L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS"

Transcription

1 L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS

2 INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l appareil sphinctérien endosonographie : très fiable! la neuropathie d étirement électrophysiologie : moins fiable - étude des latences parfois difficile - reproductibilité discordante - système nerveux végétatif non exploré etc

3 INTRODUCTION D où l idée de recourir à l imagerie pour objectiver la conséquence ultime sur le muscle de la neuropathie d étirement : l atrophie du sphincter anal externe Academic Medical Center / Amsterdam University Medical Center / Rotterdam

4 PLAN ACTE I ACTE II ACTE III ACTE IV

5 PLAN ACTE I : l IRM peut-elle elle objectiver l atrophie du sphincter externe? ACTE II ACTE III ACTE IV

6 ACTE I MÉTHODES étude prospective 25 femmes d âge moyen 48 ans (27-72) incontinence anale par défect obstétrical IRM du sphincter externe : atrophie si - amincissement du sphincter externe - infiltration graisseuse généralisée biopsies du sphincter externe : atrophie si - diminution du diamètre des fibres musculaires - remplacement par du tissu adipeux Briel JW, et al. Int J Colorectal Dis 2000 ; 15 :

7 ACTE I RÉSULTATS sphincter normal en IRM x 16 : sphincter atrophique en IRM x 9 : - histo normale x 15 - atrophie x 1 - histo normale x 1 - atrophie x 8 donc, l IRM a bien évalué le sphincter dans 92 % des cas : sensibilité = 89 % spécificité = 94 % VPP = 89 % VPN = 94 % Briel JW, et al. Int J Colorectal Dis 2000 ; 15 :

8 ACTE I CONCLUSION l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe place de l IRM par rapport à la mesure des latences distales des nerfs pudendaux? Briel JW, et al. Int J Colorectal Dis 2000 ; 15 :

9 PLAN ACTE I : l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE II : l atrophie en IRM est-elle elle un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale du sphincter externe? ACTE III ACTE IV

10 ACTE II MÉTHODES étude prospective 20 femmes d âge moyen 50 ans (28-75) incontinence anale par défect obstétrical IRM du sphincter externe : atrophie si - amincissement du sphincter externe - infiltration graisseuse généralisée réparation chirurgicale évaluation clinique postopératoire Briel JW, et al. Br J Surg 1999 ; 86 :

11 ACTE II RÉSULTATS bon résultat de la chirurgie chez 13 patientes (65 %) dont : - 11 / 12 patientes sans atrophie en IRM - 2 / 8 patientes avec atrophie en IRM p = 0,004 absence de corrélation entre l âge des patientes et la présence ou non d une atrophie Briel JW, et al. Br J Surg 1999 ; 86 :

12 ACTE II CONCLUSION l atrophie en IRM est un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale réparation chirurgicale contre-indiquée en cas d atrophie en IRM? Briel JW, et al. Br J Surg 1999 ; 86 :

13 PLAN ACTE I : l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE II : l atrophie en IRM est un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale du sphincter externe! ACTE III : l endosonographie tridimensionnelle peut-elle elle objectiver l atrophie du sphincter externe? ACTE IV

14 ACTE III MÉTHODES étude prospective 18 femmes d âge moyen 56 ans (32-80) incontinence anale IRM du sphincter externe : mesures d épaisseurs, de longueur et de surface endosonographie 3-D D du sphincter externe : mesures d épaisseurs, de longueur, de surface et de volume West RL, et al. Int J Colorectal Dis 2005 ; 20 :

15 ACTE III RÉSULTATS aucune corrélation entre - l IRM et - l endosonographie 3-D pour les diverses mesures effectuées West RL, et al. Int J Colorectal Dis 2005 ; 20 :

16 ACTE III CONCLUSION l endosonographie tridimensionnelle ne semble pas pouvoir objectiver l atrophie du sphincter fiabilité des mesures en endosonographie tridimensionnelle? West RL, et al. Int J Colorectal Dis 2005 ; 20 :

17 PLAN ACTE I : l IRM peut objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE II : l atrophie en IRM est un facteur péjoratif du résultat d une réparation chirurgicale du sphincter externe! ACTE III : l endosonographie tridimensionnelle ne semble pas pouvoir objectiver l atrophie du sphincter externe! ACTE IV : l endosonographie tridimensionnelle peut-elle elle quand même objectiver l atrophie du sphincter externe?

18 ACTE IV MÉTHODES étude prospective 18 patients (15 femmes) âge moyen 58 ans (27-80) incontinence anale IRM endosonographie 3-D Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

19 MÉTHODES IRM : - épaisseur - infiltration graisseuse ACTE IV pas d atrophie = épaisseur normale + absence d infiltration graisseuse atrophie intermédiaire = amincissement < 50 % + infiltration graisseuse atrophie sévère = amincissement 50 % + infiltration graisseuse Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

20 MÉTHODES endosonographie 3-D : ACTE IV - limite externe avec la graisse péri-anale - échogénicité - épaisseur pas d atrophie = limite bien visible + échogénicité normale + épaisseur normale atrophie intermédiaire = limite plus ou moins visible + échogénicité intermédiaire + amincissement intermédiaire atrophie sévère = limite non visible + hyperéchogénicité + amincissement majeur Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

21 ACTE IV RÉSULTATS Sphincter externe : endosonographie IRM normal normal 2 atrophie intermédiaire 0 atrophie sévère 0 atrophie intermédiaire atrophie sévère Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

22 ACTE IV CONCLUSION l endosonographie tridimensionnelle peut objectiver l atrophie du sphincter externe elle semble moins fiable que l IRM pour la gradation de cette atrophie Cazemier M, et al. Dis Colon Rectum 2005 ; 49 : 20-7.

23 Certes : petits effectifs critères subjectifs SYNTHÈSE littérature contradictoire etc

24 Mais on peut retenir que : SYNTHÈSE l atrophie du sphincter externe peut être objectivée par l imagerie l IRM semble être une technique fiable l endosonographie tridimensionnelle pourrait également être intéressante en pratique

25

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées 31 èmes journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE V. BLONDEY IBODE S. CUENOT IBODE P. MATHIEU Chirurgien

Plus en détail

Que lui proposez vous en première intention?

Que lui proposez vous en première intention? Mme F. 30 ans consulte pour besoins exonérateurs impérieux et incontinence aux gaz apparus 1 mois après un accouchement par voie vaginale avec forceps. Au toucher rectal, le tonus anal est normal mais

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique CNGOF 2013 : «PROLAPSUS» Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique Dr Pauline Roumeguère Service de gastroentérologie CHU de Bordeaux Hôpital St André Service de proctologie Clinique

Plus en détail

L échographie de l épaule

L échographie de l épaule L échographie de l épaule en 20 images-clef Gérard Morvan, Henri Guerini, Valérie Vuillemin, Philippe Mathieu Marc Wybier, Frédéric Zeitoun, Philippe Bossard, Patrick Sterin, Samuel Merran. La sémiologie

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE GRAISSEUSE (DG) DES MUSCLES D Goutallier avec la participation de J Bernageau, D Godefroy et C Radier

LA DEGENERESCENCE GRAISSEUSE (DG) DES MUSCLES D Goutallier avec la participation de J Bernageau, D Godefroy et C Radier LA DEGENERESCENCE GRAISSEUSE (DG) DES MUSCLES D Goutallier avec la participation de J Bernageau, D Godefroy et C Radier C est l infiltration du muscle (dont les fibres sont atrophiques) par de la graisse.

Plus en détail

INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS

INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS LES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. BUTS Evaluer la fiabilité de l échographie dans les lésions de la coiffe

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Dr. Marino Delmi Clinique des Grangettes / Genève Suisse Médecin associé consultant Clinique Universitaire d Orthop d Orthopédie

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris Incontinence urinaire DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine, on distingue Symptôme : élément décrit

Plus en détail

Incontinence anale. F. PIGOT (Talence) F. ZERBIB (Bordeaux)

Incontinence anale. F. PIGOT (Talence) F. ZERBIB (Bordeaux) Incontinence anale F. PIGOT (Talence) F. ZERBIB (Bordeaux) Tirés à part : F. Zerbib Service de gastroentérologie, Hôpital Saint André, 1, rue J. Burguet, 33075 Bordeaux Cedex. Introduction Le sujet a déjà

Plus en détail

Echographie du périnée

Echographie du périnée GE Healthcare Echographie du périnée Apport des modes volumiques dans l évaluation pré-opératoire et post-opératoire de la chirurgie de l incontinence et du prolapsus génital. Jean-Marc LEVAILLANT, Hôpital

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traiter un symptôme Position du problème Ampleur de la plainte Histoire naturelle Mode de prise en charge actuelle Règles hygiéniques Rééducation

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP B. Napoléon, Lyon Conflit d intérêt Boston Scientifics Sténoses de la VBP Causes multiples, dominées par les tumeurs

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

Rééducation du périnée en 2013

Rééducation du périnée en 2013 26/10/13 Rééducation du périnée en 2013 Congrès GEMO BPL Nantes 2013 RégineBrissot Rennes Préalable toujours un diagnostic avant le traitement notamment en matière de douleurs pelvipérinéales. métastase

Plus en détail

Y a-t-il du bénin dans le tube?

Y a-t-il du bénin dans le tube? Les tumeurs bénignes de l abdomen Journée de printemps de la SIAD 28.03.14 Y a-t-il du bénin dans le tube? C. Ridereau-Zins CHU ANGERS Y a-t-il des tumeurs bénignes dans le tube digestif? OUI Lésions rares

Plus en détail

PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Professeur J.F. Kempf, CCOM Avenue Baumann 67400 ILLKIRCH

PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Professeur J.F. Kempf, CCOM Avenue Baumann 67400 ILLKIRCH PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Professeur J.F. Kempf, CCOM Avenue Baumann 67400 ILLKIRCH I. L EXAMEN CLINIQUE PROGRAMMÉ DE L ÉPAULE L inspection Elle recherchera une déformation du moignon de l

Plus en détail

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate - High Intensity Focused Ultrasound www.edap-tms.com Ablatherm Prenez les commandes de votre nouvel assistant opératoire High Intensity

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13 Définition IUE de la femme L.peyrat INCONTINENCE : perte involontaire des urines par voies naturelles, au dehors de l acte mictionnel et entraînant une gêne sociale (patient, entourage) significative INCONTINENCE

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée I. Fauquet, F.Bonodeau, L. Deschildre, L. Ceugnart, G. Hurtevent-Labrot JFR 2006 Lille, France Intérêt de connaître l anatomie 1

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

La fissure anale (273b) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La fissure anale (273b) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La fissure anale (273b) Professeur Jean-Luc FAUCHERON Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du canal anal Physiologie de la défécation Sémiologie chirurgicale DCEM 1 Résumé : La fissure

Plus en détail

Fonctions du plancher pelvien :

Fonctions du plancher pelvien : le point sur Fonctions du plancher pelvien : de la phase expulsive à la consultation du post-partum Rev Med Suisse 2011 ; 7 : 2078-83 S. Meyer C. Achtari Pr Sylvain Meyer Département de gynécologie et

Plus en détail

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 La proctologie en pratique quotidienne M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 Matériel de proctologie Les oreilles, les yeux et les doigts Source de lumière froide Anuscopes, proctoscope,

Plus en détail

Prise en charge non chirurgicale de l IUE. M Carbonnel Service de gynécologie Obstétrique du Pr ayoubi Hôpital Foch

Prise en charge non chirurgicale de l IUE. M Carbonnel Service de gynécologie Obstétrique du Pr ayoubi Hôpital Foch Prise en charge non chirurgicale de l IUE M Carbonnel Service de gynécologie Obstétrique du Pr ayoubi Hôpital Foch Mesures hygienodiététiques Traitement du surpoids L obésité est un facteur de risque indépendant

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

Incontinence urinaire chez la femme

Incontinence urinaire chez la femme Incontinence urinaire chez la femme C est une perte involontaire d urine par l urètre. Elle est multifactorielle. Elle retentie sur l activités professionnelles, sociales et psychiques des patientes. Dans

Plus en détail

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort JB. Pialat (1), A. Martinon (1), A Ramain A. Ltaief-boudrigua (1), JF. Luciani (2) (1) Radiologie Ostéo-articulaire (2) Médecine

Plus en détail

Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique

Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique Thèse préparée sous la direction du Professeur Olivier Irion SANTE DES

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum Patient de 30 ans, sportif de haut niveau, marathonien. Présente des épisodes répétés de douleurs du mollet droit, survenant environ après une demie heure de course. Une échographie hauterésolution de

Plus en détail

QUELS SONT LES PARAMÈTRES CLINIQUES LES PLUS UTILES DANS LA PRISE EN CHARGE D UNE INCONTINENCE FÉCALE?

QUELS SONT LES PARAMÈTRES CLINIQUES LES PLUS UTILES DANS LA PRISE EN CHARGE D UNE INCONTINENCE FÉCALE? QUELS SONT LES PARAMÈTRES CLINIQUES LES PLUS UTILES DANS LA PRISE EN CHARGE D UNE INCONTINENCE FÉCALE? D.SOUDAN Institut de Proctologie Léopold Bellan Hôpital Paris Saint Joseph Siproudhis L, Pigot F,

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

épaule N Amoretti, M Rouquette, A Grimaud, ME Fonquerne,V Lesbats-Jacquot, L Mondot, P Boileau, JN Bruneton

épaule N Amoretti, M Rouquette, A Grimaud, ME Fonquerne,V Lesbats-Jacquot, L Mondot, P Boileau, JN Bruneton Imagerie des syndrômes canalaires de l él épaule N Amoretti, M Rouquette, A Grimaud, ME Fonquerne,V Lesbats-Jacquot, L Mondot, P Boileau, JN Bruneton Service d imagerie d médicale m et interventionnelle

Plus en détail

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco Névralgie Pudendale Pr. G. Amarenco Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales Hôpital Rothschild AP HP. Unité INSERM U731 UPMC Bruxelles, le 4 octobre 2008, Société royale belge

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP, ZINI L, LECOEUR C, AUTHIER J, GHÉRARDI R, LECORVOISIER P, ANDRÉ C, COUSSE R, JOUANY P, SALOMON L, ABBOU C

YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP, ZINI L, LECOEUR C, AUTHIER J, GHÉRARDI R, LECORVOISIER P, ANDRÉ C, COUSSE R, JOUANY P, SALOMON L, ABBOU C Résultats électromyographiques et fonctionnels à un an de l'implantation péri-urétrale de myofibres pour le traitement de l'insuffisance sphinctérienne urétrale YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP,

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER?

DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER? DIAGNOSTIC DES RUPTURES DE LA COIFFE DES ROTATEURS : ÉCHOGRAPHIE OU ARTHRO-SCANNER? N. Berthelen, T. Moser, A. Moussaoui, V. Douzal,, M.G. Dupuis, J-C. J Dosch CHU Strasbourg Introduction Arthro-scanner

Plus en détail

LA PREVENTION ALGOLOGIQUE ET ANESTHESIQUE DES DOULEURS CHRONIQUES POST-OPERATOIRES EN CHIRURGIE PELVIENNE ( incontinence et prolapsus )

LA PREVENTION ALGOLOGIQUE ET ANESTHESIQUE DES DOULEURS CHRONIQUES POST-OPERATOIRES EN CHIRURGIE PELVIENNE ( incontinence et prolapsus ) LA PREVENTION ALGOLOGIQUE ET ANESTHESIQUE DES DOULEURS CHRONIQUES POST-OPERATOIRES EN CHIRURGIE PELVIENNE ( incontinence et prolapsus ) Dr Christian BAUDE Unité de traitement de la douleur Hôpital Edouard

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME F Réty (1), M Charlot (1), O Beatrix (2) PJ Valette (1) (1) Service d imagerie, d (2) Service de chirurgie gynécologique Centre Hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite B Rappel

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO

APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO 1 ère journée de la Société Algérienne du Glaucome Hôtel Sheraton - Club des pins - Alger Jeudi 1 er octobre 2009 APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO J.Aberkane, F.Kada, R.Halkoum, H.Lehtihet,

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

SOFARTHRO.com DES RÉPARATIONS ARTHROSCOPIQUES DES RUPTURES LARGES DE LA COIFFE DES ROTATEURS PAR SUTURE BORD À BORD

SOFARTHRO.com DES RÉPARATIONS ARTHROSCOPIQUES DES RUPTURES LARGES DE LA COIFFE DES ROTATEURS PAR SUTURE BORD À BORD RÉSULTATS FONCTIONNELS ET CONTRÔLE DE L'INTÉGRITÉ DES RÉPARATIONS ARTHROSCOPIQUES DES RUPTURES LARGES DE LA COIFFE DES ROTATEURS PAR SUTURE BORD À BORD T. Rousseau ; S. Bertiaux ; O. Courage ; N. Puech

Plus en détail

CLINIQUE DU SYNDROME DU CANAL D ALCOCK

CLINIQUE DU SYNDROME DU CANAL D ALCOCK PRISE EN CHARGE DES NEVRALGIES PERINEALES PAR ATTEINTE DU NERF PUDENDAL (SYNDROME DU CANAL D ALCOCK) G. Amarenco, B. Bayle, S. Sheik Ismaël Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales

Plus en détail

Président: 06.09.18.18.07 Secrétaire Général 01.49.71.90.30. Chères Amies et amis, petit rappel de circonstance

Président: 06.09.18.18.07 Secrétaire Général 01.49.71.90.30. Chères Amies et amis, petit rappel de circonstance 1 SOCIETE FRANCAISE DE KINESITHERAPIE PERINEALE Société de kinésithérapeutes spécialisés en périnéologie Président d Honneur Alain BOURCIER http ://www.journees-perineologie.com SIEGE SOCIAL ET ADMINISTRATIF

Plus en détail

Apport du lipomodelage. Guillaume Pollet AMOC 11 avril 2015

Apport du lipomodelage. Guillaume Pollet AMOC 11 avril 2015 Apport du lipomodelage Guillaume Pollet AMOC 11 avril 2015 Sexualité et cancer Altération de l image de soi, de la relation avec l autre Baisse de la libido, du plaisir, de l excitation et de l orgasme

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Les pathologies de la coiffe des rotateurs

Les pathologies de la coiffe des rotateurs Les tendinopathies de l épaule : un éventail de pathologies Frédéric Balg, MD, FRCSC Mise à Présenté dans le cadre de la conférence : L appareil locomoteur, Université de Sherbrooke, septembre 2006. j

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

Le rééducation Périnéale

Le rééducation Périnéale Alexandre JETTE Lauriane VASSEUR 62 7 020282 001 30 1 26 62 7 035744 001 30 1 26 Cabinet de Masso-Kinésithérapie 9 rue Edmond de Palézieux - 62224 Equihen-Plage 03.21.91.11.64-06.85.12.01.18 - kine@ajette.fr

Plus en détail

REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON

REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON Laboratoire d'urodynamique et de Neurophysiologie Service de Rééducation Neurologique. Hopital Rothschild La rééducation périnéale, grace à des techniques

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Simple. Portable. Puissant. SD-OCT. Amenez la puissance de l OCT spectral ivue dans votre cabinet

Simple. Portable. Puissant. SD-OCT. Amenez la puissance de l OCT spectral ivue dans votre cabinet Simple. Portable. Puissant. SD-OCT Amenez la puissance de l OCT spectral ivue dans votre cabinet RETINE pour la détection précoce du glaucome La puissance du scan GCC permet d identifier la perte de cellules

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne DEFINITION! Incontinence urinaire (IU) : perte involontaire des urines par l urètre, survenant en dehors de la miction et pouvant

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Laminoplastie sacrée et fenestration kystique dans le traitement symptomatique de périneurale sacrée (Tarlov) des kystes

Laminoplastie sacrée et fenestration kystique dans le traitement symptomatique de périneurale sacrée (Tarlov) des kystes Laminoplastie sacrée et fenestration kystique dans le traitement symptomatique de périneurale sacrée (Tarlov) des kystes Contexte: Kystes périneuraux du sacrum, ou des kystes de Tarlov sont liquide céphalorachidien

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM

EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM Dr A.Rahili DIU Cancérologie Digestive Février 2014 CANCER DU RECTUM EVOLUTION 1987-1993 Essai Randomisé Contrôlé (ERC) Stockholm

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail