La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles. comparaisons européennes Tableau de bord n 1 novembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles. comparaisons européennes Tableau de bord n 1 novembre 2010"

Transcription

1 Observation Metropolitaine Partenariale de la Region Economique Lyonnaise comparaisons européennes Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles > Coordination générale : Région Urbaine de Lyon - SGAR > Réalisation et pilotage : Agence d urbanisme de Lyon - Opale

2 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre 2010 xxxxxxxxxxxx Ce tableau de bord s inscrit dans le cadre d une démarche d observation économique d échelle métropolitaine (OMPREL - cf. encadré). Il a pour objectif de fournir des éléments de comparaison permettant de situer la région urbaine lyonnaise dans l Europe des métropoles. S Le tableau de bord est complété par deux autres types de publications apportant des éléments de nature qualitative, que sont : Les Regards d Experts, restituant des travaux ou donnant la parole à des experts pour comprendre le positionnement des métropoles en matière d accessibilité, de rayonnement, d attractivité, d innovation Les Focus qui visent à donner un coup de projecteur sur l une des 11 métropoles retenues dans le cadre du panel, en approfondissant une thématique donnée. La démarche OMPREL OMPREL (Observation Métropolitaine Partenariale de la Région Économique Lyonnaise) est une démarche collective de production de connaissances homogènes et partagées à l échelle métropolitaine. Ce travail commun des observatoires est nécessaire à cette échelle pour accompagner et éclairer les stratégies permettant de positionner la région économique lyonnaise parmi les grandes métropoles européennes. OMPREL n est pas un nouveau dispositif d observation mais bien un processus qui permet de mobiliser les compétences, partager les expériences, mutualiser les ressources et les contacts. OMPREL n a pas vocation à assurer le travail d analyse conduit par les différents observatoires à leur échelle respective, mais d apporter une valeur ajoutée en éclairant les dynamiques métropolitaines et en permettant un enrichissement mutuel par l échange de savoir-faire. Ce processus de travail en réseau initié par la RUL vise de manière pérenne à mobiliser les compétences et mutualiser les ressources : Des observatoires économiques locaux : - l Opale - l observatoire économique de la Loire hébergé par Adel 42 (Agence de développement économique de la Loire) - l observatoire économique de l Isère hébergé par l AEPI Du réseau des Chambres de commerce et d industrie (CRCI Rhône-Alpes, CCI de Saint-Etienne Montbrison, CCI du Roannais, CCI de Lyon, CCI Beaujolais, CCI de l Ain, CCI du Nord-Isère) Des agences d urbanisme de Saint-Étienne et de Lyon, ainsi que de l EPANI Cinq axes de travail ont été identifiés : 1. Veille logistique 2. Indicateurs généraux et comparaisons européennes 3. Suivi des grands parcs d activité 4. Veille sur les mutations économiques 5. Économie des services

3 xxxxxxxxxxxxxxx Tableau de bord n 1 novembre 2010 ommaire La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Contexte et contenu de la démarche de comparaisons européennes page 4 Une volonté de l État de disposer d indicateurs du développement métropolitain Une volonté de la Région Urbaine de Lyon de rapprocher les dispositifs locaux d observation économique pour tendre vers un dispositif de veille et d observation pérenne Méthodologie de travail page 5 La sélection des indicateurs La sélection des villes La nécessité de formaliser des contacts privilégiés avec les villes de l échantillon Avertissement méthodologique et limites des travaux de comparaisons entre villes européennes page 7 De nombreuses études publiées sur le sujet fondées sur des statistiques peu fiables Des comparaisons fiables doivent reposer sur des territoires comparables La notion de ville, de quoi parle-t-on? Des difficultés d harmonisation des définitions au niveau européen Indicateurs page 9 1. Données synthétiques des villes étudiées 2. PIB 3. Niveau de vie 4. La position des villes dans quelques classements 4.1 Position des villes dans le classement villes européennes de Datar 4.2 Position des villes dans le classement Cushman and Wakefield 5. L enseignement supérieur : un bilan nuancé pour les établissements de la métropole lyonnaise 6. Localisation des sièges sociaux 7. Aéroports 7.1 Trafic des aéroports Accessibilité des aéroports 7.3 Forces et faiblesses de la plate-forme aéroportuaire Lyon-Saint Exupéry 8. Accessibilité multimodale 9. L accueil des congrès internationaux 10. L immobilier d entreprises 11. L immobilier de logement 12. Les grands stades 13. Densité de théâtres 14. Densité de musées 15. Part de l emploi dans les secteurs culturels et créatifs Métropolisation de la région lyonnaise : pour une mesure de qualité page 29 La métropole accessible La métropole vivante La métropole entreprenante La métropole innovante 3

4 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre 2010 contexte et contenu 1 1 Contexte et contenu de la démarche de comparaisons européennes une volonté de l État de disposer d indicateurs du développement métropolitain Dans le cadre de l évaluation de la Directive Territoriale d Aménagement de l Aire Métropolitaine Lyonnaise, approuvée le 9 janvier 2007, l État souhaite disposer d indicateurs de rayonnement métropolitain pour rendre compte de l objectif premier du chapitre 2 de la DTA : Un projet partagé construire une métropole solidaire de dimension internationale. une volonté de la Région Urbaine de Lyon de rapprocher les dispositifs locaux d observation économique De son côté, la Région Urbaine de Lyon a initié la démarche OMPREL de rapprochement des dispositifs locaux d observation économique dont une des finalités est de produire de manière homogène une batterie d indicateurs (portant sur la situation et la dynamique de développement) à l échelle de la région économique lyonnaise, et des territoires qui la composent. À terme, la RUL envisageait d élargir la production de ces indicateurs à d autres métropoles européennes, afin de disposer d éléments de comparaisons internationales partagés par les acteurs du territoire. Ces deux démarches trouvent aujourd hui un point de convergence, en mobilisant le savoirfaire de l Opale en matière de comparaisons internationales et en s appuyant sur une mise à jour des travaux conduits par Millénaire 3 en 2002 : Où en est la métropole lyonnaise?. pour tendre vers un dispositif de veille et d observation pérenne objectif à poursuivre est de dépasser la seule L production ou mise à jour d indicateurs de comparaisons internationales (dont on sait par ailleurs la difficulté méthodologique d élaboration à l échelle des métropoles), pour tendre vers un dispositif de veille et d observation pérenne, d échelle métropolitaine, qui mette en place de véritables moyens d analyse qualitative des résultats produits (notamment par l appel à des experts), avec un réel suivi dans le temps.

5 2 méthodologie de travail Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles 2 Méthodologie de travail La sélection des indicateurs La sélection des indicateurs s est faite en reprenant les intentions de la Directive territoriale d aménagement de l aire métropole lyonnaise récapitulée dans le tableau ci-dessous : N page DTA Intention, objectifs ou prescriptions de la DTA Indicateurs 21 Taille critique optimale Poids démographique (Audit urbain, Eurostat ou sites Internet) Production de richesse (Eurostat) et population active 21 et et et Concrétiser des stratégies d alliances Possibilités de coopération avec Genève Capacité à susciter ou à attirer des talents, des projets et des capitaux Présence d équipes et de cadres dirigeants au savoir-faire reconnu au niveau international Emploi des cadres Fonctions supérieures de groupes : - recherche - conception - marketing Spécialisation de l économie lyonnaise cluster ou pôles de compétitivité Fonctions rares : - accueillir des services de haut niveau - qualité urbaine - développement des loisirs - vie économique et sociale ouverte Centres de décision et de sièges sociaux / Place financière Délocalisation des administrations ou organismes publics Accueil des organisations internationales publiques et privées, y compris les ONG Métropoles d affaires Cushman and Wakefield Healey et Baker Parc et marché d immobilier de bureaux source JLL) Emplois métropolitains stratégiques (RP) Innovation (publications scientifiques, dépôts de brevets, programmes européens / OST) Haute technologie comparaisons villes françaises (Unedic et Sirene création) La Haute technologie (spécialisation et développement des villes françaises) Tourisme (hôtels, touristes étrangers, salons, congrès, attractions touristiques, événements, shopping de luxe sources diverses) Qualité de vie (thèse Ag.Urba) Coût de la vie (étude Mercer HRC) Sièges sociaux et grands groupes européens (Fortune Global 500) Aderly implantations (suite MIPRA?) 23 Enseignement supérieur Classement de Shanghai, Financial Times, etc. 23 Culture Tourisme (musées, grandes attractions culturelles sources diverses) 23 Santé 24 Disposer de liaisons performantes pour chaque pôle métropolitain vers l aéroport et le centre de Lyon - Trafic passagers - Nombre de destinations aériennes internationales directes et intercontinentales 65 Accueil d organisations internationales ou de conférences et manifestations internationales Tourisme (salons, congrès source Obs. du tourisme urbain / Emeca / UAI) 5

6 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre 2010 méthodologie de travail 2 La sélection des villes Le panel de villes à comparer avec la métropole lyonnaise se compose des dix agglomérations suivantes : Manchester Lille Marseille Barcelone Valence Turin Milan Munich Genève Prague Le groupe de travail a sélectionné des villes voisines, non capitales (sauf Prague), de même taille ou de taille immédiatement supérieure à Lyon, située dans le centre et le sud de l Europe. Néanmoins, il ne s interdit pas, sur un thème ou un indicateur particulier de faire une ou deux comparaisons avec des villes extérieures à l échantillon, mais de façon ponctuelle. manchester AN LETERRE lille ALLEMA NE munich prague RÉP. TCUE ESPA NE barcelone FRANCE gen ve SUISSE milan marseille Turin ITALIE valence La nécessité de formaliser des contacts privilégiés avec les villes de l échantillon Il apparaît que la qualité des travaux de comparaisons internationales réside dans la formalisation d un partenariat étroit avec les villes sélectionnées pour les comparaisons. (Cf. étude IAURIF performances économiques des régions européennes ) et la collaboration avec des universitaires. Pour l analyse, le recours à des experts thématiques ou bien à un groupe de travail réunissant des correspondants de chaque ville du panel devrait être de nature à interpréter qualitativement les résultats obtenus et à éviter les erreurs d appréciation liées au risque méthodologique. La mobilisation des villes du réseau Eurocités pourrait être une piste à explorer.

7 3 avertissement Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles 3 Avertissement méthodologique et limites des travaux de comparaisons entre villes européennes de nombreuses études publiées sur le sujet Les différentes études socio-économiques comparatives publiées sur les villes à l échelon européen ne sont souvent que des descriptions fondées sur des statistiques peu fiables Les données d Eurostat basées sur la Nomenclature d Unités Territoriales Statistiques (NUTS) correspondent à l histoire politique et administrative de chaque pays. Elles sont géographiquement inadéquates pour comparer de manière fiable les réalités des aires métropolitaines. De même Des comparaisons fiables doivent reposer sur des territoires comparables étude de l IAURIF* intitulée Performances L économiques des régions européennes réalisée dans le cadre du programme GEMACA 2, constitue un modèle de résolution des problèmes La notion de ville, de quoi parle-t-on? Entreprendre des comparaisons entre villes européennes implique de bien définir le concept de ville afin de les délimiter de la même manière et de choisir les villes à prendre en compte dans l étude. En effet, le choix de périmètre peut avoir des effets significatifs sur les indicateurs si, par exemple, des comparaisons doivent être effectuées entre des assez vagues et incomplètes fondées sur des statistiques régionales publiées par Eurostat. l audit urbain 2 qui vise à produire des données sur les conditions de vie de la population dans 258 villes et agglomérations ne permet pas la production d indicateurs socio-économiques comparables à l échelle européenne. En effet chaque pays dispose de sa propre définition des villes. de périmètre et de sources énoncés précédemment. Les villes participantes à ce projet ont en effet défini des périmètres de comparaisons fondés sur des critères identiques. indicateurs de richesse et de conditions sociales tels que le chômage ou la paupérisation. Par exemple, les modèles de ségrégation résidentielle (à Paris où les ménages les moins aisés tendent à vivre dans les logements sociaux en banlieue alors qu ils sont concentrés dans les zones centrales à Londres) peuvent biaiser les analyses. des difficultés d harmonisation des définitions au niveau européen Pour diverses raisons, il nous est difficile de pouvoir réaliser ce travail d harmonisation des définitions à court terme. Par conséquent, étant donné la diversité des sources statistiques, nous nous efforcerons * Institut d Aménagement et d Urbanisme de la Région Île-de-France. de préciser les périmètres que nous utiliserons. Le tableau suivant recense les différents niveaux d analyse et leurs correspondances. 7

8 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre avertissement Correspondance entre les niveaux NUTS*, les divisions administratives nationales et l Audit urbain Découpage NUTS NUTS 1 NUTS 2 NUTS 3 NUTS 4 NUTS 5 Audit Urbain Larger Urban Zone (LUZ) Core city France Z.E.A.T.** Régions Exemple : Rhône-Alpes Aire urbaine Exemple : Aire urbaine de Lyon EPCI Exemple : Grand Lyon Allemagne Länder Exemple : Baden- Württemberg Regierungsbezirke Exemple : Stuttgart Kreise Verwaltungsgemeinschaften Gemeinden Belgique Régions Provinces Arrondissements Communes Espagne Agrupación de comunidades autónomas Exemple : Este Comunidades y ciudades autonomas Exemple : Catalogne Provincias+ Ceuta y Melilla Exemple : Grand Barcelone Municipios Exemple : Ville de Barcelone Italie Gruppi di regioni Regioni Provincie Comuni République Tchèque Území Oblasti Kraje Okresy Obce Royaume-Uni Government Office Regions ; Country Counties (some grouped) ; Inner and Outer London ; Groups of unitary authorities Upper tier authorities or groups of lower tier authorities (unitary authorities or districts) Lower tier authorities (districts) or individual unitary authorities ; Individual unitary authorities or LECs (or parts thereof) ; Districts Wards (or parts thereof) La zone urbaine étendue (LUZ) devait correspondre à l aire d influence de la ville (au sens de l audit urbain). Eurostat demandait donc à ce que ce niveau géographique corresponde à Nuts 3 (le département). Or, ce niveau est inapplicable dans le cas de la France, car non comparable géographiquement et non pertinent statistiquement. Le choix s est donc porté sur les aires urbaines de Le niveau ville de l audit urbain devait correspondre à celui de la ville administrative et donc à l unité administrative locale (LAU) niveau 2 anciennement Nuts 5 (communes). Une fois encore, ce niveau se révélait inapplicable pour la France puisque décalé par rapport au contexte législatif (accroissement de la place des intercommunalités). La notion de la ville qui a été retenue pour le programme correspond aux EPCI. Pour le Royaume-Uni le niveau LAU 1 a été retenu. On voit donc qu à l heure actuelle des comparaisons fiables entre villes européennes sont délicates à entreprendre. Elles souffrent toujours d un manque de données comparables dans le temps et dans l espace: à date identique, à maillage géographique analogue. Par ailleurs, les définitions de nombreuses variables statistiques diffèrent d un pays à l autre. * NUTS : nomenclature commune des unités territoriales statistiques (NUTS) ** Les Zone d Étude et d Aménagement du Territoire (Z EAT). RÉGION PARISIENNE - Île-de-France ; BASSIN PARISIEN - Bourgogne, Centre, Champagne-Ardenne, Basse et Haute-Normandie, Picardie ; NORD - Nord Pas-de-Calais ; EST - Alsace, Franche-Comté, Lorraine ; OUEST - Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes SUD-OUEST - Aquitaine, Limousin, Midi-Pyrénées ; CENTRE-EST - Auvergne, Rhône-Alpes ; MÉDITERRANÉE - Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d Azur, Corse

9 4 indicateurs Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles 4 Indicateurs 1. Données synthétiques des villes étudiées Population Superficie en km 2 Agglomération Aire urbaine Agglomération Aire urbaine Barcelone Milan Munich Prague Lyon * * Lille Marseille Turin Valence Genève Manchester RUL * Sources : pour l agglomération de Lyon, chiffres INSEE 2007 intégrant les communes de Givors et Grigny. Pour la RUL, chiffres INSEE Pour les autres villes, chiffres Eurostat La taille d une métropole est importante car elle est bien souvent liée à sa structure économique et à son potentiel de croissance. Elle dépend de la définition** qui est adoptée. Avec plus de habitants, la métropole barcelonaise comporte environ 3 fois plus d habitants que l aire urbaine lyonnaise. Cet écart se réduit sensiblement si l on prend le périmètre des villes (agglomération dans le cas de Lyon). L histoire politique de chaque pays explique des hiérarchies urbaines plus ou moins prononcées selon la forme du pouvoir territorial. La primauté absolue de certaines capitales (Paris, Londres ) n a pas permis la croissance d autres très grandes villes nationales. Précision méthodologique : Pour des raisons de comparabilité entre villes, les données de ce tableau sont issues d Eurostat, dont les données les plus récentes concernent l année Mais ce tableau vise davantage à souligner des ordres de grandeur que d indiquer des données les plus récentes possibles. ** Pour plus d informations sur la méthodologie employée, on se référera à la note méthodologique Ciel N 1 9

10 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre indicateurs 2. PIB PIB par habitant en parité de pouvoir d achat en e Le PIB et le PIB par habitant, sont des indicateurs de l ensemble de l activité économique d un territoire et permettent donc de mesurer et de comparer le degré de développement économique des territoires. Cependant le PIB mesure la production et non le niveau de vie de Source : Eurostat, 2002 la population ni le bien-être de la population. Des indicateurs alternatifs* difficilement calculables à l échelle d une agglomération existent néanmoins (indice de développement humain, indice de santé sociale, indice de pauvreté véritable, indice de bien-être économique). Évolution du PIB par habitant entre 1998 et 2002 en parité de pouvoir d achat (en %) 0 Munich enregistre le taux de croissance annuel moyen du PIB le plus élevé entre 1998 et Sur la même période, le rythme de croissance du PIB de Genève a été le plus faible. * Pour une synthèse des indicateurs alternatifs on se référera à une note du BIP 40 : Source : Eurostat, 2002

11 indicateurs Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles 3. Niveau de vie Contrairement au PIB, le niveau de vie est une mesure du bien-être économique. Les niveaux de salaires et de pouvoir d achats sont des bons indicateurs pour l appréhender. Niveaux des prix* / Base 100 = Zurich Sans loyer Avec loyer Munich 76,5 73,7 Lyon 71,3 66,6 Barcelone 70,4 70,5 Milan 66,3 69,2 Prague 50,4 48,9 Parmi les villes de notre échantillon Lyon fait partie des villes où le niveau des prix est relativement élevé, le constat est sensiblement identique si l on élargit l échantillon (73 villes) au niveau mondial. Les fluctuations monétaires dues à la crise ont une forte influence sur le niveau Source : UBS, 2010 des prix. Malgré l intégration de la République Tchèque à l UE en mai 2004 et l introduction de l euro comme moyen de paiement officiel l ajustement des prix entre l Europe orientale et occidentale reste minime en témoigne le niveau des prix de Prague. Niveaux des salaires** / Base 100 = Zurich Net Munich 57,4 Lyon 53,4 Milan 45,5 Barcelone 46,2 Prague 21 l échelle de notre échantillon, les différences A de salaires sont importantes. En moyenne, les travailleurs de Munich perçoivent des salaires Source : UBS, 2010 environ trois fois supérieurs à ceux de leurs collègues de Prague. Pouvoir d achat / Base 100 = Zurich Net Munich 75 Lyon 74,9 Milan 68,6 Barcelone 65,5 Prague 41,6 Un niveau de salaire élevé ne traduit pas forcément un indice de prospérité élevé. Il convient alors de nuancer avec l indicateur du pouvoir d achat. Source : UBS, 2010 Par rapport aux métropoles de notre échantillon, Lyon dispose d une attractivité prix forte en matière d immobilier de logement. * Méthodologie : Coût d un panier de 122 biens et services pondéré selon les habitudes de consommation d Europe occidentale. ** Méthodologie : Ces calculs sont basés sur des données concernant les salaires, les déductions sociales et les durées de travail de 14 professions répandues à travers le monde. Salaires nets après déduction des impôts et des cotisations sociales. 11

12 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre indicateurs 4. La position des villes dans quelques classements 4.1 position des villes dans le classement villes européennes de Datar étude réalisée par P.Cicille et C.Rozenblat L pour la DATAR en 2002 portait sur 180 villes de plus de habitants en Europe. Les villes sont classées à partir de 15 indicateurs de métropolisation. La métropole lyonnaise dispose d un rayonnement supérieur à sa taille démographique Le rayonnement des villes est mesuré par l écart entre le classement (établi à partir des 15 indicateurs de métropolisation) rapporté à la taille de la population. Si Barcelone disposait d une position favorable dans le classement, son rayonnement était inférieur à ce que l on pourrait attendre compte tenu de sa taille. Inversement, Milan, Lyon et Marseille disposent d un rayonnement supérieur. Classement Rayonnement Milan 5 légèrement supérieur Barcelone 6 légèrement inférieur Munich 11 légèrement supérieur Lyon 17 légèrement supérieur Marseille 23 légèrement supérieur Genève 26 très supérieur Turin 33 légèrement inférieur Manchester 35 très inférieur Valence 35 légèrement inférieur Lille 39 légèrement inférieur Prague NC NC Source : Villes européennes,

13 indicateurs Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles 4.2 position des villes dans le classement Cushman and Wakefield Les pourcentages reflètent l importance qu accordent les responsables d entreprises européens interrogés aux facteurs de localisation listés ci-dessus. Ils représentent la part des responsables d entreprises qui ont considéré le facteur comme essentiel pour leur prise de décision. Classement des principaux facteurs de localisation pour les décideurs économiques européens Critères Position Position Position Position Position Facilité d accès au marché, clients Disponibilité de la M.O qualifiée La qualité des télécommunications Accessibilité externe et internationale Coût de l immobilier Coût de la M.O Disponibilités des locaux Climat des affaires créé par le gouvernement Pratique des langues étrangères Accessibilité interne à l Aire métropolitaine Qualité de vie pour les employés Etre à l abri de la pollution Source : European cities monitor La disponibilité de la main d œuvre qualifiée comme facteur principal d attractivité économique Les quatre facteurs déterminants dans les choix de localisation sont la facilité d accès au marché et aux clients, la disponibilité de la main d œuvre qualifiée, la qualité des télécommunications, et l accessibilité externe et internationale. Les critères de qualité de vie pour les employés et de pollution occupent les dernières places du classement. Toutefois, au fil du temps une part croissante des dirigeants interrogés prend en compte les variables de qualité de vie et de pollution dans leurs choix de localisation. Depuis 2000, le classement n a pas vraiment subi de changement notable. Si l accessibilité externe et le coût de la main d œuvre sont les critères les plus importants pour les activités industrielles dans leurs décisions d implantation, le coût, la disponibilité des locaux et l accessibilité interne des agglomérations constituent les facteurs les plus importants pour les entreprises de service. 13

14 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre indicateurs Classement des villes européennes les plus attractives d après les responsables d entreprises Classement Datar Variation 2009/ 2008 Variation 1990/ 2009 Barcelone Munich Milan Genève Manchester Lyon Prague Variation 2000/ 2009 Lille Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd 39 Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Marseille Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd 23 Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Turin Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd 33 Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Valence Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd 35 Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Nd Sources : Rapports european cities monitor ; Datar, les villes européennes 2002 ; repris, complété et traité par l OPALE Le classement met en relief la position des villes dans l échantillon et dans le temps. Pour l année 2003, L OPALE a comparé le classement european cities monitor de Cushman and Wakefield issu d un sondage de perception au classement réalisé par la DATAR* au sein de l étude intitulée les villes européennes, analyse comparative. Ce rapprochement permet de confirmer ou d infirmer la perception qu ont les entreprises du rayonnement des villes de l échantillon. 4 * ROZENBLAT C. et CICILLE P. (2003), les villes européennes : analyse comparative, DATAR Il faut noter quelques aberrations du classement Datar : pour l accessibilité, Lyon arrive dans la même catégorie que Francfort cela renforce notre ego mais n a pas grand sens. De même le classement touristique est fait à partir guide vert, cela privilégie les villes françaises par rapport aux autres. Les exemples de classements surprenants pourraient être multipliés.

15 indicateurs Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Lyon dispose d un rayonnement perçu inférieur à son rayonnement réel La perception qu ont les responsables d entreprises des villes par rapport à leur rayonnement réel est très variable. Ainsi Manchester, est-elle perçue comme plus attractive que son rayonnement absolu. À l inverse, comme Milan, Lyon est moins bien perçue que son rayonnement absolu. En 2005, la position de Lyon dans le classement Healey&Baker s était dégradée de 6 places depuis 1990 et de 5 places par rapport à En 2008, Lyon regagne la place occupée en 1990 (18 e position du classement european cities monitor ).En 2010, Lyon se maintient en 19e position du classement. Il convient de nuancer cette position par rapport : - à la taille des villes avec lesquelles Lyon est comparée. Il s agit en effet de villes de taille démographique bien souvent supérieure, mais aussi de capitales nationales. Par ailleurs, la structure centralisée de la France ne permet pas la présence de centres économiques majeurs en dehors de Paris. - au rayonnement relatif de Lyon c est-à-dire rapporté à la taille démographique des agglomérations. Sur ce critère, si l on reprend l étude de la Datar, Lyon fait partie des villes qui disposent d un rayonnement supérieur à des villes de taille sensiblement identique. À l inverse Barcelone, pourtant classée devant Lyon dans l étude Healey and Baker, rayonne moins que des villes de taille similaire. 5. L enseignement supérieur : un bilan nuancé pour les établissements de la métropole lyonnaise Pour les métropoles, disposer d établissements d enseignement qui rayonnent au-delà des frontières nationales permet disposer d une bonne image à l international et d assurer un niveau suffisant d attractivité pour les étudiants et les enseignants-chercheurs (nationaux et étrangers), de développer des programmes d échanges, de reconnaissance de diplômes et Classement des écoles de management des coopérations scientifiques avec les meilleurs établissements étrangers. Si la métropole lyonnaise dispose d une position favorable dans le classement des écoles de management par le biais de l EM Lyon, le constat se révèle plus sombre dans le classement de Shanghai. Ville Rang 2009 Rang 2008 Nom de l école de management Barcelone 6 7 Iese Lyon 8 8 EM Lyon Barcelone 8 11 Esade Milan SDA Bocconi Lille Edhec Manchester Manchester Business School Barcelone Eada Genève Non classé Non classé Non classé Valence Non classé Non classé Non classé Lille ESC Lille Prague Non classé Non classé Non classé Turin Non classé Non classé Non classé Marseille Euromed Milan 56 Non classé Politecnico di Milano School of Management Source : Financial Times,

16 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre indicateurs classement de shanghai 2010 Si les classements font l objet de controverses sur la méthodologie, sur les critères, et sur la pertinence même d un classement pour évaluer les performances des établissements d enseignement supérieur, force est de constater que les établissements lyonnais d enseignement supérieur scientifique sont mal situés. Dans le classement de Shanghai des meilleures universités scientifiques, l université Lyon 1 et l ENS n apparaissent respectivement qu entre la 201 e et 300 e position et la 401 e et la 500 e position du classement. Source : CAS, octobre

17 indicateurs Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Rang européen Institution Rang mondial 9 Université de Manchester Université de Munich Université de Munich Université de Geneva Université de Milan Charles Université de Prague Claude Bernard Université Lyon Polytechnic Institute of Milan Université de Barcelona Université de la Méditerranée (Aix-Marseille 2) Université de Turin Université de Valencia Université autonome de Barcelone Université Polytechnique de Valencia Université de Provence (Aix-Marseille 1) École Normale Supérieure - Lyon Polytechnic Université de Turin Université de Milan - Bicocca Source : Classement de Shanghai, 2010 un positionnement qui s explique en partie par le système d enseignement supérieur français Parmi les spécificités des systèmes d enseignement supérieur et de recherche français qui peuvent expliquer la place de la France (et donc des universités lyonnaises) dans le classement de Shanghai, trois points peuvent être soulignés : l effet taille aux niveaux des établissements et des systèmes d enseignement supérieur des pays joue un rôle déterminant dans les classements. La France dispose d un système d enseignement supérieur et de recherche plutôt atomisé. Les évolutions en cours au travers de pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et de campus (plan campus) pourraient conduire à accroître sensiblement la taille des établissements ; la dualité entre grandes écoles et universités caractérise le système d enseignement supérieur français. Les premières sont moins impliquées dans la recherche mais offrent a priori de meilleurs débouchés professionnels aux étudiants que les secondes. De plus, les grandes écoles ont le droit de sélectionner à l entrée, droit qui est accordé. Les universités offrent un enseignement de masse (puisqu elles n ont pas le droit de sélectionner contrairement aux grandes écoles) et dans le même temps doivent favoriser l excellence scientifique de leurs équipes dans la compétition internationale. De plus, les universités avaient jusqu à maintenant une plus faible autonomie en matière de ressources humaines, d infrastructures et de moyens financiers que les grandes écoles. Les chercheurs signent systématiquement au nom de leur organisme de tutelle (CNRS, etc). Les universités voient donc leur production scientifique sous-évaluée dans les bases de données bibliographiques internationales. * Seulement quatre universités ont un droit de sélection à l entrée 17

18 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre indicateurs 6. Localisation des sièges sociaux Les sièges sociaux reflètent l attractivité métropolitaine, déterminent la localisation d autres les sièges sociaux, de quoi parle-t-on? Il peut y avoir une différence entre le siège social statutaire de l entreprise et le lieu où se préparent les décisions. Le siège social revêt une multiplicité de formes, allant de la simple adresse juridique, boîte aux lettres, au paquebot regroupant plusieurs centaines, voire des milliers d emplois *. Pour les grands groupes internationaux la décentralisation des quartiers généraux entraînent Le tableau ci-dessous réalisé à partir du classement Global 500 est alors à prendre avec précaution. En effet, il reflète la localisation des sièges sociaux** activités, et entrainent des conséquences fortes sur l emploi. l existence d une pluralité de quartiers généraux. L attraction des centres de décisions ne concerne pas nécessairement le siège du groupe lui-même, mais aussi ses directions opérationnelles, ses filiales sectorielles, ses quartiers généraux géographiques. Les centres de recherche et développement en particulier font partie de ces centres stratégiques. une faible attractivité de lyon sur les headquarters des 500 plus grandes entreprises mondiales en matière de résultats financiers. Localisation des sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises mondiales Entreprise Rang mondial Chiffre d affaires en milliards de $ Villes Allianz Munich Siemens Munich Munich Re Group Munich BMW Munich Fiat Turin UniCredit Group Milan Groupe Auchan Lille Intesa Sanpaolo Turin Telecom Italia Milan Bayerische Landesbank Munich Gas Natural Fenosa Barcelone Premafin Finanziaria Milan Co-operative Group Manchester Fomento de Construcciones Barcelone MAN Group Munich Source : Global 500, * Les sièges sociaux de grands groupes en Île-de-France : une mutation permanente : note rapide sur l économie n 442, IAURIF, 2008 ** Le siège social est ici défini comme headquarter ou quartier général monde

19 19 indicateurs Tableau de bord n 1 novembre 2010 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles un fort pouvoir d attraction des villes allemandes Dans notre échantillon, Munich dispose d un fort pouvoir d attraction des sièges comparé aux villes françaises. Ainsi, accueille-t-elle un tiers des 15 sièges sociaux présents dans des villes de notre échantillon. Top 10 des villes accueillant les sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises mondiales Rang Villes Nombre de sièges sociaux 1 Tokyo 47 2 Paris 25 3 Londres 22 4 Beijing 21 5 New-York 20 6 Seoul 13 7 Toronto 9 8 Madrid 8 9 Zurich 7 9 Munich 7 9 Osaka 7 10 Houston 6 Source : Global 500, 2010 Parmi les villes de notre échantillon seule Munich fait partie des dix premières villes mondiales qui accueillent les sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises mondiales. L analyse de la localisation des sièges des groupes figurant au classement du Fortune Global 500 (2) illustre clairement la concentration mondiale des sièges dans quelques métropoles. Ces métropoles accueillent l essentiel des sièges du classement, parmi lesquelles quatre se détachent nettement avec, par ordre décroissant, Tokyo en première position, loin devant Paris, puis Londres et enfin Pékin.

20 La région urbaine de Lyon dans l Europe des métropoles Tableau de bord n 1 novembre indicateurs 7. Aéroports e trafic national et international de passa- des aéroports est le reflet de plusieurs Lgers processus : le rayonnement international ou national de la ville ; la fonction de hub, concentrant les arrivées et départs nationaux ou internationaux ; la fonction régionale par des aménagements multimodaux alliant en général le rail et l avion. (Cicille et Rozenblat, 2003). 7.1 Trafic des aéroports Aéroports Trafic passagers 2009 (en millions) Trafic passagers 2007 (en millions Évolution (2009/2007) Trafic passagers (en %) Avec plus de 7 millions de passagers transportés en 2007 et presque 8 millions en 2008, l aéroport de Lyon-Saint Exupéry reste une infrastructure de taille modeste par rapport aux aéroports des villes de l échantillon étudié. Néanmoins, les potentialités de développement de la plate-forme sont fortes grâce à son éloignement relatif du centre-ville de Lyon. Sur les 500 aéroports classés par l ACI en 2007, Lyon apparaissait en 49 e position. Mouvements 2007 Évolution (2007/2006) Mouvements (en %) Trafic marchandises 2007 (en tonnes) Évolution (2007/2006) Trafic marchandises ( %) Munich ,9-3, , ,50 Barcelone 27,4 32,8-16, , ,60 Manchester 20,4 21,9-6, , Milan Malpensa 17,5 21,8-19, Prague 12,6 12,4 1, Genève 11,3 10,9 3, , ,10 Milan Linate 8,3 9,6-13, Lyon 7,7 7,3 5, , ,90 Marseille 7,3 6,9 5, ,30 Valence 4,7 5,9-20, , ,30 Turin 3,2 3,3-3, , ,80 Lille 1,1 0,9 22, Source : ACI Europe, 2007 et aéroports 2009 En 2008 et 2009, le trafic passagers des aéroports européens a baissé respectivement de 0.2 % et 5.9 %.En 2009, cette contraction de l activité représente une baisse d environ 100 millions de passagers ou encore 2,8 ans d activités. Dans ce contexte macroéconomique défavorable, l Aéroport de Lyon a mieux résisté et cible un franchissement de la barre symbolique des 10 millions de passagers entre 2013 et accessibilité des aéroports Villes Distance au centre-ville Temps d accès par la route Desserte TCSP Valence Métro Lille Non Barcelone Train Prague Non Turin 8 20 Train Marseille Non Milan (Linate) Non Manchester Train Munich Train Lyon Tramway Milan (Malpensa) Train Genève 6 12 Train Médiane Moyenne Source : Viamichelin, option itinéraire conseillé, 2008

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas)

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) I. Le fonctionnement d un hub mondial 1. L un des sept premiers aéroports mondiaux Situé à 25 km

Plus en détail

Roissy, un hub performant au service d une métropole mondiale et du territoire nationale.

Roissy, un hub performant au service d une métropole mondiale et du territoire nationale. Roissy, un hub performant au service d une métropole mondiale et du territoire nationale. Introduction : L aéroport de Roissy est un hub mondial c est-à-dire une plateforme aéroportuaire qui permet la

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe. 2 Octobre 2015

La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe. 2 Octobre 2015 La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe 2 Octobre 2015 8 place Charles de Gaulle 05130 TALLARD Tél : 04.92.43.50.81 / Fax : 04.92.43.51.07 Email : contact@maires05.com /

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

184 TISSUS DE VILLES

184 TISSUS DE VILLES 183 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 1. Le poids de l interdépendance dans le devenir urbain 1 2. Systèmes urbains et réseaux de villes 4 3. Les réseaux européens de villes et le système des villes européennes

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

BUREAUX : les quartiers les plus prisés à PARIS / LYON / MARSEILLE

BUREAUX : les quartiers les plus prisés à PARIS / LYON / MARSEILLE Communiqué de presse 28 mai 2015 BUREAUX : les quartiers les plus prisés à PARIS / LYON / MARSEILLE BureauxLocaux.com, le 1 er site d annonces immobilières pour les entreprises, publie une infographie

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement

Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement Rencontre du CNIS sur les statistiques monétaires et financières à moyen terme - 21 mars 2008 Didier Davydoff,

Plus en détail

La Région de Manchester

La Région de Manchester Zoom Région La Région de Manchester Sylvie Morton, Business Development Manager, Manchester s Investment and Development Agency (MIDAS) Le succès croissant qu a connu la région Manchester au cours de ces

Plus en détail

Projet de Transport Régional

Projet de Transport Régional Consulting Mass Transit Projet de Transport Régional en Pays de La Loire / Bretagne et dans le Grand Ouest Rappel raison sociale Le Groupe de Support à l Economie ESG INFRA a comme objectif de créer, aider

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

L offre d hébergement

L offre d hébergement L offre d hébergement 3 L offre d hébergement Définitions 52 Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le nouveau classement

Plus en détail

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français 1. SYNTHÈSE Juillet 2015 Réalisé avec le support de : ARC note de synthèse juillet 2015 page 1 LE Le

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Congrès annuel aéroportuaire ALFA-ACI Les aéroports comme vecteurs de développement économique et social des territoires avoisinants

Congrès annuel aéroportuaire ALFA-ACI Les aéroports comme vecteurs de développement économique et social des territoires avoisinants Congrès annuel aéroportuaire ALFA-ACI Les aéroports comme vecteurs de développement économique et social des territoires avoisinants Analyse menée par Deloitte pour l ALFA-ACI et présentée dans le cadre

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 590 Décembre 2014 La mobilité à longue distance des Français en 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2013, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Dispositif PINEL* Zone A

Dispositif PINEL* Zone A Villa Cirta Nice (06) PROGRAMME IMMOBILIER / Dispositif PINEL* Zone A *Selon les conditions de la Loi de finances LOI no 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 (articles 5, 6 et 82). RÉGION,

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives DARES Département Métiers et Qualifications Sabine Bessière La mesure des «emplois vacants» Introduction Les objectifs du groupe de

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

Accessibilité aux sites touristiques des Alpes

Accessibilité aux sites touristiques des Alpes Accessibilité aux sites touristiques des Alpes Etude de cas (mars 2008) Valérie Buttignol, CETE Méditerranée 1 Objectifs et contexte Contexte : Convention Alpine et conférence Alpine de juin 2008 Objectifs

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Sommaire 1. Contexte géographique et économique 2. Marché hôtelier de l Aisne 3. Analyse du site 4. Hypothèses de développement

Plus en détail

2 % de l emploi en France

2 % de l emploi en France L impact socio-économique des aéroports Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Paris-Le Bourget 2 % de l emploi en France @ aeroportsdeparis.fr Un observatoire en mesure d'élargir le champ de son analyse

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

La satisfaction à l égard des gares et des trains, en France et en Europe. Julien Damon Professeur associé à Sciences Po (Master Urbanisme)

La satisfaction à l égard des gares et des trains, en France et en Europe. Julien Damon Professeur associé à Sciences Po (Master Urbanisme) La satisfaction à l égard des gares et des trains, en France et en Europe Julien Damon Professeur associé à Sciences Po (Master Urbanisme) Une multitude de sondages ponctuels et d études mesure les niveaux

Plus en détail

PLATEFORME MULTIMODALE LYON-SAINT EXUPERY

PLATEFORME MULTIMODALE LYON-SAINT EXUPERY PLATEFORME MULTIMODALE LYON-SAINT EXUPERY Marie-Christine Bernier Responsable Développement Intermodalité Séminaire de l observatoire régional des transports et de la mobilité de Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans la vie. Le départ des jeunes, redouté dans de nombreux territoires, commence souvent pour des raisons de poursuites d études. À l échelle

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

Incarner un aéroport différent, à taille humaine

Incarner un aéroport différent, à taille humaine Incarner un aéroport différent, à taille humaine Notre aéroport dispose d un des plus forts potentiels de développement en Europe. Notre ambition est d incarner un aéroport différent. A taille humaine.

Plus en détail

2 % de l emploi en France

2 % de l emploi en France L impact socio-économique des aéroports Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Paris-Le Bourget 2 % de l emploi en France @ aeroportsdeparis.fr Un observatoire en mesure d'élargir le champ de son analyse

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS POUR L'AGGLOMERATION LYONNAISE DES RECENTES ENQUETES DEPLACEMENTS. 2. Urbanisation autours des gares

ENSEIGNEMENTS POUR L'AGGLOMERATION LYONNAISE DES RECENTES ENQUETES DEPLACEMENTS. 2. Urbanisation autours des gares ENSEIGNEMENTS POUR L'AGGLOMERATION LYONNAISE DES RECENTES ENQUETES DEPLACEMENTS 2. Urbanisation autours des gares Comité syndical du Sepal 26 novembre 2007 Deux enquêtes récentes: Une enquête auprès des

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Les Ateliers de la Fabrique. Mercredi 20 novembre 2013

Les Ateliers de la Fabrique. Mercredi 20 novembre 2013 Les Ateliers de la Fabrique Mercredi 20 novembre 2013 Les projets urbains comparés LILLE TURIN MARSEILLE LILLE EURALILLE Population Ville 226 000 habitants (Toulouse : 440 000) Agglomération 1 016 000

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Grand Lyon, L Esprit d Entreprise

Grand Lyon, L Esprit d Entreprise 3 e Etats Généraux de l économie lyonnaise Grand Lyon, L Esprit d Entreprise Introduction par Olivier TORRES Chercheur associé EM LYON Spécialité: Management des PME et Territoires 2 3 e Etats Généraux

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing opérationnel de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L organisation du territoire français

Géographie. Chapitre n. L organisation du territoire français Géographie Chapitre n. L organisation du territoire français I) L agglomération parisienne Problématiques : Comment se manifestent le poids et le rayonnement de Paris? Quels sont les contrastes territoriaux

Plus en détail

La France en Europe. éléments de comparaison à partir d études institutionnelles récentes 06_2009 1/10

La France en Europe. éléments de comparaison à partir d études institutionnelles récentes 06_2009 1/10 1/10 Les déterminants de l économie font l objet de comparaisons internationales régulières par des institutions indépendantes et des entreprises de conseil. Ces études apportent un éclairage intéressant

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion des activités de logistique internationale de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 463 Novembre 2013 La mobilité à longue distance des Français en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2012, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France!

Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France! Communiqué de presse Paris, le 23 août 2012 Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France! Découvrez les résultats de l indicateur Hotel Price Radar pour le

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

2ème session : TGV/Avion : Quelle place dans la stratégie des acteurs?

2ème session : TGV/Avion : Quelle place dans la stratégie des acteurs? 2ème session : TGV/Avion : Quelle place dans la stratégie des acteurs? L'intermodalité peut-elle stimuler la concurrence entre les aéroports? Philippe Bernand (Directeur Général - Aéroports de Lyon) «L

Plus en détail

Thème 2 : Aménager et développer les territoires français Chapitre 6 : Mobilités, flux et réseaux de communication dans la mondialisation

Thème 2 : Aménager et développer les territoires français Chapitre 6 : Mobilités, flux et réseaux de communication dans la mondialisation Problématique : Comment les réseaux de communication du territoire français permettent-ils une intégration dans les réseaux de la mondialisation afin d accroître les mobilités et les flux sur le territoire

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme Objectifs et principes méthodologiques de l étude 3 L offre d hébergements 5 La fréquentation des hébergements 6 La consommation touristique 7 La production des entreprises touristiques 8 L emploi lié

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution par Didier Robert et Laurent Pianese Étude géomarketing des évolutions de la population au sein des grands réseaux de la distribution

Plus en détail

La population exposée à des risques d inondation

La population exposée à des risques d inondation Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques technologiques et naturels La population exposée à des risques d inondation par

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon Lyon 25 novembre Real Estate & Hotels Tourisme - Hôtellerie - Loisirs Présentation de la 38 ème édition

Plus en détail

Economie, emploi, services à la population

Economie, emploi, services à la population Elaboration de la charte fondatrice du PNR du Doubs Horloger Economie, emploi, services à la population Partage du diagnostic 9 juillet 2015 LE CADRE DE TRAVAIL Objectifs : Partager / compléter et spatialiser

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

Le logement en chiffres

Le logement en chiffres Numéro 2/214 Mars 215 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l Habitat (Service du Ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail