L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo"

Transcription

1 L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006

2 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Caroline Jeanneau, Sophie Jardillier, Julie Lethiphu, Benoît Danard 2 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

3 SOMMAIRE INTRODUCTION...7 SYNTHÈSE...9 PARTIE I LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI EN SALLES...17 I. LA RECOMMANDATION DES FILMS A. Procédure de recommandation des films B. Les labels II. L OFFRE DE FILMS ART ET ESSAI A. L offre de titres a. Nationalité...18 b. Ancienneté...19 B. Les séances a. Nationalité...20 b. Ancienneté...21 III. LA FRÉQUENTATION DES FILMS ART ET ESSAI A. Les entrées a. Nationalité...23 b. Ancienneté...24 B. Les recettes IV. LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI DANS LES SALLES CLASSÉES ART ET ESSAI A. L offre de films a. Nationalité...26 b. Ancienneté...27 B. L offre de séances a. Nationalité...28 b. Ancienneté...29 C. Les entrées a. Nationalité...30 b. Ancienneté...30 PARTIE II CARRIERE EN SALLES DES FILMS RECOMMANDES ART ET ESSAI...32 I. L OFFRE DE NOUVEAUX FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI A. L offre de titres inédits a. Nationalité...33 b. Genre...34 c. Copies...35 d. Labels...36 e. Avance sur recettes...36 f. Premiers et deuxièmes films...37 B. L offre de copies (films inédits) a. Nationalité...39 b. Genre...40 c. Copies...41 d. Labels...43 L Exploitation des films recommandés Art et Essai 3

4 C. Les séances (films inédits) a. Nationalité...45 b. Genre...46 c. Copies...47 d. Labels...49 II. LA FRÉQUENTATION DES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI A. Entrées des films Art et Essai (films inédits) a. Nationalité...51 b. Genre...52 c. Copies...54 d. Labels...55 B. Etalement des entrées dans le temps (nouveaux films) a. Nationalité...57 b. Genre...58 c. Copies...59 III. LES RÉSULTATS D ENTRÉES A. Performances de fréquentation des films Art et Essai (films inédits) B. Les meilleurs résultats de fréquentation de films Art et Essai depuis 2000 (films inédits) IV. LES RÉCOMPENSES DES FILMS ART ET ESSAI PARTIE III LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI A LA TELEVISION...69 I. LES RÈGLES DE DIFFUSION II. LES FILMS ART ET ESSAI SUR LES CHAÎNES EN CLAIR (HORS ARTE) A. L offre globale de films a. Nationalité...71 b. Horaire...72 c. Ancienneté...74 d. Rang de diffusion...75 B. Les films inédits a. Nationalité...76 b. Horaire...76 c. Ancienneté...77 C. L audience a. Nationalité...78 b. Horaire...78 c. Ancienneté...79 d. Rang de diffusion...80 e. Les films inédits...80 D. Les meilleures audiences III. LES FILMS ART ET ESSAI SUR CANAL A. L offre de films a. Nationalité...84 b. Ancienneté...84 c. Rang de diffusion...85 B. Les films inédits IV. LES FILMS ART ET ESSAI SUR ARTE A. L offre globale de films a. Nationalité...87 b. Horaire...87 c. Ancienneté...88 d. Rang de diffusion...88 B. Les films inédits a. Nationalité L Exploitation des films recommandés Art et Essai

5 b. Horaire...90 c. Ancienneté...90 C. Les meilleures audiences PARTIE IV LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI EN VIDEO...93 I. SOURCE DES DONNÉES ET MÉTHODOLOGIE A. Les documents justificatifs B. Des données représentatives II. LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI EN VIDÉO A. Poids de l Art et Essai dans l exploitation de films en vidéo B. Les films Art et Essai en vidéo selon le support C. Les films Art et Essai en vidéo selon la nationalité D. Les films Art et Essai en vidéo selon l ancienneté E. Les films Art et Essai inédits en vidéo F. Les films Art et Essai ayant réalisé les plus fortes recettes G. Les films Art et Essai ayant réalisé les plus fortes recettes de 1992 à III. DE LA SALLE À LA VIDÉO A. Les films Art et Essai sortis en vidéo après une sortie en salles B. Performances des films Art et Essai sortis en vidéo après une sortie en salles C. Les films Art et Essai non édités en vidéo après une sortie en salles L Exploitation des films recommandés Art et Essai 5

6 6 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

7 INTRODUCTION Le Centre national de la cinématographie a souhaité conduire une étude sur l exploitation des films recommandés Art et Essai. L offre et les performances des films Art et Essai sont ainsi analysées sur les différents supports d exploitation des œuvres de long métrage : la salle, la télévision et la vidéo. Dans une première partie, l offre totale de films, la programmation et les résultats d entrées en salles des longs métrages recommandés sont étudiés, notamment en fonction de leur nationalité et de leur ancienneté. Le poids de l Art et Essai dans l exploitation des films en salles est analysé. Dans la seconde partie, l étude porte sur la carrière des films recommandés Art et Essai sortis en salles au cours des six dernières années (2000 à 2005). Les analyses selon la nationalité sont complétées par un éclairage selon le genre, le nombre de copies et les éventuels labels attribués aux films recommandés. La programmation et l audience des films Art et Essai sur les chaînes hertziennes (TF1, France 2, France 3, France 5, Arte, M6 et Canal+) font l objet de la quatrième partie de cette étude. Elle retrace les diffusions et les résultats d audience en fonction notamment de la chaîne, de la nationalité des œuvres, de l horaire de diffusion, de l ancienneté des films et du rang de diffusion. Elle propose également une analyse de la programmation des films inédits. Enfin, la quatrième partie de cette étude s attache à l exploitation des films recommandés Art et Essai sur support vidéo. La disponibilité des titres et leurs performances sur le marché sont analysées. Ce volet est complété par une étude sur le passage des films Art et Essai de la salle à la vidéo. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 7

8 8 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

9 SYNTHESE Si près de 70 % des films exploités en salles sont recommandés Art et Essai, ils réalisent 34,3 % des entrées et 32,7 % des recettes salles en L offre de films recommandés Art et Essai est très large, notamment en salles. Sur les dix dernières années, elle dépasse toujours 60 % des plus de titres exploités en salles (69,3 % en 2005). En revanche, la part de séances consacrées aux films Art et Essai est bien plus faible : 36,9 % en 2005 (2,24 millions de séances). Les films Art et Essai réalisent 60,0 millions d entrées et 336,5 M de recettes en 2005, soit respectivement 34,3 % et 32,7 % du total annuel. Depuis 2000, les entrées et les recettes des films Art et Essai évoluaient chaque année moins favorablement que celles de l ensemble des films exploités. En 2005, ce phénomène s inverse. La grande majorité des films recommandés sont exposés dans les salles classées Art et Essai (94,2 % en 2005), alors que moins de la moitié d entre eux trouvent une place sur les écrans des cinémas non classés (48,8 % en 2005). Les salles classées assurent chaque année environ la moitié des séances et des entrées des films recommandés. En 2005, ces parts sont en diminution (47,0 % des séances et 42,6 % des entrées). Les films français sont prépondérants au sein de l offre totale de films Art et Essai en salles (42,7 % en 2005). Ils occupent 50,4 % des séances consacrées aux films recommandés et réalisent 45,1 % des entrées de ces films. En 2005, les salles classées Art et Essai réalisent 46,6 % des entrées des films français recommandés. Les films américains sont beaucoup moins bien représentés dans l offre d œuvres recommandées (23,9 % des films et 24,1 % des séances en 2005). Ils enregistrent 27,0 % des entrées de l ensemble des films Art et Essai. Les salles classées assurent 36,2 % des entrées des films américains recommandés en L offre de films recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges : en 2005, 29,7 % d entre elles ont au moins 30 ans et 51,1 % au moins 10 ans. Les films récents (sortis en salles il y a moins de 5 ans) représentent 34,7 % des films Art et Essai programmés en Par contre, ils occupent la très grande majorité des séances Art et Essai (96,0 % en 2005) et réalisent la plupart des entrées de ces films (94,1 % en 2005). Films Art et Essai inédits : moins de copies mais plus de séances par copie Chaque année, de nouveaux titres viennent enrichir la liste des longs métrages exploités en salles. Plus de la moitié de ces films inédits sont recommandés Art et Essai (60,0 % en 2005). Un film recommandé Art et Essai bénéficie d une combinaison de sortie 3,7 fois plus modeste qu un film non recommandé. En moyenne, un film recommandé Art et Essai est tiré à 65 copies en 2005, contre 241 pour un film non recommandé. Les films recommandés Art et Essai sont ainsi moins bien exposés que les autres films. Le nombre total de séances offertes à ce jour pour ces films représente 36,1 % de l ensemble des séances consacrées aux films inédits en Les copies des films Art et Essai sont davantage exposées que celles des autres films : 98 fois en moyenne, contre 70 pour les films non recommandés. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 9

10 Les films recommandés Art et Essai sont moins performants que les autres films. Ceux de 2005 réalisent 32,7 % des entrées totales des films inédits. Pour les films recommandés, les séances sont moins efficaces (26 entrées par séance en 2005) que pour les autres films (30). FILMS INEDITS EN SALLES EN 2005* Films Copies Séances Entrées (millions)* Films recommandés Art et Essai ,587 Films non recommandés ,474 TOTAL ,061 * hors films «IMAX» Une majorité de films français au sein des films Art et Essai inédits En moyenne, la moitié des films recommandés Art et Essai inédits en salles sont français. Cette part s élève à 47,6 % en Depuis 1999, les films américains constituent entre 9 % et 15 % de l offre de films nouveaux recommandés Art et Essai (14,2 % en 2005). 23,6 % des nouveaux films recommandés en 2005 sont européens et 14,5 % sont non européens et non américains. 43,7 % des entrées réalisées par les films recommandés Art et Essai inédits en 2005 concernent des films français et 26,6 % des films américains. La nationalité est particulièrement discriminante en ce qui concerne l adhésion du public. Le nombre moyen d entrées par séance pour un film Art et Essai dépend de son origine. Pour les films américains (29 pour les films de 2005), ce nombre est toujours plus élevé que pour les films français (23) ou d autres nationalités. Par rapport à l offre globale de longs métrages inédits, l Art et Essai se compose d un nombre sensiblement plus élevé de films français. Ce constat est également notable pour les films européens et encore davantage pour les autres films. En revanche, seuls 30,9 % des nouveaux films américains en exploitation en 2005 sont recommandés Art et Essai. En termes de copies en circulation, de séances programmées et d entrées réalisées, les différences selon la nationalité des films recommandés sont les mêmes. REPARTITION DES FILMS ART ET ESSAI INEDITS EN SALLES EN 2005 (%) Films Copies Séances Entrées Films français 47,6 50,0 49,5 43,7 Films américains 14,2 22,9 23,7 26,6 Films européens 23,6 22,1 22,6 26,5 Autres films 14,5 5,0 4,2 3,2 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 Plus de 91 % des documentaires inédits sont recommandés En 2005, l offre de nouveaux films recommandés Art et Essai se compose de 30,6 % de comédies dramatiques (20,6 % des copies et 19,5 % des séances) et de 27,0 % de drames (22,6 % des copies et 22,0 % des séances). Les deux autres genres représentant une part importante des films recommandés nouveaux sont le documentaire et la comédie. L Art et 10 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

11 Essai correspond à des genres particuliers. En effet, 91,2 % des nouveaux documentaires sont recommandés, ainsi que 87,3 % des drames et 82,8 % des comédies dramatiques. Les films Art et Essai sont majoritairement exploités sur un nombre peu élevé de copies. En 2005, 70,6 % des films inédits recommandés sortent sur une combinaison de moins de 50 copies. Au-delà de 300 copies, peu de films sont recommandés (5,5 % en 2005). Le nombre de séances consacrées aux films recommandés Art et Essai dépend fortement du nombre de copies de sortie. Pour les très faibles combinaisons de sortie (moins de 10 copies), les copies sont très exposées. Ces copies circulent beaucoup dans les salles afin de répondre à une demande géographique étendue. Les films à petite combinaison de sortie captent logiquement une part limitée du total des entrées des films inédits recommandés. Ainsi, les films Art et Essai sortis en 2005 sur moins de 50 copies ne totalisent que 8,0 % des entrées de films inédits recommandés. A l autre extrême, au-delà de 300 copies, les nouveaux films Art et Essai représentent 5,5 % des titres de 2005 et 52,5 % des entrées de ces films. REPARTITION DES FILMS ART ET ESSAI INEDITS EN SALLES EN 2005 (%) Films Copies Séances Entrées Moins de 50 copies 70,6 14,9 12,2 8,0 50 à 99 copies 10,0 10,6 8,1 5,8 100 à 299 copies 13,9 37,2 37,0 33,8 300 copies et plus 5,5 37,2 42,7 52,5 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 La durée de vie en salles des films Art et Essai est plus longue Après cinq semaines d exploitation en salles, les films sortis entre 2000 et 2005 ont enregistré, en moyenne, 85,9 % de leurs entrées totales. Cette part connaît une progression continue depuis 2000 qui retrace le raccourcissement de la durée de vie des longs métrages sur les écrans. Pour les films Art et Essai sortis entre 2000 et 2005, la part d entrées réalisées après cinq semaines d exploitation est sensiblement inférieure (76,5 %) à celle enregistrée par les films non recommandés (89,2 %). Ainsi, la durée de vie des films Art et Essai est en moyenne plus longue que celle des autres films. En moyenne, les films sortis entre 2000 et 2005 ont quasiment terminé leur carrière au bout de 10 semaines puisque seulement 4,3 % de leurs entrées restent à réaliser. Pour les films recommandés Art et Essai, cette part est plus forte (10,0 %). L étalement dans le temps des entrées des films recommandés Art et Essai dépend de leur nationalité. Les films français recommandés enregistrent en moyenne 76,7 % de leurs entrées totales en 5 semaines et 90,1 % en 10 semaines. Ces proportions sont assez proches de celles de l ensemble des films Art et Essai. La durée de vie en salles des films Art et Essai américains apparaît plus courte : ils cumulent en moyenne 80,4 % de leurs entrées totales en 5 semaines et 92,9 % en 10 semaines. La durée de vie d un film Art et Essai sur les écrans dépend également de son genre. L animation est le genre pour lequel l étalement des entrées dans le temps apparaît le plus étendu. Bien que légèrement plus courte, la durée de vie en salles des documentaires est L Exploitation des films recommandés Art et Essai 11

12 également supérieure à la moyenne. Pour les films de fiction, les résultats d entrées sont plus concentrés dans le temps. Un quart des films diffusés sur les chaînes hertziennes en clair sont recommandés Art et Essai En 2005, les chaînes en clair (TF1, France 2, France 3, France 5, M6) diffusent 194 films recommandés Art et Essai, soit 25,6 % de leur offre cinématographique globale. La diffusion des films Art et Essai est l apanage des chaînes publiques. En effet, France 3 et France 2 diffusent conjointement 78,9 % de l offre totale de films recommandés des chaînes en clair en Les chaînes privées (TF1 et M6) programment entre un cinquième et un quart de l ensemble des films Art et Essai diffusés (21,1 % en 2005). FILMS ART ET ESSAI SELON LA CHAINE EN CLAIR TF France France France M TOTAL Au sein de l offre de films Art et Essai sur les chaînes en clair, les films français sont majoritaires. Ils composent 61,3 % de l offre totale en 2005 tandis que les films américains en constituent 19,6 %. Les chaînes publiques diffusent surtout des films Art et Essai français : 67,8 % de l offre 2005 de France 2 et 62,8 % de celle de France 3. Les films recommandés américains, assez peu nombreux dans les grilles de programmation des chaînes en clair, sont majoritairement diffusés sur les chaînes publiques (76,3 % en 2005). En 2005, 32,0 % des films Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair sont programmés la nuit (entre minuit et 7h00) et 33,5 % en deuxième partie de soirée. Les films Art et Essai sont globalement peu exposés la journée (12,4 % de l offre en 2005). La moitié des films recommandés Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair sont des films récents, produits après 1990 (49,5 % en 2005). Les films produits avant 1970, relevant du patrimoine cinématographique pour la plupart, constituent 28,4 % de l ensemble des films Art et Essai diffusés en En 2005, 29,4 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair le sont pour la première fois. Ces dernières années, plus de la moitié des films Art et Essai programmés sont diffusés pour la première, deuxième ou troisième fois (54,1 % en 2005). 14,9 % des films diffusés en 2005 sont déjà passés au moins 9 fois précédemment. 31,0 % des films Art et Essai diffusés sur les chaînes hertziennes en clair sont inédits Parmi les 194 films recommandés Art et Essai diffusés par les chaînes en clair en 2005, 57 sont des films inédits, c est-à-dire diffusés pour la première fois en clair (31,0 %). Les films inédits sont comparativement plus nombreux sur France 2 et France 3 qui diffusent 82,5 % de ces derniers en 2005 (77,1 % de l ensemble des films recommandés). Les chaînes privées offrent au total 17,5 % des inédits Art et Essai en L audience moyenne des films Art et Essai sur les chaînes en clair est traditionnellement inférieure à celle de l ensemble des films. De plus, l érosion de l audience du cinéma à la 12 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

13 télévision constatée ces dernières années concerne également les films Art et Essai. L audience moyenne des films recommandés est plus élevée sur TF1. En moyenne, un film français diffusé sur une chaîne en clair réalise en 2005 une audience de 4,11 points. Si ce film est recommandé Art et Essai, son audience atteint 3,16 points. Les films français réalisent en moyenne des audiences sensiblement inférieures à celles des films américains. En 2004, les films Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair enregistrent en moyenne une audience de 8,11 points en première partie de soirée, contre 8,91 points pour l ensemble des films. Quel que soit l horaire, l audience moyenne des films recommandés est plus faible que celle de l ensemble des films. Canal+ : premier diffuseur de films Art et Essai Sur un total de 436 films, Canal+ diffuse 165 films recommandés Art et Essai en 2005, soit 37,8 % de l offre. Cette part est en baisse sur les dernières années. FILMS SUR CANAL Tous films Films Art et Essai Part des films Art et Essai (%) 45,5 45,1 43,5 42,4 37,8 Au sein de l offre de films Art et Essai de Canal+, les films français sont majoritaires. Ils composent 64,8 % de l offre totale en ,6 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Canal+ en 2005 sont des films récents, produits après Les films d avant 1970 constituent une part très faible de l offre Art et Essai de la chaîne cryptée (7,3 % des films). 81,2 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Canal+ le sont pour la première fois. En 2005, Canal+ propose 346 films inédits à la télévision. Parmi ces films, 134 sont recommandés Art et Essai, soit 38,7 %. Plus de 60 % de la programmation cinématographique d Arte se compose de films recommandés Sur un total de 268 films, Arte diffuse 165 films recommandés Art et Essai en 2005, soit 61,6 % de l offre. Cette part est en léger recul par rapport à L offre de films Art et Essai d Arte atteint un niveau équivalent à celui de Canal+. FILMS SUR ARTE Tous films Films Art et Essai Part des films Art et Essai (%) 55,8 54,4 60,9 62,4 61,6 Les films français composent 42,5 % des œuvres Art et Essai diffusées sur Arte en 2005, contre 31,1 % pour les films américains. Les films européens tiennent une place importante dans la programmation Art et Essai de la chaîne franco-allemande : ils représentent 21,0 % des œuvres diffusées en De même, la part accordée aux autres films est comparativement non négligeable (10,8 % des films en 2005). L Exploitation des films recommandés Art et Essai 13

14 En 2005, 41,8 % des diffusions de films Art et Essai sur Arte sont programmées la nuit (entre minuit et 7h00). 35,3 % des diffusions concernent la première partie de soirée. En revanche, Arte diffuse moins de films en deuxième partie de soirée (22,9 % en 2005). 47,3 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Arte en 2005 sont des films récents, produits après Les films d avant 1970 constituent près d un tiers de l offre Art et Essai (30,9 % des films en 2005). En 2005, 36,4 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Arte le sont pour la première fois. 52,1 % sont diffusés pour la première ou la deuxième fois. 29,7 % des films Art et Essai diffusés sur Arte en 2005 sont déjà passés au moins 5 fois précédemment à la télévision. En 2005, Arte propose 116 films inédits, c est-à-dire diffusés pour la première fois en clair. Parmi ces films, 60 sont recommandés Art et Essai, soit 51,7 %. Cette part progresse depuis Le nombre de films Art et Essai inédits d Arte est équivalent à celui que propose l ensemble des autres chaînes en clair. 900 films recommandés Art et Essai disponibles en vidéo Depuis 1997, le nombre de films recommandés Art et Essai disponibles en vidéo progresse régulièrement. En 2004, près de 900 titres sont disponibles. Toutefois, l Art et Essai est peu développé en vidéo : les films recommandés représentent 14,1 % de l ensemble des titres disponibles. En 2004, les films Art et Essai sont disponibles en vidéo sur un total de près de 14,3 millions de copies, soit 12,1 % de l ensemble des copies mises sur le marché. Le chiffre d affaires réalisé par les éditeurs sur les films recommandés s élève à 125,1 M en FILMS ART ET ESSAI EN VIDEO Films Art et Essai Part dans l offre totale de films (%) 11,5 12,5 10,2 13,2 14,1 Copies de films Art et Essai (milliers) Part dans l offre totale de films (%) 31,8 41,8 20,5 15,5 12,1 Chiffre d affaires des films Art et Essai (M ) 119,5 174,3 166,7 127,3 125,1 Part dans le CA total des films (%) 28,5 31,9 18,9 13,2 11,9 Sur l ensemble des 893 films recommandés Art et Essai disponibles sur le marché de la vidéo en 2004, 95,4 % sont exploités sur support DVD et 17,5 % sur cassettes. Le DVD est prépondérant en termes de copies et de chiffre d affaires réalisé. En 2004, le support numérique représente ainsi 94,7 % des copies commercialisées et 95,6 % du chiffre d affaires enregistré par les éditeurs sur les films recommandés. Au sein de l offre de films Art et Essai en vidéo, les longs métrages français sont majoritaires. Ils représentent 40,2 % des films recommandés commercialisés en 2004, contre 32,6 % de l ensemble des films disponibles. Les films américains composent 32,8 % des titres recommandés alors qu ils représentent 48,7 % du total des films édités en Ainsi, sur le segment de l Art et Essai, les films français sont mieux représentés et les films américains moins bien que sur le marché global du film en vidéo. 15,7 % des films Art et Essai commercialisés en 2004 sont européens. Les films non américains et non européens représentent 11,3 % des titres Art et Essai disponibles. En termes de copies, les rapports se modifient. Si les films français occupent une part importante des copies commercialisées en 2004 (40,2 %), les films américains en captent 41,9 %, les films européens 11,0 % et les autres films 6,4 %. La prépondérance du cinéma 14 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

15 américain apparaît donc clairement en termes de copies. En 2004, un film américain est édité en moyenne sur copies, contre pour un film français. Sur le segment de l Art et Essai, le cinéma américain est largement majoritaire en recettes. Sa part de marché s établit à 55,9 % en Le chiffre d affaires capté par les films français est très en retrait à 23,4 % en Cependant, l écart entre films français et films américains est nettement moins fort sur le segment de l Art et Essai que sur l ensemble des films. Le marché des films Art et Essai en vidéo repose essentiellement sur les nouveautés. En 2004, 350 films Art et Essai sont édités pour la première fois en vidéo, soit 39,2 % des longs métrages recommandés disponibles sur le marché. Ces films inédits bénéficient naturellement d un tirage de copies important : 35,7 % des copies de films Art et Essai commercialisées en 2004 concernent des films inédits. Ces films génèrent 70,5 M de chiffre d affaires, soit 56,4 % du total réalisé par l ensemble des films recommandés. Ainsi, plus de la moitié des recettes vidéo des films Art et Essai sont générées par des films nouveaux. De la salle à la vidéo : une dégradation des performances des films Art et Essai français Parmi les films recommandés Art et Essai ayant fait l objet d une sortie en salles entre 1996 et 2004 retenus dans l échantillon, ont par la suite (et à la date du 31 décembre 2005) bénéficié d une sortie sur le marché de la vidéo, soit 63,2 % d entre eux. Sur le marché total du cinéma, la part des titres qui sortent en vidéo après une sortie en salles est de 74,0 %. Ainsi, sur le segment de l Art et Essai, la sortie d un film sur support vidéo est moins fréquente que sur l ensemble des films sortis en salles. FILMS ART ET ESSAI SORTIS EN VIDEO APRES UNE SORTIE EN SALLES* TOTAL Films sortis en salles Films sortis en vidéo (VHS ou DVD) Poids dans le total des films sortis en salles (%) 58,4 65,0 59,3 66,0 62,7 64,5 62,6 67,3 61,9 63,2 * Base : films Art et Essai sortis en exclusivité en salles entre 1996 et Les longs métrages américains recommandés Art et Essai sortis en salles font plus systématiquement l objet d une sortie en vidéo (84,1 %). En moyenne, 57,1 % des films Art et Essai européens qui sortent en salles sont commercialisés en vidéo. Légèrement plus élevée, cette part s établit à 62,9 % pour les films non américains et non européens. Sur le segment de l Art et Essai, les recettes des films sur le marché de la vidéo sont en moyenne inférieures à celles réalisées en salles. Cependant, ce résultat n est pas systématique selon les années. Parmi les films Art et Essai, comme parmi l ensemble des films, les films américains sont, globalement, plus performants en vidéo qu en salles. A l inverse, les films Art et Essai français enregistrent de meilleurs résultats en salles qu en vidéo. Un film Art et Essai américain engendre 1,28 fois plus de recettes salles et 3,79 fois plus de recettes vidéo qu un film français. L écart de performance entre films américains et films français est plus fort sur le segment de l Art et Essai que sur l ensemble des films. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 15

16 Les films Art et Essai non édités en vidéo sont souvent français et ont connu un échec en salles 36,8 % de l ensemble des films recommandés Art et Essai sortis en salles entre 1996 et 2004 ne sont toujours pas édités en vidéo au 31 décembre Par rapport à l ensemble des films sortis en salles entre 1996 et 2004 et non édités en vidéo, les longs métrages recommandés Art et Essai sont largement majoritaires (plus de 81 %). 53,4 % des films recommandés non édités en vidéo à la fin de l année 2005 sont français. 24,5 % sont des films européens, 16,0 % des films non américains et non européens et 6,1 % des films américains (entre 2 et 11 films par an). Les films recommandés Art et Essai qui ne sont pas édités en vidéo enregistrent peu d entrées en salles : 96,1 % d entre eux ont réalisé moins de entrées. Ainsi, le succès des films en salles est un indicateur particulièrement efficace pour décider ou non d une sortie sur le marché de la vidéo. 16 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

17 PARTIE I LES FILMS RECOMMANDES ART ET ESSAI EN SALLES I. La recommandation des films Selon le décret n du 22 avril 2002 (identique sur ce point au décret du 25 octobre 1991), les films relevant de l Art et Essai doivent appartenir à l une des catégories suivantes : - œuvres cinématographiques ayant un caractère de recherche ou de nouveauté dans le domaine cinématographique ; - œuvres cinématographiques présentant d incontestables qualités mais n ayant pas obtenu l audience qu elles méritaient ; - œuvres cinématographiques reflétant la vie de pays dont la production cinématographique est assez peu diffusée en France ; - œuvres cinématographiques de reprise présentant un intérêt artistique ou historique, et notamment œuvres cinématographiques considérées comme des "classiques de l écran" ; - œuvres cinématographiques de courte durée tendant à renouveler par leur qualité et leur choix le spectacle cinématographique. Peuvent être exceptionnellement considérées comme œuvres cinématographiques d Art et d Essai : - des œuvres cinématographiques récentes ayant concilié les exigences de la critique et la faveur du public et pouvant être considérées comme apportant une contribution notable à l art cinématographique ; - des œuvres cinématographiques d amateur présentant un caractère exceptionnel. A. Procédure de recommandation des films La liste des œuvres/films recommandés est établie par l Association française des cinémas d Art et d Essai (AFCAE). Une convention entre le CNC et l AFCAE définit les modalités de recommandation en fonction des principes suivants : - constitution d un collège représentatif des différentes branches professionnelles, des diverses tendances de la création et capable de tenir compte de l évolution des sensibilités du public (réalisateurs, producteurs, distributeurs, exploitants indépendants, personnalités du monde culturel, représentants du jeune public). Ce collège comprend 100 personnes ; - recommandation fondée essentiellement sur une appréciation de la qualité des films ; - publicité de la recommandation Art et Essai auprès de l ensemble des professionnels. Un sous-groupe du collège détermine les films Recherche et découverte. La liste des films recommandés Art et Essai est disponible sur le site L Exploitation des films recommandés Art et Essai 17

18 B. Les labels La recommandation Art et Essai des films peut être assortie d un ou de plusieurs labels parmi les trois suivants : - Recherche et Découverte : films qualifiés de Recherche et Découverte par le sous-groupe du Collège de recommandation ; - Jeune Public : films qualifiés comme destinés au jeune public par le groupe «Jeune Public» de l AFCAE ; - Patrimoine et Répertoire : films recommandés Art et Essai sortis pour la première fois il y a plus de 20 ans et n ayant pas bénéficié d une exposition régulière au cours des 10 dernières années. Les labels sont cumulables pour un film. Ainsi, par exemple, un film recommandé peut à la fois être qualifié «Recherche et découverte» et «Jeune public». II. L offre de films Art et Essai A. L offre de titres L offre de films de long métrage recommandés Art et Essai est très large, notamment en salles. Ainsi, sur les dix dernières années, la part des films recommandés sur l ensemble des longs métrages en exploitation dans les cinémas est toujours supérieure à 60 %. Depuis 2001, elle dépasse systématiquement 67,0 %. En 2005, cette part atteint 69,3 %. NOMBRE DE FILMS EXPLOITES EN SALLES Films recommandés Art et Essai Films non recommandés TOTAL a. Nationalité Environ 40 % des films recommandés Art et Essai exploités en salles chaque année sont français. Cette part est en légère progression depuis 1995 (37,4 %) et atteint 42,7 % en Les films américains constituent aujourd hui un peu moins d un quart de l offre de films recommandés Art et Essai en salles. A 23,9 % en 2005, l offre Art et Essai américaine est moins forte depuis quelques années : les films américains représentaient 27,8 % des titres Art et Essai exposés en salles en ,2 % des films recommandés exploités en 2005 sont européens (hors France), contre 23,6 % en 1995 et 23,4 % en Les films non européens et non américains constituent, en moyenne, 12 % de l offre de longs métrages Art et Essai de ces dix dernières années. En 2005, cette part s établit à 12,2 %. 18 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

19 FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES Films français Films américains Films européens Autres films TOTAL Comparativement à l offre globale de longs métrages, l offre Art et Essai se compose d un nombre légèrement plus élevé de films français. En 2005, 70,4 % des films français exposés en salles sont en effet recommandés Art et Essai (69,3 % de l ensemble des films). Ce constat est encore plus marqué pour les films européens (76,8 %) et les autres films (82,5 %). En revanche, seuls 57,9 % des films américains en exploitation en 2005 sont recommandés Art et Essai. PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE TOTALE (%) Films français Films américains Films européens Autres films Tous films b. Ancienneté L offre de longs métrages recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges. En 2005, 29,7 % d entre elles ont été exploitées pour la première fois au moins 30 ans plus tôt. Cette part évolue peu depuis 1995 (28,0 %). Au total, 51,1 % des films recommandés exposés en 2005 ont 10 ans ou davantage (55,4 % en 1995) et 65,3 % ont plus de 4 ans (67,8 % en 1995). Les films récents (sortis en salles il y a moins de 5 ans) représentent, en moyenne, un tiers de l offre d œuvres de long métrage recommandées Art et Essai (34,7 % en 2005). FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES ans et plus à 29 ans à 9 ans moins de 5 ans TOTAL L Exploitation des films recommandés Art et Essai 19

20 Par rapport à l offre globale de longs métrages, l offre Art et Essai se compose d un plus grand nombre de films anciens. En 2005, 72,9 % des films de 30 ans et plus exposés en salles sont en effet recommandés Art et Essai (contre 69,3 % de l ensemble des films). A l inverse, seuls 65,8 % des films de moins de 5 ans en exploitation en 2005 sont recommandés Art et Essai. PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE TOTALE (%) ans et plus 10 à 29 ans 5 à 9 ans Moins de 5 ans Tous films B. Les séances Si l offre Art et Essai est très large en nombre de longs métrages, elle l est sensiblement moins en termes de séances programmées. Ainsi, en 2005, l Art et Essai représente 36,9 % de l offre globale de séances pour 69,3 % de l offre de titres. Cette part de séances est par ailleurs en progression sur les 10 dernières années. Elle s établissait à 34,5 % pour 60,1 % des films en 1995 et à 29,0 % pour 68,8 % des films en En volume, 2,24 millions de séances sont consacrées aux films recommandés en Dans un contexte global d augmentation du nombre de séances (+0,4 % par rapport à 2004 et, en moyenne, +4,5 % par an depuis 1995), le nombre de séances de films Art et Essai évolue plus favorablement (+27,7 % par rapport à 2004 et, en moyenne, +5,2 % par an depuis 1995). NOMBRE DE SEANCES EN SALLES Films recommandés Art et Essai Films non recommandés TOTAL a. Nationalité Chaque année, environ la moitié des séances consacrées aux films recommandés Art et Essai concernent des longs métrages français. Cette part varie entre 41,3 % (1998) et 58,3 % (2002) sur les 10 dernières années. Elle atteint 50,4 % en Les films américains représentent aujourd hui environ un quart de l offre de séances de films recommandés Art et Essai en salles. A 24,1 % en 2005, l offre de séances Art et Essai américaine est moins forte que certaines années de la dernière décennie : les titres 20 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

21 américains concernaient 34,6 % des séances de films Art et Essai en 1995 et 36,4 % en ,2 % des séances consacrées aux films recommandés en 2005 concernent des longs métrages européens (hors France), contre 14,4 % en 1995 et 12,3 % en Les films non européens et non américains occupent 4,2 % des séances de films Art et Essai en Cette part, très variable selon les années, se situe dans une fourchette basse en 2005 : elle s établissait à 11,7 % en 2003 et à 10,7 % en 2004, mais à seulement 3,0 % en REPARTITION DES SEANCES CONSACREES AUX FILMS ART ET ESSAI (%) Films français 48,8 58,1 58,3 53,7 51,1 50,4 Films américains 32,1 22,5 17,9 23,2 25,6 24,1 Films européens 12,3 13,5 15,2 11,3 12,6 21,2 Autres films 6,8 6,0 8,6 11,7 10,7 4,2 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Au regard de l offre globale, la programmation Art et Essai se compose d un nombre légèrement plus élevé de séances dévolues aux films français. En 2005, 44,3 % des séances consacrées aux films français concernent des titres recommandés Art et Essai (contre 36,9 % de l ensemble des séances). Ce constat est encore plus marqué pour les films européens (61,5 %) et les autres films (63,4 %). En revanche, seules 20,8 % des séances consacrées aux films américains concernent des longs métrages recommandés Art et Essai en PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE DE SEANCES (%) Films français Films américains Films européens Autres films Tous films b. Ancienneté Bien que l offre de longs métrages recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges, la très grande majorité des séances est dévolue aux films les plus récents. Ainsi, en 2005, les films de moins de 5 ans captent 96,0 % des séances consacrées aux films Art et Essai. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 21

22 Les films datant de 30 ans et plus, appartenant pour la plupart, au patrimoine cinématographique, captent entre 2 % et 3 % des séances Art et Essai annuelles (2,2 % en 2005). REPARTITION DES SEANCES CONSACREES AUX FILMS ART ET ESSAI (%) ans et plus 2,2 2,1 3,1 2,8 2,7 2,2 10 à 29 ans 1,5 1,7 2,9 1,9 1,7 1,1 5 à 9 ans 0,6 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 moins de 5 ans 95,7 95,6 93,5 94,6 94,9 96,0 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Au regard de l offre globale de séances, la programmation de films Art et Essai est davantage axée sur les films les plus anciens. Ce constat tient au fait que la plupart des films de plus de 5 ans qui sont programmés dans les salles avec un nombre significatif de séances sont recommandés Art et Essai depuis leur première projection ou à l occasion d une nouvelle sortie. Ainsi, en 2005, 64,6 % des séances consacrées à des films de 30 ans et plus concernent des longs métrages recommandés alors que ce taux est de 36,9 % pour l ensemble des films tous âges confondus. A l inverse, la proportion de séances consacrées aux films Art et Essai parmi les œuvres de moins de 5 ans est très proche de la moyenne (36,2 % en 2005), illustrant notamment la prépondérance de ces films «jeunes» au sein des séances Art et Essai. PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE DE SEANCES (%) ans et plus 10 à 29 ans 5 à 9 ans Moins de 5 ans Tous films III. La fréquentation des films Art et Essai A. Les entrées En 2005, les films recommandés Art et Essai enregistrent plus de 60 millions d entrées, soit 27,2 % de plus qu en 2004 dans un contexte où la fréquentation totale des salles de cinéma diminue de 10,5 %. Contrairement aux évolutions constatées depuis 2000, les entrées des films Art et Essai évoluent ainsi plus favorablement que l ensemble des entrées en En moyenne, les entrées des films recommandés augmentent de 4,7 % par an depuis 1995 tandis que la fréquentation totale progresse de 3,0 % par an. 22 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

23 Depuis 2002, les films Art et Essai réalisaient environ un quart des entrées annuelles. En 2005, cette part progresse nettement et s établit à 34,3 %, contre 24,2 % en Sur les 10 dernières années, le poids des films Art et Essai en entrées oscillait entre 22,2 % (1998) et 29,9 % (1996). Ainsi, en 2005, 34,3 % des entrées sont réalisées par 69,3 % des films, les films recommandés Art et Essai. NOMBRE D ENTREES EN SALLES (MILLIONS) Films recommandés Art et Essai 48,278 51,021 46,754 43,410 47,227 60,086 Films non recommandés 117, , , , , ,969 TOTAL 165, , , , , ,055 a. Nationalité En 2005, la part de marché du cinéma français en entrées est de 45,1 % dans l univers des films recommandés Art et Essai. Au cours des dix dernières années, cette part a dépassé les 50 % à cinq reprises : 53,7 % en 1996, 56,8 % en 1999, 57,7 % en 2001, 58,4 % en 2002 et 50,0 % en En revanche, elle a été inférieure à 40 % en 1998 (36,8 %), année où la très forte concentration de la fréquentation sur un seul film Titanic avait sensiblement modifié l ensemble des équilibres. Les films américains concentrent aujourd hui moins de 30 % des entrées réalisées par les œuvres Art et Essai. Cette part oscille entre 17,5 % (2002) et 40,0 % (1998) sur les dix dernières années. Elle atteint 27,0 % en ,4 % des entrées réalisées en 2005 par les films recommandés concernent des longs métrages européens (hors France). C est le plus fort taux des dix dernières années. Les films non européens et non américains concentrent 3,5 % des entrées des films Art et Essai en Cette part, très variable selon les années, se situe dans une fourchette basse en 2005 : elle s établissait à 10,7 % en 2003 et à 8,7 % en 2004, mais à 2,6 % en 1998 et à 3,6 % en REPARTITION DES ENTREES DES FILMS ART ET ESSAI (%) Films français 46,4 57,7 58,4 49,0 50,0 45,1 Films américains 34,5 24,2 17,5 27,6 29,2 27,0 Films européens 12,2 13,1 15,7 12,7 12,1 24,4 Autres films 6,9 5,0 8,4 10,7 8,7 3,5 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 En comparaison de la fréquentation globale, les entrées des films Art et Essai sont davantage le fait des œuvres françaises. En 2005, 42,1 % des entrées enregistrées par les films français concernent des titres recommandés Art et Essai (contre 34,3 % de l ensemble des entrées). Ce constat met en évidence l importance du cinéma français au sein des œuvres Art et Essai. Ce phénomène est également notable pour les films européens (54,8 % en 2005) et davantage pour les autres films (72,4 %). En revanche, seuls 20,0 % des entrées réalisées par les films américains concernent des longs métrages recommandés Art et Essai en 2005, illustrant la plus faible part des œuvres d Outre-Atlantique au sein de l offre Art et Essai. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 23

24 PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS LES ENTREES EN SALLES (%) Films français Films américains Films européens Autres films Tous films b. Ancienneté Bien que l offre de longs métrages recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges, la très grande majorité des entrées de ces films provient des films les plus récents. Ainsi, en 2005, les films de moins de 5 ans captent 94,1 % de la fréquentation des films Art et Essai. Sur les dix dernières années, les films datant de 30 ans et plus, qui appartiennent, pour la plupart, au patrimoine cinématographique, captent entre 2,8 % (1996) et 5,3 % (1997) des entrées des films Art et Essai annuelles (2,9 % en 2005). REPARTITION DES ENTREES DES FILMS ART ET ESSAI (%) ans et plus 3,1 2,8 4,0 3,7 3,4 2,9 10 à 29 ans 1,7 2,3 3,5 2,6 2,5 1,6 5 à 9 ans 0,8 0,9 0,9 1,2 1,3 1,4 moins de 5 ans 94,4 94,0 91,6 92,5 92,8 94,1 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Comparativement à la fréquentation globale, les entrées réalisées par les films Art et Essai sont davantage captées par les films les plus anciens. Ce constat tient au fait que la plupart des films de plus de 5 ans qui atteignent des niveaux de fréquentation significatifs sont recommandés Art et Essai, depuis leur première projection ou à l occasion d une nouvelle sortie. Ainsi, en 2005, 78,4 % des entrées des films de 30 ans et plus sont le fait de longs métrages recommandés alors que ce taux est de seulement 34,3 % pour l ensemble des films tous âges confondus. A l inverse, la proportion d entrées enregistrées par les films Art et Essai parmi les œuvres de moins de 5 ans est très proche de la moyenne (33,1 % en 2005), illustrant notamment la prépondérance de ces films «jeunes» au sein de la fréquentation des œuvres Art et Essai. 24 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

25 PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS LES ENTREES EN SALLES (%) ans et plus 10 à 29 ans 5 à 9 ans Moins de 5 ans Tous films B. Les recettes En 2005, les films recommandés Art et Essai enregistrent 336,5 millions d euros de recettes aux guichets des salles de cinéma, soit 30,2 % de plus qu en 2004 dans un contexte où les recettes totales de l exploitation diminuent de 9,6 %. Avant 2005 et depuis 2000, les recettes - comme les entrées - des films Art et Essai évoluaient chaque année moins favorablement que l ensemble des recettes. En moyenne, les recettes des films recommandés augmentent de 5,6 % par an depuis 1995 tandis que la recette totale progresse de 4,1 % par an dans le même temps. Depuis 1995, les films Art et Essai réalisaient entre 20 % et 30 % des recettes annuelles en salles. En 2005, cette part s établit à 32,7 %, contre 22,7 % en RECETTES EN SALLES (M ) Films recommandés Art et Essai 250, , , , , ,529 Films non recommandés 642, , , , , ,107 TOTAL 893, , , , , ,636 IV. Les films recommandés Art et Essai dans les salles classées Art et Essai Combien de films recommandés Art et Essai sont programmés dans les salles, qu elles soient classées ou non? Comment se répartissent les séances et les entrées de ces films Art et Essai en fonction du type de salles dans lequel ils sont diffusés? Cette quatrième partie tente de répondre à ces interrogations. A. L offre de films Parmi les films recommandés Art et Essai diffusés dans les salles en 2005, films ont été programmés dans au moins un cinéma classé Art et Essai. Ainsi, la très grande majorité des films recommandés sont exposés dans les salles classées (94,2 % en 2005). Dans les salles non classées, la variété de films recommandés est sensiblement moins L Exploitation des films recommandés Art et Essai 25

26 large. En effet, seuls 48,8 % des œuvres Art et Essai trouvent leur place sur les écrans des cinémas non classés en FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES Dans les salles classées Art et Essai Dans les salles non classées Dans toutes les salles a. Nationalité En termes de nombre de titres, l offre de films selon leur nationalité dans les salles classées est équivalente à celle constatée sur l ensemble des salles. Ainsi, dans les cinémas classés Art et Essai, les films français composent 42,3 % de l offre Art et Essai en 2005, contre 42,7 % toutes salles confondues. De même, les films américains représentent 24,1 % des titres recommandés dans les cinémas Art et Essai et 23,9 % dans l ensemble des salles. Le même constat s impose pour les autres films en FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES Salles classées Salles non classées Toutes salles Films français Films américains Films européens Autres films TOTAL La diversité des films Art et Essai dans les salles classées varie peu en fonction de la nationalité des films. En 2005, 93,4 % des films français recommandés, 95,0 % des films américains recommandés, 95,0 % des films européens recommandés et 94,0 % des films d autres nationalités recommandés ont été programmés sur les écrans des établissements classés Art et Essai (sur l ensemble des films recommandés, cette part est de 94,2 %). En revanche, l offre de films Art et Essai dans les salles non classées dépend davantage de la nationalité des œuvres. Ainsi, 66,2 % des films français Art et Essai diffusés en 2005 trouvent leur place dans ces salles, contre 48,8 % de l ensemble des films recommandés (toutes nationalités confondues). En revanche, moins de films Art et Essai américains (36,5 % en 2005), européens (39,6 % en 2005) ou autres (40,9 % en 2005) sont programmés par ces salles. 26 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47

Plus en détail

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Avril 2009 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les arts et la culture en quelques statistiques

Les arts et la culture en quelques statistiques Les arts et la culture en quelques statistiques Benoit Allaire Conseiller en recherche, Observatoire de la culture et des communications, Institut de la statistique du Québec Bien qu il soit réducteur

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

L offre «pirate» de films sur Internet

L offre «pirate» de films sur Internet L offre «pirate» de films sur Internet Octobre 2004 Service des études, des statistiques et de la prospective Cette étude a été réalisée par : Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle Frédéric

Plus en détail

mai 2015 les principaux chiffres du cinéma en 2014

mai 2015 les principaux chiffres du cinéma en 2014 mai 205 les principaux chiffres du cinéma en 204 Fréquentation des salles : 208,97 millions 203 204 évolution entrées (millions) recettes (M ) recette/entrée ( ) entrées films français (millions) 2 entrées

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation

Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation Janvier 14 Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation L e M é d i a t e u r d u c i n é m a 3, r u e B o i s s i è r e. 7 5 1 1 6 P a r i s 1 Examen de l exécution

Plus en détail

Qu est ce qu une œuvre recommandée art et essai?... 3

Qu est ce qu une œuvre recommandée art et essai?... 3 Classement art et essai 2016 S O M M A I R E Qu est ce qu une œuvre recommandée art et essai?... 3 Procédure de recommandation des films... 3 Critères de classement... 4 Résumé des modes de calcul... 5

Plus en détail

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious?

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? Alexis Dantec (OFCE) et Florence Lévy-Hartmann (GEM) Avec 175,65 millions d entrées en 2005, la fréquentation des salles marque un net recul

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC 2. Propositions élaborées par le CNC afin d alimenter la réflexion des acteurs concernés par le réaménagement

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Février 2015 La formation professionnelle et statutaire s agents s ministères 2008 à 2012 Salah Idmachiche Entre 2008 et 2012, le

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

les études du CNC avril 2013

les études du CNC avril 2013 les études du CNC avril 2013 la diffusion de la fiction à la télévision en Centre national du cinéma de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784

Plus en détail

Analyse du taux moyen de location des films

Analyse du taux moyen de location des films Analyse du taux moyen de location des films octobre 2009 Objectifs et méthodologie Le Centre national du cinéma et de l image animée (CNC) a réalisé une étude sur le taux moyen de location des films. Cette

Plus en détail

Sommaire P. 2 P. 4 P. 5 P. 6 P. 7 P. 8 P. 11 P. 13 P. 17 P. 23. Page 1

Sommaire P. 2 P. 4 P. 5 P. 6 P. 7 P. 8 P. 11 P. 13 P. 17 P. 23. Page 1 Page 0 Sommaire Contribution à la production cinématographique Définitions : services de cinéma Obligations Assiettes et obligations réglementaires cumulées Méthodologie Répartition des investissements

Plus en détail

Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique. (Analyse qualitative)

Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique. (Analyse qualitative) Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique (Analyse qualitative) Octobre 2007 Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants N 43 Avril 1 Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants Le RSI gère les régimes invalidité-décès des artisans et commerçants. L assurance invalidité permet de couvrir

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES Les surfaces Le nombre d exploitations légumières, 3 86 en 1, est en diminution comme l ensemble des exploitations agricoles. Cette baisse a davantage concerné les plus petites

Plus en détail

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES MARS 206 N 9 SOMMAIRE P. 2 LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROSPECTION P. 4 L IMPACT DE LA PROSPECTION EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF

Plus en détail

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos Avant-propos en vigueur de la loi du 19 février 2007 a confirmé et conforté les centres de gestion comme les partenaires privilégiés de l ensemble des collectivités en matière d emploi public local. Au

Plus en détail

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses?

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Dominique LEFILLIATRE Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Plus en détail

Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à 2014 au Canada

Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à 2014 au Canada A. Publicité Au Canada Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à au Canada Média 2000 2009 % de croissance 2009- % de croissance 2000- Télévision 2 450 3 103 3 658 3 582

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux n 2007, les touristes internationaux ont dépensé 6,8 milliards de F.CFP sur

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 Etudes Publication de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi de L activité des services à la personne 10 millions

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

Le court métrage. www.csa.fr

Le court métrage. www.csa.fr Le court métrage www.csa.fr I- Rappels juridiques et contexte 1. Définition du court métrage Le court métrage est une œuvre dont la définition apparaît en «creux» à travers les articles 2, 3 et 4 du décret

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

BILAN HÔTELLERIE ANNÉE 2014

BILAN HÔTELLERIE ANNÉE 2014 BILAN HÔTELLERIE ANNÉE 2014 Cette publication a été réalisée par le Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine à partir de l analyse des résultats de l Enquête de fréquentation hôtelière

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

les études du CNC mars 2012 les coûts de production des films en 2011

les études du CNC mars 2012 les coûts de production des films en 2011 les études du CNC mars 2012 les coûts de production des films en 2011 films d initiative française ayant reçu l agrément de production en 2011 Centre national du cinéma et de l image animée Direction des

Plus en détail

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS > Les synthèses de FranceAgriMer Avril 2015 numéro VINS / 27 OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES PERFOMANCES HOTELIERES DU CALVADOS ET DE L'AGGLOMERATION CAENNAISE

OBSERVATOIRE DES PERFOMANCES HOTELIERES DU CALVADOS ET DE L'AGGLOMERATION CAENNAISE OBSERVATOIRE DES PERFOMANCES HOTELIERES DU CALVADOS ET DE L'AGGLOMERATION CAENNAISE 2013 Méthodologie MKG Hospitality réalise pour la Chambre de Commerce et d'industrie de Caen et Tourisme un reporting

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

Les pratiques en amateur

Les pratiques en amateur Direction générale de la création artistique Les pratiques en amateur Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique - Année 2008» Laurent Babé REPERES

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES (1 er janvier 2015) Depuis 1991 et la création du Centre Européen

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

POUR UN FINANCEMENT LOCAL

POUR UN FINANCEMENT LOCAL POUR UN FINANCEMENT LOCAL PLUS EQUITABLE DU SPORT Xavier Sautenuage 1 Le 11 janvier 2010 La publication le 10 décembre 2009 du rapport public de la Cour des comptes intitulé «les collectivités territoriales

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Appels à projets 2015: Le Conseil Régional de Lorraine fait son Cinéma Fiche 7 : Aide à la production d œuvres cinématographiques de longue durée

Appels à projets 2015: Le Conseil Régional de Lorraine fait son Cinéma Fiche 7 : Aide à la production d œuvres cinématographiques de longue durée Appels à projets 2015: Le Conseil Régional de Lorraine fait son Cinéma Fiche 7 : Aide à la production d œuvres cinématographiques de longue durée Objectifs Ce fonds de soutien est mis en place : - Pour

Plus en détail

Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture

Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture Marie Gouyon * En France, 2,2 % des actifs exercent une profession culturelle. Au sein des professions culturelles, ils exercent des

Plus en détail

Des évolutions importantes annoncées en décembre 2016... 3

Des évolutions importantes annoncées en décembre 2016... 3 Dossier de presse juin 2016 Sommaire Des évolutions importantes annoncées en décembre 2016... 3 Favoriser des choix de filières par la création de «vœux groupés» sur une filière donnée d un territoire...

Plus en détail

Le marché français de la vidéo, le marché européen, les pratiques de consommation, la vidéo dématérialisée

Le marché français de la vidéo, le marché européen, les pratiques de consommation, la vidéo dématérialisée Le marché de la vidéo dossier #313 / mars 2010 Le marché français de la vidéo, le marché européen, les pratiques de consommation, la vidéo dématérialisée Le marché de la vidéo dossier du CNC #313 mars

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

LA SITUATION FINANCIÈRE

LA SITUATION FINANCIÈRE DES MUTUELLES EN 2014 1/5 ce qu il faut retenir du rapport 2015 de la Drees Éclairage proposé par la Direction de la santé et la Direction des entreprises et organismes mutualistes de la Mutualité Française

Plus en détail

le marché de la vidéo

le marché de la vidéo les dossiers du CNC nº 321 mars 2012 une publication du Centre national du cinéma et de l image animée 12 rue de Lübeck 75784 Paris Cedex 16 www.cnc.fr direction des études, des statistiques et de la prospective

Plus en détail

Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006

Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006 Direction de la musique de la danse du théâtre et des spectacles Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006 REPERES DMDTS N 5 - février 2009 Conception et réalisation

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs de la transition bachelor-master (en %) Art et design Total HES Passage à la filière de master 17 18

Tableau 2: Indicateurs de la transition bachelor-master (en %) Art et design Total HES Passage à la filière de master 17 18 Art et design HES Le passage des études à la vie se révèle compliqué pour les diplômées et diplômés en art et design: 60 % d entre eux peinent à trouver un emploi correspondant à leurs aspirations. Après

Plus en détail

DIX ANS DE CINÉMA FRANÇAIS EN RUSSIE

DIX ANS DE CINÉMA FRANÇAIS EN RUSSIE DIX ANS DE CINÉMA FRANÇAIS EN RUSSIE INTRODUCTION Rarement paysage audiovisuel et cinématographique aura autant changé en aussi peu d années. En moins de vingt ans, la Russie sera passée d un pays où cinéma

Plus en détail

et résultats L offre d accueil des enfants de moins de trois ans en 2011 N 840 mai 2013

et résultats L offre d accueil des enfants de moins de trois ans en 2011 N 840 mai 2013 ét udes et résultats N 840 mai 2013 L offre d accueil des enfants de moins de trois ans en à la fin de l année, 11 600 établissements en France métropolitaine accueillent des jeunes enfants. Ils offrent

Plus en détail

«FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition 2009

«FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition 2009 DARES (Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques) DEPP (Direction de l évaluation, de la prospective et de la performance) D Dossier de presse «FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 16 Culture et médias Octobre 2007 Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

RAPPORT DU MEDIATEUR

RAPPORT DU MEDIATEUR RAPPORT DU MEDIATEUR DE L EDITION PUBLIQUE POUR L ANNEE 2011 A M. le Premier Ministre et à Mme la Ministre de la Culture et de la Communication Marianne Lévy-Rosenwald Décembre 2012 SOMMAIRE Introduction...

Plus en détail

Introduction générale à la comptabilité financière : le langage du monde des affaires

Introduction générale à la comptabilité financière : le langage du monde des affaires Introduction générale à la comptabilité financière : le langage du monde des affaires La comptabilité constitue un langage, le langage du monde des affaires, qui possède ses conventions propres. La comptabilité

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

JF N 110614 Contacts IFOP : Jérôme FOURQUET Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com. pour

JF N 110614 Contacts IFOP : Jérôme FOURQUET Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com. pour JF N 110614 Contacts IFOP : Jérôme FOURQUET Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com pour Le baromètre d des médias Résultats détaillés Juillet 2012 Sommaire - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux

Plus en détail

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Communiqué États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Chiffres clés de la en 2009 Exportations : 10,15 millions de bouteilles (soit 846 milliers de caisses) pour

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014 AIDE À LA CRÉATION ET A LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Le fonds d aides à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle vise - en pleine

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES

CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES CENTRES D INFORMATION DU RESEAU CULTUREL FRANCAIS AU MAROC La Charte documentaire des médiathèques-centres d informations sur la France au Maroc présente les principes

Plus en détail

Bilan marketing au deuxième trimestre 2016. Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal

Bilan marketing au deuxième trimestre 2016. Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal SÉRIE TENDANCES/IDÉES Bilan marketing au deuxième trimestre 2016 Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal Introduction Le premier trimestre de l année

Plus en détail

Les possesseurs de cartes à entrées illimitées au cinéma

Les possesseurs de cartes à entrées illimitées au cinéma Les possesseurs de cartes à entrées illimitées au cinéma Avril 2008 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise L année 2009 a été le témoin d un grand bouleversement en matière de création d entreprises avec la mise en place du régime de l auto-entrepreneur. Institué

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail