Tables ronde : Les thérapies à médiation animale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tables ronde : Les thérapies à médiation animale"

Transcription

1 Tables ronde : Les thérapies à médiation animale - Catherine ROBLIN : Association AFIRAC ( association Française d information et de recherche sur l animal de compagnie ) La présence du chien induit selon Catherine Roblin un «mieux-être». - Sabine ROUBIRE Association Lianes. L association «Lianes», créée en novembre 2003, a pour objectif de maintenir les liens entre un maître et son animal familier,( lorsque cela ne nuit pas au bien-être de l animal). Son action prend la forme de services à domicile, pour les personnes en situation d handicap provisoire ou permanent, de pensions pour les animaux de personnes hospitalisées ou Sans Domicile. Sa pratique et son but : Sabine Roubire effectue deux types de pratiques. Soit Sabine Roubire organise des visites et animations avec des chiens en maisons de retraite, soit Sabine Roubire travaille sur le maintien du lien Homme animal avec des Sans Domiciles Fixe ou des personnes isolées. L objectif est de maintenir la relation, les liens entre l animal et son maître, lorsque ce dernier rencontre des difficultés (problèmes sociaux ou de santé) L animal permet, selon Sabine Roubire, de recréer ou de maintenir le contact avec le patient. Il facilite la communication. On va parler de soi à travers son chien et accepter parfois plus facilement une aide pour soi si cette aide commence par viser son animal. Les limites : Cette pratique demande beaucoup de temps et n a d effets que sur du long terme. Sabine Roubire met en avant le manque d accès à des structures pour des prétextes d hygiène liés à l animal. Lorsque Sabine Roubire travaille avec des Sans Domicile, elle explique que le contact est difficile car le cadre n est pas fixe. Sabine Roubire souhaite sensibiliser les structures à accueillir des animaux. Sabine Roubire explique que la personne et son animal forment un groupe indissociable, dans lequel le soutien est réciproque et les passés et avenirs sont étroitement liés. Les conditions : Cette pratique une formation minimum en éthologie et en psychologie en particulier pour le type de public, avec qui Sabine Roubire travaille : Sabine Roubire intervient dans une relation homme/animal qui existe déjà et elle doit essayer de la comprendre. 1

2 - Isabelle DE TOURNEMIRE Association «Parole de chien» Isabelle De Tournemire travaille avec les maîtres et leurs chiens, lors d interventions dans des hôpitaux, des maisons de retraites. Pratique et objectif : Isabelle De Tournemire propose des animations collectives sans thérapeute. Seul des animateurs encadrent les séances. Le but est de responsabiliser le patient. Isabelle De Tournemire dira : «Faire faire avec le chien» Avantages : Tout comme Catherine Roblin, elle parle de «mieux-être». Il n y a pas de jugement d humain, ni de psychologues : il y a seulement le maître, son chien et un animateur. Ceci instaure un climat affectif et de confiance, qui permettra au patient de recommencer à croire en lui. Limites : Même si les apports sont nombreux, Isabelle De Tournemire insiste sur le fait qu il existe peu de retour et un manque d évaluation possible dans cette pratique. Cas particuliers : Isabelle De Tournemire travaille également avec des autistes. L objectif est alors de revaloriser le patient en le mettant en situation de responsabilité. Les ateliers se déroulent seul, et non en groupe. En effet un autiste sollicite beaucoup d attention, et ne peut s occuper d un chien. Ce dernier peut montrer une résistance et est souvent fatigué au bout d une heure. - François BEIGER Zoo thérapeute / éthologue canin Président Fondation pour la trisomie au Canada Président et fondateur de l institut Français de zoothérapie Président association «Handicap, rêves, défis, jeunesse». Son histoire, une pratique : Père d un trisomique, François Beiger est éthologue canin et tient un élevage de chiens depuis 32ans. Après la naissance de son fils, il s est penché sur la thérapie à médiation animale. François Beiger pratique la zoothérapie avec des chiens polaires dans un hôpital au Québéc. François Beiger insiste sur la particularité du monde «autiste», et l importance de l animal dans ce genre de thérapie. 2

3 François Beiger ne prétend pas guérir : la zoothérapie n est pas une médecine selon lui. L animal est un participant à part entière et François Beiger insiste sur le fait que cette thérapie nécessite une formation sociale, sanitaire des personnes. - Laurence FONTANA-MULLER: Educatrice spécialisée en Suisse / Praticienne en thérapie avec le chien Association «Fondation Per Canem». L association «Per canem» a pour mission, de travailler avec toutes personnes, qui désirent d entreprendre avec son chien, ou un chien, une action a effet thérapeutique. Laurence Fontana-Muller explique que ce genre de thérapie peut aider des personnes, rencontrant des difficultés, ayant un manque de confiance en soi, démontrant une agressivité, ou encor des troubles de l attention. Pourquoi le chien : Laurence Fontana-Muller explique avoir été témoin d un sauvetage de personnes par des chiens. Laurence Fontana-Muller a été émue de voir ce que pouvait engendrer la présence d animaux : les personnes ne venaient vers les sauveteurs que parce qu il y avait les chiens. Laurence Fontana-Muller souligne également «l effet miroir» du chien : si la personne est triste, l animal le sera aussi. Dans ces thérapies, le chien a le rôle de récepteur des réflexions internes du patients. Pour faire prendre conscience au patient des relations, qu il a avec l animal et ce qu elles révèlent, elle utilise ainsi la vidéo dans ses séances. L Homme et le chien entretiennent des relations, qui reflètent souvent de nombreux aspects de la vie quotidienne, et le travaille de l association «Lianes» consiste à développer ces relations. Après avoir établi un bilan initial, l association «Lianes» construit un projet individuel ou de groupe avec chaque personne. Formation proposée avec le chien : Dans le cadre d une mesure d insertion social, le Département de Santé public de Fribourg a lancé une formation avec le chien d une durée de 1 an. La seule condition est de venir avec son animal. Une histoire : Laurence Fontana-Muller raconte l histoire d une jeune fille de douze ayant eu recours à une thérapie avec le chien. Suite à un grave accident de la route, Jeanne, jeune fille de 12ans, était en difficulté pour s exprimer, extérioriser ses émotions, maintenir ses capacités, de mémoires, d attention et gérer les situations d échecs. Au début de la thérapie, Jeanne montrait une attention peu soutenue et était renfermait, donnant l impression de ne pas exister, d être vide.. Actuellement, Jeanne est capable réagir, seule avec assurance face à une situation d échec. 3

4 Grâce au chien, elle a appris à parler en son nom, mais aussi à aborder les thèmes, les plus secrets, qui la touchaient émotionnellement. Laurence Fontana-Muller a pu constaté, que le chien dans son environnement représente un ensemble de données visuelles et attire le reagard de manière spontané et naturelle. Dans ce cas précis, Jeanne s est montré capable d observer de façon durable et de relater ce qu elle voyait. Son évolution est constante et montre qu elle peut évoluer encore. - Pierre RYBARCZYK Docteur en science animal / Ethologue Association «Chien et compagnie» Sa démarche : Tout d abord, Pierre Rybarczyk va essayer de rechercher les bénéfices que l animal peut générer dans la thérapie. Autre point important, la connaissance de l animal : il faut comprendre l animal pour améliorer la pratique et savoir dans quelle mesure le chien est un élément stimulant. Il faut évaluer la situation selon la relation entre le patient et l animal pour ensuite mesurer la pratique à adopter. Cas particulier : Pierre Rybarczyk souligne également l aspect stimulant du chien pour des personnes à réactions non verbales. Mais Pierre Rybarczyk ne démentit pas les problèmes de communications dans les thérapies à médiation animal avec des enfants autistes par exemple. Pierre Rybarczyk insiste donc sur la difficulté et l attention que ce genre de pratique demande de la part du thérapeute. Selon Pierre Rybarczyk, il n y a pas de théorie miracle, il faut se focaliser sur ce qui fonctionne et non sur les déficiences du patient. Le chien ne doit pas être un élément frustrant mais stimulant. Limites : Pour que ce genre de thérapie réussisse, il faut un cadre précis, avec une participation du chien soumise à notre volonté. Un problème d éthique évident se pose selon Le docteur Pierre Rybarczyk: l animal n est pas un jouet. Problème d évaluation : Pierre Rybarczyk explique que plusieurs auteurs, dont Vernay, constatent que les activités associant l animal souffrent d un manque flagrant de rigueur méthodologique, générant peu de données fiables et par de voie de conséquence, peinant à élaborer un cadre théorique cohérent. Pierre Rybarczyk pense qu il est nécessaire d élaborer un protocole de recherche. Ceci permettrait d atteindre une bonne lisibilité d axes de travail et de se positionner par 4

5 rapports aux contraintes médicales, hygiéniques, réglementaires, voire idéologiques, quant à l introduction de l animal en institution. - Vanessa KOCHER Psychologie clinique Son expérience et son constat : Vanessa Kocher a effectué deux stages où l animal a été un médiateur dans la relation thérapeutique ; l un dans une Maison d Enfants à Caractère Social, l autre à l association de thérapie avec le cheval «HOPLA». Vanessa Kocher retient de ses expérience un constat évident : l animal facilite la rencontre, notamment en ce qui concerne les enfant ayant des difficultés relationnelles. La rencontre étant, selon Vanessa Kocher, l élément clés de la mise en place d un travail thérapeutique. En se basant sur l élan affectif que l enfant peut avoir pour l animal, Vanessa Kocher pense que la présence de l animal pourrait faciliter les premiers contacts et permettrait de diminuer l appréhension que les enfants peuvent ressentir face à un psychologue. Selon Vanessa Kocher, l animal permettrait donc de rentrer plus facilement en contact avec certains enfants, de les rencontrer, et donc de mettre en place un travail thérapeutique. Question : Comment introduire des animaux dans une structure institutionnelle, où il y a autant de conditions d hygiènes? Réponse de François BEIGER Aucune loi en France n interdit la présence d animaux dans les hôpitaux. Par contre, il faut pour cela présenter un projet écrit avec une implication d une équipe de professionnels et d un vétérinaire. Question : D où vient cette fascination pour l animal? Réponse de l association «Parole de chien» : L animal ne juge pas. Il existe une relation d éveil entre l enfant et l animal. Réponse de Pierre RYBARCYK : Tout d abord il y a une relation d archaïsme entre l humain et le chien : ce dernier nous renvoie à l animalité en nous. Il est un élément intéressant, dans le sens où le patient devra, pour apprendre quelque chose à l animal, puiser dans ses propres ressources afin de trouver une alternative à la violence. 5

6 Réponse de Marguerite WEITH Marguerite WEITH complète cette réponse en confirmant que l animal nous renvoie bien à notre archaïsme. Mais elle précise que l animal n est pas guérisseur, et que l on ne domine jamais entièrement son archaïsme. Elle pense qu on le travaille tout au plus. 6

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre des priorités

mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre des priorités Le numérique, permet de mettre en phase l École avec un monde en perpétuel mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

D EDUCATION. Institut de la Providence - Humanités (GPH) Faubourg de Bruxelles, 105 6041 Gosselies. 071.34.93.10 - http://www.gph.

D EDUCATION. Institut de la Providence - Humanités (GPH) Faubourg de Bruxelles, 105 6041 Gosselies. 071.34.93.10 - http://www.gph. AGENT(E) D EDUCATION Institut de la Providence - Humanités (GPH) Faubourg de Bruxelles, 105 6041 Gosselies 071.34.93.10 - http://www.gph.be 3 ème Degré Technique de Qualification Agent/Agente d Education

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

FICHE DE POSTE AIDE SOIGNANT(E) SOINS A DOMICILE. Aide soignant(e) en soins à domicile

FICHE DE POSTE AIDE SOIGNANT(E) SOINS A DOMICILE. Aide soignant(e) en soins à domicile \\Acceuil\c\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste AIDE SOIGNANTEV5.doc ASSOCIATION DIACONALE NORD ALSACE 10, rue de l église

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Qu est-ce que la Médiation Animale ou Zoothérapie?

Qu est-ce que la Médiation Animale ou Zoothérapie? Je suis Valérie SERRETTE. Mon expérience d éducatrice spécialisée m a amenée à côtoyer différents publics, et à mettre en place de nombreuses activités avec l aide d animaux. J ai pu, ainsi, observer les

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

15 ans d accompagnement en apprentissage. Compte-rendu de la Réunion de Réflexion du 25 Mai 2011

15 ans d accompagnement en apprentissage. Compte-rendu de la Réunion de Réflexion du 25 Mai 2011 15 ans d accompagnement en apprentissage Compte-rendu de la Réunion de Réflexion du 25 Mai 2011 I. Intervention introductive de M. MAZEREEL Jean-Pierre (éducateur de service de suite de l IME) Pourquoi

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

aux troubles alimentaires!

aux troubles alimentaires! Il faut être au courant des mythes et réalités reliés aux troubles alimentaires! Cette activité s inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires de 2015. L activité

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

Catalogue 2015-2016. Formation continue. 8 cours pour renforcer les compétences des assistantes parentales et des gardes d enfant à domicile

Catalogue 2015-2016. Formation continue. 8 cours pour renforcer les compétences des assistantes parentales et des gardes d enfant à domicile Catalogue 2015-2016 Formation continue 8 cours pour renforcer les compétences des assistantes parentales et des gardes d enfant à domicile Comme chaque année maintenant, le Centre de formation Pro Juventute

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire La question des équipes médecins et infirmières émerge par défaut dans un contexte de pénurie de médecins qui ne touche pas seulement

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 l AREF Fès-Boulmane et le CRMEF de Missour en partenariat avec l Institut Français du Maroc - site de Fès ORGANISENT L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 PRIMAIRE COLLÈGE LYCÉE Du 14 au 16 avril 2014 CRMEF de

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA GESTION D EVENEMENTS TRAUMATIQUES. Dossier de presse SOMMAIRE. 6. Conférence sur les Troubles post-traumatiques.

SEMINAIRE SUR LA GESTION D EVENEMENTS TRAUMATIQUES. Dossier de presse SOMMAIRE. 6. Conférence sur les Troubles post-traumatiques. SOMMAIRE 1. Avant Propos.. Page 3 2. Stress et Deuil Post-traumatiques.Page 4 3. Présentation de l Intervenante. Page 5 4. Organisation de la semaine.page 6 5. Sensibilisation à la Gestion de crises..

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg)

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) «J étais vraiment surpris de gagner le Prix de la réadaptation professionnelle! Ce prix est une bonne chose, il peut

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée.

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée. Fiche pratique N 3 «Analyse des activités d un poste de travail et référentiel d activités» De quoi s agit-il? 1 Il s agit de recueillir des données relatives au poste de travail qui devront être fidèles

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

et maladies apparentées

et maladies apparentées et maladies apparentées 02/03 Sommaire Préface Préface du médecin directeur. 03 Informations sur la maladie. 04 Objectifs de l esa.. 05 L équipe médicale, ses compétences... 06 La charte Alzheimer 08 témoignage

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation DOSSIER DE PRESSE Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation Mars 2014 1 TEXTE DE LA CHARTE DE GÉOLOCALISATION Charte sur les bonnes pratiques relatives

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur.

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Sommaire : 1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Définition. Les fondements. Conditions de recours. Le déroulement de la procédure. 2. La contre-visite médicale, les intérêts pour

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés Rôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés Qu est-ce que OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche 2011-2015 relatif à l Obligation

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution Accompagnement et soins des personnes âgées en institution L 'allongement de la vie génère de nouvelles pathologies, demandes et besoins en matière de gérontologie. Les professionnels confrontés à cette

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE N 11 :

SITUATION PROFESSIONNELLE N 11 : SITUATION PROFESSIONNELLE N 11 : Vous êtes en PFMP à l ESAT (Etablissement et Service d Aide par le Travail) l EPI sur Avignon. Vous êtes en relation avec des jeunes adultes handicapés provenant de structures

Plus en détail

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES re DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Diplôme d Etat d'aide Médico-Psychologique fonctions d encadrement NOTICE D ACCOMPAGNEMENT DU LIVRET 2 Cette notice

Plus en détail

Hypnothérapie, PNL, Somato- Relaxologie... Devenir le chef d orchestre de sa Vie

Hypnothérapie, PNL, Somato- Relaxologie... Devenir le chef d orchestre de sa Vie Hypnothérapie, PNL, Somato- Relaxologie... Devenir le chef d orchestre de sa Vie Praticienne dans la Relation d aide et Formatrice dans le domaine de la santé depuis plus de quinze années et spécialiste

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Comment utiliser les techniques d accroche?

Comment utiliser les techniques d accroche? Comment utiliser les techniques d accroche? A l issue de la lecture de ce support, vous serez capable de : Prendre en compte les objectifs et les composantes de la prise de contact, Mettre en place les

Plus en détail

Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie

Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Organisé par C. L. E. F. Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Jeudi 27 et vendredi 28 novembre 2014 Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Programme DPC Conçue et animée par : Docteur Marie Pierre

Plus en détail

L accueil D UNE PERSONNE ÂGÉE OU HANDICAPÉE

L accueil D UNE PERSONNE ÂGÉE OU HANDICAPÉE L accueil familial D UNE PERSONNE ÂGÉE OU HANDICAPÉE SOMMAIRE > Qu est-ce que l accueil familial?... 3 > Qui peut être accueilli?... 3 > Qui peut devenir accueillant familial?... 5 > Comment devenir accueillant

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

EXTRAITS. livret AnimAteur. l atelier des parents

EXTRAITS. livret AnimAteur. l atelier des parents l atelier des parents EXTRAITS livret AnimAteur 1 Votre livret regroupe l ensemble des 8 rencontres de l atelier. Présentation du livret Animateur Pour faciliter l utilisation de votre livret ANIMATEUR,

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009)

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Alexandre Paré Direction de l enseignement collégial Contexte et objectif Travaux initiés par la Direction

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de.

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de. 1 Soirées Thema Compte-rendu de la soirée Thema du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap» 2 Les soirées Thema c est quoi? Ces soirées sont des séances-débats

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION

Plus en détail

Des livres et des histoires proposés aux enfants vivant en maisons d accueil. Projet pédagogique

Des livres et des histoires proposés aux enfants vivant en maisons d accueil. Projet pédagogique Des livres et des histoires proposés aux enfants vivant en maisons d accueil Projet pédagogique Contexte d intervention Les maisons d accueils auxquelles nous proposons nos services sont des structures

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie..

Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie.. Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie.. LE PATIO, Unité de Soins Palliatifs Hôpital Saint- Joseph, Marseille Introduction L accompagnement des

Plus en détail

Institut Régional d Interventions Systémiques

Institut Régional d Interventions Systémiques Institut Régional d Interventions Systémiques I.R.I.S. 13, rue Victor Hugo 69002 Lyon Tél. : 04 78 42 77 08 Fax : 04 78 92 97 70 L Institut Régional d Interventions Systémiques (IRIS) a été créé en 1994.

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Audit des méthodes Formations Accompagnement-conseil

Audit des méthodes Formations Accompagnement-conseil C A T A L O G U E Audit des méthodes Formations Accompagnement-conseil 2 0 1 3 L ISTAV est un institut spécialisé dans la gestion des animaux en ville, dans un concept de développement durable. Limiter

Plus en détail

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Informations et formulaire d inscription version du 7 juillet 2015 Il est recommandé aux familles de demander à la

Plus en détail

LES 7 ÉTAPES DES JEUX COOPÉRATIFS VERS LA COOPÉRATION

LES 7 ÉTAPES DES JEUX COOPÉRATIFS VERS LA COOPÉRATION LES 7 ÉTAPES DES JEUX COOPÉRATIFS VERS LA COOPÉRATION L ouvrage «Jeux coopératifs pour bâtir la paix» propose 300 jeux et sports coopératifs sans perdant ni gagnant! Il invite à disputer 7 parties correspondant

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Responsabilité des acteurs dans la formation et l intégration des étudiants et des bachelors

Responsabilité des acteurs dans la formation et l intégration des étudiants et des bachelors Responsabilité des acteurs dans la formation et l intégration des étudiants et des bachelors Evolution de la formation infirmière, quels défis pour les milieux cliniques? Claude Moser Jeudi 21 novembre

Plus en détail

Stages de développement personnel Formation à la relation d aide

Stages de développement personnel Formation à la relation d aide Parinet Formation Cabinet de Psychothérapie Et Psychanalyse Stages de développement personnel & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme 2015-2016 Cabinet de psychothérapie

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

la parentalité accompagnée médiation animale et famille : 1 er colloque National Le samedi 13 juin 2015 de 9h00 à 18h30

la parentalité accompagnée médiation animale et famille : 1 er colloque National Le samedi 13 juin 2015 de 9h00 à 18h30 1 er colloque National Le samedi 13 juin 2015 de 9h00 à 18h30 Athénée Municipal Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux Programme et inscriptions : www.mediation-animale.org Contact : association@resilienfance.org

Plus en détail

Checkliste "assessment"

Checkliste assessment Checkliste "assessment" Fonction Cette checkliste peut vous être utile pour... décider si le projet envisagé est nécessaire et sensé identifier les besoins objectifs et subjectifs ne pas passer à côté

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Psychorelief International. «Bien vivre les relations interpersonnelles au travail ; la responsabilité quotidienne de chacun»

Psychorelief International. «Bien vivre les relations interpersonnelles au travail ; la responsabilité quotidienne de chacun» Psychorelief International «Bien vivre les relations interpersonnelles au travail ; la responsabilité quotidienne de chacun» 1 SOMMAIRE 1. Esprit Global de la formation page 3 2. Public page 3 3. Pédagogie

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010

Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010 Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010 Religion - Emploi secteur privé absence de discrimination. Délibération relative au licenciement pour faute grave d un agent hôtelier d une maison de retraite

Plus en détail

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED)

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) Fiche 1 Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) I. Des missions confortées Les enseignants spécialisés

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Code de Déontologie et charte de qualité

Code de Déontologie et charte de qualité 2013 Code de Déontologie et charte de qualité Code de déontologie du «conseiller canin» et de «cynotechnicien» Le code de déontologie «Conseiller canin» «Educateur canin conseiller cynotechnicien». s professions

Plus en détail

CHAPITRE IV: LES RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE IV: LES RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE IV: LES SECTION 4.2: LA MOBILISATION DES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES PAGE: 1 Adoptée: CAD-5287 (30 03 93) Modifiée : CAD-8267 (14 03 06) 1. PRÉAMBULE La politique institutionnelle

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation Table des matières Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation IX XI XII PREMIÈRE PARTIE ZOOTHÉRAPIE, MÉDIATION PAR L ANIMAL : AFFAIRE DE PROFESSIONNELS

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques?

Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques? Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques? Organisateurs : Conférence-Débat n 3 Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) & Caisse nationale de solidarité

Plus en détail

LE METIER D INFIRMIER

LE METIER D INFIRMIER LE METIER D INFIRMIER L infirmier ou l infirmière «donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. Il participe à différentes

Plus en détail

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte 1 04.02.2014 16:49 Psychiatrie Mercredi 03 juillet 2013 Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte Par Frédéric Lemaître, Le Monde En Allemagne, dans plusieurs grandes villes,

Plus en détail

Jeunesse / Services thérapeutiques. Kannerhaus Jean. Centre thérapeutique pour enfants et familles

Jeunesse / Services thérapeutiques. Kannerhaus Jean. Centre thérapeutique pour enfants et familles Jeunesse / Services thérapeutiques Kannerhaus Jean Centre thérapeutique pour enfants et familles Le centre thérapeutique Kannerhaus Jean Centre Thérapeutique Kannerhaus Jean 15a, rue du Château, L-6922

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE NOTICE DESCRIPTIVE DE FORMATION AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE RENTREE DE JANVIER 2015 Structure d Aide à Domicile 1. Le métier d Aide- Médico-Psychologique L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction

Plus en détail

Guide du programme à l intention des maisons d hébergement pour femmes victimes de violence

Guide du programme à l intention des maisons d hébergement pour femmes victimes de violence Guide du programme à l intention des maisons d hébergement pour femmes victimes de violence 1 Qu est-ce que le programme SafePet? Un aperçu du programme SafePet à l intention des maisons d hébergement

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail