RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M."

Transcription

1 Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(11) : IUATLD Comparaison entre deux et trois frottis pour l'identification des patients atteints de tuberculose à culture positive dans un contexte rural africain à haute prévalence du VIH C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M. Fine * Karonga Prevention Study, Chilumba, Malawi ; Department of Infectious and Tropical diseases, London School of Hygiene and Tropical Medicine, London, UK ; MRC Laboratories, Fajara, The Gambia RESUME CADRE : District de Karonga, Malawi du Nord. OBJECTIF : Comparer la sensibilité et la spécificité de deux versus trois frottis pour le diagnostic de la tuberculose pulmonaire dans un contexte à haute prévalence du VIH. SCHEMA : On a étudié suspects de tuberculose pulmonaire où trois frottis d'expectoration avaient été prélevés pendant une période de 2 à 7 jours et disposant d'au moins un résultat de culture. Les frottis ont été colorés à l'auramine et examinés par microscopie à fluorescence ; les cas positifs ont été confirmés par coloration de Ziehl-Neelsen et microscopie optique. Les cultures ont été ensemencées sur milieu de Löwenstein-Jensen. On a défini le statut de vrai négatif et de vrai positif sur la base de la culture. On a comparé la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives positive et négative des deux versus trois frottis. RESULTATS : Par comparaison avec la culture, la sensibilité, la spécificité et les valeurs positive prédictive et négative de trois frottis étaient respectivement de 70%, 98%, 92% et 92%. Si l'on se limite aux deux premiers frottis, les résultats sont similaires. Parmi les cas à bacilloscopie positive détectés au moyen de trois frottis, au moins 97% l'auraient été par deux. Parmi ceux dont les résultats de la sérologie VIH sont disponibles, la sensibilité des deux frottis pour la détection d'une tuberculose à culture positive est identique à celle de trois frottis. CONCLUSION : Dans ce contexte, par l'utilisation de la microscopie à fluorescence et à lumière du jour, le recueil de deux frottis plutôt que trois ne réduirait que de façon marginale la sensibilité et améliorerait légèrement la spécificité du diagnostic de tuberculose et ceci quelque soit le statut VIH. La potentialité d'amélioration de la spécificité est importante en raison des coûts d'un diagnostic erroné. En pratique, tant la sensibilité que la spécificité peuvent être augmentées grâce au temps épargné par l'examen de deux plutôt que de trois frottis. MOTS CLE : tuberculose ; diagnostic ; frottis ; VIH ; Afrique AU MALAWI, comme dans beaucoup de pays d'afrique sub-saharienne, la tuberculose a augmenté de façon dramatique au cours des 10 dernières années, principalement par suite de l'épidémie due au virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Le nombre de sujets examinés comme «suspects» de tuberculose a lui aussi augmenté. L'impact est important sur les services de laboratoire et il est accentué par le mauvais moral du personnel de santé du gouverne-ment et par la mortalité qui y prévaut ainsi que par les problèmes continus en matière de fournitures et de sécurité du laboratoire. Les recommandations actuelles de l'organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l'union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires (UICTMR) pour le diagnostic de la tuberculose pulmonaire mentionnent l'examen de trois échantillons d'expectoration, prélevés chez chaque patient suspect sur une période de 2 jours. 1 Il est probable qu'en pratique, beaucoup de ces trois échantillons ne sont pas bien examinés (avant de déclarer un frottis négatif, il faut examiner au minimum 100 champs au fort grossissement). A l'échelle mondiale, des dizaines, sinon des centaines de milliers d'échantillons d'expectoration et de frottis sont traités chaque jour. Si l'on pouvait réduire le nombre d'échantillons d'expectoration à deux ou même à un frottis, cela permettrait une économie significative sur les flacons d'expectoration, les lames, les réactifs et le temps. 2,3 Le personnel pourrait être mieux incité à examiner de plus petits nombres de frottis et un examen appro- Auteur pour correspondance : Professor Paul E M Fine, Professor of Communicable Disease Epidemiology, Communicable Disease Epidemiology Unit, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Keppel Street, London WC1E 7HT UK. Tel : (+44) Fax : (+44) [Traduction de l'article "Comparison of two versus three smears in identifying culture-positive tuberculosis patients in a rural African setting with high HIV prevalence" Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(11) : ]

2 2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease fondi de deux lames pourrait même constituer une routine de diagnostic à la fois plus sensible et plus spécifique que l'examen accéléré de trois lames. Il pourrait dès lors être utile de modifier la politique dans les systèmes surchargés. 4 Dans un district du Malawi, une modification de politique allant de trois vers deux frottis n'a pas affecté la proportion de sujets à bacilloscopie positive parmi les suspects, ni le ratio entre les cas à bacilloscopies positive et négative enregistrés, ni d'autres indicateurs de résultat du programme par comparaison avec une période antérieure. 2 Les analyses des proportions des cas à bacilloscopie positive qui auraient été diagnostiqués si un ou deux frottis avaient été examinés plutôt que trois ont été pratiquées dans les pays voisins. Dans une grande étude en Tanzanie, on a estimé que 83% des cas à bacilloscopie positive auraient été décelés dès le premier frottis et 96% grâce aux deux premiers. 5 Des données identiques ont été obtenues dans une petite étude au Malawi 7 ainsi que dans une étude de Zambie où les proportions étaient respectivement de 77% et de 93%. 3 Des don-nées similaires ont été observées dans d'autres contextes et dans des études plus anciennes, 7-9 suggérant que ces proportions pourraient n'avoir pas été modifiées de façon importante par le VIH, malgré les observations selon lesquelles les patients séropositifs pour le VIH atteints de tuberculose pulmonaire seraient moins susceptibles que les séronégatifs d'avoir une bacilloscopie positive et d'avoir des frottis fortement positifs Lorsque des groupes d'expectorations provenant de patients individuels sont identifiables au laboratoire, comme c'est le cas par exemple lorsque l'on utilise les formulaires de l'uictmr, on risque que les frottis ne soient pas interprétés indépendamment les uns des autres. Il est tentant d'examiner de façon approfondie seulement le premier ou les deux premiers frottis de chaque groupe et d'indiquer le même résultat pour les autres. Dans ces conditions, une revue rétrospective des résultats enregistrés est susceptible de conduire à des conclusions inexactes et pourrait sur-estimer la sensibilité et la spécificité de l'utilisation de deux frottis seulement lorsque les résultats des deux premiers frottis sont comparés à l'ensemble des résultats. Dans les études déjà publiées, il ne ressort pas clairement que les lames ont été lues en routine à l'aveugle par rapport aux autres résultats provenant du même patient. 3,5,6,8 Au sein de l'étude Karonga Prevention Study (KPS) au Malawi du Nord, nous avons comparé la sensibilité et la spécificité de deux versus trois frottis d'expectoration pour le diagnostic de tuberculose. Le KPS est responsable pour le diagnostic de la tuberculose dans le district de Karonga, une zone rurale du Malawi couvrant une population d'environ personnes. Grâce à son organisation comme projet de recherche, le KPS est apte à fournir un service de laboratoire de qualité avec des méthodes d'examen et d'audit rigoureuses au sein d'un contexte africain rural où la prévalence de la tuberculose parmi les suspects et la nature de la maladie clinique sont similaires à celles trouvées ailleurs dans la région. A Karonga, la séroprévalence VIH parmi les patients atteints de tuberculose confirmée par le laboratoire est de 63% entre 1996 et 1999 et la séroprévalence VIH parmi les femmes examinées dans les dispensaires prénatales en 1999 est de 10%. La séroprévalence VIH parmi les suspects de tuberculose est probablement élevée même s'ils ne sont pas atteints de tuberculose car des symptômes ressemblant à la tuberculose sont fréquents parmi les sujets infectés par le VIH, qu'ils aient ou non une tuberculose. METHODES Le personnel du KPS est responsable du recueil des échantillons d'expectoration chez les suspects de tuberculose, en particulier chez ceux dont la toux dure au moins depuis 3 semaines. Les suspects peuvent soit se présenter eux-mêmes, soit avoir été dépistés activement par le personnel du KPS dans les centres de santé, parmi les patients hospitalisés pour d'autres raisons ou sur le terrain au cours d'autres études. En accord avec le protocole national, trois échantillons d'expectoration sont recueillis chez chaque suspect, un échantillon sur-le-champ, un second échantillon tôt le matin suivant et un troisième échantillon prélevé sur-le-champ au moment de la fourniture du deuxième échantillon. Les frottis sont préparés au laboratoire du KPS, colorés à l'auramine et examinés au microscope à fluorescence à un grossissement de 40 X. Tous les frottis sont examinés indépendamment dans un ordre randomisé et les microscopistes ne sont pas au courant de la combinaison des expectorations qui constituent le «groupe» d'un patient individuel. Les frottis positifs sont décolorés et recolorés au Ziehl-Neelsen (ZN) et examinés au microscope à lumière optique avec un grossissement de 100 X. Seuls ceux confirmés comme positifs au ZN sont déclarés positifs. Pour la culture, on ajoute 2 ml d'expectoration à 2 ml de solution stérile de NaOH à 4% dans un flacon Universal en plastique de 20 ml (les expectorations dont le volume est inférieur à 2 ml sont complétées par de l'eau distillée stérile jusqu'à 2 ml). Les échantillons sont ensuite traités brièvement au vortex avant incubation pendant 10 minutes à température ambiante. Ils sont ensuite

3 Comparaison entre deux et trois frottis 3 traités brièvement une seconde fois au vortex et incubés pendant 10 minutes supplémentaires à température ambiante. Ensuite, on ajoute aux échantillons 16 ml d'eau distillée stérile et on les centrifuge à tours/min pendant 20 minutes. On écarte le surnageant, on mélange avec soin le culot et on dépose deux gouttes de ce culot directement sur un milieu de Löwenstein-Jensen (LJ) solide contenant du pyruvate. Les cultures sont incubées horizontalement à 37 C pendant une nuit pour permettre à l'inoculum de se disperser de façon homogène sur la surface du milieu. Ensuite, ils sont incubés verticalement à 37 C pendant 10 semaines de plus (pendant lesquelles on les examine toutes les 2 semaines). On examine les cultures macroscopiquement et toute culture montrant la croissance d'une ou plusieurs colonies compatibles avec Mycobacterium tuberculosis est identifiée jusqu'au niveau de l'espèce au Laboratoire de Référence des Mycobactéries de Grande-Bretagne à Dulwich. Il n'a pas été possible d'élaborer un système local de contrôle de qualité externe, mais un contrôle de qualité rigoureux et des procédures d'audit sont en place au laboratoire de Chilumba. Depuis 1998, chaque lame a été examinée de façon indépendante par deux examinateurs et les résultats discordants ont été réexaminés par les deux examinateurs jusqu'à obtention d'un consensus. Trois contrôles supplémentaires sont incubés avec chaque série de cultures. Un d'entre eux est un contrôle positif dont l'examen microscopique montrait de 10 à 99 bacilles acido-résistants (BAAR) pour 100 champs et dont il avait été démontré antérieurement qu'il était positif à la culture et qui avait été conservé à 20 C. Il y a également deux contrôles négatifs : un milieu de LJ seul et un milieu de LJ inoculé avec l'eau distillée autoclavée utilisée pendant la série de culture. Cet échantillon d'eau est traité de la même manière que les échantillons d'expectoration et fournit donc un contrôle de contamination possible de tous les réactifs ainsi que de la stérilité de la technique. De plus, si la première culture provenant d'un patient à bacilloscopie positive donne un résultat négatif, on pratique une nouvelle culture. Les suspects qui doivent être enregistrés comme patients TB bénéficient d'un accompagnement pour le test VIH. Ceux qui y consentent subissent une prise de sang pour la sérologie VIH pour laquelle on recourt à deux méthodes, l'agglutination des particules et l'elisa. Les résultats dont nous faisons état ici avaient été enregistrés initialement dans les registres du terrain et du laboratoire et toutes les données avaient été encodées à deux reprises dans des bases de données Foxpro. L'ensemble des données couvre une période s'étendant de la dernière semaine de novembre 1996 à la fin de décembre Les données ont été mises en ordre et analysées au moyen d'excel 5.0 et de Stata 6.0. Un sujet suspect de tuberculose est inclus à condition que trois échantillons aient été prélevés à moins d'une semaine l'un de l'autre et que les trois échantillons n'aient pas été obtenus le même jour. Pour chaque patient, seul le premier groupe éligible d'expectorations a été inclus dans l'étude de sorte que chaque individu ne contribue qu'à un seul groupe d'expectorations. Dans le cadre de cette analyse, on a défini comme cas «vrai négatif», un sujet ayant au moins une culture négative et aucune culture positive pour le complexe M. tuberculosis à partir d'expectorations recueillies endéans le mois de la première d'un groupe de trois expectorations "suspectes" (on a choisi un mois pour maximiser la sensibilité de la culture puisque celle-ci constituait le standard de référence pour l'appréciation des frottis). Un cas «vrai positif» correspond à un sujet qui a une ou plusieurs cultures positives pour M. tuberculosis ou M. bovis pendant la même période de temps. Les frottis avec n'importe quel degré de positivité (même avec de "rares bacilles" définis comme 1 à 10 bacilles acido-résistants pour 100 champs) sont considérés comme positifs dans la définition d'un groupe positif. Quoique dans un contexte clinique un seul frottis avec de «rares bacilles» peut ne pas suffire à justifier le démarrage du traitement, il devrait induire des investigations complémentaires et il est donc suffisant comme test de dépistage. Nous avons comparé la sensibilité et la spécificité du diagnostic obtenu en se basant sur deux ou trois frottis contre celles obtenues avec les cultures. Nous avons comparé également la sensibilité de deux frottis pour détecter les sujets classés comme à bacilloscopie positive sur la base de trois frottis. Nous avons supposé que l'ordre dans lequel les expectorations avaient été prélevées était important puisqu'il avait été démontré que les échantillons prélevés tôt le matin avaient un rendement supérieur à ceux prélevés sur-lechamp. 7,13 C'est la raison pour laquelle l'ordre des échantillons a été pris en compte dans l'analyse. RESULTATS Au cours de la période d'étude, sujets ont été considérés comme suspects de tuberculose. Parmi ceux-ci, 198 ont été exclus car ils avaient fourni moins de trois échantillons d'expectoration, 101 parce que les trois échantillons n'avaient pas été prélevés à moins de 7 jours d'intervalle, l'un de l'autre, 67 parce que l'on n'avait pas d'information sur les résultats des cultures (pour 15 en raison

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease Tableau 1 Frottis et cultures positifs parmi patients suspects de tuberculose Nombre de frottis positifs par groupe Total des groupes Cultures positives n (%) Pourcentage ,5 273 (94,5) ,8 30 (85,7) ,7 7 (50,0) ,0 135 (8,2) Total ,0 445 (22,3) d'une contamination des trois cultures, ce qui correspond à une perte par suite de contamination de 15/2.160, soit 0,7%) et 63 parce que les trois frottis avaient été prélevés le même jour et que dès lors leur ordre ne pouvait pas être déterminé. On a exclu 38 autres cas parce que, bien que leur première culture contenait des bacilles acidorésistants, aucune identification d'espèce n'était disponible. Toutes les analyses rapportées ici reposent sur les groupes restants. Les proportions de cas positifs à la bacilloscopie et à la culture apparaissent au Tableau 1. La proportion de positifs à la culture a été en étroite corrélation avec le nombre de frottis positifs au sein d'un groupe. Sur les groupes de frottis, groupes (76,5%) avaient été prélevés pendant la période de deux jours recommandée (le premier étant un échantillon prélevé sur-le-champ, le second un échantillon prélevé tôt le matin et le troisième un échantillon prélevé sur-le-champ au moment du dépôt de celui du petit matin). Pour 148 groupes (7,4%), les deux premiers frottis avaient été prélevés le premier jour et le troisième 1 à 4 jours plus tard. Pour les groupes restants, les deuxièmes et troisièmes frottis avaient été prélevés à un jour différent du premier : pour 273 individus (13,7%), les trois frottis avaient été obtenus sur une période de 3 à 4 jours et pour 47 individus (2,4%) sur une période de 5 à 7 jours. Parmi les 445 sujets classés comme positifs à la culture, il s'agissait de M. tuberculosis dans 443 cas et de M. bovis dans deux cas. Parmi ceux classés comme négatifs à la culture, 88 qui avaient au moins un échantillon diagnostiqué comme mycobactérie environnementale. La sensibilité, la spécificité et la valeur prédictive positive des frottis d'expectoration sont exposées au Tableau 2 par comparaison avec la culture. Dans huit des groupes, il n'a pas été possible de déterminer si les deux premiers frottis devaient être inclus comme positifs ou négatifs puisque le premier frottis était négatif et que les deux autres échantillons correspondaient à la même date et qu'un des deux seulement était positif. Les résultats ont été dès lors calculés de deux manières : premièrement, en supposant que les deux frottis négatifs auraient dû être vus en premier, en sorte que si deux frottis seulement avaient été examinés, le patient aurait été classé comme à bacilloscopie négative («pire des cas») ; deuxièmement, en supposant que le frottis positif aurait été parmi les deux premiers, en sorte que le patient aurait été classé comme à bacilloscopie positive («meilleur des cas»). De ces huit groupes, cinq étaient positifs pour M. tuberculosis et trois négatifs, parmi lesquels un correspondant à des mycobactéries environnementales. Il apparaît au Tableau 2 que la sensibilité et la spécificité de deux frottis pour détecter la tuberculose positive à la culture ont été très proches de celles utilisant trois frottis, quel que soit le scénario utilisé. Dans le contexte d'un programme, il peut être plus utile d'identifier les cas à bacilloscopie positive que les cas à bacilloscopie négative mais à culture positive puisque les premiers représentent un risque de transmission plus important. Le Tableau 2 démontre également la sensibilité de deux frottis pour la détection de ceux qui étaient positifs dans au moins un des trois frottis (par définition, tant la spécificité que la valeur prédictive positive est de 100% dans cette comparaison). Sur les neuf cas à bacilloscopie positive qui auraient échappé en utilisant deux frottis (dans le scénario le moins favorable), cinq ont été confirmés par la culture. On dispose des résultats de la sérologie du VIH chez 289 patients atteints de tuberculose pulmonaire positive à la culture : 165 (57,1%) sont séropositifs pour le VIH. La sensibilité des trois frottis d'expectoration pour la détection d'une tuberculose pulmonaire à culture positive est plus faible chez Tableau 2 Performance du diagnostic de deux ou trois frottis versus le «gold standard» basé sur la culture Sensibilité Spécificité Valeur prédictive positive Valeur prédictive négative Gold standard basé sur le statut de la culture Frottis positif sur de Trois frottis 69,7% (310/445) 98,2% (1519/1547) 91,7% (310/338) 91,9% (1519/1654) Deux frottis (pire des cas) 68,5% (305/445) 98,4% (1523/1547) 92,7% (305/329) 91,6% (1523/1663) Deux frottis (meilleur des cas) 69,7% (310/445) 98,3% (1520/1547) 92,0% (310/337) 91,8% (1520/1655) Gold standard basé sur trois frottis Frottis positif sur de Deux frottis (pire des cas) 97.3% (329/338) % (1654/1663) Deux frottis (meilleur des cas) 99.7% (337/338) % (1654/1655)

5 Comparaison entre deux et trois frottis 5 les sujets séropositifs pour le VIH que chez les séronégatifs (109/165 soit 66,1% vs 110/124 soit 88,7% ; P<0,001). Toutefois, la sensibilité de deux frottis pour détecter une tuberculose à culture positive est identique à celle de trois frottis à la fois chez les sujets séropositifs et séronégatifs pour le VIH. Parmi ceux qui ont été diagnostiqués comme à bacilloscopie positive sur la base de trois frottis, l'ensemble des 114 individus séronégatifs pour le VIH et tous les 119 individus séropositifs sauf un auraient été détectés sur les deux premiers frottis (scénario le moins favorable), ce qui donne des sensibilités respectivement de 100% et de 99,2%. Le développement de M. tuberculosis ou d'un contaminant n'a été observé dans aucun des contrôles négatifs, alors que dans toutes les séries de culture au moins un spécimen de contrôle avec 10 à 99 BAAR pour 100 champs microscopiques a donné lieu à un développement macroscopique compatible avec M. tuberculosis. DISCUSSION Dans cette étude, sur les 338 patients détectés comme ayant une bacilloscopie positive sur la base de trois échantillons, au moins 329 (97%) auraient été détectés si l'on n'avait examiné que deux échantillons. Si l'on utilise deux frottis plutôt que trois, la sensibilité pour la détection de patients à culture positive n'est réduite que de façon très marginale et la spécificité est augmentée de façon marginale. Le rendement élevé des deux frottis est cohérent avec d'autres études. 3,5,7,8 Comme dans cette étude, les lames ont été lues à l'aveugle, ces estimations ne sont pas majorées par des artéfacts. La forte sensibilité dans cette étude peut être attribuée en partie à une utilisation de la microscopie de fluorescence dont on sait qu'elle est plus sensible que la microscopie au ZN. 9 En outre, la double lecture des frottis par deux techniciens qui avait commencé en 1998, pourrait avoir amélioré la qualité de la lecture des frottis. Toutefois, la sensibilité et la spécificité ne se sont guère modifiées pendant cette période puisqu'elles étaient respectivement de 66% et 98% en 1997 par comparaison à 71% et 99% en 1999 (calculées selon l'hypothèse du pire des cas). Le taux zéro de faux positifs et le fait que dans toutes les séries de culture, les patients dont au moins un frottis positif comportant de 10 à 99 BAAR par 100 champs avaient une culture positive démontrent que les résultats des cultures utilisés comme gold standard sont fiables. La proportion relativement élevée de cultures positives pour lesquelles la croissance n'était pas attribuable à M. tuberculosis (88/533) est en accord avec le niveau élevé bien connu d'exposition à des mycobactéries environnementales dans la population considérée. 14 Il est important d'envisager les potentialités d'amélioration de la spécificité lorsque l'on examine deux lames plutôt que trois. Plus le nombre de frottis examinés est élevé, plus grande est la chance de trouver un examen positif mais la proportion de faux positifs augmente aussi. Dans cette étude, la proportion de patients atteints de tuberculose confirmée par la culture est beaucoup plus faible parmi ceux dont un seul frottis était positif que parmi ceux chez qui deux ou trois l'étaient (Tableau 1). Cette proportion serait encore plus faible si le seul frottis ne contenait que de «rares bacilles». 17 Bien qu'il soit important de diagnostiquer autant de cas de tuberculose que possible et particulièrement les cas à bacilloscopie positive, les coûts liés à une erreur de diagnostic peuvent être élevés. Ceux-ci incluent des coûts financiers et des coûts de temps à la fois pour le service et pour les patients et des coûts en terme de mauvais résultats du traitement chez les sujets diagnostiqués par erreur comme atteints de tuberculose. Dans cette population, nous avons démontré que la mortalité était quatre fois plus élevée dans les cas diagnostiqués comme à bacilloscopie positive sur la base d'un seul frottis avec de rares bacilles que chez ceux confirmés par la culture. 18 La spécificité du diagnostic peut effectivement augmenter lorsque l'on examine deux plutôt que trois frottis, en raison du nombre plus petit de frottis qui pourraient comporter des artéfacts ainsi que du temps et du soin plus importants accordés à l'examen de chaque lame. Nos résultats, comme ceux d'autres, suggèrent que ceci peut être obtenu en ne perdant que peu de sensibilité. En pratique, le gain de temps peut également améliorer la sensibilité dans les laboratoires surchargés. De plus, les symptomatiques suspects de tuberculose mais à bacilloscopie négative font l'objet d'une investigation complémentaire par les rayons X, de traitements d'essai par antibiotiques et d'examens complémentaires des expectorations s'il n'y a pas d'amélioration. Ces différents facteurs minimisent la proportion de patients tuberculeux échappant au diagnostic. 3 Ceux qui élaborent la politique à suivre devraient envisager une réduction du nombre de frottis prélevés de trois à deux, mais aussi envisager le prélèvement de deux frottis le même jour plutôt que d'un frottis sur le terrain suivi d'un échantillon du petit matin (encore qu'il ait été démontré que les échantillons du petit matin ont un rendement supérieur). Des gains complémentaires de temps pourraient être obtenus et une proportion plus élevée de

6 6 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease suspects fournirait un «groupe» complet puisque dans les recommandations actuelles, il est inévitable que certains ne se présentent pas à un second contact. Cette étude ne peut pas être utilisée pour évaluer une telle politique (la plupart des patients dans cette étude ont donné un échantillon sur-lechamp suivi par deux échantillons ultérieurs, le jour suivant, selon les recommandations), mais il y aurait lieu de mener une évaluation. Diverses études ont suggéré que les frottis pourraient être moins sensibles pour la détection de la tuberculose pulmonaire chez les sujets séropositifs que chez les séronégatifs pour le VIH, mais d'autres études ont montré que des proportions similaires de patients atteints de tuberculose pulmonaire ont une bacilloscopie positive qu'ils soient séropositifs ou séronégatifs pour le VIH. 19,20 Les cavités sont moins fréquentes en association avec le VIH, mais les patients séropositifs pour le VIH dont les clichés thoraciques ne révèlent pas ou peu d'anomalies peuvent néanmoins avoir une bacilloscopie positive. 19 Dans notre étude, quoique les patients séropositifs pour le VIH et atteints de tuberculose pulmonaire démontrée par la culture aient été moins susceptibles d'avoir une bacilloscopie positive que les patients séronégatifs, la proportion de patients à bacilloscopie positive détectés sur les deux premiers frottis était similaire chez les patients séropositifs et séronégatifs. Ceci nous rassure puisque c'est dans les collectivités où la prévalence du VIH est élevée que le besoin d'amélioration de l'efficience du diagnostic de la tuberculose est le plus élevé. Remerciements Nous remercions M Yates (Mycobacterium Reference Unit, Public Health Laboratory Service, Dulwich) pour la confirmation des espèces dans tous les isolats, le Gouvernement de la République du Malawi pour son intérêt et son soutien dans le Projet, le Programme National de Lutte antituberculeuse du Malawi pour sa coopération et le Comité de Recherche en Sciences de Santé du Malawi pour l'autorisation de publier ce travail. L'étude Karonga Prevention Study a bénéficié de subsides provenant essentiellement du Wellcome Trust avec des contributions de la British Leprosy Relief Association (Lepra). JRG bénéficie d'un soutien partiel du UK Department for International Development. Références 1. Enarson D A, Rieder H L, Arnadottir T, Trébucq A. Tuberculosis Guide for Low Income Countries. Paris: International Union Against Tuberculosis and Lung Disease, Harries A D, Mphasa N B, Mundy C, Banerjee A, Kwanjana J H, Salaniponi F M L. Screening tuberculosis suspects using two sputum smears. Int J Tuberc Lung Dis 2000; 4: Walker D, McNerney R, Kimankinda Mwembo M, et al. An incremental cost-effectiveness analysis of the first, second and third sputum examination in the diagnosis of pulmonary tuberculosis. Int J Tuberc Lung Dis 2000; 4: De Cock K M. Tuberculosis control in resource-poor settings with high rates of HIV infection. [Editorial] Am J Publ Hlth 1996; 86: Ipuge Y A I, Rieder H L, Enarson D A. The yield of acid-fast bacilli from serial smears in routine microscopy laboratories in rural Tanzania. Trans R Soc Trop Med Hyg 1996; 90: Harries A D, Kamenya A, Subramanyam V R, Salaniponi F M, Nyangulu D S. Sputum smears for diagnosis of smear-positive pulmonary tuberculosis. Lancet 1996; 347: Urbanczik R. Present position of microscopy and culture in diagnostic mycobacteriology. Zbl Bakt Hyg A 1985; 260: Blair E B, Brown G L, Tull A H. Computer files and analyses of laboratory data from tuberculosis patients. II. Analyses of six years' data on sputum specimens. Am Rev Respir Dis 1976; 113: Toman K. Tuberculosis case-finding and chemotherapy: questions and answers. Geneva: WHO, Long R, Scalcini M, Manfreda J, Michel J B, Hershfield E. The impact of HIV on the usefulness of sputum smears for the diagnosis of tuberculosis. Am J Publ Hlth 1991; 81: Elliott A M, Namaambo K, Allen B W, et al. Negative sputum smear results in HIV-positive patients with pulmonary tuberculosis in Lusaka, Zambia. Tubercle Lung Dis 1993; 74: Klein N C, Duncanson F P, Lenox T H, Pitta A, Cohen S C, Wormser G P. The use of mycobacterial smears in the diagnosis of pulmonary tuberculosis in AIDS/ARC patients. Chest 1989; 95: Narain R, Subba Rao M S, Chandrasekhar P, Pyarelal. Microscopy positive and microscopy negative cases of pulmonary tuberculosis. Am Rev Respir Dis 1971; 103: Fine P E M, Floyd S, Stanford J L, et al. Environmental mycobacteria in northern Malawi: implications for the epidemiology of tuberculosis and leprosy. Epidemiol Infect 2001; 126: Nair S S, Gothi G D, Naganathan N, Rao K P, Banerjee G C, Rajalakshmi R. Precision estimates of prevalence of bacteriologically confirmed pulmonary tuberculosis in general population. Indian J Tuberc 1976; 23: Dujardin B, Haelterman E, Van Damme W, Kegels G. The adequacy of one sputum smear for diagnosing pulmonary tuberculosis. Am J Publ Hlth 1997; 87: Narain R, Nair S S, Naganna K, Chandrasekhar P, Ramanatha Rao G, Lal P. Problems in defining a "case" of pulmonary tuberculosis in prevalence surveys. Bull World Health Organ 1968; 39: Glynn J R, Warndorff D K, Fine P E M, Munthali M M, Sichone W, Ponnighaus J M. Measurement and determinants of tuberculosis outcome in Karonga District, Malawi. Bull World Health Organ 1998; 76: Smith R L, Yew K, Berkowitz K A, Aranda C P. Factors affecting the yield of acid-fast sputum smears in patients with HIV and tuberculosis. Chest 1994; 106: Cauthen G M, Dooley S W, Onorato I M, et al. Transmission of Mycobacterium tuberculosis from tuberculosis patients with HIV infection or AIDS. Am J Epidemiol 1996; 144:

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso INT J TUBERC LUNG DIS 14(11):1424 1429 2010 The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G.

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): 329-338 2001 IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana INT J TUBERC LUNG DIS 17(8):1049 1055 2013 The Union Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana S. Puryear,* G. Seropola, A. Ho-Foster,

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Déclaration de principe

Déclaration de principe 2011 Technique automatisée d amplification de l acide nucléique en temps réel pour la détection rapide et simultanée de la tuberculose et de la résistance à la rifampicine : Système Xpert MTB/RIF Déclaration

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

QuantiFERON TB Gold in tube

QuantiFERON TB Gold in tube Qu est-ce que le QuantiFERON? Test sanguin de dépistage de l infection tuberculeuse. QuantiFERON TB Gold in tube Test ELISA qui mesure la réponse immunitaire à médiation cellulaire à l infection tuberculeuse.

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION AU MALI SUR LA CONCEPTION TARIFAIRE DE L'ELECTRICITE ET DE L'EAU

PROGRAMME DE FORMATION AU MALI SUR LA CONCEPTION TARIFAIRE DE L'ELECTRICITE ET DE L'EAU PROGRAMME DE FORMATION AU MALI SUR LA CONCEPTION TARIFAIRE DE L'ELECTRICITE ET DE L'EAU Le tient à apporter une contribution significative à la restructuration du secteur des infrastructures de ses membres.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne La lutte antituberculeuse en 2013 Institut Pasteur Paris 19 Mars 2013 Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne Dr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre

Plus en détail

Feuille d'information: Utilisation de l'espace de nommage.swiss

Feuille d'information: Utilisation de l'espace de nommage.swiss Qui dit Suisse, dit.swiss Feuille d'information: Utilisation de l'espace de nommage.swiss.swiss la plus-value Le domaine de premier niveau.swiss apporte une plus-value: Il désigne clairement l'origine

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Health CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Ce que tout le monde devrait savoir Nous sommes tous en relation par l air que nous respirons Table des matières Connaître la tuberculose Qu est-ce que la tuberculose et

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Carlos E. Cuevas. May 1992

Carlos E. Cuevas. May 1992 Economics and Sociology Occasional Paper No. 1945 ~OFFRE INFORMELLE DES SERVICES FINANCIERS de Carlos E. Cuevas May 1992 Presented at the International Seminar on Finance and Rural Development in West

Plus en détail

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature INT J TUBERC LUNG DIS 1 (1): 12-15 1997 IUATLD L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature A. Trébucq UICTMR, 68 Bd Saint

Plus en détail

15 June 2006 Volume 32 Number 12 le 15 juin 2006 Volume 32 Numéro 12

15 June 2006 Volume 32 Number 12 le 15 juin 2006 Volume 32 Numéro 12 Canada Communicable Disease Report Relevé des maladies transmissibles au Canada 15 June 2006 Volume 32 Number 12 le 15 juin 2006 Volume 32 Numéro 12 ISSN 1188-4169 Contained in this issue: Tuberculin skin

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre Centre de compétence régionale de l HTAP UMR INSERM 1086 «Cancers et Préventions», Université

Plus en détail

Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010

Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010 Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010 Exercices fortement conseillés : 6, 10 et 14 1) Un groupe d étudiants est formé de 20 étudiants de première année

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Diagnostic de la rage en laboratoire Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Structure de gouvernance - ACIA L ACIA relève du ministre de l Agriculture,

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles

Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles Les organisations doivent aujourd hui s'adapter de plus en plus vite aux évolutions stratégiques, organisationnelles

Plus en détail

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR)

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) COURS SUR LA TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE (TB-MR) Association Médicale Mondiale L Association Médicale Mondiale (AMM) est une organisation internationale

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES JANVIER 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 La surveillance du système de gestion des

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/17 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Tuberculose 1. Qu est-ce que la tuberculose et en quoi constitue-t-elle une

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Evaluation méthodologique des projets CPP ou ANSM?

Evaluation méthodologique des projets CPP ou ANSM? Evaluation méthodologique des projets CPP ou ANSM? Philippe RUSCH CPP Sud-Est 1 Représentant des CPP à Bruxelles : SANCO «Ad-hoc group on the implementation of the 'Clinical Trials Directive' 2001/20/EC»

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 10 : La tuberculose et le virus de l immunodéficience humaine Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition

Plus en détail

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995)

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Légende: Première déclaration d'assurance relative aux activités relevant du budget général. Depuis l'entrée en

Plus en détail

Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique

Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique MÉTHODE ANALYTIQUE 360 Applicabilité Cette méthode est utilisée pour l évaluation semi-quantitative des structures

Plus en détail

Tuberculose en Suisse. Guide à l usage des professionnels de la santé

Tuberculose en Suisse. Guide à l usage des professionnels de la santé Tuberculose en Suisse Guide à l usage des professionnels de la santé Impressum Ligue pulmonaire suisse Chutzenstrasse 10 3007 Berne info@lung.ch www.liguepulmonaire.ch Informations sur la tuberculose Centre

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

Tests au Gamma Interferon et Tuberculose

Tests au Gamma Interferon et Tuberculose Tests au Gamma Interferon et Tuberculose Jean Pierre Zellweger Propriétés des tests Gamma Interferon (IGRAs= Interferon Gamma Release Assays) Dépistent la présence de lymphocytes T sensibilisés àdeux antigènes

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail