ÉLECTRIFICATION RURALE DÉCENTRALISÉE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉLECTRIFICATION RURALE DÉCENTRALISÉE"

Transcription

1 Atelier des praticiens sur l Initiative Africaine pour l Électrification L EXPÉRIENCE EN COURS EN GUINÉE Par Nava Touré Maputo, juin 2009

2 Sommaire Contexte général de l Électrification Rurale Décentralisée (ERD) en Guinée Schéma du Partenariat Public-Privé en ERD Résultats atteints Faiblesses relevées Défis pour le changement d échelle 2

3 Contexte général 3

4 Contexte général Pauvreté & pauvreté énergétique La Guinée est un PPTE qui demeure parmi les 15 pays les plus pauvres selon l IDH du PNUD. La consommation d énergie par tête d habitant est estimée à seulement 0,5 Tep/an. Le taux d accès à l électricité en milieu rural est quasi nul. Bilan énergétique Structure consommation Hydrocarbures 20% Hydroélectricité 2% Mines 47% Domestique 31% Biomasse 78% Autres 22% 4

5 Contexte général Stratégie énergétique en chantier Pour relever ces défis, la nouvelle Lettre de Politique de Développement du secteur (LPDSE), en cohérence avec la Stratégie de Réduction de la Pauvreté (SRP), fixe un objectif de taux global d accès à l électricité de 65% à un horizon de 15 ans, notamment par : La restructuration du sous secteur de l électricité en vue d une plus grande efficacité, par l implication du secteur privé dans l investissement et la gestion; le développement de l électrification rurale par la promotion d un schéma de Partenariat Public-Privé (PPP). 5

6 Le PPP en ERD 6

7 Partenariat Public-Privé en ERD Les fondements Le partenariat public-privé prôné en Guinée pour le développement du sous-secteur de l électricité est fondé sur : La loi L/93/039 de 1993 portant réglementation de la Production, du transport et de la distribution de l'énergie électrique; La loi L/98/012 de 1998, dite loi BOT, autorisant les investissements privés dans les infrastructures; La loi L/2001/18 de 2001 relative à la réforme et au désengagement de l État des entreprises publiques; La pratique (en cours de réglementation), de l électrification rurale par des opérateurs privés. 7

8 Partenariat Public-Privé en ERD Les objectifs du PERD Le Projet ERD, appuyé par l IDA et le GEF, vise à mettre au point des mécanismes institutionnel technique et financier de promotion et de soutien de petits opérateurs privés pour la fourniture d un service électrique économique, durable, à l échelle des villages, via des solutions décentralisées basées sur les filières pico-diesel et d énergie renouvelable (SPV, pico-hydro). Ses objectifs spécifiques sont: professionnaliser les acteurs par le «learning by doing» en mettant en œuvre des micro-concessions à l échelle d un village unique ; lever les barrières au développement des énergies renouvelables pour l électrification villageoise ; institutionnaliser les fonctions de l unité d exécution du projet (BERD) dans une structure pérenne (AGER) 8

9 Partenariat Public-Privé en ERD Les principes du PERD Les principes du Projet ERD, sont: L investissement dans une micro-concession d électrification rurale est laissé à l initiative des petits opérateurs privés ; le BERD unité d exécution du projet, incite, stimule et appuie l opérateur en renforçant ses capacités dans la mise en œuvre de sa micro-concession ; l État se limite à la création d un cadre réglementaire incitatif pour les opérateurs ; une banque commerciale gère, selon les critères de la profession, le Fonds d Électrification Rurale (FER) mis en place sur des ressources publiques. 9

10 Partenariat Public-Privé en ERD Approche méthodologique Les 4 phases d intervention du BERD Sensibiliser, communiquer et stimuler l offre de service par des opérateurs privés Renforcer les capacités des acteur s: outils de dimensionnement et de gestion des pr ojets Piloter le processus d obtention du financement et du contrat de micro-concession Encadrer et surveiller l exploitation pour aider à assurer la durabilité du ser vice électrique offert 10

11 Partenariat Public-Privé en ERD Les acteurs institutionnels ACTEURS DU SECTEUR PRIVE Ministère de l Hydraulique et de l Energie Ministère de Économie et des Finances Ministère chargé de la Décentralisation Importateurs de matériels d ERD Direction Nationale de l Energie ADMINISTRATION NATIONALE BICIGUI Comité de Pilotage OPERD SOUS-SEC TEUR DE L'ERD BERD FERD SECTEUR DE L'ELECTRIFICATION URBAINE NATIONALE EDG 11

12 Partenariat Public-Privé en ERD Les acteurs dans le processus d ERD 12

13 Partenariat Public-Privé en ERD Les acteurs dans le processus d ERD ÉTAPE MONTAGE DU PROJET ÉTAPE AUTORISATION & FINANCEMENT ÉTAPE APPROVISIONNEMENT & INSTALLATION ÉTAPE LANCEMENT & EXPLOITATION OPERD -Identification de la localité -Manifestation d intérêt avec visa CRD -Choix du Bureau d études -Réalisation des études - Corporatisation OPERD - Montage du dossier de demande de concession et de financement - signature de la convention de concession avec le MHE - Mise en place de l apport en fonds propres - Signature du contrat de financement avec la BICIGUI - Collecte et évaluation des offres pour les fournitures & travaux - Élaboration des bons de commande, demande de règlement et budget - Élaboration du planning d exécution des travaux - Mobilisation de l équipe de gestion de l OPERD - Lancement de la campagne d abonnement - Ouverture du compte de l OPERD à la caisse locale du CRG - Approvisionnement en carburant & lubrifiant - Mise en exploitation BERD - Appui au choix du Bureau - Contrôle et validation de l étude -Contrôle et validation du dossier de demande de concession et de financement Suivi du dossier à la BICIGUI, à l OPIP et au MHE - Formation de l OPERD sur le manuel de gestion des opérations d ERD - Mise à la disposition de l OPERD de la base de données des fournisseurs/ installateurs d équipements - Validation du rapport d évaluation des offres - Suivi/autorisation des déboursement en faveur de l OPERD - Contrôle de qualité des équipements - Suivi et contrôle des travaux et abonnements - Formation de l équipe de gestion de l OPERD - Réception des installations - Évaluation des possibilités de lancement du service -Suivi de l exploitation 13

14 Partenariat Public-Privé en ERD Schéma de financement de l ERD IDA GEF SECTEUR ÉLECTRIQUE GOUVERNEMENT BERD FERD Crédit commercial Subvention Concessionnaires d ERD Clients Fonds propres opérateur : De 5 à 20% Crédit à l Opérateur : De 20 à 50% Subvention à l Opérateur : Jusqu à 75% La durée pour le remboursement du prêt est de 10 ans, avec un différé de 2 ans et le taux commercial le plus bas (TBB + 0,5) 14

15 Partenariat Public-Privé en ERD Schéma de financement de l ERD Pour assurer une certaine équité en terme de coût du service, les filières d énergies renouvelables ont un financement plus incitatif. Comparaison des schémas de financement des filières 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 50% 30% 20% 20% 20% 70% 75% 10% 5% Prêt Subvention Fonds propre 15

16 Les résultats 16

17 Résultats atteints Création de la capacité d entreprendre L ingénierie locale en ERD est entrain d être bâtie. Nombre de BE au départ : 0 Nombre de BE actuel : 14 Actions menées : Information / stimulation Formation en salle et sur le terrain Outils mis à la disposition des BE : Devis type de prestations d études Outils de dimensionnement technico-économique pour les filières micro-réseau/pico-diesel (DIMIREL), micro-réseau/picohydro (DIMHYDRO) et photovoltaïque (DIMSOL) Outils de simulation des plans d affaires des 3 filières 17

18 Résultats atteints Création de la capacité d entreprendre Une nouvelle catégorie d hommes d affaires est en cours de création. Nombre d OPERD au départ : 0 Nombre d OPERD actuel : 30 Nombre de candidats OPERD: 9 Actions menées : Information générale/ communication / stimulation Sensibilisation à l esprit d entreprise Information sur les outils d ingénierie des projets d ERD Outils mis à la disposition des OPERD : Devis type de prestations d études Liste des bureaux d études agréés Base de données sur les fournisseurs et les prix Manuel simplifié de gestion des opérations d ERD 18

19 Résultats atteints Amélioration de l accès à l électricité L accès à l électricité en milieu rural devient une réalité. Nombre de villages électrifiés : 13 Nombre de villages en cours : 21 Nombre de connexions disponibles : Coûts moyens de connexion Micro-réseau + pico-diesel : 135 $ Micro-réseau + pico-hydro : 900 $ SPV individuels (service base 2 lampes) : 375 $ Financements des connexions Fonds privés mobilisés : 0,42 M$ Fonds publics mobilisés : 2,65 M$ Redevance mensuelle (1 lampe) : 1,8 2,5 $ 19

20 Résultats atteints Cadre institutionnel et réglementaire défini Un cadre fiscal provisoire pour les opérations d ERD a été mis en place. Les textes de fondement de la structure pérenne chargée de l électrification rurale ont été élaborés : Loi définissant le sous-secteur de l ERD. Textes de création et d organisation de l Agence Guinéenne d Electrification Rurale (AGER). 20

21 Les faiblesses 21

22 Faiblesses relevées L expérience mise en œuvre et d exploitation des toutes premières opérations d ERD a permis de relever les faiblesses ci-après : Longs délais de réalisation des sous-projets: minimum 12 mois, comparativement aux 5 mois prévisionnels pour la filière pico-diesel. Dépassements des coûts prévisionnels de +15% à +36%, du fait notamment des effets combinés de l inflation et de la dépréciation de la monnaie. Retard dans la concrétisation des intentions de raccordement de la clientèle. Faiblesse des usages productifs de l électricité. Sous-utilisation des capacités de production diesel installées de -20% à -50% ; Fragilité financière des opérations. 22

23 Faiblesses relevées Les principales faiblesses constatées sont interconnectées. Faible taux de raccordement Sous-utilisation des capacités Fragilité financière Pas d usage productif 23

24 Faiblesses relevées Faible taux de raccordement des clients Localités Raccordements prévus Raccordements réels Taux de raccordement 1 Kolaboui % 2 Koumbia % 3 Maréla % 4 Gouécké % 5 Timbi Tounni % 6 Tougnifili % 7 Donghol Touma % 8 Saraya % 9 Banankoro % 10 Bankalan % 11 Koundian % 12 Banko % 24

25 Faiblesses relevées Usages productifs inexistants Recettes annuelles typiques d une opération d ERD Eclairage Prises ventilateur / TV Prises frigo Total % 30% 60% Eclairage Prises ventilateur/tv Prises f rigo 25

26 Faiblesses relevées Fragilité financière Ratio de couverture du service de la dette 150% Ratio 100% 50% 0% Localités NB: Ratio de couverture du service de la dette = Solde disponible au Crédit Rural/Service Dette Année 1 26

27 Faiblesses relevées Fragilité financière Couverture du besoin en fonds de roulement 5 4 Mois Localités NB: Ratio de couverture du besoin en FR = Solde disponible au Crédit Rural/Montant de FR pour 1 mois 27

28 Faiblesses relevées Les barrières financières Ces faiblesses sont reliées aux barrières financières auxquelles la clientèle est confrontée. Accès à l électricité Faible accès Viabilité OPERD Bas taux de connexion Bas usage productif Barrières financières Coût élevé d accès Redevances mensualisées Coût élevé équipements pour les AGR 28

29 Les nouveaux défis 29

30 Défis à relever Améliorer la fiabilité des outils de dimensionnement et de simulation des plans d affaires en corrigeant les omissions et inadéquations. Adapter les minimas techniques aux réalités. Renforcer le standard des études faites par les BE. Créer les conditions d abordabilité et de durabilité du service électrique offert en : renforçant la communication intra-communautaire; en faisant la promotion des usages productifs de l électricité via un partenariat plus poussé avec les Institutions de Micro-Finance (IMF). Mettre en place un mécanisme de financement pérenne de l ERD. 30

31 Défis à relever Partenariat avec les IMF Les IMF peuvent, en cohérence avec leurs propres intérêts, fortement contribuer à la viabilité de l ERD en intervenant pour : Les crédits à très court terme aux clients domestiques pour les paiements initiaux (caution et avance sur consommation); Les crédits de soudure pour le paiement des redevances; Le financement des investissements requis par les usages productifs d énergie à des fins d activités génératrices de revenus (AGR). 31

32 Défis à relever Partenariat avec les IMF Faire évoluer les IMF de leur rôle actuel de simples prestataires de services rémunérés à celui de facilitateur et de partenaire actif pour la viabilisation de l ERD. OPERD OPERD Transfert FERD IMF Dépôt Alerte BERD CLIENT ERD Prêts Transfert IMF FERD Dépôt Alerte BERD 32

33 Merci pour votre attention! 33

ÉLECTRIFICATION RURALE DÉCENTRALISÉE

ÉLECTRIFICATION RURALE DÉCENTRALISÉE Atelier des praticiens sur l Initiative Africaine pour l Électrification L EXPÉRIENCE EN COURS EN GUINÉE Par Nava Touré Maputo, 09-12 juin 2009 Sommaire Contexte général de l Électrification Rurale Décentralisée

Plus en détail

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Le financement de l agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution

Plus en détail

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives?

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? AIE - Agence Internationale de l Energie Paris, 4 Juin 2009 Pascale Geslain Sommaire I. A propos de la microfinance 1. Au sujet de PlaNet FiNance:

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

MODALITES DE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Comment mobiliser les ressources du secteur privé?

MODALITES DE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Comment mobiliser les ressources du secteur privé? 24 octobre 2012 MODALITES DE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Comment mobiliser les ressources du secteur privé? Presentation Marc Ziegler / Institutions et Développement RAPPEL DES PRINCIPALES

Plus en détail

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN Juin 2011 Présentation du déroulement du stage Chaque partie est sous la responsabilité d un animateur et comprend des périodes de cours, des périodes de

Plus en détail

Banque Mondiale République de Djibouti

Banque Mondiale République de Djibouti Mission d assistance à la définition d un système de gestion des déchets pour le Quartier 7 de la ville de Djibouti. Compléments sur le projet pilote (Janvier 2011) Ernst & Young et Associés Sommaire 1

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Adoptée par le Conseil de la Ville de Trois-Rivières le 14 décembre 2015 au moyen de la résolution n C-2015-1357 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 1. Projets et secteurs

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

1.3Le Dossier de consultation des entreprises(dce) Recommandations sur les bonnes pratiques

1.3Le Dossier de consultation des entreprises(dce) Recommandations sur les bonnes pratiques 1.3Le Dossier de consultation des entreprises(dce) Recommandations sur les bonnes pratiques Séminaire sur les partenariats public-privé Ministère de l Economie et des Finances DASP République du Sénégal

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

LA LUMIERE A KONNA. Projet d électrification rurale au MALI

LA LUMIERE A KONNA. Projet d électrification rurale au MALI LA LUMIERE A KONNA Projet d électrification rurale au MALI Notre projet s inscrit dans le septième des 8 objectifs à atteindre avant 2015 de la «Déclaration du Millénaire» adoptée le 8 septembre 2000 par

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement au profit des Business Promotion Center de Natitingou et de Lokossa

Termes de référence pour le recrutement au profit des Business Promotion Center de Natitingou et de Lokossa MCMEJF REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail ----- & ----- MINISTERE CHARGE DE LA MICROFINANCE DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES ------&----- PROJET BUSINESS PROMOTION CENTER (BPC) N : 00082750

Plus en détail

Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes

Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes Damien Monot ALTER ALSACE ENERGIES 1. consommations actuelles et perspectives 1 Chaufferies bois en Alsace : consommation et perspectives

Plus en détail

CONTRAT DE CONSEIL EN PILOTAGE D ENTREPRISES

CONTRAT DE CONSEIL EN PILOTAGE D ENTREPRISES ARTISANS I COMMERÇANTS I PROFESSIONS LIBÉRALES I TPE CONTRAT DE CONSEIL EN PILOTAGE D ENTREPRISES Solutions de pilotage d entreprises en temps réel www.rivalis.fr ENTRE LES SOUSSIGNES : (SOCIÉTÉ), au capital

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE Pétrole et l organisation de l administration Centrale de son département. ARTICLE PREMIER : Le Ministre de l Energie et du Pétrole a pour mission générale d élaborer,

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

Convention financière 2007 Valorisation et élimination des déchets agricoles

Convention financière 2007 Valorisation et élimination des déchets agricoles Annexe 1 à la délibération 31 Convention financière 2007 Valorisation et élimination des déchets agricoles Entre Le Président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales agissant au nom et pour le compte

Plus en détail

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Conférence de Coopération Régionale, décembre 2014 1. Situation : l héritage de plus de 40 ans de déclin

Plus en détail

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012 Atelier international Les cadres de réglementation et de régulation de la micro finance rurale: Les tendances actuelles et des analyses comparatives Microfinance pour la production agricole en Haïti :

Plus en détail

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES Présenté par : Thierno Bocar TALL, President Directeur Général tbtall@faber-abref.org Tel. 00228 90 12 52 23 1 PRODERE

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

FF VOILE DEPARTEMENT DÉVELOPPEMENT 19 03 2013 MARTIGUES

FF VOILE DEPARTEMENT DÉVELOPPEMENT 19 03 2013 MARTIGUES FF VOILE DEPARTEMENT DÉVELOPPEMENT 19 03 2013 MARTIGUES QUELS PARTENARIATS AVEC LES COLLECTIVITÉS? Max Leguevaques MLV Conseil 1 MLV Conseil Un cabinet conseil spécialisé Hébergements touristiques de loisirs

Plus en détail

Domaine 1 : le haut de bilan

Domaine 1 : le haut de bilan Domaine 1 : le haut de bilan S assurer de l exactitude du bilan La vision patrimoniale est un élément déterminant pour donner une image fidèle de la situation financière de la collectivité. Le bilan à

Plus en détail

Calculer les échelles d'intérêts; Contrôler la facturation bancaire; Etablir la situation des comptes bancaires. C. Métiers

Calculer les échelles d'intérêts; Contrôler la facturation bancaire; Etablir la situation des comptes bancaires. C. Métiers A. s de la formation Cette formation fournira aux étudiants l ensemble des connaissances leur permettant de: D'être capables d assurer le bon fonctionnement des comptes clients Réaliser les opérations

Plus en détail

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Demande de financement B (PME) LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Eliminer la pauvreté en Afrique en investissant dans les Africains et dans leurs idées. www.usadf.gov FORMULAIRE DE DEMANDE

Plus en détail

Capitalisation du PMIE

Capitalisation du PMIE Capitalisation du PMIE 14 décembre 2010 Conseil et Formation / Far Conseil Sommaire 1. Les enseignements tirés de l expérience 2. La chaîne d accompagnement du créateur et les conditions de son efficacité

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

DEMANDE DE PROPOSITION

DEMANDE DE PROPOSITION POUR LA REALISATION D UNE ETUDE VOLET EVALUATION ET CAPITALISATION «Pertinence, exigences et alternatives de l accès à l énergie par panneaux solaires dans les pays du Sud : exemple des infrastructures

Plus en détail

Atelier Financement des énergies renouvelables pour l'électrification rurale

Atelier Financement des énergies renouvelables pour l'électrification rurale Atelier Financement des énergies renouvelables pour l'électrification rurale Dakar, 14-16 octobre 2014 Présentation : ASER, SENEGAL El hadji SYLLA, chef de Projet EnR 1 Contexte de l Electrification Rurale

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Atelier Régional des chargés de programme du du 11 au 18 décembre 2006 à Niamey LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Djibril M. MBENGUE Gestionnaire Technique de Portefeuille URM-AOC/ PLAN

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Financer sa prospection commerciale à l international

Financer sa prospection commerciale à l international Rencontres Auvergne International 27 Novembre 2012 18 novembre 2014 14h à 15h30 Financer sa prospection commerciale à l international Salle INTERNATIONAL Synthèse de l écosystème du financement de l international

Plus en détail

Présenté par: Amara luck camara - Consultant national MAMADI KOUMBA DIAWARA CONSULTANT BIOENERGIE MINISTERE AGRICULTURE

Présenté par: Amara luck camara - Consultant national MAMADI KOUMBA DIAWARA CONSULTANT BIOENERGIE MINISTERE AGRICULTURE Présenté par: Amara luck camara - Consultant national MAMADI KOUMBA DIAWARA CONSULTANT BIOENERGIE MINISTERE AGRICULTURE Introduction Superficie : 245 857 km2 Capitale : Conakry Potentiel hydroélectrique

Plus en détail

Captation vidéo de la manifestation de remise des prix «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015

Captation vidéo de la manifestation de remise des prix «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015 CAHIER DES CHARGES Captation vidéo de la manifestation de remise des prix «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015 Philippe VOGNE Directeur Tél. : 03 81 65 37 65 philippe.vogne@initiative-doubsterritoiredebelfort.fr

Plus en détail

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact :

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact : RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «CREATION D UNE EPICERIE SOLIDAIRE INTERCOMMUNALE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté d Agglomération du Pays Voironnais Maîtrise

Plus en détail

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e R é p u b l i q u e d u B é n i n M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e Direction des Pharmacies, du Médicament et des Explorations Diagnostiques

Plus en détail

un document pour séduire et convaincre

un document pour séduire et convaincre Le business plan un document pour séduire et convaincre Fiche d identité du projet Le marché Caractéristiques, répartition Acteurs, concurrence Se situer dans la démarche Clients, Choix stratégiques, positionnement,segmentation

Plus en détail

COMPETENCES GENERIQUES MASTER

COMPETENCES GENERIQUES MASTER COMPETENCES GENERIQUES MASTER Aspects réglementaires de l entreprise Concevoir et décliner le plan, les démarches et les actions hygiène, qualité, sécurité, et environnement Communiquer un diagnostic sur

Plus en détail

C O M I T E D E PA R T E M E N TA L O LY M P I Q U E E T S P O R T I F. Pour un service Public du sport en Seine-Saint-Denis

C O M I T E D E PA R T E M E N TA L O LY M P I Q U E E T S P O R T I F. Pour un service Public du sport en Seine-Saint-Denis C O M I T E D E PA R T E M E N TA L O LY M P I Q U E E T S P O R T I F DE SEINE-SAINT-DENIS Pour un service Public du sport en Seine-Saint-Denis LES DISPOSITIFS D AIDE À LA VIE ASSOCIATIVE EN SEINE-SAINT-DENIS

Plus en détail

Projet «La lumière à Konna»

Projet «La lumière à Konna» Janvier 2011 Projet «La lumière à Konna» Contexte : Les pays en développement sont aujourd hui conscients du défi que leur impose la mise en place d une énergie propre et économe dans leur processus de

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES

PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES Abdramane Togo Nov.2000 ong à but non lucratif- BP: E2226-Tél/fax : 229-24-22-Lafiabougou-Rue 426-Porte

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES --------- CABINET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ------------ Union-Discipline- Travail TRIBUNE DU GEPCI ------- THÈME : QUELLE RELANCE ECONOMIQUE APRES L ATTEINTE

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP?

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? 24 octobre 2012 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? Présentation Marc Ziegler / Institutions et Développement LES CONSTATS

Plus en détail

Conseil régional de Picardie

Conseil régional de Picardie SPEE Picardie France Région Picardie RESPONSABILITÉ PUBLIC - PRIVÉ Responsable du Unité de mise en œuvre du Modèle de mise en œuvre Services d'exploitation Type de projets Conseil régional de Picardie

Plus en détail

Pôle d innovation technologique de la construction durable : ROI. Règlement d'ordre Intérieur. Introduction :

Pôle d innovation technologique de la construction durable : ROI. Règlement d'ordre Intérieur. Introduction : Règlement d'ordre Intérieur Introduction : Le pôle d innovation NEOBUILD a vu le jour le 4 mai 2011 à l initiative du Conseil de Développement Economique de la Construction (CDEC). Le Ministère de l Economie

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES

REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES Le Programme National de développement de la Plateforme Multifonctionnelle (PN-PTFM)

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 Programme des Nations Unies pour le Développement RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 1 Résultats par rapport aux objectifs Award ID Titre du projet Effet UNDAF Effet du CPAP Partenaire de mise

Plus en détail

Présentation ANAPEC. Agence Nationale de Promotion de l Emploi et des Compétences. Dakar les 17 & 18 Septembre 2015

Présentation ANAPEC. Agence Nationale de Promotion de l Emploi et des Compétences. Dakar les 17 & 18 Septembre 2015 Présentation Agence Nationale de Promotion de l Emploi et des Compétences ANAPEC Dakar les 17 & 18 Septembre 2015 1 2 Loi régissant l ANAPEC L Agence Nationale de Promotion de l Emploi et des Compétences

Plus en détail

Opération collective 2016 123 M Energie

Opération collective 2016 123 M Energie Opération collective 2016 123 M Energie Appel à candidatures Entreprises pour la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie avant le 3 mars 2016 ISO 50001:2011, Systèmes de management

Plus en détail

FONDS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX (FCP) Rapport de mise à jour trimestriel

FONDS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX (FCP) Rapport de mise à jour trimestriel FONDS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX (FCP) Rapport de mise à jour trimestriel Période couvert (Trimestre) Numéro du projet et le titre du projet Octobre-Novembre- Décembre 2011 PBF/COM/D-1 (MPTF Office ID00074154):

Plus en détail

Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016. 03 avril 2014

Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016. 03 avril 2014 Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016 03 avril 2014 1 0 Sommaire de la présentation 1. Contexte général 1.1 Poursuivre le rattrapage économique 1.2 et le rattrapage social 1.3 Un modèle de développement

Plus en détail

Accélérer l accès à l eau et à l assainissement : intensifier la participation du secteur privé en AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

Accélérer l accès à l eau et à l assainissement : intensifier la participation du secteur privé en AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Accélérer l accès à l eau et à l assainissement : intensifier la participation du secteur privé en AFRIQUE SUB-SAHARIENNE FORMATION I. FONDAMENTAUX SUR LES PPP Dakar, 5 juin 2012 Agenda Présentation de

Plus en détail

et facteur 4 Rénovation énergétique des logements Assises Régionales de la Précarité Energétique 28 juin 2011 Châlons-en-Champagne

et facteur 4 Rénovation énergétique des logements Assises Régionales de la Précarité Energétique 28 juin 2011 Châlons-en-Champagne Tiers Investissement et facteur 4 Rénovation énergétique des logements Assises Régionales de la Précarité Energétique 28 juin 2011 Châlons-en-Champagne La Caisse des Dépôts au service du territoire Quatre

Plus en détail

PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE. Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012

PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE. Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012 D. Briaumont PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012 Carine Burricand, Cédric Houdré, Eric Seguin, division Revenus et patrimoine

Plus en détail

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE "DURABLE ET SOLIDAIRE"

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE DURABLE ET SOLIDAIRE RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 3ème Commission de l'environnement, du développement durable et des transports N 2005-03-0036 SÉANCE DU 15 DÉCEMBRE 2005 POLITIQUE : MOYENS DE L'INSTITUTION SECTEUR

Plus en détail

MDE et sociétés d électricité : cas du Sénégal

MDE et sociétés d électricité : cas du Sénégal MDE et sociétés d électricité : cas du Sénégal 1. Enjeux MDE 2. Mécanismes mis en place 3. Mise en œuvre et financement 4. Contraintes Mme NDIAYE Mame Coumba ------ Expert Senior en Etudes et MDE Cotonou,

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT Des conditions matérielles adéquates Des locaux identifiés ayant une surface suffisante; Des ressources humaines

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Cadre général de la régulation Caractéristiques de régulation en Amérique Latine et Caraïbes

Cadre général de la régulation Caractéristiques de régulation en Amérique Latine et Caraïbes 1 Tables des matières 1. Cadre général de la régulation 2. Caractéristiques de régulation en Amérique Latine et Caraïbes 3. Options de régulation pour le secteur de l énergie en Haïti 4. Evolution du marché

Plus en détail

Présentation de la Maison de l Entreprise

Présentation de la Maison de l Entreprise Présentation de la Maison de l Entreprise Organisation Intermédiaire de Développement du Secteur Privé Historique La Maison de l Entreprise du Bénin est née de la transformation, d une association professionnelle

Plus en détail

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire»

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire» Appel à projets Réseau Rural Régional Midi Pyrénées «Territoire et gouvernance alimentaire» Cet appel à projets est co financé par la Région Midi Pyrénées, la DRAAF de Midi Pyrénées et l Union Européenne

Plus en détail

construction Garde d enfants, congés parentaux et services aux personnes:

construction Garde d enfants, congés parentaux et services aux personnes: Garde d enfants, congés parentaux et services aux personnes: Complémentarité de mesures et co- construction Présenté par Jean Robitaille directeur général de l AQCPE Présenté par Jean Robitaille, directeur

Plus en détail

CAMARA Loukimane Directeur Général de la SICOGI

CAMARA Loukimane Directeur Général de la SICOGI Colloque SHELTER AFRIQUE à N DJAMENA (TCHAD) 10-13 Juin 2013 Thème : Stratégies de Production de logement pour le Grand Nombre: Expériences pratiques Confidentiel Confidentiel Communication : L Expérience

Plus en détail

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES UNE OFFRE D ACCOMPAGNEMENT TECHNIQUE À TOUTES LES ÉTAPES ET DANS LA DURÉE En Afrique et au Moyen-Orient, comme en Asie et en Amérique latine, les entreprises

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2012-2013

CATALOGUE DES FORMATIONS 2012-2013 accompagner la professionnalisation et le développement des associations sportives! CATALOGUE DES FORMATIONS 2012-2013 A destination des dirigeants bénévoles d associations sportives et des salariés de

Plus en détail

Les aides à la préparation de projets européens Le financement des PME. L offre d OSEO

Les aides à la préparation de projets européens Le financement des PME. L offre d OSEO Les aides à la préparation de projets européens Le financement des PME L offre d OSEO Journée d'information : 4ème appel à propositions du 6ème PCRD Priorité 6 "Développement durable, changement planétaire

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014 AIDE À LA CRÉATION ET A LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Le fonds d aides à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle vise - en pleine

Plus en détail

Cahier des charges. (Consultation simple)

Cahier des charges. (Consultation simple) Cahier des charges (Consultation simple) Mission d accompagnement pour le lancement de la phase de préfiguration de la pépinière d entreprises multi-sites du bassin de Bourg-en-Bresse 1. Rappel du projet

Plus en détail

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Introduction : Ce document vise à présenter de manière chronologique les étapes d un projet de rénovation en copropriété. Vous y trouverez

Plus en détail

30 semaines (soit environ 1050 heures) Contrat de professionnalisation de 24 mois. au CFCTP Sylvain Joyeux à Egletons

30 semaines (soit environ 1050 heures) Contrat de professionnalisation de 24 mois. au CFCTP Sylvain Joyeux à Egletons MODALITES GENERALES Profil des Candidats : Durée : Lieu : Titulaires du Bac Professionnel Travaux Publics, ou du Bac Technologique STI option Génie Civil 30 semaines (soit environ 1050 heures) Contrat

Plus en détail

Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle

Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle Elèves administrateurs Promotion Vercors Janvier 2006 SOMMAIRE Introduction I. Approche

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

Le prêt d honneur reprise / transmission

Le prêt d honneur reprise / transmission Initiative Réunion Entreprendre accorde des prêts d honneur, sans intérêts et sans garanties personnelles, remboursable sur 5 ans maximum. Le prêt d honneur est un prêt personnel et non un prêt accordé

Plus en détail

PROJETS PILOTES D ERD DANS LES CENTRES DES DEMONSTRATIONS DES ENERGIES NOUVELLES ET RENOUVELABLES (CEDENR)/CNE CAS DE KIKIMI ET MANENGA, EN RD CONGO

PROJETS PILOTES D ERD DANS LES CENTRES DES DEMONSTRATIONS DES ENERGIES NOUVELLES ET RENOUVELABLES (CEDENR)/CNE CAS DE KIKIMI ET MANENGA, EN RD CONGO FORMATION SUR LA PERENNISATION DES SYSTEMES D ELECTRIFICATION RURALE DECENTRALISEE (ERD)/MAROC CANEVAS POUR L ETUDE DE CAS PROJETS PILOTES D ERD DANS LES CENTRES DES DEMONSTRATIONS DES ENERGIES NOUVELLES

Plus en détail

Maître de l ouvrage. Maître d œuvre. Objet du projet : Guide des relations contractuelles. à l'attention du Maître de l'ouvrage

Maître de l ouvrage. Maître d œuvre. Objet du projet : Guide des relations contractuelles. à l'attention du Maître de l'ouvrage Guide des relations contractuelles à l'attention du Maître de l'ouvrage Attestation de remise en main propre. Maître de l ouvrage "Remis en main propre par Mr Nguema" Maître d œuvre Sarl NGUEMA MAITRISE

Plus en détail

SOCIALE. 17 avril 2013

SOCIALE. 17 avril 2013 POLITIQUE DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE (FDEES)) Mandataire dee : SHERBROOKE INNOPOLE (CLD) 17 avril 2013 1. FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE (FDEES)

Plus en détail

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France FINANCEMENT L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France Le marché obligataire connaît depuis la mi-mai 29 une nouvelle signature solide et appréciée des investisseurs français et européens,

Plus en détail

Assainissement non collectif

Assainissement non collectif Assainissement non collectif Journée e d échange technique (mise en place des SPANC) Alain Lafforgue Le Service Public d'assainissement Non Collectif (SPANC) Le cadre réglementaire... Loi sur l Eau du

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être!

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être! FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015 Le RCPB en quelques chiffres Réseau à 2 niveaux : Caisses, Faîtière 39 caisses, plus de 186 points de vente

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Réhabilitation en copropriétés. Diagnostics et financements Club des Conseils syndicaux, 14 Janvier 2013

Réhabilitation en copropriétés. Diagnostics et financements Club des Conseils syndicaux, 14 Janvier 2013 Réhabilitation en copropriétés Diagnostics et financements Club des Conseils syndicaux, 14 Janvier 2013 Conseils gratuits et indépendants Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables

Plus en détail

La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence. 3. Constitution du dossier de demande de financement

La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence. 3. Constitution du dossier de demande de financement La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence SOMMAIRE 1. Préambule 2. Démarrage de l opération 3. Constitution du dossier de demande de financement 4. Envoi

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES MALI - SÉNÉGAL GUIDE PRATIQUE SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT D UN PROJET DE CONSTRUCTION PLAN 1 Objectifs et programme de la rencontre 2 Planifier mon

Plus en détail