GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ ATTRIBUE 9 BOURSES DE RECHERCHE MÉDICALE À DES INTERNES ET JEUNES CHERCHEURS EN SANTÉ POUR UNE VALEUR GLOBALE DE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ ATTRIBUE 9 BOURSES DE RECHERCHE MÉDICALE À DES INTERNES ET JEUNES CHERCHEURS EN SANTÉ POUR UNE VALEUR GLOBALE DE 90 000"

Transcription

1 Communiqué de presse Paris, le 28 juin 2011 GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ ATTRIBUE 9 BOURSES DE RECHERCHE MÉDICALE À DES INTERNES ET JEUNES CHERCHEURS EN SANTÉ POUR UNE VALEUR GLOBALE DE La Fondation d entreprise Groupe Pasteur Mutualité attribue chaque année des bourses pour soutenir le financement de projets de recherche médicale menés par des chercheurs en santé qu ils soient en formation (internes) ou praticiens en spécialités médicales ou non. La 3 ème cérémonie de remise des bourses de la Fondation s est tenue au Sénat le vendredi 24 juin. Cette manifestation a permis de récompenser 9 lauréats et de leur remettre des bourses de recherche pour une valeur globale de De gauche à droite au premier rang : Emelyne Quibœuf, Dr. Bruno Gaudeau, Marie Barillet, Clovis Foguem, Victoire de Lastours, Thomas Gregory, Pr. Bernard Devulder. Au second rang : Benoît Borel, Alexis Régent, Cédric Lemogne. La qualité et la diversité des projets présentés (médecine générale, biologie médicale, chirurgie, ophtalmologie, pneumologie, gynécologie obstétrique, pharmacie, hématologie, dermatologie, infectiologie, pédiatrie, psychiatrie, radiologie et imagerie médicale, ) soulignent la forte implication de tout spécialistes dans la recherche médicale et l avenir de la santé. A titre d exemple, vingt-huit dossiers de candidature ont ainsi été déposés cette année par des pharmaciens. Lauréats 2011 des bourses de la Fondation d entreprise Groupe Pasteur Mutualité : Marie BARILLET Benoît BOREL Clovis FOGUEM Thomas GREGORY Baptiste HERVIER Victoire de LASTOURS Cédric LEMOGNE Emeline QUIBŒUF Alexis RÉGENT 220 demandeurs de bourse en 2011 (soit 45% de plus qu en 2010) 51% des candidats sont des femmes 29 ans d âge moyen

2 À travers sa Fondation, Groupe Pasteur Mutualité affiche sa volonté d'être au plus près des préoccupations des professionnels de santé dès leurs années d'études. La Fondation a pour mission de soutenir la recherche de haut niveau scientifique et de promouvoir les nouvelles techniques thérapeutiques applicables au bénéfice des patients. Au-delà de la remise des prix, la Fondation d entreprise Groupe Pasteur Mutualité suit l évolution de tous les projets présentés et soutient les chercheurs même après le concours. Composition du jury et mode d attribution des bourses La sélection des dossiers est réalisée par le Conseil d Administration de la Fondation sur avis de son Conseil scientifique. Le Conseil d Administration est composé de représentants de Groupe Pasteur Mutualité et de personnalités qualifiées choisies en raison de leur compétence dans les domaines d intervention de la Fondation d entreprise. Il est présidé par le Docteur Bruno GAUDEAU, Président de Groupe Pasteur Mutualité. Le Conseil Scientifique de la Fondation est présidé par le Professeur Bernard DEVULDER (Doyen honoraire de la faculté de Lille, ancien Chef de service de Médecine Interne au CHU de Lille) et composé d experts du monde de la santé. La procédure d attribution des bourses comporte deux phases : une phase d analyse et d évaluation des dossiers de demande de bourse par le Conseil Scientifique ; une phase d attribution des bourses par le Conseil d Administration. Les lauréats des bourses 2011 Marie BARILLET : Interne en 5 e semestre de pharmacie hospitalière et des collectivités, Centre François Baclesse Caen. Projet de recherche : traitements oraux en oncologie fonctions cognitives et observance (protocole Cog OBS). Ce projet porte sur les thérapies orales du cancer et a pour but de préciser les problèmes majeurs d observance liés directement aux patients (âge, condition socioprofessionnelle, entourage et probablement fonctions cognitives ). Cette étude pilote monocentrique concernera 115 patients sur une période de 8 mois. Les patients bénéficieront d un bilan neuropsychologique et d une évaluation de l observance selon un auto questionnaire standardisé. Approche novatrice dans la prise en charge des patients atteints de cancer, cette étude répond aux objectifs des deux plans cancer nationaux. Les hypothèses de travail concernent la prédiction et donc la prévention des mauvaises observances fondées sur les profils neuropsychologiques, et proposant l éviction de protocoles thérapeutiques peu efficaces ou délétères, dans une démarche d éducation thérapeutique adaptée.

3 Benoît BOREL : Docteur en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), ingénieur de recherche, EA 4488 de l UFR STAPS de l Université de Lille 2 Droit et Santé. Projet de recherche : Individualisation de la prescription de l exercice chez des patientes hypertendues présentant un syndrome métabolique, par l utilisation de la perception de l effort correspondant au point de croisement des débits d oxydation des glucides et des lipides. Menée sur 60 femmes de 40 à 70 ans traitées pour HTA et présentant un syndrome métabolique, cette étude utilisera le PC gl (point de croisement des débits d oxydation des glucides et des lipides), pour gérer l activité physique des patientes. Respectant un protocole organisationnel très précis (visite d inclusions, entretien motivationnel, bilan clinique et biologique, diagnostic éducatif, réponse aux questionnaires d observance thérapeutique et de qualité de vie, test coronaire non invasif et test d effort incrémenté avec de nombreuses mesures anthropométriques, test d effort, test de détermination de PC gl, suivi à 4 et 6 mois, analyse statistique rigoureuse ), ce projet identifiera 2 groupes : l un de «contrôle» et l autre engagé dans un programme de réhabilitation à l effort de 12 semaines (3 séances de 45 mn par semaine) sur bicyclette ergométrique. Ce programme individuel de réhabilitation adapté à chaque personne devrait conduire à la mise en évidence d une meilleure qualité de vie et de condition physique, pour un coût de santé moindre pour la société. Clovis FOGUEM : Ancien CCA de gériatrie à Besançon, PH de médecine interne et gérontologie clinique à Reims, en cours de Master 2 neurosciences et comportement au sein du CSGA (Centre des Sciences du Goût et de l Alimentation) de Dijon (Dr Gérard Brand, MCU et HDR) Projet de recherche : Olfaction et patients âgés : étude des interactions olfactives et trigéminales dans une population gériatrique. Constantes et spécificités pathologiques. Lié à l âge, le déclin de la sensibilité olfactive est fréquemment associé à des pathologies, le plus souvent neurologiques ou psychiatriques, ou à des traitements au long cours. Il entraîne des perturbations de la relation au monde extérieur, de l estime de soi, de l appétence, de l équilibre psychologique et des états dépressifs. La fonction olfactive a deux composantes indépendantes, l une périphérique située au niveau de l épithélium olfactif (sensibilité, acuité) et évaluée par mesure du seuil de détection puis du seuil différentiel des odeurs, l autre centrale (régions cérébrales) faisant intervenir des composantes cognitives plus complexes (discrimination, mémoire, identification). Le déclin olfactif lié à l âge touche les deux niveaux, périphérique et central, mais a été très imparfaitement évalué dans nombre de maladies neurodégénératives liées à l âge. Cette étude a pour ambition de distinguer les altérations olfactives liées au vieillissement de celles consécutives aux pathologies les plus courantes en gériatrie, à partir de tests cliniques de l olfaction, élargis aux tests évaluant les performances amnésiques, l estime de soi, la dépression. Le but étant de construire un outil de diagnostic précoce, différentiel et de suivi thérapeutique des pathologies liées à l âge, notamment neurodégénératives.

4 Thomas GREGORY : PHU (Chirurgie orthopédique et traumatologie, service du Pr B. Augereau, HEGP Paris) et Academic visitor au Department of mechanical ingeneering and of musculoskeletal surgery, Imperial College Londres. Projet de recherche : Etude du positionnement optimal de l implant glénoïdien des prothèses totales anatomiques de l épaule. Près de arthroplasties de l épaule sont réalisées dans le monde chaque année, dont plus de en France. La prothèse totale anatomique est la plus fréquemment utilisée, avec de bons résultats fonctionnels (taux de survie de la prothèse de 70% à 7 ans), mais cependant moins bons que ceux des prothèses de hanche ou de genou (85% à 20 ans). Principale complication : le descellement de l implant glénoïdien. Les équipes d universitaires et de chirurgiens chercheurs de l Université Paris Descartes et de l Imperial College de Londres travaillent en partenariat pour trouver le positionnement spatial optimal de l implant glénoïdien et mettre en place un système permettant d améliorer la fixation de l implant dans ce positionnement. Cette étude concerne une série de 100 malades qui bénéficieront d une évaluation radiologique par CT scans en 3 dimensions avec élimination des artéfacts métalliques et définition graphique de quatre positions paramétriques. Ces évaluations biomécaniques chirurgicales seront complétées par des études mécanistiques en laboratoire avec modélisation musculo-squelettique et procédure d imagerie de reconstruction en 3D par CT scans. Baptiste HERVIER : Ancien CCA de médecine interne (service du Pr Amoura, La Pitié Salpêtrière), chercheur doctorant au Centre National de références Lupus et syndrome des APL et auprès du Laboratoire d immunologie cellulaire (INSERM UMR S 945, Pr Patrice Debré, CHU Pitié Salpêtrière Paris). Projet de recherche : Immunité innée et auto immunité : implication des cellules NK au cours du lupus érythémateux disséminé (LED). Le LED est une maladie autoimmune orpheline aux mécanismes mal connus, évoluant par poussées et pouvant conduire à un handicap fonctionnel important (polyarthrite), à l atteinte de nombreux organes, voire au décès. Ce projet a pour but de confirmer l implication des cellules de l immunité innée, notamment des lymphocytes natural killer (NK) qui semblent liées à la production d interféron alpha, et de décrire les interactions entre ces NK et d autres cellules du système immunitaire. La caractérisation de ces anomalies devrait permettre un diagnostic plus précoce des poussées de LED, la prédiction d une réponse thérapeutique aux biothérapies, et à terme le développement de nouvelles thérapies ciblées immunomodulatrices plutôt qu immunosuppressives (ex : utilisation d anticorps anti NK p30). Cette étude portera sur environ malades, le travail devant d abord comparer les paramètres immunologiques de trois groupes : 20 contrôles sains, 20 LED actifs, 20 LED inactifs.

5 Victoire de LASTOURS : CCA, maladies infectieuses et tropicales, Hôpital Saint Louis Paris et investigateur principal de l étude Emergence de la résistance aux fluoroquinolones dans les flores commensales (PHRC de l APHP) auprès de l équipe d accueil EA 3964 (Pr Bruno Fantin, Faculté Xavier Bichat, Paris 7). Projet de recherche : Impact des fluoroquinolones sur les flores commensales humaines : dynamique de la résistance bactérienne et modifications du microbiote intestinal. Les phénomènes de résistance aux antibiotiques s aggravent depuis 20 ans, au prix de l utilisation d antibiotiques à large spectre, plus coûteux, plus toxiques et parfois moins efficaces. Peu de nouveaux antibiotiques étant en développement, cette résistance devient un enjeu de santé publique planétaire majeur. Les flores commensales sont un réservoir très important de la résistance bactérienne. Les fluoroquinolones constituent la classe d antibiotiques la plus prescrite au monde, aujourd hui victimes de l émergence rapide de résistances majeures. La lauréate étudiera l impact d un traitement par fluoroquinolones sur les flores nasales (Staph epidermidis et aureus) et digestives (E. Coli), avec caractérisation des souches résistantes et étude des modifications de l inventaire métagénomique de la flore intestinale. L étude concernera 48 volontaires sains, des patients de médecine de ville et des patients hospitalisés, donc à risque élevé de colonisation résistante. Cette étude a l ambition de mettre en place des mesures visant à préserver l écologie du microbiot et l activité de ses antibiotiques. Cédric LEMOGNE : PHU de Psychiatrie (service du Pr Silla Consoli, HEGP Paris), Docteur en neurosciences (INSERM U 894, Hôpital Sainte Anne Paris), chercheur au sein de l équipe 11 de l U 1018 INSERM (France Lert, Hôpital Paul Brousse Villejuif). Projet de recherche : Etude épidémiologique de l association de l humeur dépressive avec la mortalité et l incidence des cancers. Le rôle du «moral» dans l apparition d un cancer fait l objet de controverses et l on évoque le rôle des facteurs d exposition professionnelle, le rôle de la personnalité, l impact de la dépression sur les facteurs de risque établis (tabagisme, etc.). D autre part, la dépression est 3 à 5 fois plus fréquente chez les cancéreux que dans la population générale. Le but de ce travail est de préciser ces liaisons éventuelles, en utilisant la cohorte GAZEL qui inclut volontaires ( hommes et femmes) parmi les agents d EDF et GDF âgés de 35 à 50 ans et présentant une large variété de statuts socio-économiques, professionnels et de comportements de santé. À l aide d auto questionnaires annuels sur les risques individuels et professionnels, de données socio-démographiques et d informations sur les incidences pathologiques et les causes de décès, l objet du travail est de préciser la relation entre humeur dépressive/morbidité et mortalité par cancer. Ces analyses statistiques devraient permettre de préciser le rôle des facteurs d exposition professionnelle, de mieux comprendre les mécanismes unissant humeurs dépressives et cancers et d identifier les liens accessibles à une intervention préventive ou thérapeutique.

6 Emelyne QUIBŒUF : DES (7 e semestre de gynécologie obstétrique à Poitiers), en cours de Master 2 Santé publique (Université de Bordeaux 2), chercheur au sein du CIC du CHU de Poitiers (Pr Xavier Fritel, investigateur principal). Projet de recherche : Evaluer l impact du positionnement lors de l accouchement sur les troubles pelvipérinéaux du post partum. Avec des conséquences psychologiques et fonctionnelles multiples et souvent graves, les troubles urinaires et anorectaux liés à l accouchement peuvent être soit non modifiables (poids du bébé, durée du travail ), soit modifiables (épisiotomie, positions d accouchement). De tels troubles liés aux positions d accouchement n ont jamais fait l objet d une étude scientifique rigoureuse. L impact pourrait cependant être considérable en termes de confort obstétrical et de qualité de vie en post-partum. La candidate procédera à une étude de cohorte définie par des critères d inclusion et d exclusion précis et rigoureux, une évaluation des troubles de la statique pelvipérinéale au temps 0 (en salle d accouchement), puis à trois mois (à l aide de questionnaires exhaustifs visant notamment à préciser l incontinence urinaire, l incontinence anale, les douleurs périnéales, les dyspareunies, le prolapsus). La population étudiée pourrait concerner personnes. Alexis RÉGENT : DES de médecine interne, Master 2 (Immunologie), doctorant (Université Paris Diderot Paris Descartes) au sein du Laboratoire du Dr Witko Sarsat et du Pr Mouthon, INSERM U 1016, Institut Cochin, UMR Projet de recherche : Etude des cellules musculaires lisses vasculaires et identification de marqueurs pronostiques et/ou diagnostiques au cours de la maladie de Horton. La maladie de Horton (MH) concerne personnes en France, l incidence augmentant avec l âge. Le rôle des CMLV (cellules musculaires lisses vasculaires) et des Ac-anti CMLV dans le remodelage vasculaire de la MH n a pas encore été démontré. L objectif de ce travail est d étudier et d identifier des biomarqueurs de diagnostic précoce de la maladie, en utilisant 3 groupes de patients : l un à diagnostic histologiquement prouvé, l autre à diagnostic clinique affirmé sans preuve histologique, le dernier à diagnostic autre que la MH. L étude se déroulera en deux phases de six mois, la première consacrée aux cultures cellulaires en vue de l extraction du matériel protéique, la seconde consacrée à l analyse des résultats de protéomique (spectrométrie de masse et analyse informatique).

7 Groupe Pasteur Mutualité en quelques mots. Premier acteur mutualiste des professionnels de santé, Groupe Pasteur Mutualité propose une gamme de couvertures complètes et performantes en santé, prévoyance, responsabilité civile professionnelle, multirisque du cabinet, assurance vie, garantie autonomie, assurance de prêt, habitation et automobile. Administré depuis plus de 150 ans par des professionnels de santé, Groupe Pasteur Mutualité s engage aux côtés de ses adhérents, dès le début de leurs études, pour leur apporter des solutions en parfaite adéquation avec leurs vies professionnelle et privée. Le Groupe inscrit la solidarité et l entraide au cœur de son projet de développement. Avec plus de adhérents, Groupe Pasteur Mutualité est l interlocuteur privilégié des professionnels de santé. Pour en savoir plus sur Groupe Pasteur Mutualité : Contact presse - Profile PR Fanny Dautzenberg Daiana Hirte

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement :

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement : DIU de rééducation pelvi-périnéale DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE Responsables de l enseignement : Pr. Gérard AMARENCO (UPMC), Pr. Michel COSSON (CHU Lille), Pr. Gilberte ROBAIN (UPMC) 1. Cible La

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Contexte d ouverture En 2010 FMPOS de l UCAD : 53 ans UFR Médecine de l Université de Thiès : 2 ans UFR santé

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Pourquoi faire de la recherche?

Pourquoi faire de la recherche? Pourquoi faire de la recherche? Accès à l enseignement universitaire (MCU, PU) et Hospitalo- Universitaire (AHU, MCU- PH, PU- PH) Carrières industrielles Travail en équipe dans un laboratoire de recherche

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE ORGANIGRAMME DES SEMINAIRES Promotion 2013 FORMATION COMPLEMENTAIRE EN MEDECINE POUR LES MEDECINS Pour les enseignants, ces enseignements seront à faire tous les 2 ans 1 - Module

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat Annonce La Doyenne de la Faculté de Santé Publique annonce le début du dépôt des dossiers de candidature pour les différents Masters Professionnels

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers

Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers Fidèle à sa tradition humaniste de partage et d ouverture, la faculté de médecine Paris Diderot propose des programmes d accueil aux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ JEUNES PROFESSIONNELS Pour étudier en toute sérénité, j ai choisi GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ PACK SENOÏS* Et aussi des... GARANTIES À LA CARTE Responsabilité Civile et Protection Juridique Professionnelles

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation

Plus en détail

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES?

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? I-SHARE SUIVRA L ÉTAT DE SANTÉ DE 30 000 JEUNES PENDANT 10 ANS «Les grandes cohortes doivent contribuer à éclairer les

Plus en détail

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention).

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention). Instructions pour les organisateurs de sessions de formation continue essentielle spécifique crédits de formation continue SSMI/SSMG pour les manifestations 1. Base légale A compter du 1er janvier 2014

Plus en détail

Physiopathologie : de la Molécule à l'homme

Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Mention Sciences du Vivant Spécialité de Master : Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Pourquoi, comment, combien, contourner, greffer, restaurer, inhiber, suppléer Responsables : Dr Gilles Prévost

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

MERCREDI 4 JUIN 2014 PRIX DU CONSEIL GÉNÉRAL 2014 ET PRIX YVELINES 2014

MERCREDI 4 JUIN 2014 PRIX DU CONSEIL GÉNÉRAL 2014 ET PRIX YVELINES 2014 MERCREDI 4 JUIN 2014 PRIX DU CONSEIL GÉNÉRAL 2014 ET PRIX YVELINES 2014 I CÉRÉMONIE DE REMISE DE PRIX II PRIX DU CONSEIL GÉNÉRAL 2014 (Curriculum Vitae de Monsieur Alex DUVAL) III PRIX YVELINES 2014 (Curriculum

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE 1 GAMME INDIVIDUELLE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

- Médecine de Santé - Application Clinique de la Médecine Fonctionnelle ACMF. Séminaire - 2015 7-12 Septembre 22, rue le Jolivet DIJON

- Médecine de Santé - Application Clinique de la Médecine Fonctionnelle ACMF. Séminaire - 2015 7-12 Septembre 22, rue le Jolivet DIJON Application Clinique de la Médecine Fonctionnelle ACMF Séminaire - 2015 7-12 Septembre 22, rue le Jolivet DIJON - Médecine de Santé - Intégrer science, preuves et pratiques cliniques Séminaire 2015 Application

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES IED PARIS 8 A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES La procédure d équivalence permet de dispenser les étudiants de certains enseignements dans la mesure où ils peuvent justifier de l acquisition

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES Section 42 Sous-section 01 Morphologie et morphogenèse Anatomie bre de siège à pourvoir : 1 GRIGNON BRUNO LORRAINE HITIER MARTIN CAEN PRADAL d'usage : PRAT DOMINIQUE MONTPELLIER VOIGLIO ERIC LYON 1 Section

Plus en détail

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE Depuis plus de 10 ans, l association Actis dentaire formation a pour objectif de former des praticiens à la chirurgie orale, parodontale et implantaire. L expérience pour

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Prix de Recherche en Pédiatrie 2015. Appel d offres Pour le soutien de la recherche dans le domaine de la santé de l enfant

Prix de Recherche en Pédiatrie 2015. Appel d offres Pour le soutien de la recherche dans le domaine de la santé de l enfant Prix de Recherche en Pédiatrie 2015 Appel d offres Pour le soutien de la recherche dans le domaine de la santé de l enfant Les conditions de candidature aux prix de recherche en pédiatrie sont : être médecin

Plus en détail

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Guide Reconnaissance par la SSO du statut de praticien généraliste Le certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie Accompagnement des Personnes Atteintes de Maladies Génétiques et de leur Famille D.U. - 1

Plus en détail

Marseille 21 > 23. Novembre

Marseille 21 > 23. Novembre Marseille P a R C C H A N O T 21 > 23 Novembre 2013 PROGRAMME PROVISOIRE APPEL À COMMUNICATION INSCRIPTION Conférences plénières Le sommeil des animaux I. Tobler Syndrome d apnée : potentiel des biomarqueurs

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DU NORD Organigramme à partir du 01.10.2015

CENTRE HOSPITALIER DU NORD Organigramme à partir du 01.10.2015 Organigramme à partir du 01.10.2015 Comité d évaluation et d assurance qualité Organigramme de la Direction Générale à partir du 01.10.2015 Comité d évaluation et d assurance qualité - Gestion des risques

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs «NOSOPICARD 2015», 20 ème Rencontre d Hygiène Hospitalière, de Prévention et de Lutte contre les Infections Associées aux Soins Présentation des intervenants et modérateurs Roland GORI est : Professeur

Plus en détail

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie GUIDE MASTER 2 Radiothérapie-Oncologie Master 2 (M2) : carte d identité -Niveau requis : Bac + 5 -Durée : Un an -S inscrit dans le cadre de la réforme dite LMD (Licence Master Doctorat) Remplace le DEA

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de

Plus en détail

Règlement. Bourses de recherche 2014 Le mélanome et autres tumeurs cutanées (hors lymphomes)

Règlement. Bourses de recherche 2014 Le mélanome et autres tumeurs cutanées (hors lymphomes) Bourses de recherche 2014 Le mélanome et autres tumeurs cutanées (hors lymphomes) Recherche FONDAMENTALE Recherche TRANSLATIONNELLE Recherche CLINIQUE H.RibonCom Règlement 14455_Bourse_dermato_2014_reglement.indd

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF (Mise à jour au 4 juin 2013) Attention : Conformément aux articles R.4127-339 et R.4127-340 du code de la santé publique, seuls les titres, diplômes

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Planning des D.U. et D.I.U. MEDECINE 2015 / 2016

Planning des D.U. et D.I.U. MEDECINE 2015 / 2016 DIPLOMES UNIVERSITAIRES Agès : Psychologie médicale et Psychiatrie 1000 Jalenques 1000 47h30 mémoire 4 15 et 29 12 11 et 25 8 13 1900 20 Bases en Soins Palliatifs Guastella 700 700 1400 125 h + 3 h eam

Plus en détail

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie Passer à l acte en implantologie Modules optionnels est un cycle de formation basé sur des travaux pratiques de chirurgie implantaire, permettant de confirmer les acquis théoriques. À l issue du cursus,

Plus en détail

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent Accès aux soins avec couverture maladie Les centres d examens de santé Ce sont des structures qui proposent un «examen périodique de santé» qui représente un droit pour tout assuré social. L examen périodique

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Les Parcours Scientifiques et les Ecoles Doctorales

Les Parcours Scientifiques et les Ecoles Doctorales Aix 11 Septembre 2006 Les Parcours Scientifiques et les Ecoles Doctorales «Sciences de la Vie» Jean-François DHAINAUT Président du Pôle de Recherche et Enseignement Supérieur «Université Paris-Centre»

Plus en détail

DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS

DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS INSTITUT DE FORMATION EN MASSO-KINESITHERAPIE DE POITIERS DOSSIER DE RENSEIGNEMENTS 2012-2013 1 PRESENTATION de L IFMK 2 L institut de Formation en Masso-Kinésithérapie (IFMK) du Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

DIPLÔME UNIVERSITAIRE

DIPLÔME UNIVERSITAIRE CANCER QUALITE DE VIE Université Montpellier 1 UFR STAPS Montpellier Centre d accueil et de bien-être pour les femmes atteintes de cancer ET DIPLÔME UNIVERSITAIRE Activité physique et nutrition Etincelle

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

MASTER. Education thérapeutique du patient. Domaine : Sciences, Technologies, Santé. Mention : Education et santé publique

MASTER. Education thérapeutique du patient. Domaine : Sciences, Technologies, Santé. Mention : Education et santé publique MASTER Education thérapeutique du patient Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Education et santé publique Organisation : Faculté de Médecine Cohabilitation : EHESP de Rennes, Université Blaise

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Université Saint-Joseph

Université Saint-Joseph Université Saint-Joseph Faculté de pharmacie Actuellement, le métier de pharmacien est un métier polyvalent, ouvert à plusieurs activités dans le domaine de la santé individuelle et publique. Mis à part

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

Catalogue des formations

Catalogue des formations Catalogue des formations FORMATION INTER Mise à disposition de l apprentissage par l exemple Mesure de l évolution et de la performance du groupe des participants Travail en atelier par petits groupes.

Plus en détail