LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE ENTREPRENEURIALE : UN DÉFI DE SOCIÉTÉ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE ENTREPRENEURIALE : UN DÉFI DE SOCIÉTÉ"

Transcription

1 LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE ENTREPRENEURIALE : UN DÉFI DE SOCIÉTÉ Conférence prononcée au Séminaire d automne À l Orangerie du Château de Montmirail, en Champagne Claude RUEL Directeur général Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales (RQÉEE) «L avenir, il ne s agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible.» Antoine de Saint-Exupéry Je vous parlerai d un choix culturel qui, cela peut sembler un peu paradoxal, permet de contrer la pauvreté et de créer plus de richesse, tout en constituant l une des meilleures réponses à la mondialisation de l économie et aux besoins de développement de nos organisations : Le développement de la culture entrepreneuriale. Mais revenons d abord au thème de ce séminaire qui nous réunit : «L entreprise apprenante, l école entreprenante» qui établissait, d entrée de jeu, le tandem «École/Entreprise», en y inversant les modèles traditionnels de «l école apprenante» et de «l entreprise entreprenante», excellent déclencheur pour ouvrir un débat plus large, celui que je considère comme étant un véritable enjeu de société : le développement de la culture entrepreneuriale. Et c est dans le cadre de cet enjeu que se situe mon propos.

2 2 Pour aborder la culture entrepreneuriale, je vais me référer à la pensée et aux travaux d un grand leader de l entrepreneuriat au Québec, mon ami Paul-A.Fortin, considéré chez-nous comme le «Père de l entrepreneuriat». Les études et observations qu il a effectuées au fil des années l ont amené à deux grands constats : 1. Croyant, au départ, que c était le nombre d entrepreneurs et d entreprises qui favorisent l émergence d une culture entrepreneuriale, il a constaté, qu au contraire, c est plutôt la culture entrepreneuriale qui favorise «l envie d entreprendre» ainsi que le nombre d entrepreneurs et d entreprises dans un milieu donné. C est l arbre et le fruit. 2. Son second constat est que cette culture entrepreneuriale a besoin, pour se développer, de l intervention de quatre acteurs majeurs : les leaders politiques, les leaders de l éducation, les leaders socioéconomiques et les leaders des médias. Les leaders politiques doivent donner un signal clair qu il s agit d un choix de société; les leaders de l éducation doivent accompagner et soutenir le développement des valeurs et attitudes entrepreneuriales, dès le début du cheminement scolaire des jeunes; les leaders socioéconomiques doivent, eux aussi, accompagner, soutenir et appuyer les jeunes et les jeunes entrepreneurs qui ont envie d entreprendre, ainsi que l action de l école; les leaders des médias doivent, pour leur part, porter le discours entrepreneurial et le soutenir par tous les moyens dont ils disposent, notamment en mettant en valeur les réalisations d entrepreneurs dans tous les domaines et en présentant des modèles qui viendront influencer le choix des jeunes, appuyés et soutenus par leurs parents.

3 3 Ainsi, Paul-A. Fortin estime que par les actions concertées de ces quatre grands acteurs, une dizaine d années suffit pour développer la culture entrepreneuriale dans un milieu donné. Toutefois, en associant l école au développement des valeurs et attitudes entrepreneuriales, nous remettons en question cette institution qui, depuis ses origines, a comme mission principale la transmission des savoirs. Ainsi, parler «d école entreprenante» est une antinomie, une véritable contradiction dans l esprit d une grande majorité de ses acteurs et dans celui des universités responsables de leur formation. Il est, peut-on affirmer, contre-culturel de parler d entrepreneuriat à l école : les élèves sont là pour apprendre et non pour entreprendre; les enseignants ont pour rôle de leur transmettre des savoirs de tous ordres, comme ils y ont été traditionnellement formés. Quant à l entreprise, elle est par définition «entreprenante», son nom l indique, mais entreprenante en tant qu organisation à travers sa mission et non à travers ses travailleurs qui exécutent généralement les tâches rattachées à leurs multiples fonctions. Et les différents centres de formation du secteur de l éducation ou de la main-d œuvre forment les jeunes et les moins jeunes, les préparant à exercer ces tâches ou ensembles de tâches qui correspondent aux besoins du marché du travail, préparant ainsi les différentes catégories de travailleurs qualifiés. Dans cette même perspective, l entreprise peut devenir «apprenante» dans un souci d adaptation de sa main-d œuvre à ses besoins spécifiques; elle peut aussi, dans un esprit de collaboration à l effort global de qualification de la main-d œuvre dont l État est responsable à travers ses différentes institutions. Mais déjà, lorsque l entreprise devient «apprenante» elle s ouvre à une responsabilité qui ne s inscrit pas au cœur de sa mission propre; dans ce cas, elle doit faire preuve de beaucoup de créativité et de souplesse dans son organisation, ainsi que de générosité à l égard de ses travailleurs et de la communauté.

4 4 Tout cela demeure toutefois dans «une optique de transmission» de «savoirs» et de «savoir-faire» qui s inscrit dans la plus pure tradition de l école, mais cela dans une forme différente, plus appliquée et pragmatique, dans l entreprise que nous qualifions «d entreprise apprenante». L entreprise prolonge et complète ainsi l école en contribuant à une meilleure qualification professionnelle des futurs et actuels travailleurs. Mais il serait possible d aller beaucoup plus loin, c est-à-dire, d imaginer différemment l école et l entreprise et, pour ce faire, d imaginer autrement le rôle des jeunes à l école et celui des travailleurs dans l entreprise. Dans ce nouveau scénario, l école deviendrait «entreprenante et apprenante», mais d abord «entreprenante», les jeunes y étant considérés comme les acteurs premiers de toutes les stratégies les concernant, tout spécialement dans les différents projets qui y sont mis de l avant, autant de réponses à des besoins réels de l entreprise ou du milieu. Dans cette école, les différents intervenants ont compris que les jeunes ont davantage besoin «de réel que de concepts», et ils savent que le réel les conduira aux concepts Quant à l entreprise, dans le prolongement de ce nouveau type d école où les jeunes auront appris à se faire confiance, à être créatifs, autonomes, responsables, leaders, tenaces, etc., à travers les nombreux projets qu ils auront réalisés pendant tout leur parcours scolaire au sens large, elle réalisera sa mission en comptant davantage sur des «intrapreneurs», plutôt que sur des travailleurs ou des exécutants, des «intrapreneurs» qui développeront et feront évoluer ses différentes fonctions dans un contexte favorisant la créativité, l autonomie et l apprentissage continu. Chacun aura compris que les «intrapreneurs» sont de véritables «entrepreneurs», des personnes entreprenantes qui interviennent à l intérieur des organisations privées ou publiques. Ce sont des

5 5 personnes dont le contexte ouvert et stimulant de l organisation aura permis aura permis de «libérer le potentiel entrepreneurial». Un tel changement exige une conception différente de l objet premier de l école : l enfant et l adulte qu il deviendra. C est à Lille, en 2007, où j y présentais le «Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales» que j ai exprimé pour la première fois l idée qui est à la base de toute mon action et de ma pensée en matière d entrepreneuriat à l école. J y paraphrasait alors Jean-Jacques Rousseau qui affirmait «L enfant naît bon, c est la société qui le corrompt.», en affirmant à mon tour ce qui suit : «L enfant naît entreprenant, c est la société, sa famille, l école et son milieu, qui lui fait perdre progressivement cette disposition naturelle» Je n ai cessé, depuis, de reprendre régulièrement cette idée qui rappelle qu il est naturel pour tout être humain d entreprendre, cela très tôt dans sa vie, et que notre avenir collectif en dépend. Ainsi, la famille, l école et la communauté ont la responsabilité, non seulement de ne pas faire perdre très tôt aux jeunes cette disposition naturelle, mais, au contraire, de les aider, dès leur plus tendre enfance, à développer ce précieux potentiel. Louis Jacques Filion, des HÉC Montréal, affirme d ailleurs que : «La principale ressource d une société est le potentiel entrepreneurial de ses citoyennes et de ses citoyens.» Les plus grandes réalisations, dans l histoire de l humanité, ne sontelles pas le fait de femmes et d hommes entreprenants? Elles ont, en effet, été rendues possibles grâce à des femmes et à des hommes qui ont su se faire confiance, être créatifs, responsables, autonomes, leaders et tenaces, autant de valeurs et attitudes qui caractérisaient ces êtres d exception et qui leur ont permis de réaliser leurs rêves les plus fous, où qui semblaient l être pour leur entourage, des valeurs et

6 6 attitudes que nous associons à l entrepreneuriat et qui sont à la base de «l esprit d entreprendre» et de «l esprit d entreprise». Ces femmes et ces hommes ont exercé leurs talents dans tous les secteurs de l activité humaine; ils ont exploré le monde, ils ont fait des découvertes dans les domaines scientifique, médical, musical, littéraire et autres; ils ont dirigé leurs pays et ils ont créé des entreprises, contribuant à l évolution du monde tel que nous le connaissons aujourd hui. C est Guillaume III, dit Guillaume d Orange, roi d Angleterre et d Écosse, qui affirmait : «Il n est pas nécessaire d espérer pour entreprendre, il n est pas nécessaire de réussir pour persévérer, il suffit de croire». Dans ce contexte de mondialisation dans lequel les réseaux sont devenus plus importants que les frontières, sur une planète que les communications ont ramenée à la dimension d un village, ce «Village global» qu annonçait Marshall McLuan, il y a cinquante ans, à l Université canadienne de Toronto, le développement de la culture entrepreneuriale constitue un enjeu majeur. Un véritable impératif. Toutes les organisations ont besoin de femmes et d hommes entreprenants et entrepreneurs, car ces organisations n ont plus seulement besoin de se renouveler : elles ont besoin de se «réinventer» Et que peut faire l école dans un tel contexte, sinon de se réinventer à son tour?... Oui, rien de moins que se réinventer. Cette école que je travaille personnellement et avec toute une équipe «à réinventer», voici comment je la vois. Dans cette école, on «entreprend» avant «d apprendre»; Dans cette école, on «s adresse au coeur avant de s adresser au domaine cognitif»; Dans cette école, on privilégie «l action» à «la passivité»; Dans cette école, on développe prioritairement les «savoir-être» avant les «savoirs» et les «savoir-faire»;

7 7 Dans cette école, les jeunes découvrent «leurs forces», leur «potentiel», et celui des autres; Dans cette école, les jeunes ont des occasions répétées de «se faire confiance» et «d être responsables»; Cette confiance en soi si importante et qu une femme d exception, Sœur Emmanuelle, a travaillé toute sa vie à développer chez les jeunes vivant dans une extrême pauvreté, chez les chiffonniers du Caire, en les invitant à ne laisser personne leur dire qu ils ne sont pas capables, mais qu au contraire, ils sont tous capables de se réaliser, de faire quelque chose de bien de leur vie. Et quel succès elle a obtenu avec une telle approche, transformant un bidon ville en quartier où il fait désormais bon vivre, où règne maintenant l espoir d un avenir meilleur. Dans cette école, les jeunes sont incités à «être créatifs» et «autonomes»; Dans cette école les jeunes découvrent «leur leadership» ainsi que l importance de «la ténacité» dans tout ce qu ils entreprennent; Dans cette école, les jeunes apprennent d abord «à être» ces jeunes qui portent déjà en eux l avenir : celui de leur région et du pays tout entier. Dans cette école, nous rencontrons un personnel de direction possédant une vison stimulante de l école qu il sait partager avec son équipe et toute la communauté; Dans cette école, nous rencontrons un personnel de direction qui sait partager son leadership avec toute son équipe ainsi qu avec les membres de sa communauté. Nous parlons au Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales de «leadership partagé»; un concept que nous avons concrétisé dans une fonction assumée dans l école par des enseignantes et des enseignants et que nous appelons les «leaders

8 8 associés». Ces leaders associés ont comme rôle de prolonger le travail de la direction de l école auprès de leurs pairs, et des parents, en partageant leur pratique dans le développement de projets entrepreneuriaux et des valeurs et attitudes entrepreneuriales et environnementales chez les jeunes. Ils sont, dans leur école, comme «le levain dans la pâte» Je me permets ici d ouvrir une brève parenthèse sur le «leadership partagé» en vous rappelant cette phrase de Molière que plusieurs parmi vous connaissez et qui disait : «Ce qui est extraordinaire avec l amour, c est que contrairement à l argent, plus on en dépense, plus il en reste». Je crois qu il en est de même avec le leadership : plus nous le partageons, plus il nous en reste!... Il s agit donc chez-nous, au Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales, d un concept dont l application s est étendue à des postes de «leaders associés régionaux» : des enseignantes et des enseignants libérés d une partie de leurs tâches qui exercent, au plan d une région, le rôle d animation et de partage qu assume la ou le leader associé(e) dans son école, et cela, avec nos écoles membres. Ce qui fait grandement progresser le développement de la culture entrepreneuriale dans les écoles de notre réseau et assure une présence régionale stimulante pour nos écoles membres. Dans cette école, les enseignantes et les enseignants acceptent de faire une place véritable à leurs élèves, savent les impliquer et les responsabiliser à toutes les étapes de réalisation des projets entrepreneuriaux; ils acceptent de jouer auprès des jeunes le rôle de guides, d animateurs, leur permettant de découvrir ainsi leurs forces, leur potentiel, et celui des autres; leur donnant aussi le «droit à l erreur» Dans cette école, les enseignantes et les enseignants savent partager aussi leur leadership avec les jeunes qu ils accompagnent et guident.

9 9 Dans cette école, toute l équipe adopte ce que nous appelons «une posture entrepreneuriale», c est-à-dire une attitude qui consiste à profiter de toutes les situations qui s offrent à eux pour y associer les jeunes, les responsabiliser, les inviter à trouver des solutions à des problèmes plus ou moins complexes et à les mettre en œuvre. En somme, cette «posture entrepreneuriale» a comme but de développer en toutes circonstances le potentiel entrepreneurial des jeunes qui leurs sont confiés. Dans cette école, «l école a sens plus grand» pour les jeunes et pour leurs parents et les divers projets qui y sont vécus donnent aussi sens et consistance aux différentes disciplines académiques; Dans cette école qui a plus de sens pour eux, les jeunes développent une plus grande motivation, un facteur déterminant de la réussite et de la persévérance scolaire. Dans cette école, les parents et la communauté y sont les bienvenus et sont invités à prêter main forte aux différents projets mis en œuvre par les jeunes. Voilà, à grands traits, comment nous pouvons «réinventer l école», l animer sur une nouvelle base, celle du potentiel entrepreneurial des jeunes, plutôt que sur cette conception traditionnelle d élèves qui ne savent pas et d enseignants qui savent, sur des jeunes qui attendent les réponses fournies par les adultes et qui sont plutôt passifs qu actifs et qui se sentent peu responsables, notamment de leur propre réussite scolaire. Cette école réinventée invite régulièrement les jeunes à fréquenter le «Village de la créativité», qui se trouve à la porte d à côté, afin d y explorer de nouvelles solutions aux problèmes rencontrés et d y réinventer l avenir, leur avenir et le nôtre.

10 10 Cette école préparera un nouveau type de citoyenne et de citoyen, plus confiant en son potentiel et en ses rêves, plus créatif et responsable face aux défis qui l attendent, plus apte à «entreprendre» et à «intraprendre», quelle que soit l organisation ou le secteur d activité dans lequel ils se dirigeront. Je crois que nous réconcilierons ainsi «l entreprise apprenante» et «l école entreprenante», car, dans les deux cas, à l école comme dans l entreprise, l on entreprendra et l on apprendra. En effet, dans l avenir, un avenir très proche dans lequel nous sommes déjà engagés, ce qui distinguera les gagnants des perdants, comme l exprime Camille Carrier de l Université du Québec à Trois-Rivières : «Ce n est pas tant la capacité d accumuler de l information, de plus en plus accessible à tous avec l utilisation massive du Web, que celle d apprendre et d engendrer du savoir à tous les niveaux.» À l école comme dans l entreprise, nous avons besoin de leaders créatifs, car, comme l exprimait Albert Einstein : «La créativité est plus importante que la connaissance, car contrairement à cette dernière, elle est illimitée, car présente partout dans l univers». Nous aurons aussi besoin de femmes et d hommes ayant du leadership et, surtout, qui savent le partager. Voilà les quelques idées que je suis venu partager avec vous dans le cadre de ce séminaire. J ai tenté de vous démontrer qu en ce troisième millénaire, le développement de la culture entrepreneuriale, constitue un enjeu sociétal majeur. J ai, dans ce cadre, évoqué le rôle déterminant de l école, de cette «école réinventée» que je vous ai présentée dans ses différentes dimensions. Une école où les jeunes sont actifs et impliqués dans de nombreux projets qui les rapprochent de la vie, de leur communauté et qui lui donnent un sens nouveau, plus stimulant et motivant pour eux. Une école priorisant le réel et les «savoir-être», tout en ne négligeant pas les autres savoirs; une école qui prépare un nouveau type de citoyennes et de citoyens plus confiants en leur potentiel, capables de rêver, plus créatifs et plus

11 11 entreprenants face aux défis qui se présenteront à eux. Une école qui prépare l avenir car, comme l exprimait si bien Antoine de Saint Exupéry : «L avenir, il ne s agit pas de prévoir mais de rendre possible»... Je vous remercie. C.R. Montmirail, Champagne 3 novembre 2010

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Nous vous proposons de préparer votre prochain entretien avec votre conseiller en répondant aux différentes questions posées dans ce document. Cette réflexion

Plus en détail

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines.

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines. Préface «On m a parfois défini comme un entrepreneur ou un leader culturel. Il est vrai que j aime entreprendre, convaincre, entraîner et diriger. Pour ce qui est du qualificatif culturel, je l assume

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Colloque international. Liberté, Egalité et Connecté

DOSSIER de PRESSE. Colloque international. Liberté, Egalité et Connecté DOSSIER de PRESSE La 10 e édition des Journées du E-Learning Colloque international [Thème] Les valeurs du E-Learning : Liberté, Egalité et Connecté Les Journées du E-learning sont un lieu d échange et

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders LA FORMATION PERMANENTE DES JÉSUITES Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders N ous encourageons

Plus en détail

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur!

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Février 2015 Edito Fraicheur et Terroir : une nouvelle étape! Le dernier édito vous faisait part de l évolution de notre magasin et du manque de place engendré par

Plus en détail

Soutenir les pères. en période de séparation. REGROUPEMENT PROVINCIAL EN SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES HOMMES Premier colloque national - 23 avril 2015

Soutenir les pères. en période de séparation. REGROUPEMENT PROVINCIAL EN SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES HOMMES Premier colloque national - 23 avril 2015 REGROUPEMENT PROVINCIAL EN SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES HOMMES Premier colloque national - 23 avril 2015 Soutenir les pères en période de séparation Présenté par : Patrick Cavalier, intervenant & directeur général

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Monographie de fonction

Monographie de fonction Monographie de fonction Nom de la fonction: Niveau: Grade : Responsable de la section «Titres-services «/IDESS B Gradué spécifique 1. Renseignements généraux Localisation de la fonction Lieu de travail

Plus en détail

mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre des priorités

mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre des priorités Le numérique, permet de mettre en phase l École avec un monde en perpétuel mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet 1. Généralités : Les activités, Les profils, Les motivations 2. Vous 3. L idée, la vision, la mission de l entreprise, la stratégie 4. Le business plan 5. Un outil

Plus en détail

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Au lycée et à l université, (re)trouvez le goût de travailler avec plaisir et efficacité Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55702-2

Plus en détail

«ENTREPRENDRE À L ÉCOLE» POUR LE DÉVELOPPEMENT D UNE CULTURE ENTREPRENEURIALE

«ENTREPRENDRE À L ÉCOLE» POUR LE DÉVELOPPEMENT D UNE CULTURE ENTREPRENEURIALE «ENTREPRENDRE À L ÉCOLE» POUR LE DÉVELOPPEMENT D UNE CULTURE ENTREPRENEURIALE L école Philippe-Labarre est une école du Regroupement 4 de la CSDM dont le projet éducatif est axé sur l entrepreneuriat et

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

Sur ce point, il y a d ailleurs peut-être plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous séparent.

Sur ce point, il y a d ailleurs peut-être plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous séparent. Clôture des Journées Nationales des Parcs Naturels Régionaux de France (Antoine KARAM, Président de Région - Vendredi 15 Octobre 2004) Intervention du Président de Région Antoine KARAM dans le cadre de

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg)

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) «J étais vraiment surpris de gagner le Prix de la réadaptation professionnelle! Ce prix est une bonne chose, il peut

Plus en détail

BIENVENUE À LA FONDATION CANADIENNE DES MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN

BIENVENUE À LA FONDATION CANADIENNE DES MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN BIENVENUE À LA FONDATION CANADIENNE DES MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN Notre mission : Trouver un traitement curatif contre la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse et améliorer la vie des enfants

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement INSTITUT SAINT-JOSEPH & SAINTE- JULIENNE Projet d établissement Par ce projet nous voulons transmettre notre volonté collective d atteindre les objectifs que la Communauté Française a définis dans le cadre

Plus en détail

Mon engagement, ma réussite. GUIDE DU PROMOTEUR 2011-2012. Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264

Mon engagement, ma réussite. GUIDE DU PROMOTEUR 2011-2012. Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264 Mon engagement, ma réussite. GUIDE DU PROMOTEUR 2011-2012 Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264 www.lancement-e.com Un atout pour réussir en affaires! Prenez

Plus en détail

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009)

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Alexandre Paré Direction de l enseignement collégial Contexte et objectif Travaux initiés par la Direction

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Centre de la Pédagogie et de la Formation. Développer ses compétences dans les domaines du commerce et de la vente. 9, rue Colette Besson 32000 Auch

Centre de la Pédagogie et de la Formation. Développer ses compétences dans les domaines du commerce et de la vente. 9, rue Colette Besson 32000 Auch Centre de la Pédagogie et de la Formation Développer ses compétences dans les domaines du commerce et de la vente Centre de la Pédagogie et de la Formation 9, rue Colette Besson 32000 Auch Tél. 06.46.67.37.86

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

1/ Annonce profils acheteur- revendeur

1/ Annonce profils acheteur- revendeur 1/ Annonce profils acheteur- revendeur Vous cherchez à compléter vos revenus à temps choisis avec un partenaire sérieux en intégrant une équipe dynamique? Vous souhaitez travailler à domicile en toute

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Notre ambition : devenir un acteur principal de l immobilier en France, d ici 5 ans!

Notre ambition : devenir un acteur principal de l immobilier en France, d ici 5 ans! LE MOT DU FONDATEUR : Laurent KOEHLER Depuis 2002, les agences KOEHLER IMMOBILIER n ont cessé de prendre des parts de marché dans un contexte concurrentiel toujours plus difficile, et des exigences clients

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR!

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR! PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR! INTRODUCTION : «Il n est pas de vent favorable à celui qui ne sait où il va.» Sénèque Un an avant le terme de notre Plan stratégique 2009-2014, il nous

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane)

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014 L entrepreneuriat féminin Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Introduction Les Midis de l Innovation sont une initiative du Département

Plus en détail

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français.

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Projet de recherche Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Réalisé lors du stage de formation au CIEP, Sèvres du 22 avril au 2 mai 2014 Par Roopa

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Forum de l association des Comptables généraux associés Montréal L allocution prononcée

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Coaching professionnel et life-coaching

Coaching professionnel et life-coaching Coaching professionnel et life-coaching Quelle est l origine de ces termes? Le terme anglais «coach» dérive en fait du mot français «cocher», qui désignait la personne qui conduisait une voiture tirée

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat Document 8 : Concertations synthèse des ateliers 1. Perspectives pédagogiques et éducatives Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Plus en détail

Gestion de la succession

Gestion de la succession Gestion de la succession Concevoir Construire Attirer Préparer la succession, c est préparer la réussite Les membres de Comités de direction et les cadres dirigeants connaissent l importance d une bonne

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Le co-développement. Ou comment apprendre en travaillant

Le co-développement. Ou comment apprendre en travaillant Le co-développement Ou comment apprendre en travaillant Après une formation. Je reviens à mon job et reprends rapidement tous les dossiers mis en attente pendant la formation Je me dis que cela serait

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

ENERGIE PARTAGEE INVESTISSEMENT CANDIDATURES AU CONSEIL DE SURVEILLANCE

ENERGIE PARTAGEE INVESTISSEMENT CANDIDATURES AU CONSEIL DE SURVEILLANCE ENERGIE PARTAGEE INVESTISSEMENT CANDIDATURES AU CONSEIL DE SURVEILLANCE Françoise Réfabert 27 Avenue Duquesne 75007 Paris Paris, le 3 mars 2016 A l attention de M. Vincent Lagalaye, Président du Conseil

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

Blankenberge Le 2 octobre 2013. Intervention de VO @calypso

Blankenberge Le 2 octobre 2013. Intervention de VO @calypso Blankenberge Le 2 octobre 2013 Intervention de VO @calypso Europe, Calypso, la mythologie se rappellent à nous à la fois dans son ode aux voyages, mais également dans la symbolique qui sépare et unie.

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Les douze modules que comporte cette formation en ligne portent d une part sur la démarche dont les différentes étapes sont décrites pas

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

Réalisation de soi. Arts et culture. Communauté

Réalisation de soi. Arts et culture. Communauté R Réalisation de soi É A C S Éducation Arts et culture Communauté Sports et santé LES PROJETS, LES SCÉNARIOS D APPRENTISSAGE ET LES «MICRO-ENTREPRISES» S exécutent et s orientent par l intermédiaire des

Plus en détail

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching Qu est-ce que le coaching? C est l accompagnement de personnes ou d équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement 2 CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement Qui sommes-nous? Le CERI est reconnu pour être le pionnier de la recherche en éducation, ouvrant de nouveaux domaines d exploration

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Lancement du chantier Eurartisanat Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social 22 mai 2015 DISCOURS Seul le prononcé fait foi Monsieur

Plus en détail

«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»

«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la

Plus en détail

Le coin naturo. Lice onzales

Le coin naturo. Lice onzales Le coin naturo bioattitude.nc! A G Lice onzales «! ne plus subir mais vivre pleinement sa vie d a n s l e p o s i t i f e t l expérimentation de tout ce qui nous arrive et de tout ce que l on ressent!»

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

... en opportunités! ... en talents! Zest Développement. accompagne vos changements. transformez vos difficultés... vos différences...

... en opportunités! ... en talents! Zest Développement. accompagne vos changements. transformez vos difficultés... vos différences... Exhausteur de talents Zest Développement accompagne vos changements transformez vos difficultés... &... en opportunités! vos différences...... en talents! ANNE BLANDIN RABILLER Coaching - Hypnothérapie

Plus en détail

REFLEXIONS PERSONNELLES SUR LA FORMATION DE TOUS LES ENSEIGNANTS

REFLEXIONS PERSONNELLES SUR LA FORMATION DE TOUS LES ENSEIGNANTS REFLEXIONS PERSONNELLES SUR LA FORMATION DE TOUS LES ENSEIGNANTS Le grand Archimède se serait écrié, après avoir découvert les propriétés des leviers : «donnez-moi un point d appui et je soulèverai le

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait F. Daniellou MMSH Aix-en-Provence 18 décembre 2012 Dans toute situation de production Certains éléments ont étéanticipés, calculés, intégrés dans

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

les services d emploi en Nouvelle-Écosse

les services d emploi en Nouvelle-Écosse Une nouvelle vision pour les services d emploi en Nouvelle-Écosse En prévision des changements careers.novascotia.ca Aperçu La Nouvelle-Écosse est sur le point de connaître des changements importants en

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

570 idées d activités économiques

570 idées d activités économiques Perspectives et état d avancement Septembre Année scolaire 2013 2013-2014 Juin 2014 570 idées d activités économiques impulsées par 6 800 jeunes + 84 % + 11 % Répartition des 6 800 jeunes impliqués par

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

L intelligence collective et le leadership dans la complexité *

L intelligence collective et le leadership dans la complexité * L intelligence collective et le leadership dans la complexité * Nouveaux enjeux / nouveaux modes de management par Pascale Massios ** "Tout ce que vous faites pour nous, vous le faites pour notre bien

Plus en détail

LE CIRQUE DU BOUT DU MONDE LES ARTS DU CIRQUE

LE CIRQUE DU BOUT DU MONDE LES ARTS DU CIRQUE PROJET PEDAGOGIQUE LE CIRQUE DU BOUT DU MONDE Créée en 1996, l école du Cirque du Bout du Monde située dans le quartier de Moulins à Lille, développe la pratique des Arts du Cirque. A travers des stages

Plus en détail

SenseAcademy. WeTechCare

SenseAcademy. WeTechCare SenseAcademy WeTechCare Du 8 janvier au 3 mars 2016 A Grenoble Apprenez à innover et créez la solution qui va révolutionner l inclusion numérique! Au programme : ateliers pratiques, rencontres inspirantes

Plus en détail

Plan stratégique 2009 2014

Plan stratégique 2009 2014 Plan stratégique 2009 2014 Mission Fournir un endroit sécuritaire et sécurisant où les enfants et les jeunes peuvent découvrir de nouvelles possibilités, surmonter des obstacles, établir des relations

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue 7 L ENTREPRISE NUMERIQUE Prologue Le CIGREF est un réseau de grandes entreprises qui fête en 2010 son quarantième anniversaire. La genèse de sa création démarre en 1967, lorsque Emile Roche, alors Président

Plus en détail

Efficacité en entraînement et en leadership

Efficacité en entraînement et en leadership Efficacité en entraînement et en leadership Résultats d apprentissage Interventions - Rehausser l apprentissage et la performance Développement du groupe et des habiletés Transmettre des explications et

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Premiers résultats présentés par Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard Chaire de recherche sur la jeunesse

Premiers résultats présentés par Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard Chaire de recherche sur la jeunesse Journée «jeunesse, quartier populaires et pratiques participatives» RésO Villes 6 février 2015, Angers «Jeupart : participation formelle et informelle des jeunes» Premiers résultats présentés par Karinne

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Nom :... Date :... ENVOI N 9. Chap. 8 : COMMENT DÉCOUVRIR LA STRATÉGIE D UN INDIVIDU ... ... 1)... 2)... 3)... 4)...

Nom :... Date :... ENVOI N 9. Chap. 8 : COMMENT DÉCOUVRIR LA STRATÉGIE D UN INDIVIDU ... ... 1)... 2)... 3)... 4)... Pierre LASSALLE, Biosynergiste Formateur-Conseil en Développement des Ressources Humaines et Communication 56 rue de la Porte 29200 Brest! 02 98 05 25 50 (Tél et Fax) Nom :... Date :... ENVOI N 9 1. Synthèse

Plus en détail

Mon portefolio de compétences

Mon portefolio de compétences portfolio de compétences 1 Nom prénom de l élève Année Classe Etablissement Mon portefolio de compétences portfolio de compétences 2 Les compétences que je dois avoir acquis en fin de scolarité obligatoire

Plus en détail

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes»

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Charte d Entreprise 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Pour répondre à cet engagement fondamental, notre choix s est porté naturellement vers le recrutement de

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

es services éducatifs

es services éducatifs Les services éducatifs es services éducatifs Il y a une quinzaine d années, le milieu associatif et quelques parents isolés ont lancé le débat sur l intégration en classe ordinaire des élèves handicapés.

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail