FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande"

Transcription

1 Vieillir et s épanouir en Pays de Redon AIDER UN PROCHE ÂGÉ Charteterritoriale En France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche âgé. La présence d un aidant constitue souvent une condition indispensable au maintien à domicile. De la réalisation de tâches quotidiennes à la présence rassurante et chaleureuse, les rôles des aidants sont très divers. Leur fonction cependant peut se révéler éprouvante et porter atteinte à leur santé physique et psychique. Comment aider les aidants? L ENTOURAGEFORTEMENTMOBILISÉ En 2008, en France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche de 60 ans ou plus, à domicile, dans les tâches de la vie quotidienne 1 : les aidants sont âgés en moyenne de 59 ans, 53 % sont des femmes, pour la moitié, il s agit des enfants de la personne âgée, un tiers d entre eux est le conjoint de la personne âgée, les autres aidants sont d autres membres soit de la famille (frères, sœurs ), soit de l entourage (amis, voisins ). l expression «aidants informels» désigne les proches (famille, voisins, amis) et les distingue des «aidants formels» (professionnels). la formule «aidants familiaux» reflète la grande majorité des aidants non professionnels que sont les membres de la famille à proprement parler. les expressions «aidants familiers», «proches», «de l entourage», permettent d insister sur la proximité des aidants (famille, voisins, amis) avec la personne aidée et sur la régularité de l aide apportée. FOCUS définition Valérie Luquet, chargée d études au CLEIRPPA, propose de retenir la défi nition suivante des «aidants familiers» : «les personnes qui aident régulièrement des membres de leur entourage, dépendants (du fait d un handicap, de leur âge avancé, d une maladie ou d un accident) pour les actes de la vie quotidienne». LESDIFFÉRENTESNOTIONSD AIDANTS Valérie Luquet 2, chargée d études au CLEIRPPA détaille ainsi les différentes expressions utilisées au sujet des aidants : les «aidants naturels» sont les aidants familiaux ayant obligation de soutenir les membres de leur famille de par l obligation alimentaire inscrite au code civil, Note : 1 DRESS, ETUDES et RESULTATS, n 799 mars 2012, Aider un proche âgé à domicile : la charge ressentie. 2 CLEIRPPA : Centre de Liaison, d Etudes d Information et de Recherche sur les Problèmes des Personnes Agées. Valérie Luquet, Les aidants et l aide aux aidants, 2011

2 Aider un proche âgé Les expressions désignant les aidants, citées cidessus, sont surtout utilisées par les professionnels. Ceux qui aident une personne de leur entourage se désignent avant tout comme «la fille», «le conjoint», «le voisin» de la personne qu ils aident. UNLEVIERÉCONOMIQUE La possibilité de soutenir le choix des personnes âgées de rester à domicile après la survenue de la dépendance repose en grande partie sur la présence d un aidant proche pour les actes de la vie quotidienne. Les aidants représentent ainsi une ressource économique majeure dans la prise en charge de la dépendance. En France, cette fonction d aide, réalisée gratuitement, a une valeur économique estimée à près de 7 milliards d euros 3. soutenus» eux-mêmes par d autres membres de leur famille, des voisins ou des amis. L accompagnement est très récent pour certains. Pour d autres, il est installé depuis longtemps «dans le prolongement de leur fonction d époux (ses)» ou de parents. La majorité (16) habite avec la personne aidée, les autres sont très proches (moins de 5kms), un seul est éloigné (100 kms). SOUTENIRLESAIDANTS L activité d aide a des conséquences sur le quotidien, la vie sociale, l activité professionnelle des aidants. La fonction d aidant peut engendrer un sentiment de «charge», basé sur deux types de fatigues ressenties, physique et morale. La «charge» ressentie est synonyme de fatigue et de dépression 4 : 83% des aidants qui ressentent une charge lourde évoquent le sentiment de solitude. 56 % disent que l activité d aide affecte leur santé. SURLESCANTONSDEGUÉMENÉET DESAINT-NICOLAS-DE-REDON Des aidants interrogés sur les cantons de Guémené et de Saint-Nicolas-de-Redon ont exprimé leurs besoins et attentes en termes de soutien : leprofildespersonnesinterrogées: 22 aidants familiaux se sont exprimés 5 : il s agit pour la plupart de conjoint(e)s (12) mais aussi d enfants s occupant d un de leurs parents (6), de maman pour leurs enfants handicapés (1), de sœur (1), de grand-mère (1) et de voisine (1). Ces aidants sont dans la plupart des cas «aidés, Christophe Bidaud - Etang Aumée L aide aux aidants Engagés dans une relation d aide auprès d un proche depuis longtemps et de manière progressive, les aidants n imaginent que rarement demander de l aide pour eux-mêmes. Il existe pourtant des acteurs qui mettent en place des actions dites «d aide aux aidants», répondant à des attentes et des besoins identifiés. 2 Note : 3 Société et vieillissement, Rapport du groupe n 1, IGAS juin DRESS, ETUDES et RESULTATS, n 799 mars 2012, Aider un proche âgé à domicile : la charge ressentie. 5 Enquête réalisée en 2011 dans le cadre d une démarche pilotée par la MSA Loire-Atlantique - Vendée jusqu en Les acteurs engagés dans

3 Charteterritoriale lesdifférentesactivitésd aidesapportées La diversité des activités d aide accomplies par les aidants interrogés est fortement soulignée. Elle est un facteur important de la «charge» ressentie et de la fragilisation des personnes aidantes : repas (17), administratif (17), accompagnement pour les sorties ou les rendez-vous (17), ménage (15 ) relationnel -présence, soutien, écoute (13) activités diverses / occupationnel (9) toilette (9), lever / coucher / soins (8) prise de médicaments (1) Parmi les aidants rencontrés, certains (6) sont aussi aidants pour d autres : enfants, petits-enfants, entourage. Parolesd aidants L aide à un proche dépendant est un devoir moral et social souvent lié à une volonté de ne pas voir entrer son parent ou son conjoint en maison de retraite : «C est un choix, c est normal d accompagner notre père, on ira jusqu au bout pour qu il n entre jamais en maison de retraite». «Je vivrais mal que ma femme entre en maison de retraite. Je sais qu elle se laisserait mourir et qu elle accepterait difficilement que quelqu un d autre l aide». «C est un devoir même s il nous faut renoncer à nos loisirs ou nos sorties». «Je fais le maximum car c est mon épouse». «Aider mon mari, c est mon rôle d épouse, j ai accepté cette situation que j ai vu évoluer progressivement. Mon emploi du temps c est 24 H / 24 H. Il serait incapable de rester seul, si je n étais pas là». La santé de l aidant est mise au second plan, après celle de la personne aidée : Parmi les 22 aidants interrogés, 11 décrivent clairement une dégradation et une fragilisation de leur état de santé. «Je pense d abord au confort de l autre...tant que je peux». «Je me sens fatiguée, dépressive, je dors mal, parfois ça va bien et il y a des jours où je craque, je me sens à bout, je pleure». «Je me sens fragilisée, pas en mauvais état de santé mais moins brave, moins entreprenante». «Je me tracasse et m inquiète beaucoup, je me sens trop fatiguée pour mes activités habituelles de loisirs». «J ai la chance d avoir une bonne santé et un bon moral. C est diffi cile à supporter, mais ça ne démolit pas». Les aidants s accordent difficilement du temps pour eux-mêmes Les liens familiaux et sociaux, tissés à travers les sorties et les loisirs, sont très compliqués à maintenir pour plus de la moitié des personnes interrogées. «Notre vie a complètement changé». «J ai une activité à 100% sans aucun répit, je vis avec une horloge dans la tête tout est programmé en fonction de mon épouse». «Nous avons perdu nos amis qui ne s intéressent plus à notre vie nouvelle». «C est difficile de prendre des vacances, de rendre visite aux amis (appartement ou maison à étages)». «C est une surveillance de tous les instants. Il ne se repère nulle part, même pas dans notre maison. Il faut deviner les besoins car il s exprime très peu, le faire manger, le conduire aux toilettes». Ces difficultés sont aussi le fait d aides financières insuffisantes : «Il faut se battre pour la prise en charge de matériel». «Les prix sont exorbitants pour l adaptation au handicap dont on ne peut se passer. Une somme conséquente reste à charge et les travaux d aménagement de la maison ne sont pas tous pris en charge, des médicaments ne sont pas remboursés». «Les coûts des gardes sont trop importants, surtout celles spécialisées ou de nuit». cette démarche étaient les suivants : le CLIC du Pays de Redon, le CG de Loire-Atlantique, des services d aides à domicile (ADAR / ADMR / ADT / APS-AAD), la plateforme de répit Al Fa Répit, l EHPAD de Guémené, des aidant(e)s, des délégués MSA, le service sociale du CH de Redon, les Aînés Ruraux, certains CCAS des communes concernées et une infirmière libérale du territoire. 3

4 Aider un proche âgé Lorsque le besoin d aide devient indispensable, la prise en charge organisée pour l aidé change le quotidien de l aidant : Les services professionnels d aide à domicile et de soins à domicile viennent les premiers compléter les solidarités familiales et de voisinage pour : de la surveillance sur des périodes courtes mais aussi plus longues (des vacances par exemple), du transport et de l accompagnement à des rendez-vous médicaux, des activités de loisirs et des sorties, du ménage, des courses et de petits dépannages, et de la présence pour bavarder, jouer... «Lorsqu on arrive à en parler, on se rend compte que plein de gens autour de nous sont confrontés aux mêmes difficultés et on peut s aider mutuellement». «Mon mari est en maison de repos, je me suis remise à la lecture et je prends du temps pour moi. Je ne m ennuie pas, je suis soulagée de le savoir en bonnes mains». «J ai retrouvé une amie d enfance. Je suis enthousiasmée à l idée de la rencontrer». «Nous avions décidé ensemble que nous n entrerions jamais en maison de retraite. Mais ma vie était devenue insurmontable. J étais à bout, c était trop dur. Aujourd hui je le sais en sécurité, il est mieux suivi et moi je peux souffler, je vis mieux, je n ai pas de culpabilité». Que ce soit pour l aidant ou l aidé, il existe néanmoins des freins importants à la mise en place de solutions d aide : La personne aidée a besoin de temps et d accompagnement pour comprendre l utilité des aides : elle compte sur ses enfants ou elle pense pouvoir faire par elle même, elle n accepte pas le changement de personnel, elle refuse d aller en accueil de jour. L aidant, quant à lui, est souvent pris par un sentiment de culpabilité à faire faire par d autres ce qu il fait déjà pour la personne proche. «Avec toutes les personnes qui interviennent à domicile, tu n es plus libre chez toi, alors je refuse les aides l après-midi et le dimanche». 3 types de besoins exprimés Du répit : pour se libérer, souffler, maintenir ses propres activités, avoir du temps pour des rendez-vous, pour l administratif, les loisirs et rester autonome / Besoin de temps libre et de remplacement en journée, en soirée, pour la nuit, sur plusieurs jours. De la formation et de l information : pour anticiper l évolution de la maladie, mettre en place les aides possibles. De l accompagnement, de la compréhension, du soutien, de la médiation : pour être rassuré, soutenu dans ses actes, aider à la prise de décisions, agir sans le consentement de l autre, mieux communiquer avec la personne aidée, mieux appréhender la peur du suicide de l autre, avoir confiance en soi, se sentir compris, se préparer pour l entrée en hébergement temporaire ou à la maison de retraite. / Besoin de ne pas rester seule, de discuter, d échanger avec d autres qui ont la même maladie ou qui ont les mêmes difficultés ou à l inverse pour parler d autre chose. 4

5 Charteterritoriale «J ai peur de le laisser seul». «Les soins sont trop techniques pour la famille, mais c est difficile de déléguer». «Dès que je m absente de la maison, mon épouse angoisse (peur de tomber, de se retrouver seule). Elle m appelle sans cesse sur mon portable.». «J ai de la difficulté à prendre du temps pour moi». «L entourage a du mal à comprendre ma situation». «Ma grand-mère aurait besoin d une aide ménagère mais elle n en veut pas, elle voudrait pouvoir choisir la personne qui l aidera». «Elle ne veut pas changer ses habitudes, car elle pense toujours qu elle va mourir demain». «Comment aller à la mer pique-niquer? Il ne veut pas sortir en dehors de la famille et des voisins. Pourtant notre voiture est équipée». «L aidant doit apprendre à lâcher, à se dire : «c est possible de prendre du temps pour moi, de laisser un peu mon conjoint...de reconnaître que c est trop lourd...il doit prendre conscience du bénéfice que peut lui apporter de se bouger, d aller aux rencontres mises en place, d agir pour lui, d échanger... il faut qu il soit prêt, et qui peut l aider?». DESSERVICESSURLETERRITOIRE... Les services répondant à ces besoins existent globalement sur le territoire du CLIC du Pays de Redon :...ÀMIEUXFAIRECONNAÎTRE Cependant, même si des services d aide aux aidants existent, ils peuvent être parfois méconnus et sousutilisés par les aidants. 5

6 Aider un proche âgé L ATELIER «AIDER UN PROCHE ÂGÉ» : MODE D EMPLOI La démarche «Vieillir et s épanouir en Pays de Redon» est engagée sur le territoire du CLIC du Pays de Redon jusqu en Elle s inscrit dans le cadre de la Charte territoriale des solidarités avec les aînés, initiée par le CLIC et la MSA. L enjeu de cette démarche est d associer les acteurs locaux à l élaboration d actions concertées avec et en direction des personnes âgées du territoire. Atelier Aider un proche âgé Conception et réalisation : MSA Loire-Atlantique - Vendée - Service Communication - Images : CCMSA - PHOVOIR _ MSA Loire-Atlantique - Vendée - Décembre 2013 Quatre champs d actions sont investis : La promotion de la santé, L adaptation de l espace de vie, La prévention de l isolement, L aide aux aidants. Des ateliers thématiques sont ouverts à la participation de toutes personnes concernées par la question du bien-être des personnes retraitées et des personnes âgées du territoire. Sur la thématique de l aide aux aidants, quatre ateliers co-animés par le CLIC et la MSA, sont proposés de janvier à avril ➊ Partage d une culture commune autour de la question de l aide aux aidants. ➋ Recueil des besoins auprès d aidants du territoire mais également des acteurs locaux (élus, professionnels, responsables associatifs, bénévoles...). ➌ Elaboration de réponses pour le territoire. ➍ Proposition d actions à valider par le comité de pilotage de la démarche 9. Le premier atelier se tiendra le : Mardi 4 février 2014 de 14 h à 17 h Inscriptions : À partir du 9 décembre 2013 lors de l évènement de lancement de la démarche. Renseignements et inscriptions : Antoine Chauvin Agent de développement MSA Loire-Atlantique Vendée Note 9 Représentants du CLIC du Pays de Redon et des MSA Loire-Atlantique Vendée et MSA Portes de Bretagne

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

L action sociale du Groupe AGRICA présent à vos côtés dans les moments difficiles

L action sociale du Groupe AGRICA présent à vos côtés dans les moments difficiles L action sociale du Groupe AGRICA présent à vos côtés dans les moments difficiles Parce que personne n est à l abri d un coup dur, vous pouvez compter sur l action sociale du Groupe AGRICA «J ai dû envoyer

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage PARTENARIAT NATIXIS ASSURANCES, FRANCE DOMICILE ET UNA Contacts presse Karine BRIAND Responsable

Plus en détail

JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE

JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE Bonjour.. Je remercie le réseau VIE 37 d avoir sollicité ce soir la présence de l association SOS Amitié sur ce thème : «PREVENTION

Plus en détail

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille»

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» La famille évolue et les rapports dans le couple et parents enfants changent aussi. Pour penser et mieux vivre ensemble ces changements,

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

L ACCUEIL. DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL NUMÉROS IMPORTANTS NUMÉROS D URGENCE

L ACCUEIL. DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL NUMÉROS IMPORTANTS NUMÉROS D URGENCE L ACCUEIL DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL Dès sa naissance, l enfant réagit à son environnement. Pour se développer harmonieusement, il a besoin d une relation

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009)

Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009) Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009) 22 questionnaires ont été retournés (dont une personne habitant le département 77). La période estivale est

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

La médiation familiale Conflits familiaux, séparation, divorce...

La médiation familiale Conflits familiaux, séparation, divorce... Conflits familiaux, séparation, divorce... Comment va s organiser l accueil de nos enfants après notre séparation? Comment, en tant que père, continuer à assurer le suivi scolaire de ma fille? Je ne vois

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA sup

Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA sup UNIVERSITE CLAUDE BERNARD Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA sup Stage de 3 mois à la fac d ingénierie de l université de Porto Gabriel MESTRE 2013 Je suis actuellement étudiant en 2eme année d un

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017

PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017 PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017 EHPAD«Le Soleil d Automne» Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Avenue Blanche Peyron Domaine d Escoutet 47400 TONNEINS SYNTHESE 1. La présentation

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

SolIDaRITÉ. Du nouveau DanS l aide À DoMIcIle... Le baluchonnage. Xavier Chambelland - Cg47. www.cg47.fr. Mode d emploi

SolIDaRITÉ. Du nouveau DanS l aide À DoMIcIle... Le baluchonnage. Xavier Chambelland - Cg47. www.cg47.fr. Mode d emploi SolIDaRITÉ Du nouveau DanS l aide À DoMIcIle... Le baluchonnage Mode d emploi www.cg47.fr le baluchonnage Quésaco? Le baluchonnage est un mot qui nous vient du Québec... C est aussi un nouveau service

Plus en détail

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013 Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Permettez-moi de saluer Madame Jeanne LATASTE, votre ancien

Plus en détail

L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales

L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales Fédération FAMILLES RURALES de Charente-Maritime 21 rue des vendanges 17 100 Saintes Tél : 05 46 93 46 83 Fax : 05 46 74 00 59 Qu est

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79. PROJET D ANIMATION Résidence Albert AUBRY Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.44 Le projet d animation s inscrit dans la politique de la résidence, ainsi

Plus en détail

Régulièrement, des rencontres sont organisées entre résidences-autonomie et écoles, centres de loisirs ou crèches.

Régulièrement, des rencontres sont organisées entre résidences-autonomie et écoles, centres de loisirs ou crèches. Régulièrement, des rencontres sont organisées entre résidences-autonomie et écoles, centres de loisirs ou crèches. PoitiersMag page 8 AVRIL 2016 N 234 09 Seniors : la liberté de choisir De l aide à domicile

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Témoignage d'une personne du territoire ayant vécu la maladie

Témoignage d'une personne du territoire ayant vécu la maladie Témoignage d'une personne du territoire ayant vécu la maladie Voici deux ans que je suis à la retraite, mon mari va prendre sa retraite en septembre prochain, nous allons pouvoir en profiter à deux ; tout

Plus en détail

Stages de développement personnel Formation à la relation d aide. & Consultations individuelles

Stages de développement personnel Formation à la relation d aide. & Consultations individuelles Parinet Formation Cabinet de Psychothérapie Et Psychanalyse Stages de développement personnel Formation à la relation d aide & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme

Plus en détail

ETRE PARENT D UN ENFANT DYSPHASIQUE. Le rôle de parent La fratrie et l entourage Le ressenti des parents Conseils aux familles Rôle de l association

ETRE PARENT D UN ENFANT DYSPHASIQUE. Le rôle de parent La fratrie et l entourage Le ressenti des parents Conseils aux familles Rôle de l association ETRE PARENT D UN ENFANT DYSPHASIQUE Le rôle de parent La fratrie et l entourage Le ressenti des parents Conseils aux familles Rôle de l association Un enfant dysphasique est avant tout un enfant, le rôle

Plus en détail

Votre avis est très important, c est pourquoi nous vous remercions de votre participation. Nous vous garantissons l'anonymat de vos réponses.

Votre avis est très important, c est pourquoi nous vous remercions de votre participation. Nous vous garantissons l'anonymat de vos réponses. Riom Communauté s intéresse à la qualité de vie de ses seniors et plus particulièrement à leurs besoins et à leurs attentes en matière de logement. A l heure actuelle, plusieurs possiblités de logement

Plus en détail

«Après 60 ans il faut penser à l avenir»

«Après 60 ans il faut penser à l avenir» - DOSSIER DE PRESSE - 1 er octobre 2015 «Après 60 ans il faut penser à l avenir» Campagne d information à destination des personnes âgées en perte d autonomie et des aidants de Reims et de sa métropole

Plus en détail

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie.

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Article I - Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Elle doit pouvoir profiter de l autonomie permise par ses capacités physiques et mentales, même au prix

Plus en détail

Séjour en Vanoise. «Un projet de 5 structures, ayant le même but» «Un jour en colonie, la si, la sol, un jour en colonie la si la sol fa mi.

Séjour en Vanoise. «Un projet de 5 structures, ayant le même but» «Un jour en colonie, la si, la sol, un jour en colonie la si la sol fa mi. Séjour en Vanoise «Un projet de 5 structures, ayant le même but» «Un jour en colonie, la si, la sol, un jour en colonie la si la sol fa mi.» Un séjour créé et organisé par cinq structure ayant le même

Plus en détail

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE Accueil de loisirs de Nozay Croc Loisirs de Vay Responsables Nozay : Denis Bretécher (enfancenozay.lamano@orange.fr) N port: 06.79.67.32.92. Vay: Nolwen Hébert-Bertho

Plus en détail

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS Francine Ducharme, Ph. D. Véronique Dubé, Ph. D. Université de Montréal 16 avril 2015 L APPUI Estrie

Plus en détail

Le coin naturo. Lice onzales

Le coin naturo. Lice onzales Le coin naturo bioattitude.nc! A G Lice onzales «! ne plus subir mais vivre pleinement sa vie d a n s l e p o s i t i f e t l expérimentation de tout ce qui nous arrive et de tout ce que l on ressent!»

Plus en détail

Le partage des responsabilités dans une équipe

Le partage des responsabilités dans une équipe Le partage des responsabilités dans une équipe Comment permettre à chacun d avoir des responsabilités et d être soutenu pour les mener à bien? Peut-on s appuyer sur la diversité (histoire, compétences,

Plus en détail

Observatoire de la famille

Observatoire de la famille Observatoire de la famille La vulnérabilité dans la famille ou les événements qui peuvent affecter la vie d une famille Soucieuse de représenter l ensemble des familles et de défendre leurs intérêts auprès

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

SAINT-AY. Elle concerne les personnes âgées de 65 ans et plus, vivant seules ou isolées, malades, dépendantes ou handicapées.

SAINT-AY. Elle concerne les personnes âgées de 65 ans et plus, vivant seules ou isolées, malades, dépendantes ou handicapées. SAINT-AY INFORMATIONS Décembre 2015 PERIODE DE GRAND FROID Dispositif de veille et d alerte L hiver est installé, les températures ont baissé Ponctuellement, par vagues, dans certaines régions ou sur l

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait F. Daniellou MMSH Aix-en-Provence 18 décembre 2012 Dans toute situation de production Certains éléments ont étéanticipés, calculés, intégrés dans

Plus en détail

Après un arrêt de travail, comment rependre mes activités professionnelles

Après un arrêt de travail, comment rependre mes activités professionnelles Après un arrêt de travail, comment rependre mes activités professionnelles Présenté par Audrey Duhaime T.S. et Geneviève Joseph T.S. Source: Lise Lacasse, psychologue et conseillère d orientation Le retour

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

Projet professionnel

Projet professionnel FONGECIF POITOU-CHARENTES Projet professionnel Esthéticienne Pamela MESSY 10/10/2013 Demande de prise en charge de formation à distance en vue d obtenir le CAP Esthétique Cosmétique Parfumerie Sommaire

Plus en détail

Bénévoles en EHPAD ;

Bénévoles en EHPAD ; Bénévoles en EHPAD ; Ils accompagnent la vie! Delphine Delahaye - Psychologue EHPAD - Centre Hospitalier de Corbie (80800) delphine.delahaye@ch-corbie.fr Mots-clés : EHPAD, lieu de vie, accompagnement,

Plus en détail

et maladies apparentées

et maladies apparentées et maladies apparentées 02/03 Sommaire Préface Préface du médecin directeur. 03 Informations sur la maladie. 04 Objectifs de l esa.. 05 L équipe médicale, ses compétences... 06 La charte Alzheimer 08 témoignage

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Synthèse. Les Français et le grand âge. Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres.

Synthèse. Les Français et le grand âge. Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres. Synthèse Les Français et le grand âge Cinquième vague du Baromètre Fédération Hospitalière de France Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Laurence BEDEAU Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures

Plus en détail

Le guide «Génération Voisins»

Le guide «Génération Voisins» ET SI ON S AIDAIT ENTRE GÉNÉRATIONS? Le guide «Génération Voisins» Édito Pourquoi agir? Vieillissement, perte d autonomie, isolement et rupture du lien social. Ces mots ne laissent personne indifférent.

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Formulaire de candidature pour le séjour culturel d immersion linguistique à Séville (Hiver 2016)

Formulaire de candidature pour le séjour culturel d immersion linguistique à Séville (Hiver 2016) Formulaire de candidature pour le séjour culturel d immersion linguistique à Séville (Hiver 2016) 1. RENSEIGNEMENTS SUR L ÉLÈVE Nom : Prénom : Adresse (rue, ville, code postal) : Téléphone (domicile):

Plus en détail

5 SEMAINES POUR COMPRENDRE L AGORAPHOBIE ET TRANSFORMER VOS PEURS EN REUSSITES!

5 SEMAINES POUR COMPRENDRE L AGORAPHOBIE ET TRANSFORMER VOS PEURS EN REUSSITES! 5 SEMAINES POUR COMPRENDRE L AGORAPHOBIE ET TRANSFORMER VOS PEURS EN REUSSITES! Tout de suite, vous allez découvrir la méthode que j ai suivie pour guérir de mon agoraphobie (qui a duré près de 15 années!)

Plus en détail

Publicité. Gardez le cap! Protégez votre famille, vos revenus et votre entreprise

Publicité. Gardez le cap! Protégez votre famille, vos revenus et votre entreprise Publicité Gardez le cap! Protégez votre famille, vos revenus et votre entreprise édito Une maladie, un accident? Quelles seraient les conséquences financières de tels évènements pour votre entreprise?

Plus en détail

Les besoins des aidants

Les besoins des aidants Les besoins des aidants Être aidant Éléments de définition Il existe de nombreuses définitions de ce qu'est un aidant, qui ont en commun «le caractère non professionnel de l'aide, sa régularité et son

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014 PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer - Lundi 8 septembre 2014 - SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI L illettrisme : un handicap

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information

Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information Bienvenue! La vie en Suisse A ton arrivée en Suisse, tout peut te sembler nouveau. Beaucoup de questions se posent: Comment fonctionne

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école.

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école. ACCUEILLIR ET ACCOMPAGNER LES «ENFANTS DU VOYAGE» A L ECOLE «Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et commencer là, justement là» S.Kierkegaard

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

Bilan dela démarche menée au Centre de loisirs primaire. du 4 sept. au 20 novembre 2013. >> bilan

Bilan dela démarche menée au Centre de loisirs primaire. du 4 sept. au 20 novembre 2013. >> bilan Bilan dela démarche menée au Centre de loisirs primaire du 4 sept. au 20 novembre 2013 >> bilan 107 La Parole des enfants Réforme des rythmes scolaires Concertation des enfants Centre de Loisirs Primaire

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Découvrez l univers des piles avec nous!

Découvrez l univers des piles avec nous! Découvrez l univers des piles avec nous! Bonjour, c est moi Recharge! Aujourd hui, toi et moi allons en apprendre plus sur la vie des piles. Voici mon père! Des usines, des compagnies Voici, le chemin

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

être père Egalité Affection DROITS : Congé parental Autorité Séparation Séparation 920 papas isérois témoignent aujourd hui...

être père Egalité Affection DROITS : Congé parental Autorité Séparation Séparation 920 papas isérois témoignent aujourd hui... Quotidien Séparation ( Séparation!... Boulot Affection ( influence DROITS Regard Egalité Autorité : Congé parental être père aujourd hui... c est quoi??! ; Disponibilité 920 papas isérois témoignent 2015

Plus en détail

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Guide pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Je m appelle Christel Prado. Je suis présidente de l Unapei. L Unapei est une association nationale qui défend, les droits des personnes handicapées

Plus en détail

Enquête réalisée auprès de 25 futurs-papas sur les thèmes suivants:

Enquête réalisée auprès de 25 futurs-papas sur les thèmes suivants: Résultats et réflexions autour de l enquête «Le devenir-père» Enquête menée auprès des futurs-papas de la région nantaise de novembre 2012 à mars 2013. Projet mené par les sages-femmes de PMI du CG44 Mémoire

Plus en détail

C EST BON de se sentir accompagné

C EST BON de se sentir accompagné C EST BON de se sentir accompagné Le service d accompagnement pour mieux vivre avec une maladie chronique. Pour en savoir plus : 0811 709 709 Prix d un appel local depuis un poste fixe. ameli-sophia.fr

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT DE BOUJAILLES-COURVIERES. Année 2015 Vacances scolaires d'hiver, d été et d automne 2015.

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT DE BOUJAILLES-COURVIERES. Année 2015 Vacances scolaires d'hiver, d été et d automne 2015. PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT DE BOUJAILLES-COURVIERES Année 2015 Vacances scolaires d'hiver, d été et d automne 2015. Projet écrit par Elizabeth BOULAIN 1 LE CONTEXTE : Depuis

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

Bienvenue à l école Maternelle!

Bienvenue à l école Maternelle! Tu viens d être inscrit(e) à l école maternelle. Ton nom est marqué dans le grand cahier des élèves de l école. Voici des photos de ton école : Bienvenue à l école Maternelle! colle ici ta photo Ecole

Plus en détail

ENQUETE «BIEN VIEILLIR A ST GREGOIRE» SYNTHESE

ENQUETE «BIEN VIEILLIR A ST GREGOIRE» SYNTHESE ENQUETE «BIEN VIEILLIR A ST GREGOIRE» SYNTHESE POURQUOI CETTE ENQUETE OBJECTIFS - ENJEUX REFLEXION sur le vieillissement de la population BESOIN d informations complémentaires découlant de l étude «Bien

Plus en détail

Le service Médiation Familiale

Le service Médiation Familiale Le service Médiation Familiale «Permettre aux parents de s écouter pour que les besoins de l enfant soient entendus» «Permettre à toute personne en conflit familial de se rencontrer, de s exprimer, de

Plus en détail