L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS"

Transcription

1 L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS

2 INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l appareil sphinctérien endosonographie : très fiable! la neuropathie d étirement électrophysiologie : moins fiable - étude des latences parfois difficile - reproductibilité discordante - système nerveux végétatif non exploré etc

3 INTRODUCTION D où l idée de recourir à l imagerie pour objectiver la conséquence ultime sur le muscle de la neuropathie d étirement : l atrophie du sphincter anal externe Academic Medical Center / Amsterdam University Medical Center / Rotterdam

4 PLAN ACTE I ACTE II ACTE III ACTE IV

5 PLAN ACTE I : l IRM peut-elle elle objectiver l atrophie du sphincter externe? ACTE II ACTE III ACTE IV

6 ACTE I MÉTHODES étude prospective 25 femmes d âge moyen 48 ans (27-72) incontinence anale par défect obstétrical IRM du sphincter externe : atrophie si - amincissement du sphincter externe - infiltration graisseuse généralisée biopsies du sphincter externe : atrophie si - diminution du diamètre des fibres musculaires - remplacement par du tissu adipeux Briel JW, et al. Int J Colorectal Dis 2000 ; 15 :

7 ACTE I RÉSULTATS sphincter normal en IRM x 16 : sphincter atrophique en IRM x 9 : - histo normale x 15 - atrophie x 1 - histo normale x 1 - atrophie x 8 donc, l IRM a bien évalué le sphincter dans 92 % des cas : sensibilité = 89 % spécificité = 94 % VPP = 89 % VPN = 94 % Briel JW, et al. Int J Colorectal Dis 2000 ; 15 :

8 ACTE I CONCLUSION l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe place de l IRM par rapport à la mesure des latences distales des nerfs pudendaux? Briel JW, et al. Int J Colorectal Dis 2000 ; 15 :

9 PLAN ACTE I : l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE II : l atrophie en IRM est-elle elle un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale du sphincter externe? ACTE III ACTE IV

10 ACTE II MÉTHODES étude prospective 20 femmes d âge moyen 50 ans (28-75) incontinence anale par défect obstétrical IRM du sphincter externe : atrophie si - amincissement du sphincter externe - infiltration graisseuse généralisée réparation chirurgicale évaluation clinique postopératoire Briel JW, et al. Br J Surg 1999 ; 86 :

11 ACTE II RÉSULTATS bon résultat de la chirurgie chez 13 patientes (65 %) dont : - 11 / 12 patientes sans atrophie en IRM - 2 / 8 patientes avec atrophie en IRM p = 0,004 absence de corrélation entre l âge des patientes et la présence ou non d une atrophie Briel JW, et al. Br J Surg 1999 ; 86 :

12 ACTE II CONCLUSION l atrophie en IRM est un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale réparation chirurgicale contre-indiquée en cas d atrophie en IRM? Briel JW, et al. Br J Surg 1999 ; 86 :

13 PLAN ACTE I : l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE II : l atrophie en IRM est un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale du sphincter externe! ACTE III : l endosonographie tridimensionnelle peut-elle elle objectiver l atrophie du sphincter externe? ACTE IV

14 ACTE III MÉTHODES étude prospective 18 femmes d âge moyen 56 ans (32-80) incontinence anale IRM du sphincter externe : mesures d épaisseurs, de longueur et de surface endosonographie 3-D D du sphincter externe : mesures d épaisseurs, de longueur, de surface et de volume West RL, et al. Int J Colorectal Dis 2005 ; 20 :

15 ACTE III RÉSULTATS aucune corrélation entre - l IRM et - l endosonographie 3-D pour les diverses mesures effectuées West RL, et al. Int J Colorectal Dis 2005 ; 20 :

16 ACTE III CONCLUSION l endosonographie tridimensionnelle ne semble pas pouvoir objectiver l atrophie du sphincter fiabilité des mesures en endosonographie tridimensionnelle? West RL, et al. Int J Colorectal Dis 2005 ; 20 :

17 PLAN ACTE I : l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE II : l atrophie en IRM est un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale du sphincter externe! ACTE III : l endosonographie tridimensionnelle ne semble pas pouvoir objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE IV : l endosonographie tridimensionnelle peut-elle elle quand même objectiver l atrophie du sphincter externe?

18 ACTE IV MÉTHODES étude prospective 18 patients (15 femmes) âge moyen 58 ans (27-80) incontinence anale IRM endosonographie 3-D Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

19 MÉTHODES IRM : - épaisseur - infiltration graisseuse ACTE IV pas d atrophie = épaisseur normale + absence d infiltration graisseuse atrophie intermédiaire = amincissement < 50 % + infiltration graisseuse atrophie sévère = amincissement 50 % + infiltration graisseuse Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

20 MÉTHODES endosonographie 3-D : ACTE IV - limite externe avec la graisse péri-anale - échogénicité - épaisseur pas d atrophie = limite bien visible + échogénicité normale + épaisseur normale atrophie intermédiaire = limite plus ou moins visible + échogénicité intermédiaire + amincissement intermédiaire atrophie sévère = limite non visible + hyperéchogénicité + amincissement majeur Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

21 ACTE IV RÉSULTATS Sphincter externe : endosonographie IRM normal normal 2 atrophie intermédiaire 0 atrophie sévère 0 atrophie intermédiaire atrophie sévère Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

22 ACTE IV CONCLUSION l endosonographie tridimensionnelle peut objectiver l atrophie du sphincter externe elle semble moins fiable que l IRM pour la gradation de cette atrophie Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

23 Certes : petits effectifs critères subjectifs SYNTHÈSE littérature contradictoire etc

24 Mais on peut retenir que : SYNTHÈSE l atrophie du sphincter externe peut être objectivée par l imagerie l IRM semble être une technique fiable l endosonographie tridimensionnelle pourrait également être intéressante en pratique

25

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées 31 èmes journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE V. BLONDEY IBODE S. CUENOT IBODE P. MATHIEU Chirurgien

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Bilan d'une fistule anale chronique

Bilan d'une fistule anale chronique Bilan d'une fistule anale chronique Journées SCVO DESC Brest Juin 2011 Jérôme Danion CHU Poitiers Fistule anale chronique : généralités Conséquence de l'infection d'une glande du canal anal, abcès intersphinctérien

Plus en détail

Que lui proposez vous en première intention?

Que lui proposez vous en première intention? Mme F. 30 ans consulte pour besoins exonérateurs impérieux et incontinence aux gaz apparus 1 mois après un accouchement par voie vaginale avec forceps. Au toucher rectal, le tonus anal est normal mais

Plus en détail

Les fistules anales : anatomie indispensable

Les fistules anales : anatomie indispensable Les fistules anales : anatomie indispensable JM Garcier, PF Montoriol, D Da Ines, V Petitcolin Radiologie et Imagerie Médicale CHU Estaing Clermont-Ferrand, France Pré test Le sphincter interne du rectum

Plus en détail

L échographie de l épaule

L échographie de l épaule L échographie de l épaule en 20 images-clef Gérard Morvan, Henri Guerini, Valérie Vuillemin, Philippe Mathieu Marc Wybier, Frédéric Zeitoun, Philippe Bossard, Patrick Sterin, Samuel Merran. La sémiologie

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G.

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G. Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel G. Meurette Nantes Incontinence anale: les rumeurs Affection fréquente? Deux facteurs de

Plus en détail

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes)

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) JJ Labat. Centre fédératif de pelvi périnéologie CHU Nantes T Riant, R Robert, M Guérineau, J Rigaud Et le

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

Incontinence anale. François Mion. Lyon

Incontinence anale. François Mion. Lyon Incontinence anale François Mion Lyon Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2009 CONFLITS D INTÉRÊT Aucun conflit Objectifs pédagogiques Epidémiologie et étiologie Stratégie

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX R.MESSALA, S.TOUATI, A.MECIBAH Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale EPH BATNA Cancers du larynx : INTRODUCTION - Place importante

Plus en détail

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter?

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Eric RULLIER Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Connaître les critères carcinologiques de la conservation sphinctérienne Connaître les nouvelles méthodes chirurgicales

Plus en détail

Les tendinopathies trochantériennes. le traitement chirurgical. L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE ANATOMIE. Le trochanter Vue latérale

Les tendinopathies trochantériennes. le traitement chirurgical. L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE ANATOMIE. Le trochanter Vue latérale Les tendinopathies trochantériennes L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE le traitement chirurgical A. Wajsfisz ; P. Djian Clinique Nollet - Cabinet Goethe - Paris ANATOMIE Vue antérieure Le trochanter

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP B. Napoléon, Lyon Conflit d intérêt Boston Scientifics Sténoses de la VBP Causes multiples, dominées par les tumeurs

Plus en détail

Incontinence Fécale DES HGE FÉVRIER 2014 ELSA LAMBRESCAK SERVICE DE PROCTOLOGIE PR ATIENZA GROUPE HOSPITALIER DIACONESSES CROIX SAINT SIMON

Incontinence Fécale DES HGE FÉVRIER 2014 ELSA LAMBRESCAK SERVICE DE PROCTOLOGIE PR ATIENZA GROUPE HOSPITALIER DIACONESSES CROIX SAINT SIMON Incontinence Fécale DES HGE FÉVRIER 2014 ELSA LAMBRESCAK SERVICE DE PROCTOLOGIE PR ATIENZA GROUPE HOSPITALIER DIACONESSES CROIX SAINT SIMON Plan Rappels anatomiques et physiologiques Epidémiologie Définition

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Diagnostic positif : clinique +++ acroparesthésies nocturnes des 4 derniers doigts Diagnostic de gravité : hypoesthésie déficit moteur : opposition pouce-index impossible (aspect

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE GRAISSEUSE (DG) DES MUSCLES D Goutallier avec la participation de J Bernageau, D Godefroy et C Radier

LA DEGENERESCENCE GRAISSEUSE (DG) DES MUSCLES D Goutallier avec la participation de J Bernageau, D Godefroy et C Radier LA DEGENERESCENCE GRAISSEUSE (DG) DES MUSCLES D Goutallier avec la participation de J Bernageau, D Godefroy et C Radier C est l infiltration du muscle (dont les fibres sont atrophiques) par de la graisse.

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Dépistage du Cancer du Sein

Dépistage du Cancer du Sein Dépistage du Cancer du Sein Place des Techniques non Irradiantes Dr A. Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, Site Paris Radio Protection des Patients en Imagerie Médicale 13 Décembre 2011 Examen

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Épidémiologie. L incontinence anale ne concerne pas que les personnes âgées

Épidémiologie. L incontinence anale ne concerne pas que les personnes âgées Incontinence anale pathologie du miroir Bruno Roche, Karel Skala Unité de Proctologie Cours de Hôpital Proctologie Universitaire Genève 2014 Bruno.Roche@hcuge.ch www.proctology.ch L impact Limpact de ce

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

L épaule Douloureuse: Quelles orientations diagnostiques? Christian Dumontier Institut de la Main & hôpital saint Antoine, Paris

L épaule Douloureuse: Quelles orientations diagnostiques? Christian Dumontier Institut de la Main & hôpital saint Antoine, Paris L épaule Douloureuse: Quelles orientations diagnostiques? Christian Dumontier Institut de la Main & hôpital saint Antoine, Paris La douleur de l épaule N est pas: Une faiblesse, une instabilité, une appréhension,

Plus en détail

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique CNGOF 2013 : «PROLAPSUS» Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique Dr Pauline Roumeguère Service de gastroentérologie CHU de Bordeaux Hôpital St André Service de proctologie Clinique

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13 Définition IUE de la femme L.peyrat INCONTINENCE : perte involontaire des urines par voies naturelles, au dehors de l acte mictionnel et entraînant une gêne sociale (patient, entourage) significative INCONTINENCE

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP, ZINI L, LECOEUR C, AUTHIER J, GHÉRARDI R, LECORVOISIER P, ANDRÉ C, COUSSE R, JOUANY P, SALOMON L, ABBOU C

YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP, ZINI L, LECOEUR C, AUTHIER J, GHÉRARDI R, LECORVOISIER P, ANDRÉ C, COUSSE R, JOUANY P, SALOMON L, ABBOU C Résultats électromyographiques et fonctionnels à un an de l'implantation péri-urétrale de myofibres pour le traitement de l'insuffisance sphinctérienne urétrale YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP,

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées I. Achour, M. Sellami, z. B Rhaiem, MA. Chaabouni, I. Charfeddine, B. Hammami, A. Ghorbel Service ORL CHU Habib Bourguiba, Sfax Tunisie Introduction Tumeurs

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3)

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3) Analyse par 137 scanners de la distance apex tête humérale / grand pectoral : validation d un repère fiable de positionnement des prothèses d épaule en traumatologie quel que soit la voie d abord Peyron

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main

Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main R. LEGRE Service de Chirurgie de la Main, Chirurgie Plastique et Réparatrice des Membres Hôpital de la Conception Marseille 1 Pathologie

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Dr. Marino Delmi Clinique des Grangettes / Genève Suisse Médecin associé consultant Clinique Universitaire d Orthop d Orthopédie

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Conflits d intérêt. Norgine. B Braun. Coloplast. Medtronic. Coordination essai thérapeutique multicentrique Conseil Orateur symposium 2011

Conflits d intérêt. Norgine. B Braun. Coloplast. Medtronic. Coordination essai thérapeutique multicentrique Conseil Orateur symposium 2011 Conflits d intérêt Norgine Coordination essai thérapeutique multicentrique 2012 B Braun Conseil 2011 Coloplast Orateur symposium 2011 Medtronic Orateur symposium 2011 rééducations Troubles fonctionnels

Plus en détail

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Le lambeau vaginal dans la préservation de la continence dans la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Situation difficile Fréquence 10 à 30 % Résultat parfois décevant et pour le chirurgien

Plus en détail

Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. SOFARTHRO.com

Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. SOFARTHRO.com Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. Nicolas Lefevre (a)*, Yoann Bohu (a), Jean François Naouri (a), Serge Herman (b) (a) Clinique du sport Paris 5, 36 bd saint

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO

APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO 1 ère journée de la Société Algérienne du Glaucome Hôtel Sheraton - Club des pins - Alger Jeudi 1 er octobre 2009 APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO J.Aberkane, F.Kada, R.Halkoum, H.Lehtihet,

Plus en détail

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante Variation de l aspect l en imagerie de l hamartome l mammaire chez la femme enceinte et allaitante A. SALEM, S. MEHIRI, N. BOUASSIDA, F. B. AMARA, M. FELFEL, H. RAJHI, R. HAMZA, N.MNIF Service d imagerie

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traiter un symptôme Position du problème Ampleur de la plainte Histoire naturelle Mode de prise en charge actuelle Règles hygiéniques Rééducation

Plus en détail

DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA

DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA INTRODUCTION: MF : modifications anat et physiol profondes du GO à l origine de DR rhegmatogènes caractérisés

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER?

DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER? DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER? N. Berthelen, T. Moser, A. Moussaoui, V. Douzal,, M.G. Dupuis, J-C. J Dosch CHU Strasbourg Introduction Arthro-scanner

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation de la sécurité et des conditions de réalisation de l autogreffe de tissu adipeux dans la

TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation de la sécurité et des conditions de réalisation de l autogreffe de tissu adipeux dans la TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation de la sécurité et des conditions de réalisation de l autogreffe de tissu adipeux dans la chirurgie reconstructrice, réparatrice et esthétique

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas

Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas A. Benzemrane, N.Diaf, K.Hachelaf, Y.Guidoum, A.Mekhaldi Service «COB» EHS de Douéra Objectif de l étude Evaluation de l efficacité

Plus en détail

LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE. Dr Muracciole Paul

LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE. Dr Muracciole Paul LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE Dr Muracciole Paul ETIO-PATHOGENIE FACTEURS DE RISQUES INTRINSEQUES : INDIVIDU EXTRINSEQUES : ENTRAINEMENT STRUCTURES TOUCHEES OS ARTICULATION

Plus en détail

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn Y. Benmeddour, A. Anou, O.Benhadid, A.Chetouane, A.Ourabah, C. younsi, Z. Imessaoudene Clinique chirurgicale A CHU

Plus en détail

L IRM musculaire et l EMG dans les neuropathies motrices : le couple idéal

L IRM musculaire et l EMG dans les neuropathies motrices : le couple idéal L IRM musculaire et l EMG dans les neuropathies motrices : le couple idéal APTE Journées de formation en électrophysiologie 3 octobre 2014 Nathalie Kubis Service de Physiologie Clinique-Explorations Fonctionnelles

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

La Fissure Anale. Grégoire de Bonnechose

La Fissure Anale. Grégoire de Bonnechose La Fissure Anale Grégoire de Bonnechose Epidémiologie L une des principales causes de consultation proctologique Adultes jeunes Sex ratio : 1 Post-partum Facteurs de Risques Constipation, selles dures

Plus en détail