Le marché des bureaux à Lyon. Bilan & Perspectives Marché locatif et investissement : une belle performance en 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché des bureaux à Lyon. Bilan & Perspectives 2014. Marché locatif et investissement : une belle performance en 2013"

Transcription

1 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Marché locatif et investissement : une belle performance en 2013

2

3 3 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Editorial 2013, une année à oublier en économie Lors de la rédaction de notre précédent opus du «Bilan et Perspectives» en décembre 2012, il ressortait comme une évidence pour tout le monde que 2013 ne serait pas l année de la reprise économique, loin de là. Les prévisions allant s assombrissant, et la perspective d un choc fiscal sans précédent (38 milliards d euros) essentiellement financé par une hausse de la fiscalité sur les ménages et entreprises, avaient mené l ensemble des économistes à passer le 1 er semestre 2013 en «pertes et profits» en matière de croissance économique. Il y a un an, la question qui restait encore ouverte était de savoir si le 2 nd semestre 2013 allait enfin sonner le retour d un meilleur contexte macro-économique ; condition sine qua non d un redressement ultérieur de l investissement des entreprises et de l emploi. Sur toute la première moitié de l année, les plus sombres prédictions se sont confirmées. L économie française a été marquée par une longue glissade de ses indicateurs que rien ne semblait devoir arrêter. Sur la période janvierjuillet les prévisions de croissance économique sont passées de 0,1% de croissance à une récession de 0,3% et l indicateur du climat des affaires plongeait à moins de 84 points en avril, bien loin de sa moyenne de long terme (100 points). La situation financière dégradée des entreprises et le mauvais contexte économique ont conduit à une réduction des effectifs salariés et une hausse du chômage qui, à l été, atteint 10,5% de la population active en France métropolitaine. Pourtant dans ce panorama extrêmement sombre, on note une inflexion de tendance à partir de la fin du printemps, tendance qui perdure pendant l été et à la rentrée. Dans un premier temps, le climat des affaires se redresse, d abord sur un rythme modéré avec une hausse d un point et demi entre avril et juin, puis sur un rythme soutenu à partir de l été, passant de 88 à 95 entre juillet et septembre. Cette hausse du climat des affaires a été portée par le secteur de l industrie (+5 points entre juin et septembre), le secteur des services (+10 points entre juin et septembre), et par le rebond spectaculaire et inattendu du climat du commerce de détail (+15 points entre juin et septembre). Cette forte amélioration de l ambiance générale est probablement à mettre au crédit de la croissance inattendue du PIB au 2 ème trimestre (+0,5%) annoncée pendant l été ; même si cette hausse du PIB est en partie due à des facteurs temporaires comme la hausse des dépenses énergétiques liées à un printemps maussade! Prévisions de croissance du PIB pour 2013 et climat des affaires en France Sources : Consensus forecasts / INSEE A la rentrée, et à la différence de ces dernières années, les nouvelles économiques restent globalement bien orientées. Les paramètres macroéconomiques en France et en zone Euro se sont progressivement redressés, les indicateurs de croissance (PMI Markit ou Indicateur de Retournement) sont passés dans le vert alors que l inflation ou le coût de l énergie sont restés contenus, permettant même à la BCE de réduire de nouveau son taux directeur à un plancher historique de 0,25%. En parallèle la croissance semble vouloir enfin s installer aux Etats-Unis, locomotive économique mondiale, en dépit du «shut-down» d octobre.

4 4 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Ces derniers jours quelques nouvelles sont venues contrarier ce panorama globalement plus porteur, comme la dégradation de la note de la France par Standard & Poors (sans impact sur le coût de la dette) ou encore la baisse du PIB au 3 ème trimestre (-0,1%). L éclaircie sur les chiffres ne doit pas non plus faire oublier l état de fragilité financière de nombreuses entreprises françaises. On retiendra de l actualité récente le redressement judiciaire du volailler DOUX en Bretagne (2 000 emplois) dont le plan de continuation d activité vient d être validé par les tribunaux, ou encore l annonce de la mise en liquidation judiciaire du transporteur MORY-DUCROS, n 2 du transport de colis en France avec plus de emplois dans la balance. Ces différents éléments mettent en lumière le chemin qui reste encore à parcourir pour consolider la croissance en France, la seule susceptible de permettre une amélioration de la situation des entreprises, de l emploi et in fine des finances publiques. Lyon et la région Rhône-Alpes, mieux placés que la moyenne française Lyon est la 1 ère aire urbaine de France après Paris avec plus de 2 millions d habitants pour emplois environ. En termes d économie Lyon et sa région font généralement figure de «bon élève» par rapport à la moyenne nationale. Lyon et la région Rhône-Alpes ont la particularité d avoir à la fois une économie à haute valeur ajoutée comme en lle-de- France et un tissu industriel très diversifié. Lyon présente un fort développement des «fonctions métropolitaines» (conception recherche, commerce inter-entreprises, gestion, culture et loisirs) qui pèsent pour 31% de l emploi de l aire urbaine (38% à Paris). Lyon présente une forte dynamique démographique (0,96% de hausse de population par an entre 1999 et 2009) ainsi qu un haut niveau de formation et de qualification (+ de 20% de la population active diplômée de l enseignement supérieur et forte proportion de cadres par rapport à la moyenne nationale). Lyon entretient des relations économiques fortes sur un territoire étendu lui permettant de bénéficier d un tissu industriel diversifié et offre une productivité supérieure à la moyenne européenne. Les secteurs de haute technologie pèsent pour 4,4% de l emploi régional contre 3,8% en moyenne en Europe. Le profil économique de la région Rhône-Alpes lui permet d offrir une meilleure dynamique économique que la moyenne. Ainsi le taux de chômage à la mi-année se stabilise à 9,3% de la population active (10,5% en France). Le niveau de l emploi salarié est certes en baisse sur 1 an, mais sur un rythme moitié moins soutenu que la moyenne nationale alors que les effectifs des services (hors intérim) sont en hausse.

5 5 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Un marché locatif porté par les grandes transactions Dans un contexte économique dégradé, le marché locatif lyonnais prend le chemin d une belle performance avec une demande placée totale anticipée entre et m². Ce résultat a été bâti sur quelques très grandes transactions, d une taille inédite à Lyon. En effet, pour la seule année 2013, on ne compte pas moins de 3 transactions de plus de m² : la SNCF pour m² dans la tour InCity, Sanofi dans le cadre d un BEFA de m² à Gerland et enfin un clé-en-mains de près de m² par Alstom dans le Carré de Soie. En parallèle, le segment des petites surfaces est également resté très actif cette année, alors que le midmarket est en retrait. Cette vitalité du marché locatif ne doit pas masquer toutefois le fait que ces transactions ont toutes été conclues avec des entreprises déjà présentes à Lyon. Le défi qui attend la métropole lyonnaise dans les années à venir est de transformer l essai en faisant venir de nouvelles entreprises et atteindre une taille de marché qui la fera véritablement entrer dans la cour des grandes métropoles européennes. Lyon a de nombreux atouts, elle pourra capitaliser sur sa politique active de redéveloppement urbain et ses loyers compétitifs mais devra aussi générer suffisamment d activité économique pour créer plus d emplois. Forte compétition sur le marché de l investissement lyonnais en 2013 Le marché de l investissement devrait de nouveau réaliser un bon score en 2013 avec un volume total des investissements attendu entre 750 et 800 millions d Euros. La baisse en volume par rapport à l an passé ne marque en aucune manière un moindre intérêt des investisseurs pour le marché, bien au contraire. Ce que l on retiendra pour 2013, c est tout d abord une performance bâtie solidement sur le cœur du marché traditionnel : les transactions de taille moyenne (15-60 millions d Euros) alors que les très grandes transactions qui avaient dopé le marché l an passé ne se sont pas répétées. Les investisseurs étrangers ont également bien identifié Lyon comme place d investissement et sont très actifs. En moyenne, le quart des offres d acquisition reçues cette année, était issu d un investisseur étranger, mais jusqu à maintenant les acquéreurs français se sont montrés les mieux-disants. Surtout, ce qu il faudra retenir cette année c est bien que les taux de rendement prime ont franchi le plancher des 6,00% et qu il ne s agit pas là d une transaction isolée mais d une évidence répétée. La forte compétition entre les acquéreurs sur les immeubles prime de la Part-Dieu a ramené le taux prime entre 5,60 et 5,75%. A ce niveau, Lyon flirte avec son record de l avant crise, démontrant qu il est aussi possible de générer de la plus-value sur un marché traditionnellement considéré comme très stable et défensif. Un marché de la dette très évolutif en 2013 Le marché des financements immobiliers continue sa recomposition en 2013 avec une segmentation des acteurs qui s accentue en fin d année. En début d année, les forces en présence sur le marché de la dette étaient essentiellement les banques traditionnelles (françaises et allemandes dans une moindre mesure), les assurances et les fonds de dette (annoncés et/ou en phase de collecte). Tous ces acteurs cherchaient à se positionner sur le segment du «Core» pour lequel les besoins de financements apparaissaient donc largement assurés alors que les conditions de financement restaient très hétérogènes. Dans le courant de l année, les fonds de dette sont devenus réellement actifs sur le marché, finançant seuls, ou aux côtés de banques, des opérations significatives. A l inverse les assureurs peinent à trouver leur place, confrontés à la concurrence directe des banques sur le segment «Core». En cette fin d année, le marché s est encore plus segmenté par rapport au début d année avec un phénomène d éviction des fonds de dette et assureurs. La raison principale est la compression des marges qui sont passées d environ 220 à 150 bps depuis le début de l année sur le standard «Core à 5 ans», qui exclut de fait ces acteurs qui ne peuvent s aligner sur les banques les plus compétitives, les banques hypothécaires allemandes. Par ailleurs, suite à la crise de l offre de dette hypothécaire en 2009, le balancier a basculé dans une zone où les emprunteurs tendent à s auto-censurer en matière de financement : 8 acquisitions sur 10 ont été réalisées sans endettement en 2012 (pour les transactions de plus de 30 millions d Euros), tendance qui reste identique cette année et qui limite la taille du marché. Virginie Houzé MRICS Directeur Etudes et Recherche France

6 6 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Lyon a des ambitions européennes Le marché tertiaire Lyonnais est un marché aux fondamentaux solides qui, dans un contexte économique difficile, réalise une très bonne année porté par les très grandes transactions. Une position clairement affirmée de 1er marché tertiaire en régions Le marché lyonnais est le premier marché régional français, loin devant Lille, Marseille, Bordeaux ou Toulouse. Son attractivité au niveau national ne se dément pas. Au 3ème trimestre, ce sont près de m² qui ont trouvé preneur sur l agglomération lyonnaise. Mis à part le marché lillois qui connaît une belle année avec m² placés sur les 9 premiers mois de l année, les marchés d Aix-Marseille et Toulouse ont connu une nette baisse avec moins de m² placés chacun. L agglomération lyonnaise est une ville à part dans les régions françaises avec un volume placé bien au-dessus de la moyenne des autres villes de régions. Lyon est également arrivée en tête du Palmarès des villes les plus «Business Friendly» selon le classement établi par L Expansion-L Entreprise et Coface Services en octobre 2013 sur plus de 120 agglomérations françaises de plus de habitants. L agglomération lyonnaise est une ville au passé industriel très riche qui a su s appuyer sur des industries fortes comme le textile, la pétrochimie ou l automobile. Ces industries ont pour la plupart migré en périphérie laissant de larges emprises disponibles. Lyon fait partie de ces villes qui ont su passer d un territoire industriel au développement tertiaire. Le fait d avoir de nombreuses friches industrielles à redévelopper en intramuros est une chance dans la mesure où cela permet à la ville de se régénérer ; et dans une réflexion globale, de créer de nouveaux aménagements de qualité. C est le cas pour Lyon où la diversité des secteurs proposant des offres tertiaires de qualité permet aux utilisateurs d avoir un réel choix. Le fort ancrage industriel de Lyon contribue également au développement des fonctions tertiaires dans l aire urbaine. Cette boucle itérative entre industries et services permet ainsi de renforcer la présence des acteurs endogènes tout en encourageant l arrivée de nouveaux entrants sur le marché lyonnais. Les activités tertiaires se déploient aujourd hui autour de 4 grands pôles majeurs et en très fort développement que sont Part Dieu, Lyon Confluence, Lyon Gerland et Villeurbanne Carré de Soie.

7 7 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Les grands projets de l agglomération lyonnaise contribuent au rayonnement de la métropole lyonnaise et l inscrit durablement comme une ville qui compte en Europe. Une année marquée par les grandes transactions locatives Une nouvelle tendance, initiée depuis quelques années, émerge clairement cette année : les très grandes transactions. Ces opérations supérieures à m², qui restaient exceptionnelles, sont désormais plus courantes sur le marché lyonnais. Cette orientation est à associer à une autre tendance de fond : la réorganisation des grands groupes sur des surfaces tertiaires de grands volumes. Une ambition européenne affirmée Si l agglomération lyonnaise n a donc plus rien à prouver sur le marché régional français, elle veut aujourd hui être référencée sur le marché européen. Bien sûr, Lyon ne peut rivaliser avec les grandes capitales européennes mais elle a aujourd hui clairement sa place sur l échiquier des villes régionales européennes : les Eurocités. Sur les 11 villes européennes comparables à Lyon (dont Birmingham, Dublin, Milan, Manchester, Barcelone, Francfort ), Lyon et Birmingham sont celles dont les progressions ont été les plus importantes avec plus de 55% d augmentation de la demande placée à la fin du 3ème trimestre. Lyon jouit d un dynamisme économique important et ce même en période de crise. La grande diversité du tissu économique local n est pas étrangère aux performances du marché lyonnais. L attractivité régionale reste très forte même en cette période économiquement agitée. C est également pour cette raison que la majorité des demandes enregistrées sont des demandes endogènes. Pour rentrer de plain-pied dans la cour des Eurocités reconnues, Lyon doit réussir à attirer de nouveaux utilisateurs, extérieurs à son territoire. Les bureaux ne sont plus simplement la coquille de l entreprise mais un réel instrument de management de ces équipes. L évolution des modes de travail en mode projet met les entreprises face à de nouveaux choix et surtout de nouveaux besoins au niveau de l organisation de leurs espaces de travail. Leurs bureaux doivent être en cohérence avec leur stratégie. Les nouveaux modes de fonctionnement nécessitent des aménagements adaptés que seuls des immeubles neufs ou restructurés peuvent leur offrir. Cette tendance plus que positive sur le marché lyonnais va rapidement se confronter au manque d offres neuves sur les principaux secteurs de l agglomération. Dans ce contexte de pénurie, les pré-commercialisations continuent d être importantes, surtout en intramuros : plus de 60% des surfaces aujourd hui en cours de construction ont d ores et déjà trouvé preneur et les négociations en cours confirment clairement cette orientation. Aujourd'hui, la compétition entre les villes se joue sur la puissance des équipements, le poids démographique, ou encore la concentration des fonctions stratégiques, mais aussi sur la capacité à être repérée par les décideurs et les investisseurs. Grâce à sa stratégie marketing portée par le label "ONLY LYON", l'agglomération lyonnaise est entrée dans la course et franchit une nouvelle étape dans sa notoriété européenne et internationale. Son ambition est claire : devenir l'une des premières métropoles européennes de référence.

8 8 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 La ville tire également profit d une planification urbaine maîtrisée et d une véritable collaboration entre les opérateurs publics et privés. Il s agit là d un signe fort au niveau du marché lyonnais qui justement permet d avoir un équilibre entre l offre et la demande. Cette coproduction a comme effet d avoir une parfaite transparence du marché, une identification des projets et généralement une quasi-certitude d aller au bout de ces opérations. De nouveaux territoires ont émergé depuis quelques années : Confluence, le carré de Soie ou encore Villeurbanne Gare. Des secteurs ont bénéficié d un renouvellement urbain maîtrisé mixant services, commerces et logements avec de bonnes dessertes en transports et une identité forte. C est un critère prioritaire pour les investisseurs ainsi que pour les entreprises.. La forte dynamique enregistrée depuis deux ans s est poursuivie au cours de l été. Depuis le début de l année, plus d une soixantaine d entreprises ont ainsi été accompagnées dans leur projet d implantation par l Aderly, avec une perspective de création de plus de emplois d ici 3 ans. Six projets sur dix sont d origine étrangère. Il s agit cependant de petits projets tertiaires, les grandes demandes hexogènes n étant pas encore monnaie courante sur le territoire lyonnais. La réhabilitation ou restructuration d actifs existants apparaît comme incontournable C est une réponse cohérente à la planification de développement d un secteur : les réhabilitations sont plus rapidement exécutées que les constructions de nouveaux programmes surtout après démolition. Cela permet également d éviter la «pénurie temporaire» d offres de qualité et permet de conserver l attractivité du territoire défini. C est également une réponse urbaine qui permet de s inscrire dans l histoire urbaine en conservant un patrimoine architectural, et une identité. La réhabilitation prend également tout son sens auprès des investisseurs par la création de valeur sur des actifs obsolètes, tout en proposant des loyers se rapprochant de ceux du neuf ; mais aussi auprès des utilisateurs en apportant une alternative aux offres neuves avec des prestations de qualité, répondant à leurs besoins et dans des conditions financières plus attractives. Les collectivités, par le biais des réhabilitations, peuvent véhiculer une image positive d une ville qui sait se régénérer. L homogénéité dans la perception du secteur permet également de renforcer son attractivité. Enfin c est une réponse en matière de développement durable : la réhabilitation apparait de toute façon aujourd'hui comme une obligation compte tenu des nouvelles réglementations et l évolution des cahiers des charges des utilisateurs de plus en plus exigeants dans ce domaine.. A l échelle de notre métropole, l enjeu de la restructuration des immeubles existants, est à notre sens le point plus important dans la problématique de reconquête de notre QCA. Cela permettra de rehausser la qualité du parc immobilier de la Part Dieu, et d avoir une diminution de l amplitude des loyers entre le marché prime et le seconde main, permettant ainsi une cohérence des valeurs locatives sur le QCA lyonnais

9 9 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Le marché lyonnais de l investissement : une place dynamique La région lyonnaise a une position à part dans les régions puisqu elle représente à elle seule plus d un quart des montants investis sur le territoire français (hors région parisienne). Le marché lyonnais reste solide grâce à un marché diversifié Le marché de l investissement en région lyonnaise réalise une belle performance avec 515 millions d euros investis sur les neuf premiers mois de l année. C est la 1ère fois depuis 2008 que le marché passe le cap des 500 millions d Euros investis à la fin du 3ème trimestre. La situation saine et dynamique du marché locatif lyonnais attire les investisseurs sur la métropole. Nous assistons depuis maintenant plus de deux ans au retour des investissements sur des immeubles à construire permettant ainsi de faire diminuer la pression sur l offre et surtout de satisfaire des entreprises utilisatrices afin de leur proposer des immeubles BBC et HQE. La part des VEFA atteint son meilleur niveau depuis Toutefois, les demandes des investisseurs pour les VEFA se concentrent sur les actifs sécurisés. En effet, la part des transactions en blanc reste au plus bas alors que les opérations avec des baux long terme représentent plus d un tiers des montants investis. Un marché très concurrentiel tire les taux de rendement vers le bas Le fort appétit (et la concurrence) des investisseurs pour les actifs prime et sécurisés, confronté à une offre insuffisante, a poussé les taux de rendements à la baisse. Ainsi ces derniers se positionnent-ils à 5,75% pour les meilleurs produits de la Part-Dieu depuis le début de l année et les prix de vente peuvent dépasser aujourd hui les niveaux d avant la crise. Lyon est une ville sur laquelle on peut aujourd hui réellement créer de la valeur, et ce grâce à une croissance régulière et maîtrisée des valeurs locatives.

10 10 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Un marché sécurisant qui attire les investisseurs nationaux et internationaux Le marché de l investissement logistique a le vent en poupe La métropole lyonnaise reste une place sécurisée pour les investisseurs aussi bien locaux, nationaux qu internationaux. L urbanisation de l agglomération lyonnaise et le déficit de fonciers disponibles ont conduit l étalement des implantations de zones industrielles et logistiques jusqu à St Quentin Fallavier et la Plaine de l Ain plus au nord. C est au milieu des années 90 que la logistique a réellement fait son apparition, transformant le paysage immobilier industriel vers de nouvelles unités aux dimensions significatives. Cependant, cette année encore les acteurs français restent clairement majoritaires et dominent le marché. Cette forte part des acteurs français s explique par le fort appétit des privés et des SCPI / OCPI pour le marché lyonnais, qui offre des volumes d investissement liquides et un écart de rendement attractif avec Paris. Toutefois avec près d un quart de part de marché, les investisseurs internationaux reprennent une part non négligeable à fin septembre. Selon Vincent Delattre, Directeur de l Investissement en Régions chez Jones Lang LaSalle, les investisseurs étrangers n ont pas quitté le marché lyonnais. Ils seraient même forts actifs, mais sans concrétisation en raison d une offre qui n est pas toujours la mieux-disante : «Les investisseurs étrangers ont représenté en 2012 et 2013 un quart des offres que nous avons reçues. Toutefois les français, qui restent très acheteurs et riches en fonds propres, ne leur feront pas la partie facile. Ainsi en termes d acteurs, même si certaines opérations se boucleront finalement avec des acquéreurs internationaux, le marché restera majoritairement français à horizon fin d année.» Lyon fait aujourd hui partie des Eurocités les plus plébiscitées par les investisseurs internationaux et les entreprises. Les investisseurs allemands ne s y sont pas trompés et ont clairement identifié le marché lyonnais. La taille du marché et les types de produits leur correspondent bien et s ancrent durablement sur le territoire. Ce changement de statut de la métropole lyonnaise s explique par différentes raisons principalement par la transparence de ses marchés immobiliers, le dynamisme de sa production tertiaire depuis plus de 10 ans (le parc a progressé de près de 40%) et la stabilité de ses valeurs locatives, qui font de Lyon un marché sain reposant sur de solides fondamentaux. Le développement de ces métiers a été un véritable relais de croissance pour l activité logistique et par ricochet pour le marché immobilier lyonnais. Ces plateformes logistiques de nouvelle génération hyper standardisées, normées sur des organisations de stockage spécifiques ont fortement dynamisé certains secteurs géographiques, comme le secteur «Isle d Abeau/ St Quentin Fallavier» à l Est de Lyon et le secteur «Plaine de l Ain» au Nord Est. En à peine 20 ans, l agglomération lyonnaise est devenue le second marché national en demande placée et le parc de l Isle d Abeau le troisième européen avec plus de 2,5 millions de m² d unités logistiques représentant tous les maillons de la chaine. Devenu une référence à l échelle internationale, l immobilier logistique de l agglomération lyonnaise bénéficie en outre d un positionnement stratégique au cœur d une zone de chalandise de plus de 170 millions de personnes dans un périmètre de moins de 24h en camion, d une captation de bassins économiques économiquement forts (Ile-de-France, Ruhr, Canton de Genève, Lombardie ) et d un maillage autoroutier et ferroviaire au sein du corridor nord/sud facilitant les échanges et la diversité des modes de transports. L immobilier logistique est un solide outil d attractivité et de notoriété pour l agglomération lyonnaise auprès des investisseurs internationaux et des grandes entreprises. Ikea, Schneider, Feu Vert, Intersport, NYK ou DHL, entre autres, y ont implanté des plateformes nationales ou Sud-Européennes sur des surfaces significatives. Le marché de la logistique a la faveur des investisseurs. Les investisseurs non spécialisés ont également pris position de ces actifs et notamment les institutionnels qui cherchent aujourd hui à se diversifier. Les taux de rendement en région convergent autour des 7%. Le marché logistique s est mieux porté en région RhôneAlpes qu en Ile-de-France et donc le marché de l investissement également. Les bâtiments trouvent plus facilement preneur. Les grands arbitrages se font hors de la région parisienne et créent de belles opportunités en régions.

11 11 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Perspectives Economie : un peu plus de raisons d espérer «raisonnablement» en 2014 A l échelle mondiale, un certain nombre d éléments vient démontrer que la situation s améliore : renforcement de la croissance aux USA, stabilisation de la situation des pays émergeants ou encore rebond de l économie japonaise grâce aux effets positifs de «l Abenomics». A l inverse, il ne faut pas non plus négliger certains risques comme ceux que peuvent faire peser la fin des politiques monétaires non-conventionnelles sur les taux et les liquidités, l atterrissage des économies émergentes sur la croissance mondiale ou encore les créances douteuses des banques européennes sur l investissement productif. Toutefois, la mise en œuvre du CICE (Crédit d Impôt Compétitivité Emploi) en 2014 pourrait permettre une amélioration de la situation financière des entreprises, et leur niveau de marge pourrait enfin se redresser. Par ailleurs, si l économie nationale ne peut guère compter sur ses moteurs internes pour alimenter sa croissance, la demande extérieure pourrait lui apporter un peu de soutien dans les mois qui viennent. L économie française va continuer à connaître une faible croissance dans les mois qui viennent. Selon les économistes, la situation et l acquis à la fin du 3e trimestre laissent anticiper une très légère hausse du PIB au 4e trimestre 2013 (environ +0,1%) avec une tendance à l amélioration très progressive de la conjoncture. A ce stade les prévisions pour 2014, anticipent une croissance inférieure à 1%. Ainsi, à ce stade, en Europe on peut plus parler d une sortie de récession que d une reprise économique. La preuve en est dans la volatilité des indicateurs économiques qui soufflent le chaud et le froid d un mois sur l autre. Un marché locatif tertiaire optimiste pour 2014 Ainsi après la phase de rapide amélioration de la situation en été, on retiendra que le 3e trimestre et les mois d automne ont connu des fortunes un peu moins éclatantes, illustrant de nouveau la fragilité et la lenteur du rétablissement économique en Europe. A ce jour, Jones Lang LaSalle a d ores-et-déjà identifié plus de m² de grandes demandes sur l agglomération. Les perspectives pour l économie française en 2014, bien que globalement meilleures que l an passé, restent encore pondérées par différents éléments : Le PIB de la zone Euro est en légère croissance de 0,1% au 3e trimestre et en baisse de 0,1% en France. Les indicateurs de climat des affaires et de confiance des ménages en France se sont stabilisés en octobre L indice PMI Markit hésite entre zone de croissance et de contraction. En France, le PMI baisse de 2 points en novembre, repassant sous les 50 points alors qu en zone Euro il reste au-delà de 50. La production industrielle est en baisse en Allemagne et en France La consommation reste atone. Même si l optimisme est de mise pour les années 2014 et 2015, il y aura sans doute un retrait de la demande placée. Mais ceci sera davantage le fait d un manque d offres que d un manque de dynamisme de la demande. Côté offre, l écart se creuse entre les différents secteurs géographiques, notamment entre les secteurs tertiaires recherchés et les secteurs dits «secondaires» où les taux de vacance sont nettement plus élevés. Cette tendance s accentue et devrait encore se confirmer dans les prochains mois. En 2013, les livraisons ont été importantes et ce ne sont pas moins de m² qui sont sortis de terre. Dans le contexte où la demande pour les produits neufs demeure soutenue et où l offre reste maîtrisée dans les secteurs tertiaires les plus recherchés, les valeurs locatives faciales haut-de-gamme devraient continuer de se maintenir. Les livraisons devraient cependant connaître un réel ralentissement en 2014 car moins de m² de surfaces tertiaires sont attendus. Qui plus est, l agglomération lyonnaise poursuit sa stratégie de développement tertiaire autour de grands projets urbains, complémentaires en termes de produits proposés et en adéquation avec les attentes des utilisateurs.

12 12 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Le marché immobilier lyonnais est, depuis plus d une décennie, le premier marché régional français, que ce soit en termes de demande placée ou de volumes d investissements. Profondeur et transparence des marchés, diversité des acteurs, projets urbains significatifs, architectes de renom, présence d investisseurs internationaux, Lyon a peu à peu changé d échelle pour se positionner aujourd hui parmi les Eurocités les plus performantes. Le marché lyonnais de l investissement La répartition équilibrée de l activité du marché a permis de conserver un bon niveau d activité sur le marché de l investissement à Lyon. A ce stade de l année, la plupart des transactions qui doivent se concrétiser d ici la fin d année sont d ores et déjà identifiées. Ainsi, le montant total des investissements anticipé pour 2013 atteindrait entre 750 et 800 millions d Euros. La présence des investisseurs étrangers, qui ont pour la plupart référencé la région lyonnaise comme cible potentielle, demeurera conditionnée par le type de produits mis sur le marché. Les investisseurs français, riches en fonds propres, resteront majoritaires cette année encore. La demande importante sur les immeubles prime conjuguée à la faiblesse de l offre sur ce type d actif devrait permettre aux taux de rendement de rester stables voire de diminuer très légèrement en 2014, en dépit d une hausse probable du coût de l argent. Quelques opérations sont actuellement en cours et pourraient se signer sur la base de taux avoisinant 5,70%. Le marché immobilier lyonnais s étoffe, se développe, se diversifie. Développé historiquement sur le quartier de la Part Dieu, deuxième pôle tertiaire français après La Défense en termes de parc immobilier, les activités tertiaires se déploient aujourd hui autour de 4 grands pôles majeurs et en très fort développement que sont Part Dieu, Lyon Confluence, Lyon Gerland et Villeurbanne Carré de soie. Les grands projets d agglomération contribuent au rayonnement de la métropole lyonnaise et devraient permettre de l inscrire durablement comme une des villes européennes les plus attractives aux yeux des investisseurs. 10 avantages compétitifs de Lyon : Stabilité politique, économique et fiscale. Transparence des marchés et lisibilité des projets urbains. Diversité des profils des industries présentes assurant un cercle vertueux avec les fonctions tertiaires et R&D. Volume de transactions en tertiaire, logistique et industriel en progression. Equilibre entre l offre et la demande limitant le taux de vacance et pérennisant les valeurs locatives. Proximité entre collectivités locales et opérateurs immobiliers (principe de «co-production public / privé) Couple rendement/risque attractif pour les investisseurs Positionnement géographique et desserte de premier plan, assurant une zone de chalandise de 170 millions de personnes à moins de 24 h par transport routier Diversité des actifs tertiaires proposés avec des signatures d architectes internationaux et un niveau de prestations aux normes internationales Des valeurs locatives parmi les plus attractives des grandes villes européennes

13 13 Le marché des bureaux à Lyon Bilan & Perspectives 2014 Financement : l heure des choix pour les acteurs non traditionnels Comme nous l évoquions dans l éditorial, les fonds de dette et assureurs se trouvent aujourd hui évincés du marché de la dette «standard» (Core 5 ans) pour laquelle ils ne sont plus compétitifs. En effet, les banques ont fait subir une cure d amaigrissement drastique à leurs marges, en particulier depuis l été. Alors, mouvement soutenable ou simple effet de concurrence commerciale de fin d année, dans un marché où la demande de dette reste limitée? Il est plus que probable que la réponse se situe entre les deux : oui la baisse des marges est durable, mais probablement pas à ce niveau. Passé le 31 décembre 2013, il est probable que le niveau des marges remontera légèrement mais restera suffisamment faible pour poser la question du positionnement des fonds de dette et des assurances. Deux choix s offrirait à eux : quitter le marché du financement ou modifier leur positionnement. Il est souhaitable pour l ensemble du marché que ces acteurs choisissent la deuxième option. En effet, la crise de liquidité de 2009 a mis crûment en lumière la surexposition de l immobilier tertiaire au financement hypothécaire, avec les risques de «credit-crunch» que l on connait désormais. L option de changement de positionnement les amènerait soit à offrir des financements plus longs sur des actifs Core (pour les assurances) soit à aller sur le segment des actifs plus risqués pour les fonds de dette et les banques anglo-saxonnes. A ce propos, on notera que le «Core +» ou le «ValueAdd» sont des segments de marché qui ont connu un beau redémarrage en 2013, représentant à eux deux un peu plus de la moitié du marché des transactions de plus de 30 millions d Euros. Marché en croissance, appétence des investisseurs pour le financement, finalement les perspectives pourraient être tout à fait attractives pour les acteurs qui se positionneraient sur ce segment qui offre un niveau de marge plus attractif. Un segment à (re) prendre en 2014.

14

15 Business contacts Laurent Vallas Directeur Jones Lang LaSalle Lyon +33 (0) Vincent Delattre Responsable Investissement Régions +33 (0) Stéphane Jullien Responsable Bureaux Lyon +33 (0)

16 Contact Etudes et Recherches Virginie Houze Directeur Recherche France +33 (0) Magali Pousson Consultante Géomarketing +33 (0) COPYRIGHT JONES LANG LASALLE IP, INC Tous droits de reproduction, de représentation, de traduction et d'adaptation par tous procédés réservés pour tous pays. Toute reproduction intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans l'autorisation de Jones Lang LaSalle ou de ses ayants droits est illicite (art. L du Code de la propriété intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Jones Lang LaSalle ne saurait en tout état de cause être tenu responsable de tout dommage direct ou indirect ou de toute perte subie en raison d'une inexactitude ou d'une incorrection de ce document.

Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Lyon On Point 1 er trimestre 2014 L immobilier tertiaire a souffert du manque de grandes demandes L agglomération a bénéficié d une éclaircie économique confirmée par l INSEE. L environnement

Plus en détail

Panorama bureaux Investissement Lyon

Panorama bureaux Investissement Lyon Panorama bureaux Investissement Lyon On Point I3 ème trimestre 2014 Source : Asylum Sogelym Dixence I 1 I 2 Le fait marquant Coup double sur la tour Incity La rumeur de cette acquisition courait depuis

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise

Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise 1 er trimestre 2015 Etude réalisée sur la base des chiffres CECIM, intégrant les transactions directes Sommaire Contexte économique L essentiel du marché

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Ile-de-France On Point 1 er trimestre 2014 «Cœur Défense», la cession est finalisée! Après bon nombre d informations divergentes depuis quelques mois, l acquisition de la structure de

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

Le Secteur des Mutuelles, Retraites complémentaires & Opérateurs de la Prévoyance

Le Secteur des Mutuelles, Retraites complémentaires & Opérateurs de la Prévoyance Le Secteur des Mutuelles, Retraites complémentaires & Opérateurs de la Prévoyance Les Mutuelles, Retraites complémentaires et Opérateurs de la Prévoyance en 2012 : Se rapprocher pour innover! Un environnement

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon

Panorama bureaux Lyon Panorama bureaux Lyon On Point Source : Fotolia I2 e trimestre 2015 I 1 I 2 Le fait marquant Lyon - Crédit Agricole Assurances rachète le Grand Hôtel-Dieu à Eiffage Crédit Agricole Assurances a annoncé

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 Conférence de Presse Immobilier d Entreprise AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 2011, cap sur la reprise? AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 LOCAUX D ACTIVITÉ MARCHÉDES LOCAUX D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France

Panorama bureaux Ile-de-France Panorama bureaux Ile-de-France I 1 On Point I 3 ème trimestre 2014 I 2 Le fait marquant Demande placée, le QCA a le vent en poupe depuis le début de l année Alors que la demande placée totale acte une

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement. 28 janvier 2010

Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement. 28 janvier 2010 Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement 28 janvier 2010 1 Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement UNE ANNEE CONTRASTEE

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Panorama Industriel Lyon. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama Industriel Lyon. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama Industriel Lyon On Point 1 er trimestre 2014 Bonne tenue du marché au 1 er trimestre 2014 Ce rapport est réalisé à partir des données collectées par le CECIM et JLL. Il porte sur l ensemble des

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France

Perspectives Entreprises Ile-de-France Perspectives Entreprises Ile-de-France On Point I3 ème trimestre 2014 I 1 I 2 En direct du marché Les «grands classiques» ont la cote Depuis le début de l année on remarque que les entreprises démontrent

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Une stratégie payante

Une stratégie payante Chiffre d affaires 9M 2013 Silex, Lyon Le Patio, Lyon - Villeurbanne Une stratégie payante 7 novembre 2013 Une stratégie partenariale - Des revenus locatifs pérennes Loyers part du groupe solides : + 5,4%

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

Immobilier et Assurance Vie

Immobilier et Assurance Vie Immobilier et Assurance Vie Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l'assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4 L'enveloppe Assurance

Plus en détail

OPCIMMO-P. L épargne immobilière indirecte réinventée. Diversification compte-titres et assurance vie

OPCIMMO-P. L épargne immobilière indirecte réinventée. Diversification compte-titres et assurance vie Diversification compte-titres et assurance vie OPCIMMO-P Munich - Atelier an der Medienbrüke Paris - Cap 14 (VEFA) L épargne immobilière indirecte réinventée Document dédié à la présentation de l action

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4 Dossier de presse Sommaire La communauté d agglomération Plaine Commune, terrain d enjeux pour les acquéreurs publics et privés.2 Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3 Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

BUREAUX : les quartiers les plus prisés à PARIS / LYON / MARSEILLE

BUREAUX : les quartiers les plus prisés à PARIS / LYON / MARSEILLE Communiqué de presse 28 mai 2015 BUREAUX : les quartiers les plus prisés à PARIS / LYON / MARSEILLE BureauxLocaux.com, le 1 er site d annonces immobilières pour les entreprises, publie une infographie

Plus en détail

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement . Panorama bureaux Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement Pénalisé par l environnement économique, fiscal et règlementaire, le marché

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Développer la valeur d une entreprise : l impact du levier immobilier

Développer la valeur d une entreprise : l impact du levier immobilier Développer la valeur d une entreprise : l impact du levier immobilier Janvier 2012 Jones Lang LaSalle Private Equity Desk CONSTATS L immobilier d exploitation : un levier à actionner L entrée d un fonds

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

URBAN PRESTIGIMMO. SCPI Malraux. Présentation en. points clés

URBAN PRESTIGIMMO. SCPI Malraux. Présentation en. points clés at rim oi ne.c om Une selection Le Guide Du Patrimoine, Contact Laurent COHEN, Tel 06 50 79 29 79 ou Tel 09 51 70 15 49 ed up URBAN PRESTIGIMMO Présentation en w 2013 PIERRE PAPIER : 1ER PRIX GESTIONNAIRE

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Christophe RIPERT, Directeur immobilier, SOGARIS Cette présentation porte sur des exemples concrets d

Plus en détail

SCPI UFFI Performances Énergétiques

SCPI UFFI Performances Énergétiques GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI - OPCI groupements forestiers SCPI UFFI Performances Énergétiques Date d ouverture de la souscription : 22 novembre 2011 Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM - UFFI

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail