/ livre blanc / les hommes et la route

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "/ livre blanc / les hommes et la route"

Transcription

1 / livre blanc / les hommes et la route

2 Livre blanc édité par : MMA IARD Assurances Mutuelles Société d'assurance mutuelle à cotisations fixes - RCS Le Mans MMA IARD Société anonyme, au capital de euros - RCS Le Mans Sièges sociaux : 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon Le Mans cedex 9 Entreprises régies par le code des assurances Responsable de publication : Stéphane Daeschner Livre blanc réalisé par l'agence Entre nous soit dit Réalisation et rédaction des interviews : Benoît Quenet-Beauvallet Synthèse : Bernard Pierre Molin Imprimé en France par les Ateliers Réunis Crédits photos : DR - C. Charzat Chiffres clés : Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Copyright MMA - Juin Reproduction autorisée avec citation MMA. 02 Les hommes et la route

3 3 645 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en Que de chemin parcouru depuis 1972 où le pic de la mortalité routière avait été atteint avec morts! Plus récemment, entre 2001 et 2008, grâce à une mobilisation nationale sans précédent, le nombre des tués a baissé de 48 %. La vitesse, l alcool, le téléphone au volant, la somnolence sont des dangers clairement identifiés par les automobilistes. L évolution de la loi (radars, permis à points), les opérations de prévention sur le terrain, les campagnes de formation dans les écoles et de communication via les médias, ont permis cette prise de conscience. D ailleurs certains facteurs de la mortalité au volant comme le non-port de la ceinture sont devenus mineurs. Mais nous savons trop bien qu en matière de prévention, rien n est irrémédiable ni acquis. Il faut toujours chercher et agir. Aujourd hui, l objectif est de passer sous la barre des morts par an d ici à Et s il convient de poursuivre les chantiers existants, il faut aussi pousser la réflexion sur d autres sujets. Pourquoi ce livre blanc? Stéphane Daeschner Directeur de la marque et de la communication externe MMA En charge de la prévention des risques routiers D où l idée d ouvrir un nouveau débat, en s appuyant sur un constat : sur la route, 75 % des tués sont des hommes. En deuxroues, ils représentent 92 % des victimes. Ces chiffres n évoluent pas ou peu depuis dix ans Alors MMA pose la question aux Français : sur la route 3 morts sur 4 sont des hommes, pourquoi? Pour lancer le débat nous avons posé cette question à douze experts : psychanalyste, philosophe, psychologue, sociologue, policier, associations Vous trouverez dans les pages suivantes les conclusions de ces échanges. Un éclairage utile avec des pistes de réflexion et d action. Le débat continue sur Zérotracas.com avec comme ambition que chacun conducteur comme piéton devienne acteur de sa propre prévention et porteparole auprès de ses proches de conseils pratiques. Bonne lecture. 03 Les hommes et la route

4 Sommaire 03 Pourquoi ce livre blanc? 05 Chiffres Clés 06 Les hommes plus accidentogènes que les femmes? par Jean-Yves Salaün 07 Homme/femme, à chacun son véhicule? par Yoann Demoli 12 La moto, un univers qui reste masculin? par Marc Bertrand 13 Un accident peut changer une vie? par Bertrand Parent 14 l accident grave en ville, l homme sur-représenté? par le Commandant Jean-Pierre Jurkowski 08 Les hommes plus à l aise avec le passage du permis? par Sarah Benzaqui 09 L entreprise, un effet amplificateur? par Philippe Boulleau 10 La perte de points, un phénomène masculin? par Caroline Gastard 11 La jeunesse, période à risque incontournable? par Jean-Pascal Assailly 15 Le chauffard c est l autre? par Jean-Marie Renouard 16 L automobile, l homme et la puissance : le trio infernal? par Jean-Pierre Winter 17 Hommes/femmes, tous égaux au volant? par Gilles Vervisch 18 Synthèse 22 MMA et la prévention 04 Les hommes et la route

5 3 645 tués sur les routes de France en % des personnes blessées sur la route sont des hommes 92 % des personnes impliquées dans des accidents mortels avec un taux d alcool positif sont des hommes 76 % des morts sur la route sont des hommes chiffres clés 92 % des morts sur la route en deux-roues sont des hommes 83 % des condamnés pour homicides involontaires sur la route sont des hommes 32 % des femmes victimes d un accident mortel sont des passagères blessés sur les routes de France en Les hommes et la route

6 LES HOMMES PLUS ACCIDENTO- GÈNES QUE LES FEMMES? JEAN-YVES SALAÜN DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL ASSOCIATION PRÉVENTION ROUTIÈRE Jean-Yves Salaün est titulaire d un DEA en science politique et lauréat de la Fondation Communication Demain (Fondation Jean Ferniot). Il a d abord été journaliste avant de rejoindre l association Prévention Routière où il a occupé successivement les postes de responsable des publications, directeur de la communication et délégué général adjoint en charge de la communication, du marketing et des partenariats. Il en est depuis mai 2011 le délégué général. Jean- Yves Salaün est également depuis novembre 2011 vice-président de la Prévention Routière Internationale. Quelle que soit la tranche d âge, et dans la plupart des pays, les hommes sont plus touchés par la mortalité routière. Diverses causes peuvent expliquer cette tendance. - Tout d abord, la conduite, avec certains sports, reste un secteur plus ou moins réservé aux hommes, la femme ayant encore aujourd hui des réticences à vouloir s imposer et pensant manquer de légitimité. - Il faut également tenir compte de la surreprésentation des hommes sur certains moyens de locomotion. Dans la catégorie des deux-roues motorisés par exemple, les hommes représentent 75 % des utilisateurs et cette catégorie représente globalement un quart des morts sur la route. - Le type d usage est également un paramètre important. Alors que les femmes réalisent essentiellement des trajets urbains entraînant peu d accidents mortels, les hommes sont majoritaires sur les déplacements de longue distance ou de nuit. - Mais l élément le plus important est sûrement le comportement. La transgression des règles, l agressivité et la prise de risque sont des facteurs typiquement masculins, ceux-ci dépassant largement le seul comportement routier. À propos des comportements à risques, cette prédominance reste forte chez les hommes. - Pour l alcool, les hommes sont impliqués dans 92 % des accidents mortels, en général avec des taux dépassant 1,5 g/l. Au-delà de la problématique routière, il s agit d un problème de santé publique avec une dépendance plus forte à l alcool. - Pour la vitesse, les grands excès sont en général réalisés par des hommes, les clichés ayant encore la vie dure, l homme exprime sa virilité à travers son véhicule et sa puissance. - Pour les jeunes conducteurs hommes, un autre élément entre en ligne de compte : la construction même de son psychisme n étant pas totalement terminée, il ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes. Cependant, depuis plusieurs années, les différences ont tendance à s estomper. D une part, l évolution de la cellule familiale a tendance à réduire les différences de trajets selon les sexes, la femme ayant des besoins de déplacement ne se limitant pas à l urbain. D autre part, dans la nouvelle génération, il n est pas rare de voir la femme au volant et son conjoint en place passager, y compris sur des trajets de longue distance. 06 Les hommes et la route

7 HOMME/FEMME, À CHACUN SON VÉHICULE? YOANN DEMOLI CHARGÉ DE COURS À SCIENCES PO DOCTORANT À L OBSERVATOIRE SOCIOLOGIQUE DU CHANGEMENT Ancien élève du département de sciences sociales de l Ecole Normale Supérieure de Cachan, Yoann Demoli réalise une thèse consacrée à la sociologie de l automobile sous la direction de Philippe Coulangeon à l Observatoire Sociologique du Changement et au Laboratoire de Sociologie Quantitative. A partir de différentes enquêtes de la statistique publique, il étudie les variations de l équipement automobile et les pratiques de mobilité des ménages, sous l angle du genre, des générations et des groupes sociaux dans la France contemporaine. Il est également chargé de cours à Sciences Po, à Paris Panthéon Sorbonne et à l Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique. Même si la tendance actuelle est à la convergence, quelques différences subsistent sur le choix et l utilisation de l automobile entre les deux sexes. Ainsi, les femmes roulent 20 % de moins que les hommes en termes de kilométrage annuel, sur des parcours nettement plus urbains et avec une cylindrée plus faible. Sur l approche du véhicule, les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à affirmer qu elles n apprécient pas la conduite. Les critères de sélection d un véhicule restent également fortement sexués. Alors que l homme va rechercher l exploit, la femme va privilégier le confort, le caractère utilitaire et l esthétique. Cependant les recherches de notre sociologue ont réservé une surprise : 30 % des conducteurs de 4x4 sont des femmes. Une tendance qui peut être rapprochée des mères de famille sélectionnant un monospace pour se déplacer avec leurs enfants. La sélection du modèle se fonde sur l habitabilité et une recherche de sécurité avec une visibilité plus importante. Des différences qui peuvent expliquer, en partie, la surreprésentation des hommes dans la mortalité routière avec des trajets moins urbains (donc à vitesse plus élevée), un kilométrage plus important, mais aussi des trajets de nuit plus nombreux (travail de nuit ou horaires décalés). Mais cela n explique par tout. Trois morts sur quatre sur les routes sont des hommes, une répartition qui reste identique depuis une trentaine d années. Yoann Demoli évoque également la question d un comportement masculin plus à risques dans la vie en général puisque ces proportions hommes/femmes se retrouvent dans les chiffres des suicides. Une piste à considérer avec prudence puisque aucune corrélation n a été prouvée à ce jour. En termes de comportement face à l automobile, Yoann Demoli a noté quelques évolutions ces dernières années : - Sur le comportement de la femme : celle-ci a tendance à adopter des comportements à risques, se rapprochant ainsi des hommes. L écart de l espérance de vie a d ailleurs tendance à s amenuiser. - Sur l approche du véhicule : le discours sur le développement durable et le budget poussent de plus en plus les nouvelles générations à opter pour des véhicules plus propres et moins coûteux. Une tendance dont se sont emparés les constructeurs allemands pour leur communication, passant de la puissance à la sécurité et au confort. - Enfin le développement du véhicule électrique - qui se veut plus sécuritaire avec une vitesse moins élevée qu un véhicule classique - pourrait changer la donne. Cependant, notre sociologue rappelle que cet atout de sécurité pourrait disparaître avec les progrès technologiques qui permettront sûrement de rouler à une vitesse plus élevée pour une même durée d autonomie. La voiture électrique, une idée qui n est pas neuve. Au début du XX e siècle, les constructeurs pensaient qu elle serait parfaitement adaptée aux femmes car propre, peu bruyante et ayant peu d autonomie! 07 Les hommes et la route

8 LES HOMMES PLUS À L AISE AVEC LE PASSAGE DU PERMIS? Dès l apprentissage de la conduite, les jeunes conducteurs montrent plus de facilité et d aisance au volant que les jeunes conductrices. Pour notre formatrice, cette tendance serait liée à une attirance plus forte des jeunes hommes pour l objet automobile, mais également à un intérêt plus marqué pour la technique et la manipulation du véhicule. Dès les premiers cours de conduite, cette aisance se traduit parfois par une tendance des apprentis conducteurs à faire moins d efforts et à porter moins d attention par rapport aux futures conductrices. Un facteur serait déjà perceptible lors de cet apprentissage : la vitesse non adaptée. Face à cette situation, les formateurs sont régulièrement obligés de rappeler les jeunes hommes à l ordre pour qu ils ne soient pas en sur-confiance, nous confie Sarah Benzaqui, leur expliquant que face à une situation à risques, ils risquent de ne pas pouvoir adapter leur conduite, n ayant pas l ensemble des connaissances techniques, ni les réflexes nécessaires. SARAH BENZAQUI FORMATRICE ET VICE- PRÉSIDENTE DE L ÉCOLE DE CONDUITE FRAN- ÇAISE (ECF) Ayant suivi une formation universitaire en sciences de l éducation, Sarah Benzaqui obtient son diplôme d enseignante de la conduite en Elle commence à travailler à l ECF dès 1994 en reprenant l entreprise de ses parents (ECF Trinité, Paris IX e ). Elle est également ingénieur en formation pour le groupe ECF et travaille ainsi au développement de nouveaux produits. Particulièrement investie dans son métier, elle fait également partie d un syndicat professionnel et s occupe de la formation des moniteurs. Enfin, elle anime des stages de récupération de points. Même s il n existe pas véritablement de discours distinct entre garçons et filles pendant l apprentissage, les formateurs s appuient sur deux méthodes : - faire partager leurs expériences lors des cours de conduite sur le terrain, l objectif étant de les faire réfléchir face à une situation qui peut se dégrader très rapidement au volant, - l autre volet repose sur des animations collectives mixtes en salle afin de provoquer un échange entre jeunes hommes et jeunes femmes, ces dernières jouant souvent un rôle «modérateur» face à l impulsivité et aux certitudes des jeunes hommes. Cependant Sarah Benzaqui tient à apporter quelques nuances à ce tableau. D une part, le passage du permis de conduire est, depuis quelques années, désacralisé. La voiture - objet de passion et de désir - devenant plus un objet utilitaire. L évolution sociétale positionne plus la voiture au rang de sources de pollution, alors que le coût et l écologie poussent vers un usage plus raisonné et plus posé de ce moyen de locomotion. D autre part, au sein des grandes agglomérations, l obtention du permis est moins liée à une liberté de déplacement. D ailleurs, au sein de son école de conduite à Paris dans le IX e arrondissement, notre formatrice nous explique que l âge moyen de ses stagiaires se situe aux alentours de 30 ans. Un autre élément marquant est le stage de perfectionnement ou de remise à niveau. Ce passage dans les écoles de conduite est plébiscité par les femmes (en moyenne, un homme pour cinq à dix femmes par session). Ces femmes cherchent à reprendre confiance au volant après une période sans conduite, préférant les conseils d un formateur aux réactions de leurs conjoints! 08 Les hommes et la route

9 Première cause d accident mortel, la conduite automobile est un enjeu essentiel dans le monde de l entreprise. Sur les différences homme/femme, Philippe Boulleau constate que, bien que l exposition au risque soit à peu près similaire, la manière d aborder ce risque est très différente selon le sexe. En effet, alors que la femme est plus dans la retenue et la prise en compte d une marge de sécurité, l homme veut prouver qu il est courageux et téméraire. Un antagonisme vrai dans le milieu personnel et amplifié dans le monde du travail. Une tendance que notre pilote a remarquée lors de stages de conduite avec des freinages d urgence ou de conduite sur sol glissant. Techniquement, la femme sera plus dans la retenue. Faute de ne pas pouvoir appréhender exactement la réaction du véhicule, elle n ira pas jusqu à la limite du risque mais prendra une décision bien en amont afin de s accorder une marge de sécurité. De son côté, l homme voudra démontrer sa capacité de contrôle et sa témérité en essayant de s approcher de la zone à risque, en la dépassant parfois. Face aux conseils de spécialistes, alors que la femme a un degré d écoute important, répondant immédiatement à une invective lors d une mise en situation au volant, l homme aura généralement un temps de réflexion, contestant parfois la demande ou le conseil de son formateur, affirmant parfois «je fais ça depuis vingt ans». L approche de ces mises en situation est également différente : alors que la femme cherche la mise en œuvre pratique du conseil, l homme est parfois en attente d explications techniques ou mécaniques pour comprendre le phénomène. Une problématique reste cependant unisexe : le téléphone et les outils multimédias. Même si les chefs d entreprises et les responsables ont pris conscience des risques du téléphone au volant, poussés souvent par des décisions de justice, l apparition de nouveaux équipements embarqués de liaison entre l employé et son entreprise pourrait devenir une source d inquiétude selon Philippe Boulleau. En effet, malgré les progrès technologiques, ces accessoires restent des perturbateurs de conduite, détournant l attention du conducteur de la route. L ENTREPRISE, UN EFFET AMPLIFICATEUR? PHILIPPE BOULLEAU FORMATEUR ET PILOTE EXPERT DRIVETEST Ancien pilote moto de haut niveau (Enduro & Rallye Raid), Philippe Boulleau est devenu au fil du temps un spécialiste reconnu de l adhérence, analysant et maîtrisant les liaisons au sol des véhicules depuis plus de dix ans. Diplômé BPJEPS, il dirige le département R&D du Skid Concept depuis sa création en Ses domaines d intervention sont la mise au point des aides au contrôle du châssis pour les constructeurs et équipementiers automobiles, mais aussi la formation à l éco sécurité. Co-fondateur de Drive Test, il développe et anime les formations spécifiques pour la maîtrise du risque routier notamment pour les services de secours comme les SDIS, la gendarmerie ou bien la police. Enfin, autre paramètre particulièrement présent dans le monde de l entreprise : le stress. Un élément qui peut se révéler particulièrement accidentogène. Or, il apparaît, selon son expérience, que les hommes sont globalement plus exposés au stress que les femmes. 09 Les hommes et la route

10 LA PERTE DE POINTS, UN PHÉNOMÈNE MASCULIN? Si les stages de récupération de points devaient être le reflet du caractère infractionniste des conducteurs, celui-ci serait essentiellement masculin. En effet, lors de ses sessions en groupe, Caroline Gastard sensibilise un auditoire essentiellement - ou parfois exclusivement - composé d hommes. Les quelques femmes présentes sont en général peu représentatives des conductrices lambda, celles-ci ayant été contraintes au stage par des comportements assez «masculins» sur la route. Ces stagiaires ont en commun d être des conducteurs très actifs, voire hyperactifs, de ne pas reconnaître facilement leurs infractions, reportant généralement la faute sur le système : présence trop nombreuse de radars, répression avant tout, forces de l ordre cherchant à les piéger Notre animatrice est habituée aux discours bien rodés de ses interlocuteurs, trouvant plus facile de parler des autres que de soi. Parmi les infractions avec perte de points, la vitesse est en général l élément central de ces stages. Les formateurs doivent faire face à deux problématiques différentes. La vitesse synonyme de plaisir : dans ce cas il est souvent difficile de tirer un trait sur cette «passion», ces conducteurs n ont pas réussi à adapter leur conduite malgré le développement des radars. La vitesse dans le travail, synonyme d opérationnel et d efficacité, un autre objectif est alors en jeu : apprendre aux stagiaires à CAROLINE GASTARD FORMATRICE ET CONSULTANTE SÉCU- RITÉ ROUTIÈRE CG FOR- MATION ET CONSEIL ANIMATRICE STAGES DE RÉCUPÉRATION DE POINTS POUR AUTO- MOBILE CLUB ASSO- CIATION AUTEUR DE «POURQUOI ÊTES-VOUS INFRACTIONNISTE?» Titulaire du BEPECA- SER (enseignante de la conduite automobile) et du BAFM (formatrice de formateurs en sécurité routière), Caroline Gastard dispense des formations spécifiques à l animation de stages de sensibilisation à la sécurité routière dans le cadre du permis à points depuis Elle intervient également en entreprise pour la mise en place de plans de prévention et d actions de prévention en sécurité routière. Enfin, elle anime des stages de sensibilisation à destination de conducteurs infractionnistes. mieux gérer leurs agendas et leur stress. Sur cette thématique de la vitesse, le processus de perte de points diffère entre hommes et femmes, les femmes étant plus sujettes à l accumulation de petits excès de vitesse (moins de 20 km/h), souvent liés à l inattention et à la nature même des déplacements (les femmes réalisant des trajets plus urbains que les hommes). L intégration des conseils prodigués pendant ces stages diffère également selon le sexe. Alors que les femmes modifient leurs comportements au volant quel que soit le trajet, avec ou sans enfant, en ville ou hors agglomération, les hommes auraient tendance à modifier leurs comportements uniquement lors de trajets familiaux. Cependant, Caroline Gastard nous confie que dans une société qui prône la vitesse, il n est pas aisé de faire comprendre que celle-ci n est pas de mise sur la route. Enfin, que dire d une femme formatrice souvent accompagnée d une psychologue femme face à un auditoire masculin? Notre experte nous explique que c est plutôt un atout, mettant de côté les rivalités et permettant une autre approche de la problématique tout en rappelant qu il ne s agit pas de faire la morale, mais d apporter des pistes de réflexion. 10 Les hommes et la route

11 Même si la notion de rite de passage entre l adolescence et l âge adulte très importante chez nos parents et grands parents est de moins en moins présente, le passage derrière le volant reste une période délicate pour les jeunes hommes. Une des explications repose sur la différence biologique homme/femme et l agenda neurobiologique qui tombe en pleine période des premiers pas de conducteur. En effet, alors que les jeunes filles voient leur taux d œstrogène multiplié simplement par 3, chez le garçon entre le passage de l adolescence à l âge adulte, le taux de testostérone est multiplié par 14 en moyenne! Le jeune homme doit faire face à ce que qualifie notre psychologue de «véritable bombardement d hormones». Cette testostérone joue naturellement un rôle important dans l agressivité, la prise de risque et la compétitivité. Cet apport d hormones «allume» un système de récompense étroitement lié au plaisir, à une période qui coïncide souvent avec le passage du permis de conduire et les premières années au volant. Un risque d autant plus important que, alors que la production de testostérone plonge le jeune directement dans l âge adulte, les connexions du système de contrôle des récompenses véritable modérateur de ces pulsions - ne sont pas encore en place. Un système de gestion du risque et du rationnel qui n est totalement opérationnel qu à partir de 22, 23 ou 24 ans. Les conséquences sur la conduite des garçons sont révélatrices : ils prennent plus de risques et respectent moins les règles pour tester leurs limites. Les chiffres de l accidentalité n en sont que le reflet : sur 10 tués entre 15 et 25 ans, 8 sont des hommes, 1 femme parmi les 2 tuées était passagère d un véhicule conduit par un homme. Alors que les jeunes conductrices sont plus dans le registre de l erreur, de la compréhension et de la trajectoire, les jeunes hommes sont dans celui de l infraction avec la vitesse, l alcool, le cannabis, le refus de priorité ou le franchissement de lignes blanches JEAN-PASCAL ASSAILLY PSYCHOLOGUE ET CHERCHEUR À L IFSTTAR (INSTITUT FRANÇAIS DES SCIENCES ET TECHNO- LOGIES DES TRANS- PORTS, DE L AMENAGE- MENT ET DES RESEAUX) Psychologue, chercheur à l IFSTTAR depuis 1988 (anciennement INRETS), Jean-Pascal Assailly a synthétisé et diffusé ses connaissances dans deux ouvrages : Les jeunes et le risque, Vigot (1992) ; Que sais je «la mortalité chez les jeunes», PUF (2001). Il travaille sur les influences de l environnement familial sur les attitudes et comportements des jeunes. Depuis 2 ans, il travaille au Vietnam pour la Banque mondiale afin de construire le continuum éducatif en sécurité routière. Sur les solutions à apporter, Jean-Pascal Assailly propose deux pistes : - d une part, avant 15 ans, les parents devraient apporter une éducation moins stéréotypée selon le sexe de leur enfant, en protégeant plus le jeune garçon. - d autre part, dans le cursus d apprentissage de l éducation routière, la formation devrait tendre vers une distinction entre les deux sexes, appuyant plus sur la notion de pilotage pour les jeunes filles alors que la formation, les raisons et la compréhension des règles seraient les éléments centraux pour les jeunes garçons. Cependant cette phase «à risques» n est souvent que temporaire, la relation avec un conjoint stable ou un enfant joue un rôle indéniable dans la baisse de prise de risques selon notre psychologue. Ce lien rendant le jeune homme plus responsable pour autrui que pour lui-même. LA JEUNESSE, PÉRIODE À RISQUE INCONTOUR- NABLE? 11 Les hommes et la route

12 LA MOTO, UN UNIVERS QUI RESTE MASCULIN? MARC BERTRAND CHARGÉ DE MISSION SÉCURITÉ ROUTIÈRE - FÉDÉRATION FRANÇAISE DES MOTARDS EN COLÈRE Âgé de 48 ans, Marc Bertrand est chargé de mission au secrétariat national de la FFMC depuis janvier Analyses, synthèses et suivi de l accidentologie routière, interface avec les pouvoirs publics, coordination des actions de sensibilisation à la sécurité routière sont ses principales activités. Auparavant, il était journaliste au mensuel Moto-Magazine, spécialisé sur le voyage à moto et l univers de la moto ancienne, domaines qu il considère comme des vecteurs de lien social par la découverte, le partage et la solidarité. S il existe une catégorie d usagers où la part de l homme reste prépondérante, c est celle des deux-roues motorisés. L image du motard cuir sur une grosse cylindrée est tenace, malgré l ouverture de l accès des 125 cm 3 aux titulaires du permis A depuis quelques années. En effet, les femmes ne représentent que 25 % des usagers 1 et utilisent essentiellement des petites cylindrées (48 % choisissent des 80 cm 3 ou moins) pour des déplacements urbains. Pour Marc Bertrand, cette prédominance de l homme trouve sa source dans plusieurs facteurs. D une part, les femmes ont une vision nettement plus utilitaire de la moto, l utilisant en complément de la voiture, car peu adaptée à certaines activités quotidiennes. D autre part, les femmes se tournent plus volontiers vers des engins de faibles cylindrées en raison du poids et de la maniabilité. Cependant, notre expert du monde de la moto et du scooter, tient à préciser que la plupart des usagers 1- Etude TNS Sofres du 7 mai au 18 mai 2009 pour GEMA Prévention, auprès des conducteurs de deux-roues motorisés (50cc et plus) âgés de 15 ans et plus. 639 interviews ont été menées en ligne. sont désormais utilisateurs de plusieurs moyens de déplacements. Sur l approche de la prise de risque, selon le chargé de mission, ce n est pas le sexe qui est un facteur déterminant mais plus une approche de l engin, entre le passionné et l utilitaire. L utilitaire, souvent un automobiliste passé au deux-roues pour des questions pratiques, n a pas conscience des risques routiers spécifiques, malgré la formation obligatoire de 7 heures, lors de ses premiers déplacements. Un sur-risque qui a tendance à diminuer généralement avec la pratique. Autre élément prépondérant, c est l exposition au risque. Par nature, le scootériste ou le motard est plus exposé, par une protection plus faible que l automobiliste. L enjeu est bien sûr la protection vestimentaire : l homme est en général mieux équipé que la femme au sein de la catégorie des usagers utilitaires en raison d une contrainte sociétale moins marquée. Il est, en effet, plus simple de passer du costume cravate à une tenue adaptée à la conduite d un deux-roues motorisé que du tailleur talons aiguilles à un vêtement plus adapté. Sur le portrait type de l accident mortel en deux-roues motorisé un homme de la quarantaine, sur une grosse cylindrée, en rase campagne Marc Bertrand tient à relativiser les données de la Sécurité routière. Certes, la mortalité de cette catégorie est plus présente en milieu rural qu en milieu urbain, mais c est en raison du facteur vitesse et de la protection plus faible qu un automobiliste. Pour la part importante des hommes motards tués sur les routes, celle-ci reste liée, selon notre spécialiste, à la forte proportion d hommes dans la population des usagers des deuxroues motorisés. Enfin, sur le partage de la route entre automobilistes et deux-roues, les hommes au volant auraient tendance à avoir des comportements plus agressifs et moins soucieux des motards alors que les femmes seraient, certes, plus sensibles de cette coexistence, mais auraient tendance à oublier les distances de sécurité et à «coller» parfois le deux-roues par inattention. 12 Les hommes et la route

13 A 20 ans, Bertrand Parent, rentrait chez lui sur une petite départementale de province qu il connaissait parfaitement. Il a voulu doubler un véhicule. À ce moment, un automobiliste est arrivé en face. Bertrand Parent a perdu le contrôle de sa voiture et a percuté le véhicule provoquant, sur le coup, la mort du conducteur. Les jours et les semaines suivants sont terribles pour Bertrand Parent qui a honte de parler de sa souffrance, alors que celle de la famille du jeune qu il a tué est infiniment plus grande. «Une situation qui pousse au silence et au tabou, j ai mis 25 ans à pouvoir en parler comme j en parle aujourd hui» nous confie-t-il. «Quand à 20 ans on tue quelqu un, il y a quelque chose qui se casse», explique Bertrand Parent. Pour autant, il n a pas mis la voiture de côté, reprenant la route après sa suspension de permis. Simplement, le regard sur la conduite est différent, plus attentif aux transgressions et aux libertés que prennent certains avec le code de la route. Circulant aujourd hui en scooter dans Paris, il a toujours un regard sur le rétroviseur du conducteur afin de voir ce que fait l automobiliste. De cet événement, Bertrand Parent ne conserve pas de réelles séquelles psychologiques, hormis - peut être - des difficultés à se faire conduire par une autre personne, tout en affirmant, qu au regard des statistiques, il remettrait plus facilement sa vie entre les mains d une femme que d un homme! Cet homme est devenu un militant de la sécurité routière, à travers son livre, mais aussi lors de tables rondes. Lors de ses passages dans les lycées ou les centres de formation, il est toujours étonné de l orgueil des jeunes hommes, du refus d accepter leurs limites et de la peur des jeunes filles de dire non pour rentrer de discothèque avec un copain qui n est pas en état de conduire. UN ACCIDENT PEUT CHANGER UNE VIE? BERTRAND PARENT JOURNALISTE AUTEUR DE «UN JOUR, SUR LA ROUTE, J AI TUÉ UN HOMME» Bertrand Parent, 48 ans, journaliste, ancien rédacteur en chef du Parisien / Aujourd hui en France est l auteur du livre Un jour sur la route j ai tué un homme, Editions Max Milo. Jugé et condamné pour homicide involontaire, Bertrand Parent a vécu pendant 26 ans avec un mort sur la conscience, sans jamais parler de cette tragédie qui a bouleversé sa vie. Il a enquêté sur son propre passé, interrogé des victimes de la violence routière ainsi que celles et ceux qui luttent contre les excès au volant. Il milite désormais au grand jour contre la violence routière notamment dans les lycées. Sur le monde du travail, notre témoin a remarqué une nette amélioration comportementale, certaines sociétés interdisant même l usage du kit mains libres au volant. Cependant, d autres restent sur des pratiques plus douteuses, payant les amendes et/ou les stages de récupération de point de leurs salariés. Plus globalement, Bertrand Parent regrette qu il n y ait pas de continuité dans la politique de sécurité routière à l image d autres pays. Selon lui, la politique sécuritaire, souvent mal vécue, est là pour le bien commun. 13 Les hommes et la route

14 L ACCIDENT GRAVE en ville, L HOMME SUR-REPRÉSENTÉ? COMMANDANT JEAN-PIERRE JURKOWSKI CHEF DE SERVICE SERVICE DU TRAITEMENT JUDICIAIRE DES ACCI- DENTS PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS Né en 1956 à Paris, Jean-Pierre Jurkowski est Commandant à l échelon Fonctionnel, chef du Service de Traitement Judiciaire des Accidents depuis 7 ans. Il a débuté sa carrière par 5 ans d expérience dans le privé avant d intégrer la police comme gardien de la paix en En sortie de scolarité, il rejoint la Préfecture de Police, passe le concours d officier de Paix en 1991 et intègre l école supérieure des Officiers de Police de Nice pour une scolarité de 2 ans. A la sortie, il est affecté comme Lieutenant de Police à la Police de l Air et Frontières, Brigades des chemins de fer de la Gare du Nord. Le STJA est un service particulier de la Préfecture de Paris, en charge, entre autres, des accidents graves ou mortels de l agglomération parisienne et présent dès les premières minutes suivant l accident jusqu au transfert du dossier à la justice. Sur un peu moins de accidents de la circulation, ce service en prend en charge environ 8 %. À ce titre, il constitue un observatoire privilégié du risque routier en ville. Premier élément notable, les équipes du commandant Jurkowski ont à faire essentiellement à des hommes. Un constat qu explique l officier de police par la nature même des accidents selon les sexes : les femmes ayant en général des accidents matériels de faible gravité, hors du champ d activité du service. Sur les principales causes d accidents graves, la proportion homme/femme est de 75 %/25 % dans le cadre de vitesses excessives et de 85 %/15 % pour les alcoolémies à Paris. Suite à un accident grave ou mortel, ces spécialistes de la Préfecture de Police doivent souvent faire face dans les premières minutes à des auteurs perturbés, ayant des difficultés à avoir une appréciation objective des faits et du déroulé de l accident, cherchant souvent à se défausser, en estimant que «ce n est pas moi, c est l autre». Manque d attention ou infraction, l enquête permet d obtenir rapidement, sur le terrain ou lors d investigations, des indices et des faits afin de comprendre les causes de l accident. C est à ce stade que, généralement, les auteurs des accidents reviennent sur leurs premières déclarations. Seule une part marginale, souvent habituée à d autres délits, campe sur ses positions, n ayant souvent aucune empathie pour les victimes. Le commandant tient à préciser que les rares femmes interrogées par son service sont des cas atypiques de conductrices ayant voulu se comporter comme des hommes! Ou des situations exceptionnelles, telle que cette femme de 80 ans roulant à vive allure dans un couloir de bus, ayant renversé un piéton aveugle et rejetant la faute sur ce dernier. Cependant ces femmes montrent généralement plus de retenue et, face aux faits, contestent très peu. Le commandant Jurowski rappelle que l accident trouve sa source à 95 % dans le comportement du conducteur, et qu en tant qu usager de la route, il voit peu de femmes prendre sciemment des risques sur Paris! 14 Les hommes et la route

15 La notion de bon conducteur est bien souvent subjective. Qui n a pas entendu dans un dîner un convive louer sa manière de conduire et la phrase «moi ça fait 20 ans que je conduis et je n ai jamais eu un seul accrochage». Jean-Marie Renouard a planché sur le sujet en interrogeant des automobilistes Le chauffard pousse parfois les autres conducteurs à transgresser également la règle, obligés, par exemple, d augmenter leurs vitesses si le chauffard arrive à vive allure. Le chauffard, un rôle purement masculin? Pour Jean-Marie Renouard, l homme reste conditionné par l éducation et l idée de LE CHAUFFARD C EST L AUTRE? infractionnistes dans un tribunal au cours d enquêtes sociologiques. Il apparaît que seuls 10 % des interrogés estiment être de mauvais conducteurs. L idée reste fortement ancrée dans l esprit des automobilistes «le mauvais conducteur ce n est pas moi, c est l autre». Notre sociologue rappelle que la conduite n est en aucun cas une activité individuelle. Dans le flux de circulation, le conducteur est toujours observé par les autres, jugé et jaugé. Il doit interpréter la situation et la prise de décision est collective. Une norme collective qui régit la bonne marche du trafic. De son côté, le chauffard est un individualiste, incapable de s adapter aux autres et d interpréter la situation qu il traverse. Pour cette catégorie de conducteur, le code de la route n est qu une information parmi d autres, le critère le plus important est la présence ou non de l autre. virilité et de puissance, la voiture étant un territoire sur lequel il ne faut pas empiéter. Par ailleurs, lors des interviews qu il a pu effectuer auprès de 40 conducteurs infractionnistes, force était de constater que la majorité d entre eux étaient des hommes (36 pour 4 femmes). Toutefois, ce type de comportement reste extrême et ne doit pas qualifier l homme. L évolution du regard sur le monde automobile et sur l objet en lui-même apportera peut-être une tendance plus pacifiée. Aujourd hui, la voiture n est plus le signe de puissance, mais a intégré des notions plus féminines telles que la rondeur des formes ou la sécurité. JEAN-MARIE RENOUARD SOCIOLOGUE MAÎTRE DE CONFÉRENCE À BORDEAUX II AUTEUR DE «AS DU VOLANT ET CHAUFFARDS» Jean-Marie Renouard est maître de conférences en sociologie à l Université de Bordeaux et chercheur au Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales (CESDIP-CNRS). Après avoir étudié la délinquance juvénile, il a consacré des travaux à la circulation routière : Les effets de la répression sur les comportements d infraction routière, L Harmattan (2006) ; La délinquance routière, Robert Ph. (Ed.) ; Crime et sécurité : l état des savoirs, La Découverte (2002) ; As du volant et chauffards, Sociologie de la circulation routière, L Harmattan (2000) ; Les représentations de la circulation et des interactions chez les automobilistes, L Harmattan (1997). 15 Les hommes et la route

16 La relation entre l homme et sa voiture reste un vecteur de croyances et d images encore très fort aujourd hui. Pour notre psychanalyste, aucun homme n est indifférent au fait de pénétrer dans son véhicule, surtout lors des premières années de sa vie d automobiliste, l engin Cependant, il n existerait pas d amplification du caractère, ni de révélation du caractère caché lorsque l homme passe derrière son volant. Selon Jean-Pierre Winter, être au volant change tout de même notre regard sur les autres, sur le monde et sur soi-même. Une JEAN-PIERRE WINTER PSYCHANALYSTE De formation philosophique et juridique, diplômé de psychologie clinique, Jean-Pierre Winter est spécialiste des pathologies contemporaines. Il est le co-fondateur et actuel Président du Mouvement du Coût freudien. Il est l auteur de nombreux ouvrages et essais portant notamment sur les problèmes de société : Les hommes politiques sur le divan, Calmann-Lévy ; Stupeur dans la civilisation, Pauvert ; Dieu l amour et la psychanalyse, Bayard ; Choisir la psychanalyse, Point-Seuil ; Transmettre (ou pas), Albin-Michel. L AUTOMOBILE, L HOMME ET LA PUISSANCE : LE TRIO INFERNAL? lui permettant d obtenir l autonomie et la puissance. Cette puissance, qui est une constante dans les discours sur l automobile, peut être assimilée au pouvoir, à la force et à la possibilité potentielle de pouvoir tuer. Un désir de toute puissance qui concerne plus les hommes que les femmes. Bien que l image véhiculée par les publicités change depuis quelques années (avec le désir d autonomie, la joie de vivre, le confort et l absence d obstacle), cette notion de puissance est toujours sous-jacente. Pour l homme, la voiture est un nouveau moyen de faire la guerre. La route devient alors, selon Jean-Pierre Winter, un champ de bataille, un lieu du «tous contre tous» et du «chacun pour soi». Dans ce schéma, la femme reste la garante de la vie et de la transmission alors que l homme part à la guerre. des manifestations est la confiance que l on doit accorder aux autres lorsqu on prend le volant, avec le code de la route en guise de lien social. En effet, que serait le partage de la route si personne ne respectait, par exemple, un feu tricolore?! Tout en partageant la route, le simple fait d être dans son véhicule, à l écart physique des autres, protégé et transporté, peut assimiler, pour certains hommes, l habitacle du véhicule au ventre maternel, apportant réconfort et sécurité. Cette relation entre l homme et la voiture reste un rapport complexe. Comme tout objet utilitaire, il peut devenir un objet fétiche : certains donnent un petit nom à leur voiture, leur parlent et la nettoient tous les jours, d autres deviennent des collectionneurs ou adeptes de leur esthétique. 16 Les hommes et la route

17 HOMMES/ FEMMES, TOUS ÉGAUX AU VOLANT? Il est toujours étonnant de voir la symbolique que placent les hommes dans le choix de leurs véhicules. Au-delà du caractère utilitaire de ce moyen de locomotion, certains y voient le reflet d une réussite sociale, de liberté ou d autonomie, explique Gilles Vervisch. Mais que dire de cette liberté lorsque, pour aller d un point A à un point B, un homme préférera passer plus de temps à bord de son véhicule que d emprunter les transports en commun? s interroge-t-il. L automobile reste, encore aujourd hui, un moyen d identifier l autre. Chacun, enfermé dans son habitacle, identifie l autre par la marque de la voiture, le modèle ou la plaque minéralogique. L autre n étant, d après notre philosophe, qu un modèle ou un obstacle sur sa route. GILLES VERVISCH AGRÉGÉ DE PHILO- SOPHIE AUTEUR DE «TAIS-TOI ET DOUBLE» Né en 1974 à Rouen, Gilles Vervisch est agrégé de philosophie, enseignant dans un lycée de la région parisienne, et animateur radio sur le Mouv (Radio France). Il est l auteur d une série de livres chez Max Milo qui tentent de donner une approche accessible et humoristique à la philosophie : Comment ai-je pu croire au Père Noël? (2009), Quelques grammes de philo dans un monde de pub (2012). C est ainsi qu en 2011 est sorti Tais-toi et double, une «philosophie du Code de la route». Concernant l approche homme/femme, Gilles Vervisch est prudent, en se posant une question beaucoup plus large : existe-til un naturel masculin et un naturel féminin? Certes, on a longtemps fait la différence par la force physique, un rapport homme/ femme qui reproduit une certaine forme d inégalité dans l ensemble de la société. Par habitude, l homme est propriétaire, pourquoi ne le serait-il pas du véhicule familial? Il n y a pas de raison que le monde de l automobile soit si différent. Le monde de la publicité reste d ailleurs sur ces clichés : la femme roule dans une petite citadine colorée pour des virées entre copines alors que l homme est au volant d un 4x4 blanc, haut de gamme, sur des routes au sein de grands espaces. Le caractère sexiste étant parfois poussé à son paroxysme. Ainsi, en 1993 par exemple, Audi lançait une campagne avec le slogan «il a la voiture, il aura la femme». De nouveaux rapports entre homme et voiture semblent être de plus en plus présents. D une part, il est maintenant possible de personnaliser son véhicule au-delà des séries avec un élément plus marquant : la couleur. Plusieurs marques ont joué cette carte dans leurs campagnes publicitaires. C est le cas de Citroën avec Hitchcock et, plus récemment, de la dernière campagne de Renault. D autre part, la problématique écologique et budgétaire est en train de modifier notre perception de l automobile. Cependant, ces nouveaux discours ne sont-ils pas tout simplement liés à une évolution du discours général? Le monde de l automobile ne serait-il pas le reflet naturel d une société avec ses luttes de pouvoir et ses différences entre les sexes? 17 Les hommes et la route

18 SYNTHÈSE A CAUSE DE QUOI? Chaque conséquence possède une ou plusieurs causes. Ainsi, si 75 % des morts sur la route sont des hommes, les experts qui ont répondu à nos questions ont chacun évoqué quelques raisons que nous allons ici résumer. À cause de la nature masculine «La conduite reste un secteur plus ou moins réservé aux hommes» débute Jean- Yves Salaün, de l association Prévention Routière. La formatrice Sarah Benzaqui va plus loin : l attirance des jeunes hommes pour l objet automobile les incite à se sentir surconfiants. Ils prennent plus de risques et portent moins d attention aux autres. Sentiment partagé par un autre formateur, Philippe Boulleau. La femme serait plus dans la retenue : au volant, elle écoute les explications et prend une marge de sécurité. Au contraire de l homme, qui veut prouver qu il est courageux et capable de tout contrôler, allant jusqu à contester les conseils prodigués. Un antagonisme qui se retrouve souvent dans les vies privées ou professionnelles, et qui pourrait expliquer que les hommes soient plus exposés au stress, un élément particulièrement accidentogène. Pour expliquer la surmortalité des hommes, beaucoup d intervenants évoquent les comportements typiquement virils : transgression, agressivité, témérité, égoïsme, orgueil, désir de puissance. Pour Yoann Demoli, enseignant à Sciences Po, la dichotomie va jusqu aux critères de sélection d un véhicule : performances pour les hommes, sécurité et confort pour les femmes. À cause des hormones Si, pour le psychanalyste Jean-Pierre Winter, l automobile permet à l homme plus qu à la femme d obtenir la puissance et le pouvoir, «jusqu à la possibilité potentielle de tuer», le psychologue Jean-Pascal Assailly l explique par «le bombardement d hormones» que subissent les jeunes hommes. À l âge où ils abordent la conduite, le taux de testostérone des garçons est multiplié par 14! Alors que le taux d œstrogène des jeunes filles n est «que» triplé. Ces hormones allument un système de récompense lié au plaisir, donc lié aux prises de risques et à la compétitivité, naturellement plus fort chez les mâles. Alors qu une jeune conductrice est dans le registre de l erreur et de la compréhension, les conducteurs sont dans celui de l infraction : vitesse, alcool ou cannabis. D ailleurs, les garçons de ans payent un lourd tribut en testant leurs limites sur la route. Puis ils s assagissent (un peu) avec le temps. Si vieillir demeure donc la meilleure solution pour se calmer au volant ou au guidon, le psychologue invite aussi les parents à ne pas stéréotyper l éducation des enfants et à plus protéger les petits garçons. Autre piste selon lui, différencier la formation à la conduite selon les sexes : pilotage et maîtrise de l outil pour les filles ; appel à la raison et à la compréhension des règles pour les garçons. Car il faut plus de temps aux garçons qu aux filles pour réfléchir aux conséquences de leurs actes. 18 Les hommes et la route

19 À cause des motos Jean-Yves Salaün remarque que les hommes sont surreprésentés parmi les conducteurs de deux-roues motorisés. 75 % des personnes enfourchant une moto ou un scooter sont des hommes, et cette catégorie d usagers représente 25 % des tués de la route. Les femmes qui roulent en deux-roues optent le plus souvent pour de petites cylindrées, qu elles utilisent pour des déplacements urbains. Comme le note Marc Bertrand, de la FFMC, on retrouve ici la différence entre la passion masculine et l approche utilitaire féminine. Bertrand pointe évidemment la fragilité de ses congénères, plus exposés aux risques. Avec un avantage en terme d équipement pour les hommes : il est plus simple d adopter une tenue protectrice pour un homme en costume et chaussures de ville que pour une femme en tailleur et stilettos. Marc tempère aussi le portrait-robot du mort en moto : un homme sur une grosse cylindrée en rase campagne. En milieu rural, les femmes pilotes sont rarissimes. En revanche, il alerte les automobilistes multimodaux qui passent à la 125cc pour des raisons pratiques. Malgré la formation de 7 heures, ils n ont souvent pas conscience des risques et il leur faut quelques mois de conduite pour maîtriser l engin et l environnement. À cause des trajets Yoann Demoli observe que les femmes parcourent annuellement 20 % de kilomètres de moins que les hommes, sont souvent au volant d une petite cylindrée et pour des trajets urbains, où les accidents mortels sont rares. Ce que confirme le commandant Jean-Pierre Jurkowski, de la préfecture de Police de Paris : «les femmes ont en général des accidents matériels de faible gravité.» Pour compléter ces premières raisons de la surmortalité masculine, Jean-Yves Salaün précise que les hommes sont majoritaires sur les déplacements de longue distance et de nuit. Les plus dangereux donc. Toutefois, il perçoit une évolution des habitudes. Les hommes trentenaires laissent plus facilement le volant à leur conjointe, acceptant sans rechigner la place du passager. Par ailleurs, l éclatement des familles conduit les dames à faire de plus longs trajets. La formatrice Caroline Gastard note que les comportements après les stages de récupération de points qu elle supervise diffèrent selon le sexe des participants. Les conductrices changent leur façon de faire, quel que soit le trajet, en ville ou en campagne, avec ou sans enfants. Alors que les hommes n adoucissent leur conduite que lors des déplacements en famille. À cause de la vitesse Les clichés ont la vie dure : les grands excès de vitesse sont l apanage des hommes, soucieux d exprimer leur virilité en explosant le compteur. Les chiffres du commandant Jurkowski le confirment encore : lors d un accident grave où la vitesse est en cause, le responsable est un homme dans 75 % des cas. Le chauffard est un individualiste, incapable de s adapter, ni aux autres ni à la situation, pour qui le code de la route n est qu une information parmi d autres, juge le sociologue Jean- Marie Renouard. Pire, le chauffard, en roulant trop vite, pousse parfois les autres conducteurs à accélérer. Souvent, c est un homme, conditionné par l éducation, l idée de virilité et de puissance. Même s il demeure prudent et refuse de stigmatiser les hommes, le sociologue constate que sur les 40 conducteurs infractionnistes qu il a rencontrés, il n y avait que 4 femmes. La 19 Les hommes et la route

20 vitesse demeure l élément central des infractions avec pertes de points, note la formatrice Caroline Gastard. De façon empirique, elle remarque que les femmes sont sujettes à l accumulation de petits excès de vitesse, souvent liés à l inattention ou à la nature urbaine des trajets. Pour certains hommes en revanche, la vitesse est «une passion». Beaucoup ne parviennent pas à modifier leur comportement, et ce malgré les radars. La vitesse, sur la route comme au travail, est pour eux synonyme d efficacité. Caroline doit alors trouver des biais, mieux gérer leur agenda et leur stress, pour espérer les voir ralentir. Mais, conclut-elle, cette idée n est pas facile à faire passer dans une société qui prône la vitesse. À cause de l alcool C est un autre cliché et une autre raison de la surmortalité des hommes au volant. L association Prévention Routière constate que les hommes sont impliqués dans 92 % des accidents mortels où l alcool est en cause, en général avec un taux dépassant 1,5 g/l. Des chiffres concordant avec ceux relevés sur le terrain par le commandant Jurkowski : quand l alcool a joué un rôle dans un accident, dans 85 % des cas, c était un homme qui conduisait. Au-delà du problème routier, qui est dans le collimateur des forces de l ordre, l alcool pose un problème de santé publique. D autant que, dans la nouvelle génération, les jeunes filles ont tendance à rattraper leurs camarades masculins dans la consommation d alcool. Souhaitons qu elles soient alors plus raisonnables avant de prendre la route. Un espoir modéré par le journaliste Bertrand Parent. Certaines d entre elles lui ont confié qu en sortant de discothèque, elles avaient peur de refuser de monter en voiture avec un garçon qui n était pas en état de conduire. À cause des autres «L enfer, c est les autres», écrivait Jean Paul Sartre. Un autre philosophe, Gilles Vervisch, le voit d ailleurs comme «un obstacle sur notre route». Le sociologue Jean-Marie Renouard s appuie sur un constat : seuls 10 % des personnes qu il a rencontrées s estiment mauvais conducteur. Globalement «le mauvais conducteur, ce n est pas moi, c est l autre». Le psychanalyste Jean-Pierre Winter va plus loin et stigmatise l homme, pour qui la voiture serait un moyen de «faire la guerre», et la route, «un champ de bataille» où règne le «chacun pour soi». Plus factuel, le commandant Jurkowski rappelle que 95 % des accidents trouvent leur source dans le comportement du conducteur. Il se remémore le cas exceptionnel d une dame de 80 ans qui, roulant à vive allure dans un couloir de bus, rejetait la responsabilité de l accident sur le piéton aveugle qu elle avait renversé! Si ce n était si dramatique, on en rirait. Heureusement, rares sont les femmes qui se comportent ainsi. Le cas typique est un homme qui, bien que fautif, va d abord nier l évidence, rejeter les faits, se défausser sur «l autre». Les policiers ont l habitude de ces réactions. La plupart du temps, hormis une part marginale de contrevenants récidivistes qui n ont aucune empathie pour leurs victimes, les responsables reconnaissent vite leurs torts. Marc Bertrand de la FFMC note une autre différence homme-femme sur le partage de la route. Vis-à-vis des motards, les automobilistes mâles ont tendance à avoir un comportement agressif, alors que les conductrices sont plus sensibles à cette coexistence. Mais elles oublient parfois les distances de sécurité et «collent» aux deux-roues. Dans les deux cas, c est l autre qui est en danger. Pourtant Jean-Pierre Winter est convaincu que lorsqu on prend le volant, on doit accorder de la confiance aux autres, avec le code de la route comme lien social. Une idée partagée avec le so- 20 Les hommes et la route

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l'étude GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l étude L association GEMA

Plus en détail

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière Sécurité routière Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu de la Sécurité Routière ETE 2003 Sécurité routière Sommaire Communiqué d actualité A l occasion du second chassé croisé de l été 2003, la Sécurité

Plus en détail

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage TEST D'ACCÈS AU DALF CO. ÉPREUVE ÉCRITE 1 : COMPRÉHENSION ÉCRITE Lisez attentivement le document ci-dessous, puis répondez aux questions : Sécurité routière : les Français amorcent un virage Systématisation

Plus en détail

Les Français au volant

Les Français au volant Les Français au volant Juillet 2012 Date : Juillet 2012 A : Benoît Dutartre - Entre Nous Soit Dit De : Sylvie Lacassagne / Oriane Léti - OpinionWay OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

Les conduites addictives

Les conduites addictives Les conduites addictives Depuis 2006, l alcool est le premier facteur d accidents au niveau national et est responsable de plus de 29 % des accidents mortels il est présent dans 9% des accidents corporels

Plus en détail

Faire de la moto. Le plaisir de la conduite deux-roues en toute sécurité. bpa Bureau de prévention des accidents

Faire de la moto. Le plaisir de la conduite deux-roues en toute sécurité. bpa Bureau de prévention des accidents Faire de la moto Le plaisir de la conduite deux-roues en toute sécurité bpa Bureau de prévention des accidents Faire de la moto: la délicieuse sensation du vent, un sentiment de liberté absolu, une franche

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie»

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Contrôle 2 roues-motorisés et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» le vendredi 24 mai 2013 au Grand Travers à Carnon Le Préfet de l Hérault

Plus en détail

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention COMMUNIQUE DE PRESSE Paris - 19 mai 2011 Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Embouteillages, problèmes

Plus en détail

DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU

DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU DU-SUD Sommaire Le DGO... 4 Analyse de l accidentalité... 5 Localisation des accidents en Corse du Sud... 7 Enjeux de la sécurité routière pour 2013/2017...

Plus en détail

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES L image de motards o Parfois mal vus par population (imprudents) o Accélération violentes o Faufile entre voitures o Circule sur trottoirs, bande arrêt d urgence

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx Projet d action de prévention routière À l attention de: Le aa/aa/ 2013 la société xxxxxx Comité du VAL D OISE CATALOGUE DES ACTIONS EN ENTREPRISE Association Prévention Routière (APR) Crée en 1949 loi

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

Livret d accueil des nouveaux adhérents

Livret d accueil des nouveaux adhérents Livret d accueil des nouveaux adhérents À LA FFMC ON ROULE ON NE ROULE PAS TOUT SEUL ON NE ROULE PAS SUR N IMPORTE QUOI ON NE ROULE PAS N IMPORTE COMMENT SOMMAIRE EN COLÈRE, CAR ON NE VEUT PAS ROULER N

Plus en détail

Le permis auto se modernise TROIS NOUVELLES FORMULES POUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE

Le permis auto se modernise TROIS NOUVELLES FORMULES POUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE Le permis auto se modernise TROIS NOUVELLES FORMULES POUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE Dossier de presse Jeudi 7 janvier 2010 Contacts presse Cabinet de Dominique BUSSEREAU 01 40 81 77 34 Sécurité routière

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ON A TOUS UNE BONNE RAISON DE RESTER VIVANTS La nouvelle campagne de sensibilisation de l association Prévention

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse mardi 9 décembre 0 Forum IDSR source Google (intervenants départementaux de sécurité routière) Observatoire Départemental de Sécurité Routière Direction

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique.

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique Observatoire départemental de sécurité routière les données 29 Bilan annuel des accidents corporels Sommaire I - LE BILAN GLOBAL...4

Plus en détail

Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention

Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention Présentation des résultats 2005 Contact AXA France : Valérie LESELBAUM 01 47 74 32 21 Présentation de l étude La sécurité routière progresse rapidement

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 février 2013 Plus vous roulez vite, plus les conséquences sont irréversibles La Sécurité routière lance samedi 9 février une nouvelle campagne pour sensibiliser les usagers

Plus en détail

Campagne motards 2015 Les chiffres

Campagne motards 2015 Les chiffres Campagne motards 2015 Les chiffres Le printemps est synonyme du retour de nombreux motards sur nos routes. Le mois d avril marque également le début de la période la plus meurtrière pour les motards. Même

Plus en détail

Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité sur la route, mais toujours des prises de risque

Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité sur la route, mais toujours des prises de risque Communiqué de presse Mardi 16 septembre 2014 Baromètre AXA Prévention sur le comportement des Français en deux-roues motorisés Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité

Plus en détail

Baromètre mensuel janvier 2015

Baromètre mensuel janvier 2015 SECURITE ROUTIERE TOUS RESPONSABLES Meurthe-et-Moselle Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Baromètre mensuel janvier 2015 www.meurthe-et-moselle.gouv.fr DONNÉES DÉPARTEMENTALES Bilan de

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

7 ème Baromètre AXA Prévention / Embargo jusqu au 7 avril 2011

7 ème Baromètre AXA Prévention / Embargo jusqu au 7 avril 2011 7 ème Baromètre AXA Prévention / Embargo jusqu au 7 avril 2011 Les Français ont de moins en moins conscience des dangers de la route, ce qui entraîne une dégradation de leur comportement au volant Enquête

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

Les Français au volant : de graves infractions perdurent

Les Français au volant : de graves infractions perdurent 9 ème Baromètre AXA Prévention / Embargo jusqu au 17 avril 2013, 1 heure du matin Les Français au volant : de graves infractions perdurent Enquête TNS Sofres* pour AXA Prévention AXA Prévention présente

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Sommaire

SECURITE ROUTIERE. Sommaire SECURITE ROUTIERE Sommaire 1 BILAN DE L ACCIDENTOLOGIE 2 - ENGAGEMENT DES FORCES DE L ORDRE 3 LA PREVENTION ACCIDENTOLOGIE 30 tués (+2 par rapport à 2013) 119 accidents corporels 177 blessés dont 134 hospitalisés

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

8/10. Les parents au volant, des exemples pour leurs enfants? 45 % font de trajets de nuit. 33 % téléphonent au volant

8/10. Les parents au volant, des exemples pour leurs enfants? 45 % font de trajets de nuit. 33 % téléphonent au volant COMMUNIQUÉ DE PRESSE 18 décembre 2015 ÉTUDE FONDATION VINCI AUTOROUTES POUR UNE CONDUITE RESPONSABLE / IPSOS Les parents au volant, des exemples pour leurs enfants? À la veille des vacances de Noël, qui

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE 5 janvier 2005 Original : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail sécurité et circulation

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Filiale du COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 16 novembre 2009 La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Alors que le

Plus en détail

a) COMPARAISON des accidents, tués et blessés entre le mois de novembre 2010 et le mois de novembre 2011

a) COMPARAISON des accidents, tués et blessés entre le mois de novembre 2010 et le mois de novembre 2011 PREFET DES DEUX-SEVRES LA SECURITE ROUTIERE EN DEUX-SEVRES SYNTHESE GENERALE : Jeudi 14 décembre 2011 à 11 h - augmentation du nombre d accidents, de tués, de blessés et de blessés hospitalisés depuis

Plus en détail

Préparer son permis avec la conduite accompagnée coûte nettement moins cher selon une étude de l association Prévention Routière

Préparer son permis avec la conduite accompagnée coûte nettement moins cher selon une étude de l association Prévention Routière Communiqué de presse Paris, le 10 juin 2013 Préparer son permis avec la conduite accompagnée coûte nettement moins cher selon une étude de l association Prévention Routière 4 ans après la dernière réforme

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

Les défaillances du conducteur:

Les défaillances du conducteur: Les défaillances du conducteur: L accident est dû non pas à la fatalité mais dans 90 % des cas au conducteur luimême. Conduire demande une attention particulière afin de réagir efficacement. Cette attention

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013 Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier Dossier de presse 24 septembre 2013 1 Quelques chiffres - On dénombre 15 000 passages à niveau sur des lignes ouvertes

Plus en détail

Le risque routier. 1. Quelques données chiffrées : des progrès mais qui ne placent la France que dans la moyenne européenne

Le risque routier. 1. Quelques données chiffrées : des progrès mais qui ne placent la France que dans la moyenne européenne Le risque routier 1. Quelques données chiffrées : des progrès mais qui ne placent la France que dans la moyenne européenne Sécurité routière : les jeunes et les femmes? Pierre GUENEBAUT 1 Et pour le travail?

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Québec, le 27 avril 2012 La première enquête de la Fondation CAA-Québec, vouée au développement de la connaissance

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,5 et inférieure à 0,8 g/ l de

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

Les journées "Trajectoires" au service des motards

Les journées Trajectoires au service des motards PRÉFET DE LA HAUTE-SAVOIE Point presse Les journées "Trajectoires" au service des motards 19 avril 2015 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie www.haute-savoie.gouv.fr Les journées

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction. Lundi 20 octobre 2014 à 15h00 Sur la RD 1120 dans le sens Naves - Tulle

DOSSIER DE PRESSE. Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction. Lundi 20 octobre 2014 à 15h00 Sur la RD 1120 dans le sens Naves - Tulle Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 24 DOSSIER DE PRESSE Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction Lundi 2 octobre 24 à 5h Sur la RD

Plus en détail

Alba Conseil et Formation

Alba Conseil et Formation Nous intervenons sur l ensemble du territoire national grâce à un réseau de partenaires référencés et liés par une charte de qualité, selon la nature des interventions. Conception graphique et réalisation

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr www.permisdeconduire.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr www.permisdeconduire.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr www.permisdeconduire.gouv.fr Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex Délégation à la sécurité

Plus en détail

Centre de formation d enseignant de la conduite auto et moto.

Centre de formation d enseignant de la conduite auto et moto. DU GRANIER Centre de formation d enseignant de la conduite auto et moto. - Centre Commercial Richelieu 73490 La Ravoire - ZA Plan Cumin, 660rue de la Jacquère 73800 Les Marches Tél: 04 79 72 55 12 Siret

Plus en détail

Table ronde. Les grands rouleurs et la sécurité routière. Dossier de Presse

Table ronde. Les grands rouleurs et la sécurité routière. Dossier de Presse Table ronde Les grands rouleurs et la sécurité routière Dossier de Presse 20 Octobre 2003 Sommaire L alcool au volant, facteur majeur du risque routier Un programme radio spécial Grands rouleurs, alcool

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

La sécurité routière dans le Bas-Rhin

La sécurité routière dans le Bas-Rhin La sécurité routière dans le Bas-Rhin Avril 2014 Le nombre d'accidents corporels survenus en avril 2014 ainsi que le nombre de personnes blessées ont baissé par rapport à la même période de l année 2013.

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

E-bike Bicyclette électrique. La nouvelle manière de pratiquer le vélo

E-bike Bicyclette électrique. La nouvelle manière de pratiquer le vélo E-bike Bicyclette électrique La nouvelle manière de pratiquer le vélo 1 Sommaire Introduction p. 3 Technique et équipement p. 4 Règles de la circulation p. 7 Quelle bicyclette électrique pour moi? p. 7

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ adolescents difficiles DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative Objectifs généraux > Informer les professionnels sur l état

Plus en détail

L enfant et l accident de la route en Franche-Comté étude de la période 1999-2003

L enfant et l accident de la route en Franche-Comté étude de la période 1999-2003 direction régionale de l Équipement Franche-Comté observatoire régional de la sécurité routière Illustrations : «La rue de tous les dangers» S. Girardet et P. Rosado - Collection «Citoyens en herbe» -

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

DDTM 50 - Coordination sécurité routière

DDTM 50 - Coordination sécurité routière DDTM 50 - Coordination sécurité routière DDTM 50 - Coordination sécurité routière En France en 2012 : Accidentalité des motocyclistes ------------------- Les victimes Sur 843 personnes qui ont perdu la

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route L ASSR L'ASSR de premier niveau est obligatoire pour pouvoir conduire un cyclomoteur. Pour conduire un cyclomoteur, il faut en effet avoir quatorze ans et posséder le brevet de sécurité routière (BSR).

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Pour inciter à un meilleur respect entre les usagers de l espace public. la Ville de Paris lance une nouvelle campagne de communication

Pour inciter à un meilleur respect entre les usagers de l espace public. la Ville de Paris lance une nouvelle campagne de communication Lundi 1 er décembre 2008 DOSSIER DE PRESSE Pour inciter à un meilleur respect entre les usagers de l espace public la Ville de Paris lance une nouvelle campagne de communication Changeons de conduite.

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Juillet 2014 Date : juillet 2014 Etude Assureurs Prévention réalisée par OpinionWay Le contexte et les objectifs de l étude Contexte et objectifs Assureurs

Plus en détail

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Direction des Services du Cabinet de la Préfecture Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture Aveyron P Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Bilan décembre

Plus en détail

Correction détaillée ASSR2. Session 2011

Correction détaillée ASSR2. Session 2011 détaillée ASSR2 Epreuve principale Session 2011 Question 1 Piétons Rollers Dépasser un piéton C est bien sur le trottoir que le roller, qui est considéré comme un piéton, doit circuler. Mais, plus rapide

Plus en détail

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique Mathieu ROYNARD, IBSR Journées Scientifiques "Deux-roues motorisés" 15 et 16 octobre 2013, Lyon-Bron Groupe d Échanges et de Recherche de l'ifsttar (GERI)

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Les accidents corporels de la route 2008-2012

Les accidents corporels de la route 2008-2012 Les accidents corporels de la route 2008-2012 Editorial Depuis 2002, la lutte contre l insécurité routière est une priorité du Gouvernement. Une forte mobilisation nationale et un programme d actions ambitieux

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

«Je roule cyclo, je roule réglo!»

«Je roule cyclo, je roule réglo!» Communiqué de presse Dunkerque, le mercredi 4 juin 2003 «Je roule cyclo, je roule réglo!» Du lundi 2 juin au vendredi 6 juin 2003, se déroule à Dunkerque et dans toute la communauté urbaine, une grande

Plus en détail

I - AGIR EN PRIORITE CONTRE LES PRINCIPALES CAUSES DES DRAMES DE LA ROUTE

I - AGIR EN PRIORITE CONTRE LES PRINCIPALES CAUSES DES DRAMES DE LA ROUTE 11/2009 LUTTE CONTRE L INSECURITE ROUTIERE EN FRANCE PROPOSITIONS DE L ASSOCIATION PREVENTION ROUTIERE MESURES QUI DEVRAIENT ETRE PRISES A COURT ET MOYEN TERME POUR FAIRE BAISSER DE MANIERE SIGNIFICATIVE

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique.

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique. Comment franchir une intersection avecprioritéàdroite? Une intersection (carrefour) est une zone où se rejoignent, se croisent des usagers venant de directions différentes. Dans quel ordre doivent-ils

Plus en détail

Fiche 1 LA FORMATION. L'apprentissage de la conduite Apprendre seul Avantages : o pas de RDV o Pas de règles o Coût faible

Fiche 1 LA FORMATION. L'apprentissage de la conduite Apprendre seul Avantages : o pas de RDV o Pas de règles o Coût faible Fiche 1 LA FORMATION L'apprentissage de la conduite Apprendre seul Avantages : o pas de RDV o Pas de règles o Coût faible Inconvénients : o pas de notion de bas o Mauvaises habitudes o Pas d encouragements

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail