Contexte pétrolier 2010 et tendances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contexte pétrolier 2010 et tendances"

Transcription

1 Contexte pétrolier 21 et tendances L incertitude du contexte économique, en particulier dans les pays occidentaux, est à l origine d une fluctuation marquée du prix du pétrole en 21 : minimum de 67 $/b en mai et des pointes autour de 85 $/b, en avril et 9 $/b novembre. Il se situe en moyenne annuelle à presque 8 $/b, soit près de 2 $ de plus par rapport à l année 29 (61 $/b). Pour 211, le marché anticipe un prix compris entre 8 et 9 $/b, lié à l hypothèse d une tension croissante. Le marché privilégie la croissance des pays émergents avant le risque économique et financier des pays occidentaux. Une influence majeure des marchés financiers Le prix du pétrole n a pas échappé à l influence d un contexte économique incertain qui a provoqué de fortes corrections tout au long de l année. Il a, de ce fait, suivi globalement les hésitations des marchés financiers (figure 1), qui ont fait osciller l indice Dow Jones entre 1 et 11 4 points. Le pétrole a, pour sa part, fluctué entre 67 et 9 $/b au cours de l année. Fig. 1 - Évolution du Dow Jones et du pétrole WTI en 21 (jusqu à début décembre) WTI $/b Sources : Platts, Yahoo Dow Jones Janv.-1 Avril-1 Juil.-1 Oct La vision économique et financière a ainsi été l élément déterminant dans la formation du prix. Les secousses de la crise financière de 28, suivies par la récession économique de 29 (-,6 % au niveau mondial) continuent à peser sur les marchés par le biais de l endettement des États occidentaux. Le premier semestre a été marqué par les incertitudes du contexte européen, avec les dégradations successives de la note de la dette de la Grèce (fin 29), du Portugal (mars) et de l Espagne (mai) qui aboutissaient à un décrochage violent des marchés financiers et du pétrole en mai. La hausse du prix du brut constatée entre février et avril, soutenue par les résultats positifs des sociétés, était ainsi entièrement annulée, le pétrole passant ponctuellement sous les 7 $/b fin mai. Il faudra l annonce de la création du Fonds européen de stabilité financière (FESF), lors d un sommet exceptionnel des chefs d État début mai, pour rassurer les marchés. La publication en juillet des tests de résistance des banques jugés plutôt satisfaisants ira dans le même sens. Dans ce contexte, l euro, qui avait perdu 16 % entre janvier et juin (figure 2) commencera sa remontée alors que les inquiétudes se tourneront désormais vers les États-Unis. Le rapport de conjoncture de la Réserve fédérale américaine (Fed) de fin juillet confirmera les doutes des investisseurs quant à la pérennité de la reprise économique, avec une croissance de seulement 2,4 % au deuxième trimestre, contre 3,7 % au précédent. Cela entraînera en août une nouvelle chute des marchés et du pétrole dans leur sillage, qui perdra ainsi près de 14 $/b sur ce seul mois pour revenir vers les 7 $/b. Les mois de septembre à novembre seront à nouveau orientés à la hausse, grâce une nouvelle fois aux résultats favorables des sociétés, comme en avril et juillet, et surtout

2 Contexte pétrolier 21 et tendances à l annonce de la Réserve fédérale américaine affirmant sa volonté d injecter des liquidités, si nécessaire. Le plan de la Fed sera dévoilé le 3 novembre, prévoyant 6 milliards de dollars d achat d obligations d État avec l objectif affiché de relancer la croissance (par le biais indirect de l accroissement de la liquidité bancaire, de la hausse des actifs et de l inflation anticipée). Fig. 2 - Évolution de l euro et du Brent en 21 Brent Sources : Platts, BCE Brent $/b Janv.-1 Avril-1 Juil.-1 Oct.-1 Ce plan de création monétaire, susceptible d affaiblir le dollar, poussera le Brent vers des sommets à 88 $/b, au plus haut depuis octobre 28. La fragilité de la situation européenne, nécessitant le plan de soutien à l Irlande et l intervention de la BCE pour rassurer les marchés, fera retomber l euro de 1,42 $ à 1,31 $ fin novembre, sans trop impacter le Brent qui résistera autour des 85 $/b, avant de dépasser les 9 $/b. Comme en début d année, le lien inversé souvent évoqué entre évolution du dollar et du pétrole ne se vérifie pas, confirmant qu il n est pas systématique (figure 2). L année 21 aura donc été marquée par des mouvements haussiers et baissiers assez violents, reflets de ce contexte d après crise qui fait encore peser un risque financier majeur, avec la possibilité d une rechute de l économie. La Banque des règlements internationaux comme le FMI ont évoqué ce scénario que l on ne peut écarter. Le retour régulier en 21 vers les 7 $/b pour le pétrole s inscrivait dans cette hypothèse. Le scénario central proposé par le FMI reste néanmoins un scénario de reprise en V (figure 3) à 4,8 % au niveau mondial en 21, avec toutefois un léger recul en 211 à 4,2 %. Rappelons également que, si la croissance est assez molle pour les pays occidentaux (2,7 et 2,2 % respectivement), elle reste particulièrement vigoureuse dans le reste du monde (7,1 et 6,4 %), en particulier en /$ Brent /b 1,7 1,6 1,5 1,4 1,3 1,2 1,1 1,,9 Chine (1 %). Ce constat a été à l origine des corrections haussières poussant le brut à plus de 8 $/b. Fig. 3 - Croissance économique par zone % Source : FMI (octobre 21) Monde OCDE Non OCDE Spéculation et rôle des fondamentaux De nombreuses études ont tenté de prouver l impact de la spéculation sur les prix sans conclure pour la plupart avec certitude. Il semble néanmoins probable qu elle joue un rôle significatif de court terme pour accentuer les mouvements tendanciels du marché. Les conseils d achat ou de vente fondés sur les seules techniques graphiques et parfois automatisées ("trading algorithmique") ne peuvent être sans effet. Ces mécanismes ont probablement tendance à amplifier les mouvements, sans toutefois en créer de fictifs déconnectés du contexte. L analyse de l année 21 montre en effet que des facteurs objectifs (crainte ou espoir sur la croissance, sur le risque financier, effet euro, etc.) peuvent aussi expliquer les évolutions observées. Les mouvements des marchés ne peuvent donc pas être attribués au seul résultat des positions purement spéculatives. Ils résultent in fine d une combinaison complexe entre les positions spéculatives visant un profit, et celles des acteurs physiques qui cherchent à couvrir un risque, tout en spéculant eux-mêmes sur une hausse ou une baisse à terme. La question de la fiabilité de ces mécanismes pour découvrir un prix juste reste toutefois fondée. Elle se pose depuis 24, et surtout depuis 28 année du prix record de 144 $/b atteint en juillet. En d autres termes, est-ce que les fondamentaux du marché sont pris en compte?

3 Contexte pétrolier 21 et tendances De 24 à 28, la faiblesse des capacités de production disponibles a constitué sans aucun doute une explication crédible, aboutissant à un prix de destruction de la demande nécessaire pour rétablir l équilibre offre/ demande. Cette affirmation est cependant contestée par certains experts dans un débat qui ne sera probablement jamais tranché. Actuellement, il est possible d identifier deux facteurs susceptibles de donner un sens aux prix observés : il s agit des coûts de production les plus élevés et, à nouveau, des marges de manœuvre du marché en termes de capacités disponibles. Le premier facteur joue sur la zone d équilibre du prix, le second sur une prime éventuelle dans l hypothèse d un risque de tensions. Spéculation et volatilité La volatilité structurelle du prix du pétrole ne semble pas très fortement affectée par la montée en puissance des contrats financiers sur le pétrole observée depuis 6 ans. En moyenne mensuelle, elle est en effet relativement stable depuis les années 199, se situant autour de +/-,5 % à 1 % par jour avec bien entendu des pointes en période de crise. Fig. 4 - Écarts journaliers du Brent en $/b moyenne 22 jours $/b 1,,5 -,5-1, -1,5-2, Elle a ainsi atteint en moyenne près de + 3 % par jour au cours de la crise du Golfe de 199, et à l inverse 2 % pendant la crise financière de fin 28. Ce qui bouleverse la donne, c est évidemment la valeur absolue du pétrole en forte progression sur cette période :,5 % de 2 à 3 $/b représente,1 à,15 $, contre,35 à,4 $ pour un pétrole coté entre 7 et 8 $/b (figure 4). Source : IFP Energies nouvelles 7/8 $/b comme référence des coûts marginaux de production Compte tenu du rôle de l Opep prêt à assurer le rôle de producteur d appoint en période d offres excédentaires, le marché pétrolier a pu développer au fil du temps des offres à des coûts relativement élevés. Ce fut l offshore de la Mer du nord dans les années 8, et plus récemment l offshore très profond et les huiles non conventionnelles. Ces dernières jouent aujourd hui le rôle de fourniture marginale du marché aux coûts de production les plus élevés. Il s agit en particulier des sables bitumeux du Canada, qui représentent un volume de l ordre de 1,5 millions de baril jour (Mb/j), soit 2 % environ de la production mondiale, volume qui devrait atteindre 2,8 Mb/j en 22. Une étude de 28 d un consultant canadien (Ross Smith Energy Group) permettait d estimer la valeur plancher des huiles lourdes canadiennes à 6 $/b pour obtenir un taux de retour de l ordre de 1 %. Pour un taux de 15 %, un prix de 8 à 9 $/b devenait nécessaire. La compagnie norvégienne Statoil a évoqué plus récemment, début 21, un seuil de 7 à 8 $/b, proche de celui évoqué par l AIE (65 à 75 $/b WEO 21). Cette fourchette de prix, évoquée d ailleurs à plusieurs reprises par les membres de l Opep comme juste prix, avait donc un sens pour définir des cotations sur le marché, en ligne avec les coûts marginaux de production. Les pointes au-delà de la valeur haute des 8 $/b sont d ailleurs restées assez fragiles, avec des corrections baissières en période de doute sur la croissance. Le marché a pourtant montré, même ponctuellement, qu il était prêt à valoriser le pétrole entre 8 et 9 $/b cette année. L Opep s est d ailleurs empressé, par la voix du ministre saoudien du pétrole, d évoquer le 1 er novembre une nouvelle référence de prix entre 7 et 9 $/b. La psychologie jouant un rôle non négligeable sur les marchés, ce seul fait est susceptible de constituer un facteur de soutien du prix au-delà des 8 $/b. Néanmoins des raisons objectives sont nécessaires pour tenir un prix, les raisons erronées ou infondées ne pouvant que déboucher sur des bulles spéculatives appelées à éclater. C est donc du côté de la perception de l équilibre futur offre/demande qu il faut se tourner pour mieux comprendre les raisons d une prime sur le brut.

4 Contexte pétrolier 21 et tendances L équilibre offre/demande anticipé pèse à la hausse sur le prix Il est souvent difficile de comprendre une relative tension sur les prix à court terme (spots) alors que le seul contexte du moment ne la justifierait pas. Le marché pétrolier est en effet caractérisé par des capacités excédentaires de production assez élevées, de l ordre de 6 Mb/j, soit plus de 7 % de la demande. Pour comprendre les hausses actuelles des cours, il convient donc de se tourner vers l équilibre attendu dans les prochaines années. La demande, qui a reculé de 1,6 Mb/j entre 27 et 29 sous l effet de la crise, est désormais à nouveau orientée à la hausse. Une croissance très forte de 2,2 Mb/j est ainsi attendue en 21, et de l ordre de 1,1 Mb/j en moyenne annuelle jusqu en 215. Les pays émergents seront à l origine de la hausse (+ 1,4 Mb/j), alors que les pays occidentaux entament un déclin structurel de leur consommation. Dans le même temps, la production des non Opep devrait stagner autour des 53 Mb/j, ce qui nécessitera un recours croissant à l offre des pays de l Opep. La production du cartel passera ainsi de 34 Mb/j en 21 (LGN inclus) à plus de 39 Mb/j en 215 (figure 5). Hors LGN, la progression devrait se situer à 3,7 Mb/j, ce qui devrait permettre d absorber la hausse attendue de l Irak (+1 Mb/j d ici 215), en laissant une marge significative pour les autres pays membres soumis à quotas. L intégration de l Irak dans ce système de quota pourrait ainsi se réaliser sans trop de tensions au sein de l organisation. Fig. 5 - Équilibre du marché pétrolier et 4 Mb/j en 215. Une Opep plus forte pour gérer l offre et un déclin des marges de manœuvre constituent sans conteste des facteurs de soutien haussier pour le marché. C est la vision anticipée actuellement par les marchés, ce qui se traduit par des prix à terme, qui cotent le pétrole pour les mois à venir, orientés à la hausse. Ces cotations financières, qui fluctuent fortement comme les prix spots, avec la perception du futur, ont ainsi anticipé la moyenne 211 entre 8 et 9 $/b (figure 6) tout au long de l année 21. Les prix spots fixés au jour le jour sont influencés par ces anticipations. Un écart trop important entre prix spots et prix à terme entraînerait en effet des mécanismes physiques de réajustement via le stockage. Ceci explique pourquoi, en dépit de capacités excédentaires importantes actuellement, le prix est relativement élevé. Une progression du prix moyen annuel de 8 $/b en 21 à près de 9 $/b en 215 est ainsi envisagée par les marchés. Fig. 6 - Prix moyen mensuel du WTI (29-21) et anticipation des marchés (prix à terme) $/b WTI (mensuel) Prix à terme à différentes dates Demande 3 Janv.-9 Avril-9 Juil.-9 Oct.-9 Janv.-1 Avril-1 Juil.-1 Oct.-1 Janv.-11 Avril-11 Juil.-11 Oct.-11 Mb/j Marges Opep 4,3 5,6 2,9 2,3 1,9 3, 3,5 3, 6,2 6,5 5,9 4,8 3,9 4,5 4, Source : IFP Energies nouvelles Base données AIE Prod. non Opep Capacités Opep Prod. Opep Cette évolution aura ainsi deux conséquences majeures : d une part, renforcer le poids de l Opep sur le marché (de 39 à 42 %), et d autre part, réduire les excédents de production. De 6 Mb/j en 21, ils devraient se réduire à 4,8 Mb/j en 212 Sources : Platts, CME Group Dans ce schéma de tensions potentielles à venir, il convient également d intégrer le contexte géopolitique. Nigeria, enclave du Cabinda en Angola, Yemen, provinces pétrolières de l Irak ont ainsi été l objet d attentats ces derniers mois. Le transport maritime est également un secteur sensible, le dernier exemple remontant à juillet 21 dans le détroit d Ormuz : un pétrolier japonais a été la cible d un missile, information confirmée en novembre par l administration américaine. Le dossier iranien reste également un sujet sensible, marqué depuis juillet 26 par l adoption de cinq résolutions par le Conseil de sécurité de l ONU, la dernière, de juin 21, renforçant de manière significative le régime de sanctions. Compte tenu de ce contexte, la prime de risque géopolitique est toujours susceptible de peser plus ou moins fortement sur le marché.

5 Contexte pétrolier 21 et tendances Les risques de long terme L idée d un pic à venir ou d un plateau plus ou moins long de la production pétrolière (notion de peak oil) est désormais acceptée par la plupart des experts. Deux pays sont là pour le confirmer (figure 7), le Royaume-Uni (plateau) et la Norvège (pic). Le pic a été passé pour ces pays une fois que le cumul de la production a atteint environ la moitié des réserves exploitables. Cela répond à une loi simple que l on pourrait appeler la "théorie du triangle", les côtés du triangle représentant la production et l aire la production cumulée et donc les réserves productibles. L aire de gauche avant le pic doit être du même ordre de grandeur que l aire de droite de l après pic. Cela signifie que la production cumulée d avant pic est proche de la production cumulée d après pic, et donc égale à environ la moitié des réserves productibles. Fig. 7 - Production historique et tendancielle de la Norvège et du Royaume-Uni 1,4 1,2 1, Prod. Norvège l évolution future de la demande, avec la possibilité d une croissance faible voire d une stagnation, scénario évoqué dans le dernier rapport WEO de l AIE (scénario 45 ppm). En tenant compte des scénarios d offre/demande proposés par l AIE (figure 8) d ici 235, la production cumulée (LGN et huiles lourdes du Canada inclus) est assez proche, se situant en 235 entre 2 5 Gb dans le scénario de base (Nouvelles politiques) et 199 Gb dans le scénario le plus favorable (45 ppm). Sur ces bases, le passage critique (production de la moitié des ressources mobilisables) se situerait en 215 sur la base du seul potentiel connu qui s élève à 2 75 milliards de barils (Gb), en tenant compte des révisions récentes de l Irak (+ 28 Gb), de l Iran (+ 13 Gb) et du Koweït (+ 12 Gb). En retenant un potentiel ultime plus élevé, estimé par l USGS à 3 6 Gb (scénario médian), la date critique se situerait en 23. Fig. 8 - Offre de liquides 29 et Mb/j 67,9 68,5 57, Mb/j 235 Nouvelles politiques - 13 Mb/j 45 ppm - 89 Mb/j Gb,8 Prod. RU,6,4, Source : BP Au niveau mondial, cette analyse est plus difficile à faire compte tenu des trois paramètres suivants : l incertitude sur les ressources ultimes récupérables, la diversité de l offre de liquides qui est plus large que les seuls pétroles conventionnels : elle inclut les liquides de gaz naturel (LGN), les pétroles non conventionnels (huiles lourdes - Canada et Venezuela), mais aussi les produits pétroliers issus du gaz ou du charbon (GTL et CTL) ainsi que les biocarburants, 1,8 17,9 13,3 2,3 9,5 7,4 Pétrole Liquide de Huiles lourdes conventionnels gaz naturel GTL, CTL Source : IFP Energies nouvelles Base données AIE 8,1 2,3 3 2,5 4,4 1,1 Gain raffinage Biocarburants À court/moyen terme, le risque de pic, au niveau mondial, est donc assez faible, mais présente une probabilité forte d intervenir avant 23. Il convient de souligner que, d un point de vue régional, la situation est bien différente, marquée par un recul de l offre non Opep. Cela signifie un recours croissant inévitable à l offre Opep qui concentre 7 % des réserves mondiales. La moitié de l offre pétrolière dépendra ainsi de l Opep d ici 2 ans, contre 4 % actuellement.

6 Contexte pétrolier 21 et tendances Un scénario baissier à court terme reste envisageable... Ce schéma de hausse régulière du prix s appuie bien évidemment sur le scénario central de croissance économique proposé par le FMI. Il implique une forte croissance de la demande pétrolière des pays émergents, Chine en tête, qui compense largement le recul de celle des pays occidentaux. Le niveau effectif de la croissance économique à venir sera ainsi un facteur déterminant pour le prix du brut. La croissance mondiale de 4,2 % envisagée pour 211 reste encore incertaine, comme le rappelle régulièrement le FMI, soulignant en particulier les risques financiers existants. Un scénario à seulement 3 % de croissance est ainsi envisagé pour 211. Poids de la dette dans les pays occidentaux qui peut à la fois peser sur la demande et les taux d intérêt, risque de bulle dans certains pays émergents lié à un afflux de capitaux, politique restrictive en Chine visant à contrôler l inflation sont autant de scénarios envisageables. Un retour vers les 7 $/b est ponctuellement envisageable dans un tel contexte dégradé. Il convient également de souligner que la baisse des coûts de production des pétroles les plus chers à produire, les pétroles lourds du Canada en particulier, est également envisagée. Le seuil jugé comme raisonnable compris entre 7 et 8 $/b n est de ce fait pas une fatalité, ce qui pourrait peser à la baisse sur les prix. Vers une moyenne de 8 à 9 $/b en 211 La moyenne 21 s inscrit à près de 8 $/b, ce qui constitue un record juste derrière les 97 $/b de 28, année de tous les excès. Cette valeur 21 s inscrit dans une tendance de fond que l on observe depuis 24 (38 $/b), qui a abouti à un doublement du prix du pétrole en six ans. Si l on tient compte de l ensemble des incertitudes d ordre économique, géopolitique ou liées aux fondamentaux du marché, une fourchette de prix allant de 7 à 9 $/b en moyenne 211, n est pas irréaliste. Le scénario baissier ne constitue néanmoins pas le scénario de référence des marchés qui privilégient une tendance haussière pour les années à venir, avec un équilibre dans la zone haute des 8 à 9 $/b. Des pointes vers les 1 $/b sont même envisagées. Ce scénario s inscrit dans une vision optimiste sur l évolution économique mondiale et tient compte du rôle désormais majeur des pays émergents. Leur croissance, à l origine de la hausse de la demande pétrolière, reste solide en dépit de la mollesse de celle des pays occidentaux. Cette montée en puissance des pays émergents, qui marque l avènement d un monde nouveau, s inscrit ainsi dans les cours du brut. Impact du prix du pétrole sur le marché gazier Le prix du gaz importé en Europe est historiquement indexé sur les produits pétroliers, et donc indirectement sur le pétrole. Depuis le début de la crise financière de 28, on assiste à un découplage très marqué de ce prix par rapport aux cotations court terme, NBP pour le Royaume-Uni et Henry Hub pour les États-Unis (figure 9). Plusieurs facteurs sont à l origine de ces écarts : le pétrole, qui avait fortement chuté début 29 (4 $/b environ) connait depuis une progression régulière (74 $/b fin 29, 8 $/b en 21), les marchés spots du gaz ont fortement réagi à la crise passant par des niveaux particulièrement faibles mi-29 (1 /MWh ou 4 $/MBtu) faute de demande et dans un contexte d excédents d offre, de nouvelles références se sont mises en place en 21 : concurrence charbon pour le marché anglais, ce qui pousse le NBP à la hausse (le charbon est passé de 71 $/t en mars à 116 $/t fin 21) ; coût des gaz non conventionnels aux États- Unis, dans un contexte d excédents d offre, ce qui a maintenu les prix autour de 4 $/MBtu (hors effet hiver 29/21). Avec des prix potentiellement élevés du pétrole (8 $/b et plus), les prix indexés devraient se maintenir en 211 au dessus des prix spots, même en tenant compte d une part d indexation sur le prix court terme (1 à 15 %). Ainsi, sur la base des cotations de fin novembre, les prix indexés pourraient se situer autour de 26 /MWh contre 2 à 21 /MWh pour le NBP et 12 /MWh (4,5 /MBtu) pour le Henry Hub. La pression risque ainsi de rester forte en 211 pour réduire les achats long terme ou renégocier une nouvelle fois les contrats afin de renforcer un peu plus la part spot. Fig. 9 - Prix moyen mensuel du gaz (Europe, NBP et Henry Hub) /MWh Europe NBP Henry Hub Source : IFP Energies nouvelles - Platts ,9 $/MBtu - Base 1 = 1,3$ Guy Maisonnier - Manuscrit remis en décembre 21 IFP Energies nouvelles 1 et 4, avenue de Bois-Préau Rueil-Malmaison Cedex - France Tél. : Fax : Établissement de Lyon Rond-point de l échangeur de Solaize BP Solaize - France Tél. :

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

L'offre et la demande de pétrole

L'offre et la demande de pétrole L année 28 restera probablement dans les annales pétrolières au même titre que les chocs pétroliers de 1973 et 198, le contrechoc de 1986 ou la rupture de 24 en termes de demande. La hausse des prix a

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Géopolitique de l énergie en 2014

Géopolitique de l énergie en 2014 2014 - IFP Energies nouvelles Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Géopolitique de l énergie en 2014 Jean-Pierre Favennec Professeur

Plus en détail

Non conventionnels : impact sur les marchés de l'énergie

Non conventionnels : impact sur les marchés de l'énergie Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Non conventionnels : impact sur les marchés de l'énergie Guy Maisonnier GEP AFTP Paris,

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 213- INSTITUT DE L ENTREPRISE Helle Kristoffersen Directeur de la Stratégie TOTAL VOLATILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 ALI AL-NAIMI (MINISTRE SAOUDIEN DU PÉTROLE) EN 2015 : «NO ONE CAN SET THE PRICE OF OIL IT S UP TO ALLAH» 100 90 80 70 60 50 40 30 20 novembre

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril avril N - Le prix du pétrole dans ans : dollars/baril Les observateurs et les institutions internationales font des hypothèses très conservatrices en ce qui concerne le prix du pétrole dans les dix prochaines

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

COMMENTAIRE LES PRIX DU PÉTROLE REMONTENT, MAIS LES SURPLUS DEMEURENT. Services économiques TD

COMMENTAIRE LES PRIX DU PÉTROLE REMONTENT, MAIS LES SURPLUS DEMEURENT. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD LES PRIX DU PÉTROLE REMONTENT, MAIS LES SURPLUS DEMEURENT Faits saillants À sa réunion semestrielle, l OPEP a décidé de maintenir ses quotas de production, laissant

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS. CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015

LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS. CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015 LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015 Frédéric LASSERRE Président & Co-fondateur frederic.lasserre@belaco-capital.com 1 AVERTISSEMENT Belaco Capital est

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 1/ Contexte : En Europe, les marchés actions sont toujours aussi peu directionnels. L économie européenne et les risques géopolitiques soulèvent quelques

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Les liens entre les prix du gaz naturel et du pétrole

Les liens entre les prix du gaz naturel et du pétrole Le prix du gaz naturel sur le continent européen est encore largement défini par référence directe aux prix des énergies concurrentes en particulier le fioul lourd et le fioul domestique, ce qui aboutit

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde?

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? La réunion de tous les dangers La réunion de l OPEP du 27 novembre dernier qui s est tenue à Vienne a été évènement majeur. Dans son communiqué final, l OPEP reconnait

Plus en détail

«Japon, Moyen-Orient, reprise économique : quels impacts sur les matières premières?»

«Japon, Moyen-Orient, reprise économique : quels impacts sur les matières premières?» INFORMATION 12 mai 2011 «Japon, Moyen-Orient, reprise économique : quels impacts sur les matières premières?» Les répercussions du tremblement de terre japonais, les mouvements de révolte en Lybie tout

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Les ressources mondiales récupérables en gaz seraient équivalentes à 250 années de production actuelle La moitié provenant des gaz non conventionnels

Les ressources mondiales récupérables en gaz seraient équivalentes à 250 années de production actuelle La moitié provenant des gaz non conventionnels Séminaire Gaz de roches mères Ressources mondiales en gaz et impact des gaz de schiste sur les marchés mondiaux Anne-Sophie Corbeau Senior gas expert Les ressources mondiales récupérables en gaz seraient

Plus en détail

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris Point sur la situation en Espagne LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris 13 avril 2012 Depuis trois semaines, les marges de crédit de l Espagne sont sous pression Plusieurs événements

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Contexte pétrolier 2014 et tendances

Contexte pétrolier 2014 et tendances Contexte pétrolier et tendances La décision du 7 novembre des pays producteurs de l OPEP de ne pas intervenir sur le marché nous fait entrer dans un nouvel ordre pétrolier mondial. L Arabie saoudite a

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges (Filière pétrole) - résultats de l observation des prix et marges du mois de janvier 2015 1 -

Observatoire des prix et des marges (Filière pétrole) - résultats de l observation des prix et marges du mois de janvier 2015 1 - Bureau de la veille économique et des prix (1B) Bureau de l énergie, de l environnement et des matières premières (6A) Observatoire des prix et des marges (Filière pétrole) - résultats de l observation

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail