Formation chirurgicale des internes DES de Gynécologie-Obstétrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation chirurgicale des internes DES de Gynécologie-Obstétrique"

Transcription

1 Diplôme InterUniversitaire de Pédagogie Médicale Formation chirurgicale des internes DES de Gynécologie-Obstétrique Afchine FAZEL, Praticien Hospitalier, Gynécologie et Obstétrique, Hôpital Lariboisière. 2, rue Ambroise Paré, Paris. Tel: Fax: Raffaèle FAUVET, Praticien Hospitalier, Centre de Gynécologie-Obstétrique, CHU Amiens, Université de Picardie, Jules Verne. 124 rue Camille Desmoulins, Amiens cedex 1. Tel: Fax: Anne-Sophie BATS Praticien Hospitalier Universitaire, Chirurgie Gynécologique et Cancérologique, Hôpital Européen Georges-Pompidou, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité , rue Leblanc, Paris. Tel: Fax:

2 Résumé La Gynécologie-Obstétrique est une spécialité vaste, dont le cursus dure 5 ans, et qui regroupe l obstétrique, le diagnostic anténatal, la procréation médicalement assistée, la gynécologie médicale et la chirurgie gynécologique et mammaire. La formation chirurgicale est, d une part théorique, par les cours organisés dans le cadre de l enseignement du DES et par les manuels de chirurgie, et, d autre part pratique, au sein des blocs opératoires, par l usage de simulateurs (pelvi trainer) ou les dissections sur cadavres. La première partie de notre travail a consisté en une enquête nationale auprès des internes de Gynécologie- Obstétrique dressant l état des lieux de l apprentissage de la chirurgie en France. La seconde partie a consisté en l élaboration et l évaluation d une session de compagnonnage destinée aux internes au sein d un congrès français de vidéo chirurgie gynécologique. La dernière partie a consisté en l évaluation de la pratique chirurgicale au bloc opératoire. Notre enquête a permis de montrer que les internes de Gynécologie-Obstétrique français avaient des lacunes théoriques et pratiques sur le plan chirurgical. Afin d améliorer leur formation, les internes souhaitaient d une part avoir un accès facilité au bloc opératoire et d autre part que leur formation soit séniorisée. L initiative de la session de compagnonnage du cercle de vidéo chirurgie semble être en adéquation avec ces deux demandes. Cependant, il est nécessaire de poursuivre nos efforts pour l enseignement de la chirurgie gynécologique et de développer de nouveaux outils d évaluation et d apprentissage tels que les simulations. Mots clés : Chirurgie gynécologique, formation, évaluation, compagnonnage, simulation. 2

3 Introduction La Gynécologie-Obstétrique est une discipline médico-chirurgicale, conférant une triple compétence en gynécologie médicale, en obstétrique ainsi qu en chirurgie gynécologique. De part cette spécificité, mais également en raison de la crise démographique, son enseignement a été filiarisé en Cela a eu pour conséquence, d une part, la création de la nouvelle maquette du DES, définissant l enseignement de la discipline sur 5 ans, et, d autre part, l augmentation du nombre d internes en formation dans les premières années suivant la création de la filière [1]. La maquette du DES de Gynécologie-Obstétrique définit donc une formation en 10 semestres, comportant un enseignement théorique de 300 heures, divisé en enseignements généraux et spécifiques, dont un module de Chirurgie Gynécologique et Mammaire (module 8), mais également une formation pratique, comportant 5 semestres de gynécologie-obstétrique, 2 semestres de chirurgie générale (chirurgie viscérale et digestive, chirurgie urologique ou chirurgie vasculaire) et 3 semestres libres (Annexe 1). La formation chirurgicale en vue de l obtention d une compétence chirurgicale regroupe l acquisition de connaissances théoriques et de compétences pratiques. Les outils de la formation théorique sont principalement l enseignement des cours du DES ainsi que la formation au sein des services, incluant les séances de bibliographie, les cours et les réunions. La formation pratique s acquiert au cours des 10 semestres d internat, et principalement dans les services à orientation chirurgicale gynécologique, les centres de lutte contre le cancer et les services de chirurgie viscérale, urologique ou vasculaire. Elle se fait essentiellement par compagnonnage. L interne est libre de choisir son cursus et d orienter sa formation en fonction des ses préférences et de son rang de classement. Dans les faits, la formation chirurgicale gynécologique et mammaire semble très disparate selon les CHU mais également au sein d un même CHU. D une part, les modalités de l enseignement théorique varient en fonction des coordonnateurs de DES. D autre part, les internes construisent eux-mêmes leur cursus de formation, par leur choix de stage, ce qui aboutit à une grande inégalité en fonction des services mais également des chirurgiens. Par ailleurs, l augmentation du nombre d internes au sein de la filière de Gynécologie-Obstétrique a eu pour conséquence un accès plus difficile vers les stages spécifiques de chirurgie Gynécologique et Mammaire au sein des CHU ou des Centres Anti-Cancéreux. Or, il faut souligner que, si l ensemble des internes de la filière de Gynécologie-Obstétrique ne se destine pas à la pratique de la chirurgie (en effet, certains s orientent vers une pratique 3

4 exclusive de l obstétrique, du diagnostic anténatal, de la gynécologie médicale ou de la procréation médicale), tous auront néanmoins besoin d une compétence chirurgicale minimale nécessaire pour assurer des gardes d obstétrique et orienter leurs patientes vers une prise en charge chirurgicale adaptée lorsque nécessaire. L évaluation de la formation chirurgicale repose sur les examens de DES et la validation de stage à la fin de chaque semestre. Un livret de l interne, calqué sur le log-book européen, a été élaboré, il y a plusieurs années, conjointement par le CNGOF (Collège National des Gynécologues-Obstétriciens Français) et l AGOF (Association des Gynécologues- Obstétriciens en Formation) (Annexe 2, Celui-ci visait à définir les connaissances théoriques et pratiques requises par les internes ainsi qu à constituer un outil d évaluation. L objectif de ce travail était de décrire et de dresser un état des lieux de la formation chirurgicale des internes de gynécologie-obstétrique, de proposer un nouvel outil d enseignement, mais également de proposer une technique d évaluation de la formation chirurgicale plus objective. 4

5 Etat des lieux de la formation chirurgicale des internes en Gynécologie-Obstétrique : Enquête nationale bilatérale Afchine Fazel Objectifs A ce jour une seule enquête nationale portant sur des aspects partiels de la formation chirurgicale des internes en Gynécologie-Obstétrique a été menée. Il était donc intéressant d évaluer cette formation, plus de 30 ans après la mise en place du nouvel internat, de façon quantitative et qualitative, telle qu elle est reçue par les internes et enseignée par les formateurs, et d avoir l avis des uns et des autres sur les améliorations à apportées. Matériel et méthodes Une enquête nationale bilatérale à destination des internes, des PUPH et de tous les Chefs de Service (CDS) de centres hospitaliers accueillant des internes a été effectuée de Novembre à Mai Deux questionnaires ont été établis (AF), l un à destination des internes, l autre à destination des PUPH/CDS. Le questionnaire Internes comprenait 49 items (Annexe 3) à réponses fermées portant sur la formation théorique, la formation pratique, la formation au codage actes, la formation information patientes, les améliorations. Ce questionnaire a été testé sur un panel de 5 internes pour s assurer de la facilité de compréhension, et adapté de sorte que le temps de réponse moyen ne dépasse pas 15 minutes. Il a été mis en ligne sur le site de l Association de Gynécologues Obstétriciens en formation (AGOF) et adressé à plus de 850 internes de la mailing liste de l association. Trois relances ont été adressées durant cette période, essentiellement par mailing direct de l AGOF. Le questionnaire PUPH/CDS comprenait 12 questions (Annexe 4) portant essentiellement sur l évaluation de la formation chirurgicale et un avis sur des propositions d amélioration. Une première liste de tous les PUPH et CDS de France a été établi (AF), via les sites Internet des Hôpitaux et les mailing listes professionnelles. Au total 180 PUPH et CDS ont été identifiés, avec un premier envoi et une relance par téléphone ou mail après environ trois mois. Pour les questions portant sur la chirurgie laparoscopique, les interventions ont été classées en 4 niveaux croissants de difficulté selon l European Society Of Endoscopic Surgery : Laparoscopie de niveau 1 : coelioscopie diagnostique, stérilisation tubaire, biopsie ovarienne Laparoscopie de niveau 2 : salpingectomie, salpingotomie, plastie tubaire, annexectomie, ovariectomie, endométriose modérée, adhésiolyse Laparoscopie de niveau 3 : endométriose sévère, hystérectomie, myomectomie, adhésiolyse étendue Laparoscopie de niveau 4 : traitement du prolapsus, cancers gynécologiques, endométriose recto-vaginale. De même, pour la chirurgie hystéroscopique, 3 niveaux de difficulté croissante sont reconnus : Hystéroscopie de niveau 1 : hystéroscopie diagnostique Hystéroscopie de niveau 2 : synéchies, résection de cloison utérine partielle, polypes, ablation de myomes pédiculés, endométrectomie, canulation tubaire incluant stérilisation tubaire (ESSURE) Hystéroscopie de niveau 3 : résection de synéchie complète, ablation de fibrome avec extension intramurale 5

6 Dans le cadre de ce travail une partie des résultats est présentée et discutée. Résultats Nous avons obtenu 396 réponses d internes, soit 46,5% et 61 réponses de PUPH-CDS, soit 35,8%. Ces taux de réponse sont tout à fait satisfaisants pour ce type d enquête, compte tenu du nombre de questions, et permettent l exploitation des résultats. Questionnaire Internes L âge moyen des internes était de 27,2 ans (+/-2,01), dont 83,3 % de femmes, avec une ancienneté moyenne de 5,7 semestres. (+/-3,09). Formation théorique Près de 2/3 des internes n ont eu aucun cours théorique obligatoire, ou moins d une fois par mois, et seuls 20% ont eu des cours au sein de leur service (Figure 1). Figure 1. Cours théoriques Avez vous des cours théoriques en chirurgie gynécologique? Jamais Au moins une fois par semaine 16 7 Au mois une fois tous les 15 jours Au moins une fois par mois Moins d'une fois par mois Cours obligatoires dans le cadre du DES Cours théoriques dans le service de chirurgie gynécologique Si l on estime qu une partie de la formation passe par la participation aux congrès, près de 70% des internes n avait participé qu à 2 congrès tout au plus à ce stade, et un tiers à aucun congrès (Figure 2). Figure 2. Participation à des congrès Sur l ensemble des internes, seuls une cinquantaine avait reçu une formation sur l information des patientes, et une proportion encore moindre sur la rédaction d un contre rendu opératoire, 6

7 tandis qu à une très grande majorité, ils seraient demandeurs de l une et l autre formation (Figure 3&4). Figure 3. Information des patientes et CRO Non Oui Avez-vous eu une formation sur les modalités d'information des patientes? Avez-vous eu une formation sur les modalités de rédaction d'un compte rendu opératoire Figure 4. Utilité d une formation Information des patientes et CRO Inutile Utile Une formation sur les modalités d'information des patientes est : Une formation sur les modalités de rédaction d'un compte rendu opératoire est: Dans l ensemble, moins de 10 % des internes avaient eu une évaluation de leur formation chirurgicale théorique dans l année qui avait précédé (Figure 5). Figure 5. Evaluation de la formation théorique Formation pratique Plusieurs questions étaient consacrées à la formation pratique, portant sur des aspects particuliers de la chirurgie gynécologique : Laparoscopie, Hystéroscopie, Laparotomie, Urogynécologie, Cancérologie, Infertilité, Chirurgie voie basse, Chirurgie de l Hémorragie du Post Partum (HPP) Dans le cadre de ce travail on présentera essentiellement les résultats concernant la chirurgie d accès minimal (Laparoscopie, Hystérosocpie, chirurgie par voie basse et de l incontinence urinaire). 7

8 Seuls 12% des internes avaient fait plus d une dizaine de laparoscopies de niveau 3. Inversement, près de 60% des internes avaient réalisés moins de 10 interventions de niveau 1 ou 2 (Figure 6). Figure 6. Nombre de coelioscopies réalisées 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 76% 84% 39% 37% 19% 21% 20% 12% 19% 12% 8% 12% 9% 11% 4% 4% 2% Level 1 Level 2 Level 3 Level >30 8% 0% 0% En revanche, près de 70% des internes ont eu une formation préalable à la chirurgie coelioscopique, essentiellement par pelvitrainer, même si seulement une cinquantaine d internes déclarent avoir accès à ces dispositifs de simulation dans leur service (Figure 7). Figure 7. Modalités d entrainement à la coelioscopie Pelvitrainer Animal Labs Cadavres Les résultats pour l hystéroscopie (HSC) sont similaires, puisque seuls 20% des internes avaient effectué plus de 20 hystéroscopies de niveau 2 (Figure 8). Figure 8. Nombre d hystéroscopies réalisées 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 79% 38% 15% Level 1 Level 2 Level 3 27% 20% 20% 21% 21% 12% 17% 12% 6% 9% 3% 1% >30 8

9 Les résultats pour la chirurgie par voie basse sont encore plus décevants puisque, même si cette technique doit aujourd hui être enseignée dans tous les CHU, rares sont les internes ayant effectué plus d une dizaine d intervention par voie vaginale (Figure 9). Figure 9. Nombre d interventions par voie basse, incluant les cures d incontinence urinaire Combien avez-vous effectués, aidé ou non par un senior, depuis le début de votre internat, de chirurgie par voie basse? à 5 5 à à à 30 Plus de 30 Pathologie bénigne valvulaire Cure d'incontinence urinaire par pose de bandelette sous-urétrale Hystérectomie vaginale Malformation utéro-vaginale Cancer vulvo-vaginal Si l on considère que les suites opératoires devraient faire partie intégrante de la prise en charge chirurgicale, et permettre une autoévaluation de ses pratiques, rares sont les internes qui auront eu des nouvelles de leurs patientes après l hospitalisation (Figure 10). Figure 10. Suivi des patientes en post opératoire Suites opératoires Durant l'hospitalisation, avez-vous l'occasion de suivre les suites opératoires immédiates de la patiente que vous avez opérée? Après la sortie, avez-vous l'occasion d'avoir les suites opératoires à distance de la patiente que vous avez opérée? Toujours Souvent Parfois Jamais Globalement, seuls 16% des internes déclaraient avoir eu une évaluation pratique de leur formation chirurgicale (Figure 11), et ¾ d entre eux déclaraient avoir une formation satisfaisante ou dans la moyenne (Figure 12). Figure 11. Nombre d internes ayant eu une évaluation pratique de leur formation 9

10 Figure 12. Autoévaluation par les internes de leur formation en hystéroscopie et coelioscopie Autoévaluation de la formation Hystéroscopie opératoire Coelioscopie Satisfaisante Moyenne Pas satisfaisante Pas d'opinion Afin de parfaire leur formation beaucoup d internes envisagerait de faire un stage pratique en coelioscopie dans l un des centres français, mais très peu envisagent de faire un stage complet en inter CHU, très peu l ont déjà réalisé, et encore moins d internes sont attirés par un stage à l étranger (Figures 13, 14, 15). Figure 13. Nombre d internes qui envisagent un stage pratique de laparoscopie Figure 14. Nombre d internes ayant effectué un stage inter CHU ou à l étranger Avez-vous fait : Stage en inter CHU Stage à l'étranger dans le cadre de l'internat Non 76 6 Oui 0 10

11 Figure 15. Nombre d internes envisageant d effectuer un stage inter CHU ou à l étranger Envisagez vous de faire : Stage en inter CHU Stage à l'étranger dans le cadre de l'internat Non Oui Oui, mais pas pour la formation chirurgicale Ne sait pas Afin d améliorer la formation chirurgicale, 5 items ont été proposés, à classer par les internes par ordre d importance à leur sens : Avoir plus d accès à des formations théoriques Participer à un stage de courte durée en chirurgie spécialisée (stage coelioscopie, autre) Avoir plus souvent accès à des pelvitrainers, chirurgie sur animaux, chirurgie sur cadavres tout au long de l année Etre plus souvent au bloc opératoire Avoir un senior qui vous suive davantage dans votre cursus pratique pour vous former et vous orienter dans vos choix Les deux axes principaux cités par les internes, loin devant l entrainement sur des simulateurs, sont une plus grande présence au bloc opératoire, et la séniorisation de leur formation (Figures 16, 17, 18). Figure 16. Ordre de priorité donné à la question «séniorisation». 11

12 Figure 17. Ordre de priorité donné à la question «Présence au bloc opératoire» Figure 18. Ordre de priorité donné à la question «entrainement sur simulateur» Dans l ensemble une grande majorité d interne déclare vouloir suivre un post internat en chirurgie (Figure 19). Figure 19. Nombre d internes qui envisagent une formation post internat en chirurgie 12

13 Questionnaire PUPH/CDS Les questions de ce questionnaire portaient essentiellement sur l évaluation des internes et les améliorations à envisager. Dans l ensemble, la majorité des PUPH/CDS était satisfaite de la formation en HSC et coelioscopie (Figures 20 et 21), même si en majorité ils estiment que la formation chirurgicale globale est moyenne ou médiocre (Figure 22). Figure 20. Satisfaction des PUPH/CDS de la formation HSC Hystéroscopie opératoire % % 14.29% % 0 E Très satisfaisante R ou satisfaisante C E N Moyenne Très peu ou peu satisfaisante Pas d'opinion Figure T 21. Satisfaction des PUPH/CDS de la formation en coelioscopie Coelioscopie 70 64% % % 10 Très satisfaisante ou satisfaisante 0 Moyenne Très peu ou peu satisfaisante 13

14 Figure 22. Satisfaction des PUPH-CDS de la formation chirurgicale globale Formation chirurgicale globale des internes en gynécologie % % % Satisfaisante Moyenne Peu satisfaisante De même que les internes, les formateurs souhaitent encourager la présence des internes et la séniorisation au bloc opératoire (Figure 23) mais plus que des stages pratiques ou sur simulateurs, ils préconisent aussi une meilleure formation théorique. Figure 23. Classement par ordre de priorité des axes d amélioration selon les PUPH Encourager et faciliter la présence des internes au bloc opératoire 5-Avoir un senior qui suive davantage les internes dans leur cursus pratique pour les Près former de 2/3 et les souhaiterait orienter dans que leurs internes choix effectuent un stage en inter CHU, et encouragerait 1-Encourager même l accès les à stages des formations à l étranger théoriques (Figures 23 &24). 2-Encourager la participation à un stage de courte durée en chirurgie spécialisée 3-Faciliter l accès des internes à des pelvitrainers, chirurgie sur animaux, chirurgie sur cadavres tout au long de l année 14

15 Figure 23. Stage en inter CHU souhaitable? Figure 24. Stage à l'étranger souhaitable? % % % % 35.42% % Non Oui Pas d'opinion 10 0 Non Oui Pas d'opinion Enfin, près d un tiers des PUPH/CDS serait favorable à la mise en place d une filière post internat spécialisée spécifique, de type fellowship à l anglo-saxonne (Figure 25). Figure 25. Que pensez-vous de la mise en place d'un post-internat exclusif portant sur tous les aspects médicaux et chirurgicaux de la gynéco-obstétrique? % % % Non Oui Pas d'opinion 15

16 Discussion De part le nombre de questions, le taux de réponse et l importance des domaines abordés, cette enquête constitue une première cartographie de l évaluation de la formation chirurgicale des internes. Le taux de réponse des internes reflète leur intérêt pour ce type d enquête. Quant aux PUPH/CDS, nombre d entre eux n ont pas d orientation chirurgicale, ce qui peut expliquer le taux de réponse plus faible, mais proche de 40%, à comparer à des taux de 15% de réponse dans des enquêtes similaires. L autre paramètre important est la féminisation de la spécialité, certes indéniable pour la médecine toute entière, mais encore plus marquée en Gynécologie-Obstétrique. Contrairement à d autres spécialités la majorité des internes souhaite continuer vers une voie chirurgicale malgré les contraintes, à moins que le taux de réponse élevé à la question du post internat ne reflète un manque de formation, et un souhait d amélioration, sans poursuite sur la voie chirurgicale au-delà? Dans l ensemble les internes n ont que peu de formations théoriques en chirurgie, et aucune à la rédaction d un contre rendu opératoire ou à l information des patientes, deux points fondamentaux de la pratique clinique et qu il serait pourtant facile d améliorer au sein des services. Si le nombre d intervention et leur difficulté croissante sont des critères d évaluation admis à l échelle international, on constate avec regret qu à mi parcours, les internes français n ont eu qu une formation très moyenne à la chirurgie d accès minimal (Coelioscopie, Hystéroscopie, Chirurgie par voie vaginale). Or tous les efforts sont aujourd hui orientés vers ce type de voie d abord, tant pour le confort de la patiente, les suites plus simples que le coût global pour la société si l on y inclut la période de convalescence. La formation à la «Minimal Invasive» devrait donc être un objectif de santé publique. Beaucoup d internes se forment sur le terrain, même si en majorité ils essayent d accéder à un simulateur ou à des séances d entrainement au préalable. Dans l ensemble ils souhaitent privilégier la présence au sein de leur propre centre hospitalier, au bloc opératoire, et une séniorisation de leur formation, plutôt que d aller se former dans un centre spécifique au cours d un stage, encore moins effectuer un inter CHU ou aller à l étranger. A l heure de la mondialisation, et si l on veut faire un parallèle avec les autres formations de troisième cycle (droit, finance, administration) le conservatisme des internes est plutôt surprenant, à moins qu il ne reflète la sacro sainte image de la «Meilleure médecine du monde»? La diminution du nombre d heures passées au bloc opératoire avec l instauration du repos de sécurité est un vrai dilemme, peut être en partie compensé par un post internat obligatoire pour de futurs chirurgiens. Globalement les internes semblent satisfaits de leur formation pratique en coelioscopie, hystéroscopie et chirurgie vaginale, même s ils semblent conscients de lacunes qu ils souhaitent compenser par une prolongation de cette formation. Les PUPH et chefs de service semblent aussi satisfait de la formation à la chirurgie d accès minimal, même si dans l ensemble ils estiment que la formation globale est moyenne ou médiocre. Plus surprenant est l adhésion des formateurs à l ouverture d esprit et d horizons, contrairement aux internes. On pourrait interpréter cela de deux façons différentes : soit ils estiment que c est une chance unique de pouvoir accéder à d autres approches, d autant lus qu avec l ouverture de l Europe et élargissement des reconnaissances de diplôme, ces formations sont plus faciles qu à leur époque d internat, soit ils estiment ne pas avoir les moyens de former correctement leurs internes. Aucune question spécifique n était posée en ce sens ; toutefois l analyse partielle que nous sommes en train de réaliser en fonction es CHU montre des disparités notables de formation, qu il ne serait pas politiquement correct de citer, mais probablement salutaire pour une harmonisation de la formation chirurgicale, avec peut être et enfin, la mise en place d un véritable livret de 16

17 l interne. En l absence d éléments de comparaison avec d autres enquêtes nationales similaires, un comparatif est envisagé avec des enquêtes internationales, en particulier en se référant aux livres des internes anglo-saxons. A l heure où la mobilité médicale et chirurgicale est préconisée pour combler les vides démographiques, l harmonisation de la formation pratique est fondamentale pour offrir à toute la population la même Chirurgie. 17

18 Élaboration et évaluation d un enseignement de chirurgie mammaire et gynécologique au sein d un congrès inter régional Raffaèle Fauvet Objectifs : Afin d améliorer la formation chirurgicale des internes des inter régions Haute Normandie, Basse Normandie et Picardie, nous avons organisé une session de compagnonnage spécifique au sein du congrès annuel du Cercle de Vidéochirurgie Gynécologique. Ce congrès a pour principe la diffusion de films de techniques chirurgicales en temps réel, donc sans montage. Les commentaires sont réalisés en direct par les opérateurs qui ont la possibilité d interrompre à tout moment la diffusion du film afin de passer plus de temps sur un point technique précis (Annexe 5). Les objectifs de projet étaient d élaborer et d évaluer un enseignement de chirurgie mammaire et gynécologique à destination des internes au sein d un congrès inter régional. Matériels et méthodes : Au sein du congrès du Cercle de Vidéochirurgie Gynécologique (CVG), il a été crée en 2011 une session compagnonnage destinée aux internes. Cette session consistait en la diffusion sans montage de techniques chirurgicales gynécologiques et mammaires que doivent acquérir les internes pendant leur internat. Les sujets portaient d une part, sur l hystérectomie extrafasciale et ses différentes voies d abord et d autre part, sur l abord de l aisselle dans la chirurgie du sein. Trois films étaient diffusés en parallèle sur des écrans différents, commentés en direct par les opérateurs. Ces derniers prenaient la parole tour à tour pour commenter les moments importants des interventions. Un CD reprenant les films diffusés était ensuite adressé par voie postale à l ensemble des participants. Une évaluation de la session a été réalisée à son issue sous forme d un questionnaire anonyme distribué aux internes présents. Les items portaient sur la qualité des techniques chirurgicales présentées, des images et des commentaires, sur la pertinence des sujets abordés, sur les avantages du mode de diffusion en films non montés avec commentaires en direct, sur l interêt de la diffusion des films sous forme de CD et sur des commentaires libres. Résultats : Vingt et un internes de Gynécologie Obstétrique exerçant au sein d un des trois CHU suivant : Amiens, Caen et Rouen ont répondu au questionnaire. 18

19 Qualité des techniques chirurgicales, des images et des commentaires La totalité des internes trouvaient que la qualité des commentaires et des images étaient bonnes ainsi que la qualité des commentaires pour 95% d entre eux. Qualité des techniques chirurgicales, des commentaires et des images 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% qualité des techniques chirugicales qualité des commentaires qualité des images mauvaise moyenne bonne Evaluation des modalités de la session Les principaux avantages de la diffusion des 3 films non montés en simultané avec commentaires en direct des opérateurs étaient l interactivité avec les opérateurs dans 81% des cas et la possibilité d interrompre le film à tout moment dans 57% des cas. Voir le film dans sa totalité, l absence d aléas lié aux vidéotransmissions en direct, la sélection des films les plus pertinents et la projection sur 3 écrans en même temps pour diminuer les temps morts n apparaissaient pas comme élément discriminant. 19

20 voir l'intervention avec ses difficultés interactivité avec les opérateurs possibilité d'interrompre le film absence des aléas de la vidéotransmission en direct sélection des films les plus intéressants projection de 3 films en même temps diminue les temps mort Avantages 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% non oui Les inconvénients de la diffusion des 3 films non montés en simultané avec commentaires en direct des opérateurs étaient principalement la difficulté de suivre 3 interventions en même temps sur 3 écrans différents dans 95% des cas. 20

21 longueur des films plus importantes difficultés de se concentrer sur 3 écrans à la fois gestes importants de l'intervention sont moins mis en valeur commentaires en direct sont moins structurés Inconvénients 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% non oui Evaluation de la session Plus de 90% des internes interrogés ont déclaré que la session répondait à leurs attentes et que la pertinence des thèmes abordés et la démarche pédagogique étaient bonnes. Evaluation de la session 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% pertinence des thèmes abordés démarche pédagogique réponse aux attentes mauvaise moyenne bonne Discussion Nous avons proposé dans ce travail, un nouveau type d enseignement chirurgical, au sein d un congrès gynécologique chirurgical, le Cercle de Vidéochirurgie Gynécologique. Il s agit du 21

22 seul congrès français de chirurgie gynécologique qui propose la diffusion de films non montés; à la différence de la vidéotransmission, le film reflète la «vraie vie» en dispensant des aléas du direct. Cela permet également d interrompre à tout moment l intervention pour passer plus de temps sur un point précis, et de faire des commentaires en direct. Les résultats de l évaluation par questionnaire de la session a permis de montrer qu elle répondait aux objectifs pour plus de 90% des internes. Ainsi la démarche pédagogique était bonne ainsi que la pertinence des sujets abordés. Cependant, le questionnaire a également mis en évidence qu il était difficile de suivre 3 films en même temps au niveau concentration et compréhension de l intervention. Pour la prochaine session, et en tenant compte des résultats, seuls deux films seront diffusés simultanément. On continuera à s attacher aux valeurs pédagogiques des films ainsi qu à leur qualité aux niveaux des images et des commentaires. Il est également prévu de réaliser des ateliers en petits groupes autour de thèmes précis sur des techniques de chirurgie plus avancée tels que les curages par coelioscopie ou l oncoplastie. La dernière partie de ce travail devait consister en l évaluation du CD reprenant les interventions qui avaient été diffusées. Ceci n a pas pu être réalisé pour ce mémoire car les CD ont été envoyés au mois d août, et il est prévu de le faire lors de la prochaine session du cercle de vidéochirurgie qui aura lieu le 29 mars

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites Le pôle ORG Bordeaux! Pr Claude HOCKE Pôle d Obstétrique-Reproduction-Gynécologie Centre Aliénor d Aquitaine CHU Bordeaux OBJECTIFS

Plus en détail

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Objectifs Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Le Fond pour la santé des femmes (FSF) à pour objectif principal de développer et soutenir financièrement des actions de formation d information

Plus en détail

19 thèmes dans 10 villes

19 thèmes dans 10 villes SATISFAIRE À VOS OBLIGATION DE DPC FACILEMENT GRÂCE AU CNGOF DPC réalisés par le CNGOF et financée par l Agrément CNGOF : 11 75 32 07 175 - FMC 100 098 Indemnité de 345 par jour et prise en charge hôtellerie

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION - 1 rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09 Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION - 1 rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09 Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale QUESTIONNAIRE PROPOSITION PROFESSIONNELS DE SANTE Document général CONTRAT EN COURS : DATE DE FIN DES GARANTIES :.. NOM DE L'ASSUREUR :..

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes Système Nouvelle norme en résection hystéroscopique Truclear apporte une précision, une clarté et une efficacité sans précédents pour réséquer

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX André Lienhart Membre de la Commission nationale des accidents médicaux. Département d Anesthésie-Réanimation, hôpital Saint-Antoine, 184 rue du

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

UNIVERSITE DES ANTILLES ET DE LA GUYANE

UNIVERSITE DES ANTILLES ET DE LA GUYANE UNIVERSITE DES ANTILLES ET DE LA GUYANE UFR DES SCIENCES MEDICALES FACULTE DE MEDECINE Hyacinthe BASTARAUD Campus Universitaire de Fouillole B.P. 145 97154 Pointe-à-Pitre Cedex Tél. : 0590 48 33 33 Fax

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE Instructions Merci : de répondre complètement à toutes les questions, d écrire lisiblement, de signer et dater

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Ce que vous devez savoir avant de soumettre votre demande pour le bénéfice maladie grave

Ce que vous devez savoir avant de soumettre votre demande pour le bénéfice maladie grave Avant de soumettre votre demande Ce que vous devez savoir avant de soumettre votre demande pour le bénéfice maladie grave Veuillez prendre connaissance des termes de votre contrat d assurance afin de vous

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

11 èmes Journées Daniel Dargent

11 èmes Journées Daniel Dargent Appel à posters : posterjdd@yahoo.fr date limite : 31 octobre 2015 Valider votre DPC 11 èmes Journées Daniel Dargent de Chirurgie Gynécologique, Cancérologique et Mammaire 12 et 13 novembre 2015 Centre

Plus en détail

Mobilité internationale : mode d emploi

Mobilité internationale : mode d emploi Relations Internationales Mobilité internationale : mode d emploi 1) Intérêt des échanges internationaux... 2 2) L anglais, un passeport pour partir... 2 3) A quel moment partir durant les études médicales?...

Plus en détail

JFM. 7èmes journées franco-marocaines de. Gynécologie, Obstétrique et Fertilité. Marrakech. 17, 18 et 19 mai 2012. www.lesjfm.com

JFM. 7èmes journées franco-marocaines de. Gynécologie, Obstétrique et Fertilité. Marrakech. 17, 18 et 19 mai 2012. www.lesjfm.com JFM 2012 7èmes journées franco-marocaines de Gynécologie, Obstétrique et Fertilité Marrakech 17, 18 et 19 mai 2012 Président des 7 èmes jfm : Pr. Léon Boubli (Marseille) Coordination scientifique et organisation

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr Conflit d intérêt : Journées de formation à la pose d Essure sans anesthésie parrainées

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

- Version adoptée par la CNaCES -

- Version adoptée par la CNaCES - CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER EN SCIENCES ET TECHNIQUES -MST- - Version adoptée par la CNaCES - 1. NORMES RELATIVES AUX FILIERES (FL) Définition de la filière FL 1 Une filière du

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

Evaluation des stages hospitaliers par les étudiants en médecine

Evaluation des stages hospitaliers par les étudiants en médecine Evaluation des stages hospitaliers par les étudiants en médecine A partir du lundi 28 octobre, vous devrez évaluer votre stage d externe du premier trimestre effectué entre le 01/08/2013 et le 27/10/201.

Plus en détail

La formation dans tous ses états. Programme et méthode de formation continue sur la

La formation dans tous ses états. Programme et méthode de formation continue sur la La formation dans tous ses états Programme et méthode de formation continue sur la «Préparation des médicaments anticancéreux» Répond à (Art R 950-4 al 1 du Code du Travail) Par qui, Comment et Pourquoi.

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 Genève, le 26 septembre 2007 Communiqué de presse La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 La Clinique Générale-Beaulieu (CGB)

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie GUIDE MASTER 2 Radiothérapie-Oncologie Master 2 (M2) : carte d identité -Niveau requis : Bac + 5 -Durée : Un an -S inscrit dans le cadre de la réforme dite LMD (Licence Master Doctorat) Remplace le DEA

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE ROYAUME DU MAROC Ministère de l Education nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Département de l Enseignement Supérieur, de la Formation des

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme en chirurgie colorectale doit déjà parrainer

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives Janvier 2012 SOMMAIRE Contexte Résultats détaillés Profil de l auto-entrepreneur..p.5 Exercice de l activité..p.12 Vivre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

QUELQUES ASPECTS STATISTIQUES DE LA FISTULE VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI

QUELQUES ASPECTS STATISTIQUES DE LA FISTULE VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI A PROPOS DE 134 CAS K. OUATTARA*, M.L. TRAORE*, C. CISSE* RESUME En matière de F. V. seul l aspect chirurgical est habituellement étudié. Les études épidémiologiques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d. Fistulq Pqrtners Meeting Accra,15 17 avril 2008

Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d. Fistulq Pqrtners Meeting Accra,15 17 avril 2008 ORGANISATION ET STRATEGIES DE LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DE LA FISTULE OBSTETRICALE AU MALI Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d du Point G Fistulq Pqrtners

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Enquête nationale sur les souhaits d exercice des internes de médecine générale

Enquête nationale sur les souhaits d exercice des internes de médecine générale Enquête nationale sur les souhaits d exercice des internes de médecine générale Réalisée par l ISNAR-IMG Du 2 juillet 2010 au 1 er janvier 2011 Résultats 286 rue Vendôme 69003 LYON Tél. 04 78 60 01 47

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Syndicat National des Internes en Odontologie

Syndicat National des Internes en Odontologie Syndicat National des Internes en Odontologie Président en charge du Présents : Compte-rendu de la réunon du 19 mars 2014 avec les coordonnateurs des DES Mr le Professeur Robert GARCIA (Président de la

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE ANNEE RECHERCHE

DOSSIER DE CANDIDATURE ANNEE RECHERCHE NOM : Prénom : INTERREGION NORDEST DOSSIER DE CANDIDATURE ANNEE RECHERCHE 2015 2016 Merci de compléter ce formulaire au format Word et de le transmettre en deux exemplaires à : gilbert.vicente@unistra.fr

Plus en détail

DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG. Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES

DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG. Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES CNPN du DENCG 1/9 Septembre 2013 1. Normes relatives aux filières (FL) Définition

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE

RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE De nombreux travaux et rapports effectués ces dernières années soulignent les difficultés que connaît aujourd hui la chirurgie française. Les causes

Plus en détail

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CAHIER DES NORMES PÉDAGOGIQUES NATIONALES DE LA LICENCE

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales La fonction commerciale a évolué vers une personnalisation de l offre et de la relation client ainsi qu au développement des services

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Diplôme d Etudes Spécialisées. Santé publique et Médecine sociale

Diplôme d Etudes Spécialisées. Santé publique et Médecine sociale UFR de Médecine Diplôme d Etudes Spécialisées Santé publique et Médecine sociale 2011-2012 PLAQUETTE DE PRESENTATION Coordonnateur : Professeur Sylvie BASTUJI-GARIN Pôle Recherche Clinique et Santé Publique

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé La loi du 13 août 2004 relative à l Assurance Maladie a instauré la possibilité d une prise en charge partielle de l assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP) par la CPAM, pour les médecins

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

Master Droit 1 ère année Règlement des études

Master Droit 1 ère année Règlement des études PRES Université Lille Nord de France Faculté de Droit de Boulogne sur Mer Centre universitaire Saint Louis 21, rue Saint Louis BP 774 62327 Boulogne sur Mer Master Droit 1 ère année Règlement des études

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008 Point d information 22 janvier 2009 La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre et Au cours de la dernière décennie, la France, traditionnellement

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Guide de l année-recherche

Guide de l année-recherche Guide de l année-recherche Destiné aux Internes de Médecine Générale Mars 2011 Mis à jour Octobre 2013 Co signé en octobre 2013 par : Page 2 sur 20 SOMMAIRE I. Introduction 5 II. Définition de l année-recherche

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE

LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE Le gouvernement français a décidé de mieux organiser la gestion du dépistage des anomalies fœtales et en particulier de la trisomie

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

N 167 - BOEY Cédric, BAIRY Emmanuel, ROBERT Frédéric, MATHYS Pierre

N 167 - BOEY Cédric, BAIRY Emmanuel, ROBERT Frédéric, MATHYS Pierre N 167 - BOEY Cédric, BAIRY Emmanuel, ROBERT Frédéric, MATHYS Pierre UN DISPOSITIF D ÉVALUATION MIXTE (FORMATIVE/SOMMATIVE) EFFICACE ET PERÇU POSITIVEMENT PAR LES ÉTUDIANTS DANS LE CADRE DE LABORATOIRES

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail