Vous avez acheté des Codes de construction du Québec, chapitre V électricité? Changements au code : sessions supplémentaires (voir en page 13)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vous avez acheté des Codes de construction du Québec, chapitre V électricité? Changements au code : sessions supplémentaires (voir en page 13)"

Transcription

1 Vol. 70 N o 2, avril-mai 2011 Avis important Vous avez acheté des Codes de construction du Québec, chapitre V électricité? Plusieurs de nos membres nous ont contactés récemment pour nous signaler que certains exemplaires du Code de construction du Québec, Chapitre V - Électricité qu ils avaient achetés présentaient des défectuosités (sections manquantes, pages inversées...). Puisque ces codes sont parfois redistribués plus tard, certaines des caisses ne sont ouvertes que plusieurs mois après leur achat. Que vous ayez acheté un ou plusieurs exemplaires, ne courez pas le risque de vous retrouver pris au dernier moment avec des exemplaires défectueux. Prenez le temps de les véri er maintenant! Svp contacter votre fournisseur pour qu il reprenne les exemplaires défectueux a n de les échanger contre des exemplaires conformes. Comme ces Codes sont valables pour trois ans, ça vaut la peine de prendre quelques minutes de votre temps pour faire cette véri cation. Changements au code : sessions supplémentaires (voir en page 13) Index Activités et formations P. 10 Anniversaires des membres P. 15 Application du code P. 2 Catalogues Fournisseurs P. 14 Colloque AemcQ en images P. 11 Électriciens hors construction: les coûts P. 15 La Fondation Hydro-Québec P. 12 Les chargeurs de véhicules électriques P. 6-7 Les répondants : qui sont-ils? P. 5 Nouveaux membres P. 12 Opinion du président P. 4 Salon MCEE en images P 8-9

2 DHT Technologies Inc. Spécialistes en équipements électriques industriels basse et haute tension. Service 24 hres/jour 7 jours/sem. SERVICES ÉLECTROTECHNIQUES Thermographie; Coordination et calibration de protection; Réfection de jeux de barres; Modernisation d équipements électriques; Intégrateur de systèmes de détection de faute à la terre; Essais et réparation de transformateurs, disjoncteurs, démarreurs; Essais de synchronisation; Projets clé en main , boul. Industriel, : Tél.: (514) Téléc.: (514) Ottawa: Tél.: (613) Chaque kilowatt Deux groupes électrogènes de 1.6 MW en régime continu Université de Sherbrooke Vente Location Service Candiac Tél. : Québec Tél. : Val-d Or Tél. : Notre énergie à votre service. MC

3 Vol. 70 N o 2, avril-mai 2011 La CSST frappe dans le mille! La bonne nouvelle : les accidents de travail ont baissé de 37 % en dix ans. Encore mieux, la baisse atteint les 55 % pour les jeunes de moins de 25 ans. De la même façon, alors que l on dénombrait entre 20 et 25 morts par électrocution dans les années 1980, on en compte aujourd hui entre cinq ou six par an. La mauvaise nouvelle : ça n empêche pas qu encore aujourd hui, en 2011, à chaque quatre jours un Québécois perd la vie à cause de son travail. SERGE, 43 ANS, A PERDU UN DOIGT. ANNIE, 32 ANS, A PERDU UN ŒIL. MIGUEL, 21 ANS, A PERDU SES JAMBES. ET LÉO, 5 ANS, A PERDU SON PAPA. C est pour souligner l importance de sensibiliser toute la population aux lourdes conséquences des accidents du travail que le comédien Claude Legault a accepté d être le porte-parole de la nouvelle offensive publicitaire de la CSST. «On a tous quelqu un de proche à qui ça peut arriver. Ces drames-là peuvent être évités. Ça ne devrait jamais arriver. Tous nos milieux de travail, les petits comme les grands, doivent être sécuritaires» a-t-il déclaré dans le cadre du Gala national des Prix innovation en santé et sécurité du travail, présenté à Québec le 29 mars dernier. Les Prix Innovation récompensent la créativité et l ingéniosité en matière de prévention dont font preuve les employeurs et les travailleurs qui, cette année, ont soumis près de 200 innovations dans les trois catégories : les PME, les Grandes entreprises et les Organismes publics. L entreprise Denis Lavoie et Fils, spécialisée entre autres dans les travaux de génie civil et de voirie, s est méritée le premier dans la catégorie des PME, tandis qu AbitibiBowater - division Amos remportait l équivalent dans la section des Grandes entreprises et que la Ville de Québec était la lauréate dans la catégorie Organismes publics. Le lendemain de cet événement prestigieux, tel qu annoncé dans notre édition de février-mars dernier, avait lieu le Forum SST de Québec. Plus de 24 conférenciers en ont profité pour se prononcer sur les meilleures pratiques en santé et sécurité du travail et sur les nouvelles tendances en la matière. Ces conférences traitaient des sujets aussi variés et instructifs que la manière de se comporter avec des clients agressifs, comment planifier l inspection des lieux de travail, comment gérer notre stress au travail, comment comprendre la charge de travail pour en prévenir la surcharge ou encore comment prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS), pour ne nommer que ces quelques exemples. De nombreux exposants ont proposé leurs nouveaux produits et services reliés à la santé et à la sécurité du travail tandis que des spécialistes de la CSST présentaient les divers plans d action et programmes conçus pour rendre les milieux de travail encore plus sécuritaires. La conférence d ouverture était donnée par Mario Brien, le directeur de production du dorénavant célèbre Moulin à images, l œuvre gigantesque de Robert Lepage et de son équipe Ex Machina. Monsieur Brien en a profité pour parler entre autres de quelquesuns des défis liés à la santé et à la sécurité du travail que comporte la réalisation d une telle œuvre. Pour en savoir plus sur le gala et les lauréats et même visionner des vidéos de l événement : NDLR: Ce texte et cette photo sont présentés à titre d information et de contribution à la sensibilisation en faveur de la sécurité. Ils ne sont pas de la publicité commandée par la CSST. Un jour sur quatre, un Québécois perd la vie au travail. Tous nos milieux de travail, les petits comme les grands, doivent être sécuritaires. La prévention, c est l affaire de tous : travailleurs et employeurs. Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs Cette affi che, que l on voit maintenant un peu partout, a de quoi attendrir les cœurs les plus coriaces : petit visage angélique (comme celui de nos propres enfants et petits-enfants), tristesse communicative, textes brefs et frappants, comment ne pas se sentir interpellé par ces éléments porteurs d un message clair : on travaille pour gagner sa vie, pas pour la perdre Cette publicité choc de la CSST vient épauler la campagne télévisée appuyée avec conviction par le comédien Claude Legault. L art de se faire comprendre en peu de mots. L AcpééeQ a témoigné offi ciellement par écrit son appui à la CSST il y a deux ans, lors de la campagne publicitaire sur le cadenassage et avait même suggéré d en rajouter. Voilà qui est fait. Et comme le slogan de l AcpééeQ est La compétence au service de la sécurité, cette nouvelle campagne publicitaire ne peut que réjouir l association.

4 Application du code relativement au remplacement d appareillage électrique Tôt ou tard, l appareillage électrique faisant partie d une installation électrique nécessitera possiblement d être échangé ou remplacé. La corrosion, la désuétude ou le mauvais fonctionnement risque fort de nécessiter le remplacement de l appareillage. Or, avec la venue du nouveau chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec (Code) qui apporte de nouvelles prescriptions (par exemple, l exigence d installer des prises de courant à obturateurs dans un logement), ce qui a été installé il y a de nombreuses années était sans doute conforme aux exigences requises à cette époque, mais qu en est-il de la conformité au Code actuel lorsque, justement, la donne a changé? Doit-on croire que les exigences du Code actuel sont rétroactives? Peut-on plutôt croire que l on peut remplacer un composant par un identique, même si les exigences actuelles sont plus sévères? Remplacement Que l on parle de prise de courant, d interrupteur, de transformateur ou autre appareillage faisant partie de l infrastructure électrique, l installation de l appareillage destiné à le remplacer constitue des travaux d installation électrique, et par le fait même, est soumis aux exigences du Code en vigueur au moment du remplacement. En effet, il ne faut pas oublier que l action de remplacer se fait en deux étapes. La première consiste naturellement à enlever (retirer) l appareillage qu il faut changer, tandis que la seconde consiste à installer le nouveau venu. Ainsi, dès que le Code prescrit un type particulier d appareillage, c est ce dernier type qui doit remplacer celui qui a été installé antérieurement, selon des prescriptions qui pouvaient être clairement moins sévères à l époque. Le cas d une prise de courant à obturateurs discuté précédemment constitue un bon exemple. En effet, depuis le 1er mars 2011, le Code exige que la majorité des prises de courant de configuration CSA 5 15R et 5-20R installées dans les logements doivent être d un type à obturateurs et porter un marquage à cet effet. Par conséquent, si une prise de courant de l une de ces configurations installées il y a plusieurs années devient défectueuse, elle devra être remplacée par une prise à obturateurs puisque le Code actuel l exige [voir article g)]. La justification d une telle interprétation se base uniquement sur le fait que l exigence actuelle touche justement l installation de la prise. La même logique s applique aussi pour une prise de courant à proximité d un évier qui doit être dorénavant munie d une protection DDFT ainsi que d un type à obturateurs. C est également le cas pour une prise de courant qui ne possédait pas de provision pour la mise à la terre par continuité des masses (CDM). Dans ce dernier cas, les exigences du Code sont très claires et prévoient aussi différentes façons pour la mise à jour du circuit de CDM. Le Code impose même une alternative si l on ne peut atteindre la mise à la terre par CDM. Il s agit d installer une prise de courant munie d une protection DDFT, ou à la rigueur, que toute la dérivation soit munie d un disjoncteur équipé d une telle protection. Attention, dans ce dernier cas discuté, l obligation de remplacer une prise de courant sans encoche pour CDM ne relève pas de l exigence des paragraphes 7) et 8) de l article , mais plutôt du paragraphe 1) du même article. Il est donc essentiel de voir à satisfaire aux exigences du Code lorsqu elles s appliquent. Restriction Toutefois, dans certains cas, l exigence ne touche pas directement l appareillage qui doit être retiré. À titre d exemple, le remplacement d une prise de courant dans la chambre à coucher d un logement devra être du type à obturateurs, mais la dérivation qui l alimente n a pas, bien que l on puisse le recommander, à être protégée par un disjoncteur anti arcs si l on procède uniquement au remplacement de la prise de courant puisque cette dernière exigence s applique à la dérivation et non pas à la prise de courant que l on remplace. Ce ne serait pas le cas si les travaux touchaient la dérivation. En effet, si la dérivation de la chambre à coucher doit être changée ou allongée, cette dernière (nouvelle partie) doit être protégée par un disjoncteur anti-arcs [voir article f)]. C est dans le même ordre d idée que l on peut parler de protection contre la fuite à la terre d un circuit de transformateur (voir article ) si l on doit remplacer le transformateur. En effet, si l on ne fait que remplacer un transformateur défectueux par un neuf, et que son circuit n est pas muni d une protection contre la fuite à la terre, il ne sera pas obligatoire, bien que recommandé, de modifier le circuit électrique pour ajouter une telle protection. Bref, le Code ne requiert pas que le transformateur possède cette protection. C est plutôt le circuit qui doit être ainsi équipé (voir article ). Par contre, les exigences du Code qui touchent le transformateur s appliquent. Par exemple, les dégagements prescrits ou la grosseur des conducteurs au primaire et au secondaire du transformateur devront peut-être être changés si le transformateur neuf n est pas identique à celui remplacé. On trouve aussi d autres situations semblables à travers le Code. Pensons par exemple à l exigence touchant un interrupteur dans une salle de bain. En effet, selon l article ) b), si l interrupteur ne peut pas être convenablement éloigné du périmètre de la baignoire ou de la douche, il doit être alimenté par un circuit avec une protection DDFT. Or, si l on ne fait que remplacer un interrupteur existant qui ne respecte pas les dégagements discutés, il ne sera pas nécessaire de munir le circuit d alimentation d une protection DDFT si seul l interrupteur est remplacé puisque l exigence ne touche pas l interrupteur mais plutôt le circuit d alimentation. Cas particuliers Un cas particulier s oppose à la logique contenue dans l interprétation discutée plus haut. Il s agit du cas des prises de courant à proximité des éviers de cuisine. En effet, la technologie ne permet pas encore de se procurer une prise de courant sectionnable avec protection DDFT intégrée. Dans le cas où une prise de courant à proximité d un évier (< 1,5 m) qui est alimentée par un circuit trifilaire doit être remplacée, la RBQ considère qu il est préférable de la remplacer par une prise de courant semblable (munie d obturateurs cependant) que de ne pas être remplacée puisque la seule solution alternative (difficilement réalisable si le panneau de dérivation est encore à fusible) ne touche pas directement la prise et peut être coûteuse. En effet, les disjoncteurs offrant une protection DDFT double sont beaucoup plus dispendieux qu une simple prise de courant offrant une telle protection, mais qui malheureusement n est pas sectionnable. Bien sûr, la RBQ recommande cependant d installer un tel disjoncteur afin d offrir la protection souhaitée, mais elle tolère, et ce, tant et aussi longtemps que la technologie n offrira pas sur le marché des prises de courant sectionnables avec une double protection DDFT intégrée à la prise. Conclusion Dès qu un appareillage électrique se doit d être remplacé, les exigences du Code touchant ce dernier doivent être appliquées. De cette façon, pour les cas simples de remplacement de composants défectueux ou désuets, on peut pratiquement dire que les prescriptions spécifiques du Code sont rétroactives. Cependant, il faut bien interpréter l exigence touchée et s assurer qu elle s applique adéquatement à l appareillage à être remplacé. Dans le cas contraire, c est-à-dire lorsque l exigence du Code ne s applique pas directement à l appareillage concerné mais plutôt à l infrastructure qui l alimente, il est possible qu aucune mesure supplémentaire ne soit nécessaire, et qu on puisse simplement remplacer le composant par un identique afin d éviter d exécuter d autres travaux que le remplacement de l appareillage défectueux. (collaboration spéciale de M. Gilbert Montminy, ing., de la direction de la normalisation de la Régie du bâtiment du Québec) 2 Électricité hors construction / avril-mai 2011

5 SUPPORT PENDULAIRE FIABLE POUR LUMINAIRES ET PLUS WIRE GRABBER MC SUPPORTE JUSQU'À 100 LIVRES FLG3 WIRE GRABBER MC NUMÉRO DE CATALOGUE FLG3 DESCRIPTION Wire Grabber MD Support à fil pour charges statiques jusqu'à 100 lb UNITÉ/PAQ. STD. 50/bte Voici le support pendulaire fiable pour luminaires, boîtes de luminaire, chemins de câbles et autre charges statiques exigeant un support aérien. Supérieur aux méthodes classiques de support de câble, Wire Grabber MC vous fait économiser temps et argent par rapport à la concurrence. La prise du Wire Grabber sur les fils torsadés n'est nullement affectée par l'huile ou la graisse. Il assure un support statique à toute charge statique jusqu'à 100 livres, y compris les luminaires grande hauteur, dans les endroits humides ou mouillés. Enclenchement de six points de serrage sur le câble en serrant simplement une vis, sans ressort interne. Réglage facile de la longueur au moyen d'un tournevis Dispositif expédié complètement assemblé TROUSSES : Simple, avec une boucle ou avec «Y» à leviers de serrage ou crochets - avec fil torsadé - dans une variété de longueurs variant de 5 à 30 pieds; fil en vrac aussi disponible. TROUSSES EN «Y» TROUSSE SIMPLE Les trousses Wire Grabber comprennent un support à fil FLG3, un fil torsadé galvanisé de 0,80 po. Simple avec boucle - En «Y» avec leviers de serrage ou crochets SIMPLE avec BOUCLE D'EXTRÉMITÉ NUMÉRO DE CATALOGUE DWB0805 DWB0812 DWB0815 DWB0820 DWB0830 LONGUEUR DU FIL 5 pi 10 pi 15 pi 20 pi 30 pi Tous les emballages de trousses 1/emballage 10/boîte EN «Y» avec LEVIERS DE SERRAGE NUMÉRO DE CATALOGUE LONGUEUR DU FIL DWYT pi DWYT pi DWY2T0810* 10 pi DWYT pi DWYT pi DWYT pi *emballage double 2/emballage 10/boîte EN «Y» avec CROCHETS NUMÉRO DE CATALOGUE LONGUEUR DU FIL DWYH0805 pi DWYH pi DWY2H0810* 10 pi DWYH0815 DWYH pi DWYH pi Lire le code QR pour plus de détails Arlington Industries Inc. Brevet en instance Scranton, PA /

6 L opinion du président Avril-mai 2011 Volume 70 N o 2 Éditeur et rédacteur en chef Normand Gosselin Collaborateurs pour cette édition Monique Crépault, Bernard Delorme, Pierre Désilets et Gilbert Montminy Publicité et recrutement des membres Normand Gosselin, Abonnements et comptabilité Louis Lajoie Infographie Stéphane Bergeron et Marie-Josée Zangao Administration/secrétariat Mélissa St-Louis Comité de lecture Pierre Lévesque, Francis Lévesque, GillesTaillefer, Bernard Delorme Produit et publié cinq fois l an, au début des mois de février, avril, juin, septembre et novembre, pour le compte de l Association des constructeurs propriétaires en électricité et des électriciens d entretien du Québec par Créattitude inc. 1260, rue Crescent, Bur. 201 (Québec) H3G 2A9 Tél. : (514) Sans frais : 1 (866) Téléc. : (514) Téléc. sans frais : 1 (866) Imprimé au Canada par Imprimerie J.B. Deschamps Québec sur papier recyclable Préparation postale par Poste Destination inc., Saint-Laurent (Québec) Dépôt légal ISSN: Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Bibliothèque et Archives Canada Les opinions exprimées dans Électricité horsconstruction ne représentent pas nécessairement celles de l AcpééeQ et n engagent que la responsabilité personnelle de leurs auteurs. Toute reproduction doit au préalable avoir été autorisée par l AcpééeQ et mentionner la source. Poste-Publications Numéro de convention : Conseil d administration de l AcpééeQ Bernard Delorme, président Gilles Taillefer, président-sortant Gilles Blanchet, vice-président Francis Lévesque, secrétaire Pierre Desjardins, trésorier Germain Trudeau, directeur Guy Lavoie, directeur Richard Foucher, directeur Michel Théorêt, directeur Alex Orfali, directeur Denis Houle, directeur Michel Gravel, directeur Voyons les choses comme elle sont : il faut beaucoup de compétence pour faire l entretien de systèmes électriques. Parce que lorsqu on parle d entretien, on pense d abord entretien préventif. Établir un diagnostic à l occasion d un bris, d une interruption de courant, c est une affaire de connaissances, d expérience et de flair. Mais détecter une faiblesse sur des composants qui sont encore fonctionnels, c est pas mal moins évident. Les tests et le flair y sont pour beaucoup mais ils sont fortement renforcis par l attitude de l électricien-ne. Installer des composants ou construire un système complet, ça demeure la partie la plus connue. L attitude de l électricien-ne est probablement la contribution la plus importante dans le domaine de l entretien. Après avoir établi le diagnostic, l électricien-ne doit analyser l ensemble des solutions possibles pour en venir à décider s il-elle doit réparer un composant ou le remplacer. L incidence sur le budget de l employeur est d une grande importance et l électricien-ne affecté-e à l entretien joue ici un rôle capital. Il est toujours facile de dire qu une réparation ne durera qu un temps et que c est de remettre le remplacement à plus tard. Rallonger la vie de composants de quelques années peut permettre à l employeur de mieux planifier ses budgets, de prévoir ces remplacements selon un échéancier qui lui convient, tout en ayant un service de qualité ; et dans plusieurs cas, ceci permettra à l électricien-ne de rechercher une solution mieux adaptée au besoin. Car conseiller son patron sur les solutions à mettre en place demande beaucoup de connaissance, ce qui sous-entend qu on doit être à l affût des nouveautés, de visiter les expositions et de fouiller par internet ce qui se fait de nouveau. En plus de régler des difficultés connues, savoir ce qui se fait de nouveau peut amener à proposer des modifications ou changements pour des composants plus économiques soit à l usage ou en entretien Parmi les tâches que les patrons doivent confier à leur équipe d électricité, il y a le suivi à faire sur les travaux qu on aura décidé de faire exécuter par des entreprises externes. L électricien-ne doit alors s assurer que le travail est effectué dans le respect du code et des normes recommandées, mais aussi et surtout que la commande du patron soit respectée intégralement, selon les devis et plans. Bien sûr, la plupart des entrepreneurs électriciens sont d honnêtes gens ; mais à cause des quelques-uns qui ont tendance à être profiteurs et à installer des composants de moindre qualité que ce qui était convenu à la soumission acceptée, on doit tout vérifier, d un bout à l autre. Le patron consciencieux attendra d avoir obtenu l approbation des travaux par son équipe La formation : c est la clé de la compétence ; l AcpééeQ présente les siennes et celles de partenaires d électriciens-nes avant de procéder au paiement de la facture de l entrepreneur. Tout ceci pour dire qu on peut améliorer nos connaissances par la formation et qu on doit se recycler constamment si on veut rester dans le coup. À la vitesse à laquelle le monde de l électricité évolue, quelqu un qui ne suit pas le courant sera très bientôt dépassé. Formation, compétence, sécurité : les raisons d être de l AcpééeQ. La saison qui s achève (l année d activités de l association va de septembre à juin) a permis à près d un millier d électriciens-nes hors construction de parfaire leurs connaissances et d entretenir une attitude de travailleurs-travailleuses à l avant-garde, d être proactifs-tives. L association a offert des cours d approfondissement du code, a aidé plusieurs de ses membres à se préparer pour subir les examens techniques pour devenir répondants, des cours sur les moteurs, sur l entretien des groupes électrogènes, sur la Norme Z462 et, bien sûr, sur les changements apportés au Code de construction du Québec, Chapitre V Électricité. Certaines sessions étaient offertes à tous alors que d autres étaient privées, à l intention d équipes travaillant chez un même employeur. Vous pouvez constater dans cette édition que l AcpééeQ fait la promotion d un cours sur la réparation de moteurs qui est en fait organisé par EASA (Electrical apparatus service association), association fortement soutenue pendant plusieurs décennies par notre regretté confrère Jean-Marc Proulx, cours organisé avec l aide de Élexpertise, le comité sectoriel de main-d œuvre sur l électricité et l électronique. Au cours des prochains mois l AcpééeQ organisera d autres cours en collaboration avec des partenaires, particulièrement avec les CFP (centres de formation professionnelle) un peu partout à travers la province. Plusieurs CFP conscients de la valeur de l électricité hors construction ont effectivement manifesté leur intention d offrir des cours en collaboration avec l association, qui apprécie beaucoup cette reconnaissance. On a pu constater que l AcpééeQ présente ses formations aussi souvent que possible dans des locaux de CFP. En fait, ces formations seront parfois ce que les CFP ont le gout d offrir et en d autres occasions ils offriront des formations dont nos membres ont manifesté le besoin. L important est que notre domaine soit bien servi et non pas que nous présentions uniquement les formations que nous avons développées nous-mêmes. Nous sommes heureux que ces CFP nous aient approchés. Tout ceci à la fois pour le plus grand bien de nos membres et de nos sympathisants ainsi que pour la qualité de l électricité hors construction. Bernard Delorme Président L AcpééeQ est membre soutien de 4 Électricité hors construction / avril-mai 2011

7 Les répondants : qui sont-ils? Comment le devient-on? L AcpééeQ veut savoir Quand on sait qu un constructeur-propriétaire en électricité (CPÉ) ne doit jamais passer plus de 60 jours sans avoir un répondant sur place, à défaut de quoi son permis devient caduque, on saisit facilement l importance des répondants techniques dans le monde de l électricité hors construction : ils sont les gardiens du bon état des systèmes électriques ainsi que du respect des lois, des règlements, du Code et des normes recommandées par la RBQ. L AcpééeQ, en collaboration avec les cadres dirigeants de la Régie du bâtiment du Québec, de Charles Pineault, conseiller technique en électricité, et de Luc Coulombe, ingénieur en électricité, offre ce printemps une Journée avec la Régie du bâtiment, soit une formation spécialement conçue afin de mieux comprendre le rôle des répondants et transmettre toutes les informations que l on doit connaître quand on veut devenir répondant technique. Mais cette journée ne s adresse pas seulement aux électriciens hors construction. Comme la plupart des patrons qui embauchent des électriciens sont en général des gestionnaires, des administrateurs ou des régisseurs de bâtiment, ils ont rarement une formation en électricité. Ils peuvent donc également profiter de cette journée pour mieux saisir les avantages dont ils bénéficient en possédant leur propre équipe d électriciens hors construction. On n a qu à mentionner l importance de l entretien préventif, qui permet entre autres de réduire le nombre des bris, les arrêts de production et de services (et les frais qui en découlent), pour avoir une idée de l ampleur des économies que permet la présence d une équipe d électriciens hors construction, comparativement à l utilisation ponctuelle des services d entrepreneurs en électricité, dont on sollicite en général les services quand le problème devient urgent, et donc beaucoup plus onéreux. Cette formation, réservée exclusivement aux membres de l AcpééeQ, se tiendra toute la journée le 17 mai prochain à Québec, plus précisément au Pavillon La Laurentienne de l université Laval, tandis qu elle aura lieu à deux jours plus tard, au Pearson Electrotechnology Centre de Lachine. Les animateurs traiteront de la nécessité pour un employeur - que ce soit une usine, une municipalité, un hôpital ou autres - de nommer et de maintenir en poste une ou plusieurs personnes responsables du département électrique, pour conserver son permis en vigueur, bien sûr, mais aussi pour assurer un contrôle adéquat des travaux électriques lorsqu on doit avoir recours à des entrepreneurs externes, travaux qui doivent être effectués selon les règles de l art et selon les devis. Les participants recevront de plus toute l information pertinente sur les tâches, les responsabilités et les obligations des répondants techniques. Seront également examinés les formulaires à remplir et les examens que doit passer quiconque veut obtenir la carte de qualification de répondant. Les participants recevront de la documentation écrite sur tous les sujets traités. Cette journée avait été offerte aux membres de l AcpééeQ en octobre dernier, mais un deuxième volet a été ajouté au programme initial, soit un palmarès des principales non-conformités rencontrées par les inspecteurs lors de leurs contrôles de qualité. Pour plus de détails et pour s inscrire : Luc Coulombe (à gauche) et Charles Pineault savent donner des réponses claires et complètes. Perma-Cote est fière d annoncer que PROMELLIS Inc. devient son agent manufacturier au Québec. Chef de fil des conduits de qualité à gaine de PVC COORDONNÉES : PROMELLIS Inc. 99, Émilien-Marcoux, Bureau 104 Blainville (Québec) J7C 0B Électricité hors construction / avril-mai

8 TABLEAUX DE CONNEXION COMPOSITES C1 ULTRA Les tableaux de connexion composites C1 Ultra Les nouveaux tableaux C1 Ultra de Leviton allient force et durabilité à un look contemporain. Leur style unique et leur face configurable les rendent idéals dans un contexte de démonstration, et présentent une apparence uniforme lorsqu on les emploie avec des logements optiques Opt-X Ultra MD et des gestionnaires de câbles Versi-Duct MD. De plus, ils sont 100 % recyclables. Résistance Fabrication en polymères évolués, gage de robustesse et de durabilité. Sous contrainte artificielle, les panneaux sont 10 % plus forts que les modèles métalliques réguliers de calibre 16 AWG. Gestionnaires de câbles intégrés Les panneaux sont équipés de deux gestionnaires fixés directement à leur face, ce qui permet d économiser jusqu à 50 % d espace de bâti ou d armoire et de mieux voir les étiquettes centrales. Étiquettes Des porte-étiquettes intégrés contribuent à l allure distincte de la gamme C1 Ultra. Translucides, ils constituent une «fenêtre» permettant de voir aisément les configurations personnalisées et les numéros de points de connexion centralisés. Une incroyable percée en matière de conception et de fabrication Les chargeurs de véhicules électriques (2 e partie de 4) L offre des manufacturiers d automobiles NDLR : Nous vous avons présenté dans le numéro de février-mars 2011, la première partie de quatre textes écrits par M. Pierre Désiles, ing., portant sur la voiture électrique et ses chargeurs. M. Désilets fait entre autres partie du comité du code de la Régie du bâtiment du Québec et travaille actuellement à l élaboration d une norme touchant les chargeurs. Comme on peut le constater, il y aura bientôt 100 ans que l automobile électrique existe! L industrie ferroviaire utilise le mode diesel-électrique ou le moteur électrique pur depuis longtemps pour une raison bien simple : le couple aux roues motrices très élevé dès le départ à vitesse zéro, qui se traduit, dans une auto électrique, par des accélérations comme celles d une Corvette ou d une Ferrari. Qui dit auto électrique, dit ravitaillement en électricité. Cela peut se faire tout simplement grâce à une génératrice à essence qui chargera la batterie. Comme l essence coûte plus cher que l électricité, une auto électrique hybride comme la Volt de Chevrolet est une solution temporaire pour pallier à l absence de postes de recharge électrique le long des routes. En ce moment, en l absence d infrastructures de recharge des autos électriques, comment faire pour se ravitailler? On peut brancher son auto électrique chez soi et voyager dans un rayon qui permet de retourner à la base avant l épuisement des réserves. Des prises de courant conventionnelles sont disponibles 6 Nissan est bien dans la course à ce nouveau marché avec sa Leaf 3. à proximité de presque tous les stationnements résidentiels (celles qu on utilise pour activer les chauffe-moteurs). Il faudrait en doubler le voltage et passer de 120 volts à 240 volts, tout en passant de 15 à 30, ou même 40 ampères. Est-il raisonnable de «doubler» le voltage et l ampérage d une résidence? Chauffe-eau, pompe à chaleur, ventilateur de fournaise, tous ces éléments sont déjà branchés sur une alimentation de 30 ampères à 240 volts tandis qu une cuisinière électrique est branchée sur une alimentation de 40 ampères à 240 volts. Les normes de capacité des chargeurs Niveau 1 Toutes les maisons peuvent à priori accommoder une auto électrique branchée sur une prise de courant conventionnelle. Cela équivaut à brancher une chaufferette pour plusieurs heures. Le temps de charge de près de deux jours requis pour un, deux Électricité hors construction / avril-mai 2011

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

MÉCANIQUE DE PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES

MÉCANIQUE DE PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E MÉCANIQUE DE PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES CONNAÎTRE LA QUALIFICATION LES FONCTIONS DU TRAVAIL Le certificat de qualification en mécanique de

Plus en détail

LA FORMATION DES COMPAGNONS. trousse d information. Outiller les formateurs internes à faire carburer votre usine!

LA FORMATION DES COMPAGNONS. trousse d information. Outiller les formateurs internes à faire carburer votre usine! LA FORMATION DES COMPAGNONS trousse d information Outiller les formateurs internes à faire carburer votre usine! 1649, rue Fleury Est, bureau 200, Montréal (Québec) H2C 1S9 Tél. : 514.890.1980 Téléc. :

Plus en détail

Guide de l entrepreneur

Guide de l entrepreneur Guide de l entrepreneur Par le Service des terrains et bâtiments Mise à jour le 6 avril 2010 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Liste de distribution... 3 3 Généralité... 4 3.1 Informations

Plus en détail

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Présentation basé sur le Guide d intégration du gaz naturel à un bâtiment Par Serge Rivard, Formateur, École des Technologies Gazières 11 novembre

Plus en détail

Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer»

Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer» Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer» Le est heureux de présenter son premier Séminaire. Ce séminaire destiné aux intervenants du secteur public, de l'enquête en recherche et cause de circonstance

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES Édition 2013 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHANTIERS À PROXIMITÉ DE LIGNES AÉRIENNES 7 Risques potentiels à surveiller

Plus en détail

Sécurité en matière d électricité au travail (Norme CSA Z462-12)

Sécurité en matière d électricité au travail (Norme CSA Z462-12) Sécurité en matière d électricité au travail (Norme CSA Z462-12) Colloque annuel du comité Énergie et gestion technique siemens.ca/answers Table des matières Objectifs de la norme Z462-12 Pratiques de

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DE RECONNAISSANCE DÉMARCHE. DEP en ÉLECTRICITÉ. Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DE RECONNAISSANCE DÉMARCHE. DEP en ÉLECTRICITÉ. Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière DEP en ÉLECTRICITÉ DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T Commission scolaire des Affluents (450) 492-3411 C

Plus en détail

Là où les produits promotionnels et le marketing se rencontrent

Là où les produits promotionnels et le marketing se rencontrent Là où les produits promotionnels et le marketing se rencontrent QUI NOUS SOMMES CE QUE NOUS FAISONS CE QUI NOUS REND DIFFÉRENTS Nous sommes des entreprises primées de partout au Canada qui se sont regroupées

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

UTILISATION DU «CHAPITRE V - ÉLECTRICITÉ» DU CODE DE CONSTRUCTION DU QUÉBEC (EN COLLABORATION AVEC L'OIQ)

UTILISATION DU «CHAPITRE V - ÉLECTRICITÉ» DU CODE DE CONSTRUCTION DU QUÉBEC (EN COLLABORATION AVEC L'OIQ) UTILISATION DU «CHAPITRE V - ÉLECTRICITÉ» DU CODE DE CONSTRUCTION DU QUÉBEC (EN COLLABORATION AVEC L'OIQ) Durée : 4 jours Nombre d'heures : 30 heures UEC : 3,0 UEC Les frais de formation incluent le matériel

Plus en détail

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016 Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes Guide d attribution des subventions 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE)

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le retrait préventif Pour appuyer vos démarches visant à obtenir un retrait préventif, un congé de maternité ou les prestations

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises L Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a obtenu des fonds de l Agence de la santé publique du Canada afin de promouvoir

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

BANQUE DE CANDIDATURES

BANQUE DE CANDIDATURES BANQUE DE CANDIDATURES POSTES À LA DIRECTION D ÉTABLISSEMENT (liste d admissibilité) 2010-2011-C-01 (Secteur jeune) ou 2010-2011-C-02 (Secteur adulte) La Commission scolaire De La Jonquière étudiera, au

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

M. Claude Fournier Gestionnaire. 1. Constat des présences et ouverture de la réunion. L ouverture de la réunion se fait à 19h40

M. Claude Fournier Gestionnaire. 1. Constat des présences et ouverture de la réunion. L ouverture de la réunion se fait à 19h40 Procès-verbal de la réunion du Conseil d administration de l Héritage de l Île Paton- Phase 1 tenue le 2 septembre 2015 à la salle de conférence au 4450 Promenade Paton, Laval, Québec Procès-verbal 2 septembre

Plus en détail

Politique régissant l octroi des subventions pour l installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques

Politique régissant l octroi des subventions pour l installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques Politique régissant l octroi des subventions pour l installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques # 263-09-2013 Page 2 PRÉAMBULE En 2008, la Ville a adopté une politique environnementale

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

Étude de cas : Services financiers le Choix du Président

Étude de cas : Services financiers le Choix du Président Étude de cas : Services financiers le Choix du Président Bureau Intérieur par Staples MC arrive à la rescousse des services financiers du Choix du Président Les services financiers du Choix du Président,

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie. Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012

La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie. Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012 La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012 Déroulement de la conférence 1. Introduction 2. Profil de l entreprise 3. Historique en santé et sécurité

Plus en détail

Obligations pour. les propriétaires d ascenseurs et autres appareils élévateurs. Montez. avec nous!

Obligations pour. les propriétaires d ascenseurs et autres appareils élévateurs. Montez. avec nous! Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 afin d être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre accolades

Plus en détail

PRIX RÉSIDENCE ARTISTIQUE

PRIX RÉSIDENCE ARTISTIQUE PRIX RÉSIDENCE ARTISTIQUE EN ARTS DE LA SCÈNE CENTRE DES ARTS DE LA SCÈNE JEAN-BESRÉ SHERBROOKE Appel de projets 2014 CONSIGNES AUX DEMANDEURS DE RÉSIDENCE Veuillez, s il vous plaît : remplir le formulaire

Plus en détail

Gamme de Logiciels Interactifs Develter

Gamme de Logiciels Interactifs Develter Gamme de Logiciels Interactifs Develter Cours interactifs selon le Concept DEVELTER Cours interactifs de Sensibilisations à la Sécurité Routière Cours interactifs de Sécurité Routière Cours interactifs

Plus en détail

Recherche documentaire sur la sécurité des travaux électriques

Recherche documentaire sur la sécurité des travaux électriques Recherche documentaire sur la sécurité des travaux électriques Sylvie Bergeron a, Daniel Imbeau a Laurent Giraud b, Carlos Alberto Campos Infante a a Chaire de recherche du Canada en ergonomie, Département

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ JUIN 2009 INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ Placez dans l onglet no 5 de votre classeur des ressources des membres Le programme d assurance de la qualité de l Ordre des ergothérapeutes

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler!

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Le chemin parcouru L intégration des élèves en difficulté en classe régulière est une priorité pour la Fédération des syndicats de l enseignement

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Catalogue de formation Pour les professionnels de l électricité www.effitec.ch Rte de la Venoge 3, 1026 Echandens 0848701000 www.effitec.ch Rte de la Venoge 3, 1026 Echandens 0848701000 Sommaire - Séminaire

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

Angelcare. Étude de cas Consommateurs

Angelcare. Étude de cas Consommateurs Angelcare Étude de cas Consommateurs Angelcare et Mobilogie réinventent le moniteur pour bébé. Profil Angelcare offre aux parents la tranquillité d esprit en fabriquant des produits pour enfants novateurs

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

Documentation Matrox Imaging

Documentation Matrox Imaging Sommaire Dans le domaine de la vision industrielle et des systèmes d inspection optique automatisés, les caméras intelligentes obtiennent beaucoup d attention. En fait, elles sont souvent présentées à

Plus en détail

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire Il existe différentes façons pour votre école de participer au programme des Fêtes du patrimoine du Nouveau-Brunswick. Idéalement, votre

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP 1. But Le travail par secteur s effectue de nombreuses façons au SCFP, mais les structures des secteurs ne profitent pas d un forum national qui

Plus en détail

3001, boul. Tessier LAVAL (Québec) H7S 2M1. Tél. : 450.973.2322 Fax : 450.973.2321 Sans-frais : 1.888.973.2322. www.amcq.qc.ca amcq@amcq.qc.

3001, boul. Tessier LAVAL (Québec) H7S 2M1. Tél. : 450.973.2322 Fax : 450.973.2321 Sans-frais : 1.888.973.2322. www.amcq.qc.ca amcq@amcq.qc. 3001, boul. Tessier LAVAL (Québec) H7S 2M1 Tél. : 450.973.2322 Fax : 450.973.2321 Sans-frais : 1.888.973.2322 www.amcq.qc.ca amcq@amcq.qc.ca 1 2 3 4 Assemblée générale annuelle SOIRÉE DU PRÉSIDENT ET DES

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE

PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE Grâce à un plan d urgence, ou plan de continuité, tout le monde saura ce qu il doit faire si jamais il vous arrive malheur. Ce plan indique à votre liquidateur et(ou)

Plus en détail

Nous sommes à l écoute de nos clients et de leur objectif budgétaire tout en priorisant produits et services de qualité.

Nous sommes à l écoute de nos clients et de leur objectif budgétaire tout en priorisant produits et services de qualité. Historique Fondée par deux passionnés qui ont acquis une grande expérience au sein d une entreprise connue et réputée, TAG Automation et Contrôle démarre ses activités en début d année 2001. L entreprise

Plus en détail

rénovations du sous-sol

rénovations du sous-sol Votre guide des rénovations du sous-sol 1 La rénovation du sous-sol est un projet populaire d amélioration résidentielle parce qu elle peut augmenter la valeur de votre maison et fournir de l espace additionnel

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention L entretien préventif des équipements Qui de mieux placé qu un spécialiste de l entretien automobile pour faire valoir les avantages d un entretien préventif? Celui-ci persuade

Plus en détail

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 Ordre du jour Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 1. Adoption de l ordre du jour 2. Adoption du procès-verbal

Plus en détail

Questionnaire à l intention des intervenants. Invitation à faire des commentaires

Questionnaire à l intention des intervenants. Invitation à faire des commentaires Consultations sur les exigences en matière d efficacité énergétique et de gestion efficace de l eau prévues au codes du bâtiment et de la plomberie du Manitoba Questionnaire à l intention des intervenants

Plus en détail

Manuel de l utilisateur

Manuel de l utilisateur Manuel de l utilisateur Borne de recharge de niveau 2 pour véhicule électrique EVC30T/EVC30T-IN ELMEC inc. JANVIER 2014 (REV5) Table des matières 1 Aperçu... 2 2 Liste des pièces... 2 3 Spécifications...

Plus en détail

LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT

LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT Encore sous le choc de votre dernier plein d essence à 85$? Frustrés par notre hiver de pluie et de

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa Le Parc des Expositions du Gipuzkoa «Pour bien préparer un Salon» Justification des Salons - Le SALON est l outil de marketing le plus utilisé après la propre force de vente. - Contacter un visiteur à

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE D'APPROBATION : 22/02/ Il est recommandé que, en collaboration avec

Plus en détail

La formation professionnelle au Québec :

La formation professionnelle au Québec : La formation professionnelle au Québec : S outiller pour réussir! 200 centres de formation professionnelle 21 170 programmes secteurs de formation La formation professionnelle du Québec La formation professionnelle

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES

RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES ÉVÉNEMENTS MULTIMÉDIAS RELATIONS PUBLIQUES www.nexuscomm.com 454, rue Gabrielle-Roy St-Nicolas (Québec) G7A 3L2 Tél. : (418) 951-1204 COMMUNICATION La réussite d un événement requiert des moyens de communication efficaces à toutes les étapes, de

Plus en détail

Compte-rendu. Étaient présents : Étaient absentes : IL N Y A PAS QUORUM. Étaient également présents :

Compte-rendu. Étaient présents : Étaient absentes : IL N Y A PAS QUORUM. Étaient également présents : Compte-rendu Compte-rendu de la deuxième séance de l année 2015 du conseil d administration du Conseil de quartier Des Châtels, tenue le 17 mars 2015, à 19 h 15, à la salle SS- 106, Centre communautaire

Plus en détail

Projet Détail Formation

Projet Détail Formation Projet Détail Formation Programmation 2015-2016 des ateliers, formations et services-conseils pour les entreprises de détail, de services, de restauration, d alimentation et de tourisme. Partenaires du

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

GAGNEZ l ACHAT DE VOTRE VÉHICULE Du 1 er août 2013 au 31 juillet 2014

GAGNEZ l ACHAT DE VOTRE VÉHICULE Du 1 er août 2013 au 31 juillet 2014 Montréal 1751, rue Richardson bur. 4.311, QC H3K 1G6 514.798.1752 Québec 2600, boul. Laurier bur. 925, QC G1V 4W2 418.692.7777 Trois-Rivières 1609, boul. des Forges QC G8Z 1T7 819.841.0158 Sherbrooke 4645,

Plus en détail

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal JEAN PELLETIER, COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ (CA) À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal Au Canada, l impôt sur le revenu est prélevé sur

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

PROCÉDURE 1 OFFRIR UNE FORMATION DAFA

PROCÉDURE 1 OFFRIR UNE FORMATION DAFA PROCÉDURE 1 OFFRIR UNE Vous avez suivi votre formation et êtes maintenant certifié Cadre Responsable de la Formation. Félicitations! Prochaine étape : planifier votre formation DAFA. Par où commencer?

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS Note importante : Ce guide sera mis à jour régulièrement. Veuillez consulter notre site web pour obtenir la version la plus récente. GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS 1. FORMULAIRES A. CONTRATS

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies

Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies Juillet 2013 Table des matières 1 POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 2 PRINCIPES GÉNÉRAUX...

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

LIVRE DE BORD DE PALAN AÉRIEN Registre permanent

LIVRE DE BORD DE PALAN AÉRIEN Registre permanent LIVRE DE BORD DE PALAN AÉRIEN Registre permanent Le présent guide a pour but de vous permettre de vous conformer aux dispositions du paragraphe 210(3) du Règlement général 91-191, établi en vertu de la

Plus en détail

MERCREDI 30 octobre 2013 à 19H15 Salle de conférences, Polyvalente La Forêt. Procès-verbal

MERCREDI 30 octobre 2013 à 19H15 Salle de conférences, Polyvalente La Forêt. Procès-verbal Commission scolaire Harricana COMITÉ CONSULTATIF SPORT ÉTUDIANT MERCREDI 30 octobre 2013 à 19H15 Salle de conférences, Polyvalente La Forêt Procès-verbal Présences : Mario Massé Julie Sigouin Jonathan

Plus en détail