Revue du Rhumatisme 71 (2004) Examen clinique. Société Française de Rhumatologie. Les Publications sélectionnées.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144. 1. Examen clinique. Société Française de Rhumatologie. Les Publications sélectionnées."

Transcription

1 Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) Catherine Marty Service de neuro-orthopédie, hôpital Raymond-Poincaré, 104, boulevard Raymond-Poincaré, Garches, France Accepté le 9 septembre 2003 Mots clés : Scoliose ; Examen clinique Keywords: Scoliosis; Physical examination L interrogatoire permet de recueillir les impressions du patient sur le trouble de la statique. Il se plaint de «se déformer, de se tasser, de perdre de la taille, d avoir une hanche qui sort, d être déséquilibré et de pencher en avant ou sur le côté, d avoir les côtes qui entrent dans le bassin, d avoir des difficultés d habillement». Chez l enfant et l adolescent, ce sont souvent les parents qui remarquent la déformation du tronc «il se tient mal» et le diagnostic est souvent fait tard car hélas en France, il n existe plus de dépistage systématique et il y a un manque de formation des médecins. 1. Examen clinique L examen clinique doit être précis et suivre un protocole bien établi à la fois pour le diagnostic et pour le suivi de l évolution. Ainsi, cet examen doit être chiffré et avoir une bonne reproductibilité. L examen est fait dans les trois plans de l espace, la scoliose étant une déformation tridimensionnelle. L inspection du patient permet de noter l équilibre du tronc dans le plan frontal (gîte) (Fig. 1) et dans le plan sagittal. On décrit différents types de profil : normal, inversion des courbures, hypercyphose dorsale avec hyperlordose lombaire, cyphose à sommet dorsal bas ou dorsolombaire, insuffisance de courbures avec dos creux et dos plat (Fig. 2). On note l équilibre des épaules, la position des membres inférieurs en position debout, l alignement du cou, l asymétrie du pli de taille, éventuellement les gibbosités. Il est utile si possible de faire une photographie de face et de profil du sujet dans son ensemble. Fig. 1. Gîte du tronc, asymétrie des épaules, asymétrie du pli de taille. Fig. 2. Différents types de profil (Stagnara) Examen dans le plan frontal L équilibre du rachis est évalué grâce à un fil à plomb tendu de l apophyse de C7 et une règle permettant de mesurer la distance entre le fil à plomb et le pli fessier (Fig. 3). On note l équilibre des épaules vu de face et vu de dos car il peut exister un enroulement d une ou deux épaules. On note la symétrie des flancs. L examen du bassin se fait dans plusieurs positions : debout, assis et en décubitus ventral en bout de table, les jambes pendantes. Debout, on note l équilibre du bassin vu de face et vu de dos (épines iliaques antérosupérieures et crêtes iliaques) (Fig. 4). On peut alors différencier un déséquilibre frontal du bassin d une rotation du bassin. On note également une déviation du pli fessier, ce qui se voit dans les scolioses se poursuivant ou ayant leur origine dans le bassin. En cas de déséquilibre du bassin il faut différencier un bassin oblique de cause basse, haute ou mixte (Fig. 5). En cas de bassin oblique de cause basse (inégalité des membres inférieurs, rétractions asymétriques des muscles de la ceinture pelvienne) ou en cas de rotation du bassin, le bassin se rééquilibre en décubitus ventral en bout de table avec les jambes pendantes. Un bassin qui reste déséquilibré en décubitus ventral en bout de table est un bassin oblique de cause haute comme on peut le voir dans une scoliose lombaire avec fermeture d un flanc. Il n est alors pas justifié de mettre une talonnette (de même dans les rotations du bassin). Fig. 3. Équilibre frontal, vu de dos : mesure du déséquilibre frontal = distance entre le fil à plomb mené de C7 et le pli fessier, visualisation des courbures scoliotiques. Fig. 4. Équilibre frontal du bassin vu de dos : crêtes iliaques et épines iliaques postéroinférieures. Fig. 5. Bassin oblique (dans les 3 plans de l espace) de cause mixte Examen dans le plan sagittal

2 On le mesure grâce à un fil à plomb et un goniomètre. On place le fil à plomb en regard de C7. On note les points de tangence et les différentes flèches sagittales. En cas de profil normal, le fil à plomb est tangent en D6 environ et en S1 : il existe une flèche cervicale (environ 3 cm) et en L3 (environ 3 cm ) (Fig. 6). En cas de dos creux, on a une flèche dorsale (Fig. 7). En cas d inversion des courbures c està-dire lordose lombaire courte puis cyphose dorsolombaire puis lordose thoracique, il y a un point de tangence plus bas en dorsal bas ou en dorsolombaire et une flèche thoracique haute. En cas d augmentation des courbures rachidiennes avec hypercyphose dorsale et hyperlordose lombaire, il existe une augmentation de la flèche cervicale et de la flèche lombaire et éventuellement une flèche sacrée (Fig. 8). En cas de cyphose dorsolombaire globale, il existe une augmentation de la flèche cervicale, parfois une flèche dorsale haute, un point de tangence variable (Fig. 9). On note la version du bassin (antéou rétroversion), l alignement des membres inférieurs : hyperextension des hanches ou flessum des hanches, flessum des genoux. Le sujet âgé pour se rééquilibrer essaie de compenser en accentuant sa lordose lombaire : mais en raison de la diminution de la capacité lordosante lombaire avec le vieillissement et en raison de la diminution du nombre de vertèbres dans la lordose, il va rétroverser son bassin, étendre les hanches. Au maximum, lorsque la capacité d extension maximum des hanches est atteinte, le patient fléchit les genoux (Figs. 9 et 12). La marche peut se faire aussi avec les bras en arrière du tronc pour se rééquilibrer. Fig. 6. Équilibre sagittal normal :mesure avec un fil à plomb et une règle des flèches cervicale et lombaire. Points de tangence en dorsal moyen et en S1. Fig. 7. Scoliose dorsale dominante avec un dos creux : flèches cervicale, dorsale et lombaire (lordose étendue sur neuf vertèbres et insuffisance de cyphose dorsale). Fig. 8. Maladie de Scheuermann : augmentation des courbures sagittales, hypercyphose dorsale et hyperlordose lombaire compensatrice flèche sacrée et augmentation des flèches cervicale et lombaire. Fig. 9. Scoliose lombaire (syndrome extrapyramidal) : déséquilibres latéral et antérieur (cyphose dorsolombaire globale) et flessum des genoux Examen dans le plan horizontal On examine le sujet soit debout avec un bassin équilibré en le faisant penché en avant, ou assis en se penchant en avant, ce qui élimine les causes basses de déséquilibre du bassin (Fig. 10). On note la topographie des gibbosités et leur nombre. L existence d une gibbosité permet de différencier la scoliose structurée d une attitude scoliotique. Les gibbosités dorsale supérieure et lombosacrée sont parfois difficiles à détecter et à mesurer. La scoliose peut être : soit courbure unique (dorsale, dorsolombaire, lombaire), scoliose souvent déséquilibrante et inesthétique soit scoliose à double courbure (double dorsale, dorsale et lombaire, dorsale et dorsolombaire) souvent détectée tard car peu visible car une courbure est compensée par l autre, dorsolombaire et lombosacrée (lombaire s étendant jusqu au sacrum), soit triple courbure (double dorsale et lombaire). On mesure les gibbosités en mesurant la dénivellation. (Fig. 11). Fig. 10. Gibbosités dorsale droite et lombaire gauche visibles en position penchée en avant.

3 Fig. 11. Mesure de la gibbosité = mesure de la dénivellation Réductibilité de la déformation On l apprécie cliniquement. On essaie de corriger la gîte frontale. De profil, on essaie de corriger l hypercyphose dorsale et de là l hyperlordose lombaire. S il existe une diminution de la lordose ou une cyphose dorsolombaire, on essaie de relordoser le rachis lombaire. En cas de dos creux, on essaie de cyphoser le rachis dorsal. Au total, on essaie de rétablir l équilibre sagittal, c est-à-dire de projeter le centre de gravité du tronc en arrière des têtes fémorales. On apprécie l effondrement du tronc en demandant au patient de s autograndir (Fig. 12). On apprécie la souplesse des gibbosités. On compare la taille couchée à la taille debout. On essaie de corriger le bassin oblique de cause haute en appréciant la possibilité d étirement du flanc fermé en décubitus ventral en bout de table Examen des ceintures Fig. 12. Exemple de réductibilité chez une femme avec effondrement antérieur du tronc (scoliose). Elle se relordose en lombaire et projette ses bras en arrière. Les muscles des ceintures et les coxo-fémorales retentissent sur le bassin et de là sur le rachis. Ainsi, on apprécie la souplesse des fléchisseurs de hanche (Fig. 13), des ischiojambiers (Fig. 14), des pectoraux et on apprécie la mobilité des hanches. Un défaut d extension des hanches soit de cause musculaire (raideur des fléchisseurs de hanche) soit de cause articulaire (coxarthrose) entraîne une antéversion du bassin et de là une hyperlordose lombaire (Fig. 15). Mais en cas d enraidissement du rachis lombaire avec le vieillissement, le flessum des hanches entraîne un déséquilibre antérieur. À noter que les sujets qui ont une incidence faible seront plus facilement déséquilibrables. La raideur des muscles ischiojambiers a tendance à entraîner une rétroversion du bassin et un effacement de la lordose lombaire. La rétraction des pectoraux entraîne un enroulement des épaules, une saillie des omoplates. Cette rétraction est souvent associée à une hypercyphose dorsale. Fig. 13. Mesure de l extensibilité des fléchisseurs de hanche. Fig. 14. Mesure angulaire de l extensibilité des muscles ischio-jambiers. Fig. 15. Exemple de rétraction des fléchisseurs de hanche (chez un myopathe) : hyperlordose lombaire et antéversion du bassin qui disparaissent après ténotomie des fléchisseurs Examen neurologique complet L examen neurologique est indispensable car le trouble de la statique rachidienne peut être secondaire à une maladie neurologique déjà connue ou qui sera découverte devant un trouble de la statique. On fera un testing musculaire y compris les spinaux. Chez l adulte, on peut découvrir tardivement une myopathie par exemple une

4 myopathie fascioscapulohumérale (testing musculaire, EMG, dosages enzymes musculaires et au moindre doute biopsie musculaire et étude génétique). L abolition des réflexes cutané-abdominaux fait craindre une pathologie médullaire en particulier une syringomyélie associée à une scoliose. L IRM en fera le diagnostic. Il peut exister des séquelles de polyomyélite antérieur aiguë connue ou non. On cherche un syndrome extrapyramidal : maladie de Parkinson surtout dans sa forme akinétique et hypertonique ou autre syndrome extrapyramidal avec trouble de la statique. Les traitements par neuroleptiques peuvent aussi être responsables de troubles de la statique Examen général La mesure de la taille est indispensable chez l enfant et l adulte pour suivre la croissance et l évolution. La perte de taille est signe d aggravation d une scoliose ou d une cyphose. On cherche une hyperlaxité souvent associée au trouble de la statique. On cherche des signes d hypothyroïdie qui entraîne une perte musculaire. Un amaigrissement important chez le sujet âgé peut décompenser un trouble de la statique. Les signes pubertaires notés selon la classification internationale de Tanner (seins, testicules, pilosité) permettent d apprécier le risque évolutif. La ménopause semble être un facteur favorisant d évolution de la scoliose. On interroge la patiente sur la prise d un traitement hormonal substitutif. Certains métiers peuvent favoriser un trouble de la statique, métiers avec attitude penchée en avant. On recherche les antécédents familiaux (scoliose, cyphose et en particulier, celle secondaire à une maladie de Scheuermann), les antécédents personnels de chirurgie abdominale et lombaire. La spirométrie est nécessaire dans les formes touchant le rachis dorsal pour apprécier la capacité vitale, suivre l évolution chez l enfant avec la croissance et chez l adulte même en l absence d aggravation radiologique de la courbure dorsale. Il peut être nécessaire de faire des explorations fonctionnelles respiratoires plus complètes et des gaz du sang. 2. Examen radiologique Les radiographies permettant une analyse précise de la statique rachidienne sont des radiographies du rachis en entier (30 90 cm) de face et de profil du tragus aux têtes fémorales (qui doivent être visibles) avec les bras posés en avant à l horizontale (Fig. 16). Lors de la première consultation pour scoliose, on fait une radiographie de face couchée pour juger la réductibilité et l effondrement. De plus, chez l enfant en cas de scoliose à petit angle, le diagnostic de l évolutivité se fait de préférence sur des radiographies en position couchée car les fluctuations de mesure sont minimisées. Pour une cyphose, le bilan initial comprend : une face debout et un profil debout et couché éventuellement avec un billot placé sous le sommet de la cyphose pour apprécier la réductibilité. Les radiographies faites pour suivre l évolution sont de type et de périodicité variables selon la pathologie et l âge. On peut apprécier également la réductibilité par des clichés en traction couché ou en suspension (Fig. 17). Les autres examens radiologiques pouvant être utiles sont le scanner avec reconstruction hélicoïdale, l IRM, la saccoradiculographie. Fig. 16. Radiographies du rachis en entier (Full-Spine) d une scoliose double majeure, face et profil debout : mesure des courbures (angle de Cobb). Fig. 17. Mesure radiologique de la réductibilité de la déformation : différence entre la radiographie couchée et debout La radiographie de face Sur la radiographie de face, on détermine : la topographie de la scoliose : nombre de courbures, vertèbres limites de chaque courbure et vertèbre sommet, siège de la rotation maximum (Figs. 18 et 20) ; l équilibre frontal ; l aspect des vertèbres, ce qui nécessite des clichés électifs (scoliose par anomalie vertébrale congénitale, lésions arthrosiques, tassement vertébral, lésions de Scheuermann) ; l existence ou non de dislocations (perte de l alignement de deux vertèbres sur la radiographie de face). On détermine si la dislocation est ouverte (disque ouvert du côté où il est le plus bas) ou fermée (disque fermé du côté où il est le plus bas) [1] (Fig. 19) ; l évolution : angle de Cobb de chaque courbure mesuré sur les vertèbres les plus inclinées sur l horizontal (Figs. 16 et 20) et rotation mesurée par la méthode de Perdriolle ou de Nasch. Étant donné les fluctuations de mesure (pouvant aller jusqu à 7 à 10 sur une radiographie debout et 4 sur une radiographie couchée), il est conseillé de faire un diagramme d évolution avec l âge en abscisse et l angle de Cobb en ordonnée ce qui permet de diminuer les fluctuations de mesure et de poser un diagnostic certain d évolutivité (Fig. 21). Fig. 18. Quelques exemples de différents types de scoliose. Il existe aussi des triples courbures. Fig. 19. Scoliose lombaire avec dislocations : dislocation ouverte L3 L4 et fermée L1 L2. Fig. 20. Mesure de chaque courbure sur les vertèbres les plus obliques sur l horizontale (angle de Cobb α). Fig. 21. Diagramme d évolution d une scoliose de l adulte : âge en année en abscisse et angle de Cobb de chaque courbure en ordonnée La radiographie de profil

5 Sur la radiographie de profil, on mesure les différents paramètres : (Fig. 22) [2,3] (voir article «composante sagittale de la statique rachidienne») : la pente sacrée : angle formé par le plateau sacré et l horizontale ; la lordose lombaire : angle formé par le plateau sacré et la vertèbre la plus inclinée sur l horizontale ; le nombre de vertèbres incluses dans la lordose lombaire ; la cyphose entre les vertèbres les plus inclinées sur l horizontale ; l incidence pelvienne : angle formé par la perpendiculaire au plateau sacré en son milieu et la droite joignant le milieu du plateau sacré au milieu de l axe bicoxofémoral ; la version pelvienne. La reconstruction tridimensionnelle de la scoliose et les différents paramètres cités ci-dessus peuvent être obtenus à partir des radiographies de face et de profil grâce au logiciel de J. Hecquet [2,3]. On peut accéder à d autres paramètres : gîte sagittale de T9, gîte lombaire. On note s il existe un spondylolisthésis, des lésions de Scheuermann, des tassements vertébraux. Fig. 22. Mesure des paramètres de profil, exemple d une hypercyphose dorsale par tassements ostéoporotiques, lordose lombaire insuffisante, rétroversion pelvienne, augmentation de la version pelvienne L âge osseux On apprécie l âge osseux chez l enfant et l adolescent par les radiographies de la main gauche et du coude permettant de chiffrer l âge osseux selon la méthode de Greulich. Le signe de Risser est chiffré sur la radiographie des crêtes iliaques couché ou sur la radiographie du rachis en entier (Fig. 23). On apprécie la maturation des vertèbres en fonction de leur forme et des listels marginaux. 3. Quelques exemples en pratique clinique Fig. 23. Mesure du Risser : Risser 3 (stade d ossification des crêtes iliaques). En pratique clinique, pour apprécier rapidement et globalement l équilibre sagittal, on place sur la radiographie du rachis en entier de profil, le fil à plomb à environ 3 cm en avant du centre de T9, il doit passer en arrière de têtes fémorales. On s aide du tableau de corrélations pour analyser le trouble de la statique et pour en trouver la cause (Fig. 24). Ainsi, différents exemples : hyperlordose lombaire avec hypercyphose dorsale avec pente sacrée augmentée par rapport à l incidence et diminution voir même version pelvienne négative : rechercher une perte d extension de hanche par exemple une rétraction des fléchisseurs de hanche (Fig. 25) ; hypercyphose dorsale et hyperlordose lombaire avec pente sacrée corrélée à l incidence : l origine est l hypercyphose dorsale qui entraîne une hyperlordose lombaire (Fig. 26) ; hypercyphose dorsale par tassements ostéoporotiques mal compensée par la lordose lombaire et rétroversion pelvienne (Figs. 22 et 26) ; scoliose lombaire évolutive de l adulte avec dislocation : il existe une diminution de la lordose lombaire avec diminution du nombre de vertèbres dans la lordose et parfois cyphose lombaire (Fig. 27) ; différents types de profil décrits par Itoi chez les ostéoporotiques [4] (Fig. 28). Fig. 24. Tableau des corrélations entre les paramètres pelviens et les paramètres rachidiens. Fig. 25. (à droite) Exemple d hyperlordose lombaire de cause indéterminée et (à gauche). Exemple d une hyperlordose par rétraction des fléchisseurs de hanche chez un myopathe FSH avec incidence pelvienne très faible. Fig. 26. Exemples d hypercyphose thoracique : à gauche tassements ostéoporotiques, à droite maladie de Scheuermann.

6 Fig. 27. Scoliose lombaire avec dislocations étagées et cyphose lombaire, rétroversion pelvienne. Fig. 28. Différents types de profil du rachis chez l ostéoporotique d après Itoi (Spine, 1991, 16, 7, ). 4. Évolution du trouble de la statique L évaluation précise de l évolutivité d un trouble de la statique et de sa vitesse se fait grâce à la surveillance clinique et les différentes mesures chiffrées, grâce à l évolution de la taille et à la surveillance radiologique, diagramme évolutif, mesure des radiographies anciennes (Fig. 21). 5. Conclusion L examen de la statique rachidienne doit être systématique lors de tout examen du rachis d un enfant ou d un adulte. Avec le vieillissement de la population, les troubles de la statique augmentent. Chez l enfant comme chez l adulte, le diagnostic doit être fait précocement afin d éviter une évolution sévère qui nécessitera un traitement plus difficile voire même impossible. Références [1] Tassin JL, Defive Th, Despres E, Guillaumat M. Dislocations arthrosiques des scolioses lombaires adultes, scoliose lombaire idiopathique de l adulte sous la direction de Biot et Simon, 46. Masson Éditeur; [2] Duval-Beaupère G, Schmitt C, Cosson Ph. A barycentremetric study of the sagittal shape of spine and pelvis. Ann Biomed Engineer 1992;20: [3] Legaye J, Duval-Beaupère G, Hecquet J, Marty C. Pelvic Incidence: a fundamental pelvic parameter for three dimensionnal regulation of spinal sagittal curves. Eur Spine J 1998;7: [4] Itoi E. Roentgenographic analysis of posture in spinal osteoporotics. Spine 1991;16: SFR - C. Marty / Revue du Rhumatisme 71 (2004)

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Catherine Marty Service de neuro-orthopédie,

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Compensation par une talonnette (CT) Nos expériences avec une compensation par une talonnette dans le traitement de la scoliose Extrait du magazine Orthopädische Praxis, n 4, avril 91 p. 255-262, Medizinisch

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Question ENC n 33 M Bachy R Vialle (Hôpital Armand Trousseau Paris) Objectifs de l enseignement : 1. Connaître la croissance normale

Plus en détail

EXAMEN DE LA STATIQUE RACHIDIENNE

EXAMEN DE LA STATIQUE RACHIDIENNE EXAMEN DE LA STATIQUE RACHIDIENNE C. MARTY EQUILIBRE FRONTAL EPAULES BASSIN RACHIS SYMETRIE DES FLANCS quilibre frontal Distance : fil à Plomb pli fessier Equilibre Bassin Cofemer DES MPR Avril 2007 Scoliose

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Port de charge et manutention / les bons conseils / données synthétiques

Port de charge et manutention / les bons conseils / données synthétiques 1 sur 6 26/10/2015 13:32 Port de charge et manutention / les bons conseils / données synthétiques 1) Les situations de contrainte : Plus le poids est éloigné du centre de gravité plus il est lourd. 2)

Plus en détail

Faq 1 - Quelle est la croissance normale des membres et de la colonne vertébrale?

Faq 1 - Quelle est la croissance normale des membres et de la colonne vertébrale? Suivi d'un nourrisson. Dépistage des anomalies orthopédiques de l enfant et de l adolescent. Auteurs : J.P. Cahuzac,J. Sales de Gauzy (Toulouse) Objectifs : Connaître la croissance normale des membres

Plus en détail

Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte

Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte Dr Isabelle Courtois Frédéric Delamarre Saint Etienne Analyse sagittale

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Attention : ce document est fictif et ne constitue qu un exemple de REM possible.

Attention : ce document est fictif et ne constitue qu un exemple de REM possible. Attention : ce document est fictif et ne constitue qu un exemple de REM possible. RAPPORT D ÉVALUATION MÉDICALE A. Renseignements sur le travailleur Nom à la naissance Prénom Adresse N o Rue App. N o de

Plus en détail

Scoliose idiopathique

Scoliose idiopathique Scoliose idiopathique désordre anatomique du rachis dans les 3 plans de l espace non complètement réductible sans cause connue et évoluant durant la croissance Scoliose idiopathique Déformation 3D déviation

Plus en détail

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos KINĒ SITHĒ RAPIE DU SPORT Fiche Pratique publiée le 01.10.08 Quelques exercices pour prévenir le mal de dos Par le Docteur Frédéric Maton, médecin du sport. La première étape d une bonne prévention, passe

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE A. DIMEGLIO, C. SUZZI 1 1277 Avenue de Toulouse 34070 Montpellier Prof. Alain DIMEGLIO Vous pouvez poser des questions au Pr. DIMEGLIO sur son email : alaindimeglio@wanadoo.fr

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

Dossiers Be-pure Savoirs & santé

Dossiers Be-pure Savoirs & santé Exercices de renforcement musculaire Julien Ondedieu Membres inférieurs : I1 Chaise (contre-indication : problèmes de genoux) Appuyez votre dos au mur et faites-le glisser vers le bas jusqu à former un

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE

FEDERATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE FEDERATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE Information médicale Medical Information Pratique de la gymnastique spondylolyse Gymnastic practise and spondylolysis Auteur / Author Dr. Michel LEGLISE PRATIQUE

Plus en détail

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Traumatismes du rachis Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Plan Epidémiologie - physiopathologie Rachis cervical supérieur Rachis cervical inférieur Rachis thoracolombaire

Plus en détail

Gymnastique-Dos Méthode Mézières

Gymnastique-Dos Méthode Mézières Gymnastique-Dos Méthode Mézières Présentation simplifiée Stéphane CARTRON - Professeur de gymnastique - Intervenant à la Faculté des Sciences du Sport et au CREPS de Poitiers - Master en Sciences et Techniques

Plus en détail

CANAL CERVICAL ETROIT

CANAL CERVICAL ETROIT CANAL CERVICAL ETROIT IRM «classique» Clichés de profil : cyphose, lordose Clichés dynamiques : sténose dynamique IRM de diffusion HYPERMOBILITE HYPERSIGNAL VALEUR TOPOGRAPHIQUE SCAN (2D) I.R.M. IRM de

Plus en détail

Scoliose idiopathique enfant et adolescent Pronostic et traitement

Scoliose idiopathique enfant et adolescent Pronostic et traitement DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Réadaptation de l enfant St Maurice : 25-26-27 avril 2007 Coordonnateurs : Pr V. Gautheron Titre : Auteurs : Scolioses

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

Docteur, mon enfant marche mal. Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc

Docteur, mon enfant marche mal. Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc Docteur, mon enfant marche mal Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc Docteur, mon enfant marche mal Motif fréquent de consultation «il a les pieds qui tournent»,

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI Institut Du Rachis Parisien SÉMANTIQUE canal lombaire étroit état / congénital canal rétréci / sténose canalaire évolution acquise / dégénératif NB : rétrécissement peu

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

COLONNE VERTEBRALE (1)

COLONNE VERTEBRALE (1) OLONN VRTBRAL (1) 17 04 2013 Rachis : 3 rôles essentiels 1. Statique 2. Hématopoièse 3. Neuroprotection Plan, objectifs : Rôles Techniques Incidences Structures vertébrales Articulations anal rachidien

Plus en détail

JB Pialat, Pavillon B Radiologie, Hôpital E Herriot Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr

JB Pialat, Pavillon B Radiologie, Hôpital E Herriot Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr JB Pialat, Pavillon B Radiologie, Hôpital E Herriot Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr DIU de pathologie locomotrice liée à la pratique du sport Mars 2013 LES TECHNIQUES Radiographies (conventionnelle, EOS)

Plus en détail

Cadre aérien. Table des matières. Partie 1 Préparation physique pour le cadre aérien 1. Préparation pour le porteur 2. Préparation pour le voltigeur

Cadre aérien. Table des matières. Partie 1 Préparation physique pour le cadre aérien 1. Préparation pour le porteur 2. Préparation pour le voltigeur Partie 1 Préparation physique pour le cadre aérien 1. Préparation pour le porteur 2. Préparation pour le voltigeur Partie 2 Techniques de bases au cadre aérien 1/ Position des artistes 1 Porteur 2 Voltigeur

Plus en détail

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique Faculté de Médecine PARIS V- René Descartes Centre Hospitalier SAINTE-ANNE Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique G. Abi Lahoud M.D.,

Plus en détail

LA METHODE MEZIERES ET LE BADMINTON

LA METHODE MEZIERES ET LE BADMINTON MEMOIRE DE FIN DE FORMATION A LA METHODE MEZIERES LA METHODE MEZIERES ET LE BADMINTON AMIK PROMOTION 2009-2011 NITA ADRIAN 2 INTRODUCTION L ouvrage présente les avantages de l utilisation de la méthode

Plus en détail

Imagerie du scoliotique

Imagerie du scoliotique DiXième Congrès SIRER/ACRAMSR - Lyon 2005 I - vendredi 25 novembre - 9h20 1671 Imagerie du scoliotique Bernard JC *, Schneider M *, Biot B *, Jemni S * Introduction L examen clinique codifié du rachis

Plus en détail

MAL DE DOS COMMENT LE TRAITER EN MODIFIANT SON COMPORTEMENT

MAL DE DOS COMMENT LE TRAITER EN MODIFIANT SON COMPORTEMENT MAL DE DOS COMMENT LE TRAITER EN MODIFIANT SON COMPORTEMENT PÔLE NEUROSCIENCES SERVICE DE MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES INTRODUCTION Dans le traitement

Plus en détail

Anatomie fonctionnelle Le tronc

Anatomie fonctionnelle Le tronc Anatomie fonctionnelle Le tronc Les principaux mouvements du tronc Face antérieure : les abdominaux Rôles Grand droit Petit oblique Grand oblique Transverse Précautions à prendre Face postérieure : la

Plus en détail

L ERGONOMIE APPLIQUÉE Á LA COIFFURE

L ERGONOMIE APPLIQUÉE Á LA COIFFURE L ERGONOMIE APPLIQUÉE Á LA COIFFURE Page 1 sur 11 SOMMAIRE Page I) L ergonomie 3 Définition Domaines de spécialisation Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Conclusion : 4 II) La profession de coiffeur

Plus en détail

IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC.

IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC. IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC. SUPPORT DE CE TRAVAIL. ETUDE PROSPECTIVE PROTOCOLÉE: RX, US, TDM, IRM. 2IEME SEMESTRE 2011 : 48 PATIENTS. ETUDE PROSPECTIVE NON

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Session 7 Neuro Rachis Hernies discales K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Cours étudiants session 7 Exploration d une lombosciatique résistante au traitement médical + repos Radio: rachis

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir.

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir. Le gainage doit se pratiquer de manière régulière dans un premier temps il aura pour vertu principale d équilibrer les forces musculaires, par la suite et selon le niveau, on verra dans cette pratique

Plus en détail

LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE. Etirer les bras vers le bas tout en rapprochant légèrement le menton vers la poitrine pour étirer le cou.

LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE. Etirer les bras vers le bas tout en rapprochant légèrement le menton vers la poitrine pour étirer le cou. LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE LES OBJECTIFS - Soulager les zones sollicitées par le stress. Le plexus et l abdomen. Les vertèbres dorsales et la zone entre les omoplates. - Assouplir et étirer le

Plus en détail

Mots clés : méthode Ehrenfried, douleur aigue, hernie discale

Mots clés : méthode Ehrenfried, douleur aigue, hernie discale La méthode Ehrenfried et un traitement aigu Sandra Regina de Farias Résumé Ce travail a comme but discuter le rôle de la méthode Ehrenfried Gymnastique Holistique dans la diminution de la sensibilité douloureuse

Plus en détail

Les rachialgies de l enfant. Joël LECHEVALLIER

Les rachialgies de l enfant. Joël LECHEVALLIER Les rachialgies de l enfant Joël LECHEVALLIER Plan Épidémiologie Anamnèse Examen Clinique Examens complémentaires Epidémiologie Anamnèse Prévalence des rachialgies chez les enfants et les adolescents (n=1171)

Plus en détail

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Pierre Mary Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau Plan Définition Torticolis aigus Torticolis

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

L élastique de renforcement Thera-Band

L élastique de renforcement Thera-Band Attention Dänk a Glänk les Die articulations richtige Prävention. L élastique de renforcement Thera-Band Vos loisirs en sécurité Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Sécurité durant

Plus en détail

1) A l'âge adulte les problèmes posés par la scoliose idiopathique sont essentiellement lombaires et lombo-sacrés

1) A l'âge adulte les problèmes posés par la scoliose idiopathique sont essentiellement lombaires et lombo-sacrés 1) A l'âge adulte les problèmes posés par la scoliose idiopathique sont essentiellement lombaires et lombo-sacrés quels que soient le type et le siège de la courbure initiale ils sont liés à l'arthrose

Plus en détail

Inégalité de longueur des membres inférieurs Alain FAUGOUIN Congrès FNP 2003 ILMI ou ANISOMELIE Anatomique Fonctionnelle géométrique : -inégalité par asymétrie géométrique des membres inférieurs Fonctionnelle

Plus en détail

4.5. Radiologie ostéoarticulaire

4.5. Radiologie ostéoarticulaire 4.5. Radiologie ostéoarticulaire télécharger ces fiches au format.pdf - rachis cervical (Os1) - rachis thoracique (Os2) - rachis lombo-sacré (Os3) - bassin standard (Os4) - hanche standard face et profil

Plus en détail

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d une irritation au niveau de la racine

Plus en détail

Dr Sébastien Nado. Médecin Equipe de France Endurance Equestre. Clinique du Tondu Bordeaux

Dr Sébastien Nado. Médecin Equipe de France Endurance Equestre. Clinique du Tondu Bordeaux Préparation physique du cavalier d endurance Dr Sébastien Nado Médecin Equipe de France Endurance Equestre Clinique du Tondu Bordeaux Qu est-ce que l Endurance Equestre : Une discipline qui existe depuis

Plus en détail

COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale :

COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale : COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale : A ; D A- la colonne vertébrale mobile est constituée par la superposition de 24 vertèbres ; B- la colonne vertébrale

Plus en détail

Inégalité de longueur des membres inférieurs

Inégalité de longueur des membres inférieurs Inégalité de longueur des membres inférieurs Introduction Mr M est un patient âgé de 31ans, 1m74 pour 60 kg, pas de sport, vie sédentaire de bureau. Il est venu me consulter à la demande de son médecin

Plus en détail

VOTRE SÉANCE D ÉTIREMENTS:

VOTRE SÉANCE D ÉTIREMENTS: VOTRE SÉANCE D ÉTIREMENTS: Les étirements: une étape dans votre entraînement. Ils s intègreront au retour de toutes vos sorties et pourront même être pratiqués lors de vos journées de repos sans échauffement

Plus en détail

dans son fauteuil roulant

dans son fauteuil roulant ASSIS dans son mai 2013 il roulant savoir & comprendre repères AFM-Téléthon / C. Hargoues BIEN ASSIS dans son fauteuil roulant Rester toute une journée assis dans son fauteuil roulant exerce certaines

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Tableaux Mensurations «Prêt à porter Femme» Campagne Nationale de Mensuration

Tableaux Mensurations «Prêt à porter Femme» Campagne Nationale de Mensuration Tableaux Mensurations «Prêt à porter Femme» Campagne Nationale de Mensuration IFTH - EDITION 2009 SOMMAIRE PRÉFACE INTRODUCTION... Page 1 RAPPELS... Page 1 CHOIX DE LA SILHOUETTE... Page 2 PRÉSENTATION

Plus en détail

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen statique : repérage de la position des EIPS Les notions de distance EIPS / ligne des épineuses et distance peau / face postérieure sacrum, semblent être

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

Atteintes vertébrales : troubles statiques

Atteintes vertébrales : troubles statiques Le 9/12/2013 LAVIER Clémence D1 Appareil locomoteur Professeur P. Tropiano Relecteur 7 14 pages Atteintes vertébrales : troubles statiques Plan A. Généralités B. Troubles statiques dans le plan sagittal

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 08 Mars 2011

COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 08 Mars 2011 COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 08 Mars 2011 Dispositifs : o Coussins de série de positionnement des hanches et des genoux

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

Cas clinique N 2 M Laroche

Cas clinique N 2 M Laroche Cas clinique N 2 M Laroche Mme R., 66 ans, 1,58 m, 46 kg, consulte pour des lombalgies apparues brutalement, il y a 8 jours, alors qu elle soulevait son chat. Elle souffre de façon importante, assise,

Plus en détail

La colonne, c'est 33 vertèbres, 1000 ligaments Et 140 muscles

La colonne, c'est 33 vertèbres, 1000 ligaments Et 140 muscles Dossier Le mal de dos, La colonne, c'est 33 vertèbres, 1000 ligaments Et 140 muscles Toujours un problème physique... Le mal de dos est un problème physique et non psychologique, même lorsqu'on n'observe

Plus en détail

Anatomie descriptive du rachis

Anatomie descriptive du rachis Anatomie descriptive du rachis La colonne vertébrale comprend 26 os formant une structure souple et ondulée. La colonne vertébrale du fœtus et du bébé comprend 33 vertèbres. 9 d entre elles vont fusionner

Plus en détail

PROBLEME DE DOS. I- Pourquoi souffre-t-on?

PROBLEME DE DOS. I- Pourquoi souffre-t-on? PROBLEME DE DOS I- Pourquoi souffre-t-on? Le rachis ou colonne vertébrale se compose de 24 vertèbres (7 cervicales, 12 dorsales et 5 lombaires) séparées entre elles par des joints articulés, les disques

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

Cas Cliniques en Podologie

Cas Cliniques en Podologie Cas Cliniques en Podologie Étude et solutions Nicolas Teboul Pédicure-podologue 12/2009 Les cas concernés Le pied Le genou La hanche Le dos Pathologies du pied Myo-aponévrosite plantaire Syndrôme de Morton

Plus en détail

Etirements du sportif

Etirements du sportif Etirements du sportif Principales chaînes musculaires SP01 Un corps pour comprendre et apprendre Anne Le Rouzic Les exercices qui vont suivre nécessitent un échauffement musculaire préalable. Les étirements

Plus en détail

Corset garchois : quel suivi?

Corset garchois : quel suivi? Corset garchois : quel suivi? Le corset garchois nécessite une surveillance très régulière par une équipe pluridisciplinaire : médecin, orthoprothésiste, kinésithérapeute, psychologue, assistante sociale,

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2 DOSSIER N 6 ENONCE Une femme de 64 ans, 1,62 m, 46 kg, a consulté pour des lombalgies apparues brutalement, il y a six jours, alors qu'elle portait un cageot. Elle avait depuis deux ans, une lombalgie

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE Institut Du Rachis Parisien classification de Thompson spine, 1990 description anatomie macro sur coupes cadavériques I normal nucléus central

Plus en détail

Dorso-lombalgies chroniques chez les adolescents

Dorso-lombalgies chroniques chez les adolescents Dorso-lombalgies chroniques chez les adolescents CEFOP 28/04/2011 Dr BRANDS Geoffrey Médecine de l appareil locomoteur CHC Liège Epidémiologie Surtout pendant l adolescence Prévalence cumulée :30à50% Corrélation

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Identité, statut social et antécédents

Identité, statut social et antécédents Groupe d étude de la scoliose Cahier d observation scoliose adulte Identité, statut social et antécédents observation n date auteur né le Profession : sans au foyer retraité activité libérale activité

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

Déformations congénitales isolées du pied

Déformations congénitales isolées du pied Déformations congénitales isolées du pied J. Lechevallier, S. Abuamara, clinique chirurgicale infantile, CHU, Rouen «Masso-kinésithérapie et traitement orthopédique des déformations congénitales isolées

Plus en détail

Différentes pathologies

Différentes pathologies PRATIQUES SPORTIVES PATHOLOGIES ET TRAUMATOLOGIES CESA Différentes pathologies Pathologies du rachis Lésions osseuses Lésions musculaires Lésions tendineuses Lésions ligamentaires Les lésions des articulations

Plus en détail

Le 11+ Un programme d échauffement complet

Le 11+ Un programme d échauffement complet Le 11+ Un programme d échauffement complet Partie 1 & 3 A A }6m Partie 2 B A: Exercises de course B: Revenir B! mise en place A: Running exercise B: Jog back Six plots sont disposés en deux lignes parallèles

Plus en détail

Mât Chinois. Table des matières. Partie 1 - Informations techniques. Partie 2 - Préparation physique 1. Préparation physique générale

Mât Chinois. Table des matières. Partie 1 - Informations techniques. Partie 2 - Préparation physique 1. Préparation physique générale Partie 1 - Informations techniques Partie 2 - Préparation physique 1. Préparation physique générale 2. Préparation physique spécifique Partie 3 - Techniques de base sur le mât chinois 1/ Montées 1 Montée

Plus en détail

L O.A.A. en pratique courante T.M.A.

L O.A.A. en pratique courante T.M.A. L O.A.A en pratique courante T.M.A. Préambules L occiput est directement concerné par les lésions de type cranio-sacré, comme les lésions shéno-basilaires ou la fermeture de la suture occipitomastoïdienne,

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

La sequence de tir. Les placements

La sequence de tir. Les placements a sequence de tir es placements e tir à l arc, c est avant tout imprimer sa volonté à un objet (la flèche) pour atteindre son objectif (la cible). Nous avons choisi de présenter, dans deux fiches, les

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail