Incontinence urinaire de la femme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Incontinence urinaire de la femme"

Transcription

1 300-A-10 Incontinence urinaire de la femme S. Conquy, D. Amsellem-Ouazana Handicap social majeur, concernant tous les âges de la vie de la femme, l incontinence urinaire recouvre des tableaux cliniques fort différents. On peut ainsi principalement distinguer : l incontinence urinaire d effort, le plus souvent vérifiable lors de l examen clinique, en rapport avec une hypoactivité sphinctérienne et/ou avec une hypermobilité cervico-urétrale (justifiant une rééducation périnéale ou une cure chirurgicale) ; l incontinence par impériosités, suspectée à l interrogatoire, confirmée par la présence sur l examen urodynamique d une hyperactivité du détrusor et nécessitant le plus souvent un traitement anticholinergique ; l incontinence mixte associant les deux précédentes et dont la prise en charge est fonction de l importance respective des troubles. Les différents examens cliniques et paracliniques permettent de préciser le mécanisme pour aborder une prise en charge efficace et adaptée Elsevier SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Incontinence urinaire ; Impériosités ; Examen urodynamique ; Rééducation vésicosphinctérienne ; TVT ; Anticholinergiques Plan Introduction 1 Épidémiologie 1 Classification clinique 2 Incontinence urinaire d effort 2 Incontinence par impériosités mictionnelles 2 Incontinence mixte 2 Incontinence urinaire par regorgement 2 Urination 3 Autres 3 Examen clinique 3 Interrogatoire 3 Examen physique 3 Calendrier mictionnel 4 Test de pesée des garnitures (ou «pad-test») 4 Examens complémentaires 4 Examen cytobactériologique des urines 4 Exploration urodynamique 4 Explorations neurophysiologiques 5 Explorations par imagerie 5 Traitement 6 Moyens 6 Indications 7 Quelques cas particuliers 8 Femme sportive 8 Femme âgée 8 Post-partum 8 Trouble de la statique pelvienne 8 Conclusion 8 Gynécologie Introduction L incontinence urinaire est la perte involontaire d urine démontrée objectivement et constituant un problème social ou d hygiène, telle que l a définie la Société internationale de continence. [1] Si cette définition a pu paraître trop restrictive à certains, elle a néanmoins le mérite de faire envisager cette affection au sens large, c est-à-dire quelles que soient les circonstances dans lesquelles la fuite survient et en tenant compte de la dimension sociale puisqu il s agit plus souvent d un handicap que d une réelle maladie. Toutefois, de nombreuses situations cliniques existent, tant par l importance de la fuite que par ses circonstances de survenue ou par le terrain sur lequel elles surviennent. L évolution des moyens diagnostiques (et en particulier des explorations urodynamiques) et thérapeutiques (avec notamment l apparition d une intervention chirurgicale simplifiée) rend désormais la prise en charge de ce handicap accessible à l immense majorité des patientes. Épidémiologie La prévalence de l incontinence urinaire en France est difficile à estimer car les études épidémiologiques publiées comportent des définitions de populations et des méthodes de recueils fort différentes. Elle est globalement dans la population générale de 4à5%,soit près de 3 millions de personnes en France avec des pourcentages nettement supérieurs chez la femme, évaluables à environ 30 % avant 65 ans et plus de 40 % chez les femmes de plus de 65 ans hospitalisées dans les établissements de court séjour. [2] Si l on considère plus spécifiquement l incontinence 1

2 300-A-10 Incontinence urinaire de la femme urinaire d effort qui est la forme la plus fréquente de fuites d urine chez la femme, sa prévalence est de 20 % tous âges confondus et de 37 % au-delà de 18 ans. [3] Les études internationales et en particulier anglo-saxonnes découvrent des pourcentages globalement comparables, variant entre 10 et 50 %. [4, 5] Enfin, l épidémiologie concernant l importance des fuites est particulièrement difficile à évaluer en raison de la subjectivité de ce paramètre, mais il semble globalement que plus l âge des patientes avance, plus l incontinence est sévère et ceci en particulier au-delà de 60 ans. [6, 7] Parmi les facteurs de risque essentiels on note, comme nous l avons précédemment évoqué, l âge, [8, 9] les facteurs obstétricaux (grossesse et accouchement), [10] l état gynécologique et notamment les antécédents d hystérectomie [11] ou de ménopause [9] et l obésité. Il est bien entendu que de nombreuses pathologies associées (diabète, affections neurologiques, pathologies psychiatriques) et la prise de médicaments influant sur la miction, comme les diurétiques ou certains antidépresseurs, peuvent contribuer à perturber un équilibre vésicosphinctérien précaire, constituant alors un facteur de risque d incontinence. Classification clinique Incontinence urinaire d effort (Fig. 1) Elle est caractérisée par l émission d urine de façon concomitante à un effort. Celui-ci devra en général être violent pour déclencher les fuites à un stade précoce de l affection (crises d éternuement, sports violents) mais en l absence de prise en charge, il existe une tendance spontanée à l aggravation : des efforts de moins en moins violents déclenchent la fuite d urine pour aboutir, à terme, à une incontinence orthostatique. Dans toutes ces situations, la fuite apparaît à l occasion d une augmentation de la pression intra-abdominale et elle survient en jet, habituellement prévisible et donc souvent, en particulier au début, évitable par une modification du mode de vie. Dans cette forme typique, le symptôme est habituellement pur, sans pollakiurie ni dysurie et est observé principalement dans le postpartum ou la période périménopausique. [12] Incontinence par impériosités mictionnelles (Fig. 2) Elle est caractérisée par l émission d urine de façon concomitante à un besoin d uriner que la patiente ne peut réprimer. Elle est souvent associée à une pollakiurie diurne et éventuellement nocturne et peut survenir à tout âge de la vie, y compris chez l enfant, définissant alors une immaturité vésicale. S il existe fréquemment des facteurs déclenchants à cette hyperactivité du détrusor, comme l audition du bruit de l eau, le changement de température ou une émotion forte, ces fuites peuvent survenir de façon totalement inopinée et peuvent aller jusqu à une évacuation vésicale complète rendant tout traitement palliatif illusoire et constituant alors un handicap social nettement supérieur à l incontinence urinaire d effort. Les impériosités mictionnelles peuvent être la réaction vésicale à une épine irritative de voisinage (infections urinaires, calcul de vessie, tumeur de vessie, infections vaginales, fécalome) ou de certaines affections neurologiques (sclérose en plaques, maladie de Parkinson, diabète ). Avant d envisager une prise en charge de ces fuites, il conviendra bien entendu de mener une enquête étiologique orientée sur ces différentes causes et sur laquelle nous reviendrons ultérieurement. [13] Incontinence mixte Elle partage les symptomatologies évoquées ci-dessus (incontinence urinaire d effort et impériosités mictionnelles). Il convient de différencier ce type d incontinence des fuites urinaires survenant à l effort et s accompagnant d une pollakiurie dite de précaution où la patiente augmente le nombre des mictions dans le but de tenter d éviter et de minimiser la survenue de fuites, sans pour autant qu il existe de réelle hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire par regorgement Elle est rare chez la femme et correspond à l émission d urine indépendamment de tout effort et sans aucun besoin impérieux au préalable, et s observe lors d une rétention vésicale chronique avec évacuation inopinée du trop-plein. Cette rétention vésicale chronique peut être le fait, soit d une hypocontractilité du détrusor, soit de l existence d un obstacle sous-jacent, ce qui dans un cas comme dans l autre est rare chez la femme, en dehors de certains contextes neurologiques, au décours de cures chirurgicales d incontinence urinaire trop dysuriantes ou en présence de prolapsus volumineux constituant un effet «pelote». Il peut également s agir d un obstacle fonctionnel, secondaire à une dyssynergie vésicosphinctérienne observée dans certaines pathologies médullaires suprasacrées et sousprotubérantielles. [14] Interrogatoire étape I Fuites à l effort Examen clinique étape II Fuites à la toux, vessie pleine Bonney + trophicité vaginale à évaluer Testing des releveurs Pas de fuites visibles Trophicité vaginale à évaluer Testing ECBU ECBU Prise en charge étape III Rééducation + traitement local Guérie Examen urodynamique Chirurgie selon pression de clôture Figure 1. Arbre décisionnel. Incontinence urinaire d effort. ECBU : examen cytobactériologique des urines. 2 Gynécologie

3 Incontinence urinaire de la femme 300-A-10 Interrogatoire étape I Examen clinique étape II À l occasion du besoin Pas de globe Pas de fuites à la toux, trophicité vaginale Testing, examen neurologique Infections de voisinage ECBU Traitement anticholinergique Prise en charge étape III Guérie Examen urodynamique Pas d instabilité vésicale Rechercher IUE Pollakiurie sensitive Instabilité intermittente Instabilité vésicale Bilan étiologique Cystoscopie Échographie pelvienne Rééducation Relaxation Anticholinergiques +/ examen urodynamique ambulatoire Anticholinergiques + traitement étiologique si possible Guérie Examen neurologique +/ examen neurophysiologique Figure 2. Arbre décisionnel. Fuites d urine par impériosités. ECBU : examen cytobactériologique des urines ; IUE : incontinence urinaire d effort. Urination Il s agit du déclenchement socialement inapproprié d une miction normale pouvant s observer à l occasion de paroxysmes émotionnels (fou rire, orgasme) ou chez les patientes présentant un syndrome frontal. Autres Nous considérerons comme diagnostic différentiel les fistules vésicovaginales et les abouchements ectopiques congénitaux de l uretère qui s accompagnent de fuites d urine permanentes, survenant le plus souvent dans un contexte particulier, notamment postopératoire ou dans le post-partum. Examen clinique Il s agit du temps essentiel pour l exploration d une incontinence urinaire permettant le plus souvent d avoir d emblée une idée relativement précise sur le mécanisme des fuites et le traitement à envisager, bien que différents auteurs aient montré que dans près de 20 % des cas, il existait des discordances importantes entre les données de l interrogatoire et celles de l examen clinique et/ou de l examen urodynamique. [15, 16] Interrogatoire Il doit être très précis, tout en respectant la pudeur des patientes souvent peu enclines à détailler un symptôme qu elles considèrent comme dégradant. Il faut préciser les circonstances de survenue des fuites (à l occasion d un effort, au décours d un besoin impérieux, sans facteur déclenchant ) ainsi que les symptômes urinaires éventuellement associés (pollakiurie, dysurie, brûlures mictionnelles) et d autres signes de défaillance périnéale plus globale comme la recherche d une incontinence anale aux matières ou aux gaz et s enquérir d une éventuelle dyspareunie. On précise l ancienneté des troubles et leur mode évolutif et l on tente d évaluer le handicap qu ils représentent en quantifiant notamment le nombre et le type de garnitures que la patiente doit porter par jour. Les antécédents médicaux, Gynécologie chirurgicaux, en particulier gynécologiques et obstétricaux, sont ensuite détaillés, à la recherche d une cause favorisant l incontinence urinaire et l on établit la liste des médicaments utilisés de façon régulière. En effet, certains comme les diurétiques ou les antidépresseurs anticholinergiques peuvent avoir un effet direct sur la vessie, tandis que d autres constitueront une contreindication à la prescription d un traitement éventuellement envisagé. Ces différentes données, en particulier le retentissement psychosocial de l incontinence urinaire, peuvent être quantifiées de façon objective par des échelles de mesure comme la mesure du handicap urinaire (MHU) et Ditrovie. [17] Examen physique Il doit être réalisé dans de bonnes conditions, à vessie pleine, en position couchée puis éventuellement debout. On apprécie la trophicité vulvovaginale et l état du méat urétral. On recherche un prolapsus en réalisant la manœuvre des valves pour apprécier les différents éléments de prolapsus antérieurs, postérieurs et moyens et les quantifier par l intermédiaire d une classification telle que celle de l ICS, [18] relativement complexe, ou de façon plus classique en quatre stades (stade I : intravaginal, stade II : affleurant la vulve, stade III : dépassant l orifice vulvaire, stade IV : totalement extériorisé). On tente ensuite d objectiver des fuites d urine (ce qui peut nécessiter le refoulement d éléments de prolapsus par des valves) ; ceci doit se réaliser couché, debout, à vessie pleine, à l occasion d effort de toux ou de poussées abdominales. Si les fuites sont observées, il convient de réaliser la manœuvre de Bonney pour tenter de les faire disparaître en corrigeant manuellement l hypermobilité cervico-urétrale. [19] Cette mobilité urétrale peut également être évaluée par un Q-tip test où l on étudie la variation d angle de l urètre au repos et à l effort de poussée par l intermédiaire d un Coton-Tige lubrifié placé dans l urètre. [20-22] On réalise un toucher vaginal qui, outre l examen gynécologique, permet de réaliser un testing musculaire cotant de 0 à 5 la force de contraction des muscles releveurs de l anus, un 3

4 300-A-10 Incontinence urinaire de la femme toucher rectal pour apprécier la force de contraction du sphincter et rechercher une rectocèle ainsi que des touchers pelviens combinés pour évaluer la qualité du noyau fibreux central du périnée et dépister une éventuelle élytrocèle. Un examen général complète l examen, plus spécifiquement urogynécologique, et comporte notamment, en fonction du contexte, un examen neurologique du périnée et une évaluation du retentissement cutané des fuites d urine. Calendrier mictionnel C est un moyen simple et objectif pour préciser les circonstances de survenue des fuites d urine mais également les habitudes mictionnelles des patientes qui peuvent éventuellement être à l origine de leur handicap. Ce calendrier mictionnel doit être réalisé dans des conditions standards, sans modification du mode de vie ni du régime alimentaire, idéalement pendant 1 semaine où la patiente note l heure et la quantité de boissons absorbées, l heure et la quantité de miction et les circonstances de survenue des fuites. Ce calendrier mictionnel est également utile pour guider une éventuelle rééducation ultérieure ou évaluer l efficacité d un traitement proposé. Test de pesée des garnitures (ou «pad-test») Il consiste à peser une garniture avant et après une série d efforts systématisés pour quantifier aussi précisément que possible l importance des fuites d urine. Il peut être réalisé sur des périodes variant entre 1 heure et 48 heures ; il pose de nombreux problèmes de standardisation des résultats. Il est principalement réservé aux études cliniques. [23-25] Examens complémentaires En dehors de l examen cytobactériologique des urines (ou de la bandelette urinaire) dont on ne peut se passer, les autres examens seront prescrits en fonction du contexte et des suites thérapeutiques que l on envisage de donner. Examen cytobactériologique des urines Il est indispensable, d une part en raison de la fréquence des infections urinaires chez les patientes présentant une incontinence urinaire et d autre part en raison des troubles mictionnels induits par la simple présence d une irritation vésicale. [26] Ceci impose une réévaluation clinique des symptômes au décours du traitement d une infection urinaire lorsqu elle a été diagnostiquée. La prévalence élevée d une bactériurie chez les personnes âgées institutionnalisées [27, 28] rend préférable la réalisation d un examen cytobactériologique des urines à la simple bandelette urinaire. En revanche, l influence d une bactériurie asymptomatique sur les résultats des explorations urodynamiques est diversement appréciée par les auteurs. [29] Exploration urodynamique En analysant le mode de fonctionnement vésicosphinctérien et ses éventuels déséquilibres, l exploration urodynamique permet de mettre en évidence les mécanismes physiopathologiques de l incontinence urinaire. Sa réalisation est nécessaire en cas de symptomatologie mixte, de pathologies associées influant sur la miction, après échec d une première ligne de traitement conservateur et avant tout traitement chirurgical. L examen urodynamique comporte schématiquement quatre phases. Cystomanométrie Elle étudie la pression vésicale pendant le remplissage. Pour cela on utilise une sonde urétrale à trois voies : l une pour le remplissage vésical, la deuxième pour enregistrer la pression intravésicale et la troisième (facultative) mesurant la pression urétrale en regard du sphincter strié. Ce remplissage peut également s effectuer par l intermédiaire d un cathéter suspubien rendant l examen plus invasif mais responsable de moins d artefact au temps mictionnel. La vessie est remplie, soit avec du liquide (eau stérile ou sérum physiologique) à vitesse lente (< 50 ml/min), soit avec du gaz (CO 2 ), ce qui empêche l étude de la miction mais aurait l avantage d être plus rapide, plus propre et moins onéreux. Au cours du remplissage vésical, différents paramètres sont enregistrés. La capacité vésicale fonctionnelle est en moyenne, chez l adulte, de 350 à 500 ml avec un premier besoin ressenti vers 150 ml, un besoin normal à 300 ml et un besoin impérieux aux alentours de 500 ml. La sensibilité à l eau froide puis au besoin d uriner. L activité du détrusor, c est-à-dire l absence de contraction vésicale non inhibée au cours du remplissage. La compliance du muscle vésical qui est le rapport entre l augmentation de volume et l augmentation de pression devant être de l ordre de 15 à 20, c est-à-dire une augmentation de pression de 15 cmh 2 O pour 400 ml de remplissage environ. La continence, en particulier lors de tests provocatifs comme la toux, le changement de position et l audition du bruit de l eau. Pendant ce temps, la pression abdominale est enregistrée par l intermédiaire d une sonde rectale, ce qui permet de s assurer de l absence de poussée abdominale et de l origine purement vésicale d une hyperpression. Profilométrie urétrale C est un temps important de l exploration d une incontinence urinaire puisqu il consiste à enregistrer la pression qui règne tout au long du canal de l urètre depuis la vessie jusqu au méat en passant donc par la zone fondamentale pour la continence qu est le sphincter strié, traduisant les possibilités passives de retenue. Pour cela, la vessie contient environ 150 ml de liquide et la sonde est retirée progressivement à vitesse constante, enregistrant une courbe en «cloche» sur laquelle on définit la pression urétrale maximale ou la pression de clôture et éventuellement la longueur fonctionnelle de l urètre et la zone de continence. La pression de clôture est théoriquement d environ 110 l âge, le résultat étant exprimé en cmh 2 O, et il semble actuellement que l hypotonie sphinctérienne (c est-àdire les patientes présentant une pression inférieure à 30 cmh 2 O) soit un facteur péjoratif du résultat des traitements chirurgicaux classiques. L appréciation de la qualité de la variation de pression au cours des efforts de toux (mesure du défaut de transmission), longtemps considérée comme le paramètre essentiel d appréciation d une incontinence urinaire d effort, a peu à peu perdu de sa valeur en raison des nombreux artefacts dont il peut être l objet. Les données cliniques ou urodynamiques évaluant l hypermobilité cervico-urétrale semblent supérieures : il s agit de la mesure de la pression de fuite (pression vésicale ou abdominale minimale à partir de laquelle survient une fuite). Débitmétrie Elle consiste à enregistrer les différents paramètres de la miction et nécessite, pour une interprétation fiable, des conditions de réalisation satisfaisantes. Le volume de la miction doit être supérieur à 150 ml et la patiente doit pouvoir uriner dans des conditions de discrétion suffisantes. Cet examen, de pratique courante, peut être effectué indépendamment du reste 4 Gynécologie

5 Incontinence urinaire de la femme 300-A-10 de l examen urodynamique mais lors d une exploration complète, on enregistre simultanément la pression vésicale et la pression abdominale, réalisant alors un instantané mictionnel. Cette mesure est le reflet du travail vésical permictionnel, particulièrement intéressant à connaître avant un éventuel traitement chirurgical pour incontinence urinaire. La présence d une sonde urétrale introduit incontestablement un artefact pendant cette partie de l examen, mais celui-ci est mineur pour une sonde de calibre 10 ou 12 Ch comme celle utilisée. De plus, on tentera de comparer le résultat de cet instantané mictionnel à celui d une débitmétrie libre effectuée sans sonde au début d examen. En fin de miction, le volume résiduel est apprécié par l intermédiaire de la sonde ou par soustraction entre le volume perfusé dans la vessie et le volume restitué lors de la miction. Le débit maximal doit être supérieur à 15 ml/s, atteint dès les premières secondes de la miction et la morphologie de la courbe doit être en «cloche». Pendant cette phase, la pression du détrusor augmente d environ 15 cmh 2 O chez la femme tandis que la pression urétrale s effondre et que la pression abdominale diminue, traduisant le relâchement périnéal. Le résidu postmictionnel doit être inférieur à 15 % de la capacité vésicale. Tests pharmacologiques Au cours de l examen, il est possible d effectuer différents tests, soit par voie parentérale, soit par instillation dans la vessie pour tenter de faire disparaître une anomalie observée. Ces tests permettent d affiner le diagnostic, par exemple pour distinguer une neurovessie (centrale ou périphérique) et parfois de prévoir l efficacité d un traitement qui pourra être ensuite prescrit per os. Principales anomalies observées En présence d une incontinence urinaire, les principales anomalies observées peuvent donc être les suivantes. Au cours de la cystomanométrie, la présence de contractions non inhibées du détrusor accompagnée de la sensation de besoins impérieux et éventuellement de fuites d urine permet de poser le diagnostic d hyperactivité du détrusor. Ces anomalies sont inconstantes et leur absence n exclut pas le diagnostic clinique ni l instauration du traitement médicamenteux [30, 31]. Au cours du profil urétral, l existence d une hypotonie sphinctérienne doit rendre prudent quant au résultat éventuel du traitement chirurgical d une incontinence urinaire. Au cours de l instantané mictionnel, la découverte d une hypocontractilité vésicale constitue un risque de rétention postopératoire dont la patiente doit être informée. Enfin, la découverte d une hyperactivité du détrusor chez une patiente consultant pour incontinence urinaire d effort doit rendre particulièrement prudent quant à l attitude thérapeutique ultérieure, notamment si elle est chirurgicale [32-35]. Explorations neurophysiologiques Elles permettent d apporter des arguments diagnostiques en faveur de l origine neurologique d une incontinence urinaire, [36] mais ne sont pas de pratique courante dans l exploration des fuites d urine. L électromyographie des muscles du plancher périnéal recherche des signes neurogènes périphériques, une augmentation de la latence du réflexe bulbocaverneux préjugeant d une lésion sur l arc réflexe sacré, tandis que l altération des potentiels évoqués corticaux du nerf honteux interne fait suspecter une lésion sur les voies lémniscales à point de départ périnéal, et l allongement de la latence distale du nerf honteux interne, une lésion terminale du nerf honteux interne, notamment dans les neuropathies périnéales d étirement du post-partum. Ces enregistrements nécessitent une compétence particulière en neuroanatomie et un matériel sophistiqué. Gynécologie L enregistrement de l activité électromyographique du sphincter strié au cours de la cystomanométrie permet d affirmer l existence d une dyssynergie vésicosphinctérienne, c est-àdire le renforcement de l activité sphinctérienne pendant la miction, simultanément à la contraction du détrusor et ceci témoigne d une lésion neurologique médullaire. [37] L activité électromyographique des muscles du périnée décroît linéairement avec l âge, le premier accouchement, et ces enregistrements peuvent être utiles pour guider les traitements rééducatifs. [38, 39] Explorations par imagerie Cystographie Qu elle soit rétrograde et mictionnelle ou descendante au cours d une urographie intraveineuse, la cystographie est un examen radiologique important du bas appareil urinaire, permettant une visualisation pendant la phase de remplissage et lors de la miction. Lorsque l examen est réalisé par voie rétrograde, la vessie est remplie jusqu à ce que la patiente perçoive un réel besoin d uriner, c est-à-dire habituellement entre 400 et 500 ml. Les clichés mictionnels sont réalisés de profil, centrés sur la base vésicale. Il est également important de réaliser des clichés au repos, en retenue et en poussée, comparatifs, ainsi qu un cliché postmictionnel permettant une vérification du résidu. [40] La mobilité du col vésical à l effort est pour certains un critère majeur de l étude de l incontinence urinaire d effort associée à un trouble de la statique pelvienne. La comparaison des clichés au repos et à l effort permet également de différencier une cystoptose d une cervicocystoptose. Colpo-cysto-défécographie Version plus complète du colpocystogramme décrit par Bethoux, [41] il s agit de l opacification simultanée de la vessie, du vagin, du rectum et de l intestin grêle permettant l analyse morphologique et dynamique des différents compartiments pelviens. Ces trois étages (antérieur, moyen et postérieur) sont analysés au repos et à l effort en utilisant différents moyens de contraste. La comparaison des clichés dans ces deux situations sur des calques permet ensuite de décrire le trouble de la statique pelvienne d une patiente donnée. Cet examen, inconfortable pour la patiente, nécessite un opérateur entraîné et ne garde réellement d indications qu après échec d une première cure chirurgicale de prolapsus ou en cas de prolapsus complexe d emblée. Échographie Elle peut être réalisée par voie sus-pubienne avec une sonde de 3,5 à 5 MHz, la vessie pleine. Il s agit alors d un examen peu invasif mais en réalité peu contributif dans l exploration d une incontinence. Elle permet d éliminer un polype ou un calcul de vessie qui pourrait être responsable de contractions vésicales désinhibées, de découvrir une anomalie gynécologique passée inaperçue à l examen clinique et d évaluer le résidu postmictionnel. Plus intéressante est l échographie réalisée par voie endovaginale ou par voie introïtale, c est-à-dire en arrière du méat urétral chez les patientes pour lesquelles la voie endovaginale est douloureuse ou malaisée. On peut ainsi repérer la position du col vésical et de l urètre au repos, en retenue et à la poussée, en évaluant la mobilité de ces différents éléments par rapport à la symphyse pubienne. La béance urétrale ainsi mise en évidence peut faire suspecter une hypoactivité sphinctérienne. Les voies endorectales, endo-urétrales et endovésicales ne semblent pas apporter de réels progrès, en particulier par rapport à l imagerie par résonance magnétique sur laquelle nous reviendrons. Plus récemment, l échographie tridimensionnelle [42] a été réalisée et permet une bonne appréciation des tissus périurétraux. [43-45] 5

6 300-A-10 Incontinence urinaire de la femme Imagerie par résonance magnétique nucléaire Il s agit d un examen de réalisation simple, mais nécessitant des radiologues entraînés à l analyse des images. Elle permet d apprécier la dynamique pelvienne lors de l effort grâce aux séquences ultrarapides, en utilisant éventuellement un marqueur vaginal. [46] Cette technique permet notamment d apprécier les lésions des muscles releveurs de l anus et les defects du support urétral, en particulier lorsqu on utilise une antenne vaginale, [47] mais reste expérimentale, en cours d évaluation. Exploration endoscopique Il s agit d une exploration facile, comportant après miction l examen du méat et de la paroi vaginale, le calibrage de l urètre, la mesure précise du résidu postmictionnel, l exploration vésicale à la recherche d une éventuelle épine irritative (polype, calcul) et la visualisation du col et de l urètre au retrait du cystoscope. Il s agit d un examen indispensable en cas de récidive d une incontinence et chaque fois qu une pathologie urothéliale ou une anomalie anatomique peut être suspectée. [48] La cytologie urinaire réalisée dans ce cadre est également utile pour dépister un éventuel carcinome in situ responsable d impériosités, voire d une hyperactivité du détrusor et nécessitant un tout autre traitement. [49] Traitement Moyens Rééducation et traitements comportementaux Décrite initialement par Kegel en 1948, la rééducation comportait initialement exclusivement des exercices musculaires visant à renforcer le tonus des muscles périnéaux. Au fil du temps, des moyens thérapeutiques nouveaux sont apparus (électrostimulation, biofeedback), mais l ensemble de ces techniques a toujours souffert du peu de publications scientifiques permettant d apprécier son efficacité réelle. La rééducation comporte donc différents moyens qui doivent idéalement être utilisés, d une part en fonction des symptômes de la patiente et d autre part en fonction des données de l examen clinique et en particulier du testing des muscles releveurs de l anus. [50] La rééducation «classique» consiste à renforcer les muscles élévateurs de l anus par des exercices actifs de contractions que la patiente va apprendre à maintenir contre résistance et pendant un délai suffisant. Cette technique nécessite une coopération et même une complicité entre le thérapeute et la patiente et constitue un temps important de la prise en charge rééducative. Elle est particulièrement intéressante lorsque le testing des muscles releveurs de l anus est inférieur à 3. Elle est complétée par l apprentissage du verrouillage périnéal à l effort permettant à la patiente, lorsqu un effort est prévisible, de réaliser une contraction volontaire et doit aussi lutter contre l inversion de commande périnéale au cours de laquelle la patiente a tendance à contracter les abdominaux et à relâcher les muscles du plancher périnéal, souvent même sans s en rendre compte. [51-53] L électrostimulation est une méthode passive, utilisant le courant électrique pour recruter un nombre supérieur de fibre musculaire. Ce traitement effectué par l intermédiaire d une sonde vaginale ne doit jamais être douloureux, avec un temps de repos double de la durée de la stimulation électrique (le plus souvent 2sdestimulation et 4sderepos) à une fréquence habituelle de 50 Hz. Cette technique n est réellement efficace que si la patiente perçoit la contraction et l accompagne d une contraction volontaire, un traitement exclusivement passif n ayant pas fait les preuves de son efficacité. Elle est particulièrement utile lorsque le testing des muscles releveurs de l anus est inférieur à 2 et permet alors dans ce cas une meilleure compréhension du schéma corporel. [54] Le biofeedback est une technique de rééducation active, au cours de laquelle la patiente peut, sur un écran, visualiser l efficacité de la contraction qu elle réalise et tenter de l améliorer. Cette technique nécessite également l utilisation d une sonde vaginale, mais également souvent d électrodes collées sur la peau permettant de reconnaître les contractions parasites et de tenter de les éviter. [55] Les traitements comportementaux sont essentiels. En effet, toute rééducation doit commencer par une phase d éducation au cours de laquelle les habitudes de miction et de boisson des patientes sont recueillies, idéalement par l intermédiaire du calendrier mictionnel que nous avons déjà évoqué, ce qui permet d emblée de relever un certain nombre d erreurs souvent éducationnelles par absorption excessive de liquide, par miction anticipée devançant le besoin ou à l inverse par crainte de mictions dans des lieux inconnus conduisant la patiente à se retenir trop longtemps. Cette phase d éducation comporte également des explications anatomiques et un examen clinique soigneux s assurant de l absence de trouble du schéma corporel et permet d instaurer la relation de confiance thérapeutepatient indispensable à une bonne efficacité de la rééducation. [56-59] Traitements pharmacologiques Il faut d emblée différencier les nombreuses molécules actuellement à l étude mais donc sans retombées concrètes, que nous ne pourrons évoquer ici, des traitements classiques qui sont regroupables en quatre catégories. Médicaments réduisant la contractilité vésicale Les anticholinergiques (oxybutynine, toltérodine, solifénacine) et les antispasmodiques (flavoxate, chlorure de trospium) sont fréquemment utilisés pour réduire la contractilité vésicale et ils sont d autant plus efficaces que les contractions non inhibées sont de grande amplitude. Les molécules disposant d une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication ne sont disponibles que sous forme de comprimés et partagent à des degrés moindres les inconvénients des traitements anticholinergiques (sécheresse buccale, constipation, contre-indication dans le glaucome et en association avec certains traitements antiparkinsoniens). Différents travaux pharmacologiques ont montré une réduction nette des effets indésirables en utilisant les formes à libération prolongée ou l instillation endovésicale de ces substances, mais aucune d entre elles n est disponible actuellement en France. [60, 61] Les effets secondaires de ces substances sont doses-dépendants et il convient donc d adapter la posologie progressivement avec la possibilité d utilisation des substances «à la demande», en fonction des circonstances dans lesquelles surviennent les troubles. La durée générale du traitement reste empirique et probablement d autant plus longue que le trouble est plus ancien car, outre leur efficacité sur le symptôme, ces substances permettent une autorééducation vésicale chez de nombreuses patientes. Médicaments augmentant le tonus urétral Les substances $-stimulantes augmentent la pression urétrale et permettraient donc idéalement de lutter contre l incontinence par hypoactivité du sphincter. Il n existe à ce jour aucun produit possédant une AMM dans cette indication et la plus grande prudence doit être recommandée en cas d hypertension, d hyperthyroïdie, d arythmie cardiaque et d angor. [62-64] Œstrogènes Les études épidémiologiques montrent une augmentation de la fréquence de l incontinence urinaire, tous types confondus, après la ménopause, ce qui laisse penser que l équilibre hormonal joue un rôle important dans la continence. Pour autant, l efficacité du traitement hormonal substitutif, en particulier lorsqu il est utilisé par voie générale, reste très discutée et notamment son efficacité sur les paramètres urodynamiques n a 6 Gynécologie

7 Incontinence urinaire de la femme 300-A-10 jamais été démontrée. De récentes études [65, 66] semblent indiquer une amélioration de la qualité de vie chez les patientes traitées pour leurs troubles mictionnels par une hormonothérapie substitutive et ceci en particulier lorsqu il existe une symptomatologie irritative avec des impériosités mictionnelles et lorsque l examen clinique révèle une atrophie vulvovaginale. Le mécanisme d action de ce traitement est encore mal connu et l équipe d Abrams, [67] s appuyant sur la réalisation de biopsies périurétrales avant et 6 mois après instauration d un traitement hormonal, évoque une modification du collagène. Enfin, l association d un traitement $-mimétique à une œstrogénothérapie semble permettre une potentialisation des effets. [68] Desmopressine Il s agit d un analogue synthétique de la vasopressine, qui présente des effets antidiurétiques. Utilisé à la dose de 10 à 20 µg/j par voie intranasale ou orale, la desmopressine est un traitement classique de l énurésie. Son efficacité a été plus récemment étudiée en complément des anticholinergiques dans la pollakiurie nocturne liée à une hyperactivité du détrusor. Ce produit, globalement bien toléré, expose à un risque d hyponatrémie, en particulier chez la femme âgée, ce qui justifie un contrôle biologique 15 jours après le début du traitement. [69] Chirurgie De nombreuses techniques chirurgicales, décrites par ailleurs, ont été proposées pour corriger l incontinence urinaire. Elles peuvent être réalisées par voie abdominale, par voie vaginale, par voie mixte, par cœlioscopie et être éventuellement associées à la cure d éléments de prolapsus. Ces dernières années ont vu une relative harmonisation des pratiques par la mise en place de bandelettes permettant de soutenir la région cervico-urétrale sans tension, évitant le plus souvent de provoquer une obstruction. La première de ces nouvelles techniques est celle dite TVT (Tension Free Vaginal Tape) utilisant une bandelette de polypropylène qui est positionnée sous la partie moyenne de l urètre par voie vaginale. Différents biomatériaux ont ensuite été mis au point en utilisant la même voie d abord ; puis d autres voies d abord (en particulier transobturatrice) ont été décrites. Ces techniques ont toutes en commun leur réalisation possible sous anesthésie locale, permettant de réduire la durée d hospitalisation. Les résultats obtenus sont proches de ceux qui étaient observés avec l intervention de référence, à savoir l intervention de Burch, au prix d une morbidité moindre, et ils semblent se maintenir dans le temps. Le positionnement sousurétral bas les fait se comporter plus comme les interventions à type de fronde que comme les colposuspensions, ce qui permet d utiliser ces techniques chez des patientes présentant une hypotonie sphinctérienne, même si les résultats cliniques sont moins bons. Les résultats de cette technique varient entre 80 et 90 % de succès si l on se base sur les données objectives (pad test, examen urodynamique). Les enquêtes subjectives, avec questionnaires reçus par courrier, donnent des pourcentages de succès nettement inférieurs, entre 70 et 80 %. [3, 70-76] L implantation d un sphincter artificiel est, chez la femme, une solution rare, grevée de complications spécifiques (érosion, infection, révision de matériel) et qui doit être réservée à de rares cas d hypotonies sphinctériennes graves. Si le taux de succès est supérieur à 90 %, près d une patiente sur cinq nécessite une réintervention. [77] Les injections para-urétrales, dont le but est d augmenter les résistances urétrales, n ont pas à ce jour fait la preuve de leur efficacité ni de leur innocuité et ceci en dépit des nombreux biomatériaux utilisés (Téflon, collagène, graisse autologue, silicone). Neuromodulation Il est quelquefois possible de traiter les instabilités réfractaires aux traitements usuels par la mise en place d un stimulateur des Gynécologie racines sacrées antérieures (stimulateur de Brindley) après section des racines sacrées postérieures, visant à interrompre l arc réflexe sacré et donc à inactiver le détrusor. Une période de test est faite par l implantation percutanée d électrodes temporaires stimulant les racines S3. Si le test est concluant, le stimulateur définitif, réglable, est mis en place : c est la neuromodulation des racines sacrées S3. «Artifices» et palliatifs Moyens de soutènement du col vésical Le tampon périodique classique qui, remontant le col vésical, permet dans certains cas un confort temporaire, en particulier à l occasion d efforts planifiés, notamment sportifs, peut être remplacé par des dispositifs intravaginaux plus spécifiques, ou par des pessaires. [78] Dispositifs permettant l occlusion urétrale Il s agit d une tige mousse placée par la patiente elle-même dans l urètre au décours d une miction et qui va permettre l occlusion urétrale. Elle évite mécaniquement la fuite d urine lors d efforts ponctuels prévisibles mais cette technique séduisante comporte un risque d irritation urétrale et d infection urinaire. De plus, l introduction par la patiente d un corps étranger intra-urétral est souvent mal acceptée par celle-ci. [79, 80] Méthodes permettant une évacuation vésicale complète L autocathétérisme urétral intermittent constitue le moyen de référence pour permettre une vidange vésicale complète. Différents systèmes intra-urétraux commandés par voie externe à l aide d aimants sont en cours d évaluation. [81] Collecteurs externes Qu il s agisse de couches, garnitures, changes complets ou de systèmes adhérants au méat urétral permettant le recueil de l urine au moment des fuites, ces systèmes doivent être considérés comme un dernier recours en raison de leur imperfection. Indications Elles sont essentiellement dépendantes du type d incontinence présenté par la patiente, mais il conviendra également de tenir compte de l état général et des pathologies associées. S agissant le plus souvent d un handicap et non d une maladie, la prise en charge doit toujours être corrélée au degré de gêne ressenti par la patiente, avec un souci de guérison de son symptôme sans induire de conséquences négatives. Incontinence urinaire d effort Elle relève dans un premier temps d une rééducation éventuellement associée à des artifices de type obturateur urétral ou tampon vaginal utilisés occasionnellement. En l absence d efficacité de ces traitements et si la gêne est importante, une intervention chirurgicale est alors proposée : s il existe une hypermobilité cervico-urétrale, le traitement de choix est actuellement le soutènement urétral par bandelette de type TVT. En l absence d hypermobilité cervico-urétrale et notamment si la pression urétrale est basse, l implantation d un sphincter artificiel peut être discutée. Chez la femme ménopausée, un traitement hormonal, notamment local, est un appoint souvent utile. Incontinence par impériosités mictionnelles Si aucune épine irritative locorégionale n a pu être mise en évidence dans les différents examens pratiqués, le traitement repose essentiellement sur les anticholinergiques éventuellement associés à un traitement hormonal, en particulier chez la patiente ménopausée. Outre le traitement symptomatique, les anticholinergiques permettent souvent une autorééducation de comportements mictionnels anormaux, ce qui permet en 7

8 300-A-10 Incontinence urinaire de la femme diminuant progressivement les doses de sevrer les patientes sans voir réapparaître le symptôme. Dans certains cas, la rééducation visant à renforcer le réflexe vésical inhibiteur est un appoint utile. De même, la pollakiurie nocturne est souvent améliorée par l adjonction de desmopressine. Incontinence mixte Associant la symptomatologie et la physiopathologie de l incontinence urinaire d effort et de l hyperactivité vésicale, l incontinence mixte mérite une évaluation au cas par cas. Bien que le consensus ne soit pas formel, il semble que si la symptomatologie irritative est prédominante avec présence de contractions non inhibées sur l exploration urodynamique, celle-ci justifie la prescription d un traitement anticholinergique. L intervention chirurgicale est alors recommandée si les fuites à l effort restent invalidantes. À l inverse, lorsque l incontinence urinaire d effort est prédominante, l intervention chirurgicale peut être proposée d emblée, en sachant qu en présence d une incontinence mixte, le pourcentage de succès s abaisse entre 60 et 85 % selon les séries, même si dans un cas sur deux environ, l hyperactivité vésicale est également corrigée par la cure chirurgicale d incontinence. [82] Incontinence par regorgement Les fuites peuvent être en rapport, soit avec une hypocontractilité du détrusor relevant d un traitement palliatif (autocathétérisme intermittent), soit avec un syndrome obstructif qui peut justifier un traitement alphabloquant ou la levée chirurgicale d un obstacle lorsqu il existe. Urination Outre les conseils d hygiène de vie, les traitements rééducatifs, éventuellement associés aux anticholinergiques, permettent de façon inconstante une amélioration de ces fuites. Quelques cas particuliers Femme sportive L activité sportive de haut niveau constitue un facteur de risque d incontinence urinaire d effort puisque plus de 50 % de ces femmes décrivent des fuites à l occasion de leur pratique sportive et même en dehors de celle-ci. La prise en charge d une telle incontinence est rendue différente par le jeune âge de ces femmes et leur nulliparité, contre-indiquant a priori les traitements chirurgicaux. [83] Femme âgée Motif d institutionnalisation fréquent, trop souvent déniés, les troubles mictionnels et en particulier l incontinence urinaire nécessitent chez la femme âgée une prise en charge adaptée. La recherche de pathologie associée, d antécédents notamment chirurgicaux et la prise de traitements concomitants est essentielle. Ce handicap, qui concerne plus du quart des femmes après la ménopause, justifie une expertise clinique et paraclinique soigneuse pour permettre une prise en charge adaptée, souvent multidisciplinaire. Parmi les traitements médicamenteux, on retiendra l utilisation prudente des anticholinergiques chez les patientes présentant une maladie de Parkinson et de la desmopressine qui comporte sur ce terrain un risque notable d hyponatrémie. La rééducation, souvent difficile chez des femmes présentant une atrophie vaginale postménopausique notable, doit être précédée d une œstrogénothérapie locale. Les conditions de vie, en particulier l accessibilité aux toilettes, notamment chez les femmes institutionnalisées, permettent souvent de prévenir des fuites liées à une mauvaise organisation. La chirurgie, en particulier la mise en place de bandelette de type TVT, peut être réalisée jusqu à un âge avancé avec un pourcentage de succès moindre ; mais elle nécessite, en particulier sur ce terrain, un instantané mictionnel préopératoire s assurant de la bonne qualité contractile du détrusor pour éviter des rétentions postopératoires dont la gestion serait difficile. Post-partum Il s agit de la période de prédilection pour une évaluation clinique de la qualité du périnée afin d envisager une éventuelle rééducation qui peut être préventive. Le testing des muscles releveurs de l anus doit être effectué à la visite postnatale, et s il est inférieur à 3 ou si la patiente a une symptomatologie d incontinence, la rééducation périnéale comportant les différents éléments sus-cités prend alors toute sa place. Trouble de la statique pelvienne L association incontinence urinaire/trouble de la statique pelvienne est loin d être systématique, mais sa recherche est indispensable à la prise en charge de la patiente. De même, chez une femme qui consulte pour un prolapsus, il importe d évaluer cliniquement et lors de l examen urodynamique le fonctionnement vésicosphinctérien à prolapsus réduit. En présence de troubles de la statique pelvienne importants, la rééducation est en règle décevante. Une prise en charge chirurgicale doit alors être envisagée, idéalement de façon simultanée. Conclusion Handicap social fréquent, l incontinence urinaire de la femme a beaucoup bénéficié d une meilleure compréhension de ses mécanismes physiopathologiques et de l amélioration des traitements envisageables. Le diagnostic essentiellement clinique repose sur un interrogatoire méticuleux et un examen physique réalisé dans de bonnes conditions. Les différents examens complémentaires seront utilisés en fonction du contexte. Dans l ensemble peu invasifs, ils permettent une compréhension idéale du dysfonctionnement, pouvant proposer d emblée le traitement le plus adapté. De prise en charge multidisciplinaire, l incontinence relève de traitements médicamenteux, chirurgicaux ou rééducatifs, permettant dans l immense majorité des cas de faire disparaître un symptôme invalidant. Ces progrès diagnostiques et thérapeutiques doivent inciter les différents partenaires de santé à évoquer cette pathologie le plus librement possible avec les femmes pour éviter que ce handicap reste un tabou dont le coût en matière de santé publique est loin d être négligeable. Références [1] Abrams P, Blaivas JG, Stanton SL, Andersen JT. The standardisation of terminology of lower urinary tract function. The International Continence Society Committee on Standardisation of Terminology. Scand J Urol Nephrol 1988;114:5-19 [suppl]. [2] Minaire P, Jacquetin B. The prevalence of female urinary incontinence in general practice. J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 1992;21: [3] Villet R, Atallah D, Cotelle-Bernede O, Gadonneix P, Salee-Lizee D, Van den Akker M. Treatment of stress urinary incontinence with tension-free vaginal tape (TVT). Mid-term results of a prospective study of 124 cases. Prog Urol 2002;12:70-6. [4] Holtedahl K, Hunskaar S. Prevalence, 1-year incidence and factors associated with urinary incontinence: a population based study of women years of age in primary care. Maturitas 1998;28: [5] Thomas TM, Plymat KR, Blannin J, Meade TW. Prevalence of urinary incontinence. BMJ 1980;281: [6] Diokno AC. Epidemiology and psychosocial aspects of incontinence. Urol Clin North Am 1995;22: Gynécologie

9 Incontinence urinaire de la femme 300-A-10 [7] Sommer P, Bauer T, Nielsen KK, Kristensen ES, Hermann GG, Steven K, et al. Voiding patterns and prevalence of incontinence in women. A questionnaire survey. BrJUrol1990;66:12-5. [8] Milsom I, Ekelund P, Molander U, Arvidsson L, Areskoug B. The influence of age, parity, oral contraception, hysterectomy and menopause on the prevalence of urinary incontinence in women. JUrol 1993;149: [9] Rekers H, Drogendijk AC, Valkenburg HA, Riphagen F. The menopause, urinary incontinence and other symptoms of the genitourinary tract. Maturitas 1992;15: [10] Burgio KL, Locher JL, Zyczynski H, Hardin JM, Singh K. Urinary incontinence during pregnancy in a racially mixed sample: characteristics and predisposing factors. Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 1996;7: [11] Thakar R, Manyonda I, Stanton SL, Clarkson P, Robinson G. Bladder, bowel and sexual function after hysterectomy for benign conditions. Br J Obstet Gynaecol 1997;104: [12] Plzak 3 rd L, Staskin D. Genuine stress incontinence theories of etiology and surgical correction. Urol Clin North Am 2002;29: [13] Staskin DR, Wein AJ, Andersson KE, Bauer SB, Blaivas JG, Burgio KL, et al. Overview consensus statement. Urology 2002;60:1-6. [14] McGuire EJ, Woodside JR, Borden TA, Weiss RM. Prognostic value of urodynamic testing in myelodysplastic patients. JUrol1981;126: [15] Carey MP, Dwyer PL, Glenning PP. The sign of stress incontinence-- should we believe what we see? Aust N Z J Obstet Gynaecol 1997;37: [16] Cundiff GW, Harris RL, Coates KW, Bump RC. Clinical predictors of urinary incontinence in women. Am J Obstet Gynecol 1997;177: [17] Yalcin I, Bump RC. Validation of two global impression questionnaires for incontinence. Am J Obstet Gynecol 2003;189: [18] Bump RC, Mattiasson A, Bo K, Brubaker LP, DeLancey JO, Klarskov P, et al. The standardization of terminology of female pelvic organ prolapse and pelvic floor dysfunction. Am J Obstet Gynecol 1996; 175:10-7. [19] Miyazaki FS. The Bonney test: a reassessment. Am J Obstet Gynecol 1997;177: [20] Bergman A, Koonings PP, Ballard CA. Negative Q-tip test as a risk factor for failed incontinence surgery in women. J Reprod Med 1989; 34: [21] Cogan SL, Weber AM, Hammel JP. Is urethral mobility really being assessed by the pelvic organ prolapse quantification (POP-Q) system? Obstet Gynecol 2002;99: [22] Pollak JT, Jenkins P, Kopka SL, Davila GW. Effect of genital prolapse on assessment of bladder neck mobility by the Q-tip test. Obstet Gynecol 2003;101: [23] Karantanis E, O Sullivan R, Moore KH. The 24-hour pad test in continent women and men: normal values and cyclical alterations. Br J Obstet Gynaecol 2003;110: [24] Thomson AJ, Tincello DG. The influence of pad test loss on management of women with urodynamic stress incontinence. Br J Obstet Gynaecol 2003;110: [25] Versi E, Orrego G, Hardy E, Seddon G, Smith P, Anand D. Evaluation of the home pad test in the investigation of female urinary incontinence. Br J Obstet Gynaecol 1996;103: [26] Cardozo L, Robinson D. Special considerations in premenopausal and postmenopausal women with symptoms of overactive bladder. Urology 2002;60: [27] Hedin K, Petersson C, Wideback K, Kahlmeter G, Molstad S. Asymptomatic bacteriuria in a population of elderly in municipal institutional care. Scand J Prim Health Care 2002;20: [28] Maloney C. Estrogen and recurrent UTI in postmenopausal women. Am J Nurs 2002;102: [29] Okorocha I, Cumming G, Gould I. Female urodynamics and lower urinary tract infection. BJU Int 2002;89: [30] Digesu GA, Khullar V, Cardozo L, Salvatore S. Overactive bladder symptoms: do we need urodynamics? Neurourol Urodyn 2003;22: [31] Malone-Lee J, Henshaw DJ, Cummings K. Urodynamic verification of an overactive bladder is not a prerequisite for antimuscarinic treatment response. BJU Int 2003;92: [32] Miller EA, Amundsen CL, Toh KL, Flynn BJ, Webster GD. Preoperative urodynamic evaluation may predict voiding dysfunction in women undergoing pubovaginal sling. JUrol2003;169: [33] Rovner ES, Wein AJ. Evaluation of lower urinary tract symptoms in females. Curr Opin Urol 2003;13: Gynécologie [34] Tan TL, Bergmann MA, Griffiths D, Resnick NM. Which stop test is best? Measuring detrusor contractility in older females. JUrol2003; 169: [35] Wang AC, Chen MC. The correlation between preoperative voiding mechanism and surgical outcome of the tension-free vaginal tape procedure, with reference to quality of life. BJU Int 2003;91: [36] Amarenco G, Kerdraon J, Denys P. The active forces of continence. Illustration by quantified analysis of the electromyographic signal of the urethral striated sphincter combined with urethral pressure studies. Prog Urol 1993;3: [37] Diokno AC, Normolle DP, Brown MB, Herzog AR. Urodynamic tests for female geriatric urinary incontinence. Urology 1990;36: [38] Aukee P, Penttinen J, Airaksinen O. The effect of aging on the electromyographic activity of pelvic floor muscles. A comparative study among stress incontinent patients and asymptomatic women. Maturitas 2003;44: [39] Marshall K, Walsh DM, Baxter GD. The effect of a first vaginal delivery on the integrity of the pelvic floor musculature. Clin Rehabil 2002;16: [40] Mostwin JL, YangA, Sanders R, Genadry R. Radiography, sonography, and magnetic resonance imaging for stress incontinence. Contributions, uses, and limitations. Urol Clin North Am 1995;22: [41] BethouxA, Bory S, Huguier M, Lan CS. The colpocystogram. Its application in the study of vaginal prolapse and urinary incontinence. J Chir (Paris) 1965;90: [42] Defreitas GA, Wilson TS, Zimmern PE, Forte TB. Three-dimensional ultrasonography: an objective outcome tool to assess collagen distribution in women with stress urinary incontinence. Urology 2003;62: [43] Farrell SA, Epp A, Flood C, Lajoie F, MacMillan B, Mainprize T, et al. The evaluation of stress incontinence prior to primary surgery. J Obstet Gynaecol Can 2003;25: [44] Sendag F, Vidinli H, Kazandi M, Itil IM, Askar N, Vidinli B, et al. Role of perineal sonography in the evaluation of patients with stress urinary incontinence. Aust N Z JObstet Gynaecol 2003;43:54-7. [45] Sugaya K, Nishijima S, Oda M, Owan T,Ashitomi K, Miyazato M, et al. Transabdominal vesical sonography of urethral syndrome and stress incontinence. IntJUrol2003;10: [46] Stoker J, Rociu E, Bosch JL, Messelink EJ, Van der Hulst VP, Groenendijk AG, et al. High-resolution endovaginal MR imaging in stress urinary incontinence. Eur Radiol 2003;13: [47] Kim JK, Kim YJ, Choo MS, Cho KS. The urethra and its supporting structures in women with stress urinary incontinence: MR imaging using an endovaginal coil. AJR Am J Roentgenol 2003;180: [48] Daneshgari F, Sorensen C. Practice pattern of urologists in the Rocky Mountains region with regard to use of urodynamic studies. Urology 2003;61: [49] Matzkin H, Moinuddin SM, Soloway MS. Value of urine cytology versus bladder washing in bladder cancer. Urology 1992;39: [50] Bo K, Talseth T, Holme I. Single blind, randomised controlled trial of pelvic floor exercises, electrical stimulation, vaginal cones, and no treatment in management of genuine stress incontinence in women. BMJ 1999;318: [51] Autry MG, Davis JW, Sanders R. Type III stress urinary incontinence: response to interdisciplinary pelvic physiotherapy. Urol Nurs 2002;22: [52] Morkved S, Bo K, Schei B, Salvesen KA. Pelvic floor muscle training during pregnancy to prevent urinary incontinence: a single-blind randomized controlled trial. Obstet Gynecol 2003;101: [53] Theofrastous JP, Wyman JF, Bump RC, McClish DK, Elser DM, Bland DR, et al. Effects of pelvic floor muscle training on strength and predictors of response in the treatment of urinary incontinence. Neurourol Urodyn 2002;21: [54] Amaro JL, Oliveira Gameiro MO, Padovani CR. Treatment of urinary stress incontinence by intravaginal electrical stimulation and pelvic floor physiotherapy. Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2003;14: [55] Jundt K, Peschers UM, Dimpfl T. Long-term efficacy of pelvic floor re-education with EMG-controlled biofeedback. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2002;105: [56] Goode PS, Burgio KL, Locher JL, Roth DL, Umlauf MG, Richter HE, et al. Effect of behavioral training with or without pelvic floor electrical stimulation on stress incontinence in women: a randomized controlled trial. JAMA 2003;290: [57] Hahn I, Milsom I, Fall M, Ekelund P. Long-term results of pelvic floor training in female stress urinary incontinence. BrJUrol1993;72: [58] Meyer S, Hohlfeld P, Achtari C, De Grandi P. Pelvic floor education after vaginal delivery. Obstet Gynecol 2001;97:

10 300-A-10 Incontinence urinaire de la femme [59] Morkved S, Bo K, Fjortoft T. Effect of adding biofeedback to pelvic floor muscle training to treat urodynamic stress incontinence. Obstet Gynecol 2002;100: [60] Diokno AC, Appell RA, Sand PK, Dmochowski RR, Gburek BM, Klimberg IW, et al. Prospective, randomized, double-blind study of the efficacy and tolerability of the extended-release formulations of oxybutynin and tolterodine for overactive bladder: results of the OPERA trial. Mayo Clin Proc 2003;78: [61] Garely AD, Burrows LJ. Current pharmacotherapeutic strategies for overactive bladder. Expert Opin Pharmacother 2002;3: [62] Andersson KE. Drug therapy for urinary incontinence. Baillieres Best Pract Res Clin Obstet Gynaecol 2000;14: [63] Beck RP. Neuropharmacology of the lower urinary tract in women. Obstet Gynecol Clin North Am 1989;16: [64] Sullivan J, Abrams P. Pharmacological management of incontinence. Eur Urol 1999;36(suppl1): [65] Goes VR, Sartori MG, Baracat EC, Rodrigues de Lima G, Girao MJ. Urodynamic and clinical evaluation of postmenopausal women with stress urinary incontinence before and after cyclic estrogen therapy. Clin Exp Obstet Gynecol 2003;30: [66] Moehrer B, Hextall A, Jackson S. Oestrogens for urinary incontinence in women. Cochrane Database Syst Rev 2003;2 CD [67] Jackson S, James M, Abrams P. The effect of oestradiol on vaginal collagen metabolism in postmenopausal women with genuine stress incontinence. Br J Obstet Gynaecol 2002;109: [68] Robinson D, Cardozo L. The menopause and HRT. Urogenital effects of hormone therapy. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab 2003;17: [69] Lose G, Alling-Moller L, Jennum P. Nocturia in women. Am J Obstet Gynecol 2001;185: [70] Delorme E. Transobturator urethral suspension: mini-invasive procedure in the treatment of stress urinary incontinence in women. Prog Urol 2001;11: [71] Jacob F, Soyeur L, Adhoute F, Ozaki M, Pariente JL, Ferriere JM, et al. Evaluation of the results of TVT in a series of 29 major sphincter incompetence. Prog Urol 2003;13: [72] Kuuva N, Nilsson CG. Tension-free vaginal tape procedure: an effective minimally invasive operation for the treatment of recurrent stress urinary incontinence? Gynecol Obstet Invest 2003;56:93-8. [73] Moss E, Toozs-Hobson P, Cardozo L, Emens M, Pogmore JR, Constantine G. A multicentre review of the tension-free vaginal tape procedure in clinical practice. J Obstet Gynaecol 2002;22: [74] Sevestre S, Ciofu C, Deval B, Traxer O, Amarenco G, Haab F. Results of the tension-free vaginal tape technique in the elderly. Eur Urol 2003; 44: [75] Tong YC. An alternative method of tension-free vaginal tape implantation for the treatment of female urinary incontinence. Urol Int 2003; 71:51-4. [76] WangAC, Chen MC. Comparison of tension-free vaginal taping versus modified Burch colposuspension on urethral obstruction: a randomized controlled trial. Neurourol Urodyn 2003;22: [77] Webster GD, Perez LM, Khoury JM, Timmons SL. Management of type III stress urinary incontinence using artificial urinary sphincter. Urology 1992;39: [78] Nygaard I. Prevention of exercise incontinence with mechanical devices. J Reprod Med 1995;40: [79] Nielsen KK, Walter S, Maegaard E, Kromann-Andersen B. The urethral plug II: an alternative treatment in women with genuine urinary stress incontinence. BrJUrol1993;72: [80] Staskin D, Bavendam T, Miller J, Davila GW, DioknoA, Knapp P, et al. Effectiveness of a urinary control insert in the management of stress urinary incontinence: early results of a multicenter study. Urology 1996;47: [81] Nativ O, Moskowitz B, Issaq E, CondreaA, KastinA, Halachmi S, et al. A new intraurethral sphincter prosthesis with a self contained urinary pump. ASAIO J 1997;43: [82] Chou EC, Flisser AJ, Panagopoulos G, Blaivas JG. Effective treatment for mixed urinary incontinence with a pubovaginal sling. JUrol2003; 170: [83] Thyssen HH, Clevin L, Olesen S, Lose G. Urinary incontinence in elite female athletes and dancers. Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2002;13:15-7. S. Conquy D. Amsellem-Ouazana. Service d urologie (Professeur B. Debré), Hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, Paris, France. Disponibles sur Arbres décisionnels Iconographies supplémentaires Vidéos / Animations Documents légaux Information au patient Informations supplémentaires Autoévaluations 10 Gynécologie

Incontinence urinaire chez la femme

Incontinence urinaire chez la femme Incontinence urinaire chez la femme C est une perte involontaire d urine par l urètre. Elle est multifactorielle. Elle retentie sur l activités professionnelles, sociales et psychiques des patientes. Dans

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme Dr Mehdi Jaidane Introduction - Définition Incontinence : symptôme, signe, pathologie Définition : «perte involontaire d urine d par l urèthre» Nouvelle définition d

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Club d Echanges en Pelvi-Périnéologie Samedi 4 octobre 2014 Institut Portman Dr philippe FARBOS Service de Radiologie (drs DESCAT, FARBOS, LEVANTAL,

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme Incontinence urinaire de la femme Perte involontaire d urine quelles que soient les circonstances de survenue. (ICS 2002) Dr Antoine Wallois Clinique Pauchet Amiens Interrogatoire : essentiel +++ Facteurs

Plus en détail

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13 Définition IUE de la femme L.peyrat INCONTINENCE : perte involontaire des urines par voies naturelles, au dehors de l acte mictionnel et entraînant une gêne sociale (patient, entourage) significative INCONTINENCE

Plus en détail

BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE

BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE INTRODUCTION Ce sont l interrogatoire et l examen clinique bien conduits qui font le diagnostic d incontinence urinaire, pas le BUD L'urgenturie n est pas toujours

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Troubles de la continence urinaire et de la miction

Troubles de la continence urinaire et de la miction Troubles de la continence urinaire et de la miction DESC 2015 > 5ans!!!! Situations pathologiques variées, le plus souvent fonctionnelles, des plus bénignes aux plus graves! Physiopathologie vésico-sphinctérienne

Plus en détail

Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel

Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel R. MATIS Département de périnéologie du GH-ICL Examen clinique Interrogatoire Manœuvre de Bonney Calendrier Mictionnel Interrogatoire Circonstances

Plus en détail

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien L Incontinence Urinaire au FEMININ Dr Isabelle Kaelin-Gambirasio Erika Vögele Dr Johanna Sommer Examen pelvien Inspection : Atrophie vulvovaginale Inflammation vaginale Pertes d urines à la toux Prolapsus

Plus en détail

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris Incontinence urinaire DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine, on distingue Symptôme : élément décrit

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Dr. René Yiou Service d urologie et département d anatomie CHU Henri Mondor 51, avenue du Maréchal de-lattre-de-tassigny 94010 Créteil Tel: 0149812559 Fax: 01.49.81.25.52 Email: rene.yiou@hmn.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe Indications du Bilan Urodynamique Béatrice LERICHE. Infirmerie protestante. 69300 CALUIRE LE BILAN URODYNAMIQUE PRINCIPES DU BILAN : Pression vésicale. Pression abdominale Pression détrusorienne Pression

Plus en détail

Item 121 (Item 321) Incontinence urinaire de l adulte EVALUATIONS

Item 121 (Item 321) Incontinence urinaire de l adulte EVALUATIONS Item 121 (Item 321) Incontinence urinaire de l adulte EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Une incontinence urinaire permanente chez la femme doit faire évoquer : A - Une incontinence urinaire par urgenturie

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen Incontinence urinaire du sujet âgé 1. Epidémiologie 2. Modifications physiologiques associées à l âge altérant

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme. J.Lansac CHU Tours

L incontinence urinaire de la femme. J.Lansac CHU Tours L incontinence urinaire de la femme J.Lansac CHU Tours Définitions IUE= fuite d urines lors d activités physiques, toux éternuement IU par impériosité = Urgenturie = plainte de fuite urinaire involontaire

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME

L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME EPU PEGASE L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME Mardi 14 septembre 2004 Expert : Dr François OLIVIER Formateur : Dr Marie-Claude LELEUX 2 PLAN ET INTRODUCTION 1) Plan et introduction 2) Pré-test page

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Traiter la vessie hyperactive :

Traiter la vessie hyperactive : Traiter la vessie hyperactive : une question de médicaments et de comportement Béchir Hage, MD et Le Mai Tu, MD, MSc Mise à Présenté dans le cadre de la conférence : Journée de gériatrie : problèmes courants

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

(SEP) Sclérose en plaques

(SEP) Sclérose en plaques La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier. Les troubles vésico-sphinctériens ont été très longtemps sousestimés et malheureusement pris en considération en phase

Plus en détail

Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries,

Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries, Cas clinique n 2 Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries, urgenturies et des fuites urinaires à l

Plus en détail

4.a. incontinence par mictions impérieuses : Instabilité du détrusor (ID)

4.a. incontinence par mictions impérieuses : Instabilité du détrusor (ID) 4. Pharmacothérapie 4.a. incontinence par mictions impérieuses : Instabilité du détrusor (ID) La pratique clinique a démontré l utilité de certains agents pharmacologiques dans les cas de ID. (Force de

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE (épidémiologie)

INCONTINENCE URINAIRE (épidémiologie) Capacité de gériatrie - Mars 2011 Dr G. Delorme SERVICE D UROLOGIE ET TRANSPLANTATION RENALE CHU BESANCON INCONTINENCE URINAIRE (épidémiologie) Difficile à évaluer avec précision 30% des femmes présentent

Plus en détail

Troubles de la continence urinaire et de la miction. J. Moscovici (Toulouse)

Troubles de la continence urinaire et de la miction. J. Moscovici (Toulouse) Troubles de la continence urinaire et de la miction J. Moscovici (Toulouse) DESC 19/09/2012 Introduction Problème quotidien Vaste sujet médico-chirurgical Situations pathologiques variées, le plus souvent

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Incontinence urinaire

Incontinence urinaire Mise au point Incontinence urinaire R. Mahamdia, T. Cudennec Hôpital Sainte Périne, Paris L incontinence urinaire se définit comme la perte involontaire d urines par le méat urétral. C est un symptôme

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations)

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Incontinence urinaire. Epidémiologie Physiopathologie. Épidémiologie. /!\ Tabou?

Incontinence urinaire. Epidémiologie Physiopathologie. Épidémiologie. /!\ Tabou? Incontinence urinaire ESF - T. Linet Epidémiologie Physiopathologie Épidémiologie Difficile +++ : tabou, positive, invalidante. 3-5 M de femmes en France Sous estimation probable > 500 000 sévères... En

Plus en détail

IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES

IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES L Incontinence Urinaire: - Chez la femme. - Quel que soit le type. - Tous âges confondus. Introduction A une PREVALENCE GLOBALE de 27,6%* Augmente avec l âge 2 pics:

Plus en détail

Epidémiologie Physiopathologie. Incontinence urinaire. Épidémiologie. Prévalence estimée

Epidémiologie Physiopathologie. Incontinence urinaire. Épidémiologie. Prévalence estimée Incontinence urinaire Epidémiologie Physiopathologie ESF - T. Linet Épidémiologie Prévalence estimée Difficile +++ : tabou, invalidante. 3-5 M de femmes en France Sous estimation probable > 500 000 sévères...

Plus en détail

ETUDE RETROSPECTIVE DE L UTILISATION DES BALLONS ACT ET PROACT POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT

ETUDE RETROSPECTIVE DE L UTILISATION DES BALLONS ACT ET PROACT POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT UNIVERSITE MONTPELLIER 1 UFR DE MEDECINE SITE DE NIMES Année universitaire 2011-2012 MEMOIRE POUR L OBTENTION DU DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE DE STATIQUE PELVIENNE ET URODYNAMIQUE ETUDE RETROSPECTIVE DE

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE. Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE. Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE 1. DEFINITIONS 2. LE VIEILLISSEMENT URINAIRE 3. L INCONTINENCE

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE (OBSTRUCTION ET INCONTINENCE) 10, 11 et 12 octobre 2006 Dr Jacques BISERTE Urologie = pathologies des app. excréto-urinaire et génital masculin

Plus en détail

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU BSU Bandelette Synthétique Non résorbable Intervention chirurgicale Par voie vaginale Faible morbidité Hospitalisation maximum 48h BSU - Principes Intervention

Plus en détail

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe Le patient neurologique et ses prolapsus M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe prolapsus pelvien = pathologie fréquente pourtant risque de méconnaissance / dysfonctions pelvi-périnéales

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Le bilan des troubles urinaires

Le bilan des troubles urinaires par le D r Anne BLANCHARD-DAUPHIN Médecin MPR, CHRU Lille DOSSIER Le bilan des troubles urinaires dans la SEP : pourquoi? quand? comment? Une vessie qui fonctionne normalement doit être capable de se laisser

Plus en détail

RESULTATS A LONG TERME DE L A BANDELETTE SOUS-URETRALE TVT DANS L IUE CHEZ LA FEMME. ALGER DECEMBRE 2014

RESULTATS A LONG TERME DE L A BANDELETTE SOUS-URETRALE TVT DANS L IUE CHEZ LA FEMME. ALGER DECEMBRE 2014 RESULTATS A LONG TERME DE L A BANDELETTE SOUS-URETRALE TVT DANS L IUE CHEZ LA FEMME. ALGER DECEMBRE 2014 INTRODUCTION L IUE : définie comme une perte involontaire d urine à travers le méat urétral lors

Plus en détail

Traitements actuels de l incontinence urinaire d effort chez la femme

Traitements actuels de l incontinence urinaire d effort chez la femme Traitements actuels de l incontinence urinaire d effort chez la femme Les principales options thérapeutiques sont la rééducation et la chirurgie. Cette dernière est proposée après échec de la rééducation

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE Pr Claude Hocké Pôle Gynécologie- Obstétrique-Reproduction Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux 1 INTERROGATOIRE IL RESTE FONDAMENTAL ET PEUT ÊTRE DIVISÉ

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne DEFINITION! Incontinence urinaire (IU) : perte involontaire des urines par l urètre, survenant en dehors de la miction et pouvant

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE L INCONTINENCE URINAIRE ET PROLAPSUS PELVIEN

LES TRAITEMENTS DE L INCONTINENCE URINAIRE ET PROLAPSUS PELVIEN LES TRAITEMENTS DE L INCONTINENCE URINAIRE ET PROLAPSUS PELVIEN Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

Chirurgie pelvienne: L'incontinence urinaire

Chirurgie pelvienne: L'incontinence urinaire Chirurgie pelvienne: L'incontinence urinaire Article écrit par Jacques Raiga*, Christian Saussine**, Paul Barakat*, Pascal Calmelet*, Elisabeth Castel**, Didier Jacqmin**, Jean Philippe Brettes* le 29/04/2002

Plus en détail

APPROCHE CLINIQUE ECHELLES D EVALUATION

APPROCHE CLINIQUE ECHELLES D EVALUATION Module : Approche clinique et échelles d évaluation APPROCHE CLINIQUE ECHELLES D EVALUATION Dr Frédérique LE BRETON frederique.lebreton@tnn.aphp.fr Service de Neuro-urologie et d Explorations Périnéales

Plus en détail

Incontinence urinaire mixte. M Carbonnel Service de gynecologie Obstétrique du Pr Ayoubi, hôpital Foch

Incontinence urinaire mixte. M Carbonnel Service de gynecologie Obstétrique du Pr Ayoubi, hôpital Foch Incontinence urinaire mixte M Carbonnel Service de gynecologie Obstétrique du Pr Ayoubi, hôpital Foch Stratégies Exploration d exploration Urodynamique & en Echographie pelvi-périnéologie Périnéale Diagnostic

Plus en détail

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon Introduction : Le TVT ou le TOT (Tension Free Vaginal Tape) sont des techniques récentes dans le traitement de l incontinence urinaire

Plus en détail

urinaire féminine à l effort de la femme

urinaire féminine à l effort de la femme Evaluation clinique préopératoire d une incontinence urinaire féminine à l effort de la femme Jean-François HERMIEU Service d Urologie CHU Bichat 46, rue Henri Huchard 75018 Paris E mail : jean-francois.hermieu@bch.aphp.fr

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXIII publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Sclérose en plaques. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER

Sclérose en plaques. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Sclérose en plaques Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Intervention du samedi 26 juin 2010 Introduction La sclérose

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

Comment aborder une incontinence urinaire féminine en médecine générale?

Comment aborder une incontinence urinaire féminine en médecine générale? Comment aborder une incontinence urinaire féminine en médecine générale? V. RAVERY Service d Urologie CHU Bichat Paris Problème important de santé publique Prévalence IUF 10-30 % (3 à 6 millions de femmes)

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Burch laparoscopique: indications et technique chirurgicale

Burch laparoscopique: indications et technique chirurgicale Burch laparoscopique: indications et technique chirurgicale Dr Patrick Dällenbach Service de Gynécologie-Unité de Périnéologie Maternité-HUG ASRCC 26 avril 2012 IU: maladie honteuse Epidémiologie Plus

Plus en détail

la FMC du généraliste

la FMC du généraliste la FMC du généraliste vendredi 11 avril 2003 n 2244 cahier détachable VOISIN/PHANIE PATHOLOGIES EN QUESTIONS Attention aux excès de vitesse cardiaque! La fréquence cardiaque est un facteur de risque isolé

Plus en détail

Indications et interprétation des examens urodynamiques

Indications et interprétation des examens urodynamiques Indications et interprétation des examens urodynamiques Résumé : L intérêt de l examen urodynamique (EU) réside dans le fait que les symptômes de la dysfonction du bas appareil urinaire sont trompeurs.

Plus en détail

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile L incontinence : une maladie très fréquente D après le Pr François Haab, chirurgien urologue, coordinateur du centre d explorations périnéales de l hôpital Tenon (Paris) Des solutions adaptées à chaque

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION

PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION Alisée MENEU & Jean-Baptiste HAMONIC 30/11/11 Appareil urinaire Physiologie Mr BEGUE Remarque : Les réflexes ne sont pas à connaître. Le prof à insisté en revanche sur l action des systèmes orthosympathique

Plus en détail

USA Allemagne France Grande Bratagne Espagne * P<0.001 Prevalence of incontinence

USA Allemagne France Grande Bratagne Espagne * P<0.001 Prevalence of incontinence L incontinence urinaire a l effort de la femme : diagnostic et traitement L.PEYRAT C.H.U. TENON INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine,

Plus en détail

Parlons-en! L incontinence urinaire chez la femme : Quelle est la définition? Quelle est la prévalence? Le cas de Madame Pilon. Dans cet article :

Parlons-en! L incontinence urinaire chez la femme : Quelle est la définition? Quelle est la prévalence? Le cas de Madame Pilon. Dans cet article : urinaire chez la femme : Parlons-en! Par Luc Valiquette, MD, FRCS, et Michael McCormack, MD, FRCS Présenté à la Journée du département de chirurgie de l Université de Montréal pour l omnipraticien La chirurgie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

VESSIES NEUROLOGIQUES

VESSIES NEUROLOGIQUES VESSIES NEUROLOGIQUES Dr Vincent Meyer Urologue Centre Hospitalier P. Oudot, Bourgoin Jallieu Miction physiologique Au moment du remplissage vésical : vessie relâchée et sphincter contracté Une fois que

Plus en détail

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications M Pouquet (1), M Mathonnet (1), H Caly (1), K Lacheheub (1), P Bouillet (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1)Limoges

Plus en détail

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER Revue de la Mutuelle Centrale des Finances SSN 1141-4685 Prix 1,14 Juillet 2005 DossER La Mutuelle Centrale des Finances n o 133 OU adhère au GM! O O page 10 SavOR ncontinence ou ncontinentes ou incontinents?

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat Professeur Pierre Marès Damien Chavanat collection 10019-PL08593 L incontinence urinaire donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d urine qui peuvent se produire à tout moment, de jour comme

Plus en détail

Prolapsus vaginal : Pratique au quotidien, qu est-il raisonnable de faire?

Prolapsus vaginal : Pratique au quotidien, qu est-il raisonnable de faire? Prolapsus vaginal : Pratique au quotidien, qu est-il raisonnable de faire? Dr Yannick THIROUARD yannick.thirouard@ch-larochelle.fr Groupe hospitalier La rochelle Ré Aunis Introduction La prévalence du

Plus en détail

Prise en charge non chirurgicale de l IUE. M Carbonnel Service de gynécologie Obstétrique du Pr ayoubi Hôpital Foch

Prise en charge non chirurgicale de l IUE. M Carbonnel Service de gynécologie Obstétrique du Pr ayoubi Hôpital Foch Prise en charge non chirurgicale de l IUE M Carbonnel Service de gynécologie Obstétrique du Pr ayoubi Hôpital Foch Mesures hygienodiététiques Traitement du surpoids L obésité est un facteur de risque indépendant

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON

REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON Laboratoire d'urodynamique et de Neurophysiologie Service de Rééducation Neurologique. Hopital Rothschild La rééducation périnéale, grace à des techniques

Plus en détail

Docteur, je perds mes urines!

Docteur, je perds mes urines! Docteur, je perds mes urines! Prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme Docteur Bernd WAGNER Chirurgien urologue Clinique Ste Odile Haguenau INVITATION TELEPHONIQUE DU Dr Berndt WAGNER Cliquez

Plus en détail

Troubles de la miction

Troubles de la miction I-00-Q000 III-Q Troubles de la miction Orientation diagnostique P r Frédéric Staerman Département d urologie-andrologie, centre hospitalier universitaire, hôpital Robert-Debré, 509 Reims. fstaerman@chu-reims.fr

Plus en détail

Examen clinique. Motif de la rééducation : Pourquoi la patiente vient? Quel est sa motivation?

Examen clinique. Motif de la rééducation : Pourquoi la patiente vient? Quel est sa motivation? Examen clinique L examen clinique ne peut être réalisé en une seule fois. La 1 ère séance est explicative : donner des infos (planches anatomiques, examen réalisés ) et cerner la patiente par rapport à

Plus en détail

Prévalence et prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme ménopausée marocaine

Prévalence et prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme ménopausée marocaine Prévalence et prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme ménopausée marocaine I.HATIM. M.GHAZLI; N.MATAR Service de Gynéco-Obstétrique «B» CHU - Casablanca. Maroc. INTRODUCTION Fuites d'urine

Plus en détail

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste Incontinence urinaire en gériatrie DR Depireux urologue DR Noël l interniste Vieillissement Variabilité interindividuelle des effets du vieillissement. Aboutissement à un groupe hétérogh rogène du point

Plus en détail

Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles

Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles R. Villet* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Devant une patiente consultant pour des troubles de l un des étages du plancher

Plus en détail

TROUBLES MICTIONNELS

TROUBLES MICTIONNELS TROUBLES MICTIONNELS Les troubles mictionnels sont des symptômes urinaires ressentis par le patient dans la façon d uriner. Ils révèlent une altération de la physiologie du bas appareil urinaire*. Ce sont

Plus en détail

A.S.B.H. N d agrément : 94 MT 187

A.S.B.H. N d agrément : 94 MT 187 N d agrément : 94 MT 187 A.S.B.H. B.P. 92-3 bis avenue Ardouin - 94420 Le Plessis Trévise Tél. : 0800.21.21.05 (appel gratuit depuis un poste fixe) Fax : 01.45.93.07.32 - Email : spina-bifida@wanadoo.fr

Plus en détail

Troubles Urinaires et AVC Pr. G Robain (gilberte.robain@rth.aphp.fr) Service de MPR, Hôpital Rothschild, 5 rue Santerre 75012, Paris

Troubles Urinaires et AVC Pr. G Robain (gilberte.robain@rth.aphp.fr) Service de MPR, Hôpital Rothschild, 5 rue Santerre 75012, Paris Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module : «Dysfonctionnements Pelvi-Périnéaux» Troubles Urinaires et AVC Pr. G Robain (gilberte.robain@rth.aphp.fr) Service

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

La vessie hyperactive. et la cystite interstitielle

La vessie hyperactive. et la cystite interstitielle La vessie hyperactive et la cystite interstitielle Un certain degré de confusion persiste quant aux manifestations cliniques de l hyperactivité vésicale et de la cystite interstitielle puisque certains

Plus en détail