INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS"

Transcription

1 INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion Transmission Transmission Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 1 / 7

2 INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS «L ingénierie financière de projet consiste à rechercher les conditions de financement et de couverture optimales pour le projet au regard de l analyse des risques et des contraintes financières du marché» Construction d un modèle financier et analyse des risques Rappel Le choix de la mise en œuvre d une source de financement dépend de nombreux critères tels que le coût, la nature des actifs à financer, les garanties requises, les conditions d acceptabilité du marché financier L ingénierie financière de projet consiste à imaginer et mettre en œuvre des montages financiers parfaitement adaptés aux besoins et objectifs des agents économiques et au coût minimum. Des conditions de financement et de couvertures optimales doivent ainsi être trouvées en analysant les risques et contraintes du marché. Le financement d un projet, traduit directement du terme anglais «project finance» implique la notion de financement lié à un projet et donc de financement sur mesure adapté au projet et à ses caractéristiques. A la différence du financement bancaire classique garanti par l ensemble des actifs de l emprunteur, le financement de projet se base sur le crédit (bancaire et obligataire) dont le remboursement est assuré principalement par les revenus (cash flows) générés par le projet lui-même (intéressant dans le cadre de constructions HQE générant des revenus du fait de l utilisation d énergies renouvelables) Souvent les promoteurs isolent le risque que représente le projet lui-même, n empruntent pas directement mais créent une entité nouvelle conçue pour les besoins du projet, société qui souscrit les emprunts et détient les actifs du projet. I- Construction d un modèle financier L objectif du modèle financier est de construire une analyse précise d un investissement et de son mode de financement. Le modèle ainsi établi est ou outil de décision permettant d appréhender la faisabilité du projet et son mode de financement le mieux approprié 1-1 Modélisation économique Le modèle économique permet de juger de la viabilité et de la faisabilité d un projet sans intervention de notions financières. La construction d un tel modèle doit prendre en compte certains paramètres : - données macro économiques indispensables à l élaboration économique - tableau d investissement - analyse des recettes (gains) et dépenses d exploitation L évaluation des investissements, des recettes et coûts d exploitation doit permettre d estimer le cash flow, indicateur de la rentabilité économique, et de déterminer le niveau maximum d endettement pouvant être supporté Données macro économiques Les données macro économiques sont en fait issues de l environnement politique, juridique, fiscal et réglementaire au moment ou les contrats du projet sont signés. - taux d inflation Cet indice est très important et souvent utilisé pour mieux prendre en compte la considération économique. Il permet une révision annuelle des prix pour ne pas prendre en compte l indice général qui ne représente qu une moyenne pondérée. Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 2 / 7

3 - taux de change Lorsque les investissements ou les coûts et recettes font intervenir plusieurs devises, la difficulté est d exprimer tous les montants dans une même et unique devise. Le taux de change est lissé en Europe par l existence de la monnaie unique mais il n en demeure pas moins important (indexation des prix matériaux sur le baril de pétrole, en dollars). Le taux de change étant variable, il faut émettre des hypothèses sur toute la durée de vie du projet, ce qui génère des risques énormes. - taux d intérêt réel et nominal Ces taux traduisent le coût de l argent à un moment donné, pour une durée déterminée et sur une place financière. Le taux d intérêt nominal est égal à la somme du taux d intérêt et de l inflation anticipée. Le taux d intérêt réel apparaît comme une notion plus restreinte que le taux d intérêt nominal car il représente le coût de l argent sans prise en compte de l évolution des prix à la consommation. Décomposer le taux d intérêt en taux réel et nominal est très important car l augmentation respective de ces taux peut avoir des conséquences différentes sur la faisabilité du projet. Une augmentation du taux nominal par l augmentation de l inflation va augmenter le coût de la dette et augmenter les profits réalisés du même montant donc la situation est théoriquement inchangée par rapport à l origine du contrat. Par contre, l augmentation du taux d intérêt réel entraîne une augmentation du coût de l argent qui sera différente de celle des bénéfices puisque le taux d inflation reste inchangé. La faisabilité du projet peut ainsi être remise en question. - la fiscalité Deux impôts sont prédominants : - la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est un impôt direct qui touche tous les biens et services consommés, d origine nationale ou étrangère. - L Impôt sur les Sociétés est éligible pour toutes les sociétés qui réalisent un bénéfice. Cet impôt est calculé par la société elle-même et versé spontanément par elle au percepteur. - la réglementation Elle relève du droit des sociétés Investissements Les investissements sont regroupés dans un tableau d investissements qui fait la synthèse des coûts, avec la répartition des dépenses pour chaque poste, l échéancier des dépenses de ces postes et leur devise de dépense. 1-2 Modes de financement Les montages financiers permettant de financer un projet sont nombreux. Les modes de financement sont donc différents d un projet à l autre le financement sans recours Le financement sans recours est défini comme un projet dans lequel on compte exclusivement les cash flow générés pour assurer le remboursement des prêts et le paiement des intérêts. Pour les emprunteurs : si le projet est intéressant et rentable, la «taille» de l emprunteur ne sera plus prépondérante et les banques seront disposées à avancer des fonds à des maîtres d ouvrages dont la solidité financières aurait été insuffisante pour se lancer dans le projet. La structure de ce type de financement permet à l emprunteur de bénéficier d une souplesse de remboursement par allongement des délais et prélèvements sur les cash flow du projet. Pour la banque : Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 3 / 7

4 Ceci peut représenter une ouverture commerciale certaine. En proposant un montage financier technique et personnalisé «HQE», elle peut développer sa relation avec le client qui pourra par la suite s occuper de la gestion de tout ou partie de ses affaires financières courantes. L inconvénient majeur est bien entendu l existence d un risque dans la mesure ou ce type de financement ne comporte aucune «garantie» et peu de sécurité pour les crédits octroyés. Pour cette raison, la banque fait en sorte en général que tous les risques éventuels d un projet soient pris par les personnes les plus aptes à les prendre le financement à recours limité Il s agit du mode de financement le plus utilisé. Il permet de répartir les risques au prorata de la participation et des intérêts des différents partenaires. Il permet dans une certaine mesure le recours contre les promoteurs du projet pour obtention du remboursement des emprunts contractés le financement avec recours Ce type de financement offre des possibilités maximales de recours contre les promoteurs du projet mais il suppose dès le départ une certaine capacité financière des promoteurs du projets. 1-3 Sources de financement Après la mise en place du modèle économique, les sources de financement doivent être abordées en fonction des résultats du modèle et du contexte économico-financier du moment. Les sources de financement varient selon différents critères comme le coût, les garanties et les conditions du marché. Les deux principales catégories sont les emprunts et les fonds propres Fonds propres et «quasi» propres Ces fonds assurent le risque et varient en fonction de la structure, du niveau de risque, du cadre juridique et fiscal du projet. Le pourcentage de fonds propres varie entre 20 et 40 % du coût d investissement d un projet. Ces fonds propres sont en fait une source de financement, dépôts réalisés par des associés ou «actionnaires» au profit de la structure porteuse du projet. - les subventions sont la meilleure source de financement car elles ne sont pas remboursables - le capital social est déterminé en fonction du montant minimum requis par la législation et des disponibilités de trésorerie des futurs actionnaires La dette Chaque crédit doit être adapté au projet qu il doit financer. Tous les financements à recours limité ont deux caractéristiques communes : le prêt accordé sera remboursé sur les cash flow générés par le projet le prêteur n a d autre garantie que les actifs et ne peut avoir de recours auprès de quiconque en cas de défaut de paiement - Les prêts bancaires Les modes de financement sont divers. Les formules de prêts bancaires à moyen et long terme sont variées. Les projets nécessitent souvent des crédits à long terme qui sont en général accordés par des organismes financiers tels le crédit national, le crédit foncier. La durée est de 15 à 20 ans et peut même aller jusque 20 ans. Le montant ne peut excéder 70 % des dépenses d investissement hors taxe. - Le crédit bail Le crédit bail est une technique de financement qui s est surtout développée en France depuis une vingtaine d années. Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 4 / 7

5 Il consiste à louer des biens d équipements, du matériel, de l outillage ou des biens immobiliers à usage professionnel, à une société de crédit bail, moyennant un loyer. Le coût de financement du crédit bail est en général supérieur à celui de l emprunt bancaire mais représente certains avantages comme celui de financer intégralement un investissement, ce qui n est pas possible avec un financement par emprunt Les subventions Le montant des fonds propres dépend du minimum de rentabilité attendue et des capacités des investisseurs. Le montant de la dette dépend aussi de la rentabilité prévisionnelle du projet, ce qui explique pourquoi le financement par des prêteurs et investisseurs (surtout d équipements publics) ne peut souvent être finalisé sans l intervention des pouvoirs publics sous forme de subventions. 1-4 Mise en place du modèle financier Les charges financières doivent maintenant être intégrées dans le modèle économique. Le modèle ainsi obtenu permet d établir les différents états financiers du projet (compte de trésorerie, de résultat) sur l ensemble de sa durée de vie (life cycle). Les charges financières qui découlent du choix de financement ainsi que des produits financiers sont incluses dans le modèle. Il existe différents types de charges financières : - le coût de la dette Il incluse principalement les commissions bancaires et le taux d intérêt bancaire (les taux des crédits sont des taux variables en fonction d un taux de référence auquel les banques ajoutent une majoration ou «marge bancaire»). Le taux du prêt correspond ainsi à la somme du taux de référence avec la marge bancaire. Taux du prêt = taux de référence + marge bancaire Le taux de base bancaire ou TBB a longtemps été la référence en matière de crédit. Il est fixé par les banques et périodiquement révisé pour tenir compte des variations du taux du marché monétaire auquel il s adapte avec une certaine inertie. La majoration des banques est fonction du risque encouru sur l emprunteur et en fonction du type de crédit. - La fiscalité les points principaux portent sur la déductibilité des charges financières et les amortissements fiscaux et comptables - Les dividendes Ils représentent le bénéfice distribuable, ie le bénéfice de l exercice diminué des pertes antérieures et des sommes à porter en réserve, et augmenté du report bénéficiaire. Dans la plupart des modélisations, les dividendes sont distribués à hauteur de la trésorerie disponible. Les comptes de réserve sont ensuite prévus par la plupart des modèles. Ils permettent de faire face de façon temporaire au remboursement de la dette en cas de baisse de revenu ou d augmentation des coûts, par exemple. 1-5 Evaluation économique et financière La rentabilité d un projet est liée à de nombreux paramètres, de nature et d origine très différentes : données économiques, financières, politiques, juridiques, fiscales, écologiques et technologiques. La rentabilité globale est donc mesurée à partir d une étude de faisabilité technico-économique qui permet de déterminer la viabilité du projet Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 5 / 7

6 d une estimation des cash flow espérés pour déterminer le niveau d endettement maximal que pourra supporter le projet. Parmi les critères de sélection qui existent, on peut privilégier la solvabilité et la méthode du délai de récupération ou encore la rentabilité avec le taux interne de rendement Le délai de récupération Le délai de récupération est le délai nécessaire pour que le cumul des cash flow générés par un investissement soit égal à son coût. C est encore le délai de reconstitution du capital investi à partir des flux de trésorerie dégagés par le projet. T= nombre d années I = Investissement total R = Recettes annuelles d exploitation moyennes C = Coûts annuels d exploitation moyens R-C = Cash flow d exploitation annuel moyen T = I/(R-C) Plus T sera faible, plus le projet sera «rentable». Lorsque T est élevé, ceci signifie un financement long. Le délai de récupération est une méthode simple à utiliser mais n est pas un critère de rentabilité, c est un critère de liquidité. Il privilégie donc la liquidité à la maximisation du profit Indice de rentabilité ou de profitabilité (IR) C est une méthode fiable qui consiste à comparer les cash flows générés par le projet avec le total des investissements ; elle nécessite l introduction d un taux d actualisation. C est la valeur actualisée des flux monétaires divisé par son coût. Si IR est > 1, le projet est rentable Dans le cas contraire, il sera rejeté Le rendement du projet évalue la rentabilité globale des fonds investis sans distinction aucune entre dette et capital, compte tenu des cash flow engendrés par le projet après impôts. La rentabilité du projet consiste donc à évaluer sa capacité à générer assez de revenus pour justifier un financement sans recours ou à recours limité le cas échéant. II- Analyse des risques Risques d un projet et répartition optimale entre les différents intervenants en fonction de leur capacité à l assumer : - le risque économique - le risque financier Le risque majeur sur une société de projet est la possibilité que les taux d intérêt augmentent, obligeant la société «investisseur» à assumer des dépenses de fonctionnement supplémentaires. Ce risque peut être élevé pour les projets d infrastructures étant donné les sommes généralement importantes empruntées et la durée des projets, certains prêts s étendant sur plusieurs années. Les prêts sont souvent consentis avec des taux fixes pour limiter le risque lié au taux d intérêt. Le montage financier peut également comprendre des mécanismes de couverture du risque de taux d intérêt, par exemple la forme d échange ou de plafonnement de taux d intérêt. - le risque politique La société de projet et les prêteurs courent le risque que l exécution du projet subisse les effets négatifs d actes de l autorité contractante, d une autre entité publique ou de l organe législatif du pays hôte. Ces risques sont appelés «risques politiques» et peuvent être classés en trois grandes catégories : Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 6 / 7

7 - risques politiques traditionnels (imposition de nouvelles taxes qui empêchent la société de rembourses ses prêts et amortir ses investissements de la même manière que précédemment) - risques réglementaires (normes plus rigoureuses de prestation de services ou ouverture d un secteur à la concurrence) - risques quasi commerciaux (non-respect des engagements par l autorité contractante ou changement de priorités entraînant une interruption du projet) - le risque de non-achèvement du projet Particulièrement important par nature, il peut être garanti mais une forte implication du promoteur demeure nécessaire. - le risque de retard Il a généralement pour conséquence un dépassement de budget (capitalisation d intérêts supplémentaires pendant la période de construction), supporté par les banques sous forme de financement additionnel. Ingénierie Financière de Projets - juillet 2004, 22/09/04, 7 / 7

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

IAS 17 Aujourd hui et demain

IAS 17 Aujourd hui et demain IAS 17 Aujourd hui et demain Analyse comparative et application au travers du secteur de la grande distribution Promoteur : Monsieur Yvan STEMPNIERWSKY Auteur : Florence HENOUMONT Le leasing : un mode

Plus en détail

LE FINANCEMENT PAR EMPRUNT. Il est essentiellement constitué des emprunts indivis et des emprunts obligataires :

LE FINANCEMENT PAR EMPRUNT. Il est essentiellement constitué des emprunts indivis et des emprunts obligataires : Une firme pour financer ces investissements, à le choix entre 2 options ; soit le financement par fonds propre ; soit le financement par l endettement. Dans cette fiche, nous allons définir et décrire

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

En partenariat avec. Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée?

En partenariat avec. Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour sécuriser votre Patrimoine Sécuriser votre Patrimoine

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Le dispositif Censi-Bouvard

Le dispositif Censi-Bouvard Le dispositif Censi-Bouvard Vous pouvez bénéficier d une réduction d impôts sur le revenu en fonction des investissements réalisés en qualité de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP). Le dispositif CENSI-BOUVARD

Plus en détail

SCPI Robien. Multihabitation 2. Pour optimiser sa fiscalité, tout est affaire d opportunité.

SCPI Robien. Multihabitation 2. Pour optimiser sa fiscalité, tout est affaire d opportunité. SCPI Robien Multihabitation 2 Pour optimiser sa fiscalité, tout est affaire d opportunité. Multihabitation 2 : investir et défiscaliser autrement Multihabitation 2 est un investissement immobilier collectif

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Comment emprunter dans de bonnes conditions?

Comment emprunter dans de bonnes conditions? Analyser une offre Comment emprunter dans de bonnes conditions? Référence Internet 2166.046 Saisissez la Référence Internet 2166.046 dans le moteur de recherche du site www.weka.fr pour accéder à cette

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION

APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION - Article 295 A du CGI - La TVA NPR applicable dans les DOM La taxe sur la valeur ajoutée non perçue récupérable (TVA NPR) s

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent De manière générale, on cherche toujours à se protéger au mieux et à prêter une attention particulière à ce qui nous est cher.

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle INTRODUCTION Logique financière vs logique industrielle Multiplication des faillites de PME/ difficultés d accès au crédit bancaire. Difficultés de grands groupes pourtant performants au niveau industriel

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt «Tunisie Leasing 2012-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération 1.3. Attestation

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières 1 Licence 3 Gestion ESDHEM PARIS 2015 Sabrina CHIKH Déroulé 2 n 16H n 4 séances de 4 heures, 4 thèmes n Cours / applications n Evaluation : un contrôle continu à chaque séance

Plus en détail

Investissement immobilier : modalités juridiques

Investissement immobilier : modalités juridiques JUILLET 2013 FICHE PRATIQUE Investissement immobilier : modalités juridiques 1. Préambule 2. Le propriétaire assume seul l investissement 3. Participation du locataire aux charges découlant de l investissement

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains 1. Le présent document fournit un résumé général de la mesure dans laquelle on peut s attendre à ce que la convergence des normes canadiennes avec les normes internationales d information financière (International

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles II Le budget d investissement : Le budget d investissement est un élément constitutif du budget financier. Chacun des éléments du budget a un rôle précis dans l élaboration d une planification et d un

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480. ALTAREA Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.877 RCS PARIS RAPPORT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

CTF-SCF/TFC.10/6 12 avril 2013. Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington D.C. 29-30 avril 2013. Point 7 de l ordre du jour

CTF-SCF/TFC.10/6 12 avril 2013. Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington D.C. 29-30 avril 2013. Point 7 de l ordre du jour Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington D.C. 29-30 avril 2013 CTF-SCF/TFC.10/6 12 avril 2013 Point 7 de l ordre du jour PROPOSITION INTERIMAIRE CONCERNANT L UTILISATION DE PRETS EN MONNAIE

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant Shadow Manager ECG 2014 Confort de Chauffe.......... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle Manuel du participant Fernando Acosta et Georges Bessis www.simulnet.com Introduction

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 19 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. CAS DE SYNTHESE... 3 1.1. CALCUL DE RENTABILITE D IMMOBILISATIONS ACQUISES... 3 1.2.

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

1 L imposition du résultat des entreprises

1 L imposition du résultat des entreprises SOMMAIRE 1 L imposition du résultat des entreprises Thème 1 Imposition des produits 9 Exercice 1 Produits d exploitation 9 Exercice 2 Gains de change 10 Exercice 3 Subventions d investissement sur biens

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET FICHE DE PAIE : COMMENT EST RÉPARTI VOTRE SALAIRE? Votre première fiche de paie va sans doute vous surprendre. Car après la première ligne où figure votre salaire brut,

Plus en détail

Analyse FFOM de Cymbria

Analyse FFOM de Cymbria Analyse FFOM de Cymbria Le principe de base d une analyse FFPM consiste à mieux comprendre si une entreprise réussira ou échouera, en s appuyant sur les forces internes et externes qui pourraient avoir

Plus en détail

Vendôme Régions SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER. L investissement immobilier en région via une SCPI

Vendôme Régions SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER. L investissement immobilier en région via une SCPI Vendôme Régions SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER L investissement immobilier en région via une SCPI Vendôme Régions SCPI à capital variable AVERTISSEMENT L investissement en parts de la SCPI VENDÔME

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA DETTE DEPARTEMENTALE

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA DETTE DEPARTEMENTALE CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre Type : BP 2015 Service : DMI/FINANCES Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT Commission : Affaires Générales, Finances et Dvpt Durable RAPPORT ANNUEL

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

Quel loyer indiquer sur la déclaration?

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Extrait de la déclaration 6660 REV Le loyer à indiquer sur la déclaration correspond au loyer annuel dû au titre de l année 2013, en excluant toutes les charges

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Introduction La compagnie des hôtels bleus est une société qui gère un grand nombre d hôtels répartis sur tout le territoire français. Vous venez

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE Vous Conseiller Le Financement L Accompagnement Le Marché Un contexte économique et sociale fragile Le constat actuel pour les primo accédant, et notamment les jeunes ménages

Plus en détail

POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 583-05 POUR ÉTABLIR UNE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT

POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 583-05 POUR ÉTABLIR UNE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 629-07 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 583-05 POUR ÉTABLIR UNE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT ATTENDU QUE

Plus en détail

COMPARATIF Belgique France SUR LE REGIME SIMPLIFIE DES ENTREPRENEURS.

COMPARATIF Belgique France SUR LE REGIME SIMPLIFIE DES ENTREPRENEURS. COMPARATIF Belgique France SUR LE REGIME SIMPLIFIE DES ENTREPRENEURS. BELGIQUE PROPOSITION DE LOI n 1618 du 19 JANVIER 2016 : Proposition de loi-cadre visant à créer un statut simplifié pour les indépendants.

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

arnaud.garnier@agicourtage.fr Tél : 06 62 95 92 88 site web : www.agicourtage.fr

arnaud.garnier@agicourtage.fr Tél : 06 62 95 92 88 site web : www.agicourtage.fr PREAMBULE Or, les solutions actuellement à votre disposition sont multiples : placements boursiers, immobilier, assurances-vie, livrets d épargne : Parmi les possibilités de placement qui s offrent à vous,

Plus en détail

MAGENTIS L OFFRE LA PLUS DIVERSIFIÉE DU MARCHÉ. Le portefeuille d investissements fiscaux «loi Girardin»

MAGENTIS L OFFRE LA PLUS DIVERSIFIÉE DU MARCHÉ. Le portefeuille d investissements fiscaux «loi Girardin» MAGENTIS L OFFRE LA PLUS DIVERSIFIÉE DU MARCHÉ Le portefeuille d investissements fiscaux «loi Girardin» 1 LES AVANTAGES DE LA LOI GIRARDIN CHEZ MAGENTIS. Mutualisation au sein d un portefeuille diversifié

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

Retrait du statut d établissement de crédit accordé par l Autorité de Contrôle Prudentiel en juin 2013

Retrait du statut d établissement de crédit accordé par l Autorité de Contrôle Prudentiel en juin 2013 COFITEMCOFIMUR CHANGE DE NOM ET DEVIENT COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JUILLET 2013 Résultats de l exercice clos au 30 juin 2013 PARIS, le 30 juillet 2013 Le Conseil d administration de CofitemCofimur s est réuni

Plus en détail

FASCICULE POUR TRAVAILLEUR AUTONOME

FASCICULE POUR TRAVAILLEUR AUTONOME FASCICULE POUR TRAVAILLEUR AUTONOME Exploiter une entreprise consiste à exercer une activité en vue de réaliser un bénéfice. Ceci inclut l exploitation d un commerce ou d une entreprise de fabrication

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

ARAB TUNISIAN BANK AVRIL 2007. Prix d émission : 100 Dinars

ARAB TUNISIAN BANK AVRIL 2007. Prix d émission : 100 Dinars ARAB TUNISIAN BANK SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 60.000.000 DINARS Divisé en 60 000 000 actions de nominal 1 dinar Entièrement libérées Siège social : 9 rue Hédi Nouira 1001 Tunis Registre de commerce

Plus en détail

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013 États financiers prospectifs Exercice se terminant le 31 mars 2013 DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION La responsabilité de la compilation, du contenu et de la présentation de l information financière

Plus en détail

Présentation de la loi Girardin 26 % sur 6 ans :

Présentation de la loi Girardin 26 % sur 6 ans : Présentation de la loi Girardin 26 % sur 6 ans : Pour les contribuables qui payent entre 5.000 et 30.600 d impôt sur le revenu par an et, pour les plus fiscalisés, jusqu à 11 % du revenu imposable, le

Plus en détail

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Immobilier Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Les loueurs en meublés non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous

Plus en détail

Tax shelter PROJET D AVIS CNC

Tax shelter PROJET D AVIS CNC COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Tax shelter PROJET D AVIS CNC 1. Introduction Le Tax shelter est un incitant fiscal mis sur pied par le législateur en 2002 1 qui vise à encourager la production d œuvres

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Préambule SICAE-OISE, dont le siège est situé à Compiègne, est fournisseur historique d électricité auprès

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION BULLETIN D INFORMATION 2002-4 Le 14 mai 2002 Sujet : Assouplissement de certaines mesures concernant l administration des lois fiscales et le recouvrement Le présent bulletin d information expose les modifications

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail