TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE"

Transcription

1 DIAGNOSTIC GAZ À EFFET DE SERRE VULNÉRABILITÉ TERRITOIRE PRÉCARITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE ÉNERGIE VULNÉRABILITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE VULNÉRABILITÉ GAZ À EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ ÉNERGIE DIAGNOSTIC TERRITOIRE DIAGNOSTIC PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE TERRITOIRE ÉNERGIE EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL 2013 Bilan des consommations d énergie et d émissions de gaz à effet de serre du territoire

2 SOMMAIRE 1. LE DIAGNOSTIC DES ENJEUX DU DÉPARTEMENT DU RHÔNE EN MATIÈRE D'ÉNERGIE ET D'ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE Bilan global des consommations énergétiques et émissions directes de gaz à effet de serre du territoire du Rhône Le secteur de l Habitat Une grande diversité des déterminants énergie-ges sur le territoire du Rhône Un mix énergétique à fort contenu carbone Zoom sur l impact carbone des logements sociaux Le secteur des transports Les émissions de gaz à effet de serre des transports dominées par les transports routiers Une mobilité domicile-travail très contrastée entre les territoires du département du Rhône ANALYSE DE LA VULNÉRABILITÉ ÉCONOMIQUE DES MÉNAGES AU PRIX DES ÉNERGIES POUR LE LOGEMENT ET LA MOBILITÉ DOMICILE-TRAVAIL Méthodologie d analyse de la vulnérabilité économique au prix des énergies Construction des hypothèses de simulation des coûts énergétiques Profils de ménages retenus Résultats des simulations de hausse des coûts énergétiques pour les ménages types Ménage Ménage Ménage Ménage Ménage ADDENDUM SUR LE FUTUR PÉRIMÈTRE D INTERVENTION DU CONSEIL GÉNÉRAL Le bilan des émissions de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques du nouveau périmètre du Département Les potentiels de maîtrise de l énergie dans l habitat ancien CONCLUSIONS 54 Philippe DEVIS & EXPLICIT 1 / 54

3 1. Le diagnostic des enjeux du département du Rhône en matière d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre Le diagnostic des enjeux de consommation énergétique et d émissions de gaz à effet de serre (GES) du territoire du Rhône s est appuyé sur le bilan d émissions réalisé par l Observatoire de l'énergie et des gaz à effet de serre (OREGES Rhône-Alpes) qui évalue les émissions de GES des secteurs Transport, Tertiaire, Résidentiel, Agriculture-Sylviculture-Aquaculture, Industrie et Traitement et élimination des déchets 1. Le bilan élaboré par l OREGES fournit les données globales d émissions de GES des secteurs et les données de consommations énergétiques par secteur et par produit énergétique. Nous l'avons-nous-même complété par une analyse plus aboutie sur les déterminants des consommations énergétiques et des émissions de GES des secteurs résidentiel et des transports. Le diagnostic énergie-ges des secteurs de l habitat et des transports présenté ici a été réalisé à l échelle du département du Rhône. Pour une présentation plus détaillée des enjeux dans le Résidentiel, les résultats sont mis en forme à l échelle globale du département et agglomérés pour les 6 territoires suivants : la ville de Lyon, l agglomération lyonnaise, le Beaujolais, les Monts du Lyonnais, l Ouest Lyonnais et les Rives du Rhône. Le diagnostic des consommations d énergie et des émissions de GES d origine énergétique des secteurs résidentiel et des transports du territoire du Rhône a été réalisé avec l année 2011 comme année de référence Bilan global des consommations énergétiques et émissions directes de gaz à effet de serre du territoire du Rhône Nota bene : Le bilan réalisé par l OREGES ne prend en compte que les émissions directes, c est-à-dire celles qui résultent des activités implantées sur le territoire. Il s agit par exemple de la combustion d énergie pour le chauffage de bâtiments ou pour le fonctionnement d un moteur thermique automobile ; d autres exemples sont la combustion de déchets en usine d incinération ou l émission de GES issus d effluents d élevage ou de la dégradation d engrais azotés dans les sols cultivés. Les émissions indirectes liées à la production de l énergie électrique consommée sur le territoire sont également intégrées au bilan. L intégration des autres émissions indirectes au calcul, c est-à-dire des émissions en amont de la réalisation d activités sur le territoire et qui sont nécessaires à leur réalisation (activités de production et de transport de l énergie hors électricité (extraction et stockage des produits pétroliers et gaziers, fuites sur les réseaux énergétiques)), GES émis par la production et le transport d engrais, émissions pour la production et le transport de produits intermédiaires dans l industrie importés, etc. porterait le bilan total entre et ktéqco 2 par an. Au total, les émissions de gaz à effet de serre du territoire du Rhône s élèvent à milliers de tonnes équivalent C02 (ktéqco2). Le premier secteur émetteur est celui des transports (3 383 ktéqco2, 37% du bilan), devant le secteur résidentiel (2 021 ktéqco2, 22% du bilan). Transport et résidentiel sont également les deux plus gros postes consommateurs d énergie dans le Rhône, avec 1 Le bilan OREGES s appuie sur des données 2009 Philippe DEVIS & EXPLICIT 2 / 54

4 respectivement 31% et 26% des consommations. Cette situation justifie la réalisation d une analyse plus approfondie des déterminants des émissions de ces deux secteurs. Figure 1 : Emissions de GES et consommations énergétiques par secteur (OREGES) Emissions de GES Transport Résidentiel Industrie Tertiaire Agriculture, Traitement et sylviculture et aquaculture élimination des déchets Consommations d énergie Transport Résidentiel Industrie Tertiaire Traitement et élimination des déchets 35 Agriculture, sylviculture et aquaculture L industrie et le tertiaire sont également d'importants secteurs consommateurs d énergie (près de 40% des consommations en cumulé) et sont à l'origine de respectivement 16% et 14% des émissions de gaz à effet de serre du département. Philippe DEVIS & EXPLICIT 3 / 54

5 1.2. Le secteur de l Habitat Le secteur de l'habitat est à l'origine d'un volume d émissions de milliers de tonnes équivalent CO 2 (ktéqco 2 ) 2 : il constitue un secteur majeur en matière de consommations d énergie et d'émissions de gaz à effet de serre. Tableau 1 : Les chiffres clés du secteur de l Habitat Nombre de résidences principales Consommation d'énergie (GWh) Emissions de GES (téqco2) Emissions de GES par logement (téqco2) Totaux Maisons Individuelles Logements collectifs Totaux Maisons Individuelles Logements collectifs Totaux Maisons Individuelles Logements collectifs Moyenne générale Maisons Individuelles Logements collectifs Total ,79 3,70 2,41 Lyon ,19 4,18 2,13 Agglo. Lyonnaise ,07 3,81 2,72 Beaujolais ,10 3,55 2,39 Mont du Lyonnais ,70 4,05 2,45 Ouest Lyonnais ,03 3,39 1,94 Rives du Rhône ,01 3,42 2,19 Les logements du département ont une consommation énergétique estimée à tonnes équivalent-pétrole (soit GWh) par an. Cela représente par exemple millions de litres de fioul domestique par an (3,48 millions de litres par jour en moyenne) ou millions de m 3 de gaz naturel par an. A titre d illustration, en 2009, la production de pétrole en Norvège, dernier grand gisement en Europe, s est élevée à 372,4 millions de litres par jour ; l Algérie a produit millions de m 3 de gaz naturel en Une grande diversité des déterminants énergie-ges sur le territoire du Rhône Trois caractéristiques du parc de logements déterminent son niveau de consommation d énergie, d une part, et son volume d émissions de gaz à effet de serre, d autre part : L âge des logements : toutes choses égales par ailleurs (surface chauffée, comportement et niveau de «confort» thermique exigé par les occupants, etc.), les logements achevés dans une période plus récente affichent des performances thermiques meilleures. Les logements les plus récents sont par conséquent moins consommateur d énergie pour la production de chaleur et donc moins émetteurs de GES ; On fait généralement une distinction entre les logements construits avant et après le 1 er janvier 1975, date de la mise en œuvre de la première réglementation thermique des constructions neuves : elle a défini un premier niveau d exigence pour la performance thermique des logements ; La typologie des logements : en moyenne (à l exclusion d un niveau intrinsèque de performance thermique supérieur), les maisons individuelles sont exposées à une déperdition de chaleur plus importante que les logements collectifs. Les volumes d énergie consommés pour le chauffage des maisons individuelles sont donc plus importants que pour les logements collectifs et les maisons individuelles sont proportionnellement plus émettrices de GES. 2 Le chiffre est cohérent avec celui du bilan OREGES (2 163 contre pour l OREGES, soit 7% supérieur) Philippe DEVIS & EXPLICIT 4 / 54

6 L énergie de chauffage des logements : les énergies exploitées pour la production de chaleur dans les logements ont des contenus carbone différents et le choix de l énergie de chauffage influe donc sur le volume d émissions de GES du logement. La connaissance précise des caractéristiques du parc de logement est un élément essentiel pour la définition des politiques (notamment en matière de maîtrise de l énergie). i. Le département du Rhône : plus de la moitié du parc équipé en systèmes de chauffage exploitant des énergies fossiles Figure 2 : Déterminants énergie-ges du parc de logements du Département du Rhône Les logements construits avant 1975 année d entrée en vigueur de la première réglementation thermique pour les constructions représentent 56% du parc de logements du département du Rhône. C est un chiffre plus faible que la moyenne nationale 3 qui se situe à 61%. Les logements collectifs représentent 70% du parc sur le département. C est une caractéristique forte du parc départemental, significativement plus collectif que le parc de la région Rhône-Alpes (53% de logements collectifs) et plus encore que le parc national (43% de logements collectifs). Ce chiffre moyen traduit bien sûr une réalité très contrastée sur le territoire du département ; il est très fortement pondéré par l agglomération lyonnaise. Le mix énergétique du parc de logements du Rhône la part des énergies principales de chauffage est dominé par le gaz de ville, qui satisfait le besoin de chaleur de 50% des logements. Les énergies fossiles (fioul, gaz, GPL et une grande partie du chauffage urbain 4 ) alimentent plus de deux tiers du parc. Il est difficile de fournir des éléments de comparaison pour ces chiffres qui s inscrivent dans un contexte très local (connexion des communes au réseau de gaz, présence d un réseau de chaleur, contexte socio-historique des développements urbains, etc.), la part du fioul est néanmoins relativement faible ce qui souligne le caractère urbain du territoire. A titre de comparaison, chaudières et chaufferies gaz représentent 35% du parc des Bouches-du-Rhône. 3 Les données de répartition du parc par période de construction sont issues du Recensement général de la population de l INSEE (données 2006 mises à jour 2009 pour le Conseil Général du Rhône). Les données sur la répartition individuel/collectif du parc et le poids des énergies de chauffage sont également issues du recensement de l INSEE. 4 Le département du Rhône compte 17 réseaux de chaleur, dans 12 communes (3 à Lyon, 12 dans 9 communes de l agglomération Lyonnaise et 2 dans 2 communes du Beaujolais.) 61% de l énergie produite (73% du parc de logements connectés) provient d une source d énergie fossile. Philippe DEVIS & EXPLICIT 5 / 54

7 Carte 1 : Part de logements construits avant 1975 Philippe DEVIS & EXPLICIT 6 / 54

8 ii. Le parc de logements lyonnais plus ancien, majoritairement collectif, est plus approvisionné en électricité et beaucoup moins en fioul que le parc moyen de l agglomération Figure 3 : Déterminants énergie-ges du parc de logements de la ville de Lyon Les logements de Lyon sont plus anciens que la moyenne de l agglomération (63% des logements ont été achevés avant l application de la première réglementation thermique et seuls 24% des logements ont été construits après 1990). Le parc est très collectif : la ville ne compte que maisons individuelles, et elle a par contre logements collectifs, soit un tiers des logements collectifs du département du Rhône. L électricité est plus représentée dans le mix énergétique de Lyon que dans la moyenne du département et le bois et le fioul sont beaucoup moins utilisés. iii. Des constructions plus récentes sur l agglomération Lyonnaise et moins d utilisation d électricité Figure 4 : Déterminants énergie-ges du parc de logements de l agglomération Lyonnaise (sans inclure Lyon) L agglomération lyonnaise a connu un développement plus récent que la ville-centre : 25% des logements que compte son parc ont été construits après 1990, mais une partie importante de ce Philippe DEVIS & EXPLICIT 7 / 54

9 parc, 39%, a été construite entre 1949 et 1975, période durant laquelle la construction a été organisée rapidement et sans prise en compte de la performance énergétique des logements. La moitié des logements (48%) du département appartiennent à l agglomération et la distribution des logements par énergie de chauffage pour l agglomération est similaire à la distribution du département. Ainsi, on retrouve une proportion de 68% de logements collectifs. Ce territoire étant densément urbanisé, la proportion du gaz de ville est plus élevée qu en moyenne départementale, aux dépens de l électricité (21% de logements chauffés à l électricité contre 26% en moyenne). L agglomération lyonnaise est le territoire du département avec la proportion la plus importante de logements chauffés par des énergies fossiles (plus de 70%). iv. Le parc de logements du Beaujolais relativement individuel, moins dépendant du gaz Figure 5 : Déterminants énergie-ges du parc de logements du Beaujolais Les territoires hors de Lyon et de son agglomération ont une majorité de logements individuels ; c est le cas pour le Beaujolais (62% de maisons individuelles). On retrouve également dans ces territoires une partie significative de logements construits avant 1949, 37% pour le Beaujolais, mais aussi davantage de constructions récentes (17% de logements construits après 2000). Fioul (énergie principale de 21% des logements) et bois (11% des logements équipés) sont beaucoup plus représentés dans le parc, aux dépens notamment du gaz (39% contre 50% en moyenne dans le Rhône). Philippe DEVIS & EXPLICIT 8 / 54

10 v. Le parc de logements des Monts du Lyonnais : une proportion importante de logements très anciens, le parc avec le plus de logements individuels et d équipements fioul et bois Figure 6 : Déterminants énergie-ges du parc de logements des Monts du Lyonnais Les différences retrouvées dans le territoire du Beaujolais par rapport à la moyenne départementale sont accentuées si l on regarde les caractéristiques du parc des Monts du Lyonnais 5 : une domination encore plus grande des logements individuels (78% du parc) et construits avant 1949 (42%), mais aussi une proportion plus grande de constructions récentes (18% des logements construits après 2000). Le mix énergétique des Monts du Lyonnais est caractéristique des territoires ruraux : le chauffage urbain est inexistant et le gaz de ville minoritaire (9% du parc). Les Monts du Lyonnais sont le territoire où le fioul et le bois sont les plus représentés (39% et 20% des équipements de chauffage des logements respectivement). C est le territoire rhodanien avec la proportion la moins élevée d énergies fossiles dans la distribution des énergies de chauffage (54%). vi. Le parc de logements de l Ouest Lyonnais : un parc plus récent, individuel, avec un mix énergétique varié Figure 7 : Déterminants énergie-ges du parc de logements de l Ouest Lyonnais 5 Sur le périmètre du SCoT. Philippe DEVIS & EXPLICIT 9 / 54

11 Dans l Ouest lyonnais, les logements sont plus individuels (75% de maisons individuelles) et plus récents que dans la moyenne du département (58% de logements construits après 1975, dont 34% après 1990). Le chauffage urbain n existe pas mais le gaz de ville a une part relativement importante (31% des logements chauffés au gaz). Le poids des logements construits après le début des années 1980 peut expliquer la part relativement importante de l électricité (31% du mix énergétique contre 26% dans le parc moyen du département). vii. Le parc de logements des Rives du Rhône : un parc relativement plus récent, individuel et avec un mix énergétique varié Figure 8 : Déterminants énergie-ges du parc de logements des Rives du Rhône Sur le territoire du SCoT des Rives du Rhône, deux logements sur trois sont des maisons individuelles et le parc est relativement plus récent que dans la moyenne du département (52% de logements construits après 1975, dont 32% après 1990). Il n y a pas d offre de chauffage urbain et 13% des logements sont chauffés au bois. Gaz, électricité et fioul représentent 82% du mix énergétique. C est le parc qui a connu une évolution de la construction la plus linéaire et dont le mix énergétique est le plus varié Un mix énergétique à fort contenu carbone Age et typologie des logements constituent, la question de la performance des équipements mise à part, les facteurs influant la consommation unitaire d énergie du logement. Comme évoqué en introduction, les logements les plus anciens présentent une performance thermique moindre et sont donc relativement les plus consommateurs du parc. Les logements collectifs offrent une moindre déperdition de chaleur et sont donc relativement moins consommateurs que les maisons individuelles. Le contenu carbone de l énergie consommée est un facteur déterminant le volume d émissions de gaz à effet de serre. Les énergies fossiles, fioul et gaz en tête, ont des contenus carbone très élevés. Le contenu carbone de l électricité varie en fonction de l usage, qui détermine le moment où elle est consommée et donc produite. L usage de l électricité le plus émetteur celui pour lequel le contenu carbone de l électricité est le plus élevé est le chauffage, qui correspond à un usage de pointe (le Philippe DEVIS & EXPLICIT 10 / 54

12 besoin de chauffage crée une demande supplémentaire pour le réseau électrique, satisfaite en partie par la production hydroélectrique de barrage et par une production thermique exploitant des énergies fossiles (turbines à combustion fioul et gaz). Précisons que le bois, pour lequel est posée l hypothèse d une exploitation rationnelle de la forêt, a un contenu carbone très faible 6. i. 81% des émissions de l habitat proviennent de la consommation d énergies fossiles Figure 9 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre du département Les consommations d énergie dans l Habitat, tous usages confondus, sont dominées par le gaz (46% des GWh consommés dans l Habitat). Au total, les énergies fossiles représentent 60% des consommations d énergie (64% si l on inclut la part des réseaux de chaleur d origine fossile). La part du bois n est pas très importante dans les résultats globaux, 7%, mais dans les territoires hors Lyon et son agglomération elle n est pas du tout négligeable ; le bois représente, par exemple, 25% des consommations énergétiques dans le Mont du lyonnais. L analyse des émissions de gaz à effet de serre de l habitat illustre la surreprésentation des énergies au contenu carbone le plus élevé. Ainsi, le gaz, qui pèse pour 46% dans le bilan des consommations d énergie, est la source de 55% des émissions de GES du secteur. Le rapport entre la part dans la consommation énergétique et la part des émissions de GES est plus élevé encore pour le fioul, avec 20% des émissions (13% des consommations). 6 On considère que le CO 2 émis par le bois lors de sa combustion correspond au CO 2 absorbé par le bois pour sa croissance. Seules des émissions résiduelles de méthane (CH 4 ) et dioxyde d azote (N 2 O) sont comptabilisées. Philippe DEVIS & EXPLICIT 11 / 54

13 Carte 2 : Part de logements dont le chauffage est assuré par des énergies fossiles [Explicit, d après INSEE] Philippe DEVIS & EXPLICIT 12 / 54

14 Carte 3 : Part de logements chauffés au fioul [Explicit, d après INSEE] Philippe DEVIS & EXPLICIT 13 / 54

15 ii. Gaz et fioul représentent 58% des consommations énergétiques de la ville de Lyon Figure 10 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre de la ville de Lyon A Lyon, non seulement le gaz de ville est l énergie la plus consommée par le secteur de l Habitat, comme dans le département, mais elle représente plus de la moitié des consommations (52% des consommations, un peu plus en considérant le réseau de chaleur à Lyon dont la production provient pour 25% du gaz). L électricité a elle aussi un poids très important dans la consommation énergétique (33% des consommations). Les énergies fossiles représentent plus de 72% des émissions de GES. iii. Gaz et fioul représentent 62% des consommations énergétiques de l agglomération lyonnaise Figure 11 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre de l agglomération Lyonnaise Gaz et fioul représentent respectivement 11% et 51% des consommations énergétiques de l agglomération lyonnaise ; 59% et 17% des émissions de GES de l Habitat. Philippe DEVIS & EXPLICIT 14 / 54

16 iv. La consommation de fioul est à l origine de 35% des émissions de gaz à effet de serre de l habitat au Beaujolais Figure 12 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre du Beaujolais Le fioul représente 20% des consommations et 35% des émissions. Le gaz de ville reste cependant la première énergie dans la consommation (33%) et dans les émissions du Beaujolais (43%). Au total, les énergies fossiles sont à l'origine de 83% des émissions locales. v. La consommation de fioul est à l origine de 65% des émissions de gaz à effet de serre de l habitat dans les Monts du lyonnais Figure 13 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre des Monts du lyonnais Le fioul et le bois sont relativement surreprésentés dans la distribution des consommations des Monts du Lyonnais (37% et 25% respectivement). Du fait de l hypothèse de «neutralité carbone» du bois et du fort contenu carbone du fioul, ce-dernier représente une part largement majoritaire des émissions (65%). Au total, 83% des émissions du parc de logements des Monts du Lyonnais sont d origine fossile. Philippe DEVIS & EXPLICIT 15 / 54

17 vi. 85% des émissions de gaz à effet de serre de l habitat de l Ouest lyonnais sont d origine fossile Figure 14 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre de l Ouest lyonnais L Ouest lyonnais a un mix énergétique dans lequel les poids du gaz et de l électricité sont équivalents (31% des équipements de chauffage chacun), suivis du fioul (22%). Le gaz de ville est la première énergie consommée (31% des consommations), suivi de l électricité (27%), mais il arrive en seconde position en termes d émissions de gaz à effet de serre (39%), après le fioul (40%). vii. La consommation de fioul est à l origine de 42% des émissions de gaz à effet de serre de l habitat des Rives du Rhône Figure 15 : Part des énergies dans les consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre du territoire des Rives du Rhône L électricité est l énergie la plus consommée (29% des consommations), suivie par le fioul et le gaz (24% chacun). Mais comme pour les autres territoires hors agglomération lyonnaise, le bois représente ici une part importante (19%) des énergies consommées. Le fioul représente la part la plus importante les émissions de gaz à effet de serre (42%), suivi du gaz (32%) et de l électricité (20%). Philippe DEVIS & EXPLICIT 16 / 54

18 Carte 4 : Emissions de gaz à effet de serre par logement Emissions par logement Le niveau moyen d émissions de gaz à effet de serre d un logement du département du Rhône est de 2,79 téqco 2 par an ; il est de 2,19 téqco 2 à Lyon, de 3,0 téqco 2 dans le reste de l agglomération lyonnaise, de 3,10 téqco 2 dans le Beaujolais, de 3,70 téqco 2 dans les Monts du lyonnais, de 3,03 téqco 2 dans l Ouest lyonnais et de 3,01 téqco 2 sur les Rives du Rhône (l impact d un logement, en termes d'émissions de gaz à effet de serre, peut varier jusqu à un facteur 5,7 sur le département). Philippe DEVIS & EXPLICIT 17 / 54

19 A Lyon, malgré un parc relativement plus ancien que dans la moyenne départementale, le niveau moyen d émissions est le plus faible, du fait d une meilleure performance thermique moyenne des logements grâce à un parc principalement composé de logements collectifs. Comme l illustre la figure ci-dessous, Lyon, qui représente 33% du parc, ne représente que 26% des consommations et 25% des émissions. L agglomération lyonnaise est moins efficace et plus émettrice que Lyon du fait de l importance du gaz de ville et du fioul dans son mix énergétique. A l inverse de la situation lyonnaise, la part de l agglomération lyonnaise est plus importante en consommations (50%) et encore plus en émissions (53%), par rapport au poids de ses logements dans le parc rhodanien (48%). Les caractéristiques du parc de logements des Monts du lyonnais en font celui dont les performances thermiques sont les plus dégradées avec la plus forte présence de maisons individuelles, et les maisons les plus anciennes. Conjuguée à l importance relative du fioul, cette caractéristique en fait le territoire le plus émetteur de GES en moyenne par logement. Le parc de logements de l Ouest Lyonnais présente un cas différent : il est moins " efficace" dans la consommation unitaire de ses logements. Avec 6% des logements, Il représente 7% des consommations départementales ; en revanche, les énergies consommées sont relativement moins émettrices que celles du parc moyen : ses émissions représentent 6% des émissions du département. Figure 16 : Distribution du parc du logement du département, ses consommations et ses émissions par territoire Figure 17 : Comparaison des émissions moyennes de gaz à effet de serre d un logement par an Philippe DEVIS & EXPLICIT 18 / 54

20 Figure 18 : Volume moyen d émissions de gaz à effet de serre d un logement La figure ci-dessus illustre l impact des caractéristiques du logement sur son volume unitaire moyen d émissions de gaz à effet de serre. Une maison individuelle construite avant 1975 et chauffée au fioul émet par exemple en moyenne 2,3 fois plus de GES qu un logement collectif construit après 2000 et chauffé au gaz (5,98 contre 2,57 téqco 2 par an). Cela permet d identifier les logements à cibler en priorité pour une politique efficace de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l habitat (le coût d une opération d ampleur de rénovation thermique d une maison dépend assez peu de son énergie de chauffage et de son ancienneté). Le département du Rhône compte maisons individuelles construites avant 1975 et chauffées au fioul, maisons individuelles construites avant 1975 et chauffées au gaz et logements collectifs construits avant 1975 et chauffés au gaz naturel. Ces cibles représentent respectivement 17% et 18% du parc de maisons individuelles et 33% du parc de logements collectifs. Ces trois cibles représentent au total 34% du parc et 46% des émissions de l habitat. Philippe DEVIS & EXPLICIT 19 / 54

21 Zoom sur l impact carbone des logements sociaux Le département compte logements sociaux, soit 19% du parc de résidences principales (chiffre 2010). Lyon compte logements sociaux, ce qui représente 17% de ses logements, mais c est l agglomération lyonnaise (hors Lyon) qui a la part de logements sociaux la plus importante (23%). 58% du parc social du département est en effet situé dans l agglomération lyonnaise hors Lyon, ensuite dans Lyon (29%) puis dans le Beaujolais (9%). Les consommations d énergie du parc social ont été estimées à tep (2 298 GWh) en 2011, soit 18% des consommations du parc global. Le parc est donc très légèrement moins consommateur que le parc global 7, ceci s expliquant par la part des logements collectifs. Les émissions de GES, qui s élèvent à téqco2, représentent 18% des émissions globales de l Habitat. Comme pour le parc de logements dans son ensemble, les logements sociaux sont à Lyon plus performants que ceux des autres territoires (29% du parc, 26% des consommations). C'est l'inverse pour le parc social de l agglomération lyonnaise (61% des consommations pour 58% du parc). Figure 19 : Distribution du parc social du logement du département, ses consommations et ses émissions par territoire i. Le parc social du département du Rhône très dépendant du gaz de ville Figure 20 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux du département du Rhône 7 Le «parc global» s entend dans ces paragraphes comme l ensemble du parc, intégrant le parc social Philippe DEVIS & EXPLICIT 20 / 54

22 Figure 21 : Énergies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de GES du parc social du département du Rhône La part des logements sociaux construits avant 1975 est proche de la moyenne du parc global (58% contre 56%), tout comme la part des logements construits après 1990 (22% contre 25%) logements sociaux sur sont des logements collectifs. En tenant compte de la part des énergies fossiles alimentant le chauffage urbain, plus des trois quarts des logements sociaux exploitent les énergies fossiles pour la production de chaleur, l énergie dominante étant le gaz (61% du parc social). Une grande différence par rapport au parc global réside dans la part importante des logements sociaux connectés aux réseaux de chaleur urbains (20% du parc social). En dehors des réseaux de chaleur, 66% des émissions des logements sociaux proviennent des énergies fossiles. Le volume moyen d émissions de GES par logement est légèrement inférieur dans le parc social, 2,68 téqco 2 contre 2,79 téqco 2 par logement par an dans le parc global. ii. 62% des logements sociaux de Lyon ont été construits avant 1975 Figure 22 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux de la ville de Lyon Philippe DEVIS & EXPLICIT 21 / 54

23 Figure 23 : Energies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de GES du parc social de Lyon Le parc social de Lyon est quasi exclusivement collectif et la majorité des logements ont été construits avant 1975 (62% du parc social). La part de l électricité comme énergie de chauffage des logements sociaux représente près de la moitié de celle du parc global du département (18% contre 34%). C est le gaz qui est l énergie de chauffage principale du parc social de la ville : il équipe 54% des logements sociaux. Les réseaux de chaleurs sont aussi sensiblement plus importants que dans le parc global (22% contre 8%), en effet la moitié des logements connectés aux réseaux sont des logements sociaux. Les énergies fossiles agrégées (fioul, gaz, GPL et chauffage urbain) représentent 84% des émissions du parc social lyonnais. Dans le cas de Lyon, le parc social a un volume moyen d émissions de gaz à effet de serre par logement légèrement supérieur à celui de l'ensemble du parc (2,27 téqco 2 par an contre 2,19). iii. Agglomération Lyonnaise Figure 24 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux de l agglomération Lyonnaise Philippe DEVIS & EXPLICIT 22 / 54

24 Figure 25 : Energies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de gaz à effet de serre du parc social de l agglomération Lyonnaise Le parc social de l agglomération a été majoritairement construit entre les années 1949 et 1975 (c est le cas de 53% du parc social) et est principalement alimenté par le gaz (65%). La part de logements qui utilisent l électricité dans le parc social de l agglomération est de 8%. Cette part est inférieure à la moyenne du parc social du département (12%). Le logement social moyen de l agglomération émet 2,92 téqco 2 /an, il présente le ratio d émissions le plus élevé par rapport aux parcs sociaux des autres territoires du département. Il est important de rappeler que les logements sociaux de l agglomération représentent 58% des logements sociaux du département. La part des énergies fossiles dans les consommations d énergie du parc social de l agglomération lyonnaise, en incluant le chauffage urbain, est de 90%. iv. 86% des émissions des logements sociaux du Beaujolais proviennent de la consommation d énergies fossiles Figure 26 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux du Beaujolais Philippe DEVIS & EXPLICIT 23 / 54

25 Figure 27 : Energies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de GES du parc social du Beaujolais Le parc social du Beaujolais représente 10% des logements sociaux du département. Ceux-ci sont principalement des logements collectifs. C est le territoire où le plus grand nombre de logements sociaux sont connectés au réseau de gaz (67%). Electricité et, surtout, fioul et bois sont beaucoup moins utilisés dans le parc social que dans le parc global du secteur Beaujolais. Un logement social moyen du Beaujolais émet 2,56 téqco 2 /an, 17% d émissions unitaires en moins qu un logement moyen du Beaujolais (3,10 téqco 2 /an). 86% des émissions de GES de l habitat social proviennent de la consommation d énergies fossiles. v. Monts du Lyonnais Figure 28 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux des Monts du Lyonnais Philippe DEVIS & EXPLICIT 24 / 54

26 Figure 29 : Energies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de GES du parc social des Monts du Lyonnais Il y a relativement peu de logements sociaux dans les Monts du Lyonnais (1 210 logements). La plupart sont collectifs (83%), mais la proportion de maisons individuelles du parc social est plus importante que dans les autres territoires. Le parc est récent, 75% des logements ont été construits après Il s agit du seul parc social où plus de la moitié des logements utilise l électricité, et le GPL est aussi fortement représenté en comparaison des autres parcs sociaux et du parc moyen des Monts du Lyonnais. Ainsi, le GPL représente 20% des émissions de gaz à effet de serre, juste après le gaz et l électricité (33% chacun), qui sont les premières sources d émissions de l habitat social des Monts du Lyonnais. vi. Ouest Lyonnais Figure 30 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux de l Ouest lyonnais Philippe DEVIS & EXPLICIT 25 / 54

27 Figure 31 : Energies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de GES du parc social de l Ouest lyonnais Le parc social de l Ouest lyonnais est en croissance ; il compte logements, la plupart collectifs (93%) et 10% des logements sociaux ont été construits après Le mix énergétique est basé principalement sur le gaz (65%), et l électricité (15%). Le bois est davantage représenté ici que dans les autres parcs sociaux (il satisfait le besoin de chauffage de 7% des logements et représente 15% des consommations). Le gaz représente, de loin, la première source d émissions de GES du parc de logements sociaux de l Ouest Lyonnais (75%). vii. Rives du Rhône Figure 32 : Déterminants énergie-ges du parc de logements sociaux des Rives du Rhône Philippe DEVIS & EXPLICIT 26 / 54

28 Figure 33 : Energies principales de chauffage, consommations d énergie et émissions de GES du parc social des Rives du Rhône Le territoire du SCoT des Rives du Rhône est le territoire du département qui compte le moins de logements sociaux (586 logements). La plupart de ces logements sont collectifs (92%), et plutôt récents (58% construits après 1975). Le mix énergétique est basé principalement sur le gaz (61%), suivi de l électricité (28%), ces deux énergies étant respectivement responsables de 69% et de 19% des émissions de GES. Philippe DEVIS & EXPLICIT 27 / 54

29 LES POTENTIELS DE MAÎTRISE DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT ANCIEN Le département du Rhône compte logements privés construits avant 1975 et équipés en installations de chauffage exploitant des énergies fossiles ou connectés au chauffage urbain. Ces logements, qui représentent 31% du parc global, sont à l origine de l émission de 855 ktéqco 2 par an, soit 40% des émissions de l Habitat (2 162 ktéqco 2 ). Une action en faveur de la réhabilitation thermique des logements, ciblée sur les propriétaires occupants des maisons individuelles construites avant 1975 et exploitant les énergies fossiles permettrait de s attaquer à téqco 2 (14% des émissions totales de l habitat) pour ménages (10% du total des ménages). De même, une action auprès des propriétaires occupants des logements collectifs construits avant 1975 et dont les équipements de production de chaleur exploitent les énergies fossiles concernerait téqco 2 (13% des émissions totales de l habitat). Soulignons qu il est plus compliqué d engager certains propriétaires occupants de logements collectifs dans des opérations d amélioration des performances thermiques de leur logement sans une action coordonnée de la copropriété, parfois difficile à mettre en œuvre. Philippe DEVIS & EXPLICIT 28 / 54

30 LES RÉSEAUX DE CHALEUR ALIMENTANT LES LOGEMENTS SOCIAUX ANCIENS Une action sur les chaufferies collectives des logements sociaux permettrait d agir sur un volume d émissions de téqco 2. La conversion de 80% des énergies utilisées par les réseaux de chaleur alimentant les logements sociaux de sources d énergies fossiles au bois opérations qui peuvent être réalisées rapidement puisque les intervenants sont en nombre limité aurait pour impact une réduction des émissions de téqco 2. Philippe DEVIS & EXPLICIT 29 / 54

31 1.3. Le secteur des transports Le secteur des transports représente kilotonnes équivalent CO 2 (téqco 2 ), soit 56% de plus que le secteur de l habitat (2 162 ktéqco 2 ). La maîtrise des besoins de déplacements et la promotion de pratiques collectives de déplacement sur le territoire du département apparaissent comme des objectifs majeurs pour une politique énergétique et climatique ambitieuse. Les transports aériens (58 ktéqco2), ferroviaires (22 ktéqco2) et fluviaux (4 ktéqco2) expliquent une part relativement faible des émissions totales (2,5% des émissions pour les trois modes cumulés). Tableau 3 : Les chiffres clés des transports VP voyageurs Routier Marchandises (VUL/PL) Ferroviaire Voyageurs Ferroviaire Marchandises Kilomètres parcourus (en milliers) Consommations (tep) Emissions GES (téqco2) ,5 milliards de kilomètres ont été parcourus par les voitures particulières (VP) pour les déplacements de voyageurs sur le territoire du Rhône en C est l équivalent de 11,7 millions d allers-retours Lyon-Paris. La consommation d énergie de ces déplacements de voyageurs en voitures particulières est de tep, ce qui représente 225 millions de litres d essence. La consommation unitaire par kilomètre des véhicules ferroviaires est nettement plus élevée que celle des voitures particulières 8. Toutefois, si elle est rapportée au nombre de voyageurs pour définir une consommation par kilomètre réalisé par un voyageur (voyageur-km) 9, la performance énergétique unitaire du mode ferroviaire est meilleure que celle des transports routiers. 8 1,18 tep pour km contre 0,04 tep pour km en moyenne pour la voiture particulière 9 Nous n avons pas de données sur les taux de remplissages des trains sur le territoire nous permettant de calculer un nombre de voyageurs-km pour le mode ferré. Le raisonnement en termes de places.kilomètres offertes pourrait permettre de définir une consommation unitaire par place.voyageur nettement à l avantage du ferroviaire. Philippe DEVIS & EXPLICIT 30 / 54

32 Les émissions de gaz à effet de serre des transports dominées par les transports routiers Les émissions du secteur des transports proviennent principalement des transports routiers (3 300 ktéqco2, 97,5% des émissions du secteur). Figure 34 : Répartition des émissions de GES du secteur des Transports entre transports de marchandises et déplacements de personnes (sans inclure le transport en commun) Deux tiers des émissions de gaz à effet de serre proviennent des déplacements des voyageurs, un tiers des transports de marchandises. Dans les deux cas, la prédominance du secteur routier face au secteur ferroviaire est manifeste. D après l OREGES, 53% des ktéqco 2 émises par le transport routier l ont été par des voitures particulières en 2009 (1 747 ktéqco 2 ). Figure 35 : Emissions de GES du transport routier selon le type de véhicule Les transports en commun ne représentent que 2% des émissions de GES du transport routier en 2009 sur le territoire du département. Philippe DEVIS & EXPLICIT 31 / 54

33 Les transports en commun de la Communauté d'agglomération de Villefranche-sur-Saône (CAVIL) En 2010 la CAVIL comptait un réseau de 8 lignes de bus et 3 lignes de mini bus. Au total, ce réseau a réalisé km ou km.voyageurs, en consommant litres d essence (323 tep) et émettant téqco2. En utilisant le détail des données par type de ligne, il est possible d estimer le coefficient d émission par voyageur-km des lignes de bus à 40,8 géqco 2 et de minibus à 49,6 géqco 2. Ces coefficients unitaires sont relativement plus faibles que celui des déplacements réalisés en véhicule léger, qui est de 99 géqco Une mobilité domicile-travail très contrastée entre les territoires du département du Rhône Il est intéressant d'observer les déplacements domicile-travail des actifs du département parce qu ils sont "stables" dans le temps, ce qui facilite l action publique pour en maîtriser l impact énergie-ges. i. Une répartition de l emploi sur le territoire très concentrée autour de Lyon et son agglomération Le pôle principal d activités du département est l'agglomération lyonnaise. Lyon, est la ville de résidence de 29% des actifs du Rhône et le lieu de travail de 34% des actifs résidant sur le territoire du département. 44% des actifs résidants dans le Rhône travaillent dans l agglomération lyonnaise hors Lyon. Seulement 15% des actifs du Rhône travaillent dans le département hors agglomération. Figure 36 : 78% des actifs du Rhône travaillent à Lyon ou son agglomération 10 Les émissions unitaires moyennes des déplacements en véhicule léger sont calculées en considérant un taux de remplissage moyen de 1,37 passagers par véhicule (source EMD). Philippe DEVIS & EXPLICIT 32 / 54

34 Figure 37 : Répartition des actifs résidents dans les différents territoires selon le lieu de travail Lecture : sur le territoire du SCoT des Rives du Rhône, 30% des actifs travaillent dans la région Rhône- Alpes, hors département du Rhône. Lyon et son agglomération présentent des similarités importantes : plus de 60% des actifs travaillent dans le territoire où ils habitent. Pour ceux qui ne travaillent pas dans ce pôle d activité, ils travaillent plus souvent hors du département du Rhône qu à l intérieur du département. Les territoires des SCoT du Beaujolais et des Monts du Lyonnais présentent aussi des similitudes. Dans les deux territoires, un peu plus de 20% des résidents actifs travaillent soit à Lyon soit, d une manière un peu plus importante, dans l agglomération lyonnaise et 70% travaillent ailleurs dans le département. L Ouest lyonnais, du fait de sa proximité directe avec Lyon et l agglo lyonnaise voit partir une grande partie de ses actifs travailler dans ce pôle d activité : 18% à Lyon et 36% dans l agglomération. Ceci implique des déplacements quotidiens domicile-travail relativement longs. Philippe DEVIS & EXPLICIT 33 / 54

35 Le territoire Rives du Rhône est particulier car il a une part importante de ses actifs qui travaillent à Lyon (10%) ou dans l agglomération (27%) et surtout la plus grande partie de ses actifs travaillent à l extérieur du département (30%), en Région. Situé au sud du département, il est relativement près d autres pôles d activités de la région Rhône-Alpes (Saint Etienne, Vienne, Roussillon). ii. Une mobilité domicile-travail dominée par la voiture individuelle Figure 38 : 66% des actifs du Rhône se rendent au travail en voiture individuelle La voiture individuelle est le mode dominant pour les déplacements domicile-travail (66% des actifs le privilégient). La part des transports en commun n est cependant pas négligeable (18%). En troisième lieu, 9% des actifs marchent pour se rendre à leur travail. Figure 39 : Répartition des actifs résidents de Lyon et son agglomération selon leur mode de déplacements domiciletravail Lyon est le seul territoire où les actifs qui utilisent la voiture individuelle pour se rendre sur leur lieu de travail ne sont pas majoritaires. La voiture individuelle reste tout de même le mode le plus utilisé (par 46% des actifs). Lyon est en effet le territoire où le plus grand nombre d actifs utilise les transports en commun (31%) en raison d une offre abondante. La densité du territoire favorise aussi les déplacements à pied (16%). L utilisation des moyens alternatifs à la voiture particulière dans le reste de l agglomération est très inférieure à celle de Lyon : 71% des actifs utilisent la voiture particulière comme mode de déplacement. Seuls 17% des actifs utilisent les transports en commun et 6% marchent pour aller travailler. Philippe DEVIS & EXPLICIT 34 / 54

36 Figure 40 : Répartition des actifs résidents des différents territoires du département (hors Lyon et son agglomération) selon leur mode de déplacements domicile-travail Dans les territoires du département hors agglomération, la part des actifs qui utilisent des voitures individuelles est encore supérieure (jusqu à 85% dans l Ouest lyonnais). Cette situation peut s expliquer en grande partie par une moindre disponibilité de l offre de transports en commun ; seulement 5% des actifs environ les utilisent pour leurs déplacements domicile-travail. Cette part est encore moins importante dans les Monts du Lyonnais où la part des actifs qui utilisent les transports en commun est négligeable (1%). Philippe DEVIS & EXPLICIT 35 / 54

37 2. Analyse de la vulnérabilité économique des ménages au prix des énergies pour le logement et la mobilité domicile-travail 2.1. Méthodologie d analyse de la vulnérabilité économique au prix des énergies L analyse de la vulnérabilité économique des ménages rhodaniens aux prix de l énergie s est basée sur les données de consommation d énergie dans le logement, par type de logement, issues du diagnostic des enjeux énergie-ges du secteur de l Habitat présentés précédemment (cf. 1.2) ainsi que sur les données de mobilité des résidents du département, issues de l enquête ménage déplacement de l aire métropolitaine lyonnaise 11. Des ménages type ont été définis pour souligner l impact des choix d aménagement et de construction du territoire sur le budget Energie contraint d un ménage (énergie dans le logement et pour les déplacements domicile-travail). 5 profils de ménages ont été analysés, qui occupent des logements aux caractéristiques contrastées (typologie, période de construction et énergie de chauffage 12 ) et ont des pratiques de mobilité domicile-travail différentes selon leur lieu de résidence (distances, mode de déplacement). Notons que cette analyse a notamment pour objectif de simuler l impact d un «choc» à la hausse des coûts des énergies, toutes choses égales par ailleurs. Il ne s agit en aucun cas de scénarios qui devraient alors prendre en compte les actions de maîtrise de l énergie dans le logement, les actions de promotion des modes de transport alternatifs et de la maîtrise des déplacements dans les transports et plus difficile à modéliser mais tangibles lors des crises des prix de l énergie les changements de comportement des usagers Construction des hypothèses de simulation des coûts énergétiques 3 jeux d hypothèses ont été construits sur la base d hypothèses d évolution des prix des produits pétroliers (fioul domestique, GPL et carburants), d une part, et des coûts du gaz et de l électricité, d autre part, que ceux-ci restent des «tarifs réglementés» ou non. Ces scénarios reprennent des hypothèses qui paraissent réalistes, comme expliqué dans les paragraphes ci-dessous est l année de référence pour les résultats présentés. iii. Les produits pétroliers Le prix moyen du baril de pétrole en 2011 a été de 111,2 $US/baril. Les hypothèses suivantes ont été retenues dans les 3 simulations : Simulation 1 : 120 $/baril (+8% par rapport au cours moyen 2011) Simulation 2 : 140 $/baril (+26% par rapport au cours moyen 2011) Simulation 3 : 180 $/baril (+62% par rapport au cours moyen 2011) Les chiffres de 120 $/baril et 140 $/baril des simulations 1 et 2 font référence à des valeurs déjà atteintes en moyenne hebdomadaire et presque en moyenne mensuelle avec un record aux mois de juin et juillet 2008 (respectivement 132,6 et 133,4 $US par baril) (cf. figure ci-dessous). 11 Sytral, Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise, juin Les simulations n intègrent pas de ménages occupant un logement alimenté par un réseau de chauffage urbain (6% des logements du Rhône) ou chauffés au bois (4% des logements rhodaniens), deux énergies pour lesquelles il est très difficile d établir des hypothèses d évolution des coûts. Philippe DEVIS & EXPLICIT 36 / 54

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie...

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie... La présente note propose de compiler un ensemble de données relatives à l énergie en Bretagne pour alimenter les échanges du Débat National de la Transition Energétique. Les données sont issues principalement

Plus en détail

Plan Climat du Grand Nancy

Plan Climat du Grand Nancy Plan Climat Air Energie Territorial du Grand Nancy Novembre 2012 1 Table des matières Introduction P.4 P.8 P.11 P.18 P.27 P.29 1. Elaboration du Territorial (PCAET) 1.1. La concertation continue 1.2. Le

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron Le présent bilan d émissions de gaz à effet de serre a été réalisé à l aide de la méthode Bilan Carbone version 7.1.01 développée

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Novembre 213 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Juin2014 Les transferts d usages ou comment réduire notre consommation de produits pétroliers Le concept de «transfert d usage»

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n

Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2013 Assemblée départementale du 27 juin 2014 1 / 13 1 / 13 SOMMAIRE Contexte et éléments de méthode...3

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée)

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée) GARONNE 2050 1. DÉFINITION DE LA VARIABLE VARIABLE : consommation d énergie Cette variable s intéresse à la consommation d énergie, un focus sur la consommation d électricité étant effectué. Elle peut

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

Ateliers thématiques «territoire»

Ateliers thématiques «territoire» Plan Climat Energie Territorial Ateliers thématiques «territoire» Urbanisme et Habitat 11 avril 2011 Majestic 18h30-20h30 Déroulement de l atelier 1. Introduction: objectifs et déroulement de l atelier

Plus en détail

Restitution des travaux de prospective énergétique

Restitution des travaux de prospective énergétique Restitution des travaux de prospective énergétique Historique Avril 25 : choix de réaliser les travaux de prospective en interne Fin 27 : acquisition du logiciel Med Pro 5 novembre 27 : première réunion

Plus en détail

3.4 TRANSPORTS UN TERRITOIRE RURAL PEU DESSERVI PAR LES TRANSPORTS EN COMMUN RENDANT SYSTÉMATIQUE L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE

3.4 TRANSPORTS UN TERRITOIRE RURAL PEU DESSERVI PAR LES TRANSPORTS EN COMMUN RENDANT SYSTÉMATIQUE L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE UN TERRITOIRE RURAL PEU DESSERVI PAR LES TRANSPORTS EN COMMUN RENDANT SYSTÉMATIQUE L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE 53 3.1 APPROCHE GLOBALE 3.2 AGRICULTURE 3.3 RÉSIDENTIEL 3.5 TERTIAIRE 3.6 DÉCHETS 3.7

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

Evolution du coût de l énergie

Evolution du coût de l énergie 1 Sébastien Kraft / Pierre Guilpain Kovalence/ Symbioz s.kraft@kovalence.fr/ p.guilpain@symbioz-energie.fr 2 passées Evolution du coût de l énergie 3 Evolution Evolution Prix complet pour 100 kwh moyenne

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES pour atteindre le en 2025? Quels types de scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? Eléments de définition Le, ou bouquet énergétique, est

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. LEGUERNEY Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat JE M'ENGAGE AVEC M A R S EIL L E P R O V E N C E M É T R O P O L E Prévoir et anticiper, c est le rôle des collectivités locales. La Communauté urbaine

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

PARC NATUREL REGIONAL

PARC NATUREL REGIONAL PARC NATUREL REGIONAL DES MONTS D ARDECHE Synthèse du bilan de gaz à effet de serre du territoire 1. Eléments de contexte Les derniers travaux du GIEC (Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution

Plus en détail

PRE ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT RESSOURCES ENERGETIQUES

PRE ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT RESSOURCES ENERGETIQUES PRE ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT RESSOURCES ENERGETIQUES Sommaire I Les ressources Energétiques... 3 I.1. Positionnement de la thématique par rapport au SCoT... 3 I.2. Documents et objectifs de référence...

Plus en détail

Bilan d émissions de GES réglementaire Mecachrome France SAS

Bilan d émissions de GES réglementaire Mecachrome France SAS Bilan d émissions de GES réglementaire Mecachrome France SAS Version du 26 juin 2013 Contenu 1 Description détaillée de la personne morale concernée... 3 1.1 Périmètre Organisationnel... 3 1.2 Périmètre

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Enquête Ménages Déplacements de la «Grande Agglomération Toulousaine» Principaux résultats octobre 2014

Enquête Ménages Déplacements de la «Grande Agglomération Toulousaine» Principaux résultats octobre 2014 Mardi 4 novembre 2014 Enquête Ménages Déplacements de la «Grande Agglomération Toulousaine» Principaux résultats octobre 2014 Sommaire Le territoire d enquête Rappel des grands principes de l enquête Le

Plus en détail

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée PRÉSENTATION POWERPOINT Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée Mamadou Lamarana DIALLO et Zoumana BAMBA, Centre de Recherche Scientifique

Plus en détail

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens Rapport final Septembre 2008 Sommaire 1.! Synthèse...4! 2.! Trente établissements de santé ont été analysés...5! 3.! Analyse

Plus en détail

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Décembre 2011 Par Florent GALLET (laboratoire ThéMA) Distances à vol d'oiseau à partir du centre-ville dijonnais Daix Plombière-lès-Dijon Fontaine-lès-Dijon

Plus en détail

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Tout d abord, nous vous remercions d avoir associé ERDF à l établissement de ce SRCAE, dans le cadre des ateliers

Plus en détail

LUBRIZOL FRANCE. Bilan Réglementaire des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

LUBRIZOL FRANCE. Bilan Réglementaire des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) LUBRIZOL FRANCE Bilan Réglementaire des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Bilan effectué en application du décret n 2011-289 du 11 juillet 2011 relatif au bilan de gaz à effet de serre et au plan

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE de la Provence-Alpes-Côte d Azur

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE de la Provence-Alpes-Côte d Azur Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE de la Provence-Alpes-Côte d Azur 1 P a g e Sommaire Cadre général... 3 1. Description de la personne morale concernée... 4 2. Année de

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014 BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014 CONTENU 1. INTRODUCTION...3 1.1. Cadre réglementaire... 3 1.2. Méthodologie retenue... 3 2. ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE...4

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Rapport réglementaire 2015 Bilan des émissions de GES - Carsat Centre-Val de Loire 1 Table des matières 1 Description de la personne

Plus en détail

Réalisation du Bilan Carbone. «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal

Réalisation du Bilan Carbone. «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal Réalisation du Bilan Carbone «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal Octobre 2013 Bilan Carbone du Conseil Général du Cantal Page 1 sur 17 1 PRINCIPE... 3 2 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE ET DONNÉES

Plus en détail

PCET. Plan Climat-Energie Territorial du Département des Landes 2015-2020. Diagnostic énergie-climat du département

PCET. Plan Climat-Energie Territorial du Département des Landes 2015-2020. Diagnostic énergie-climat du département PCET Plan Climat-Energie Territorial du Département des Landes 2015-2020 Adopté par l Assemblée départementale le 3 novembre 2014 Diagnostic énergie-climat du département Les Actions Environnementales

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE

Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE PIECE 9 EVALUATION DE L INTERET SOCIO-ECONOMIQUE 1 Cadrage de l évaluation économique et sociale du projet... 269 2 Prévisions de trafic

Plus en détail

L empreinte énergétique des français en 2010 Consommation d'énergie par catégorie d'usage

L empreinte énergétique des français en 2010 Consommation d'énergie par catégorie d'usage 1 L empreinte énergétique des français en 2010 Consommation d'énergie par catégorie d'usage Information, éducation, relationnel 11% Déplacements liés au travail 7% Produits de base 2% Métallurgie/Sidérur

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre HABITAT 08 Office Public de l Habitat des Ardennes Dernière mise à jour : 30 décembre 2015 Auteur : Laurent Bêche 1. Contexte réglementaire En application du

Plus en détail

Bilan d émissions de GES pour la société MFPM

Bilan d émissions de GES pour la société MFPM Bilan d émissions de GES pour la société MFPM 1. Description de la personne morale Raison sociale : Manufacture Française des Pneumatiques Michelin Code NAF : 2211Z Code SIREN : 855200 507 Numéros de SIRET

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte Propositions d amendements de l AFG 1 Sommaire : Article concerné Enjeu N Am Page Article 1 Afficher l objectif de réduction,

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Situation 2010 Janvier 2014 Conseil général du Direction générale des territoires, de l économie et de l innovation Service développement durable Hôtel du département

Plus en détail

Les partenaires de l étude

Les partenaires de l étude Les partenaires de l étude VIVAPOLIS est la marque ombrelle visant à fédérer les acteurs français publics et privés qui veulent promouvoir, à l international, une ambition partagée d un développement urbain

Plus en détail

Bilan Gaz à Effet de Serre

Bilan Gaz à Effet de Serre Bilan Gaz à Effet de Serre Conformément à l article 75 De la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 Portant engagement national pour l environnement (ENE) - Centre Hospitalier de Novillars SYKAR environnement

Plus en détail

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

RESTITUTION POUR LA PUBLICATION DU BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ANNEE DE REFERENCE : 2011-2012 1 ER AVRIL 2011 AU 31 MARS 2012 2014

RESTITUTION POUR LA PUBLICATION DU BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ANNEE DE REFERENCE : 2011-2012 1 ER AVRIL 2011 AU 31 MARS 2012 2014 RESTITUTION POUR LA PUBLICATION DU BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Méthode développée par l'abc ANNEE DE REFERENCE : 2011-2012 1 ER AVRIL 2011 AU 31 MARS 2012 2014 ANNEE DE REPORTING : 2014 1

Plus en détail

Diagnostic Energie-Climat

Diagnostic Energie-Climat Diagnostic Energie-Climat Syndicat d Agglomération Nouvelle de Sénart Cabinet EXPLICIT 1 Les émissions de l'agglomération de Sénart s'élèvent à 478 000 tonnes équivalent CO2 Emissions de gaz à effet de

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

Restitution réglementaire du Bilan des émissions de gaz à effet de serre *** Grand Evreux Agglomération

Restitution réglementaire du Bilan des émissions de gaz à effet de serre *** Grand Evreux Agglomération Restitution réglementaire du Bilan des émissions de gaz à effet de serre *** Grand Evreux Agglomération 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Grand Evreux Agglomération Code NAF

Plus en détail

Annexe promotion du gaz.doc 1

Annexe promotion du gaz.doc 1 Annexe : Présentation des actions de promotion du gaz naturel Depuis 2008, la promotion de l énergie gaz naturel est l un des grands enjeux de GrDF et constitue un poste de dépense à part entière pris

Plus en détail

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE Le gaz direct : une étude approfondie réalisée par le CTTN-IREN, avec le soutien de l ADEME Le Centre Technique de la Teinture et du Nettoyage, en partenariat

Plus en détail

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 L Alliance canadienne pour les véhicules au gaz naturel 350 Sparks Street,

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Etude préalable à la mise en œuvre du Plan Climat-Energie Territorial de la Communauté d Agglomération de Castres Mazamet LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Castres, jeudi 29 mars 2012 Obligation

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Les énergies fossiles

Les énergies fossiles texte : Dan Strikowski énergies disponibles Les énergies fossiles Mazout, gaz, électricité, charbon La source d énergie joue un rôle prépondérant dans le choix du système de chauffage. Les trois sources

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Le protocole de Kyoto: (1997) Réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Facteur

Plus en détail

BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009

BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009 BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009! Détails de l'étude! Résultats généraux! Facteur 4! Perspectives Avril 2009 www.mountain-riders.org 1 OBJECTIF DE L ETUDE Évaluer les émissions

Plus en détail

Bilan Gaz à effet de serre 2014

Bilan Gaz à effet de serre 2014 Bilan Gaz à effet de serre 2014 Sommaire I. Contexte et objectif... 2 II. Périmètre organisationnel retenu... 3 III. Méthodologie... 4 IV. Emissions de GES... 7 V. Emissions évitées... 9 VI. Incertitudes...

Plus en détail

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement Compte rendu de la deuxième réunion de travail - 3 octobre 2012 L atelier se déroule dans la salle du conseil municipal ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre Habitat - logement Madame Salfati, adjointe

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Page 1 Table des matières CONTEXTE... 4 NOTE METHODOLOGIQUE... 5 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 6 A. DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. 1 Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 2

Plus en détail

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de développement? Contexte Depuis le début des années 1990, l Etat, l ADEME et la Région travaillent sur le développement des

Plus en détail

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Introduction Le SRCAE : document stratégique régional Il fixe les grandes orientations stratégiques de

Plus en détail

Engagements routiers des Conseils généraux

Engagements routiers des Conseils généraux Engagements routiers des Conseils généraux Octobre 2000 PREFACE Lancée par l'assemblée des Départements de France (ADF) en liaison avec l'union des Syndicats des Industries Routières de France (USIRF),

Plus en détail

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes 1/ Description de la personne morale concernée Raison sociale : CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONES ALPES

Plus en détail

Consommation et dépendance énergétique en Ile-de-France

Consommation et dépendance énergétique en Ile-de-France Ateliers de prospective Contrainte énergétique et adaptations urbaines en Ile-de-France Les activités économiques productrices et consommatrices d énergie Consommation et dépendance énergétique en Ile-de-France

Plus en détail

Publication du bilan GES DAMART SERVIPOSTE 2011

Publication du bilan GES DAMART SERVIPOSTE 2011 Publication du bilan GES DAMART SERVIPOSTE 2011 Sommaire 1. Description de DAMART SERVIPOSTE... 4 Raison sociale :... 4 Code NAF :... 4 Code SIREN :... 4 Adresse :... 4 Description sommaire de l activité

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie La Roumanie se trouve au centre géographique de l Europe (dans le sud-ouest de l Europe centrale). Le pays compte 1,5 millions d

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

La mobilité des Girondins 1 Comment s effectuent nos déplacements quotidiens?

La mobilité des Girondins 1 Comment s effectuent nos déplacements quotidiens? La mobilité des Girondins 1 Comment s effectuent nos déplacements quotidiens? Les Girondins réalisent près de 4,7 millions de déplacements quotidiennement. La dernière vague d enquêtes déplacements (Enquêtes

Plus en détail

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise : premiers résultats généraux

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise : premiers résultats généraux DOSSIER DE PRESSE Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise : premiers résultats généraux Lundi 19 mars 2007 L EMD en chiffres sur le territoire du Grand Lyon L EMD en chiffres

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

KEOLIS Tours. Jour/Mois/Année

KEOLIS Tours. Jour/Mois/Année KEOLIS Tours Jour/Mois/Année BILAN GAZ A EFFET DE SERRE SOMMAIRE 1. Contexte 3 1.1 Contexte normatif 3 2. Généralités 4 2.1 Informations générales 4 2.2 Description de la personne morale 5 2.3 Mode de

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Site audité : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte CLIENT : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte INTERLOCUTEUR : TELLIER Jean-François ADRESSE : CS 10039

Plus en détail

Bilan Carbone. P. Faucher. Sept. 2009

Bilan Carbone. P. Faucher. Sept. 2009 Bilan Carbone P. Faucher Sept. 2009 / La méthode Bilan Carbone, Plan Climat et Agenda 21 >Des démarches complémentaires Le Bilan Carbone permet de faire un diagnostic des émissions de gaz de serre Le Plan

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Mars 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Les déplacements domicile-travail des Franciliens. Groupe d'échanges et de recherches IFSTTAR MOBIlités LIées au Travail des ActifS Jeudi 11 juin

Les déplacements domicile-travail des Franciliens. Groupe d'échanges et de recherches IFSTTAR MOBIlités LIées au Travail des ActifS Jeudi 11 juin Les déplacements domicile-travail des Franciliens Groupe d'échanges et de recherches IFSTTAR MOBIlités LIées au Travail des ActifS Jeudi 11 juin Eléments de cadrage sur la mobilité en Ilede-France 2 Sources

Plus en détail

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24 1 «HABITER» A quoi ressemblera le logement du futur, plus largement sur le cadre de vie, sur les façons d habiter, la ville, le territoire, la planète. Le choix du lieu d habitat est structurant : ce sont

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Situation 2010 Janvier 2014 nseil général du ection des territoires rvice développement durable Hôtel du département 2 rue de Saint-Tropez

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE d Ile-de-France

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE d Ile-de-France Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE d 1 P a g e Sommaire Cadre général... 3 1. Description de la personne morale concernée... 4 2. Année de reporting de l exercice et l année

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

ENERGIEINFO Avril 2013

ENERGIEINFO Avril 2013 ENERGIEINFO Avril 2013 La plus grande étude en Europe consacrée à la consommation de chauffage dans les bâtiments résidentiels vient d être publiée 1 La transition énergétique se joue dans la salle de

Plus en détail