AVIS SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVIS SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT"

Transcription

1 AVIS SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT SUR LA CERTIFICATION DES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS PRÉSENTÉ AU MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MONSIEUR GAÉTAN BARRETTE Novembre , rue Boivin, bureau 113, Québec (Québec) G1V 1N

2 Présentation de la Conférence des Tables régionales de concertation des aînés du Québec Les Tables de concertation des aînés ont été créées en 1999 suite aux travaux du Bureau québécois de l Année internationale des personnes âgées décrétée par l Organisation des nations Unies (ONU). Chacune d elle regroupe des représentants de l ensemble des associations et des personnes aînées de sa région ainsi que tout autre groupe ou organisme préoccupé par la condition de vie des aînés. On compte dix-huit (18) Tables régionales de concertation des aînés réparties dans l ensemble des régions administratives du Québec. Le principal mandat de ces Tables est de se concerter relativement aux enjeux qui touchent particulièrement les aînés sur le plan régional, d animer le milieu des aînés afin de les aider à jouer leur rôle de citoyens à part entière et d acteurs dynamiques dans le développement de leur région ainsi que de transmettre de l information. À l automne 2004, les représentants des Tables régionales des aînés se sont donnés, comme outil d harmonisation, une Conférence des Tables régionales de concertation. La Conférence des Tables régionales de concertation des aînés du Québec est une organisation non corporative, dont le conseil d administration est composé de membres aînés bénévoles et démocratiquement élus. La mission de la Conférence est de regrouper, sous une seule entité, l ensemble des Tables pour qu elles puissent s exprimer d une seule voix relativement aux grands enjeux qui touchent les personnes aînées du Québec et ce, en lien avec un aspect important de la politique Vieillir et vivre ensemble. 2

3 Commentaires généraux sur le projet de règlement De façon générale, il nous semble juste et pertinent d apporter les modifications proposées dans le projet de règlement. Le projet de règlement sur la certification des résidences privées pour aînés (RPA) est plus clair que le Règlement sur les conditions d'obtention d'un certificat de conformité et les normes d'exploitation d'une résidence privée pour aînés qu il remplace. La Conférence est d avis qu il est mieux bâti puisqu il est divisé par services offerts plutôt que par le degré d autonomie des résidents. Il évite donc la redondance du premier et bénéficie en clarté. La Conférence comprend que ce projet de règlement constitue un allègement pour permettre aux dispensateurs de services en RPA de poursuivre leurs activités tout en continuant de répondre à des normes minimales de certification et de services, plutôt que de se désister du programme de certification des résidences privées et de cesser leurs activités. Compte-tenu du vieillissement de la population et des données démographiques annoncées, cela est certes souhaitable. D autant plus que le crédit d impôt pour l hébergement aide les plus démunis. En prenant connaissance du projet de règlement, nous y avons relevé ce qui semble être, à notre point de vue, des avantages et des inconvénients. Nous nous sommes également questionné quant à l utilisation de certains termes dans le texte. Dans un premier temps, nous énumérerons les besoins de clarifications. Par la suite, nous présenterons brièvement les avantages que nous avons relevés du projet de règlement comparativement au règlement précédent. Enfin, nous reviendrons sur quelques éléments qui ont soulevé chez nous des questionnements et pour lesquels nous avons concentré nos réflexions. 3

4 Besoins de clarifications Au dernier paragraphe de l article 1 du projet de règlement, il est question de «personnes autonomes» et «semi-autonomes». Malgré que ces termes soient abondamment utilisés dans la société en général, nous nous demandons s il serait pertinent de préciser selon quel outil de mesure le degré d autonomie est évalué et à partir de quels critères la personne autonome devient semi-autonome. À l alinéa 2 du deuxième article du projet de règlement, le «bain» est nommé comme étant un des services d assistance personnelle. À cet égard, le terme «hygiène corporelle» nous semble plus adéquat puisqu il tient davantage compte de la réalité de certains résidents. Au premier paragraphe de l article 15, le règlement spécifie que chaque résident doit avoir à sa disposition «un système d appel à l aide permettant d obtenir en tout temps et rapidement, l aide d une personne majeure responsable d intervenir en cas d urgence». Dans ce cas, il serait pertinent que le guide d interprétation précise l ordre de grandeur du mot «rapidement». Le même besoin de clarification s impose à l article 17 où il est mentionné qu une personne puisse être jointe «sans délai». Dans le même article, le règlement semble faire la différence entre «un résident» et un «locataire». Encore une fois, il serait intéressant de préciser ces termes. Enfin, l article 17 stipule que «la personne qui effectue la surveillance possède les aptitudes nécessaires pour exécuter de telles tâches». Sur ce point, il serait intéressant de spécifier quelles sont ces aptitudes nécessaires. 4

5 Avantages du projet de règlement Il permet à un plus grand nombre de RPA d obtenir leur certification, notamment les OSBL d habitation et de ce fait, permet la réduction du nombre de résidences fantômes ou non-identifiées comme telles. Il facilite l évaluation des différentes catégories comparativement au précédent règlement (autonomes vs semi-autonomes). Il exige moins d informations à consigner aux dossiers des personnes habitant dans une RPA de catégorie 1 (plus besoin de description des problèmes de santé et des besoins particuliers et du nom et des coordonnées du pharmacien). Il permet que les vérifications judiciaires des dossiers du personnel et des bénévoles soient effectuées par des firmes privées permises par le règlement, ce qui peut alléger le processus. (Article 10) Il mentionne la «prévention des situations d isolement» comme justification de l obligation pour un propriétaire d offrir des activités d animation ou de divertissement. (Article 39) Il ajoute l obligation pour les propriétaires de conserver l historique des repas servis aux fins de vérifications. (Article 53) Il ajoute l obligation de tenir un dossier pour chaque bénévole qui effectue la surveillance alors qu il n y avait pas de mots sur les bénévoles dans le règlement précédent. Il favorise une augmentation du maintien des aînés dans leur communauté, ce que les CHSLD ne favorisent pas. 5

6 Concernant la création de quatre catégories La Conférence est d avis que l augmentation du nombre de catégories de RPA, passant de deux à quatre, reflète davantage la diversité des modèles de RPA, de même que les services qui y sont offerts. Par contre, dans leurs représentations, le Réseau québécois des organismes sans but lucratif d habitation (OSBL-H) demande qu il y ait une appellation distincte qui identifie les résidences privées sans but lucratif : les «résidences pour aînés (RPA) communautaires». Considérant que les OSBL d habitation ont bel et bien une vocation communautaire, qu ils se distinguent par leur fonctionnement, qu ils valorisent l autonomie des locataires et l ouverture sur la communauté, nous sommes en accord et recommandons que les OSBL H bénéficient d une appellation distincte dans l objectif de parfaire le projet de règlement. Concernant la présence 24h/24h Le projet de règlement prévoit la disponibilité d une présence physique ou d une personne-contact dans tous les établissements privés, et ce, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Ainsi, dans les RPA de catégorie 1, la disponibilité d un bénévole est suffisante et réaliste. Elle permet d autant plus de favoriser l implication et d assurer un sentiment de sécurité aux locataires. Enfin, comme les RPA de catégorie 1 s adressent à des personnes autonomes, le risque de recourir à une ressource d urgence s en trouve amoindri. (Article 2, alinéa 5) Concernant les personnes œuvrant dans la résidence Les personnes qui interviennent auprès des personnes aînées sont susceptibles d être confrontées à une dégradation de l état de santé de ces dernières. Pour cette raison, il est important que les intervenants aient une formation adéquate. Comme le travail 6

7 auprès de personnes atteintes de troubles cognitifs peut parfois s avérer difficile et source d incompréhensions, la Conférence recommande qu une formation en intervention auprès de personnes atteintes de troubles cognitifs soit offerte à tous les intervenants qui ont à interagir, de près ou de loin, avec les résidents et ce, pour chacune des quatre catégories de résidences, que cette formation soit mise à jour de façon régulière, au même titre que la formation en réanimation cardio-respiratoire et qu elle soit adaptée au type de clientèle de la résidence, allant du dépistage à l intervention quotidienne. Concernant la présence d une personne présentant des troubles cognitifs dans un RPA de catégorie 1 ou 2 L article 23 du projet de règlement prévoit qu une personne qui présente des troubles cognitifs nécessitant une surveillance constante ne peut être admise dans une RPA de catégorie 1 ou 2, à moins que cette surveillance ne soit assurée par un tiers. À cet article, la Conférence désire émettre une mise en garde quant à la qualité de vie et à la sécurité de l ensemble des résidents. Dans le cas d un couple par exemple, nous trouvons préférable que ces personnes puissent poursuivre leur vie commune s ils le désirent et ainsi éviter à la personne atteinte d être déracinée et séparée de sa personne de référence. Par contre, en fonction du comportement de la personne qui présente des troubles cognitifs ou de l évolution de la maladie, les responsables doivent s assurer que les autres résidents ne vivent pas de conséquences ou, si c est le cas, de prévoir des mesures d accommodement. 7

8 Concernant le respect du degré d autonomie des résidents par rapport à la nouvelle classification des RPA Dans la mise en place de catégories de résidence, il faudra sans doute demeurer vigilant pour qu un exploitant de RPA de catégorie 1 n accueille que des résidents autonomes, tout comme il faudra être très attentif quant aux répercussions possibles de cette catégorisation sur le mieux-être des aînés. À cet effet, ce projet de règlement suscite des questionnements concernant le respect du degré d autonomie et la «mouvance» des résidents en lien avec les services qui y sont offerts : Est-il possible qu un responsable de RPA, pour des raisons financières, accepte d héberger un résident malgré que son état de santé s inscrive dans une autre catégorie de besoin? Est-il possible qu un responsable d une RPA néglige de référer un résident à une autre RPA lorsque son état de santé se détériore, sous prétexte que celui-ci y loge depuis un certain temps? Est-il possible que l obligation de satisfaire à cette catégorisation occasionne davantage de mouvance dans le réseau RPA et donc fragilise l état de santé de personnes déjà vulnérables? (Déracinement, attachement, proximité des familles ) L article 51 répond en partie à nos questionnements. Cependant, il demeure incomplet dans le sens où il ne prévoit pas ce qu il advient si le résident ou son représentant ne donne pas son consentement à l exploitant pour aviser le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS). Dans ce cas, la Conférence recommande de préciser dans le projet de règlement que si le résident ou son représentant refuse que le CISSS soit avisé et que l exploitant a un doute raisonnable de croire que la sécurité du résident ou d autrui 8

9 est compromise, l exploitant de la RPA a alors l obligation d aviser le CISSS du territoire où est située la résidence et ce, dans un délai raisonnable après avoir partagé sa vision avec la personne aînée et son représentant. En bref, nous pensons qu il est nécessaire de mieux encadrer le processus de «signalement» dans un objectif de bien-être et de sécurité de tous les résidents. Concernant l assurance responsabilité À l article 37, alinéa 5, il est mentionné que chaque résident a la responsabilité d assurer ses biens. À cela, la Conférence désire que le projet de règlement prévoie l obligation, pour chaque résident, de prendre une assurance responsabilité civile. Concernant l autoadministration des médicaments La Conférence se préoccupe du bien-fondé de l article 48 qui stipule que «l exploitant d une RPA de catégorie 2, 3 ou 4 doit promouvoir et encourager l autonomie des résidents en privilégiant l autoadministration des médicaments par ces derniers.» Puisque la prise inadéquate de la médication peut être lourde de conséquences, nous considérons qu il pourrait être plus approprié pour l exploitant, dans certains cas, de se tourner vers d autres sources de promotion de l autonomie des résidents. Concernant la sécurité des résidents L article 15 du projet de règlement prévoit qu un système d appel à l aide est mis à la disposition des résidents à différents endroits dans la résidence. Pour assurer la sécurité des résidents, nous suggérons qu un système d appel à l aide soit également disponible dans l aire commune de repos et loisirs. 9

10 Le projet de règlement mentionne moins de spécifications à l article 21 concernant le plan de sécurité incendie que le règlement précédent le proposait. En effet, l article 15 du précédent règlement est plus sévère. Pour des raisons de sécurité, la Conférence recommande le maintien des mesures prévues dans l ancien règlement. La Conférence apprécie les nouvelles dispositions législatives de la Régie du bâtiment imposant aux résidences pour aînés la mise en place de systèmes de gicleurs depuis cinq ans. De ce côté, la Conférence aimerait que soit intensifiée la mise à niveau du programme d installation de gicleurs. Par contre, l installation des gicleurs dans les résidences de moins de 50 résidents, surtout en milieu rural, où il n existe aucun service d aqueduc public et que l alimentation en eau potable est aléatoire et irrégulière est problématique. Il devient ainsi périlleux et discutable d investir dans une infrastructure complexe (installation de gicleurs), sans pour autant pouvoir en garantir son fonctionnement. Malgré toute la bonne volonté et le financement requis, nous croyons qu'une Loi régissant la construction des résidences pour aînés en milieu rural est impérative. Cette Loi doit encadrer la construction, comme au Nouveau-Brunswick, de toutes les résidences sur un plain-pied, sans étage et avec un accès extérieur pour chaque chambre. La «fausse sécurité» d'installer des gicleurs non performants serait amoindrie avec cette Loi. Conclusion L objectif de l intervention de l état est d assurer aux aînés résidant en RPA un milieu de vie sécuritaire, de qualité et accessible. Pour la Conférence, ces objectifs ne doivent, en aucun cas, être perdus de vue au profit des exploitants de résidences. Les personnes aînées ont des droits et de bonnes conditions de vie en RPA, un personnel respectueux 10

11 ayant une formation adéquate ainsi que l accessibilité à des services et à du soutien s avèrent essentiels. Dans un même ordre d idée, nous concluons cet avis par un extrait d un article de chercheurs du Centre de recherche sur le vieillissement de l Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke qui reflète bien notre pensée quant aux aînés plus démunis : «le gouvernement du Québec se trouvera tôt ou tard confronté à la nécessité d intervenir dans le domaine des soins de longue durée pour en faciliter l accès. Ce pourrait être en rehaussant l offre de services à domicile, en bonifiant les programmes d accès au logement, en augmentant les places en ressources intermédiaires et de type familial ou en apportant une aide financière aux propriétaires de RPA. Autrement, les retraités qui n ont ni maison à vendre ni régime de retraite substantiel dans lequel puiser seront acculés à vivre dans des lieux d habitation inadéquats ou à faire peser sur leurs proches un fardeau économique que ceux-ci ne voudront ou ne pourront peutêtre pas toujours assumer». 1 1 Demers, L., Bravo, G., Dubois, M-F., Dubuc, N. La Certification des résidences privées pour aînés et la réponse aux besoins des retraités. Vie et Vieillissement, V12, no

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Cat. 2.412.67.8.2. M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche, de l éducation-coopération et des communications

Cat. 2.412.67.8.2. M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche, de l éducation-coopération et des communications Cat. 2.412.67.8.2 COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT SUR LES CONDITIONS D OBTENTION D UN CERTIFICAT DE CONFORMITÉ ET LES NORMES D EXPLOITATION D UNE RÉSIDENCE PRIVÉE POUR AÎNÉS M e Claire Bernard,

Plus en détail

Nous sommes parmi vous, pour vous

Nous sommes parmi vous, pour vous Droits des usagers Nous sommes parmi vous, pour vous Tél. : 514 890-8191 Téléc. : 514 412-7070 www.cuchum.ca info@cuchum.ca Table des matières Droit à l information... 3 Droit aux services..........................................................

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Projets de règlement

Projets de règlement Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 14 octobre 2015, 147 e année, n o 41 3941 Projets de règlement Projet de règlement Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S-4.2) Loi modifiant

Plus en détail

Plan d action 2014-2016. Énoncé du la. famille. aînés. et les. Vivre, s unir et s épanouir. Énoncé du. cœur envers la. famille. aînés.

Plan d action 2014-2016. Énoncé du la. famille. aînés. et les. Vivre, s unir et s épanouir. Énoncé du. cœur envers la. famille. aînés. Énoncé du cœur envers la famille et les aînés Plan d action 2014-2016 Vivre, s unir et s épanouir Énoncé du cœur envers la famille et les aînés Légende minime : - 3 000 $ moyen : 3 000 $ à 20 000 $ considérable

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS Présenté au ministère des Finances Mars 2009 PRÉAMBULE L automne dernier, le ministère des Finances déposait un document de consultation sur l adoption

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Le Réseau québécois des OSBL d habitation compte plus d une centaine de membres

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Clinique Juridique Paris 8 CHARTE DE FONCTIONNEMENT

Clinique Juridique Paris 8 CHARTE DE FONCTIONNEMENT Clinique Juridique Paris 8 CHARTE DE FONCTIONNEMENT 1 Charte de la Clinique juridique de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis La Clinique juridique de Paris 8 permet la validation d Unité d Enseignement

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Au service de la réussite de chacun 200, boulevard Maloney Est, Gatineau, Québec J8P 1K3 Téléphone 819

Plus en détail

LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES

LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES Août 2003 1. À la CSPÎ, quand ouvre-t-on un dossier d aide particulière? Lors de l étude de cas d un élève par un comité d aide, même s il n en

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : CHSLD HEATHER inc. Installation (CHSLD) : CHSLD

Plus en détail

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Intervention à la résidence privée pour aînés Les Jardins Intérieurs St-Lambert Québec, le 28 juillet 2014 Avis Le présent rapport

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

Comité régional en transport collectif de la Mauricie

Comité régional en transport collectif de la Mauricie Comité régional en transport collectif de la Mauricie La première génération En février 2002, le comité de coordination du Consortium en développement social de la Mauricie a tenu une rencontre régionale

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Outaouais Établissement : Centre de santé et de services sociaux de Gatineau

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

QUÉBEC STATIONS NAUTIQUES. Un programme de l'association Maritime du Québec

QUÉBEC STATIONS NAUTIQUES. Un programme de l'association Maritime du Québec QUÉBEC STATIONS NAUTIQUES Un programme de l'association Maritime du Québec INTRODUCTION Depuis sa fondation, l Association Maritime du Québec (AMQ) a toujours eu comme préoccupation de promouvoir et soutenir

Plus en détail

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTATION AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT MONSIEUR YVES BOLDUC

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD)

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RÉGION : Mauricie et Centre-du-Québec ÉTABLISSEMENT : Centre de santé et de services

Plus en détail

Sercovie Planification stratégique Janvier 2016 à décembre 2018

Sercovie Planification stratégique Janvier 2016 à décembre 2018 Sercovie Planification stratégique Janvier 2016 à décembre 2018 Vision : Être le lieu de rencontres, de loisirs et d activités physiques par excellence à Sherbrooke pour les personnes de 50 ans et plus,

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Veuillez prendre note que ce document est à titre de référence. Votre convention collective prévaut sur toutes les informations fournies dans ce document. Si vous

Plus en détail

L ALLOCATION DES FONDS DES PROGRAMMES FÉDÉRAUX POUR LE LOGEMENT AUX COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC

L ALLOCATION DES FONDS DES PROGRAMMES FÉDÉRAUX POUR LE LOGEMENT AUX COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC COMITÉ RÉGIONAL TRIPARTITE SUR LE LOGEMENT GROUPE DE TRAVAIL SUR L ALLOCATION L ALLOCATION DES FONDS DES PROGRAMMES FÉDÉRAUX POUR LE LOGEMENT AUX COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC Février 2015

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 présenté à L APPUI BAS-SAINT-LAURENT par de la MRC de Rivière-du-Loup Mars 2013 VISION Les proches aidants d une personne aînée en perte d autonomie

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Guide de l entreprise Collège Mérici

Guide de l entreprise Collège Mérici Guide de l entreprise Collège Mérici Programme Alternance Travail-Études Tourisme d aventure et écotourisme Table des matières L'Alternance Travail-Études en Tourisme d'aventure et écotourisme... 3 L'ATE:

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités?

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Organisation et encadrement des activités Modalités d encadrement Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Un

Plus en détail

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste 12 Type d exercice : Public : Durée : Application en contexte Toute personne participant aux processus de traitement de la violence sexuelle et sexiste (ex. : personnels ministériels, OSC, personnels de

Plus en détail

Loi concernant les soins de fin de vie

Loi concernant les soins de fin de vie Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services de santé et médecine universitaire Loi concernant les soins de fin de vie Me Marie-Josée Bernardi 15 septembre 2015 Introduction

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

Projet de loi C 479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l égard des victimes)

Projet de loi C 479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l égard des victimes) Projet de loi C 479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l égard des victimes) Commentaires préparés par Arlène Gaudreault pour l Association

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR L AMÉLIORATION DES MILIEUX DE VIE

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR L AMÉLIORATION DES MILIEUX DE VIE POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS ADOPTÉE LE 18 AOÛT 2015 PAR LE CONSEIL D AGGLOMÉRATION DE LA TUQUE RÉSOLUTION AGG-2015-08-099 RÉVISÉE AU 15 SEPTEMBRE 2015 RÉSOLUTION AGG-2015-09-113 1. PRÉAMBULE

Plus en détail

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Commentaires concernant le document de consultation du Ministère des Finances portant sur la réforme du droit des associations personnalisées

Commentaires concernant le document de consultation du Ministère des Finances portant sur la réforme du droit des associations personnalisées Février 2009 Commentaires concernant le document de consultation du Ministère des Finances portant sur la réforme du droit des associations personnalisées Le Regroupement des offices d habitation Le regroupement

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

PADARTV. Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants

PADARTV. Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants PADARTV Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants Table des matières Table des matières... 2 Contexte... 3 Objectif général... 3 Interventions... 4 Mesure

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? Des services et du soutien dans les communautés pour les personnes touchées par la maladie d Alzheimer/maladies apparentées RÉDIGÉ PAR Mme Magalie

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Téléphone: Bur 514 890-8000 p.14127 Dom 514 364-5500. Courriel : Bur francoise.rollin.chum@ssss.gouv.qc.ca Dom f.rollin@videotron.

Téléphone: Bur 514 890-8000 p.14127 Dom 514 364-5500. Courriel : Bur francoise.rollin.chum@ssss.gouv.qc.ca Dom f.rollin@videotron. Françoise Rollin, erg., MAP, ASC. 1276, rue Thierry, LaSalle (Québec) H8N 2L2 Téléphone: Bur 514 890-8000 p.14127 Dom 514 364-5500 Courriel : Bur francoise.rollin.chum@ssss.gouv.qc.ca Dom f.rollin@videotron.ca

Plus en détail

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un 2012-2013 GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un code vestimentaire ou d un uniforme scolaire.

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI.

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI. Bureau du vérificateur général du Canada Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI Juillet 2014 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du

Plus en détail

Proposition de Résolution relative à une clarification des filières menant au diplôme en soins infirmiers

Proposition de Résolution relative à une clarification des filières menant au diplôme en soins infirmiers Proposition de Résolution relative à une clarification des filières menant au diplôme en soins infirmiers déposée par M. Jacques BROTCHI, Mme Françoise BERTIEAUX, M. Olivier MAROY, M. Jean-Luc CRUCKE et

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

Mémoire présenté par. Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie. La Commission des finances publiques

Mémoire présenté par. Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie. La Commission des finances publiques Mémoire présenté par Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie à La Commission des finances publiques concernant le Rapport sur la mise en œuvre de la Loi sur la transparence et l éthique

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

Mandat, principes directeurs et procédures du Fonds de dotation de l Autorité internationale des fonds marins

Mandat, principes directeurs et procédures du Fonds de dotation de l Autorité internationale des fonds marins Mandat, principes directeurs et procédures du Fonds de dotation de l Autorité internationale des fonds marins i Table de matières I II III IV V VI VII Raison d être du Fonds Objet et finalités du Fonds

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Devoirs spécifiques en matière de fosses septiques. Le Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Devoirs spécifiques en matière de fosses septiques. Le Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées 1 sur 5 N o 4 5 septembre 2007 Rôle et pouvoirs des municipalités concernant l installation de fosses septiques À la suite d'investigations ayant porté sur certains systèmes d'assainissement des eaux usées

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

RÉSEAU DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A0708-VPPW-015

RÉSEAU DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A0708-VPPW-015 RÉSEAU DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A0708-VPPW-015 Les effets de l abolition de l attestation de formation professionnelle (AFP) Volet 2 sur la formation professionnelle 26 novembre 2007 μ Siège social

Plus en détail