Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence"

Transcription

1 Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

2 Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée avant l'intervention Vachon, 1984 L ABP a pour objectif de «Participer à la réduction en fréquence et en gravité d'un risque d'infection hypothétique mais précis, lié à une intervention chirurgicale donnée» 2

3 1. Justification de l ATP L infection, un risque permanent en chirurgie Contamination du site opératoire par des bactéries Flore propre du patient et sources exogènes Dans 90 % des plaies opératoires lors de la fermeture Quels que soient la technique et l environnement Différents facteurs favorisant la prolifération 3

4 1. Justification de l ATP L infection, la complication postopératoire la plus fréquente Toutes chirurgies confondues, taux brut d ISO estimé à 2%, à rapporter aux 7 millions annuels d opérés et pour un coût moyen par infection de (France) 4

5 1. Justification de l ATP L antibioprophylaxie, technique validée S oppose à la prolifération bactérienne Fait partie des mesures préventives, mais à condition de respecter Ses indications ET Ses règles de prescription ET Les autres mesures préventives 5

6 2. Justification de recommandations Prescription fréquente 10 à 15 % des hospitalisés 30 % à 50 % des antibiotiques prescrits Souvent inappropriée Jusqu à 90 % Choix inadapté de l antibiotique Moment du début d administration inadéquat Durée de prescription inutilement prolongée Avec des conséquences Résistance bactérienne Diffusion de la résistance (transmission croisée) 6

7 2 bis. Recommandations Sfar. Conférence de consensus. Pratique de l antibioprophylaxie en chirurgie, 1992 Sfar. Actualisation des recommandations pour la pratique de l antibioprophylaxie en chirurgie, 1999 Sfar. Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle (Patients adultes). Actualisation,

8 3. Indications prioritaires Certaines interventions de chirurgie Propre-contaminée (à risque infectieux élevé) Propre (à risque infectieux faible mais grave) 8

9 3. Autres indications Certains patients à risque particulier Colonisés par une flore nosocomiale, soumis à une réintervention précoce pour cause non infectieuse (réanimation, long séjour ou rééducation) Modification possible du choix de la molécule habituelle Patients ayant radiothérapie, chimiothérapie ou corticothérapie, diabète déséquilibré, très âgés, obèses ou très maigres Aucune modification justifiée Transplantés Patient ambulatoire (choix en fonction de l organe greffé) Patient colonisé par une flore nosocomiale 9

10 3. Prophylaxie de l endocardite Restreinte pour la chirurgie dentaire Uniquement si intervention gingivale ou de la région péri-apicale de la dent, ou perforation de la muqueuse orale Envisagée pour les cardiopathies suivantes Valve prothétique ou matériel prothétique (réparation valvulaire) Antécédent d endocardite infectieuse Cardiopathie congénitale cyanogène non opérée, ou avec fuite résiduelle, ou mise en place d une dérivation chirurgicale avec réparation prothétique, placée chirurgicalement ou percutanée, jusqu à 6 mois après la mise en place avec fuite résiduelle au site d implantation d un matériel prothétique, mise en place chirurgicalement ou par voie percutanée 10

11 3. Exclusions Non concernés par l ABP Les risques infectieux autres L infection du site opératoire déjà présente au moment de l intervention 11

12 4. Règles de prescription Un antibiotique actif sur les bactéries les plus fréquemment responsables d infections du site opératoire ; par exemple : S. aureus et bacilles à gram négatif (cardiaque, vasculaire, orthopédie et traumatologie) E. Coli et Bacteroides fragilis (chirurgie colorectale) Bacilles à gram négatif (chirurgie gastro-duodénale) Un antibiotique n induisant pas de résistance 12

13 Un antibiotique présent au niveau du site opératoire (diffusion), à une concentration adéquate au moment de l acte (CMI), et se maintenant pendant toute l intervention (demi-vie) Un antibiotique aussi peu toxique que possible et sans interférence avec les drogues anesthésiques Un antibiotique avec un bon rapport coût-efficacité Un antibiotique injecté par voie IV (perfusion brève) pour atteindre rapidement un taux plasmatique élevé et une concentration tissulaire appropriée 13

14 Un antibiotique administré avant l incision L étude clinique de Classen (1992) a montré que les antibiotiques ne réduisaient le taux d infection que s ils sont donnés avant l acte chirurgical 14

15 SSI rate (%) Taux d infection en fonction du début de l ABP chez 2847 opérés en classe 1 et 2 : INCISION >10 Hours before Hours after incision Plus de 2 à 24 heures avant l incision : 3,80 % De 0 à 2 heures avant l incision : 0,59 % Dans les 3 heures suivant l incision : 1,40 % Plus de 3 heures après l incision : 3,30 % 15

16 Une durée d ATP aussi courte que possible pour limiter la sélection et la diffusion de bactéries résistantes Le plus souvent limitée à la période per-opératoire, Parfois 24 heures, Jamais au-delà de 48 heures 16

17 5. Points essentiels (Sfar 2010) Pas de recommandations pour l ensemble des situations cliniques (nombreux actes sans évaluation scientifique) En l absence de recommandations, possibilité ou non, de choisir de prescrire une ABP (se rapprocher de pathologies ou techniques similaires) ABP pour certaines chirurgies «propres» ou «proprecontaminées» Diminution d environ 50 % du risque d ISO par l ABP Cible bactérienne fonction type de chirurgie, flore endogène du patient et écologie de l unité d hospitalisation 17

18 5. Points essentiels (Sfar 2010) Administration 30 minutes avant début de l intervention d environ (injection des produits d induction séparée de 5 à 10 minutes de celle de l ABP) Application de la «check-list» (vérification de l administration de l ABP) Médecin responsable de la prescription de l ABP (anesthésiste-réanimateur, chirurgien, gastroentérologue, imageur ) Dose initiale au double de la dose usuelle. Chez l obèse (IMC > 35kg/m2), même en dehors de la chirurgie bariatrique, dose de bêtalactamines encore doublée (dose habituelle de la prophylaxie x 2) 18

19 5. Points essentiels (Sfar 2010) Durée de prescription la plus courte possible (injection d une dose unique) Protocoles d ATB écrits, cosignés par les anesthésistesréanimateurs et les opérateurs, validés par les instances (Clin, COMEDIMS, CAI, ) Protocoles disponibles et éventuellement affichés (salles de consultation pré-anesthésique, d intervention et unités de soin) ABP «à la carte» pour les patients présentant un risque particulier (éviter autant que possible les molécules à très large spectre) Dérogations aux protocoles habituels exceptionnelles et argumentées 19

20

21 6. En pratique Protocoles écrits Par spécialité Liste des actes avec ou sans ABP Antibiotique choisi et alternative (allergie) Dose, durée Cas particuliers Evaluation régulière Audit des pratiques

22 Questions en suspens Orthopédie ABP locale (ciment avec antibiotique pour la chirurgie prothétique) Ophtalmologie Injection dans la chambre antérieure (céfuroxime intra camérulaire pour la cataracte) Cardiaque ABP locale (compresses résorbables imprégnées) 22

23 L ATP en chirurgie ne doit, ni ne peut, se substituer aux autres mesures de prévention Concernant le patient Durée du séjour préopératoire Toilette et dépilation préopératoire Préparation du champ opératoire Concernant l équipe opératoire Tenue des opérateurs Hygiène des mains Surveillance des infections Concernant la salle d opération Discipline Ventilation Nettoyage 23

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis

CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis Journée de la Commission de Soins Infirmiers et de Rééducation Médico- Technique 15 Novembre 2011 Unité de Chirurgie Ambulatoire Participantes : JEANIN Gisèle

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE À L HÔPITAL SAINT-LOUIS

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE À L HÔPITAL SAINT-LOUIS ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE À L HÔPITAL SAINT-LOUIS Mars 2006 RECOMMANDATIONS DU GRAI (Groupe de Réflexion sur les Agents anti-infectieux) VALIDATION PAR LE GROUPE DE TRAVAIL : S. TOURATIER 1, M. ROUVEAU

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la

Plus en détail

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012 Association marocaine de prévention bucco-dentaire 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire 5-6-7 avril 2012 Auteur: Dr. L. HARFOUCHE Prise en charge des patients porteurs de prothèse articulaire

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013 Diabète et chirurgiens dentistes Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique Un professionnel de santé le plus souvent ignoré dans le parcours de soin du diabétique alors qu

Plus en détail

REC - BOP: Antibioprophylaxie

REC - BOP: Antibioprophylaxie 1. OBJET L infection est un risque lors de toute opération et la prophylaxie antibiotique permet de limiter ce risque. L objectif de cette recommandation est: de réduire l incidence des infections du site

Plus en détail

MODE OPERATOIRE : Identification PROTOCOLES D ANTIBIOPROPHYLAXIE MO SPI - ATB 002 V4 CHIRURGICALE

MODE OPERATOIRE : Identification PROTOCOLES D ANTIBIOPROPHYLAXIE MO SPI - ATB 002 V4 CHIRURGICALE MODE OPERATOIRE : Identification PROTOCOLES D ANTIBIOPROPHYLAXIE MO SPI - ATB 002 V4 CHIRURGICALE Date 07 / 2011 n page 1/19 OBJET Cette procédure décrit les modalités de prescription d antibiotiques pour

Plus en détail

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE Les recommandations européennes (1) et françaises (2) indiquent que la cure des hernies de l aine doit être

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

Endocardites La prévention. Olivier Caubet CHU de Bordeaux CAPC 20 Mai 2010

Endocardites La prévention. Olivier Caubet CHU de Bordeaux CAPC 20 Mai 2010 Endocardites La prévention Olivier Caubet CHU de Bordeaux CAPC 20 Mai 2010 Mieux vaut prévenir que subir. La responsabilité des professionnels de santé en matière de prévention du risque infectieux répond

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Faut il les suivre à la lettre? Thanh Doco-Lecompte Maladies Infectieuses et tropicales CHU Nancy Evolution des indications d antibioprophylaxie

Plus en détail

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Dr Hélène Favre, DOQRU HCL Dr Jacqueline Grando, UHE GHE HCL JPRI 19 Novembre 2013 Contexte Démarche gestion des risques

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

Nouvelles recommandations suisses pour la prophylaxie des endocardites

Nouvelles recommandations suisses pour la prophylaxie des endocardites Communications des sociétés de discipline médicale Kardiovaskuläre Medizin 2000;3:258 65 C. Vuille a, M. Zuber a, F. Stocker b a délégués de la Société Suisse de Cardiologie b délégué de la Société Suisse

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Infections en chirurgie : l importance d un d

Infections en chirurgie : l importance d un d Infections en chirurgie : l importance d un d programme assurance-qualit qualité Weiss Karl, MD, MSc,, FRCPC Professeur Titulaire de Clinique Hôpital Maisonneuve-Rosemont Faculté de MédecineM Université

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL. Forcomed Dr Florence Lair

MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL. Forcomed Dr Florence Lair MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL Forcomed Dr Florence Lair La qualité : définition OMS : «démarche qui doit permettre de garantir à chaque patient l assortiment d actes diagnostiques

Plus en détail

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir!

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Que faire? Dr Marc SIMON Chirurgien Dentiste LOUVIERS RAPPELS ANATOMIQUES Origine 1. Traumatique 2. Post chirurgicale 3. Endodontique

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE PRACTIS DENTAL, 22/01/2014 Dr MOSSOT V-L Infectiologie et Implantologie Les germes rencontrés le plus souvent lors d infections post chirurgicales ne sont pas

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

C. Martin (coordonnateur) C. Auboyer H. Dupont R. Gauzit M. Kitzis A. Lepape O. Mimoz P. Montravers J.L. Pourriat

C. Martin (coordonnateur) C. Auboyer H. Dupont R. Gauzit M. Kitzis A. Lepape O. Mimoz P. Montravers J.L. Pourriat 1 Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle. (patients adultes) Actualisation 2010 Voir le document originel sur le site de la SFAR Comité de pilotage Société française d anesthésie

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie Hygiène bucco-dentaire en gériatrie 1 ière journée régionale de formation et d information destinée aux EHPAD 30/11/2009 Hygiène bucco-dentaire - Marina Neveu Page 1 Introduction Le centre hospitalier

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 BIRODOGYL, comprimé pelliculé B/10 (CIP : 34009 348 281 5 7) RODOGYL, comprimé pelliculé B/20 (CIP : 34009 307 477 2 8) Laboratoire SANOFI AVENTIS France

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

«PREPARATION CUTANEE DE

«PREPARATION CUTANEE DE Champagne-Ardenne «PREPARATION CUTANEE DE L OPERE EN CHIRURGIE AMBULATOIRE» RESULTATS 2005 Juin 2005 Sommaire Etablissements participants et référents:... 3 Page Introduction... 4 1. Objectif de l audit...

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Tunis Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon - Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon EXPERTISE EN IN Dr Joseph Hajjar Inscrit sur la Liste nationale

Plus en détail

Pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie

Pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie Pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principes généraux du choix d'un antibiotique pour l'antibioprophylaxie en chirurgie...1 1. 1 Introduction...

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009)

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009) Recommandations Prévention des IUN Conférence de consensus : IUN de l adulte 2002 SPILF-AFU Guide to the Elimination of Catheter-Associated Urinary Tract Infections (CAUTIs) APIC 2008 Dr Gwenaël Rolland-Jacob

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos Avant propos Avec le développement de la chirurgie ambulatoire, le nombre de professionnels qui s intéressent à cette pratique est en croissance constante. Les «nouveaux intéressés» se heurtent souvent

Plus en détail

Prise en charge des foyers infectieux bucco-dentaires

Prise en charge des foyers infectieux bucco-dentaires Introduction Le spécialiste de la cavité buccale reçoit fréquemment des patients adressés par des praticiens de différentes spécialités pour une recherche de foyers infectieux (FIBD). La recherche de FIBD

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière

Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière XI ème Rencontre Internationale Francophone des Infimiers(e)s en Hygiène Hospitalière 8 et 9 mai 2008 à Liège Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière Méthodologie d audit Préparation

Plus en détail

LA CHIRURGIE AMBULATOIRE

LA CHIRURGIE AMBULATOIRE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE Juillet 1998 Cette étude a été réalisée, à la demande de la Direction Générale de la Santé et de la Direction des Hôpitaux, en mai 1997, les conclusions ci-jointes sont issues

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-23/2014. Document consultable dans Médi@m. Date : 24/10/2014 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les

CIRCULAIRE CIR-23/2014. Document consultable dans Médi@m. Date : 24/10/2014 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les CIRCULAIRE CIR-23/2014 Document consultable dans Médi@m Date : 24/10/2014 Domaine(s) : gestion des prestations en nature gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

A.R. 27.3.2012 + A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 En vigueur 1.7.2012

A.R. 27.3.2012 + A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 En vigueur 1.7.2012 A.R. 27.3.2012 + A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 En vigueur 1.7.2012 Modifier Insérer Enlever Article 28 FOURNISSEURS D IMPLANTS A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 1 er. Sont considérés comme relevant de la compétence

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Déficits immunitaires primitifs Primary Immunodeficiency Groupe de pathologies génétiques, caractérisées par une

Plus en détail

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI)

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) L. Cauchy, N. Loukili, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien XXIII ième Congrès s national de la SF2H 7

Plus en détail

Dents et risque infectieux

Dents et risque infectieux Dents et risque infectieux Olivier Rogeaux Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Dents et bactéries La région buccale n est pas stérile La région buccale n

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Dr Jean-Pierre Chartrand, MD Q et R La chirurgie réfractive au laser excimer pratiquée par les ophtalmologues est l une des deux procédures chirurgicales les plus

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

La Chirurgie Ambulatoire

La Chirurgie Ambulatoire La Chirurgie Ambulatoire DÉFINITION, CONCEPT, FONDAMENTAUX Pr Jean-pierre Triboulet CHU Lille Colloque ANAP-HAS- 23.11.2010 DÉFINITION Projet de décret (autorisations de chirurgie) version Conseil d'etat

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie Centre pour les cardiopathies congénitales Information au patient: endocardite

Clinique universitaire de cardiologie Centre pour les cardiopathies congénitales Information au patient: endocardite Clinique universitaire de cardiologie Centre pour les cardiopathies congénitales Information au patient: endocardite _f_patienteninfo.indd 1 22.05.2014 13:07:16 Littérature: Flückiger, U., & Jaussi, A.

Plus en détail

Infirmier(e) Anesthésiste et

Infirmier(e) Anesthésiste et Infirmier(e) Anesthésiste et Anesthésiste-Réanimateur : coopération et responsabilités Claude Ecoffey Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale 2, Hôpital Pontchaillou, Université Rennes 1, 35033 Rennes

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

Pour l intervention dont vous allez bénéficier, le Docteur Rillardon demande un dépassement d honoraires de :

Pour l intervention dont vous allez bénéficier, le Docteur Rillardon demande un dépassement d honoraires de : Membre de la Société Française de Madame, Monsieur, Pour l intervention dont vous allez bénéficier, le Docteur Rillardon demande un dépassement d honoraires de : euros. Il s agit d une procédure régulière

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Préambule Les programmes de médecine dentaire offerts dans les hôpitaux

Plus en détail

Le binôme médecin / chirurgien-dentiste au cœur de la réflexion sur une consultation bucco-dentaire de prévention.

Le binôme médecin / chirurgien-dentiste au cœur de la réflexion sur une consultation bucco-dentaire de prévention. Le binôme médecin / chirurgien-dentiste au cœur de la réflexion sur une consultation bucco-dentaire de prévention. Dr Annabelle TENENBAUM Soirée Asdes 21 octobre 2008 Constat Liens, statistiquement confirmés,

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE Marcelle Haddad PLUSIEURS CATEGORIES DE CHIRURGIE 1-Perte d un d organe ou d une fonction Ex: cholecystectomie,appenticectomie 2-Ablation d une tumeur,, d un d

Plus en détail

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99 LIVRET D ACCEUIL POUR LES STAGIAIRES SERVICE UNITE DE SOINS INTENSIFS PRESENTATION DU SERVICE AUX ETUDIANTS Nom USI UNITE DE SOINS INTENSIFS Localisation dans l Etablissement 1er étage Cadre de santé Christine

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question,

Plus en détail

Désinfection cutanée. Travail réalisé par Silbande Karine et Mathieu Anaïs. Professeur: Monsieur Erpicum

Désinfection cutanée. Travail réalisé par Silbande Karine et Mathieu Anaïs. Professeur: Monsieur Erpicum Désinfection cutanée Travail réalisé par Silbande Karine et Mathieu Anaïs Professeur: Monsieur Erpicum Année académique 2014-2015 La désinfection cutanée Avant de parler de la désinfection cutanée, nous

Plus en détail

PREVENTION DE L'ENDOCARDITE BACTERIENNE

PREVENTION DE L'ENDOCARDITE BACTERIENNE 1/8 1 ) OBJECTIF(S) : permettre aux équipes de savoir quand et quels sont les traitements à mettre en route chez les patients risquant une endocardite bactérienne. 2 ) DOMAINE D APPLICATION : Fédération

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail