rappels SQL 1 Définition des données 1.1 Création d'une table CREATE TABLE table ( col1 type1, col2 type2, ) table est le nom donné à la nouvelle table. col1, col2, sont les noms des colonnes. type1, type2,

Plus en détail

SQL : le Langage de Définition de Données

SQL : le Langage de Définition de Données Nadi Tomeh Slides par Amélie Gheerbrant SQL SQL permet d interroger et de créer, de modifier et de supprimer des bases de données et des données. SQL query : interrogation de données pas de modification

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES Introduction. Christine Bonnet sources : divers et

BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES Introduction. Christine Bonnet sources : divers et I BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES Introduction Christine Bonnet sources : divers et Cycle de vie du développement d un système Stratégie et Analyse Conception Prototypage Documentation Transition Production

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Les procédures fonctions packages et triggers

Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures stockées: Définition: Une procédure est un code PL/SQL défini par l utilisateur et stocké dans la base de données. Ce qui permet d éliminer

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Lif10 Fondements des bases de données TP2 Contraintes et dictionnaire

Lif10 Fondements des bases de données TP2 Contraintes et dictionnaire Lif10 Fondements des bases de données TP2 Contraintes et dictionnaire Licence informatique Automne 2014 2015 http://liris.cnrs.fr/~mplantev/doku/doku.php?id=lif10 Résumé Ce TP poursuit le précédent avec

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Polytech Grenoble - TIS3. Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE. 2. Saisissez votre mot de passe suivi d un retour de chariot.

Polytech Grenoble - TIS3. Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE. 2. Saisissez votre mot de passe suivi d un retour de chariot. Polytech Grenoble - TIS3 Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE 1. Connectez vous avec un shell distant sur le serveur faisant tourner la base oracle : ssh usernameagalan@im2ag-oracle.e.ujf-grenoble.fr

Plus en détail

TP BDD. A la découverte du dictionnaire d Oracle

TP BDD. A la découverte du dictionnaire d Oracle ESIEA 2011/2012 TP BDD PARTIE I A la découverte du dictionnaire d Oracle 2.3. Testez les commandes ci-dessous : show user ; select * from all_users; desc user_tables ; select table_name from user_tables;

Plus en détail

«13_PHP MySQL Synthèse»

«13_PHP MySQL Synthèse» «13_PHP MySQL Synthèse» Dans cet exercice nous allons voir comment alimenter une ou plusieurs tables avec les données qui proviennent d'un même formulaire. Alimenter une table Pour commencer vous allez

Plus en détail

Bases de données objet 1

Bases de données objet 1 Bases de données objet Les types utilisés dans les BDO sont les types standards existant dans les BD classiques : VARCHAR, NUMBER les types «distincts» : définis par le concepteur de la base pour distinguer

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

UTILISER LE SERVEUR MYSQL...

UTILISER LE SERVEUR MYSQL... MySQL (pour Windows 9x) UTILISER LE SERVEUR MYSQL... 2 LANCER LE SERVEUR MYSQL... 2 ARRETER LE SERVEUR MYSQL... 3 TRAVAIL AVEC LA CONSOLE MYSQL... 3 CREATION / SUPPRESSION D'UN BASE... 3 UTILISER UN BASE...

Plus en détail

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé Bases de données IUP2 Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé 1 Requêtes 1. On considère une relation suivante : Ordinateur(IP, nom, constructeur, modèle, lieu) Représentez EN

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 Sommaire Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 1- Créer deux TableSpaces votre_nom-tbs et Votre_nom-TempTBS :... 3 2. Créer un utilisateur qui porte votre nom :... 3 3. Attribuer à

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

TP n o 14 : Bases de données, première partie

TP n o 14 : Bases de données, première partie TP n o 14 : Bases de données, première partie I Introduction Dans ce TP nous allons effectuer des opérations élementaires sur une base de données ne comportant qu une seule table. Lors de la prochaine

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

Mysql -> SQL (Structured Query Language)

Mysql -> SQL (Structured Query Language) Mysql -> SQL (Structured Query Language) Une base de données permet de stocker des informations. On peut en ajouter, les modifier ou les supprimer. Elles sont composées de tables contenant elles même des

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

SQL : Structured Query Language

SQL : Structured Query Language SQL : Structured Query Language Langage de définition de données (LDD/DDL) Langage de manipulation de données (LMD /DML) Introduction à Oracle 1 Objectif On sait faire un schéma conceptuel Personne 1:1

Plus en détail

Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle

Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle Cours N 3 : Langage de Manipulation de Données. Souheib BAARIR. Page web : http://pagesperso-systeme.lip6.fr/souheib.baarir/bdvba/support.htm

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD Cette partie est à réaliser sur papier uniquement. Il s agit de réaliser un modèle conceptuel de données (MCD) suivi du modèle

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 1 - Objectif On souhaite créer une application APEX destinée à gérer des dépenses et recettes. Ces dépenses et recettes seront classées par catégories. A partir

Plus en détail

1 introduction : SQL server

1 introduction : SQL server Lycée lissan eddine ibn_elkhatib laayoune SGBDR 1 Pr H.LAARAJ 2015/2016 2 1 introduction : SQL server 1 3 SQL server SQL-Server est un SGBDR Client-Serveur qui utilise TRANSACT-SQL dans ses transactions.

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

SQL création et modification. de données. Plan. Université de Cergy-Pontoise. Création de tables SQL. Modification de données. Diplôme Universitaire

SQL création et modification. de données. Plan. Université de Cergy-Pontoise. Création de tables SQL. Modification de données. Diplôme Universitaire SQL création et modification de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Diplôme Universitaire Plan Création de tables SQL Types de données Contraintes Modification de la définition d'une table

Plus en détail

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation Chapitre V Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation 175 Mise en oeuvre et utilisation d une base de données : points principaux Organisation d un système de gestion

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Questions sur les premières parties? Chapitre 4 SQL PLAN Création de tables Insertion de données Mise à jour de données Suppression

Plus en détail

LifBDW2 Bases de données avancées TP2 Contraintes et dictionnaire

LifBDW2 Bases de données avancées TP2 Contraintes et dictionnaire LifBDW2 Bases de données avancées TP2 Contraintes et dictionnaire Licence informatique Automne 2016 2017 Résumé Ce TP poursuit le précédent avec les contraintes de clef, de valeurs non-nulles, sur les

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Références et héritage

Références et héritage Références et héritage Contraintes référentielles pour assurer la consistance d un schéma de données Utilisation (pervertie) de l héritage objets pour faire du polymorphisme et assurer la cohérence d un

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur chapitre n 7 Programmation avancée Chaque enregistrement qui tente d être ajouté dans la table Qualifications est désigné par :NEW au niveau du code du déclencheur. L accès aux colonnes de ce pseudo-enregistrement

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Ce cours Slides et notes sur le site www.cs.ucr.edu/~ylemb001/databases.html 1 TP/semaine noté à rendre à la fin de la séance

Plus en détail