ESCP-Europe 2011 : La mondialisation explique-t-elle principalement le rattrapage des pays émergents? Présentation du sujet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESCP-Europe 2011 : La mondialisation explique-t-elle principalement le rattrapage des pays émergents? Présentation du sujet"

Transcription

1 ESCP-Europe 2011 : La mondialisation explique-t-elle principalement le rattrapage des pays émergents? C Présentation du sujet e sujet fait explicitement référence à la mondialisation et s inscrit d emblée dans le programme de deuxième année. C est d ailleurs le seul qui cite le terme de mondialisation dans son énoncé. Cependant, le thème précis n est pas la mondialisation mais sa liaison avec le développement des pays émergents. Il faudra préciser ce que l on entend par pays émergents, car cette notion est loin de faire l unanimité. Depuis son invention en 1981 par Antoine van Agtmael, économiste à la Banque mondiale, l expression a fait florès mais a changé aussi de sens. Pour aller vite, une économie émergente regroupe certains traits caractéristiques : un revenu par habitant intermédiaire ; un taux de croissance supérieur ou égal à la moyenne mondiale ; un potentiel de croissance important qui fait la différence avec les pays les moins avancés ; des réformes structurelles ayant contribué à les insérer dans le commerce mondial On compterait aujourd hui une cinquantaine de pays émergents et, donc, on ne peut se limiter aux seuls BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), même s ils en constituent un socle solide. L énoncé suppose deux orientations : voir en quoi la mondialisation peut expliquer ce rattrapage et en quoi les pays émergents ont pu mettre en place des stratégies propres qui leur ont permis de le réaliser. Il n y a pas de délimitation temporelle, mais il faut se concentrer sur la période récente (à partir des années ), car c est depuis lors que les pays émergents se sont développés. Il est également nécessaire d avoir un certain recul historique et de citer, par exemple, le rattrapage de certains pays au XIX e siècle (Japon, Russie ), analysé en particulier par Alexander Gerschenkron. Daniel Fleutôt, Professeur d AEHSC en classes préparatoires économiques et commerciales au lycée Charles-De-Gaulle, à Caen. Corrigés Ces corrigés sont des copies d étudiantes qui ont très bien réussi cette épreuve en obtenant la note maximale de 20/20. Sont-ce les copies idéales? La réponse est bien sûr non, mais elles ont su intégrer l essentiel des attentes du correcteur sur le sujet. Ce n est pas un modèle mais seulement un exemple, qui démontre qu en ayant des connaissances et une technique de dissertation, les bons résultats sont là. Ces copies suggèrent que deux orientations doivent guider les étudiants pour qu ils réussissent cette épreuve : maîtriser les notions de base sans nécessairement rentrer dans tous les détails et avoir une technique de dissertation, de mise en place des connaissances au regard toujours du sujet. En espérant que ces exemples pourront vous servir afin d organiser votre réflexion sur les sujets à venir.

2 W Copie 1 alt Whitman Rostow, dans Les étapes de la croissance économique, donne les cinq passages incontournables qu un pays doit connaître afin de se développer. Il doit rassembler des conditions préalables, comme la disposition en matières premières ou la disponibilité des mentalités aux changements. Ce pays connaitra ensuite un take-off caractérisé par un fort taux d investissement, puis il empruntera la marche vers la maturité pour aller vers une société de consommation de masse. Pour établir ce modèle, Rostow se base sur la croissance économique des Etats-Unis durant la révolution industrielle. Aujourd hui, la mondialisation, caractérisée par l accélération des échanges et l interconnexion des civilisations, peut-elle être un instrument d accélération de ces étapes dans les pays émergents? En effet, si certains pays ont plus ou moins suivi ce modèle de développement sur le XIX e siècle et sur le XX e siècle, d autres ont attendu la fin du XX e siècle voire le début du XXI e siècle pour commencer à se développer : on parle alors des pays émergents. Cela a entraîné un renouveau des théories du développement et une réactualisation des questions concernant le rattrapage des pays émergents. Quels modèles ont-ils suivi? La mondialisation peut-elle expliquer leur rattrapage? Nous verrons dans un premier temps que la mondialisation est un facteur nécessaire au rattrapage des pays émergents, puis nous montrerons qu elle n est pourtant pas le facteur principal du rattrapage de ces pays, voire qu elle peut en être un obstacle. La mondialisation est un processus qui se caractérise par l accélération des échanges de personnes, de marchandises et de capitaux. Alors qu elle se réalisait au départ uniquement entre les pays développés, notamment ceux de «la Triade», à savoir l Amérique du Nord, l Europe et le Japon, elle s ouvre progressivement à des pays ayant des structures différentes : les pays émergents. On observe le développement de flux Nord-Sud, et aussi Sud-Sud. Or, nous pouvons remarquer que les exportations et les importations qui se sont accélérées grâce à la mondialisation ont eu des effets positifs sur les pays émergents. Kaname Akamatsu montre que c est la remontée de filière qui a permis aux nouveaux pays industrialisés d Asie (NPIA) de rattraper leur retard économique. D après cette théorie, les pays qui, par exemple, disposent de matières premières, vont les exporter aux pays développés et vont importer en échange des biens d équipement industriel. Ils vont ensuite bloquer les importations de ces biens, notamment par une hausse des droits de douane sur ces produits, les fabriquer au sein du pays une fois que la technique de production sera acquise, puis les exporter pour importer en échange des produits manufacturés. Le même schéma va ensuite se réaliser sur les biens de consommation, puis sur les biens à haute valeur ajoutée. Ainsi les NPIA ont connu un rattrapage économique grâce aux jeux des importations et des exportations. Ce modèle fait écho à deux théories du développement : l industrialisation par substitution aux importations et l industrialisation par substitution aux exportations. Dans le premier cas, le pays bloque provisoirement ses importations d un certain bien afin de lui permettre de le produire lui-même et ensuite de l exporter. Dans le second cas, le pays va modifier ses exportations. Il cessera d exporter des produits traditionnels pour passer à des biens plus rentables. On pensera notamment au Brésil qui a diminué ses exportations de café pour se développer dans d autres secteurs : il est aujourd hui le leader industriel en Amérique latine et possède également des compétences avancées dans le domaine de l aéronautique.

3 Ainsi la mondialisation, par le jeu des importations et des exportations, a permis le rattrapage de certains pays émergents qui se sont introduits dans le commerce international. De plus, la mobilisation de capitaux suffisants afin de développer une industrie est souvent permise par l épargne étrangère, les investissements directs à l étranger (IDE). C est pourquoi la mondialisation, parce qu elle accélère les échanges financiers, est favorable à l essor de nouvelles entreprises. Cette mondialisation a également des effets secondaires positifs concernant le rattrapage social des pays émergents. En effet, la remontée de filière des NPIA a réclamé une main-d œuvre qualifiée : des efforts en éducation et en formation ont donc été nécessaires. Par ailleurs, une main-d œuvre qualifiée peut demander une protection sociale plus importante, de meilleures conditions de travail, ou encore un salaire plus élevé, d où une hausse du niveau de vie et une amélioration des conditions de vie. L apparition d une classe moyenne peut ensuite être un moteur de la croissance et du développement, notamment grâce à la consommation de cette nouvelle classe. La mondialisation se caractérise aussi par les échanges culturels, les échanges d idées. Ainsi les populations des pays émergents peuvent souhaiter copier les modèles sociaux des pays développés et donc demander de nouvelles revendications sociales. C est d ailleurs ce que souhaitait Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique. Pour lui, on allait vers une égalisation des conditions grâce à la mondialisation. Dans le même sens, John Stuart Mill qui proclamait «Heureux les pays pauvres!» a montré que grâce à la mondialisation et au commerce international il y aurait une diffusion à l échelle internationale du progrès technique. Ainsi, au niveau économique et social, la mondialisation serait profitable aux pays les moins développés. Par exemple, la diffusion des avancées dans le domaine médical a permis la diminution du virus du Sida dans les pays d Afrique, même s il reste beaucoup de progrès à faire dans ce domaine. Dans la même idée que Mill, Francis Edgeworth a montré qu une innovation ne profitait pas au pays exportateur de celle-ci mais davantage aux pays importateurs. Enfin, la mondialisation, parce qu elle véhicule, comme l a démontré Max Weber, le modèle capitalistique de la recherche du profit par la rationalisation des processus de production, a rendu possible un certain rattrapage des pays émergents. En effet, l ouverture à de nouveaux marchés permet le développement d une spécialisation et d une division internationale du travail (DIT). Les entreprises des pays émergents vont pouvoir anticiper de nouveaux débouchés dans les pays développés et vont produire en plus grande quantité, réalisant ainsi des économies d échelle, soit une baisse du coût unitaire de production, ainsi que des effets d apprentissage. De plus, les entreprises vont avoir besoin d une main-d œuvre supplémentaire, ce qui va augmenter l emploi et la consommation intérieure. Enfin, les entreprises vont augmenter les profits, peut-être en distribuer une partie aux salariés, or selon Arthur Lewis il est indispensable qu une classe sociale génère des profits afin qu un pays puisse se développer. Il y a donc bien une corrélation positive entre la mondialisation et le rattrapage économique et social des pays émergents. C est pourquoi les institutions qui organisent la mondialisation et les règles du commerce international incitent les pays émergents à s y insérer. Pourtant, leurs rôles sont aujourd hui discutés, notamment avec le problème de l endettement des pays émergents. Doit-on alors remettre en cause la mondialisation comme facteur du rattrapage des pays émergents? La mondialisation peut avoir des effets négatifs qui vont à l encontre d un rattrapage économique des pays émergents. D abord, on observe une dégradation des termes de l échange pour ces derniers. En effet, ils vont, dans un premier temps, exporter des matières premières pour importer des biens manufacturés industriels. Or, les cours des prix des matières premières ne cessent de chuter

4 tandis que ceux des biens industriels se stabilisent ou augmentent. Ainsi, les pays émergents vont devoir exporter plus de matières premières pour importer la même quantité de biens industriels : il y a donc pour eux une détérioration des termes de l échange. Ce constat contredit la théorie HOS (Heckscher Ohlin Samuelson) de dotation en facteurs de production selon laquelle le commerce international est un échange de facteurs rares contre des facteurs abondants. Ainsi les biens rares deviendront abondants et les biens abondants rares, ce qui devrait conduire à une égalisation des prix. Mais la détérioration des termes de l échange pour les pays émergents montre que cette théorie ne s applique pas, d autant plus que la spéculation à la Bourse sur les cours des matières premières rend la situation encore plus instable. Le développement des importations et des exportations a également pour effet d augmenter la dépendance des pays émergents envers les commandes des pays développés. Par exemple une crise économique aux Etats-Unis va entraîner une baisse de leurs importations, d où une diminution des exportations dans les pays très liés commercialement avec eux, comme ceux d Amérique du Sud. C est pourquoi il y a aujourd hui un renouveau des théories de domination «centre-périphéries» selon lesquelles le centre, c est-à-dire les pays développés et les firmes transnationales (FTN), dominerait les périphéries, notamment les pays émergents. De plus, les investissements directs à l étranger (IDE) réalisés par les FTN entraînent un dualisme dans les pays émergents. En effet, le commerce international et les FTN vont favoriser certains secteurs, certaines zones géographiques, ou risquent au contraire de délaisser des pans entiers de l économie nationale d un pays émergent, notamment les activités traditionnelles. Il y aura également un fort dualisme entre les populations, ce qui peut entraîner des conflits sociaux. De plus, l implantation des FTN dans les pays émergents est parfois justifiée par une main-d œuvre bon marché ou par des réglementations très souples au niveau salarial ou encore environnemental. Ainsi les pays émergents, pour attirer les capitaux étrangers, vont remettre en cause des acquis sociaux ou freiner le développement des avancées sociales. L exploitation de la main-d œuvre est donc un obstacle au rattrapage social des pays émergents, ils vont connaître une hausse des inégalités à l intérieur du pays ; les inégalités entre les pays émergents et les pays développés vont aussi être plus marquées et plus visibles. Par exemple, la Chine, qui est entrée dans l Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, n est toujours pas en mesure d assurer aux citoyens le respect des droits de l homme, malgré un développement économique rapide mais très inégal selon les régions. De plus, il existe d autres facteurs que celui de la mondialisation qui peuvent expliquer le rattrapage des pays émergents. Saskia Sassen dans A Sociology of Globalization, en 2007, a montré comment le global se construit à partir du local. Selon elle, ce sont les Etats qui poussent au développement d un pays et à son entrée dans la mondialisation et non l inverse. Pour reprendre l exemple de la Chine, c est en effet un fort interventionnisme étatique qui a rendu possible le développement économique de ce pays, par exemple avec la création de zones franches pour l implantation des FTN. Le rattrapage des pays émergents peut s expliquer aussi par la mise en place de stratégies de contournement des contraintes de la mondialisation. Par exemple, la création de zones de libre-échange comme celle du Mercosur permet aux pays émergents de faire des alliances commerciales afin de se protéger dans un premier temps de la concurrence des pays développés. Cette stratégie s appuie sur les théories de Friedrich List selon lesquelles une nation doit provisoirement appliquer un «protectionnisme éducateur» afin de permettre à ses industries de se développer à l abri de la concurrence internationale. De même, Paul Krugman parle de la mise en place de politiques commerciales stratégiques qui consistent à donner des subventions aux entreprises nationales afin de les aider à se développer. Pourtant, ces stratégies sont provisoires et n auraient aucun sens sans la mondialisation, car elles ne sont

5 que des moyens de mieux s y insérer. Ainsi, même s il existe d autres facteurs du rattrapage des pays émergents, ils sont souvent liés, indirectement parfois, à la mondialisation, car ils ont pour but final l intégration au commerce international. Conclusion La mondialisation explique le rattrapage économique et social des pays émergents, notamment grâce aux importations et aux exportations, aux IDE, sans oublier le rôle de la spécialisation, de la division internationale du travail et des échanges d idées, de modèles, de modes de vie. Pourtant, le rattrapage des pays émergents peut être expliqué par d autres facteurs, même s ils sont finalement liés, directement ou indirectement, à la mondialisation. De plus, cette mondialisation peut avoir des effets pervers concernant le développement économique et social des pays émergents. C est pourquoi il est important de redéfinir aujourd hui les nouveaux enjeux de la mondialisation du point de vue des pays émergents. Si elle leur est majoritairement profitable, elle entraîne toutefois des déséquilibres auxquels il faut tenter de remédier. Le succès du commerce équitable semble par exemple être une première réponse. Copie réalisée par Marlène Del Conté, étudiante au lycée Charles-de-Gaulle de Caen, qui a intégré l ESC Toulouse en septembre A Copie 2 l heure où les plus grandes puissances mondiales sortent difficilement de la crise des subprimes dans laquelle ils sont plongés depuis 2007, certains pays s en sortent plutôt bien, il s agit des pays émergents. Ce sont des pays qui se caractérisent par leur développement et leur industrialisation relativement rapides et récents. Qui aurait parié il y a cinquante ans que les plus importants concurrents des Etats-Unis et de l Europe deviendraient un jour la Chine ou l Inde? Car ces pays ont aujourd hui un rôle important sur la scène internationale de par leur population mais aussi de par leur puissance commerciale. La Chine est, par exemple, devenue en 2010 le premier exportateur mondial. Parmi ces pays qui sont aujourd hui à la frontière des pays développés figurent aussi le Brésil, le Mexique, l Inde, ou bien encore les «dragons d Asie» (Corée du Sud, Taïwan, Singapour et Hongkong). Mais comment expliquer ce développement aussi rapide? Il s avère que l essor de ces pays peut être daté du début des années 1980, phase d entrée dans la mondialisation. Peut-on alors dire que le rattrapage et le développement des pays émergents sont principalement dus à la mondialisation? Nous verrons que la mondialisation a permis à ces pays une insertion rapide dans les échanges, mais que cela ne s est pas fait sans dommages ; et qu aujourd hui, bien qu ils aient une nouvelle place sur la scène internationale, ces pays ont encore de nombreux défis à relever.

6 A la fin des années 1970, le mode de régulation monopolistique géré principalement par l Etat arrive à essoufflement dans les pays développés, et il en est de même pour les stratégies de développement dirigées par l Etat dans les pays en voie de développement. Le tournant libéral des années 1980 s opère donc dans le monde entier. Et dans les pays en voie de développement le constat de l échec des stratégies autocentrées amène vers une ouverture aux échanges qui est souvent soutenue par les institutions internationales. Tout d abord, à la fin des années 1970, on constate un certain échec des stratégies autocentrées pour le développement. Ces stratégies reposaient sur une fermeture aux échanges et un développement assuré par l Etat. En effet, au lendemain de la décolonisation, les pays riches sont accusés d avoir «pillé» le tiers-monde, et les anciennes colonies se ferment alors aux échanges, comme l Inde notamment. Mais il s avère que l Etat n a pas réellement su remplir son rôle en matière de développement. En effet, le développement par l Etat a surtout laissé place à beaucoup de corruption, à une mauvaise gestion des fonds et des infrastructures, du fait de l absence d élites locales aptes à remplacer les colons. Les structures de production restent alors relativement archaïques et les populations ne ressentent aucun effet de développement. Le choix est donc, au début des années 1980, de suivre le tournant libéral et d ouvrir les marchés des pays en développement aux capitaux. La volonté principale est que ces pays, notamment les plus importants, puissent suivre le modèle de développement établit par Walt Whitman Rostow pour illustrer le développement des pays riches lors de la révolution industrielle. Rapidement les plus grands pays du Sud s ouvrent aux capitaux et laissent les firmes multinationales (FMN) s installer sur leur sol. L intérêt est que ces FMN investissent directement dans ces pays et qu ils génèrent un profit qui n est pas un emprunt, donc qui n est pas à rembourser. De plus, ces FMN créent des emplois dans ces pays. Et bien que certains auteurs dénoncent une exploitation, il vaut mieux être exploité par des FMN qui proposent souvent un meilleur salaire et de meilleures conditions de travail, que ne pas être exploité du tout. Ainsi les capitaux commencent à affluer vers ces nouveaux pays prometteurs que sont la Chine, l Inde ou l Amérique latine, développant ainsi les places financières et boursières. De plus, la mondialisation permet aussi une certaine mondialisation des images, élément important de l entrée dans les différentes phases de la transition démographique. Enfin, cette entrée dans la mondialisation des pays émergents a aussi été poussée par les institutions internationales. En effet, à partir des années 1980, le Fonds monétaire international (FMI) axe son action sur les pays en développement avec pour but principal d instaurer le libéralisme. Le FMI met alors en place des plans d ajustement structurel qui ont pour but de déréglementer, de libéraliser et de stabiliser les économies en crise des pays du Sud. Par la suite, le consensus de Washington applique les idées développées par John Williamson en 1989, résumées en dix principes à appliquer par les pays du Sud pour un bon développement. Ainsi, après sa crise de 1982, le Mexique devient un «bon élève» du FMI, il s ouvre aux capitaux, diminue l inflation, stabilise sa monnaie et entre dans l Alena en Il semble donc que l ouverture aux échanges et l insertion dans la mondialisation aient impulsé le développement de ces pays. Ainsi la mondialisation a permis une insertion rapide dans les échanges des pays les plus avancés au Sud, mais nous allons voir que dans les années 1990, cette mondialisation est aussi cause de certains problèmes. Il semble que le «tout marché» se soit installé un peu trop brutalement dans les pays émergents. En effet, les systèmes bancaires et financiers ne peuvent pas devenir en dix ans aussi solides que les systèmes des pays riches. Dans les années 1990, les limites du «tout

7 marché» commencent à se faire sentir, avec de nombreuses crises financières, une impopularité croissante des institutions internationales et des pays qui s en sortent mieux avec une intervention de l Etat. Tout d abord, bien qu il soit devenu un «bon élève» du FMI après sa première crise en 1982, le Mexique fait à nouveau face à une crise en En effet, il attire à l époque beaucoup de capitaux mais continue à s endetter massivement. Le peso est ancré sur le dollar, et lorsqu en 1993 le cours du dollar augmente, le coup de l endettement devient insoutenable. Le Mexique ne peut plus rembourser, et comme le système est fragile les capitaux s en vont. Le pays sombre alors dans une nouvelle crise. Il en est de même à la fin des années 1990 en Asie. Les pays asiatiques sont alors plutôt bien insérés dans les échanges mondiaux et attirent beaucoup de capitaux. En 1997 la concurrence du dollar devient trop importante, le bath est alors dévalué, mais il y a surréaction et tous les pays de la zone dévaluent leurs monnaies. L économie s effondre et les systèmes de «currency board» (caisse d émissions) empêchent de faire fonctionner la planche à billets pour la faire repartir. Le système financier étant jeune et fragile, les capitaux s en vont et préfèrent retourner vers des lieux plus sûrs : «Fly to safety». Ainsi l économie mondialisée met en péril ces pays. De plus, suite à ces crises, le FMI met en place ses plans d ajustement structurel qui ont un coût social relativement important. Les restrictions imposées à la population ne sont pas acceptées et les institutions internationales deviennent relativement impopulaires dans ces pays. On voit ainsi se développer de nombreuses théories qui remettent en cause la mondialisation et le «tout marché» en vue du développement. Les plans d ajustement structurel du FMI ne semblent pas efficaces et, de plus, le FMI n a su ni prévenir la crise asiatique ni la gérer. Ces stratégies de développement sont d autant plus remises en cause, qu un pays tel que la Corée du Sud se sort du sous-développement grâce à l Etat. En effet, en 1960 la Corée du Sud avait un développement équivalent à celui du Soudan aujourd hui. Sa stratégie de développement et d industrialisation fut de s ouvrir aux échanges avec un contrôle important de l Etat. Le pays n est pas purement protectionniste mais les grandes industries de consommation et industries lourdes restent aux mains de l Etat. Etat qui effectue aussi un contrôle important sur les échanges extérieurs. Et il en est de même pour la Chine, son capitalisme est particulier étant donné que toute entreprise étrangère voulant s installer sur le sol chinois doit s associer avec une entreprise chinoise afin d assurer le transfert de technologies. Ainsi la mondialisation explique une partie du rattrapage, mais il s avère que l insertion dans les échanges ne fut pas toujours bénéfique et que d autres facteurs ont été utiles. Une partie du rattrapage des pays émergents n est pas forcément due à la mondialisation, cette dernière a même parfois été néfaste. Mais nous allons voir que la mondialisation a tout de même permis aux pays émergents d avoir aujourd hui une nouvelle place dans le monde bien que les défis à relever soient encore nombreux. Aujourd hui, les pays émergents ont acquis une nouvelle place sur la scène internationale, ils ont un nouveau poids commercial et politique. Cependant ils ont encore de nombreux défis à relever pour espérer entrer un jour dans le cercle très fermé des pays développés. La Chine est devenue en 2010 premier exportateur mondial devant l Allemagne, signe qu il ne faut plus négliger les pays émergents. En effet, aujourd hui le commerce ne se fait plus uniquement dans «la Triade» (Etats-Unis, Europe, Japon), il faut aussi compter sur ces pays émergents qui représentent maintenant un tiers des échanges mondiaux. Et les produits exportés ne sont plus seulement des matières premières, 80 % des exportations provenant du Sud sont aujourd hui des produits manufacturés. Ainsi les pays émergents sont des concurrents de plus en plus importants pour les pays riches. D autant plus que ces pays ont

8 aujourd hui leurs propres FMN qui représentent 25 % des FMN mondiales. Des entreprises comme Tata (Inde), Petrobas (Brésil) et China Railway (Chine) concurrencent de grandes entreprises du Nord. Tout cela étant rendu possible par la mondialisation. D autre part, ces pays ont aussi une nouvelle place politique dans le monde. La Chine est entrée depuis 2001 à l OMC et fait aussi partie du G8. Elle permet ainsi de représenter les pays du Sud sur la scène politique. De plus, la Chine est un des plus gros contributeurs à la dette américaine. Elle détient en effet milliards de dollars de bons du Trésor américain, ce qui lui permet d exercer une certaine pression sur cette grande puissance. Enfin, la Chine intervient aussi dans les pays les moins avancés (PMA) notamment en Afrique avec le «Beijing Consensus» qui promet une aide aux pays d Afrique sans ingérence. La mondialisation a donc non seulement permis le rattrapage des pays émergents mais leur a aussi permis d avoir un nouveau rôle dans le monde. Mais ce n est pas pour autant fini. De nombreux défis s adressent aujourd hui à ces pays. Il est nécessaire, pour que leurs 10 % de croissance soient viables à long terme, que ces pays développent leur consommation interne. En effet, en Chine, seules 35 % des personnes ont accès à la consommation et ce chiffre est en constant recul. Les Chinois l ont bien compris, ils doivent développer leur consommation interne pour rendre leur croissance soutenable. Et cela passe par le développement de la protection sociale. Car la population vieillit et il faut qu elle soit assurée. Des réformes sont donc en cours en Chine afin d améliorer la protection sociale. Car, pour que le rattrapage soit total, il faut que ces pays ne soient plus seulement «émergents» mais «développés». Conclusion Nous avons donc vu que, depuis le début des années 1980, la mondialisation a permis à quelques pays du Sud d entrer dans un processus de développement et d industrialisation. Bien que cela ne se soit pas fait sans mal et que certains pays aient opté pour d autres solutions, ces pays sont aujourd hui des pays émergents. Il leur reste cependant de nombreux défis à relever pour espérer un jour entrer dans le cercle très fermé des pays développés. Néanmoins, à l heure où le FMI revoit sa position sur le rôle de l Etat dans le développement et reconnaît que les plans d ajustement structurel ne sont pas la meilleure solution, nous pouvons nous demander si la mondialisation peut encore permettre l essor des pays qui sont encore sur la voie du développement. Copie réalisée par Johanna Vary, étudiante au lycée Bonaparte de Toulon, qui a intégré la Skema Business School en Pour approfondir Les pays émergents. Brésil Russie Inde Chine Mutations économiques et nouveaux défis, par Julien Vercueil, Bréal, Mondialisation et compétition, par Luiz Carlos Bresser-Pereira, La Découverte, Les nouveaux conquérants. Qui a peur des entreprises des économies émergentes?, par Sébastien Dessillons et Thomas Maurisse, Presses de l'ecole des mines, Nations et mondialisation. Les stratégies de développement dans un monde globalisé, par Dani Rodrick, La Découverte, 2008.

9 «Pays émergents : être ou ne pas être occidental», Alternatives Internationales n 51, juin Disponible dans nos archives en ligne. «Les pays émergents sortent renforcés de la crise», Alternatives Economiques Poche n 43, avril Disponible dans nos archives en ligne. «Pourquoi la mondialisation est réversible», Alternatives Economiques n 303, juin «Pays émergents être ou ne pas être occidental», Alternatives Internationales n 51, juin Disponible dans nos archives en ligne. L analyse de Luiz Carlos Bresser-Pereira sur les stratégies des pays en développement pour rattraper leur retard L économiste brésilien Luiz Carlos Bresser-Pereira analyse les stratégies de développement des pays du Sud à revenus moyens en s appuyant sur une comparaison des réussites asiatiques et des échecs latino-américains sur les cinquante dernières années. Critiquant la politique de libéralisation à tout-va de certaines économies émergentes s inspirant fortement du consensus dit de Washington, l auteur montre que les voies suivies par des pays comme la Chine, la Corée du Sud, le Vietnam, l Inde ont accordé une place centrale à l Etat-nation, permettant ainsi de définir une stratégie nationale de développement. Bresser-Pereira milite pour une ouverture commerciale des pays émergents afin de bénéficier de leurs avantages comparatifs et de saisir les opportunités de croissance liées à l intégration commerciale mondiale, mais il refuse l intégration financière internationale. L ouverture financière entraîne une surévaluation de la monnaie nationale et, par là, une contraction du secteur exportateur et, donc, un ralentissement de la croissance qui finit par déboucher sur un déséquilibre de la balance des paiements et une dépendance monétaire sur un plan international. L auteur parle d un nouveau «développementisme» reposant sur une épargne nationale au service du développement national. Les politiques monétaire et de change doivent être au service non pas des intérêts internationaux, mais nationaux. Le taux de change doit retrouver sa place essentielle comme variable micro et macroéconomique dans la politique économique (référence faite à la stratégie chinoise). L Etat est au cœur de la stratégie développementaliste, en agissant et en contrôlant le marché des changes, mais aussi en définissant une politique fiscale et budgétaire rigoureuse afin d imposer à la société des stratégies favorables sur le long terme par l intermédiaire de politiques structurelles (politiques industrielles, d innovation et d éducation). Daniel Fleutôt

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

m Mots clés PNB par habitant taux d ouverture

m Mots clés PNB par habitant taux d ouverture Construction de l'union européenne et croissance économique Document 1 m Mots clés PNB par habitant taux d ouverture Rappel de cours 1 Le PNB, principal agrégat de la comptabilité nationale, mesure l ensemble

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Le commerce international est-il source de progrès économique et social?

Le commerce international est-il source de progrès économique et social? 1 Le commerce international est-il source de progrès économique et social? Macroéconomie Introduction I. L ouverture aux échanges internationaux est globalement favorable au progrès économique et social

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud

Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud Par Christophe Ventura L Amérique latine pourrait-elle devenir, ces prochaines années, une «plateforme extraterritoriale» de

Plus en détail

INTRODUCTION A L ECONOMIE PARTIE 3 : L ECONOMIE MONDIALISEE

INTRODUCTION A L ECONOMIE PARTIE 3 : L ECONOMIE MONDIALISEE INTRODUCTION A L ECONOMIE PARTIE 3 : L ECONOMIE MONDIALISEE 1 LEA L2 - PARCOURS TRADUCTION I L INTERNATIONALISATION DU COMMERCE ET DE LA PRODUCTION A La nature des échanges 1 Que s échange-t-on? 2 I L

Plus en détail

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1 Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation Page 1 Documents de lancement Source : http://www.telleestmatele.com/article-36865965.html Page 2 Rio de Janeiro 2016 Page 3 Activité élèves : (analyses de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Garantie contre les risques à l exportation

Garantie contre les risques à l exportation Garantie contre les risques à l exportation Révision totale de la loi de 1958 28 janvier 2004 Numéro 4 La révision de la garantie contre les risques à l exportation (GRE) en consultation Le Conseil fédéral

Plus en détail

Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production?

Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 décembre 2014 à 14:59 Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production? 1 Une analyse du commerce mondial A La montée

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national 1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national Laurent Faibis, Président de Xerfi Découvrez la vidéo : «Conjuguer stratégies globales et intérêt national» Comment conjuguer la logique de nos firmes

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Table des matières En bref 1 Une stagnation des exportations au cours des années 2000 1 Un recul majeur sur le marché

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première

Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? Notions de Terminale : avantage comparatif,

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P.

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P. Économie globale Renaud Bouret et Alain Dumas, ERPI 2-1 CHAPITRE 2 : CORRIGÉS LES MARCHÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ a) Sur le marché des biens, les demandeurs sont les ménages,

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction... 9

SOMMAIRE. Introduction... 9 SOMMAIRE Introduction............................................ 9 Chapitre 1 Quels sont les fondements de la puissance américaine dans l économie mondiale? 1. Les fondements intérieurs de la puissance

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Qu est ce qu un un pays émergent?

Qu est ce qu un un pays émergent? Séminaire de l IDDRI : Pays émergents et aide publique au développement Qu est ce qu un un pays émergent? Michel Fouquin Iddri 10 Avril 2007 Questions de définitiond Du concept de Tiers-Monde (Sauvy) après

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

L AVÈNEMENT D UN MONDE MULTIPOLAIRE: LE POLE CHINOIS. Jean Sanuk

L AVÈNEMENT D UN MONDE MULTIPOLAIRE: LE POLE CHINOIS. Jean Sanuk L AVÈNEMENT D UN MONDE MULTIPOLAIRE: LE POLE CHINOIS Jean Sanuk Plan La crise a accéléré la montée en puissance de la Chine en lui permettant de progresser dans la hiérarchie mondiale. L influence croissante

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

SUJET 1 Question de synthèse

SUJET 1 Question de synthèse CORRIGE EPREUVE DE SES - TRONC COMMUN SUJET 1 Question de synthèse TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points) 1 Donnez la signification du nombre entouré Le chiffre représente la structure du commerce du Mexique.

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Les territoires dans la mondialisation

Les territoires dans la mondialisation Les territoires dans la mondialisation G5. Les Etats-Unis dans la mondialisation I. Nike, une entreprise à la conquête du monde Comment s est construite la première marque de vêtements au monde? A. Une

Plus en détail

notes de lecture Alexandre ADLER [Présentation] Le nouveau Rapport de la CIA : comment sera le monde en 2025? (Robert Laffont, 2009, 298 p.

notes de lecture Alexandre ADLER [Présentation] Le nouveau Rapport de la CIA : comment sera le monde en 2025? (Robert Laffont, 2009, 298 p. notes de lecture Alexandre ADLER [Présentation] Le nouveau Rapport de la CIA : comment sera le monde en 2025? (Robert Laffont, 2009, 298 p., 17 ) Le monde en 2025 selon la CIA La lecture du dernier rapport

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE Organisée par l Union interparlementaire Genève, 7 et 8 mai 2009 Point 2a) 22 avril 2009 LA REFORME DE L ARCHITECTURE FINANCIERE INTERNATIONALE

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS 1/10 Un guide indispensable. Il n existe pas à ma connaissance de guide simple ou de dictionnaire «scolaire» en économie pour les étudiants de Lycée, de BTS et d

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

CROISSANCE VERTE. Exemples de bonnes. pratiques, initiatives et alternatives politiques. De la productivité de la main-d œuvre à celle des ressources

CROISSANCE VERTE. Exemples de bonnes. pratiques, initiatives et alternatives politiques. De la productivité de la main-d œuvre à celle des ressources Programme des N pour l environ Exemples de bonnes pratiques, initiatives et alternatives politiques CROISSANCE VERTE De la productivité de la main-d œuvre à celle des ressources Le point de départ : des

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail