La télévision, telle que la connaissons, est-elle morte?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La télévision, telle que la connaissons, est-elle morte?"

Transcription

1 La télévision, telle que la connaissons, est-elle morte? Laurent BINET Dimitri GELINEAU

2 Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement M. Le Professeur Dominique Roux, pour ses précieux conseils tout au long de l année, ainsi que M. Laurent Sorbier pour sa forte implication dans l organisation des Soirées Numériques de Dauphine Ce travail universitaire n exprime que des opinions personnelles et n engage que ses auteurs. 2

3 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES... 3 INTRODUCTION... 5 CHAPITRE PREMIER : LES NOUVEAUX MODES DE CONSOMMATION DE LA TELEVISION SECTION 1 : LA TELEVISION NUMERIQUE A- La Télévision Numérique Terrestre B - Le passage au tout numérique C- La haute définition SECTION 2 : LES USAGES DELINEARISES A- Les plates-formes de partage B - La «Catch-up TV» C - Les Web TV SECTION 3 : LES USAGES EN SITUATION DE MOBILITE CHAPITRE SECOND : LES NOUVEAUX MODELES ECONOMIQUES DE LA TELEVISION SECTION 1 : UN MODELE ECONOMIQUE REPOSANT SUR LA PUBLICITE A - Quel modèle économique pour les chaînes publiques? SECTION 2 : LA DIVERSIFICATION DES MODES DE DIFFUSION A- La vidéo à la demande, ou VOD (Video On Demand) B - La Catch-up TV C - La Télévision Mobile Personnelle CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE Monographies Etudes Rapports publics Rapport de la Commission pour la nouvelle télévision publique, juin Sites internet Presse ANNEXES Annexe 1 : programme et affiche de la conférence «La culture peut-elle être gratuite?» Annexe 2 : programme et affiche de la conférence du 28 mai Annexe 3 : présentation Médiamétrie lors de la conférence du 28 mai Annexe 4 : photos de la conférence du 28 mai Annexe 5 : Extrait du Médiamat Septembre 2008 sur la durée moyenne d écoute par individu Annexe 6 : Extrait étude CNC - Nouveaux moyens d accès et multiplication des écrans

4 4

5 INTRODUCTION Le 28 mai dernier, les étudiants du Master 226 «Gestion des télécommunications et des nouveaux médias» ont organisé, sous la direction de Monsieur Laurent Sorbier, maître de conférences associé à l Université Paris-Dauphine et conseiller référendaire à la Cour des comptes, leur seconde conférence de l année 1, dans le cadre des Soirées Numériques de Dauphine, sur le thème «La télévision, telle que nous la connaissons, est-elle morte?» 2. Ce sujet quelque peu provocateur a permis de réunir dans la salle Raymond Aron de l Université près de 300 personnes venues écouter les interventions de journalistes, d enseignants de Dauphine et de Paris-1, mais aussi les dirigeants de chaînes de télévision et d opérateurs télécoms, ainsi que le Président de Médiamétrie. La conférence s est ouverte sur un discours de MM. Laurent Bastch, Dominique Roux et Michel Boyon, respectivement Président de l Université, Directeur du Master 226 et Président du Conseil supérieur de l audiovisuel. Se sont ainsi exprimés : - M. Bruno Chetaille, Président de Médiamétrie, pour une présentation des nouveaux modes de consommation de la télévision 3, - A l occasion de la première table ronde : MM. John Paul Lepers, Directeur de l'information de LaTéléLibre.fr, Maxime Lombardini, Directeur général d'iliad, Bernard Spitz, Maître de conférences en économie des médias à l'université Paris 1 1 La première conférence organisée par les étudiants du Master 226, conjointement avec les membres de l association des anciens du master (le «Rezo226») avait pour thème «La culture peut-elle être gratuite?» - Annexe 1 : affiche et programme de la conférence. 2 Annexe 2 : affiche et programme de la conférence du 28 mai Annexe 3 5

6 Panthéon-Sorbonne, Alain Weill, Président Directeur général du groupe NextRadio TV, - A l occasion de la seconde table ronde : MM. Frédéric Bellier, Senior Vice-president Global Media Sales de Dailymotion, François Mariet, Professeur à l'université Paris- Dauphine, Président du Conseil Scientifique de l'irep et Directeur associé de tartup Avenue,, Jean-Christophe Thiery, Directeur général de Direct 8, Thomas Valentin, Vice-président du Directoire et Directeur Général des antennes et des contenus du groupe M6 4 - M. Bruno Retailleau, Sénateur de la Vendée, Président de la Commission du dividende numérique 5. Cette conférence, animée par les consultants du cabinet BearingPoint, partenaire de l évènement, a permis de faire le point sur l avenir de la télévision, en faisant dialoguer les acteurs de ce marché d un état des lieux et d une évocation des scénarios d évolution, à l occasion de deux tables rondes : «Quels seront les nouveaux modes de consommation de la télévision de demain?» et «Quels seront les nouveaux modèles économiques de la télévision?». Il ne s agissait en aucun cas d affirmer que la télévision, en tant que média, était sur le point de disparaître, de même que l ouvrage de réflexion publié en 2006 par le sociologue Jean- Louis Missika, «La fin de la télévision», ne traitait pas de la disparition de la télévision mais 4 Annexe 4 : photos de la conférence du 28 mai

7 bien de ses évolutions 6. Aucun des intervenants présents lors de la conférence n a d ailleurs laissé entendre que la consommation de médias, et notamment de télévision, était en déclin. Ainsi, selon une étude de Médiamétrie 7, les personnes vivant en France sont de plus en plus nombreuses à être en contact avec les médias et les loisirs numériques. Les médias touchent toujours aussi massivement nos concitoyens : près de 9 sur 10 (89,2%) sont en contact avec la télévision en moyenne sur une journée de semaine, près de 8 sur 10 (79,3%) avec la radio et 77,7% avec la presse. Plus du quart des individus vivant en France (28,1%) étaient en contact avec Internet en 2006 ; ils sont 41% en janvier-février De même en 2006, moins d un Français sur deux (47,6%) pratiquait au moins un loisir numérique tels que la musique, les jeux vidéo, la vidéo ou le téléphone mobile, ils sont désormais 6 sur 10 (60,1%). En revanche, il n est pas contestable que la multiplication de nouveaux canaux de diffusion des contenus (internet, télévision mobile personnelle), la diffusion massive de terminaux chaque jour plus convergents, mais aussi la généralisation des accès à internet haut débit et très haut débit (de l ADSL à la fibre optique en passant par la 3G et le WiMax) bouleversent la diffusion des contenus audiovisuels et permettent l avènement d une consommation délinéarisée, mobile ou encore à la demande. Ainsi, selon l étude de novembre 2007 du Centre National de la Cinématographie intitulée «Les nouvelles formes de consommation des images : TNT, TVIP, VOD, sites de partage, piraterie», la modernisation des téléviseurs s accompagne d une prolifération des écrans, qui peuvent s adapter à toutes les circonstances et les espace-temps de l usager : écran de l ordinateur (fixe et portable), écrans nomades (lecteurs DVD portables, écrans embarqués dans la voiture, baladeurs, mobiles, etc.). Parallèlement, de nouveaux canaux ou moyens 6 MISSIKA J.-L., 2006, La fin de la télévision, Seuil, République des Idées 7 Etude Media In Life de Médiamétrie, juillet

8 d accès sont apparus à coté des moyens traditionnels : TNT, télévision par ADSL, VOD, streaming, téléchargement, enregistrement numérique, 3G, etc. Ces nouveaux canaux sont souvent disponibles sur plusieurs écrans. Par exemple, la TNT peut être regardée sur la télévision, mais aussi sur l ordinateur à l aide d une clé USB TNT. La VOD peut être regardée à la fois sur Internet ou par l intermédiaire de la «box TV». Cette prolifération des moyens d accès a une conséquence directe sur la gestion du temps des individus. Autrefois à un instant «t», un individu avait un choix limité de contenus à regarder et était plutôt passif face à son écran de télévision. Aujourd hui, il a une multitude de choix aussi bien en termes d écrans que de contenus. Il est beaucoup moins tributaire de l agenda télévisuel et doit arbitrer entre une série de possibilités 8. Autant d innovations qui peuvent conduire les téléspectateurs à modifier leurs comportements de consommation des contenus audiovisuels. La télévision fédère : toujours selon Médiamétrie, 98% des personnes vivant en France regardent des programmes TV, désormais de plus en plus disponibles «à la carte». Ainsi, si chaque Français consacre aujourd'hui en moyenne plus de 3 heures par jour à regarder la télévision 9, cette télévision est désormais visible, outre sur le téléviseur de salon, également sur une multitude d écrans, ainsi qu évoqué supra. De nouveaux modes de consommation apparaissent, notamment auprès des jeunes consommateurs. Ainsi selon Médiamétrie, société spécialisée sur la mesure d audience, la France compte de plus en plus de mobinautes : entre janvier et mars 2008, 11,3 millions de personnes âgées de 11 ans et plus s étaient connectées à l Internet mobile au cours du dernier 8 Voir Annexe 6 9 Extrait de l étude Médiamat Septembre 2008 de Médiamétrie Annexe 5 8

9 mois, soit personnes de plus qu à la même période en 2007, pour des usages en partie liés à la télévision 10. M. Paul Champsaur, Président de l'arcep, a récemment déclaré «les services des communications mobiles s'apprêtent à suivre la même transition que les services fixes vers l'accès à haut, voire à très haut débit. Le triple play a drainé une croissance sans précédent 11». On peut néanmoins légitimement se demander si, à quelques mois du lancement en France de la télévision mobile personnelle, des contenus personnalisés, délinéarisés, interactifs, autoproduits, visibles chez soi, au bureau, ou dans les transports, auront le même effet de levier que le triple play, même s il ne fait guère de doutes que le passage d une TV mobile diffusée en broadcast plutôt qu en streaming devrait révolutionner les usages, amenant le passage d un marché de niche à un marché de masse. Au même moment, une nouvelle génération d éditeurs et de téléspectateurs s engage dans l aventure de la télévision 2.0 caractérisée par l interactivité et le user generated content. En effet, à côté du modèle des web tv, les sites communautaires deviennent de nouvelles plateformes de distribution des médias traditionnels et un medium permettant aux téléspectateurs de composer leurs propres programmes. D analogique, la télévision est devenue numérique, permettant une diffusion en haute définition et l émergence de nouvelles chaînes nationales comme locales venant multiplier l offre de programmes tout en libérant des fréquences, dont l affectation future constitue un enjeu tant pour les opérateurs télécoms que pour les acteurs du monde des médias. 10 Etude Panel de Mobinautes réalisée par Médiamétrie et la Mobile Marketing Association France, juillet Intervention de Paul Champsaur lors du colloque NPA Le Figaro, le 4 juin 2008 «Médias numériques en 2008 : transition ou big bang?» 9

10 Les chaînes historiques sont confrontées à ce qui pourrait annoncer un émiettement de leur audience et le recul éventuel de leurs recettes publicitaires. Amenées à diversifier leur modèle économique, elles se retrouvent non seulement en concurrence avec les opérateurs issus du monde des télécommunications, qui se lancent à leur tour dans l acquisition de contenus audiovisuels, mais également avec les acteurs du monde de l Internet. Dans ce contexte, la question de l accès aux contenus et de leur diffusion exclusive se pose avec une acuité nouvelle. Se pose également la question de la mesure d audience sur ces nouveaux canaux de diffusion et de la monétisation de cette nouvelle audience. Par ailleurs, le rapport remis au Président de la République le 25 juin 2008 par la Commission pour une Nouvelle Télévision Publique 12, installée suite à l annonce de la suppression de la publicité sur les chaînes du groupe France Télévision soulève la question de l équilibre économique des chaînes traditionnelles. Jamais sans doute les interrogations sur la viabilité de la télévision telle que nous la connaissons n ont été aussi fortes et nombreuses. Nous nous attacherons à illustrer dans une première partie les nouveaux modes de consommation de la télévision permis notamment par le passage d une télévision analogique à une télévision numérique, par le fort développement d usages de consommation délinéarisés, ainsi que par la possibilité d usages en situation de mobilité. Dans une seconde partie, nous tenterons de mettre en lumière les nouveaux modèles économiques possibles pour la télévision, du fait de la remise en cause d un modèle économique qui était jusqu à aujourd hui, pour les chaînes privées et dans une moindre mesure pour les chaînes du service public, construit sur les revenus publicitaires. Les chaînes

11 de télévision réinventent leur modèle économique, en diversifiant notamment les modes de diffusion de leurs contenus. Les citations insérées tout au long de ce mémoire, ainsi que les photos mises en annexe, sont extraites de l enregistrement vidéo réalisé lors de la conférence par Dimitri Gélineau. Le mémoire est-lui-même organisé en deux parties, en cohérence avec les deux tables rondes de la conférence. 11

12 CHAPITRE PREMIER : LES NOUVEAUX MODES DE CONSOMMATION DE LA TELEVISION Le passage de l analogique au numérique (Section 1), outre qu il permet comme évoqué supra une diffusion des programmes en haute définition, est également synonyme pour de nombreux téléspectateurs d augmentation sensible de l offre de programmes audiovisuels. En effet, la multiplication des chaînes de télévision sur la télévision numérique terrestre, ou TNT, nationales comme locales, vient compléter la profusion d offres désormais proposées par les opérateurs télécoms à leurs abonnés éligibles aux offres de télévision sur IP, ou TVIP. La numérisation multiplie les canaux de diffusion possibles des contenus audiovisuels et permet de nouveaux usages délinéarisés, qui viennent s opposer au modèle traditionnel de diffusion linéaire et non interactive de la télévision traditionnelle (Section 2). Enfin, la consommation des programmes de télévision permet de s affranchir du poste de télévision traditionnel et du confortable canapé dans lequel le téléspectateur a, depuis des décennies, été cantonné. En effet, le développement de la consommation des contenus audiovisuels en situation de nomadisme dans un premier temps, mais très bientôt en situation de mobilité (Section 3), représente une opportunité en termes d extension d audience. La spécificité de ces nouveaux usages est de tout à la fois intéresser les protagonistes de la télévision qui y voient une démultiplication de l exposition de ses contenus et les inquiéter, ces nouveaux usages fragilisant par leurs capacités à être user centric (littéralement «centré sur l utilisateur»). 12

13 Source : CNC, étude «Les nouvelles formes de consommation des images : TNT, TVIP, VOD, sites de partage, piraterie» Selon l étude du CNC, ces nouveaux comportements et attitudes tendent vers l attente idéale d une télévision entièrement à la carte pour tous les programmes de stock, qui seront à la demande du consommateur. En effet, les programmes de stock peuvent aujourd hui être vus au moment choisi (PVR, Web) et en dehors des horaires proposés par la télévision. Après avoir été «désossée» de ses fonctionnalités traditionnelles, la télévision se recentre sur plusieurs fonctions essentielles : - le confort du visionnage, - la fonction d aide au choix : suggestion de programmes et fonction de «teaser» pour des programmes, - «grands rituels» télévisés à portée familiale, en particulier l information, le direct et les jeux (sport, info en continu et journaux télévisés, magazines ayant un lien fort avec l actualité, télé-réalité et jeux). 13

14 SECTION 1 : LA TELEVISION NUMERIQUE A- La Télévision Numérique Terrestre La télévision numérique terrestre (ci-après TNT), lancée le 31 mars 2005, a vocation à s adresser principalement aux deux tiers des Français qui dépendent de la diffusion hertzienne pour la réception de la télévision. En effet, ceux-ci n ont accès en analogique, grâce à l antenne «râteau», qu à un maximum de six chaînes nationales. La TNT permet à ces foyers d accéder à une offre numérique avec les bénéfices qui y sont attachés : davantage de programmes et une meilleure qualité d image et de son. En outre, et pour la première fois depuis 1986, la TNT a permis l apparition de nouvelles chaînes gratuites, avec 14 chaînes gratuites depuis le 31 mars 2005, et 18 depuis novembre Cette offre a été enrichie par des chaînes locales et est désormais complétée par des services en haute définition. La TNT propose également, en complément, 11 chaînes payantes. La TNT est une technologie qui a vocation à se substituer à la diffusion analogique dont la fin a été fixée par la loi n du 5 mars 2007 au 30 novembre En effet, dans la plupart des cas, un simple adaptateur suffit pour accéder à l offre gratuite à l aide de la classique antenne «râteau». En outre, tous les téléviseurs mis en vente en France sont, depuis le 5 mars 2008, obligatoirement munis d un adaptateur TNT intégré. La télévision numérique terrestre s inscrit dans le mouvement général de numérisation des technologies de l information et de la communication. Elle vient compléter l offre numérique 14

15 offerte par le satellite, le câble et maintenant l ADSL. La fin de la diffusion analogique libérera des ressources en fréquences pour de nouveaux services ou de nouveaux usages. Selon le CSA, la réception numérique progresse fortement en France. Ainsi, environ 14,6 millions de foyers (57,8% des foyers équipés de téléviseurs) reçoivent désormais la télévision numérique sur au moins un poste, soit une augmentation de 18,1 points en un an. 7,6 millions de foyers (29,9%) reçoivent la télévision numérique sur tous leurs postes, soit +11,1 points en un an. Environ 8 millions de foyers (31,7%) sont désormais équipés d au moins un adaptateur TNT externe ou intégré (soit +15,6 points en un an). Le satellite numérique et l ADSL sont les autres accès numériques les plus utilisés par les foyers français métropolitains. Conséquence de la progression de la réception numérique, la réception analogique régresse : 17,7 millions de foyers (70,1%) utilisent un accès analogique sur au moins un de leurs postes, soit -11,1 points en un an. Seuls 7,3 millions de foyers (29,1%) ne reçoivent la télévision que par la diffusion hertzienne analogique terrestre, soit -3,6 points en un an 13. Plus de trois ans après son lancement, force est de constater que la TNT remporte un succès croissant et continue de bouleverser les parts de marché des différentes chaînes 14. Aux côtés des chaînes publiques (Groupe France Télévisions et groupe ARTE) et de celles des groupes éditeurs des trois chaînes privées hertziennes existantes (TF1, M6 et Canal+), l offre de la télévision numérique terrestre (TNT) comporte des chaînes de groupes (AB, Bolloré, Lagardère, NRJ, Nextradio) qui n étaient pas présents dans la télévision ou uniquement sur le câble et le satellite. 13 Observatoire de l équipement des foyers pour la réception de la TV numérique 1 er semestre 2008 (CSA / Comité Stratégique pour le Numérique / Direction du Développement des Médias / GIP France Télé Numérique) 14 Extrait de l étude Médiamat Septembre 2008 de Médiamétrie Annexe 7 15

16 L apparition de ces nouvelles chaînes bouleverse la répartition des parts de marché entre chaînes de télévision. Ainsi, si TF1 reste la première chaîne de télévision en termes d audience, il n en reste pas moins qu elle a connu une baisse sensible, passant de plus de 30% à 27% aujourd hui en moyenne. M6 et les chaînes du service public sont, quant à elles, les premières victimes de cette captation de l audience par ce qu on appelle désormais les «nouvelles chaînes» de la TNT. Si ces dernières réussissent en effet à capter de l audience (jusqu à 10% de part de marché en moyenne, toutes chaînes réunies), c est avant tout parce qu elles répondent à une demande des téléspectateurs vers plus de thématiques. Face aux grilles standardisées des chaînes historiques, les petites nouvelles réussissent à se faire une place, grâce, en partie, à leur audace en matière de programmation. Même si les chaînes de la TNT qui s en sortent le mieux copient les recettes éprouvées des grandes chaînes Ainsi, concernant Direct 8, la chaîne du groupe Bolloré avec le football et les divertissements. La chaîne, comme ses rivales de la TNT, est en train de passer un cap. En audience d'abord. En août, selon Médiamétrie, elle a réuni 1,7 % de part d'audience sur la TNT, juste derrière Arte (1,8 %). Au lancement de la chaîne, Vincent Bolloré ne visait le seuil des 1,5 % de part d'audience qu'en La montée en puissance de Direct 8 se traduit par quelques performances encore ponctuelles. En septembre 2008, «elle a été la première des chaînes de la TNT à franchir le cap du million de téléspectateurs avec le match de football Brann Bergen-Marseille», indique le directeur des programmes Yannick Bolloré 15. Cette fragmentation de l audience était cependant prévisible et a d ailleurs été préparée. Lors de l attribution des fréquences de la TNT par le CSA, il avait été question de préserver autant que faire ce peut l équilibre des acteurs traditionnels (TF1, M6, Canal+) tout en ouvrant le 15 «Direct 8 dépasse ses objectifs d'audience avec quatre ans d'avance», Le Monde, 29 septembre

17 spectre à de nouveaux entrants (Bolloré, Lagardère ). Ainsi, les chaînes généralistes «récupèrent» une partie de l audience perdue sur des nouvelles chaînes qui appartiennent au même groupe : TF1 et TMC (leader de la TNT) ou encore M6 avec W9. Nous sommes donc entrés dans une logique de «bouquet» où c est désormais une famille de chaînes qui tente de répondre aux attentes d un public toujours plus exigeant et plus volatile. Comme le dit Thomas Valentin, Directeur général de M6, «on avance groupé». Les petites chaînes viennent donc compléter l offre d un groupe audiovisuel qui s appuie sur une chaîne unique et ses satellites avec lesquels des synergies se mettent en place pour résister. De plus, ces nouvelles chaînes peuvent se permettre de prendre des paris risqués dans la mesure où elles n ont rien à perdre, contrairement aux chaînes historiques. En outre, les chaînes privées historiques, TF1, M6 et Canal Plus, ont bénéficié, à l occasion de la loi relative «à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur» 16 adoptée le 22 février 2007, d un traitement favorable de la part du législateur : - la prorogation de cinq ans de l'autorisation de diffusion en mode numérique ; - l'attribution d'une «chaîne compensatoire» ou «chaîne bonus» à partir de l extinction de la diffusion en analogique. Le Conseil constitutionnel, devant lequel la loi a été déférée, a estimé sur le premier point qu il ne s agissait pour le législateur que d inciter les trois chaînes historiques privées à contribuer financièrement et à faciliter la transition entre la diffusion analogique et la diffusion numérique sans pénaliser les foyers les plus modestes. Sur le second point, le Conseil a considéré que l'attribution d'une «chaîne bonus» devait être vu comme un mode de réparation «forfaitaire» non manifestement déséquilibré et non attentatoire au pluralisme 16 Loi n du 5 mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur 17

18 compte tenu des ressources hertziennes encore disponibles après attribution des trois chaînes compensatoires 17. Grâce à la TNT, la télévision française prend de la distance avec la tradition jacobine en permettant le développement de chaînes locales, qui pour certaines il est vrai étaient déjà diffusées par voie hertzienne. La TNT représente en effet une occasion pour le développement des chaînes locales en mode hertzien terrestre. L un des objectifs importants de la loi du 5 mars 2007 relative la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur était de favoriser l enrichissement de l offre des chaînes locales à travers tout le pays. La loi a donc prévu des facilités pour la mise en œuvre du basculement vers le numérique des télévisions locales. Sur le fondement de ces dispositions, le CSA a autorisé 18 chaînes locales hertziennes analogiques existantes. Ces chaînes locales sont ainsi diffusées en simulcast depuis septembre Le 24 juillet 2007, le CSA a entamé la seconde phase du déploiement de la télévision locale numérique, par le lancement d une consultation publique nationale sur le déploiement de chaînes locales dans 25 nouvelles zones. Afin de poursuivre le développement des télévisions locales sur la TNT et à la suite de cette consultation publique, le CSA a, depuis, lancé au fil de l eau, plusieurs appels à candidatures pour le lancement de services de télévision locale. A l'occasion du lancement des sept nouvelles chaînes locales en TNT sur la région Ile-de- France, le président du CSA est revenu sur le retard français. Michel Boyon a rappelé que «notre pays a un retard considérable» en matière de télévision locale. «Il y a encore six ou huit mois, notre pays comptait, indépendamment de quelques dizaines de chaînes locales diffusées sur le câble dans l'est de la France, moins de 25 télévisions locales diffusées en 17 Décision n DC - 27 février 2007, Loi relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur 18

19 hertzien terrestre en mode analogique. Il y en a plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines dans les pays voisins de la France». Le CSA a confirmé sa volonté d'accélérer le calendrier de la télévision locale. Michel Boyon a rappelé que depuis octobre 2007, le CSA lance chaque mois cinq appels à candidature. Objectif pour fin 2008 : une cinquantaine de télévisions locales, départementales, d'agglomération ou même rurales. Et le CSA estime que lors de l'arrêt de l'analogique «une centaine de télévisions locales seront diffusées par voie hertzienne». B - Le passage au tout numérique La TNT n est qu un des éléments de la révolution numérique qui touche toutes les industries culturelles dans leur ensemble et la consommation de la télévision en particulier. Les ordinateurs connectés à Internet diffusent de la vidéo et des programmes audiovisuels, tout en concurrençant de plus en plus la télévision, qui voit son temps réduit. La numérisation des contenus audiovisuels permet une multiplication des canaux de réception de la télévision, ainsi que le démontre le graphique ci-dessous La lettre du CSA n 212, Part des différents vecteurs comme moyen principal de réception de la télévision au sein des foyers français (estimations 2007), janvier

20 Désormais, la télévision se regarde sur différents supports (IPTV, WebTV, mobile ) qui sont autant de vecteurs sur lesquels migrent peu à peu les téléspectateurs. La télévision n est plus qu un maillon parmi d autres dans le concept de «foyer numérique», qui tourne autour de la Set-Top-Box, véritable porte d entrée du flux des divertissements domestiques. La STB est reliée au(x) téléviseur(s), ordinateur, consoles de jeux, téléphones mobiles etc, le tout rendu possible grâce au développement des lignes haut débit qui permettent de transporter de la télévision sur les lignes téléphoniques. À ce sujet, il est utile de rappeler que la France est le pays où la télévision par ADSL, ou TVIP, est la plus répandue en Europe. La multiplication des récepteurs au sein des foyers entraîne des usages de plus en plus individualisés, éclatés et actifs. Le téléspectateur veut pouvoir être libre de choisir son programme où il le veut, quand il le veut et sur l écran qu il veut. Cette logique d ATAWAD (Any Time, Any Where, Any Device) impose à la télévision de suivre son public là où il se trouve. L enjeu pour les chaînes est de préserver ce lien privilégié qu elles ont mis tant de temps à tisser. Ainsi, pour faire face à ces nouveaux modes de consommation, plus volatiles, 20

21 il convient d adopter de nouvelles stratégies, notamment concernant la diffusion de l information. Ainsi, «la 1 ère chaîne d info de la TNT», BFM TV s inscrit dans une approche multisupports qui tend à réduire l éparpillement du public. Grâce à son quotidien (La Tribune), ses radios (RMC, BFM) et son site web qui diffuse la chaîne en continu (bfmtv.fr), le groupe NextRadioTV, dirigé par Alain Weill, préconise de développer des synergies entre les équipes, les compétences, et les supports, afin de suivre l évolution du téléspectateur, qui, selon l endroit où il se trouve, ira voir la chaîne sur la TNT, sur Internet, ou encore sur son mobile. Dans cet environnement numérique, le contenu peut se déplacer. Les acteurs se doivent de répondre à ce nouveau besoin qui émane de leur public. Il ajoute : «On peut jouer la qualité et l indépendance éditoriale : on est même obligé de le faire, sinon on est discrédité : le public et les auditeurs le ressentent.» Dès lors, la télévision n est qu un des supports sur lesquels il faut être présent. C est aussi un support qui peut tirer parti des innovations réalisées ailleurs. Pour John-Paul Lepers, du site web LaTéléLibre, «Internet peut proposer des programmes que la télévision n oserait pas. En ce sens, cela devient un laboratoire qui peut aider la télévision. ( ) On est contacté par des chaînes de télévision qui s intéressent aux idées qu on développe, car Internet sort des formats inventés par la TV (26 minutes, 52 minutes ). On peut proposer le même programme sur Internet, puis un autre sur le téléphone, puis encore un pour la TV : on arrive à une possibilité multiple.» À partir du même contenu, on peut l adapter aux différents modes de consommation, selon les besoins des téléspectateurs, sur le support sur lequel ils se trouvent au moment où ils désirent 21

22 le voir. Le tout numérique permet ce genre de passerelle entre les différents médias dans un souci constant d immédiateté. C- La haute définition Face à cette multiplication des supports et des possibilités permise par le numérique, la télévision ne semble pas pour autant être déjà enterrée. Il reste un levier de croissance représenté par la haute définition (ci-après HD). La HD apporte en effet un progrès qualitatif sans précédent depuis l arrivée de la télévision en couleur. Pour la mettre en application efficacement, il faudra attendre l extinction de l analogique en 2011, qui permettra de libérer de nouvelles fréquences, nécessaires au développement de la HD. Avec la consommation du DVD, Blu-Ray et des jeux vidéo, l exigence du public en matière de qualité d image rend l image standard insuffisante. La norme MPEG-2 ne permet pas de diffuser efficacement la HD, car elle a atteint aujourd hui sa maturité en matière de compression. À qualité d image égale, le MPEG-4 divise le débit par deux par rapport au MPEG-2 et permet ainsi de diffuser un plus grand nombre de chaînes à définitions standard, ou bien, d introduire des chaînes HD. De plus, l adoption de cette nouvelle norme permet de transmettre des images réduites à des débits plus faibles et convient ainsi davantage à l écran portable. Priver la TNT de la HD la rendrait obsolète et inférieure et cela inciterait les gens à migrer vers le Câble, Satellite ou ADSL. La TNT n a d avenir que si elle favorise l arrivée de la HD. 22

23 Cette amélioration technique et esthétique pourrait bien être le prochain enjeu pour la télévision, afin de conserver les téléspectateurs devant leur poste de télévision, plutôt que sur les autres écrans. Les Français semblent curieux de la HD et s y intéressent fortement. Les grandes chaînes historiques semblent elles aussi décidées à jouer cette carte pour ralentir en quelque sorte leur déclin. Doit-on pour autant croire en la fin des chaînes généralistes? La réponse de Thomas Valentin (M6) est claire : «Un média ne remplace pas l autre : il se rajoute. Les grandes chaînes resteront les seules à pouvoir faire des programmes puissants et fédérateurs, et pas seulement dans le sport ou l information. Ce sont les seules qui vont êtres capables d investir dans la production de contenu (cinématographique notamment) et c est un véhicule publicitaire absolument nécessaire pour l économie.» Ainsi, les grandes chaînes généralistes semblent êtres les seules à pouvoir assumer de lourds événements et devraient chercher à fédérer toujours autant un large public. Selon le Sénateur Bruno Retailleau, Président de la Commission sur le Dividende numérique, «L événementiel (info, sport, cinéma, séries) va continuer à croître. Il y a de la place pour une télévision de plus en plus spectaculaire, et la technologie sert justement cet aspect événementiel.» On peut donc supposer que la HD sera un argument sur lequel pourra se reposer la télévision pour continuer à rassembler une large audience. Cependant, les conventions des chaînes TNT avec le CSA n avaient pas prévu la HD, et elles n avaient une obligation de diffuser qu en MPEG-2. La loi sur la télévision du futur précitée a depuis modifié cela. Rappelons qu en 2005, le MPEG-4 n était pas encore finalisé, et l exemple de la Grande-Bretagne montre qu un démarrage trop abrupt en MPEG-4 est préjudiciable : brouillages, pannes, mauvaise réception et au final, rejet de la population. 23

24 Au contraire, la France a fait le choix de la «montée en puissance progressive». Il fallait d abord séduire la population en lui offrant une qualité d image supérieure à l analogique, et en parallèle, parvenir à une couverture satisfaisante afin de préparer les bases du lancement de la HD. Cependant, le fait que la plupart des foyers (notamment les plus modestes) se soient équipés en décodeurs MPEG-2 va repousser la HD de quelques années. De plus, là où il ne fallait acheter qu un adaptateur TNT en MPEG-2 pour recevoir une meilleure qualité d image, il faudra, avec la HD, investir dans un nouvel écran Full HD pour profiter pleinement des avantages du signal. On remarque une diminution des prix des téléviseurs HD sur l année 2007, mais leur prix reste élevé. En lançant la HD, l Etat souhaite évidemment consolider la place prééminente de la diffusion hertzienne en France, et cela représente un débouché naturel pour la télévision qui se doit d y être présente. En termes de calendrier, le CSA annonce qu à partir du 30 octobre 2008, plusieurs chaînes gratuites vont commencer à diffuser en haute définition terrestre : TF1, M6, France 2 et Arte, une offre qui devrait rapidement être enrichie de trois autres chaînes 19. Depuis le mois d août 2008, Canal+ diffuse ses programmes payants en haute définition. Près d une trentaine de villes françaises pourront recevoir la totalité de l offre TNT HD gratuite lors de son démarrage, une couverture de 40 % qui devrait se développer rapidement puisque dès mai 2009, plus de 60 % de la population métropolitaine accédera gratuitement à au moins quatre chaînes en haute définition. 19 La lettre du CSA n 219, Août-Septembre 2008, «La télévision numérique terrestre en haute définition : où? Quand? Comment?» 24

25 Cette généralisation doit, précise le CSA, se faire par étapes car elle est étroitement liée à l extinction de la diffusion de la télévision en mode analogique. Au fur et à mesure de cette extinction, des fréquences pourront être récupérées et la télévision en haute définition gagnera du terrain. La chaîne Arte a choisi, pour sa part, d offrir une couverture maximale dès le début de sa diffusion en haute définition : tous les téléspectateurs ayant déjà accès à la totalité des chaînes de la télévision numérique terrestre et disposant d un équipement adapté pourront recevoir Arte HD. Ainsi, dès 2009, 89 % de la population de métropole devraient être en mesure de recevoir, en haute définition, Arte ainsi que les plages payantes de Canal+. 25

26 SECTION 2 : LES USAGES DELINEARISES La télévision délinéarisée se caractérise par une consommation non soumise aux flux des grilles de programme, grâce à des contenus disponibles (plates-formes de partage de vidéos, télévision de rattrapage, web tv ). En ce qui concerne la télévision sur ordinateur, l étude Global TV réalisée par la société Médiamétrie 20 révèle que près de 9% des Français âgés de 15 ans et plus ont déjà regardé la télévision sur un ordinateur, une pratique qui reste encore stable pair rapport à fin Parmi les personnes qui regardent le plus de programmes TV sur leur ordinateur, on observe deux grandes catégories de population : - Les Télé-streamers : plus d une personne sur 10 (11% de la population), généralement des hommes jeunes résidant dans les grandes agglomérations, et qui regardent plutôt les contenus vidéo sur internet et en particulier la Catch-up TV. Ils sont plus de 9 sur 10 à surfer sur internet tous les jours ou presque. - Les Télé-stockeurs : plus jeunes et moins nombreux (6,5% de la population), ils sont urbains et de catégorie socioprofessionnelle supérieure ; ils consomment beaucoup de contenus vidéo stockés sur ordinateur et dont ils ont manqué la diffusion à la télévision. Vivant dans des foyers avec enfants, les Télé-stockeurs sont très équipés en matériel audiovisuel et informatique et abonnés à des offres élargies. Selon Médiamétrie, les Français expérimentent les nouveaux modes de visionnage des programmes TV. Ainsi, plus d 1 personne sur 2 (55%) a déjà regardé la Télévision en différé (après enregistrement, téléchargement diffusion sur internet ), à la demande (VOD, 20 Etude Global TV de Médiamétrie, octobre

27 téléchargement, streaming ) que ce soit sur le poste de télévision, l ordinateur ou tout autre support. Toutefois, pour l enregistrement, les pratiques «traditionnelles» restent majoritaires : près de 2 personnes sur 5 regardent des programmes en différé sur leur poste de télévision, enregistrés sur un magnétoscope ou un disque dur enregistreur (PVR) ou un DVD enregistreur. La Catch-up TV (Télévision de rattrapage) est encore réservée à une population très jeune et plutôt de catégorie socioprofessionnelle élevée, qui pratique la TV de rattrapage principalement via internet : ils sont 5,6 millions de personnes à l avoir essayée au moins une fois. Mais elle progresse : ils étaient un peu plus de 4 millions à fin Il faut noter que plusieurs offres de catch up TV ont été créées dans cet intervalle. Nous allons revenir sur les trois modes de consommation les plus développés à ce jour en matière de consommation délinéarisée de contenus audiovisuels : les plates-formes de partage, qui permettent de consommer des contenus audiovisuels mis en ligne par des internautes (A), la Catch-up TV (B), et les web TV (C). A- Les plates-formes de partage YouTube et DailyMotion sont les plates-formes les plus connues des internautes français. L une comme l autre se révèlent très proche quant à leurs contenus et leurs usages. Elles permettent la mise à disposition de tous les internautes de contenus vidéo, certains produits par les internautes eux-mêmes (plus que de user centric, on parlera alors de user content), 27

28 mais également de contenus audiovisuels, généralement sans l accord des détenteurs des droits. Les contenus audiovisuels les plus appréciés par les (télés)internautes se retrouvent presque forcément sur ces plate-forme. La raison en est simple : les frontières de réception de la télévision ont disparu. En effet, la numérisation aidant, il est possible de regarder la télévision aussi bien depuis un poste de télévision reliée à un disque dur ou depuis un ordinateur avec les mêmes capacités d enregistrement. Ainsi, il est tout à fait aisé d uploader tout contenu «intéressant» préalablement enregistré et d en faire profiter la communauté des utilisateurs. C est le principal défi auquel doivent faire face les administrateurs de ces sites internet ainsi que propriétaires des droits de diffusions. Il ne se passe pas une minute sans qu un film, une émission, un match, un clip de musique ne soit mis en ligne sans en prévenir les détenteurs des droits. Le Centre Nationale de la Cinématographie parle d ailleurs, concernant le streaming illégal, de «piraterie douce». Ces sites communautaires ont pourtant mis en avant de nouveaux outils de filtrage censés en finir avec la diffusion de contenus protégés. DailyMotion a ainsi signé un partenariat technologique avec l Institut National de l Audiovisuel, la première banque d images numérisées au monde, afin d'utiliser le dispositif de détection des vidéos protégées avec la technologie «Signature». Le site a également mis en place un système de blocage de vidéos déjà refusées (hashing) et une solution de fingerprinting audio (AudibleMagic). YouTube a, de son côté, annoncé la sortie d'un système à base de reconnaissance vidéo, devant empêcher sinon dissuader les actes de piratage. 28

29 Autre tendance, les chaînes de télévisions n hésitent plus à créer des partenariats de diffusion, qu il s agisse de la BBC avec YouTube ou de MTV avec DailyMotion. Enfin, certaines chaînes de télévision créent leur propre plateforme afin d y diffuser, entre autres contenus, leurs propres programmes, ce qui apparaît comme une tentative intelligente de garder le contrôle de la diffusion de ses contenus sur de tels supports. C est ainsi le cas de TF1 et de sa plateforme de diffusion Wat. 29

30 Néanmoins, voir ou revoir sur Internet un programme audiovisuel diffusé sur une chaîne de télévision n est pas le privilège des seuls utilisateurs de sites de partage de vidéos. Les chaînes diffusent désormais une partie de leurs programmes sur leurs propres sites Internet. On parle alors de «télévision de rattrapage». B - La «Catch-up TV» Le service de «Catch-up TV» est une extension de la diffusion télévisuelle permettant de «rattraper» une émission dont la diffusion a été manquée. Cette nouvelle fenêtre de diffusion offre aux chaînes de réelles opportunités. Entre autres, orienter le public vers une application web ou un canal TVIP qu elle édite et dont elle maîtrise le contenu et les recettes publicitaires, contrairement à la captation individuelle (on parle ainsi de «time-shifting» pour désigner l enregistrement décalé sur un magnétoscope numérique à disque dur). La spécificité de la «Catch-up TV» réside avant tout dans son exploitation : elle doit être une session de rattrapage de la télévision et non une offre de vidéo à la demande. Cette nouvelle fenêtre de diffusion est donc délimitée dans le temps. 30

31 Pour les majors (M6 Replay, Arte+7, Canal Plus à la demande et la «TV à la demande» de France Télévision / France Télécom) la création de valeur du modèle «Catch-up TV» repose avant tout sur la gratuité des programmes et leur financement par la publicité. Reste que l exclusivité de diffusion auprès des abonnés Orange / France Télécom des contenus de France Télévision, subventionnés en grande partie par la redevance audiovisuelle, n est pas sans poser de problèmes. Le Ministre de la Culture a ainsi évoqué la possibilité que cet accord, qui a fait l objet d une saisine du Conseil de la concurrence en 2007, soit discuté devant le Parlement. Au-delà des risques de cannibalisation de l antenne pour les chaînes, c est avant tout le moyen de reprendre aussi l initiative face à la montée en charge de la concurrence de la VOD à l acte et des nouvelles pratiques «Atawad» (anytime, anywhere, any device). La Catch-up TV devrait voir son existence «officialisée» à l issue de la transposition en droit interne de la directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 31

32 2007, dite «Services de médias audiovisuels» (SMA) qui révise la directive 89/552/CEE, dite «Télévision sans Frontières» (TVSF), du 3 octobre 1989 qui établit le cadre réglementaire général pour l exercice des activités de radiodiffusion télévisuelle dans l Union Européenne. C - Les Web TV Cependant, la télévision de rattrapage, bien que faisant beaucoup parler d elle actuellement, n est pas le seul usage audiovisuel lié à Internet. En effet, la télévision peut désormais se regarder via des plateformes Internet et via plusieurs systèmes. La technologie «Peer-to-Peer», qui consiste à échanger des données ou fichiers entre utilisateurs via un réseau, repose sur un concept simple : plus il y a d utilisateurs sur le réseau, plus il y a de données à partager et plus le partage est rapide. Avec ce système de diffusion, l utilisateur peut regarder les émissions de son choix à toute heure. On peut ajouter que ce modèle est viable car directement basé sur les recettes publicitaires. Il en est ainsi de web TV qui peuvent proposer un accès jusqu à 3000 chaînes de télévision et 500 radios en utilisant la technologie P2P, pendant que d autres permettent l hébergement de chaînes de télévision thématiques personnalisables, toujours sur le Net. On citera notamment Joost, qui à l annonce de son lancement en 2006 a bénéficié d'un buzz énorme sur Internet, notamment en raison du nom de ses fondateurs : Niklas Zennström et Janus Friis, les deux fondateurs de Kazaa et Skype. TV5 et Joost ont annoncé en mai 2007 avoir signé un accord de diffusion de programmes. D autres sites ont depuis été construits sur 32

33 le même modèle, tel que Hulu. Tous proposent des programmes gratuits à la demande, professionnels, protégés contre le piratage, une très bonne qualité d'image, et reposent sur un modèle publicitaire (spots vidéo insérés dans les contenus). Phénomène nouveau, certaines Web TV sont créées à l initiative de structures publiques afin de communiquer. Il en est ainsi de la Web TV de l Elysée, développée par François de la Brosse 21. On peut alors imaginer qu un jour, les communiqués de presse, voir les discours présidentiels, seront mis en ligne avant leur diffusion sur les chaînes de télévision traditionnelles. La télévision et le rôle de celle-ci en tant que média d information à destination du plus grand nombre s en trouveraient alors irrémédiablement affectés

34 SECTION 3 : LES USAGES EN SITUATION DE MOBILITE Après la radio, le téléphone et l ordinateur, c est désormais à la télévision de basculer dans la mobilité. Le téléphone mobile, qui a démontré sa capacité d hybridation en se dotant d un écran et d une caméra, n a plus grand chose à voir avec un téléphone. Equipé d un disque dur, il est devenu un terminal mobile qui peut d ores et déjà recevoir & streamer de la vidéo. Le meilleur exemple de cette mobilité, en matière de consommation de services audiovisuels, est le lancement prochain, en France, de la télévision mobile personnelle (ci-après TMP), basée sur la technologie DVB-H. Selon Nokia, de nombreux utilisateurs sont prêts à payer pour accéder à de nouveaux contenus : la moitié d entre eux ayant estimé qu un forfait d une dizaine d euros par mois était une somme raisonnable pour bénéficier de la télévision mobile. La loi du 5 mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur, précitée, a procédé à une adaptation du régime juridique de la télévision numérique de terre pour permettre au CSA de lancer des appels aux candidatures spécifiquement destinés à la diffusion de services de TMP. La TMP consiste en une offre de services audiovisuels diffusés sur des terminaux mobiles individuels (écrans portatifs, téléphones, agendas électroniques de type PDA, ordinateurs portables, etc.) ou sur des récepteurs de télévision installés dans des véhicules. Il peut s agir de la retransmission simultanée de chaînes de télévision déjà autorisées pour un mode de diffusion «classique» (terrestre, par câble, satellite ou ADSL), ou encore de la diffusion de nouveaux services conçus spécifiquement pour la consommation nomade. 34

35 La TMP permet de capter sur des terminaux (téléphones ou téléviseurs) mobiles des chaînes émises par voie hertzienne, à la différence de la télévision sur les téléphones mobiles, qu un abonné reçoit via le réseau 3G de son opérateur télécom. Le schéma ci-dessous 22 reproduit la différence technique de diffusion entre la 3G et le DVB-H Ce nouveau mode de diffusion de la télévision est une véritable opportunité pour les chaînes qui émettent déjà sur les ondes. A en croire tous les acteurs du secteur, la TMP révolutionnera les médias tout comme la téléphonie mobile a bouleversé l usage du téléphone, même si certains, au premier rang desquels Alain Weill, Président Directeur Général du groupe Next Radio TV, avancent l idée que la TMP ne sera qu une évolution de ce qui existe déjà, et notamment de la TNT. Il qualifiait ainsi, lors de la conférence du 28 mai dernier organisée à Dauphine, la TMP de «TNT mobile» Selon le CSA, le lancement de la télévision mobile devrait avoir lieu vers la fin de l année 2008, au plus tard au printemps 2009, pourtant bien des questions essentielles subsistent car la technologie est nouvelle et les habitudes qui en découleront tout autant : 22 Source : Forum de la Télévision Mobile 35

36 - sur quel modèle économique va se baser la TMP : réception gratuite financée par la publicité, redevance mensuelle, abonnement, surtaxe effectuée sur le prix de vente du terminal? - quels seront les téléphones portables compatibles avec le DVB-H? Les usages mobiles (à ne pas confondre avec des usages nomades rendus possibles par des terminaux DVB-T) sont déjà possibles, parfois depuis plusieurs années, sur certains marchés asiatiques. Ainsi, la télévision mobile en mode broadcast existe en Corée et au Japon depuis déjà plusieurs années. Ainsi, trois millions de Coréens regardent la télévision nomade 2h00 par jour en moyenne. Au Japon, l'ensemble des opérateurs de téléphonie mobile ont intégré la TV dans leur stratégie et proposent depuis 2004 des téléphones portables équipés de tuners analogiques. La TMP a également été déployée au Etats-Unis. En Italie, le réseau de TV mobile broadcast en DVB-H existe depuis la coupe du monde Des projets se mettent en place dans la plupart des pays européens. En France, Le CSA a lancé un appel aux candidatures le 6 novembre Parmi les 36 dossiers de candidatures reçus, le CSA a sélectionné le 27 mai 2008 les 13 services suivants : BFM TV, Canal+, Direct8, EuropaCorp, Eurosport, i-télé, M6, NRJ12, NT1, Orange Sport, TF1, Virgin 17 et W9. En outre, la Ministre de la Culture et de la Communication a indiqué vendredi 30 mai 2008 que France 2, France 3 et ARTE disposeront des 3 autres canaux disponibles de TMP, par application du droit d octroi prioritaire de la ressource radioélectrique. 36

37 Concernant la création de contenus, on notera que dans les pays où la TMP a déjà été lancée, la quasi-totalité des contenus diffusés sur des mobiles sont identiques à ceux de la télévision traditionnelle ou en sont une adaptation. La production télévisuelle est relativement coûteuse, mais dès lors que le nombre d utilisateurs de TV mobile sera suffisamment grand, des fournisseurs de contenus seront certainement amenés à lancer des offres dédiées. En Italie, le consortium H3G propose déjà une chaîne de sports et une chaîne d information dont les contenus ont été entièrement produits pour un usage mobile. En Asie, de grandes chaînes de télévision comme CNBC sont en train de proposer des services spécifiques dédiés aux mobiles. Selon Janine Langlois-Glandier, Présidente du Forum de la Télévision Mobile, qui s est exprimée lors des 1ères Assises de la Convergence Audiovisuelle, qui se sont tenues le 23 octobre 2007 au Sénat 23, explique la consommation hors domicile est importante : 14% dans les transports, 12 % au bureau. Elle se réfère à une compilation des études de consommation réelle dans les pays qui commercialisent la TV mobile, publiée par la London School of Economics. Premier constat : le consommateur veut retrouver ses chaînes favorites et suivre ses programmes en direct ; information, musique, divertissement, téléréalité, comédie, animation, sport d'où l'intérêt d'avoir des chaînes grand public. La présence de marques fortes apparaît comme un élément indispensable au succès. Il est essentiel d avoir un produit adapté au petit écran du portable et à ses contraintes pour que les usages décollent. Ainsi, en Italie, les formats d'émission permettent de revenir plusieurs fois dans la journée pour des périodes très brèves dans des programmes de type Big brother, Loft story De même, la TMP étant destinée à être consommée à l'extérieur ou dans 23 «Télévision mobile ou fixe, familiale ou personnelle : quelles complémentarités, quelles convergences?», Colloque Mardi 23 octobre 2007, Palais du Luxembourg 37

38 les transports en commun, il est donc impératif de développer des programmes plus courts et mieux adaptés. Une durée que Janine Langlois Glandier situe en dessous de 10 minutes. La grille des programmes s'en trouve également bousculée, la notion de prime-time évoluant : matin, midi et soir, selon l'étude de la London School. Entre 9h00 et 21h00 tout au long de la journée, selon le panel Mobinautes de Médiamétrie, qui révèle que 80% des utilisateurs de l'internet mobile se connectent à partir du domicile, 50% dans les transports et plus de 50% sur le lieu de travail. La TMP exigera donc plus d'ergonomie mais aussi plus d'interactivité, afin d'impliquer l'utilisateur dans le déroulement des programmes. Pour la présidente du Forum de la Télévision Mobile, il faut «repenser les modes d'utilisation de la télévision. Elle mettra l'accent sur la personnalisation, l'interactivité et le contenu généré par l'utilisateur.» 38

39 CHAPITRE SECOND : LES NOUVEAUX MODELES ECONOMIQUES DE LA TELEVISION Le PDG de Fox télévision, Roger Ailes, déclarait en 2006 que le modèle économique des réseaux de télévisions classiques est mort et que cette industrie doit se réinventer. C est évidement plus facile pour un groupe intégré comme News Corporation qui est présent dans la production, la diffusion et l Internet, que pour une chaîne de télévision seule. Plusieurs questions se posent alors : - Diversification ou évolution du métier de base? Dans cette convergence le problème stratégique de chacun de ces acteurs va être de redéfinir son métier principal sans se diversifier inutilement et sans se laisser marginaliser par les nouveaux entrants. - Comment gérer la transition? On assiste à un déplacement progressif, certes encore modeste aujourd hui, des budgets publicitaires depuis les médias classiques et notamment les télévisions, vers l Internet. Le glissement de l audience est également progressif mais le nombre d heures dans une journée étant définitivement de 24, plus la consommation de services sur Internet augmente plus, mathématiquement, celle de la télévision traditionnelle diminuera. Et même si on ajoute de la consommation sur mobile on prend ce temps sur autre chose. - Qui va financer les contenus? 39

40 Le modèle économique est aujourd hui simple et permet d amortir la production à travers différentes fenêtres de diffusion. Si tous les contenus sont disponibles en même temps sur tous les supports, ce qui se développe aux Etats-Unis, qui va payer? C est en outre bien évidemment sans parler des dégâts considérables faits aux revenus des chaînes qui ne produisent pas directement leurs contenus et qui pourraient se retrouver asséchées en programmes. Le modèle économique de la production jusqu à la diffusion est donc sérieusement menacé par les nouveaux entrants de l Internet qui vont monnayer leur audience qualifiée aux annonceurs. Le revenu en publicité généré par le site Internet MySpace double tous les 3 ou 4 mois mais il est loin de générer le budget nécessaire à la production d une série comme Lost. Pour le moment donc, la diffusion broadcast et ses revenus publicitaires finance la production et les recettes faites en VOD et sponsoring sur les sites de catch-up tv génèrent des budgets additionnels. Qu en sera-t-il si un jour, les annonceurs veulent être présents exclusivement sur le net et ne financent plus la production initiale? Le seul élément factuel est que ces acteurs se battent pour le même fromage : les annonceurs d un côté et les consommateurs de l autre. La vraie différence se fera sur la pertinence des services offerts à chacune des cibles. Sur ce terrain les nouveaux médias ont l avantage de l interaction avec le consommateur. Soit directement dans les services soit avec une facturation comme intermédiaire. C est parfaitement visible pour les opérateurs de téléphonie mobile ou les FAI. La connaissance plus fine des consommateurs pourrait pousser les annonceurs dans des stratégies publicitaires plus ciblées et pourquoi pas directement jusqu à l intermédiation de l acte d achat. 40

41 Il y a là un vrai danger pour les médias traditionnels qui ne savent que fournir une audience à leurs annonceurs et n entretiennent aucun liens directs avec les clients (sauf pour les chaînes payantes). Il faut que les médias traditionnels deviennent des plates-formes d intermédiation de contenus et de services et que la chaîne devienne uniquement l un des supports de diffusion même si, aujourd hui, elle représente la principale source de revenus et d audience. Ces questions sont revenues à l ordre du jour avec le débat initié par le Président de la République, concernant la future suppression des revenus publicitaires pour les chaînes du service public (Section 1). Les chaînes de télévision, à la recherche de nouveaux modèles économiques, se préoccupent aujourd hui plus que jamais, de la diversification de leurs modes de diffusion (Section 2). 41

42 SECTION 1 : UN MODELE ECONOMIQUE REPOSANT SUR LA PUBLICITE A - Quel modèle économique pour les chaînes publiques? Le 8 janvier 2008, lors de ses vœux à la presse, le Président de la République annonce son intention de rénover l audiovisuel public : «En 2008, la politique de civilisation s exprimera dans la rénovation de l audiovisuel public. D abord bien sûr dans la réorganisation de l audiovisuel extérieur qui est devenu absolument nécessaire. Mais je propose aussi que nous accomplissions une véritable révolution culturelle dans le service public de la télévision. Le service public existe parce qu il a une mission particulière. Si les chaînes publiques fonctionnent selon les mêmes critères, selon les mêmes exigences, selon la même logique que les chaînes privées alors on ne voit pas très bien pourquoi il y a un service public. Le service public, son exigence, son critère, c est la qualité. Sa vocation, c est d offrir au plus grand nombre un accès à la culture, c est de favoriser la création française. Je ne veux pas dire que la télévision publique doit être élitiste ou ennuyeuse, mais seulement qu elle ne peut pas fonctionner selon des critères purement mercantiles. Je souhaite donc que le cahier des charges de la télévision publique soit revue et que l on réfléchisse à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques qui pourrait être 42

43 financé par une taxe sur les recettes publicitaires accrues des chaînes privées et par une taxe infinitésimale sur le chiffre d affaire de nouveaux moyens de communication comme la téléphonie mobile et l accès à Internet. Voilà une révolution qui, en changeant le modèle économique de la télévision publique, changera du tout au tout la donne de la politique culturelle dans la société de communication qui est la nôtre.» Quelques jours après ce discours, Mme Christine Albanel, Ministre de la Culture et de la Communication, a organisé une consultation publique sur le paysage audiovisuel français. En février 2008, Nicolas Sarkozy a chargé la Commission pour la Nouvelle Télévision Publique, présidée par Jean-François Copé, de proposer une nouvelle identité pour le service public audiovisuel et des modalités de financement du nouveau modèle économique de la télévision publique. Cette Commission, composée à la fois de parlementaires et de professionnels de l audiovisuel, a mené des débats autour de deux axes : pourquoi un service public audiovisuel ; comment faire vivre ce service public. Le 25 juin 2008, Jean-François Copé a remis son rapport à Nicolas Sarkozy. Il préconise de financer l'audiovisuel public par la redevance, des taxes sur les fournisseurs d'accès internet et les opérateurs télécom, et un prélèvement sur les chaînes privées. Avant son arrêt total en 2012, il propose que la publicité soit dans un premier temps supprimée après 20h à partir du 1er septembre Il prévoit par ailleurs l'instauration d'une taxe de 0,5% sur le chiffre d'affaires des fournisseurs d'accès à internet et des opérateurs de téléphonie mobile, une mesure susceptible de rapporter 210 millions d'euros par an. 43

44 Le rapport souhaite également que ces nouveaux acteurs de l'audiovisuel participent au financement de la création et que soient déterminées leurs obligations de production. Enfin, la Commission recommande l indexation de la redevance (116 euros par foyer actuellement) sur l'inflation. Le parrainage, la publicité sur RFO et les décrochages locaux de France 3, les sites internet du groupe ainsi que celles pour les campagnes d intérêt général seront maintenues. Ces propositions remettent en question le modèle économique traditionnel des chaînes de télévision. Le Président de la République reproche à la télévision publique de se soumettre au même raisonnement mercantile- qu une chaîne privée, statut qu elle n a évidement pas. Selon lui, une chaîne ouverte à la publicité est une chaîne soumise à «la tyrannie de l audience à tout prix, au quotidien ( ), la tyrannie de l audimat» 24. La publicité ne doit pas avoir sa place sur les chaînes de France Télévisions. Ainsi, le modèle économique, basé sur la redevance et la publicité sera revu complètement. Plus précisément, il est fait état de la suppression totale des 800 millions d euros de revenus publicitaires des chaînes du groupe France Télévisions d ici Discours du 19 février 2008 d installation de la Commission pour la Nouvelle Télévision Publique 44

45 Ces décisions ne plaisent évidemment pas aux opérateurs télécoms, principaux perdants, de cette reforme. Cette taxe a aussi les défaveurs de la Commission européenne. Viviane Reding, en charge de la Société de l'information, est contre «un nouvel impôt sur les secteurs qui sont les moteurs de la croissance». Alors, les intéressés menacent de répercuter cette taxe sur les clients - chose qui serait dommageable pour les utilisateurs au même titre qu une hausse de redevance. En guise de réponse et de fermeté M. Copé a brandi l apparition d un 4 ème opérateur. Quoiqu il en soit, ces mesures doivent encore franchir le débat parlementaire du projet de loi audiovisuel prévu à l automne, ainsi qu une remise en cause de la part de la commission Européenne. Il semble évident que les premiers bénéficiaires d une telle politique seront les grands groupes audiovisuels, TF1, M6, Canal+ et dans une moindre mesure, les chaînes de la TNT. 45

46 Dernier pavé jeté dans la marre, la mise en place d une seconde coupure publicitaire. Le ministère de la Culture s'est dit favorable le 30 mai «à inscrire le débat sur la seconde coupure publicitaire» pour les chaînes privées «dans le projet de loi audiovisuel de l'automne». Jean-François Copé a déclaré, le 30 mai 2008, être «tout à fait favorable» à cette seconde coupure publicitaire dans les programmes des chaînes privées. Plus encore, il souhaite que «la directive européenne Télévision sans frontières (TSF) soit élargie à la question de la publicité», et qu'elle soit appliquée avant la fin de la publicité sur la télévision publique. Ce serait, selon lui, un moyen d'éviter d'appauvrir les chaînes privées. Aussi, cette mesure permettrait de récupérer plus d'argent pour financer la fin de la publicité sur France Télévisions, dès lors que les chaînes privées seraient taxées sur une part de ce supplément de recettes. Pour rappel, l'article 73 de la loi de 1986 sur l'audiovisuel autorise une seule coupure dans les fictions de 90 minutes et les films. Cela mérite évidemment un débat. Les auteurs des films et fictions, qui veulent que l'on préserve l'intégrité de leurs œuvres seront-ils d accord? Aurontils leur mot à dire? Une chose semble certaine, les grands groupes seront d autant plus gagnants si la commission européenne, avec l aide du gouvernement qui plus est, décide d assouplir sa politique publicitaire. Le nombre de minutes de publicité par heure passerait de six à douze avec deux coupures publicitaires. On comprend mieux pourquoi TF1 et M6 sont suspendues aux nouvelles réglementations. Elles pourraient ramener, selon les plus optimistes, 50 millions d euros de recettes supplémentaires à TF1 améliorant de 8 % ses résultats et environ 20 millions d euros pour un effet positif de 6,5 % pour M6. 46

47 En résumé, les grandes chaînes verraient leur modèle économique réaffirmé par le gouvernement. On peut même y voir une politique d édification de champions nationaux avec à leur tête TF1. De l autre coté, France Télévisions changerait totalement de modèle économique en se finançant désormais uniquement par l Etat. 47

48 SECTION 2 : LA DIVERSIFICATION DES MODES DE DIFFUSION L enjeu pour les chaînes de télévisions est d'accompagner la délinéarisation de la consommation TV, plutôt que de la subir, et de capter le rôle essentiel d'agrégateur face à la concurrence des opérateurs internet et télécoms. Ainsi, la VOD et les sites Internet deviennent des éléments de développement stratégiques dans la diversification des activités et des revenus des chaînes de télévision, s inscrivant dans une logique de fidélisation des téléspectateurs et d exposition de leurs programmes. A- La vidéo à la demande, ou VOD (Video On Demand) Par VOD, il faut entendre «la mise à disposition des programmes au consommateur final, à sa demande et à l heure de son choix, par tout réseau de communication électronique (via internet, par voie hertzienne terrestre, par câble, par satellite), par tous procédés de diffusion cryptée, tels que le «streaming» (diffusion linéaire) ou le «downloading» (téléchargement), pour visualisation sur tout matériel de réception, par tout mode de sécurisation et selon les fonctionnalités des systèmes d accès conditionnel utilisés, et ce après paiement d un prix, pour une représentation dans le cadre du «cercle de famille» Centre National de la Cinématographie, L économie de la VOD en France, mars

49 Toutefois, les modèles économiques sont encore en construction. Actuellement, il en existe quatre principaux : - le téléchargement temporaire (location dématérialisée) ; - le téléchargement définitif (vente dématérialisée) ; - l abonnement (subscription VOD, ou S-VOD) ; - la diffusion gratuite de programmes vidéo financés par la publicité («Free-ad VOD»). La VOD traditionnelle La location est le moteur du lancement de la VOD sur le marché français, du fait de l éclosion de nouveaux canaux et de nouveaux supports de télévision : Développement de plate-forme internet spécifique (TF1vision.fr, Canalplay ), la TVIP (avec la ou les chaînes VOD comprises). Voici comment se décompose le prix de vente sur la base d un prix de location public de 3,99 : D autre part, la vente dématérialisée représente le modèle le plus attractif en termes de rémunération pour les éditeurs et leurs ayants droit. En effet, il n y a aucun frais d édition du fait de l absence de coût de duplication d un ficher vidéo. Ceci engendre un gain de revenu important. En guise d illustration, voici un tableau qui décompose le prix de vente sur la base d un film, série en vente publique à 9,99 Ces deux modèles illustrent le virage pris par les marques audiovisuelles. Du fait des changements de modes de consommation, les chaînes de télévisions se sont adaptées en proposant des séries, des films ou spectacles, disponibles à toute heure, à n importe quel 49

50 endroit, sur n importe quel support et ce, autant en achat qu en location. Il est clair que les chaînes qui pratiquent cette diversification ont repris le métier de location et vente de contenu audiovisuel. Cela est-il rentable? Les grands groupes ne communiquent pas encore sur les chiffres mais il semble certain que oui puisque des partenariats ont été signés avec les FAI afin d atteindre la masse critique convenable pour un équilibre financier. La vente par abonnement ou «S-VOD» reste du domaine des opérateurs de télécommunications et les fournisseurs d accès à internet. Aucun grand groupe audiovisuel n a encore osé pratiquer ce modèle économique sauf pour le visionnage de la chaîne depuis n importe quel PC et bientôt avec la TMP. Enfin, la diffusion gratuite financée par la publicité ou «Free-ad VOD» est un modèle à ce jour peu répandu et semble flou. Seul le premier modèle semble donc, à ce jour, constituer une réelle possibilité de diversification pour les chaînes de télévision, qui trouvent dans la VOD un moyen supplémentaire d amortir leurs programmes. On soulignera cependant que ce type d offre n est réellement intéressant que pour les programmes de stock (films, séries, fictions, documentaires). Les programmes de flux trouveront donc plutôt, aux yeux des chaînes de télévision, un débouché naturel avec la télévision de rattrapage. B - La Catch-up TV Parallèlement aux offres de VOD traditionnelles, les programmes audiovisuels, c est-à-dire initialement produits pour la télévision, sont de plus en plus proposés en Catch-up TV sur les plates-formes des chaînes de télévision. 50

51 Il existe deux sortes de «catch-up TV». La première est gratuite et disponible sur les platesformes PC et TVIP. Ce sont souvent les émissions produites par la chaîne (JT, météo, émission phare de la chaîne ) et cette gratuité est rendue possible par les revenus générés par la publicité. Néanmoins, Canal+ semble être précurseur dans ce domaine. Là où TF1 finance par ses revenus «globaux» de publicité, Canal+ sponsorise la vidéo, c'est-à-dire qu elle place une publicité en début de programme. Il est fort probable que toutes les chaînes se positionneront sur le même modèle que Canal+ même si l ensemble s inscrit dans une stratégie beaucoup plus large, celle de la fidélisation du (télé)internaute. La seconde est payante, à l acte. Elle concerne principalement les séries à forte audiences telles que Prison Break, Heroes ou 24. Les chaînes ont souvent payé cher pour une exclusivité de diffusion malgré le risque de téléchargements illégaux sur internet. Ainsi, afin de s y retrouver financièrement, elles les proposent dans les premières minutes après leur diffusion à l antenne moyennant un «petit» paiement à l acte (en moyenne 1,99 ). Il est à noter que TF1 s est positionné en leader sur ce marché en proposant la Premium VOD. Des épisodes de séries sont proposés en exclusivité en VOD avant même d être diffusés en France. TF1 Vision a ainsi lancé le 25 septembre 2007 une offre VOD Premium sur la deuxième saison de la série Heroes. Concrètement, après qu'un épisode ait été diffusé aux États-Unis, les internautes pourront le regarder sur le site web de TF1 Vision en version originale sous-titrée. Et ce, pour un coût de 2,99 euros l'épisode. Unique au monde, cette offre de VOD est disponible en streaming et en téléchargement. Pour Pierre Brossard, PDG de TF1 Vidéo, «la VOD Premium ( ) constitue une alternative indiscutable aux échanges de fichiers pirates sur Internet». En somme, cette diversification s apparente à un savant mélange de modèle économique Internet, audiovisuel et de commerce standard. En effet, en attirant un (télé)internaute sur son site ou sa plate-forme, la chaîne pourra tirer des revenus à la fois de campagnes publicitaires - 51

52 sur le site ou sur la vidéo ou vendre et/ou louer un film tel une Fnac ou un vidéoclub. La VOD est un véritable progrès technique mais aussi une belle opportunité de profit. Selon les données recueillies par le CNC dans le cadre de l observatoire de la VOD, les sept plates-formes analysées (Canalplay, TF1 vision, Virgin Mega, France Télévisions, Arte, Club- Internet) proposaient 2466 films de cinéma en décembre En un an, cette offre s est étoffée de 1155 films supplémentaires soit une progression de 88,1 %. Pourtant, sur ces 2466 films, 55,6 %, soit 1372 films, sont disponibles sur une seule plate-forme. 530 films sont disponibles sur deux plates-formes, 301 films sur trois plates-formes. 10,7 % des films sont disponibles sur au moins quatre plates-formes. Selon le baromètre GfK-NPA, le marché de la VOD en 2007 est estimé à 29,2 M, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2006 avec une valeur moyenne de transaction de 3,47. 97,6 % des recettes de VOD payante sont réalisés sous forme locative en «streaming» ou téléchargement temporaire et 95,7 % du chiffre d affaires est généré sous forme de paiement à l acte. 85,2 % du volume des transactions payantes de VOD s effectuent sur la TVIP, pour un chiffre d affaires de 23,8 M. C - La Télévision Mobile Personnelle Il est facile d imaginer un modèle économique pour la TMP calqué sur celui de la TNT. Les chaînes de TV plaident en faveur d'un modèle économique reposant sur le gratuit et financé par la publicité. On estime d ores et déjà que la publicité devrait couvrir 20 à 30 % du financement, le reste sera à la charge du diffuseur ou de l abonné. 52

53 Les opérateurs mobiles, dont les investissements dans les réseaux UMTS ont été colossaux, exigent un modèle payant. Même s'il semble clair que le marché s'oriente vers un modèle mixte, rien n'est décidé. Ceci pourrait avoir un impact sur le nombre d utilisateurs dans le futur. La télévision gratuite relève d un modèle qui a été mis en place essentiellement en Asie (le Japon, avec la norme ISDB-T, compte 18 millions d utilisateurs, la Corée, avec la norme T- DMB, compte plus de 8 millions d utilisateurs). La gratuité permet une pénétration rapide du service. Pour l instant les services de la télévision gratuite sont subventionnés par l Etat, des chaînes TV ou par le biais d autres services mobiles (exemple, la géolocalisation en Corée). Signalons que la publicité mobile est, quant à elle, une source potentielle de revenus très intéressante. Cependant, étant donné le temps relativement court d utilisation du mobile et le nombre restreint d utilisateurs, les revenus publicitaires sont pour l instant un peu décevants. Le développement de la publicité mobile va exiger un volume d utilisateurs plus important et un peu plus d innovation de la part des chaînes TV et des annonceurs, en proposant par exemple de la publicité ciblée ou interactive. Toutefois, selon une étude de NPA, la télévision mobile personnelle pourrait rassembler entre 5,7 et 8,5 millions d utilisateurs à fin 2012 selon les scénarios retenus. La publicité générée par ce nouveau marché pourrait atteindre 81 millions d'euros en 2012 dans le cadre d'une offre gratuite La télévision payante, quant à elle, est un modèle déjà mis en place en Italie avec le DVB-H - cela concerne plus de utilisateurs ou aux Etats-Unis avec l opérateur Verizon. L accès aux bouquets coûte environ 10 euros par mois. En Italie des chaînes premium sont proposées en plus des bouquets standards. D après des analystes, l accès payant constituerait un très large potentiel représentant 90% des 4.4 milliards d euros de revenus de la télévision mobile en Dans la plupart des cas, ce sont les opérateurs mobiles qui assurent la 53

54 commercialisation de l offre vers les utilisateurs, tandis que les réseaux de diffusion sont plutôt l affaire des fournisseurs de services indépendants qui mutualisent l offre de plusieurs opérateurs (Japon, Corée, USA, Finlande, Vietnam). En matière d usages, il existe des différences entre la télévision 3G, le DVB-H et le satellite. En règle générale, le DVB-H et le DVB-SH (diffusion par satellite) offrent une meilleure qualité d image que la télévision 3G, le mode broadcast permettant de réserver plus de bande passante pour chaque chaîne. Avec des améliorations technologiques comme le HSxPA, la qualité d image en 3G va continuer à s améliorer mais le DVB-H et le DVB-SH ont l avantage de préserver la consommation d énergie des terminaux grâce à la technique du «time-slicing» et d assurer la disponibilité du service en tous lieux. Cet argument technique est prépondérant car, a contrario, les réseaux 3G peuvent rapidement être saturés lors des périodes d affluence des utilisateurs (dans les stades, en centre ville ou au moment du prime time). La 3G reste néanmoins nécessaire et complémentaire au broadcast. En effet, une offre complète de télévision mobile doit aller au-delà des chaînes les plus populaires en proposant une large gamme de contenus, y compris des chaînes thématiques et de la VOD (vidéo à la demande) qui seront diffusées par la 3G en mode unicast. La télévision mobile n est pas juste un nouveau mode de diffusion, c est une des premières applications réelles de la convergence entre de nombreux acteurs de la télévision et de la communication mobile, tous associés autour de la technologie IP. Même si sur le plan technologique les solutions réseaux sont déjà suffisamment matures et que l offre des terminaux ne cesse de croître, il reste de nombreuses questions d ordre économique ou réglementaire à résoudre : le contrôle des droits de diffusion, le partage des revenus entres les acteurs de la chaîne de valeur, la mise en place des offres de publicité 54

55 mobile, la disponibilité et les règles d attribution des fréquences etc. Du fait de la demande des consommateurs et d un intérêt économique grandissant, les solutions et les usages ne vont pas tarder à se généraliser. 55

56 CONCLUSION La télévision ne connaît plus de frontières. Elle sera dans un avenir très proche disponible sur tous les supports numériques : poste de télévision, ordinateur, mobile, récepteurs portatifs. Faut-il y voir une opportunité ou une menace, la question ne peut être tranchée et les réponses ne pourront qu être différentes selon les acteurs questionnés. Mais l évolution de la télévision ne touchera pas uniquement les canaux de diffusion. A fortiori, ces derniers impliqueront un changement notable des comportements des usagers. La délinéarisation des usages représente une nouvelle facette des comportements des (télé)internautes. Plus besoin d être à une heure donnée devant le poste de la maison afin de regarder un programme. Télévision par la 3G ou le DVB-H, enregistreur sur disque dur avec contrôle du direct, télévision de rattrapage, tous les moyens existeront pour ne plus être dépendant d un horaire. Plus loin dans ces nouveaux comportements, on voit apparaître la production audiovisuelle personnelle à la disposition de tous avec l initiative de Free, matvperso. Illiad propose un espace d expression, de liberté, et de création totalement gratuit. Ceci se révèlera peut être comme la télévision 2.0, celle de ceux qui voudront partager leur expérience au sein de leur communauté tout comme il est possible de faire sur Youtube. Les grandes chaînes de télévision ont bien compris ce virage et se sont donc positionnées sur tous les supports : TNT, TMP, Internet. Pour autant, il leur faudra fournir les contenus adéquats aux différents supports. Des programmes courts devraient être mieux adaptés à la télévision mobile. Pour des raisons techniques liées à la bande passante, il serait judicieux de 56

57 bénéficier de la haute définition sur les supports permettant un très haut débit. Internet se verra doté en programmes de tous types : rediffusion, avant-première ou direct. Tout ceci va dans une logique de nouvelle audience, ce qui n est pas pour déplaire aux grandes chaînes privées. Nouveaux support, nouveaux contenus, nouveaux comportements impliquent automatiquement nouveaux téléspectateurs. 57

58 BIBLIOGRAPHIE Monographies CHANIAC R. et JEZEQUIEL J.-P., 2005, La télévision, La Découverte, Repères DANARD B. et LE CHAMPION R., 2005, Les programmes audiovisuels, La Découverte, Repères JOST F., 2005, Comprendre la télévision, Armand Colin, 128 MISSIKA J.-L., 2006, La fin de la télévision, Seuil, République des Idées ROUX D., 2006, TV et vidéo sur Internet, Economica ROUX D., 2007, La télévision de demain, Economica Etudes Centre National de la Cinématographie, Les nouvelles formes de consommation des images : TNT, TVIP, VOD, sites de partage, piraterie, novembre 2007 Centre National de la Cinématographie, L économie de la VOD en France, mars 2008 Conseil Supérieur de l Audiovisuel, Les chiffres clés de l audiovisuel français, mars 2008 Médiamétrie, Media In Life, juillet 2008 Médiamétrie, Médiamat, septembre 2008 Médiamétrie, Global TV, octobre

59 CSA / Comité Stratégique pour le Numérique / Direction du Développement des Médias / GIP France Télé Numérique, Observatoire de l équipement des foyers pour la réception de la TV numérique 1er semestre 2008, octobre 2008 Rapports publics Rapport de la Commission pour la nouvelle télévision publique, juin 2008 Rapport de la Commission du dividende numérique, juillet 2008 Sites internet Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes : Centre National de la Cinématographie : Colloque «Le paysage audiovisuel après le big bang», 27 mars 2008 : Commission du dividende numérique : Commission pour une Nouvelle Télévision Publique : Conseil Supérieur de l Audiovisuel : Direction du Développement des Médias : Forum de la Télévision Mobile : Laurent Sorbier : Médiamétrie : Ministère de la Culture et de la Communication : 59

60 Presse «Médiamétrie propose de nouveaux modes de calcul des audiences», Le Monde, 6 juillet 2007 «Jean-Louis Missika : le pouvoir bascule des diffuseurs aux consommateurs», Le Monde, 23 septembre 2007 «L audiovisuel français bousculé par le numérique», Le Monde, 26 octobre 2007 «La télévision vient au mobile», Le Monde, 9 novembre 2007 «Télécoms : les opérateurs doivent-ils investir dans les contenus?», La Tribune, 11 février 2008 «Les chaînes bousculées par Internet», Le Monde, 26 février 2008 «TV 3.0, télé du futur, avenir de la télévision», La Tribune, 7 avril 2008 «La vidéo sur Internet bouscule le modèle des chaînes de télévision», Les Echos, 9 avril 2008 «Pour Orange, le modèle historique de la télévision est dépassé», La Tribune, 10 avril 2008 «Bruno Chetaille : le numérique modifie les comportements des téléspectateurs», Le Monde, 13 avril 2008 «Le numérique modifie le comportement des téléspectateurs», Le Monde, 13 avril 2008 «Les opérateurs enrichissent leurs tuyaux de contenus originaux», Libération, 26 mai 2008 «La TMP va-t-elle bouleverser les médias?», La Tribune, 28 mai 2008 «Le big bang de la télévision», Le Figaro, 4 juin

61 «La télévision traditionnelle déchaînée», Les Echos, 11 juin 2008 «La télévision publique à l aube d une refondation», La Tribune, 25 juin 2008 «La consommation des médias en constante évolution», La Tribune, 25 juin 2008 «Les défis de la télévision de demain», Le Monde, 29 juin 2008 «Télévision de rattrapage : Christine Lagarde promet un débat législatif sur l exclusivité France Télévisions Orange», Les Echos, 7 juillet 2008 «Bras de fer autour de l extinction de la télévision analogique», Les Echos, 23 juillet 2008 «Quand la TNT fait exploser le PAF», Les Echos, 24 juillet 2008 «La mesure d audience doit s adapter», Les Echos, 31 juillet 2008 «Opérateurs télécoms et audiovisuels s affrontent sur la télévision mobile», Les Echos, 5 août

62 ANNEXES 62

63 Annexe 1 : programme et affiche de la conférence «La culture peut-elle être gratuite?» 63

64 64

65 65

66 66

67 67

68 68

69 Annexe 2 : programme et affiche de la conférence du 28 mai

70 70

71 71

72 72

73 73

74 74

75 Annexe 3 : présentation Médiamétrie lors de la conférence du 28 mai 2008 La Télévision telle que nous la connaissons est-elle morte? Les nouveaux modes de consommation de la Télévision Mercredi 28 mai 2008 Université Paris Dauphine La Télévision Ce qu il faut retenir Progression de la durée d écoute quotidienne chez les jeunes populations Moyenne sur l ensemble des 4 ans et minutes vs 2006 Les ans Les 4-14 ans 2h minutes vs h minutes vs h27 Les individus de CSP+ + 2 minutes vs h48 Les ménagères de de 50 ans + 1 minute vs h40 L ensemble de la population adulte + 2 minutes vs h39 Source Médiamétrie - Médiamat 75

76 La Télévision Ce qu il faut retenir Les parts d audience moyenne en avril 2008 sur une journée moyenne 76,9% ,4% 12,7% 20 0 Chaînes Câble hertziennes Satellite Ensemble d une journée moyenne et sur l Access et le Prime 80 79,9% 80 80,8% ,9% 11,2% ,9% 10,3% 0 Chaînes hertziennes Câble Satellite 0 Chaînes hertziennes Câble Satellite Access Prime Source Médiamétrie - Médiamat Internet et la vidéo Ce qu il faut retenir Une forte croissance de la vidéo sur internet Près de 13 millions d internautes ont consulté des contenus vidéo directement sur Internet au cours du dernier mois En millions, Utilisateurs vidéo directement sur Internet (Streaming) dernier mois (en milliers) En %, part des internautes dernier mois Source Médiamétrie - Observatoire des Usages Internet - Tous lieux de connexion Merci de votre attention 76

77 Annexe 4 : photos de la conférence du 28 mai 2008 Ouverture de la conférence par le Professeur Dominique Roux, Directeur du Master 226 Michel Boyon, Président du Conseil supérieur de l Audiovisuel 77

78 Table ronde 1 : «Quels seront les modes de consommation de la télévision de demain?» Alain Weill, PDG de NextRadioTV Maxime Lombardini, Directeur général d Iliad-Free 78

79 Table ronde 2 : «Quels seront les nouveaux modèles économiques de la télévision?» Thomas Valentin, Vice-président du Directoire et Directeur général des antennes et des contenus du groupe M6 et Frédéric Bellier, Senior Vicepresident Global Media Sales de Dailymotion Jean-Christophe Thiery, Directeur général de Direct 8 79

80 Bruno Retailleau, Sénateur de la Vendée, Président de la Commission du dividende numérique Clôture de la conférence par Laurent Sorbier, Maître de conférences associé à l Université Paris-Dauphine, Conseiller référendaire à la Cour des comptes 80

81 Annexe 5 : Extrait du Médiamat Septembre 2008 sur la durée moyenne d écoute par individu 81

82 Annexe 6 : Extrait étude CNC - Nouveaux moyens d accès et multiplication des écrans 82

83 Annexe 7 : Extrait du Médiamat Septembre 2008 sur la part d audience des agrégats et des chaînes 83

MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE?

MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE? MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE? Dans le cadre des Soirées Numériques de Dauphine, le Master

Plus en détail

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques 1 Pour un nouveau régime des chaînes thématiques Dans le cadre d une réforme structurelle de la réglementation de l audiovisuel annoncée par la Ministre de la culture et de la communication en début d

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Composition de l échantillon : 1 ère vague de recrutement : 1004 foyers, soit 2440 individus

Plus en détail

Baromètre de la TV en ligne - Bilan 2012 La consommation bondit de 45% grâce aux terminaux mobiles, à la TV connectée et aux programmes Live

Baromètre de la TV en ligne - Bilan 2012 La consommation bondit de 45% grâce aux terminaux mobiles, à la TV connectée et aux programmes Live Communiqué de presse 18/02/2013 Baromètre de la TV en ligne - Bilan 2012 La consommation bondit de 45% grâce aux terminaux mobiles, à la TV connectée et aux programmes Live Canal+ Régie, France Télévisions

Plus en détail

TV linéaire en ligne

TV linéaire en ligne Stratégies et développement pour les médias et services numériques TV linéaire en ligne L autre façon de regarder la télévision Présentation des résultats NPA Conseil 102-104, avenue Edouard Vaillant 92100

Plus en détail

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 LES DERNIERES TENDANCES MEDIAS ET NUMERIQUES Département Télécoms Cinéma et Comportements Médias Sommaire Contexte et Objectifs...3 Contenu du dossier...4

Plus en détail

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision 28 juillet 2015 2 STRUCTURE DE L ÉTUDE Les nouveaux visages de la télévision de rattrapage.

Plus en détail

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES?

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? Colloque «Les écrans et les jeunes : quelle place, quelle offre, quelles évolutions?» 9 décembre 2014 Direction des études et de la prospective

Plus en détail

Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces

Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces 26 novembre 2014 Séminaire régional de formation sur l audiovisuel dans la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient yann.bonnet@cnnumerique.fr

Plus en détail

Agenda. EBU - New Media Forum 2006. Neuf cegetel en bref. Image du marché français du haut débit et de la télévision payante.

Agenda. EBU - New Media Forum 2006. Neuf cegetel en bref. Image du marché français du haut débit et de la télévision payante. EBU - New Media Forum 2006 22 Juin 2006 Agenda Neuf cegetel en bref Image du marché français du haut débit et de la télévision payante L offre neuf TV Applications & évolutions 2 1 Qui sommes-nous? Un

Plus en détail

TNT : quelle norme pour quel modèle?

TNT : quelle norme pour quel modèle? 19 octobre 2004 TNT : quelle norme pour quel modèle? La numérisation de la diffusion hertzienne terrestre de la télévision a été entreprise par de nombreux pays dans le monde depuis la fin des années 90.

Plus en détail

Baromètre de l innovation Janvier 2015

Baromètre de l innovation Janvier 2015 Baromètre de l innovation Janvier 2015 Les pratiques culturelles des français et leurs usage s numériques Un baromètre BVA Syntec numérique Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Sommaire. SCHOLE MARKETING Page 1 AVANT-PROPOS ...

Sommaire. SCHOLE MARKETING Page 1 AVANT-PROPOS ... Médianalyses Panorama mondial des technologies audiovisuelles Réseaux, équipements et services Allemagne, Corée du Sud, Espagne, États tats-unis France, Italie, Japon, Royaume-Uni. mai 2011 Sommaire AVANT-PROPOS...

Plus en détail

l économie de la télévision

l économie de la télévision les études du CNC septembre 2012 l économie de la télévision financements, audience, programmes Centre national du cinéma de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12,

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Présenté par : Damien Guiavarch Sommaire 1. Introduction... 3 2. Présentation de la VàD... 4 2.1 Technologie de la VàD... 4 2.2 La VàD dans le monde...

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1 C O M M U N I Q U E Boulogne-Billancourt, le 29 décembre 2009 Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l audience TV et de la publicité TV

Plus en détail

Les usages du THD : quelques observations pour demain

Les usages du THD : quelques observations pour demain Les usages du THD : quelques observations pour demain Les objectifs de l étude sont de comprendre et de connaître les usages des utilisateurs de l Internet Très Haut Débit (TDH), mais aussi de voir en

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

Future TV Stratégies 2020

Future TV Stratégies 2020 Future TV Stratégies 2020 M10212 - Juillet 2010 Market & Data Report www.idate-research.com Gilles Fontaine Directeur Général Adjoint g.fontaine@idate.org Florence Le Borgne Directrice de la Business Unit

Plus en détail

Troisième édition 2 e trimestre 2012

Troisième édition 2 e trimestre 2012 Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Troisième édition 2 e trimestre 2012 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université Paris-Dauphine, sous la direction

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Passage à la télévision tout numérique Auvergne le 10 mai 2011

Passage à la télévision tout numérique Auvergne le 10 mai 2011 Passage à la télévision tout numérique Auvergne le 10 mai 2011 1 Le groupement d intérêt public (GIP) France Télé Numérique Sa composition France Télé Numérique réunit l Etat (50%) et les chaînes «historiques»

Plus en détail

Contribution HD Forum au HLG spectre de la Commission Européenne

Contribution HD Forum au HLG spectre de la Commission Européenne Le HD forum Contribution HD Forum au HLG spectre de la Commission Européenne L'association HD Forum mobilise depuis 2004 une quarantaine de membres regroupant tous les acteurs professionnels de la chaîne

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

05 le développement de la VoD en France

05 le développement de la VoD en France 05 le développement de la VoD en France L offre de vidéo à la demande (VoD) continue de se développer en France. De nouvelles plates-formes se créent, les offres existantes s enrichissent. Les modalités

Plus en détail

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE LE 1 JUILLET 2005 Paris, le 9 septembre 2005 1 INTRODUCTION

Plus en détail

LA VIDEO A LA DEMANDE ET LA TELEVISION DE RATTRAPAGE EN EUROPE SYNTHESE

LA VIDEO A LA DEMANDE ET LA TELEVISION DE RATTRAPAGE EN EUROPE SYNTHESE LA VIDEO A LA DEMANDE ET LA TELEVISION DE RATTRAPAGE EN EUROPE SYNTHESE Face à une offre foisonnante, les usagers vont privilégier le confort de visionnage et l accompagnement éditorial Il est désormais

Plus en détail

Pratiques de la VOD en France

Pratiques de la VOD en France Pratiques de la VOD en France Décembre 2006 Cette étude a été réalisée par : Novatris Sophie Dupouy, Isabelle Maurice 5-7 rue de Sahel 75012 Paris Tél. : 01.44.87.60.30 Fax : 01.44.87.60.31 www.novatris.com

Plus en détail

CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR. passe à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique C est simple!

CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR. passe à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique C est simple! CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR passe à la télé tout numérique Passez vite à la télé numérique C est simple! tous au numérique! Avant le 6 mai 2010 Qu est-ce que le passage à la télé tout numérique?

Plus en détail

L accès à Internet. Votre fournisseur d accès à Internet 1/2. Box internet. Box internet. Décodeur TV. Décodeur TV. Freebox. Livebox.

L accès à Internet. Votre fournisseur d accès à Internet 1/2. Box internet. Box internet. Décodeur TV. Décodeur TV. Freebox. Livebox. # $ % "!" #! #&!' L accès à Internet Votre fournisseur d accès à Internet 1/2 Freebox Livebox Freebox Révolution Livebox Play Freebox Crystal Neufbox Bbox Boxde SFR / Neufbox Bbox Sensation Box Evolution

Plus en détail

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile BAROMOBILE EDITION 2011 Le baromètre de l internet mobile «Le monde change» Alors que les smartphones poursuivent leur envolée, le trafic de données sur le téléphone mobile explose. Il devrait être multiplié

Plus en détail

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Le cycle de vie d un produit culturel Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Objectifs Mesurer l impact d Internet Observer le cycle de vie des produits culturels Mieux comprendre les rôles

Plus en détail

3 / Pour en savoir plus

3 / Pour en savoir plus 3 / Pour en savoir plus / Fiches techniques / Le dégroupage d une ligne téléphonique P. 38 / Les débits P. 39 / Les équipements à domicile P. 40 / Communications électroniques et accès à la télévision

Plus en détail

La Télévision Numérique Terrestre Contexte Technique

La Télévision Numérique Terrestre Contexte Technique La Télévision Numérique Terrestre Contexte Technique CNAM, 24 mars 2005 Bertrand MAZIERES Direction Technique TDF Plan Introduction: Qu est ce que la TNT? Etapes de la TNT Principes techniques Planification

Plus en détail

Liste des sujets de mémoire CSA

Liste des sujets de mémoire CSA Liste des sujets de mémoire CSA Editeurs \Radio Monographies de radio (description d une station de radio, quels en sont les traits les plus particuliers et distinctifs) les programmes de nuit Les «matinales»

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Nouveau record pour la télévision en ligne Le 07 novembre 2013 Résultats du baromètre de la TV en ligne, septembre 2013 Suresnes, le 07 novembre 2013 Canal+ Régie, France Télévisions

Plus en détail

Le Programmatique en Télévision Le contexte particulier du marché français 08/10/2015

Le Programmatique en Télévision Le contexte particulier du marché français 08/10/2015 Le contexte particulier du marché français 08/10/2015 Le potentiel du programmatique en Télévision Particulièrement la qualification des inventaires et les spots personnalisés Dépend de 2 facteurs Les

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Arrêt de la diffusion analogique sur le satellite Atlantic Bird 3 (AB3) Contacts presse

Arrêt de la diffusion analogique sur le satellite Atlantic Bird 3 (AB3) Contacts presse Arrêt de la diffusion analogique sur le satellite Atlantic Bird 3 (AB3) Contacts presse France Télé Numérique Franca Vissière 01 41 49 47 30 / 06 09 48 79 43 Franca.vissiere@harrison- wolf.com France Télé

Plus en détail

LA NOUVELLE EXPÉRIENCE

LA NOUVELLE EXPÉRIENCE LA NOUVELLE EXPÉRIENCE ÉDITO Le Groupe propose depuis toujours des contenus exceptionnels basés sur un savoir-faire éditorial unique. Dans un paysage élargi où une infinité de programmes se dilue dans

Plus en détail

PRESENTATION DE L ACCORD GE 06 ET SES CONSEQUENCES POUR LA RADIODIFFUSION

PRESENTATION DE L ACCORD GE 06 ET SES CONSEQUENCES POUR LA RADIODIFFUSION PRESENTATION DE L ACCORD GE 06 ET SES CONSEQUENCES POUR LA RADIODIFFUSION Présenté par : KANAKE Lalle Ingénieur de radioélectricité Membre de la HAAC - TOGO La conférence Régionale des Radiocommunications

Plus en détail

Les Français et la télévision : une consommation record

Les Français et la télévision : une consommation record Les Français et la télévision : une consommation record Comment les Français regardent-ils la télévision? Quels sont leurs programmes préférés? Leur équipement? Réponses avec les chiffres-clés issus du

Plus en détail

Passage à la télévision tout numérique en région Nord-Pas-De-Calais

Passage à la télévision tout numérique en région Nord-Pas-De-Calais Passage à la télévision tout numérique en région Nord-Pas-De-Calais Un dispositif d assistance technique et d aides financières mis en place par l Etat Une assistance humaine mise en œuvre par France Télé

Plus en détail

Baromètre TV Numérique

Baromètre TV Numérique Novembre 2006 - N 1 «Je suis heureux de vous annoncer la création du Baromètre de la télévision numérique, un projet qui a été initié par TDF et réalisé avec NPA Conseil. Il s agit du premier outil du

Plus en détail

MERCREDI 12 DÉCEMBRE 17H00 À 20H00 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA CULTURE PEUT-ELLE ETRE GRATUITE?

MERCREDI 12 DÉCEMBRE 17H00 À 20H00 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA CULTURE PEUT-ELLE ETRE GRATUITE? MERCREDI 12 DÉCEMBRE 17H00 À 20H00 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA CULTURE PEUT-ELLE ETRE GRATUITE? Dans le cadre des Soirées Numériques de Dauphine, l association Rezo 226 (www.rezo226.com)

Plus en détail

OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00. Étude sur la numérotation des chaînes TNT

OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00. Étude sur la numérotation des chaînes TNT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00 Étude sur la numérotation des chaînes TNT Méthodologie Méthodologie Dispositif général Méthodologie : Étude quantitative en ligne

Plus en détail

Méthodologie de test de non-conformité à la segmentation de la table NIT des récepteurs TNT vendus aux consommateurs

Méthodologie de test de non-conformité à la segmentation de la table NIT des récepteurs TNT vendus aux consommateurs Méthodologie de test de non-conformité à la segmentation de la table NIT des récepteurs TNT vendus aux consommateurs Table des matières 1. Contexte...- 3-2. Objectif...- 3-3. Documents de référence...-

Plus en détail

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0?

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Fondée sur la diversité culturelle, la télévision européenne vise à protéger les valeurs et les droits fondamentaux de l Union européenne

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

Le Languedoc Roussillon passe au tout numérique et ça commence par le 13 octobre 2010! Suis-je concerné(é)? Que dois-je faire?

Le Languedoc Roussillon passe au tout numérique et ça commence par le 13 octobre 2010! Suis-je concerné(é)? Que dois-je faire? Le Languedoc Roussillon passe au tout numérique et ça commence par le 13 octobre 2010! Suis-je concerné(é)? Que dois-je faire? Qu est-ce que le passage à la télé tout numérique? C est le remplacement du

Plus en détail

Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE

Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE 2011 Notre portail Smart TV a reçu la récompense «Best innovation» lors du CES 2011 en s appuyant sur son extrême

Plus en détail

Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes?

Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes? Mise à jour terminal Contrôle de réception Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes? Préférences écran Confort Vidéo Confort Audio Code parents Recherche des chaînes TNT Cas Vous avez

Plus en détail

Introduction de la TNT au Maroc

Introduction de la TNT au Maroc Introduction de la TNT au Maroc Arusha, 15 décembre 2011 Ahmed Ghazali Président de la HACA, Maroc Sommaire Aperçu sur la situation au Maroc Modes de réception de la télévision au Maroc Contexte régional

Plus en détail

1 / Comment ça marche

1 / Comment ça marche 1 / Comment ça marche? Les technologies évoluent en permanence et ouvrent la voie à de nouveaux usages de communication. En parallèle, les offres des opérateurs se diversifient. Je peux aujourd hui, à

Plus en détail

Nouvelle Génération de TV Interactive Hotel Services Une fonction de concierge électronique avec des services tels que accueil personnalisé, wake up call, check-out vidéo, de messagerie, la description

Plus en détail

Ensemble vers la télévision entièrement numérique :

Ensemble vers la télévision entièrement numérique : Ensemble vers la télévision entièrement numérique : Le 19 Octobre 2010, en Poitou Charentes marquera l arrêt de la diffusion analogique des chaînes reçues par l antenne «râteau» (TF1, France 2, France

Plus en détail

La télé comme je la veux, quand je le veux!

La télé comme je la veux, quand je le veux! La télé comme je la veux, quand je le veux! Avec la netbox, regardez ce que vous voulez quand vous le voulez! Design, compacte et high-tech, la netbox vous offre le meilleur du numérique. Grâce à son ergonomie

Plus en détail

La télé comme je la veux, quand je le veux!

La télé comme je la veux, quand je le veux! La télé comme je la veux, quand je le veux! Avec la netbox, regardez ce que vous voulez quand vous le voulez! Design, compacte et high-tech, la netbox vous offre le meilleur du numérique. Grâce à son ergonomie

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Septième édition 2 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Huitième édition 3 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Conseil de Développement COMMISSION 1 Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Par lettre en date du 10 février 2005, le Bureau de Saint-Etienne Métropole, par l intermédiaire

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Sixième édition 1 er trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR)

Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) Offre - consommation - usages Février 2012 L'offre de TVR - février 2012 L'offre de TVR selon la durée de disponibilité nombre de vidéos volume horaire déc

Plus en détail

Elo [Tapez le résumé du document ici. Il s'agit généralement d'une courte synthèse du document.]

Elo [Tapez le résumé du document ici. Il s'agit généralement d'une courte synthèse du document.] Elo [Tapez le résumé du document ici. Il s'agit généralement d'une courte synthèse du document.] Alors que l avenir des chaînes majeures est menacé par le développement des chaînes dites «de complément»

Plus en détail

GRILLE D'AIDE AU CHOIX D'UN OPERATEUR (= Fournisseur d'accès Internet) POUR LES PARTICULIERS - VERSION 1-09/12/2013 PREAMBULE : Afin de connaitre

GRILLE D'AIDE AU CHOIX D'UN OPERATEUR (= Fournisseur d'accès Internet) POUR LES PARTICULIERS - VERSION 1-09/12/2013 PREAMBULE : Afin de connaitre GRILLE D'AIDE AU CHOIX D'UN OPERATEUR (= Fournisseur d'accès Internet) POUR LES PARTICULIERS - VERSION 1-09/12/2013 PREAMBULE : Afin de connaitre tous les termes d'un contrat, lisez attentivement les conditions

Plus en détail

1 /// 9 Les médias solutions

1 /// 9 Les médias solutions 1 /// 9 Les médias solutions 1. les médias la presse écrite le public le divertissement la maison de la presse le bureau de tabac le quotidien le tirage la publication les faits divers la nouvelle locale

Plus en détail

Le marché publicitaire télévisuel français en 2009 : (r)évolution? Commission prospective

Le marché publicitaire télévisuel français en 2009 : (r)évolution? Commission prospective Le marché publicitaire télévisuel français en 2009 : (r)évolution? Commission prospective Février 2009 Synthèse L annonce par le Président de la République, le 8 janvier 2008, d engager une réflexion sur

Plus en détail

Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis

Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis Boulogne, le 14 mai 2009 Communiqué de presse Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis Le 25 mai, Bouygues Telecom lancera ideo, les Tout-en-un qui proposent

Plus en détail

FRANCE 24 et RFI : nouveaux sites Internet et nouvelles ambitions multimédia à l international

FRANCE 24 et RFI : nouveaux sites Internet et nouvelles ambitions multimédia à l international FRANCE 24 et RFI : nouveaux sites Internet et nouvelles ambitions multimédia à l international Edito Le multimédia est l une des priorités majeures affichées par Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent

Plus en détail

Télévision Tout Numérique

Télévision Tout Numérique Télévision Tout Numérique La boîte à outils pour le passage au 15 juin 2011 La région Rhône-Alpes : un passage en deux temps La zone ««Rhône Rhône» comprend» le 15 juin les départements de l Ain, l Ardèche,

Plus en détail

Les chaînes de télévision et la production audiovisuelle indépendante

Les chaînes de télévision et la production audiovisuelle indépendante Liza BENGUIGUI Alexandra De TIMARY Les chaînes de télévision et la production audiovisuelle indépendante Le secteur français de l audiovisuel a, jusque dans les années 80, fait l objet d un monopole étatique.

Plus en détail

Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision?

Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision? Réception de la TNT : Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision? Le passage à la télévision «tout numérique», qui s est achevé en France fin 2011, a constitué une évolution importante

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Deuxième édition - 1 er trimestre 2012 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Responsable d antenne (de diffusion) DIFFUSION TELE FICHE METIER. «Responsable d antenne» APPELLATION(S) DU METIER. Responsable d antenne

Responsable d antenne (de diffusion) DIFFUSION TELE FICHE METIER. «Responsable d antenne» APPELLATION(S) DU METIER. Responsable d antenne Responsable d antenne (de diffusion) Version APPELLATION(S) DU METIER Responsable d antenne DEFINITION DU METIER Sous l autorité de la Direction d une chaîne de télévision, le responsable d antenne de

Plus en détail

«La télévision tue le cinéma.»

«La télévision tue le cinéma.» «La télévision tue le cinéma.» Le téléspectateur a oublié depuis longtemps que regarder un film à la télévision, ce n est que regarder une mauvaise copie de l original. Jean-Luc Godard Les relations entre

Plus en détail

Baromètre de perception de la qualité des programmes

Baromètre de perception de la qualité des programmes Baromètre de perception de la qualité des programmes Vague 1 Janvier 2013-1 - Méthodologie Recueil Etude réalisée par l Institut BVA par téléphone du 3 au 27 octobre 2012 auprès de 2002 personnes interrogées

Plus en détail

Les résultats d audience

Les résultats d audience Paris, le 08 mars 2011 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour publication immédiate Les résultats d audience Voici les résultats de la vague n 20 de mesure de Médiamétrie concernant la période du 30 août 2010 au 13

Plus en détail

la location de DVD nouvelle génération

la location de DVD nouvelle génération la location de DVD nouvelle génération Regarder des centaines de DVD depuis son canapé, sans sortir de chez soi, ni dépenser des fortunes c est possible. Il suffit de choisir ses DVD en ligne sur www.glowria.fr

Plus en détail

Étude d impact de la demande de passage sur la TNT gratuite de la chaîne Paris Première - Version publique

Étude d impact de la demande de passage sur la TNT gratuite de la chaîne Paris Première - Version publique Étude d impact de la demande de passage sur la TNT gratuite de la chaîne Paris Première - Version publique Les informations couvertes par le secret d affaires figurent entre crochets et sont remplacées

Plus en détail

VOTRE INTERLOCUTEUR L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES, POUR TOUT SAVOIR, SUIVEZ LE GUIDE PANNES D ÉMETTEURS? PERTURBATIONS SUR LA TNT?

VOTRE INTERLOCUTEUR L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES, POUR TOUT SAVOIR, SUIVEZ LE GUIDE PANNES D ÉMETTEURS? PERTURBATIONS SUR LA TNT? PANNES D ÉMETTEURS? ARRIVÉE DE NOUVEAUX SERVICES? PERTURBATIONS SUR LA TNT? BROUILLAGE LOCAL? L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES, VOTRE INTERLOCUTEUR POUR LA RÉCEPTION DE LA TÉLÉVISION HERTZIENNE TERRESTRE

Plus en détail

L économie de la télévision de rattrapage

L économie de la télévision de rattrapage L économie de la télévision de rattrapage Medianalyses Scholè Marketing Sommaire I. SYNTHESE... 4 A. Le succès d audience de la télévision de rattrapage... 5 1. Environ un tiers de la population concernée...

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE. LE GUIDE du passage. à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique. C est simple!

BASSE-NORMANDIE. LE GUIDE du passage. à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique. C est simple! BASSE-NORMANDIE LE GUIDE du passage à la télé tout numérique Passez vite à la télé numérique C est simple! tous au numérique! Avant le 9 mars 2010 Qu est-ce que le passage à la télé tout numérique? C est

Plus en détail

9 décembre 2014 EUTELSAT 70 rue Balard, 75015 Paris

9 décembre 2014 EUTELSAT 70 rue Balard, 75015 Paris Assemblée générale 2014 9 décembre 2014 EUTELSAT 70 rue Balard, 75015 Paris Ordre du jour Présentation des travaux des Commissions, Lecture du rapport d activité et du rapport de gestion établi par le

Plus en détail

Groupement «Télévision Numérique pour Tous»

Groupement «Télévision Numérique pour Tous» Groupement «Télévision Numérique pour Tous» c/o France Télévisions 7, esplanade Henri-de-France 75907 Paris cedex 15 tel : +33 (0)1 56 22 10 80 fax +33 (0)1 56 22 10 81 Paris, le 24 septembre 2007 Consultation

Plus en détail

DES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 RADIODIFFUSION

DES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 RADIODIFFUSION CODE OECD ORGANISATION DE COOPÉRATION ET ORGANISATION FOR ECONOMIC DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES CO-OPERATION AND DEVELOPMENT DES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 RADIODIFFUSION Pays: France Rempli

Plus en détail

La netbox débarque dans votre salon!

La netbox débarque dans votre salon! La netbox débarque dans votre salon! Avec la fibre optique, accédez à la meilleure offre TV francophone de la région et regardez ce que vous voulez, quand vous le voulez DISTRIBUÉ PAR Design, compacte

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

REPONSE DE NEXTRADIOTV A LA CONSULTATION PUBLIQUE

REPONSE DE NEXTRADIOTV A LA CONSULTATION PUBLIQUE REPONSE DE NEXTRADIOTV A LA CONSULTATION PUBLIQUE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L AUDIOVISUEL SUR LA TELEVISION MOBILE PERSONNELLE (TMP) Paris, jeudi 15 mars 2007 1 SUR LA TELEVISION MOBILE PERSONNELLE : LA

Plus en détail

Guide de la réception collective de la télévision en métropole

Guide de la réception collective de la télévision en métropole Guide de la réception collective de la télévision en métropole Conseil supérieur de l audiovisuel Direction des technologies Service de l information et de la documentation Mise à jour août 2012 C hantier

Plus en détail

Tourisme : cap vers le Web 2.0

Tourisme : cap vers le Web 2.0 Tourisme : cap vers le Web 2.0 Aujourd hui et Demain Orléans 27 novembre 2007 www.detente.fr p.viceriat@detente.fr Qu est est-ce que le Web 1.0? Le Web 1.0 est une manière simple et économique de mettre

Plus en détail

Se connecter à Internet

Se connecter à Internet 2 Se connecter à Internet 2 Se connecter à Internet 2.1 Choisir un fournisseur d accès à Internet Se connecter à Internet est devenu un véritable casse-tête, tant les offres des fournisseurs d accès sont

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Cinquième édition 4 e trimestre 2012 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

les études du CNC mars 2015

les études du CNC mars 2015 les études du CNC mars 215 l économie de la télévision de rattrapage en 214 ISSN 226-4154 Centre national du cinéma et de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12,

Plus en détail

Note d information Paris, 8 septembre 2011

Note d information Paris, 8 septembre 2011 Note d information Paris, 8 septembre 2011 FESTIVAL DE LA ROCHELLE 2011 L OFFRE ET LA CONSOMMATION DE FICTIONS SUR INTERNET Dans le cadre de sa mission d observation des usages numériques et de valorisation

Plus en détail