Histoire des sciences : La Mécanique Quantique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Histoire des sciences : La Mécanique Quantique"

Transcription

1 Histoire des sciences : La Mécanique Quantique «Personne ne comprend vraiment la physique quantique.» Richard Feynman

2 Plan Chapitre I : Introduction I. Définition de la mécanique quantique II. Applications III. Développements Chapitre II : Naissance de la mécanique quantique I. Contexte historique II. Notion d onde III. Le corps noir IV. L effet photoélectrique V. Conclusion Chapitre III : Le formalisme quantique I. Les postulats de la mécanique quantique II. Les écoles d interprétation III. Les enjeux actuels

3 1) Une naissance progressive Si les bases de la mécanique quantique ont étéjetées par Planck et Einstein entre 1900 et 1905, l établissement de ses principes fondamentaux et de leur formalisation mathématique durera plus de 30 ans Les congrès Solvay rassemblaient les plus grands scientifiques de l époque. Max Planck Ernest Rutherford Albert Einstein Paul Langevin À deux reprises, ils ont rassemblé les physiciens qui allaient fonder la mécanique quantique. Marcel Brillouin Ernest Solvay Hendrik Lorentz Marie Curie Henri Poincaré Congrès Solvay 1911

4 1) Une naissance progressive Congrès Solvay (1927) Erwin Schrödinger Wolfgang Werner Pauli Heisenberg Léon Brillouin Peter Debye Irving Langmuir Max Planck William Bragg Marie Curie Hendrik Lorentz Paul Dirac Albert Einstein Arthurl Campton Louis Paul de Broglie Langevin Max Born Niels Bohr

5 2) Fonction d onde La dualité onde-corpuscule Les particules élémentaires ne sont ni des ondes, ni des corpuscules, mais des entités pouvant présenter les propriétés des ondes ou des corpuscules, suivant le contexte. Un cylindre n est ni un rectangle, ni un cercle. Néanmoins, pour un observateur, il peut apparaître comme l un ou comme l autre. Imaginons un être vivant à 2 dimensions : il verra un carré ou un cercle suivant son point d observation. Pour lui le phénomène est troublant car il regarde toujours le même objet qui semble avoir des formes incompatibles, car il est incapable d imaginer son aspect global (le cylindre) qui n existe pas en dimension 2. Cet exemple est-il absurde? Nous savons déjà, grâce à la relativité, que nous vivons dans un continuum espace-temps à 4 dimensions qu il nous est impossible de nous représenter, en dehors du cadre mathématique Nous devons donc considérer les particules élémentaire comme des objets pouvant se comporter soit comme des ondes, soit comme des particules, suivant les conditions d observation (expériences). Mais elles ne sont ni l une, ni l autre

6 2) Fonction d onde Comment connaitre l état d une particule? Sa position? Sa vitesse? Son spin? Sa polarisation? etc.

7 2) Fonction d onde Comment connaitre l état d une particule? Sa position? Sa vitesse? Son spin? Sa polarisation? etc. Exemple : On envoie un électron à travers 2 fentes. À travers quelle fente passe t-il? On définit la fonction d onde de électron : Si l électron passe par la fente de droite (fente de gauche fermée), il est représenté par la fonction d onde : Si l électron passe par la fente de gauche (fente de droite fermée), il est représenté par la fonction d onde :

8 2) Fonction d onde Lorsque les deux fentes sont ouvertes, l électron présente une fonction d onde constituée du mélange des deux : Pour connaître la probabilité pour que l électron soit passé par la fente de droite : Pour connaître la probabilité pour que l électron soit passé par la fente de gauche : Pour connaître la probabilité pour que l électron soit passé :

9 2) Fonction d onde En réalité, P D résulte de l intégrale d une densité de probabilité sur une région de l espace correspondant à la fente de droite. La fonction d état est la représentation de l'état quantique dans la base de dimension infinie des positions. Exemple : la probabilité de trouver la particule en un point r de l espace est : La fonction d onde est normée :

10 2) Fonction d onde Effet tunnel Bille oscillant entre deux collines Electron confiné dans un champ électrique e - E E Energie cinétique Energie Potentielle gravitationnelle Energie cinétique Energie Potentielle électrique Mouvement oscillant infini (frottements nuls) Mouvement oscillant

11 2) Fonction d onde Effet tunnel Bille oscillant entre deux collines Electron confiné dans un champ électrique e - E E Energie cinétique Energie Potentielle gravitationnelle Energie cinétique Energie Potentielle électrique Mouvement oscillant infini (frottements nuls) Il existe une probabilité non nulle pour l électron de s échapper en traversant la barrière. On parle d effet tunnel.

12 2) Fonction d onde Microscopie à effet tunnel Variation exponentielle du courant «tunnel» entre la pointe et l échantillon

13 2) Fonction d onde Microscopie à effet tunnel Surface d un substrat de silicium Manipulation d atomes de fer sur un substrat de cuivre (111)

14 3) Décomposition spectrale Si la mesure d une grandeur physique A ne peut donner que certains résultats propres a i, à chaque résultat propre on associe un état propre ψ ai (r). La fonction d onde se décompose sur ses états propres : À un instant t 0, la probabilité de trouver le résultat a k est :

15 3) Décomposition spectrale Exemple : polarisation d un photon Pour une onde électromagnétique polarisée linéairement, la polarisation caractérise la direction du champ électrique. Polariseur Considérons un photon qui, à la suite d une interaction, possède une polarisation horizontale «ou» verticale. Sa fonction d onde se décompose sur ses deux états propres possibles : polarisation horizontale et verticale.

16 4) Principe de superposition quantique Un même état quantique peut présenter plusieurs valeurs pour une certaine quantité observable (spin, polarisation, position, quantité de mouvement, etc.) Dans l exemple précédent, avant une mesure, le photon est àla fois dans un état de polarisation vertical et horizontal : ou Différence fondamentale avec la mécanique classique : Un système dont l état est définit peut présenter plusieurs valeurs de mesure pour une grandeur donnée. La mécanique quantique est probabiliste : on ne peut prédire un événement seul, mais un ensemble d événement avec des probabilité d apparition associées. Cette théorie reste déterministe dans le sens ou les événements possibles sont bien déterminés.

17 4) Principe de superposition quantique Expérience de pensée : le chat de Schrödinger Un atome radioactif déclenche l ouverture d une fiole de poison. La désintégration d un atome radioactif est un phénomène quantique où l atome est décrit comme étant dans une superposition d états «désintégré» et «intègre». En conséquence, la fiole est dans une superposition d états «cassée» et «intacte», et le chat est dans la superposition d états «mort» et «vivant». Erwin Schrödinger ( )

18 5) Principe de réduction du paquet d onde Après une mesure, le système mesuré se retrouve dans l état propre correspondant à la valeur de la mesure. Dans l exemple précédent, avant la mesure, le photon est àla fois dans un état de polarisation vertical et horizontal : Après la mesure, la polarisation du photon sera soit horizontale, soit verticale : La mesure modifie l état du système mesuré. L observateur n est pas neutre.

19 6) Exemple : bombardement de 2 fentes par des électrons corpuscule électrons onde Détection de l impacte des électrons, électron par électron

20 7) Équation d onde (ou équation de Schrödinger) Elle décrit l'évolution dans le temps d'une particule massive non-relativiste, et remplit ainsi le même rôle que la relation fondamentale de la dynamique en mécanique classique. Soit Très vite pour des systèmes ou des observables complexes, on a substitué à cette écriture, l écriture sous forme de matrices. Exemple : oscillateur harmonique

21 8) Principes d incertitude d Heisenberg (1) Pour une particule massive donnée, on ne peut pas connaître simultanément sa position et sa vitesse. (2) Pour un système donnéon ne peut pas connaître simultanément son énergie et la durée pendant laquelle il va rester dans cet état.

22 1) École de Copenhague II. Les écoles de pensée L école de Copenhague ou interprétation de Copenhague est un courant de pensée qui présente la mécanique quantique comme un simple instrument de prédiction, et pour qui la prise en compte de ses implications comme telles n'a pas de sens. Niels Bohr, Werner Heisenberg, Pascual Jordan, Max Born L'interprétation de Copenhague consiste, pour résoudre un problème, à simplement appliquer les postulats de la mécanique quantique pour prédire le résultat. Même si le résultat est choquant, ses adeptes considèrent que si la mécanique quantique a prédit correctement l'issue, elle se suffit à elle-même : il n'est pas nécessaire d'introduire des variables cachées il n'y a pas à tirer des conclusions sur la nature de l'univers. aucune spéculation n est à émettre sur l'état d'un objet quantique avant sa mesure. En clair : «Shut up and calculate!» Pour Einstein : «Dieu ne joue pas aux dés» L aspect probabiliste de la mécanique quantique serait lié à la présence de variables dites «cachées», autrement dit dont l expérimentateur n est pas conscient et qui laisse croire à la possibilité de hasard dans les résultats. Einstein dit à Bohr : «Ne me dites pas que la Lune n'existe pas quand je ne la regarde pas», Bohr lui répondit fort courtoisement : «Comment voulez-vous que je le sache?»

23 II. Les écoles de pensée 2) La position d Albert Einstein : le paradoxe EPR (Einstein-Podolsky-Rosen) L'interprétation de Copenhague s'oppose à l'existence d'un quelconque état d'un système quantique avant toute mesure. Pour Einstein, la mécanique quantique n est pas complète : elle ne décrit pas entièrement la réalité, il existe des variables cachées locales. Soient deux photons intriqués, polarisés perpendiculairement l'un par rapport à l'autre. Ces photons sont dans un état superposé, avec deux possibilités : 1) Le premier photon est polarisé verticalement et le second horizontalement 2) L'état inverse. Alors la mesure de la polarisation d'un photon implique nécessairement que le second photon sera polarisé perpendiculairement au premier, quel que soit l'état de polarisation mesuré pour un photon (que l'on ne peut prévoir). En effet, selon la mécanique quantique, avant la mesure, la polarisation de ces photons est indéterminée. Les photons sont dans un état superposé entre les polarisations horizontale et verticale, c est-à-dire qu'il y a une chance sur deux d'obtenir une polarisation horizontale lors de la mesure, et une chance sur deux d'obtenir une polarisation verticale. Étant donné que l'état de polarisation de chaque photon semble aléatoirement déterminé au moment de la mesure, comment expliquer que les deux photons soient toujours perpendiculaires? Deux interprétations sont possibles : l'état des deux photons est indéterminé avant la mesure de la polarisation d'un des photons, et c'est la mesure de la polarisation de l'un des deux photons qui entraîne instantanément une polarisation de l'autre photon perpendiculairement à celle du premier. C'est le point de vue de Niels Bohr quand il en a débattu en 1930 au congrès de Bruxelles. l'état des deux photons est déterminé avant la mesure (au moment de leur intrication, suivant la terminologie moderne) et est révélé au moment de la mesure. C'est la position d'albert Einstein, partisan du déterminisme "classique". Pour lui, les états des particules existaient avant la mesure. Si deux particules sont corrélées, c'est donc parce qu'elles l'étaient dès le début, et non au moment de la mesure.

24 II. Les écoles de pensée 2) La position d Albert Einstein : le paradoxe EPR (Einstein-Podolsky-Rosen)

25 II. Les écoles de pensée 2) La position d Albert Einstein : le paradoxe EPR (Einstein-Podolsky-Rosen) En 1964, John Stewart Bell produisit un théorème permettant de quantifier les implications du paradoxe EPR, ouvrant la voie à l'expérimentation : dès lors la résolution du paradoxe EPR pouvait devenir une question expérimentale, plutôt qu'un choix épistémologique. La technologie de l'époque ne permettait pas de réaliser une expérience testant les inégalités de Bell, mais Alain Aspect a pu le réaliser en 1981, puis en 1982, à Orsay, confirmant la validité des prédictions de la mécanique quantique dans le cas du paradoxe EPR. Il n'existe donc pas de variables cachées locales (dans le sens de créées localement, avant d'être séparées entre les participants), contrairement à ce qu'espérait Einstein

26 II. Les écoles de pensée 3) Théorie des mondes multiples ou des états relatifs (interprétation d Everett) La seule source d'anti-hasard possible était l'observateur lui-même, ou plus exactement : sa nature d'observateur qui lui était propre (le résultat qu'il observait le caractérisant lui-même en tant que cet observateur) et ne concernait pas l'univers qui restait parfaitement neutre et comportait toutes les possibilités prévues par la théorie quantique. Les possibilités par lui observées définissaient seules l'observateur, qui ne percevait donc que cet univers-là Chaque événement est une bifurcation. Le chat est «à la fois» mort et vivant, avant même l'ouverture de la boîte, mais le chat mort et le chat vivant existent dans des bifurcations différentes de l'univers, qui sont tout aussi réelles l'une que l'autre.

27 4) La décohérence quantique II. Les écoles de pensée Elle permet de passer du monde quantique au monde classique. Un système quantique ne doit pas être considéré comme isolé, mais en interaction avec un environnement possédant un grand nombre de degrés de liberté. Ce sont ces interactions qui provoquent la disparition rapide des états superposés. Exemple : le chat de Schrödinger

28 1) Validation du modèle standard III. Les enjeux actuels À la recherche du boson de Higgs au LHC?

29 III. Les enjeux actuels 2) Validation des théories unificatrices Cordes et supercordes tentative pour expliquer l'existence de toutes les particules et forces fondamentales de la nature, en les modélisant comme les vibrations de minuscules cordes supersymétriques Forces : Gravitationnelle Electromagnétique Nucléaire faible Nucléaire forte Particules : l ensemble des particules élémentaires

30 III. Les enjeux actuels «L'objet de la recherche n'est plus la nature en soi, mais la nature livrée à l'interrogation humaine, et dans cette mesure l'homme ne rencontre ici que lui-même» Werner Heisenberg

ALBERT EINSTEIN ET LA REVOLUTION QUANTIQUE

ALBERT EINSTEIN ET LA REVOLUTION QUANTIQUE Chapitre 8 ALBERT EINSTEIN ET LA REVOLUTION QUANTIQUE Patrice Remaud LAII-ENSIP (Laboratoire d Automatique et d Informatique Industrielle Ecole Nationale Supérieure d Ingénieurs de Poitiers) patrice.remaud@univ-poitiers.fr

Plus en détail

La mécanique quantique et la photonique pour tous. La mécanique quantique pour les nuls La photonique pour les braves Ou vice versa

La mécanique quantique et la photonique pour tous. La mécanique quantique pour les nuls La photonique pour les braves Ou vice versa La mécanique quantique et la photonique pour tous La mécanique quantique pour les nuls La photonique pour les braves Ou vice versa Il existe au moins 2 physiques La mécanique Newtonienne La mécanique Quantique

Plus en détail

1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en

1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en Le monde quantique 1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en physique 6. Le spin Rayonnement dans

Plus en détail

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007)

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) [LE JEU DES 7 ERREURS QUANTIQUES] Introduction à la physique quantique

Plus en détail

Introduction aux VI principes fondamentaux de Physique Quantique

Introduction aux VI principes fondamentaux de Physique Quantique Introduction aux VI principes fondamentaux de Physique Quantique L A D U A L I T É Une balle de ping-pong quantique, serait à la fois elle même, et une onde. De telle manière qu elle réagirait face à la

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Chap. III : Le modèle quantique de l atome

Chap. III : Le modèle quantique de l atome Monde atomique beaucoup trop petit pour la physique classique de Newton et Maxwell développement d une nouvelle physique, la physique dite quantique Le français Louis de Broglie (prix Nobel de physique

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Le sphinx quantique. Le problème de la mesure

Le sphinx quantique. Le problème de la mesure Le sphinx quantique. Le problème de la mesure «Qu est-ce qui est à la fois mort et vivant et n apparaît jamais comme tel?», dit le monstre fabuleux. Rares sont les énigmes scientifiques qui ont suscité

Plus en détail

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit»

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» «L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» Pr Smain BALASKA Laboratoire de Physique Théorique d Oran Département de Physique, Faculté des Sciences Exactes & Appliquées, Université

Plus en détail

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar Jean-Louis Aimar Aucune frontière entre la Vie et la Mort 2 2 «Deux systèmes qui se retrouvent dans un état quantique ne forment plus qu un seul système.» 2 3 42 Le chat de Schrödinger L expérience du

Plus en détail

LA FAUSSE ABSURDITÉ DES LOIS DE L INFINIMENT PETIT

LA FAUSSE ABSURDITÉ DES LOIS DE L INFINIMENT PETIT 1 LA FAUSSE ABSURDITÉ DES LOIS DE L INFINIMENT PETIT Brève parenthèse de physique quantique Extrait du mémoire «l extravagance de la physique quantique» Michel Grand, Décembre 2013 1 2 L histoire d hommes

Plus en détail

E= h.ν et. Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s. Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière

E= h.ν et. Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s. Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière Dualité onde-corpuscule Pour la lumière Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s E. Ouvrard (PC Lycée Dupuy de Lôme) Mécanique quantique 1 / 8 Au XVII e siècle, deux écoles s affrontent afin de modéliser

Plus en détail

S 5 : Introduction au monde quantique

S 5 : Introduction au monde quantique : PCSI 2015 2016 I Confrontation entre la mécanique classique et l epérience 1. Mécanique classique Vers la fin du XIX e siècle et le début du XX e, les physiciens utilisent la mécanique (Newton) et l

Plus en détail

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1 Références TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES SERWAY, Raymond A. (1992). Physique III : optique et physique moderne, 3 e édition, Laval, Éditions Études Vivantes, 760 p. Table des matières Partie I Vibrations

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR. M. Serge HAROCHE. Délégué de l Académie des sciences

LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR. M. Serge HAROCHE. Délégué de l Académie des sciences LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR M. Serge HAROCHE Délégué de l Académie des sciences Comme nous le constatons aujourd hui, on peut aborder le virtuel avec l approche du financier, de l architecte,

Plus en détail

En médecine, on la retrouve dans l électrocardiogramme.

En médecine, on la retrouve dans l électrocardiogramme. CHAPITRE 2 : LA TENSION ALTERNATIVE. Une ville, la nuit, brille de mille feux alimentés par le courant alternatif. Vers la fin du XIX ème siècle, le courant alternatif a supplanté le courant continu. C

Plus en détail

Un miniguide pour le visiteur

Un miniguide pour le visiteur Un miniguide pour le visiteur Les Conseils de Physique Solvay : c est quoi? Les Instituts Internationaux de Physique et de Chimie Solvay, fondés par Ernest Solvay, célèbrent en 2011 le centenaire du premier

Plus en détail

4. Equation de Schröninger

4. Equation de Schröninger 4. Equation de Schröninger Introduction Particule libre Paquets d ondes Particule libre localisée Puits de potentiel de profondeur infinie Puits de potentiel de profondeur finie Barrière de potentiel Microscope

Plus en détail

Cours S8 Introduction au monde quantique

Cours S8 Introduction au monde quantique Cours S8 Introduction au monde quantique Image originally created by IBM Corporation David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le monde

Plus en détail

Polarisation Polarization (Adj polarized) le 20/04/2008

Polarisation Polarization (Adj polarized) le 20/04/2008 Polarisation Polarization (Adj polarized) le 20/04/2008 Lumière non polarisée : La polarisation est un phénomène provenant du caractère ondulatoire de la lumière. La lumière est une onde, c'est à dire

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU

THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU Position du problème Soient O un observateur, X la chose qu il observe et F(X) l expression de l idée qu il se fait de la chose qu il observe. Schéma1

Plus en détail

Quantification de l énergie pour les systèmes simples

Quantification de l énergie pour les systèmes simples Les buts de cet amphi Quantification de l énergie pour les systèmes simples Chapitre 4 Utiliser le formalisme de la physique ondulatoire pour aborder des problèmes de physique d une grande importance pratique

Plus en détail

Réalité et théorie en physique du XX e siècle

Réalité et théorie en physique du XX e siècle Réalité et théorie en physique du XX e siècle Gaëtan Borot La relativité et la mécanique quantique répondent (initialement) à deux échecs de la physique classique, et imprègnent depuis presque un siècle

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Au-delà des révolutions quantique et relativiste

Au-delà des révolutions quantique et relativiste Au-delà des révolutions quantique et relativiste Loïc Villain Laboratoire de Mathématiques et Physique Théorique, Département de Physique, Université F. Rabelais de Tours loic@lmpt.univ-tours.fr JPC, le

Plus en détail

Aberrométrie, Aberrations de haut degré Aberrometry, High order aberrations 29/03/2010

Aberrométrie, Aberrations de haut degré Aberrometry, High order aberrations 29/03/2010 Aberrométrie, Aberrations de haut degré Aberrometry, High order aberrations 29/03/2010 Puissance et astigmatisme régulier : Pour comprendre le principe de l'aberrométrie, il faut d'abord rappeler quelques

Plus en détail

THÉORIE DE LA TRANSFORMATION STÉNOPÉIQUE (TS) par Claude LAVAT Mars 2009

THÉORIE DE LA TRANSFORMATION STÉNOPÉIQUE (TS) par Claude LAVAT Mars 2009 Ovniologie: THÉORIE DE LA TRANSFORMATION STÉNOPÉIQUE (TS) par Claude LAVAT Mars 2009 1 Énoncé Selon la théorie de la TS, certains ovnis seraient la manifestation locale et momentanée dans notre environnement

Plus en détail

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES L OTIO DU TRVIL E SCIE CES PHYSIQUES Par nne artini 1. Travail et énergie Dans la vie courante, il y a des termes qui sont souvent utilisés et dont la signification fait penser à celle donnée aux concepts

Plus en détail

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 1. Utilisation des intégrales premières du mouvement en mécanique. Exemples et applications. 2. Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 3.

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

arxiv:1011.5569v1 [quant-ph] 25 Nov 2010

arxiv:1011.5569v1 [quant-ph] 25 Nov 2010 INDÉTERMINISME QUANTIQUE ET IMPRÉDICTIBILITÉ CLASSIQUE arxiv:1011.5569v1 [quant-ph] 25 Nov 2010 THIERRY PAUL Table des matières 1. Introduction 1 2. La Mécanique Quantique 2 3. La Mécanique Classique 5

Plus en détail

Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties

Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties L'objet de cette ressource est l'étude des systèmes physiques, de type mécanique, électrique ou microscopique, se comportant

Plus en détail

Colloque International Pour une approche quantique de la conscience

Colloque International Pour une approche quantique de la conscience Colloque International Pour une approche quantique de la conscience Paris 11 mai 2013 Palais de la Découverte Avenue Franklin Delano Roosevelt 75008 Paris Le programme 9h00-9h15 9h15-10h00 Introduction

Plus en détail

Mathématiques et Physique. Le langage de la Nature est-il mathématique?

Mathématiques et Physique. Le langage de la Nature est-il mathématique? Mathématiques et Physique. Le langage de la Nature est-il mathématique? Didier Robert, Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes Depuis l antiquité la formulation des lois de la nature

Plus en détail

Collège de Physique et de Philosophie Séance du 14 mars 2011 à l Institut de France Exposé de Jean-Michel Raimond (Département de Physique de l ENS)

Collège de Physique et de Philosophie Séance du 14 mars 2011 à l Institut de France Exposé de Jean-Michel Raimond (Département de Physique de l ENS) 1 Collège de Physique et de Philosophie Séance du 14 mars 2011 à l Institut de France Exposé de Jean-Michel Raimond (Département de Physique de l ENS) Bernard d Espagnat. Nous allons avoir le plaisir d

Plus en détail

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes)

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) Travaux Pratiques de Physique vers. septembre 014 Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) 1) Introduction Le mot "erreur" se réfère à quelque chose de juste ou de vrai. On parle d erreur sur

Plus en détail

RELATIVITE RESTREINTE

RELATIVITE RESTREINTE RELATIVITE RESTREINTE Introduction A la fin du 19eme siècle, la physique a atteint un niveau de développement remarquable. Un vaste ensemble de phénomènes naturels sont expliqués. La mécanique de Newton

Plus en détail

Le fer à cheval de Smale

Le fer à cheval de Smale Le fer à cheval de Smale Selim GHAZOUANI, ENS Lyon Novembre 2010, Groupe de lecture dirigé par Alexey GLUSTYUK sur les systèmes dynamiques Le fer à cheval de Smale est un exemple de transformation continue

Plus en détail

planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle

planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle Yves A. Delhaye 5 mai 2015 20 :00 Résumé L utilisation et l installation du logiciel planets permet

Plus en détail

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC 1 Sommaire La physique des particules Constituants élémentaires Forces et interactions Fondements théoriques Zoom sur le LHC Le LHC Le fonctionnement des

Plus en détail

GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE

GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE Chapitre 9 - GM GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE EN GÉOMÉTRIE DE L'ESPACE GM_01 règle GM_02 GM_03 GM_04 GM_05 GM_06 GM_07 tourne GM_08 GM_09 GM_10 GM_11 plan GM_12 GM_13 GM_14 GM_15 GM_16 GM_17 GM_18 Dessin schématisant

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

LE CONCEPT DE REALITE EN PHYSIQUE : UNE ETUDE EPISTEMOLOGIQUE

LE CONCEPT DE REALITE EN PHYSIQUE : UNE ETUDE EPISTEMOLOGIQUE REVUE ALGERIENNE DE PHYSIQUE VOLUME 2, NUMERO 1 2015 LE CONCEPT DE REALITE EN PHYSIQUE : UNE ETUDE EPISTEMOLOGIQUE Mustapha Oldache (1,*), Chams-Eddine Khiari (2) et Tayeb Belarbi (3) (1,2) Dpt. Physique,

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

La Problématique de la Mesure en Mécanique Quantique

La Problématique de la Mesure en Mécanique Quantique La Problématique de la Mesure en Mécanique Quantique Jacques Levrat et Marc Vuffray Département de Physique Travail de Master en Sciences Humaines et Sociales dirigé par Michael Esfeld Professeur d Epistémologie

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Une ouverture sur le monde quantique

Une ouverture sur le monde quantique 1 Introduction Une ouverture sur le monde quantique L exploration de l infiniment petit tout au long du siècle dernier est certainement une des aventures les plus fascinantes de la science. Elle a abouti,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN PHYSIQUE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN PHYSIQUE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN PHYSIQUE PAR SÉBASTIEN BOISVERT LA MULTIPLICITÉ EN MÉCANIQUE QUANTIQUE NOVEMBRE

Plus en détail

Interprétation quantique du logiciel

Interprétation quantique du logiciel Interprétation quantique du logiciel François Pessaux Institute of Useless and Dummy Theories 42 rue Dev Null, 07700 Bidon, France firstname lastname@yahoo.fr 1 Introduction Depuis des décennies, les évolutions

Plus en détail

Aristote et Galilée. Justification de l'outil mathématique.

Aristote et Galilée. Justification de l'outil mathématique. Aristote et Galilée. Justification de l'outil mathématique. Repris, pour l essentiel, de l ouvrage de Yoav Ben-Dov Invitation à la physique, éditions du Seuil, collection Points-Sciences et de l'ouvrage

Plus en détail

MESURES ET INCERTITUDES

MESURES ET INCERTITUDES MESURES ET INCERTITUDES OBJECTIFS DE CE CHAPITRE : Savoir exprimer une mesure avec le bon nombre de chiffres significatifs. Savoir arrondir le résultat d un calcul avec le bon nombre de chiffres significatifs.

Plus en détail

L. De Broglie. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique géométrique.

L. De Broglie. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique géométrique. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique géométrique L. De Broglie To cite this version: L. De Broglie. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique

Plus en détail

DIODES ET TRANSISTORS

DIODES ET TRANSISTORS 73 E4 DIODE ET TRANITOR I. INTRODUTION Dans cette expérience, nous allons étudier deux éléments qui sont à la base de la majorité des montages électroniques modernes; la diode et le transistor. es éléments

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

Quelques généralités et faits historiques sur les

Quelques généralités et faits historiques sur les Quelques généralités et faits historiques sur les phénomènes électriques L. Villain 1 Notion de charge électrique 1.1 Historiques et principaux faits La notion fondamentale à la base de la description

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

La courbure de l espace-temps par Alain Bonnier, D.Sc. (physique)

La courbure de l espace-temps par Alain Bonnier, D.Sc. (physique) La courbure de l espace-temps par lain onnier, D.Sc. (pysique) 1. La gravitation M F F = r GMm r 2 F m Selon la téorie gravitationnelle de Newton, tous les objets s attirent avec une force F proportionnelle

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique Thème du programme : Observer Sous-thème : Sources de lumière colorée Spectres et niveaux d énergie Type d activité : Activité documentaire Conditions de mise en œuvre : (application, durée indicative

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

LE «PARADOXE» EPR & L INEGALITE DE BELL

LE «PARADOXE» EPR & L INEGALITE DE BELL LE «PARADOXE» EPR & L INEGALITE DE BELL Je pense qu il vaut mieux dire tout de suite que personne ne comprend la mécanique quantique Si vous le pouve, évite de vous dire : «Mais comment peut-il en être

Plus en détail

B - COURANT ELECTRIQUE

B - COURANT ELECTRIQUE B - COURANT ELECTRIQUE B - I - DEFINITION DE L'INTENSITE D'UN COURANT ELECTRIQUE La propriété des conducteurs solides d'avoir des électrons libres correspond à l'échelle des atomes à un déplacement permanent

Plus en détail

LA PHYSIQUE QUANTIQUE

LA PHYSIQUE QUANTIQUE LA PHYSIQUE QUANTIQUE Je ne sais pas comment ça a pu arriver, mais un lien s est créé, là, qui tient toujours malgré tout le reste, comme un pacte très solide. Keith Richards Etienne KLEIN, 16 mai 2013

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

L analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codage et critères d évaluation A. Strauss et J. Corbin PRÉSENTATION

L analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codage et critères d évaluation A. Strauss et J. Corbin PRÉSENTATION L analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codage et critères d évaluation A. Strauss et J. Corbin PRÉSENTATION CANONS ET PROCÉDURES La collecte et l analyse des données sont un processus

Plus en détail

Physique Quantique : Une histoire de deux visions du monde 1

Physique Quantique : Une histoire de deux visions du monde 1 Physique Quantique : Une histoire de deux visions du monde 1 Ulrich Mohrhoff Le thème de ce Congrès est Relier Science et Spiritualité. Sur ce sujet, il existe une vaste gamme de points de vue, depuis

Plus en détail

L étrangeté du monde quantique

L étrangeté du monde quantique L étrangeté du monde quantique Les progrès de la science sont souvent source d émerveillement. Le chercheur, tout en visant à rationaliser le monde qui l entoure, n est jamais aussi heureux que devant

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Les Frontières du Monde quantique

Les Frontières du Monde quantique Les Frontières du Monde quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de Physique Ecole Normale Supérieure IUF, Lille,

Plus en détail

La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité

La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité 1 Daniel Fortier Table des matières Introduction 2 Première partie. La science 5 Chapitre 1 Réalité, théorie et données 5 Chapitre 2 L état d un

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

Chapitre 6P : ENERGIE CINETIQUE ET ENERGIE POTENTIELLE

Chapitre 6P : ENERGIE CINETIQUE ET ENERGIE POTENTIELLE Chapitre 6P : ENERGIE CINETIQUE ET ENERGIE POTENTIELLE Dans le chapitre précèdent, nous avons étudié l expression du travail et de la puissance d une force constante. Ce travail correspond à un transfert

Plus en détail

Aides à l'analyse : Commande Liens. Commande [Montrer]

Aides à l'analyse : Commande Liens. Commande [Montrer] 1) Sélectionner l énoncé par [Cliquer G] 2) Ouvrir le menu EDITION (Barre générale de menus) 3) [Cliquer G] sur la ligne Supprimer la ligne Aides à l'analyse : Commande Liens Le Menu Liens permet d'obtenir

Plus en détail

Avant-propos. Les auteurs. Partie I Signaux physiques 1

Avant-propos. Les auteurs. Partie I Signaux physiques 1 Avant-propos v Les auteurs vii Partie I Signaux physiques 1 1 Oscillateur harmonique 3 I Introduction, définitions.......................... 3 I.1 Exemple............................... 3 I.2 Caractérisation

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE...

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE... Découverte du logiciel Mecaplan pour SolidWorks Page 1/9 Mecaplan pour SolidWorks Bielle Manivelle Piston Bâti Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL....2

Plus en détail

Physique des semi-conducteurs

Physique des semi-conducteurs Physique des semi-conducteurs Christian Ngô Hélène Ngô Physique des semi-conducteurs Cours et exercices corrigés 4 e édition Illustration de couverture : DJM-Photo Fotolia.com Dunod, Paris, 1998, 2003,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

LE TEMPS A LA LUMIERE DE LA RELATIVITE ET DE LA MECANIQUE QUANTIQUE

LE TEMPS A LA LUMIERE DE LA RELATIVITE ET DE LA MECANIQUE QUANTIQUE LE TEMPS A LA LUMIERE DE LA RELATIVITE ET DE LA MECANIQUE QUANTIQUE Lucien Daly Il n est pas possible de parler du temps sans parler de l espace. Pourquoi? Parce que nous sommes maintenant très loin de

Plus en détail

SP6 Introduction au monde quantique

SP6 Introduction au monde quantique SP6 Introduction au monde quantique I Concepts initiau de la physique quantique I.1 Apparition de la notion d objet physique I.2 Objet physique, limite relativiste et approimation newtonienne I.3 Objet

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

Programme. Introduction Anne de Constantin et Jean Staune. Table ronde et questions du public, animée par. Béatrice Milbert et Jean Staune

Programme. Introduction Anne de Constantin et Jean Staune. Table ronde et questions du public, animée par. Béatrice Milbert et Jean Staune Programme 9h00-9h15 9h15-10h00 10h00-10h45 10h45-11h00 11h00-11h45 Introduction Anne de Constantin et Jean Staune Lothar Schäfer Antoine Suarez Pause Andrei Grib 11h45-12h15 Vasily Ogryzko 12h15-13h00

Plus en détail

Relativité, mécanique quantique et ruptures épistémologiques

Relativité, mécanique quantique et ruptures épistémologiques Relativité, mécanique quantique et ruptures épistémologiques Pierre Marage Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles Si beaucoup d identités paraissent aujourd hui «à la dérive», la matière au

Plus en détail

Est-il possible de mesurer le risque des marchés nanciers?

Est-il possible de mesurer le risque des marchés nanciers? Est-il possible de mesurer le risque des marchés nanciers? Pierre Vallois Institut de Mathématiques Élie Cartan Nancy Université Henri Poincaré Colloque : Les mathématiques dans la société 20 novembre

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

4 Déplacements et grandeurs vectorielles.

4 Déplacements et grandeurs vectorielles. 4 Déplacements et grandeurs vectorielles. Tu dois devenir capable de : Savoir citer les caractéristiques des grandeurs vectorielles ; citer des grandeurs vectorielles en physique et expliquer pourquoi

Plus en détail

Pourquoi une telle excitation?

Pourquoi une telle excitation? Pourquoi une telle excitation? Le Higgs R. Jacobsson 1 Qu est-ce que la physique des particules? Une quête pour comprendre: Les constituants fondamentaux de la matière- les particules de matière Les interactions

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE

POLARISATION DE LA LUMIÈRE TRAVAUX PRATIQUES POLARISATION DE LA LUMIÈRE Cette séance de travaux pratiques propose quelques expériences sur l étude et la manipulation de la polarisation d un faisceau. Ces expériences se concentrent

Plus en détail

Physique - Chimie. Comparer le caractère conducteur de différents solides à l aide d un circuit électrique.

Physique - Chimie. Comparer le caractère conducteur de différents solides à l aide d un circuit électrique. Niveau 3 ème Physique - Chimie Document du professeur 1/5 Programme A. La chimie, science de la transformation de la matière A1 - Métaux, électrons et ions A1.2 - Conduction électrique et structure de

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail