L éducation dans les pays de la Zone CEMAC est elle épargnée par la crise financière internationale? Patrick Marie Nga Ndjobo 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L éducation dans les pays de la Zone CEMAC est elle épargnée par la crise financière internationale? Patrick Marie Nga Ndjobo 1"

Transcription

1 L éducation dans les pays de la Zone CEMAC est elle épargnée par la crise financière internationale? Patrick Marie Nga Ndjobo 1 Université de Yaoundé II, Cameroun Résumé Cet article effectue une analyse de l impact de la crise financière mondiale sur l éducation dans les pays de la Zone CEMAC (Communauté Economique et Monétaire des Etats de l Afrique Centrale). Le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad sont les six Etats qui constituent cette communauté économique et monétaire. Ils disposent d un Institut d émission unique : la BEAC (Banque des Etats de l Afrique Centrale) qui est au centre d un système bancaire qui a compté 39 banques au terme de l année Des banques qui «bénéficient» d une relative déconnexion vis-à-vis des marchés financiers mondiaux et d une forte régulation exercée par l autorité monétaire, depuis les restructurations bancaires des années 90. Cependant, la crise financière qui frappe l ensemble des économies du monde ne s est guère limitée à la sphère financière, mais s est étendue à la sphère réelle. De nombreuses dépenses programmées par des Etats ont ainsi été réduites, retardées et même supprimées. Les dépenses relatives à l éducation des individus ont, semble t-il, subies le même sort. Les pays de la Zone CEMAC, comme la plupart des pays du monde, ont redéfini leurs politiques budgétaires. Dans cet article, nous caractérisons l impact de la crise financière internationale sur l éducation des pays de la Zone CEMAC. Nous avons utilisé un modèle de panel à effets fixes, mettant en relation l éducation et le taux de croissance annuel du Produit Intérieur Brut (PIB) sur la période 2000 à 2010 ( et ). Les principaux résultats de nos estimations révèlent que dans ces pays, l effet d une diminution du taux de croissance annuel du PIB sur l éducation serait moindre pendant et après la crise financière internationale qu avant celleci. Toutefois, les dépenses éducatives des ménages de tous les pays de la Sous région pourraient suivre une tendance baissière. Mots clés : Crise financière mondiale, Zone CEMAC, Education, Modèle de panel à effets fixes. JEL Classification: G22; G24 1 Etudiant en Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, Université de Yaoundé II, B.P Yaoundé Cameroun (

2 1. Introduction La crise actuelle serait «sans ambiguïté, la pire crise financière depuis la Grande Dépression» (Greenspan, 2008). Elle est le résultat du blocage du marché du crédit qui est apparue à la suite de la crise des prêts hypothécaires aux Etats-Unis (Krugman, 2008). Cette crise aurait pu rester un problème interne aux Etats-Unis si certains organismes financiers n avaient pas «titrisé» sous la forme de valeurs mobilières aisément négociables, ces prêts hypothécaires et n avaient pas commercialisé dans le monde entier les véhicules d investissement ainsi crées (MBO, ACBP, CDO, etc.). Le système financier international s est ainsi trouvé infecté et affecté. Il a fallu réagir promptement. Le Trésor américain a dû être contraint d élaborer un plan de sauvetage des banques. Des plans de soutien du système bancaire ont également été mis sur pieds par l Union européenne, la Grande Bretagne et le Japon, suivis d une action globale concertée et coordonnée au niveau des différents sommets du G20 dont le dernier en date s est tenu à Pittsburgh aux Etats-Unis. Des plans de relance qui seraient «suffisants» malgré des «limites financières», pour assurer la reprise économique mondiale qui «devrait se produire dans le courant de l année 2010» (Trichet, 2009). L Afrique est restée, quant à elle, quasiment absente de ce concert mondial de plans de relance. Est-ce parce qu elle en est incapable ou parce qu elle serait épargnée des affres de la crise? Rien n est moins sûr. Pour certains, les banques et les systèmes financiers africains sont relativement à l abri des effets néfastes de la crise, notamment grâce à leur déconnexion vis-à-vis des marchés financiers mondiaux et à la forte régulation exercée par l autorité monétaire, depuis les restructurations bancaires des années 90. A court terme, cette thèse pourrait être défendue. A moyen et long terme, il est fort probable que l Afrique soit durement frappée, d autant plus que la crise aurait des conséquences au-delà de la sphère financière. La Zone CEMAC dont les pays regroupent une population globale d environ d habitants, est située dans une région stratégique pour la planète en termes d écosystème. De plus, ses économies dépendent fortement des exportations de matières premières et de produits pétroliers essentiellement libellés en dollar. Seulement, suivant une tendance baissière amorcée depuis l année 2002, la devise américaine a connu au printemps de l année 2008 un niveau record depuis les années 1970 en franchissant la barre symbolique de 1,60 dollar pour un euro. Bien que ce rapport se soit nettement apprécié pour coter en octobre 2008 à environ 1,34 euro pour un dollar, il est évident que la baisse du dollar est un phénomène structurel du fait de l importance du déficit courant des Etats-Unis. Les pays de la Zone ont ainsi assisté, impuissants, à la nette diminution de la valeur de leurs exportations et par conséquent, de leurs ressources et réserves financières. Aussi ont ils été contraints de réduire globalement leurs budgets nationaux. En Zone CEMAC, les Etats sont les principaux fournisseurs des ressources nécessaires à l éducation. Les dépenses éducatives des ménages sont également très importantes. Des plans nationaux d accès à l éducation pour tous ont été préparés dans la plupart des pays avec pour principaux objectifs de favoriser la réalisation d un taux de scolarisation de 100% et la parité fille-garçon. L éducation peut être définit, en termes généraux, en tant qu ensemble des méthodes de formation humaine, ou, de manière plus étroite, en tant que processus survenant dans des institutions spécialisées appelées «écoles» (Gillis, M., Perkins, D. H., Roemer, M., & Snodgrass, D. R., 2004). Elle est le facteur qui joue le plus grand rôle dans le processus d acquisition du capital humain, et constitue indiscutablement la forme essentielle d épanouissement des ressources humaines. L éducation est une activité qui comporte des coûts immédiats, mais des avantages futurs, pécuniaires et non pécuniaires. Elle peut être 1

3 mesurée par des indicateurs tels que le taux de scolarisation, d abandon et de survie scolaire, les dépenses publiques totales allouées à l éducation, etc. De plus, aussi bien la théorie économique que les résultats empiriques suggèrent que l éducation est un facteur essentiel de croissance économique. La crise financière internationale qui frappe l ensemble de l économie mondiale, provoquant ainsi un ralentissement sensible de sa croissance, aurait donc un impact sur l éducation des pays de la Zone CEMAC. Nous avons estimé pour caractériser l impact de la crise financière et économique internationale sur l éducation dans les pays de la Zone CEMAC, un modèle de panel à effets fixes, mettant en relation l éducation et le taux de croissance annuel du Produit Intérieur Brut (PIB) sur la période 2000 à 2010 ( et ). L éducation étant représentée par les dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales. Le reste de l article est organisé comme suit. La section 2 présente le lien entre l éducation et l essor économique en Zone CEMAC. La section 3 présente les principaux mécanismes de transmission de la crise économique et financière internationale à l éducation dans les pays de la Zone CEMAC. La section 4 présente les données, la méthodologie utilisées pour caractériser l impact de la crise sur l éducation dans les pays de cette Sous région et les résultats obtenus à l issue des différentes estimations effectuées. La section 5 discute de ces résultats. La section 6 conclut l article. Enfin, les références bibliographiques et les annexes sont présentées. 2. Education et essor économique en Zone CEMAC La déclaration du Millénaire (ODM) adoptée par les Chefs d Etats et de Gouvernements de la Planète a défini huit (08) objectifs dont le suivi a été lancé par le Secrétaire Général des Nations Unies en Octobre 2002, lors de la campagne sur cette initiative. L objectif numéro 2 étant d ailleurs d «assurer une éducation primaire pour tous» d ici à 2015, à travers notamment l octroi à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d achever un cycle complet d études primaires. En outre, la réflexion sur les modalités d emploi de l éducation pour promouvoir le développement économique met un accent particulier sur la formation intermédiaire et supérieure des actifs impliquant qu une forte priorité doit être donnée à la formation secondaire et supérieure. Toutefois, les études faites pour attribuer l essor économique à l augmentation des facteurs de production laissent toujours dans l ombre un reliquat. Celui-ci s explique, dans une mesure importante, par une élévation qualitative des ressources humaines qui amène les travailleurs à une plus grande productivité. La qualité du travail peut s élever par la formation des enfants ou des adultes ; par l amélioration de la santé et de la nutrition des enfants et des adultes en activité ; par la migration des travailleurs vers des endroits où les possibilités d emploi sont meilleures ; par la diminution de la fécondité. Les études menées sous l égide de la Banque mondiale confirment l idée selon laquelle le développement des ressources humaines influe fortement sur l essor économique 2. Il est donc évident que l investissement dans les ressources humaines contribue à accélérer la croissance économique, en élevant la productivité du travail, en favorisant le renforcement de l investissement matériel et en réduisant le poids des personnes en charge dans la population. Ces contributions au 2 Rapport sur le Développement dans le monde 1980 et les documents de travail qui y sont cités. 2

4 développement apparaissent avec une particulière netteté en matière d éducation. En outre, d après les «nouvelles» théories néo-classiques, la croissance est liée au changement technologique, perçu comme un facteur endogène et séparé au sein du processus de production. Il en résulte que l'éducation favorise la croissance économique du fait de l'augmentation de productivité individuelle qui naît de l'acquisition de compétences et d'attitudes nouvelles, ainsi que de l'accumulation même de savoir. De plus, de nombreuses études empiriques 3 indiquent que les investissements dans l'éducation produisent d'importants bénéfices dans les pays à revenus faibles et moyens. La mesure de la rentabilité de l éducation trouve son essor avec le développement dès les années soixante de la théorie du capital humain, notamment par Schultz (1961), Becker (1964) et Mincer (1974). L hypothèse sur laquelle se fonde cette théorie stipule que les individus ou les gouvernements qui agissent en leur nom, dépensent de l argent en matière d éducation et de santé, et dans d autres services d intérêt général, avant tout pour élever leur productivité et leurs revenus. La finalité n étant pas le plaisir immédiat, mais des avantages futurs, pécuniaires et non pécuniaires. La rentabilité de l éducation apparaît ainsi, aux niveaux tant individuel que collectif. A l évidence les gens croient, dans le monde entier, aux effets bénéfiques de l éducation pour eux-mêmes, pour leurs enfants et pour leurs concitoyens. Les Etats Membres de la CEMAC ne sont pas en reste. En effet, en janvier 2004, les Ministres de l'education de la Zone se sont réunis en République du Cameroun dans le cadre d une Conférence organisée conjointement par le Ministère de l'education du Cameroun et l'unesco. Le thème «Education et Coopération sous-régionale» abordé par les pays participants d alors (le Cameroun, Congo, Gabon, République Centrafrique et Tchad) participait de leur volonté de renforcer leur coopération en vue d'atteindre les objectifs d'éducation tels qu'ils sont préconisés dans la déclaration du Millénaire et le cadre d'action de Dakar pour l'education pour Tous (EPT) qui sont des engagements internationaux auxquels souscrivent les pays d'afrique, notamment à travers la mise en œuvre de la Décennie de l'education en Afrique (DEA). Les principales conclusions de cette Conférence sont toutes allées dans le sens de fournir des efforts pour assurer à tous les citoyens de la CEMAC leur droit fondamental à l'éducation. Des conclusions qui ont été motivées par la situation peu avantageuse de l éducation des Etats de la CEMAC au cours des années précédant les dites assises. Depuis lors, des progrès ont été réalisés. Des plans nationaux d accès à l éducation pour tous ont été préparés dans la plupart des pays. Leurs principaux objectifs sont de favoriser la réalisation d un taux de scolarisation de 100% et la parité fille-garçon. Tous les pays ayant produit des rapports étaient optimistes sur les tendances et estimaient être en mesure d atteindre ces objectifs. Les Etats de la Zone CEMAC sont les principaux fournisseurs des ressources nécessaires à l éducation des enfants. Celles-ci représentaient en 2007 ; 1,3% du PIB (soit 12,0% en pourcentage des dépenses gouvernementales totales) de la République Centrafricaine ; 3,9% (soit 17,0% en pourcentage des dépenses gouvernementales totales) au Cameroun 4. Ces ressources sont en général destinées à la couverture des dépenses dans l enseignement primaire (UNESCO - ISU, 2009). 3 Psacharopoulos & Patrinos (2002) et, Diagne, A., Boccanfuso, D., & Gassama Barry, D. (2003), par exemple. 4 Voir Tableaux 5 et 6 en Annexes pour un récapitulatif des dépenses publiques allouées à l éducation dans la Zone CEMAC. 3

5 Tableau 1. Progression et achèvement dans le système scolaire dans la Zone CEMAC Année scolaire 2007 (sauf mention contraire) Nombre moyen d années d enseignement Taux de redoublants, primaire (%) Taux de survie jusqu en 5 e année (%) Taux brut d accès à la dernière année du primaire (%) Taux de transition du primaire au secondaire (%) Cameroun Congo Gabon Guinée Equatoriale (**, 2008) (**, 2003) (**, 1999) (**, 2000) 9,7 9,3 20 (**) (**) (**) 77 12,7 (**, 2003) République Centrafricaine 8,1 Tchad (**,2005) 6, (**) 27 (**) 22 (**, 2002) (**, 2001) (**,2005) 69 (**, 2003) 48 (**) 63 Source : UNESCO ISU 2009, (**) estimation ISU, ( ) données non disponibles (**) 33 (**) 31 (**, 2005) (**,2006) Ainsi, conformément à la volonté de leurs concitoyens et aussi parce qu ils en attendent la stimulation du développement, les gouvernements des pays de la Zone CEMAC en particulier, consacrent une part substantielle de leurs ressources à la création et au fonctionnement de systèmes éducatifs. Toutefois, un choc interne ou externe affectant leurs économies peut entraîner, tant de leur part que de leurs populations, une perte de perspectives à long terme. Leurs dépenses sur des biens à rendements futurs s en trouveraient ainsi réduites. En conséquence, l'éducation se retrouverait affaiblie Mécanismes de transmission de la crise économique et financière internationale à l éducation des pays de la Zone CEMAC La crise économique et financière actuelle est mondiale et structurelle. Pour les économies les plus vigoureuses, une sortie de crise n est envisagée qu à partir du début du deuxième trimestre de l année 2010 (Trichet, 2009). A l instar des autres pays africains, les économies de la Zone CEMAC ont subi (bien qu avec un léger retard) et continuent d en subir les lourds effets. La déconnexion des systèmes bancaires et financiers africains vis-à-vis des marchés financiers mondiaux et la forte régulation qu y exercent les autorités monétaires, depuis les restructurations bancaires des années 1990, ont mis, dans un premier temps, ceux-ci à l abri des lourds effets directs que connaissent aujourd hui les banques, compagnies d assurance internationales et autres places financières dans le monde. Toutefois, les économies de la Zone CEMAC ne sont pas épargnées. Des effets de la crise sont d ailleurs déjà ressentis par ces économies et le seront certainement encore sur le long terme. De façon spécifique, l éducation dans les pays de la Zone CEMAC subirait des effets indirects de la crise. Ainsi, des deux types d effets pouvant être relevés, à savoir les effets affectant la sphère financière et ceux affectant la sphère réelle, seuls ces derniers influenceraient négativement les dépenses publiques à allouer à l éducation dans la Sous région. En effet, tandis qu au niveau de la sphère financière, va certainement être accentuée dans la Zone, la situation de crédit cher caractérisée par un paradoxe entre la présence d une abondante liquidité bancaire, d une part, et l absence de financement des économies, ainsi que 4

6 le coût excessif du crédit, d autre part ; au niveau de la sphère réelle, la crise aurait des effets indirects qui seront et sont d ailleurs déjà perceptibles à trois principaux niveaux : d abord sur l évolution des cours des matières premières. Constituée, pour l essentiel, de pays producteurs de pétrole (cinq pays pétroliers sur six), la Zone CEMAC est fortement tributaire de ses exportations de matières premières (pétrole, acier, aluminium, fer, bauxite, cuivre, etc.). La crise a provoqué un retournement de tendance observable sur les différents marchés de ces matières premières. Ensuite, la réduction substantielle de l aide extérieure en direction des pays de la CEMAC. En général, l aide est procyclique par rapport aux revenus des pays donateurs. Seulement, les principaux pays donateurs de la Zone sont ceux là même qui paient le plus grand tribut à la crise. Il est donc normal que leurs ressources soient principalement orientées à la sortie de crise de leurs propres économies, bien que l effet d une potentielle baisse de l aide extérieure ne doive pas être surestimé, dans la mesure où celle-ci ne serait que la suite logique de la tendance structurellement baissière de l aide des pays riches vers les pays pauvres. Enfin, les entrées de capitaux étrangers dans la Sous région vont probablement être affectées, et ce, à travers deux principaux facteurs. Le premier concerne la contraction des investissements directs étrangers en direction de la Sous région, du fait soit de la raréfaction des capitaux sur les marchés, soit des besoins en capital qu induiront les différentes politiques de relance. Le second est relatif à la probable révision des plans d expansion d usines ou de développement d investissement dans de nombreux secteurs. L existence de ces différents canaux de transmission des effets négatifs de la crise aurait ainsi un impact négatif sur les ressources des pays de la Sous région et particulièrement sur celles à attribuer à leurs secteurs éducatifs respectifs, d autant plus que la crise provoquerait un ralentissement économique qui serait accentué par la contraction des ressources budgétaires notamment d origine pétrolière et la crise dans les secteurs d activité tournés vers l exportation. Ainsi, le solde budgétaire, base engagements, hors dons (voir Tableau ci dessous), ressortirait déficitaire pour la première fois depuis une décennie, à 2,1% du PIB, contre +10,2% en 2008, résultant d une contraction de près de 7 points du PIB, des recettes budgétaires (24,5% du PIB en 2009 contre 31,7% du PIB en 2008) accentuée par une progression des dépenses publiques (de 21,5% du PIB à 26,6% du PIB en 2009). Le Congo serait le seul pays de la Sous région à enregistrer un excédent budgétaire, bien qu en fort recul, au terme de cet exercice budgétaire (BEAC, 2009). Tableau 2. Evolution du solde budgétaire, base engagements (hors dons) (en pourcentage du PIB) Années Pays Estim Prév. Cameroun 2,1 4,6 5,1 4,6 4,1 1,7 République Centrafricaine 5,6 8,6 4,5 3,0 2,8 4,1 Congo 4,4 16,8 17,4 8,9 19,6 4,0 Gabon 7,5 9,2 9,0 8,5 10,0 0,5 Guinée Equatoriale 11,4 20,9 25,7 20,9 19,4 1,2 Tchad 10,7 4,7 0,6 1,4 3,2 14,4 CEMAC 3,2 8,2 10,2 8,2 10,2 2,1 Source : BEAC, Administrations Nationales 5

7 Dans l ensemble, on noterait en 2009, une baisse de 42,3% des recettes budgétaires qui reviendraient de ,5 milliards en 2008 à 6 205,7 milliards en 2009, notamment une réduction de plus de la moitié des ressources budgétaires d origine pétrolière (-60,8% à 3 075,1 milliards) imputable à la baisse marquée des prix du baril de pétrole brut sur les marchés internationaux. Quant aux dépenses budgétaires, on noterait une baisse de 7,3%, à milliards, sous l impact essentiellement d une forte réduction des dépenses d investissement des Etats. Les dépenses courantes replieraient, pour leur part, de 7,2% à 3 951,1 milliards sous l effet notamment d une baisse des dépenses de biens et services (-8,6% à 1 167,6 milliards) imputable à l amélioration de la programmation des dépenses publiques et aux actions qui seraient mises en œuvre pour lutter contre la surfacturation, développer la mise en place d une mercuriale et favoriser la création d une Centrale d achats. Le recul des dépenses de transferts et subventions (-15,9% à 1 176, 7 milliards), traduirait les efforts engagés dans la plupart des pays pour limiter le niveau des subventions implicites aux prix des carburants et aux entreprises publiques (BEAC, 2009). La crise causerait ainsi de grands préjudices aux économies de la Zone CEMAC. Préjudices qui se traduiraient aujourd hui par le recul observé des performances macroéconomiques des pays de cette Sous région, et notamment dans le secteur de l éducation dont les principaux indicateurs resteraient encore en deçà des espérances. Nous évaluons dans la suite, la relation entre l éducation et le taux de croissance du PIB pour les différents pays de la Zone CEMAC et pour la période allant de 2000 à 2010, dans le but de caractériser l impact de la crise sur l éducation des pays de cette Sous région. 4. Données, Méthodologie et Résultats Les données utilisées relatives à l éducation sont celles de l Institut de Statistique de l Unesco (ISU). Ces données publiées en 2009 fournissent des informations générales sur les pays (population totale, taux de mortalité infantile, espérance de vie à la naissance, etc.) et spécifiques sur la participation dans l enseignement (pourcentage d enfants scolarisés représentés par les taux bruts et nets de scolarisation à tous les niveaux d éducation), sur la progression et sur l achèvement dans le système scolaire (nombre moyen d années d enseignement, taux de survie jusqu en 5 e année, etc.), sur le taux d alphabétisme et sur les ressources pour l éducation (dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage du PIB, en pourcentage du PNB et en pourcentage des dépenses gouvernementales totales). Les dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales sont celles que nous avons utilisé pour caractériser l impact de la crise sur l éducation des pays de la Zone CEMAC 5. Le tableau 6 (en annexe) présente ainsi les données des années 2000 à 2010 disponibles et générées 6 de l indicateur de l éducation tel que nous l avons défini. De plus, pour capter l impact de la crise, nous avons jugé utile de recourir, pour nos estimations, aux taux de croissance du PIB des différents pays de la Zone CEMAC 7 dont les données y relatives sont issues du World Development Indicators database 5 Le choix de cet indicateur de l éducation est caractérisé par le fait qu il permet de mesurer, plus que les autres, les efforts consentis par les Gouvernements dans le secteur de l éducation. De plus, dans le cadre de cet article, il nous permet, de manière plus adéquate, de capter l impact de la crise sur les ressources générales des pays de la Zone CEMAC de par celles allouées à l éducation. 6 Voir procédure de détermination en Annexe (Tableaux 3 à 6). 7 A la suite de Friedman, J. & Schady, N. (2009). 6

8 (Banque Mondiale, Avril 2009) et des bases de données du Département Afrique (FMI, Octobre 2009) et des Perspectives de l économie mondiale (FMI, Octobre 2009) 8. Ces bases de données fournissent, en plus des précédents indicateurs, des informations globales et spécifiques sur les différents pays affiliés à ces Institutions. Aussi avons-nous des informations à la fois sur la situation de la population, de l environnement, de l économie, de l état des marchés, etc. d un grand nombre de pays. Ainsi, les estimateurs de la relation entre l éducation et le PIB pour la Zone CEMAC ont nécessité que nous utilisions l approche de base prenant en compte les données issues des différentes bases précédemment citées et nous avons supposé que les effets temporels sont inexistants. La forme du modèle est la suivante 9 : Educpt = α p + β log PIBpt +ε pt (1) où Educ pt est un indicateur de l éducation qui représente les dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales pour les pays de la Sous région et pour la période considérée ; α p est un panier d effets fixes 10 des pays de la Zone CEMAC ; log PIBpt est le logarithme naturel du taux de croissance annuel du PIB ; et ε pt est le terme d erreur de la régression. Dans les pays de la Sous région, le financement de l économie (et par conséquent de l éducation) étant propre à chaque Etat ; et les priorités des Etats dépendant de la discrétion de chaque gouvernement, une potentielle hétéroscédasticité est détectable dans notre modèle. Nous corrigeons cette hétéroscédasticité potentielle des perturbations par la méthode de White 11. Le modèle ci-dessus a été estimé compte tenu de deux sous périodes. Une première estimation a consisté à estimé ce modèle pour la période , dans le but d évaluer la relation entre l éducation et le PIB avant le déclenchement de la crise financière internationale ; et une seconde estimation relative à la période couverte par la crise ( ) 12. L analyse comparée des estimateurs de cette relation pour les deux sous périodes nous a permis de caractériser l impact de la crise sur l éducation des pays de la Sous région CEMAC. Les principaux résultats issus de nos estimations sont reportés dans le tableau 8 (en annexe). Ils révèlent que la relation entre l éducation et le taux de croissance du PIB est significative dans la Sous région CEMAC, quelle que soit la période considérée. Spécifiquement, ses estimateurs permettent de conclure qu une réduction de un pour cent du taux de croissance annuel du PIB est associée à une diminution de 0,77 pour cent des dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales pour la période Par contre, pour la période , une réduction de un pour cent du taux de croissance annuel du PIB est associée à une diminution de 0,41 pour cent des dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales. L effet d une diminution du taux de croissance annuel du PIB sur 8 Voir Tableau 7 en Annexe. 9 A la suite de Friedman, J. & Schady, N. (2009). 10 Nous effectuons un test de Hausman dont la probabilité (Prob>chi2 = ) est inférieure à 10% ce qui nous permet de conclure ici que le modèle à effets fixes est préférable au modèle à effets aléatoires (voir Tableau 9 en annexe). 11 Voir tableau 10 en annexe 12 Le déclenchement de la crise du segment «subprime» du crédit immobilier aux Etats-Unis est intervenu à partir du second semestre de l année

9 l éducation serait donc moindre pendant et après la crise financière internationale qu avant celle-ci, dans les pays de la Zone CEMAC. En outre, la valeur moyenne des dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales dans la Sous région est de α p = 10,91 pendant la période et de α p = 12,19 pendant la période Ce qui confirme les résultats préalablement obtenus, démontrant que malgré la crise financière, les gouvernements des pays de la Zone CEMAC consacrent une part plus importante de leur budget au financement de l éducation pendant et après la crise qu avant celle-ci. De plus, il convient d observer que la valeur moyenne pondérée des dépenses publiques totales pour l éducation en pourcentage des dépenses gouvernementales totales sur toute la période ( ) 14 est inférieure aux valeurs moyennes respectives des deux sous périodes ( et ). Cette situation traduirait le fait que les pays de cette Sous région auraient pris la mesure de la crise et de la place prépondérante à accorder à l éducation. Cela pourrait se justifier par le type de politiques économiques (budgétaires, en particulier) mises en œuvre dans ces pays pour faire face à la crise financière. 5. Discussion L importance de l éducation et l ampleur des sommes dépensées pour l acquérir peuvent être expliquées par trois principales raisons : en premier lieu, la demande populaire d éducation et, en particulier, de scolarisation est énorme dans pratiquement tous les pays, tant en développement que développés. En second lieu, la corrélation étroite entre la formation et les revenus, aux niveaux tant individuel que collectif. La troisième raison étant que l éducation constitue un poste majeur dans les budgets des foyers et des pays. Les pays de la Zone CEMAC consacrent habituellement une part substantielle de leurs ressources à la création et au fonctionnement de systèmes éducatifs. Cependant, leur forte dépendance au comportement de l activité pétrolière entraînerait à la suite de la crise économique et financière mondiale, une forte contraction de leurs ressources budgétaires qui subiraient une baisse de 42,3% par rapport à l année Cette réduction conséquente des recettes aurait des effets négatifs sur les budgets nationaux, effets qui seraient néanmoins de moindre importance sur les budgets relatifs à l éducation. En temps de crise en général, les gouvernements et les ménages perdent leurs perspectives à long terme et s'efforcent de réduire leurs dépenses en produits qui n ont pas de rendements immédiats. S agissant de l éducation, l immédiateté concerne uniquement les coûts, les avantages étant, en général, futurs. En conséquence, l éducation se retrouve affaiblie. Toutefois, en Zone CEMAC, la situation varie selon les contextes nationaux. En effet, seule la Guinée Equatoriale baisserait ses dépenses en capital du secteur public (de 36,8%) 15. Dans les autres pays par contre, ces dépenses s accroîtraient. Si en Guinée Equatoriale, des craintes pourraient exister quant à une réduction, un report ou une suppression éventuels de programmes de construction ou d extension d infrastructures 13 Voir Tableau 8 en annexe 14 Voir Tableau 6 en annexe 15 Conjoncture Economique et Financière des Etats Membres de la CEMAC en 2008 et Perspectives pour l année 2009 (BEAC, 2009). 8

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Tendances récentes en matière de finances publiques

Tendances récentes en matière de finances publiques Tendances récentes en matière de finances publiques Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 Les volants budgétaires se sont

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

SOMMAIRE. vii. REMERCIEMENTS... iii. LISTE DES SIGLES... v. LISTE DES TABLEAUX... ix. LISTE DES DIAGRAMMES... x. LISTE DES FIGURES...

SOMMAIRE. vii. REMERCIEMENTS... iii. LISTE DES SIGLES... v. LISTE DES TABLEAUX... ix. LISTE DES DIAGRAMMES... x. LISTE DES FIGURES... Sommaire SOMMAIRE REMERCIEMENTS... iii LISTE DES SIGLES... v LISTE DES TABLEAUX... ix LISTE DES DIAGRAMMES... x LISTE DES FIGURES... xii LISTE DES ENCADRÉS... xii PRÉFACE... xiii AVANT-PROPOS... xv BUDGÉTISER

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

L économie canadienne à l approche de l an 2000

L économie canadienne à l approche de l an 2000 Allocution prononcée par Gordon Thiessen gouverneur de la Banque du Canada devant la Chambre de commerce de Regina Regina (Saskatchewan) le 23 septembre 1999 L économie canadienne à l approche de l an

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail