Exploitation des domaines skiables Utilisation de la motoneige

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exploitation des domaines skiables Utilisation de la motoneige"

Transcription

1 REOMMANDATION R 401 Recommandation de la NAMTS adoptée par le omité technique national des industries des transports, eau-gaz-électricité, livre, communication, le 28 novembre NAMTS (aisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés) Direction des risques professionnels Exploitation des domaines skiables Utilisation de la motoneige SOMMAIRE Préambule Guide pour l élaboration d un plan de circulation des motoneiges sur le domaine skiable Définition des critères de choix Définition des équipements Définition Équipements Transport de passagers sur motoneige Transport de matériel sur l engin Remorquage de charges Équipement du conducteur et du passager... 4 Référentiel de formation Introduction Référentiel de capacités Objectif global de la formation Référentiel de capacités concernant : La technologie Le droit applicable au conducteur La prévention des risques professionnels L'utilisation des motoneiges Outils d'évaluation des capacités Évaluation du référentiel de capacités relatif au module Technologie des motoneiges Évaluation du référentiel de capacités relatif au droit applicable au conducteur Évaluation du référentiel de capacités relatif à la prévention des risques professionnels Évaluation du référentiel de capacités relatif à l'utilisation des motoneiges Documents d évaluation Annexes

2 PRÉAMBULE Les exploitants des domaines skiables alpins et nordiques font de plus en plus appel aux motoneiges. es équipements permettent d effectuer des déplacements sans fatigue sur de longues distances, d emmener un passager, voire du matériel. La rapidité de leur déplacement fait qu ils sont très appréciés dans la réalisation des secours aux victimes. Leur usage évite de mettre en œuvre des équipements plus lourds tels que les chenillettes. Toutefois, la conduite d une motoneige présente des risques d atteinte à la santé tant pour le conducteur, le passager éventuel que pour les tiers situés sur le trajet de l engin. Afin de maîtriser ces risques, différentes dispositions doivent être prises. Elles concernent les aspects suivants : la formation des individus, les équipements relatifs au conducteur, au passager, à l engin, la connaissance du milieu, la maîtrise des systèmes de communication, les itinéraires de déplacement, l organisation du travail, le droit applicable au milieu spécifique de la montagne. Afin d obtenir une conduite en sécurité de ces motoneiges, la concertation entreprise entre les différents acteurs de la profession a abouti au choix des trois thèmes suivants : les itinéraires : ce texte constitue une aide à l élaboration d un plan de circulation, les équipements : ce texte définit les équipements jugés indispensables tant pour le personnel que pour les engins, la formation : ce texte a pour objet de définir l ensemble des capacités à transmettre aux stagiaires. Il précise également la manière dont est évaluée l acquisition de ces capacités. es différents domaines ayant été traités, il appartient : au chef d entrerpise de reconnaître à certains de ses salariés, la possibilité de conduire des motoneiges en leur délivrant une autorisation de conduite. ette autorisation de conduite est établie par écrit pour les salariés ayant : été reconnus aptes médicalement, satisfait à l évaluation de la formation, reçu une connaissance des lieux et des instructions à respecter. au conducteur de mettre en application tous les éléments d ordres théorique et pratique. Définition des critères de choix Effectuer un découpage du domaine skiable en secteurs géographiques cartographiés selon l importance de la zone considérée. Inventorier les déplacements réguliers à effectuer et lister les missions à accomplir. Positionner les pistes de ski, les remontées mécaniques et les points stratégiques tels que : les centres médicaux (médecins, aires d atterrissage (DZ) d hélicoptères, zones d évacuation des blessés...), les postes de secours, les lieux d accès des remontées mécaniques, les zones de parkings, les ateliers d entretien et de maintenance, les points de ravitaillement (carburants, lubrifiants...). Repérer les zones sensibles telles que : le croisement avec des téléskis, les grenouillères, les dévers, les fortes pentes, les zones exposées aux avalanches (cf. PIDA quand il existe), les équipements connexes (ancrages de treuils, enneigeurs...), les zones potentielles d intervention de chenillettes équipées de treuil, les tronçons de pistes de ski ouvertes. Reporter les zones d accès interdit (lacs gelés, zones de captage d eau potable, barres rocheuses...). Tracer sur le plan les itinéraires privilégiés reliant les points stratégiques et évitant autant que possible les zones sensibles. Identifier clairement les itinéraires exposés aux risques d avalanches. Il en est de même pour les passages à caractère particulier (cassure prononcée de terrain, passage étroit...). Indiquer sur le plan la(les) personne(s) en charge d informer ces conducteurs de motoneige du caractère accessible ou non des itinéraires dont elle(s) a(ont) la charge (conditions météo, risque d avalanches, présence de câbles, d obstacles inhabituels...). Indiquer les éventuelles limites d évolution géographique de chaque motoneige, avec ou sans luge. Le cas échéant préciser les horaires pendant lesquels tel ou tel parcours peut être emprunté ou interdit (arrêtés municipaux, présence de câbles de treuils de chenillettes, exécution du PIDA...). Présenter et commenter chaque plan par secteur aux utilisateurs dans le cadre de l autorisation de conduite attribuée par l employeur. Réactualiser ce plan autant que nécessaire. GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE IRULATION DES MOTONEIGES SUR LE DOMAINE SKIABLE e texte est destiné aux responsables d exploitation des domaines skiables. Il leur permet d élaborer leur plan de circulation, en fonction des exigences de sécurité, de secours et d exploitation, que tout conducteur de motoneiges doit respecter. Il peut être admis de sortir des itinéraires retenus, tout en respectant scrupuleusement les «principes généraux de conduite et de circulation», les consignes et les procédures de l entreprise. NOTA 1. En fonction des difficultés de reconnaissance d un itinéraire sur le terrain, chaque exploitant détermine l opportunité d un balisage et/ou d une signalisation adaptés. NOTA 2. Il appartient à chaque responsable d exploitation, de s assurer que toutes les dispositions prises sont dans le cadre de la loi du 3 janvier 1991 (plus circulaire Barnier du 23 décembre 1993, puis circulaires du 29 décembre 1993, du 22 février 1994), qui régit le cadre juridique de l utilisation des motoneiges à l occasion d opérations de secours pour les personnes et lors d intervention pour des problèmes d exploitation. L organisation de la sécurité sur les domaines skiables relève de la police administrative exercée par le maire, conformément aux articles L et suivant du code général des collectivités territoriales. 2 Recommandation R 401

3 1. Définition DÉFINITION DES ÉQUIPEMENTS A l unanimité, les membres du groupe de travail considèrent que la motoneige est un équipement de travail mobile à conducteur porté, et qu à ce titre, toutes les propositions futures s entendent bien pour des motoneiges utilitaires telles que celles employées pour l exploitation des domaines skiables. MOTONEIGE Engin automoteur à conducteur porté conçu pour la progression sur neige, équipé de ski(s) directionnel(s) et de chenille(s) de propulsion. On choisira de préférence un engin dont les caractéristiques géométriques et mécaniques sont adaptées à un usage utilitaire. Les émissions de polluants (gaz, fumées, gouttes d huiles) des engins à moteur thermique devront être conformes aux normes et règlements en vigueur concernant le travail et l environnement. 2. Équipements Skis directionnels De préférence, choisir un engin équipé de deux skis directionnels à voie large afin de prévenir les risques de renversement. Arrêt d urgence L engin doit être équipé de deux commandes d arrêt d urgence, à savoir : un bouton poussoir de couleur rouge en saillie aisément accessible commandant l arrêt moteur, un mécanisme actionné par l arrachement d une pièce reliée par un cordon au conducteur et commandant simultanément l arrêt moteur et le déclenchement du frein complémentaire. Frein complémentaire Un dispositif de freinage complémentaire au frein placé sur la transmission, agissant directement sur la neige est obligatoire pour l exploitation des sites de ski alpin. e dispositif à commande indépendante doit agir automatiquement en cas d arrêt d urgence provoqué par le dispositif à arrachement. Signalisation et éclairage de l engin L engin doit être équipé : d un avertisseur sonore mono-ton à commande à impulsion, d une signalisation sonore complémentaire à émission alternative, à mise en marche automatique sur enclenchement de la marche arrière et à commande volontaire sur la marche avant, d un éclairage composé d un phare blanc à l avant et d un feu de position rouge à l arrière, dont le fonctionnement permanent et automatique est lié à la mise en marche de l engin, d une signalisation lumineuse complémentaire de couleur orange à émission alternative, visible sous tous les angles, et dont le fonctionnement permanent et automatique est lié à la mise en marche de l engin. Repose-pieds Les repose-pieds du conducteur et du passager doivent être antidérapants, admettre tout type de chaussures et être munis de calepieds pour le passager. Pare-brise L engin doit être équipé d un pare-brise avant protégeant le conducteur des intempéries pendant la marche. e pare-brise doit être transparent, déformable, avec des bords non coupants et avoir un contour nettement visible. Bavette arrière L engin doit être équipé d une bavette arrière souple limitant les projections de neige, glace ou autres, créées par la rotation de la chenille. 3. Transport de passagers sur motoneige (pour les motoneiges autorisant le transport) L engin doit être équipé d une selle spécifiée bi-place par le constructeur. Pour la place arrière : d un appui lombaire, de prises pour les mains, de repose-pieds avec cale-pieds. 4. Transport de matériel sur l engin Les structures destinées au transport de matériel sur l engin doivent : être adaptées à leur usage (à titre d exemple, prévoir un porteskis adapté au type de skis à transporter : alpin, nordique, surf...), ne pas masquer la signalisation lumineuse, l éclairage de l engin et la visibilité du conducteur, rester dans les limites du gabarit de largeur de l engin. L engin doit être équipé d un porte-bagages arrière dont la charge maximum admissible est indiquée sur la machine par le constructeur. Le porte-bagages arrière doit assurer à la fois le maintien et permettre l arrimage des charges transportées. Il doit être muni d une protection avant efficace évitant toute projection de charge sur les personnes utilisant l engin. 5. Remorquage de charges L engin utilitaire doit être équipé d un dispositif d attelage fixé aux points d ancrage définis par le constructeur, et conformément aux instructions de sa notice technique. Le remorquage de charges ne doit se faire qu avec des dispositifs d accouplement rigides. rochet d attelage Le crochet d attelage de l engin tracteur doit présenter les caractéristiques suivantes : permettre une traction au moins égale au poids de l engin tracteur à vide, R 401 Recommandation 3

4 être accompagné d une indication lisible portée en permanence sur l engin donnant la masse maximale du véhicule tractable ainsi que la charge maximale verticale autorisée au point d attelage, être d un modèle s opposant au décrochage accidentel du véhicule tracté et permettant toutes les manoeuvres habituelles de conduite sans subir de déformation, être complété par un point d ancrage de sécurité indépendant du crochet lui-même et dont la résistance à la traction doit être au moins égale à la masse de l engin tracteur à vide. Amarrage de sécurité Elément (câble ou chaîne par exemple) complétant obligatoirement le dispositif d accouplement rigide, reliant le point d ancrage de sécurité de l engin tracteur et le véhicule tracté, résistant à une traction au moins égale au poids en charge du véhicule tracté. Luge de transport Véhicule tracté, glissant sur la neige, et permettant de transporter du matériel ou des personnes, dont : la largeur ne doit pas dépasser le gabarit de largeur de la motoneige tractrice, le poids total en charge ne doit pas dépasser le poids à vide de la motoneige tractrice, le maintien et la possibilité d arrimage des charges transportées doivent être assurés, le timon d attelage doit être équipé d un anneau d accrochage dont la tige peut tourner librement dans son manchon d attache et d un système d absorption des chocs. Le transport de personnes ne peut se faire qu en position assise sur une luge possédant des sièges spécialement aménagés et une suspension adaptée (1). Luge de secours Luge de transport avec suspension qui doit permettre de transporter en sécurité une personne blessée ou malade en position allongée ainsi que le secouriste chargé de sa surveillance (1). Vêtements Le conducteur et son passager seront équipés de vêtements permettant de lutter efficacement contre le froid. asques de protection Le conducteur et son passager seront équipés de casque de protection. Le casque est principalement destiné à protéger la tête du porteur contre les chocs. Il peut assurer en outre une protection contre le froid et le bruit par exemple. Il peut être équipé d accessoires comme un système de communication, des protecteurs de l œil, un écran facial ou une protection de la partie inférieure du visage. Le casque doit être conforme à la norme EN de janvier 2002 (casque de protection pour conducteurs et passagers de motoneiges et bobsleighs) ou au règlement n 22 série 05 d amendements des Nations Unies (prescriptions uniformes relatives à l homologation des casques de protection et de leurs écrans pour conducteurs et passagers de motocycles et de cyclomoteurs). On choisira de préférence un casque : le plus léger possible, sans excéder 1,5 kg, de couleur vive facilement perceptible ( jaune ou orange par exemple, le blanc étant à exclure), avec un champ de vision le plus vaste possible, comportant des protecteurs de l œil incorporés ou permettant le port aisé et confortable de lunettes ou masque de ski, permettant de réaliser en toute sécurité d autres interventions (monter aux pylônes, charger du matériel...), avec un habillage intérieur facile d entretien (si possible démontable pour une meilleure asepsie), individuel pour chaque intervenant (si le même casque est à disposition de plusieurs personnes, pour maintenir un bon niveau d hygiène, on fournira des cagoules individuelles). Rejet des polluants Si possible, installer sur l engin tracteur à moteur thermique (ou en complément sur les luges destinées au transport de personnes) des dispositifs de rejet des gaz et fumées d échappement évitant aux voies respiratoires des passagers de se trouver sur la trajectoire des polluants. 6. Équipement du conducteur et du passager haussures Le conducteur sera équipé de préférence avec des chaussures à semelle antidérapante. Gants Le conducteur et son passager seront équipés de gants chauds et confortables, semblables à ceux utilisés pour la pratique du ski. (1) L inspection du travail des transports émet des réserves quant au transport des personnes dans une luge attelée à une motoneige. 4 Recommandation R 401

5 1. Introduction RÉFÉRENTIEL DE FORMATION A titre indicatif, la durée d une formation pour une personne n ayant jamais conduit de motoneige est de deux jours environ, y compris l évaluation. Un recyclage devra être effectué régulièrement. 2. Référentiel de capacités 2.1. Objectif global de la formation Au terme de la formation, le conducteur formé devra être capable : de conduire en sécurité les motoneiges dans le cadre des missions d exploitation des domaines skiables alpins et nordiques, d exploitation des remontées mécaniques et de participation à des missions de secours (1) : en utilisant les différents types de motoneiges présents dans l entreprise, en appliquant les consignes de sécurité et la réglementation en vigueur, d assurer la maintenance de premier niveau du matériel utilisé (2), de rendre compte par écrit des anomalies et des difficultés rencontrées lors de l utilisation de l engin Référentiel de capacités concernant La technologie Le conducteur doit être capable de : T1. Identifier : le mode de motorisation de l engin (moteur électrique, thermique...), la possibilité d embarquer un passager sur la motoneige, la possibilité de tracter une luge. T2. Identifier les principaux organes d un engin et expliquer leur fonction (système de freinage et d immobilisation...). T3. Identifier les différents équipements et accessoires, définir leur fonction et leur mode d utilisation (qu ils soient relatifs à la motoneige ou à une luge tractée). T4. Justifier la nécessité d avoir des batteries en bon état et citer les éléments indicateurs qui montrent qu une intervention d entretien doit être effectuée. T5. Justifier l intérêt des vérifications et des opérations de début et de fin d'utilisation de la motoneige Le droit applicable au conducteur Le conducteur doit être capable de : L1. iter des éléments qui pourraient être retenus à sa charge dans certaines situations de travail. (1) Les aspects liés aux secours dans le cas de la conduite d une motoneige ne sont pas décrits dans ce référentiel. Ils sont organisés dans chaque établissement par les responsables concernés. (2) haque entreprise définit le contenu des opérations de maintenance de premier niveau à la charge du conducteur. Le présent référentiel ne prend pas en compte ces opérations de maintenance. (3) PIDA : plan d intervention pour le déclenchement des avalanches. L2. Démontrer qu il satisfait aux conditions requises pour conduire et utiliser un engin sur le domaine skiable : aptitude médicale, formation validée, autorisation de conduite, procédure d utilisation voire règlement intérieur, plan de circulation, loi du 03/01/91, arrêté municipal, PIDA (3). L3. iter des circonstances dans lesquelles il doit se retirer d une situation de travail dont il pense qu elle présente un danger grave et imminent, en tenant compte des conséquences envisageables de sa décision La prévention des risques professionnels Le conducteur doit être capable de : P1. iter et expliquer les procédures en usage dans l'entreprise, (communication, radio, plan de circulation ). P2. iter les équipements nécessaires et expliquer leur fonction pour : le conducteur et le passager, la motoneige, ses équipements éventuellement tractés. P3. Identifier les différentes caractéristiques du terrain susceptible d'être emprunté par la motoneige ainsi que celles du manteau neigeux. P4. Recueillir les informations sur les : données météorologiques et nivologiques, différentes activités concernant le domaine (exécution de PIDA, opérations de damage avec ou sans treuil...). P5. Expliquer les mesures de prévention à mettre en œuvre pour la manipulation des produits inflammables L'utilisation des motoneiges Le transfert des capacités d utilisation se fait essentiellement sur la base d exercices pratiques réalisés en partie sur un parcours le plus représentatif possible des situations que le conducteur de motoneige rencontrera ultérieurement,et en partie dans un local où les opérations techniques pourront être effectuées. e parcours comprendra notamment : des virages successifs, des bosses, des couloirs de circulation impliquant des manœuvres à effectuer (marche arrière, demi tour...), des pentes et passages en dévers, où l on travaillera la maîtrise de l engin tant en descente qu en montée, des zones où des fréquentations importantes sont simulées, des secteurs pour effectuer des stationnements en pente, en zone bosselée. Le travail réalisé sur ce parcours peut s effectuer en utilisant les : motoneiges, luges représentatives de celles utilisées, équipements tant pour le conducteur, le passager que pour des personnes transportées sur une luge tractée, équipements et accessoires de la motoneige et le cas échéant de l élément tracté, et ce en conformité avec les éléments des rubriques équipements et circulation. NOTA : Il est important que les stagiaires, dès le début de la formation, utilisent la totalité des équipements assurant leur sécurité et celles des personnes qui sont dans leur environnement. R 401 Recommandation 5

6 Le local peut être équipé de : motoneiges représentatives de celles utilisées, récipients contenant les divers carburants et lubrifiants, chargeur de batteries, batteries, carnet de bord, petits outillages divers. Le conducteur doit être capable de : U1. Réaliser et justifier les opérations de début et de fin d'utilisation de la motoneige. U2. Enregistrer sur le carnet de bord de l'engin les informations nécessaires, notamment les anomalies rencontrées. U3. Adapter la conduite et la vitesse en fonction : de la présence ou non d un passager, de matériel voire d une luge, des caractéristiques de l engin (freinage, puissance, maniabilité, stabilité...), de la configuration du terrain, de la neige, de l environnement (présence de personnes, d autres engins ). U4. Définir l'emplacement le plus approprié pour le stationnement du véhicule et signaler sa présence, y compris en cas de panne de l engin, notamment sur une piste. U5. Utiliser les équipements de sécurité pour prévenir les risques au niveau du conducteur, de(s) passager(s) et de tiers (se référer au groupe de travail Équipements ). U6. Réaliser l équilibrage et le bon arrimage du matériel sur l engin voire sur une luge attelée, y compris lors du transport de blessés, de personnes en difficulté. U7. hanger une courroie. U8. Réaliser un démarrage de secours. U9. Réaliser un remorquage de l engin en situation de dépannage. 3. Outils d'évaluation des capacités 3.1. Évaluation du référentiel de capacités relatif au module Technologie des motoneiges T1. Identifier : le mode de motorisation de l engin (moteur électrique, thermique...), la possibilité d embarquer un passager sur la motoneige, la possibilité de tracter une luge. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION ette capacité est évaluée à partir d'exercices pratiques, en présence d une motoneige. Sur demande de l examinateur, le candidat indique les éléments suivants : le mode de motorisation, la possibilité (ou non) d embarquer un passager, la possibilité (ou non) de tracter une luge. T2. Identifier les principaux organes d un engin et définir leur fonction (système de freinage et d immobilisation...). T3. Identifier les différents équipements et accessoires, définir leur fonction et leur mode d utilisation (qu ils soient relatifs à la motoneige ou à une luge tractée). MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION es deux capacités sont évaluées à partir d'exercices pratiques, en présence d une motoneige. Sur demande de l examinateur, le candidat indique les éléments suivants : Guidon avec : compteur kilométrique et compteur devitesse, commande de l éclairage, commande d avertisseur sonore, coupe batterie manuel, commande de freinage, commande d accélérateur, commande d arrêt moteur. Skis et lisses Suspension henille(s) d entraînement avec : crampons à glace, bavette de protection. ommande de vitesse ommandes d arrêt d urgence Moteur et type (thermique ou électrique) Réservoir carburant Réservoir lubrifiant Batterie(s) lé de démarrage Lanceur à main de démarrage Selle, nombre de places admises, prises de mains, appui lombaire Repose pieds conducteur et passager, cale pieds passager Dispositif de remorquage Eclairage Feux AV et AR Pare brise Avertisseur manuel et avertisseur sonore automatique de marche arrière Signalisation lumineuse complémentaire offre à outils ourroie de transmission de rechange Bracelet coupe circuit (fonctionne par arrachement) Système de freinage complémentaire (bêche ou griffe) Indicateurs de niveaux de : carburant, huile. Porte bagages Porte fanion et fanion Dispositif d attelage, et amarrage de sécurité Luge équipée d un double système d attelage NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ es deux capacités seront évaluées sur une note variant de 0 à 20. La note obtenue est ajoutée à celle de T1 et T4. (Voir le document n 1 page 12). NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ La première question est notée sur 2, les deux autres sur 4 soit un total de 10. La note obtenue est ajoutée à celle relative à T2 et T3 ainsi que T4. (Voir le document n 1, page 12). 6 Recommandation R 401

7 T4. Justifier la nécessité d avoir des batteries en bon état et définir à quel moment une intervention d entretien doit être effectuée. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION es capacités seront évaluées à partir d'un document sur lequel le stagiaire devra porter les éléments suivants : En ce qui concerne la nécessité d avoir la batterie en bon état : un bon fonctionnement des freins hydrauliques, un démarrage de l engin, l allumage des feux de signalisation (feu à éclats ou gyrophare...) En ce qui concerne la définition des éléments indicateurs : le liquide affleure un ou plusieurs éléments, les cosses présentent un début d oxydation, le démarrage est difficile, le fonctionnement des freins hydrauliques est mauvais. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ ette capacité est évaluée par deux notes variant de 0 à 5. Les notes obtenues sont ajoutées à celles de T1 et T2, T3. (Voir le document n 1 page 12). Sur l ensemble des capacités T1, T2 et T3, T4 la note attribuée peut varier de 0 à 40. La note minimum sur l ensemble de ces quatre capacités est de 24. (Voir le document n 1 page 12 et le document de synthèse n 11 page 24). T5. Justifier l intérêt des vérifications et des opérations de début de journée et en fin d'utilisation de la motoneige. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION es capacités seront évaluées à partir d'un tableau non rempli sur lequel le stagiaire devra porter les éléments suivants : En début de journée quels éléments faut-il vérifier? Expliquer pour chacun pourquoi? le niveau de carburant, de lubrifiant, l état de la batterie, la présence du bracelet coupe circuit, l état général de l appareil, (chenille, carrosserie...) le bon démarrage de la motoneige, le bon fonctionnement des éléments de sécurité, la commande des freins, l éclairage, la tension, l état de la courroie, la présence de la courroie de rechange, la liberté de mouvement des patins et de(s) la chenille(s) le bon état du câble de commande de l accélérateur En fin d utilisation : contrôler les niveaux et faire les complé-ments nécessaires, contrôler la batterie, examiner l état général de l engin, renseigner le carnet de bord, enlever la clé de contact et le bracelet coupe circuit Évaluation du référentiel de capacités relatif au droit applicable au conducteur L1. iter des éléments qui pourraient être retenus à la charge du conducteur dans certaines situations. Utilisation d un questionnaire. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ RITÈRES D'ÉVALUATION Dans les différentes situations décrites ci-dessous, citer les éléments qui pourraient être retenus à charge du conducteur : 1. Après avoir copieusement arrosé la naissance de son fils par plusieurs apéritifs et digestifs au déjeuner, le conducteur heurte et blesse grièvement un skieur en se déplaçant de la gare de départ du télésiège vers un pylône sur lequel il doit intervenir Élément à charge : conduite en état d ivresse. 2. Alors qu un plan de circulation appliqué dans l établissement stipule que pour rejoindre la télécabine de la Dent percée, il faut cheminer le long de la piste du Loup blanc, le conducteur préfère prendre un raccourci par le vallon de La flamme pour déposer une pièce au départ du téléski du Vallon. Au cours du trajet, le conducteur perd le contrôle de sa motoneige dans une forte pente et se retrouve coincé sous son véhicule. La victime est grièvement blessée et l engin est hors d usage. Élément à charge : manquement au respect du plan de circulation. 3. En se rendant rapidement sur le lieu d un accident pour porter secours, un conducteur de motoneige traverse la piste rouge Des Tisons, pour gagner du temps, et heurte un skieur en le blessant grièvement. Élément à charge : manquement dans la maîtrise de la motoneige 4. Alors que le conducteur de motoneige, pisteur secouriste, porte secours à un skieur blessé, l engin étant stationné à proximité sur la piste derrière une bosse, un skieur débouche très rapidement de la bosse et vient heurter violemment la motoneige. e skieur est blessé grièvement et doit être évacué par hélicoptère. Élément à charge : absence de signalisation, lieu de stationnement inadapté. 5. Ayant quitté tardivement son poste de vigie à cause d une panne du télésiège, le conducteur de la motoneige se dirige avec son engin directement vers le restaurant d altitude où il a l habitude de prendre son déjeuner et non pas vers le garage des véhicules. Sur le trajet, il heurte violemment un collègue qui revient à pied de ce même restaurant. Élément à charge : utilisation de la motoneige à une fin personnelle, manquement dans la maîtrise de la motoneige. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Sur les 5 cas présentés, la notation est la suivante : 3 bonnes réponses présentées : note 20/20 2 bonnes réponses présentées : note 12/20 1 bonne réponse présentée : note 6/20 0 réponse bonne présentée : note 0/20 (Voir le document n 3 pages 14 et 15) NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Une note de 0 à 15 sera attribuée pour la partie correspondant aux opérations de début d utilisation et une note de 0 à 5 pour la partie correspondant aux opérations de fin d utilisation ; soit pour l ensemble une note variant de 0 à 20. Une note minimum de 12 sera requise. (Voir le document n 2 page 13 et le document de synthèse n 11 page 24). R 401 Recommandation 7

8 L2. Démontrer qu il satisfait à toutes les conditions requises pour conduire et circuler avec un engin sur le domaine skiable. Pour conduire, le conducteur doit détenir les documents suivants : aptitude médicale, formation validée, autorisation de conduite. Pour circuler, le conducteur doit satisfaire aux conditions décrites dans les textes suivants : procédure d utilisation voire règlement intérieur, plan de circulation, loi du 03/01/91, arrêté municipal PIDA. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION Questionnaire de 3 réponses attendues sur la possibilité de conduire avoir l aptitude médicale délivrée par le médecin du travail, avoir la validation à la formation délivrée par l organisme de formation ou l entreprise, avoir l autorisation de conduite délivrée par l employeur. Questionnaire de cinq réponses attendues sur la possibilité de circuler 1. Quels sont les documents conçus par l entreprise qui font référence à l utilisation des motoneiges? règlement intérieur plan de circulation procédures spécifiques 2. Succinctement, que dit la loi du 3 janvier 1991? Globalement la circulation des engins à moteur est interdite sur les espaces naturels sauf (entre autres) les véhicules utilisés à des fins d exploitation de ces espaces. 3. Succinctement, que dit un arrêté municipal traitant de la motoneige? Il définit les conditions d utilisation des motoneiges sur le domaine skiable. 4. Le PIDA 4.1. Que signifie ce sigle? Plan d interventions pour le déclenchement d avalanches En quoi concerne-t-il un conducteur de motoneige? Le PIDA peut influencer le choix d un itinéraire voire l interdire Où le conducteur doit-il se procurer l information relative au PIDA? Auprès du responsable hiérarchique. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ La capacité est évaluée sur la base de deux notes variant de 0 à 10 pour les deux parties (conduire et circuler). Une note minimum de 12 est requise sur la note totale de 20. La note 0 est éliminatoire. (Voir le document n 4 page 16 et le document de synthèse n 11 page 24). L3. iter des circonstances dans lesquelles il peut éventuellement se retirer d une situation de travail dont il pense qu elle présente un danger grave et imminent, en tenant compte des conséquences envisageables de sa décision. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ Utilisation d un questionnaire. Évaluation par réponse à un certain nombre de cas différents où le conducteur pense qu ils présentent un danger grave et imminent. RITÈRES D'ÉVALUATION Dans les différentes situations décrites ci-dessous, quelles sont celles où le conducteur est en mesure de refuser de conduire une motoneige et dire pourquoi? 1. Un agent de maintenance est invité à porter une pièce de rechange au personnel du télécabine de la station avec la seule motoneige disponible, ce qui l amène à traverser une piste fermée pour risque d avalanche. Le conducteur doit refuser de conduire la motoneige car la zone de circulation à emprunter est exposée à un risque d avalanche. 2. Un nivoculteur est amené à contrôler de nuit un ensemble d enneigeurs par temps légèrement neigeux, en se déplaçant avec une motoneige. Le conducteur ne peut pas refuser de conduire la motoneige car la situation ne présente pas de danger grave et imminent. 3. Dans le cadre de la mise en œuvre du PIDA, la combe des Bruyères est interdite à toute circulation et présence humaine de 8h00 à 8h45 pour cause de tirs de déclenchements d avalanches. Or, ce même jour, l électricien du service maintenance doit se rendre à 8h30 au téléski situé dans cette combe afin que l installation soit en service à 9h00. Le seul moyen de se rendre sur place est la motoneige. Le conducteur peut refuser de conduire la motoneige car la zone de circulation à emprunter est interdite d accès par le PIDA. 4. Sur la piste rouge de La Pierre se déroule à partir de 9h00 une compétition sportive internationale. Le mécanicien de l atelier reçoit la consigne d intervenir sur le télésiège des Lilas, ce qui l amène à traverser obligatoirement la piste rouge vers 9h15. Le conducteur peut refuser de conduire la motoneige car il y a un risque très grand de collision avec les compétiteurs, accompagnateurs Le pisteur secouriste sort d un arrêt maladie suite à une dépression. Après la visite médicale de reprise où le Médecin du travail a prononcé l aptitude au poste, il reprend son activité Alors qu il est toujours sous traitement médicamenteux, il est amené à utiliser la motoneige pour raison de service. Le conducteur ne peut pas refuser de conduire la motoneige car l aptitude au poste a été prononcée par le Médecin du travail en connaissance de causes. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Il y a 3 situations où le conducteur est en mesure de refuser de conduire la motoneige : situations n 1, 3, 4. Il y a 2 situations où le conducteur n est pas en mesure de refuser de conduire la motoneige : situations n 2, 5. La capacité est évaluée sur la base d une note variant de 0 à 20. Une note minimum de 12 est requise. La note 0 est éliminatoire. (Voir le document n 5 pages 17 et 18 et le document de synthèse n 11 page 24). 8 Recommandation R 401

9 Évaluation du référentiel de capacités relatif à la prévention des risques professionnels P1. iter et expliquer les procédures en usage dans l'entreprise (communication radio, plan de circulation s il existe ). MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION En fonction du matériel, des procédures en usage dans l entreprise, il sera décidé des points particuliers à évaluer. L évaluation pourra se faire sous la forme d un entretien ou d une interrogation écrite. Par exemple : les communications radio, le matériel utilisé, les travailleurs isolés, le plan de circulation, les points particuliers du réglement intérieur. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Une note de 0 à 20 sera attribuée à l issue de l entretien ; la note de 12 est le minimum à requérir. (Voir le document n 6 page 19 et le document de synthèse n 11 page 24). P2. iter les équipements nécessaires et expliquer leur fonction pour : le conducteur et le passager, la motoneige, ses équipements éventuellement tractés. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION Le candidat précise les équipements pour le conducteur et le passager : casque, vêtements, gants, chaussures. Pour la motoneige, se reporter au NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Une note de 0 à 20 sera attribuée à l issue de l entretien ; la note de 12 est le minimum à requérir. (Voir le document n 6 page 19 et le document de synthèse n 11 page 24). P3. Identifier les différentes caractéristiques du terrain susceptible d'être emprunté par la motoneige ainsi que celles du manteau neigeux. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION Le stagiaire doit citer et expliquer en regard des différents types de terrain et de qualité de neige proposés les conséquences en terme de situation dangereuse pour le conducteur (risque). Terrain Manteau neigeux pente et longueur heure de circulation dévers neige poudreuse, découvert, boisé glacée, bosselée présence de barres rocheuses exposition au soleil,au vent présence de crevasses iter les conséquences réation d un tableau à deux entrées type/risque Pour le terrain : Terrain Situation dangereuse 1. pente et longueur vitesse excessive, perte d adhérence 2. dévers retournement 3. découvert, boisé perte de repère, non visibilité, collision 4. présence de barres rocheuses chute de pierres (au pied de la barre) chute de l équipage (sur la barre ). 5. présence de crevasses chute de l équipage. Pour le manteau neigeux : Manteau neigeux Situation dangereuse 1. heure de circulation modification de l état du manteau neigeux 2. neige poudreuse enfoncement, manœuvre délicate 3. neige glacée perte d adhérence et de contrôle 4. neige bosselée retournement 5. exposition au soleil éblouissement 6. exposition au vent instabilité du manteau neigeux, congère, avalanche NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Une note de 0 à 20 sera attribuée à l issue de l entretien ; la note de 12 est le minimum à requérir. (Voir le document n 7 page 20 et le document de synthèse n 11 page 24). R 401 Recommandation 9

10 P4. Recueillir les informations sur les : données météorologiques et nivologiques, différentes activités concernant le domaine (exécution de PIDA, opérations de damage avec ou sans treuil...). MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION Pour les données météorologiques et nivologiques : Le stagiaire doit expliquer sur quoi ces données influencent la conduite de la motoneige. Elles ont une influence sur : 1. le choix de l itinéraire, 2. l efficacité de l engin (propulsion, adhérence, freinage ), 3. la possibilité ou l impossibilité de transporter un passager, tracter une remorque Évaluation du référentiel de capacités relatif à l'utilisation des motoneiges L évaluation des capacités d utilisation se fait essentiellement sur la base d exercices pratiques réalisés avec une(des) motoneige(s) sur le parcours et un local tels que décrits en début de chapitre 2.2.4, page 5. U1. Réaliser et justifier les opérations de début et de fin d'utilisation de la motoneige. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION En présence du matériel décrit au paragraphe 2.2.4, le stagiaire doit réaliser les opérations décrites au paragraphe Évaluation de la capacité T5, page 5. Pour les différentes activités concernant le domaine : Le stagiaire doit citer les activités qui sont susceptibles de modifier son itinéraire et expliquer en quoi elles constituent des situations dangereuses sur le tableau suivant non renseigné : Activité Situation dangereuse 1. mise en œuvre du PIDA avalanche 2. damage collision avec engins, modification du manteau neigeux 3. présence de câble de collision avec le treuil de damage, câble 4. manifestations diverses collision avec des personnes, autres engins, obstacles NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Une note de 0 à 20 sera attribuée à l issue de l entretien ; la note de 12 est le minimum à requérir. (Voir le document n 8 page 21 et le document de synthèse n 11 page 24). NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ La capacité est évaluée par deux notes variant de 0 à 10 et de 0 à 5. (Voir le document n 9 page 22 et le document de synthèse n 11 page 24). La note obtenue est ajoutée à celles de U2 à U7. U2. Enregistrer sur le carnet de bord de l'engin les informations nécessaires, notamment les anomalies rencontrées. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION En prolongement de l exercice précédent, le stagiaire renseignera le carnet de bord. Au préalable, l animateur simulera sur la motoneige des aléas que le stagiaire devra déterminer et reporter sur le carnet de bord. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ La capacité est évaluée par une note variant de 0 à 5. La note obtenue est ajoutée à celle de U1 et de U3 à U7. (Voir le document n 9 page 22 et le document de synthèse n 11 page 24). P5. Expliquer les mesures de prévention à mettre en œuvre pour la manipulation des produits inflammables. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION Le candidat doit citer les mesures suivantes : manipuler les hydrocarbures loin de toute source d ignition (ne pas fumer, ne pas être à proximité d une personne qui soude, meule...), être dans un local ventilé ou à l extérieur des locaux. U3. Adapter la conduite et la vitesse en fonction : de la présence ou non d un passager, de matériel voire d une luge, des caractéristiques de l engin (freinage, puissance, maniabilité, stabilité...), de la configuration du terrain, de la neige, de l environnement (présence de personnes, d autres engins...). NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ Une note de 0 à 3 sera attribuée. (Voir le document n 8 page 21 et le document de synthèse n 11 page 24). U4. Définir l'emplacement le plus approprié pour le stationnement du véhicule et informer de sa présence. U5. Utiliser les équipements de sécurité. U6. Réaliser l équilibrage et le bon arrimage du matériel sur l engin voire sur une luge attelée, y compris lors du transport de blessés, de personnes en difficulté. U7. hanger une courroie. U8. Réaliser un démarrage de secours. 10 Recommandation R 401

11 U9. Réaliser un remorquage de l engin en situation de dépannage. MISE EN SITUATION - MATÉRIEL UTILISÉ - RITÈRES D'ÉVALUATION Pour l évaluation de ces capacités, l animateur utilise le parcours type défini au et en apprécie chacune par une note variant de 0 à 20. NIVEAU DE PERFORMANE EXIGÉ La note totale obtenue est ajoutée à celle de U1 et U2. Pour les capacités U7 et U8 le changement de courroie et le démarrage de secours doivent être obtenus sans tenir compte du temps passé à effectuer ces opérations. Le stagiaire devra bien sûr utiliser une courroie de rechange dans un cas et une cordelette de démarrage (lanceur) dans l autre cas Documents d évaluation (pages 12 à 25) es documents transcrivent directement l évaluation des capacités. Ils pourront être utilisés tels quels soit par les examinateurs soit par les stagiaires lors des épreuves. Au nombre de 10, ils permettent d évaluer toutes les capacités relatives au travail d un candidat et ce dans les différents modules : technologie, législation, prévention, utilisation. Les informations contenues dans ces documents sont regroupées dans un tableau établi pour chaque candidat (document de synthèse n 11, page 24). e tableau présente les résultats notés de toutes les épreuves. Enfin, la manière d interpréter les résultats est définie. Pour l ensemble de ces capacités pour lesquelles la note maximale est 120, la note minimale à obtenir est de 80. (Voir le document n 10 page 23 et le document de synthèse n 11 page 24). R 401 Recommandation 11

12 Document n 1. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVE À LA TEHNOLOGIE : T1, T2, T3, T4 (feuille 1/1 renseignée par l examinateur) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (T1) Quel est le mode de motorisation de l engin? Q2 (T1) ette motoneige peut-elle transporter un passager? Pourquoi? Q3 (T1) ette motoneige peut-elle tracter une luge? Pourquoi? Q4 (T2, T3) Montrer les organes, équipements suivants et expliquer leur fonction Guidon avec : - compteur kilométrique et compteur de vitesse - commande des feux - commande d avertisseur - coupe batterie manuel - commande de freinage - commande d accélérateur Skis et lisses Suspension henille(s) d entraînement avec - crampons à glace - bavette de protection ommande de vitesse Moteur et type (thermique ou électrique) Réservoir carburant Réservoir lubrifiants Batterie(s) lé de démarrage Lanceur à main de démarrage Siège et nombre de places, prises de mains Repose pieds passager Dispositif de remorquage Eclairage Feux AV et AR Pare brise Avertisseur manuel et Klaxon automatique de marche arrière offre à outils ourroie de transmission de rechange Bracelet coupe circuit Système de freinage complémentaire (bêche ou griffe) Indicateurs de niveaux de : - carburant - huile Porte fanion et fanion Luge équipée d un double système d attelage Q5 (T4) Pourquoi faut-il avoir une batterie en bon état? Q6 (T4) Quels sont les éléments indicateurs qui montrent qu une intervention d entretien sur la batterie doit être faite? POUR L EXAMINATEUR : Note à la question Q / 2 Note à la question Q / 4 Note à la question Q / 4 Note à la question Q /20 Note à la question Q / 5 Note à la question Q / 5 Note totale /40 Visa examinateur 12 Recommandation R 401

13 Document n 2. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVES À LA TEHNOLOGIE : T5 (feuille 1/1 renseignée par l examinateur) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (T5) Quelles sont les vérifications, opérations à effectuer avant la première utilisation et expliquer pourquoi? le niveau de carburant, de lubrifiants, l état de la batterie, la présence du bracelet coupe circuit, l état général de l appareil (chenille, carrosserie...) le bon démarrage de la motoneige, le bon fonctionnement des éléments de sécurité, la commande des freins, l éclairage, la tension, l état de la courroie, la présence de la courroie de rechange, la liberté de mouvement des patins et de la (des) chenille(s), le bon état du câble de commande de l accélérateur. Q2 (T5) Quelles sont les vérifications, opérations à effectuer en fin d utilisation et expliquer pourquoi? contrôler les niveaux et faire les compléments nécessaires, contrôler la batterie et faire la mise en charge si nécessaire, examiner l état général de l engin, renseigner le carnet de bord, enlever la clé de contact et le bracelet coupe circuit. POUR L EXAMINATEUR : Note à la question Q /15 Note à la question Q / 5 Note totale /20 Visa examinateur R 401 Recommandation 13

14 Document n 3. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVES À LA LÉGISLATION : L1 (feuille 1/2 renseignée par le candidat) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (L1) Sur les cinq situations présentées ci-dessous, quels sont les éléments qui pourraient être retenus à la charge du conducteur de motoneige? 1. Après avoir copieusement «arrosé» la naissance de son fils par plusieurs apéritifs et digestifs au déjeuner, le conducteur heurta et blessa grièvement peu après un skieur en se déplaçant de la gare de départ du télésiège vers un pylône sur lequel il devait intervenir. Éléments à charge : 2. Alors qu un plan de circulation appliqué dans l établissement stipule que pour rejoindre la télécabine de la Dent Percée, il faut cheminer le long de la piste du Loup Blanc, le conducteur préféra prendre un raccourci par le vallon de La Flamme pour déposer une pièce au départ du téléski du Vallon. Au cours du trajet, le conducteur perdit le contrôle de sa motoneige dans une forte pente et se retrouva coincé sous son véhicule. La victime fut grièvement blessée et l engin fut mis hors d usage. Éléments à charge : 3. En se rendant rapidement sur le lieu d un accident pour porter secours, un conducteur de motoneige traversa la piste rouge des Tisons, pour gagner du temps, et heurta un skieur en le blessant grièvement. Éléments à charge : 14 Recommandation R 401

15 Document n 3 (fin). (feuille 2/2 renseignée par le candidat) 4. Alors que le conducteur de motoneige, pisteur secouriste, portait secours à un skieur blessé, l engin étant stationné à proximité sur la piste et ce, derrière une bosse, un skieur déboucha très rapidement de la bosse et vint heurter violemment la motoneige. e skieur fût blessé grièvement et dût être évacué par hélicoptère. Éléments à charge : 5. Ayant quitté tardivement son poste de vigie à cause d une panne du télésiège, le conducteur de la motoneige se dirigea avec son engin directement vers le restaurant d altitude où il a l habitude de prendre son déjeuner et non pas vers le garage des véhicules. Sur le trajet, il heurta violemment un collègue qui revenait à pied de ce même restaurant. Éléments à charge : POUR L EXAMINATEUR : Un nombre de réponses bonnes égal à 3 entraîne une note de / 20 Un nombre de réponses bonnes égal à 2 entraîne une note de / 20 Un nombre de réponses bonnes égal à 1 entraîne une note de / 20 Un nombre de réponses bonnes égal à 0 entraîne une note de / 20 Note totale / 20 Visa examinateur R 401 Recommandation 15

16 Document n 4. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVES À LA LÉGISLATION : L2 (feuille 1/1 renseignée par le candidat) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (L2) Quelles sont les conditions à satisfaire pour conduire une motoneige? Q2 (L2) Quelles sont les conditions à satisfaire pour circuler avec une motoneige? POUR L EXAMINATEUR : Note à la question Q /10 Note à la question Q /10 Note totale /20 Visa examinateur 16 Recommandation R 401

17 Document n 5. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVES À LA LÉGISLATION : L3 (feuille 1/2 renseignée par le candidat) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (L3) Quelles sont les situations pour lesquelles le conducteur est en mesure de refuser de conduire une motoneige et pourquoi? 1. Un agent de maintenance est invité à porter une pièce de rechange au personnel du télécabine de la station avec la seule motoneige disponible, ce qui l amène à traverser une piste fermée pour risque d avalanche. Le conducteur est en mesure de refuser : oui, parce que : non, parce que : 2. Un nivoculteur est amené à contrôler de nuit un ensemble d enneigeurs par temps très légèrement neigeux, en se déplaçant avec une motoneige. Le conducteur est en mesure de refuser : oui, parce que : non, parce que : 3. Dans le cadre de la mise en œuvre du PIDA, la combe des Bruyères est interdite à toute circulation et présence humaine de 8h00 à 8h45 pour cause de tirs de déclenchements d avalanches. Or, ce même jour, l électricien du service maintenance doit se rendre à 8h30 au téléski situé dans cette combe afin que l installation soit à nouveau en service à 9h00. Le seul moyen de se rendre sur place est la motoneige. Le conducteur est en mesure de refuser : oui, parce que : non, parce que : R 401 Recommandation 17

18 Document n 5 (fin). (feuille 2/2 renseignée par le candidat) 4. Sur la piste rouge de la Pierre se déroule à partir de 9h00 une compétition sportive internationale. Le mécanicien de l atelier reçoit la consigne d intervenir sur le télésiège des «Lilas», ce qui l amène à traverser obligatoirement la piste rouge vers 9h15. Le conducteur est en mesure de refuser : oui, parce que : non, parce que : 5. Le pisteur secouriste sort d un arrêt maladie suite à une dépression. Après avoir suivi la visite médicale de reprise où le médecin du travail a prononcé l aptitude au poste, il reprend son activité. Alors qu il est toujours sous traitement médicamenteux, il est amené à utiliser la motoneige pour raison de service. Le conducteur est en mesure de refuser : oui, parce que : non, parce que : POUR L EXAMINATEUR : Un nombre de réponses bonnes égal à 3 entraîne une note de / 20 Un nombre de réponses bonnes égal à 2 entraîne une note de / 20 Un nombre de réponses bonnes égal à 1 entraîne une note de / 20 Un nombre de réponses bonnes égal à 0 entraîne une note de / 20 Note totale / 20 Visa examinateur 18 Recommandation R 401

19 Document n 6. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVES À LA PRÉVENTION : P1, P2 (feuille 1/1 renseignée par l examinateur) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (P1) iter les procédures et leurs points essentiels en usage dans l entreprise et concernant les motoneiges? Q2 (P2) iter les équipements nécessaires et leur fonction pour : le conducteur, le passager, la personne sur l élément tracté : la motoneige, ses équipements tractés et leur fonction : POUR L EXAMINATEUR : Note à la question Q /10 Note à la question Q /10 Note totale /20 Visa examinateur R 401 Recommandation 19

20 Document n 7. VALIDATION DES APAITÉS RELATIVES À LA PRÉVENTION : P3 (feuille 1/1 renseignée par le candidat) SOIÉTÉ, ÉTABLISSEMENT : NOM DE L EXAMINATEUR : NOM DU ANDIDAT : DATE : Q1 (P3) Quelles sont les situations dangereuses créées pour différents types de terrain? TERRAIN SITUATION DANGEREUSE 1. Pente et longueur 2. Dévers 3. Découvert, boisé 4. Présence de barres rocheuses 5. Présence de crevasses Q2 (P3) Quelles sont les situations dangereuses créées par différents types de manteaux neigeux? MANTEAU NEIGEUX SITUATION DANGEREUSE 1. Heure de circulation 2. Neige poudreuse 3. Neige glacée 4. Neige bosselée 5. Exposition au soleil 6. Exposition au vent POUR L EXAMINATEUR : Note à la question Q / 10 Note à la question Q /10 Note totale / 20 Visa examinateur 20 Recommandation R 401

CHARIOTS ELEVATEURS A MAT RETRACTABLE

CHARIOTS ELEVATEURS A MAT RETRACTABLE Référence : 2.2.4.7. Durée : 3 jours Objectifs : Public : 6 personnes Pré-requis : Etre âgé de 18 ans Etre reconnu apte médicalement Moyens pédagogiques : Salle de cours Vidéoprojecteur Animation : Formateur

Plus en détail

Travailler avec un chariot élévateur à fourche - expert (IS-001) Version CT-Q 2011-06-09

Travailler avec un chariot élévateur à fourche - expert (IS-001) Version CT-Q 2011-06-09 Groupe cible Les collaborateurs qui doivent travailler avec un chariot élévateur à fourche sur un terrain d exploitation, dans des installations, ateliers, magasins où les travaux présentent un certain

Plus en détail

3. ÉQUIPEMENT. 3.1 Éclairage. Feux de route. Feux de croisement. Feux de croisement

3. ÉQUIPEMENT. 3.1 Éclairage. Feux de route. Feux de croisement. Feux de croisement 3. ÉQUIPEMENT Cette partie porte sur l équipement obligatoire et facultatif pour votre véhicule. Elle propose aussi des moyens d assurer une utilisation plus sécuritaire de la route. 3.1 Éclairage Nul

Plus en détail

Le portail automobile de référence!

Le portail automobile de référence! Article Premier. - La route et ses dépendances. «Agglomération» : Toute surface sur laquelle ont été bâtis des immeubles rapprochés et dont l entrée et la sortie sont annoncées par une signalisation verticale

Plus en détail

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles ATLANTIQUE Prescriptions & Procédures pour les Interventions d exploitation sur les Routes bi-directionnelles septembre 2008 2 Généralités Ce document a pour objet de définir les procédures de pose et

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur peut engendrer des risques - c est d ailleurs l un des premiers cas d accident de travail. Vous trouverez dans ce document des mesures de sécurité générales ainsi que des indications concrètes liées à

Plus en détail

ILLUMINATIONS DE NOEL

ILLUMINATIONS DE NOEL En période de fin d année, de nombreux agents des services techniques des collectivités territoriales sont confrontés à la pose et la dépose des illuminations de Noël. Cette activité ponctuelle présente

Plus en détail

AFT-IFTIM Limousin Réforme Permis Décembre 2012 < 1/37 sommaire >

AFT-IFTIM Limousin Réforme Permis Décembre 2012 < 1/37 sommaire > 1/37 sommaire > Textes réglementaires Arrêté du 20/04/2012 Fixant les conditions d établissement, de délivrance et de validité du permis de conduire Arrêté du 23/04/2012 Fixant les modalités pratiques

Plus en détail

Chariots tracteurs. Bien connaître pour mieux prévenir. Besoin d informations complémentaires : Contactez votre Service de Santé au Travail

Chariots tracteurs. Bien connaître pour mieux prévenir. Besoin d informations complémentaires : Contactez votre Service de Santé au Travail Besoin d informations complémentaires : Contactez votre Service de Santé au Travail Chariots tracteurs Conduite de chariots en production Les permis c a t é g o r i e s c h a r i o t s Transpalettes à

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Catalogue 2015 Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Edito 2015 C est la rentrée! Période d effervescence s il en est,

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles - Sous-Direction des Services de Secours et des Sapeurs-Pompiers - DDSC 9 - JANVIER 99 Date de mise à

Plus en détail

Travailler avec un chariot télescopique rotatif avec fonction de levage (IS-032) Version CT-Q 2012-03-27

Travailler avec un chariot télescopique rotatif avec fonction de levage (IS-032) Version CT-Q 2012-03-27 Explication : Travailler avec un élévateur à bras télescopique Il existe plusieurs types d élévateurs télescopiques, qui peuvent aussi exercer plusieurs fonctions. Pratiquement tous les élévateurs télescopiques

Plus en détail

PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 5 12

PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 5 12 PARTIE 1: PERMIS DE CONDUIRE 9 1.1 Types de permis 10 Classe 1 10 Classe 2 10. Classe 3 11 Classe 4 12 Classe 5 12 Classe 6 13 Classe 7 Permis progressif (Niveau I et II) 13 Classe 8 14 Classe 9 15 1.2

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE 1 A. MODALITÉS DE MISE A DISPOSITION DU VÉHICULE RESERVATION 1) Faire la demande auprès du CDH53, définir la date à laquelle vous viendrez chercher le véhicule (hors samedi

Plus en détail

Prévention. Infos. tondeuses SOMMAIRE : Sécurité dans l utilisation des. tondeuses

Prévention. Infos. tondeuses SOMMAIRE : Sécurité dans l utilisation des. tondeuses Infos Centre de Gestion de la fonction publique territoriale de la Dordogne - Service Prévention - Infos Prévention n 17 Prévention SOMMAIRE : Sécurité dans l utilisation des tondeuses Travail avec tondeuse

Plus en détail

Ordonnance concernant les exigences techniques requises pour les véhicules routiers

Ordonnance concernant les exigences techniques requises pour les véhicules routiers Ordonnance concernant les exigences techniques requises pour les véhicules routiers (OETV) Modification du 15 avril 2015 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 19 juin 1995 concernant les

Plus en détail

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission COLLECTION Les Essentiels Commission Mai 2013 Président : Eric Faucheux Véhicules électriques & hybrides Les règles de sécurité pour le dépannage des véhicules électriques & hybrides 1 Sommaire I. Les

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

Exigences de la loi 2012: Tracteurs, remorques et véhicules spéciaux

Exigences de la loi 2012: Tracteurs, remorques et véhicules spéciaux Exigences de la loi 2012: Tracteurs, remorques et s spéciaux Remarque: Les données de ces tableaux ne nous engagent pas juridiquement ; elles correspondent à nos connaissances actuelles lors de la date

Plus en détail

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42 1/ Lorsque nous marchons le long d une route avec un groupe d enfants, devons-nous le faire à gauche ou à droite de la chaussée? Quelles précautions particulières devons-nous prendre lors des déplacements

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

JUNGHEINRICH Solutions en intralogistique

JUNGHEINRICH Solutions en intralogistique JUNGHEINRICH Solutions en intralogistique Autorisation de conduite et/ou CACES, comment choisir? Thierry Conroy Préventica Marseille, le 18 juin 2014 Stand C 10 Jungheinrich et la manutention Jungheinrich

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 avril 2011 modifiant l arrêté du 4 mai 2006 relatif aux transports

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL Economie, P.M.E., Classes moyennes & Energie. Guide de Sécurité. Mini-motos (pocket-bikes)

SERVICE PUBLIC FEDERAL Economie, P.M.E., Classes moyennes & Energie. Guide de Sécurité. Mini-motos (pocket-bikes) SERVICE PUBLIC FEDERAL Economie, P.M.E., Classes moyennes & Energie Guide de Sécurité Mini-motos (pocket-bikes) 22.06.2006 Ce guide de sécurité a été élaboré par le Service Sécurité des Produits du Service

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS Service Hygiène et sécurité VOIRIE Fiche 1 CHANTIERS Janvier 2009 LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE De nombreux travaux ou interventions réalisés au sein de la collectivité (élagage des arbres, réseaux d

Plus en détail

RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL D UN VEHICULE UTILITAIRE LEGER

RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL D UN VEHICULE UTILITAIRE LEGER RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL DUREE 2 jours soit14 heures DATES 13 et 14 mars 2013 LIEU Site Centaure A62 Echangeur de Saint-Jory 31150 BRUGUIERES FRAIS PEDAGOGIQUES 540 / stagiaire Niveau

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Rappel sur les obligations des agents en hygiène et sécurité... 3 3-

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

Exploitation à agent seul, EAS

Exploitation à agent seul, EAS Document technique Matériel Moyen Moyen acceptable acceptable de de conformité conformité Exploitation à agent seul, EAS SAM S 010 Applicable sur : RFN Edition du 04/07/2012 Version n 1 du 04/07/2012 Applicable

Plus en détail

Re: REMORQUE ET HOMOLOGATION

Re: REMORQUE ET HOMOLOGATION Re: REMORQUE ET HOMOLOGATION Le permis de conduire et la carte grise Depuis le 1er mars 1999, pour les permis B délivrés après cette date, tracter une caravane ou une remorque de plus de 750 kg requiert

Plus en détail

LE RISQUE ELECTRIQUE

LE RISQUE ELECTRIQUE Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Pôle Concours, Emploi, Santé, Sécurité, Organisation du Travail et Maintien dans l Emploi Service Prévention LE RISQUE ELECTRIQUE En 2010,

Plus en détail

LES VÉHICULES RÉCRÉATIFS CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT

LES VÉHICULES RÉCRÉATIFS CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT LES VÉHICULES RÉCRÉATIFS CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT CONDUITE ET REMORQUAGE SÉCURITAIRES La conduite et le remorquage d un véhicule récréatif exigent le respect de certaines règles (arrimage, charges

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles - Sous-Direction des Sapeurs-Pompiers - DDSC 9 DECEMBRE 2000 SMO 3 Module NEIGE niveau 2 Direction de

Plus en détail

LA CONDUITE DE VEHICULES ET D ENGINS

LA CONDUITE DE VEHICULES ET D ENGINS Fiche outil n 2 LA CONDUITE DE VEHICULES ET D ENGINS Le Code de la route fixe les dispositions relatives à la conduite des différents véhicules automobiles ou ensemble de véhicules pour tous les conducteurs.

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES L image de motards o Parfois mal vus par population (imprudents) o Accélération violentes o Faufile entre voitures o Circule sur trottoirs, bande arrêt d urgence

Plus en détail

Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires

Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires Annexes à la règle CIPA n 22 Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires 1.1 Signaux de sécurité Forme géométrique Signification Couleur de sécurité Couleur de contraste

Plus en détail

E-bike Bicyclette électrique. La nouvelle manière de pratiquer le vélo

E-bike Bicyclette électrique. La nouvelle manière de pratiquer le vélo E-bike Bicyclette électrique La nouvelle manière de pratiquer le vélo 1 Sommaire Introduction p. 3 Technique et équipement p. 4 Règles de la circulation p. 7 Quelle bicyclette électrique pour moi? p. 7

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE SEES Hôtel de Ville Place du Général de GAULLE 61000 SEES Tél: 02.33.81.79.70 ACHAT D UN VEHICULE UTILITAIRE SANS PERMIS A MOTORISATION ELECTRIQUE

Plus en détail

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Révision A du 25/02/11 Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Sommaire : I) Introduction Page 1 II) La formation des opérateurs Page 1 III) Les conditions d exploitation 1) La constitution des charges

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE

EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE HAUTES-ALPES EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 14 JANVIER 2009 SPECIALITE «CONDUITE DE VEHICULES» EPREUVE : Epreuve écrite à caractère professionnel

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 6 décembre 2012 Accord Concernant l adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 12 mai 2014 relatif au livret d apprentissage des catégories A1, A2 et A du permis de conduire NOR : INTS1409938A Publics

Plus en détail

Vu le Code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 2213-2, L. 2213-3, L. 2512-13 et L. 2512-14 ;

Vu le Code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 2213-2, L. 2213-3, L. 2512-13 et L. 2512-14 ; Arrêté n 2006-21575 réglementant la circulation, l arrêt et le stationnement des véhicules de distribution ou d enlèvement de marchandises à Paris sur les voies de compétence préfectorale, annexé à l ordonnance

Plus en détail

Liste de contrôle Ponts roulants

Liste de contrôle Ponts roulants La sécurité, c est réalisable. Liste de contrôle Ponts roulants Travaille-t-on en toute sécurité dans votre entreprise avec des ponts roulants? Les ponts roulants sont couramment utilisés dans l industrie

Plus en détail

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL Le pour les I - Les cheminements extérieurs Article 2 «[ ] Lorsqu une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs

Plus en détail

PERMIS DE CONDUIRE POUR LES TRACTEURS AGRICOLES

PERMIS DE CONDUIRE POUR LES TRACTEURS AGRICOLES PERMIS DE CONDUIRE POUR LES TRACTEURS AGRICOLES Le permis de conduire G Le permis de conduire G Depuis le 15 septembre 2006, un permis de conduire spécifique est exigé pour la conduite des tracteurs agricoles

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

CHARIOT ELEVATEUR FICHE D INSTRUCTION. Prise de poste. Poste de conduite

CHARIOT ELEVATEUR FICHE D INSTRUCTION. Prise de poste. Poste de conduite CHARIOT ELEVATEUR Prise de poste - Munissez-vous des équipements de protection individuelle nécessaires pour le travail à effectuer : - chaussures de sécurité obligatoires - gants de protection - protections

Plus en détail

FEDERATION DES SPORTS MECANIQUES ORIGINAUX FUN-CARS. REGLEMENT PILOTES (Edition 2009) SAISON 2011

FEDERATION DES SPORTS MECANIQUES ORIGINAUX FUN-CARS. REGLEMENT PILOTES (Edition 2009) SAISON 2011 FEDERATION DES SPORTS MECANIQUES ORIGINAUX FUN-CARS REGLEMENT PILOTES (Edition 2009) SAISON 2011 SIEGE : CHEZ M. TROUVAY Gaëtan 18 Hameau le Tôt 76280 GONNEVILLE LA MALLET TEL : 06 12 57 55 60 E-mail :

Plus en détail

Document unique de prévention des risques professionnels sur l exploitation agricole

Document unique de prévention des risques professionnels sur l exploitation agricole Document unique de prévention des risques professionnels sur l exploitation agricole Culture de plein champ FDSEA de l Hérault Service main-d œuvre Juin 2003 Exploitation : RECOMMANDATIONS L employeur

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

MINISTÈRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE MINISTÈRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Paris, le 11 janvier 2007 DIRECTION DE LA VIE ASSOCIATIVE, DE L EMPLOI ET DES FORMATIONS Bureau des métiers, des diplômes et de la réglementation

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 N IDENTIFICATION : CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT spécialité «routes, bases

Plus en détail

Les cyclomoteurs : Aujourd hui, les deux types de cyclo que nous pouvons rencontrer le plus sont les scooters et les mécaboites (50cm3 à vitesses).

Les cyclomoteurs : Aujourd hui, les deux types de cyclo que nous pouvons rencontrer le plus sont les scooters et les mécaboites (50cm3 à vitesses). : Avertissement : Cette documentation a été créée à titre informatif. L auteur décline toute responsabilité en cas d usage sans précaution de cette documentation. Un cyclomoteur est un véhicule à deux

Plus en détail

APPAREILS D ÉLÉVATION ET DE LEVAGE

APPAREILS D ÉLÉVATION ET DE LEVAGE INSTRUCTION GÉNÉRALES D UTILISATION D ÉLÉVATEURS À NACELLE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT LA MISE EN SERVICE!! N UTILISEZ PAS L ÉLÉVATEUR À NACELLE SANS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DES INSTRUCTIONS DECRITES CI-APRÈS!!

Plus en détail

Sauveteur Secouriste du Travail (SST)

Sauveteur Secouriste du Travail (SST) Sauveteur Secouriste du Travail (SST) OBJECTIFS Intervenir efficacement face à une situation d accident Intervenir dans le respect des procédures fixées par l entreprise en matière de prévention. CONTENU

Plus en détail

PLATE-FORME ELEVATRICE MOBILE DE PERSONNES

PLATE-FORME ELEVATRICE MOBILE DE PERSONNES FORMATION PLATE-FORME ELEVATRICE MOBILE DE PERSONNES CACES R386 Yvan MULATTIERI Les Plates-formes Elévatrices Mobiles de Personnes 1 Introduction 2 Les principaux risques 3 Les PEMP en sécurité Sommaire

Plus en détail

C. Conduite de la motoneige

C. Conduite de la motoneige C. Conduite de la motoneige COMPÉTENCE GÉNÉRALE 1 : ASSURER LA SÉCURITÉ DE LA PRATIQUE DE LA MOTONEIGE est essentielle à la pratique de la motoneige dans des conditions agréables et sûres; réduit au minimum

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur - Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant la prévention des risques liés au travail en hauteur. 1. De nouvelles dispositions réglementaires

Plus en détail

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue Circulation des engins motorisés dans les espaces naturels Synthèse règlementation Sommaire

Plus en détail

FONCTION TYPE CARISTE

FONCTION TYPE CARISTE Prévention et Intérim FONCTION TYPE CARISTE 1. Types de chariots élévateurs Seules les personnes de 18 ans et plus qui ont suivi une formation adéquate peuvent conduire un véhicule motorisé (Code sur le

Plus en détail

CACES ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATION R372M

CACES ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATION R372M Certificat d aptitude à la conduite en sécurité Objectifs : Savoir conduire les engins de chantier en sécurité. Durée de la formation : - de 14 à 21H en recyclage ou niveau confirmé - de 35 à 175 H débutants

Plus en détail

COMITE DE FORMATION DES DIRIGEANTS ET DES OFFICIELS

COMITE DE FORMATION DES DIRIGEANTS ET DES OFFICIELS COMITE DE FORMATION DES DIRIGEANTS ET DES OFFICIELS COMMISSAIRE DE PISTE DOSSIER CANDIDAT Madame, Mademoiselle, Monsieur Vous avez souhaité vous investir dans le Sport Motocycliste à travers une formation

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 4 mai 2006 relatif à la circulation des véhicules et matériels agricoles ou forestiers

Plus en détail

FORMATION : Opérations sur les ouvrages et installations électriques (BE Manœuvre-BS / Initial ou Recyclage)

FORMATION : Opérations sur les ouvrages et installations électriques (BE Manœuvre-BS / Initial ou Recyclage) Module Tronc commun n 1 avec module Manœuvre en bas se tension (BE Manœuvre) et module Intervention BT de remplacement et raccordement (BS). Initial ou Recyclage Conformément à la norme NF C 18-510 Public

Plus en détail

Autorisation de conduite et/ou CACES, comment choisir?

Autorisation de conduite et/ou CACES, comment choisir? Autorisation de conduite et/ou CACES, comment choisir? Thierry Conroy Préventica Bordeaux, le 31 janvier 2012 Stand H17 Jungheinrich et la manutention 1953 Le Dr. Friedrich Jungheinrich fonde l entreprise

Plus en détail

FORMATION ET HABILITATIONS ÉLECTRIQUES

FORMATION ET HABILITATIONS ÉLECTRIQUES FORMATION ET HABILITATIONS ÉLECTRIQUES L électricité est un danger qui ne se voit pas. Pourtant, elle est source de nombreux accidents. Connaître et appliquer les principes de base de la sécurité électrique

Plus en détail

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire La meilleure façon de ne pas tomber, c est de ne pas monter! sinon, voici deux façons de vous protéger. Statistiques Les statistiques

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Volcane II Récupérateur de Chaleur Notice d Installation d Utilisation de Maintenance

Volcane II Récupérateur de Chaleur Notice d Installation d Utilisation de Maintenance NT 1166 C 1 /16 20/11/2008 MANUEL D INSTALLATION NORMES DE SECURITE ET MARQUAGE CE Nos techniciens sont régulièrement engagés dans la recherche et le développement de produits de plus en plus efficace

Plus en détail

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles - Sous-Direction des Services de Secours et des Sapeurs-Pompiers - DDSC 9 - JANVIER 1999 Date de mise

Plus en détail

Nacelle Leguan. Bras d élévation. Bonne taille

Nacelle Leguan. Bras d élévation. Bonne taille Français 130/160 Nacelle Leguan Leguan Lifts Oy crée et fabrique ses nacelles à Tempere (Finlande) et a été le premier constructeur à introduire sur le marché, des nacelles automotrices équipées de stabilisateurs.

Plus en détail

CODE DE LA ROUTE. Points particuliers à savoir / à retenir :

CODE DE LA ROUTE. Points particuliers à savoir / à retenir : CODE DE LA ROUTE Points particuliers à savoir / à retenir : - Distance écart avec un cycliste ou un piéton que l on double : 1,5 m en campagne, 1 m en ville. - Les lampes bleues dans un tunnel sont des

Plus en détail

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur.

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. 15.9.2005; errata: M.B. 22.8.2006) Sous-section I.- Champ d application et

Plus en détail

VOUS DÉMÉNAGEZ? CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT

VOUS DÉMÉNAGEZ? CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT VOUS DÉMÉNAGEZ? CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT DOCUMENTS NÉCESSAIRES Lorsque vous conduisez un véhicule, vous devez avoir en votre possession les documents suivants : Un permis de conduire valide de la

Plus en détail

Vu le décret n 79/341 du 03 septembre 1979 portant réglementation de circulation routière, et ses texte modificatifs subséquents ;

Vu le décret n 79/341 du 03 septembre 1979 portant réglementation de circulation routière, et ses texte modificatifs subséquents ; REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX-TRAVAIL-PATRIE DECISION N 00469/D/MINT/DTT/ SDRC DU 01 SEP 2000 CONTENUE DU PROGRAMME, COMPOSITION DES EPREUVES ET MODALITES DE DELIBERATION DE L EXAMEN DU PERMIS DE CONDUIRE

Plus en détail

FORMATION A.C.C.E.S ( engins de chantier ) SCH Fabrice VALENTIN

FORMATION A.C.C.E.S ( engins de chantier ) SCH Fabrice VALENTIN FORMATION A.C.C.E.S ( engins de chantier ) SCH Fabrice VALENTIN SOMMAIRE _PRESENTATION_ 1-REGLEMENTATION 1.1 CODES 1.2 PREVENTION 1.3 CONDUCTEUR ET REGLEMENTATION 2-LES REGLES D UTILISATION DES ENGINS

Plus en détail

1 er guide de prévention du risque routier. tous modes de transport, toutes activités

1 er guide de prévention du risque routier. tous modes de transport, toutes activités 1 er guide de prévention du risque routier tous modes de transport, toutes activités Le sous-marinage est la terminologie qui définit le glissement du bassin sous la ceinture de sécurité. Lors d un accident,

Plus en détail

BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT

BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT Fiche : Hygiène et sécurité BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT Liste des préconisations relatives à l exposition aux facteurs de risque bruit, vibrations, poussières* réputées sans

Plus en détail

2015 22 23 24 janvier 2015

2015 22 23 24 janvier 2015 1 Obligations des exposants et locataires des stands Les exposants doivent respecter le présent cahier des charges. Il est strictement interdit de fumer à l intérieur du hall 2. Les aménagements doivent

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN

NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN Attention : A lire Impérativement! Avant d'utiliser cet appareil, il convient de lire attentivement le

Plus en détail

Travailler avec un élévateur à nacelle automoteur (IS-005) (en ce compris: Travailler avec un élévateur à ciseaux (AV-003)) Version CT-Q 2011-06-09

Travailler avec un élévateur à nacelle automoteur (IS-005) (en ce compris: Travailler avec un élévateur à ciseaux (AV-003)) Version CT-Q 2011-06-09 Version CT-Q 0-06-09 Groupe cible Les travailleurs qui se déplacent sur un terrain d exploitation, dans des installations, entrepôts, magasins, et effectuent des travaux en hauteur à l aide d un élévateur

Plus en détail

TITRE Manuel des Pipelines et Dépôts / Volume 1 Administration SECTION 04 : Sécurité SUJET 28 : Motoneiges, VUTT et VTT

TITRE Manuel des Pipelines et Dépôts / Volume 1 Administration SECTION 04 : Sécurité SUJET 28 : Motoneiges, VUTT et VTT TITRE Manuel des Pipelines et Dépôts / Volume 1 Administration SECTION 04 : Sécurité SUJET 28 : OBJET ET CHAMP D'ACTION La préoccupation au sujet des risques associés à l utilisation des VTT a amené l

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention réseaux électriques monteur souterrain Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PROFIL PARTICIPANTS Tout public. 1. Permettre à un membre du personnel ou à plusieurs d acquérir les compétences nécessaires afin de pouvoir

Plus en détail

1. La conduite des véhicules et engins sur les lieux de travail :

1. La conduite des véhicules et engins sur les lieux de travail : Mis à jour : 30 septembre 2013 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ LA CONDUITE DES VEHICULES ET DES ENGINS - OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES - 1. La conduite des véhicules et engins sur les lieux de travail : Une autorisation

Plus en détail

CONDUITE DEFENSIVE. «Les accidents de circulation représentent encore plus de 20% des accidents dans l E&P»

CONDUITE DEFENSIVE. «Les accidents de circulation représentent encore plus de 20% des accidents dans l E&P» FORMATIONS EXPLORATION & PRODUCTION / 201 3 CONDUITE DEFENSIVE «Les accidents de circulation représentent encore plus de 20% des accidents dans l E&P» FORMATIONS EXPLORATION & PRODUCTION / 2013 CONDUITE

Plus en détail

La route et son code. La route et son code. La route et son code. La route et son code. Prénom : Prénom : Prénom : Prénom :

La route et son code. La route et son code. La route et son code. La route et son code. Prénom : Prénom : Prénom : Prénom : CC by-sa http://bdemauge.free.fr Cette série de petits tests quotidiens te servira d entraînement pour te repérer et saisir rapidement les informations importantes dans un document. Note chaque fois ton

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail