Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba."

Transcription

1 Pour obtenir plus de renseignements sur ces lignes directrices basées sur le Code des droits de la personne, veuillez communiquer avec le bureau de la Commission des droits de la personne du Manitoba de votre région. Winnipeg : 175, rue Hargrave, 7e étage Winnipeg (Manitoba) R3C 3R8 Téléphone : Télécopieur : Brandon : Le Pas : 340, 9e Rue Brandon (Manitoba) R7A 6C2 Téléphone : Télécopieur : Janvier 2008 This guide is also available in English. Centre commercial Otineka, 2e étage C. P Le Pas (Manitoba) R9A 1M4 Téléphone : Télécopieur : SANS FRAIS : Numéro ATS : Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte Lignes directrices pour les employeurs basées sur le Code des droits de la personne (Manitoba) à propos des tests de dépistage d alcool et de drogues

2 Introduction Le Code des droits de la personne contient diverses dispositions relativement aux tests de dépistage d alcool et de drogues en milieu de travail. Les lignes directrices qui suivent sont basées sur l interprétation que fait de ces dispositions la Commission des droits de la personne du Manitoba; elles sont assujetties aux termes précis employés dans le Code, ainsi qu à l interprétation des arbitres et des tribunaux. Qu est-ce que le Code des droits de la personne? Le Code des droits de la personne (le «Code») est la loi provinciale sur les droits de la personne. Il permet, au Manitoba, de protéger de la discrimination les particuliers et les groupes. La Commission des droits de la personne du Manitoba administre le Code. Qu est-ce que la discrimination au travail? La discrimination au travail consiste à traiter différemment une personne ou un groupe de personnes, à leur désavantage, sans motif raisonnable, en raison d une caractéristique protégée en vertu du Code, comme les incapacités. La discrimination inclut le défaut de prendre des mesures d adaptation raisonnables face à des besoins spéciaux découlant d une caractéristique protégée. La discrimination est interdite dans toutes les circonstances reliées à un emploi, y compris l embauche. Le Code interdit la discrimination injustifiée, que la discrimination soit intentionnelle ou non. Est-ce qu une dépendance à l alcool ou à une drogue est une caractéristique protégée en vertu du Code? Une dépendance à l alcool ou à une drogue est une incapacité, au sens du Code. Le Code interdit la discrimination injustifiée fondée sur une incapacité physique ou mentale (ou sur une incapacité perçue) dans toutes les activités protégées, y compris dans un emploi. En quoi le dépistage d alcool ou de drogues au travail constitue-t-il une violation potentielle du Code? Le dépistage d alcool ou de drogues au travail peut avoir des répercussions négatives importantes sur les personnes ayant une dépendance à l alcool ou à une drogue. Les employeurs ont parfois recours à des programmes de dépistage d alcool ou de drogues en réponse à des inquiétudes en matière de sécurité ou de rendement. Les tests sont parfois faits au hasard. Dans d autres cas, ils sont effectués après un accident au travail qui a attiré l attention sur le comportement d un employé, ou encore ils constituent une exigence avant emploi. Toutes les formes de dépistage de drogues ou d alcool au travail soulèvent d importantes préoccupations quant au respect des droits de la personne. Vouloir éviter que les employés aient en leur possession de l alcool ou des drogues illicites ou en consomment au travail, ou encore qu ils travaillent avec des facultés affaiblies à cause de ces substances, n est pas un objectif discriminatoire en soi. Toutefois, des tests de dépistage injustifiés, des mesures disciplinaires ou des conséquences liées à l emploi très sévères ou imposées de façon systématique en cas de résultat positif constituent de la discrimination de certains employés d une manière qui est interdite par le Code. 1 2

3 Comment les employeurs peuvent-ils réagir face à des problèmes de rendement et de sécurité au travail causés par la consommation de drogues ou d alcool et la diminution des facultés qu elle entraîne? Si un employé présent dans un lieu de travail a des facultés affaiblies par la consommation de drogues ou d alcool, il est légitime pour son employeur de s en inquiéter. En effet, cet état peut avoir des répercussions négatives sur les compétences, le rendement ou le jugement de l employé et mettre ce dernier, ainsi que d autres personnes, en grave danger. Il peut aussi sérieusement compromettre les opérations de l employeur, et cela de bien des façons. Les employeurs n ont pas à tolérer le rendement inacceptable d un employé. Ils doivent cependant prendre des mesures raisonnables pour déterminer si cette conduite est liée à une incapacité due à une dépendance. Le refus d accorder un emploi ou le licenciement d un employé en raison d une dépendance à l alcool ou à une drogue est illégal, à moins qu un employeur puisse prouver que cette décision est raisonnablement nécessaire et qu il a pris des mesures d adaptation raisonnables envers l employé ou le demandeur d emploi. Quels sont mes droits en tant qu employeur? Les employeurs ont le droit de définir les qualifications nécessaires pour un rendement de travail satisfaisant, à condition que ces normes soient imposées en toute bonne foi et qu il s agisse d exigences ou de qualifications professionnelles raisonnables. Les pratiques, politiques, règles et normes d emploi qui sont directement ou indirectement discriminatoires sont interdites, à moins qu elles n aient été proposées en toute bonne foi et qu elles aient une justification raisonnable. Afin d éviter de limiter les possibilités d emploi d une manière qui pourrait enfreindre les dispositions du Code, les employeurs doivent s assurer que leurs normes, leurs politiques et leurs règles d emploi sont : 1. rationnellement liées à l exécution du travail en cause; 2. adoptées en croyant sincèrement qu elles sont nécessaires pour réaliser un but légitime lié au travail; 3. raisonnablement nécessaires pour réaliser ce but légitime. Le critère en trois volets ci-dessus a été établi par la Cour suprême du Canada. * Pour toute norme, pratique, politique ou règle d emploi, lorsqu un employeur peut utiliser une approche alternative qui n a pas d effet discriminatoire, il a l obligation de le faire. Les employeurs doivent aussi s assurer que des mesures d adaptation raisonnables ont été prises pour répondre aux besoins spéciaux liés aux caractéristiques protégées par le Code. Comment une politique de dépistage d alcool ou de drogues faite au hasard peut-elle être rationnellement liée à l exécution d un travail? La sécurité au travail est souvent mentionnée en jurisprudence comme étant rationnellement liée au fait d adopter un programme de dépistage de drogues ou d alcool. Mais il faut plus que des inquiétudes d ordre général dans ce domaine. Un employeur doit démontrer qu il y a des inquiétudes réelles et importantes en matière de sécurité, en raison des circonstances qui sont propres au lieu de travail envisagé. *Colombie-Britannique (Public Service Employee Relations Commission) c. BCGSEU, [1999] 3 R.C.S. 3. Voir aussi Colombie- Britannique (Superintendent of Motor Vehicles) c. Colombie- Britannique (Council of Human Rights), [1999] 3 R.C.S

4 Il est bien plus facile de mettre en évidence un lien rationnel entre l exécution sécuritaire d un travail et des dépistages d alcool ou de drogues faits au hasard lorsque les erreurs d un employé avec des facultés affaiblies peuvent avoir des conséquences désastreuses, comme c est le cas dans une raffinerie de pétrole. * Que doit faire un employeur pour démontrer sa bonne foi? Un employeur doit montrer qu il a mis en place un programme de dépistage parce qu il croyait véritablement que cela était nécessaire pour répondre à un objectif d affaire particulier. Lorsqu un employeur a examiné avec attention les problèmes potentiels causés par la consommation de drogues ou d alcool au travail et a consulté de façon adéquate ses employés et ses experts quant à la meilleure façon de lutter contre ces problèmes, il ne devrait pas avoir de difficulté à prouver sa bonne foi. Comment un employeur peut-il montrer qu un dépistage d alcool ou de drogues est raisonnablement nécessaire? Ce qu un employeur doit présenter pour démontrer qu un dépistage d alcool ou de drogues est raisonnablement nécessaire dépendra des faits, y compris de l objectif d affaires rationnel ayant motivé la politique et la pratique de dépistage d alcool ou de drogues. *Imperial Oil Ltd. v. Entrop (2000), 37 CHRR D/481 (Cour d appel de l Ontario) Les mesures prises par l employeur pour s assurer que le dépistage est le moyen le moins intrusif pour atteindre l objectif défini seront également prises en considération. Est-ce que cet objectif peut être atteint avec une supervision améliorée? Y a-t-il quelque chose dans la nature du lieu de travail ou de l emploi qui ne permet pas de régler les problèmes de rendement ou de sécurité au fur et à mesure qu ils apparaissent? La Commission va également tenir compte des substances recherchées et des personnes visées par les tests de dépistage. Si un employeur essaye d évaluer les facultés d une personne à un moment donné, un alcootest peur être efficace, mais pas un test de dépistage de drogues, étant donné la longueur des procédures de dépistage actuellement existantes. Par conséquent, l utilisation de ce genre de tests pour lutter contre la consommation de drogues et la diminution des facultés qu elle entraîne est plus difficile à justifier, même dans les emplois à risque.* Il est également important que les employeurs définissent les groupes d employés qui seront soumis au dépistage, car tout le personnel n occupe pas des postes à risque. *Mais ce n est pas impossible. Voir Milazzo v. Autocar Connaisseur Inc. (No. 2) (2003), 47 CHRR D/468, qui a conclu que les dépistages de drogues faits au hasard étaient justifiés lorsque les conducteurs d autobus nolisés passaient de longues périodes aux États-Unis, qui a un régime strict en matière de tests de dépistage de drogues et d alcool. L obligation d adaptation envers les personnes ayant une incapacité liée à une dépendance était toujours présente, mais le plaignant a nié avoir une dépendance. 5 6

5 Le moment auquel on effectue les tests de dépistage est aussi important. Si des dépistages après accident permettaient à l employeur d atteindre ses objectifs, il serait plus facile de les justifier que des tests faits au hasard à plus grande échelle. Il est aussi plus facile de justifier des tests lorsqu une odeur d alcool ou de fumée de cannabis permet de soupçonner à juste titre qu il y a eu consommation d alcool ou de drogues ou lorsqu il y a d autres motifs raisonnables de croire qu une personne a des facultés affaiblies. Il est particulièrement difficile pour un employeur de justifier les tests de dépistage d alcool ou de drogues avant emploi. Les tests de dépistage d alcool ou de drogues peuvent aussi être justifiés dans certaines circonstances, comme dans le cas d un programme de réadaptation ou de retour au travail d un employé qui occuperait par exemple un poste à risque, aurait été surpris plusieurs fois au travail avec des facultés affaiblies à cause d une drogue, aurait admis avoir une dépendance et aurait accepté de participer à un programme de réadaptation.* Il est également crucial d examiner les conséquences de la réalisation de tests pour établir le caractère raisonnablement nécessaire de cette mesure. Lorsqu une personne a une dépendance à l alcool ou à une drogue, l employeur doit prendre des mesures d adaptation raisonnables, tant que cela ne constitue pas une contrainte excessive. * Ville de Winnipeg et Syndicat canadien de la fonction publique, Local 500 (1991), Labour Arbitration Cases nº 23 (4e série) 441 Qu est-ce qui constituerait une mesure d adaptation raisonnable envers une personne ayant une dépendance à l alcool ou à une drogue? Les mesures d adaptation raisonnables en cas de dépendance à l alcool ou à une drogue dépendent de la situation envisagée. Permettre à un employé d adapter son horaire afin de participer à un programme de récupération, de suivre un traitement prolongé, de s absenter, dans les limites du raisonnable, pour se rendre à un centre de réadaptation, ou encore explorer la possibilité de le transférer à un poste moins à risque pourraient être des exemples de mesures d adaptation. L employeur doit prendre des mesures d adaptation raisonnables, tant que cela ne constitue pas une contrainte excessive. Que se passe-t-il si l employé nie avoir une incapacité liée à une dépendance? Les employeurs doivent également se renseigner sur ce qu est réellement une dépendance à une drogue ou à l alcool. Par exemple, refuser de croire à une dépendance est un comportement fréquent chez les personnes qui en ont, tout comme les écarts occasionnels pendant la récupération. Une partie du processus d adaptation consiste à tenir compte de ces considérations pour concevoir la réponse de l employeur. Quelles sont les obligations de l employé? L adaptation raisonnable est un processus qui exige aussi la coopération de l employé. Lorsqu un employé a un mauvais rendement à cause d une dépendance à une drogue ou à l alcool, il devrait raisonnablement participer aux programmes d aide et de réadaptation qui sont offerts. 7 8

6 Qu est-ce qui constituerait une mesure d adaptation raisonnable envers une personne ayant une dépendance à l alcool ou à une drogue? Les mesures d adaptation raisonnables en cas de dépendance à l alcool ou à une drogue dépendent de la situation envisagée. Permettre à un employé d adapter son horaire afin de participer à un programme de récupération, de suivre un traitement prolongé, de s absenter, dans les limites du raisonnable, pour se rendre à un centre de réadaptation, ou encore explorer la possibilité de le transférer à un poste moins à risque pourraient être des exemples de mesures d adaptation. L employeur doit prendre des mesures d adaptation raisonnables, tant que cela ne constitue pas une contrainte excessive. Que se passe-t-il si l employé nie avoir une incapacité liée à une dépendance? Les employeurs doivent également se renseigner sur ce qu est réellement une dépendance à une drogue ou à l alcool. Par exemple, refuser de croire à une dépendance est un comportement fréquent chez les personnes qui en ont, tout comme les écarts occasionnels pendant la récupération. Une partie du processus d adaptation consiste à tenir compte de ces considérations pour concevoir la réponse de l employeur. Quelles sont les obligations de l employé? L adaptation raisonnable est un processus qui exige aussi la coopération de l employé. Lorsqu un employé a un mauvais rendement à cause d une dépendance à une drogue ou à l alcool, il devrait raisonnablement participer aux programmes d aide et de réadaptation qui sont offerts. Il est également possible d exiger des employés qu ils fassent un effort raisonnable pour faire connaître leurs besoins à leur employeur. Si un employé refuse d accepter l existence d un problème de dépendance ou d avoir recours à l aide appropriée, il le fait à ses risques et périls. Toutefois, lorsque le besoin d adaptation raisonnable est évident aux yeux de l employeur, ce dernier a le devoir d offrir de telles mesures même s il n a pas reçu de demande directe en ce sens. Comme indiqué précédemment, les employeurs doivent prendre des mesures raisonnables pour déterminer si la conduite de l employé est effectivement une incapacité due à une dépendance. Est-ce qu un employeur peut exiger que des demandeurs d emploi se soumettent à un test de dépistage d alcool ou de drogues? Il est très difficile pour un employeur de justifier les tests de dépistage d alcool ou de drogues avant emploi. Si un emploi est effectivement à haut risque et que la nature de l emploi ne permet pas de résoudre les problèmes de rendement ou de sécurité au fur et à mesure qu ils apparaissent, il pourrait être possible d établir un lien rationnel entre une compétence indispensable ou une exigence d emploi et l utilisation d un dépistage d alcool ou de drogues avant emploi. L employeur doit faire preuve de bonne foi et le dépistage doit être raisonnablement nécessaire dans la situation envisagée. 8 9

Introduction. Enquêtes pré-embauche : vous pouvez respecter les droits de la personne dans l embauche

Introduction. Enquêtes pré-embauche : vous pouvez respecter les droits de la personne dans l embauche Introduction Enquêtes pré-embauche : vous pouvez respecter les droits de la personne dans l embauche Ce que vous pouvez faire Ce que vous pouvez demander Lignes directrices pour les employeurs concernant

Plus en détail

Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick

Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick 1 Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick Lignes directrices relatives à la détermination d'une qualification professionnelle ou d'une qualification réellement requise et à l'obligation

Plus en détail

Les mesures d adaptation au travail. Questions fréquemment posées. Travailleurs. Questions fréquemment posées Travailleurs 1

Les mesures d adaptation au travail. Questions fréquemment posées. Travailleurs. Questions fréquemment posées Travailleurs 1 Les mesures d adaptation au travail Questions fréquemment posées Travailleurs Questions fréquemment posées Travailleurs 1 Comment un emploi continu d un travailleur est assuré après un congé autorisé ou

Plus en détail

DriveABLE. Évaluations cognitives. Permis de conduire. Comment fonctionne l outil d évaluation DriveABLE

DriveABLE. Évaluations cognitives. Permis de conduire. Comment fonctionne l outil d évaluation DriveABLE Permis de conduire Évaluations cognitives DriveABLE Comment fonctionne l outil d évaluation DriveABLE Incidences possibles sur votre permis de conduire Évaluations cognitives DriveABLE L aptitude à conduire

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences.

Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences. Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences. 1 Alcool et conduites addictives au travail La jurisprudence et les textes de loi encadrent strictement

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1 C est très tôt, dés le début du XX siècle, qu apparaissent les premières dispositions légales encadrant la consommation d alcool sur le lieu de travail. Gérer les problèmes liés à la consommation ou à

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

Politique de la Commission canadienne des droits de la personne sur le dépistage d alcool et de drogues

Politique de la Commission canadienne des droits de la personne sur le dépistage d alcool et de drogues Politique de la Commission canadienne des droits de la personne sur le dépistage d alcool et de drogues Révisé Octobre 2009 Also available in English under the title Canadian Human Rights Commission s

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Gestion des urgences nucléaires

Gestion des urgences nucléaires POLITIQUE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Gestion des urgences nucléaires P 325 Mai 2006 GENRES DE DOCUMENTS D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Les documents d application de la réglementation appuient

Plus en détail

Politique sur les tests de dépistage de la consummation de drogues et d alcool

Politique sur les tests de dépistage de la consummation de drogues et d alcool Politique sur les tests de dépistage de la consummation de drogues et d alcool ISBN : 0-7794-0478-5 Version révisée approuvée par la Commission : le 27 septembre 2000 (Veuillez prendre note que des révisions

Plus en détail

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote Projet de Note d orientation XXXX Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote I. INTRODUCTION L article 1 de la Règle XXXX des courtiers membres concernant la fixation d un juste prix pour

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Le 2 février 2015 Champ d application Les Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM remplacent les versions antérieures des Lignes directrices sur

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Code de conduite dans les écoles

Code de conduite dans les écoles Code de conduite dans les écoles Code de conduite dans les écoles Direction des services aux élèves Ministère de l Éducation, Nouvelle-Écosse 2001 Contenu Introduction... 1 Principes... 2 Respect... 2

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Suspension et. renvoi : Ce que les parents devraient savoir

Suspension et. renvoi : Ce que les parents devraient savoir Suspension et Ce que les parents devraient savoir renvoi : Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves.

Plus en détail

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique 1) Définition du licenciement pour motif économique Prévu par l article L1233-3 du Code du travail, le licenciement

Plus en détail

L ouverture d un compte dans une banque suisse. L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées

L ouverture d un compte dans une banque suisse. L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées L ouverture d un compte dans une banque suisse L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées L ouverture d un compte dans une banque suisse L Association suisse des

Plus en détail

Troubles médicaux et exigences en matière de permis de conduire

Troubles médicaux et exigences en matière de permis de conduire Permis de conduire Troubles médicaux et exigences en matière de permis de conduire «Au service des conducteurs pour une meilleure sécurité routière.» Votre santé et la conduite automobile Rapports médicaux

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention. J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus.

UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention. J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus. UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus.ca Plan de la présentation Les obligations américaines Le contexte

Plus en détail

Formulaire 1.9 Code de déontologie du programme CanadaGAP

Formulaire 1.9 Code de déontologie du programme CanadaGAP Formulaire 1.9 Code de déontologie du programme CanadaGAP MISE EN SITUATION Programme de salubrité des aliments CanadaGAP Politique relative au conflit d'intérêts et à l impartialité Dans le présent document,

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DU BACCALAURÉAT EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION (FSA)

Plus en détail

Lignes directrices sur la vidéosurveillance

Lignes directrices sur la vidéosurveillance Lignes directrices sur la vidéosurveillance Introduction La surveillance des lieux publics a rapidement augmenté au cours des dernières années. Cette croissance est en grande partie attribuable aux progrès

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 5 Comment un salarié peut-il contester le(s) motif(s) du licenciement? Le salarié s attachera

Plus en détail

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL Logo de l entreprise L entreprise XYZ Inc. «EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL de L ENTREPRISE XYZ INC. Avril 2008 BUT DE LA POLITIQUE...2 DÉFINITIONS...2 CHAMP D

Plus en détail

Guide sur la conciliation des responsabilités professionnelles et des obligations familiales des proches aidants Stratégies de collaboration pour un

Guide sur la conciliation des responsabilités professionnelles et des obligations familiales des proches aidants Stratégies de collaboration pour un Guide sur la conciliation des responsabilités professionnelles et des obligations familiales des proches aidants Stratégies de collaboration pour un milieu de travail compréhensif et performant Coordonnées

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

LES CINQ PRINCIPAUX ARRÊTS DE 2012

LES CINQ PRINCIPAUX ARRÊTS DE 2012 Chaque année, au cours de l Institut estival de droit du ROEJ à Toronto, un juge de la Cour d appel de l Ontario choisit cinq causes d importance sur le plan éducationnel. Le présent résumé, fondé sur

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes

Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes 2003 Éducation et Jeunesse Manitoba Enseignement postsecondaire et Formation professionnelle Manitoba Données de catalogage avant publication

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : N. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 504 Appel No.: 2011-2457 ENTRE : N. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses constituent un enjeu majeur sur les lieux de travail. À titre de dirigeants et dirigeantes de sections locales, il

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi :

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi : Emploi 117 EMPLOI L emploi est un secteur très réglementé au Canada, soumis à la fois à des lois fédérales et provinciales. La majorité des employeurs sont assujettis aux lois provinciales, à l exception

Plus en détail

Tribunal des anciens combattants (révision et appel)

Tribunal des anciens combattants (révision et appel) Tribunal des anciens combattants (révision et appel) Votre droit d être entendu Cette publication est disponible dans d autres formats, sur demande. Audiences de révision et d appel Site Web : www.vrab-tacra.gc.ca

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU

ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU SÉMINAIRE MSA SANTÉET SÉCURITÉ AU TRAVAIL ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU TRAVAIL MSA ARDÈCHE

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement

Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement Renseignements brochure La Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la Loi) renferme un certain nombre de règles sur ce qu on peut

Plus en détail

CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION

CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION MINISTÈRE DE LA JUSTICE DU CANADA RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ET PROPOSITIONS LÉGISLATIVES VISANT À AMÉLIORER LES ENQUÊTES SUR LES

Plus en détail

Administration de pilotage des Laurentides. Politique sur la consommation de drogues et alcool

Administration de pilotage des Laurentides. Politique sur la consommation de drogues et alcool Administration de pilotage des Laurentides La présente politique s adresse particulièrement à ceux qui occupent des «postes critiques pour la sécurité» notamment les pilotes employés de l Administration,

Plus en détail

Catastrophe soudaine ou crise latente

Catastrophe soudaine ou crise latente Défis et changements Dans l œil du cyclone diriger en situation de crise Par Brian Ferguson, CA Président, Conseil sur la gestion des risques et la gouvernance L Institut Canadien des Comptables Agréés

Plus en détail

La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes

La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes En juin 2011, la Loi sur la corruption d agents publics étrangers (LCAPE) a été utilisée pour accuser une société canadienne

Plus en détail

LES NORMES DU TRAVAIL

LES NORMES DU TRAVAIL Renseignements sur LES NORMES DU TRAVAIL 10 CESSATION D EMPLOI Partie III du Code canadien du travail (Normes du travail) La partie III du Code canadien du travail contient certaines dispositions sur la

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Loi du pays n 2009-1 du 7 janvier 2009. relative à l emploi des personnes en situation de handicap

Loi du pays n 2009-1 du 7 janvier 2009. relative à l emploi des personnes en situation de handicap relative à l emploi des personnes en situation de handicap Historique : Créée par : relative à l emploi des personnes en situation de handicap JONC du 13 janvier 2009 page 249 Textes d application : Délibération

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail Environnement et Travail Santé et sécurité au travail Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail «Quels sont mes droits en vertu de la loi?» «De quelle façon mon

Plus en détail

Foire aux questions Les réductions d emplois à Radio-Canada/CBC

Foire aux questions Les réductions d emplois à Radio-Canada/CBC Foire aux questions Les réductions d emplois à Radio-Canada/CBC La Société Radio-Canada/CBC et la Guilde feront tout en leur pouvoir pour éviter des mises à pied involontaires. Ce principe est le fondement

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TYPE

REGLEMENT INTERIEUR TYPE REGLEMENT INTERIEUR TYPE I. Préambule Article 1 : OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1 Ce règlement : fixe les règles de discipline intérieure, rappelle les garanties qui sont attachées à l application de

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 À : Agents généraux administrateurs, a Tous les agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, agents généraux, conseillers

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un 2012-2013 GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un code vestimentaire ou d un uniforme scolaire.

Plus en détail

Établir son identité

Établir son identité Établir son identité Documents nécessaires pour obtenir : un permis de conduire du Manitoba un permis de conduire Plus du Manitoba une carte d identité du Manitoba une carte d identité Plus du Manitoba

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

Comment suis-je protégé(e)?

Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Plusieurs choses nous passent par la tête lorsqu on se demande si l on doit faire une divulgation protégée d un acte répréhensible. Bien souvent,

Plus en détail

Liste de vérification en cas de changement de logiciel : guide destiné aux FSS qui envisagent changer de logiciel. Projets d évaluation commune

Liste de vérification en cas de changement de logiciel : guide destiné aux FSS qui envisagent changer de logiciel. Projets d évaluation commune Liste de vérification en cas de changement de logiciel : guide destiné aux FSS qui envisagent changer de logiciel Projets d évaluation commune Avis de non-responsabilité Les présents documents pédagogiques

Plus en détail

Cadre de gestion des risques liés au respect de la vie privée et à la sécurité

Cadre de gestion des risques liés au respect de la vie privée et à la sécurité pic Cadre de gestion des risques liés au respect de la vie privée et à la sécurité Responsables : chef de la sécurité de l information et chef de la protection des renseignements personnels Version : 1.0

Plus en détail

Conduite avec facultés affaiblies

Conduite avec facultés affaiblies Conduite avec facultés affaiblies Conséquences sévères Évaluation des conducteurs avec facultés affaiblies La conduite de tout véhicule avec des facultés affaiblies par l alcool ou la drogue est dangereuse

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Programme d amélioration du rendement scolaire en Alberta Cadre de référence Décembre 1999. Annexe A

Programme d amélioration du rendement scolaire en Alberta Cadre de référence Décembre 1999. Annexe A INTRODUCTION Annexe A «Questions et réponses» dans le contexte du cadre de référence Jusqu à maintenant, la conception et l élaboration du Programme d amélioration du rendement scolaire en Alberta ont

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce $11(;( Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce 1. Les partenaires sociaux européens du commerce, EuroCommerce et Uni- Europa Commerce, s engagent à développer un cadre européen pour la

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation

Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation Janvier 2016 Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation P our plusieurs employeurs, le désir d offrir aux employés et aux futures embauches

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être

Votre lien direct à la santé et au mieux-être Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Signaler les cas d enfants victimes de mauvais traitements et de négligence : c est votre devoir

Signaler les cas d enfants victimes de mauvais traitements et de négligence : c est votre devoir Pour les commandes par téléphone : 1 800 668-9938 ATS : 1 800 268-7095 Ou visiter www.serviceontario.ca/publications Pour en savoir davantage, rendez-vous sur www.ontario.ca/enfants This document is also

Plus en détail

Objet : Trousse de renseignements sur le Programme d alternance travail-études pour l année scolaire 2015-2016

Objet : Trousse de renseignements sur le Programme d alternance travail-études pour l année scolaire 2015-2016 Division du Bureau de l éducation française Édifice Robert-Fletcher 1181, avenue Portage, salle 509, Winnipeg (Manitoba) Canada R3G 0T3 Téléphone : 204 945-6916 télécopie : 204 945-1625 évaluation télécopie

Plus en détail

Programme d aide. Guide à l intention des employés* et des membres de leur famille. homewoodsante.com

Programme d aide. Guide à l intention des employés* et des membres de leur famille. homewoodsante.com Programme d aide Guide à l intention des employés* et des membres de leur famille homewoodsante.com Au sujet de votre Programme d aide Votre Programme d aide est un service professionnel offrant counselling,

Plus en détail

SCAU 9-1-1 / TERREBONNE

SCAU 9-1-1 / TERREBONNE SCAU 9-1-1 / TERREBONNE Prise de connaissance de l emploi de préposé aux télécommunications sur appel / Préentrevue d un(e) candidat(e) Alors qu il y a beaucoup d aspects gratifiants dans le travail de

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC ------------

CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC ------------ CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC ------------ DEPÔT ET GESTION DE DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE BOISSONS ET AUTRES PRODUITS ALIMENTAIRES ------------ BIBLIOTHEQUE JACQUES VILLON -1-

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

Politiques et plan d accessibilité de Greyhound Canada

Politiques et plan d accessibilité de Greyhound Canada Politiques et plan d accessibilité de Greyhound Canada Ce plan d accessibilité 2014-21 présente les grandes lignes des politiques qui seront mises sur pied et des démarches qui seront entreprises afin

Plus en détail

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions Comment s applique l accord national lorsqu il existe un accord local sur le télétravail? Réponses

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Les groupes de l égalité ont toujours été sujets à la

Les groupes de l égalité ont toujours été sujets à la C Discrimination Les groupes de l égalité ont toujours été sujets à la discrimination au travail. Avant que la loi n interdise la discrimination en emploi, les employeurs refusaient systématiquement de

Plus en détail

PROCESSUS DE GESTION DES GRIEFS ET D ARBITRAGE ACCÉLÉRÉ. 1. Pourquoi entreprendre des discussions avec l employeur au sujet d un processus accéléré?

PROCESSUS DE GESTION DES GRIEFS ET D ARBITRAGE ACCÉLÉRÉ. 1. Pourquoi entreprendre des discussions avec l employeur au sujet d un processus accéléré? PROCESSUS DE GESTION DES GRIEFS ET D ARBITRAGE ACCÉLÉRÉ Entre 1999 et 2007, l Agence Parcs Canada a effectué un examen complet de toutes ses descriptions de travail. Le processus, qui a mené au dépôt de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail