L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo"

Transcription

1 L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006

2 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Caroline Jeanneau, Sophie Jardillier, Julie Lethiphu, Benoît Danard 2 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

3 SOMMAIRE INTRODUCTION...7 SYNTHÈSE...9 PARTIE I LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI EN SALLES...17 I. LA RECOMMANDATION DES FILMS A. Procédure de recommandation des films B. Les labels II. L OFFRE DE FILMS ART ET ESSAI A. L offre de titres a. Nationalité...18 b. Ancienneté...19 B. Les séances a. Nationalité...20 b. Ancienneté...21 III. LA FRÉQUENTATION DES FILMS ART ET ESSAI A. Les entrées a. Nationalité...23 b. Ancienneté...24 B. Les recettes IV. LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI DANS LES SALLES CLASSÉES ART ET ESSAI A. L offre de films a. Nationalité...26 b. Ancienneté...27 B. L offre de séances a. Nationalité...28 b. Ancienneté...29 C. Les entrées a. Nationalité...30 b. Ancienneté...30 PARTIE II CARRIERE EN SALLES DES FILMS RECOMMANDES ART ET ESSAI...32 I. L OFFRE DE NOUVEAUX FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI A. L offre de titres inédits a. Nationalité...33 b. Genre...34 c. Copies...35 d. Labels...36 e. Avance sur recettes...36 f. Premiers et deuxièmes films...37 B. L offre de copies (films inédits) a. Nationalité...39 b. Genre...40 c. Copies...41 d. Labels...43 L Exploitation des films recommandés Art et Essai 3

4 C. Les séances (films inédits) a. Nationalité...45 b. Genre...46 c. Copies...47 d. Labels...49 II. LA FRÉQUENTATION DES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI A. Entrées des films Art et Essai (films inédits) a. Nationalité...51 b. Genre...52 c. Copies...54 d. Labels...55 B. Etalement des entrées dans le temps (nouveaux films) a. Nationalité...57 b. Genre...58 c. Copies...59 III. LES RÉSULTATS D ENTRÉES A. Performances de fréquentation des films Art et Essai (films inédits) B. Les meilleurs résultats de fréquentation de films Art et Essai depuis 2000 (films inédits) IV. LES RÉCOMPENSES DES FILMS ART ET ESSAI PARTIE III LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI A LA TELEVISION...69 I. LES RÈGLES DE DIFFUSION II. LES FILMS ART ET ESSAI SUR LES CHAÎNES EN CLAIR (HORS ARTE) A. L offre globale de films a. Nationalité...71 b. Horaire...72 c. Ancienneté...74 d. Rang de diffusion...75 B. Les films inédits a. Nationalité...76 b. Horaire...76 c. Ancienneté...77 C. L audience a. Nationalité...78 b. Horaire...78 c. Ancienneté...79 d. Rang de diffusion...80 e. Les films inédits...80 D. Les meilleures audiences III. LES FILMS ART ET ESSAI SUR CANAL A. L offre de films a. Nationalité...84 b. Ancienneté...84 c. Rang de diffusion...85 B. Les films inédits IV. LES FILMS ART ET ESSAI SUR ARTE A. L offre globale de films a. Nationalité...87 b. Horaire...87 c. Ancienneté...88 d. Rang de diffusion...88 B. Les films inédits a. Nationalité L Exploitation des films recommandés Art et Essai

5 b. Horaire...90 c. Ancienneté...90 C. Les meilleures audiences PARTIE IV LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI EN VIDEO...93 I. SOURCE DES DONNÉES ET MÉTHODOLOGIE A. Les documents justificatifs B. Des données représentatives II. LES FILMS RECOMMANDÉS ART ET ESSAI EN VIDÉO A. Poids de l Art et Essai dans l exploitation de films en vidéo B. Les films Art et Essai en vidéo selon le support C. Les films Art et Essai en vidéo selon la nationalité D. Les films Art et Essai en vidéo selon l ancienneté E. Les films Art et Essai inédits en vidéo F. Les films Art et Essai ayant réalisé les plus fortes recettes G. Les films Art et Essai ayant réalisé les plus fortes recettes de 1992 à III. DE LA SALLE À LA VIDÉO A. Les films Art et Essai sortis en vidéo après une sortie en salles B. Performances des films Art et Essai sortis en vidéo après une sortie en salles C. Les films Art et Essai non édités en vidéo après une sortie en salles L Exploitation des films recommandés Art et Essai 5

6 6 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

7 INTRODUCTION Le Centre national de la cinématographie a souhaité conduire une étude sur l exploitation des films recommandés Art et Essai. L offre et les performances des films Art et Essai sont ainsi analysées sur les différents supports d exploitation des œuvres de long métrage : la salle, la télévision et la vidéo. Dans une première partie, l offre totale de films, la programmation et les résultats d entrées en salles des longs métrages recommandés sont étudiés, notamment en fonction de leur nationalité et de leur ancienneté. Le poids de l Art et Essai dans l exploitation des films en salles est analysé. Dans la seconde partie, l étude porte sur la carrière des films recommandés Art et Essai sortis en salles au cours des six dernières années (2000 à 2005). Les analyses selon la nationalité sont complétées par un éclairage selon le genre, le nombre de copies et les éventuels labels attribués aux films recommandés. La programmation et l audience des films Art et Essai sur les chaînes hertziennes (TF1, France 2, France 3, France 5, Arte, M6 et Canal+) font l objet de la quatrième partie de cette étude. Elle retrace les diffusions et les résultats d audience en fonction notamment de la chaîne, de la nationalité des œuvres, de l horaire de diffusion, de l ancienneté des films et du rang de diffusion. Elle propose également une analyse de la programmation des films inédits. Enfin, la quatrième partie de cette étude s attache à l exploitation des films recommandés Art et Essai sur support vidéo. La disponibilité des titres et leurs performances sur le marché sont analysées. Ce volet est complété par une étude sur le passage des films Art et Essai de la salle à la vidéo. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 7

8 8 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

9 SYNTHESE Si près de 70 % des films exploités en salles sont recommandés Art et Essai, ils réalisent 34,3 % des entrées et 32,7 % des recettes salles en L offre de films recommandés Art et Essai est très large, notamment en salles. Sur les dix dernières années, elle dépasse toujours 60 % des plus de titres exploités en salles (69,3 % en 2005). En revanche, la part de séances consacrées aux films Art et Essai est bien plus faible : 36,9 % en 2005 (2,24 millions de séances). Les films Art et Essai réalisent 60,0 millions d entrées et 336,5 M de recettes en 2005, soit respectivement 34,3 % et 32,7 % du total annuel. Depuis 2000, les entrées et les recettes des films Art et Essai évoluaient chaque année moins favorablement que celles de l ensemble des films exploités. En 2005, ce phénomène s inverse. La grande majorité des films recommandés sont exposés dans les salles classées Art et Essai (94,2 % en 2005), alors que moins de la moitié d entre eux trouvent une place sur les écrans des cinémas non classés (48,8 % en 2005). Les salles classées assurent chaque année environ la moitié des séances et des entrées des films recommandés. En 2005, ces parts sont en diminution (47,0 % des séances et 42,6 % des entrées). Les films français sont prépondérants au sein de l offre totale de films Art et Essai en salles (42,7 % en 2005). Ils occupent 50,4 % des séances consacrées aux films recommandés et réalisent 45,1 % des entrées de ces films. En 2005, les salles classées Art et Essai réalisent 46,6 % des entrées des films français recommandés. Les films américains sont beaucoup moins bien représentés dans l offre d œuvres recommandées (23,9 % des films et 24,1 % des séances en 2005). Ils enregistrent 27,0 % des entrées de l ensemble des films Art et Essai. Les salles classées assurent 36,2 % des entrées des films américains recommandés en L offre de films recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges : en 2005, 29,7 % d entre elles ont au moins 30 ans et 51,1 % au moins 10 ans. Les films récents (sortis en salles il y a moins de 5 ans) représentent 34,7 % des films Art et Essai programmés en Par contre, ils occupent la très grande majorité des séances Art et Essai (96,0 % en 2005) et réalisent la plupart des entrées de ces films (94,1 % en 2005). Films Art et Essai inédits : moins de copies mais plus de séances par copie Chaque année, de nouveaux titres viennent enrichir la liste des longs métrages exploités en salles. Plus de la moitié de ces films inédits sont recommandés Art et Essai (60,0 % en 2005). Un film recommandé Art et Essai bénéficie d une combinaison de sortie 3,7 fois plus modeste qu un film non recommandé. En moyenne, un film recommandé Art et Essai est tiré à 65 copies en 2005, contre 241 pour un film non recommandé. Les films recommandés Art et Essai sont ainsi moins bien exposés que les autres films. Le nombre total de séances offertes à ce jour pour ces films représente 36,1 % de l ensemble des séances consacrées aux films inédits en Les copies des films Art et Essai sont davantage exposées que celles des autres films : 98 fois en moyenne, contre 70 pour les films non recommandés. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 9

10 Les films recommandés Art et Essai sont moins performants que les autres films. Ceux de 2005 réalisent 32,7 % des entrées totales des films inédits. Pour les films recommandés, les séances sont moins efficaces (26 entrées par séance en 2005) que pour les autres films (30). FILMS INEDITS EN SALLES EN 2005* Films Copies Séances Entrées (millions)* Films recommandés Art et Essai ,587 Films non recommandés ,474 TOTAL ,061 * hors films «IMAX» Une majorité de films français au sein des films Art et Essai inédits En moyenne, la moitié des films recommandés Art et Essai inédits en salles sont français. Cette part s élève à 47,6 % en Depuis 1999, les films américains constituent entre 9 % et 15 % de l offre de films nouveaux recommandés Art et Essai (14,2 % en 2005). 23,6 % des nouveaux films recommandés en 2005 sont européens et 14,5 % sont non européens et non américains. 43,7 % des entrées réalisées par les films recommandés Art et Essai inédits en 2005 concernent des films français et 26,6 % des films américains. La nationalité est particulièrement discriminante en ce qui concerne l adhésion du public. Le nombre moyen d entrées par séance pour un film Art et Essai dépend de son origine. Pour les films américains (29 pour les films de 2005), ce nombre est toujours plus élevé que pour les films français (23) ou d autres nationalités. Par rapport à l offre globale de longs métrages inédits, l Art et Essai se compose d un nombre sensiblement plus élevé de films français. Ce constat est également notable pour les films européens et encore davantage pour les autres films. En revanche, seuls 30,9 % des nouveaux films américains en exploitation en 2005 sont recommandés Art et Essai. En termes de copies en circulation, de séances programmées et d entrées réalisées, les différences selon la nationalité des films recommandés sont les mêmes. REPARTITION DES FILMS ART ET ESSAI INEDITS EN SALLES EN 2005 (%) Films Copies Séances Entrées Films français 47,6 50,0 49,5 43,7 Films américains 14,2 22,9 23,7 26,6 Films européens 23,6 22,1 22,6 26,5 Autres films 14,5 5,0 4,2 3,2 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 Plus de 91 % des documentaires inédits sont recommandés En 2005, l offre de nouveaux films recommandés Art et Essai se compose de 30,6 % de comédies dramatiques (20,6 % des copies et 19,5 % des séances) et de 27,0 % de drames (22,6 % des copies et 22,0 % des séances). Les deux autres genres représentant une part importante des films recommandés nouveaux sont le documentaire et la comédie. L Art et 10 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

11 Essai correspond à des genres particuliers. En effet, 91,2 % des nouveaux documentaires sont recommandés, ainsi que 87,3 % des drames et 82,8 % des comédies dramatiques. Les films Art et Essai sont majoritairement exploités sur un nombre peu élevé de copies. En 2005, 70,6 % des films inédits recommandés sortent sur une combinaison de moins de 50 copies. Au-delà de 300 copies, peu de films sont recommandés (5,5 % en 2005). Le nombre de séances consacrées aux films recommandés Art et Essai dépend fortement du nombre de copies de sortie. Pour les très faibles combinaisons de sortie (moins de 10 copies), les copies sont très exposées. Ces copies circulent beaucoup dans les salles afin de répondre à une demande géographique étendue. Les films à petite combinaison de sortie captent logiquement une part limitée du total des entrées des films inédits recommandés. Ainsi, les films Art et Essai sortis en 2005 sur moins de 50 copies ne totalisent que 8,0 % des entrées de films inédits recommandés. A l autre extrême, au-delà de 300 copies, les nouveaux films Art et Essai représentent 5,5 % des titres de 2005 et 52,5 % des entrées de ces films. REPARTITION DES FILMS ART ET ESSAI INEDITS EN SALLES EN 2005 (%) Films Copies Séances Entrées Moins de 50 copies 70,6 14,9 12,2 8,0 50 à 99 copies 10,0 10,6 8,1 5,8 100 à 299 copies 13,9 37,2 37,0 33,8 300 copies et plus 5,5 37,2 42,7 52,5 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 La durée de vie en salles des films Art et Essai est plus longue Après cinq semaines d exploitation en salles, les films sortis entre 2000 et 2005 ont enregistré, en moyenne, 85,9 % de leurs entrées totales. Cette part connaît une progression continue depuis 2000 qui retrace le raccourcissement de la durée de vie des longs métrages sur les écrans. Pour les films Art et Essai sortis entre 2000 et 2005, la part d entrées réalisées après cinq semaines d exploitation est sensiblement inférieure (76,5 %) à celle enregistrée par les films non recommandés (89,2 %). Ainsi, la durée de vie des films Art et Essai est en moyenne plus longue que celle des autres films. En moyenne, les films sortis entre 2000 et 2005 ont quasiment terminé leur carrière au bout de 10 semaines puisque seulement 4,3 % de leurs entrées restent à réaliser. Pour les films recommandés Art et Essai, cette part est plus forte (10,0 %). L étalement dans le temps des entrées des films recommandés Art et Essai dépend de leur nationalité. Les films français recommandés enregistrent en moyenne 76,7 % de leurs entrées totales en 5 semaines et 90,1 % en 10 semaines. Ces proportions sont assez proches de celles de l ensemble des films Art et Essai. La durée de vie en salles des films Art et Essai américains apparaît plus courte : ils cumulent en moyenne 80,4 % de leurs entrées totales en 5 semaines et 92,9 % en 10 semaines. La durée de vie d un film Art et Essai sur les écrans dépend également de son genre. L animation est le genre pour lequel l étalement des entrées dans le temps apparaît le plus étendu. Bien que légèrement plus courte, la durée de vie en salles des documentaires est L Exploitation des films recommandés Art et Essai 11

12 également supérieure à la moyenne. Pour les films de fiction, les résultats d entrées sont plus concentrés dans le temps. Un quart des films diffusés sur les chaînes hertziennes en clair sont recommandés Art et Essai En 2005, les chaînes en clair (TF1, France 2, France 3, France 5, M6) diffusent 194 films recommandés Art et Essai, soit 25,6 % de leur offre cinématographique globale. La diffusion des films Art et Essai est l apanage des chaînes publiques. En effet, France 3 et France 2 diffusent conjointement 78,9 % de l offre totale de films recommandés des chaînes en clair en Les chaînes privées (TF1 et M6) programment entre un cinquième et un quart de l ensemble des films Art et Essai diffusés (21,1 % en 2005). FILMS ART ET ESSAI SELON LA CHAINE EN CLAIR TF France France France M TOTAL Au sein de l offre de films Art et Essai sur les chaînes en clair, les films français sont majoritaires. Ils composent 61,3 % de l offre totale en 2005 tandis que les films américains en constituent 19,6 %. Les chaînes publiques diffusent surtout des films Art et Essai français : 67,8 % de l offre 2005 de France 2 et 62,8 % de celle de France 3. Les films recommandés américains, assez peu nombreux dans les grilles de programmation des chaînes en clair, sont majoritairement diffusés sur les chaînes publiques (76,3 % en 2005). En 2005, 32,0 % des films Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair sont programmés la nuit (entre minuit et 7h00) et 33,5 % en deuxième partie de soirée. Les films Art et Essai sont globalement peu exposés la journée (12,4 % de l offre en 2005). La moitié des films recommandés Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair sont des films récents, produits après 1990 (49,5 % en 2005). Les films produits avant 1970, relevant du patrimoine cinématographique pour la plupart, constituent 28,4 % de l ensemble des films Art et Essai diffusés en En 2005, 29,4 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair le sont pour la première fois. Ces dernières années, plus de la moitié des films Art et Essai programmés sont diffusés pour la première, deuxième ou troisième fois (54,1 % en 2005). 14,9 % des films diffusés en 2005 sont déjà passés au moins 9 fois précédemment. 31,0 % des films Art et Essai diffusés sur les chaînes hertziennes en clair sont inédits Parmi les 194 films recommandés Art et Essai diffusés par les chaînes en clair en 2005, 57 sont des films inédits, c est-à-dire diffusés pour la première fois en clair (31,0 %). Les films inédits sont comparativement plus nombreux sur France 2 et France 3 qui diffusent 82,5 % de ces derniers en 2005 (77,1 % de l ensemble des films recommandés). Les chaînes privées offrent au total 17,5 % des inédits Art et Essai en L audience moyenne des films Art et Essai sur les chaînes en clair est traditionnellement inférieure à celle de l ensemble des films. De plus, l érosion de l audience du cinéma à la 12 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

13 télévision constatée ces dernières années concerne également les films Art et Essai. L audience moyenne des films recommandés est plus élevée sur TF1. En moyenne, un film français diffusé sur une chaîne en clair réalise en 2005 une audience de 4,11 points. Si ce film est recommandé Art et Essai, son audience atteint 3,16 points. Les films français réalisent en moyenne des audiences sensiblement inférieures à celles des films américains. En 2004, les films Art et Essai diffusés sur les chaînes en clair enregistrent en moyenne une audience de 8,11 points en première partie de soirée, contre 8,91 points pour l ensemble des films. Quel que soit l horaire, l audience moyenne des films recommandés est plus faible que celle de l ensemble des films. Canal+ : premier diffuseur de films Art et Essai Sur un total de 436 films, Canal+ diffuse 165 films recommandés Art et Essai en 2005, soit 37,8 % de l offre. Cette part est en baisse sur les dernières années. FILMS SUR CANAL Tous films Films Art et Essai Part des films Art et Essai (%) 45,5 45,1 43,5 42,4 37,8 Au sein de l offre de films Art et Essai de Canal+, les films français sont majoritaires. Ils composent 64,8 % de l offre totale en ,6 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Canal+ en 2005 sont des films récents, produits après Les films d avant 1970 constituent une part très faible de l offre Art et Essai de la chaîne cryptée (7,3 % des films). 81,2 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Canal+ le sont pour la première fois. En 2005, Canal+ propose 346 films inédits à la télévision. Parmi ces films, 134 sont recommandés Art et Essai, soit 38,7 %. Plus de 60 % de la programmation cinématographique d Arte se compose de films recommandés Sur un total de 268 films, Arte diffuse 165 films recommandés Art et Essai en 2005, soit 61,6 % de l offre. Cette part est en léger recul par rapport à L offre de films Art et Essai d Arte atteint un niveau équivalent à celui de Canal+. FILMS SUR ARTE Tous films Films Art et Essai Part des films Art et Essai (%) 55,8 54,4 60,9 62,4 61,6 Les films français composent 42,5 % des œuvres Art et Essai diffusées sur Arte en 2005, contre 31,1 % pour les films américains. Les films européens tiennent une place importante dans la programmation Art et Essai de la chaîne franco-allemande : ils représentent 21,0 % des œuvres diffusées en De même, la part accordée aux autres films est comparativement non négligeable (10,8 % des films en 2005). L Exploitation des films recommandés Art et Essai 13

14 En 2005, 41,8 % des diffusions de films Art et Essai sur Arte sont programmées la nuit (entre minuit et 7h00). 35,3 % des diffusions concernent la première partie de soirée. En revanche, Arte diffuse moins de films en deuxième partie de soirée (22,9 % en 2005). 47,3 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Arte en 2005 sont des films récents, produits après Les films d avant 1970 constituent près d un tiers de l offre Art et Essai (30,9 % des films en 2005). En 2005, 36,4 % des films recommandés Art et Essai diffusés sur Arte le sont pour la première fois. 52,1 % sont diffusés pour la première ou la deuxième fois. 29,7 % des films Art et Essai diffusés sur Arte en 2005 sont déjà passés au moins 5 fois précédemment à la télévision. En 2005, Arte propose 116 films inédits, c est-à-dire diffusés pour la première fois en clair. Parmi ces films, 60 sont recommandés Art et Essai, soit 51,7 %. Cette part progresse depuis Le nombre de films Art et Essai inédits d Arte est équivalent à celui que propose l ensemble des autres chaînes en clair. 900 films recommandés Art et Essai disponibles en vidéo Depuis 1997, le nombre de films recommandés Art et Essai disponibles en vidéo progresse régulièrement. En 2004, près de 900 titres sont disponibles. Toutefois, l Art et Essai est peu développé en vidéo : les films recommandés représentent 14,1 % de l ensemble des titres disponibles. En 2004, les films Art et Essai sont disponibles en vidéo sur un total de près de 14,3 millions de copies, soit 12,1 % de l ensemble des copies mises sur le marché. Le chiffre d affaires réalisé par les éditeurs sur les films recommandés s élève à 125,1 M en FILMS ART ET ESSAI EN VIDEO Films Art et Essai Part dans l offre totale de films (%) 11,5 12,5 10,2 13,2 14,1 Copies de films Art et Essai (milliers) Part dans l offre totale de films (%) 31,8 41,8 20,5 15,5 12,1 Chiffre d affaires des films Art et Essai (M ) 119,5 174,3 166,7 127,3 125,1 Part dans le CA total des films (%) 28,5 31,9 18,9 13,2 11,9 Sur l ensemble des 893 films recommandés Art et Essai disponibles sur le marché de la vidéo en 2004, 95,4 % sont exploités sur support DVD et 17,5 % sur cassettes. Le DVD est prépondérant en termes de copies et de chiffre d affaires réalisé. En 2004, le support numérique représente ainsi 94,7 % des copies commercialisées et 95,6 % du chiffre d affaires enregistré par les éditeurs sur les films recommandés. Au sein de l offre de films Art et Essai en vidéo, les longs métrages français sont majoritaires. Ils représentent 40,2 % des films recommandés commercialisés en 2004, contre 32,6 % de l ensemble des films disponibles. Les films américains composent 32,8 % des titres recommandés alors qu ils représentent 48,7 % du total des films édités en Ainsi, sur le segment de l Art et Essai, les films français sont mieux représentés et les films américains moins bien que sur le marché global du film en vidéo. 15,7 % des films Art et Essai commercialisés en 2004 sont européens. Les films non américains et non européens représentent 11,3 % des titres Art et Essai disponibles. En termes de copies, les rapports se modifient. Si les films français occupent une part importante des copies commercialisées en 2004 (40,2 %), les films américains en captent 41,9 %, les films européens 11,0 % et les autres films 6,4 %. La prépondérance du cinéma 14 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

15 américain apparaît donc clairement en termes de copies. En 2004, un film américain est édité en moyenne sur copies, contre pour un film français. Sur le segment de l Art et Essai, le cinéma américain est largement majoritaire en recettes. Sa part de marché s établit à 55,9 % en Le chiffre d affaires capté par les films français est très en retrait à 23,4 % en Cependant, l écart entre films français et films américains est nettement moins fort sur le segment de l Art et Essai que sur l ensemble des films. Le marché des films Art et Essai en vidéo repose essentiellement sur les nouveautés. En 2004, 350 films Art et Essai sont édités pour la première fois en vidéo, soit 39,2 % des longs métrages recommandés disponibles sur le marché. Ces films inédits bénéficient naturellement d un tirage de copies important : 35,7 % des copies de films Art et Essai commercialisées en 2004 concernent des films inédits. Ces films génèrent 70,5 M de chiffre d affaires, soit 56,4 % du total réalisé par l ensemble des films recommandés. Ainsi, plus de la moitié des recettes vidéo des films Art et Essai sont générées par des films nouveaux. De la salle à la vidéo : une dégradation des performances des films Art et Essai français Parmi les films recommandés Art et Essai ayant fait l objet d une sortie en salles entre 1996 et 2004 retenus dans l échantillon, ont par la suite (et à la date du 31 décembre 2005) bénéficié d une sortie sur le marché de la vidéo, soit 63,2 % d entre eux. Sur le marché total du cinéma, la part des titres qui sortent en vidéo après une sortie en salles est de 74,0 %. Ainsi, sur le segment de l Art et Essai, la sortie d un film sur support vidéo est moins fréquente que sur l ensemble des films sortis en salles. FILMS ART ET ESSAI SORTIS EN VIDEO APRES UNE SORTIE EN SALLES* TOTAL Films sortis en salles Films sortis en vidéo (VHS ou DVD) Poids dans le total des films sortis en salles (%) 58,4 65,0 59,3 66,0 62,7 64,5 62,6 67,3 61,9 63,2 * Base : films Art et Essai sortis en exclusivité en salles entre 1996 et Les longs métrages américains recommandés Art et Essai sortis en salles font plus systématiquement l objet d une sortie en vidéo (84,1 %). En moyenne, 57,1 % des films Art et Essai européens qui sortent en salles sont commercialisés en vidéo. Légèrement plus élevée, cette part s établit à 62,9 % pour les films non américains et non européens. Sur le segment de l Art et Essai, les recettes des films sur le marché de la vidéo sont en moyenne inférieures à celles réalisées en salles. Cependant, ce résultat n est pas systématique selon les années. Parmi les films Art et Essai, comme parmi l ensemble des films, les films américains sont, globalement, plus performants en vidéo qu en salles. A l inverse, les films Art et Essai français enregistrent de meilleurs résultats en salles qu en vidéo. Un film Art et Essai américain engendre 1,28 fois plus de recettes salles et 3,79 fois plus de recettes vidéo qu un film français. L écart de performance entre films américains et films français est plus fort sur le segment de l Art et Essai que sur l ensemble des films. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 15

16 Les films Art et Essai non édités en vidéo sont souvent français et ont connu un échec en salles 36,8 % de l ensemble des films recommandés Art et Essai sortis en salles entre 1996 et 2004 ne sont toujours pas édités en vidéo au 31 décembre Par rapport à l ensemble des films sortis en salles entre 1996 et 2004 et non édités en vidéo, les longs métrages recommandés Art et Essai sont largement majoritaires (plus de 81 %). 53,4 % des films recommandés non édités en vidéo à la fin de l année 2005 sont français. 24,5 % sont des films européens, 16,0 % des films non américains et non européens et 6,1 % des films américains (entre 2 et 11 films par an). Les films recommandés Art et Essai qui ne sont pas édités en vidéo enregistrent peu d entrées en salles : 96,1 % d entre eux ont réalisé moins de entrées. Ainsi, le succès des films en salles est un indicateur particulièrement efficace pour décider ou non d une sortie sur le marché de la vidéo. 16 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

17 PARTIE I LES FILMS RECOMMANDES ART ET ESSAI EN SALLES I. La recommandation des films Selon le décret n du 22 avril 2002 (identique sur ce point au décret du 25 octobre 1991), les films relevant de l Art et Essai doivent appartenir à l une des catégories suivantes : - œuvres cinématographiques ayant un caractère de recherche ou de nouveauté dans le domaine cinématographique ; - œuvres cinématographiques présentant d incontestables qualités mais n ayant pas obtenu l audience qu elles méritaient ; - œuvres cinématographiques reflétant la vie de pays dont la production cinématographique est assez peu diffusée en France ; - œuvres cinématographiques de reprise présentant un intérêt artistique ou historique, et notamment œuvres cinématographiques considérées comme des "classiques de l écran" ; - œuvres cinématographiques de courte durée tendant à renouveler par leur qualité et leur choix le spectacle cinématographique. Peuvent être exceptionnellement considérées comme œuvres cinématographiques d Art et d Essai : - des œuvres cinématographiques récentes ayant concilié les exigences de la critique et la faveur du public et pouvant être considérées comme apportant une contribution notable à l art cinématographique ; - des œuvres cinématographiques d amateur présentant un caractère exceptionnel. A. Procédure de recommandation des films La liste des œuvres/films recommandés est établie par l Association française des cinémas d Art et d Essai (AFCAE). Une convention entre le CNC et l AFCAE définit les modalités de recommandation en fonction des principes suivants : - constitution d un collège représentatif des différentes branches professionnelles, des diverses tendances de la création et capable de tenir compte de l évolution des sensibilités du public (réalisateurs, producteurs, distributeurs, exploitants indépendants, personnalités du monde culturel, représentants du jeune public). Ce collège comprend 100 personnes ; - recommandation fondée essentiellement sur une appréciation de la qualité des films ; - publicité de la recommandation Art et Essai auprès de l ensemble des professionnels. Un sous-groupe du collège détermine les films Recherche et découverte. La liste des films recommandés Art et Essai est disponible sur le site L Exploitation des films recommandés Art et Essai 17

18 B. Les labels La recommandation Art et Essai des films peut être assortie d un ou de plusieurs labels parmi les trois suivants : - Recherche et Découverte : films qualifiés de Recherche et Découverte par le sous-groupe du Collège de recommandation ; - Jeune Public : films qualifiés comme destinés au jeune public par le groupe «Jeune Public» de l AFCAE ; - Patrimoine et Répertoire : films recommandés Art et Essai sortis pour la première fois il y a plus de 20 ans et n ayant pas bénéficié d une exposition régulière au cours des 10 dernières années. Les labels sont cumulables pour un film. Ainsi, par exemple, un film recommandé peut à la fois être qualifié «Recherche et découverte» et «Jeune public». II. L offre de films Art et Essai A. L offre de titres L offre de films de long métrage recommandés Art et Essai est très large, notamment en salles. Ainsi, sur les dix dernières années, la part des films recommandés sur l ensemble des longs métrages en exploitation dans les cinémas est toujours supérieure à 60 %. Depuis 2001, elle dépasse systématiquement 67,0 %. En 2005, cette part atteint 69,3 %. NOMBRE DE FILMS EXPLOITES EN SALLES Films recommandés Art et Essai Films non recommandés TOTAL a. Nationalité Environ 40 % des films recommandés Art et Essai exploités en salles chaque année sont français. Cette part est en légère progression depuis 1995 (37,4 %) et atteint 42,7 % en Les films américains constituent aujourd hui un peu moins d un quart de l offre de films recommandés Art et Essai en salles. A 23,9 % en 2005, l offre Art et Essai américaine est moins forte depuis quelques années : les films américains représentaient 27,8 % des titres Art et Essai exposés en salles en ,2 % des films recommandés exploités en 2005 sont européens (hors France), contre 23,6 % en 1995 et 23,4 % en Les films non européens et non américains constituent, en moyenne, 12 % de l offre de longs métrages Art et Essai de ces dix dernières années. En 2005, cette part s établit à 12,2 %. 18 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

19 FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES Films français Films américains Films européens Autres films TOTAL Comparativement à l offre globale de longs métrages, l offre Art et Essai se compose d un nombre légèrement plus élevé de films français. En 2005, 70,4 % des films français exposés en salles sont en effet recommandés Art et Essai (69,3 % de l ensemble des films). Ce constat est encore plus marqué pour les films européens (76,8 %) et les autres films (82,5 %). En revanche, seuls 57,9 % des films américains en exploitation en 2005 sont recommandés Art et Essai. PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE TOTALE (%) Films français Films américains Films européens Autres films Tous films b. Ancienneté L offre de longs métrages recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges. En 2005, 29,7 % d entre elles ont été exploitées pour la première fois au moins 30 ans plus tôt. Cette part évolue peu depuis 1995 (28,0 %). Au total, 51,1 % des films recommandés exposés en 2005 ont 10 ans ou davantage (55,4 % en 1995) et 65,3 % ont plus de 4 ans (67,8 % en 1995). Les films récents (sortis en salles il y a moins de 5 ans) représentent, en moyenne, un tiers de l offre d œuvres de long métrage recommandées Art et Essai (34,7 % en 2005). FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES ans et plus à 29 ans à 9 ans moins de 5 ans TOTAL L Exploitation des films recommandés Art et Essai 19

20 Par rapport à l offre globale de longs métrages, l offre Art et Essai se compose d un plus grand nombre de films anciens. En 2005, 72,9 % des films de 30 ans et plus exposés en salles sont en effet recommandés Art et Essai (contre 69,3 % de l ensemble des films). A l inverse, seuls 65,8 % des films de moins de 5 ans en exploitation en 2005 sont recommandés Art et Essai. PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE TOTALE (%) ans et plus 10 à 29 ans 5 à 9 ans Moins de 5 ans Tous films B. Les séances Si l offre Art et Essai est très large en nombre de longs métrages, elle l est sensiblement moins en termes de séances programmées. Ainsi, en 2005, l Art et Essai représente 36,9 % de l offre globale de séances pour 69,3 % de l offre de titres. Cette part de séances est par ailleurs en progression sur les 10 dernières années. Elle s établissait à 34,5 % pour 60,1 % des films en 1995 et à 29,0 % pour 68,8 % des films en En volume, 2,24 millions de séances sont consacrées aux films recommandés en Dans un contexte global d augmentation du nombre de séances (+0,4 % par rapport à 2004 et, en moyenne, +4,5 % par an depuis 1995), le nombre de séances de films Art et Essai évolue plus favorablement (+27,7 % par rapport à 2004 et, en moyenne, +5,2 % par an depuis 1995). NOMBRE DE SEANCES EN SALLES Films recommandés Art et Essai Films non recommandés TOTAL a. Nationalité Chaque année, environ la moitié des séances consacrées aux films recommandés Art et Essai concernent des longs métrages français. Cette part varie entre 41,3 % (1998) et 58,3 % (2002) sur les 10 dernières années. Elle atteint 50,4 % en Les films américains représentent aujourd hui environ un quart de l offre de séances de films recommandés Art et Essai en salles. A 24,1 % en 2005, l offre de séances Art et Essai américaine est moins forte que certaines années de la dernière décennie : les titres 20 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

21 américains concernaient 34,6 % des séances de films Art et Essai en 1995 et 36,4 % en ,2 % des séances consacrées aux films recommandés en 2005 concernent des longs métrages européens (hors France), contre 14,4 % en 1995 et 12,3 % en Les films non européens et non américains occupent 4,2 % des séances de films Art et Essai en Cette part, très variable selon les années, se situe dans une fourchette basse en 2005 : elle s établissait à 11,7 % en 2003 et à 10,7 % en 2004, mais à seulement 3,0 % en REPARTITION DES SEANCES CONSACREES AUX FILMS ART ET ESSAI (%) Films français 48,8 58,1 58,3 53,7 51,1 50,4 Films américains 32,1 22,5 17,9 23,2 25,6 24,1 Films européens 12,3 13,5 15,2 11,3 12,6 21,2 Autres films 6,8 6,0 8,6 11,7 10,7 4,2 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Au regard de l offre globale, la programmation Art et Essai se compose d un nombre légèrement plus élevé de séances dévolues aux films français. En 2005, 44,3 % des séances consacrées aux films français concernent des titres recommandés Art et Essai (contre 36,9 % de l ensemble des séances). Ce constat est encore plus marqué pour les films européens (61,5 %) et les autres films (63,4 %). En revanche, seules 20,8 % des séances consacrées aux films américains concernent des longs métrages recommandés Art et Essai en PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE DE SEANCES (%) Films français Films américains Films européens Autres films Tous films b. Ancienneté Bien que l offre de longs métrages recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges, la très grande majorité des séances est dévolue aux films les plus récents. Ainsi, en 2005, les films de moins de 5 ans captent 96,0 % des séances consacrées aux films Art et Essai. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 21

22 Les films datant de 30 ans et plus, appartenant pour la plupart, au patrimoine cinématographique, captent entre 2 % et 3 % des séances Art et Essai annuelles (2,2 % en 2005). REPARTITION DES SEANCES CONSACREES AUX FILMS ART ET ESSAI (%) ans et plus 2,2 2,1 3,1 2,8 2,7 2,2 10 à 29 ans 1,5 1,7 2,9 1,9 1,7 1,1 5 à 9 ans 0,6 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 moins de 5 ans 95,7 95,6 93,5 94,6 94,9 96,0 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Au regard de l offre globale de séances, la programmation de films Art et Essai est davantage axée sur les films les plus anciens. Ce constat tient au fait que la plupart des films de plus de 5 ans qui sont programmés dans les salles avec un nombre significatif de séances sont recommandés Art et Essai depuis leur première projection ou à l occasion d une nouvelle sortie. Ainsi, en 2005, 64,6 % des séances consacrées à des films de 30 ans et plus concernent des longs métrages recommandés alors que ce taux est de 36,9 % pour l ensemble des films tous âges confondus. A l inverse, la proportion de séances consacrées aux films Art et Essai parmi les œuvres de moins de 5 ans est très proche de la moyenne (36,2 % en 2005), illustrant notamment la prépondérance de ces films «jeunes» au sein des séances Art et Essai. PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS L OFFRE DE SEANCES (%) ans et plus 10 à 29 ans 5 à 9 ans Moins de 5 ans Tous films III. La fréquentation des films Art et Essai A. Les entrées En 2005, les films recommandés Art et Essai enregistrent plus de 60 millions d entrées, soit 27,2 % de plus qu en 2004 dans un contexte où la fréquentation totale des salles de cinéma diminue de 10,5 %. Contrairement aux évolutions constatées depuis 2000, les entrées des films Art et Essai évoluent ainsi plus favorablement que l ensemble des entrées en En moyenne, les entrées des films recommandés augmentent de 4,7 % par an depuis 1995 tandis que la fréquentation totale progresse de 3,0 % par an. 22 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

23 Depuis 2002, les films Art et Essai réalisaient environ un quart des entrées annuelles. En 2005, cette part progresse nettement et s établit à 34,3 %, contre 24,2 % en Sur les 10 dernières années, le poids des films Art et Essai en entrées oscillait entre 22,2 % (1998) et 29,9 % (1996). Ainsi, en 2005, 34,3 % des entrées sont réalisées par 69,3 % des films, les films recommandés Art et Essai. NOMBRE D ENTREES EN SALLES (MILLIONS) Films recommandés Art et Essai 48,278 51,021 46,754 43,410 47,227 60,086 Films non recommandés 117, , , , , ,969 TOTAL 165, , , , , ,055 a. Nationalité En 2005, la part de marché du cinéma français en entrées est de 45,1 % dans l univers des films recommandés Art et Essai. Au cours des dix dernières années, cette part a dépassé les 50 % à cinq reprises : 53,7 % en 1996, 56,8 % en 1999, 57,7 % en 2001, 58,4 % en 2002 et 50,0 % en En revanche, elle a été inférieure à 40 % en 1998 (36,8 %), année où la très forte concentration de la fréquentation sur un seul film Titanic avait sensiblement modifié l ensemble des équilibres. Les films américains concentrent aujourd hui moins de 30 % des entrées réalisées par les œuvres Art et Essai. Cette part oscille entre 17,5 % (2002) et 40,0 % (1998) sur les dix dernières années. Elle atteint 27,0 % en ,4 % des entrées réalisées en 2005 par les films recommandés concernent des longs métrages européens (hors France). C est le plus fort taux des dix dernières années. Les films non européens et non américains concentrent 3,5 % des entrées des films Art et Essai en Cette part, très variable selon les années, se situe dans une fourchette basse en 2005 : elle s établissait à 10,7 % en 2003 et à 8,7 % en 2004, mais à 2,6 % en 1998 et à 3,6 % en REPARTITION DES ENTREES DES FILMS ART ET ESSAI (%) Films français 46,4 57,7 58,4 49,0 50,0 45,1 Films américains 34,5 24,2 17,5 27,6 29,2 27,0 Films européens 12,2 13,1 15,7 12,7 12,1 24,4 Autres films 6,9 5,0 8,4 10,7 8,7 3,5 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 En comparaison de la fréquentation globale, les entrées des films Art et Essai sont davantage le fait des œuvres françaises. En 2005, 42,1 % des entrées enregistrées par les films français concernent des titres recommandés Art et Essai (contre 34,3 % de l ensemble des entrées). Ce constat met en évidence l importance du cinéma français au sein des œuvres Art et Essai. Ce phénomène est également notable pour les films européens (54,8 % en 2005) et davantage pour les autres films (72,4 %). En revanche, seuls 20,0 % des entrées réalisées par les films américains concernent des longs métrages recommandés Art et Essai en 2005, illustrant la plus faible part des œuvres d Outre-Atlantique au sein de l offre Art et Essai. L Exploitation des films recommandés Art et Essai 23

24 PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS LES ENTREES EN SALLES (%) Films français Films américains Films européens Autres films Tous films b. Ancienneté Bien que l offre de longs métrages recommandés Art et Essai en salles se compose d œuvres de tous âges, la très grande majorité des entrées de ces films provient des films les plus récents. Ainsi, en 2005, les films de moins de 5 ans captent 94,1 % de la fréquentation des films Art et Essai. Sur les dix dernières années, les films datant de 30 ans et plus, qui appartiennent, pour la plupart, au patrimoine cinématographique, captent entre 2,8 % (1996) et 5,3 % (1997) des entrées des films Art et Essai annuelles (2,9 % en 2005). REPARTITION DES ENTREES DES FILMS ART ET ESSAI (%) ans et plus 3,1 2,8 4,0 3,7 3,4 2,9 10 à 29 ans 1,7 2,3 3,5 2,6 2,5 1,6 5 à 9 ans 0,8 0,9 0,9 1,2 1,3 1,4 moins de 5 ans 94,4 94,0 91,6 92,5 92,8 94,1 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Comparativement à la fréquentation globale, les entrées réalisées par les films Art et Essai sont davantage captées par les films les plus anciens. Ce constat tient au fait que la plupart des films de plus de 5 ans qui atteignent des niveaux de fréquentation significatifs sont recommandés Art et Essai, depuis leur première projection ou à l occasion d une nouvelle sortie. Ainsi, en 2005, 78,4 % des entrées des films de 30 ans et plus sont le fait de longs métrages recommandés alors que ce taux est de seulement 34,3 % pour l ensemble des films tous âges confondus. A l inverse, la proportion d entrées enregistrées par les films Art et Essai parmi les œuvres de moins de 5 ans est très proche de la moyenne (33,1 % en 2005), illustrant notamment la prépondérance de ces films «jeunes» au sein de la fréquentation des œuvres Art et Essai. 24 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

25 PARTS DES FILMS ART ET ESSAI DANS LES ENTREES EN SALLES (%) ans et plus 10 à 29 ans 5 à 9 ans Moins de 5 ans Tous films B. Les recettes En 2005, les films recommandés Art et Essai enregistrent 336,5 millions d euros de recettes aux guichets des salles de cinéma, soit 30,2 % de plus qu en 2004 dans un contexte où les recettes totales de l exploitation diminuent de 9,6 %. Avant 2005 et depuis 2000, les recettes - comme les entrées - des films Art et Essai évoluaient chaque année moins favorablement que l ensemble des recettes. En moyenne, les recettes des films recommandés augmentent de 5,6 % par an depuis 1995 tandis que la recette totale progresse de 4,1 % par an dans le même temps. Depuis 1995, les films Art et Essai réalisaient entre 20 % et 30 % des recettes annuelles en salles. En 2005, cette part s établit à 32,7 %, contre 22,7 % en RECETTES EN SALLES (M ) Films recommandés Art et Essai 250, , , , , ,529 Films non recommandés 642, , , , , ,107 TOTAL 893, , , , , ,636 IV. Les films recommandés Art et Essai dans les salles classées Art et Essai Combien de films recommandés Art et Essai sont programmés dans les salles, qu elles soient classées ou non? Comment se répartissent les séances et les entrées de ces films Art et Essai en fonction du type de salles dans lequel ils sont diffusés? Cette quatrième partie tente de répondre à ces interrogations. A. L offre de films Parmi les films recommandés Art et Essai diffusés dans les salles en 2005, films ont été programmés dans au moins un cinéma classé Art et Essai. Ainsi, la très grande majorité des films recommandés sont exposés dans les salles classées (94,2 % en 2005). Dans les salles non classées, la variété de films recommandés est sensiblement moins L Exploitation des films recommandés Art et Essai 25

26 large. En effet, seuls 48,8 % des œuvres Art et Essai trouvent leur place sur les écrans des cinémas non classés en FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES Dans les salles classées Art et Essai Dans les salles non classées Dans toutes les salles a. Nationalité En termes de nombre de titres, l offre de films selon leur nationalité dans les salles classées est équivalente à celle constatée sur l ensemble des salles. Ainsi, dans les cinémas classés Art et Essai, les films français composent 42,3 % de l offre Art et Essai en 2005, contre 42,7 % toutes salles confondues. De même, les films américains représentent 24,1 % des titres recommandés dans les cinémas Art et Essai et 23,9 % dans l ensemble des salles. Le même constat s impose pour les autres films en FILMS ART ET ESSAI EXPLOITES EN SALLES Salles classées Salles non classées Toutes salles Films français Films américains Films européens Autres films TOTAL La diversité des films Art et Essai dans les salles classées varie peu en fonction de la nationalité des films. En 2005, 93,4 % des films français recommandés, 95,0 % des films américains recommandés, 95,0 % des films européens recommandés et 94,0 % des films d autres nationalités recommandés ont été programmés sur les écrans des établissements classés Art et Essai (sur l ensemble des films recommandés, cette part est de 94,2 %). En revanche, l offre de films Art et Essai dans les salles non classées dépend davantage de la nationalité des œuvres. Ainsi, 66,2 % des films français Art et Essai diffusés en 2005 trouvent leur place dans ces salles, contre 48,8 % de l ensemble des films recommandés (toutes nationalités confondues). En revanche, moins de films Art et Essai américains (36,5 % en 2005), européens (39,6 % en 2005) ou autres (40,9 % en 2005) sont programmés par ces salles. 26 L Exploitation des films recommandés Art et Essai

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Avril 2009 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de

Plus en détail

La promotion des films. Analyse en données brutes

La promotion des films. Analyse en données brutes La promotion des Analyse en données brutes Juillet 2007 Sommaire Synthèse... 3 Méthodologie... 5 1. Les en salles : plus de 80 % des bénéficient d une exposition publicitaire... 6 2. L affichage : support

Plus en détail

le marché de l animation en 2013

le marché de l animation en 2013 les études du CNC juin 2014 le marché de l animation en 2013 télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création

Plus en détail

le marché du documentaire en 2011

le marché du documentaire en 2011 les études du CNC juin 2012 le marché du documentaire en 2011 télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création

Plus en détail

le marché du documentaire en 2010 télévision et cinéma, production, diffusion, audience

le marché du documentaire en 2010 télévision et cinéma, production, diffusion, audience le marché du documentaire en 2010 télévision et cinéma, production, diffusion, audience juin 2011 Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et la Direction des études,

Plus en détail

Le marché publicitaire de la vidéo

Le marché publicitaire de la vidéo Le marché publicitaire de la vidéo Octobre 2003 Service des études Des statistiques et de la prospective SOMMAIRE Objectifs... 3 Synthèse... 4 I. Publicité vidéo sur les chaînes hertziennes... 5 LA TÉLÉVISION

Plus en détail

le marché du documentaire en 2012

le marché du documentaire en 2012 les études du CNC juin 2013 le marché du documentaire en 2012 télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création

Plus en détail

l économie de la télévision

l économie de la télévision les études du CNC septembre 2012 l économie de la télévision financements, audience, programmes Centre national du cinéma de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12,

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Analyse des documentaires diffusés par TF1, FRANCE2, FRANCE3, La Cinquième, ARTE et M6

Analyse des documentaires diffusés par TF1, FRANCE2, FRANCE3, La Cinquième, ARTE et M6 Analyse des documentaires diffusés par TF1, FRANCE2, FRANCE3, La Cinquième, ARTE et M6 Camille LEVERT & Irina KERGOURLAY DESS Traductique et Gestion d information 1999/2000 Introduction L étude consiste

Plus en détail

Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage

Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage Procédures et Données Économiques Journée des auteurs de doublage et de sous-titrage Les auteurs de doublage et de sous-titrage à la SACEM

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 Les règlements seront sujets à modifications courant 2015, pour plus d'information, veuillez vous adresser au 03-80-44-37-09 et le site internet de la Région www.regionbourgogne.fr

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Les objectifs Ce fonds a pour objectifs de soutenir l écriture, le développement et la production d œuvres produites

Plus en détail

Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier Cedex 5 Ligne directe : 04 67 14 44 39 PERSONNE AYANT REMPLI LE QUESTIONNAIRE

Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier Cedex 5 Ligne directe : 04 67 14 44 39 PERSONNE AYANT REMPLI LE QUESTIONNAIRE Merci de bien vouloir renvoyer ce questionnaire une fois rempli, de préférence avant le 31/10/2001, soit par courrier soit par fax à : Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier

Plus en détail

Fonds Images de la Francophonie CINEMA

Fonds Images de la Francophonie CINEMA Fonds Images de la Francophonie CINEMA Successeur du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud (créé en 1988 et géré avec des commissions de sélection régulières depuis 1990), Le Fonds Images

Plus en détail

Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012

Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012 Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012 octobre 2013 Créé en 1958, le BIPE est une société d études économiques et de conseil en stratégie auprès des grandes entreprises

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 60 PROGRAMMATION ET DIFFUSION Cette division comprend les activités d édition de chaines

Plus en détail

Le marché de l animation

Le marché de l animation Le marché de l animation Juin 2006 1 Cette étude a été réalisée par : Stéphane Le Bars 2 rue de la Roquette 75011 Paris Tél. : 01.55.28.83.05 Fax : 01.49.23.52.77 www.animation-france.fr Centre national

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

USPA Union Syndicale de la Production Audiovisuelle 5, rue Cernuschi 75017 Paris www.uspa.fr

USPA Union Syndicale de la Production Audiovisuelle 5, rue Cernuschi 75017 Paris www.uspa.fr SACD SCAM Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques Société Civile des Auteurs Multimédia 11 bis, rue Ballu 75009 Paris 5, avenue Vélasquez- 75008 Paris www.sacd.fr www.scam.fr SPFA Syndicat des Producteurs

Plus en détail

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Vidéo C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles

Plus en détail

les études du CNC décembre 2013 l économie des films français

les études du CNC décembre 2013 l économie des films français les études du CNC décembre 2013 l économie des films français Cette étude a été réalisée par la Direction des études, des statistiques et de la prospective Centre national du cinéma et de l image animée

Plus en détail

Note d information Paris, 8 septembre 2011

Note d information Paris, 8 septembre 2011 Note d information Paris, 8 septembre 2011 FESTIVAL DE LA ROCHELLE 2011 L OFFRE ET LA CONSOMMATION DE FICTIONS SUR INTERNET Dans le cadre de sa mission d observation des usages numériques et de valorisation

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

ACCUEIL DE TOURNAGES 28 - ALSACE

ACCUEIL DE TOURNAGES 28 - ALSACE CINEMA AUDIOVISUEL LM CM DOC F-TV ANIM MMEDIA AGENCE CULTURELLE D ALSACE VOTRE INTERLOCUTEUR Glenn HANDLEY Responsable du département cinéma et audiovisuel glenn.handley@culture-alsace.org 1, espace Gilbert-Estève

Plus en détail

mission. Le premier poste du programme de travail du DREV vise la qualification, la quantification et le suivi

mission. Le premier poste du programme de travail du DREV vise la qualification, la quantification et le suivi Dans le cadre de la mission le DREV est chargé de conduire des études et expérimentations permettant de mieux comprendre les usages en matière de consommation de produits culturels en ligne et de produire

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012

Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012 AFPF APC APFP SPI UPF Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012 Notre étude d impact a été réalisée à partir de données objectives

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

MMORPG (Massively Multiplayer Online Role Playing Game) ou MMO (Massively Multiplayer Online)

MMORPG (Massively Multiplayer Online Role Playing Game) ou MMO (Massively Multiplayer Online) 1 Les genres de jeux vidéo sur support physique Extrait de l'étude du CNC "Le marché du jeu vidéo en 2012" La diversité des jeux vidéo disponibles et la segmentation du marché ont conduit les professionnels

Plus en détail

REFERENTIEL Démarche qualité Gestion des activités culturelles

REFERENTIEL Démarche qualité Gestion des activités culturelles REFERENTIEL Démarche qualité Gestion des activités culturelles Vous trouverez ci-joint à titre d exemples (à la suite) : - Droit en matière de projection vidéo - Mode d emploi audiovisuel USA 2012 Document

Plus en détail

Les véhicules utilitaires légers au 1 er janvier 2011

Les véhicules utilitaires légers au 1 er janvier 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 31 Avril 212 Les véhicules utilitaires légers au 1 er janvier 211 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT Début 211, 5,8 millions de véhicules utilitaires

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle 1 Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle Délibération CPR n 15.07.24.88 du 3 juillet 2015 Abroge et remplace

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

presse mardi 11 septembre 2012

presse mardi 11 septembre 2012 La fiction TV à l ère industrielle : Quel avenir pour les scénaristes? D après la deuxième édition de l étude de l OPCA-SACD (Observatoire Permanent des Contrats Audiovisuels) presse mardi 11 septembre

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

11 ème Baromètre. de la Création TV. En partenariat avec

11 ème Baromètre. de la Création TV. En partenariat avec 11 ème Baromètre de la Création TV 214 En partenariat avec Le Baromètre de la Création TV est réalisé chaque année dans le cadre des Journées de la Création TV organisées par l APA (Association pour la

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section J Division 60

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section J Division 60 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section J Division 60 60 PROGRAMMATION ET DIFFUSION Cette division comprend les activités d'édition de chaines de radio et de télévision, consistant à créer du

Plus en détail

ADAPTER LES OBLIGATIONS DE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE POUR GARANTIR LEUR AVENIR

ADAPTER LES OBLIGATIONS DE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE POUR GARANTIR LEUR AVENIR ADAPTER LES OBLIGATIONS DE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE POUR GARANTIR LEUR AVENIR RAPPORT A LA MINISTRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Laurent VALLET avec le concours d Arnaud ESQUERRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord national professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord national professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national professionnel SALAIRES DU DOUBLAGE (3 août 2006) (Etendu par arrêté du 18

Plus en détail

le marché du documentaire en 2013

le marché du documentaire en 2013 les études du CNC juin 2014 le marché du documentaire en 2013 télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR)

Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) Offre - consommation - usages Décembre 2013 Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) décembre 2013 15 300 heures disponibles en décembre 2013 (+21,4

Plus en détail

la vidéo physique, les pratiques, l équipement, la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage

la vidéo physique, les pratiques, l équipement, la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage les dossiers du CNC nº 325 mars 2013 le marché de la vidéo la vidéo physique, les pratiques, l équipement, la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage les dossiers du CNC nº 325 mars 2013 le

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DU LABEL «CENTENAIRE» Département :

FORMULAIRE DE DEMANDE DU LABEL «CENTENAIRE» Département : FORMULAIRE DE DEMANDE DU LABEL «CENTENAIRE» Département : Merci de remplir l ensemble des champs ci-dessous. Il est impératif de joindre à ce document dument complété, un dossier établi selon le sommaire

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMA/AUDIOVISUEL

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMA/AUDIOVISUEL Délibération n 12/02.495 du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon du 12 octobre 2012 Délibération n 14/02.250 du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon du 27 juin 2014 REGLEMENT DU FONDS REGIONAL

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers en 2012 Décembre 2013 SOMMAIRE

Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers en 2012 Décembre 2013 SOMMAIRE ANALYSE CONJONCTURE Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers en 2012 Décembre 2013 ÉDITO En 2012, l augmentation de la gravité* des absences au travail pour raison

Plus en détail

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES NOVEMBRE 2005 SOMMAIRE 3 EN RÉSUMÉ 5 LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS

Plus en détail

Bibliothèques C H I F F R E S C L É S 2 0 13 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

Bibliothèques C H I F F R E S C L É S 2 0 13 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Bibliothèques C H I F F R E S C L É S 2 0 13 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Département des études, de la prospective et

Plus en détail

Edition d août 2002. centre national de la cinématographie

Edition d août 2002. centre national de la cinématographie Les entreprises de l audiovisuel Résultats 1996-2000 Edition d août 2002 centre national de la cinématographie Les entreprises de l audiovisuel Résultats 1996-2000 Edition d août 2002 Cet ouvrage a été

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse dans

L'offre de soins en dialyse dans L'offre de soins en dialyse dans la région Languedoc Roussillon Remerciements à la coordination : François DE CORNELISSEN, Jean-Pierre DAURES, Yann DUNY, Luc MARTY Document préparé par Florian BAYER, Malthilde

Plus en détail

CINEMA ET INDEPENDANCE DANS L ERE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE VENDREDI 16 OCTOBRE / 9H30-12H00

CINEMA ET INDEPENDANCE DANS L ERE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE VENDREDI 16 OCTOBRE / 9H30-12H00 RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON CINEMA ET INDEPENDANCE DANS L ERE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE VENDREDI 16 OCTOBRE / 9H30-12H00 De grands groupes du cinéma, de l audiovisuel ou liés à Internet

Plus en détail

Commission du Film du Var Impact Economique de l Industrie Cinématographique et Audiovisuelle dans le département du Var

Commission du Film du Var Impact Economique de l Industrie Cinématographique et Audiovisuelle dans le département du Var Commission du Film du Var Impact Economique de l Industrie Cinématographique et Audiovisuelle dans le département du Var Page 1 sur 26 SOMMAIRE 1 LE ROLE DE LA COMMISSION DU FILM DU VAR 2 RESULTATS 2007

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

les études du CNC mars 2015

les études du CNC mars 2015 les études du CNC mars 2015 le marché de la vidéo en 2014 Centre national du cinéma et de l image animée 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55 www.cnc.fr Benoît

Plus en détail

CABINET HERMESIANE Xavier CHRIST

CABINET HERMESIANE Xavier CHRIST Cabinet d audit spécialisé dans l activité cinématographique et audiovisuelle CABINET HERMESIANE Xavier CHRIST Président Un service qui compte pour vous NOTRE EQUIPE Xavier CHRIST, hermesiane@wanadoo.fr

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

Les activités d innovation des entreprises wallonnes

Les activités d innovation des entreprises wallonnes Les activités d innovation des entreprises wallonnes 1. Introduction L enquête «Community Innovation Survey» ( CIS ) a pour objectif de fournir des informations concernant les activités d innovation au

Plus en détail

Le jour le plus Court

Le jour le plus Court Le jour le plus Court La fête du court métrage pilotée par le Centre national du cinéma et de l image animée est parrainée par Jeanne Moreau, Jacques Perrin, Mélanie Laurent et Michel Gondry. Le 21 décembre

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

GIRONDE BILAN TOURISTIQUE

GIRONDE BILAN TOURISTIQUE GIRONDE BILAN TOURISTIQUE 2012 COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DE LA GIRONDE MAISON DU TOURISME DE LA GIRONDE 21, cours de l Intendance 33000 BORDEAUX Tél. : 05 56 52 61 40 Fax : 05 56 81 09 99 E-Mail

Plus en détail

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2014 FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois 1. Introduction : contexte et tendances générales Depuis maintenant

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

Points forts LE TOURISME EN POLYNÉSIE SELON LE MODE D HÉBERGEMENT ÉTUDES. De la Polynésie française

Points forts LE TOURISME EN POLYNÉSIE SELON LE MODE D HÉBERGEMENT ÉTUDES. De la Polynésie française Points forts De la Polynésie française LE TOURISME EN POLYNÉSIE SELON LE MODE D HÉBERGEMENT INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Points forts De la Polynésie française Le tourisme en Polynésie

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Coûts imputables à l alcool sur le lieu de travail

Coûts imputables à l alcool sur le lieu de travail Coûts imputables à l alcool sur le lieu de travail Résumé du rapport final pour l Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (CNA) Dr. Harry

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

CM DOC F-TV ANIM MMEDIA

CM DOC F-TV ANIM MMEDIA CINEMA AUDIOVISUEL LM CM DOC F-TV ANIM MMEDIA RÉGION FRANCHE-COMTÉ VOTRE INTERLOCUTEUR Conseil régional de Franche-Comté Amandine THÉVENIN Chargée de mission cinéma et audiovisuel cinema-et-audiovisuel@franche-comte.fr

Plus en détail

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Au nom du peuple, Nous, Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne, L Assemblée Nationale

Plus en détail

Formulaire de dépôt légal

Formulaire de dépôt légal Film (Production à épisodes multiples ou série) Un guide pour remplir le formulaire est disponible à la page 3. 1. Titre 2. bre d épisodes de la série 3. Titre ou numéros des épisodes déposés Date de 1

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

Le licenciement des salariés protégés

Le licenciement des salariés protégés Le licenciement des salariés protégés Les salariés bénéficiant de dispositions légales protectrices sont d abord et avant tout les représentants du personnel: délégués du personnel, membres des comités

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Thierry Debrand, Claude Taffin* La mobilité résidentielle des ménages est fonction de l âge, du niveau de formation, du type

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L économie de la télévision de rattrapage en 2013

L économie de la télévision de rattrapage en 2013 L économie de la télévision de rattrapage en 213 Mars 214 Centre national du cinéma et de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 784 Paris cedex 16

Plus en détail

de Valenciennes Métropole

de Valenciennes Métropole N 2 Septembre 2012 L OBSERVATOIRE de Valenciennes Métropole Lettre d informations de la Direction de la Prospective Territoriale Quelles sont les dernières tendances du marché foncier et immobilier de

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail