MAC3 Balance des paiements. Présentation de l unité. novembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MAC3 Balance des paiements. Présentation de l unité. novembre 2012"

Transcription

1 MAC3 Balance des paiements Présentation de l unité novembre 2012

2 Remarques liminaires - Compétence et responsabilité conjointes avec la BCL. - Domaine BOP (balance of payments) en pleine mutation: => description (succincte) du système de collecte tel qu en vigueur depuis janvier 2012 => références à la méthodologie actuelle, avec certains renvois à la méthodologie applicable en

3 Sommaire 1. Définition BOP 2. Références méthodologiques 3. Bases légales 4. Structure BOP 5. Agrégats macroéconomiques 6. Enregistrement 7. Collectes BCL 8. Collectes Statec 9. Autres sources d informations 10. Système de compilation 11. Production et publications de résultats 12. Perspectives 3

4 1. Définition BOP La balance des paiements est un état statistique où sont résumées, pour une période donnée, les transactions que les résidents d un pays ont réalisées avec le reste du monde. Une transaction se définit comme un flux économique faisant intervenir le transfert de propriété de biens ou d actifs financiers, la prestation de services ou la fourniture de travail ou de capital. => Il n y a pas forcément paiement monétaire. => Les stocks sont renseignés dans la PEG (position extérieure globale; IIP - International Investment Position). 4

5 2. Références méthodologiques - actuelles - FMI (1993) Manuel de la Balance des Paiements (5ème édition) - FMI (2002) Position Extérieure Globale Guides des sources de données - Textbook (FMI), Compilation Guide (FMI), MSITS,... - futures (année d application 2014) - FMI (2009) Balance of Payments and International Investment Position Manual (Sixth Edition BPM6) - United Nations, European Commission, FMI, OECD, WTO 2010) Manual on Statistics of international Trade in Services (MSITS) => Mutation vers un reporting intégré flux/stocks 5

6 3.1. Base légale au Luxembourg (1) Loi du 28 juin 2000 portant modification de l arrêté grand-ducal modifié du 10 novembre 1944 relatif au contrôle des changes Coopération avec la BCL Accord de coopération BCL-Statec du 16 janvier 2001 (statnews n 4/2001) accord de coopération - PEG (positions): BCL - BOP (flux): compétence partagée Statec BCL 6

7 3.1. Base légale au Luxembourg (2) - Statec: balance courante (hors revenus des investissements), compte de capital, enquête des investissements directs à l étranger (ENT2); le Statec est l interlocuteur des firmes ne relevant pas du secteur financier. - BCL: comptes d opérations financières et revenus des investissements; la BCL est l interlocuteur des firmes relevant du secteur financier. Loi organique du STATEC 10 juillet 2011, article2, sub 3 loi organique STATEC 7

8 3.2. Base légale au plan international - Règlement (CE) No 184/2005 tel que modifié du Parlement européen et du conseil du 12 janvier 2005 relatif aux statistiques communautaires de la balance des paiements, du commerce international des services et des investissements directs étrangers; dernière révision: règlement No 555/2012 du 22 juin Orientation BCE/2004/15 telle que modifiée de la Banque centrale européenne du 16 juillet 2004 relative aux obligations de déclaration statistique établies par la Banque centrale européenne concernant les statistiques de la balance des paiements et de la position extérieure globale et le cadre de diffusion des données sur les réserves de change (en voie de révision). 8

9 4. Structure BOP (1) A-2011 CODE ITEMS CREDIT DEBIT NET 993 COMPTE COURANT BIENS SERVICES REVENUS Rémunération des salariés Revenu des investissements TRANSFERTS COURANTS COMPTE DE CAPITAL COMPTE FINANCIER INVESTISSEMENTS DIRECTS INVESTISSEMENTS DE PROTEFEUILLE PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS AUTRES INVESTISSEMENTS... AVOIRS DE RÉSERVE ERREURS ET OMISSIONS 93 9 en millions d euros

10 4. Structure BOP (2) CAB: solde du compte courant KAB: solde du compte de capital NFA: solde du compte financier Manuel de la balance des paiements (FMI), version 5: CAB + KAB + NFA + EO = 0 NLB(*) = CAB + KAB = - NFA Manuel de la balance des paiements (FMI), version 6: NFA CAB KAB EO = 0 NLB(*) = CAB + KAB = NFA (*)NLB = net lending/net borrowing (capacité/besoin de financement) 10

11 5. Agrégats macroéconomiques (NA BOP) Solde courant (BOP): CAB = X M + NY + NCT Produit intérieur brut: GDP = C + G + I + X M Revenu national disponible brut: GNDY = C + G + S = GDP + NY + NCT => C + G + S = C + G + I + X M + NY + NCT => S - I = CAB => CAB = S I le solde courant est égal à la différence entre l épargne brute et l investissement intérieur brut 11

12 6.1. Enregistrement principes de base - Système d enregistrement en partie double. - Le solde de toutes les inscriptions est égal à zéro. - Base d évaluation = prix de marché effectif. - Principes de chronologie = base des droits constatés. - Moment d enregistrement = moment du transfert de propriété. - Comptes nationaux : le compte du reste de monde (RDM) est présenté du point de vue du reste du monde, et non de l économie nationale : les inscriptions RDM sont l inverse de celles reprises en BOP. 12

13 6.2. Enregistrement lien avec les statistiques du commerce extérieur COMEX (ENT 1) mouvement physique évaluation CIF des M réparations: flux bruts BOP changement de propriété évaluation FOB des M réparations: valeur nette(*) provisions de bord exclus provisions de bord inclus (*)BPM6: services 13

14 6.3. Enregistrement des biens: concept national versus concept communautaire - Concept national: reprend uniquement les opérations concernant une entité résidente. - Concept communautaire: aux transactions selon le concept national s ajoutent des opérations communautaires entre nonrésidents pour des marchandises en provenance d un pays non membre de l UE qui ne sont pas destinées à un opérateur ou entrepôt résident, mais qui sont dédouanées à la seule frontière extracommunautaire du Luxembourg, à savoir l aéroport. 14

15 6.4. Enregistrement transactions des frontaliers Frontaliers entrants - Salaires bruts (y.c. charges patronales): revenus, débit. - Cotisations et impôts: transferts courants, crédit. - Prestations sociales attribués aux frontaliers: transferts courants, débit. - Dépenses de consommation des frontaliers sur le territoire national: services des voyages à titre professionnel, crédit. Frontaliers sortants Essentiellement résidents travaillant auprès des organisations internationales implantées au Luxembourg. 15

16 6.5. Enregistrement - services financiers imputés, secteur OPC Les revenus touchés par les OPC sont assignés concomitamment aux investisseurs non-résidents à titre de dividendes (débit) en contrepartie d un réinvestissement fictif (crédit) et d une imputation de services financiers (crédit). => Attention: à ne pas confondre avec SIFIM (services d intermédiation financière indirectement mesurés; FISIM financial intermediation services indirectly measured). 16

17 6.6. Enregistrement bénéfices réinvestis Bénéfice non distribué attribué à l investisseur direct (détention >= 10%) au prorata de sa participation: inscription double (compte courant, revenus compte financier, investissements directs étrangers), avec des montants égaux, mais de sens opposé. Inscription négative pour la part de l investisseur direct dans les pertes. 17

18 7.1. Collecte BCL BOP 1.1 Reporting mensuel de certaines opérations avec l étranger pour compte propre (services, transferts, revenus IDE); pas de seuil. Variables principales: montant, nature économique, pays de contrepartie. Chronologie d enregistrement: base des transactions. Référence: règlement 2011/N 7 de la BCL 18

19 7.2. Collecte BCL BOP 1.2 Reporting mensuel du montant des paiements transfrontaliers effectués pour compte de clients résidents; pas de seuil. Variables principales: montant, pays de contrepartie, identification de la contrepartie (TVA; RCS). Chronologie d enregistrement: base de caisse. Référence: règlement 2011/N 7 de la BCL 19

20 7.3 Collecte BCL autres - Reporting mensuel du montant des titres détenus pour le compte de certains types de clients résidents. Référence: règlement 2011/N 7 de la BCL - Reporting trimestriel des sociétés émettrices (qui émettent des titres de créance): bilan, complété par des données mensuelles. Référence: règlement 2011/N 8 de la BCL 20

21 8.1 Collecte Statec TATS (1) - Entreprises réalisant des transactions avec des contreparties non-résidentes. - Opérations sur services, transferts et investissements directs étrangers. - Base des sondages: BOP (anciennes séries), reporting BOP 1.2, déclarations TVA, enquêtes structurelles (ENT 3). - «take all, take some» - Take all: «big players», reporting mensuel, +/- 300 enquêtés, depuis janvier Relevés 26 (flux) et 27 (stocks) 21

22 8.1 Collecte Statec TATS (2) - Take some: échantillonage, reporting annuel, +/- 300 à enquêter, première enquête concerne 2012 à lancer fin Relevé 28 (flux). - Transmission des formulaires: papier, mail, de préférence transmission électronique vie IDEP.NET et bientôt IDEP.WEB (cf. Intrastat ENT1). 22

23 8.2. Collecte STATEC crédits commerciaux - Enquête trimestrielle. - Entreprises réalisant des transactions avec des contreparties non-résidentes. - Encours des créances et engagements commerciaux en relation avec des opérations sur biens et services. - Echantillon représentatif avec grossing-up. - Utilisation: BOP (flux déviés des encours) et position extérieure globale (stocks). formulaire crédits commerciaux 23

24 8.3. Collecte STATEC organisations internationales - Enquête annuelle. - Organisations européennes et internationales implantées au Luxembourg. - Questions relatives à l emploi avec notamment pays de résidence des agents. - Questions spécifiques sur les opérations de biens et services avec les résidents (uniquement pour les org. int. non européennes). - Utilisation: diverses rubriques de la balance courante. 24

25 9. Autres sources d informations - BOP: statistique de synthèse; système de collecte hybride avec multitudes de sources. - Coopération, interaction sans cesse croissantes avec les comptes nationaux visant à terme une cohérence complète. - Autres sources (liste nullement exhaustive) - statistiques du commerce extérieur (ENT 1- comex), - balance des paiements des org. européennes, - revenus d investissements directs étrangers (ENT 2). - Problème: souvent informations non disponibles pour les délais BOP mensuel (exemple: comex => BOP: forcast arima). 25

26 10. Système de compilation - Base de données commune localisée à la BCL (loi du 28 juin 2000). - Accès illimité du Statec (via CIE). - Production sur une base mensuelle: 3 mois = 1 trimestre. - Système intégré assurant une grande traçabilité. - Définition conjointe des besoins fonctionnels des utilisateurs (URD users requirements document): - adapté pour janvier 2012 (modification partielle du système de collecte) - préparation en cours d un nouveau URD (challenge: production parallèle suivant MBP5 et MBP6). 26

27 11. Production et publication des résultats (1) - Respect à 100% du programme de transmission - Résultats mensuels (t + 30 jo): uniquement BCE. - Résultats trimestriels (t + 2 mois): uniquement Eurostat. - Résultats trimestriels (t + 3 mois*): BCE, Eurostat, FMI, SDDS, OECD, - Résultats annuels (t + 9 mois): Eurostat, OECD. * 85 jo en 2014 avec réduction progressive à 80 jo - Format de transmission Gesmes_TS (via portail web: Edamis); bientôt SDMX. - En 2011: transmission de plus d un million de lignes à Eurostat. 27

28 11. Production et publication des résultats (2) Publications nationales: - indicateur rapide, série N (trimestriel) - tableaux sur statistiques.public.lu - bulletins, regards. Bulletin 2011/01-11-balance-courante 28

29 12. Perspectives - En cours (travaux pluriannuels): préparation MBP6, refonte du système de compilation, adaptation système de collecte (TATS), mise en cohérence BOP-ROW (rest of world account). - Au niveau communautaire: FRIBS (Framework Regulation Integrating Business Statistics): redéfinition des concepts concernant les échanges internationaux de services et déplacement (éventuel) des obligations annuelles du cadre légal BOP (184/2005) vers FRIBS. 29

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Notice méthodologique

Notice méthodologique Version intégrale Notice méthodologique 1. Base 1.1 Publications La Banque nationale de Belgique (BNB) publie, pour le compte de l Institut des comptes nationaux (ICN), les statistiques du commerce extérieur

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

Rapport BOP 1.2 «Paiements transfrontaliers exécutés pour compte de la clientèle résidente»

Rapport BOP 1.2 «Paiements transfrontaliers exécutés pour compte de la clientèle résidente» Rapport BOP 1.2 «Paiements transfrontaliers exécutés pour compte de la Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Population déclarante...3 3 Périodicité et délai de communication...3

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

2 ANALYSES BULLETIN BCL 2008 1

2 ANALYSES BULLETIN BCL 2008 1 ANALYSES 2 2 ANALYSES 1 Compétitivité et Exportations 82 1.1 Contexte 82 1.2 Principe de l APMC 82 1.3 Choix des données 83 1.3.1 La zone euro comme repère de référence 83 1.3.2 Limitation aux biens 83

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS

LA BALANCE DES PAIEMENTS LA BALANCE DES PAIEMENTS Définition : Document statistique qui enregistre toutes les transactions économiques effectuées pendant une période donnée entre les résidents d un pays (région, union) et le reste

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Reporting statistique des établissements de crédit

Reporting statistique des établissements de crédit Reporting statistique des établissements de crédit Foire aux questions (FAQ) Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 2 Double reporting CSSF / BCL... 4 3 Définitions et concepts... 5

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

I- Le système déclaratif de l Administration douanière belge

I- Le système déclaratif de l Administration douanière belge Rabat, le 16/11/2011 ans le cadre des missions d études prévues dans le jumelage entre l Office des Changes et les institutions françaises partenaires, une visite d étude a été effectuée en Belgique du

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction 1.1 Population déclarante Le rapport

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Conditions générales applicables aux principales opérations bancaires Au 3 fevrier 2014

Conditions générales applicables aux principales opérations bancaires Au 3 fevrier 2014 Conditions générales applicables aux principales opérations bancaires Au 3 fevrier 2014 sommaire Page TENUE DE COMPTES ET SERVICES ASSOCIES 4 Tenue de comptes en euros ou en devises 4 Services Associés

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Mai 2015 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 3 1.1 Motivations...3 1.2 Champ d application...3 1.3 Confidentialité...3 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

MANUEL DE STATISTIQUES DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION

MANUEL DE STATISTIQUES DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION MANUEL DE STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION TOBIAS WICKENS OCTOBRE 2008 Table des matières Résumé analytique

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI LES NOUVEAUX INDICAEURS SAISIQUES DU FI À la fin de 1994 et au début de l année 1995, la répétition et la sévérité des désordres sur les marchés de capitaux, et récemment la crise financière du exique

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Le contrat d épargne retraite supplémentaire

Le contrat d épargne retraite supplémentaire ENTREPRISES ÉPARGNE DANS L ENTREPRISE PALISSANDRE ENTREPRISES Le contrat d épargne retraite supplémentaire DOCUMENT EMPLOYEUR SOMMAIRE Valoriser l image sociale de votre entreprise 2 Les avantages de Palissandre

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS

LA BALANCE DES PAIEMENTS LA BALANCE DES PAIEMENTS Établissement et présentation MÉTHODOLOGIE DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTUDES ET DES RELATIONS INTERNATIONALES DIRECTION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS SOMMAIRE ÉTABLISSEMENT ET PRÉSENTATION

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Rapport S 1.5 «Taux d'intérêt en EUR»

Rapport S 1.5 «Taux d'intérêt en EUR» Rapport S 1.5 «Taux d'intérêt en EUR» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Population déclarante...4 1.2 Périodicité et délai de communication...4 1.3 Les sous-tableaux...5 2 Les

Plus en détail

CHAPITRE 6. Les comptes courants

CHAPITRE 6. Les comptes courants CHAPITRE 6 Les comptes courants Le compte courant est un compte ouvert dans une banque dont toues les sommes du débit et du crédit sont productives d intérêt Terminologie Compte courant débiteur on parle

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

PROJET DE GUIDE DIDACTIQUE

PROJET DE GUIDE DIDACTIQUE COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE D AFRIQUE CENTRALE PROJET DE GUIDE DIDACTIQUE DE LA DIRECTIVE RELATIVE AU TABLEAU DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DE L ÉTAT 2 Table des Matières Liste des abréviations...

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Situation Actuelle et Perspectives des Echanges et de la Diffusion des Données Statistiques de l Office des Changes

Situation Actuelle et Perspectives des Echanges et de la Diffusion des Données Statistiques de l Office des Changes Situation Actuelle et Perspectives des Echanges et de la Diffusion des Données Statistiques de l Office des Changes Séminaire sur les Echanges, la Documentation et la Mise à Disposition des Données Statistiques

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS. Recueil des instructions aux déclarants directs non bancaires du secteur financier

COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS. Recueil des instructions aux déclarants directs non bancaires du secteur financier COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS Recueil des instructions aux déclarants directs non bancaires du secteur financier TABLE DES MATIERES 1. PRINCIPES GENERAUX 3 1.1. INTRODUCTION 3 1.2. COLLECTE DES INFORMATIONS

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

POSITION EXTÉRIEURE GLOBALE

POSITION EXTÉRIEURE GLOBALE POSITION EXTÉRIEURE GLOBALE Guide des sources de données FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Référence bibliographique Fonds monétaire international, Département des statistiques Position extérieure globale

Plus en détail

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES entre [Nom du Client] et Indép'AM [Date] Convention de service - Mandat Global entre [Nom du Client] et Indép AM Page

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Rescrit Fiscal Portabilité et prévoyances complémentaires obligatoires

Rescrit Fiscal Portabilité et prévoyances complémentaires obligatoires Pégase 3 Rescrit Fiscal Portabilité et prévoyances complémentaires obligatoires Dernière révision le 23/12/2011 http://www.adpmicromegas.fr 1 / 13 Suivi de la notice 23 décembre 2011 Création de la notice

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(2)/4 Conseil économique et social Distr. : Générale 7 octobre 2010 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

Conditions Tarifaires Février 2015

Conditions Tarifaires Février 2015 Conditions Tarifaires Février 2015-1- Le présent document contractuel détaille les Conditions Tarifaires applicables aux opérations et aux services les plus courants de la clientèle, dont notamment les

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES 13. Système fiscal Le système fiscal tchèque, décrit ci-après en conformité avec la législation tchèque en vigueur, peut être modifié par un traité destiné à éviter la double imposition. Le système fiscal

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 INTRODUCTION CHAPITRE 19 LES COMPTES EUROPÉENS 19.1 Le processus d'intégration européenne a dicté la nécessité d'établir une séquence complète

Plus en détail

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi :

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi : Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée sur les entreprises Industrie des services de restauration et de débits de boissons Année de référence 1999 Les statistiques financières de l industrie

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels téléprocédures des professionnels Fiche technique Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et de payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97 analyses 2 2 analyses 1 La position extérieure globale du Luxembourg 98 1.1 Introduction 98 1.2 La position nette par catégorie d actifs : vue d ensemble 99 1.3 La position d investissements directs 11

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

Session Juin 2013 Gestion financière. Donnée de l examen

Session Juin 2013 Gestion financière. Donnée de l examen Porrentruy Gestion financière - SED3 EXAMEN Session Juin 2013 Gestion financière Donnée de l examen Nom : Prénom : Durée : 160 minutes (2 heures 40 minutes) Matériel autorisé : Calculatrice non programmable

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI Rivoli Avenir Patrimoine investir INDIRECTEMENT dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT Lorsque vous

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Tarif. A partir du 01/07/2015. Pour les comptes à usage privé

Tarif. A partir du 01/07/2015. Pour les comptes à usage privé Tarif A partir du 01/07/2015 Pour les comptes à usage privé I. Comptes de dépôts à vue I.I Excellence (**) 1 Redevance de gestion (*) 2 Package 3 (2,48 + tva) (*5) Nombre illimité d opérations nationales

Plus en détail

Définitions et concepts pour le reporting statistique des établissements de crédit

Définitions et concepts pour le reporting statistique des établissements de crédit Définitions et concepts pour le reporting statistique des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 6 2 Principes de base... 7 2.1 Version comptable... 7 2.2 Date

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

La mesure de l activité des banques en France

La mesure de l activité des banques en France Jean-Marie FOURNIER INSEE Département des comptes nationaux Denis MARIONNET Banque de France Direction des Statistiques monétaires et fi nancières Après plusieurs années de forte progression, la rentabilité

Plus en détail

Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés

Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés MOT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL Egis est un acteur de premier plan sur la scène nationale

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR Tenue de compte, coffres, attestations et recherches FORFAIT ANNUEL TENUE DE COMPTE 1 COFFRES-FORTS Avec accès e-banking sécurisé 2 25 EUR Volume (dm 3 ) loyer annuel HT + TVA 17% Avec envoi hebdomadaire

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2 BilanStat-Audit Sommaire Présentation... 3 Chapitre 0 : Gestion des bases de données... 5 Chapitre 0 : Gestion des missions... 12 Chapitre 1 : Eléments généraux... 17 Chapitre 2 : Capitaux propres... 28

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Belgique Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Tarif. A partir du 01/07/2015. Pour les comptes à usage professionnel

Tarif. A partir du 01/07/2015. Pour les comptes à usage professionnel Tarif A partir du 01/07/2015 Pour les comptes à usage professionnel I. Comptes de dépôts à vue I.I. Compte de dépôts à vue PRO (Indépendants à usage professionnel) I.I.a. Conditions PRO Excellence (**)

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 BILAN DE LA PERIODE 2009-2013 DE LA COMMISSION «SYSTÈME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE» au regard des avis adoptés par le Cnis en janvier 2009 POUR DEBAT EN COMMISSION LE

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Conditions tarifaires applicables à la clientèle 1 er février 2013 CREDIT SUISSE (FRANCE)

Conditions tarifaires applicables à la clientèle 1 er février 2013 CREDIT SUISSE (FRANCE) Conditions tarifaires applicables à la clientèle 1 er février 2013 CREDIT SUISSE (FRANCE) Sommaire Extrait standard des tarifs... 3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte... 4 Ouverture, transformation,

Plus en détail

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers C Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers e feuillet de renseignement porte sur le traitement fiscal des revenus reçus de fonds communs de placement canadiens. Il explique

Plus en détail

Écriture de journal. (Virement de dépense)

Écriture de journal. (Virement de dépense) Écriture de journal (Virement de dépense) SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft version 8.9 Août 2014 TABLES DES MATIERES AVERTISSEMENT... 3 INTRODUCTION... 4 RAISONS JUSTIFIANT LA CRÉATION

Plus en détail

DEFINITION DE REFERENCE DE L OCDE POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS INTERNATIONAUX (PROJET DE RAPPORT AU CONSEIL)

DEFINITION DE REFERENCE DE L OCDE POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS INTERNATIONAUX (PROJET DE RAPPORT AU CONSEIL) ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES, FISCALES ET DES ENTREPRISES DIFFUSION RESTREINTE Paris, réd. : 23 mai 1995 OLIS : 1-Jun-95 dist. : COMITE

Plus en détail