Surveillance de l innocuité des vaccins au Canada : déclarations au SCSESSI, 2013 à 2016

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Surveillance de l innocuité des vaccins au Canada : déclarations au SCSESSI, 2013 à 2016"

Transcription

1 Surveillnce de l innocuité des vccins u Cnd : déclrtions u SCSESSI, 2013 à 2016 N Ahmdipour 1, K Wtkins 1 *, M Fréchette 1, C Coulby 1, H Anyoti 1, K Johnson 1 Résumé Contexte : Le Cnd dispose d un des systèmes de surveillnce de l innocuité des vccins les plus performnts u monde. Ce système comporte un volet de surveillnce pssive de tous les vccins dministrés et un volet de surveillnce ctive de tous les vccins destinés ux enfnts. Objectifs : Fournir 1) une nlyse descriptive des déclrtions d effets secondires suivnt l immunistion (ESSI) des vccins dministrés u Cnd, 2) une nlyse des effets secondires grves (ESG) et 3) une liste des dix groupes de vccins ynt les tux de déclrtion les plus élevés. Méthodologie : Nous vons effectué des nlyses descriptives des déclrtions d ESSI reçues pr l Agence de l snté publique du Cnd (ASPC) jusqu u 14 oût 2017 en lien vec les vccins commercilisés u Cnd et dministrés du 1 er jnvier 2013 u 31 décembre Ces nlyses comportient les éléments de données suivnts : type de progrmme de surveillnce, ESSI, crctéristiques démogrphiques, utilistion des soins de snté, issue clinique, grvité des effets secondires et type de vccin. Affilition 1 Système cndien de surveillnce des effets secondires suivnt l immunistion (SCSESSI), Centre de l immunistion et des mldies respirtoires infectieuses, Agence de l snté publique du Cnd, Ottw (Ontrio) *Correspondnce : Résultts : Au cours de l période de qutre ns, déclrtions d ESSI ont été reçues, de prtout u Cnd. Le tux moyen nnuel de déclrtions d ESSI étit de 13,4 pour doses distribuées u Cnd des vccins dministrés de 2013 à 2016; ce tux étit inversement proportionnel à l âge. L mjorité des déclrtions (92 %) portit sur des effets non grves, soit des éruptions cutnées u point d injection et des réctions llergiques. Dns l ensemble, il y eu 892 déclrtions d ESG, soit un tux de déclrtions de 1,1 pour doses distribuées de 2013 à Prmi les déclrtions d ESG, les principux ESSI les plus cournts étient l nphylxie suivie des convulsions. Les vccins conjugués contre le méningocoque du groupe C (dministrés de fçon concomitnte) étient ssociés u tux d ESSI le plus élevé, soit 91,6 pour doses distribuées. On n observé ucun problème inttendu d innocuité des vccins ni ucune ugmenttion de l fréquence ou de l grvité des effets secondires ttendus. Conclusion : De 2013 à 2016, l surveillnce continue de l innocuité des vccins commercilisés u Cnd n mis en évidence ucune ugmenttion de l fréquence ou de l grvité des ESSI, ni ucun ESSI ntérieurement inconnu, ni ucun secteur où des études ou des enquêtes plus pprofondies s vérient nécessires. Les vccins commercilisés u Cnd continuent d voir un excellent profil d innocuité. Cittion proposée : Ahmdipour N, Wtkins K, Fréchette M, Coulby C, Anyoti H, Johnson K. Surveillnce de l innocuité des vccins u Cnd : déclrtions u SCSESSI, 2013 à Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd 2018;44(9): Mots-clés : innocuité des vccins, effets secondires, immunistion, surveillnce Introduction Les vccins constituent l mesure de snté publique l plus rentble que l on connît. Mlgré cel, le Cnd présente un des plus fibles tux d immunistion prmi les pys développés. Selon une étude menée en 2013 pr l UNICEF, le Cnd occupit le 28 e rng sur les 29 pys à revenu élevé en ce qui concerne les tux d immunistion (1). L réticence à l vccintion est une des risons pouvnt expliquer ces fibles tux. Heureusement, selon l Enquête de 2015 sur l couverture vccinle ntionle des enfnts, cette réticence est à l bisse, 97 % des prents étnt d ccord vec l ffirmtion que les vccins destinés ux enfnts sont sûrs et efficces. Les préoccuptions concernnt les effets secondires éventuels étient encore courntes, mis le tux étit pssé de 74 % à 66 % en 2011 (2). RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9 Pge 233

2 Le système de surveillnce des vccins du Cnd est considéré comme un des meilleurs u monde (3). Le Système cndien de surveillnce des effets secondires suivnt l immunistion (SCSESSI) est un système de snté publique fédérl-provincil-territoril (FPT) qui effectue l surveillnce post-commercilistion de l innocuité des vccins. Le SCSESSI est unique, cr il ssure l surveillnce pssive et l surveillnce ctive. Voici ses principux objectifs : 1) surveiller continuellement l innocuité des vccins commercilisés u Cnd; 2) détecter les husses de fréquence ou de grvité des réctions liées ux vccins précédemment décelées; 3) cerner les effets secondires suivnt l'immunistion précédemment inconnus de l immunistion qui pourrient être liés ux vccins; 4) déterminer les secteurs où des études ou des enquêtes plus pprofondies s vèrent nécessires; 5) fournir de l informtion opportune sur les profils de déclrtion d effets secondires imprévus suivnt l immunistion (ESSI) visnt les vccins commercilisés u Cnd pouvnt éclirer les décisions reltives à l immunistion (4). Au Cnd, les fournisseurs de soins de snté, les fbricnts et les membres du public ont chcun un rôle à jouer dns l vccinovigilnce (5). Les responsbles de l snté publique (ux niveux FPT) mintiennent une surveillnce étroite de l innocuité des vccins pr l intermédiire du Groupe de trvil sur l vccinovigilnce (GTVV) du Comité cndien sur l immunistion. Le GTVV réunit des représentnts de tous les progrmmes d immunistion à l échelle FPT, insi que des orgnismes de réglementtion de Snté Cnd et du progrmme cndien de surveillnce ctive de l immunistion (IMPACT). Les données sur les ESSI issues de l surveillnce pssive sont soumises à une nlyse continue pr le GTVV visnt à déceler les éventuels problèmes d innocuité des vccins pour relever et communiquer rpidement les enjeux émergents de sécurité et insi permettre une intervention efficce en mtière de snté publique. Le présent rpport été rédigé grâce à l contribution et u soutien des membres du GTVV. Une description plus exhustive des rôles et responsbilités de l phrmcovigilnce post-commercilistion figure dns le Guide cndien d immunistion et sur l pge Web du SCSESSI (4,5). Des renseignements sur les clendriers de vccintion des provinces et des territoires figurent sur le site Web de l Agence de l snté publique du Cnd (6). Des rpports ntionux sur les données de surveillnce de l innocuité des vccins sont publiés périodiquement (7-17). Le présent rpport pour objectif de fournir ) une nlyse descriptive des déclrtions d'essi des vccins dministrés u Cnd de 2013 à 2016, b) une nlyse des effets secondires grves (ESG) et c) une liste des dix groupes de vccins ynt les tux de déclrtion les plus élevés. Méthodologie Définitions Un ESSI est défini comme toute mnifesttion clinique indésirble qui suit l vccintion, sns qu elle it nécessirement une reltion de cuse à effet vec l dministrtion du vccin. L effet secondire peut être un signe, un symptôme ou une mldie définie (18). Un ESG est défini comme tout ESSI qui entrîne le décès, qui met l vie en dnger, qui nécessite une hospitlistion ou l prolongtion d un séjour à l hôpitl, qui cuse une invlidité ou une incpcité persistnte ou importnte, ou qui engendre une nomlie congénitle (19). On peut étblir un lien temporel, mis ps nécessirement une reltion de cuse à effet vec le vccin. Sources de données Le SCSESSI est un processus collbortif FPT qui comprend l soumission de déclrtions d ESSI découlnt de l surveillnce à l fois pssive et ctive. L surveillnce pssive débute à l échelle des services de snté publique locux et repose sur les déclrtions d ESSI pr les fournisseurs de soins de snté, les sujets vccinés ou leurs proches idnts. Les déclrtions sont envoyées ux utorités snitires provinciles ou territoriles, qui sont responsbles des mesures de snté publique à l échelle de l popultion et de l évlution des progrmmes d immunistion. L déclrtion d ESSI à l orgnisme régionl de snté publique est obligtoire dns huit provinces et territoires, et volontire dns les six utres. Les déclrtions sont ensuite trnsmises sur une bse volontire à l Agence ux fins d intégrtion u SCSESSI (20). Les utorités snitires provinciles et territoriles reçoivent églement des déclrtions des utorités fédérles qui fournissent des services de vccintion sur leur territoire de compétence (notmment l Direction générle de l snté des Premières ntions et des Inuits, le Service correctionnel du Cnd et l Gendrmerie royle du Cnd). Toutes déclrtions d ESSI reçues pr l Défense ntionle et les Forces rmées cndiennes sont signlées directement à l Agence. À de rres occsions, des déclrtions d ESSI sont trnsmises directement à l Agence pr des médecins, des phrmciens, des cliniques de voyge et des membres du public. Ces déclrtions sont sisies dns le SCSESSI, et une copie de l déclrtion et(ou) les renseignements sur le déclrnt sont envoyés ux utorités snitires de l province ou du territoire d origine. Depuis jnvier 2011, une modifiction pportée à l réglementtion concernnt l déclrtion exige que les détenteurs d une utoristion de mise sur le mrché (AM) signlent les ESSI à Snté Cnd; pr conséquent, ces détenteurs ont grduellement cessé de signler les ESSI à l Agence. Ainsi, toutes les déclrtions des détenteurs d une AM (comptnt pour 0,6 % de toutes les déclrtions d ESSI reçues pr l Agence) ont été exclues du présent rpport. Depuis 1991, l surveillnce ctive est ssurée dns le cdre du progrmme IMPACT. Le progrmme IMPACT est un réseu péditrique hospitlier finncé pr l Agence et dministré pr l Société cndienne de péditrie (21). Ce réseu compte ctuellement 12 centres péditriques à trvers le Cnd, où des infirmières, sous l supervision de médecins spécilistes des mldies péditriques et(ou) infectieuses, étudient les dmissions à l hôpitl pour relever les ESSI cibles, y compris les mnifesttions neurologiques (p. ex. convulsions et syndrome de Guillin-Brré), les cs de thrombocytopénie, d bcès ou de cellulite u point de vccintion, d invgintion intestinle (intussusception) et d utres complictions qui urient pu pprître près une vccintion et qui ont entrîné une hospitlistion (22,23). Pge 234 RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9

3 Lors du processus de déclrtion, les identificteurs personnels sont supprimés des déclrtions d ESSI vnt l envoi de celles-ci (sur support ppier ou informtique) à l Agence, où les données sont sisies dns le SCSESSI (24). L étpe de l sisie comporte un contrôle de l qulité pour éviter les divergences de données insi que repérer et fire concorder les déclrtions en double. Les ESSI grves sont recensés en fonction de l définition de cs; les ESSI déclrés et les ntécédents médicux sont codés conformément à l terminologie de MedDRA (Dictionnire médicl interntionl des ctivités de réglementtion; version 17) (25). Les interventions médicles, y compris les médicments concomitnts, sont codées conformément u Système interntionl de clssifiction ntomique thérpeutique chimique. Le codge est suivi d un exmen systémtique du cs pr des professionnels de l snté dûment formés, qui déterminent l rison principle de l déclrtion. Les définitions ntionles de cs pour l clssifiction des ESSI tirées du Guide de l utilisteur du SCSESSI ont été utilisées ux fins de l nlyse médicle des cs (24). Le nombre et le tux d ESSI pr nnée, l principle rison de l déclrtion, l distribution selon l âge et le sexe, les issues cliniques, une nlyse de tous les ESG, insi qu une liste des dix groupes de vccins ynt les tux de déclrtion les plus élevés étient les éléments de données de l nlyse. Les résultts du présent rpport sont présentés selon l nnée d dministrtion des vccins (2013 à 2016). Anlyse des données Toutes les déclrtions d ESSI trnsmises u SCSESSI jusqu u 14 oût 2017 dont l dte de vccintion étit comprise entre le 1 er jnvier 2013 et le 31 décembre 2016 ont été incluses dns le présent rpport. Les données d une juridiction n ont ps été incluses dns cette nlyse en rison de problèmes techniques de trnsmission et de réception des données u SCSESSI. Comme ces données n ont ps été incluses dns le numérteur, l popultion de cette juridiction n ps été retenue dns le dénominteur lors du clcul du tux ntionl pour hbitnts. Des nlyses descriptives ont été effectuées à l ide du logiciel SAS Enterprise Guide, version 5.1 (26). Dns l mesure du possible, les tux de déclrtion ont été clculés à prtir des données sur les doses distribuées fournies pr les détenteurs d une utoristion de mise sur le mrché, en vertu d une entente conclue vec l Agence. Le nombre de doses distribuées servi de mesure substitutive pour le nombre de personnes vccinées dns le clcul des tux pour l ensemble des vccins et pour chque vccin. Les estimtions nnuelles de l popultion de Sttistique Cnd ont servi de dénominteur pour le clcul des tux lorsqu un tux ne pouvit ps être clculé à prtir des doses distribuées (27). Résultts Au totl, déclrtions d ESSI (2 750 déclrtions d ESSI en 2013, en 2014, en 2015 et en 2016) de 12 provinces et territoires ont été reçues pr le SCSESSI de 2013 à Plus de 80 millions de doses de vccins ont été distribuées, ce qui représente un tux de déclrtion de 12,1 à 14,3 pour doses distribuées (figure 1). Figure 1 : Nombre totl de déclrtions d effets secondires suivnt l immunistion et tux de déclrtion pr nnée, 2013 à 2016 Nombre de déclrtions d ESSI Système ctif Système pssif Totl Tux de déclrtions 14,3 14,0 13,2 12,1 Année Abrévition : ESSI, effets secondires suivnt l immunistion Distribution selon l âge et le sexe Les tux de déclrtion pour hbitnts, selon le groupe d âge et le sexe, sont présentés à l figure 2. L âge médin de toutes les déclrtions reçues u cours de l période de déclrtion étit de 12 ns (plge : moins d'un mois à 104 ns). L mjorité (56 %) des déclrtions d ESSI concernit des enfnts et des dolescents âgés de moins de 18 ns. Le tux de déclrtions le plus élevé est observé chez les nourrissons de moins d un n (121,8 pour hbitnts), suivis des enfnts âgés d un à deux ns (vec un tux de 121,3 pour hbitnts). Des déclrtions, 63 % concernient des sujets de sexe féminin. Une prédominnce msculine été observée chez les enfnts de moins de sept ns et une prédominnce féminine, chez les sujets de sept ns ou plus. Figure 2 : Proportion des déclrtions d effets secondires suivnt l immunistion selon le groupe d âge et le sexe, 2013 à 2016 Tux de déclrtions pour hbitnts Moins d un n Un n à moins de deux ns Deux ns à moins de sept ns Tux chez les sujets msculins Sept ns à moins de 18 ns Groupes d âge 18 ns à moins de 65 ns Tux chez les sujets féminins Cinqunte-six déclrtions n indiqunt ps l âge, 136 déclrtions n indiqunt ps le sexe et trois déclrtions indiqunt «utre» pour le sexe ont été exclues L tbleu 1 présente le nombre de déclrtions et les tux de déclrtion pour hbitnts selon le groupe d âge et l nnée de vccintion. Pour toutes les nnées, les tux de déclrtion les plus élevés ont été observés dns les groupes de sujets âgés de moins d un n et de sujets âgés d un n à moins de deux ns. Les tux fluctuent légèrement d nnée en nnée dns le groupe de sujets âgés de deux à moins de sept ns; chez les sujets âgés de sept ns ou plus, les tux étient reltivement stbles les qutre nnées ns ou plus Tux de déclrtions pour doses RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9 Pge 235

4 Tbleu 1 : Nombre de déclrtions d effets secondires suivnt l immunistion et tux de déclrtion selon le groupe d âge, 2013 à 2016 Sous-popultion groupe d'âge Moins de 1 n Principle rison de l déclrtion Lors de l nlyse médicle du cs, l principle rison de l déclrtion été clssée dns une ctégorie générle d ESSI, puis dns une sous-ctégorie plus précise. Le tbleu 2 liste les ctégories générles des ESSI et leurs sous-ctégories, selon le nombre totl de déclrtions. Les principles risons les plus courntes des déclrtions étient les réctions u niveu du site de vccintion suivies des éruptions cutnées seulement, qui comptient pour 54 % de l ensemble des déclrtions trnsmises (8 % de toutes les déclrtions d ESG) de 2013 à Pge 236 Nombre de déclrtions d ESSI (tux de déclrtions pour hbitnts) (117,8) 1 n à moins de 2 ns 379 (112,6) 2 ns à moins de 7 ns 313 (18,3) 7 ns à moins de 18 ns 18 ns à moins de 65 ns 65 ns ou plus 425 (11,5) 944 (4,8) 279 (6,0) Tous les âges (9,0) 442 (131,2) 399 (117,9) 331 (19,3) 436 (11,8) (5,0) 225 (4,7) (9,2) 386 (114,0) 422 (124,7) Abrévition : ESSI, effets secondires suivnt l immunistion Cinqunte-six déclrtions n indiqunt ps l âge ont été exclues 242 (14,1) 453 (12,2) (5,1) 306 (6,2) (9,1) 425 (124,9) 444 (130,6) 213 (12,5) 458 (12,2) 802 (4,0) 270 (5,3) (8,3) Tbleu 2 : Fréquence des effets secondires et pourcentge d effets secondires grves pour chque sous-ctégorie d effets secondires suivnt l immunistion, 2013 à 2016 ESSI générl Réctions llergiques et utres mnifesttions llergiques Infection/ syndrome/ symptômes systémiques (ISS) Sous-ctégorie de l ESSI générl Nombre de déclrtions (N = ) Toutes les nnées (121,8) (121,3) (16,0) (11,9) (4,7) (5,5) (8,9) Grve (%) Anphylxie Autres mnifesttions llergiques Syndrome oculo-respirtoire Fièvre seulement Infection Syndrome grippl 82 4 Éruption cutnée ccompgnée de fièvre et(ou) d une utre ffection Syndrome indiqué dns les déclrtions d ESSI (p. ex. Kwski) Systémique (plusieurs systèmes de l orgnisme sont touchés) RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9 Tbleu 2 (suite) : Fréquence des effets secondires et pourcentge d effets secondires grves pour chque sous-ctégorie d effets secondires suivnt l immunistion, 2013 à 2016 ESSI générl Mnifesttions neurologiques Éruption cutnée seulement Anxiété due à l immunistion Réctions u niveu du site de vccintion Erreur de vccintion Autres mnifesttions g Sous-ctégorie de l ESSI générl Nombre de déclrtions (N = ) Grve (%) Méningite septique Atxie/cérébellite b 9 67 Prlysie de Bell 29 0 Encéphlite/ encéphlomyélite iguë disséminée (EMAD)/myélite Syndrome de Guillin-Brré Autre prlysie durnt plus de 1 jour 7 43 Convulsions Autre mnifesttion neurologique c Générlisée Loclisée Endroit non précisé/ étendue inconnue Présyncope 31 3 Syncope 57 2 Autre mnifesttion 33 6 d nxiété d Abcès (infecté ou stérile) Cellulite Enflure importnte à un membre e Douleur u membre vcciné durnt 7 jours ou plus Autre réction locle f Erreur de vccintion 9 0 Arthrlgie 73 5 Arthrite Mnifesttion gstrointestinle Épisode hypotoniquehyporéctif Invgintion intestinle (intussusception) Anesthésie/presthésie Protidite 9 0 Pleurs persistnts 72 3 Syndrome de mort subite du nourrisson Mort subite Thrombocytopénie Autres mnifesttions h Abrévition : ESSI, effets secondires suivnt l immunistion L sous-ctégorie «Autres» comprend, sns s y limiter, l hypersensibilité et l urticire b L txie cérébelleuse est définie pr l pprition soudine d une txie tronculire et de troubles de l démrche (22). Notons que l on suppose ici une bsence de signes cérébelleux ccompgnés d utres signes d encéphlite ou d encéphlomyélite iguë disséminée (EMAD); dns ce cs, l mnifesttion serit clssée en fonction de l définition de cs de l Brighton Collbortion (23) c L sous-ctégorie «Autres» comprend, sns s y limiter, les phénomènes convulsifs et les migrines d L sous-ctégorie«autres» comprend, sns s y limiter, les étourdissements et l dyspnée e Une enflure importnte d un segment complet d un membre proximl et(ou) distl, un «segment» étnt l prtie comprise entre deux rticultions (24) f L sous-ctégorie «Autres» comprend, sns s y limiter, l douleur u site de vccintion et l enflure u site de vccintion g «Autres» : utres mnifesttions décrites dns le formulire de déclrtion du Système cndien de surveillnce des effets secondires suivnt l immunistion (SCSESSI). h L sous-ctégorie «Autres» comprend, sns s y limiter, l dénopthie et l rthrlgie

5 L figure 3 présente l réprtition des ESSI selon l principle rison et le groupe d âge indiqués dns l déclrtion, déterminés lors de l nlyse médicle du cs. Les réctions u niveu du site de vccintion étient les effets les plus cournts, suivies des éruptions cutnées et des réctions llergiques. Les réctions u niveu du site de vccintion représentient l mjorité des effets dns tous les groupes d âge, suf chez les enfnts de moins de deux ns. Chez les enfnts de moins d un n, les ESSI les plus souvent signlés étient clssés sous «utres» (ce qui comprenit les sous-ctégories telles que les troubles gstro-intestinux, les pleurs persistnts et les épisodes hypotoniques-hyporéctifs), suivis des éruptions cutnées. Chez les enfnts âgés d un n à moins de deux ns, l ESSI le plus souvent signlé étit l éruption cutnée, suivie des réctions u niveu du site de vccintion et des infections/syndromes/ symptômes systémiques (ISS). Figure 3 : Proportion des principux effets secondires suivnt l immunistion déclrés pr groupe d âge, 2013 à 2016 Pourcentge d ESSI pr rpport à l ensemble des déclrtions 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Moins d un n (N= 1649) Site de vccintion Un n à moins de deux ns (N = 1644) Éruption cutnée Deux ns à moins de sept ns (N = 1099) Sept ns à moins de 18 ns (N = 1772) Groupe d âge 18 ns à moins de 65 ns (N = 3780) Réction llergique Mnifesttion neurologique Anxiété due à l immunistion Erreur de vccintion Autres c Abrévitions : ESSI, effets secondires suivnt l immunistion; ISS, infection/syndrome/symptômes systémiques; N, nombre Cinqunte-six déclrtions n indiqunt ps l âge sont exclues de cette figure b Les ISS sont des mnifesttions touchnt principlement plusieurs systèmes orgniques, souvent ccompgnées de fièvre. Ces mnifesttions comprennent des sous-ctégories comme des syndromes reconnus (p. ex. le syndrome de Kwski, l fibromylgie), l fièvre seule, le syndrome grippl et les mnifesttions systémiques (comme l ftigue, le mlise et l léthrgie). Elles englobent églement les signes d infection d une ou de plusieurs prties du corps c Les utres mnifesttions comprennent l rthrlgie, l rthrite, l épisode hypotonique-hyporéctif, l invgintion intestinle (intussusception), les mldies gstro-intestinles, l nesthésie ou l presthésie, l protidite, les pleurs persistnts, l thrombocytopénie, le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN) et l mort subite L figure 4 présente les ctégories générles d ESSI et l proportion dns chque ctégorie où des effets ont été considérés comme grves. L proportion vriit de 0 à 46 %. L proportion d effets grves étit l plus élevée dns l ctégorie des mnifesttions neurologiques (46 %), suivie pr celle des ISS (19 %). Notons que les erreurs de vccintion n pprissient que dns un petit nombre de déclrtions (neuf déclrtions d ESSI) et dns ucune déclrtion d ESSI grve. Dns le cs des sujets de moins de 18 ns, 7 % (n = 407) de l ensemble des déclrtions d ESSI provenient de l surveillnce ctive. Bien que cette proportion soit petite, elle représente 56 % (n = 401) de toutes les déclrtions d ESSI grves soumises pour ce groupe d âge, ce qui illustre l contribution du système de surveillnce ctive dns le milieu hospitlier. (Note : données non présentées; les vleurs ne correspondent ps ux pourcentges cr ces derniers ont été rrondis u nombre entier le plus près.) ISSᵇ 65 ns ou plus (N = 1080) Figure 4 : Principux effets secondires suivnt l immunistion selon l grvité, 2013 à 2016 Ctégorie générle d ESSI Infection/ syndrome/ symptômes systémtiques Mnifesttion neurologique Anxiété due à l immunistion Abrévition : ESSI, effets secondires suivnt l immunistion Les erreurs de vccintion n pprissient que dns un petit nombre de déclrtions (neuf déclrtions d ESSI) et dns ucune déclrtion d ESSI grve b Les utres mnifesttions comprennent l rthrlgie, l rthrite, l épisode hypotonique-hyporéctif, l invgintion intestinle (intussusception), les mldies gstro-intestinles, l nesthésie ou l presthésie, l protidite, les pleurs persistnts, l thrombocytopénie, le syndrome de l mort subite du nourrisson et le syndrome de l mort subite Utilistion des soins de snté Le tbleu 3 présente le plus hut niveu de soins nécessire suivnt l survenue d un ESSI. L utilistion l plus souvent signlée des soins de snté étit l visite non urgente dns un étblissement de soins (37 %). L pluprt des personnes fisnt l objet d une déclrtion d ESSI (93 %) n ont ps eu besoin d être hospitlisées. Dns près de 25 % des cs, ucun soin de snté n été demndé. Résultt Site de vccintion Éruption cutnée Réction llergique Erreur de vccintion Autres b 0% 3% 46% 19% 13% 13% L issue clinique u moment de l déclrtion pour l ensemble de ESSI figure u tbleu 4. L guérison complète été signlée dns 76 % des déclrtions. Dns les cs où l guérison est incomplète u moment de l déclrtion (18 %), cette dernière est révisée lorsque l informtion est envoyée u SCSESSI. 0% 7% ,000 1,500 2,000 2,500 3,000 3,500 4,000 4,500 Nombre de déclrtions d ESSI Non grves Non grves (%) Tbleu 3 : Utilistion des soins de snté en rison d effets secondires suivnt l immunistion, 2013 à 2016 Plus hut niveu de soins recouru Hospitlistion requise (24 h ou plus) Nombre % 2% Prolongtion du séjour à l hôpitl 4 Moins de 1 Visite u service d urgence Visite non urgente Obtention de l vis d un professionnel de l snté pr téléphone Aucun Inconnu Donnée mnqunte Totl RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9 Pge 237

6 Tbleu 4 : Issue clinique u moment de l déclrtion dns tous les cs, 2013 à 2016 Résultt Nombre % Guérison complète Guérison non obtenue u moment de l déclrtion Invlidité/incpcité permnente 12 Moins de 1 Décès 32 Moins de 1 Inconnu Donnée mnqunte 92 Moins de 1 Totl Déclrtion d effets secondires grves Dns l ensemble, il y eu 892 déclrtions d ESG sur les plus de 80 millions de doses de vccin distribuées u cours de l période de déclrtion. Cel représente un tux de 1,1 pour doses distribuées et 8 % de toutes les déclrtions d ESSI durnt l période de qutre ns (distribution : de 1,0 à 1,2 déclrtion pour doses distribuées). L figure 5 présente l proportion de déclrtions d ESG découlnt des hospitlistions (n = 745), des événements qui mettent l vie en dnger (n = 103), des décès (n = 32), des invlidités résiduelles (n = 11) et d utres risons (n = 1). Figure 5 : Clssifiction des déclrtions d effets secondires grves, 2013 à 2016 Non grves, 92% Grves, 8% Hospitlistion (84%) Événement qui met l vie en dnger (12%) Décès (4%) Invlidité résiduelle (1%) Autre (0.1%) Note : L rrondissement des pourcentges donne un totl légèrement supérieur à 100 % Prmi les déclrtions d ESG, les principux ESSI les plus souvent signlés étient les convulsions (20,1 %), suivies de l nphylxie (12,4 %). L mjorité des ESG été observée chez les enfnts et les dolescents de moins de 18 ns (80 %). Plus de l moitié de ces ESG touchient les enfnts de moins de deux ns; c est un résultt uquel on peut s ttendre, en rison du nombre de vccins dministrés ux enfnts de ce groupe d âge pour les protéger u moment où ils sont le plus vulnérbles ux mldies évitbles pr l vccintion. Dns l mjorité des cs d ESG (73 %), l guérison étit complète u moment de l déclrtion. Dns environ 15 % (n = 137) des déclrtions d ESG, les ptients n étient ps complètement rétblis u moment de l déclrtion. Ces déclrtions sont révisées lorsque le SCSESSI reçoit des renseignements ctulisés. Les utres issues fisnt l objet de déclrtions d ESG comprenient le décès (n = 32; 3,6 %), l invlidité/incpcité permnente (n = 10; 1,1 %), l issue inconnue (n = 60; 6,7 %) et les données mnquntes concernnt l issue (n = 2; 0,3 %). Les 32 déclrtions de décès ont été rigoureusement exminées, et on jugé que ces décès n étient ps ttribubles ux vccins dministrés. Neuf de ces décès (28 %) ont été déclrés dns le plus jeune groupe d âge (moins d un n); six étient ttribubles u syndrome de mort subite du nourrisson et trois découlient d un étt pthologique sous-jcent (soit un infrctus cérébrl, un rrêt crdique et des complictions survenues pendnt l limenttion pr sonde nso-gstrique). Sept décès ont été déclrés dns le groupe des enfnts âgés d un à moins de deux ns, dont trois ssociés à une mort subite, trois cusés pr une infection non liée u vccin dministré (infection à pneumocoques, infection à Streptococcus pneumonie/à stphylocoques, encéphlite nécrosnte) et un ttribuble à un problème préexistnt (lésion cérébrle). Deux décès ttribubles à des étts pthologiques sous-jcents (mldie congénitle et lésion cérébrle grve subie à l nissnce) ont été déclrés dns le groupe des enfnts âgés de deux à moins de sept ns et un décès cusé pr une ffection préexistnte (épilepsie), dns le groupe des sujets âgés de sept à moins de 18 ns. Les 13 utres décès concernent des dultes, soit six dns le groupe des 18 à 65 ns et sept dns le groupe des personnes âgées de 65 ns ou plus (distribution : ns); toutes ces personnes présentient un étt pthologique préexistnt. Les cuses de décès énumérées comprenient les mldies crdiovsculires (infrctus du myocrde, crdiopthie ischémique et thérosclérose), les pneumopthies (mldie pulmonire obstructive chronique, sthme), les ffections du système nerveux centrl (démence, encéphlite ssociée à H1N1, prlysie cérébrle et empyème intrcrânien), les tumeurs mlignes (cncer du poumon et du sein), l immunodépression et le dibète de type 2. Dix groupes de vccins ssociés ux plus huts tux de déclrtions d ESSI Lors d une visite de vccintion, un ou plusieurs vccins peuvent être dministrés. Pour l ensemble des déclrtions, vccins vient été dministrés, soit une moyenne de deux vccins pr déclrtion (distribution : de 1 à 6). Le tbleu 5 indique les 10 groupes de vccins ssociés ux tux de déclrtions les plus élevés et 1) le nombre et le tux de déclrtions d ESSI pour chque vccin (dministré seul ou en ssocition vec d utres vccins), 2) le nombre et l proportion de déclrtions en lien vec un vccin dministré seul et 3) le nombre et le tux de déclrtions d ESG ssociés à l dministrtion de ce vccin seul. Le vccin conjugué contre le méningocoque du groupe C étit ssocié u tux de déclrtions d ESSI le plus élevé, soit de 91,6 pour doses distribuées (n = 1 346), dont l vste mjorité étit constituée d effets non grves. Bien que le vccin conjugué contre le méningocoque du groupe C soit ssocié u tux le plus élevé, le nombre le plus élevé de déclrtions d ESSI concernit le vccin ntigrippl (n = 3 405; 7,1 pour doses distribuées; données non présentées). Pge 238 RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9

7 Tbleu 5 : Liste des 10 principux groupes de vccins pour l ensemble des déclrtions d effets secondires suivnt l immunistion et nombre totl de déclrtions et d effets secondires grves en lien vec le vccin dministré seul, 2013 à 2016 Groupe de vccins Vccins conjugués contre le méningocoque du groupe C Diphtérie, ntoxine tétnique, coqueluche cellulire, ntipoliomyélitique inctivé Diphtérie, ntoxine tétnique, coqueluche cellulire, héptite B, ntipoliomyélitique inctivé, Hæmophilus influenzæ de type B Antipneumococcique conjugué Rougeole, oreillons, rubéole, vricelle Méningocoque du groupe B Vccin conjugué contre Hæmophilus b Rge Polyscchrides de pneumocoques Diphtérie, ntoxine tétnique, coqueluche cellulire, ntipoliomyélitique inctivé, Hæmophilus influenzæ de type B Nom commercil des vccins Meningitec MD Menjugte MD NeisVc-C MD Qudrcel MD Infnrix MD -IPV Tux de déclrtions pour doses distribuées Déclrtions pour un vccin dministré seul Déclrtions d ESG pour un vccin dministré seul N % N % N Tux , , , ,8 INFANRIX , ,3 hex MD Prevnr MD Synflorix MC Prevnr MD , ,2 Priorix-Tetr MD , ,6 ProQud MD Bexsero MD , ,6 ACT-HIB MD Hiberix MD suspension PedvxHib MD IMOVAX MD Rbies RbAvert MD Pneumo MD 23 Pneumovx MD 23 Pedicel MD Infnrix MD - IPV/HIB Pentcel MC Abrévitions : ESG, effet secondire grve; N, nombre Le tux de déclrtion est pr doses distribuées 39 45, , , , , , , ,0 Discussion De 2013 à 2016, le tux nnuel moyen de déclrtions d ESSI étit de 13,4 pour doses distribuées (distribution : de 12,1 à 14,3) ou de 8,9 pour hbitnts. Ce tux est inférieur à celui signlé dns le rpport nnuel de 2012 du SCSESSI, qui étit de 10,1 pour hbitnts (17) et à celui du rpport nnuel ustrlien de 2015, qui étit de 12,3 pour hbitnts (28). Selon les estimtions, les données mnquntes d une région urient compté pour déclrtions d ESSI u cours des qutre nnées; nous vons donc reclculé le tux pour hbitnts, et les tux globux étient encore inférieurs à ceux de Les différences qunt ux tux de déclrtions cndiens peuvent être ttribubles à une sous-déclrtion, à l utilistion de vccins combinés chez les enfnts, ce qui pourrit se trduire pr un nombre moins élevé de déclrtions (p. ex. les vccins contre l rougeole, l rubéole et les oreillons [RRO] et les vccins contre l vricelle ont été combinés en un vccin RROV), à des vritions dns les déclrtions de mnifesttions légères ttendues, insi qu à l exclusion des déclrtions des détenteurs d une AM de l présente nlyse. En outre, on peut s ttendre à ce que les structures de déclrtion soient différentes en Austrlie. Aucun problème d innocuité des vccins ni ucune husse de l fréquence ou de l grvité des effets secondires ttendus n ont été observés u cours de l période de déclrtion. L mjorité des déclrtions d ESSI concernit des vccins dministrés à des nourrissons et à de jeunes enfnts. De tels résultts étient prévisibles, étnt donné que ce groupe d âge reçoit de nombreux vccins lors d une seule visite et à de courts intervlles, ce qui offre ux fournisseurs de soins de snté plusieurs occsions de fire des déclrtions. Une plus grnde proportion (63 %) des déclrtions concernit des sujets féminins. Ce résultt est comprble à d utres constts, révélnt que les femmes de l popultion dulte signlent invriblement plus d effets secondires (7-17,29). Les différences observées entre les sexes en fonction de l âge peuvent ussi être en prtie expliquées pr une plus importnte couverture vccinle chez les femmes (30). Les différences propres u sexe étient significtives (p < 0,05) chez les sujets de sept ns et plus, le tux de déclrtions d ESSI observé chez les sujets féminins étnt supérieur à celui des sujets msculins. Ces différences cdrent vec celles d utres études portnt sur les différences qunt ux tux de déclrtions d ESSI propres u sexe (29,31,32). Prmi les enfnts âgés de sept ns ou moins, on comptit plus de déclrtions d ESSI chez les sujets msculins que chez les sujets féminins; cependnt, cette différence n étit ps significtive. L mjorité des effets secondires déclrés à l suite de l dministrtion d environ 80 millions de doses de vccins distribuées u Cnd étit constituée de réctions non grves et ttendues u niveu du site de vccintion, comme l douleur et l rougeur, l éruption cutnée, insi que de réctions llergiques, comme l hypersensibilité. Au cours de l période de qutre ns, 8 % des ESSI déclrés étient des effets secondires grves. Cette proportion est légèrement plus élevée que celle signlée ux Étts-Unis durnt l même période (5 %) et comprble à celle des nnées ntérieures u Cnd, mis est inférieure à celle observée en Austrlie en 2015 (15 %) (17,28,33). L mjorité des ESG touchient les enfnts et les dolescents, ce qui peut en RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9 Pge 239

8 prtie s expliquer pr le progrmme IMPACT, qui représente plus de l moitié de l ensemble des déclrtions d ESSI reltives ux sujets de moins de 18 ns et qui cible des effets prticuliers chez les enfnts (20,34). Au moment de l déclrtion, l mjorité des cs d ESG étient complètement guéris. On jugé qu ucun des 32 décès déclrés u cours de l période de qutre ns n étit ttribuble ux vccins dministrés. Limites L surveillnce pssive des ESSI est sujette à certines limites, comme l sous-déclrtion, l incertitude qunt à l vlidité du dignostic d un effet signlé, le mnque de renseignements concernnt d utres cuses possibles, comme un étt pthologique sous-jcent ou des médicments concomitnts, insi que les différentes prtiques en mtière de déclrtion d une région à l utre du Cnd, qui pourrient entrîner une surdéclrtion ou une sous-déclrtion des ESSI légers dns certines provinces et certins territoires. Mlgré ces limites, l surveillnce pssive est utile pour détecter d éventuels signlements reltifs ux vccins, qui peuvent lors fire l objet d enquête et être vérifiés. L sisonnlité n ps été nlysée en tnt que vrible potentielle dns le présent rpport. L surveillnce ctive ussi des limites. Le progrmme IMPACT cible des ESSI préétblis (comme les convulsions), ce qui peut limiter l cpcité de ce progrmme de repérer de nouvelles réctions indésirbles ux vccins. En outre, le progrmme IMPACT est xé sur les cs d enfnts hospitlisés, ce qui signifie que seuls les cs les plus grves sont détectés. Enfin, le progrmme IMPACT n est ps exhustif, cr il ne couvre que 90 % des lits et des hospitlistions péditriques en soins tertiires u Cnd (23,34). Mlgré ces limites, ce progrmme peut jouer un rôle importnt dns l surveillnce de l innocuité des vccins, en repérnt de fçon ctive des ESSI grves ciblés dns l popultion péditrique. De plus, il est impossible de déterminer le nombre de doses dministrées dns l popultion; pr conséquent, on se sert soit des doses distribuées, soit des sttistiques de l popultion comme dénominteur. L utilistion des doses distribuées peut entrîner une sous-estimtion des tux, cr on ne tient ps compte des pertes. En outre, les doses distribuées u cours d une nnée peuvent ne ps être dministrées cette même nnée, ce qui réduit d utnt plus l exctitude du dénominteur des doses distribuées. Mlgré ces limites, un dénominteur fondé sur les doses distribuées servi u clcul des tux dns le présent rpport, cr un dénominteur fondé sur l popultion suppose une distribution similire des doses de vccin dns les sous-groupes de l popultion, même si ce n est peut-être ps systémtiquement le cs. Conclusion Le Cnd dispose d un système de surveillnce des vccins exhustif qui permis de relever un tux moyen de déclrtion d ESSI de 8,9 pour hbitnts. On n observé ucun problème inttendu d innocuité des vccins ni ucune ugmenttion de l fréquence ou de l grvité des effets secondires ttendus. L mjorité des ESSI déclrés étit ttendue et de nture bénigne; on n observé ucun effet secondire grve ni ucune husse du tux d effets secondires grves inttendus. Les vccins commercilisés u Cnd continuent d voir un excellent profil d innocuité. Déclrtion des uteurs N. A. Conceptulistion, méthodologie, vlidtion, rédction ébuche initile K. W. Rédction exmen et révision, supervision M. F. Conceptulistion, méthodologie, vlidtion, logiciel, nlyse officielle, rédction ébuche initile, rédction exmen et révision C. C. Logiciel, nlyse officielle, vlidtion, rédction ébuche initile, rédction exmen et révision H. A. Vlidtion, rédction exmen et révision, supervision K. J. Rédction exmen et révision Conflit d intérêts Aucun. Remerciements L production du présent rpport ne serit ps possible sns l contribution du public, des professionnels de l snté publique et des utorités snitires locles, régionles, provinciles et territoriles, qui ont trnsmis des déclrtions u SCSESSI ni sns l collbortion continue des membres du Groupe de trvil sur l vccinovigilnce. Nous tenons églement à remercier les membres de ce groupe pour leurs commentires et leur soutien tout u long de l élbortion de ce rpport. Nous remercions chque personne qui prend le temps de soumettre une déclrtion d ESSI pour s contribution à l innocuité des vccins u Cnd. Finncement Ce trvil été entièrement finncé pr l Agence de l snté publique du Cnd. Références 1. Huston P. Does Cnd need to improve its immuniztion rtes? Cn Fm Physicin 2017 Jn;63(1):e18. PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 2. Governement du Cnd. Tux de vccintion des enfnts cndiens : fits sillnts de l Enquête sur l couverture vccinle ntionle des enfnts. ASPC : 25 vril publictions/vie-sine/2015-enquete-couverture-vccinlentionle-enfnts.html#1 3. Duclos P. L vccinovigilnce u Cnd : Est-elle ussi robuste qu'elle le pourrit? Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd. 2014;40(Suppl 3): Pge 240 RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9

9 rmtc/numero-mensuel/ /rmtc-volume-40-s-3-4- decembre-2014/rmtc-volume-40-s-3-4-decembre html 4. Agence de l snté publique du Cnd. Système cndien de surveillnce des effets secondires suivnt l'immunistion. ASPC : 9 décembre snte-publique/services/immunistion/systeme-cndiensurveillnce-effets-secondires-suivnt-immunistion.html 5. Agence de l snté publique du Cnd. Guide cndien d immunistion: Prtie 2 Innocuité des vccins. ASPC: 1 er septembre publictions/helthy-living/cndin- immuniztion-guideprt-2-vccine-sfety/pge-2-vccine-sfety.html 6. Governement du Cnd. Renseignements sur l'immunistion - provinces et territoires. Agence de l snté publique du Cnd: 19 jnvier c/fr/snte-publique/services/renseignements-immunistionprovinces-et-territoires.html 7. Koch J, Leet C, McCrthy R, Crter A, Cuff W; Disese Surveillnce Division, Bureu of Communicble Disese Epidemiology, Lbortory Centre for Disese Control. Adverse events temporlly ssocited with immunizing gents: 1987 report. CMAJ 1989 Nov;141(9): PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 8. Duclos P, McCrthy R, Koch J, Crter A; Bureu of Communicble Disese Epidemiology, Lbortory Centre for Disese Control. Effets secondires reliés dns le temps à des gents immunisnts (nnée 1988). Rpport hebdomdire des mldies u Cnd. 1990;16(32): PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 9. Duclos P, Koch J, Hrdy M, Crter A, McCrthy R; Bureu of Communicble Disese Epidemiology, Lbortory Centre for Disese Control. Effets secondires reliés dns le temps à des gents immunisnts (nnée 1989). Rpport hebdomdire des mldies u Cnd. 1991;17(29): PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 10. Duclos P, Pless R, Koch J, Hrdy M. Adverse events temporlly ssocited with immunizing gents. Cn Fm Physicin 1993 Sep;39: PubMed ( nlm.nih.gov/pubmed/ ?dopt=abstrct) 11. Division de l immunistion à l enfnce. Bureu de l'épidemiologie des mldies trnsmissibles (BEMT) u Lbortoire de lutte contre l mldie. Effets secondires reliés dns le temps à des gents immunisnts (nnée 1991). RMTC. 1993;19-20: collections/collection_2016/spc-phc/hp pdf 12. Bentsi-Enchill A, Hrdy M, Koch J, Duclos P. Childhood Immuniztion Division, Bureu of Communicble Disese Epidemiology, Lbortory Centre for Disese Control. AEffets secondires reliés dns le temps à des vccins (rpport de 1992). Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd. PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 13. Division of immuniztion, Bureu of Infectious Diseses, Lbortory Centre for Disese Control. Rpport sur l immunistion u Cnd, Chpitre 9. Surveillnce des incidents indésirbles ssociés u moment de l dministrtion du vccin. Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd. 1997;23(Suppl 4):S publictions.gc.c/collections/collection_2016/spc-phc/ HP S4-eng.pdf 14. Cndin Ntionl Report on Immuniztion, Peditr Child Helth. 1998;3(Suppl B):25B-28B Ntionl Report (interim) on immuniztion Vccine Sfety Issues nd Surveillnce. Peditr Child Helth. 1999;4(Suppl C):26C-9C. 16. Agence de l snté publique du Cnd. Rpport ntionl sur l immunistion u Cnd, Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd. 2006;32(Suppl 3): publictions.gc.c/collections/collection/hp3-3-32s3e.pdf 17. Lw BJ, Lflèche J, Ahmdipour N, Anyoti H. Rpport nnuel du Système cndien de surveillnce des effets secondires suivnt l'immunistion (SCSESSI) pour les vccins dministrés en Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd 2014;40(Suppl 3):S7- S21. rmtc-volume-40-s-3-4-decembre-2014/rmtc-volume-40-s-3-4-decembre html 18. Council for Interntionl Orgniztions of Medicl Sciences (CIOMS) nd World Helth Orgniztion. (WHO). Definition nd Appliction of Terms for Vccine Phrmcovigilnce. Report of CIOMS/WHO Working Group on Vccine Phrmcovigilnce. Genev, Switzerlnd: CIOMS nd WHO; report_wg_vccine.pdf 19. Interntionl Conference on Hrmonistion (ICH) of Technicl Requirements for Registrtion of Phrmceuticls for Humn Use. ICH Hrmonised Triprtite Guideline. Clinicl Sfety Dt Mngement: Definitions nd Stndrds for Expedited reporting E2A. Current Step 4 version. ICH: Oct 27, Products/Guidelines/Efficcy/E2A/Step4/E2A_Guideline.pdf 20. Agence de l snté publique du Cnd. Déclrtion de mnifesttions cliniques inhbituelles (mci) à l suite d'une immunistion. ASPC; Sept, content/dm/phc-spc/documents/services/immuniztion/ refi-dmcisi-fr.pdf 21. Société cndienne de péditrie. Progrmme cndien de surveillnce ctive de l immuniztion (IMPACT) Morris R, Hlperin SA, Déry P, Mills E, Lebel M, McDonld N, Gold R, Lw BJ, Jdvji T, Scheifele D, Mrchessult V, Duclos P. IMPACT monitoring network: A better mousetrp. Cn J Infect Dis 1993 Jul;4(4): org/ /1993/ PubMed ( nih.gov/pubmed/ ?dopt=abstrct) 23. Scheifele DW, Hlperin SA; CPS/Helth Cnd, Immuniztion Monitoring Progrm, Active (IMPACT). Immuniztion Monitoring Progrm, Active: model of RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9 Pge 241

10 ctive surveillnce of vccine sfety. Semin Peditr Infect Dis 2003 Jul;14(3): PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 24. Groupe de trvil sur l vccinovigilnce et l Agence de l snté publique du Cnd. Déclrtion de mnifesttions cliniques inhbituelles (MCI) à l suite d une immunistion u Cnd : Guide de l utilisteur pour remplir et soumettre les rpports de déclrtion de MCI. Août declrtion-mnifesttions-cliniques-inhbituelles-suiteimmunistion/guide-utilisteur-remplir-soumettre-rpportsdeclrtion-mci.html 25. Interntionl Conference on Hrmonistion (ICH). Support Documenttion. Medicl Dictionry for Regultory Activities SAS Enterprise Guide version 5.1. Cry, NC, USA: SAS Institute Inc., Copyright All Rights Reserved. 27. Sttistique Cnd. Estimtions de l popultion u 1er juillet, pr âge et sexe (Tble ). CANSIM (bse de données). on?pid= &request_locle=fr 28. Dy A, Wng H, Quinn H, Cook J, Mcrthy K. Annul report: surveillnce of dverse events following immunistion in Austrli, Commun Dis Intell 2017;41(3):E Content/cdi4103-l 29. Hrris T, Nir J, Fediurek J, Deeks SL. Assessment of sex-specific differences in dverse events following immuniztion reporting in Ontrio, Vccine 2017 My;35(19): vccine PubMed ( gov/pubmed/ ) 30. Agence de l snté publique du Cnd. Couverture vccinle des dultes cndiens : résultts de l'enquête ntionle sur l vccintion des dultes de 2014 (ENVA). ASPC: services/publictions/helthy-living/vccine-uptkecndin-dults-results-2014-dult-ntionl-immuniztioncoverge-survey.html 31. Zhou W, Pool V, Isknder JK, English-Bullrd R, Bll R, Wise RP, Hber P, Pless RP, Mootrey G, Ellenberg SS, Brun MM, Chen RT. Surveillnce for sfety fter immuniztion: Vccine Adverse Event Reporting System (VAERS)-- United Sttes, MMWR Surveill Summ 2003 Jn;52(1):1 24. PubMed ( pubmed/ ?dopt=abstrct) 32. Lwrence GL, Artchige PE, Boyd I, McIntyre PB, Gold MS. Annul report on surveillnce of dverse events following immunistion in Austrli, Commun Dis Intell Q Rep 2007 Sep;31(3): PubMed ( gov/pubmed/ ?dopt=abstrct) 33. Helth Service (PHS). Food nd Drug Administrtion (FDA) / Centers for Disese Control (CDC), Vccine Adverse Event Reporting System (VAERS) lst month, CDC WONDER Online Dtbse. html 34. Bettinger JA, Hlperin SA, Vudry W, Lw BJ, Scheifele DW; Le progrmme cndien de surveillnce ctive de l'immunistion (IMPACT) : Surveillnce ctive des effets secondires suivnt l'immunistion et des mldies évitbles pr l vccintion. Relevé des mldies trnsmissibles u Cnd 2014;40(Suppl 3):41-4. PubMed ( nlm.nih.gov/pubmed/ ?dopt=abstrct) Pge 242 RMTC le 6 septembre 2018 Volume 44-9