ARALIS ASSOCIATION RHÔNE ALPES POUR LE LOGEMENT ET L INSERTION SOCIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARALIS ASSOCIATION RHÔNE ALPES POUR LE LOGEMENT ET L INSERTION SOCIALE"

Transcription

1 2011 RAPPORT D ACTIVITE ARALIS ASSOCIATION RHÔNE ALPES POUR LE LOGEMENT ET L INSERTION SOCIALE

2 2 CONSEIL D ADMINISTRATION PRESIDENT Yvon CONDAMIN VICE-PRESIDENTE : Michèle DACLIN TRESORIER : Michel LOMBARDOT Nicole DOCKES Professeur de droit émérite SECRETAIRE : Gilles DESRUMAUX Délégué général de l Unafo André GACHET CONSEIL D ADMINISTRATION 2011 Le conseil d administration réunit à la fois les membres du bureau et des représentants de l Etat et des collectivités territoriales, des personnalités qualifiées de la société civile et du monde associatif. MEMBRES DE DROIT Jean-François CARENCO Préfet de la Région Rhône-Alpes Préfet du Rhône Fabienne BUCCIO Préfète de la Loire Jean-Jack QUEYRANNE Président du Conseil Régional Rhône-Alpes Michel MERCIER Président du Conseil Général du Rhône Bernard BONNE Président du Conseil Général de la Loire Louis LEVEQUE Adjoint au Maire de Lyon MEMBRES ELUS Jean Pierre LACROIX Préfet honoraire Aïcha MOUHADDAB Directrice Générale ARRA HLM Christian ARNAUD Hubert QUENETTE Robert FIEHRER Christian VERMEULIN Adjoint au Maire de Villeurbanne Gilles MAY CARLE Directeur Départemental de la Cohésion sociale du Rhône COMMISSAIRES AUX COMPTES Pascal LEVIEUX : IN EXTENSO Rhône-Alpes représenté par J.BOURBON 2

3 SOMMAIRE NOTRE VOCATION p. 4 RAPPORT MORAL p. 5 RAPPORT D ACTIVITE p. 7 La location alternée, un bilan positif d un service adapté L amélioration de la qualité de services aux résidants L évolution de la demande de logement L accueil et le traitement de la demande en 2011 La gestion des candidatures prioritaires Les principales caractéristiques sociodémographiques des résidants L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES RESIDANTS p. 17 Le public accompagné et sa répartition par dispositif L accompagnement social lié au logement L accompagnement social R.S.A. L accompagnement socio-sanitaire en faveur des personnes âgées immigrées Etat des lieux santé vieillissement L action d accueil et d accompagnement des femmes victimes de violences L accompagnement des ménages dans les dispositifs d hébergement LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE PATRIMONIALE p. 23 Les livraisons Les sites en travaux La relocalisation du siège social Les opérations en cours d étude L entretien du patrimoine L amélioration de la réponse aux réclamations LES RESSOURCES HUMAINES p. 27 Des effectifs stables Le recrutement Le turn-over Le principe d égalité entre les hommes et les femmes La formation professionnelle LA SITUATION FINANCIERE D ARALIS EN 2011 p. 31 Principaux indicateurs financiers Les perspectives Fiche signalétique Le patrimoine ARALIS au

4 NOTRE VOCATION L association a pour objet, sans distinction de nationalité, d origine géoculturelle, de religion, de philosophie et de politique, d accueillir, de loger et d accompagner les personnes isolées et les familles en difficulté, dans le cadre d un parcours résidentiel sécurisé, avec pour objectif leur autonomie, leur insertion et leur reconnaissance dans la société. Fidèle à son origine, ARALIS développe notamment une attention particulière à l accueil et l intégration des étrangers et à leur reconnaissance par la société d accueil. Pour mener ses missions, l association s appuie aussi bien sur ses propres structures, composées de professionnels du logement et de l insertion, permettant une approche globale de la personne, que sur un réseau de partenaires. L objectif d un parcours résidentiel sécurisé est de procurer aux personnes une continuité d accueil et de prise en charge, d assurer leur libre choix et leur autonomie, leur accès aux droits et la reconnaissance de leurs capacités, que ce soit pour accéder à des logements de droit commun ou à des logements adaptés gérés par l association. ARALIS est une entreprise associative composée de membres de la société civile et de personnes morales, fonctionnant dans la plupart de ses activités en délégation de service public. Elle se donne les moyens de développer une approche professionnelle afin d assurer une qualité de prestations et de services dans la poursuite de ses objectifs. Elle s appuie sur sa connaissance des besoins des publics accueillis, sur son expertise d opérateur de logement très social, sur sa reconnaissance en tant qu acteur dans les dispositifs pour capitaliser son expérience, pour contribuer à l enrichissement du débat, à l expérimentation de nouvelles formules, à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques en matière d hébergement, de logement et d insertion. 4

5 RAPPORT MORAL ARALIS, UN ACTEUR ESSENTIEL DE L INSERTION PAR LE LOGEMENT L année 2011 correspond à la dernière année du programme Vision d ARALIS et j ai souhaité que, pendant cette période, ARALIS prépare l évolution de son projet associatif pour pouvoir occuper la place qui est la sienne en matière d insertion des personnes démunies. Ce rôle, est d autant plus important, qu il se démarque des mécanismes usuels de l insertion par le logement, tout en produisant des résultats concrets au bénéfice des résidants. ARALIS offre des logements, des résidences sociales, et aussi la possibilité pour des personnes démunies d y accéder. Cette mission repose sur trois activités : la construction de logements (la maîtrise d ouvrage d insertion), la gestion locative sociale, l insertion sociale. Cette démarche dite «intégrée» est encore mal comprise par notre environnement politique. Le plus souvent, les pouvoirs publics privilégient le traitement de l urgence, par l urgence et en urgence. De fait, des associations comme la nôtre, qui raisonnent au long cours en intégrant la dimension humaine de l insertion, rencontrent des difficultés récurrentes face à des dispositifs conçus au coup par coup pour faire face à des problèmes profonds de notre société. Pour ces raisons, notre projet d insertion doit s affirmer face à des règles édictées pour d autres types d acteurs, face à des règles et des politiques non adaptées, y compris à la réalité des publics qu elles sont censées servir. Je pense qu ARALIS devra s attacher à promouvoir encore et toujours son projet social, qui est sa raison d être et structure l ensemble de son activité. Comme tous les administrateurs d ARALIS et ses salariés, je reste profondément attaché aux valeurs humaines et citoyennes qui fondent notre projet social. De ce point de vue, il importe donc qu ARALIS occupe toute sa place. Je perçois, aujourd hui, des signes positifs qui encouragent l association à poursuivre ses efforts. Nos interlocuteurs «naturels» comme les bailleurs sociaux (VILLEURBANNE EST HABITAT, l OPAC 69, GRAND LYON HABITAT), les agglomérations du GRAND LYON et de SAINT-ETIENNE METROPOLE, ainsi que des collectivités locales, nous proposent des partenariats pour produire ou prendre en gestion des résidences sociales. Cela atteste, d une part, le besoin social auquel nous sommes en mesure de répondre, et le rôle utile que nous pourrions jouer. Cela atteste aussi, de la confiance de partenaires déterminants pour notre avenir et fondée sur le professionnalisme que nous mobilisons tous. Je tiens à en souligner ici la pertinence et l efficacité. L année 2011 a été ainsi, en partie, consacrée à la refonte du projet stratégique d ARALIS, notamment pour l évaluation qualitative de son patrimoine, en vue aussi de préparer le dialogue de gestion avec l Etat et les collectivités. Ce travail se poursuivra avec un examen approfondi du modèle économique de l association. 5

6 Comme chacun le sait, j ai remis mon mandat de président après quatre années au conseil d administration et au bureau d ARALIS. Je reste cependant au Conseil d administration et ne manquerai pas d apporter tout mon soutien à celui-ci et à son actuel président, Monsieur Yvon CONDAMIN, que j accompagne de mes vœux. Jean-Pierre LACROIX Président d ARALIS Une mission globale reconnue Depuis la loi Besson de mai 1990, les associations qui interviennent dans le secteur du logement sont soumises à diverses procédures d agrément, revues dans le cadre de l article 2 de la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre les exclusions du 25 mars 2009, permettant de conforter la dimension d intérêt général de l association en lui reconnaissant la qualité d acteur de «service social du logement social». Trois demandes d agréments ont été sollicitées en 2010, agréées en Arrêté N NOR DEVL A du ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement en date du 29 Avril 2011 portant agrément au titre de la maîtrise d ouvrage, pour les départements du Rhône et de la Loire. ARALIS a demandé une extension en 2012 pour la région Rhône-Alpes. - Arrêté préfectoral N du 29 décembre 2010 portant agrément au titre de l ingénierie sociale, financière et technique pour les départements de l Isère, de la Loire et du Rhône. Agrément délivré pour une durée de 5 ans renouvelable. - Arrêté préfectoral N 1078 du 29 décembre 2010 portant agrément au titre de l intermédiation locative et la gestion locative sociale pour les départements de l Isère, de la Loire et du Rhône. Agrément délivré pour une durée de 5 ans renouvelable. 6

7 RAPPORT D ACTIVITE L EXPLOITATION DE L ACTIVITE EN 2011 ARALIS offre 4221 logements dans les départements du Rhône et de la Loire. Cette offre se répartit en foyers de travailleurs migrants, résidences sociales, de logements sociaux (baux 89) et de pensions de familles et (cf. graphique page 8). La direction de l exploitation gère ce parc au sein de six secteurs géographiques dotés d équipes de professionnels chargés de la gestion locative de proximité et de l accompagnement social des résidants (cf. graphique page 8). L année 2011 a été caractérisée par la mise en service de la résidence sociale Bombarde (29 logements), suite à une opération de réhabilitation lourde d un FTM situé dans le quartier historique de Saint-Jean, dans l hyper centre de la ville de Lyon. Des opérations importantes de requalification de foyers, à l instar du FTM Joannes- Vallet à Vénissieux, ou du FTM Paul Krüger à Villeurbanne en cours de travaux, neutralisent une partie significative de notre offre de logement, Néanmoins, la programmation des travaux en tranches réduit sensiblement l impact de ces opérations, notamment avec la livraison de la pension de famille de Joannes-Vallet (20 logements), et de la deuxième tranche de la résidence Paul Krüger (72 logements) prévue courant Soulignons dans le même cadre, le gel des entrées du FTM Pressensé à Villeurbanne et ce, depuis septembre 2011, dans la perspective d un important projet de réhabilitation du site, et le gel du bâtiment B du FTM Gerland dans le cadre du projet de requalification de l établissement. Cependant, le résultat d exploitation a été légèrement impacté positivement par le transfert de places relevant du dispositif «urgence» au parc locatif de droit commun ARALIS : Relocalisation de places du FTM Général Frère à Lyon au FTM Portes du Sud à Vénissieux et du FTM Gerland à Lyon au profit du FTM les Quatre Chemins à Meyzieu, Transfert de 20 places en stabilisation de la résidence Bergson à Saint-Etienne au FTM les Plaines à Andrézieux Bouthéon. Le bilan en cours de la location alternée, une expérimentation menée en 2011 concernant la mise en service d une offre de logement adaptée aux personnes faisant des allers-retours entre le pays d origine et la France, permet de relever une adéquation entre cette solution et les besoins spécifiques de ces publics. 7

8 8

9 Au niveau des perspectives, plusieurs axes de progrès ont été identifiés et bénéficient de programmes d actions adaptés : - Stabilisation et renforcement de la gestion locative en termes de taux d occupation et d impayé, - Maîtrise des outils budgétaires, - Amélioration de la qualité de service aux résidants, - Réaffirmation et revalorisation de l accompagnement social. La location alternée, un bilan positif d un service adapté et bien utilisé par les résidants Mis en place en mai 2010, ce service s adresse aux personnes retraités ou proches de la retraite, titulaire d une carte «résident» et séjournant pendant plusieurs mois dans leur pays d origine. ARALIS leur propose la possibilité de disposer : - D une chambre pour un ou plusieurs séjours selon leurs besoins, pour une durée maximale de trois mois dans l année, - D une bagagerie et de boîtes aux lettres personnelles et sécurisées dans la résidence, - D un contrat de location annuel. ARALIS s engage à réserver une chambre dans un des deux établissements, situés sur Vénissieux et Villeurbanne, disposant de ce service dès le retour en France de la personne. Sur l année 2011, 75 personnes ont bénéficié de ce type de location. Ce qui correspond à 137 contrats. Les contrats étant de 12 mois, 58 contrats ont été renouvelés. Cela correspond à 823 mois de location soit 90.2% de la capacité totale. 9

10 L amélioration de la qualité de service aux résidants Un parc vieillissant, une partie importante du parc peu adaptée, des publics accueillis en grandes difficultés, une exigence de plus en plus importante dans le savoir-faire lié aux métiers de l hygiène et de la propreté, autant d arguments pour mener une action renforcée en termes d amélioration de la qualité de service aux résidants. Afin d évaluer la perception de la qualité de notre offre de logement et de l ensemble de nos services auprès des résidants, nous avons mis en œuvre une démarche qualité, en dédiant une équipe spécialisée constituée de deux salariés sous l égide de la direction de l exploitation. Dans une première phase, le choix a été fait de prioriser plus particulièrement l hygiène et la propreté. Les principales étapes de la démarche hygiène et propreté : - Le classement des sites par catégories (A.B.C.D). Quatre groupes homogènes de la petite Résidence Sociale au gros Foyer de Travailleurs Migrants. - La mise en place de visites annuelles des sites dès L observation de 50 items permet de noter la prestation qualité de l établissement et d identifier des pistes de plans d actions correctives. - La formation de l ensemble des salariés intervenant sur sites en Hygiène et Propreté : soit 71 agents, dont des journées d information à destination de 53 salariés (intervenants sociaux et gestionnaires de structures d hébergement) - La mise en place d outils : Un protocole d intervention Un classeur Hygiène et propreté Le soutien à l élaboration de plans d actions sur les sites demandeurs pour l amélioration de la qualité, en conformité avec les référentiels qui régissent nos activités devrait nous permettre de consolider les acquis des trois années écoulées et de structurer le système d amélioration continue dans notre structure. -Un partenariat avec l I.N.H.N.I (Institut National de l'hygiène et du Nettoyage Industriel), l organisme de formation du secteur hygiène, propreté, environnement, se poursuit. Les formateurs internes en charge de la formation des personnels de l entreprise ont suivi un cycle de formation adapté à l INHNI centre de Lyon. Ce partenariat se prolongera en 2012 par l intégration dans nos équipes de jeunes apprentis en alternance, Bac Pro et BTS pour développer la professionnalisation de nos équipes. C est aussi une enquête de satisfaction client dès le mois de juin 2012, une première pour ARALIS. 10

11 L EVOLUTION DE LA DEMANDE DE LOGEMENT L espace Information-Logement ARALIS (E.I.L) situé au 33 cours Albert Thomas, dans le 3 ème arrondissement de Lyon, outre sa fonction primordiale destinée aux publics, est un espace privilégié pour l ensemble des partenaires d ARALIS. C est un lieu identifié par les prescripteurs, par les demandeurs et les résidants pour toutes réclamations, demandes d information et/ou demandes de mise en lien avec les gestionnaires des structures d hébergement. C est, aussi, un lieu d accueil individualisé et mettant à disposition du public un espace d information sur l offre de logement ARALIS. Il vise à renforcer le suivi des demandes, à améliorer les délais de réponse, et garantir l équité de gestion de l ensemble des demandes reçues. L accueil et le traitement de la demande en 2011 L enregistrement de la demande se fait sur un mode déclaratif (sur présentation d un document d identité) : Ce sont demandes enregistrées pour l année 2011 : - 60% des demandes sont enregistrées par l Espace Information Logement ouvert cinq demi-journées par semaine. - 40% de foyers et résidences sociales accueillent la demande lors de permanences ou aux horaires de bureau. - Le traitement est enclenché lorsqu un logement se libère et que la demande correspond. - La sélection de la demande se fait par la typologie demandée et la localisation. L ancienneté de la demande donne l ordre de priorité pour contacter les candidats. Profils des demandeurs Il faut signaler, la dominance des tranches d âges 26 ans à 45 ans, soit (59%). 56% des demandeurs sont de nationalité française, et 38% sont issus de pays hors Union Européenne. Notons une évolution significative des demandes de femmes (29%), même si la majorité des demandeurs reste constituée par des hommes (71%). Concernant les ressources des demandeurs, la majorité d entre eux bénéficie de minima sociaux (RSA, ASSEDIC, AAH) et un quart sont des salariés en activité. 11

12 12

13 Les motivations des demandeurs L analyse de la situation des demandeurs, laisse apparaître la prédominance du statut des hébergés en rupture (20%), des personnes en mobilité géographique (16%), et les situations de séparation-divorce (10%). Typologie des logements demandés et localisation souhaitée 44% des demandes concernent des chambres, 41% des studios en T1 et T1, 10% des T1 bis, et 5% des demandeurs souhaitent des logements familiaux (T 2 et plus). Les données enregistrées permettent d identifier les localisations souhaitées. Signalons, pour une meilleure compréhension des données ci-dessous, que le choix concernant la ville de Lyon est enregistré, soit à l échelle de la ville (tous secteurs confondus), soit par arrondissement. - Ville de Lyon : 33% des demandes, - Lyon 3 ème /6ème : 16%, - Lyon 7 ème /8 ème : 9%, - Sud-Est Lyon : 12.3%, - Villeurbanne : 16%, - Loire : 5%. Le traitement de la demande contrats de résidence (APL et ATL) signés en 2011, soit 1/3 environ de la demande enregistrée, demandes ont été clôturées sans suite du demandeur demandes ont reçu un avis défavorable validé par la commission centrale. - La gestion des candidatures prioritaires Nous connaissons les candidatures prioritaires orientées par la Maison de la Veille Sociale (M.V.S.) liées au recours DAHO et DALO depuis Au titre de l année 2011, 12 orientations ont été réalisées par la DDCS via la commission de régulation. Au 31 décembre 2011, ARALIS a identifié 585 logements réservés sur son parc. Le partenariat avec AMALLIA et ENTREPRISES-HABITAT a permis l identification de tous les logements faisant l objet d une réservation, et de la mise en place de modalités d orientation et de traitement des candidatures concernées. 13

14 Profils des résidants 14

15 Les principales caractéristiques sociodémographiques des résidants Les profils sociodémographiques des occupants du parc ARALIS se distinguent par les principaux traits suivants : - Une prédominance masculine (83%), néanmoins la part des femmes tend à se stabiliser. En effet, la tendance à une progression de la féminisation se confirme, puisqu elle passe de 15.5% en 2005 à 17% en La tranche d âge la plus représentée dans les publics accueillis est constituée par les personnes ayant de 26 ans à 54 ans. Toutefois, il faut signaler l augmentation sensible des catégories d âge supérieur à 55 ans, puisqu elle passe de 38% en 2010 à 46% en Notons tout particulièrement, l évolution importante constatée dans la présence dans le parc, de personnes ayant plus de 70 ans, qui passe de 14% en 2010 à 18% en Cette donnée confirme le constat fait par l association sur la nécessité de la prise en compte de la réalité du vieillissement à la fois dans les projets de production d une offre adaptée sur le plan de l offre de logement, mais aussi quant à l importance d une réponse efficiente en termes d accompagnement social en lien avec l offre de services de droit commun. - La structure des résidants par nationalité n évolue guère depuis un an. Les personnes de nationalité française se stabilisent à 43%, ceux issus des pays hors union européenne à 55%. - La situation familiale des personnes résidantes se distingue par l importance du nombre des «isolés» qui passe de 46% en 2010 à 49% en La part des personnes mariées passe de 28% en 2010 à 31% en Soulignons, cependant, la stabilité constatée dans les situations de séparation et de divorce qui restent quasi identiques à savoir, 17%. 15

16 Le public accompagné 16

17 L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES RESIDANTS ARALIS, agit pour le droit au logement par une offre complète, un accueil, une information et un accompagnement dans les parcours résidentiels des personnes. 72% de l activité concerne des actions collectives et 16% des suivis individuels. Ces données sont renseignées dans le logiciel dédié à l intervention sociale, mis en place depuis avril Les démarches d accompagnement des résidants concernent les thèmes suivants : - L accompagnement au logement représente 28% des actions et concerne plus de 64% des personnes suivies, - L accès aux droits sanitaires et sociaux (ouverture, maintien de droits, aide aux démarches administratives), qui représente 25% des actions et 68% du public concerné, - La santé avec 13% des actions, - L emploi et la formation (9%). - Le travail autour du lien social pour 14% des actions d accompagnement engagées. Le public accompagné et sa répartition par dispositifs 1348 personnes ont été accompagnées sur l année 2011 pour l ensemble des dispositifs. Nature des solutions 64 % Logement social 15 % Logement privé 7 % Structures hébergement autre 5 % Retour famille 4% Retour pays 1% Maison de retraite/ehpa 4 % Autres L accompagnement social lié au logement (ASLL) Ce travail concerne : l accueil, le maintien et la sortie vers un logement autonome. 15% des personnes accompagnées le sont dans le cadre de ce dispositif. Le public accompagné par ARALIS est caractérisé par une faible expérience d autonomie vis à vis du logement. Il s agit donc, majoritairement, d un public fragile pour lequel la relation d aide s opère dans la reconstruction, l apprentissage de l Habiter et la dynamisation d un parcours résidentiel. 17

18 Eclairage : Etat des lieux santé Vieillissement Dans le cadre de l action de coordination «santé vieillissement» financée par le Fonds Européen pour l Intégration et la Préfecture du Rhône, ARALIS a réalisé en 2011, sur le département du Rhône, un état des lieux du vieillissement du public résidant. Ce diagnostic a permis de mieux connaître la situation sociale des personnes âgées, de recenser les besoins et d avoir une analyse sur les difficultés et les modes de réponse apportés à la perte d autonomie : Modalités d aide existante, Repérage des relations entre les services dédiés au maintien à domicile et les résidants, Préconisations. Quelques constats : Une population masculine, vieillissante, importante, majoritairement hébergée sur le secteur de Villeurbanne (4.3% de la population du secteur), Des personnes isolées, vivant en foyers de travailleurs migrants (66% des plus de 70 ans), soutien de famille et pratiquant l aller retour vers le pays natal, Des problématiques diverses de logements, d accès aux soins (perte d autonomie précoce, polypathologies ), d isolement et de manque d accès à une vie sociale. Des préconisations : Formation des professionnels, Concertation pluridisciplinaire par le biais de l activation du réseau gérontologique, Offre de logements adaptés dans le cadre de l ouverture de la résidence sociale P.KRUGER (Villeurbanne). Un travail de diagnostic a été également initié sur les établissements ARALIS du département de la Loire au cours du dernier trimestre 2011 et sera finalisé sur l année

19 Sur les 2375 actions engagées dans ce dispositif, il est à noter que 22,5% d entre elles portent sur la recherche d un logement et 16,5% sur la question des droits (accès et maintien). L accompagnement social du R.S.A. Dans le cadre de notre mission de référent R.S.A., nous avons accompagné 304 personnes en 2011 (270 en 2010), dont 2/3 d hommes et 1/3 de femmes, vivant seul pour 86%. Les couples représentent 7% des publics accompagnés. Le nombre d hommes accompagnés reste relativement stable tandis que la part des femmes (35%) continue à s accroitre. 47% sont de nationalités étrangères. La problématique liée à l emploi est bien sûr prioritaire pour 54 % des personnes accompagnées, mais la santé, pour plus d une personne sur deux, est un sujet central qui constitue un blocage préalable à toutes perspectives d insertion. L accompagnement socio sanitaire en direction des personnes âgées immigrées Ce dispositif a pour objectif de: - Mettre en place une veille sanitaire et sociale pour favoriser leur «bien vieillir», - Accompagner ces personnes en perte d autonomie, - Coordonner les interventions d accès aux soins et d aide au maintien à domicile, - Inscrire ARALIS dans les réseaux gérontologiques locaux. La problématique du vieillissement des résidants et les conditions précaires qui leurs sont faite est récurrente : 24% du public hébergé est âgé de 55 à 70 ans et 18% de plus de 70 ans. Les questions de maintien à domicile et de prévention de la dépendance sont donc actuelles et massives et pèsent sur les situations sanitaires et sociales de ces publics. 364 personnes sont suivies dans le cadre de ce dispositif, ce qui représente 24% du public accompagné. En majorité ce sont des hommes (93%), isolés. La part de l accompagnement en direction du public de plus de 70 ans continue d augmenter, en raison du développement d une mission dédiée à cette question. Le maintien à domicile est un axe de travail important puisque 35% de ce public, vit depuis plus de 10 ans au sein du même foyer. 19

20 Les familles hébergées dans le dispositif d urgence Répartition par nationalités Répartition des actions d accompagnement par thématiques 20

21 L action d accueil et d accompagnement des femmes victimes de violences (F.V.V.) Cette action s adresse à un public de femmes étrangères, hors Union Européenne, victimes de violences familiales ou conjugales en assurant une protection de ces personnes, et en les accompagnant dans une démarche d intégration. Pour la seconde année de fonctionnement de ce dispositif, des actions de formation liées à cette problématique, ont été menées en direction des professionnels chargés de ces accompagnements. Ce dispositif a concerné en 2011, 62 femmes étrangères âgées de 18 à 45 ans, dans une situation de célibat pour 74 % d entre elles. L accompagnement de ces femmes est d abord individualisé, néanmoins, le travail avec les partenaires demeure capital dans la résolution de ces situations, compte tenu de la complexité des problèmes rencontrés (social, logement, justice, santé ). L accompagnement des ménages dans les dispositifs d hébergement L association mobilise les différents dispositifs publics qui permettent d accueillir et de loger temporairement les ménages en situation d urgence et assure un accompagnement social adapté et qualifié, vers l accès à un logement autonome (ou structure adaptée). - L urgence permet d accueillir et d héberger des ménages (isolés et familles) sans notion de temporalité. Ce dispositif d hébergement est destiné aux personnes en grande difficulté sociale, sans logement ou mal logées, nécessitant une aide globale pour leur permettre d accéder au logement et retrouver leur autonomie, - Le CHRS stabilisation permet au public de l urgence de s inscrire dans un processus de réinsertion sociale. Ce dispositif vise à favoriser une plus grande sécurisation du parcours d insertion des personnes en grande exclusion 1, - Les Pensions de famille qui accueillent des publics en grande difficulté ne relevant pas de logement autonome. 1 Les places de stabilisation permettent d offrir un hébergement moins précaire, avec une durée plus adaptée au parcours individuel des personnes accueillies. Les conditions d accompagnement en sont d autant plus favorables. 21

22 Dans le cadre de la refondation de l accès au logement et à l hébergement, ARALIS participe au Système d Information d Accueil et d Orientation (SIAO) comme la Maison de la Veille Sociale, dans le Rhône, et le SAO (Service d accueil et d Orientation) dans la Loire. L association s engage dans différentes procédures conventionnelles intégrées aux Schémas Départementaux d Accueil, de l Hébergement et de l Insertion (SDAHI) de la Loire et du Rhône. Il s agit principalement de familles étrangères, régularisées et relativement autonomes dans la gestion de leur quotidien et nécessitant, notamment, une prise en charge spécifique et adaptée des enfants (283 enfants). 32% des séjours sont supérieurs à 2 ans et 20% d entre eux inférieurs à 6 mois. L ensemble des personnes accueillies bénéficient d un accompagnement social qui s inscrit dans une logique de parcours d insertion. Notre accompagnement social porte sur : l accès aux droits, aux soins, la restauration des liens familiaux, l accompagnement à la parentalité, le développement de l estime de soi, l insertion par l emploi, l accès à la citoyenneté, l insertion par le logement. En 2011, les actions ont été majoritairement axées sur l ouverture des droits, la parentalité et le logement ; ainsi sur les 671 personnes accueillies dans les dispositifs d urgence, 36% d entre elles en sont sorties, soit 241 personnes. Nature des sorties 42% Logement public 8% Logement privé 17% Mutation interne 14% Hébergement structure 12% Départ volontaire 4% Hébergement chez un tiers 3% Autres 22

23 LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE PATRIMONIALE L orientation stratégique de l association vise à poursuivre la réalisation des opérations entrant dans le cadre du Plan de Traitement des foyers de travailleurs migrants ( ). Tous les sites concernés sont soit en travaux, soit à l étude. Ces projets concernent capacités de logements à traiter. Les livraisons La résidence Bombarde à Lyon 5 ème : située au centre du quartier historique du Vieux Lyon, cette résidence de 29 logements a été livrée en novembre Cette opération d acquisition-amélioration réalisée avec une maîtrise d ouvrage ARALIS, fait suite à la fusion d ARALIS avec l association ACCUEIL ET RENCONTRE qui gérait ce foyer depuis le début des années Il s agissait, avec ce projet, de permettre la requalification de ces logements et de pérenniser cette offre de logement très sociale en hyper centre urbain au profit d une population bien intégrée dans le quartier et la ville. Les sites en travaux La résidence sociale Paul Krüger à Villeurbanne : à l origine 270 logements de 4,5 m2, totalement inadaptés, notamment à une situation de vieillissement d une bonne partie de la population. Une opération de démolition-reconstruction en deux tranches avec la production de 171 logements a été réalisée avec une maîtrise d ouvrage de VILLEURBANNE EST HABITAT (V.E.H). Une première tranche de 99 logements a été livrée en La deuxième tranche, dont la livraison de 72 logements est prévue en 2012, intègre une réponse à la question du vieillissement d une partie des anciens résidants de l établissement avec l aménagement de 20 logements adaptés, en termes d accessibilité et d équipements (ascenseurs, circulation, sanitaires, volets électriques, mobilier). Il s agit d une offre de logements inspirée du modèle d hébergement gérontologique des «petites unités de vie». Les logements adaptés de la résidence Paul Krüger proposent une offre d hébergement diversifiée équivalente à un domicile inséré dans le milieu (le territoire), au sein duquel les personnes accueillies ont vécu. Le public ciblé est constitué des personnes âgées, présentant une perte d autonomie et ayant besoin de soins et de services de maintien à domicile 23

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ Depuis la création du Crédit Immobilier de France en 1908, les SACI devenues SACICAP en 2008 ont pour vocation de faciliter l accession

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Information et orientation

Information et orientation Information et orientation Des services sociaux peuvent vous informer et vous accompagner Proxim Social Service d accueil, d information et d orientation physique et téléphonique. 0805.01.2530 appel gratuit

Plus en détail

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011.

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente Jeunes & diversité GUIDE DU LOGEMENT Edition 2011 benjamin py nicotheeye auremar philippe LA CFTC À VOS CÔTÉS! L ACCÉS DES JEUNES AU LOGEMENT

Plus en détail

Cadre achat de prestation du PLIE année 2015. Cahier des charges

Cadre achat de prestation du PLIE année 2015. Cahier des charges Cadre achat de prestation du PLIE année 2015 Action préparatoire à une entrée en parcours qualifiant Cahier des charges INTRODUCTION... 2 CONTEXTE GENERAL... 2 OBJECTIFS ET RESULTATS ATTENDUS... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

2005-2010. Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry

2005-2010. Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry 2005-2010 Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry mai 2006 > Sommaire Préambule 3 Les grands principes du relogement 4 1. Informer, concerter,

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE DU POSTE ASSISTANT GESTION FINANCIERE

FICHE DESCRIPTIVE DU POSTE ASSISTANT GESTION FINANCIERE FICHE DESCRIPTIVE DU POSTE Direction : Service : FINANCIERE Financier ASSISTANT GESTION FINANCIERE MISSION-FINALITE : Assister le responsable du service dans la bonne exécution des opérations relatives

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis.

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis. DOSSIER DE PRESSE Architecte : Agence BDM Architectes (Bordeaux) Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON www.aquitanis.fr Office public de l habitat

Plus en détail

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT Le Fonds Départemental de Garantie et de Caution des Loyers pour l accès au logement est mis

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL 1 Les Partenaires sociaux ont adopté un projet de réforme d Action Logement qui sera mise en œuvre avant fin 2016. Objectifs poursuivis

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Cadre réservé au service

Cadre réservé au service Cadre réservé au service Numéro de dossier : N 14069*02 Le demandeur Monsieur Madame : : Date de naissance : Nationalité : Française Union européenne Hors Union européenne Situation familiale : Célibataire

Plus en détail

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/FM/EA/09/1009 Rédacteur : Florence GAUDEAU Date : 20/12/09 * Avec le soutien du ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

service Rénovation Mixité sociale Services des entreprises Rénovation urbaine urbaine Mixité sociale Services aux des salariés Le 1 % Logement au

service Rénovation Mixité sociale Services des entreprises Rénovation urbaine urbaine Mixité sociale Services aux des salariés Le 1 % Logement au U nion d E conomie S ociale pour le L ogement Rénovation Rénovation urbaine urbaine Services des Salariés salariés entreprises Services aux des entreprises Septembre 2008 Mixité sociale Mixité sociale

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Dossier de presse. Résidence BOUTIN 14 logements

Dossier de presse. Résidence BOUTIN 14 logements Dossier de presse Inauguration Est Métropole Habitat inaugure 14 logements (acquisition amélioration) et présente sa nouvelle équipe de proximité du territoire Villeurbanne Centre BOUTIN 14 logements 5,

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes Vous êtes jeunes Vous cherchez un logement à louer auprès d un particulier ou d un organisme social et vous devez faire face aux premières dépenses pour entrer dans les lieux? > Des aides peuvent vous

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

LE PASS-GRL du 1 % Logement

LE PASS-GRL du 1 % Logement LE PASS-GRL du 1 % Logement UN NOUVEL OUTIL POUR FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT A l initiative des partenaires sociaux du 1 % Logement, le PASS-GRL est opérationnel depuis le 1er janvier 2007 Nouvel outil

Plus en détail

DOSSIER PRE-INSTRUCTION

DOSSIER PRE-INSTRUCTION DOSSIER PRE-INSTRUCTION ACCES HEBERGEMENT EN RESIDENCE SOCIALE NOTICE Le dossier de pré-instruction doit obligatoirement être rempli par un travailleur social. Il est indispensable que le demandeur entreprenne

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2015-2016

APPEL A PROJETS 2015-2016 APPEL A PROJETS 2015-2016 Organisme Intermédiaire des PLIE Sud-Aquitains Programme opérationnel national Fonds Social Européen pour l inclusion et l emploi Axe 3 / Objectif thématique 9 / Objectif spécifique

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

Cabinets dentaires. Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés

Cabinets dentaires. Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés Cabinets dentaires 2006 Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés L OPCA PL......................................................................... 1 La formation des jeunes

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Union. pour le Logement. des Entreprises. s engagent avec les salariés

Union. pour le Logement. des Entreprises. s engagent avec les salariés Les entreprises s engagent avec les salariés Union des Entreprises et des Salariés pour le Action Les missions d Action Le 1% (participation des employeurs à l effort de construction) a été institué en

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85.

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85. Appel à proposition «Convention THYSSEN Suivi des actions et prolongation du portage de l action de Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences sur le vendômois secteur de l industrie» Unité Territoriale

Plus en détail

Présentation du contingent préfectoral et du DALO

Présentation du contingent préfectoral et du DALO Présentation du contingent préfectoral et du DALO Quelques chiffres en Haute-Savoie 7 600 logements Un peu plus de 400 relogements par an environ 15% des attributions totales de logements sociaux Un taux

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

RELAIS CHANTIERS Bilan 2013

RELAIS CHANTIERS Bilan 2013 RELAIS CHANTIERS Bilan 2013 Gestion de la clause de promotion de l emploi Relais Chantiers - 7, Rue du Verdon - 67100 STRASBOURG : 03 88 23 32 81 - : 03 88 23 32 90 : contact@relaischantiers.eu 1 EQUIPE

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

RESTAURATION LOGEMENTS

RESTAURATION LOGEMENTS LES PRESTATIONS MINISTERIELLES au 1 er janvier 2014 La restauration collective RESTAURATION 927 structures de restauration collective réparties en 322 restaurants financiers, 74 restaurants inter administratifs

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Bienvenue. Ouverture par Jacqueline ERROT

Bienvenue. Ouverture par Jacqueline ERROT 20 et 21 mai Bienvenue Ouverture par Jacqueline ERROT Bilan 2013 par Mathias PERRIOT 2013 Loi relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES?

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? «La Plateforme des régularisés», dite «Plateforme des 3GIP» - Synthèse - Mars 2008 - Juin 2014 QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? Créée à l initiative de la Préfecture de Paris en 2008, la Plateforme

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

15/12/2010 APRE Désignation de l aide Critères d éligibilité Plafonds Observations Justificatif à produire LOGEMENT

15/12/2010 APRE Désignation de l aide Critères d éligibilité Plafonds Observations Justificatif à produire LOGEMENT APRE LOGEMENT -Aides au déménagement d une durée minimum de 6 mois à temps plein, - 1500 euros pour les DE non éligibles à l aide de Pôle Emploi. - Aides à l entrée dans les lieux : abonnements aux énergies,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail