REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)"

Transcription

1 REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) EN 2014 ET PERSPECTIVES POUR L ANNEE 2015 BANQUE DES ETATS DE L AFRIQUE CENTRALE

2 SOMMAIRE VUE D ENSEMBLE... 3 A. EVOLUTION DU SECTEUR REEL EVOLUTION DE LA DEMANDE GLOBALE EVOLUTION DE L'OFFRE GLOBALE EVOLUTION DES PRIX... 8 B. EVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES... 9 C. BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE D. EVOLUTION DE LA SITUATION MONETAIRE ANNEXES

3 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Taux de croissance du PIB en termes réels dans la CEMAC de 2010 à 2015 (en pourcentage)... 4 Tableau 2: Contribution de la demande globale à la croissance du PIB réel de 2010 à 2015 (en pourcentage)... 5 Tableau 3: Contribution des secteurs à la croissance du PIB réel de 2010 à Tableau 4: Evolution du solde budgétaire base engagements, hors dons de 2010 à 2015 (En pourcentage du PIB) Tableau 5: Evolution du solde extérieur courant, transferts officiels inclus de 2010 à 2015 (En pourcentage du PIB) Tableau 6: Evolution des ratios du service de la dette

4 VUE D ENSEMBLE Dans un contexte de résurgence des pressions inflationnistes, de chute des cours des produits de base sur les marchés internationaux et de persistance des menaces sécuritaires aux frontières de certains pays de la Communauté, les résultats issus de la programmation monétaire concernant la situation économique, financière et monétaire des Etats membres de la CEMAC en 2014 et 2015 se présentent ainsi qu il suit : S agissant de l année 2014, le taux de croissance du PIB réel s est situé à 4,7 % (+2,3 % pour le secteur pétrolier et +5,6 % pour le secteur non pétrolier), tandis que le taux d inflation est estimé, en moyenne annuelle à 3,2 %. Les soldes budgétaire et courant se sont fixés respectivement à -2,8 % du PIB et -7,0 % du PIB. La masse monétaire a progressé de 5,9 %, et le taux de couverture extérieure de la monnaie s est établi à 89,8 %. Pour l année 2015, les prévisions tablent sur une croissance de 2,8 % (-2,7 % pour le secteur pétrolier et +4,8 % pour le secteur non pétrolier). S agissant des prix, ils progresseraient de 2,9 %, tandis que le déficit budgétaire se réduirait pour s établir à -3,7 % du PIB, et le déficit du compte courant, dons officiels inclus, atteindrait 11,4 % du PIB. En ce qui concerne la masse monétaire, elle progresserait de 4,5 % tandis que le taux de couverture extérieure de la monnaie s établirait à 78,4 %. Les principales hypothèses qui sous-tendent les perspectives macroéconomiques des pays de la CEMAC pour l année 2015 ont trait, au plan externe, à : i) une croissance économique mondiale de 3,5 % en 2015 contre 3,4 % en 2014 selon le FMI, ii) un baril de pétrole à 58,1 dollars le baril en 2015 contre 96,2 dollars le baril en 2014, et iii) une appréciation du dollar de 493,5 FCFA en 2014 à 579,4 FCFA en Au plan sous-régional, ces prévisions prendraient en compte : i) une baisse de la production pétrolière de 2,1 % à 44,8 millions de tonnes, ii) une hausse de la production de méthanol et autres gaz de 1,1 %, à 8 987,6 milliers de tonnes, et iii) un léger fléchissement du secteur non pétrolier. La présente note passe en revue les perspectives économiques, financières et monétaires des pays de la CEMAC pour 2015, en examinant successivement les évolutions dans les secteurs réel, public, extérieur et monétaire. A. EVOLUTION DU SECTEUR REEL Les prévisions pour la CEMAC font ressortir une nette décélération du rythme de progression des activités, avec un taux de croissance du PIB réel de 2,8 % en 2015 contre 4,7 % en Ce ralentissement serait imputable au repli de la production pétrolière, avec des effets collatéraux prévisibles sur le secteur non pétrolier. L activité du secteur pétrolier se replierait à -2,7 % en 2015 contre +2,3 % en 2014, et la croissance du secteur non pétrolier ralentirait à +4,8 % en 2015 après +5,6 % un an plutôt. 3

5 S agissant des contributions à la croissance, le secteur pétrolier continuerait de soutenir la croissance à hauteur de 0,7 point en 2015, contre +0,6 point en 2014 tandis que le secteur non pétrolier apporterait à la croissance 3,5 points contre 4,1 points en Par pays, la croissance devrait être soutenue en République Centrafricaine (+6,6 % en 2015 contre 0,5 % en 2014) et au Tchad (+7,9 % contre +6,3 % en 2014). Elle devrait se consolider au Gabon (+4,6 % en 2015 contre +4,2 % un an auparavant) et ralentir au Cameroun (+5,5 % contre +6,3 % en 2014) et au Congo (+3,7 % contre +5,2 % en 2014). L économie de la Guinée Equatoriale enregistrerait une récession (-12,0 % contre +0,5 % un an plus tôt). Tableau 1: Taux de croissance du PIB en termes réels dans la CEMAC de 2010 à 2015 (en pourcentage) Estim. Prév. Cameroun République Centrafricaine Congo Gabon Guinée Equatoriale Tchad CEMAC 3,3 2,9 8,7 6,4-2,6 12,7 4,8 4,1 3,3 3,4 7,0 4,3 0,9 4,1 4,6 3,9 3,8 5,0 10,2 7,8 6,0 5,6-37,8 3,3 6,3-8,0 4,8 1,7 6,3 0,5 5,2 4,2 0,5 6,3 4,7 Sources : Administrations nationales, BEAC et FMI 5,5 6,6 3,7 4,6-12,0 7,9 2,8 1.- EVOLUTION DE LA DEMANDE GLOBALE La progression de l activité en termes réels, serait impulsée en 2015 par la demande extérieure nette, avec une contribution positive de 8,6 points, qui devrait permettre de compenser la participation négative plus marquée de la demande intérieure (-5,8 points). 4

6 Tableau 2: Contribution de la demande globale à la croissance du PIB réel de 2010 à 2015 (en pourcentage) Estim. Prév. Produit Intérieur Brut 4,8 4,1 6,0 1,7 4,7 2,8 Demande Intérieure, dont : 10,8 4,4 11,8 4,3 8,8-5,8 Consommation Publique (Etat) Privée 9,1 0,6 8,5 3,5 0,5 3,0 6,8 1,8 5,0 4,5 1,7 2,9 2,8 0,0 2,8-3,6-0,5-3,1 Investissements bruts Formation brute de capital fixe Publique (Etat et Ad. publiques) Privée (Entreprises et ménages) Secteur pétrolier Secteur non pétrolier Variations des stocks 1,7 2,7-0,2 2,9 1,9 1,0-1,0 0,9 1,4 1,3 0,1-0,2 0,3-0,5 5,0 4,7 3,3 1,4 0,7 0,8 0,3-0,2-0,2-2,3 2,1 1,4 0,7-0,1 5,9 6,0-0,4 6,4 4,7 1,7 0,0-2,3-2,3-2,1-0,2-1,3 1,1 0,0 Demande extérieure nette -6,0-0,3-5,8-2,6-4,1 8,6 Exportations de biens et services non facteurs -1,0-0,3 Importations de biens et services non facteurs -5,0-0,8 Sources : Administrations nationales, BEAC et FMI -1,5-4,3-1,3-1,3 0,8-4,9 1,9 6,7 a.- La consommation globale La consommation globale obèrerait la croissance de 3,6 points, reflétant la déprime de la consommation privée (-3,1 points), associée à la baisse de la consommation publique, qui grèverait la croissance de 0,5 point. La contribution de la consommation privée serait freinée par la baisse des transferts et subventions au Congo, au Gabon et au Tchad, en liaison avec la chute des revenus pétroliers. Toutefois, elle bénéficierait de la hausse des traitements et salaires en liaison avec le maintien des recrutements prévus dans la fonction publique dans certains pays de la sous-région ; la reprise des cours des matières premières agricoles sur le marché international devrait entrainer une hausse des prix bord champs et des revenus des paysans. Les dépenses engagées dans le cadre des opérations humanitaires et de pacification en République Centrafricaine devraient également y contribuer. La 5

7 consommation publique reculerait également, en relation avec les dépenses de fonctionnement des administrations, qui devraient chuter, suite aux opérations de dématérialisation des actes et des procédures de gestion initiées dans plusieurs pays de la CEMAC. b.- Les investissements bruts Les investissements bruts contribueraient négativement à la croissance économique en 2015, des Lois de finances rectificatives ayant été adoptées dans plusieurs pays de la CEMAC pour tenir compte de la baisse des recettes budgétaires et ajuster en conséquence les investissements. Ainsi, les investissements bruts obèreraient la croissance de 2,3 points en Les investissements privés ne contribueraient qu à hauteur de 0,2 point contre 6,4 points en 2014 tandis que les investissements publics grèveraient davantage la croissance, de 2,1 points en 2015 contre -0,4 point en Le taux d investissement dans la sous-région se situerait à 34,5 % en 2015 contre 34 % en S agissant des investissements publics, des efforts de priorisation ont été faits dans le cadre des Lois de finances rectificatives pour ne poursuivre, compte tenu de la chute des recettes, que les investissements structurants qui sont déjà à une phase avancée de mise en œuvre. En Guinée Equatoriale, les dépenses en capital devraient baisser d environ 1335 milliards en 2015, soit une chute de 57 % par rapport au niveau atteint l année dernière. La sous-consommation des crédits budgétaires comprimerait également le niveau d investissement dans la quasi-totalité des pays de la zone. Les investissements dans la sous-région seraient essentiellement constitués des différents travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires dans la plupart des pays, et notamment des travaux d aménagement des sites des agropoles au Cameroun et des villages agricoles au Congo. La participation des investissements privés du secteur pétrolier à la croissance serait négative (-1,3 point) en raison de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut qui a épongé la rentabilité des travaux d appréciation sur certains puits vieillissants. Cependant, la mise en œuvre du projet Moho-Nord devrait se poursuivre au Congo, de même que la construction du pipeline d interconnexion de plusieurs champs pétroliers dans ce pays. Au Cameroun, les travaux d exploration-production dans les zones du Logone-Birni et de Kribi-campo se poursuivraient également. Les investissements du secteur non pétrolier soutiendraient la croissance avec un apport de 1,1 point en 2015 contre 1,7 point en Ces investissements bénéficieraient : i) du dynamisme dans le secteur du manganèse, avec la remontée des cours mondiaux, ii) des travaux d extension du réseau de la téléphonie mobile dans l ensemble des pays de la zone, et iii) de l implantation de nouvelles usines sucrière, brassicole et de ciment au Tchad, au Congo et au Cameroun. 6

8 c.- La demande extérieure nette La demande extérieure nette serait le moteur de la croissance en Elle apporterait ainsi +8,6 points à la croissance contre -4,1 points en 2014 sous l effet principalement d un tassement des importations de biens et services qui apporteraient 6,7 points à la croissance contre -4,9 points en Les exportations de biens et services contribueraient moins fortement à cette évolution (+1,9 point en 2015 contre 0,8 point en 2014). 2.- EVOLUTION DE L'OFFRE GLOBALE Concernant l offre, le secteur tertiaire resterait le principal moteur de la croissance avec un apport de 1,8 point, suivi du secteur secondaire (0,4 point). L apport du secteur primaire à la croissance serait nul. En effet, du fait des contractions enregistrées dans les industries extractives, le secteur primaire enregistrerait une contribution nulle à la croissance, après y avoir participé à hauteur de 1,3 point en Les industries extractives, grèveraient la croissance à hauteur de 0,7 point, en rapport avec la contraction de la production pétrolière (-2,1 % à 44,8 millions de tonnes) reflétant les baisses sensibles en Guinée Equatoriale (-18,6 % à 10,8 millions de tonnes), au Congo (-5,9 % à 11,7 millions de tonnes) et au Gabon (-5,7 % à 10,4 millions de tonnes). Par contre, les productions d aluminium et de manganèse croîtraient respectivement de 5,6 % à tonnes et de 10,7 % à 4,9 millions de tonnes. Les autres branches de ce secteur devraient cependant rester dynamiques, en liaison avec l expansion des activités des agropoles au Cameroun et des villages agricoles au Congo, du projet GRAINE 1 au Gabon et de la relance de certaines cultures vivrières au Tchad. De même, le retour progressif des populations déplacées dans l arrière-pays en République Centrafricaine devrait également contribuer à cet essor de l agriculture. S agissant du secteur secondaire, sa contribution diminuerait de moitié par rapport à son niveau de 2014, pour revenir à 0,4 point. En effet, malgré l accroissement de la production d électricité dans la plupart des pays de la Zone, la dégradation des équipements de transport et de distribution entraine toujours de sérieux problèmes d approvisionnement, ce qui freine le dynamisme des industries. Avec la redéfinition, dans le cadre des Lois de Finances rectificatives, des priorités en matière d investissement public, la branche des bâtiments et travaux publics devrait obérer la croissance de 0,2 point contre une contribution de +0,2 point en Le secteur tertiaire resterait le plus grand contributeur à la croissance en 2015, avec toutefois un apport en légère baisse à 1,8 point contre 2,1 points en Cette bonne tenue est à mettre en relation avec l attribution, dans tous les pays, de nouvelles 1 La Gabonaise des Réalisations Agricoles et des Initiatives des Nationaux Engagés. 7

9 licences et la mise à niveau technologique dans le domaine des nouvelles technologies de l information et des télécommunications. Le développement des activités des organisations humanitaires en RCA a également contribué au dynamisme des transports par route et par avion dans la Sous-région. Tableau 3: Contribution des secteurs à la croissance du PIB réel de 2010 à 2015 (en pourcentage) Estim Prév. Secteur primaire Agriculture, Elevage, Chasse et Pêche Sylviculture Industries extractives 2,0 1,4 0,1 0,5-1,0 0,0 0,0-1,0 0,6 1,0 0,0-0,4-2,4-0,1 0,0-2,3 1,3 0,5 0,1 0,6 0,0 0,6 0,1-0,7 Secteur secondaire Industries manufacturières Bâtiments et Travaux Publics Autres 0,6 0,2 0,7-0,3 1,5 0,3 0,6 0,6 1,2 0,4 0,6 0,2 0,8 0,2 0,4 0,2 0,8 0,4 0,2 0,1 0,4 0,5-0,2 0,2 Secteur tertiaire Services marchands Services non marchands 1,8 1,4 0,3 2,5 1,7 0,8 2,6 1,7 0,9 2,5 1,7 0,9 2,1 1,3 0,9 1,8 1,7 0,1 PIB au coût des facteurs Droits et Taxes à l'importation 4,4 0,4 3,0 1,1 4,4 1,6 0,9 0,8 4,2 0,8 0,0 0,5 4,8 0,0 4,8 4,1% -0,6 4,7 6,0-0,4 6,4 Sources : Administrations nationales, BEAC et FMI PIB aux prix constants du marché PIB du secteur pétrolier PIB du secteur non pétrolier 1,7-2,2 4,0 4,7-0,3 4,1 2,8-0,7 3,5 3.- EVOLUTION DES PRIX L année 2015 serait marquée par un léger recul des tensions inflationnistes dans la sous-région. Le taux d inflation devrait revenir à 2,9 % à fin 2015 contre 3,2 % un an plus tôt. Cette évolution serait en rapport avec l affaiblissement de la demande intérieure de la CEMAC dans son ensemble, découlant de la chute des revenus pétroliers dans un contexte de baisse des prix et des quantités exportées de pétrole brut. 8

10 B. EVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES Dans un environnement marqué par la forte décrue des cours du pétrole sur les marchés internationaux et les menaces sécuritaires requérant des ressources additionnelles pour financer les dépenses militaires, la situation des finances publiques en 2015 devrait se détériorer. Ainsi, le déficit budgétaire, base engagements, hors dons se creuserait de -2,8 % du PIB en 2014 à -3,7 % du PIB en Tous les pays de la CEMAC enregistreraient en 2015 un solde budgétaire base engagements hors dons déficitaire. Ainsi, il s établirait à -3,8 % du PIB en 2015 contre -3,0 % du PIB en 2014 au Cameroun, à -9,4 % du PIB contre de +3,4 % du PIB en 2014 en République Centrafricaine, à -14,5 % du PIB contre -7,8 % du PIB en 2014 au Congo, à -1,5 % du PIB contre +2,4 % du PIB en 2014 au Gabon, à -2,6 % du PIB contre -6,1 % en 2014 en Guinée Equatoriale, et à -1,0 % du PIB contre -2,1 % du PIB en 2014 au Tchad. Les grandes tendances des finances publiques en termes de recettes et de dépenses en 2015 seraient les suivantes : une baisse des recettes budgétaires de 19,7 % à 9654,7 milliards, essentiellement imputable à la chute des ressources d origine pétrolière, de 34,6 % à 4298,3 milliards induite par le repli des cours mondiaux du pétrole brut. Les recettes non pétrolières s inscriraient également en baisse, mais dans une proportion moindre, soit -1,9 % à 5356,4 milliards du fait principalement du recul des recettes non fiscales de 39,9 % à 438,3 milliards. Toutefois, des efforts seraient engagés dans plusieurs Etats pour renforcer les performances des administrations fiscales. Elles porteraient notamment sur l élargissement de l assiette fiscale au Congo, et l amélioration des performances des services des douanes et des régies financières au Cameroun et au Congo. Le Gabon, pour sa part, envisage de réduire certaines niches fiscales ; un recul des dépenses budgétaires de 15,2 % à 11341,7 milliards, suite au réajustement à la baisse des dépenses en capital dans le cadre des Lois de finances rectificatives. Par rapport à 2014, cette catégorie de dépenses se replierait de 28,6 % à 4926,1 milliards en 2015 (au lieu d une baisse de 7,1 % selon les prévisions initiales), tandis que les dépenses courantes ne se réduiraient que faiblement de 0,6 % à 6 355,6 milliards. Toutefois, les traitements et salaires demeureraient en hausse de 3,3 % à 2470,7 milliards en 2015, en raison de la prise en solde de nouveaux agents de la fonction publique au Tchad et au Cameroun. une amélioration du solde primaire, avec un excédent de 182,9 milliards (+0,4 % du PIB) en 2015 contre 126,8 milliards (+0,3 % du PIB) en De même, le solde budgétaire de base reviendrait à -144,4 milliards (-0,3 % du PIB) en 2015 contre -172,5 milliards (-0,4 % du PIB) un an plus tôt ; 9

11 au total, la gestion des finances publiques se solderait en 2015 par un déficit global (base engagements, hors dons) de 686,9 milliards (-3,7 % du PIB) contre un déficit de 1347,3 milliards (-2,8 % du PIB) en Après la prise en compte de la variation des arriérés extérieurs et intérieurs, le déficit global, base caisse, serait de 1845,2 milliards (4,0 % du PIB). En y incorporant l amortissement de la dette extérieure pour 1117,3 milliards, le désengagement net vis-à-vis du système non bancaire, de 1055,3 milliards, et l approvisionnement au compte IMA à la Banque Mondiale par le Gabon, de 53,8 milliards, il se dégage un besoin de financement de 4071,6 milliards. Celui-ci serait couvert par des concours extérieurs comprenant, 448,5 milliards de dons, 1841,6 milliards de tirages dont 670, 0 milliards de prêts programmes, 1171,6 milliards de prêts projets et 264,2 milliards d allègement de la dette, et enfin des tirages sur le système bancaire de 1408,1 milliards. Au total, il subsisterait un gap résiduel de financement de 109,3 milliards nettement en deçà des 925,7 milliards initialement prévus cette année, suite aux resserrements budgétaires opérés par la quasitotalité des Etats de la Sous- région. Tableau 4: Evolution du solde budgétaire base engagements, hors dons de 2010 à 2015 (En pourcentage du PIB) Cameroun République Centrafricaine Congo Gabon Guinée Equatoriale Tchad CEMAC ,9-5,1 20,8 0,1-5,4-4,1 1,4-1,2-4,7 15,4 1,5 0,9-0,9 2,4-0,8-2,9 6,1 2,0-8,2-3,6-1,3-2,7-9,3 5,7 1,6-7,0-4,2-1,8 Sources : Administrations nationales, BEAC et FMI 2014 Estim. -3,0-7,8 3,4 2,4-6,1-2,1-2, Prév. -3,8-14,5-9,4-1,5-2,6-1,0-3,7 C. BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Les comptes extérieurs de la CEMAC feraient ressortir une aggravation du déficit des transactions courantes qui se situerait à -5237,5 milliards (-11,4 % du PIB) contre -3443,6 milliards (-7,0 % du PIB) un an auparavant. Le solde de la balance commerciale demeurerait excédentaire, mais en forte baisse de 49,1 % à 4148,5 milliards sous l effet principalement d une contraction des exportations de 23,1 % que tempèrerait toutefois une baisse des importations (-7,0 %). Tous les pays de la CEMAC enregistreraient un déficit des transactions courantes en Ainsi, au Congo, le solde extérieur courant passerait de -27,3 % du PIB en 2014 à -54,2 % du PIB cette année ; en Guinée équatoriale, il s établirait à -3,6 % du PIB contre -3,0 % du PIB en 2014 ; au Tchad, il atteindrait -12,3 % du 10

12 PIB contre -10,9 % du PIB un an auparavant ; en République Centrafricaine, il se situerait à -9,6 % du PIB contre -5,7 % du PIB en 2014, et au Gabon, l excédent de 2,6 % enregistré en 2014 laisserait place à un déficit de 1,7 % du PIB en Au Cameroun en revanche, le déficit se réduirait pour revenir à 3,8 % du PIB contre - 4,3 % du PIB un an auparavant. Les termes de l échange se détérioreraient de 29,5 % en 2015 du fait d une baisse de 25,4 % des prix à l exportation, en corrélation avec la chute des cours du pétrole brut et du gaz naturel, et un accroissement de +5,8 % de ceux des importations. La tendance baissière des prix à l exportation exprimés en FCFA s expliquerait principalement par la chute des prix du pétrole (-31,0 %), du méthanol et autres gaz (-31,1 %), en dépit de l orientation à la hausse des prix du manganèse (+83,2 %), du bois (+6,3 %) et du cacao (+16,0). La contraction des exportations serait due à une réduction des ventes de pétrole brut (-33,0 % à 9 738,8 milliards), de méthanol et autres gaz (-30,4 % à 2 068,2 milliards). Elle serait toutefois atténuée par l augmentation des ventes de bois (+16,4 % à 875,9 milliards), de manganèse (+102,8 % à 792,2 milliards) et de cacao (+19,5 % à 316,4 milliards). Le déficit de la balance des services reviendrait à 6143,1 milliards en 2015 contre 6368,9 milliards en 2014, tandis que celui de la balance des revenus diminuerait de 35,1 % pour s établir à 3610,9 milliards en 2015 après 5562,1 milliards un an auparavant. L excédent du compte de capital et d opérations financières, quant à lui, reviendrait de 3336,9 milliards en 2014 à 2898,3 milliards en Au total, le déficit global de la balance des paiements se dégraderait nettement de 456,9 milliards en 2014 à 2339,2 milliards en Il serait couvert par une ponction sur les réserves officielles à hauteur 2006,9 milliards, et par un financement exceptionnel net de 223,1 milliards, dont 264,2 milliards d allègement de dette, suite essentiellement à l atteinte du point d achèvement de l initiative pays pauvres très endetté (PPTE) par le Tchad. Il subsisterait ainsi un gap résiduel de financement de 109,3 milliards. 11

13 Tableau 5: Evolution du solde extérieur courant, transferts officiels inclus de 2010 à 2015 (En pourcentage du PIB) Estim Prév. Cameroun République Centrafricaine Congo Gabon Guinée Equatoriale Tchad CEMAC -3,4-7,0 7,3 13,5-21,9-10,5-2,9-2,8-5,9 7,8 13,9 7,7-13,7 2,8-3,6-6,0 3,3 11,9 4,3 2,6 2,9 Sources : Administrations nationales, BEAC et FMI -3,8-3,9-11,3 4,9 3,8-10,7-2,8-4,3-5,7-27,3 2,6-3,0-10,9-7,0-3,8-9,6-54,2-1,7-3,6-12,3-11,4 En raison de la détérioration de leurs capacités financières, les Etats de la CEMAC devraient accroître leur endettement extérieur pour pouvoir financer les projets en cours. Ainsi, l encours de la dette remonterait pour s établir à 22,6 % du PIB en 2015 contre 19,0 % en 2014 ; le ratio du service de la dette sur les recettes budgétaires s établirait à 14,0 % en 2015 contre 8,4 % en 2014, tandis que celui du service de la dette rapporté aux exportations de biens et services passerait de 4,4 % en 2014 à 7,4 % en Tableau 6: Evolution des ratios du service de la dette (En pourcentage) Estim Prév. Encours de la dette extérieure/pib 12,8 13,1 13,4 16,7 19,0 22,6 Ratio du service de la dette publique/recettes budgétaires 19,3 4,2 4,6 10,0 8,4 14,0 Ratio du service de la dette publique/exportations de biens et services non facteurs 9,6 Sources : Administrations nationales, BEAC et FMI 2,1 2,3 5,2 4,4 7,4 D. EVOLUTION DE LA SITUATION MONETAIRE Dans le cadre des travaux de revue de la Programmation Monétaire de la BEAC, les prévisions monétaires établies pour l'année 2015 misent sur : 12

14 une baisse des avoirs extérieurs nets du système monétaire de 23,1 % et un taux de couverture extérieure de la monnaie de 78,4, imputable à la chute des recettes d exportation dans un contexte de recul des prix du pétrole brut ; une dégradation de la position nette créditrice des Etats vis-à-vis du système monétaire de 72,3, sous l effet de la chute des recettes publiques, notamment d origine pétrolière ; un accroissement des crédits à l économie de 12,8 %, en rapport avec l'évolution de l'activité économique non pétrolière dans les États membres ; et, en conséquence, une hausse de la masse monétaire de 4,5 %. * * * En conclusion, la vulnérabilité des pays de la CEMAC aux fluctuations des cours du pétrole est une fois de plus mise en exergue dans un environnement aujourd hui marqué par la chute des cours du pétrole brut, avec des conséquences néfastes sur le cadre macroéconomique d ensemble. Les prévisions macroéconomiques pour la CEMAC en 2015 tablent sur : i) un fléchissement de la croissance économique, avec un taux de 2,8 % contre 4,7 % en 2014, ii) un repli des pressions inflationnistes avec un taux d inflation de 2,9 % contre 3,2 % en 2014, iii) un déficit budgétaire, base engagements, hors dons, s établissant à -3,7 % du PIB contre -2,8 % en 2014, iv) un déficit du solde extérieur courant de forte ampleur, à -11,4 % du PIB contre -7,0 % en 2014, et v) un taux de couverture extérieure de la monnaie revenant à 78,4 % après 89,8 % en Dans ces conditions, il est capital pour les pays de la Sous-région d engager les réformes structurelles nécessaires pour réduire la vulnérabilité extérieure à travers la diversification de l économie, de favoriser les investissements et le développement du secteur privé, notamment à travers l amélioration du climat des affaires et le renforcement des incitations, et de prévenir tout endettement excessif grâce notamment à l adoption de stratégies d endettement garantissant la viabilité de la dette./- 13

15 ANNEXES 14

16 15

17 16

18 17

19 18

20 19

21 20

22 21

23 22

24 23

25 24

26 25

27 26

28 27

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 INSEED BP 453 N Djamena Tél : 252 31 64 Fax : 252 66 13 E-mail : inseed@intnet.td site : www.inseed-tchad.org TABLE DES MATIERES RUBRIQUES Pages SIGLES ET SIGNES CONVENTIONNELS

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Chef de Service Marketing et RE Tél:

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC RAPPORT INTERIMAIRE D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE POUR L ANNEE 2005 ET PERSPECTIVES POUR 2006 Novembre 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Notes d'information et Statistiques

Notes d'information et Statistiques UNION MONETAIRE OUEST AFRICAIN N 512 Mars 2001 ETUDES ET RECHERCHES Notes d'information et Statistiques BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST EVALUATION DE L IMPACT DES CHOCS EXOGENES RECENTS

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Afrique subsaharienne Tendances récentes

Afrique subsaharienne Tendances récentes Afrique subsaharienne Tendances récentes Le taux de croissance des économies d Afrique subsaharienne est passé de 5,7 % en 2006 à 6,1 % en 2007, ce qui constitue la progression la plus soutenue que cette

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 35 / 2015 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 16 juin 2015 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

L EVOLUTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DANS LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC

L EVOLUTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DANS LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC 2 L EVOLUTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DANS LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC Taux de croissance du PIB en volume de 1995 à 2008 (en moyenne annuelle) 46 BANQUE DE France Rapport Zone franc 2008 2.1.

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE Décembre 2014 BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance Des Paiements et de la PEG

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juin 2014 1 TABLE DES MATIERES Résumé... 5 INTRODUCTION...

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

GABON. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux

GABON. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux GABON Caractéristiques géographiques et humaines Superficie : 267 667 km 2 Population : 1,5 million d habitants. Densité : 6 habitants/km 2. Part de la population urbaine : 85,5 %. Taux de croissance démographique

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2014 Page 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Alexandre Gandou : «La chute des cours du pétrole accroît les risques d instabilité au Congo»

Alexandre Gandou : «La chute des cours du pétrole accroît les risques d instabilité au Congo» L ancien Président de la Commission de Surveillance du marché financier de l Afrique Centrale, actuellement à la tête du cabinet GMA Finance Conseil, décrypte, dans une interview exclusive, la situation

Plus en détail

CENTRAFRIQUE. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux

CENTRAFRIQUE. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux CENTRAFRIQUE Caractéristiques géographiques et humaines Superficie : 622 984 km 2 Population : 4,4 millions d habitants. Densité : 7 habitants/km 2. Part de la population urbaine : 38,7 %. Taux de croissance

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très FICHE PAYS JAPON : CROISSANCE EN SURSIS Département analyse et prévision Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très forte reprise de la croissance, notamment au premier trimestre (+1,3

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

II.5. MONNAIE ET CREDIT

II.5. MONNAIE ET CREDIT II.5. MONNAIE ET CREDIT La politique monétaire rigoureuse qui prévaut depuis 2004 dans le cadre du programme économique et financier 2004-2007 s est poursuivie en 2005 avec le même objectif de ralentir

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

Plan National de Développement CONGO 2012-2016

Plan National de Développement CONGO 2012-2016 REPUBLIQUE DU CONGO Unité * Travail * Progrès --------------- MINISTERE DE L ECONOMIE, DU PLAN, DE L AMMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L INTEGRATION MINISTERE DES FINANCES, DU BUDGET ET DU PORTEFEUILLE

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission AGENCE DE PAPEETE Janvier 2007 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 10 000 000 - SIRET 78 430 111 100 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598 Paris cedex 12 Tél. : 33+1

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

Se préparer au prochain choc

Se préparer au prochain choc Se préparer au prochain choc Thomas Baunsgaard Chef de division adjoint (F1), Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 D où pourront provenir les prochains

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité Intérieure RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail