L enseigne, tout comme le nom commercial, le droit au bail ou la clientèle, fait partie des éléments incorporels du fonds de commerce.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L enseigne, tout comme le nom commercial, le droit au bail ou la clientèle, fait partie des éléments incorporels du fonds de commerce."

Transcription

1 ENSEIGNE COMMERCIALE 18/11/2008 L enseigne, tout comme le nom commercial, le droit au bail ou la clientèle, fait partie des éléments incorporels du fonds de commerce. I. QU EST CE QU UNE ENSEIGNE? II. L ENTREPRISE PEUT-ELLE LIBREMENT CHOISIR SON ENSEIGNE? III. QUAND DEVIENT-ON PROPRIETAIRE DE L ENSEIGNE? IV. COMMENT PROTEGER L ENSEIGNE? 1/7

2 I. QU EST CE QU UNE ENSEIGNE? L enseigne est un signe visible qui sert à distinguer un local commercial et à permettre au public de ne pas le confondre avec un autre. Elle est l indication par quelque procédé visuel que ce soit, d une activité s exerçant dans tout ou partie de l immeuble sur lequel elle est apposée. Elle ne peut comporter d autre mention que celle d un nom, d une profession, d une dénomination ou d une raison sociale et de la marque qui y est attachée. L enseigne fait donc partie du fonds de commerce. A. Enseigne et nom commercial L enseigne se distingue du nom commercial par son aspect concret. Elle peut revêtir les formes les plus variées, depuis la classique enseigne se balançant au vent jusqu aux bandes lumineuses au-dessus du magasin ou de sa porte ou à côté du magasin. Une entreprise n a qu un seul nom commercial qui est obligatoire. En revanche, l entreprise peut avoir autant d enseignes que de points de vente. Elle peut également ne pas avoir d enseigne dans la mesure où celle-ci est facultative. Le nom commercial ne peut être qu un nom (patronymique ou de fantaisie). Au contraire, l enseigne peut être, soit un terme qui s écrit, soit un dessin ou un signe figuratif. B. Enseigne et marque La marque est un signe distinctif d un produit ou d un service. Elle permet à la clientèle de distinguer les produits et les services qui lui sont offerts. Contrairement à l enseigne et au nom commercial dont les régimes sont tout à fait voisins, la marque fait l objet d une réglementation spécifique (Code de la propriété intellectuelle). Elle doit être déposée auprès de l INPI (Institut National de la Propriété 2/7

3 Industrielle). Cet organisme est situé en Alsace à Strasbourg 2, rue brûlée, tél : , fax : , adresse de courrier électronique : En pratique, le même terme sert souvent à la fois d enseigne, de marque et de nom commercial. II. L ENTREPRISE PEUT-ELLE LIBREMENT CHOISIR SON ENSEIGNE? Le régime de l enseigne est tout à fait voisin de celui du nom commercial. A. Liberté de principe Ainsi, comme c est le cas pour le nom commercial, l entrepreneur peut choisir à titre d enseigne, son propre nom patronymique, son pseudonyme, son prénom ou le nom d un tiers. De même, il peut choisir une dénomination de fantaisie dont les termes peuvent se rattacher ou non à l objet du commerce exploité, au lieu d exploitation, aux modalités d exploitation ou encore n avoir aucune sorte de lien avec le commerce exploité. B. Limitations 1. Les titulaires d un nom patronymique ou d un pseudonyme peuvent s opposer à une usurpation de ces attributs de leur personnalité. Ceci est valable en particulier pour les homonymes. Il 3/7

4 peut arriver, en effet, que le nom patronymique adopté soit celui, légitime aussi, d un commerçant exerçant un commerce similaire. La tendance dominante de la jurisprudence est d admettre qu un commerçant puisse exercer son commerce sous son propre nom patronymique comme nom commercial ou enseigne, même si ce nom est déjà utilisé par un autre commerçant exerçant un commerce de même nature. Il y aura seulement lieu à réglementation afin d éviter les dangers de confusion. Le juge appréciera souverainement les mesures opportunes à prendre dans ce but. Le plus souvent, il ordonne l adjonction d un prénom ou l adjonction du nom d un associé, etc., le but étant d éviter tout risque de confusion. En revanche, les tribunaux prononceront une interdiction pure et simple d utilisation de ce nom dès lors qu ils constateront que l introduction de l homonyme n est faite que pour profiter de la notoriété de l autre personne. 2. S agissant des enseignes de fantaisie, il convient de préciser que le terme choisi ne doit pas être contraire à l ordre public et aux bonnes mœurs. 3. L enseigne doit être distinctive et originale. Le terme ne doit pas être constitué par un terme banal dont l appropriation par un seul constituerait un abus de droit. L appréciation de ce caractère banal est une question de fait que les juges du fond apprécient souverainement. Aussi, il convient d éviter les termes génériques : magasin, comptoir, galerie, casino, pizza, etc. 4/7

5 4. Le terme ne doit pas être déceptif. Le nom commercial ne doit pas induire le public en erreur sur la véritable nature de l établissement désigné. Ainsi, l emploi des mots «et Cie», «société» sont constitutifs de concurrence déloyale pour désigner l établissement tenu par un commerçant - entreprise individuelle, car ils tendent à faire croire qu on se trouve en présence d une société. 5. Il faut enfin que l enseigne soit disponible. On ne peut prendre comme nom commercial un terme qui se trouve identique ou similaire à un terme qui a déjà été approprié par un concurrent, que ce soit à titre de nom commercial, d enseigne ou de marque. 6. L enseigne reprenant le nom d une rue désignée d après une personne célèbre ne doit pas créer un risque de confusion avec cette personne, ni profiter de la célébrité de celle-ci (CA Paris 6 juin 1961). Deux remarques doivent être faites : L enseigne n est protégée qu entre concurrents. 5/7

6 Il est donc nécessaire que les entreprises désignées soient de même nature ou de nature voisine. Ce qu il faut empêcher, c est que le client en voyant deux noms semblables, ne soit amené à penser qu il s agit de la même entreprise. Rayonnement national ou rayonnement local. Le degré de protection varie suivant que l enseigne ou le nom commercial a un rayonnement local ou national. L inscription au registre du commerce et des sociétés confère au titulaire du nom commercial ou de l enseigne une protection locale sans pour autant que cette seule inscription emporte acquisition de l enseigne. Mais les entreprises peuvent prétendre à une protection portant sur un cadre plus vaste dès lors que le nom commercial ou l enseigne est notoire, c est-à-dire que l entreprise a une notoriété qui dépasse le cadre local. Pour éviter ces incertitudes, de nombreux industriels ou commerçants décident de déposer leur nom commercial ou enseigne comme marque. Ils sont alors assurés d une protection nationale. A qui s adresser pour vérifier la disponibilité? Il convient de se renseigner auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ainsi qu à l Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) cf ci-dessus. III. QUAND DEVIENT-ON PROPRIETAIRE DE L ENSEIGNE? Le droit sur l enseigne s acquiert par le premier usage. Cet usage doit être un usage public, fait à titre d enseigne, c est-à-dire fait pour désigner un local. On peut se contenter d un simple bandeau provisoire au-dessus de l entrée du magasin. Une simple déclaration ou une inscription au Registre du Commerce et des Sociétés ne saurait emporter acquisition de l enseigne. 6/7

7 L enseigne se transmet, sauf clause contraire, avec le fonds auquel elle est rattachée. En revanche, elle se perd avec la fermeture de l établissement ou sa disparition. IV. COMMENT PROTEGER L ENSEIGNE? La protection de l enseigne est fonction de sa notoriété. En principe, elle n a qu un rayonnement local et même dans les grandes villes, dans un seul quartier, voire une rue. Seule l action en concurrence déloyale protège l enseigne. Fondée sur les articles 1382 et 1383 du Code civil, l action en concurrence déloyale est exercée auprès du Tribunal de grande instance. Seront condamnées les enseignes postérieures et identiques ou semblables, de nature à induire le public en erreur sur l établissement désigné. Exemple : «Le Contemporain» et «Le meuble contemporain», «Eve» et «Adam et Eve». CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin 10, place Gutenberg Strasbourg cedex CCI de Colmar et du Centre-Alsace 1, place de la Gare - BP Colmar cedex CCI Sud-Alsace Mulhouse 8, rue du 17 Novembre BP Mulhouse cedex /7

DROIT DE COMMUNICATION DES ASSOCIES DE SARL

DROIT DE COMMUNICATION DES ASSOCIES DE SARL DROIT DE COMMUNICATION DES ASSOCIES DE SARL 27/02/2015 Le Code de Commerce prévoit que chaque associé dispose d un droit d information sur les affaires sociales. Il s agit, d une part, d un droit de communication

Plus en détail

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR 28/08/2014 Le titulaire d un bail commercial, commerçant ou artisan, qui entend faire valoir ses droits à la retraite ou qui devient titulaire d une pension d invalidité,

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

DIRIGEANTS ET DELEGATION DE POUVOIRS

DIRIGEANTS ET DELEGATION DE POUVOIRS DIRIGEANTS ET DELEGATION DE POUVOIRS 08/06/2015 Les représentants légaux de toute société peuvent déléguer à d autres personnes de leurs choix le pouvoir d accomplir, au nom de la société, certains actes

Plus en détail

ARCHIVES COMMERCIALES

ARCHIVES COMMERCIALES ARCHIVES COMMERCIALES 26/04/2013 L'exercice d une activité commerciale génère un nombre important de documents (registres, correspondances, factures, bordereaux, quittances, talons de chèques, relevés

Plus en détail

ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE

ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE 05/09/2014 L action en concurrence déloyale se distingue de l action en contrefaçon. En effet, la première exige la réalisation d une faute (agissements fautifs) à l encontre

Plus en détail

DROITS ET OBLIGATIONS A L'EGARD DE L'(EX) EMPLOYEUR

DROITS ET OBLIGATIONS A L'EGARD DE L'(EX) EMPLOYEUR DROITS ET OBLIGATIONS A L'EGARD DE L'(EX) EMPLOYEUR 20/10/2015 Pendant l'exécution de son contrat de travail, le salarié doit s'abstenir de toute activité concurrente de celle de l'employeur pour son propre

Plus en détail

RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE

RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE 22/10/2010 La conclusion d un contrat de travail à durée déterminée engage, en principe, les parties jusqu au terme de ce contrat. Le législateur a toutefois

Plus en détail

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION DROIT DE 08/09/2014 Le droit de rétention est le droit pour la personne qui détient une chose appartenant à son débiteur de conserver cette chose par de vers elle en attendant le règlement intégral de

Plus en détail

I. Le document contractuel, support de la clause de prévention des impayés LES CLAUSES RELATIVES A LA PRÉVENTION DES RISQUES D IMPAYES

I. Le document contractuel, support de la clause de prévention des impayés LES CLAUSES RELATIVES A LA PRÉVENTION DES RISQUES D IMPAYES PREVENIR LES IMPAYES 28/08/2014 Les entreprises, outre les possibilités qui leur sont offertes de se renseigner sur la situation financière de leurs clients[1], peuvent également prévenir les risques d

Plus en détail

SITE INTERNET 14/11/2008

SITE INTERNET 14/11/2008 SITE INTERNET 14/11/2008 Internet est un espace soumis aux règles de droit commun et, depuis le 21 juin 2004, aux dispositions de la loi pour la confiance dans l économie numérique (LCEN). Si des questions

Plus en détail

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL 16/12/2014 Tout employeur doit tenir un certain nombre de registres destinés à l'information des administrations. Leur nombre varie en fonction de

Plus en détail

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE 17/11/2011 L'entreprise peut être désignée par un ensemble de signes distinctifs. Une entreprise individuelle est identifiable par son nom commercial,

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE

LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE 22/03/2010 Il s'agit d'un "contrat par lequel le propriétaire ou l'exploitant d'un fonds de commerce ou d'un établissement artisanal, concède totalement ou partiellement

Plus en détail

SOCIETE EN PARTICIPATION

SOCIETE EN PARTICIPATION SOCIETE EN PARTICIPATION 02/03/2015 La société en participation est une société que les associés ont convenu de ne pas immatriculer. Elle n a pas la personnalité morale et n est pas soumise à publicité

Plus en détail

I. CADRE ADMINISTRATIF ET FISCAL

I. CADRE ADMINISTRATIF ET FISCAL FORMATION 23/07/2012 Cette matière est régie, pour l essentiel, par la loi du 24 février 1984 et la loi du 4 juillet 1990 relative au contrôle du financement des actions de formation professionnelle continue

Plus en détail

LE FC EN DROIT MAROCAIN

LE FC EN DROIT MAROCAIN LE FC EN DROIT MAROCAIN Le fonds de commerce est, selon l article 79 du code de commerce, Un bien meuble incorporel constitué par l ensemble des biens mobiliers affectés à l exercice d une ou plusieurs

Plus en détail

OBLIGATIONS DU FRANCHISEUR DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE

OBLIGATIONS DU FRANCHISEUR DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE OBLIGATIONS DU FRANCHISEUR DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE 08/09/2014 Le contrat de franchise est issu de la pratique, il n existe pas de réglementation spécifique à son sujet ; cette convention doit seulement

Plus en détail

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX 30/09/2014 En cas de désaccords relatifs au statut des baux commerciaux ou plus particulièrement à la fixation du loyer lors du renouvellement ou de

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE L associé unique d une EURL peut décider à tout moment, librement, de dissoudre la société. 27/02/2015 Ce type de dissolution connaît quelques particularités

Plus en détail

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession.

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession. WARRANT 22/12/2014 Le warrant est une sûreté mobilière dévolue aux professionnels qui permet à ces derniers d obtenir du crédit en donnant en gage des éléments de leurs exploitations. Cette sûreté est

Plus en détail

I. CONDITIONS DE VALIDITÉ DE LA SOUS-LOCATION II. EFFETS DE LA SOUS-LOCATION III. IRRÉGULARITÉ DE LA SOUS-LOCATION

I. CONDITIONS DE VALIDITÉ DE LA SOUS-LOCATION II. EFFETS DE LA SOUS-LOCATION III. IRRÉGULARITÉ DE LA SOUS-LOCATION SOUS-LOCATION 28/08/2014 La sous-location est le contrat par lequel une personne (le locataire principal) qui a la jouissance de locaux en vertu d'un bail remet à son tour la jouissance de tout ou partie

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

DOCUMENTS COMMERCIAUX : MENTIONS OBLIGATOIRES

DOCUMENTS COMMERCIAUX : MENTIONS OBLIGATOIRES DOCUMENTS COMMERCIAUX : MENTIONS OBLIGATOIRES 30/01/2014 Les entreprises doivent impérativement faire figurer, sur les documents commerciaux qu elles envoient aux tiers, certaines mentions à peine de sanctions

Plus en détail

Règlement du concours photo «Il était une voie» De Réseau Ferré de France

Règlement du concours photo «Il était une voie» De Réseau Ferré de France Règlement du concours photo «Il était une voie» De Réseau Ferré de France Article 1. Société organisatrice Du 1 er juillet 2012 au 2 Septembre 2012 La direction régionale Bourgogne Franche-Comté de Réseau

Plus en détail

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES Avant de pouvoir clairement distinguer les différents types de création dont vos salariés peuvent être les auteurs, et leurs régimes juridiques distincts, il convient

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail

Article 2 Conditions d'adhésion au programme

Article 2 Conditions d'adhésion au programme Le programme Happy Card devient à compter du 1 juillet 2012 le programme Les Points Fidélité Cetelem. Les présentes conditions générales du Programme de fidélité Les Points Fidélité Cetelem précisent les

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

PUBLICITE - ACHAT D'ESPACES PUBLICITAIRES

PUBLICITE - ACHAT D'ESPACES PUBLICITAIRES PUBLICITE - ACHAT D'ESPACES PUBLICITAIRES 16/05/2012 La diffusion de messages suppose deux catégories d opérateurs : les annonceurs (entreprises pour le compte desquelles la publicité est diffusée) et

Plus en détail

Les textes régissant ces manifestations commerciales sont les articles R.762-1 à R.762-14 et L.762-1 à L.762-3 du Code de commerce.

Les textes régissant ces manifestations commerciales sont les articles R.762-1 à R.762-14 et L.762-1 à L.762-3 du Code de commerce. SALON PROFESSIONNEL 26/08/2015 Le législateur ne distingue plus les foires des salons. Le salon professionnel est ainsi défini comme étant «une manifestation commerciale consacrée à la promotion d un ensemble

Plus en détail

CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY

CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY 28/08/2014 La cession Dailly est un mécanisme par lequel un créancier, «le cédant», transmet à un établissement de crédit, «le cessionnaire», la propriété de créances

Plus en détail

LILLE METROPOLE ÉLABORATION DU RÈGLEMENT LOCAL DE PUBLICITÉ

LILLE METROPOLE ÉLABORATION DU RÈGLEMENT LOCAL DE PUBLICITÉ AMÉNAGEMENT ET HABITAT NOVEMBRE 2013 LILLE METROPOLE ÉLABORATION DU RÈGLEMENT LOCAL DE PUBLICITÉ PRÉSENTATION SYNTHÉTIQUE Le projet de Règlement Local de Publicité de Lille Métropole La loi du 12 juillet

Plus en détail

PLAISE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF

PLAISE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF Etienne NOEL Sandra GOSSELIN Avocats Associés 8, rue Blaise PASCAL 76 100 ROUEN Tél : 02 35 07 19 18 Fax : 02 35 15 17 80 RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR POUR : La société «Candela Productions» SARL au capital

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3

SOMMAIRE. Présentation 3 Présentation 3 Introduction La physionomie du droit commercial 15 1 La définition du droit commercial 15 Le domaine du droit commercial 15 a) Fondement du droit commercial 15 b) Les rapports entre le droit

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

FAUTE DE GESTION : CAUSE DE RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETE

FAUTE DE GESTION : CAUSE DE RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETE FAUTE DE GESTION : CAUSE DE RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETE 02/01/2012 Aux termes des articles L.223-22 et suivants et L.225-251 et suivants du Code de Commerce, la responsabilité civile des dirigeants

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Statuts de SARL à associé unique

Statuts de SARL à associé unique Statuts de SARL à associé unique MODE D EMPLOI DES STATUTS-TYPES DE SARL COMPOSÉE D UN ASSOCIÉ UNIQUE, GÉRANT DE LA SOCIÉTÉ (ENTREPRISE UNIPERSONNELLE À RESPONSABILITÉ LIMITÉE, DITE EURL) D i r e c t i

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES

DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES LA LOCATION-GERANCE Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserves d usage Septembre

Plus en détail

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V BULLETIN DE PAIE 29/01/2015 L'employeur doit délivrer à chaque salarié un bulletin de paie lors du versement de la rémunération sans que l intéressé ait à le lui demander. Cette obligation s étend à toute

Plus en détail

CESSION DU FONDS DE COMMERCE

CESSION DU FONDS DE COMMERCE CESSION DU FONDS DE COMMERCE 02/05/2011 Le fonds de commerce composé d éléments incorporels (clientèle, autorisation, brevet ) et d éléments corporels (marchandises, matériel) correspond à l activité commerciale

Plus en détail

Votre entreprise a des trésors? Protégez-les!

Votre entreprise a des trésors? Protégez-les! Votre entreprise a des trésors? Protégez-les! Frédéric SALAGNAT, notaire Nathalie SPELTZ, avocat spécialisé PI-TIC Gérard MYON, conseil en propriété industrielle, LAVOIX PLAN Pourquoi la propriété industrielle?

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT DES MARQUES DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT DES MARQUES DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES Cabinet Claude BARANES 27 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Tel : 06 49 73 46 51 Fax: 01 53 64 0972 claudebaranes@avocat-baranes.fr www.avocat-baranes.fr N 77 Mars 2015 Lettre d information juridique

Plus en détail

VOYAGES OU SEJOURS I. REGLEMENTATION 23/07/2012

VOYAGES OU SEJOURS I. REGLEMENTATION 23/07/2012 VOYAGES OU SEJOURS 23/07/2012 La loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 supprime les 4 régimes qui existaient dans la loi du 13 juillet 1992, à savoir : la licence, l agrément, l habilitation et l autorisation.

Plus en détail

REGLEMENT «Inscription Gagnante MY VOLVO» Avril/juillet - 2015

REGLEMENT «Inscription Gagnante MY VOLVO» Avril/juillet - 2015 REGLEMENT «Inscription Gagnante MY VOLVO» Avril/juillet - 2015 Article 1 : Société organisatrice La société Volvo Automobiles France, SAS au capital de 87000 euros, dont le siège social se situe Immeuble

Plus en détail

PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION

PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION Projet de tribunal du brevet communautaire européen Prise de position du CCBE concernant

Plus en détail

II Dans quel cadre, ces accords? Dans quel but sont ils conclus? Le problème des entreprises bénéficiant d une forte puissance de marché.

II Dans quel cadre, ces accords? Dans quel but sont ils conclus? Le problème des entreprises bénéficiant d une forte puissance de marché. Les accords de licence Introduction Les droits de propriété industrielle sont des «droits réels». Les contrats gérant ces droits sont donc basés sur les principes du droit des obligations. Si l on se réfère

Plus en détail

DIRECT ECUREUIL INTERNET

DIRECT ECUREUIL INTERNET DIRECT ECUREUIL INTERNET CONDITIONS GENERALES Marché Secteur Public Page 1 sur 6 Les présentes dispositions, qui, avec les conditions particulières qui y sont associées, forment le présent contrat (ci-après

Plus en détail

la représentation des personnels

la représentation des personnels Le point sur... la représentation des personnels Nous poursuivons ici notre série d articles entamée dans le N précédent (FP N 190) et consacrée aux organismes de représentation des personnels après les

Plus en détail

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques DROIT > Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques Décembre 2014 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU CATEGORIE 7-12 ANS

REGLEMENT DU JEU CATEGORIE 7-12 ANS REGLEMENT DU JEU Règlement complet du jeu : «Faites parler un tableau du Louvre» Article 1 : Société organisatrice Le centre International de séjours linguistiques et sportifs CILS (nom commercial : EXCELLENCIA),

Plus en détail

TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS 23/07/2012 Le transport routier public de voyageurs est réglementé par le décret n 85-891 du 16 août 1985 modifié par décret du 28 décembre 2011 et relatif aux transports

Plus en détail

TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES I. EXIGENCES REQUISES POUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION A. HONORABILITE PROFESSIONNELLE 23/07/2012

TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES I. EXIGENCES REQUISES POUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION A. HONORABILITE PROFESSIONNELLE 23/07/2012 TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES 23/07/2012 Selon le décret n 99-752 du 30 août 1999 modifié par décret du 28 décembre 2011, les entreprises établies en France, autorisées à exercer une activité de transport

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLIS CACHETES. 27 bis RUE VICTOR HUGO 88000 EPINAL

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLIS CACHETES. 27 bis RUE VICTOR HUGO 88000 EPINAL VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLIS CACHETES d un bien immobilier, propriété du Département des Vosges, situé : 27 bis RUE VICTOR HUGO 88000 EPINAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I OBJET Le Département des

Plus en détail

CONTRAT DE FRANCHISE : DEFINITION ET TYPOLOGIE

CONTRAT DE FRANCHISE : DEFINITION ET TYPOLOGIE CONTRAT DE FRANCHISE : DEFINITION ET TYPOLOGIE 08/09/2014 Le contrat de franchise est de plus en plus employé afin de permettre à un fonds de commerce de bénéficier du soutien d une marque notoirement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

VENTES A DISTANCE 31/07/2015

VENTES A DISTANCE 31/07/2015 VENTES A DISTANCE 31/07/2015 Aux termes de l article L121-16 du code de la consommation, constitue un "contrat à distance" tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur, dans le cadre d'un

Plus en détail

VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC

VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC 26/08/2015 Toutes les ventes sur la voie publique sont réglementées. L exercice d une activité commerciale sur le domaine public est soumis, en application des articles L2213-1

Plus en détail

TROPHEE DE LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISE 2011

TROPHEE DE LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISE 2011 TROPHEE DE LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISE 2011 Dossier complet à retourner ou déposer avant le 30 septembre 2011 à : 1) jeunesentreprises@strasbourg.cci.fr OU 2) CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin Pôle

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Règlement d usage de la marque «Haut débit pour tous»

Règlement d usage de la marque «Haut débit pour tous» Règlement d usage de la marque «Haut débit pour tous» I. Préambule 1 II. Objet 2 III. Définitions 2 IV. Conditions d exploitation de la marque par les exploitants 3 V. Conditions d utilisation de la marque

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. Procédure adaptée - articles 28 et 77 du CMP. ACTE D ENGAGEMENT : LOT n 3

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. Procédure adaptée - articles 28 et 77 du CMP. ACTE D ENGAGEMENT : LOT n 3 MARCHE PUBLIC DE SERVICES Procédure adaptée - articles 28 et 77 du CMP ACTE D ENGAGEMENT : LOT n 3 Objet du marché Lot n 3 : Réalisation de diagnostics autonomie dans le cadre de l OPAH du Pays Sancerre

Plus en détail

Règlement de consultation. Appel d offres restreint. Service de ménage et nettoyage des locaux et bureaux d ARTE France

Règlement de consultation. Appel d offres restreint. Service de ménage et nettoyage des locaux et bureaux d ARTE France Règlement de consultation Appel d offres restreint Service de ménage et nettoyage des locaux et bureaux d ARTE France DATE ET HEURE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Mardi 15 novembre 2011 à 12 h 00 (Horaires

Plus en détail

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE Les articles 6 et 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoient la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés pour

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières LE TRAITEMENT JUDICIAIRE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AUX PAYS-BAS Textes de référence :! Loi de 1893 sur la faillite! Loi du 16 mai 1925 sur le concordat! Articles 2-138 et 2-248 du Code civil Table

Plus en détail

VENTES PROMOTIONNELLES

VENTES PROMOTIONNELLES VENTES PROMOTIONNELLES 13/04/2012 Elle consiste pour le commerçant à accorder une réduction (rabais, remise ou ristourne) aux consommateurs, sur l'un ou l'autre des articles mis en vente. Une telle pratique

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté de communes du Volvestre 34, avenue de Toulouse BP 9 31390 Carbonne Tél : 05 61 90 80 70 Fax : 05 61 87 96 82 Marché passé en application

Plus en détail

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations.

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011 Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. La réclamante a été sommée de retirer le foulard qu elle portait

Plus en détail

CONVENTION DE FORMATION EN ENTREPRISE

CONVENTION DE FORMATION EN ENTREPRISE CONVENTION DE FORMATION EN ENTREPRISE La présente convention règle les rapports entre l entreprise : Société : Adresse :... Code Postal :.. Ville : Téléphone :... Mail :.. Représenté par : Agissant en

Plus en détail

Abonnement Infonet Contrat d adhésion

Abonnement Infonet Contrat d adhésion Abonnement Infonet Contrat d adhésion Le présent Contrat d adhésion régit les rapports entre : La Société d Encouragement à l élevage du Cheval Français, association loi 1901, dont le siège social est

Plus en détail

Société :... Adresse :...

Société :... Adresse :... Société :... Adresse :......... Tél :.... Mail :... Dossiier d iinscriiptiion d une Personne Moralle sur lla lliiste des commiissaiires aux comptes La copie du dossier complet est à adresser à la CRCC

Plus en détail

Une collection de nouveaux guides gratuits pour le Salon indépendant de l ARC et de l UNARC du 16 et 17 octobre 2013

Une collection de nouveaux guides gratuits pour le Salon indépendant de l ARC et de l UNARC du 16 et 17 octobre 2013 Reglement-Copropriete_couv_Mise en page 1 07/10/13 15:18 Page1 «Comment faire?» 6 Une collection de nouveaux guides gratuits pour le Salon indépendant de l ARC et de l UNARC du 16 et 17 octobre 2013 Savoir

Plus en détail

TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME

TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME 14/10/2011 Lorsqu une entreprise décide de réaliser un investissement dans un nouveau bien destiné à l exploitation, il peut arriver que ce bien soit fabriqué grâce aux

Plus en détail

Article 3 : Modalités de participation

Article 3 : Modalités de participation REGLEMENT DU JEU-CONCOURS La Fondue Solidaire Article 1 : Organisation La SARL Societ all au capital de 15000 euros, ci-après désignée sous le nom «L'organisatrice», dont le siège social est situé 7 rue

Plus en détail

ESSILOR HACKATHON RÈGLEMENT DU JEU CONCOURS

ESSILOR HACKATHON RÈGLEMENT DU JEU CONCOURS 1. Société Organisatrice ESSILOR HACKATHON RÈGLEMENT DU JEU CONCOURS La Société ESSILOR INTERNATIONAL, designée ci après par L ORGANISATEUR Société Anonyme au capital de 38.860.655,04 euros immatriculée

Plus en détail

Conditions générales du site CONDITIONS GÉNÉRALES GPB Conseil In Street Research

Conditions générales du site CONDITIONS GÉNÉRALES GPB Conseil In Street Research Conditions générales du site CONDITIONS GÉNÉRALES GPB Conseil In Street Research Entre : La société GPB Conseil- In Street Research SARL crée en 1985 Au capital de 15 000 dont le siège social est 221 rue

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel Commentaire Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014 Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel (Saisine d office du tribunal pour l ouverture de la procédure de liquidation judiciaire) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Règlement du jeu concours Quizz Archivage spécial salon Documentation 2015

Règlement du jeu concours Quizz Archivage spécial salon Documentation 2015 Règlement du jeu concours Quizz Archivage spécial salon Documentation 2015 Article 1 : Organisation La SAS Novarchive Holding au capital de 50 000,00, ci-après désignée sous le nom «L'organisatrice», dont

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 6 E-5-05 N 119 du 11 JUILLET 2005 TAXE PROFESSIONNELLE. BASE D IMPOSITION. DETERMINATION DE LA VALEUR LOCATIVE DES IMMOBILISATIONS IMPOSABLES.

Plus en détail

Règlement "Jeu Concours Instagram"

Règlement Jeu Concours Instagram Règlement "Jeu Concours Instagram" Article 1 Objet La société FlixBus SARL (ci-après la «Société Organisatrice»), société au capital de 10 000 euros, dont le siège social est à PARIS (75008) 55/57 91,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation de l espace locataire. Table des matières PH- 2015-09-17

Conditions générales d utilisation de l espace locataire. Table des matières PH- 2015-09-17 Conditions générales d utilisation de l espace locataire Table des matières Article 1. PRÉAMBULE... 2 Article 2. DEFINITIONS... 2 Article 3. DOCUMENTS... 3 Article 4. OBJET... 3 Article 5. ENTREE EN VIGUEUR-

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

CHEQUES CADEAUX ANNONAY +

CHEQUES CADEAUX ANNONAY + . ẠNNONAY + Fédération des Commerçants, Artisans et Professions Libérales CCIT Ardèche 38, rue Sadi Carnot - BP 185 07104 ANNONAY Cedex Tel : 04 75 33 61 95 Site : www.annonay-plus.com Email : contact@annonay-plus.com

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS CARROSSERIE PEINTURE EQUIP AUTO 2013

REGLEMENT DU CONCOURS CARROSSERIE PEINTURE EQUIP AUTO 2013 REGLEMENT DU CONCOURS CARROSSERIE PEINTURE EQUIP AUTO 2013 ARTICLE 1 : ORGANISATEUR La société COMEXPOSIUM, SAS au capital de 60.000.000 euros- RCS Nanterre 316 780 519, dont le siège est situé 70 avenue

Plus en détail

Travaux préparatoires : Discussion et adoption par la chambre des députés dans sa séance du 19 mars 2001.

Travaux préparatoires : Discussion et adoption par la chambre des députés dans sa séance du 19 mars 2001. Loi n 2001-36 du 17 avril 2001, relative à la protection des marques de fabrique de commerce et de services (1) Au nom du peuple La chambre des députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue

Plus en détail

Les présentes Conditions Générales de Vente, ci-après dénommées CGV, sont conclues entre :

Les présentes Conditions Générales de Vente, ci-après dénommées CGV, sont conclues entre : Article 1 Champs d application Les présentes Conditions Générales de Vente, ci-après dénommées CGV, sont conclues entre : La société FLORENT, S.A.S., société d enseignement culturel, élisant domicile au

Plus en détail

Il n'est autorisé qu'une seule participation par personne (même nom, même adresse, même foyer).

Il n'est autorisé qu'une seule participation par personne (même nom, même adresse, même foyer). REGLEMENT DU JEU-CONCOURS #DESFLEURSAUPRINTEMPS Article 1 : Organisation La société Printemps, au capital de 110 563 160,00 euros, ci-après désignée sous le nom «L'Organisatrice», dont le siège social

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

Demande d autorisation d occupation du domaine public pour une TERRASSE Année 2012

Demande d autorisation d occupation du domaine public pour une TERRASSE Année 2012 Police du Cadre de Vie Occupation du domaine public Demande d autorisation d occupation du domaine public pour une TERRASSE Année 2012 I. Renseignements concernant le commerce : (ECRIRE EN MAJUSCULE) Nom/Enseigne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE - SOUS-TRAITANTS -

CONDITIONS GENERALES DE VENTE - SOUS-TRAITANTS - CONDITIONS GENERALES DE VENTE - SOUS-TRAITANTS - PREAMBULE La société ANDCO est une Société par Actions Simplifiées ayant pour activité la mise en relation de transporteurs, logisticiens, et plus généralement

Plus en détail

TROPHEE DE LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISE 2013

TROPHEE DE LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISE 2013 TROPHEE DE LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISE 2013 Dossier complet à retourner ou déposer avant le 22 septembre 2013 à : jeunesentreprises@strasbourg.cci.fr OU CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin Pôle Création/Cession

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat ENTRE Le Conseil Général des Pyrénées Orientales, sis 24, Quai Sadi Carnot, B.P. 906, 66 906 Perpignan Cedex, représenté par Christian BOURQUIN, Président, ayant tous pouvoirs

Plus en détail