PLAN D INTERVENTION SPÉCIFIQUE CHALEUR ACCABLANTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN D INTERVENTION SPÉCIFIQUE CHALEUR ACCABLANTE"

Transcription

1 PLAN D INTERVENTION SPÉCIFIQUE CHALEUR ACCABLANTE NOM DE LA RÉSIDENCE : PROPRIÉTAIRE : DATE DE RÉVISION :

2 NIVEAU D ALERTE DE CHALEUR ACCABLANTE NIVEAU NORMAL : Température normale. NIVEAU DE VEILLE SAISONNIÈRE : Du 1 er mai au 30 septembre. NIVEAU D ALERTE : Prévision de trois jours avec T C le jour et 20 0 C la nuit, par Environnement Canada. NIVEAU DE MOBILISATION : Prévision de plus de trois jours avec T C le jour et 20 0 C la nuit par Environnement Canada, associé à une détérioration des indicateurs de surveillance de la santé : morbidité et mortalité. Texte adapté du document réalisé par : DSP Estrie 2

3 PHASE DE PRÉPARATION NIVEAU NORMAL Vérifier s il est possible d obscurcir les fenêtres des chambres et des espaces collectifs (stores, rideaux, volets). Localiser les pièces les plus difficiles à rafraîchir et les plus fraîches et munir les pièces de thermomètre. Prévoir une pièce climatisée ou restant fraîche afin de pouvoir accueillir les résidents à tour de rôle. Si système de ventilation présent, vérifier le fonctionnement du système de climatisation ou de rafraîchissement d air (la température moyenne dans une grande pièce doit être inférieure ou égale à 25 0 C). S assurer du bon fonctionnement du réfrigérateur et du congélateur (pour faire des glaçons). Vérifier que vous disposez d un nombre suffisant de ventilateurs, de vaporisateurs d eau. Vérifier la possibilité de vous munir d un déshumidificateur. Assurez-vous que votre résidence pourra être approvisionnée en eau et en glace en tout temps. Prévoir d offrir des menus riches en eau, des repas froids (fruits, aliments crus). Repérer au sein de votre clientèle les personnes les plus à risques. Élaborer un protocole de surveillance et de prise en charge en cas de fortes chaleurs. Pour chaque résident, vérifier lors de sa prochaine visite chez le médecin si ce dernier a des consignes particulières à recommander pour le résident en cas de chaleur accablante. Conserver les consignes dans un registre. S assurer que chaque résident a des vêtements d été adéquats; si non disponible, vérifier auprès des familles la disponibilité. Vérifier les coordonnées des personnes aidantes, aussi bien familiales que professionnelles et les indiquer dans un document en évidence près du téléphone. Texte adapté du document réalisé par : DSP Estrie 3

4 NIVEAU DE VEILLE Vérifier si les différentes mesures énoncées au niveau préparation sont en place. Surveiller les messages radios annonçant les niveaux d alerte. Vérifier que le personnel est suffisamment informé et connaît les mesures à prendre pour se protéger contre les conséquences de la chaleur. Rappeler aux résidents les principes de protection contre la chaleur : bien s hydrater, se rafraîchir, etc. Organiser la surveillance des personnes à risques. S assurer que chaque résident a accès à tour de rôle à la pièce la plus fraîche. S assurer de respecter les recommandations des médecins des résidents (registre). Texte adapté du document réalisé par : DSP Estrie 4

5 NIVEAU D ALERTE ET MOBILISATION RAPPEL AU PERSONNEL DES MESURES À PRENDRE Maintenir l habitation à une température près de 25 C. Le jour, fermer les fenêtres et les stores sur les façades exposées au soleil, les maintenir ainsi tant que la température extérieure est supérieure à la température intérieure du local. Le soir et la nuit, si T 0 à l extérieur est inférieure à celle à l intérieur ouvrir les fenêtres et faire circuler l air. Surveiller la température des pièces. Surveiller les messages radios annonçant les niveaux d alerte. Supprimer toutes activités physiques ainsi que toutes sorties aux heures les plus chaudes. SURVEILLANCE DES RÉSIDENTS Surveiller la température corporelle et le poids des personnes à risques. MESURES PRÉVENTIVES POUR LES RÉSIDENTS Soyez attentif à toute modification du comportement. S assurer qu ils ne présentent pas les signes suivants : maux de tête, sensation de fatigue importante, vertiges, malaises, désorientation, troubles du sommeil. S assurer que chaque résident puisse se rafraîchir dans la pièce climatisée ou fraîche pendant au moins trois heures par jour. Planifier les consommations d eau à intervalles réguliers. S assurer que chacun puisse boire 1,5 litre par jour, selon les goûts de la personne soit : eau, jus de fruits, lait, tisanes, soupes, potages. Prévoir un système d évaluation de la consommation journalière surtout s il existe plusieurs intervenants ou employés. Favoriser une alimentation froide et riche en eau (fruits, légumes ou aliments crus). Éviter les boissons à forte teneur en caféine (café, thé, cola) ou très sucrées (soda) car elles déshydratent. Ne pas faire consommer de boissons alcoolisées. S assurer que les personnes portent des vêtements légers. Faire prendre des douches et des bains frais le plus souvent possible. Texte adapté du document réalisé par : DSP Estrie 5

6 NIVEAU D ALERTE ET MOBILISATION (suite) Pulvériser de l eau sur le visage et les autres parties découvertes du corps, avec un vaporisateur d eau. Appliquer des débarbouillettes humides, préalablement rafraîchies au réfrigérateur sur le visage. Si impossibilité de rafraîchir les personnes à l intérieur du bâtiment, organiser l accompagnement vers des endroits climatisés prévu dans la municipalité. S assurer d un déplacement sécuritaire. Prévoir pour chaque résident, eau fraîche au chevet la nuit. ACTIONS À PRENDRE SI SIGNES POUVANT FAIRE PENSER À UN ÉPUISEMENT DÛ À LA CHALEUR OU AU DÉBUT D UN COUP DE CHALEUR Rechercher systématiquement les signes importants qui peuvent être banalisés par la personne âgée, tels que : Étourdissements, vertiges, faiblesses, fatigue, maux de tête, fièvre, désorientation, difficulté à respirer, crampes musculaires, troubles du comportement, troubles du sommeil. Si présence de signes, appeler INFO-SANTÉ ou le médecin traitant. Prendre rapidement la température corporelle. Rafraîchir le plus vite possible en : o Faisant coucher la personne (si possible dans le local climatisé ou frais) et l envelopper d un drap humidifié d eau fraîche; o Faire le plus de ventilation possible; o Donner de l eau fraîche à boire si la personne est consciente et lucide. o Ne pas donner d aspirine. Texte adapté du document réalisé par : DSP Estrie 6

7 NIVEAU DE DÉMOBILISATION Faire un retour avec les employés, identifier ce qui a bien fonctionné, identifier les mesures correctrices à apporter s il y a lieu. Dresser un court bilan des interventions. S assurer que les personnes puissent retourner à leurs activités normales. z:\winword\environnement\8531 chaleur accablante\2006\outils\planrésidences privées.doc Texte adapté du document réalisé par : DSP Estrie 7

Le Conseil départemental des Vosges vous informe. Canicule et personnes fragiles

Le Conseil départemental des Vosges vous informe. Canicule et personnes fragiles Le Conseil départemental des Vosges vous informe Canicule et personnes fragiles Une chaleur excessive, se prolongeant dans le temps, est pénible à supporter pour toute la population. Certaines personnes

Plus en détail

Service communication Tél. : 24 66 40 Mardi 02 février 2016

Service communication Tél. : 24 66 40 Mardi 02 février 2016 Service communication Tél. : 24 66 40 Mardi 02 février 2016 COMMUNIQUÉ ------------------------------------------- De fortes chaleurs touchent actuellement la Nouvelle Calédonie. Les prévisions météorologiques

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES PROFESSIONNELS S OCCUPANT DE PERSONNES A RISQUES

RECOMMANDATIONS POUR LES PROFESSIONNELS S OCCUPANT DE PERSONNES A RISQUES RECOMMANDATIONS POUR LES PROFESSIONNELS S OCCUPANT DE PERSONNES A RISQUES 55 Recommandations pour les professionnels s occupant de personnes à risques - Fiche n 5-1 : Personnels de santé en établissemen

Plus en détail

Comment se protéger et protéger nos aînés

Comment se protéger et protéger nos aînés C A N I C U L E Comment se protéger et protéger nos aînés Nous gardons tous en mémoire la canicule de l'an dernier. Le drame sanitaire qu'ont vécu les Français début août a marqué les esprits, les familles.

Plus en détail

La sécurité est l affaire de tous!

La sécurité est l affaire de tous! Document d Informatiion Communall sur lles Riisques Majeurs OUILLON Notre commune n est, hélas, pas à l abri de catastrophes naturelles ou industrielles. Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM)

Plus en détail

Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal. à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures

Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal. à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures PREFET DU CANTAL Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures DOSSIER DE PRESSE - Mardi 30 juin 2015 - Bureau de la communication interministérielle Préfecture

Plus en détail

Recommandations face au risque canicule

Recommandations face au risque canicule Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 28/2007 Cl.

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE. Maude-Amie Tremblay Direction de santé publique

NOTE IMPORTANTE. Maude-Amie Tremblay Direction de santé publique Aide-mémoire pour la préparation et l intervention en situation de chaleur accablante en milieu de soin et d hébergement À l intention des coordonnateurs locaux de sécurité civile mission santé et des

Plus en détail

I-2-5 FICHE DESTINEE AUX PERSONNES PRENANT EN CHARGE DES SANS-DOMICILE FIXE MESSAGES CLES

I-2-5 FICHE DESTINEE AUX PERSONNES PRENANT EN CHARGE DES SANS-DOMICILE FIXE MESSAGES CLES I-2-5 FICHE DESTINEE AUX PERSONNES PRENANT EN CHARGE DES SANS-DOMICILE FIXE (Soignants en LHSS et LAM prenant en charge des adultes vulnérables en structures et aux EMA) MESSAGES CLES 1. Deux risques vitaux

Plus en détail

PLAN BLEU Procédure en cas de forte chaleur

PLAN BLEU Procédure en cas de forte chaleur Hôpital de Soultz N S.PC.K.002.2 PLAN BLEU Procédure en cas de forte chaleur SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8

Plus en détail

PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION. 1. Recommandations aux travailleurs

PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION. 1. Recommandations aux travailleurs PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION 1. Recommandations aux travailleurs Travail à la chaleur / dossier complet INRS http://www.inrs.fr/risques/chaleur/travail-exterieur-fortes-chaleur-ete.html http://www.inrs.fr/risques/chaleur/prevenir-risques.html

Plus en détail

ATTENTION! TRAVAILLER À LA CHALEUR... Victime d un coup de chaleur

ATTENTION! TRAVAILLER À LA CHALEUR... Victime d un coup de chaleur TRAVAILLER À LA CHALEUR... ATTENTION! Victime d un coup de chaleur 22 juin : un coup de chaleur met fin à la vie d un ouvrier avant même sa troisième journée de travail. L ouvrier empilait des planches

Plus en détail

I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES

I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES Votre santé est en danger lorsque la température extérieure est plus élevée que la température habituelle dans votre région. La chaleur fatigue toujours

Plus en détail

FICHE 2.1 : SE PREPARER A D EVENTUELLES FORTES CHALEURS

FICHE 2.1 : SE PREPARER A D EVENTUELLES FORTES CHALEURS FICHE 2.1 : SE PREPARER A D EVENTUELLES FORTES CHALEURS L exposition prolongée à la chaleur est un stress important pour l organisme, il peut être la cause initiale d accidents graves tels que le coup

Plus en détail

QUE FAIRE EN CAS DE VAGUE DE CHALEUR?

QUE FAIRE EN CAS DE VAGUE DE CHALEUR? QUE FAIRE EN CAS DE VAGUE DE CHALEUR? GRANDES CHALEURS : RESTER AU FRAIS - BOIRE SUFFISAMMENT Les périodes de canicule sont éprouvantes pour chacun mais les personnes âgées et dépendantes ainsi que les

Plus en détail

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence!

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence! Quand il fait CHAUD POUR MOURIR Prudence! Comment la chaleur affecte-t-elle la santé? L été, le soleil et le beau temps sont sources de nombreux plaisirs Par contre, lorsque la chaleur est trop intense,

Plus en détail

Que sont les somnifères et les tranquillisants?

Que sont les somnifères et les tranquillisants? Que sont les somnifères et les tranquillisants? Les somnifères et les tranquillisants sont des médicaments utilisés pour soulager : l anxiété le stress l insomnie la tension musculaire On les appelle aussi

Plus en détail

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne Bayonne, le 1 er juillet 2014 Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne 1. Descriptif du dispositif Le Plan canicule comprend quatre niveaux de vigilance et d alerte intégrés à la carte

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

CONTRAINTES THERMIQUES

CONTRAINTES THERMIQUES CONTRAINTES THERMIQUES PLAN DE PRÉVENTION DES CONTRAINTES THERMIQUES OBJECTIF: Réduire les accidents ou les maladies du travail reliés aux contraintes thermiques dans notre établissement. Les conditions

Plus en détail

ayez les bons réflexes

ayez les bons réflexes En cas d accident nucléaire à la centrale de Nogent-sur-Seine, ayez les bons réflexes Document important à lire attentivement et à conserver Edition 2011 en cas D'acciDent, vous serez alertés et informés

Plus en détail

Édition 2012. Information sécurité. Document important QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX?

Édition 2012. Information sécurité. Document important QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX? Édition 2012 Information sécurité Document important À CONSERVER PRÉCIEUSEMENT QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX? La centrale nucléaire de Civaux La centrale nucléaire de Civaux est située

Plus en détail

Services de garde en milieu scolaire

Services de garde en milieu scolaire Services de garde en milieu scolaire Planifier Consulter Informer Organiser Collaborer Services éducatifs - Jeunes 1 Mise en garde : Le présent document ne remplace pas le plan de mesures d urgence de

Plus en détail

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Inf. M.P GILLES - Exp. S. GUINARD - JNISP 2008 FICHE DE GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Le personnel SSSM s appuie sur différents paramètres:

Plus en détail

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Le marathon, la randonnée le Trail, le Trek, le Raid le Nordic Walking, le triathlon sont quelques exemples de

Plus en détail

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Guide à l intention des personnes qui présentent des symptômes persistants plus de 3 mois après avoir subi un TCC léger Centre de réadaptation Estrie, 2014 Qu

Plus en détail

Le travail prématuré. Signes et symptômes. Apprenez à reconnaître les signes du travail prématuré et sachez que faire dans ce cas.

Le travail prématuré. Signes et symptômes. Apprenez à reconnaître les signes du travail prématuré et sachez que faire dans ce cas. Un message important pour les femmes enceintes, leurs partenaires et familles Le travail prématuré Signes et symptômes Apprenez à reconnaître les signes du travail prématuré et sachez que faire dans ce

Plus en détail

En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice,

En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice, En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice, ayez les bons réflexes Préfectures de l Isère, de la Loire, du Rhône et de l Ardèche. Edition 2011 Document important à lire attentivement

Plus en détail

Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels

Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels [ 29 mai 2009 ] INTRODUCTION La chaleur expose les nourrissons et les enfants au coup de chaleur et au risque de déshydratation rapide : ils sont plus sensibles

Plus en détail

résection chirurgicale de l intestin

résection chirurgicale de l intestin Votre programme de rétablissement après une résection chirurgicale de l intestin La date de votre intervention chirurgicale : Prévoyez rentrer à la maison le : Veuillez prendre les dispositions nécessaires

Plus en détail

Le froid et les dangers du milieu

Le froid et les dangers du milieu Le froid et les dangers du milieu Table des matières I]Le froid...2 a)le refroidissement du corps en plongée...2 1)Éléments favorisants...2 2)Symptômes...2 3)Prévention...3 4)Comportement...3 b)le givrage

Plus en détail

NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION

NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION SOMMAIRE LA RATION DE RECUPERATION LA RATION DE PRE-COMPETITION LA RATION D ATTENTE HYDRATATION ET DESHYDRATATION DE RECUPERATION LA RATION Elle se décompose en

Plus en détail

guide de prévention des coups de chaleur 2 e édition

guide de prévention des coups de chaleur 2 e édition guide de prévention des coups de chaleur 2 e édition 1 Victime d un coup de chaleur 22 juin : un coup de chaleur met fin à la vie d un ouvrier avant même sa troisième journée de travail. L ouvrier empilait

Plus en détail

Dossier spécial Hyperthermie Enfant en voiture & chaleur : danger!

Dossier spécial Hyperthermie Enfant en voiture & chaleur : danger! Dossier spécial Hyperthermie Enfant en voiture & chaleur : danger! Régulièrement, de jeunes enfants laissés sans surveillance dans un véhicule sont victimes d un coup de chaleur. Les nourrissons et les

Plus en détail

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION Août 2007 article BOXE Pendant un effort physique les muscles se contractent, un dégagement de chaleur

Plus en détail

Mon carnet de naissance. Ce carnet vous est offert par Edena, l eau pure du cirque de Mafate.

Mon carnet de naissance. Ce carnet vous est offert par Edena, l eau pure du cirque de Mafate. Mon carnet de naissance Ce carnet vous est offert par Edena, l eau pure du cirque de Mafate. CHÈRE MAMAN Parce que votre bébé est ce que vous avez de plus cher, Edena vous offre toute son expérience et

Plus en détail

16 C la nuit, c est suffisant pour bien dormir. Rajouter une couverture peut vous faire économiser 60 par an. 19 C 16 C 16 C 12 à 14 C ou hors gel

16 C la nuit, c est suffisant pour bien dormir. Rajouter une couverture peut vous faire économiser 60 par an. 19 C 16 C 16 C 12 à 14 C ou hors gel Chauffage la température Dormez couvert! 16 C la nuit, c est suffisant pour bien dormir. Rajouter une couverture peut vous faire économiser 60 par an. Le saviez-vous? Un degré de moins vous fait économiser

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UN TRIATHLON PLUS RAPIDE

GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UN TRIATHLON PLUS RAPIDE GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UN TRIATHLON PLUS RAPIDE Guide gratuit! 2015/2016 For beginner to pro Guides pour autres sports : www.highfive.co.uk POURQUOI UTILISER LA NUTRITION SPORTIVE? La nutrition

Plus en détail

Alimentation et activité physique

Alimentation et activité physique Alimentation et activité physique ME 1 Evelyne MATHERON- dieteticienne evelyne.matheron@chu-rennes.fr Service de médecine du sport CHU Pontchaillou - RENNES EM 2 Entraînement Vos priorités : - hydratation

Plus en détail

EVALUATION DES CAPACITES ET DES ATTENTES DU RESIDENT

EVALUATION DES CAPACITES ET DES ATTENTES DU RESIDENT EVALUATION DES CAPACITES ET DES ATTENTES DU RESIDENT Nom : Prénom : Date des entretiens : équipe socio-éducative : équipe d accompagnement : pôle soin :..././..././..././ I. L intégration sociale et les

Plus en détail

Nous vous proposons de suivre les affiches, elles vous guideront vers l équilibre alimentaire.

Nous vous proposons de suivre les affiches, elles vous guideront vers l équilibre alimentaire. En variant son alimentation il est possible de se faire plaisir en choisissant ce que l on aime tout en mangeant sainement pour se maintenir en bonne santé. Et cela ne rime pas forcément avec régime et

Plus en détail

Premiers soins. Sachez reconnaître les symptômes. Si vous êtes incommodé par un pesticide, vous pouvez :

Premiers soins. Sachez reconnaître les symptômes. Si vous êtes incommodé par un pesticide, vous pouvez : Les accidents peuvent survenir quelquefois Sachez reconnaître les symptômes. Si vous êtes incommodé par un pesticide, vous pouvez : ressentir de la fatigue ressentir des étourdissements éprouver un mal

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne 22/11/2012 1 Contexte de l intervention Pertes des repères alimentaires Nouveaux produits alimentaires, diversification

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Fiche N 3-3 : Le déroulement des parloirs au Centre de détention de Nantes

Fiche N 3-3 : Le déroulement des parloirs au Centre de détention de Nantes Fiche N 3-3 : Le déroulement des parloirs au Centre de détention de Nantes 1. Fonctionnement. Au centre de détention les jours de parloir sont le samedi et le dimanche et les jours fériés, Les tours de

Plus en détail

Comment s alimenter avant / après une séance de sport?

Comment s alimenter avant / après une séance de sport? Rencontre Sport & Santé 26 mai 2015 Comment s alimenter avant / après une séance de sport? Stéphanie JEAN-ANGELE Diététicienne Point sur l équilibre alimentaire La pyramide alimentaire PRODUITS SUCRES

Plus en détail

L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE GASTROSCOPIE

L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE GASTROSCOPIE L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE GASTROSCOPIE SOMMAIRE La gastroscopie, c est quoi............................... 3 Diète préparatoire..................................... 4 GASTROSCOPE Médication...........................................

Plus en détail

Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports. Direction Générale de la Santé. Informations et conseils. Maladie d Alzheimer

Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports. Direction Générale de la Santé. Informations et conseils. Maladie d Alzheimer Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie d Alzheimer Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte

Plus en détail

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012 1 AGIR DEVANT UN MALAISE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Effectuer des gestes simples pour mettre en confiance la victime et: Luiproposerdesemettreaurepos Écouter ses plaintes

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS «CANICULE»

LES RECOMMANDATIONS «CANICULE» LES RECOMMANDATIONS «CANICULE» RECOMMANDATIONS «CANICULE» VERSION 2007 1 LES RECOMMANDATIONS GRAND PUBLIC RECOMMANDATIONS «CANICULE» VERSION 2007 2 SE PRÉPARER À D ÉVENTUELLES FORTES CHALEURS L exposition

Plus en détail

Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil

Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil Français Juillet 2015 EARTH INSTITUTE Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil EARTH INSTITUTE Surveillance Communautaire d Ebola Supports du Travail & Cartes de Conseil

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Ce document a été conçu à partir de la politique des CPE suivants : CPE La Ritournelle, CPE La P tite

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL

LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL A la suite du phénomène caniculaire durant l été 2003, le gouvernement a décidé la mise en place d un plan canicule afin d anticiper et gérer ces

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ Guide d utilisation Partie IX - Module GAZ Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 4 1.3 Les fiches de contrôles... 4 1.4 Les éléments des fiches de contrôles... 4 1.5

Plus en détail

ANNEXE 3 PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE EN DEHORS DES ALLERGIES EN ACCUEIL DE LOISIRS OU EN SEJOUR AVEC HEBERGEMENT

ANNEXE 3 PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE EN DEHORS DES ALLERGIES EN ACCUEIL DE LOISIRS OU EN SEJOUR AVEC HEBERGEMENT ANNEXE 3 PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE EN DEHORS DES ALLERGIES EN ACCUEIL DE LOISIRS OU EN SEJOUR AVEC HEBERGEMENT Photo Nom : Prénom : Adresse : Date de Naissance : Sexe

Plus en détail

DOSSIER PAI ELEVE CONCERNE. Adresse : 21 rue de la Roche Guyon 78270 BENNECOURT. Date de naissance : 23/11/2008. Classe : Moyenne section maternelle

DOSSIER PAI ELEVE CONCERNE. Adresse : 21 rue de la Roche Guyon 78270 BENNECOURT. Date de naissance : 23/11/2008. Classe : Moyenne section maternelle Circulaire projet d accueil n 2003-135 du 08/09/2003 ( Bulletin Officiel n 34 du 18/09/2003 ) Circulaire restauration scolaire n 2001-118 du 25/06/2001 (BO Spécial n 9 du 28/06/2001) ELEVE CONCERNE : LACOMME

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

Sommaire Les Repas «La base d une alimentation personnalisée» Le Petit Déjeuner : La crème Budwig. «La base d une alimentation personnalisée»

Sommaire Les Repas «La base d une alimentation personnalisée» Le Petit Déjeuner : La crème Budwig. «La base d une alimentation personnalisée» Sommaire Les Repas FB.1 FB.1 Sommaire FB.2 Le petit déjeuner FB.4 Le gouter FB.5 Le dîner (souper) FB.6 Assiette Kousmine du sportif Entrainement du matin FB.7 Assiette Kousmine du sportif Entrainement

Plus en détail

SERVICE DE GARDE LES AVENTURIERS ÉCOLE FERNAND-SEGUIN

SERVICE DE GARDE LES AVENTURIERS ÉCOLE FERNAND-SEGUIN SERVICE DE GARDE LES AVENTURIERS ÉCOLE FERNAND-SEGUIN OBJECTIFS GÉNÉRAUX FONCTIONNEMENT INTERNE 2015-2016 Danielle Lapointe Technicienne en service de garde 418 652-2107 poste 3006 danielle.lapointe@csdecou.qc.ca

Plus en détail

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique.

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique. ECSTASY QU EST-CE QUE C EST? À l origine, l ecstasy (ecsta, X, XTC ) désigne une molécule chimique, la MDMA, de la famille des amphétamines. Elle se trouve sous forme de comprimés, de poudre, de gélules...

Plus en détail

Foire aux questions sur un avis d ébullition de l eau

Foire aux questions sur un avis d ébullition de l eau Foire aux questions sur un avis d ébullition de l eau Q : En quoi consiste un avis d ébullition de l eau? R : Il s agit d un avis recommandant aux résidents de faire bouillir l eau du robinet pendant au

Plus en détail

ANNEXES LETTRE POUR LES PARENTS

ANNEXES LETTRE POUR LES PARENTS ANNEXES 1 LETTRE POUR LES PARENTS A Mme, M.. Parents de l Enfant Classe Madame, Monsieur Vous m avez indiqué que votre enfant présente une allergie pouvant nécessiter un traitement ou des soins à l école.

Plus en détail

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire)

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire) Arrivée des jeunes Arrivée des jeunes avant celle du salarié 5 Inquiétude, stress, charge de responsabilité Activité physique et/ou éducative extérieure Accompagnement d'un jeune ou d un groupe de jeunes

Plus en détail

REGLEMENTATION POUR L ACCUEIL DES MOINS DE 18 ANS

REGLEMENTATION POUR L ACCUEIL DES MOINS DE 18 ANS Fiche pédagogique n 2 REGLEMENTATION POUR L ACCUEIL DES MOINS DE 18 ANS Cette fiche technique a pour but de vous informer des lois et règlementations en vigueur en France concernant la participation des

Plus en détail

MAISON DE RETRAITE LIEU DE VIE STRUCTURE MÉDICALISÉE

MAISON DE RETRAITE LIEU DE VIE STRUCTURE MÉDICALISÉE MAISON DE RETRAITE LIEU DE VIE STRUCTURE MÉDICALISÉE U n projet de vie individualisé est élaboré pour chaque résident, mis en place avec ses proches et toute l équipe soignante, Ce projet de vie est une

Plus en détail

FICHE INSCRIPTION PERSONNE A CONTACTER DURANT LE SEJOUR (24H/24 ET 7J/7J) Code Postal : Ville :.Tél : Portable :...

FICHE INSCRIPTION PERSONNE A CONTACTER DURANT LE SEJOUR (24H/24 ET 7J/7J) Code Postal : Ville :.Tél : Portable :... FICHE INSCRIPTION PHOTO OBLIGATOIRE Association Bien-Être Tourisme Loisirs Handicap Mairie 102, place de la Mairie 38660 LA TERRASSE Tél : 04 76 44 60 22 ou 06 68 99 77 53 contact@enviebienetre.fr (Remplir

Plus en détail

Guide d accueil. Hôpital de Val-d Or

Guide d accueil. Hôpital de Val-d Or Guide d accueil Hôpital de Val-d Or Juin 2007 Table des matières BOTTIN TÉLÉPHONIQUE Hébergement pour la clientèle régionale...3 Sécurité dans l Hôpital...3 Consignes en cas d urgence et sorties d urgence.4

Plus en détail

Pôle Gérontologie. Vivre mieux avec le diabète de type 2. Qu est ce que le diabète?

Pôle Gérontologie. Vivre mieux avec le diabète de type 2. Qu est ce que le diabète? Informations Patients Pôle Gérontologie Vivre mieux avec le diabète de type 2 Qu est ce que le diabète? C est la présence de sucre en excès dans le sang. L insuline (hormone sécrétée par le pancréas qui

Plus en détail

Investigation de syndromes collectifs inexpliqués dans une agence Pôle Emploi

Investigation de syndromes collectifs inexpliqués dans une agence Pôle Emploi Investigation de syndromes collectifs inexpliqués dans une agence Pôle Emploi et actions menées, Nièvre, Avril 2014 Claude TILLIER et Sylvie DEMOUGEOT InVS Cire Bourgogne/Franche-Comté Pôle Emploi Bourgogne

Plus en détail

RISQUE THERMIQUE LE RISQUE THERMIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL

RISQUE THERMIQUE LE RISQUE THERMIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL LE RISQUE THERMIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL 1. Définition Le travail à la chaleur n a pas de définition réglementaire. Toutefois le travail pour des températures > 30 C pour une activité sédentaire, et

Plus en détail

DES CONSÉQUENCES NÉFASTES À L ÉCOLE

DES CONSÉQUENCES NÉFASTES À L ÉCOLE LE SOMMEIL, C EST ESSENTIEL! Dormir est un besoin fondamental, au même titre que se nourrir. Aussi, il est important de vous assurer que votre enfant dort suffisamment chaque nuit. Le manque de sommeil

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS Macronutriments :

GÉNÉRALITÉS Macronutriments : GÉNÉRALITÉS Macronutriments : Glucide : rôle énergétique Protide : constitution musculaire Lipide : rôle énergétique protection transport Micronutriments : Minéraux Oligoéléments Eau 70% du poids du corps

Plus en détail

Comment s en protéger

Comment s en protéger Comment s en protéger et économiser de l énergie en supprimant les courants d air grâce à l enveloppe de bâtiment spécial économie d énergie de SIGA Notre histoire débute par une magnifique journée de

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Prévention LE TRAVAIL PAR FORTES CHALEURS. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : LE TRAVAIL PAR FORTES CHALEURS

Prévention LE TRAVAIL PAR FORTES CHALEURS. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : LE TRAVAIL PAR FORTES CHALEURS Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 14 juillet 2010 Infos Prévention LE TRAVAIL PAR FORTES CHALEURS SOMMAIRE : INTRODUCTION : LE TRAVAIL PAR FORTES

Plus en détail

CAFE CONCERT 2015. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : CAFE CONCERT DESCRIPTION DE L ACTIVITE

CAFE CONCERT 2015. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : CAFE CONCERT DESCRIPTION DE L ACTIVITE Codification NAA : OO 92.31 Codification ONS : 92.31 Codification Agriculture : / Inscription de l activité : CNRC Type d autorisation : / FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : CAFE CONCERT

Plus en détail

Votre introduction au régime Exante Diet

Votre introduction au régime Exante Diet Votre introduction au régime Exante Diet exantediet.fr Nous contacter: Avez-vous des questions? Il est facile de nous contacter Service-clients Chez Exante Diet nous sommes toujours disponibles à vous

Plus en détail

Comment allez-vous? très bien bien plus ou moins mal très mal. Améliorations depuis la dernière consultation?. Plaintes?

Comment allez-vous? très bien bien plus ou moins mal très mal. Améliorations depuis la dernière consultation?. Plaintes? Auriez-vous l amabilité de remplir ce questionnaire et de le ramener lors de la prochaine consultation? Vos réponses permettront au médecin de mieux vous aider. DATE : NOM : Comment allez-vous? très bien

Plus en détail

Aide-mémoire personnel

Aide-mémoire personnel Aide-mémoire personnel L Aide-mémoire personnel sert d accompagnement au Guide de référence pour les patients et les familles, conçu pour les personnes aux prises avec le cancer du rein et leur famille.

Plus en détail

Dossier de presse... Plan canicule en Saône-et-Loire

Dossier de presse... Plan canicule en Saône-et-Loire Dossier de presse... Plan canicule en Saône-et-Loire Mercredi 1er juillet 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Mâcon, le 30 juin 2015 Fortes chaleurs dans le département de Saône-et-Loire Déclenchement du niveau

Plus en détail

Charte de qualité Loisirs/prestataires

Charte de qualité Loisirs/prestataires Charte de qualité Loisirs/prestataires Traiteurs, transporteurs terrestres et maritimes, animateurs, Eligibilité au Club Finistère-Affaires Contact : Françoise Canévet «Finistère Tourisme» Agence de Développement

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

Résultats de l évaluation externe Octobre 2014. EHPAD «Les Terrasses»

Résultats de l évaluation externe Octobre 2014. EHPAD «Les Terrasses» Résultats de l évaluation externe Octobre 2014 EHPAD «Les Terrasses» 1. La démarche d évaluation interne L EHPAD a mis en œuvre une évaluation interne en octobre 2013 Le référentiel d évaluation retenu

Plus en détail

Bien vivre. son année scolaire. Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école

Bien vivre. son année scolaire. Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école Bien vivre son année scolaire Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école La rentrée scolaire peut être une source de stress pour bien des enfants, des adolescents et leurs parents.

Plus en détail

PRODUITS. 5 PRODUITS Version 2-2009 1

PRODUITS. 5 PRODUITS Version 2-2009 1 PRODUITS Autocollants Display - échantillons Comment utiliser les autocollants Display Conseils pour économiser l énergie Outils marketing pour votre campagne Display (propositions) Carte postale Display

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION CPE LE PETIT TRAIN POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION Sylvie Guay 12/03/2009 Révision 2013 CPE Le Petit Train inc. Politique relative aux enfants malades et à l exclusion NATURE ET

Plus en détail

Poisons et produits toxiques

Poisons et produits toxiques Poisons et produits toxiques Ouvrez l œil bpa Bureau de prévention des accidents Pour ne pas vous empoisonner la vie, informez-vous sur les produits toxiques et maniez-les avec une bonne dose de prudence!

Plus en détail

Résidence Le Pivert Sàrl. Concept d accompagnement

Résidence Le Pivert Sàrl. Concept d accompagnement Résidence Le Pivert Sàrl Concept d accompagnement Elaboré en interdisciplinarité avec un représentant des secteurs soins, animation et restauration. Est décliné dans ce document, notre vision globale dans

Plus en détail

1 Description. 2 Risques. 3 Réglementation. 3.1 AR Premiers secours

1 Description. 2 Risques. 3 Réglementation. 3.1 AR Premiers secours 1 Description L organisation des premiers secours dans l entreprise de construction est non seulement obligatoire mais également primordiale car les risques sont nombreux dans ce secteur et la fréquence

Plus en détail

Diététique et sport. Boissons et Pratique Sportive

Diététique et sport. Boissons et Pratique Sportive Diététique et sport Boissons et Pratique Sportive 2ème Congrès Méditerranéen de la Médecine du sport - Alger 2013 - Christiane Gouarin-Monroche Diététicienne Nutritionniste du Sport Angers ( 49100 ) Mèl

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

LE TRAVAIL DE NUIT. Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail

LE TRAVAIL DE NUIT. Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail LE TRAVAIL DE NUIT Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail Sommeil de jour 9:00 Somm 9:00 14:00 Une nuit de sommeil est habituellement

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. destiné aux stagiaires. du multi-accueil «les Bitchoun»

LIVRET D ACCUEIL. destiné aux stagiaires. du multi-accueil «les Bitchoun» LIVRET D ACCUEIL destiné aux stagiaires du multi-accueil «les Bitchoun» Objectif du livret d accueil Le livret d accueil est un guide qui permet de définir le rôle du stagiaire accueilli. Il va lui permettre

Plus en détail