DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS"

Transcription

1 DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET CANAUX DE DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS Série de Mise enoeuvre des NormesUniversellesde Gestion des Performances Sociales. Intervenants du jour : Sylvestre Fonton HONVOU Maurella Nadege DJATTY, Directrice Générale Adjointe FIDRA 26 mars 2015

2 2 Programme Étude de la Dimension n 3 des Normes Universelles de GPS Présentée par Sylvestre Fonton HONVOU Maurella Nadege DJATTY, DGA FIDRA Discussion avec les participants

3 Il y a 19 normes, organisées selon six dimensions. Aujourd'hui, nous allons discuter de la dimension n 3.

4 Dimension n 3 des Normes Universelles Titre : Concevoir, des produits, services, modèlesde prestationet canauxde distribution qui répondentaux besoins et préférence des clients Raisonnement : La satisfaction des clients doit être la base de toute offre de services aux clients. L institution suit et analyse la satisfaction des clients suivant leurs caractéristiques L offre de services tient compte de tous les besoins des clients y compris les urgences, les investissements dans les opportunités économiques et les besoins anticipés Normes : cette dimension a 2 normes et 08 pratiques essentielles.

5 Dimension n 3: deux (02) normes 3a. L institution comprend les besoins et préférences des différents types de clients. 3b. Les produits, services, et canaux de distribution de l institution sont conçus pour profiter aux clients, en lien avec les objectifs sociaux de l institution.

6 Dimension 3: Concevoir, des produits, services, modèles de prestation et canaux de distribution qui répondent aux besoins et préférence des clients Norme 3a. L institution comprend les besoins et préférences des différents types de clients. Pratiques Essentielles 3a.1L institution sollicite l avis des clients pour le développement des produits et la distribution. (Norme de protection des clients 1.2) 3a.2L institution analyse la satisfaction des clients par caractéristique de clients. 3a.3 L institution suit le taux de rétention des clients par caractéristiques des clients et comprend les raisons de leur départ.

7 Dimension 3: Concevoir, des produits, services, modèles de prestation et canaux de distribution qui répondent aux besoins et préférence des clients Norme 3b. Les produits, services, et canaux de distribution de l institution sont conçus pour profiter aux clients, en lien avec les objectifs sociaux de l institution. Pratiques Essentielles 3b.1L institution développe des produits adaptés aux besoins des clients et qui ne portent pas préjudice. (Norme de protection des clients 1.1) 3b.2 L institution utilise sa compréhension des besoins et des préférences des clients pour réduire les obstacles à l inclusion financière rencontrés par les clients cibles. 3b.3L institution fournit un accès au moment opportun à des produits et services qui permettent aux clients de réduire leurs risques et de faire face aux urgences communes. 3b.4 L institution crée d autres avantages pour les clients en leur donnant la possibilité d investir dans des opportunités économiques et de répondre aux besoins anticipés des ménages. 3b.5 L institution a des pratiques de ventes adéquates. (Norme de protection des clients 1.3)

8 Rappel! Utilisez l'outil SPI4 pour évaluer vos pratiques de GPS Dimensions Normes Pratiques Essentielles Le SPI4 est l'outil habituel de collecte et d'évaluation de données pour les normes universelles. Il évaluela mise en œuvre sur la base d'indicateurs. Indicateurs

9 Indicateurs SPI4 correspondant aux indicateurs des pratiques essentielles de la norme 3a. Standard 3 a EP 3 a 1 Indicator 3 a 1 1 L institution comprend les besoins et préférences des différents types de clients. L'institution sollicite l'avis des clients pour le développement des produits et la distribution. (Norme de protection des clients 1.2) L'institution conduit des études de marché au moins une fois par an, ou en continu, concernant: Detail 3 a Les caractéristiques de la clientèle cible Detail 3 a Detail 3 a Les besoins / préférences pour les produits Les besoins / préférences pour les canaux de distribution Detail 3 a Les obstacles potentiels à l'accès aux produits Indicator 3 a 1 2 Indicator 3 a 1 3 Indicator 3 a 1 4 L'institution analyse les résultats d'études de marché en fonction des caractéristiques des clients. Pour les institutions avec des produits d'assurance, l'institution suit non seulement la couverture mais aussi les réclamations des clients, en fonction des caractéristiques des clients. L'institution tient compte de l'avis des clients pour développer et améliorer ses produits (l'avis des clients peut être collecté de façon informelle).

10 10 Programme Étude de la Dimension n 3 des Normes Universelles de GPS Entretien avec Madame Maurella DJATTY, Directrice GénéraleAdjointeFIDRA, uneimf de la Côte d Ivoire Discussion avec les participants

11 Rencontrez votre animatrice! 11 Nom: Maurella Nadege DJATTY Titre: Directrice Générale Adjointe Organisation: FIDRA Courriel: Site Web:

12 Vision, Mission, Clientèle Cible et Produits MISSION LeFIDRAapourmissionde:«Prépareretsoutenirla retraiteactiveencôte d Ivoire, en mettant à la disposition des retraités et futurs retraités, des produits financiers et non financiers adaptés à leurs besoins». VISION Etre une microfinance spécialiste de référence dans le domaine de la Retraite ActiveenCôted Ivoireetdanslasousrégion. VALEURS Respect de la personne âgée, Professionnalisme et Rigueur CIBLE La cible du FIDRA est constituée de personnes retraitées bénéficiant de revenus tels que: la pension de retraite, l allocation vieillesse, rente viagère, pension de veuve. Cette cible constitue une frange de la population jugée fragilisée par son exclusion du système financier classique(banques commerciales) du fait de son âge avancé et de l amenuisement de ses revenus mensuels.

13 Quelques indicateurs de performance Principaux indicateurs de performance Indicateurs Nombre de clients % des clients femmes 23% 29% 31% 31% Taux de sortie des clients 1.06% 0.81% 0.76% 0,69% Nombre total de retraités en Côte d Ivoire Part de marché du FIDRA (%) 10% 17% 20% 20,6% Montant des crédits octroyés (M) Montant de l épargne (M) Taux de portefeuille à risque < 30 jours 0.139% 0.120% 0.224% 0,011% Effectif du personnel Taux de départ des employés 2.7% 1,6% 2,3% 0,8% Nombre d agences

14 Engagement à la GPS Traduire en acte la responsabilité sociale de l Institution vis8à8vis de ces personnes qui lui ont fait confiance; Définir des objectifs sociaux afin de s assurer que le FIDRA œuvre effectivement et continuellement dans le sens de sa mission; Suivre un processus cohérent pour apporter une véritable valeur ajoutée pour la clientèle; Intégrer un processus de gestion qui permet à l entreprise de traiter convenablement et d impliquer les employés sur les objectifs sociaux définis.

15 Expériences de FIDRA dans la mise en oeuvre des pratiques de la Norme 3a. Pratiques essentielles 3a.1 L institution sollicite l avis des clients pour le développement des produits et la distribution. (Norme de protection des clients 1.2) 3a.2 L institution analyse la satisfaction des clients par caractéristique de clients. Notes sur les pratiques du FIDRA L avis des clients sur les produits et services est sollicité de plusieurs manières : entretiens de groupe (pendant la période de paie), entretiens individuels, administration de questionnaire et des correspondances reçues de clients ou d associations de retraités. Traitement minutieux de toutes les informations obtenues des clients en vue de s en servir pour améliorer la qualité des produits et services existant ou en concevoir de nouveaux. Depuis 2011, le FIDRA a mis en place un système pour étudier le niveau de satisfaction global des clients et le niveau de satisfaction par produit. Discussion des résultats de ces études en réunion du comité de direction.

16 Expériences de FIDRA dans la mise en oeuvre des pratiques de la Norme 3a. Pratiques essentielles 3a.3 L institution suit le taux de rétention des clients par caractéristiques des clients et comprend les raisons de leur départ. Notes sur les pratiques du FIDRA Depuis 2011, le FIDRA analyse le taux de sortie des clients dont l évolution est présentée dans le tableau des indicateurs. Le faible niveau du taux de sortie des clients est dû à l intérêt que porte la direction au traitement des plaintes et insatisfactions des clients.

17 Expériences de FIDRA dans la mise en oeuvre des pratiques de la Norme 3b. Pratiques essentielles 3b.1 L institution développe des produits adaptés aux besoins des clients et qui ne portent pas préjudice. (Norme de protection des clients 1.1). 3b.2 L institution utilise sa compréhension des besoins et des préférences des clients pour réduire les obstacles à l inclusion financière rencontrés par les clients cibles. Notes sur les pratiques du FIDRA Réalisation d une étude d évaluation du risque de surendettement des clients en Conception de plusieurs nouveaux produits notamment: la couverture santé, la pré pension, assurance vie pour les familles, produit monétique( cartes prépayées de retrait), La commercialisation à bas prix de petits matériels pour la surveillance médicale( tension artérielle, glycémie), etc pour répondre aux attentes des clients et les préserver du risque de surendettement. Instauration d un programme d éducation financière des clients, Révision annuelle de la politique de crédit pour prendre en compte les attentes des clients, Développement d activités non financières: information et sensibilisation des clients sur l hygiène alimentaire, les pathologies du 3 ième âge, des dépistages de maladies du cœur, HTA &diabète organisation périodique d activités sportives Amélioration du système de communication avec les clients pour renforcer la transparence à tous les niveaux et améliorer la compréhension des conditions des produits par les clients. Déploiement effectif du programme d éducation financière des clients.

18 Expériences de FIDRA dans la mise en oeuvre des pratiques de la Norme 3b. Pratiques essentielles Notes sur les pratiques du FIDRA 3b.3 L institution fournit un accès au moment opportun à des produits et services qui permettent aux clients de réduire leurs risques et de faire face aux urgences communes. Le FIDRA a mis en place le produit «Avances surpension» pour permettre aux clients de faire face à toute forme d urgence nécessitant des moyens financiers. Le FIDRA a mis en place le produit «Couverture Santé» pour permettre à ses clients de bénéficier de soins de santé de qualité et à moindre coût en cas de maladie. Le FIDRA a mis en place de nouveaux produits d assurance vie «FIDRAObsèquecouple»,«FIDRAObsèqueFamille» afin de permettre aux clients de palier aux frais funéraires liés au décès d un proche. Le FIDRA a mis en place le «produitmonétique»pour permettre aux clients d effectuer plus librement leur retraits d espèces. Généralement, les cas des maladies, de décès, factures impayés, etc. sont des causes qui poussent les clients à recourir aux usuriers qui sont sources de surendettement et de cause de perte de dignité.

19 Expériences de FIDRA dans la mise en oeuvre des pratiques de la Norme 3b. Pratiques essentielles 3b.4 L institution crée d autres avantages pour les clients en leur donnant la possibilité d investir dans des opportunités économiques et de répondre aux besoins anticipés des ménages. 3b.5 L institution a des pratiques de ventes adéquates. (Norme de protection des clients 1.3) Notes sur les pratiques du FIDRA Mise en place du Prêt Financement Projet (PFP), qui permet à certains retraités de conduire des activités génératrices de revenus Lorsqu un client sollicite un prêt, le conseiller clientèle explique d abord toutes les informations relatives au crédit. Ensuite, il remet au client, sur support papier, les informations communiquées oralement. Le client dispose de tout le temps nécessaire de réflexion avant de s engager dans la mise en place du prêt sollicité. Le FIDRA a développé un système pour protéger ses clients contre les risques de surendettement qui consiste à réduire progressivement les montants des demandes d avance pour un même client.

20 Acteurs impliqués Le Conseil d Administration La Direction Générale, Le service exploitation(les chefs d agences et les conseillers clientèle, le service commercial et marketing) Le Service Informatique

21 Avantages et bénéfices pour FIDRA Réduction du taux de consommation des avances sur pension pour les mêmes clients : globalement, le nombre de clients qui consommaient systématiquement les avances (tous les mois de l année) a chuté de 70% à 30%. Dans certaines agences (surtout en province), on a des taux qui varient entre 20 et 25%. Cela n a cependant pas entamé la marge bénéficiaire du FIDRA qui a pu compter avec l accroissement du portefeuille client. Ruptures des engagements clients vis&à&vis des usuriers Rétention des clients : De 2009 à 2014, le taux de sortie des clients décroît de 2011 à 2014 Les témoignages positifs issus des clients et surtout une meilleure éducation financière de la plupart d entre eux. Une meilleure image de l Institution

22 Avantages et bénéfices pour FIDRA Une meilleure image de l institution auprès de la clientèle Augmentation de la part du marché et du portefeuille clients : De 2009 à 2014, le nombre de client est passé de 7309 à et la part de marché de 5% à 20,6%. Amélioration des résultats financiers de l institution : Le chiffre d affaires a connu une croissance régulière de 2010 à 2013, passant de FCFA ( USD) 2010 à FCFA ( USD) Quant au bénéfice net, il est passé de FCFA ( USD) en 2010 à FCFA ( USD) en 2013.

23 Avantages et bénéfices pour les Clients Ruptures des engagements clients vis&à&vis des usuriers, Une meilleure éducation financière pour la plupart des clients, Une meilleure qualité de vie ( prise en charge des problématiques liés à la santé), Une retraite vécue plus sereinement

24 Coûts engendrés par ces pratiques Coûts non financiers: Le principal coût supporté est surtout estimé en temps de travail. La Direction Générale, les chefs d agence et le service informatique ont été régulièrement sollicités pour l élaboration de l outil.

25 Coûts engendrés par ces pratiques Coûts financiers: La mise en place du système a engendré des frais pour l organisation des formations. Ces frais ont porté en autres sur le déplacement, l hébergement et la restauration des participants et des primes symboliques versées aux formateurs.

26 Conseils aux IMF Avoir une Direction Générale motivée pour la mise en œuvre effective de la mission de l institution; Sensibiliser le Conseil d Administration sur l importance de la mission sociale de l institution, Bien connaître les caractéristiques de la cible de l institution pour déterminer les zones de vulnérabilité, Ecouter les clients pour savoir en quoi les produits leur procurent un bien8être ; cela pourrait se faire à travers les entretiens de groupe ou individuels et les études de satisfaction Disposer d un service informatique qualifié pour un meilleur suivi des données /indicateurs Prendre des décisions réalistes et les mettre en œuvre Obtenir le soutien et l implication du personnel Réfléchir sur la conception de produits à forte valeur ajoutée pour les clients en vue d augmenter leur niveau de revenus. Les résultats obtenus sont non seulement bénéfiques pour les clients mais aussi pour le développement à long terme du FIDRA. C est ce qui justifie d ailleurs la volonté et l engagement de l Institution à améliorer constamment la qualité des produits et services

27 27 Programme Étude de la Dimension n 2des normes universelles de GPS Entretienavec Madame MaurellaDJATTY, DirectriceGénéraleAdjointeFIDRA, uneimf de la Côte d Ivoire Discussion avec les participants

28 Passer à l'action : utilisez le Guide de mise en œuvre! Les Normes Universelles de Gestion de la Performance Sociale Un Guide de Mise en Oeuvre Auteure principale: Leah Wardle Téléchargezle guide ici: c% docx

29 29 Passez à l'action : utilisez le centre de ressources! Consultez le centre de ressources ici notamment les ressources en français pour la Dimension 2: center/?view=article&id=51&category_id=7

30 30 Où trouver plus d'informations : Le guide des Normes Universelles de GPS: c% docx L'outil d'audit social SPI4 : spi4.squarespace.com La présentation et l'enregistrement de la séance d'aujourd'hui : nugps Le centre de ressources SPTF : library

31 Je vous remercie pour votre participation! RejoignezJnous le mois prochain Jeudi16 avril2015, à 15 heurestemps Universel pour une discussion sur la façon d'améliorer les pratiques dans la : Dimension 4 Traiter les Clients de manière responsable

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Fondation collective Vita. L essentiel en bref. Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance

Fondation collective Vita. L essentiel en bref. Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Fondation collective Vita L essentiel en bref Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Le présent guide permet de regrouper pour vous les principales informations

Plus en détail

APREP RENTE UNIVERSELLE

APREP RENTE UNIVERSELLE APREP RENTE UNIVERSELLE Document fourni par TousLesPlacements.com, un site édité par Conseils Patrimoine Services, cabinet indépendant de conseil en gestion de patrimoine. Pour plus d'informations: 0 00

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Le FNS comme employeur

Le FNS comme employeur Le FNS comme employeur Table des matières L essentiel en bref 5 Tâches intéressantes 6 Modèle salarial 7 Salaire 7 Evolution du salaire 7 Compensation du renchérissement 7 Primes spontanées 7 Prévoyance

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008 COORDINATEUR : Alain Kruger mail : akruger@esg.fr RAPPEL DES DELAIS : Constitution des équipes et des projets Semaine du 21 janvier 2008

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign. Enda inter-arabe. Tunisie

Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign. Enda inter-arabe. Tunisie Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign Enda inter-arabe Tunisie Savings and Credit Forum, SDC Mars 2013 Essma Ben Hamida Directrice Exécutive Co-fondatrice

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL - Convention annuelle SPTF 2016 Marrakech, Maroc 29 mai-2 juin

DOCUMENT DE TRAVAIL - Convention annuelle SPTF 2016 Marrakech, Maroc 29 mai-2 juin DOCUMENT DE TRAVAIL - Convention annuelle SPTF 2016 Marrakech, Maroc 29 mai-2 juin Dimanche 29 mai : réunions préliminaires 17:00 13h00- Formation SPI4 1ère partie. Cette formation de deux jours donnera

Plus en détail

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS Retraite plus - Service gratuit d orientation en Maison de Retraite COMPRENDRE LES AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES service gratuit

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

FORMATEUR. TouT pour réussir dans le métier de

FORMATEUR. TouT pour réussir dans le métier de Christophe Parmentier TouT pour réussir dans le métier de FORMATEUR Les fondamentaux du métier Les meilleures pratiques et les outils Le quotidien du métier L évaluation et le suivi d activité, 2014 ISBN

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

l assurance vie entière

l assurance vie entière Solutions de protection Votre guide sur l assurance vie entière de la Standard Life Vers une meilleure retraite Accroître. Protéger. Apprécier. Léguer. Bonjour. La vie offre peu de garanties; comment donc

Plus en détail

Lien. D ENSEMBLE avec. et obtenez une vue. Mon argent pour la vie FAITES LE. with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS EN PLACEMENT

Lien. D ENSEMBLE avec. et obtenez une vue. Mon argent pour la vie FAITES LE. with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS EN PLACEMENT Lien FAITES LE CONSEILS SUR LES PLACEMENTS PROTECTION DU PATRIMOINE DE VRAIES SOLUTIONS et obtenez une vue D ENSEMBLE avec Mon argent pour la vie with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Une retraite bien capitalisée

Une retraite bien capitalisée Une retraite bien capitalisée Voici Charles et Gabriella. Charles, 62 ans, et Gabriella, 60 ans, vivent présentement à Montréal. Charles est un dirigeant d entreprise qui a bien réussi. Il touche un salaire

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Formation. «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015

Formation. «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015 Formation «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015 Vous souhaitez sécuriser votre activité? Évaluer rapidement la rentabilité de vos produits et services

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre.

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Nous sommes honorés de la tenue de cette rencontre présidée par M. le Premier Ministre et qui dénote l importance

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

- CFP PLANETE LOTUS - FICHES DE PRESTATIONS MARKETING 2009

- CFP PLANETE LOTUS - FICHES DE PRESTATIONS MARKETING 2009 - CFP PLANETE LOTUS - FICHES DE PRESTATIONS MARKETING 2009 1/5 CONSULTATIONS 1 Consultation 1 heure 2 Consultation 15 minutes 3 Consultation 4 heures En 15min, 1heure ou 4heures, avoir l avis d un consultant

Plus en détail

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR?

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR? Faculté de Droit et Sciences Economiques Master Economie Appliquée : 2ème année Diagnostic Social et Economie Solidaire 2010-2011 PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ

Plus en détail

Chargé-e de clientèle banque

Chargé-e de clientèle banque Chargé-e de clientèle banque Document pour les professeurs/es Objectif général Faire découvrir un métier en utilisant le site de l Onisep et des mises en situation validées par un professionnel. Compétences

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

UV : GE15 Initiation à la création et la gestion d une entreprise Innovante. Ressources Humaines et Force de vente

UV : GE15 Initiation à la création et la gestion d une entreprise Innovante. Ressources Humaines et Force de vente UV : GE15 Initiation à la création et la gestion d une entreprise Innovante Ressources Humaines et Force de vente par Isabelle de SUTTER Isabelle.de-sutter@utc.fr 1 Le contrat de travail Le contrat de

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières

Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières 1. Présentation de L'entreprise INC 1.1 Identification de l entreprise 1.2 Mission de l entreprise 1.3 Historique 1.4

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

7 SAVOIRS POUR OPTIMISER ET FAVORISER

7 SAVOIRS POUR OPTIMISER ET FAVORISER SÉMINAIRES D EFFICIENCE 7 SAVOIRS POUR OPTIMISER ET FAVORISER LES PRISES DE DÉCISIONS DES DIRIGEANTS SOMMAIRE UTILITÉ DU SÉMINAIRE? FORMATEURS ET INTERVENANTS PROGRAMME EMPLOI DU TEMPS CONTACT & NOTES

Plus en détail

Accélérez votre réussite

Accélérez votre réussite Brochure Accélérez votre réussite Spécialisation Services d'impression et d'informatique HP Une nouvelle façon de collaborer et de gagner des parts de marché Élargissez votre champ d'action Renforcez vos

Plus en détail

épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE

épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE Tenue de Compte épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE Faire équipe avec votre société pour le succès de votre plan d épargne salariale Mettre

Plus en détail

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES BUREAUX D ÉTUDES TECHNIQUES CABINETS D INGÉNIEURS-CONSEILS SOCIÉTÉS DE CONSEILS RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE DES SALARIÉS MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Retraite. Avenant à la Notice Plan d Epargne Retraite Populaire PERP Confort

Retraite. Avenant à la Notice Plan d Epargne Retraite Populaire PERP Confort Retraite Plan d Epargne Retraite Populaire PERP Confort Ajout d options de réorientation automatique et ajout de la garantie décès Sérénité Octobre 2015 SOMMAIRE sommaire section page contenu 1. Les options

Plus en détail

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI)

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) En partenariat avec l IEFP S informer sur Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) Lisez-le avant d investir dans un OPC (FCP et SICAV) DICI Autorité des marchés financiers Le Document

Plus en détail

Systèmes financiers et financement de l économie

Systèmes financiers et financement de l économie Systèmes financiers et financement de l économie Plan du cours I. Généralités sur les systèmes financiers. II. Les besoins et les capacités de financement. III. Le financement bancaire et le développement

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

Information relative à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux En application du code AFEP/MEDEF

Information relative à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux En application du code AFEP/MEDEF Information relative à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux En application du code AFEP/MEDEF Sur le rapport du Comité de gouvernance et des rémunérations, le conseil d administration du

Plus en détail

Politique Ressources Humaines

Politique Ressources Humaines Politique Ressources Humaines 1 Fondamentaux de la politique ressources humaines Une responsabilité partagée Egalité des chances et équité Un équilibre vie privée-vie le Des conditions favorables au maintien

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure épargne 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

La surveillance des risques pour l entreprise (SRE)

La surveillance des risques pour l entreprise (SRE) La surveillance des risques pour l entreprise (SRE) Demande d admission APERÇU DU COURS Le nouveau cours d une journée de l IAS intitulé «La surveillance des risques pour l entreprise» permettra aux administrateurs

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION CLE POUR L INVESTISSEUR

DOCUMENT D INFORMATION CLE POUR L INVESTISSEUR DOCUMENT D INFORMATION CLE POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient

Plus en détail

Guide pratique. Retraite 83. pour les salariés de la Sacem. Contrat de retraite à cotisations définies. à lire et à conserver

Guide pratique. Retraite 83. pour les salariés de la Sacem. Contrat de retraite à cotisations définies. à lire et à conserver Guide pratique pour les salariés de la Sacem Contrat de retraite à cotisations définies Retraite 83 à lire et à conserver Présentation du contrat à cotisations définies - Retraite 83 Vous êtes salarié

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Belgique Merci de citer ce

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

LPP. Les dispositions les plus importantes de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité

LPP. Les dispositions les plus importantes de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité Les dispositions les plus importantes de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité Etat janvier 2007 4Base et objectif de la prévoyance professionnelle La prévoyance professionnelle

Plus en détail

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?»

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?» SOCIAL QUIZ «Maitrisez vous votre protection sociale?» 2 3 APPLICATION TABLETTE À DESTINATION DES EXPERTS-COMPTABLES AG2R LA MONDIALE lance l application Social Quiz pour tablette «Maitrisez-vous votre

Plus en détail

SPI4 OUTIL UNIVERSEL D EVALUATION DE LA PERFORMANCE SOCIALE

SPI4 OUTIL UNIVERSEL D EVALUATION DE LA PERFORMANCE SOCIALE P ARTAGER SAVOIR S ET P R ATI QUES POUR UNE F I N ANCE E TH IQU E SPI4 OUTIL UNIVERSEL D EVALUATION DE LA PERFORMANCE SOCIALE Avec l aide de leurs membres, CERISE et la SPTF ont créé SPI4, un outil universel

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER Ce prospectus est rédigé au nom du vendeur dont le cachet figure ci-dessous et agissant comme intermédiaire de crédit. Cachet de l intermédiaire

Plus en détail

Ateliers du mercredi 9 février 2011

Ateliers du mercredi 9 février 2011 Ateliers du mercredi 9 février 2011 Barcamp Webmaster Webmasters, la technologie progresse de façon exponentielle dans un environnement marketing en perpétuel mutation. Que vous soyez technicien ou rédacteur,

Plus en détail

ELLIPSIS SHORT TERM CREDIT FUND

ELLIPSIS SHORT TERM CREDIT FUND ELLIPSIS SHORT TERM CREDIT FUND Xxx Prospectus pour la Suisse La Société de Gestion : Le Représentant en Suisse : ELLIPSIS ASSET MANAGEMENT CARNEGIE FUND SERVICES S.A. La Banque Dépositaire : SOCIETE GENERALE

Plus en détail

J attends un enfant, je garde ou je fais garder mon enfant

J attends un enfant, je garde ou je fais garder mon enfant Accueil du jeune enfant Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J attends un enfant, je garde ou je fais garder mon enfant J attends un enfant La prime à la naissance dans le cadre de la

Plus en détail

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluer les activités et la qualité des prestations d un établissement ou d un service passe par une évaluation régulière de la satisfaction

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Étude de cas Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Robert et Élizabeth : mise en contexte Robert et Élizabeth, un couple marié, tous deux âgés

Plus en détail

Le Benchmarking CallCenter

Le Benchmarking CallCenter Pourquoi un benchmarking? Placé au cœur de la stratégie de la Relation Client, le centre d'appels est un outil majeur de différentiation pour les entreprises. Conjuguer qualité de service, satisfaction

Plus en détail

Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning

Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning Secteur FORMATION Etude de cas de retour sur investissement Récapitulatif des résultats Au cours des

Plus en détail

L accueil D UNE PERSONNE ÂGÉE OU HANDICAPÉE

L accueil D UNE PERSONNE ÂGÉE OU HANDICAPÉE L accueil familial D UNE PERSONNE ÂGÉE OU HANDICAPÉE SOMMAIRE > Qu est-ce que l accueil familial?... 3 > Qui peut être accueilli?... 3 > Qui peut devenir accueillant familial?... 5 > Comment devenir accueillant

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

Régler efficacement les dépenses commerciales

Régler efficacement les dépenses commerciales MasterCard Corporate Card Régler efficacement les dépenses commerciales Une entreprise du Groupe Aduno www.aduno-gruppe.ch Gain de temps et économies dans la gestion des frais Courir après les notes de

Plus en détail

La prospection à l international. Laurent Dorey

La prospection à l international. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 15 Oct 2014 Programme : Introduction Qu est-ce que la prospection? Techniques de prospection? Rationnel Modes de prospection Préparation à la prospection Score card prospects Suivi

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Préambule SICAE-OISE, dont le siège est situé à Compiègne, est fournisseur historique d électricité auprès

Plus en détail

Assurance temporaire de la Transamerica Vie Canada. À chaque vie, une histoire GUIDE DU CLIENT

Assurance temporaire de la Transamerica Vie Canada. À chaque vie, une histoire GUIDE DU CLIENT Assurance temporaire de la Transamerica Vie Canada À chaque vie, une histoire GUIDE DU CLIENT MD Ai-je besoin d une assurance vie temporaire? Être titulaire d une assurance vie appropriée permet à votre

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

Compte à terme. Résumé : Le Compte À Terme est un placement contractuel à taux garanti sur une durée prédéterminée.

Compte à terme. Résumé : Le Compte À Terme est un placement contractuel à taux garanti sur une durée prédéterminée. Compte à terme Résumé : Le Compte À Terme est un placement contractuel à taux garanti sur une durée prédéterminée. Il ne fait pas partie de l épargne «réglementée». Le Compte À Terme a une échéance contractuelle

Plus en détail

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Choisissez le placement qui s adapte à votre profil d investisseur De l audace à la prudence, quel que soit votre profil d investisseur, PRÉFÉRENCE est le placement

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Patrimoines. L évolution du revenu de retraite. Quand la répartition de l actif ne suffit plus

Patrimoines. L évolution du revenu de retraite. Quand la répartition de l actif ne suffit plus MD Patrimoines L évolution du revenu de retraite Quand la répartition de l actif ne suffit plus Quelque dix millions de baby-boomers prendront leur retraite au cours des vingt prochaines années et le secteur

Plus en détail

Certificat de formateur-intervenant en formation professionnelle d adultes

Certificat de formateur-intervenant en formation professionnelle d adultes Certificat de formateur-intervenant en formation professionnelle d adultes Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle)

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

PRÉFÉRENCE dans le cadre de l assurance-vie

PRÉFÉRENCE dans le cadre de l assurance-vie Assurance - Vie Assurance - Vie PRÉFÉRENCE dans le cadre de l assurance-vie Les retraits programmés Si vous souhaitez percevoir un revenu régulier de votre contrat Préférence, vous pouvez effectuer des

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DES FONDS SOCIAUX

GUIDE D UTILISATION DES FONDS SOCIAUX GUIDE D UTILISATION DES FONDS SOCIAUX Document réalisé par le service social en faveur des élèves DSDEN 25 - le 10 janvier 2013 sommaire TEXTES DE REFERENCES & PRINCIPES..page 4 1. APPLICATION...page 4

Plus en détail

BTS Communication. Conseil et Relation Annonceur. Conseil et Relation Annonceur BTS Communication

BTS Communication. Conseil et Relation Annonceur. Conseil et Relation Annonceur BTS Communication Conseil et Relation Annonceur BTS Communication Conseil et Relation Annonceur BTS Communication ISBN : 978-1-4477-9607-7 Juin 2011 pour toutes remarques olivier@mercatech.fr 1 Nous avons essayé comme à

Plus en détail

Dossier de presse. Les nouveaux services en ligne de l Assurance retraite pourr les retraités bretons du Régime général

Dossier de presse. Les nouveaux services en ligne de l Assurance retraite pourr les retraités bretons du Régime général Dossier de presse Les nouveaux services en ligne de l Assurance retraite pourr les retraités bretons du Régime général g Contact presse: Delphine Frezel bretagne.fr Mél. : delphine.frezel@carsat-bretagne.fr

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Fidélisation du Client Sécurité - Surveillance - Gardiennage

Fidélisation du Client Sécurité - Surveillance - Gardiennage Présenté par: +20 ans d expérience. de culture polyvalente et de recherches en matière sûreté-sécurité Date de la présentation: 2013 Concurrentiel. DANS LA PRESTATION SECURITE SURVEILLANCE GARDIENNAGE

Plus en détail