Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)"

Transcription

1 Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite il a fallu attendre le début du XXe siècle pour que la théorie atomique triomphe grâce à des preuves expérimentales irréfutables. L existence des atomes n a été définitivement admise qu en 1909 grâce aux avancées combinées dans les domaines de la chimie, de la physique et des mathématiques. Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais si l'on veut aller au-delà, on est confronté à un problème : la diffraction des ondes lumineuses ne permet plus d'obtenir un image nette. L'objet observé au microscope doit avoir une dimension supérieure à la longueur d'onde de la lumière permettant l'observation. D'autres types de microscopies permettent néanmoins d'accéder à des dimensions plus petites. Les microscopes qui permettent actuellement d'explorer au plus loin la matière sont les microscopes dits «en champ proche», comme le microscope à effet tunnel (MET). Ce dernier est constitué d'une pointe très fine (de la taille de quelques atomes), placée très près de l'échantillon à analyser (quelques dixièmes de nanomètres). L'échantillon est obligatoirement conducteur. Un très faible courant électrique traverse la pointe. Il est lié à la distance entre l'échantillon et la pointe. On fait défiler latéralement l'échantillon sous la pointe. Afin de maintenir la valeur du courant constant, il faut sans arrêt ajuster la position de la pointe pour qu'elle se trouve toujours à la même distance de l'échantillon. On mesure précisément la position de la pointe à chaque instant. Grâce à un ordinateur qui traite ces données, on peu alors dessiner le relief de l'échantillon. Le microscope à force atomique (AFM) reprend à peu près le même principe, sauf qu'il ne nécessite pas que l'échantillon soit conducteur : il utilise le fait qu'à ces distances les atomes exercent des interactions d'attraction et de répulsion. En maintenant toujours la pointe à la même distance, on maintient constante les interactions. Figure 1 : echelle de dimension et limites de résolution des microscopes Figure 2 : Image obtenue par microscopie à effet tunnel. Chaque petite bosse est un atome 1) Qu'appelle t'on domaine macroscopique et domaine microscopique? Le domaine microscopique s'intéresse au comportement individuel des éléments d'un systèmes (atome, molécule...) Le domaine macroscopique s'intéresse au comportement de l'ensemble des éléments. 2)a) Rappeler le domaine de longueurs d'onde du visible. 400nm <-> 800 nm b) En déduire la limite de résolution d'un microscope optique. Le microscope optique ne pourra pas visualiser des éléments plus petit que 10 2 nm = 10-7 m En effet la diffraction intervient lorsque la dimension de l'objet est du même ordre de grandeur que la longueur d'onde 3)a) Donner le nom des deux microscopes en champ proche cités dans le texte.

2 microscope à effet tunnel et le microscope à force atomique b) Leur mode de fonctionnement est-il comparable à celui d'un microscope optique? Ces microscopes n'utilisent pas les ondes comme moyen d'investigation. Ils ont donc un fonctionnement différent des microscope optique. c) Les couleurs observées sur les images obtenues correspondent-elles aux couleurs des atomes? Les couleurs observée sont ajoutée après traitement informatique des résultats obtenues. Ce n'est pas les couleurs des atomes. Bilan : La constante d'avogadro nous donne une idée de la différence d'échelle entre le microscopique et le macroscopique. Par définition c'est le nombre d'entité présentes dans une mole. Elle vaut : 6, mol -1 II- Notions de système et d'énergie interne 1) Système Lorsqu on effectue une étude énergétique dans le but de mettre en évidence des transferts d énergie, il est nécessaire de définir le système que l on étudie. Un système est un ensemble macroscopique d entités microscopiques (atomes, ions ou molécules). Il est séparé du milieu extérieur par une frontière: une interface où peuvent avoir lieu des transferts d énergie. 2) Energie interne Ativité p 351 (Pas la question 8) Bilan : L'énergie interne est la somme des énergies microscopiques (énergie cinétique microscopique et énergie potentielle microscopique)des molécules L'énergie interne d'un système peut être modifiée par apport d'énergie (travail ou chaleur) : ΔU = W + Q W et Q > 0 lorsque l'énergie est recue par le système W et Q < 0 lorsque l'énergie est cédée par le système

3 Lorsque la température d'un corps condensé de masse m passe de Ti à T f, sa variation d'énergie interne vaut : ΔU = m.c.δt (A connaitre!!) ΔU en Joule ΔT=T f -T i en Kelvin ou C m en kg c : capacité thermique massique du système J.kg -1.K -1 3) Transfert d'énergie par transfert thermique a) La conduction Ces exemples illustrent le phénomène de conduction. Plaque de cuisson électrique Forgerons avec une tige en fer Mal isolée, la port du congélateur est froide. Donner en une définition. La conduction est un transfert d'énergie thermique par contact, sans transport de matière. Dans le matériau conducteur, l'énergie se propage de proche en proche par tranfert d'énergie cinétique microsopique. b) La convection Ces exemples illustrent le phénomène de convection. Eu chauffée dans une casserole Souffler sur sa soupe pour ne pas se bruler la langue! Radiateur convecteur Donner en une définition. La convection est un transfert d'énergie thermique porté par un mouvement de matière. c) Le rayonnement Ces exemples illustrent le phénomène de rayonnement.

4 Panneaux solaire Four solaire Four à micro-onde Donner en une définition. Le rayonnement est un transfert d'énergie thermique qui ne nécessite pas de milieu matériel pour se propager. III- Bilan énergétique (D'après Bac Amérique du sud 2013) 1) Principe d'un chauffe eau solaire Effectuer un bilan d'énergie sur un système (à définir!) consiste à : - Identifier la nature des transferts énergétiques ( Travail ou transfert thermique) entre le système et l'extérieur. - Identifier le sens de ces transferts : - Positif si le système reçoit de l'énergie - Négatif si le système perd de l'énergie Document : Principe de fonctionnement d'un chauffe-eau solaire a) Représenter la chaine énergétique du chauffe-eau solaire.

5 b) Quel mode de transfert thermique intervient : - au niveau du capteur solaire : Rayonnement - au niveau de l'échangeur thermique : Conduction - et à l'intérieur du ballon de stockage : Convection c) Le fluide caloporteur s'échauffe lorsqu'il passe dans le capteur solaire. Comment varie son énergie interne? Pourquoi? Son énergie interne augmente. En effet une augmentation de la température induit une variation d'énergie interne positive. Cette augmentation est due à une augmentation d'énergie cinétique microscopique. On étudie à présent le système {eau du circuit primaire}. Ce système reçoit de la part du capteur solaire une puissance de 2, W. La capacité du ballon est de 200 L. En une heure, l'eau du ballon passe de T 1 = 15 C à T 2 = 22 C Donnée : Capacité thermique de l'eau : c eau = 4,2 kj.kg -1.K -1 d) Déterminer le rendement du chauffe-eau. (Commencer par effectuer le bilan d'énergie) Energie recue par le capteur E r Energie fourni à l'eau du ballon Q Eau du circuit primaire Eau du ballon Energie perdue Ou fourni à l'environnement Calcul de l'énergie recue de la part du capteur solaire en 1h : E r = P.Δt = 2, x 3600 = 7, J = 7, kj Chaleur fournie à l'eau du ballon égale à la variation d'énergie interne de l'eau : ΔU = m.c.δt = 200 x 4,2. (22-15) = 5, kj énergie utilisée Rendement : r= énergie payée = 5,9 7,9 =0,74=74 2) Pourquoi isoler les habitations? Une paroi, dont les deux faces sont à des températures différentes est le siège de transfert thermique par

6 conduction. On défini le flux thermique Φ comme la puissance transférée à travers cette paroi. Ce transfert s'effectue spontanément de la source chaude à la source froide. L'inverse étant impossible, on dit que ce transfert est irréversible. a) Quelle est l'unité du flux thermique Le flux thermique s'exprime en Watt (W) b) Exprimer le flux Φ en fonction du transfert thermique Q et de la durée Δt. Φ= Q Δt c) Par analogie avec la loi d'ohm, définir la résistance thermique du matériau en fonction du flux thermique Φ et de la différence de température entre les deux sources. Electricité Transfert thermique Résistance R Résistance thermique R Th Tension ou différence de potentiel (U = V 2 - V 1 ) Différence de température ΔT = T 2 - T 1 Intensité (flux d'électron) I Loi d'ohm : U = R.I Flux thermique Φ Loi : ΔT = R th. Φ Application : Soucieux de réduire ses dépenses de chauffage, Frédéric décide d'améliorer l'isolation thermique de son habitation. Sa maison possédant un grenier non chauffé, il décide d'en isoler le sol. Données : - Température du grenier : θ 1 = 5,0 C - Température de la maison : θ 2 = 20 C - Surface du sol du grenier : S = 80 m 2 - Résistance thermique du sol du grenier : R = 7,5 x 10 3 K.W -1 a) Dans quel sens s'effectuera le transfert thermique dans la maison de Frédéric? Le transfert thermique s'effectue de la maison de température θ 2 = 20 C (source chaude) vers le grenier de température θ 1 < θ 2 (source froide). b) Donner l'expression puis calculer le flux thermique Φ à travers le sol du grenier Φ= θ θ 2 1 = 20 5,0 W =2,0kW R Th 7,5.10 3=2,0.103 Frédéric consulte de nombreuses documentations sur l'isolation thermique. Il existe de nombreux matériaux isolants caractérisés par leur conductivité thermique notée λ. Plus la conductivité thermique d'un matériau est élevée, plus il conduit facilement la chaleur

7 c) Utiliser le tableau suivant pour conseiller Frédéric dans son choix de matériau. Justifier Liège naturel Nom du matériau Laine de roche Polystyrène extrudé Cellulose expansé Conductivité thermique λ en 0,035 0,033 0,042 0,039 W.m -1.K -1 Pour isoler correctement, Frédéric doit choisir le matériau conduisant le moins facilement la chaleur, donc le matériau dont la conductivité thermique λ est la plus faible : le polystyrène extrudé. d) La résistance thermique totale du sol du grenier doit atteindre la valeur R = 6,3x10 2 K.W -1. Sachant que lorsque plusieurs parois sont accolées, la résistance thermique totale est égale à la somme des résistances thermiques de chaque paroi, calculer la résistance thermique de l'isolant choisi précédemment par Frédéric à la question c) D'après l'énoncé, si on colle une paroi sur le sol du grenier, la résistance totale sera la somme de la résistance du sol et de celle de la paroi : R tot = R sol + R paroi. Calculons R paroi : R paroi = R tot R sol = 6, , = 6, , = 5, K.W -1. e) Frédéric a lu que la résistance thermique d'une paroi plane dépend de la conductivité thermique λ du matériau constituant la paroi, de son épaisseur e et de la surface S traversée par le flux thermique. La résistance thermique est inversement proportionnelle à la conductivité thermique et à la surface traversée et proportionnelle à l'épaisseur. i. À partir des informations ci-dessus, donner l'expression de la résistance thermique d'une paroi plane. Vérifier l'homogénéité de votre expression. La relation entre résistance thermique et conductivité thermique est : R= e λ. S Vérifions la par analyse dimensionnelle : e est une longueur : dim(e) = L S est une surface : dim(s)= L 2 λ est une conductivité thermique exprimée en W.m -1.K -1 : d'après les unités, dim(λ) = P.L -1.θ -1 R est une résistance thermique exprimée en K.W -1 : d'après les unités, dim(r) = θ.p -1 e Vérifions la dimension de : λ. S : e dim( λ. S )= L P.L 1.θ 1. L 2=θ. P 1 =dim (R Th ) ii. Tous les matériaux proposés dans le tableau s'achètent sous forme de panneaux rigides dans le commerce. Quelle épaisseur minimale doit posséder le panneau du matériau choisi par Frédéric? Epaisseur minimale du panneau du matériau : R paroi > 5, K.W -1 e λ.s > 5, K.W -1 e > 5, x S x λ e > 0,15 m L'épaisseur minimale du panneau doit être de 0,15 m soit 15 cm. CQFR du chapitre 14 - Définition de la constante d'avogadro - Savoir définir un système - Connaitre la définition de l'énergie interne et savoir l'interpréter au niveau microscopique - Connaitre la relation entre la variation d'énergie interne ΔU et la variation de température ΔT

8 - Savoir identifier les 3 types de transferts thermiques - Savoir exploiter la relation entre flux thermique et écart de température (notion de résistance thermique) - Savoir établir un bilan énergétique (Travail et transfert thermique recus et/ou perdus par le système) Exercices d'entrainement : Ex 12 et 13 p 364 (Calcul de variation d'énergie interne) 14 p 365 (différent types de transfert thermique) 17 p 365 (flux thermique) 19 p 366 (Bilan énergétique) 30 p 369

9 Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite il a fallu attendre le début du XXe siècle pour que la théorie atomique triomphe grâce à des preuves expérimentales irréfutables. L existence des atomes n a été définitivement admise qu en 1909 grâce aux avancées combinées dans les domaines de la chimie, de la physique et des mathématiques. Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais si l'on veut aller au-delà, on est confronté à un problème : la diffraction des ondes lumineuses ne permet plus d'obtenir une image nette. L'objet observé au microscope doit avoir une dimension supérieure à la longueur d'onde de la lumière permettant l'observation. D'autres types de microscopies permettent néanmoins d'accéder à des dimensions plus petites. Les microscopes qui permettent actuellement d'explorer au plus loin la matière sont les microscopes dits «en champ proche», comme le microscope à effet tunnel (MET). Ce dernier est constitué d'une pointe très fine (de la taille de quelques atomes), placée très près de l'échantillon à analyser (quelques dixièmes de nanomètres). L'échantillon est obligatoirement conducteur. Un très faible courant électrique traverse la pointe. Il est lié à la distance entre l'échantillon et la pointe. On fait défiler latéralement l'échantillon sous la pointe. Afin de maintenir la valeur du courant constant, il faut sans arrêt ajuster la position de la pointe pour qu'elle se trouve toujours à la même distance de l'échantillon. On mesure précisément la position de la pointe à chaque instant. Grâce à un ordinateur qui traite ces données, on peut alors dessiner le relief de l'échantillon. Le microscope à force atomique (AFM) reprend à peu près le même principe, sauf qu'il ne nécessite pas que l'échantillon soit conducteur : il utilise le fait qu'à ces distances les atomes exercent des interactions d'attraction et de répulsion. En maintenant toujours la pointe à la même distance, on maintient constante les interactions. Figure 1 : echelle de dimension et limites de résolution des microscopes Figure 2 : Image obtenue par microscopie à effet tunnel. Chaque petite bosse est un atome 1) Qu'appelle t'on domaine macroscopique et domaine microscopique? 2)a) Rappeler le domaine de longueurs d'onde du visible. b) En déduire la limite de résolution d'un microscope optique. 3)a) Donner le nom des deux microscopes en champ proche cités dans le texte. b) Leur mode de fonctionnement est-il comparable à celui d'un microscope optique? c) Les couleurs observées sur les images obtenues correspondent-elles aux couleurs des atomes? Bilan : La constante d'avogadro nous donne une idée de la différence d'échelle entre le microscopique et le macroscopique. Par définition 1

10 II- Notions de système et d'énergie interne 1) Système Lorsqu on effectue une étude énergétique dans le but de mettre en évidence des transferts d énergie, il est nécessaire de définir le système que l on étudie. Un système est un ensemble macroscopique d entités microscopiques (atomes, ions ou molécules). Il est séparé du milieu extérieur par une frontière : une interface où peuvent avoir lieu des transferts d énergie. 2) Energie interne Ativité p 351 (Pas la question 8) 3) Transfert d'énergie par transfert thermique a) La conduction Ces exemples illustrent le phénomène de conduction. Plaque de cuisson électrique Forgerons avec une tige en fer Mal isolée, la port du congélateur est froide. Donner en une définition. b) La convection Ces exemples illustrent le phénomène de convection. Eu chauffée dans une casserole Donner en une définition. Souffler sur sa soupe pour ne pas se bruler la langue! Radiateur convecteur c) Le rayonnement Ces exemples illustrent le phénomène de rayonnement. Panneaux solaire Four solaire Four à micro-onde Donner en une définition. 2

11 III- Bilan énergétique (D'après Bac Amérique du sud 2013) 1) Principe d'un chauffe eau solaire Effectuer un bilan d'énergie sur un système (à définir!) consiste à : - Identifier la nature des transferts énergétiques (...) entre le système et l'extérieur. - Identifier le sens de ces transferts : - Positif si le système... de l'énergie - Négatif si le système...de l'énergie Document : Principe de fonctionnement d'un chauffe-eau solaire a) Représenter la chaine énergétique du chauffe-eau solaire. b) Quel mode de transfert thermique intervient : - au niveau du capteur solaire - au niveau de l'échangeur thermique - et à l'intérieur du ballon de stockage c) Le fluide caloporteur s'échauffe lorsqu'il passe dans le capteur solaire. Comment varie son énergie interne? Pourquoi? On étudie à présent le système {eau du circuit primaire}. Ce système reçoit de la part du capteur solaire une puissance de 2, W. La capacité du ballon est de 200 L. En une heure, l'eau du ballon passe de T 1 = 15 C à T 2 = 22 C Donnée : Capacité thermique de l'eau : c eau = 4,2 kj.kg -1.K -1 d) Déterminer le rendement du chauffe-eau. (Commencer par effectuer le bilan d'énergie) 2) Pourquoi isoler les habitations? Une paroi, dont les deux faces sont à des températures différentes est le siège de transfert thermique par... On défini le flux thermique Φ comme la puissance transférée à travers cette paroi. Ce transfert s'effectue spontanément de... L'inverse étant impossible, on dit que ce transfert est irréversible. a) Quelle est l'unité du flux thermique b) Exprimer le flux Φ en fonction du transfert thermique Q et de la durée Δt. c) Par analogie avec la loi d'ohm, définir la résistance thermique du matériau en fonction du flux thermique Φ et de la différence de température entre les deux sources. 3

12 Application : Soucieux de réduire ses dépenses de chauffage, Frédéric décide d'améliorer l'isolation thermique de son habitation. Sa maison possédant un grenier non chauffé, il décide d'en isoler le sol. Données : - Température du grenier : θ 1 = 5,0 C - Température de la maison : θ 2 = 20 C - Surface du sol du grenier : S = 80 m 2 - Résistance thermique du sol du grenier : R = 7,5 x 10 3 K.W -1 a) Dans quel sens s'effectuera le transfert thermique dans la maison de Frédéric? b) Donner l'expression puis calculer le flux thermique Φ à travers le sol du grenier Frédéric consulte de nombreuses documentations sur l'isolation thermique. Il existe de nombreux matériaux isolants caractérisés par leur conductivité thermique notée λ. Plus la conductivité thermique d'un matériau est élevée, plus il conduit facilement la chaleur c) Utiliser le tableau suivant pour conseiller Frédéric dans son choix de matériau. Justifier Liège naturel Nom du matériau Laine de roche Polystyrène extrudé Cellulose expansé Conductivité thermique λ en 0,035 0,033 0,042 0,039 W.m -1.K -1 d) La résistance thermique totale du sol du grenier doit atteindre la valeur R = 6,3x10 2 K.W -1. Sachant que lorsque plusieurs parois sont accolées, la résistance thermique totale est égale à la somme des résistances thermiques de chaque paroi, calculer la résistance thermique de l'isolant choisi précédemment par Frédéric à la question c) e) Frédéric a lu que la résistance thermique d'une paroi plane dépend de la conductivité thermique λ du matériau constituant la paroi, de son épaisseur e et de la surface S traversée par le flux thermique. La résistance thermique est inversement proportionnelle à la conductivité thermique et à la surface traversée et proportionnelle à l'épaisseur. i. À partir des informations ci-dessus, donner l'expression de la résistance thermique d'une paroi plane. Vérifier l'homogénéité de votre expression. ii. Tous les matériaux proposés dans le tableau s'achètent sous forme de panneaux rigides dans le commerce. Quelle épaisseur minimale doit posséder le panneau du matériau choisi par Frédéric? CQFR du chapitre 14 - Définition de la constante d'avogadro - Savoir définir un système - Connaitre la définition de l'énergie interne et savoir l'interpréter au niveau microscopique - Connaitre la relation entre la variation d'énergie interne ΔU et la variation de température ΔT - Savoir identifier les 3 types de transferts thermiques - Savoir exploiter la relation entre flux thermique et écart de température (notion de résistance thermique) - Savoir établir un bilan énergétique (Travail et transfert thermique recus et/ou perdus par le système) Exercices d'entrainement : 12 et 13 p 364 (Calcul de variation d'énergie interne) 14 p 365 (différent types de transfert thermique) 17 p 365 (flux thermique) 19 p 366 (Bilan énergétique) 30 p 369 (Transfert thermique) 31 p 369 4

Isolant thermique : faire le bon choix

Isolant thermique : faire le bon choix Isolant thermique : faire le bon choix Soucieux de réduire ses dépenses de chauffage, Frédéric décide d'améliorer l'isolation thermique de son habitation. Sa maison possédant un grenier non chauffé, il

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

TS 2 DS 7 Lundi 28 Avril 2014

TS 2 DS 7 Lundi 28 Avril 2014 TS 2 DS 7 Lundi 28 Avril 2014 Exercice I. (Physique) Réduire la consommation d'énergie est, de nos jours, au cœur des préoccupations afin de préserver l'environnement, épargner les ressources naturelles

Plus en détail

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie?

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? I) Énergie et puissance : rappels : L énergie E est la capacité d un système à produire du, de la ou de la. L unité légale d énergie est le joule (J), on mesure

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique PARTIE COMPRENDRE CH20 TRANSFERTS THERMIQUES FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique.

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Terminale S Devoir surveillé de physique chimie n 6 Calculatrice non autorisée

Terminale S Devoir surveillé de physique chimie n 6 Calculatrice non autorisée Le sujet comporte 9 pages L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Chaque exercice sera traité sur une copie séparée Exercice 1 : TRANSFERTS D'ÉNERGIE (7,5 points) Réduire la consommation d'énergie

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES FICHE 1 Titre Type d'activité Objectifs de l activité Références par rapport au programme PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES Exercices / Evaluation Connaître les différents modes de transferts Evaluer

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Correction DS du 3 Mai. Aspirine ou acide acétylsalicylique

Correction DS du 3 Mai. Aspirine ou acide acétylsalicylique Exercice n 1 : Dosage de l aspirine orrection DS du 3 Mai H 3 H Aspirine ou acide acétylsalicylique L étiquette d un sachet d aspirine prescrit au titre de la prévention des AV porte la mention : «Teneur

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane 16/10/2015 www.udppc.asso.fr Si vous repérez une erreur, merci d envoyer

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge Cordial I-Care Business Advisers Company Presentation La thermographie infrarouge Tokyo Décembre 2012 August 2007 1 Définition La thermographie infrarouge est une technique sans contact, non destructive

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

La course du piston est donc 10 4 soit 6 cm. 3 ) lorsque la position du point M est telle que α = 60. : a) calculer OH ; Session

La course du piston est donc 10 4 soit 6 cm. 3 ) lorsque la position du point M est telle que α = 60. : a) calculer OH ; Session MATHEMATIQUES (10 points) Exercice 1. Trigonométrie : (BEP : 4 points / CAP : 6 points) Dans cet exercice nous étudierons le déplacement d un piston actionné par une roue. La roue a un mouvement circulaire

Plus en détail

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT .La lumière.1. Onde électromagnétique Ultraviolet nfrarouge - La lumière visible et invisible transporte de l énergie sous la forme d ondes électromagnétiques qui se propagent à la vitesse c = 3.10 8 m.s

Plus en détail

comportement thermique d'un plancher chauffant

comportement thermique d'un plancher chauffant comportement thermique d'un plancher chauffant Dans le plancher d'un local de surface S= 16 m² on a incorporé un système de chauffage maintenant la température ambiante à T a =20 C. Le système de chauffage

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

énergie pour le bâtiment

énergie pour le bâtiment Paris Val de Seine 1 ère année/2012-2013 AMBIANCES.D.D.DECOUVERTE b Enseignante Ljubica Mudri POUR UNE ARCHITECTURE DURABLE AMBIANCE THERMIQUE Notions de base & étude des déperditions des parois POUR UNE

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Thermodynamique : les fondamentaux

Thermodynamique : les fondamentaux Thermodynamique : les fondamentaux Extrait du programme Thermodynamique : fondamentaux Notions et contenus Capacités exigibles Énergie interne U d un système Vocabulaire et définitions : système, état

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Le thème de l habitat peut être pris dans un sens strict : celui du domicile, ou de façon plus générale des

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Mots-clés : conducteurs, semi-conducteurs, photovoltaïques Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Contexte du sujet : L énergie solaire pourrait produire 20 fois les besoins énergétiques

Plus en détail

Confort dans la maison et et dans l'entreprise

Confort dans la maison et et dans l'entreprise Baccalauréat Professionnel Spécialité:... Session 2012 Établissement : LPO Ronceray Bezons Nom :.. Prénom :.. Note proposée : /10 Confort dans la maison et et dans l'entreprise Durée : 45 min Barème :

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UN BATIMENT 1. CI3 : Mettre en oeuvre un outil de simulation.

RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UN BATIMENT 1. CI3 : Mettre en oeuvre un outil de simulation. RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UN BATIMENT 1 CI3 : Mettre en oeuvre un outil de simulation. À l issue de ce TP de ce Centre d Intérêt, les compétences acquises doivent vous permettre plus particulièrement

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain :

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain : L'ÉNERGIE Par définition l'énergie est la grandeur qui représente la capacité d'un système à produire du mouvement. Donc sur un navire, beaucoup d'éléments peuvent transformer une énergie potentielle en

Plus en détail

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Plan Introduction: I Mesurer avec un multimètre Mesure de l intensité Mesure de la tension II Pour aller plus loin Mesures en courant continu. Rappels

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Moteur à 4 Temps clic

Moteur à 4 Temps clic Moteur à 4 Temps clic Géothermie Bouillante Quand la chaleur de la Terre produit de l'électricité. clic DE1: Activités humaines et besoins en énergie. Activité 1 : analyse de document «L'énergie caractérise

Plus en détail

Énergie, économie et environnement

Énergie, économie et environnement Énergie, économie et environnement Johann Collot professeur à l'université Grenoble Alpes et chercheur au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (LPSC) université Grenoble Alpes,

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE Parmi les 12 critères de base définissant la "chimie verte" (green chemistry), énoncés en 1998 par deux chimistes, Paul Anastas et John C. Warner,

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES L OTIO DU TRVIL E SCIE CES PHYSIQUES Par nne artini 1. Travail et énergie Dans la vie courante, il y a des termes qui sont souvent utilisés et dont la signification fait penser à celle donnée aux concepts

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS I DEFINITIONS 1 Exemple E x O X B V Le potentiomètre convertit une grandeur d entrée mécanique, la distance x en une grandeur de sortie électrique, la tension

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique Enseignement secondaire Classe de IIIe Physique 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 2.5 Nombre minimal de devoirs: 1 de voir par trimestre Langue véhiculaire: Français I. Objectifs et compétences:

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2013 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE PHYSIQUE-CHIMIE STL Spécialité Biotechnologies Ce sujet sera traité par les candidats se présentant pour la première fois aux épreuves terminales du baccalauréat.

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

lumière blanche flash électronique

lumière blanche flash électronique 3. La lumière Le mot photographie veut dire «dessiner avec la lumière». La qualité de la lumière est donc très importante et primordiale. On utilise de la lumière naturelle que l on nomme aussi «lumière

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag En voiture! Ce problème propose d étudier plusieurs phénomènes physiques mis en oeuvre dans un véhicule automobile. La première partie étudie la détection de chocs frontaux pour déclencher l ouverture

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2010 Ce fichier nu m é r i q u e ne peut être repr o d u i t, représe

Plus en détail

Etude du chauffage du conservatoire de Musique de Bourges

Etude du chauffage du conservatoire de Musique de Bourges Etude du chauffage du conservatoire de Musique de Bourges STI2D Durée : 2 heures Devoir à rendre le 10 / 03 / 2014 Nom et Prénom : A. MISE EN SITUATION Les locaux de l ancien conservatoire de musique de

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

La correction acoustique

La correction acoustique Chapitre 9 Sciences Physiques - BTS La correction acoustique 1. Le traitement acoustique. Le traitement acoustique d une salle est l ensemble des opérations qui contribuent à la rendre apte à son utilisation

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Très tôt dans l histoire de l humanité, les phénomènes périodiques ont été utilisés pour mesurer le temps. Les premiers ont été les événements astronomiques puis, à mesure

Plus en détail

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS ANNÉE 2013 EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS CSEA 2013 ÉPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 4 heures Coefficient : 1 - L usage de la calculatrice est autorisé ; - Les exercices sont indépendants

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS Caractéristiques techniques Applications Tableau comparatif des puissances Installation Comparaison Chauffe eau Instantané et Ballon DJS France ZI Les

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques

Plus en détail

Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie. 1 ere S Chapitre P8 2008-2009

Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie. 1 ere S Chapitre P8 2008-2009 Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie I) Comment le travail du poids peut-il modifier la vitesse d'un corps : -) Relation entre le travail du poids et la vitesse : Voir TP 7 de physique

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Epreuve de physique. sept pages numérotées de 1 à 7, y compris celle-ci. L usage d une calculatrice PROGRAMMABLE EST autorisé.

Epreuve de physique. sept pages numérotées de 1 à 7, y compris celle-ci. L usage d une calculatrice PROGRAMMABLE EST autorisé. Epreuve de physique Nom : N o : Date : E2 Classes : TSM et TSV Durée : 110 min L usage d une calculatrice PROGRAMMABLE EST autorisé. Ce document comporte trois exercices présentés sur sept pages numérotées

Plus en détail

Rayonnement du corps noir

Rayonnement du corps noir Rayonnement du corps noir Loi de Stefan - Boltzmann La puissance totale émise par un corps noir, à la température T et pour toutes les longueurs d onde, est : P = σ S T 4 S = surface émettant le rayonnement

Plus en détail