Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale"

Transcription

1 Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusin sciale De nmbreuses familles vivent en Belgique des situatins de pauvreté, de précarité et/u d exclusin. Avir de jeunes enfants peut renfrcer le cercle vicieux de la paupérisatin. Purtant, avir de jeunes enfants peut aussi être une frmidable pprtunité d émancipatin sciale et écnmique. En effet, le risque de fragilisatin des familles est réel si celles ci ne peuvent pas cmpter sur une plitique vlntaire mettant en place des mesures favrables aux familles. Par exemple, sans empli, il est difficile pur les parents de truver un milieu d accueil pur leurs enfants ; et sans slutin de garde, il ne leur est pas pssible (et surtut pur les mères) de truver un empli, de suivre une frmatin. «Dans les pays de l UE, les stratégies de réductin à curt terme de la pauvreté infantile snt centrées sur des dispsitifs assurant un accès à des allcatins familiales crrectes et à des revenus de remplacement adéquats. À myen terme, et à la différence de la pauvreté chez les persnnes âgées, les plitiques cncernant la pauvreté infantile ne snt efficaces que si elles snt en utre cmplétées par des plitiques visant l accès des parents au mnde du travail. Cmme n bserve un lien entre prbabilité d accès à l empli et niveau d étude u de frmatin, les déterminants de la pauvreté snt structurels dans une sciété du «life lng learning». Par ailleurs, pur les travailleurs à faible niveau de frmatin, les cûts de l externalisatin des sins aux enfants représentent un bstacle à l accès au travail des mères. Les plitiques visant l accès au travail englbent dnc nécessairement l rganisatin de milieux d accueil de jeunes enfants à des prix abrdables, et des dispsitins légales de cnciliatin vie familiale vie prfessinnelle.» 1 1 Humblet, P., Nte «pauvreté et petite enfance», Observatire de l enfant, Cmmissin Cmmunautaire française, 2006, p2. Téléchargeable sur 1

2 En revanche, avir de jeunes enfants peut être une pprtunité d émancipatin sciale et écnmique à la cnditin qu une plitique favrable sit mise en place, ntamment en mettant en place des mesures permettant la cnciliatin entre vie prfessinnelle et vie familiale, cmme l accessibilité des milieux d accueil pur tutes les familles. En effet, quand les enfants snt accueillis dans des milieux d accueil de qualité, cela permet à leurs parents de se rendre dispnibles pur suivre une frmatin, apprendre le français, truver un travail, u se pser pur réfléchir à un nuveau prjet de vie et mettre en œuvre les myens pur y arriver. Si la garde des jeunes enfants est une cnditin indispensable pur aider les familles à srtir de la pauvreté, elle n est pas suffisante. Les milieux d accueil nt d autres rôles à juer que la garde des enfants. Ainsi, diverses études nt mis en avant les fnctins auxquelles répndent les milieux d accueil de l enfant : fnctin écnmique : l accueil des enfants permet aux parents d avir une activité prfessinnelle, de suivre une frmatin, de rechercher un empli u d effectuer un certain nmbre de démarches dans cette vie ; fnctin éducative : celle-ci vise, ntamment, la scialisatin et le bien-être de l enfant ; fnctin sciale : les milieux d accueil ffrent un lieu de sutien à la parentalité et permettent la créatin de lien scial. La fnctin de sutien aux familles u à la parentalité «se cncrétise, par exemple, par un sutien de type sci-sanitaire, en permettant à l enfant d évluer dans un milieu de vie adapté (hygiène, sécurité matérielle et affective, respect des rythmes, etc.), ce qui est particulièrement imprtant lrsque le lgement familial ne le permet pas. Ou encre par un sutien éducatif ; en ffrant aux parents des lieux ù ils snt cnfrntés à d autres pratiques éducatives que les leurs, le milieu d accueil permet à ceux-ci de se cnstruire des repères pur éduquer leur enfant» 2. En utre, les milieux d accueil 2 Dusart, AF., Accueil atypique en Cmmunauté Française : à la recherche des cnditins ptimales d accueil, vers une plitique d égalité d accès pur tus, rapprt de recherche, Centre d Expertise et de 2

3 travaillant dans un climat d uverture et de dialgue avec les familles favrisent la créatin de liens entre parents et le dévelppement d une relatin de partenariat entre parents et prfessinnels, valrisant ainsi les cmpétences des parents 3. Ils remplissent une fnctin de lien scial : «le milieu d accueil est un lieu de (re)scialisatin parentale car les parents peuvent y rencntrer les prfessinnels qui prennent sin de leur enfant, mais aussi d autres parents ; certains milieux d accueil dnnent aussi aux parents la pssibilité de s investir à des degrés divers et dnc de (re)truver une utilité sciale.» 4 Fréquenter un milieu d accueil de qualité, cela permet nn seulement de truver résudre un prblème d accueil pur sn enfant, mais aussi de nuer des cntacts avec d autres familles, de recréer du lien scial et de la slidarité, de se sentir recnnu en tant que parent et cityen et dnc le cas échéant de cntribuer à recnstruire une image de si mise à mal par les aléas de la vie. Dans cette perspective, des structures de qualité et accessibles à tus cntribuent à l améliratin des cnditins de vie des familles et à la réductin des inégalités entre celles-ci; à l inverse, des structures de mindre qualité u difficiles d accès augmentent les disparités et le risque d exclusin sciale des enfants nés dans des familles en situatin de précarité 5. Puvir accéder à un milieu d accueil devrait dnc cnstituer un drit pur chaque enfant et pur chaque famille. Qu en est-il de ce drit actuellement? Aujurd hui, frce est de cnstater que les familles fragilisées u en situatin de pauvreté nt très peu accès aux milieux d accueil de la petite enfance. On peut cnsidérer que cette situatin résulte d au mins deux raisns crisées : Ressurces pur l Enfance, 2007, p.2. Téléchargeable sur Vir ntamment à ce prps Dusart, AF., Participatin des familles dans les lieux d accueil et d éducatin du jeune enfant : une démarche qui ne s imprvise pas, Centre d Expertise et de Ressurces pur l Enfance, juillet Téléchargeable sur et Mttint, J., Des milieux d accueil uverts aux parents prfitent à tus, Centre d Expertise et de Ressurces pur l Enfance, juin Téléchargeable sur Dusart, AF., 2007, p. cit. UNICEF, La transitin en curs dans la garde et l éducatin de l enfant, Bilan Inncenti 8, 2008, Centre de recherche Inncenti de l UNICEF, Flrence. 3

4 Il y a une pénurie de places d accueil La pénurie générale de places d accueil dans le secteur de la petite enfance en Cmmunauté française entraîne, dans bn nmbre de milieux d accueil, un système de pririté d accès aux enfants dnt les parents travaillent, ce qui exclut en grande partie les familles fragilisées u en situatin de pauvreté chez qui, bien suvent, l empli est inexistant u, tut au plus, extrêmement précaire. Il existe des freins Outre cette pénurie, divers freins entravent l accès des milieux d accueil aux familles fragilisées et/u en situatin de pauvreté : freins financiers : même lrsque le mntant de la participatin financière parentale est calculé suivant les revenus des familles, celui-ci reste trp élevé pur les familles les plus démunies. C est particulièrement vrai pur les milieux d accueil nn subventinnés, mais également pur les milieux subventinnés. Des études de l Observatire de l enfant de la Ccf 6 nt mntré que la part du budget familial cnsacrée à l accueil est d autant plus imprtante que les revenus snt faibles ; freins rganisatinnels : les réglementatins actuelles véhiculent une culture de l anticipatin et privilégient les familles bien infrmées et bien rganisées : «le système d inscriptin «à l avance» empêche de répndre à des demandes d accueil d urgence et défavrise les familles qui n nt pas accès à cette infrmatin et/u la capacité à gérer celle-ci de façn efficace» 7. Les familles en situatin précaire, en particulier, nt besin d une ffre rganisée de manière suple, avec des pssibilités d accueil variables en fnctin de l évlutin de leur situatin (ccasinnel, régulier, à temps variables, ), de préférence en un même lieu afin d assurer une cntinuité de l accueil pur l enfant et ses parents ; 6 7 Vir ntamment Lrant, V., Humblet, P., Prtel, M-I., L accessibilité de l accueil, in Grandir à Bruxelles, Cahiers de l Observatire de l enfant, n 11, été 2003, pp.8-9. Dusart, A-F., 2007, p.cit, p.13. 4

5 freins gégraphiques : l ffre d accueil est répartie inégalement sur le territire. Les milieux d accueil snt mins nmbreux dans les znes précarisées qui snt suvent aussi celles ù l n bserve la plus grande cncentratin de familles avec enfants 8. En milieu rural, vu les distances parfis très imprtantes entre dmicile et milieu d accueil, l absence d une viture, qui est suvent le fait des familles les plus démunies, cuplée à un réseau de transprts en cmmun insuffisant pur répndre à leurs besins en matière de mbilité, peut être un véritable frein à la fréquentatin d un milieu d accueil. En ville, les transprts en cmmun ne snt pas frcément adaptés aux vyages avec enfants et pussettes, ce qui rend les déplacements difficiles, a frtiri si le milieu d accueil est très éligné du dmicile familial ; freins culturels : certaines familles n identifient pas les milieux d accueil cmme des services qui leur snt destinés : «pur les familles qui ne snt pas issues de la culture dminante du milieu d accueil, il peut exister un sentiment de «c est pas pur nus», dû à la perceptin d un hiatus trp grand entre pratiques familiales et pratiques du milieu d accueil 9. Plus le milieu d accueil se présente «fermé» aux familles, plus ce sentiment s avère prégnant et la prte du milieu d accueil infranchissable» 10. En utre, il n est pas nécessairement facile, ni spntané, pur bn nmbre de milieux d accueil, de travailler dans une ptique d uverture et de dialgue avec les familles, surtut lrsque celles-ci présentent un écart culturel u scial imprtant avec le milieu d accueil. Ce phénmène peut s avérer particulièrement disqualifiant pur les familles en rupture sciale et/u écnmique 11. Cette situatin entrave la fnctin sciale des milieux d accueil de la petite enfance et réduit leur rôle d inclusin sciale et de lutte cntre la pauvreté Gillet, C., Analyse de l ffre et des besins d accueil de la petite enfance à l échelle des quartiers bruxellis sur base du Mnitring des quartiers, Grandir à Bruxelles, Cahiers de l Observatire de l enfant n 23, hiver , pp NDLR : et à la peur du jugement. Dusart, AF., 2007, p.cit., p.13. Mangez, E., Jseph, M. & Delvaux, B., Les familles défavrisées à l épreuve de l écle maternelle. Cllabratin, lutte, repli, distanciatin. CERISIS - UCL,

6 Cependant, des slutins existent Certains milieux d accueil tentent de répndre aux besins d accueil cmplexes de publics fragilisés, en dévelppant des pratiques d accueil atypiques : «Par leur vlnté de ne pas accueillir les enfants dnt les parents travaillent, de prpser des tarifs peu élevés (vire la gratuité), de permettre un accueil «à la carte» en fnctin des besins des familles, [ces] milieux d accueil uvrent leurs prtes aux familles les plus fragilisées, et ffrent ainsi leurs apprts bénéfiques (au niveau scial et éducatif ntamment) aux ppulatins qui en nt le plus besin, c est-à-dire aux familles qui dispsent de mins de ressurces à ffrir à leurs enfants» 12. Les pratiques dévelppées par les prfessinnels de ces milieux d accueil s enrichissent de la diversité des familles. Ces pratiques snt fndées sur l uverture et le dialgue avec les familles, la cllabratin avec celles-ci et un ajustement cnstant à leurs réalités. Les parents étant cnsidérés cmme des partenaires, dans les faits et dans les actes, ils snt recnnus cmme des acteurs essentiels de l accueil et de l éducatin de leur enfant. En se vivant cmme tels, ils peuvent (re)prendre pied cmme acteurs et cityens. En vyant leurs cmpétences valrisées, leur vix prise en cmpte, ils (re)truvent une capacité d actin. Ces milieux d accueil remplissent dnc une fnctin d inclusin sciale et d empwerment : ils permettent aux familles de se srtir de la précarité et leur dnnent l ccasin de prendre en main eux-mêmes la répnse à leurs besins : «Dans le cntexte hautement multiculturel qui est le leur, bn nmbre de milieux d accueil dévelppent au qutidien une réflexin sur la diversité et sur le travail en partenariat avec les familles. Ces milieux d accueil représentent de véritables lieux de sutien à la parentalité, mais aussi des lieux «à investir et ù s investir» au sein de prjets lcaux. En ce sens, ils snt vecteurs de lien scial.» 13 Ces milieux d accueil «pinniers» nt cnstruit des pratiques, dnt la plupart ne nécessitent aucun myen financier supplémentaire, et acquis une expérience qu il cnviendrait de capitaliser et de dévelpper davantage au sein des milieux d accueil de la Dusart, A-F., 2007, p.cit., p.28. Op.cit., p.29. 6

7 petite enfance, afin de renfrcer la fnctin sciale de ceux-ci et leur rôle capital dans la lutte cntre la pauvreté et l exclusin sciale. 7

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Barmètre de l innvatin Un barmètre BVA Syntec numérique Ce sndage est réalisé par pur le Publié dans et, le 14 nvembre, et diffusé sur la semaine du 18 nvembre Rappel méthdlgique Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI 2014

CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI 2014 JURA & TROIS-LACS Mnt-Sujet (Jura bernis) Vincent Burrut CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI Prgramme de dévelppement turistique Masterplan - Cndensé. INTRODUCTION Purqui un Masterplan?

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Enquête "Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans" Présentation des résultats

Enquête Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans Présentation des résultats Enquête "Évaluatin des besins d'accueil extra-familial des enfants de mins de 16 ans" Présentatin des résultats Pur faciliter la cmpréhensin Rappel : Accueil présclaire : C'est l'accueil des enfants nn

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adptée le : 15 avril 1996 Lrs de la : 186 e réunin du cnseil d administratin Amendée le : 5 ctbre 2015 Lrs de la : 305 e réunin du cnseil d administratin Cllège

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs en Belgique

Le Groupement d Employeurs en Belgique Le Grupement d Emplyeurs en Belgique Descriptin du dispsitif Le grupement d emplyeurs (GE) est un dispsitif de mutualisatin des ressurces humaines entre plusieurs entreprises qui se partagent les temps

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration Martin Pruneau Carle Vaillancurt Analyse du sndage de satisfactin effectué auprès des usagers (2012) et cibles d améliratin Dcument adpté par le cmité d agrément le 29 janvier 2013 INTRODUCTION Ce dcument

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL 2015

PLAN DE TRAVAIL 2015 ASSOCIATION LIRE ET ECRIRE SECTION LA COTE PLAN DE TRAVAIL 2015 Situatin de la sectin à fin 2015 La cmmissin vaudise a amrcé cette année un imprtant travail de cllabratin cncrète et d harmnisatin. Ces

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE PC de bureau vs. PC prtable : lequel chisir? C est certainement la questin que se pse n imprte quel utilisateur achetant sn premier rdinateur u vulant le renuveler : dis-je acheter un PC de bureau u un

Plus en détail

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS.

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS. Réseaux de santé Gérntlgiques : de l EGS au PPS. Plan Persnnalisé de Sins : définitin, bjectif, myens Quel supprt? Quelle diffusin? 2 È M E R E N C O N T R E N AT I O N A L E D E S R É S E A U X D E S

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE CULTURELLE POUR L ACADEMIE DE MUSIQUE ET DE DANSE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MIRIBEL ET DU PLATEAU

PROJET DE POLITIQUE CULTURELLE POUR L ACADEMIE DE MUSIQUE ET DE DANSE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MIRIBEL ET DU PLATEAU Prjet plitique Académie de Musique et de Danse CCMP et territire 2012-2017 PROJET DE POLITIQUE CULTURELLE POUR L ACADEMIE DE MUSIQUE ET DE DANSE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MIRIBEL ET DU PLATEAU L

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION

LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION LE PROJET ASSOCIATIF LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION L'Avitarelle est une assciatin qui situe sn actin dans la lutte cntre les exclusins en dévelppant une interventin sciale qui s'est cnstruite d'abrd auprès

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 2003 03 69 0223 Catégrie : C* Dernière mdificatin : 07/01/16 TITRE DU CQPM : Chargé(e) de maintenance industrielle 1. Objectif

Plus en détail

Evaluation comportementale

Evaluation comportementale Evaluatin cmprtementale Le dcteur Garnier est inscrit sur la liste préfectrale des vétérinaires puvant prcéder à l évaluatin cmprtementale des chiens catégrisés (article L211-12) sur le département du

Plus en détail

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les Lignes directrices aux fins d ctryer une aide financière aux OBNL lcataires dans des immeubles nn résidentiels impsables œuvrant dans les dmaines de l art et de la culture, du dévelppement scial et cmmunautaire

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen Nn-papier Mise en place d un crridr de prix dans le cadre du marché carbne eurpéen Le marché carbne eurpéen (EU ETS) a jusqu ici rempli avec succès sn rôle de plafnner près de la mitié des émissins de

Plus en détail

L origine et le projet d AMA Diem

L origine et le projet d AMA Diem Juillet 2012 L rigine et le prjet d AMA Diem Assciatin et prjet initiés et prtés par Blandine, une jeune persnne de 39 ans, tuchée par la maladie d Alzheimer depuis 3 ans. Ntre prjet phare : créer une

Plus en détail

Formation professionnelle et insertion

Formation professionnelle et insertion Frmatin prfessinnelle et insertin REPERES L insertin prfessinnelle reste une catégrie d actin publique située à la crisée des cmpétences des différents niveaux de cllectivités territriales et de l Etat.

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

Recrutement de volontaires du service civique

Recrutement de volontaires du service civique Recrutement de vlntaires du service civique Cmme suite à la mise en ligne de l annnce cncernant vtre structure d accueil, les services de la DSDEN de vtre département vus nt fait parvenir les candidatures

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE DES PROFESSIONNELS DE SANTE

FICHE DESCRIPTIVE DES PROFESSIONNELS DE SANTE FICHE DESCRIPTIVE DES PROFESSIONNELS DE SANTE Nm / Prénm : Qualificatin : Crdnnées prfessinnelles : Prtable : Secteur Gégraphique : Adhésin : ui nn N URSSAF : Signature cnventin de partenariat : ui nn

Plus en détail

FORMATION COACHING DES MONITEURS ET ANIMATEURS EN CAMP DE JOUR

FORMATION COACHING DES MONITEURS ET ANIMATEURS EN CAMP DE JOUR FORMATION COACHING DES MONITEURS ET ANIMATEURS EN CAMP DE JOUR Cahier du participant DANS LE CADRE DU PROJET PRÉSENTATION Dans le cadre de «Déclic Lisir», une Actin Jeunesse Structurante en lisir initiée

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

PROJET EFFINERGIE - NUMERIQUE

PROJET EFFINERGIE - NUMERIQUE APPEL D OFFRES ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROJET EFFINERGIE - NUMERIQUE Le Cllectif Effinergie, assciatin pur la prmtin de l'efficacité énergétique dans les bâtiments (www.effinergie.rg) lance une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore?

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore? DOSSIER DE PRESSE Slutins Datacenter Management Vus ne nus cnnaissez pas encre? Qu attendez-vus pur le faire?! Cntact presse : Cntact presse : Jérémy Martin Damien NICOLLE 03.66.72.03.42 03.66.72.20.24

Plus en détail

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07)

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) Article 1 Préambule. Les bénévles snt emblématiques de l aspect «fraternel» de l engagement cityen. A cet effet, ils

Plus en détail

des observations de l autorité territoriale sur les vœux du fonctionnaire.

des observations de l autorité territoriale sur les vœux du fonctionnaire. Les fiches de ntatin 2013 snt accessibles sur le site Internet du CDG01. LES FICHES DE NOTATION 2013 Elles expriment la valeur prfessinnelle du fnctinnaire, et se cmpsent : des vœux du fnctinnaire d une

Plus en détail

Compte rendu de la matinale CREARGIE du 8 juillet 2014 avec les entreprises ALSTOM, VISTEON, AUCHAN et nos invités.

Compte rendu de la matinale CREARGIE du 8 juillet 2014 avec les entreprises ALSTOM, VISTEON, AUCHAN et nos invités. La créatin de valeur Grâce aux démarches cllabratives avec les furnisseurs Cmment les achats peuvent-ils créer de la valeur en impliquant les furnisseurs dans les démarches cllabratives? Cmpte rendu de

Plus en détail

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Au cœur de l'actin Pht: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Orientatins stratégiques 2014-2017 Canadian Dance Assembly ~ L'Assemblée canadienne de la danse The Histric Distillery District 15 Case Gds

Plus en détail

Communiqué de synthèse...3. Programme Mardi 27 novembre...4. MJC de L Aigle...5. L exposition...6

Communiqué de synthèse...3. Programme Mardi 27 novembre...4. MJC de L Aigle...5. L exposition...6 1 SOMMAIRE Cmmuniqué de synthèse...3 Prgramme Mardi 27 nvembre...4 MJC de L Aigle...5 L expsitin...6 Le dispsitif «Envyé spécial Cart @t à Lndres»...7 Zé, Victr et Nlwenn, les jeunes reprters Cart @t à

Plus en détail

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion Article 74 du Cntrat de gestin : Transmissin du tableau de brd de gestin Pur permettre à la SISP et à la SLRB de suivre la réalisatin des missins du cntrat de gestin de niveau 2, la SISP cmplète et transmet

Plus en détail

MANUEL COLLECTIVITÉ. Manuel collectivités Page 1 sur 23

MANUEL COLLECTIVITÉ. Manuel collectivités Page 1 sur 23 MANUEL COLLECTIVITÉ Manuel cllectivités Page 1 sur 23 SOMMAIRE Écran d accueil... 3 Accès... 3 Présentatin... 3 Descriptin des frmulaires de l enquête... 4 Saisie des infrmatins cncernant la cllectivité...

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES Entre : Le Département des Yvelines, représenté par M. Alain SCHMITZ, Président du Cnseil Général, agissant en cette qualité en vertu d une délibératin

Plus en détail

Chap II : La gestion de stock

Chap II : La gestion de stock www.lgistiquetn.me.ma Chap II : La gestin de stck I. Les pératins de la gestin du stck : La gestin du stck d une entreprise dit être réalisée avec sin pur être capable en permanence de cnnaitre l état

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2014

RAPPORT D ACTIVITE 2014 Cmmissin Activités Senirs et du Réseau Slidaire RAPPORT D ACTIVITE 2014 PRESENTATION DE LA COMMISSION A la CMCAS de Lyn c est la Cmmissin Senirs qui gère la SLV 110, et qui, prgramme l ensemble des activités.

Plus en détail

LE SERVICE D ASSISTANCE PEDAGOGIQUE A DOMICILE. Guichet Unique SAPAD : Contact : 02 98 10 42 56 sapad@pep29.org

LE SERVICE D ASSISTANCE PEDAGOGIQUE A DOMICILE. Guichet Unique SAPAD : Contact : 02 98 10 42 56 sapad@pep29.org LE SERVICE D ASSISTANCE PEDAGOGIQUE A DOMICILE Guichet Unique SAPAD : Cntact : 02 98 10 42 56 sapad@pep29.rg FONCTIONNEMENT D UN SAPAD LE SAPAD, POURQUOI? Service d Assistance Pédaggique A Dmicile aux

Plus en détail

Charte de fonctionnement du dispositif EVREST

Charte de fonctionnement du dispositif EVREST Charte de fnctinnement du dispsitif EVREST POURQUOI? Cette charte vise à fixer les engagements que divent respecter les utilisateurs et rganisateurs du dispsitif Evrest, cncernant : les cnditins de participatin

Plus en détail

BP 2015 CCAS DE SEICHAMPS

BP 2015 CCAS DE SEICHAMPS CCAS CRECHE CCAS DE SEICHAMPS Les dépenses de fnctinnement Pass Bus 800 Repas des Anciens 10 000 Chclats des Anciens 2 800 Télé-assistance 3 800 Aide sciale 9 400 Maintien à dmicile 2 800 Subventins aux

Plus en détail

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun Décret réfrme 2016 1 L rganisatin des enseignements Enseignements cmmuns à tus Enseignements cmplémentaires Accmpagnement persnnalisé Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) Enseignement de cmplément

Plus en détail

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1 COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE Généralités cncernant les cmptes annuels de l exercice 2009 1 Dans la cntinuité des exercices précédents, les cmptes annuels 2009 de la Cmmune de Grez-Diceau

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

HAUTE-LOIRE. Projet associatif Projet de service 2013-2017

HAUTE-LOIRE. Projet associatif Projet de service 2013-2017 HAUTE-LOIRE Prjet assciatif Prjet de service 2013-2017 Versin 2013 Page 1 sur 14 Smmaire Résumé...3 Méthdlgie...4 Présentatin en 2012...5 1. Le réseau UNA en France... 5 2. Les structures adhérentes à

Plus en détail

MSF Supply et MSF Belgique recherchent un(e) Conseiller(e) en Prevention niveau 2 et Facility Officer

MSF Supply et MSF Belgique recherchent un(e) Conseiller(e) en Prevention niveau 2 et Facility Officer Cnseiller préventin facility fficer 4 avril 2012.dc MSF Supply et MSF Belgique recherchent un(e) Cnseiller(e) en Preventin niveau 2 et Facility Officer I. CONTEXTE Médecins Sans Frntières est une rganisatin

Plus en détail

Compte-rendu réunion du CCRPA

Compte-rendu réunion du CCRPA Cmpte-rendu réunin du CCRPA Thème : «Cmment amélirer l accès à la santé?», Nantes, le 13 Décembre 2013 Méthde de travail : la jurnée a été rganisée en 4 temps, autur de la présentatin de différentes prpsitins

Plus en détail

Lot 6. Drôme Ardèche Centre PROGRAMMATION REGIONALE COMPETENCES PREMIERES 2013-2015

Lot 6. Drôme Ardèche Centre PROGRAMMATION REGIONALE COMPETENCES PREMIERES 2013-2015 PROGRAMMATION REGIONALE COMPETENCES PREMIERES 2013-2015 Lt 6 Drôme Ardèche Centre Une actin mise en œuvre dans le cadre du Service Public Réginal de la Frmatin INSTITUT DE FORMATION RHONE-ALPES 66, curs

Plus en détail

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 1. Type de prcédure Cette prcédure est un marché privé, passé en appel d ffres uvert à l issue de laquelle

Plus en détail

Prix SUEZ initiatives - Institut de France 5 ème édition 2015-2016 RÈGLEMENT. Prix SUEZ initiatives - Institut de France 2015-2016 Règlement

Prix SUEZ initiatives - Institut de France 5 ème édition 2015-2016 RÈGLEMENT. Prix SUEZ initiatives - Institut de France 2015-2016 Règlement Prix SUEZ initiatives - Institut de France 5 ème éditin 2015-2016 RÈGLEMENT 1 RÈGLEMENT de la 5 e éditin (2015 2016) du Prix SUEZ initiatives - Institut de France Article 1. ORGANISATEURS Le Fnds SUEZ

Plus en détail

Fiche de poste Chargé(e) de mission «Projet global» Association les Sheds. Présentation de l association LES SHEDS

Fiche de poste Chargé(e) de mission «Projet global» Association les Sheds. Présentation de l association LES SHEDS Fiche de pste Chargé(e) de missin «Prjet glbal» Assciatin les Sheds Présentatin de l assciatin LES SHEDS L assciatin Les Sheds a été fndée en 2007 et cmpte aujurd hui près de 400 membres. Sn prjet : la

Plus en détail

Appel à projet 2016 du PLIE de l agglomération chalonnaise Cahier des charges

Appel à projet 2016 du PLIE de l agglomération chalonnaise Cahier des charges Appel à prjet 2016 du PLIE de l agglmératin chalnnaise Cahier des charges 1. Le PLIE du Grand Chaln Le Plan Lcal pur l Insertin et l Empli (PLIE) de l agglmératin chalnnaise a pur bjectif de favriser l

Plus en détail

La Stratégie d inclusion de logements abordables Les habitations urbaines pour familles

La Stratégie d inclusion de logements abordables Les habitations urbaines pour familles La Stratégie d inclusin de lgements abrdables Les habitatins urbaines pur familles Cnsultatin publique Les Bassins du Nuveau Havre Le 17 février 2009 1 2 Objectifs de la stratégie Encurager le dévelppement,

Plus en détail

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité Décembre 2015 Régime d aide, exempté de ntificatin, en faveur de la participatin des prducteurs de prduits agricles à des systèmes de qualité En applicatin du règlement (UE) n 702/2014 de la Cmmissin du

Plus en détail

Comité de pilotage n 1 Alléger La Ville 18 septembre 2012

Comité de pilotage n 1 Alléger La Ville 18 septembre 2012 Cmité de piltage n 1 Alléger La Ville 18 septembre 2012 1. Les participants 2. Le calendrier 3. Les territires d innvatin de l expéditin 4. Deuxième territire partenaire 1. Liste des participants : Guillaume

Plus en détail

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Réunin de cncertatin du Fnds scial eurpéen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Atelier 3 «Prmuvir l inclusin sciale et lutter cntre la pauvreté» 1. Cntexte général a. Les rientatins cmmunautaires La crise

Plus en détail

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs Plitique d investissement de la MRC de Caniapiscau Jeunes prmteurs Adptée le 15 septembre 2015 JEUNES PROMOTEURS Ce prgramme vise à aider les jeunes entrepreneurs (18-40 ans) à créer, à acquérir u à assurer

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Sondage 2014 sur les travailleurs fédéraux. Commission de la capitale nationale Résumé

Sondage 2014 sur les travailleurs fédéraux. Commission de la capitale nationale Résumé Sndage 2014 sur les travailleurs fédéraux Cmmissin de la capitale natinale Résumé Octbre 2014 Harris/Décima harrisdecima.cm 1 Résumé But et bjectifs de la recherche La Cmmissin de la capitale natinale

Plus en détail

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA.

Dans le Plan comptable, il est nécessaire d ajouter les nouveaux comptes de TVA. Prduits cncernés : - Sage 30 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures - Sage 100 Gestin Cmmerciale & cmptabilité v.16 et supérieures Sujet mis en avant : Cmment gérer la TVA à 7% en cmptabilité

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

Annecy, le 20 octobre 2015 HAUTE-SAVOIE : UNE ETAPE DECISIVE VERS L OUVERTURE DES SERVICES NUMERIQUES TRES HAUT DEBIT

Annecy, le 20 octobre 2015 HAUTE-SAVOIE : UNE ETAPE DECISIVE VERS L OUVERTURE DES SERVICES NUMERIQUES TRES HAUT DEBIT Annecy, le 20 ctbre 2015 DOSSIER DE PRESSE HAUTE-SAVOIE : UNE ETAPE DECISIVE VERS L OUVERTURE DES SERVICES NUMERIQUES TRES HAUT DEBIT LE SYANE SIGNE AVEC LA SOCIETE TUTOR LE CONTRAT D EXPLOITATION ET DE

Plus en détail

Commune de Lusigny-sur-Barse Plan Local d Urbanisme

Commune de Lusigny-sur-Barse Plan Local d Urbanisme Département de l Aube Cmmune de Lusigny-sur-Barse Plan Lcal d Urbanisme Dcument n 2 Prjet d Aménagement et de Dévelppement Durables Arrêté par délibératin du Cnseil Municipal en date du Appruvé par délibératin

Plus en détail

CONVENTION de HAUT-NIVEAU du joueur intégrant le Pôle Espoir Baseball de.

CONVENTION de HAUT-NIVEAU du joueur intégrant le Pôle Espoir Baseball de. CONVENTION de HAUT-NIVEAU du jueur intégrant le Pôle Espir Baseball de. Rédigée dans le respect des dispsitins du cde du sprt, ntamment ses articles L 231-3, L 231-6, D.221-17, R.221-26 et A. 231-3 à 231-8

Plus en détail

Comite de suivi de la reforme de la politique du handicap Groupe d appui technique n 5 «emploi-ressources» Document de synthèse des travaux du groupe

Comite de suivi de la reforme de la politique du handicap Groupe d appui technique n 5 «emploi-ressources» Document de synthèse des travaux du groupe Cmite de suivi de la refrme de la plitique du handicap Grupe d appui technique n 5 «empli-ressurces» Dcument de synthèse des travaux du grupe 1 er Thème abrdé : L allcatin aux adultes handicapés (AAH)

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

DISPOSITIF COLLECTIF D ACCES A LA VAE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES D ESAT ET D ENTREPRISES ADAPTEES DE BOURGOGNE

DISPOSITIF COLLECTIF D ACCES A LA VAE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES D ESAT ET D ENTREPRISES ADAPTEES DE BOURGOGNE DISPOSITIF COLLECTIF D ACCES A LA VAE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES D ESAT ET D ENTREPRISES ADAPTEES DE BOURGOGNE Ancrage du prjet initial La li 2005-102 de janvier 2005 a instauré le drit à cmpensatin

Plus en détail

NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR

NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR Dans le cadre de la rupture d un cntrat de travail du fait du décès d un particulier emplyeur, un certain nmbre de frmalités snt à accmplir

Plus en détail

Affichage publicitaire Mode d emploi

Affichage publicitaire Mode d emploi Affichage publicitaire Mde d empli Enseignes, pré-enseignes, publicité : qu ès aquò? Art L581-3 CE Une enseigne se caractérise par tute inscriptin, frme u image appsée sur un immeuble (fncier cmpris) et

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL ET ERGONOMIE. «Analyse de la situation de travail Méthodes et techniques» COURS A3 LEÇON 1

PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL ET ERGONOMIE. «Analyse de la situation de travail Méthodes et techniques» COURS A3 LEÇON 1 PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL ET ERGONOMIE «Analyse de la situatin de travail Méthdes et techniques» COURS A3 LEÇON 1 (Dispensée en 1985 par Alain Wisner) TRAVAIL, CONDITIONS DE TRAVAIL, ERGONOMIE, SOCIOTECHNIQUE,

Plus en détail

Les signaux d alarme abusifs, un vrai problème en Île-de-France

Les signaux d alarme abusifs, un vrai problème en Île-de-France Dssier de presse Les signaux d alarme abusifs, un vrai prblème en Île-de-France Les actins SNCF pur les maîtriser 28 mars 2012 I - Qu est-ce que le signal d'alarme? Le signal d alarme est un dispsitif

Plus en détail

o Financement et contrôle des dépenses électorales Rôle du représentant officiel et agent officiel d un candidat indépendant autorisé

o Financement et contrôle des dépenses électorales Rôle du représentant officiel et agent officiel d un candidat indépendant autorisé PROVINCIAL Financement Prductin du nuveau rapprt financier d'une instance de parti Objectif : établir les sldes d uverture des pstes du bilan Clientèle : représentants fficiels des instances Prductin du

Plus en détail

Offre de formation professionnelle 2015-2016. Offre de formation Fagerh 2016

Offre de formation professionnelle 2015-2016. Offre de formation Fagerh 2016 Offre de frmatin prfessinnelle 2015-2016 Offre de frmatin Fagerh 2016 SOMMAIRE Frmatin de Base Jurnée d accueil des nuveaux directeurs (cadres)... P5 Cursus nuveaux prfessinnels (cadres et nn cadres)...

Plus en détail

FISCAL... SOCIAL... DIVERS... p. 5 Nouveaux plafonds livret A p. 5 Comptes courants d associés... p. 5. LES INDICES... p. 5

FISCAL... SOCIAL... DIVERS... p. 5 Nouveaux plafonds livret A p. 5 Comptes courants d associés... p. 5. LES INDICES... p. 5 Janvier 2013 Vtre réussite, ntre satisfactin Bureau de Belleville : Bureau de Vnnas Bureau de Trevux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du cls 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66 11

Plus en détail

DU RESPONSABLE DE FORMATION

DU RESPONSABLE DE FORMATION Appruvé le 10 juin 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTERIEL DU RESPONSABLE DE FORMATION (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le présent référentiel cmprend un référentiel d activités, de cmpétences et de frmatin

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les agents de la fnctin publique nt cnnu depuis plusieurs années des vagues de réfrmes successives dans un cntexte de cntraintes cntinues. Il en

Plus en détail

Charte du Tutorat CPAG

Charte du Tutorat CPAG Charte du Tutrat CPAG OBJET DE LA CHARTE La présente charte a pur bjectifs : - de fixer les règles relatives au tutrat exercé par des Agents Généraux expérimentés auprès des Agents Généraux stagiaires

Plus en détail

LA COMMUNICATION D UNE EQUIPE POUR ACCOMPAGNER LE PROJET D ORIENTATION DE L ELEVE. Objectifs de l étude sur la communication :

LA COMMUNICATION D UNE EQUIPE POUR ACCOMPAGNER LE PROJET D ORIENTATION DE L ELEVE. Objectifs de l étude sur la communication : LA COMMUNICATION D UNE EQUIPE POUR ACCOMPAGNER LE PROJET D ORIENTATION DE L ELEVE Objectifs de l étude sur la cmmunicatin : 1/ Mntrer de qui relève une «bnne cmmunicatin» Mntrer qu il y a cmmunicatin que

Plus en détail

Lot 1. Pays De Gex, Bassin Bellegardien, Haut-Bugey PROGRAMMATION REGIONALE COMPETENCES PREMIERES 2013-2015

Lot 1. Pays De Gex, Bassin Bellegardien, Haut-Bugey PROGRAMMATION REGIONALE COMPETENCES PREMIERES 2013-2015 PROGRAMMATION REGIONALE COMPETENCES PREMIERES 2013-2015 Lt 1 Pays De Gex, Bassin Bellegardien, Haut-Bugey Une actin mise en œuvre dans le cadre du Service Public Réginal de la Frmatin INSTITUT DE FORMATION

Plus en détail

HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT

HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT SAEM Haute Brne PLAN D ACTIONS 2011 Plan d actins Haute Brne Dévelppement - Technple Lille Métrple 2011 1 SOMMAIRE A - CONTEXTE... 3 B - ACTIONS... 4 Axe 1 : Favriser la créatin

Plus en détail

Etre carreleur en 2025

Etre carreleur en 2025 Eurpäische Unin der Fliesenfachverbände Etre carreleur en 2025 Madame, Mnsieur, La Fédératin allemande du carrelage et l Unin eurpéenne des fédératins des entreprises de carrelage nt lancé une initiative

Plus en détail

UN MUSÉE D HISTOIRE DANS LA CLASSE

UN MUSÉE D HISTOIRE DANS LA CLASSE UN MUSÉE D HISTOIRE DANS LA CLASSE 5È-6È PRIMAIRE ET 1 RE -2È-3È SECONDAIRE INFORMATIONS SUR L ACTIVITE Grupe-cible 5è-6è primaire et 1 re -2è-3è secndaire Durée Matériel 90 min Des bjets chisis par les

Plus en détail

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République Le Pôle Santé, Sécurité des Sins Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Dr Brun LANDI Médecin crdnnateur Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Nvembre 2009 DIALOGUER,

Plus en détail

FICHE n I.05. Mettre en place des Pédibus / Vélobus intergénérationnels dans le cadre scolaire

FICHE n I.05. Mettre en place des Pédibus / Vélobus intergénérationnels dans le cadre scolaire FICHE n I.05. Mettre en place des Pédibus / Vélbus intergénératinnels dans le cadre sclaire DESCRIPTION DU PROJET Le Pédibus u Vélbus est un mde de déplacement en cmmun, à pied u à vél, avec des hraires

Plus en détail

Les Français et l autopartage

Les Français et l autopartage Les Français et l autpartage Sndage réalisé par pur LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Cntact BVA : Julie Catilln Directrice d études de BVA Opinin 01.71.16.88.34 Méthdlgie Recueil Enquête réalisée auprès d un

Plus en détail

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires)

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires) LA FONCTION DE L ORTHOPHONISTE EN PEDOPSYCHIATRIE Dans le cadre d'un secteur de pédpsychiatrie, l'exercice de l'rthphnie truve sa particularité dans la spécificité de la structure qui a sn prpre cadre

Plus en détail

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi Zm sur La base de dnnées écnmiques et sciales instaurée par la li de sécurisatin de l'empli Juillet 2014 I. Une transparence renfrcée via la mise en place d une base de dnnées écnmiques et sciales 1 II.

Plus en détail

de la population 2016 pour construire demain AU RECENSEMENT DE DEMAIN? MODE D EMPLOI

de la population 2016 pour construire demain AU RECENSEMENT DE DEMAIN? MODE D EMPLOI PRÊTS Des chiffres À PARTICIPER aujurd hui AU DE DEMAIN? DEVENEZ SUPERVISEUR CAMPAGNE DE CMMUNICATIN DU 206! MDE D EMPLI Renuvelez le succès de la cllecte par Internet. DES UTILS SIMPLES ET EFFICACES PUR

Plus en détail

MEDIATION, MULTIMEDIA ET

MEDIATION, MULTIMEDIA ET MEDIATION, MULTIMEDIA ET ISOLEMENT SOCIAL DES PERSONNES EN SITUATION DE PRECARITE Les technlgies d infrmatin et de cmmunicatin supprt d animatin pur les publics élignés et utils de mise en réseau des acteurs

Plus en détail

Mediapilote publie ses résultats Les chiffres sont bons!

Mediapilote publie ses résultats Les chiffres sont bons! COMMUNIQUE DE PRESSE Chlet, le 04 septembre 2013 Mediapilte publie ses résultats Les chiffres snt bns! Mediapilte clôture sn exercice cmptable chaque année au mis de juin. Les chiffres 2012-2013 viennent

Plus en détail

Le Prix de l essentiel GUIDE D ANIMATION CAMPAGNE 2014-2015

Le Prix de l essentiel GUIDE D ANIMATION CAMPAGNE 2014-2015 GUIDE D ANIMATION CAMPAGNE 2014-2015 AOÛT 2014 TABLE DES MATIÈRES Présentatin et rigine P. 3 À qui s adresse ce guide P. 4 Matériel P. 4 On jue! P. 6 Les préalables P. 6 Prfils des jueurs P. 7 Cnsignes

Plus en détail

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE Septembre 2009 INTRODUCTION De par l imprtance accrue des tâches administrative ces dernières années, le travail du Médecin Généraliste

Plus en détail

RENCONTRE Comment le développement culturel des territoires ruraux peut-il s appuyer sur le numérique?

RENCONTRE Comment le développement culturel des territoires ruraux peut-il s appuyer sur le numérique? RENCONTRE Cmment le dévelppement culturel des territires ruraux peut-il s appuyer sur le numérique? Date : Mardi 19 mai 2015 de 9h30 à 16h30 Lieu : Salle des fêtes - Place du 19 mars 1962-42110 Pncins

Plus en détail