«La croissance rend-elle heureux? Andrew Clark* et Claudia Senik Ecole d Economie de Paris et Cepremap

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«La croissance rend-elle heureux? Andrew Clark* et Claudia Senik Ecole d Economie de Paris et Cepremap"

Transcription

1 Version en documen de ravail. Texe final paru dans 27 quesions d économie conemporaine, Albin Michel : Paris, «La croissance rend-elle heureux? Andrew Clark e Claudia Senik Ecole d Economie de Paris e Cepremap 1. Inroducion Le Produi Inérieur Bru es-il un bon indicaeur de bien-êre ; fau-il endre à accroîre le revenu naional? Aucune héorie ne prescri la recherche du aux de croissance maximal ; même la créaion d emplois, effe éviden de la croissance, peu êre aeine par d aures moyens. E de nombreuses voix s élèven de manière chronique conre l objecif de croissance, accusan cee dernière de dilapider les ressources épuisables, de ne pas coïncider avec le développemen e finalemen de ne pas êre poreuse de bien-êre. Une ceraine vision relaivise préend ainsi que l homme n es pas plus heureux dans les pays développés qu il ne l éai dans les sociéés rurales e radiionnelles plus solidaires, plus inégranes. Un aure regard scepique observe avec ironie les vains effors des individus pour s élever au-dessus de leurs pairs, de leurs voisins, ou de leur groupe de référence quel qu il soi. Issue de cee course-poursuie au revenu relaif, au sau, à la consommaion osenaoire, globalemen vouée à l échec par définiion, la croissance ne reflèerai qu un arbirage regreable a poseriori en faveur du ravail e de la consommaion, e au dérimen du loisir. Si cerains modèles héoriques démonren la possibilié d une croissance réducrice de bien-êre 1, d un poin de vue praique la quesion es de savoir si, de fai, la croissance saisfai les désirs des agens ou si elle ne consiue qu un gaspillage de loisir e de ressources. On voudrai donc connaîre les moivaions inrinsèques des agens, la raison pour laquelle ils produisen oujours davanage e la saisfacion qu ils reiren réellemen de l élévaion de leur revenu. Des données d un ype nouveau Dans cee perspecive, l une des voies que les économises recommencen à explorer, après une première percée dans les années , consise s écarer de la méhode des préférences révélées par l acion pour analyser les données «subjecives», c es-à-dire les opinions des individus, leurs jugemens de PSE e IZA Universié Paris IV Sorbonne, IZA e Insiu Universiaire de France 1 Voir par exemple Corneo e Jeanne (1997) ou Cooper e al (2001). 2 Voir par exemple van Praag (1971).

2 saisfacion par exemple. Ces variables son de plus en plus souven disponibles au sein des enquêes saisiques naionales e leur exploiaion es faciliée par le développemen de echniques saisiques adéquaes. On rouve ainsi au sein des enquêes auprès des ménages des quesions demandan direcemen aux enquêés de se siuer sur une échelle de saisfacion : «de manière générale, en ce momen, à quel poin êes-vous saisfai de vore vie (ou de vore revenu/ de vore siuaion financière): pleinemen saisfai, pluô saisfai, ou pas du ou saisfai», ou encore «sur une échelle de 1 à 10, sur quel échelon vous siuez-vous en maière de bonheur, de saisfacion?». Les réponses données par les enquêés son alors inerpréées comme de bonnes approximaions du bien-êre de l individu, de son uilié, de son bonheur, les économises renonçan pour l occasion à la disincion enre jugemen d uilié (ex ane) e uilié ressenie (ex pos). Afin de neuraliser les effes fixes individuels (la «personnalié» des enquêés), les chercheurs enen dans la mesure du possible de recourir à des données de panel, longiudinales, qui inerrogen les mêmes individus année après année (parfois pendan plus de 20 ans). Il s agi du Briish Household Panel Survey (BHPS), du German Socio-Economic Panel Sudy (GSOEP), du Russian Longiudinal Monioring Survey (RLMS) ou du European Communiy Household Panel (ECHP) qui englobe les enquêes naionales auprès des ménages de 15 pays européens de manière harmonisée. Le fai de disposer de données de panel perme d idenifier la manière don, pour un individu donné, le fai que son revenu augmene modifie sa saisfacion. Si cee méhode a pu occasionner quelques haussemens de sourcils à ses débus, elle semble avoir aujourd hui gagné ses leres de noblesse comme en émoigne sa diffusion dans des revues inernaionales elles que l American Economic Review (Frijers e al., 2004, Kahneman e al., 2004), le Journal of Economic Lieraure (Frey and Suzer, 2002), ou encore le Journal of Economic Perspecives (Di Tella and MacCulloch, 2006, Kahneman and Krueger, 2006). Que nous apprend cee plongée au cœur des préférences des individus e de leur bien-êre? Ce aricle présene l éa des connaissances obenues grâce à la mobilisaion des données subjecives au service l élucidaion du lien enre revenu e bien-êre. L argen ne fai pas le bonheur «L argen ne fai pas le bonheur» ; ce adage sous-end la moivaion générale de ou un couran de l analyse économique «comporemenale» (behavioral en anglais) qui s écare légèremen de la méhode commune en économie, soi parce qu elle reme en cause les hypohèses fondamenales sur lesquelles repose l axiomaique de la discipline soi parce qu elle choisi parfois d éudier direcemen les jugemens de saisfacion au lieu de s en enir à l observaion des choix en aces, répués plus fiables. Scepique à l égard de l axiome fondamenal de l analyse économique, à savoir le fai que les individus opèren des choix cohérens enre eux e de naure à maximiser un objecif de bien êre, ce couran de l analyse économique va parfois jusqu à douer de la lucidié des agens, e de l objecif qu on leur prêe. Tou en demeuran dans le giron de l analyse «néo-classique», «orhodoxe» qui conserve l individu comme élémen ulime d observaion e d analyse, les économises de ce couran son largemen ouvers aux inuiions venues d aures sciences sociales e humaines : imiaion, effes de pairs, comparaisons, adapaion, impaience, ec. Dans ces condiions, on comprend que l une des premières quesions soulevées par ces

3 économises «comporemenalises» pore sur l uilié réellemen procurée par la consommaion e son insrumen : le revenu. La modélisaion des choix du consommaeur cherchan à maximiser son bien-êre consiue en effe la pierre angulaire de la héorie économique de base (à côé de la modélisaion des choix du produceur). Au-delà de ces aspecs méhodologiques, l analyse du lien enre revenu e croissance es lourde d enjeux praiques : ravailler plus pour gagner plus, ceres, mais à condiion que cela rende les gens plus heureux e qu ils aien fai ce choix de manière lucide. Sinon, à quoi bon? Le déba sur l uilié «hédonique» de la croissance remone à un aricle ancien de Richard Easerlin (1974). Suivi d une série d éudes similaires, ce dernier monre que depuis l après-guerre, le score moyen de saisfacion déclaré par la populaion es resé à peu près consan, malgré l augmenaion specaculaire de la richesse des pays développés. Ainsi, la proporion d américains se déclaran «rès heureux» n aurai pas augmené enre 1973 e 2003 malgré l accroissemen du PNB par êe de deux iers (Figure 1). La même observaion vau pour les pays européens (Figure 2) e le Japon. De manière générale, la proporion de gens qui se déclaren «rès heureux» se rouve sysémaiquemen au voisinage des 30% ; en erme d échelle, les gens se siuen oujours en moyenne sur le sixième échelon quand on leur propose une échelle de 1 à 8. Revenu e bien-êre ne seraien donc pas synonymes, e mesurer la croissance du PNB ne serai pas une bonne manière d évaluer les progrès d un pays.

4 FIGURE 1: Bien-êre e revenu réel par habian aux USA, Bien-êre moyen 3 2,5 2 1,5 1 0, Année Revenu réel par êe ( prix consans en US$ de 2000) 3 Source: World Daabase of Happiness e Penn World Tables. Valeur moyenne des réponses à la quesion: Taken all ogeher, how would you say hings are hese days? Would you say ha you are? Les réponses son codées de la manière suivane : (3) Very Happy, (2) Prey Happy e (1) No oo Happy. Les quesions de saisfacion son irées du General Social Survey américain. Graphique iré de Clark e al. (2006)

5 FIGURE 2: Evoluion de la saisfacion générale dans 5 pays européens, ,5 Saisfacion moyenne 3 2,5 2 1,5 1 0,5 UK France Germany Ialy Neherlands Année Un problème de mesure? Avan de ener d élucider le «paradoxe d Easerlin», ajouons un bémol à la force de ces illusraions en nous penchan sur la méhode uilisée e sur la naure des jugemens de saisfacion exprimés par les agens. Ces derniers son choisis sur une échelle bornée. En réponse à la quesion de savoir s il es globalemen saisfai de sa vie, l individu doi choisir enre plusieurs réponses allan de «parfaiemen saisfai» à «pas du ou saisfai», en passan par «pluô saisfai», e «pluô insaisfai». Il choisi donc une réponse de manière à exprimer le rappor enre ses condiions de vie e son niveau d aspiraion. Auremen di, les jugemens de saisfacion recueillis son relaifs à un conexe qui défini les bornes de l ensemble des possibles (van Praag, 1991). Easerlin lui-même relève une observaion remarquable sur la base de plusieurs enquêes inernaionales : les individus, en moyenne, quelle que soi leur classe d âge, considèren qu ils son plus heureux que par le passé, e qu ils seron plus heureux à l avenir, mais en moyenne, sur la période considérée, leur indice de bien-êre rese à peu près consan dans le emps. L inerpréaion de l aueur es que, au fur e à mesure que le conexe se modifie, les aspiraions des agens évoluen, de sore que sur le long erme, les mesures agrégées de saisfacion resen sables. Mais aenion! Il es possible que l insrumen de mesure employé soi lui-même relaif e dépendan du conexe. Peu-êre aurai-on obenu un résula différen si on avai auorisé les agens, année après année, à élargir l échelle de saisfacion sur laquelle ils évaluen leur bien-êre, de manière à refléer l évoluion du l ensemble des possibles. Un double paradoxe 4 Source: World Daabase of Happiness. Valeur moyenne des réponses à la quesion: On he whole how saisfied are you wih he life you lead. Les réponses son codées de la manière suivane: (4) Very Saisfied, (3) Fairly Saisfied, (2) No Very Saisfied e (1) No a all Saisfied. Les quesions de saisfacion son irées de Eurobaromeer Survey. Graphique iré de Clark e al. (2006)

6 Le «paradoxe d Easerlin» es un paradoxe à plusieurs ires. Non seulemen parce qu il suggère que le revenu n accroî pas le bien êre, mais aussi parce que les courbes «plaes» qu il a mis en évidence son en conradicion avec d aures éudes fondées sur des données microéconomiques. Le recours à des indices agrégés de saisfacion, moyennes naionales ou poids des individus donnan elle ou elle réponse, es en effe délica. La composiion de la populaion peu se modifier au cours de la période éudiée, ainsi que les condiions de vie ; plusieurs explicaions son alors possibles pour expliquer le lien observé enre saisfacion agrégée e croissance. Pour sorir de cee équivalence observaionnelle, il es uile de recourir aux données microéconomiques. Les indices individuels de saisfacion éudiés en coupes ransversales son en effe plus faciles à inerpréer puisqu ils son évalués au sein du même conexe. Mieux encore, les données de panel permeen de prendre en compe les effes individuels e l évoluion du conexe économique. Les résulas obenus son alors ou à fai différens. Les éudes micro-économériques révèlen oues sysémaiquemen l influence posiive e primordiale du revenu (au même rang que la sané, le ravail ou le mariage) sur le bien-êre individuel. 1) Les régressions de la saisfacion sur le revenu, en coupes insananées, sur des échanillons de populaion représenaifs d un pays, révèlen une relaion posiive e significaive enre ces deux variables, aussi bien pour les pays développés (Blanchflower e Oswald, 2004, Shields e Price, 2005) que les pays en développemen (Graham e Peinao, 2002, Lelkes, 2006), même si la relaion es plus fore dans le cas de ces derniers. 2) Les ravaux récens sur la base de données de panel conduisen à la même conclusion: une hausse du revenu individuel enraîne une augmenaion du bien-êre subjecif (Winkelmann e Winkelmann, 1998, Ravallion e Lokshin, 2001, Ferrer-i-Carbonell e Frijers, 2004, Senik, 2004, Ferrer-i-Carbonell, 2005, Clark e al., 2005, Senik, 2007a). Un cerain nombre de ravaux on mis à profi des variaions exogènes du revenu de ceraines caégories de populaion afin d éablir la direcion de la causalié enre revenu e bien-êre (e.g. Gardner e Oswald, 2006; Frijers e al., 2004a, 2004b, 2006). Ici encore, l effe du revenu es plus imporan pour les pays en développemen. 3) Enfin, des analyses récenes fondées sur des comparaisons enre pays monren que le bienêre varie avec ceraines variables macroéconomiques elles que le niveau e la croissance du revenu naional (Di Tella e al., 2003, Helliwell, 2003, Alesina e al., 2004, Leigh e Wolfers, 2006). Ainsi, au vu des ravaux récens fondés sur des données plus précises que celles mobilisées par Easerlin, il semble ou de même que l argen fasse le bonheur. Commen réconcilier ces observaions avec les fais sylisés à la Easerlin? Deux inuiions simples De nombreux ravaux on essayé de rendre compe des raisons qui pouvaien conduire à au «paradoxe d Easerlin», raisons d ailleurs suggérées par l aueur lui-même. Deux ypes de phénomènes seraien à l œuvre derrière cee apparene indifférence des gens au revenu naional : l habiude e les comparaisons. Il s agi de deux inuiions simples : d une par, les gens s habiuen à un niveau de vie élevé, au sens où leur niveau d exigence s élève avec leur niveau de vie, si bien que leur saisfacion, qui résule de l écar enre revenu effecif e niveau d aspiraion, rese inchangée ; d aure par, la saisfacion que les gens reiren de leur revenu es esseniellemen relaive : l élévaion de mon revenu ne me saisfai que si elle es supérieure à celle des gens auxquels je me compare, mon «groupe de référence». En poussan cee dernière hypohèse jusqu à sa limie, si la croissance élevai les revenus de ous d une manière homogène, elle laisserai ou le monde indifféren ; en ou éa de cause, la croissance serai oujours un jeu à somme quasi-nulle.

7 Ces observaions meen l accen sur les ineracions direces enre les préférences des agens : comparaisons, adapaion. Dans les deux cas il s agi d inroduire des effes de seuil dans la relaion qui uni bien-êre e revenu. Les comparaisons renvoien au revenu de mon groupe de référence ; dans le cas de l adapaion, le seuil es consiué par mon propre niveau de revenu aein par le passé. Des effes puremen informaionnels Cependan, au-delà de ces effes de seuil, d aures chercheurs on plus récemmen mis en évidence des ineracions indireces, de naure informaionnelle, qui jouen dans le sens opposé. En admean que des phénomènes puremen cogniifs, des représenaions, puissen avoir un effe direc sur le bien-êre, ils formulen l hypohèse selon laquelle la perspecive même d une hausse de revenu fuur peu exercer un effe favorable sur le bien-êre des agens. Dans ce cadre, les effes de comparaisons peuven se rouver plus que compensés par les effes d anicipaion nourris par l observaion du revenu de mon groupe de référence. De même, l influence néfase de mon revenu passé peu êre compensée par l effe posiif de mes anicipaions de revenu fuur. Ce aricle présenera les ravaux empiriques qui on essayé de confirmer ou d invalider ces deux inerpréaions du paradoxe d Easerlin - comparaisons e adapaion ; il rendra égalemen compe des effes informaionnels qui on pu êre mis en évidence de manière empirique. Au oal, l effe ne de ces forces qui s exercen en sens opposé dépend, on le verra, du conexe économique, noammen des représenaions des agens concernan la mobilié qui caracérise la sociéé dans laquelle ils viven. Un roisième erme enre revenu individuel e saisfacion Les explicaions proposées pour rendre compe du paradoxe d Easerlin reposen sur une représenaion modifiée du lien enre revenu e saisfacion. Il s agi de «prendre au sérieux» l idée selon laquelle dans le revenu d une personne, il y a en quelque sore plusieurs élémens qui agissen de manière différene sur sa saisfacion, don la percepion passe par des canaux différens : d une par, un revenu qui ser de niveau de référence, e d aure par, la parie du revenu individuel qui s écare de cee norme. Ce niveau de référence es néfase à la saisfacion, il consiue en quelque sore un déflaeur de la saisfacion que l individu reire de son revenu. Ainsi, si l on représene par y le revenu individuel à l année, par y le revenu de référence à l année e par U la saisfacion individuelle à la même période, on peu écrire une relaion simple du ype ' U = β1ln( y) + β2ln( y / y) + Zγ (1) Où le veceur Z inclu les variables socio-démographiques (sexe, âge, ec.) e les caracérisiques de l emploi de l individu (s il ravaille). Il s agi alors d esimer de manière micro-économérique, à l aide de données individuelles, la relaion enre saisfacion, revenu de référence e revenu «résiduel», auremen di les coefficiens β 1 e β 2. On voi qu une quesion essenielle va êre de connaîre l imporance relaive du erme y / y par rappor à y, c es-à-dire de β 2 par rappor à β 1. Mais auparavan, la quesion es de savoir ce qui consiue la variable y. 2. Le pressoir de l adapaion Une première hypohèse es que cee norme, cee aune de comparaison y es consiuée par les revenus passés de l individu lui-même. Un erme anglais «hedonic readmill», (le pressoir de bonheur) désigne ce phénomène d adapaion, l effe néfase de l habiude. Les

8 individus s habiuen au niveau de vie auorisé par leur revenu, si bien que la saisfacion qu ils en reiren s esompe au bou de quelque emps. Les variaions de leur revenu ne donc peuven exercer qu un effe emporaire, le emps qu ils s y soien habiués. Ensuie, ils reviennen à leur niveau de saisfacion iniiale. Dans le cadre de l équaion (1), le niveau de référence y es alors défini par le revenu passé. Ainsi, si l individu compare son revenu acuel à la moyenne géomérique de son revenu des rois dernières années, on aura : U y y y i = β1ln( i ) + β2ln( i / ) y = ( y ) ( y ) ( y ) α γ 1 α γ i 1 i 2 i 3 U = β ln( y ) + β [ln( y ) αln( y ) γ ln( y ) (1 α γ)ln( y )] i 1 i 2 i i 1 i 2 i 3 Le bien-êre de l individu à la période dépend posiivemen de son revenu acuel y i, mais négaivemen de son revenu passé. Une implicaion direce de la dernière équaion es que l effe de cour erme d une augmenaion de revenu ( β 1+ β 2 ) sera plus imporan que l effe à long erme ( β 1). Dans le cas où β 1 =0 -soi pas d effe absolu du revenu- l effe d une augmenaion de revenu sur le bien-êre s annule au bou de rois ans. Malgré l imporane liéraure psychologique consacrée à l adapaion en général (voir Frederick e Loewensein, 1999), peu de ravaux poren sur l adapaion au revenu. L un des premiers aricles uilisan une base de données imporane afin de modéliser l adapaion au revenu es celui de Inglehar e Rabier (1986), qui fai appel aux données empilées Eurobaromère de dix pays de l Europe de l Oues enre 1973 e Les aueurs monren que la saisfacion moyenne dans la vie e le bonheur moyen par pays son ous deux indépendans du niveau de revenu naional insanané, mais son corrélés posiivemen avec une mesure d évoluion du revenu naional sur les douze derniers mois. Ce résula correspond au cas où β 1 =0 dans l équaion ci-dessus. A l aide de données de panel individuelles (Briish Household Panel Survey), Clark (1999) monre que la saisfacion au ravail des individus dépend uniquemen de l évoluion de leur revenu e non du niveau de ce dernier. Des résulas de même naure son obenus par Grund e Sliwka (2003) e Weinzierl (2005). Burchard (2005) affine ce résula en mean en évidence une adapaion plus fore aux augmenaions de revenu qu aux baisses de revenu. Au-delà des variables de saisfacion ou de bonheur, d aures approches procuren des résulas uiles. Ainsi les chercheurs de l école de Leyden (voir Van Praag, 1971, Hagenaars, 1986, Van de Sad e al., 1985, Plug, 1997) esimen-ils des «Welfare Funcion of Income» de manière indirece. Leur méhode consise à demander aux individus de définir eux-mêmes les niveaux de revenu qu ils jugen «excellen», «bon», «suffisan», ec. On peu ensuie calculer pour chaque individu une foncion lian niveau de revenu e bien-êre. On observe alors, en comparan les foncions des individus, que le niveau de revenu jugé nécessaire pour avoir un «bon niveau de vie» es d auan plus élevé que l individu es riche. Auremen di le niveau d exigence augmene avec le niveau de vie. Les chercheurs de Leyden esimen qu un individu qui connai une année une augmenaion de revenu de 100 dollars aura au bou de deux ans réévalué de 60 dollars le revenu nécessaire pour permere un «bon niveau de vie». Ce processus d adapaion au revenu, de «glissemen des préférences» (preference drif) condui donc à une évaporaion de 60% de l effe uile du revenu. D aures approches, des expériences de laboraoire noammen, on éé uilisées, souven en psychologie. Les expériences décries par Kahneman e Tversky (1979) esquissen une foncion d uilié dépendan esseniellemen non pas du niveau de richesse, mais pluô de l évoluion de la richesse. Les individus auraien un goû pour la croissance du revenu en an

9 que elle, indépendammen du niveau qui en résule. McBride (2006) décri une expérience asucieuse confirman le phénomène d adapaion en an qu évoluion des aspiraions. Chaque suje joue à pile ou face conre un ordinaeur. Le comporemen probabilise de l ordinaeur es connu : par exemple un ordinaeur choisira face 8 fois sur 10 e pile 2 fois sur 10. Les sujes exprimen leur saisfacion à la suie de chaque our de jeu. La manipulaion du comporemen de l ordinaeur perme d idenifier un effe des aenes sur la saisfacion. Chaque suje joue cinq fois. La meilleure sraégie conre un ordinaeur qui joue face 8 fois sur 10 es de oujours choisir face ; la récompense espérée es de quare cenimes. Si l ordinaeur joue face dans 65% des cas e pile dans 35% des cas, la meilleure sraégie es encore de oujours jouer face, mais cee fois-ci on n espère gagner que 3,25 cenimes. L analyse empirique de la saisfacion des joueurs monre que plus les sujes gagnen, plus ils son conens. Mais pour un gain donné, la saisfacion es plus grande quand l espérance éai moindre. Tou se passe donc comme si la saisfacion des individus éai relaive à leurs aenes. Un résula de même naure es obenu par Tobler e al. (2005) à l aide d une approche neurologique. Il s agi d une expérience sur des singes ; ces derniers son condiionnés à espérer différenes récompenses (jus de frui) en cas de succès dans l accomplissemen de ceraines âches. On observe que l acivié neuronale pour une récompense donnée es plus imporane chez les singes habiués à recevoir des quaniés moindres de jus de frui. 3. Les comparaisons sociales Un nombre croissan d éudes économériques inerprèen l équaion (1) en ermes de comparaisons aux aures. Le erme y recouvre alors le revenu d un groupe de gens supposés servir de référence, d aune de comparaison du revenu. Mais qui compose le groupe de référence? Afin d esimer l effe du revenu du groupe de référence sur le bien-êre, il fau en effe savoir commen mesurer y, c es-à-dire connaîre sa composiion. Pour l esseniel, la méhode adopée par les chercheurs consise non pas à demander direcemen aux individus inerrogés de définir leur groupe de référence, mais à former des hypohèses sur la composiion de ce groupe, puis à chercher une confirmaion de cee hypohèse dans les données, c es-à-dire dans la force du coefficien β2 esimé. Première hypohèse sur la composiion du groupe de référence : les pairs, c es-à-dire une définiion par les caracérisiques professionnelles (formaion, profession, branche, expérience, ec.). Le revenu y es alors défini comme le revenu moyen ou le revenu «ypique» des gens exerçan la même profession. De nombreux ravaux meen en évidence l effe négaif exercé par le revenu des pairs sur la saisfacion générale ou sur la saisfacion au ravail ; cions ainsi Cappelli e Sherer (1988), Clark e Oswald (1996), Brown e al. (2006). D aures aueurs vérifien l effe négaif du revenu moyen «local» ; y revê alors une significaion géographique : il es mesuré comme le revenu moyen des habians d un quarier (Lumer, 2005), d une région (Ferrer-i-Carbonell, 2005) ou d un Ea (Blanchflower e Oswald, 2004). Toues choses égales par ailleurs, la saisfacion des gens es plus faible lorsque leurs voisins gagnen davanage. Au lieu d imaginer y comme le revenu d un vase groupe, on peu imaginer des groupes de référence beaucoup plus réduis, composés de personnes que l individu voi souven au cours de sa vie quoidienne : famille, amis. Clark (1996) dévoile ainsi une corrélaion négaive enre la saisfacion au ravail e le salaire du conjoin. Cee relaion négaive vau aussi bien pour

10 les hommes que pour les femmes ; elle es d auan plus fore que le conjoin gagne plus que la personne inerrogée. L économie expérimenale fourni ici encore des résulas inéressans. De manière générale, les joueurs se monren sensibles aux écars de revenus. Les sujes des expériences de Zizzo e Oswald (2001) son prês à dépenser une parie de leurs propres gains afin de déruire les gains des aures paricipans. Le joueur moyen se voi «brûler» la moiié de ses gains, e les «riches» (ceux qui on gagné le plus) se rouven brûlés plus que les pauvres. De els résulas expérimenaux son cohérens avec un processus de comparaison de gains enre joueurs. Les enquêes procèden parfois par présenaion de «vignees» aux personnes inerrogées. Dans les enquêes de Alpizar e al. (2005), Johannsson-Senman e al. (2002) ou Solnick e Hemenway (1998), on demande aux individus de choisir enre des siuaions hypohéiques. Ainsi, Solnick e Hemenway demanden aux individus de choisir enre les deux siuaions A e B suivanes : A : Vore revenu annuel es de $50,000 ; les aures gagnen $25,000. B : Vore revenu annuel es de $100,000 ; les aures gagnen $200,000. On insise sur le fai que les prix des biens son les mêmes dans les deux siuaions e que le revenu des aures fai référence au revenu moyen des aures individus dans l économie. Il se rouve oujours des enquêés qui choisissen la siuaion A, preuve d un arbirage enre revenu absolu e revenu relaif. Enfin, des analyses physiologiques e neurologiques commencen à confirmer l imporance du sau relaif. Une série d éudes sur les singes a démonré que le sress éai foncion du sau dans le groupe 5. L acivié neuronale semble êre relaive, dans le sens où une récompense es évaluée par rappor à d aures récompenses poenielles (Cromwell e al, 2005). De la même façon, les éudes neurologiques sur les paris observen que l acivié neuronale suie à un gain es foncion du monan que l individu aurai pu gagner. Ean donné l inérê que cerains économises poren à la recherche neurologique, nous sommes cerains de voir bienô paraîre des éudes sur la corrélaion enre mesures neurologiques e revenu relaif. Comme nous l avons souligné, il es rare de disposer de définiion par les enquêés de leur groupe de référence. Melenberg (1992) consiue une excepion en exploian une enquêe dans laquelle les individus désignen les gens avec lesquels ils ineragissen souven ( y ) e indiquen leur niveau de saisfacion, ce qui perme de calculer l effe du revenu de ce groupe sur la saisfacion. Dans un aricle récen, Senik (2007b) exploie une enquêe réalisée par la BERD en 2006 sur 29 pays en Transiion, comprenan des quesions de comparaison explicies. Elle monre sur les comparaisons locales (comparaisons aux parens, aux anciens collègues e aux camarades de classe) exercen un effe significaif sur la saisfacion générale des enquêés. Ces comparaisons à des groupes bien définis son plus puissanes que les comparaisons générales elles que le classemen subjecif sur une échelle sociale. Mais l aune de comparaison la plus perinene se révèle êre l évoluion du niveau de vie des gens par rappor à leur siuaion passée. Il es noable que les comparaisons s exercen de manière asymérique: l effe le plus significaif, e négaif, vien du senimen de vivre moins bien qu avan 1989, d avoir moins bien réussi que les anciens camarades de classe ou que les anciens collègues. 5 Voir Frank (1999), pp Il exise une liéraure imporane sur la sané e le sau: voir Marmo (2004) e Cherkas e al. (2006), par exemple. En ermes de comparaisons, la recherche sur la suicide a monré que celle-ci es corrélée au revenu relaif (Daly e Wilson, 2005).

11 Ainsi, derrière le erme y, il fau bien voir à la fois aurui e ma propre siuaion passée. De plus, le coefficien β 2 es cerainemen différen selon que mon revenu absolu y es plus élevé ou plus faible que y. 4. Conscience e bonheur Les deux secions précédenes on présené quelques illusraions de l effe négaif du passé e des groupes de comparaison sur le bénéfice que les individus reiren de leur revenu. Mais il ne s agi là d une parie du ableau ; à côé de ces effes direcs qui agissen effecivemen comme des «déflaeurs» de la saisfacion, d aures effes indirecs, de naure informaionnelle son de naure à jouer en sens opposé. Ainsi, si l on adme que des représenaions, des anicipaions, peuven exercer des effes sur le bien-êre des agens, généran une sore d uilié «anicipée» (anicipaory feelings) selon la erminologie de Caplin e Leahy (2001), alors une nouvelle source de bien-êre se dévoile, de naure à conrecarrer cerains des effes mis en évidence précédemmen. Le revenu d aurui, ou mon propre revenu passé, peuven en effe servir de fondemen à la formaion d anicipaions posiive dans la mesure ou ils permeen d augurer une progression personnelle. Il se peu alors qu ils exercen un effe posiif -e non plus négaif- sur mon bien-êre. 4.1 Aurui comme source d informaion Dans un aricle célèbre, l économise Alfred Hirschman (1973) a suggéré qu un individu pouvai reirer une saisfacion posiive de la simple observaion de l enrichissemen d aurui, de même qu un auomobilise, pris dans un emboueillage au sein d un unnel, se réjoui de voir soudain l aure file de voiures progresser vers la sorie du unnel s il y voi un signe annonciaeur de sa propre sorie. On parle donc d «effe unnel» lorsque, dans un conexe d inceriude e de manque de visibilié, l observaion du sor d aurui compore un conenu informaionnel si imporan qu il domine l effe de privaion relaive e d envie. Il es possible, on le voi, d inerpréer l écar enre mon revenu e celui de mon groupe de référence de deux manières différenes, chacune exerçan des effes radicalemen opposées sur mon bien-êre : l effe direc de comparaison rédui mon bien-êre à mesure que le revenu de comparaison s accroî, andis que l effe indirec de naure cogniive associe un surplus de bien êre à l observaion de l accroissemen du revenu d aurui que je considère comme une source d informaion sur mes propres perspecives. Cee remarque perme de reconsidérer le lien enre comparaisons sociales e bien-êre. Le revenu de mon groupe de référence exercerai des effes sur mon bien-êre via deux canaux poeniels e non plus un seul. Les deux canaux jouan en sens opposés, la quesion devien alors de savoir lequel l empore sur l aure e dans quelles circonsances. On peu alors réécrire l expression de la saisfacion de manière à laisser ouvere la possibilié d un effe posiif de y : U = β 1 ln( y ) + β 2 ln( y ) β 2 = U/ y = ( U/ A. A/ y ) + V 3 (1 ) Le premier erme de l équaion (1 ) es posiif e représene l effe du revenu de référence y sur les anicipaions (A) ; le erme V 3 représene l effe direc, supposé négaif, de la norme y sur l uilié individuelle. Ainsi l effe ne du revenu de référence y, es-il a priori indéerminé; il dépend de l imporance relaive des effes d informaion e de privaion relaive. L esimaion économérique de β 2 consiue une évaluaion de cee imporance relaive.

12 De fai, une série de ravaux a mis en évidence un effe ne significaivemen posiif du revenu d aurui sur la saisfacion individuelle dans cerains pays. Senik (2004), reenan une inerpréaion professionnelle du groupe de référence, i.e. le groupe d individus paragean les mêmes caracérisiques producives, monre que l effe unnel es dominan en Russie, puis généralise ce résula à un ensemble de pays en Transiion : Russie, Pologne, Hongrie, Pays- Bales (Senik, 2007a). Elle observe égalemen que l effe informaionnel es dominan aux Eas-Unis. Elle inerprèe ces résulas à la lumière du degré de mobilié e d inceriude perçu par les agens. L effe négaif du revenu d aurui, l effe des «comparaisons» l empore dans les pays de la «vieille Europe» marqués par une plus grande rigidié sociale, andis que l effe informaionnel l empore dans les pays de la «nouvelle Europe» ainsi qu aux Eas- Unis, où règne une plus fore mobilié des revenus. Dans le même espri que Senik, Kalbarczyk (2006) observe un effe unnel en Pologne. Elle monre aussi que l effe posiif du revenu d aurui n exise que pour le niveau du revenu individuel, le revenu du ménage ne jouan apparemmen pas le même rôle informaionnel. Ce résula es à rapprocher de celui de Knigh and Song (2006) qui monren qu en Chine, si les habians d un village se comparen bel e bien aux aures membres du village (la quesion leur es posée direcemen), le revenu moyen du village es une source d accroissemen e non de réducion de leur bien-êre. Alesina, di Tella e MacCulloch (2004) avaien suggéré que la percepion des inégaliés de revenu différai de par e d aure de l Alanique. Il semble que l ancien rideau de fer consiue égalemen une fronière de clivage des percepions e que plus généralemen, la fronière enre pays anciennemen développés e pays en développemen rapide soi perinene pour ce qui es de la percepion du revenu d aurui. Il ne s agi pas d une fronière géographique ; c es pluô la mobilié perçue par les habians qui pourrai êre à l origine de ces hiaus : faible mobilié e faible inceriude dans le cas de la vieille Europe, fore mobilié aux Eas-Unis, fore inceriude dans la nouvelle Europe ou encore la Chine. Ceres, mobilié e inceriude ne son pas synonymes. Cependan, les deux son de naure à accroîre la valeur de l informaion permean aux agens de former des anicipaions. Au-delà de cee variabilié géographique, cerains aueurs on mis en évidence un effe de signal à la Hirschman au sein des enreprises. Clark, Krisensen e Wesergård-Nielsen (2007) monren qu au Danemark la saisfacion au ravail (job saisfacion) augmene avec le salaire des collègues au sein de la même firme, surou dans les grandes enreprises. Brown e al. (2006) observen égalemen qu au Royaume-Uni, la saisfacion relaive au salaire (pay saisfacion) es posiivemen corrélée au salaire moyen dans la firme. Enfin, Panos e Theodossiou (2007) monren que, dans les enreprises brianniques, l effe cogniif de la rémunéraion des pairs domine les comparaisons sociales (du poin de vue de la saisfacion au ravail) pour les employés qui se rouven dans les siuaions financières les plus difficiles. Ce ensemble de ravaux consiue le pendan des nombreuses éudes empiriques consacrées à la mise en évidence des effes de comparaison. Ils rappellen qu au-delà des comparaisons e des senimens de privaion relaive, d aures ineracions sociales peuven jouer lorsque le conexe es propice, e qu il ne fau pas jeer la croissance avec l eau des dysfoncionnemens évenuels de l économie. 4.2 Bonheur e avenir De même que les effes de comparaison à aurui peuven êre conrecarrés par des effes cogniifs à la Hirschman, de même, concernan l évoluion de mon propre revenu dans le emps, des effes d anicipaion peuven compenser les effes de seuil créés par le phénomène d adapaion. Le paradoxe d Easerlin repose en grande parie sur l adapaion, c es-à-dire l influence de la consommaion passée sur le bien-êre couran. Maerial aspiraions increase

13 commensuraely wih income, and as a resul, one ges no nearer o or farher away from he aainmen of one s maerial goals, and well-being is unchanged 6. Si les aspiraions passées semblen jouer un rôle néfase sur la saisfacion, qu en es-il anicipaions de revenus fuurs? Empiriquemen, la mise en évidence de l effe des anicipaions sur le bien-êre es le plus souven le fai d éudes de errain ou d expériences (Loewensein e Sicherman, 1991, Loewensein e Prelec, 1991, Loewensein, Read e Baumeiser, 2003, Brocas e Carillo, 2003, 2004, Camerer, Loewensein e Rabin, 2004). L une des expériences les plus inuiives de Loewensein 1993 consise à offrir aux sujes deux dîners, l un dans un rès excellen resauran français e l aure dans un resauran à bas prix. Les sujes peuven choisir dans quel ordre ils fon usage de ces cadeaux. La plupar choisissen de réserver le dîner dans le resauran le plus chic pour plus ard. Les aueurs y voien le signe d un comporemen de «savouring» consisan à prolonger la période de délecaion anicipée d un événemen plaisan. Dans un aricle souven cié, Frank and Huchens (1993) monren que les conduceurs des compagnies de bus e d avion américaines connaissen des profils de salaires croissans dans le emps qui ne s expliquen pas par la croissance de leur producivié, mais qu il fau rapporer à la pure préférence de ces salariés pour des profils de consommaion croissans dans le emps. Cee hypohèse se rouve conforé par les ravaux de Senik (2006) qui monre à l aide de données de panel russes que, oues choses égales par ailleurs, aniciper une amélioraion financière es un moif de saisfacion (life saisfacion) en soi, indépendammen des effes de consommaion associés. Aure ravail fondé sur des échanillons représenaifs, Van Praag and Ferrer-i-Carbonell (2004) consacren un chapire de leur ouvrage à The Impac of Pas and Fuure on Saisfacion. A l aide d enquêes auprès des ménages, ils meen en évidence le fai que les revenus fuurs espérés ou comme les revenus passés influencen la saisfacion courane. Enfin, dans le cadre du nouveau couran de recherche en neuro-économie des aueurs on récemmen mis en évidence les effes de anicipaions sur l acivié cérébrale, à l aide d images obenues par résonnance magnéique (Camerer e al., 2004, Camerer e al., 2005, Loewensein, 2006). Ainsi, lorsque le revenu d aurui y ser de suppor aux anicipaions des agens, c es-à-dire à des représenaions du fuur, son impac sur le bien-êre es posiif e non plus négaif. Cela condui à nuancer le reje de la croissance qui découlai du paradoxe d Easerlin. En pariculier, e de manière évidene, s il es vrai, comme l on suggéré de nombreux ravaux d économises e de psychologues, que les individus on un goû pour un profil de revenu e de consommaion croissan dans le emps, la croissance ne semble plus un objecif dérisoire. Une dernière éape à franchir afin de boucler l analyse de l influence du passé e de l avenir sur la saisfacion courane, serai de vérifier empiriquemen l idée inuiive selon laquelle les expériences passées influencen les représenaions de l avenir. Ce phénomène compenserai alors pariellemen le rôle négaif des revenus passés sur la saisfacion irée du revenu couran. 5. Conclusion Cee rapide e parielle revue de la liéraure a illusré deux ypes d ineracions sociales : ineracions direces du ype comparaisons e adapaion versus ineracions indireces elles que apprenissage informaionnel e anicipaions. Le poids respecif de ces deux ypes d ineracions dépend du conexe économique dans lequel elles se déroulen, noammen du 6 Easerlin, R. (2003).

14 degré d inceriude e de mobilié dans l économie. Des effes informaionnels on égalemen éé mis en évidence à l inérieur même des enreprises. L absence éonnane d effe de la croissance sur le bien-êre moyen semble dissimuler des forces conradicoires. Une hausse du revenu es suscepible de provoquer plusieurs ypes d effe : l effe éviden de la hausse de la consommaion en an que elle, des effes favorables de ype informaionnel (anicipaions) e des effes négaifs els que les comparaisons e l adapaion. Ces rois forces se compensen parfois, mais pas oujours : il arrive que les effes informaionnels soien les plus puissans. Pour parodier la formule d Easerlin, non seulemen mon bien-êre s accroî avec mon revenu, mais il peu même, dans ceraines condiions, augmener lorsque d aures s enrichissen Or, si les comparaisons sociales remeen en cause la perinence de la croissance en an qu objecif social e en an que mesure du bien-êre e du développemen, l effe informaionnel, lui, plaide au conraire en faveur de la croissance. La mesure du poids respecif de ces effes présene donc un suje d inérê pour la poliique économique. Finalemen, ce ensemble de ravaux monre que les individus évaluen leur siuaion à l aune de leurs aspiraions. Ces aspiraions peuven les rendre heureux ou malheureux selon qu elles son hors d aeine ou réalisables. Dans un monde d informaion, les aspiraions son une source de bien-êre ; dans un monde de comparaison, elles son déléères. Pour auan, cela ne doi pas, selon nous, conduire à une vision relaivise présenan comme équivalens deux «équilibres»: l un sans mobilié où il serai souhaiable de réduire les différences de revenu, e l aure, rès mobile e compaible avec davanage de différences: le monde d Hirschman es un monde plus heureux que celui d Easerlin, le lien enre anicipaions e bien-êre le prouve. La poliique économique devrai donc s aacher à créer les condiions d un monde à la Hirschman en façonnan des insiuions propices à la mobilié sociale.

15 Bibliographie Alesina, A., Di Tella, R. e MacCulloch, R. (2004). Inequaliy and happiness: Are Europeans and Americans differen?. Journal of Public Economics, 88, Alpizar, F., Carlsson, F. e Johansson-Senman, O. (2005). "How much do we care abou absolue versus relaive income and consumpion?". Journal of Economic Behavior and Organizaion, 56, Blanchflower, D.G. e Oswald, A.J. (2004). Well-being over ime in Briain and he USA. Journal of Public Economics, 88, Brocas I. and Carillo J. (eds.) (2003). The Psychology of Economics Decisions. Volume 1 : Raionaliy and Well-Being, Oxford: Oxford Universiy Press. Brocas I. and Carillo J., (eds.) (2004). The Psychology of Economics Decisions. Volume 2: Reasons and Choices, Oxford: Oxford Universiy Press. Brown, G., Gardner, J., Oswald, A.J. e Qian, J. (2006). "Does Wage Rank Affec Employees' Wellbeing?". Universiy of Warwick, mimeo. Burchard, T. (2005). "Are One Man's Rags Anoher Man's Riches? Idenifying Adapive Preferences Using Panel Daa". Social Indicaors Research, 74, Camerer C., Loewensein G. and Prelec D. (2005). Neuroeconomics: How Neuroscience Can Inform Economics, Journal of Economic Lieraure, Vol. XLIII, Camerer C., Loewensein G. and Rabin M., (eds.) (2004). Advances in Behavioral Economics, Princeon Universiy Press and Russell Sage Foundaion. Caplin, A. e Leahy J. (2001), Psychological Expeced Uiliy and Anicipaory Feelings, Quarerly Journal of Economics, 116, Cappelli, P. e Sherer, P.D. (1988). "Saisfacion, Marke Wages and Labour Relaions: An Airline Sudy". Indusrial Relaions, 27, Cherkas, L., Aviv, A., Valdes, A., Hunkin, J., Gardner, J., Surdulescu, G., Kimura, M. e Specor, T. (2006). "The effecs of social saus on biological aging as measured by whieblood-cell elomere lengh.". Aging Cell, 5, Clark, A.E. (1996). "L'uilié es-elle relaive? Analyse à l'aide de données sur les ménages". Economie e Prévision, 121, Clark, A.E. (1999). "Are Wages Habi-Forming? Evidence from Micro Daa". Journal of Economic Behavior and Organizaion, 39, Clark, A.E. e Oswald, A.J. (1996). "Saisfacion and Comparison Income". Journal of Public Economics, 61, Clark, A.E., Eilé, F., Posel-Vinay, F., Senik, C., e Van der Sraeen, K. (2005). Heerogeneiy in repored well-being: Evidence from welve European counries. Economic Journal, 115, C118-C132.

16 Clark, A.E., Frijers, P. e Shields, M. (2006). "Income and Happiness: Evidence, Explanaions and Economic Implicaions". PSE Discussion Paper Clark, A.E., Krisensen, N. e Wesergård-Nielsen, N. (2006). "Job Saisfacion and Coworker Wages: Saus or Signal?". PSE, mimeo. Cooper B., Garcia-Peñalosa C. e Funk P., 2001, Saus effecs e negaive uiliy growh, Economic Journal, 111, Corneo G. e Jeanne O., 1997, On he relaive wealh effecs e he opimaliy of growh, Economics Leers, 54, Cromwell, H., Hassani, O. e Schulz, W. (2005). "Relaive reward processing in primae sriaum". Experimenal Brain Research, 162, Daly, M. e Wilson, D. (2006). "Keeping up wih he Joneses and Saying Ahead of he Smihs. Evidence from Suicide Daa". Federal Reserve Bank of San Francisco, Working Paper Di Tella, R. e MacCulloch, R. (2006). Some uses of happiness daa in economics. Journal of Economic Perspecives, 20, Di Tella, R. MacCulloch, R. e Oswald, A.J. (2003). The macroeconomics of happiness. Review of Economics and Saisics, 85, Easerlin R., 1974, «Does Economic Growh Improve he Human Lo? Some Empirical Evidence», in P.A. David e M.W. Reder, eds, Naions e Households in Economic Growh, p , New-York, Academic Press. Easerlin R., 2001, «Income e Happiness : Towards a Unified Theory», The Economic Journal, 111, Easerlin, R. (2003), Explaining Happiness, PNAS, 100(19), (www.pnas.org/cgi/doi/pnas ) Ferrer-i-Carbonell, A. (2005). Income and well-being: An empirical analysis of he comparison income effec. Journal of Public Economics, 89, Ferrer-i-Carbonnell A. e Frijers P. (2004). How Imporan is Mehodology for he Esimaes of he Deerminans of Happiness?, Economic Journal, 114, Frank, R.H. (1999). "Luxury Fever". New York: The Free Press. Frank, R.H. e Huchens, R.M. (1993). "Wages, Senioriy, and he Demand for Rising Consumpion Profiles". Journal of Economic Behavior and Organizaion, 21, Frederick, S. e Loewensein, G. (1999). "Hedonic Adapaion". In D. Kahneman, E. Diener e N. Schwarz (Eds.), Well-being: The foundaions of hedonic psychology. New York: Russell Sage Foundaion. Frey, B.S. e Suzer, A. (2002). Wha can economiss learn from happiness research? Journal of Economic Lieraure, 40,

17 Frijers, P., Geishecker, I., Shields, M.A. e Haisken-DeNew, J.P. (2006). Can he large swings in Russian life saisfacion be explained by ups and downs in real incomes? Scandinavian Journal of Economics, 108, Frijers, P., Shields, M.A., e Haisken-DeNew, J.P. (2004a). Money does maer! Evidence from increasing real incomes in Eas Germany following reunificaion. American Economic Review, 94, Frijers, P., Shields, M.A., e Haisken-DeNew, J.P. (2004b). Changes in he paern and deerminans of life saisfacion in Germany following reunificaion. Journal of Human Resources, 39, Gardner, J. e Oswald, A.J. (2007). "Money and Menal Wellbeing: A Longiudinal Sudy of Medium-Sized Loery Wins". Journal of Healh Economics, 26, Graham, C. e Peinao, S. (2002). Happiness and Hardship: Opporuniy and Insecuriy in New Marke Economies. Washingon, D.C.: The Brookings Insiuion Press. Grund, C. e Sliwka, D. (2003). ""The Furher We Srech he Higher he Sky" - On he Impac of Wage Increases on Job Saisfacion". Universiy of Bonn, Bonn Econ Discussion Paper Hagenaars, A.J. (1986). "The Percepion of Povery". Amserdam: Norh-Holland. Helliwell, J.F., (2003). How s life? Combining individual and naional variables o explain subjecive well-being. Economic Modelling, 20, Hirschman, A. e Rohschild, M. (1973). "The Changing Tolerance for Income Inequaliy in he Course of Economic Developmen". Quarerly Journal of Economics, 87, Inglehar, R. e Rabier, J.R. (1986). "Aspiraions Adap o Siuaions - Bu Why Are he Belgians so Much Happier han he French? A Cross-Culural Analysis of he Subjecive Qualiy of Life". In F.M. Andrews (Ed.), Research on he Qualiy of Life. Ann Arbor: Insiue for Social Research Universiy of Michigan. Johannsson-Senman, O., Carlsson, F. e Daruvala, D. (2002). "Measuring Fuure Grandparens' Preferences for Equaliy and Relaive Sanding". Economic Journal, 112, Kahneman, D. e Krueger, A.B. (2006). Developmens in he measuremen of subjecive wellbeing. Journal of Economic Perspecives, 22, Kahneman, D. e Tversky, A. (1979). "Prospec Theory: An Analysis of Decision Under Risk". Economerica, 47, Kahneman, D., Krueger, A., Schkade, D., Schwarz, N. e Sone, A. (2004). "Toward Naional Well-Being Accouns". American Economic Review, 94, Kalbarczyk M., (2006). Income and Saisfacion: Panel Daa Analysis for Poland and England, Warsaw Universiy, Faculy of Economic Science.

18 Knigh, J. e Song, L. (2006). "Subjecive Well-being and is Deerminans in Rural China". Universiy of Noingham, mimeo. Leigh, A. e Wolfers, J. (2006). Happiness and he Human Developmen Index: Ausralia Is No a Paradox. Ausralian Economic Review, 59, Lelkes, O. (2006). Tasing freedom: Happiness, religion and economic ransiion. Journal of Economic Behavior and Organizaion, 59, Loewensein G. (2006) The Pleasures and Pains of Informaion, Science 312, Loewensein G. and Prelec D. (1991) Negaive Time Preferences, American Economic Review, Papers and Proceedings, 82, Loewensein G. e Sicherman N. (1991). Do Workers Prefer Increasing Wage Profiles?, Journal of Labor Economics, 9, Loewensein G., Read D. e Baumeiser R., (eds.), (2003), Time and Decision, Russell Sage Foundaion. Loewensein, G. and Prelec D. (1993). Preferences for Sequences of Oucomes. Psychological Review, 100(1): Lumer, E. (2005). "Neighbors as Negaives: Relaive Earnings and Well-Being". Quarerly Journal of Economics, 120, Marmo, M. (2004). Saus Syndrome. London: Bloomsbury. McBride, M. (2006). "An Experimenal Sudy of Happiness and Aspiraion Formaion". Universiy of California-Irvine, Mimeo. Melenberg, B. (1992). "Micro-economeric Models of Consumer Behaviour and Welfare". Tilburg Universiy, mimeo. Panos, G. e Theodossiou, I. (2006). "Earnings Aspiraions and Job Saisfacion: The Affecive and Cogniive Impac of Earnings Comparisons". Universiy of Aberdeen, mimeo. Plug, E. (1997). Leyden Welfare and Beyond: Thesis publishers. Ravallion, M. e Lokshin, M. (2001). "Idenifying Welfare Effecs from Subjecive Quesions". Economica, 68, Senik C., (2004), When Informaion Dominaes Comparison. Learning from Russian Subjecive Panel Daa, Journal of Public Economics, 88 (9-10), Senik C., (2007a), Ambiion and Jealousy. Income Ineracions in he "Old" Europe versus he "New" Europe and he Unied Saes, Economica, forhcoming. Senik C., (2007b), Social Norms. Who do People Really Compare Themselves o?, PSE mimeo.

19 Shields, M.A. and Whealey Price, S. (2005). Exploring he economic and social deerminans of psychological well-being and perceived social suppor in England. Journal of he Royal Saisical Sociey, Series A, 168, Solnick, S. e Hemenway, D. (2005). "Are Posiional Concerns Sronger in Some Domains han in Ohers?". American Economic Review, 95, Tobler, P., Fiorillo, C. e Schulz, W. (2005). "Adapive Coding of Reward Value by Dopamine Neurons". Science, 307, Van de Sad, H., Kapeyn, A. e Van de Geer, S. (1985). "The Relaiviy of Uiliy: Evidence from Panel Daa". Review of Economics and Saisics, 67, Van Praag, B. e Ferrer-i-Carbonell, A. (2004). Happiness Quanified. Oxford: Oxford Universiy Press. van Praag, B.M. (1971). "The Welfare Funcion of Income in Belgium: An Empirical Invesigaion". European Economic Review, 2, Van Praag, B.M. (1991). "Ordinal and Cardinal Uiliy". Journal of Economerics, 50, Weinzierl, M. (2005). "Esimaing a Relaive Uiliy Funcion". Harvard Universiy, mimeo. Winkelmann, L. e Winkelmann, R. (1998). Why are he unemployed so unhappy? Evidence from panel daa. Economica, 65, Zizzo, D.J. e Oswald, A.J. (2001). "Are People Willing o Pay o Reduce Ohers' Incomes?". Annales d'economie e de Saisique, 63-64,

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

Commerce électronique et dynamique des prix : une application à la vente en ligne de CD

Commerce électronique et dynamique des prix : une application à la vente en ligne de CD Commerce élecronique e dynamique des prix : une applicaion à la vene en ligne de CD Sophie Larribeau (CREREG, THEMA, Rennes 1) e Thierry PENARD (CREREG, Rennes 1) Mai 2001 Résumé : En France, le commerce

Plus en détail

Charlemagne Babatoundé IGUE *

Charlemagne Babatoundé IGUE * Aide Publique au Développemen, Dépenses Sociales e Croissance Pro-pauvre au Bénin Charlemagne Babaoundé IGUE * FASEG / Universié d Abomey-Calavi (BENIN). 01 BP 6365, Coonou. E-mail : charlyigue@yahoo.fr

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Un Cadre Probabiliste pour l Optimisation des Systèmes de Dialogue

Un Cadre Probabiliste pour l Optimisation des Systèmes de Dialogue SETIT 2007 4 rh Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 25-29, 2007 TUNISIA Un Cadre robabilise pour l Opimisaion des Sysèmes de Dialogue Olivier

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail