DURÉE DE VIE ET DE. Michel JAMBU, Centre National d'etudes des Télécommunications France Direction scientifique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DURÉE DE VIE ET DE. Michel JAMBU, Centre National d'etudes des Télécommunications France Direction scientifique"

Transcription

1 ESTIMATION ET PRÉDICTION DE LA FIDÉLITÉ, DE LA DURÉE DE VIE ET DE LA VALEUR ÉCONOMIQUE DES CLIENTS PAR DES TECHNIQUES DE DATAMINING Michel JAMBU, Centre National d'etudes des Télécommunications France Direction scientifique La fidélisation des clients intéresse toutes les entreprises. L'une des questions majeures du sujet est : qui doit-on fidéliser? Car tous les clients ne sont pas nécessairement intéressants à être fidélisés et tous les clients ne sont pas fidélisables de la même manière. Dans cet article, on décrit un processus de datamining adapté à gérer, suivre, analyser les clients. Il permet de détecter les clients potentiellement infidèles, selon leur valeur économique, et, ainsi, de donner au manager de marketing une information sur-mesure, éventuellement client-par-client, destinée à mettre en place des actions marketing sur-mesure. Mots Clés : Fidélisation, Datamining, Evaluation, Système d information client, Marketing INTRODUCTION Le contexte général est celui de la société de l'information, de l'accroissement de la compétition et de la compétitivité associée à une plus grande satisfaction des besoins des consommateurs. Le management d'une entreprise est conduit par la demande des consommateurs. Qui dit demande, dit connaissance détaillée et suivi permanents de ces consommateurs. Ceci implique la maîtrise et l exploitation intelligente de différentes sources d'information provenant du système d'information interne de l'entreprise, des bases de données marketing, des enquêtes de satisfaction, des réclamations, des enquêtes sur la concurrence. Ces sources d'information sont parfois réunies dans des entrepôts de données (datawarehouse) ou dans des magasins de données spécialisées (datamart) et exploitées en fonction d'une action à entreprendre par des techniques ou des systèmes d'analyse des données (datamining). Dans cet article, on s'interroge sur la manière de détecter, à partir des sources d'information disponibles, les clients potentiellement fidèles et ceux qui ne le sont pas, afin de fournir au manager du marketing, des listes de clients, à partir desquelles il pourrait établir des plans de fidélisation et de mettre en place ces actions. Avant d'entrer dans le cœur du sujet, on fait un détour vers le datamining afin de permettre au lecteur d'en acquérir une image intuitive, mais plus juste que celle fournie par la presse informatique ou les éditeurs de logiciels. CE QU'EST, CE QUE N'EST PAS LE DATAMINING Le Gartner Group, société spécialisée dans l'information technologique et économique, reconnue 67

2 A D E T E M par la très grande majorité des acteurs du domaine, définit le datamining ainsi : «It is the process of discovering meaningful new correlations, patterns, trends by sifting through large amounts of data stored in repositories using pattern recognition as well statistical and mathematical techniques». Cette définition très générale mérite d'être précisée ainsi : «Le datamining est un processus d'analyse fine et intelligente des données détaillées, interactif et itératif, permettant aux managers d'activités utilisant ce processus de prendre des décisions et de mettre en place des actions sur mesure dans l'intérêt de l'activité dont ils ont la charge et de l'entreprise pour laquelle ils travaillent». Cette proposition de définition, croisée avec celle du Gartner Group appelle quelques commentaires supplémentaires : 1. Processus : le datamining est un processus de transformation et de valorisation des données tourné vers un objectif d'entreprise. Si on prend l'image classique du pétrole, les données sont le pétrole brut, le carburant est le produit transformé par le processus de raffinage. 2. Analyse fine des données détaillées : on entend par là l'analyse des données élémentaires non agrégées, par des processus d'analyse permettant de reconnaître ou d'identifier des faits pertinents. 3. Analyse intelligente des données : on entend par là, l'analyse permettant de déduire des associations, des exceptions, des déviations, des relations, des causalités, des facteurs, des classes, des modèles au moyen de méthodes mathématiques appropriées (visualisation, analyses exploratoires, analyses factuelles, arbres de décision, réseaux de neurones, algorithmes génétiques, analyses discriminantes, analyses prédictives...). 4. Processus itératif : processus d'analyse progressif permettant d'accéder étape par étape au résultat escompté. 5. Processus interactif : processus d'analyse permettant de dialoguer avec les données en vue d'en déduire des relations ou du sens entre elles. 6. Manager d'activités : responsable dans l'entreprise qui fixe les objectifs, organise le processus de management de l'activité, évalue les résultats obtenus, s'appuie sur l'information valorisée par le datamining pour prendre ses décisions et élaborer les plans d'action. 7. Action sur mesure : action déduite directement de l'information disponible au niveau individuel (c'est-à-dire du client), information de type oneto-one pour permettre un marketing one-to-one. 8. Datamining et datawarehousing : bien que parfois associés par la presse informatique et les éditeurs ou intégrateurs de bases de données, datamining n'est ni datawarehousing, ni système d'information, ni bases de données. Ces trois objets ne sont concernés que par l'alimentation et la gestion des données. Administrer une base de données est un métier, exploiter intelligemment une base en est un autre. Corrélativement, le datamining ne nécessite pas nécessairement l implémentation d'un datawarehouse. 9. Utilisateurs de données : le rôle des utilisateurs de données est concentré sur l'objectif d'entreprise à atteindre. Ils n'ont pas à être des spécialistes, pas plus du datamining que du datawarehousing. Ce dont ils ont besoin, ce sont des méthodes simples à mettre en œuvre, qui permettent d'extraire du sens des données en «opérationnel au fil de l'eau». 10. Sciences et technologies de l'information : bien qu'associés, sciences et technologies doivent être différenciés. On peut faire remonter la première expression du datamining au pharaon, qui, voulant fixer le montant de l'impôt, avait fait construire au bord du Nil des «nilomètres», qui permettaient de mesurer la hauteur de crue du Nil et, corrélativement, d'en déduire le montant de la récolte. Les méthodes de classification datent de Linné (1758), les méthodes de régression de Galton et Pearson (1875), les méthodes factorielles de Hotteling (1930), l'analyse des correspondances de Benzécri (1962), l'analyse exploratoire des données de Tukey (1962), les arbres de décision de Sonquist 68

3 Estimation et prédilection de la fidélité, de la durée de vie et de la valeur économique des clients par des techniques de datamining Michel Jambu et Morgan (1965), les réseaux de neurones de Mc Culloch et Pitts (1943), les algorithmes génétiques de Holland (1975)... Les technologies de datamining suivent l'évolution des technologies de l'information et de la communication depuis l'apparition des ordinateurs et des réseaux. La plupart des technologies de datamining sont disponibles sur micro-ordinateur et ne nécessitent pas d investissements informatiques et mathématiques importants. A l'aube de l'an 2000, ces technologies sont plus proches, dans leur mode d'emploi, des outils informatiques de type traitement de texte et tableur du commerce, que des logiciels statistiques des années 70. Si leur usage est encore peu répandu, c'est que les spécialistes du marketing sont encore peu au fait de l'emploi de ces technologies et que les éditeurs de produits logiciels, comme les intégrateurs informatiques, n'ont pas la connaissance de ces sujets. En effet, elle est plus du ressort de la maîtrise de l information que de l informatique. C'est donc par des canaux de diffusion différents des canaux usuels que les managers du marketing devront s'informer sur ces technologies et leurs possibilités. Ce que nous tentons de faire ici. toutes les sources d'information dont on peut supposer, sans l'avoir vérifié, qu elles ont un «lien» avec le fait d'être fidèle ou pas. Parmi ces sources, on trouve les données du système d'information de l'entreprise (les données de facturation, de contrats, et des données socio-démographiques relevées au moment de l'achat...), puis les données des bases de données marketing, les données des enquêtes de satisfaction (satisfaction client - satisfaction des employés - satisfaction des actionnaires...), les données de qualité de service (produits et/ou services), les données sur la concurrence, les données des réclamations orales ou écrites et un ensemble de données informelles, dites qualitatives, qui peuvent éclairer certains aspects de la fidélisation. STRATEGIE DE MANAGEMENT DE LA FIDELISATION. La stratégie de management de la fidélisation met en jeu un processus périodique qu'on a divisé en quatre étapes : DETECTION DE CLIENTS INFIDELES ET ACTIONS ASSOCIEES. Cadre général des études de fidélisation On donne, ci-après (Figure 1), les éléments et les relations intervenant traditionnellement dans l'étude de la fidélisation. Ce schéma n'est pas original, il est inspiré des travaux de Devlin (1996), eux-mêmes inspirés des travaux de Parasuraman. Il correspond désormais à la réalité des études de fidélisation pour l'entreprise. Figure 1 Cadre général des études de fidélisation. Schéma adapté de Devlin et Parasuraman Sources de données des études de fidélisation. La première étape de toute étude de fidélisation sera de déterminer 69

4 A D E T E M Etape 1 - à l'instant (t) Sélectionner les données pertinentes et explicatives de la fidélisation. Analyser ces données en profondeur pour mesurer l'intensité des liens entre elles et la fidélisation. Segmenter les données, si nécessaire, pour obtenir des groupes homogènes de comportements de clients. Etape 2 - à l'instant (t) Modéliser les données de fidélisation selon deux axes : un axe fidélité ; un axe valeur économique. Cette modélisation est effectuée sur un ensemble de données dit d'apprentissage (sousensemble de données réelles utilisé pour élaborer le modèle) et est évaluée sur des données de contrôle indépendantes des données d apprentissage. Etape 3 - à l'instant (t) Prédire le comportement de fidélité des clients et estimer leur valeur économique ; déterminer les actions à entreprendre par classe de clients, voire individuellement par client. Etape 4 - à l'instant (t) Implémenter les actions programmées. Suivre et évaluer les résultats. Ré-explorer les sources de données disponibles en vue de les introduire dans une nouvelle période. Retour à l'etape 1 pour la mise en œuvre de l'étude de la situation à l'instant (t + 1). Dans les prochains paragraphes, on donne les détails de chacune des étapes. L'ETAPE 1. ANALYSE DE LA SITUATION DE FIDELISATION Sélection des données pertinentes. Ce travail préliminaire consiste à déterminer les variables les plus liées à l'infidélité, à partir des données sources disponibles. On schématise ces données de la façon suivante : en ligne, les clients ; en colonne, les variables dont on veut mesurer la relation avec l'infidélité. Ces variables peuvent être quantitatives, qualitatives, voire textuelles. L'une d'elles joue un rôle privilégié. C'est la variable binaire qui caractérise le fait d'être resté fidèle à l'entreprise (1) ou pas (0). On étudie la relation entre cette variable et toutes les autres variables susceptibles d'avoir une relation avec la fidélité ou l'infidélité. La variable de fidélité étant qualitative, on étudie la relation avec les variables quantitatives, ou utilisant le rapport de corrélation, et la relation avec les variables qualitatives, en utilisant l'indice du chi-2 normalisé ou l'indice de Tschuprov. On classe ensuite les variables selon l'ordre décroissant du rapport de corrélation ou du chi-2. On obtient ainsi, dans l'ordre, les variables les plus liées à l'infidélité/fidélité. Segmentation de clients. Les variables de fidélisation peuvent jouer différemment selon le type de clients. On est donc, ainsi, conduit à détecter des classes de clients qui ont, vis-à-vis des variables de fidélisation, des comportements homogènes. Ainsi, on peut utiliser, soit des algorithmes de segmentation afin d'obtenir des arbres de décisions, soit l'analyse des correspondances multiples afin d'obtenir ou détecter des typologies. Le but final de cette opération est de pouvoir créer un code de segmentation pour chaque client et, si nécessaire, permettre ainsi une exploitation des données par segment. Analyse exploratoire et visualisation des données. L'analyse exploratoire et la visualisation des données permet de situer les populations fidèles (0) et celles qui ne le sont pas (1) dans l'espace des variables de fidélisation. Pour ce faire, on utilise les outils traditionnels (diagramme de dispersion ; multidiagramme de dispersion ; diagramme factoriel) avec édition des individus-clients caractérisés par le fait d'être fidèles ou pas. Ceci permet de vérifier si les nuages de points individus fidèles et non fidèles s'interpénètrent ou pas. Conclusion de l'etape 1. Cette étape préliminaire est très importante pour la suite des opérations, car elle permet de détecter les variables influentes sur la fidélité et de 70

5 Estimation et prédilection de la fidélité, de la durée de vie et de la valeur économique des clients par des techniques de datamining Michel Jambu mesurer l'intensité de la liaison en même temps qu'elle permet de détecter des interactions entre variables. L'ETAPE 2. ELABORATION D'UN MODELE DE DETECTION. Données d'apprentissage et données à prédire. Les données dites d'apprentissage servent à construire un modèle, tandis que, dans une phase ultérieure, les données à prédire seront les données sur lesquelles on appliquera le modèle construit dans la phase d'apprentissage. Les données d'apprentissage sont constituées d'un sous-ensemble des données sources pertinentes, sélectionnées dans l'etape 1, sur lesquelles on construit deux indicateurs de synthèse utiles au manager de marketing, qui lui permettront de gérer directement la situation de fidélisation. Ces deux indicateurs sont l'indice de valeur économique du client (life time value) et l'indice de fidélité du client (Churn index). Calcul de l'indice de fidélité du client. Présentation. Le problème consiste à trouver un indicateur de fidélité qui synthétise toutes les variables ayant une relation avec la fidélisation, que ces variables soient qualitatives ou quantitatives. On rappelle ici deux des méthodes mathématiques les plus connues, et on propose une troisième, plus élégante mathématiquement, plus facile à mettre en œuvre et moins chère (certains des produits logiciels disponibles dans le commerce sont dispendieux). On les décrit par ordre d'ancienneté. La régression logistique La variable y est une variable qui prend deux modalités y = 1 et y = 0. Prenons un exemple fictif de la fidélisation en supposant que la fidélité dépend de la chute de pluie exprimée en millimètres. L'application directe de la régression linéaire aurait conduit à l'équation suivante : Fidélité (0/1) = 0,94-0,02 x pluie. La modélisation sous la forme (0/1) fournit l'équivalent d'une probabilité. La chute d'un millimètre de pluie fait baisser la fidélité de 2%. Mais il y a un problème à l'une des extrémités : en effet, une chute de pluie importante pourrait conduire à une fidélité négative. Pour éviter ces ennuis à la borne 0, on peut utiliser le modèle suivant : Log y = a + b x. Il n'y a, fort heureusement, pas de chute de pluie négative. Mais d'autres applications pourraient conduire à une estimation d'une probabilité supérieure à 1. De fait, on utilise alors la formulation suivante : y Log = a + bx. 1-y L'intégration de cette fonction fournit la fonction logistique : 1 y = 1 + exp(- (a + bx)) Si la variable est codée en deux modalités (0/1), le modèle logistique s'écrit : 1 P (y =1) = = P1 si x = exp(- (a + b)) 1 P (y = 0) = = P0 si x = exp(- a) Ce modèle se généralise à plusieurs variables X1, X2,... Xp : P (y = 1/X1,..., Xp) = 1/[1 + exp(-a-σ bi xi)]. i = 1,p Comme dans la régression multiple, le coefficient bi de la variable xi dépend de la présence des 71

6 A D E T E M autres variables. L'intérêt de pouvoir utiliser plusieurs variables est évident. L'analyse d'une situation est très rarement réductible à une variable dépendante. De plus, il est très utile de pouvoir prendre en compte des facteurs de confusion. Ainsi, si la fidélité des clients dépend de la structure de la population (sexe, âge), il est possible d'ajuster ces deux variables pour les rendre constantes et ainsi mesurer l'impact des autres variables. L'application pratique de la régression logistique n'est pas triviale. L'estimation des paramètres n'est pas simple. De plus, toute variable qualitative à k modalités doit être transformée en (k-1) variables à deux modalités. Les variables explicatives quantitatives peuvent être utilisées telles quelles, ou transformées en variables qualitatives à deux modalités. Des tests statistiques permettent de valider la régression logistique et les coefficients. - références : Hosmer et Lemeshow (1989), Burtschy (1993). L'analyse discriminante de l'inverse de la matrice des variances covariances empiriques. Dans le cas présent, puisque p = r, on ne restituera qu'un seul axe factoriel discriminant : l'index de fidélité. Tout individu aura donc une valeur calculée sur cet axe discriminant, normalisé de 0 à 1 pour faciliter la compréhension. On évalue la performance de la discrimination en calculant le pourcentage de bien classés et de mal classés par rapport à la situation initiale fidèle/non fidèle (Figure 2). Ce critère souvent utilisé n'est cependant pas la meilleure approche. FIGURE 2 Évaluation du modèle d analyse discrimunante. Plus (a-d) est proche de 100, plus le modèle reconnait la situation de fidélisation On se place dans la même situation mathématique que précédemment, en considérant une variable de fidélité y prenant deux modalités (0 ou 1) selon qu'on est fidèle ou pas, et p variables quantitatives susceptibles d'être liées à la fidélité. L'analyse discriminante tente de résoudre le problème de l'affectation à une classe (fidèle/non fidèle) d'un individu caractérisé par de nombreuses variables. Les fonctions linéaires discriminantes seront les combinaisons linéaires de ces variables, dont les valeurs séparent au mieux des classes connues a priori. Comme le problème étudié se ramène à l'étude de 2 groupes seulement (fidèles/non fidèles), l'analyse discriminante sera simplifiée. Mathématiquement, l'analyse factorielle discriminante constitue un cas particulier de l'analyse en composantes principales. C'est l'analyse en composantes principales du nuage des r centres de gravité associés à la variable qualitative classifiante (ici r = 2), centres munis de leurs poids dans l'espace géométrique Rp avec pour métrique, la métrique Il sera plus astucieux d'étudier les individus mal classés en relation avec les variables introduites dans l'analyse discriminante, une variable «mal choisie» pouvant faire varier le pourcentage de bien classés dans un sens ou dans l autre. Au début de la présentation de l'analyse discriminante, on a fait la supposition que les variables classifiantes étaient toutes quantitatives, ce qui n'est pas le cas dans la réalité. Pour appliquer l'analyse discriminante à des variables qualitatives, il faut utiliser un codage construit par une méthode (l'analyse des correspondances multiples) permettant de transformer un ensemble de données qualitatives en données quantitatives. L analyse discriminante sera alors appliquée aux facteurs de l analyse des correspondances multiples. 72

7 Estimation et prédilection de la fidélité, de la durée de vie et de la valeur économique des clients par des techniques de datamining Michel Jambu On donne le nom de AFDQ1 à l application de l analyse discriminante linéaire sur les facteurs issus d une analyse des correspondances multiples considérés comme variables. On donne le nom de AFDQ2 à l application de l analyse discriminante quadratique sur les facteurs issus d une analyse des correspondances multiples considérés comme variables. Dans le cas de mélange de variables qualitatives et quantitatives, se présentent deux choix : soit utiliser les facteurs d une analyse factorielle canonique (AFDC), soit découper les variables quantitatives en classes pour utiliser l analyse factorielle des correspondances multiples (AFDQ1 ou AFDQ2). Références : Benzecri (1973), Lebart (1975), Jambu (1998), Saporta (1990), Romeder (1973). L'analyse directe des tableaux de liaisons. Il s agit ici d une application directe de l analyse des correspondances binaires à un ensemble de tableaux de contingences juxtaposés, qu on appelle tableaux de liaison avec la variable privilégiée de fidélité. On donne ci-après la mise en œuvre de la méthode : Construction des tableaux de liaisons Considérons la variable fidèle/non fidèle et les autres variables de fidélisation détectées dans l'etape 1. On construit tous les tableaux de fréquences croisant la variable fidèle/non fidèle et les autres variables, que l'on range comme décrit dans la Figure 3 (l'ordre des variables en colonne n'a pas d'importance). Puis, on construit le tableau des données de base mis sous forme disjonctive complète, mettant en jeu les variables de fidélisation et les individus de l'ensemble d'apprentissage. Ce tableau est ajouté à la suite du tableau des liaisons précédent (on dit qu'il est mis en supplémentaire du tableau des liaisons) (Figure 3). Références : Benzecri (1973), Cazes (1982). Analyse des correspondances du tableau des liaisons. On effectue l'analyse des correspondances du tableau des liaisons ce qui, mathématiquement, permet d'obtenir une analyse dont le résultat est réduit à un seul axe factoriel puisque la variable fidèle/non fidèle ne contient que deux modalités de réponses. On projette alors, en éléments supplémentaires, les individus-clients du tableau des données mis sous forme disjonctive complète. Ceci permet de calculer, pour chaque individu-client, une valeur d'indice de fidélité. Avec cet indice de fidélité, on peut évaluer la performance de l'analyse, comme dans le cas de l'analyse discriminante. Cependant, on peut choisir la position de la cloison pour optimiser le nombre des bien classés. Pour cela, on fait varier pas-à-pas la cloison sur l'axe de fidélité. La position de la cloison servira, ultérieurement, pour l'étude de la prédiction. L'analyse est désormais totalement achevée et l on a utilisé seulement l'analyse des correspondances binaires sur le tableau des liaisons. Le tableau des liaisons n'est qu'un sous-tableau du tableau des correspondances multiples - dit tableau de Burt - qui croise toutes les variables entre elles. Si on veut introduire, comme variable de liaison, des variables quantitatives, il suffit de découper les variables quantitatives en classes, en optimisant le découpage. Seule la connaissance de l'analyse des correspondances binaires est nécessaire. Figure 3 Tableau de liaisons associé à la fidélisation (A) Tableau de contingences juxtaposées associées à la variable fidèle non fidèle (B) Tableau disjonctif complet des variables de liaisons. 73

8 A D E T E M De manière à identifier les différents types d'applications de l'analyse des correspondances, on donne le nom AFTL «à l'application de l'analyse des correspondances binaires aux tableaux de contingences juxtaposés associés à une variable qualitative à deux modalités représentant la fidélité et l'infidélité». D autres méthodes peuvent être mises en œuvre, telles que l application des réseaux de neurones ou les réseaux bayesiens. Ces méthodes en sont encore au stade expérimental et donc encore réservées aux spécialistes. Calcul de l'indice de valeur économique du client. Présentation. Tous les clients ne sont pas égaux pour une entreprise. Leurs dépenses et leurs potentiels diffèrent. Le problème consiste à trouver un indicateur économique modélisant le potentiel économique de chaque client, en tenant compte de son historique de dépenses et de ses données socio-démographiques. Calcul de l'indice de valeur économique par client. On donne ici une formule «admise» par tous les spécialistes de la valeur des clients. Indice valeur client = α (A + Σ (Fi - Ci) : i = 1,p Où α est un coefficient de pondération identique pour tous les clients; A est le coût d'acquisition d'un client; Fi est le montant de la facture par mois; Ci est le coût de service d'un client; p est le nombre de mois où le client a été fidèle à l'entreprise. Mais, pour pouvoir estimer la valeur économique d uns client, il faut, d une part, estimer la durée de vie du client, c est-à-dire la date de son départ, et, d autre part, estimer son potentiel économique durant la période où il reste client de l entreprise. Calcul de la durée de vie des clients a) Introduction générale L estimation de la durée de vie des clients va permettre de répondre à deux problèmes, celui de la précision de l infidélité et celui de l estimation du potentiel économique du client. a. 1) Calcul et estimation de l indélité précise des clients Dans le calcul de l index de fidélité, on fait l hypothèse de la propension du client a être infidèle selon certains paramètres à déterminer. Mais le modèle ne permet pas de dire quand le client cessera d être fidèle. Le modèle s applique pour la détection de l infidélité en général, mais pas pour la date de cette infidélité. Si on veut être plus précis à ce sujet, il faut modéliser la durée de vie d un client, c est-à-dire estimer le nombre de mois, de jours, durant lesqules le client restera client de l entreprise. C est à cette première situation que sera appliquée la modélisation de la durée de vie des clients. a.2) Calcul et estimation du potentiel économique des clients. A partir du moment où on est capable de connaître la durée de vie du client, on détermine la date de son départ. Le potentiel économique du client sera calculé sur la période : Δτ=τ départ -τ actuel. Pour ce faire, il suffit d effectuer la prévision statistique sur la période Δτ en tenant compte des dépenses du client antérieures à la période Dt. On réalisera donc une estimation des facturations de chaque client jusqu à la fin de la période Dt et on fera le calcul du potentiel économique des clients selon la formule : Indice de la valeur du client (i) = α(α+σ ττ Δτ (F τ (i) C τ (i)) ; Où α est le coefficient identique pour tous les clients ; C τ (i) est le coût à l instant τ du client i ; F τ (i) est le montant facturable à l instant t du client i ; Α est le coût d acquisition du client. 74

9 Estimation et prédilection de la fidélité, de la durée de vie et de la valeur économique des clients par des techniques de datamining Michel Jambu b) Calcul de la durée de vie des clients On va considérer une variable Y, quantitative, représentant le «nombre de jours client de l entreprise». On va considérer l ensemble des variables quantitatives ou qualitatives ayant un lien potentiel avec la durée de vie (ce peut être les mêmes que celles qui ont servi pour la modélisation de la fidélité, mais ce n est pas obligatoire). On effectue un découpage en classes de la variable Y et on construit le tableau des liaisons entre la variable découpée et les variables explicatives également découpées en classes si celles-ci sont quantitatives. On a donc le même type de tableau que celui étudié pour la fidélité, à la réserve près que la variable fidélité ne possède que deux modalités et que la variable durée de vie oùen possède un nombre supérieur à 2. On effectue l analyse factorielle des correspondances sur ce tableau (méthode AFTL) et on obtient les facteurs associés à l analyse. Il y a p facteurs, p étant égal au nombre de modalités de la variable Y-1. Pour expliquer Y, on peut faire une régression usuelle sur les facteurs, ou une régression par voisinage. On obtient ainsi une formule de régression du type : Y(i) = Σ{bα Fα(i) ; α Α}; Α est l espace factoriel de représentation retenu ; Fα(i) le facteur associé à l individu i sur l axe de rang α ; bα le coefficient de régression associé à l axe de rang α. Figure 4 Courbe de Lift (AFTL) Puisqu on ne peut comparer mathématiquement les méthodes, on doit pouvoir évaluer leur efficacité de modélisation à l aide d une méthode d évaluation indépendante des techniques utilisées. Cette évaluation de l efficacité peut se faire par la méthode dite de Lift. On donne ci-après à titre d exemple les valeurs de Lift et la courbe de Lift établies pour la méthode AFTL sur des données réelles (Figures 4 et 5) pour le calcul de l indice de fidélité. La méthode de Lift doit être mise en œuvre pour chaque type de données et pour chaque technique. C est un indicateur de qualité et d efficacité du modèle. Libre après, à l utilisateur, de choisir pour la prédiction le modèle qui lui semble le «meilleur». La valeur reconnue comme pertinente est la valeur du Lift à 2% (taux de reconnaissance par la méthode (ici 66,67%) divisé par proportion de l échantillon (ici 2%). Cette valeur est de 33 sur l exemple de AFTL appliqué aux données traitées. Evaluation des techniques par la méthode de Lift 75

10 A D E T E M Figure 5 Tableau des valeurs de lift (AFTL) réunies dans l'ensemble des variables de fidélisation, déterminées et utilisées dans la construction du modèle précédent. La prédiction de l indice de fidélité des clients Au début de l'etape 3, on connaît un modèle, établi par l'une des méthodes précédemment mentionnées, et les données descriptives de chacun des clients que l on veut prédire i.e. en estimer l indice de fidélité-. Prédiction par la régression logistique. Conclusion de l'etape 2. A la fin de l'etape 2, le manager du marketing possède sur chaque client l'ensemble des données d'apprentissage et les données suivantes : - les variables de fidélisation (liaison avec la fidélité) sélectionnées dans l'etape 1; - la variable de fidélité (fidèle/non fidèle); - l'indice de fidélité estimé par le modèle (régression logistique, AFTL, AFDQ ou réseaux de neurones); - l'indice de valeur économique du client estimé par le modèle. L'ETAPE 3. - PREDICTION. Présentation générale Prédire consiste à estimer la probabilité de fidélité d'un client en ne connaissant que ses caractéristiques économiques ou socio-démographiques, On applique la formule du modèle de régression en mettant les données des individus à prédire sous la forme nécessaire pour être utilisées dans le modèle. Prédiction par AFDQ On calcule d'abord la position d'un élément à prédire par l'affectation d'un élément supplémentaire à l'analyse des correspondances multiples, puis on affecte le point calculé de coordonnées les valeurs sur chacun des facteurs, sur l'axe factoriel discriminant. Puis, l'individu est affecté à une classe de fidélité (fidèle/non fidèle). Prédiction par AFTL On calcule directement la position d'un individu par la procédure de calcul d'élément supplémentaire de l'analyse des correspondances, à partir du vecteur de description logique de chaque individu. La valeur de l'individu prédit est comprise entre 0 et 1 et lui confère un indice de fidélité qui n est pas réellement une probabilité. Ensuite, si nécessaire, on peut affecter l'individu à une classe de fidélité, soit sur la base de 2 classes (fidèle/non fidèle) soit de plusieurs classes (très fidèle, fidèle, moyennement fidèle, faiblement infidèle, très infidèle). 76

11 Estimation et prédilection de la fidélité, de la durée de vie et de la valeur économique des clients par des techniques de datamining Michel Jambu La prédiction de la durée de vie et de la valeur économique des clients Supposons qu on veuille prédire pour un client s, sa durée de vie en ne tenant compte que de ses variables explicatives. Il suffit de rajouter ce client s en éléments supplémentaires à l analyse AFTL pour avoir les valeurs Fa (s) (coordonnées de s sur l axe de rang a) et d appliquer la formule de régression précédente. Notons qu on peut simplifier le calcul de la manière suivante : On sait que F α (i) = Σ (kij)ϕj α /n e ; j Je où Je désigne l ensemble des modalités des variables explicatives; ne désigne le nombre des variables explicatives; ϕj α désigne le facteur associé de variance 1 et de moyenne 0 à la modalité j; kij= 1 ou 0 selon que l individu i possède ou non la modalité j. Donc, la formule de régression s écrit : y(i) =Σ (d j.k ij )/n e ; jeje avec dj =Σ {b α ϕ j a }. α Α Comme k ij vaut 1 si i a adopté la modalité j et 0 sinon, la formule de régression prend la forme simple suivante : y(i) =Σ {d q(i) }/n e ; α ϕe} où q(i) désigne la modalité de Jq prise par i. Ainsi, la valeur approchée de y est donc la moyenne des valeurs dj associées aux modalités j des variables explicatives adoptées par i. L'ETAPE 4. - PLANS D'ACTION ET MANAGEMENT DE LA FIDELISATION. Présentation. Les données prédites ne servent qu'à établir des plans d'action, à les mettre en place pour retenir les clients. Il faut donc pouvoir exploiter au mieux les données. On propose ci-après un mode de gestion des données utilisable par tout manager de marketing. Données disponibles pour le manager de marketing. A la fin de l'etape 3, le manager de marketing possède pour chaque client les données suivantes : - les données socio-démographiques liées à la fidélisation; - les données de facturation liées à la fidélisation; - (optionellement, les données d'enquêtes de satisfaction); - (optionellement, les données de réclamations); - les données du client : n de contrat, nom, adresse, téléphone, etc.; - l'indice de fidélité estimé; - la durée de vie estimée du client; - l'indice de valeur économique du client; - (optionellement, les données de segmentation). Les plans d'actions. Tout client est soumis dans le temps à un plan 77

12 A D E T E M d'action, voire à plusieurs plans d'action. L'objet de cet article n'est pas d'examiner le contenu des plans d'action qui appartient au savoir-faire du manager de marketing, mais de coder ces plans d'actions en termes de données exploitables avec les autres données clients, afin de permettre au manager de «superviser les information et les actions» relatives à ses clients. On va donc considérer qu'à tout instant t, on affecte à un client un plan d'action, qui peut être différent selon certaines caractéristiques du client. On aura donc à l'instant t, P 1, P 2,... P k plans d'actions s'il existe k segments caractéristiques de clientèles. Sur le plan de l'information du manager, ceci se traduit de la manière suivante : le plan d'action est une variable qualitative dont les modalités sont les codes des plans d'actions P 1, P 2,... P k. On peut complexifier l'objet plan d'actions, mais celui-ci se ramènera à l'étude de une ou plusieurs variables qualitatives. Les plans d'actions peuvent également être enregistrés comme variables textuelles dans la base des données de la fidélisation. Exploitation interactive des données par le manager du marketing. Présentation. Il existe deux modes d'exploitation des données en datamining. Le premier peut être décrit ainsi. Les données sont confiées à un bureau d'études externe à l'entreprise, ou à un service d'études interne à l entreprise. Une «étude» est commandée par le service du marketing, qui récupère le produit de l'étude, sous la forme d'un rapport d'études selon un cahier des charges qu il a lui-même fourni. Ce mode d'étude est dit passif. Le deuxième mode d'exploitation peut être décrit ainsi : les données sont «en ligne» dans le service marketing et les responsables du marketing peuvent effectuer des études «on-line» en dialoguant avec les données selon un processus enchaîné de questions-réponses. C'est l'étude, en temps réel, à la demande. Ce mode d'étude est dit interactif. Il s agit d un mode privilégié en datamining, car il permet au manager d'être en prise directe avec ses données, de façon permanente. On voit également comment le datamining interactif va permettre de réduire les délais de restitution des études, les coûts, la qualité des études grâce aux interventions on-line des managers de marketing. Désormais, voyons comment un manager de marketing dialoguerait avec ses données de fidélisation. Fonctions d'interactivité avec les données. On donne ici quelques exemples de fonctions d'interactivité avec les données. La plupart d'entre elles sont désormais disponibles dans les logiciels d'analyse des données. Elles appartiennent aux nouvelles technologies de l'information et de la communication, rendues possibles depuis le début des années On suppose donc que les données décrites dans l'etape 3 sont disponibles en ligne. Exemple de fonctions de dialogue avec les données : 1. Vue multicritères : l'utilisateur peut sélectionner n'importe quel ensemble d'individus-clients, selon des critères de segmentation prédéfinis, ou construits par classification, selon une formule logique ou mathématique en format libre. 2. Identification : l'utilisateur peut avoir accès à des informations complémentaires sur chaque individu-client, en cliquant simplement sur le pointclient d'un graphique statistique ou d'un tableau de données. Ce clic ouvre une boîte de dialogue donnant accès à des informations de type adresse, téléphone, réclamations (par exemple). 3. Loupe : même fonction que la précédente, mais permettant d'effectuer cette fonction sur un ensemble de point-individus-clients à travers une zone désignée par un rectangle, un cercle, ou un polygone. 4. Stratification en segments : la fonction de stratification permet de catégoriser les nuages de points individus-clients. Cette fonction permet de faire apparaître pour toute variable qualitative, les classes d'appartenance à chacune des modalités. Cette fonction est particulièrement importante pour la visualisation des plans d'actions. 5. Drill-down : la fonction de drill-down consiste à naviguer de questions en réponses successives, à travers les graphiques ou les tableaux. 78

13 Estimation et prédilection de la fidélité, de la durée de vie et de la valeur économique des clients par des techniques de datamining Michel Jambu L'un des exemples intéressants consiste à cliquer dans une cellule d'un tri croisé et à effectuer des analyses successives, ou à accéder directement à des informations individuelles. On donne, Figure 6, un exemple d'accès intelligent aux données individuelles, à travers un diagramme de dispersion. Exploitation simultanée des indices de fidélité et de valeur économique des clients. Pour le manager de marketing, trois données essentielles doivent être accessibles en ligne : l'indice de fidélité, l'indice de valeur et les plans d'actions. Les données secondaires lui sont accessibles à travers trois données de base. Considérons un diagramme de dispersion mettant en relation les deux indices de fidélité et de valeur économique comme montré Figure 6. Les points de ce diagramme sont les individus-clients. A travers ce graphique, on peut actionner différentes fonctions telles que l identification : accès direct aux adresses et téléphones des clients ; la visualisation des plans d'actions : chaque point est remplacé par un symbole auquel est associé un plan d'action ; la sélection des individus-clients concernés par tel ou tel plan d'action, etc. La réussite d un projet de datamining n est pas liée à des problèmes techniques ou scientifiques, mais managerial. Les technologies de l information existent. Les méthodes AFTL et AFDQ sont constituées d assemblages de modules de traitements des données disponibles dans la plupart des logiciels d analyse des données. Le problème majeur est donc celui de la disponibilité des données, de l analyse préalable des données par rapport à la fidélité, et de l exploitation des données résultantes par des services de marketing ou des supports clients. C est donc plus un problème d études ou de conseil maîtrisant les technologies de l information que de sociétés de service en informatique ou d éditeurs de logiciels. La connaissance de la fidélité n est pas technico-informatique mais marketing client, même si l aide des sociétés de service informatique peut être appréciable pour leur mise en œuvre. CONCLUSIONS Ce que les managers de marketing et des services clients doivent retenir : - il existe bien des solutions mathématiques et informatiques à la pré-détection des clients infidèles. La mise en œuvre de ces outils peut être réalisée à l aide d outils bureautiques d analyse des données ou de datamining ; Conclusion. Les étapes 1,2,3,4 s'inscrivent dans un processus périodique. Le lancement des actions auprès des clients sera suivi de résultats qui seront enregistrés à l'instant (t+1), celui ci ouvrira la voie à une nouvelle période dans laquelle le processus sera réitéré. Figure 6 Exemple de dialogue du manager de marketing, avec les données en vue de mettre en place un plan d action directement en liaison avec les valeurs des indices de fidélité et de valeur économique grâce au churn plot (fidéogramme) MISE EN ŒUVRE D'UN PROJET DE DATAMINING PROPRE A LA FIDELISATION. 79

14 A D E T E M - il faut préalablement analyser les données avant d effectuer une modélisation. Un modèle rempli au hasard de données ne donnera aucune solution. Si les résultats fournis par la méthode AFTL sont bons, c est que l analyse préalable des données a été bien faite ; - il faut, après la modélisation, étudier finement les données de fidélité et de valeur économique en regard des autres données de base pour bien cibler les actions. NOTES - Les données utilisées dans cet article sont extraites de données réelles que, pour des raisons de confidentialité d entreprise, il n est pas possible de faire connaître. - Les techniques AFTL et AFDQ ont été mises au points et expérimentées à partir de logiciels disponibles sur le plan commercial (Langage de macrocommandes STATlab). Sur ces deux points, les lecteurs intéressés devront s adresser directement à l auteur de l article. REFERENCES Burtschy B. (1993) - Traitements d'enquêtes par modèles in Traitement Statistiques des Enquêtes (D. Grangé et L. Lebart éditeurs scientifiques) - Dunod. Bastin C., Benzécri J.P., Bourgarit Ch. et Cazes P. (1982) - Pratique de L'Analyse des données Tome II. Abregé théorique - Etudes de Cas Modèle - Dunod. Benzécri J.P. (1973) - La Taxinomie Tome I ; L'Analyse des Correspondances Tome II - Dunod. Cazes P. (1982) - Analyse des Correspondances Multiples. Application à l étude des questionnaires - Bulletin de l ADDAD n 12 Cazes P. (1976) - Régression par Boule et par l analyse des correspondances - Revue de Statistique appliquée. Vol. XXIV n 4. Devlin S. (1996) - Minimizing churn through measurement. Slides report - Bell Core Research. Hosmer D.U. et Lemeshow S. (1989) - Applied logistic regression - Wiley. Jambu M. (1998) - Introduction au datamining. Analyse intelligente des données - Eyrolles Jambu M. (1998) - Méthodes de base de l'analyse des données - Eyrolles. Lebart L., Morineau A. et Fenelon J.P. (1975) - Traitement des données statistiques - Dunod. Leclerc A. (1975) - Analyse des correspondances sur juxtaposition de tableau de contingences - R.S.A. Vol 23,N 3, p5-16 Parasumaran, Zeithaml et Berry (1985) - A conceptuel model of service quality and its implications for future research - Journal of Marketing 22,41-50 Romeder J.M. (1973) - Méthodes et programmes d'analyse discriminante - Dunod. Saporta G. (1975) - Liaison entre plusieurs ensembles de variables et codage de données qualitatives - Thèse de 3ème cycle. Université Paris VI. Saporta G. (1990) - Probabilités, Analyse des données et Statistique - Technip. Volle M. (1985) - Analyse des données - Economica. 80

GOUTTE. Analyse Statistique des Données Cours 4. Master 2 EID. LUISS, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali

GOUTTE. Analyse Statistique des Données Cours 4. Master 2 EID. LUISS, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali LUISS, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali Université Paris 13 Laboratoire Analyse, Géométrie et Applications UMR 7539 GOUTTE Analyse Statistique des Données Cours 4 Master 2 EID goutte@math.univ-paris13.fr

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

VIII : Gestion des prévisions

VIII : Gestion des prévisions CHTIBI Chafik Une prévision est une prédiction des événements à venir qu'on utilise à des fins de planification. Les méthodes de prévision peuvent se fonder sur des modèles mathématiques utilisant les

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Université de Perpignan - IUT de Carcassonne Vivien ROSSI Année 2006/2007 IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Ce document est tiré du site : http ://www.stat.ucl.ac.be/ispersonnel/lecoutre/stats/spad/

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur Concepts de base I - du décisionnel I Quelques définitions 7 Les Phases de la Prise de décision 8 Aide à la décision 8 Le système d'information décisionnel 9 Références Bibliographiques 11 A. Quelques

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

L analyse en composantes principales en pratique

L analyse en composantes principales en pratique L analyse en composantes principales en pratique Après avoir vu sa formalisation mathématique dans le module précédent, on s intéresse ici à l utilisation pratique de l ACP. 1 Objectifs L objectif de l

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Intelligence Economique - Business Intelligence

Intelligence Economique - Business Intelligence Intelligence Economique - Business Intelligence Notion de Business Intelligence Dès qu'il y a une entreprise, il y a implicitement intelligence économique (tout comme il y a du marketing) : quelle produit

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

SY09 Rapport TP4 : Analyse discriminante, régression logistique

SY09 Rapport TP4 : Analyse discriminante, régression logistique UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE SY09 Rapport TP4 : Analyse discriminante, régression logistique CUNI Frédéric 15 juin 2015 Objectifs du TP : Le but de ce TP est l application de l analyse discriminante

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Michael Vandenbossche mvn@softcomputing.com Soft Computing 165 avenue de Bretagne 59000 Lille 1. Présentation 2. Indicateurs statistiques de base

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2.

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2. ACTUALITÉS LANDPARK Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2015 Nouvelle version Landpark Helpdesk Landpark vous associe aux meilleurs logiciels de Gestion de Parc

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

De la donnée à la décision. Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1

De la donnée à la décision. Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1 De la donnée à la décision Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1 1 Décider c est choisir, parmi plusieurs actes possibles, celui qui apparaît comme le plus pertinent pour atteindre un résultat envisagé,

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

Programme détaillé des enseignements

Programme détaillé des enseignements Programme détaillé des enseignements SEMESTRE S1 STATISTIQUES Méthodes d'estimation ponctuelle (méthodes des moments, du maximum de vraisemblances, bayésienne) et par intervalles de confiance. Statistiques

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM Pauline Le Badezet Alexandra Lepage SOMMAIRE Introduction Méthodologie Méthode de partitionnement Classification Ascendante Hiérarchique Interprétation

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

SUGARCRM MODULE RAPPORTS

SUGARCRM MODULE RAPPORTS SUGARCRM MODULE RAPPORTS Référence document : SYNOLIA_Support_SugarCRM_Module_Rapports_v1.0.docx Version document : 1.0 Date version : 2 octobre 2012 Etat du document : En cours de rédaction Emetteur/Rédacteur

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Pratique de logiciels de planification

Pratique de logiciels de planification Pratique de logiciels de planification MASTER TECHNOLOGIE & HANDICAP Université Paris 8 Sommaire Introduction Organisation d un projet Les principaux axes de la planification Gestion des tâches Gestion

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Analyse en Composantes Principales avec XLSTAT

Analyse en Composantes Principales avec XLSTAT Analyse en Composantes Principales avec XLSTAT Une feuille Excel contenant à la fois les données et les résultats peut-être téléchargée en cliquant ici. Les données proviennent du US Census Bureau (le

Plus en détail

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances 1 Introduction Définition et motivations Tâches de data mining (fouille de données, exploration de données) Techniques et algorithmes Exemples et applications 1 Motivation : pourquoi exploration de données?

Plus en détail

Marketing quantitatif M2-MASS

Marketing quantitatif M2-MASS Marketing quantitatif M2-MASS Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN 2 décembre 2012 Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN Marketing quantitatif M2-MASS 2 décembre 2012 1 / 61 Première partie I Analyse Analyse

Plus en détail

Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets

Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets Données Méthodes Extraction de connaissances Applications Expertise Apprentissage Bernard FERTIL Directeur de Recherche CNRS Équipe LXAO, UMR

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Les déterminants de la consommation http://www.animeco.fr

Les déterminants de la consommation http://www.animeco.fr Les déterminants de la consommation http://www.animeco.fr Une animation de la société Boutet et Terver Applications avec l aide du ministère de l éducation (France). Disciplines, classes et programmes

Plus en détail

Construction à partir d une régression logistique

Construction à partir d une régression logistique Construction à partir d une régression logistique Ricco RAKOTOMALALA Université Lumière Lyon 2 Tutoriels Tanagra - http://tutoriels-data-mining.blogspot.fr/ 1 PLAN 1. Position du problème Grille de score?

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0 2.1. Excel 2.1.1. Présentation Les tableurs sont des utilitaires parfois intégrés aux éditeurs de texte (Works, Word, Kspread) ou non (Excel) et qui permettent la gestion de données numériques, le graphisme

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011 www.aliendoit.com Active CRM Solution intégrée de téléprospection 04/10/2011 Alien Technology 3E Locaux Professionnels Km 2.5 Route de Kénitra 11005 SALÉ MAROC Tél. : +212 537 84 38 82 Fax : +212 537 88

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP)

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Page 1 1. PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE...3 1.1 SPÉCIFICITÉS DE LA DÉMARCHE...3 1.2 LA DÉMARCHE...3 2 LES QUATRE ÉTAPES DE LA DÉMARCHE...4 2.1 EXPLORATION

Plus en détail

Méthodes de DM pour la GRC dans les banques

Méthodes de DM pour la GRC dans les banques Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 21 III.1 Introduction Avant de chercher des techniques à appliquer dans la gestion des relations avec les clients. Il faut étudier les données des clients

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

RICA, Outil d'interrogation et traitements SAS via le Web. Jean-Marc Rousselle Laboratoire d'economie Forestière, UMR INRA-AgroParisTech, NANCY

RICA, Outil d'interrogation et traitements SAS via le Web. Jean-Marc Rousselle Laboratoire d'economie Forestière, UMR INRA-AgroParisTech, NANCY RICA, Outil d'interrogation et traitements SAS via le Web. Jean-Marc Rousselle Laboratoire d'economie Forestière, UMR INRA-AgroParisTech, NANCY 2èmes journées de recherches en sciences sociales INRA SFER

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau Conduite de projets informatiques Principes généraux et techniques Eric Bourreau 1 Rappel Définition et terminologie Le découpage d un projet L estimation des charges Les techniques de planification L

Plus en détail

Gestion de la relation client avec SAP Business One Élargissez votre clientèle tout en approfondissant les relations existantes

Gestion de la relation client avec SAP Business One Élargissez votre clientèle tout en approfondissant les relations existantes distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion de la relation client Gestion de la relation client avec SAP Élargissez votre clientèle tout en approfondissant les relations existantes Avec

Plus en détail

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS 131 OUTILS D' ÉDUCATIFS Philippe DESSUS, Pascal MARQUET MOTS-CLÉS Typologie des logiciels d'eao, Processus d'apprentissage, Mesure des performances didactiques. RÉSUMÉ A travers l'eao, l'informatique tente

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Le Data Mining, Outil d aide à la prise de décision dans l action commerciale

Le Data Mining, Outil d aide à la prise de décision dans l action commerciale Université Ibn Zohr Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales Exposé sous le thème : Le Data Mining, Outil d aide à la prise de décision dans l action commerciale Plan : Introduction : L

Plus en détail

MÉTHODES DE CLASSIFICATION

MÉTHODES DE CLASSIFICATION MÉTHODES DE CLASSIFICATION Pierre-Louis GONZALEZ MÉTHODES DE CLASSIFICATION Objet Opérer des regroupements en classes homogènes d un ensemble d individus. Données Les données se présentent en général sous

Plus en détail

Crésus-facturation multilingue. Dès version 3.4

Crésus-facturation multilingue. Dès version 3.4 Crésus-facturation multilingue Dès version 3.4 2 Crésus-facturation multi-lingue 1 Introduction Comment faire des factures multilingues? Qu'est ce qu'une facturation multilingue? Pour le logiciel Crésus-facturation,

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail