Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)"

Transcription

1 Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3, François Aubin 4, Philippe Judlin 5, Yann Leocmach 3, André Dahlab 3, Pierre-Yves Boelle 6, Olivier Aynaud 7 1 RCTs, Lyon, France 2 APHM 3 Sanofi Pasteur MSD 4 Université de Franche-Comté, 5 Maternité régionale universitaire de Nancy, Nancy 6 INSERM UMR S707 7 IRPOG Page 1

2 Les infections aux HPV Infections sexuellement transmissibles Risque de contamination maximal : ans HPV selon potentiel oncogène : Haut risque (HPV 16 et 18) : 70% cancer du col utérin Bas risque (HPV 6 et 11) : 90% des CAE CAE (primo-manifestation) Incidence annuelle population générale : 176 / ans : 198 / ans : 464 / Lésions extensives, récidivantes, difficiles à traiter (aucun traitement viral spécifique des HPV) GARDASIL Contexte Vaccin quadrivalent (HPV 6, 11, 16 et 18) Efficacité vaccinale CAE : 82% (3 doses) Remboursé depuis septembre 2007 Recommandé 14 ans (CTV 2007) / 11 ans (CTV 2010) Page 2

3 CAE : marqueur précoce de l impact vaccination quadrivalente CAE CIN2/3 CCU HPV ans Age moyen : ans HPV 6/11 : 90% Age moyen : ans HPV 6/11/16/18 : 60-70% Age moyen : 51 ans HPV 16/18 : 70-80% 3 Page 3

4 Objectifs : Comparer l incidence des CAE en primo-infections, chez les femmes de 15 à 26 ans entre deux temps de recueil 2008 (T0) vs 2011 (T1) Comparer l évolution des incidences de l herpès génital : même mode de transmission / non concerné par la vaccination HPV Décrire les comportements des cohortes de femmes ayant un CAE Plan expérimental : Etude écologique, nationale, multicentrique (gynécologues), avant-après Recueil prospectif sur deux périodes de 4 mois de toutes les femmes de ans vus en consultation selon le motif : CAE, Herpès Génital, autre motif Taille de l échantillon basée sur : Incidence CAE chez les ans, CV, efficacité vaccinale => variation d incidence nb moyen de femmes vus en consultation => Nombre de gynécologues 165 Réévaluation suite T0, pour le T1 : N 181 Echantillonnage gynécologues Méthodologie T0 : Tirage au sort aléatoire T1 : remplacement par tirage au sort aléatoire stratifié sur âge, sexe, région Page 4

5 Population d analyse PHASE T0 Gynécologues actifs N=165 PHASE T1 Gynécologues actifs N=193 Exclus N=5* Population d analyse N=160 Exclus N=4* Population d analyse N=189 (dont 109 T0) Patientes ans vus en consultation N= Patientes ans vus en consultation N= * < 4 Semaines d évaluation Page 5

6 Sélection des gynécologues : * : Atlas national CNOM 2009 Sélection des patientes : Analyse des biais Gynécologues Français* Phase T0 N=160 Phase T1 N=189 Sud Ouest 14% 18% 17% Nord Est 22% 25% 25% Répartition Sud Est 25% 25% 24% géographique Nord Ouest 13% 15% 17% Paris 26% 17% 17% Sexe Femme 64% 73% 75% Age (±4.6) 57.4 (±4.6) Nb moyen de patientes vue en consultation par 327 (±126) 324 (±133) mois Phase T0 N = Attrition : recueil sur 4 mois (16 semaines) : 90% T0 vs 91% T1 Phase T1 N = Age 21.8 (±3.1) 21.9 (±3.1) Age classifié : ans ans 34% 66% 33% 67% Page 6

7 Résultats CAE / Herpès génital PHASE T0 : 160 gynécologues PHASE T1 : 189 gynécologues Patientes ans N= Patientes ans N= CAE HERPES CAE HERPES N=187 N=166 N=243 N=220 (0.45%) (0.40%) (0.51%) (0.46%) p=0.18 p=0.15 Page 7

8 CAE / sous-groupes d âge Taux d incidence annuel / femmes [IC95%]* 248 [ ] 173 [ ] 551 [ ] 692 [ ] 399 [ ] 438 [ ] * : calculé sur population Française ans (données INSEE 2009 et 2011) et population des gynécologues (CNO 2009 et 2011) Page 8

9 Herpès génital / sous-groupes d âge Page 9

10 Description des femmes avec CAE Phase T0 N=187 Phase T1 N=243 Age de la patiente 22.1 (±2.8) 22.6 (±2.4) p=0.064 Age du premier rapport sexuel 17.1 (±2.1) 16.8 (±2.0) p=0.17 Nombre de partenaire sexuels depuis le début de la vie sexuelle de la patiente: % 8.3% Entre 2 et % 49.8% Entre 5 et % 34.1% > % 7.8% p=0.57 Utilisation de préservatifs : Toujours 8.0% 9.8% Partenaire actuel avec signes de condylo mes acuminés Parfois 82.8% 76.0% Jamais 9.2% 14.2% Oui 14.3% 11.2% Non 52.4% 59.2% NSP 33.3% 29.6% p=0.25 p=0.39 Age du dernier partenaire de la patiente 25.0 (±4.2) 25.3 (±4.3) p=0.54 Page 10

11 Conclusion Peu / pas de données en France sur incidences CAE Aucun biais pouvant invalider les résultats de cette étude n a été observé, Aucune différence observée entre les deux périodes T0 et T1 sur CAE et Herpès Génital Analyses de sensibilité / robustesse : résultats similaires Analyse exploratoire en sous-groupe des CAE : Tendance NS à la diminution CAE chez les ans Augmentation significative des CAE chez les ans Hypothèses : Augmentation naturelle des CAE / Herpès Génital Une CV en France faible et en diminution Page 11

12 Couverture vaccinale en % CV en France année Évolution de la couverture vaccinale HPV (3 doses) des jeunes filles de 16 ans entre 2009 et 2013 * Fonteneau et al. 2013, données de la Cnam-TS/InVS à partir de l échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB) réactualisées sur le site: (accédé le 20/04/2015) Page 12

13 Plus de 30 études dans le monde Verrues Génitales 29 Verrues Génitales 29,33 Lésions cervicales 35 Verrues Génitales 29,30,38 Infections HPV 29 Verrues Génitales 37 Infections HPV 29 Infections HPV 34 Lésions Cervicales 29,31,36 Verrues Génitales 29 Verrues Génitales 29 CIN 2/3 29,32 Verrues Génitales 29, Drolet et al. Population-level impact and herd effects following human papillomavirus vaccination programmes: a systematic review and meta-analysis. Lancet Infect Dis Leval et al. Quadrivalent Human Papillomavirus Vaccine Effectiveness: A Swedish National Cohort Study. JNCI Crowe et al. Effectiveness of quadrivalent human papillomavirus vaccine for the prevention of cervical abnormalities: case-control study nested within a population based screening programme in Australia. BMJ Powel et al. Impact of human papillomavirus (HPV) vaccination on HPV 16/18-related prevalence in precancerous cervical lesions. Vaccine Blomberg et al. Strongly Decreased Risk of Genital Warts After Vaccination Against Human Papillomavirus: Nationwide Follow-up of Vaccinated and Unvaccinated Girls in Denmark. Clin Infect Dis Deleré et al. Human Papillomavirus prevalence and probable first effects of vaccination in 20 to 25 year-old women in Germany: a population-based cross-sectional study via home-based self-sampling. BMC Infect Dis Baldur-Felskov et al. Early Impact of Human Papillomavirus Vaccination on Cervical Neoplasia Nationwide Follow-up of young Danish Women. JNCI Gertig et al. Impact of a population-based HPV vaccination program on cervical abnormalities: a data linkage study. BMC Medicine Mariani et al. Early Direct and Indirect Impact of Quadrivalent HPV (4HPV) Vaccine on Genital Warts: a Systematic Review. Adv Ther Herweijer et al. Association of Varying Number of Doses of Quadrivalent Human Papillomavirus Vaccine With Incidence of Condyloma. JAMA 2015 Page 13

14 Pourcentage (%) Un exemple d impact de Gardasil sur l incidence des verrues génitales en Australie 40 Début du programme de vaccination par Gardasil ans ans ans 40. Ali H et al. BMJ 2013;346:f2032 données nationales (tous types d HPV) Résultats : 5 ans après l implémentation du programme de vaccination HPV - 72,6 % - 92,6 % Proportion de femmes nées en Australie, avec un diagnostic de verrues génitales à la première visite, par groupe d âge, entre 2004 et 2011 Objectif principal : évaluer la proportion des nouveaux cas de verrues génitales chez les femmes avant et après l introduction d un programme de vaccination HPV en Australie. Méthodologie : Etude observationnelle rétrospective réalisée à partir du registre de 8 centres de santé sexuelle nationaux, entre janvier 2004 et décembre L étude compare les proportions des nouveaux cas de verrues génitales dans trois groupes d âge (moins de 21 ans, toutes éligibles à la vaccination gratuite, de 21 à 30 ans, en partie éligibles à la vaccination gratuite, et plus de 30 ans, aucune n étant éligible à la vaccination) sur deux périodes : pré-vaccination (de janvier 2004 à juin 2007) et vaccination (de juillet 2007 à décembre 2011). Entre 2004 et 2011, patients nés en Australie ont consulté pour la première fois, dont (9 %) patients (2 394 femmes et hommes) avec un diagnostic de verrues génitales. 1 Page 14

15 Infections HPV Vaccination quadrivalente Plan expérimental Résultats Discussion Page 15

Les recommandations du CTV/ HCSP de 2014: les points à retenir. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Les recommandations du CTV/ HCSP de 2014: les points à retenir. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Les recommandations du CTV/ HCSP de 2014: les points à retenir Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée ISBA: 22 novembre 2014 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt

Plus en détail

Vaccins Papillomavirus

Vaccins Papillomavirus Vaccins Papillomavirus Dr Julian CORNAGLIA Centre Départemental et International de Vaccinations Histoire naturelle de l infection àhpv(1) Histoire naturelle de l infection à HPV(2) Réponse immune naturelle

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

GENESIS. Nouveautés sur la vaccination HPV en France

GENESIS. Nouveautés sur la vaccination HPV en France GENESIS Nouveautés sur la vaccination HPV en France En 2012, 3 028 nouveaux cas de cancers du col de l utérus ont été enregistrés en France, ainsi que 1 102 décès (1). Le dépistage du cancer du col de

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

ENQUÊTE D ACCEPTABILITÉ DE LA VACCINATION ANTI-HPV

ENQUÊTE D ACCEPTABILITÉ DE LA VACCINATION ANTI-HPV ENQUÊTE D ACCEPTABILITÉ DE LA VACCINATION ANTI-HPV K 28 M. KOKOTEK, I. GENEVOIS, P. BOURDEAU, A. NIAKATE, S. QUELET La vaccination anti-hpv est recommandée en France pour les jeunes filles âgées de 14

Plus en détail

Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv

Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv Etat de la question B. DERVAUX Université Droit et Santé Lille 2 CHRU de Lille L évaluation économique La démarche économique Base du

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Modélisation déterministe de la transmission des infections à Papillomavirus Humain : Impact de la vaccination

Modélisation déterministe de la transmission des infections à Papillomavirus Humain : Impact de la vaccination Modélisation déterministe de la transmission des infections à Papillomavirus Humain : Impact de la vaccination Laureen Majed To cite this version: Laureen Majed. Modélisation déterministe de la transmission

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Impact de la vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) en population

Impact de la vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) en population Impact de la vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) en population Isabelle Parent du Chatelet Institut de veille sanitaire 8e Journée du REIVAC Paris, 4 avril 2014 Contact : i.parent@invs.sante.fr

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre les infections à papillomavirus humains des jeunes filles âgées de 14 à 23 ans 17 décembre 2010 Deux vaccins contre les infections à papillomavirus humains (HPV) ont

Plus en détail

Délai entre infection et diagnostic et

Délai entre infection et diagnostic et Délai entre infection et diagnostic et épidémie cachée du VIH en France Virginie Supervie 1, Jacques Ndawinz 1, Sara Lodi 2 & Dominique Costagliola 1 1 Inserm U943 & Université Pierre and Marie Curie,

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

Papillomavirus humains (HPV)

Papillomavirus humains (HPV) Papillomavirus humains (HPV) Histoire naturelle Test HPV Pr. Christine Clavel-Cravoisier, CHU Reims, INSERM UMRS 903 Comment améliorer le dépistage? Depuis 20 ans : découverte de l agent causal du cancer

Plus en détail

La Loterie du Code Postal de la Vaccination Contre le Papillomavirus Humain au Canada

La Loterie du Code Postal de la Vaccination Contre le Papillomavirus Humain au Canada préventi o n La Loterie du Code Postal de la Vaccination Contre le Papillomavirus Humain au Canada PAR JAIME MCDONALD, BSCPHARM, PHARMD Contexte Le papillomavirus humain (PVH) est l une des plus fréquentes

Plus en détail

Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU)

Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU) Maladies infectieuses Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU) Analyse de l Enquête santé et protection sociale (ESPS), 2012 Sommaire

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Rencontre entre l épidémiologie et les sciences humaines : à propos du programme REMPAR

Rencontre entre l épidémiologie et les sciences humaines : à propos du programme REMPAR Julie KALECINSKI Delphine LUTRINGER J. Haesebaert, P. Vanhems, C. Lasset, F. Chauvin 5ème congrès International d'épidémiologie ADELF/EPITER Bruxelles,13 septembre 2012 Rencontre entre l épidémiologie

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE La vaccination pour la prévention du cancer du col de l'utérus, des lésions précancéreuses du col et des condylomes vulvaires est recommandée chez les jeunes filles de 14 ans. Elle

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Le point sur la vaccination en France

Le point sur la vaccination en France Le point sur la vaccination en France Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant- Bron Président du Comité technique des vaccinations Semaine Européenne de la vaccination-

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S.

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S. QUAND REPRENDRE UNE CONISATION Dr FOURNET S. Après CONISATION Taux de succès: 90 à 95 %, sous colposcopie 75 % des échecs dans les 2 ans de suivi RR x5 de récidive, jusqu à 25 ans après ttt RR de cancer

Plus en détail

Infections HPV et leur prévention par le vaccin

Infections HPV et leur prévention par le vaccin Infections HPV et leur prévention par le vaccin J.J. Baldauf 1, C.Y. Akladios 1, E. Baulon 1, E. Faller 1, M. Fender 2 Liens d intérêts: Investigateur principal et crédits de recherche : MSD Sanofi-Pasteur

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale version 4 page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/008/C Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N Date de la version modification 1 13/03/2003 2 09/05/2004 3 07/06/2012 Suivi des modifications Objet de la

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Vaccination contre les HPV

Vaccination contre les HPV Vaccination contre les HPV *Pr Hélène Peigue-Lafeuille Laboratoire de Virologie, CHU Clermont-Fd CNR Enterovirus- parechovirus, Laboratoire associé EA4843 Université d Auvergne Clermont1 *Haut Conseil

Plus en détail

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon Plan I- INTRODUCTION II-EPIDEMIOLOGIE II.1- VIH et lésions préinvasives II.2-VIH et lésions invasives III- PRISE

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail

Le Dépistage Mammographique

Le Dépistage Mammographique Le Dépistage Mammographique (Femme non Mutée) avant 50 ans Pour Qui, Pourquoi? Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Et mes Remerciements à I. Thomassin- Naggara Point de Référence

Plus en détail

ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE

ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE Projets dans le cadre du: Master M2 professionnel Statistiques et méthodologie en recherche biomédicale (Université Paris XI) Lille, le 07 juin 2011 ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION

RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION i PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS GRÂCE AU LEADERSHIP, AUX PARTENARIATS,

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2 Utilisation en pratique courante d Agents Stimulants l Erythropoïèse chez 2310 patients cancéreux au regard des recommandations des sociétés savantes : Une sous-analyse de l étude française ORHEO Auteurs

Plus en détail

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Conférence de presse du 9 septembre 2010 Pourquoi évaluer l état de santé? Collecte

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ET PRONOSTIC DU CANCER DU COL UTERIN AU SENEGAL

EPIDEMIOLOGIE ET PRONOSTIC DU CANCER DU COL UTERIN AU SENEGAL Journée scientifique du RIIP Afrique/ IPD 20 Juin 2014, Hôtel Savana Dakar EPIDEMIOLOGIE ET PRONOSTIC DU CANCER DU COL UTERIN AU SENEGAL C A T Diarra.Kassé A A. Gaye P M.Dieng MM. Diouf D. Ka S. Konaté

Plus en détail

Vaccination contre les infections à papillomavirus humains. Collection Avis et Rapports

Vaccination contre les infections à papillomavirus humains. Collection Avis et Rapports Vaccination contre les infections à papillomavirus humains Collection Avis et Rapports Vaccination contre les infections à papillomavirus humains La vaccination contre les infections à papillomavirus humains

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation des résultats 09 juin

Plus en détail

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire FILGRASTIM Développement clinique de Binocrit EPO Biosimilaire Binocrit, Une nouvelle Epo α Binocrit est une érythropoïétine recombinante humaine stimulant la formation des érythrocytes (1). Binocrit est

Plus en détail

Journées Françaises de Radiologie Paris, 2010

Journées Françaises de Radiologie Paris, 2010 Prévalence de la Fibrose Néphrogénique Systémique (FNS) chez le patient dialysé : Etude Pro-FINEST S. Amet 1 ; G. Reinhardt 2 ; J.Y. Gauvrit 3 ;A.Castot 4 ; G. Choukroun 5 ; C. Francès 6 ; C. Kreft-Jaïs

Plus en détail

Introduction Littérature Approche Durée de chômage Transitions Conclusion. Laurent Gobillon (INED, PSE-INRA et CREST) 19 janvier, 2009

Introduction Littérature Approche Durée de chômage Transitions Conclusion. Laurent Gobillon (INED, PSE-INRA et CREST) 19 janvier, 2009 Ségrégation résidentielle, accès à l emploi et chômage Laurent Gobillon (INED, PSE-INRA et CREST) 19 janvier, 2009 Supports de la présentation Gobillon L., Magnac T. et H. Selod (2007). The effect of location

Plus en détail

A. Cabié, P. Pugliese, C. Delpierre, L. Cuzin, E. Billaud, S. Stegman, A. Cheret, T. Jovelin, P. Dellamonica et le groupe Dat Aids

A. Cabié, P. Pugliese, C. Delpierre, L. Cuzin, E. Billaud, S. Stegman, A. Cheret, T. Jovelin, P. Dellamonica et le groupe Dat Aids Évaluation de l impact sur la qualité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH de l intégration d un outil d aide à l application des recommandations de bonnes pratiques (NadisWorkflow )

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Généralement, les premiers sentiments amoureux et l éveil de la sexualité apparaissent à l adolescence. Ce moment

Plus en détail

Facteurs hormonaux et risque de cancer de la thyroïde : une étude cas-témoins en population en France.

Facteurs hormonaux et risque de cancer de la thyroïde : une étude cas-témoins en population en France. UMRS 1018 Facteurs hormonaux et risque de cancer de la thyroïde : une étude cas-témoins en population en France. Leux C, Truong T, Anger A, Guizard AV, Schvartz C, Guénel P Épidémiologie environnementale

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL

Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL Philippe Vanhems, PU-PH Service d Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention,

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Méthodes contraceptives dites «barrières et naturelles»

Méthodes contraceptives dites «barrières et naturelles» Méthodes contraceptives dites «barrières et naturelles» DU régulation des naissances et suivi de la femme VERSION 2013 Dr Rocher-Escriva Praticien Attaché Service Pr Hocké Maternité Pellegrin CHU de Bordeaux

Plus en détail

Profils socio-démographiques des patients venant avec et sans rendez-vous en consultation de médecine générale

Profils socio-démographiques des patients venant avec et sans rendez-vous en consultation de médecine générale Profils socio-démographiques des patients venant avec et sans rendez-vous en consultation de médecine générale Thèse de médecine Esther Batsch Directeurs de thèse: G Lazimi et G Ibanez SFTG Recherche 08

Plus en détail

SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2015 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT

SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2015 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2015 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale ------------

Plus en détail

Nous avons pris connaissance avec intérêt

Nous avons pris connaissance avec intérêt Vaccin papillomavirus : quelle efficacité, quels risques? Nous avons pris connaissance avec intérêt de votre article Vaccins papillomavirus et grossesse : la situation début 2012, notamment de l encadré

Plus en détail

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Q1: Pour quelle raison a-t-on organisé le suivi de cette cohorte? Les rayonnements

Plus en détail

Assises de la Fondation FondaMental en Île-de-France

Assises de la Fondation FondaMental en Île-de-France Assises de la Fondation FondaMental en Île-de-France Jeudi 11 juin 2015 Ministère de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche Amphithéâtre Gay Lussac Les Centres Experts Une

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul XXII ème

Plus en détail

Sondage OBEA/INFRAFORCES

Sondage OBEA/INFRAFORCES 21, rue Viète 75017 Paris Tel : +33 (0)1 40 53 47 47 Internet : www.infraforces.com Sondage OBEA/INFRAFORCES LES ARRETS MALADIE Paris, le 8 décembre 2011 Votre contact Delphine MIRANDE Directrice d Etudes

Plus en détail

De l infection HPV au cancer du col en passant par le frottis le test HPV et le vaccin

De l infection HPV au cancer du col en passant par le frottis le test HPV et le vaccin De l infection HPV au cancer du col en passant par le frottis le test HPV et le vaccin Des données simples et pratiques!!!! J-J. Baldauf Département de Gynécologie-Obstétrique Hôpital de Hautepierre, Strasbourg

Plus en détail

Monsieur Mars di Bartolomeo Président de ia Chambre des Député-e-s Luxembourg. Luxembourg, le 24 octobre 2014. CHAMBKL 0 i DLPUTES Enîréf

Monsieur Mars di Bartolomeo Président de ia Chambre des Député-e-s Luxembourg. Luxembourg, le 24 octobre 2014. CHAMBKL 0 i DLPUTES Enîréf Monsieur Mars di Bartolomeo Président de ia Chambre des Député-e-s Luxembourg Luxembourg, le 24 octobre 2014 CHAMBKL 0 i DLPUTES Enîréf Monsieur le Président, n Iji. i. / tui Par la présente et conformément

Plus en détail

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles.

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. M.TALEB ; S. BRADAI Faculté de Médecine de Sidi Bel Abbès (Algérie) Introduction la vaccination

Plus en détail

Allergie Diversification ou l histoire d un

Allergie Diversification ou l histoire d un Allergie Diversification ou l histoire d un G Putet Hopital de la Croix-Rousse - Hospices Civils de Lyon Université Claude Bernard Allergie Diversification ou l histoire d un Allergie Diversification ou

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine

Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine Béatrice VALDES Institut d Études Démographiques de l Université Montesquieu-Bordeaux IV. Malgré de nombreuses campagnes

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

THÈSE IMPACT DE LA MODIFICATION D AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE SUR LA VARIATION DE LA RÉPARTITION EN ÂGE DE LA POPULATION VACCINÉE

THÈSE IMPACT DE LA MODIFICATION D AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE SUR LA VARIATION DE LA RÉPARTITION EN ÂGE DE LA POPULATION VACCINÉE UNIVERSITÉ TOULOUSE III Paul SABATIER FACULTÉ DE MEDECINE RANGUEIL Année 2015 2015 TOU3 1039 THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE SPECIALITÉ MÉDECINE GÉNÉRALE PRÉSENTÉE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 PRÉSENTATION DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats de l enquête ménage et de l enquête individuelle...11 CHAPITRE 2

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES. AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS et du CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES. AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS et du CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS et du CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Analyse médico-économique de l Uro-IRM dans le diagnostic d une obstruction urinaire STIC 2006

Analyse médico-économique de l Uro-IRM dans le diagnostic d une obstruction urinaire STIC 2006 Analyse médico-économique de l Uro-IRM dans le diagnostic d une obstruction urinaire STIC 2006 Kossar Hosseini ab, Marc Soudant ab, Emilien Micard d, Philippe Chaumet-Riffaud c, Michel Claudon de, Francis

Plus en détail

Les condylomes ano-génitaux chez l enfant ; Ne pas méconnaître l abus sexuel.

Les condylomes ano-génitaux chez l enfant ; Ne pas méconnaître l abus sexuel. Les condylomes ano-génitaux chez l enfant ; Ne pas méconnaître l abus sexuel. DR DAHMANI.B, DR SARI HASSOUN ; DR BOUCHENNAK- KHELLADI, PR O.BOUDGHENE STAMBOULI Service de dermatologie chu de Tlemcen introduction

Plus en détail

Le dépistage de masse du cancer colorectal

Le dépistage de masse du cancer colorectal Le dépistage de masse du cancer colorectal M. YCHOU C.R.L.C. Val d Aurelle CHU Monpellier Mortalité par cancer colorectal par région 36000 nouveaux cas 17000 décès annuels Hommes Femmes Conditions optimales

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study COMMUNIQUE DE PRESSE CYD14 study Le candidat vaccin dengue développé par Sanofi Pasteur passe avec succès la dernière étape de l étude d efficacité clinique de phase III conduite en Amérique latine - La

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

TMS les données belges relatives à la lombalgie

TMS les données belges relatives à la lombalgie TMS les données belges relatives à la lombalgie Pr Philippe Mairiaux Université de Liège «Comment prévenir les TMS?», Bruxelles, 22 octobre 2007 Epidémiologie de la lombalgie en population générale (Inserm

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail

Les enjeux de la recherche interventionnelle dans les consultations de précarité

Les enjeux de la recherche interventionnelle dans les consultations de précarité Atelier ANRS sur les recherches interventionnelles dans le champ VIH/hépatites Lundi 15 Mardi 16 décembre 2014 FIAP Jean Monnet 30, rue Cabanis 75014 Paris Les enjeux de la recherche interventionnelle

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles SOMMAIRE QU EST-CE QU UNE IST? p. 5 La Blennorragie gonococcique p. 7 La Chlamydiose p. Les Condylomes p. L Hépatite B p. L Herpès génital p. Les Mycoplasmes

Plus en détail