Mesdames, Messieurs. COLLECTIF POUR LA DEFENSE DU DROIT A L ENERGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesdames, Messieurs. COLLECTIF POUR LA DEFENSE DU DROIT A L ENERGIE"

Transcription

1 COLLECTIF POUR LA DEFENSE DU DROIT A L ENERGIE 1 ère Organisation des Consommateurs Nigériens à bénéficier d une donation du FMI Affiliée à l Organisation Internationale Droit à l Energie Sos Futur Membre du Global Compact des Nations Unies Dotée du Statut Consultatif auprès de l ECOSOC des Nations Unies Dotée du Statut d Observateur auprès de la Commission Africaine des Droits de l Homme PRESENTATION DE M. MOUSTAPHA KADI SUR LES CONDITIONS DE L EXTRACTION DE L URANIUM DU NIGER, SON IMPACT SUR LE DEVELOPPEMENT ET LES CONDITIONS DES TRAVAILLEURS A LA CONFERENCE SUR LA GEOPOLITIQUE DES RESSOURCES ET CONFLITS AU SAHEL, PARIS, 26 FEVRIER 2013 Mesdames, Messieurs. Je voudrais saluer la tenue de cette initiative partagée de la Fondation Gabriel Péri, de créer un cadre de réflexion et d échanges sur la «Géopolitique des ressources et conflits au Sahel», c est-à-dire un thème d actualité dans nos pays. Tout d abord, j adresse mes remerciements les plus sincères aux organisateurs pour l accueil chaleureux qui nous a été réservé depuis notre arrivée dans votre beau pays. Et donc nous nous félicitons que la Fondation Gabriel Péri ait non seulement accepté d accueillir cette Conférence internationale, mais aussi d en être le leader en France. Au moment où je m adresse à vous, les armées africaines sont déployées au Mali, avec le puissant appui, mais pas désintéressé, de la France pour le retour à la paix et à l intégrité du territoire malien, mais aussi pour la liberté et les droits de l homme au Sahel. Mon pays, le Niger, qui partage plus de 1000 km de frontière avec le Mali paie et continue à payer, un lourd tribut en raison des conséquences socio-économiques de cette crise qui affecte depuis plusieurs années la sous-région. Les leviers économiques que sont pour l essentiel, l exploitation minière au nord du Niger, l élevage, le tourisme, l artisanat, le commerce, ont été particulièrement affectés, privant ainsi certaines populations locales de leurs principales sources de revenus. Sur le plan social, la persistance de l insécurité a perturbé l accès aux services sociaux de base, mais également a compromis les investissements. Journal d informations Energie Pour Tous Site web :

2 Cette situation fait de cette zone un espace particulièrement exposé et vulnérable. Ainsi, la présente Conférence est donc arrivée à point nommé. Elle permettra, j en suis sûr, de tirer profit de l expérience et de l expertise des éminents participants présents dans cette salle et de discuter des nécessaires collaborations et coopérations entre les acteurs nationaux, régionaux et internationaux. Les menaces qui pèsent sur le Sahel actuellement sont de différentes natures ; elles sont transfrontalières et transnationales et nécessitent naturellement des réponses et des synergies globales. Le caractère régional et mondial de ces menaces nous impose donc des actions concertées afin de comprendre les processus socio-politiques et socioéconomiques qui s y expriment de manière récurrente. En effet, les causes de la crise actuelle au Sahel en général, et dans le Nord du Mali, en particulier, sont nombreuses, profondes et multiformes. Elles sont locales, nationales, transnationales. Elles s enracinent dans un déficit de gouvernance globale. Plus spécifiquement, et sans être exhaustif, elles révèlent notamment de la mal gouvernance dans les industries extractives au Sahel. Ces causes sont aussi liées à la précarité des conditions de vie des populations : insécurité alimentaire, malnutrition, faible accès aux services de base, inexistence de tissu économique formel, difficiles à améliorer dans ces espaces étendus et peu peuplés, caractérisés par des spécificités sociologiques telles que le nomadisme. A cela s ajoute la faible présence, voire l absence de l Etat, les moyens limités des collectivités territoriales, des chefferies traditionnelles et la faiblesse des relations transfrontalières. Plus récemment, la situation s est aggravée du fait de la circulation illicite des armes, accentuée par une importante dissémination des armes de guerre suite à l effondrement du régime de la Jamahiriya libyenne. Plusieurs dizaines de milliers d armes sont en circulation dans cette zone, dont plus de la moitié est détenue par des groupes terroristes, djihadistes. Les armes sont utilisées pour commettre des actes criminels, déstabiliser des États souverains et violer les droits humains, notamment par les enlèvements d occidentaux contre rançons évaluées à 300 millions d euros. Les enjeux et défis sécuritaires, ainsi que les menaces sérieuses qui pèsent sur le Sahel sont réels. Il s y développe en effet une crise grave qui peut déboucher sur une 2

3 déstabilisation des États Africains, voire une remise en cause de l intégrité territoriale des pays concernés par ces menaces. Les faibles moyens disponibles étant concentrés sur les services sociaux de base, très peu reste disponible pour impulser le développement économique. Or, dans cette zone, un pays comme le Niger dispose d importantes réserves d uranium estimées à plus de tonnes. L uranium, principale ressource stratégique de l'industrie minière du Niger, a été découvert à Azelik en 1957 par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) français au cours de ses explorations à la recherche de cuivre. Suite à cette découverte, la Commission de l'energie Atomique (CEA) a mené des recherches plus poussées, et a fait de nouvelles découvertes, notamment à Abokurum en 1959, à Madaouela en 1963, à Arlit en 1965, à Imouraren en 1966 et à Akouta en Le groupe AREVA a été très actif dans le développement du secteur et dans l'exploration des réserves d uranium du Niger depuis plus de 42 ans. Ce groupe opère par l'intermédiaire de ses deux filiales : la Compagnie Minière d'akouta (COMINAK) qui exploite depuis 1974 la mine d uranium d Akouta et la Société des Mines de l'air (SOMAIR) qui exploite depuis 1971 la mine d uranium d'arlit. L année 2007 marque le début de l intérêt de la Chine pour l'industrie minière au Niger, lorsque la CNNC (Compagnie Nucléaire Nationale Chinoise) est devenue l'actionnaire principal d une co-entreprise nouvellement formée, la Société des Mines d'azelik SA (Somina). La compagnie chinoise a indiqué que la mine d uranium d Azelik a produit son premier yellowcake (uraninite), le 30 décembre 2010, il s agit de la première production internationale de la CNNC. Les réserves d'uranium du Niger sont situées dans le bassin de Tim Mersoi, une zone couvrant près de kilomètres carrés dans le nord-ouest. Il y a au moins 13 gisements d'uranium, tous contenus dans des sédiments de grès. Les gisements de Tim Mersoi ont des teneurs en uranium intéressantes, généralement comprises entre 0,3% et 0,6%. Bien que leur teneur en uranium soit relativement faible, elle demeure rentable, car ces gisements d'uranium contenus dans le grès peuvent être traités par lixiviation in situ, une technique d'extraction à faible coût. 3

4 Le Niger ayant produit tonnes d'uranium en 2011, la World Nuclear Association estime que cela fait de ce pays le troisième pays producteur mondial. En 2012, la production a atteint 5000 tonnes, malgré l insécurité au Sahel. Depuis 2009, des installations pour exploiter une réserve d'uranium située à Imouraren sont en cours de développement par le groupe AREVA. Ce projet démarrera probablement sa production en décembre 2014, retard dû à l insécurité dans la région. Le gisement d Imouraren s étend sur une superficie de 20 kilomètres carrés et contient tonnes de ressources d uranium mesurées et approchées. Avec cette quantité d'uranium, Imouraren sera la plus grande mine d'uranium à ciel ouvert en Afrique Occidentale et la deuxième mine d'uranium dans le monde. En 2009, AREVA a annoncé que la production de cette mine s'élèverait à 5000 tonnes par an. Ajouter à cela la Compagnie Minière d'akouta (COMINAK) situé à environ 1000 km de Niamey la capitale où AREVA est le principal actionnaire avec 34% des parts, la SOPAMIN (Etat du Niger) 31%, la Overseas Uranium Resource Development Co. Ltd (OURD) du Japon 25%, la Empresa Nacional de Uranio S.A (ENUSA) Espagne 10%. La COMINAK explore les gisements d'uranium du nord-ouest du Niger depuis 1974 et a débuté ses activités minières en Le projet d'exploitation minière d'akouta est la plus grande mine d'uranium souterraine au monde. AREVA a estimé en 2009 que, compte tenu du taux de production de COMINAK et des projets d'expansion futurs, COMINAK devrait être en mesure de continuer l'exploitation minière à Akouta au moins jusqu'en Les caractéristiques de la mine se présentent comme suit : - une mine souterraine à 250 m de profondeur ; - la teneur moyenne du minerai est de 3,35 ; - le procédé de traitement est dynamique ; - la capacité moyenne de production annuelle est de tonnes ; - la production annuelle en 2011 est de tu ; - la production cumulée est supérieure à tu ; - l effectif 2011 est supérieur à salariés dont 98% de Nigériens. 4

5 En outre, AREVA détient 63.4% de la SOMAIR créée en 1968, la SOPAMIN 36.60%. La première production est intervenue en 1971 avec les caractéristiques suivantes : - MCO : profondeur de 50 à 70 m ; - La teneur moyenne du minerai : 2,8 ; - Le procédé de traitement : lixiviation en tas par voie acide : minerai à faible teneur et dynamique : minerai à teneur > 1 ; - La capacité moyenne de production annuelle : tonnes ; - La production annuelle 2011 : tu ; - La production cumulée : > tu ; - L effectif 2011 : > salariés, 98% de Nigériens. La société IMOURAREN SA créée en 2009 a les caractéristiques suivantes : - MCO en cours : 110 à 170 m de profondeur ; - 3,8 milliards de tonnes de roche à extraire ; - répartition de la minéralisation sur 20 km2 ; - étendue du gisement étendu : 8 km x 2,5 km ; - teneur moyenne du minerai : 0,8 ; - procédé de traitement : lixiviation en tas par vois acide ; - capacité moyenne de production annuelle : tonnes pendant 35 ans ; - réserves d uranium : > tonnes identifiées ; - effectif 2011 : 299 salariés, et plus de 158 salariés en sous-traitance ; - effectifs 2014 :1100 salariés, et plus de 1800 salariés en sous-traitance ; emplois en phase de construction. La Société des mines d'azelik SA (SOMINA) est détenue à 37.2% par la China Nuclear International Uranium Corporation (filiale de la CNNC), la SOPAMIN 33%, la ZXJOY Invest 24.8%, la Trendfield Holding 5.00%. La SOMINA a été créée en juin 2007 par l'etat du Niger avec les actionnaires mentionnés ci-dessus. En 2007, la société a obtenu un permis d'exploitation pour la mine d uranium d Azelik, située dans la région d'agadez au Niger. La mine d Azelik a réalisé sa première production de yellowcake (uraninite), le 30 décembre World Nuclear News a relaté en janvier 2011 que les recherches devraient se poursuivre à Azelik pour atteindre la pleine capacité de production de la mine à hauteur de 700 tonnes d'uranium par an, et que la CNNC espère augmenter sa production à Azelik pour atteindre t/an d'ici 2015 et 5000 t/an d'ici

6 Depuis lors, des problèmes nouveaux sont apparus dans la région à tous les stades : à l implantation de ces entreprises étrangères, souvent des multinationales pilotées de l extérieur : cas du consortium COMINAK, SOMAIR, associant la France, le Niger, le Japon et l Espagne, le recrutement d employés locaux va constituer la grande masse des personnels de service dont il faut assurer la gestion, mais aussi à la pratique courante, de passer des contrats de travaux ou de services avec des privés, pour les besoins de la mine. A l apparition et la croissance rapide de colonies de peuplement hétérogènes, constituant de nouvelles cités, dans l environnement immédiat des mines dont les activités vont se développer autour des demandes diverses de services ou du traitement des produits extraits. A la prise en charge des minerais extraits ainsi que de tous les résidus et déchets résultant des procès industriels de leur traitement. A l implication incontournable de ces sociétés exploitantes dans la prise en charge des problèmes sociaux et environnementaux qui ont été générés en corrélation avec leur activité, dans un environnement autrefois vierge de toute occupation humaine. Toutes ces problématiques, dont les répercussions sur les hommes et l environnement ont déjà atteint une certaine ampleur, font apparaître, tant pour ces sociétés exploitantes que pour l Etat qui les a accueillies, l obligation de se pencher avec toute la diligence et le sérieux requis, vers la recherche de solutions consensuelles efficaces des conflits sociaux naissants avant qu ils n alimentent des actes de violence qui conduiraient notre pays, le Niger après le Mali, vers des lendemains douloureux. Aujourd hui, la dangerosité des niveaux de radiation provenant des mines d'uranium fait l objet d un large débat. Des prélèvements de sol ont révélé la présence d'uranium et d autres matières radioactives. Un prélèvement de sol effectué à proximité d'une mine d'uranium exploitée par AREVA comportait des niveaux environ 100 fois supérieurs à ceux habituellement présents dans la région, supérieurs au seuil maximal international autorisé. Une étude a souligné que le taux de mortalité due à des infections respiratoires aiguës était de 16,19% à Arlit, presque deux fois la moyenne nationale qui est de 8,54%. 6

7 Le rapport indique que, même si les problèmes respiratoires sont souvent plus fréquents dans les régions désertiques, ce taux de mortalité pourrait révéler une tendance exacerbée par une autre cause. Aussi, dans quatre des cinq échantillons d'eau prélevés dans la zone d'arlit, l'étude a montré une concentration d'uranium supérieure à la limite préconisée par l'organisation Mondiale de la Santé pour l'eau potable. Certains des prélèvements d'eau contenaient du gaz radioactif dissous. Les données historiques indiquent une augmentation graduelle de la concentration d'uranium depuis la mise en activité de ces mines. En matière de radioprotection, il y a lieu d assurer une surveillance dosimétrique du personnel exposé aux radiations émises par l uranium, tout en contrôlant régulièrement les taux de pollution des lieux de travail et de l environnement autour de la mine. De fait, la vigilance des personnels mobilisés dans des organisations de la société civile nigérienne comme l ONG CODDAE ou des ONG extérieures comme GREENPEACE, la CRIIRAD, SHERPA, Droit à l Energie SOS Futur, exercent, avec de plus en plus d efficacité, des pressions sur les sociétés en activité, réussissant à les contraindre à conduire leurs activités de prospection et d exploitation minière dans le respect de la juridiction en vigueur dans les espaces où elles évoluent. Néanmoins, les situations réelles de terrain sont loin d être satisfaisantes, si l on en croit le vieil adage qui proclame que : «les textes ne valent que par la qualité des hommes qui les appliquent». Enonçons ici, et de manière non exhaustive, certains manquements dénoncés au cours des Conférence et séminaires organisé par l ONG CODDAE à Agadez, Tahoua et Niamey. - Les anciens ouvriers ou habitants des environs des exploitations minières font de sérieux griefs pouvant aboutir à des situations de conflits entre les sociétés minières soupçonnées de réaliser d énormes profits financiers sans accepter de réinvestir en biens et services sociaux une partie des bénéfices engrangés dans les services sociaux : écoles, santé des populations, routes praticables, approvisionnement en eau potable en quantité suffisante, etc. - Le refus de reconnaissance de l existence de zones polluées par la radioactivité et 7

8 la dissémination au sein d une population peu avertie des graves dangers de la radioactivité, sans compter des objets irradiés mis au rebut; - La mauvaise gestion environnementale par les Chinois dans la gestion de la SOMINA près d Azelik qui, en captant des nappes d eau fossiles pour les besoins de l usine, a asséché des puits artésiens et des mares natronnées entraînant le risque de désertification de la zone d Ingal proche de la frontière du Mali ; - Le refus de reconnaissance chez d anciens ouvriers de maladies provoquées par leur longue exposition aux rayonnements dangereux, et le refus de financer leurs frais en soins médicaux; - Le non-respect par la société chinoise SOMINA des règles élémentaires de sécurité lors de la manipulation des fûts d uranate de soude sur les lieux de travail, etc - L'inobservance de règles strictes de gestion des matières radioactives dangereuses émanant de sites miniers d'uranium, notamment au moment de la première mise en exploitation (par AREVA, associée à SOPAMIN-Niger, aux côtés d'espagnols et de Japonais) de la première mine d'uranium d'arlit en 1971 et plus récemment, de celle d'azelik (par SOPAMIN Niger, et des Chinois : SINO-U, ZX joy Invest, plus un privé nigérien, Trendfield Holdings SA). Cela a créé de graves problèmes de pollution à Arlit et à Azelik-Ingall, provoqués par des déchets radioactifs mal conditionnés, voire dans certains cas, des matériels contaminés remis dans des circuits de ventes en violation flagrante des dispositions de préservation des habitants et de l'environnement ; - Les dispositions légales de répartition des dividendes produits par l'activité minière en un lieu, qui allouent 15% des montants tirés de la vente des produits aux habitants de la région en vue d'améliorer leurs conditions de vie en leur ouvrant les perspectives d'un développement durable, ne sont pas bien ressenties par ceux-là mêmes qui vivent dans l'environnement des mines et qui avaient fondé tant d'espoirs sur leur exploitation! Malgré la présence des mines d uranium au Niger situées à 300 km des théâtres du conflit au Mali, dont on peut évaluer à tonnes le volume exploitable et son classement au quatrième rang de la production mondiale et 8% du total, le Niger manque cruellement des ressources à même de le propulser sur la voie d'un développement plus rapide. L'envers de ce décor, à première vue attrayant et 8

9 prometteur, s'observe au contact des populations de cette zone sahélienne d'où sont extraites ces richesses. Depuis plus de 40 ans, «il n'y a rien de nouveau sous le soleil»!... La vie s'écoule sans gains sociaux nettement perceptibles, (en termes de construction de routes, d'écoles, de centres récréatifs, de centres de santé, d'accès à l'eau potable, de confort domestique, de création d'emplois pour les générations futures, d'amélioration des conditions de la qualité de l'environnement!). D'où la naissance et/ou l'enracinement chez les populations Touarègues de sentiments de déception, voire de frustration, dans ce vaste département inondé de soleil et balayé par les vents de poussières, que constitue la région d'agadez! La RTA, (route de l uranium Tahoua-Arlit), importante et symbolique «veine d'écoulement» de la richesse minière vers le port de Cotonou, n'existe plus que de nom, le désert, mer de sable, ayant repris ses droits, faisant d'agadez, capitale minière, un îlot totalement enclavé! Conclusion Force est de constater, après cinquante ans d'expérience vécue en présence des mines d'uranium, qu apparaissent la déception des populations nigériennes, qui sont capables de catalyser les ferments d'une contestation sociale annonciatrice de périls pour la cité. On peut dire qu'il est urgent et indispensable de repenser les conditions d'exploitation des ressources minières au Niger en tant que seul moyen de génération des financements qui vont garantir l'avènement d'un développement et d une sécurité durables. A cet effet, la raison impose que soient revus et/ou imposés : les clauses de signature de contrats miniers ; le devoir de préservation de l'environnement et la prise en considération de la santé et du bien-être de la population ; les parts financières revenant au Niger qui doivent égaler ou excéder les 50% de la valeur tirée de la vente des produits ; la présence dans les mines de cadres nationaux, patriotes notamment, conscients du fait qu'ils doivent se préparer à prendre très vite la relève de l'assistance 9

10 externe, dans un laps de temps qui doit être le plus court possible. Il est tout-à-fait évident que seule une prise de contrôle total de l'exploitation minière des mines au Niger par les Nigériens, pourra apporter une réponse suffisante et complètement satisfaisante au malaise actuel dans le Sahel. Je suggère à tous que l homme soit placé au cœur de la sécurité dans le Sahel et que le secteur de la sécurité soit intégré au processus démocratique global, de sorte que la sécurité au Sahel devienne un coût du développement et le développement une dimension fondamentale de la sécurité au Sahel. Merci de votre attention 10

Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009. Compagnie Minière d Akouta

Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009. Compagnie Minière d Akouta Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009 Compagnie Minière d Akouta Sommaire 01 02 03 04 05 06 Présentation de la COMINAK p.5 La situation géographique p.5 Les activités de la COMINAK La responsabilité

Plus en détail

Niger : à qui profite l uranium?

Niger : à qui profite l uranium? Niger : à qui profite l uranium? L enjeu de la renégociation des contrats miniers d AREVA Note d information Novembre 2013 introduction Depuis plus de quarante ans, le groupe AREVA (précédemment le CEA

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Principe de fonctionnement des Mines Rejets Atmosphériques Explosifs Ciment

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Uranium 2011 : Ressources, production et demande. Synthèse

Uranium 2011 : Ressources, production et demande. Synthèse Rapport établi conjointement par l'agence de l'ocde pour l'énergie nucléaire et l'agence internationale de l'énergie atomique 2012 Uranium 2011 : Ressources, production et demande Synthèse A G E N C E

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Ce tableau présente les indicateurs de la Global Reporting Initiative (GRI) ayant été utilisés dans la préparation de notre rapport. Symboles I Inclus P Partiellement

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT

UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT Au Sénégal, Cairn opère à travers Capricorn Senegal Limited qui est une filiale

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM)

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM) Club de Réflexion sur le Mali (CRM) En collaboration avec Enda Tiers Monde et Institut Panafricain de Stratégies (IPS) Organise le Forum sur la crise malienne et ses répercussions sur la stabilité, la

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Demande de renouvellement et de fusion des permis. d'exploitation de la centrale nucléaire Gentilly-2 et. de ses installations de gestion des déchets

Demande de renouvellement et de fusion des permis. d'exploitation de la centrale nucléaire Gentilly-2 et. de ses installations de gestion des déchets Demande de renouvellement et de fusion des permis d'exploitation de la centrale nucléaire Gentilly-2 et de ses installations de gestion des déchets radioactifs solides. Mémoire conjoint présenté par la

Plus en détail

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 Le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo ABE, a effectué une visite en République

Plus en détail

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- ------------------ Union-Discipline-Travail FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- Unité Travail Progrès ------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT

Plus en détail

Orientations stratégiques en matière de développement minier

Orientations stratégiques en matière de développement minier Ministère de l Energie et des Mines Orientations stratégiques en matière de développement minier Journées Nationales de l Industrie Minérale Marrakech, 23-25 novembre 2005 1 Plan de l exposé Place de l

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN-BELVAL, président, Hélène GASSIN et, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN-BELVAL, président, Hélène GASSIN et, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 3 octobre 2013 portant avis sur le projet d arrêté fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations

Plus en détail

Discours d ouverture de Sem Alassane Ouattara

Discours d ouverture de Sem Alassane Ouattara Discours d ouverture de Sem Alassane Ouattara Monsieur Daniel Kablan Duncan, Premier Ministre de la République de Côte d Ivoire, Madame Hélène Conway, Ministre des Français de l Etranger de la République

Plus en détail

Claudine AYME Relations-presse / Tél. +33 (0) 6 09 84 64 62 contact@claudine-ayme.fr Des visuels libres de droit sont disponibles à votre demande.

Claudine AYME Relations-presse / Tél. +33 (0) 6 09 84 64 62 contact@claudine-ayme.fr Des visuels libres de droit sont disponibles à votre demande. Dossier de Presse Mirion Technologies (MGPI), filiale du groupe Mirion Technologies, inaugure son nouveau site industriel à Lamanon (13) Vos contacts presse : Viviane ELY - Chargée de Communication / Communication

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration d uranium RD/GD-370

Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration d uranium RD/GD-370 Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration d uranium RD/GD-370 Juillet 2011 Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire La prolifération mondiale s aggrave, la paix dans le monde se fragilise En 2007, constat alarmant de l association

Plus en détail

La cyberdéfense : un point de vue suisse

La cyberdéfense : un point de vue suisse La cyberdéfense : un point de vue suisse UNIDIR - Séminaire Cybersécurité et conflits 19.11.12, Palais des Nations Gérald Vernez Del CdA CYD NON CLASSIFIE Un gros potentiel de dommages Financiers Pertes

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Janvier 2009 Ecobilan de l énergie nucléaire: efficacité et préservation de l environnement Le terme de «courant vert» est souvent utilisé dans la discussion publique. Il faut généralement

Plus en détail

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre Forum d EL MOUDJAHID Intervention du Ministère de l Energie et des Mines présentée par Mr Ali Hached Conseiller du Ministre 26 août 2012 Monsieur le Directeur Général, Je vous remercie pour l invitation

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

Maroc Bibliométrie numéro 9

Maroc Bibliométrie numéro 9 Maroc Bibliométrie numéro 9 année 2013 CNRST IMIST Institut Marocain de l Information Scientifique et Technique éditorial a Recherche et Développement (R&D) au service du phosphate marocain e développement

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI POUR LE FINANCEMENT DE LA BONIFICATION PARTIELLE DES INTERETS

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Refondation du Mali et refondation de l aide internationale

Refondation du Mali et refondation de l aide internationale Refondation du Mali et refondation de l aide internationale La crise malienne et la manière dont elle a pris les partenaires techniques et financiers de ce pays par surprise est un bon révélateur des faiblesses

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Les formations en cycle ingénieur

Les formations en cycle ingénieur Les formations en cycle ingénieur Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Programme nucléo-énergétique du Brésil

Programme nucléo-énergétique du Brésil Programme nucléo-énergétique du Brésil Les études faites par le gouvernement brésilien sur la situation énergétique du pays pour les 25 ou 30 années à venir montrent que les centrales hydroélectriques

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14)

Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14) Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14) La conférence Enjeux énergétiques et Développement durable est organisée et réalisée par Junium Diffusion. Elle s articule en 3 parties

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003

QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003 COMMUNIQUÉ QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 TSX-SMF PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003 Montréal, Québec, le 21 avril 2004 SEMAFO (TSX SMF)

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc.

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc. La Commission Terry Jamieson Vice-président, Direction générale du soutien technique Commission canadienne de sûreté nucléaire Le 23 septembre 2014 canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée Protégez l'environnement. N'imprimez ce document que si nécessaire Principes de Conduite ÉTHIQUE des affaires SPIE, l ambition partagée Les ENGAGEMENTS de SPIE LES 10 PRINCIPES DIRECTEURS COMPORTEMENT

Plus en détail

Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable

Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable Aujourd hui, il est presque impossible de se passer d un téléphone portable. En 2011, près de 100% de la population française est équipée d un téléphone

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail