Commune de LE TAMPON:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commune de LE TAMPON:"

Transcription

1 Commune de LE TAMPON: Réseau 19 EME KM (chemin Géranium), 19ème Km (RN3), chemins Philippe Técher, des Maraîchers les Hauts, Fargeau et Barbot Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Source des Hirondelles *(ESU) Pont du diable* (ESU) Procédé de traitement : chloration (station Pont d Yves) chloration (station Payet Go), chloration (station 19ième) L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en Exploitant : CISE * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

2 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 93 % 2 Moyenne :0.3 NFU - Moyenne : 2.0 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.6 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE DEGRADATION PONCTUELLE Autres paramètres EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 15 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

3 Commune de LE TAMPON: Réseau 30 EME KM3 Plaine des cafres les hauts, La diligence Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Argamasse * Procédé de traitement : Poste de chloration en ligne Exploitant : CISE L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

4 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 100 % 2 Moyenne : 0.2 NFU - Moyenne : 2.0 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.5 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Autres paramètres Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 4 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

5 Commune de LE TAMPON: Réseau AB LOUVINS Chemin Alexandre Séry Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Pont du diable * Procédé de traitement : chloration (station AB Louvins) Exploitant : CISE L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

6 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 90 % 2 Moyenne : 0.3 NFU - Moyenne : 2.1 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.5 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE DEGRADATION PONCTUELLE Autres paramètres EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 11 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

7 Commune de LE TAMPON: Réseau ARGAMASSE PL.CAFRES HT Grande Ferme, Petite Ferme, Bourg Murat Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Argamasse* (ESU) Pont du diable* (ESU) Procédé de traitement : chloration (station Piton Dugain) chloration (station Payet GO) Exploitant : CISE L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

8 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 100 % 2 Moyenne : 0.3 NFU - Moyenne : 2,0 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.5 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Autres paramètres Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 11 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

9 Commune de LE TAMPON: Réseau NOTRE DAME DE LA PAIX Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Argamasse* (ESU) Pont du diable* (ESU) Procédé de traitement : chloration (station Piton Dugain) chloration (station Payet GO), re-chloration (station ND de la Paix) L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en Exploitant : CISE * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

10 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 100 % 2 Moyenne : 0.2 NFU - Moyenne : 2,0 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.5 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Autres paramètres Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 12 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

11 Commune de LE TAMPON: Réseau PL.CAFRES LES BAS Coin Tranquille, 23ème Km, Piton Hyacinthe Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Pont du diable Procédé de traitement : chloration (station Payet GO) Exploitant : CISE L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

12 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 94 % 2 Moyenne : 0.3 NFU - Moyenne : 2.2 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.5 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE DEGRADATION PONCTUELLE Autres paramètres EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 18 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

13 Commune de LE TAMPON: Réseau REILHAC 28ème Km, lotissement Bois Court Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Argamasse (ESU) Pont du diable (ESU) Procédé de traitement :chloration (station Piton Dugain) chloration (station Payet GO) Exploitant : CISE L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

14 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 100 % 2 Moyenne : 0.3 NFU - Moyenne : 2,0 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.5 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Autres paramètres Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 8 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

15 Commune de LE TAMPON: Réseau SAMARY Chemin Douyère, Chemin Cabeu partie haute et chemin adjacents jusq'uà la route nationale 3 Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Samary (ESU) Pont du diable *(ESU) Procédé de traitement : chloration (station Samary) Exploitant : CISE L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

16 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 La qualité bactériologique de l eau est régulièrement non-conforme ; des problèmes de turbidité apparaissent lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Un programme d amélioration de la qualité de l eau doit être arrêté par la mairie et l exploitant afin de sécuriser l alimentation de ce réseau. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 86 % 2 Moyenne : 0.4 NFU Maximum :2.2 NFU EAU PONCTUELLEMENT NON - Moyenne : 1.8 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.6 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Commentaires EAU DE QUALITE BACTERIOLOGIQUE MOYENNE DEGRADATION PONCTUELLE Autres paramètres CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 14 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

17 Commune de LE TAMPON: Réseau TAMPON VILLE HAUTE Hauts centre ville, Stade et Lycée Roland Garros, 11ème Km Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Source des Hirondelles* (ESU) Pont du diable* (ESU) Procédé de traitement : chloration (station Pont d'yves), chloration (station AB Louvins), chloration (station 17ième km) L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en Exploitant : CISE * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

18 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 97 % 2 Moyenne : 0.3 NFU - Moyenne : 2.2 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 0.6 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE DEGRADATION PONCTUELLE Autres paramètres EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 36 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

19 Commune de LE TAMPON: Réseau VILLE BRAS DE LA PLAINE Bras de Pontho, Trois Mares, rue Hubert de Lisle, La Pointe Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Puits Bras de la Plaine* (ESU) Bras de la Paine/SAPHIR (ESU) Procédé de traitement : chloration (station Bras de Pontho) chloration (station Epidor Hoareau) L Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) organise et réalise le contrôle sanitaire de l eau de consommation humaine à La Réunion. Cette mission est assurée par le service Santé-Environnement de la Délégation de l île de La Réunion. L objectif de ce bulletin annuel est de vous informer sur la qualité de l eau distribuée par votre réseau en Exploitant : CISE * captage équipé de périmètres de protection >> Quelques notions sur l eau potable Bactériologie Le contrôle de la qualité microbiologique des eaux consiste à rechercher les bactéries hôtes habituels de l intestin de l homme et des animaux. Leur détection fait craindre la présence associée de germes dangereux (virus, bactéries ou parasites). L eau est alors non conforme. Le % de conformité exprime le rapport entre le nombre d analyses conformes et le nombre total d analyses réalisées dans l année. Turbidité Elle est due à la présence de matières en suspension qui donnent un aspect trouble à l eau. Elle se mesure en unités NFU. Les pluies peuvent provoquer, par le lessivage des sols, une dégradation de la qualité de l eau captée en surface. En l absence de filtration, les matières en suspension pénètrent dans les réseaux, les dégradent et constituent un obstacle aux opérations de désinfection finale. Par contre, les pompages dans les nappes souterraines sont protégés de la turbidité; l'eau produite ne nécessite alors qu'une simple désinfection avant distribution. La turbidité des eaux destinées à la consommation ne doit pas être supérieure à 2 NFU en distribution. Dureté La dureté représente une mesure des concentrations en calcium et en magnésium présents dans l eau. Elle s exprime en degrés français ( F). Compte tenu des valeurs rencontrées à La Réunion, les traitements complémentaires (adoucisseurs) ne sont pas nécessaires. Ils sont de nature à altérer notablement la qualité de l eau si leur entretien est mal assuré. Les eaux captées par la commune sont douces et faiblement minéralisées. Elles représentent un bon pouvoir moussant au contact du savon et n entartrent pas les appareils ménagers. Elles sont corrosives pour les canalisations. Nitrates Ils proviennent de l ensemble des activités humaines (agricoles, industrielles, domestiques). Chez les nourrissons, la consommation excessive de nitrates peut entraîner des perturbations du système d échange d oxygène (empoisonnement du sang). De plus ces substances sont suspectées être cancérigènes. Aussi les restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nouveaux nés sont prévues dès que le seuil de 50 mg/l est dépassé. Au delà de 100 mg/l l interdiction de la consommation s adresse à l ensemble de la population. Pesticides Ce sont des produits chimiques organiques provenant d activités agricoles, industrielles ou servant à l'entretien des voiries. Ces produits peuvent être entraînés vers les cours d'eau, s'infiltrer dans les sols, et atteindre les nappes profondes. A forte dose (absorption accidentelle) les effets sur la santé se manifestent par des troubles nerveux, digestifs ou respiratoires. A faible dose et exposition répétée, les effets sont encore mal connus. Les doses s'accumulent dans l'organisme, pouvant entraîner un risque à long terme. Aluminium La présence d aluminium dans l eau peut être d origine naturelle (roches, sols) ou liée à la filière de traitement d eau utilisant des réactifs à base d aluminium. En excès dans l eau, il peut présenter un danger d encéphalopathie pour les personnes subissant des séances de dialyse. Pour les eaux utilisées en dialyse, la concentration en aluminium ne doit pas dépasser 10 µg/l selon la pharmacopée. Pour l eau distribuée, la référence de qualité est fixée à 200 µg/l.

20 Personne responsable de la Plomb Périmètres de protection Les eaux peu minéralisées sont susceptibles de dissoudre les matériaux à leur contact. Un risque particulier apparaît lorsque le réseau comporte des canalisations en plomb. Il provient de la dissolution de ce métal contenu dans certains types de canalisations, lorsque les eaux sont agressives. Les travaux d adduction d eau ayant débuté à l'ile de La Réunion après 1950, toutes les tuyauteries ont été réalisées en matériaux autre que le plomb. L eau distribuée est de bonne qualité pour ce paramètre, sur l'ensemble du département. Les périmètres de protection, instaurés par arrêté préfectoral, délimitent autour des captages des zones dans lesquelles s appliquent des interdictions ou des servitudes qui ont pour but de limiter les risques de pollution. Leur instauration est rendue obligatoire par le Code de la Santé Publique. Ils contribuent à la sécurité sanitaire des ressources en eau en empêchant, selon leur vulnérabilité, les implantations urbaines et le développement d activités humaines potentiellement polluantes. >> Bilan 2011 L eau distribuée en 2011 est restée généralement de qualité satisfaisante. Cependant, des problèmes de turbidité peuvent apparaître lors des pluies. L'insuffisance du traitement au vu de la nature de l'eau constitue un facteur de risque. Aussi il est recommandé pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées de plus de 75 ans, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes de ne pas consommer l'eau du robinet sans ébullition préalable pendant 3 mn, même en dehors des périodes de pluies. Bactériologie (% conformité) Turbidité (NFU) Dureté ( F) Nitrates (mg/l) Pesticides (µg/l) * production et de la distribution de l eau (PRPDE) Il incombe à la commune la responsabilité d approvisionner sa population en eau de consommation humaine. Pour cela, elle est propriétaire d un équipement de production et de distribution d eau constitué de captages, d unités de potabilisation, de réservoirs et de réseaux d adduction. La gestion et l exploitation de cet équipement se fait soit en régie, soit il est délégué à un fermier (VEOLIA, CISE, SAPHIR) qui assure alors le service d eau. La PRPDE peut désigner donc à la fois la commune ou son fermier. Limites de qualité Valeurs mesurées sur le réseau Absence de germes tests indicateurs de contamination fécale 100 % 2 Moyenne : 0.5 NFU - Moyenne : 3,0 F EAU DE TRES FAIBLE DURETE 50 Moyenne : 2,00 mg/l EAU CONFORME EN NITRATES 0,1 Moyenne inférieure au seuil de détection ABSENCE DE PESTICIDES Autres paramètres Commentaires EAU DE BONNE QUALITE BACTERIOLOGIQUE EAU PONCTUELLEMENT NON CONFORME EN TURBIDITE EAU CONFORME AUX VALEURS LIMITES REGLEMENTAIRES. (METAUX, SOLVANTS CHLORES ) * 1µg/l (microgramme par litre) = 0,001 mg/l En 2011, l ARS-OI a effectué 41 prélèvements donnant lieu à diverses analyses bactériologiques et physico-chimiques sur les unités de potabilisation et les réseaux de distribution (en plus de ceux effectués sur les captages). Chaque analyse est interprétée en référence aux valeurs réglementaires définies en application du Code de la Santé Publique. Les eaux superficielles captées pour l alimentation en eau potable doivent être traitées impérativement au moins par filtration et désinfection, avant leur distribution. >> Conseils pratiques En cas d absence de votre domicile durant plusieurs jours : A votre retour, l eau a stagné dans les canalisations. Faites couler l eau quelques minutes avant de la boire. Lorsqu un cyclone est imminent (alerte orange) : Pensez à constituer des réserves d eau (citernes, bassines ) et à stocker de l eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour). Lors de fortes pluies : Des problèmes de qualité peuvent affecter de manière ponctuelle les captages. En présence d eau trouble, il est conseillé de la filtrer et de la désinfecter avant consommation (maintenir à ébullition pendant au moins 3 minutes) ou boire de l eau embouteillée. Double réseau : Toute interconnexion du réseau d eau potable public avec un puits privé ou un réseau d irrigation est strictement interdite et dangereuse. Dans les habitats très anciens ayant été équipés de tuyauteries en plomb : il est conseillé de rénover les canalisations de distribution d eau.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

Commune de SAINT-PIERRE:

Commune de SAINT-PIERRE: Commune de SAINT-PIERRE: Réseau MONT-VERT LES BAS Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez du captage : Bras de la plaine Procédé de traitement : chloration (Station Mont Vert les

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

Commune de LES AVIRONS:

Commune de LES AVIRONS: Commune de LES AVIRONS: Réseau AVIRONS VILLE-BANANES Bassin Bleu, Bois de Nèfles, Bois- Blanc, rue de l'eglise, chemins de Ligne, K/Bel et N 1. Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface (ESU) et

Plus en détail

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU INFORMATION 211 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU EAUSERVICE NOUS METTONS TOUT EN OEUVRE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT ET PRÉVENIR TOUTE ÉVENTUELLE POLLUTION DE L EAU eauservice c est : Le distributeur

Plus en détail

Commune de SAINT-PAUL:

Commune de SAINT-PAUL: Commune de SAINT-PAUL: Réseau BOUCAN CANOT littoral de l'hermitage et de la Saline, Grand Fond, Saint-Gilles (partie entre Boucan et centre EDF chemin Summer) Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de

Plus en détail

À boire sans modération!

À boire sans modération! À boire sans modération! Préférez l eau du robinet 1 Certification ISO 9001 et ISO 14001 67 % des Français déclarent boire l eau du robinet au moins une fois par semaine*. 252 000 tonnes : c est la quantité

Plus en détail

L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP. 2 avril 2012

L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP. 2 avril 2012 L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP 2 avril 2012 Les outils du Code de la Santé Publique Le CSP prévoit que le producteur d eau doit

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Les différents traitements de l eau

Les différents traitements de l eau Les différents traitements de l eau Mise à jour le 21/04/2010 Chaque français utilise 100 à 200 litres d eau potable par jour, dont 3 à 5 litres qui servent à l eau de boisson et à la préparation des repas.

Plus en détail

LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES

LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES VRAI OU FAUX? TOUT SAVOIR SUR LE TRAITEMENT DE L EAU L EAU ADOUCIE EST POTABLE? L EAU ADOUCIE A UN GOÛT SALÉ? BOIRE L EAU ADOUCIE

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY 1 Nancy, le 24 avril 2014 Délégation Territoriale de Meurthe-et-Moselle Cellule contrôle sanitaire des eaux Affaire suivie par : Stéphanie MONIOT/BR Courriel : ars-lorraine-dt54-vsse@ars.sante.fr Téléphone

Plus en détail

Réseau ETANG-SALE VILLE : Etang-Salé Les Hauts, Etang-Salé Les Bains, Ravine Sèche...

Réseau ETANG-SALE VILLE : Etang-Salé Les Hauts, Etang-Salé Les Bains, Ravine Sèche... Commune L ETANG-SALE Réseau ETANG-SALE VILLE : Etang-Salé Les Hauts, Etang-Salé Les Bains, Ravine Sèche... Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface (ESU) et une eau souterrraine (ESO) Captage

Plus en détail

Dites adieu au calcaire et à la corrosion!

Dites adieu au calcaire et à la corrosion! ites adieu au calcaire et à la corrosion! La révolution dans le traitement de l eau calcaire Un système breveté unique et innovant contre le calcaire et la corrosion NoCalc ajoute une petite quantité de

Plus en détail

L'eau Leau et le sport : conseils pour la bonne hydratation des sportifs

L'eau Leau et le sport : conseils pour la bonne hydratation des sportifs Le CSAKB Vous propose : L'eau Leau et le sport : conseils pour la bonne hydratation des sportifs S HYDRATER PENDANT L EFFORT La seule boisson indispensable et utile au sportif est l eau. L activité physique

Plus en détail

Commune SAINT-LOUIS (AFFERMAGE)

Commune SAINT-LOUIS (AFFERMAGE) Commune SAINT-LOUIS (AFFERMAGE) RESEAU LA PALISSADE (COCO 3000) Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface (ESU) et une eau souterrraine (ESO) Captage de l eau : Forage Coco CGE*(ESO), Bras de Cilaos*(ESU),

Plus en détail

Commune POSSESSION (LA)

Commune POSSESSION (LA) Commune POSSESSION (LA) Réseau BALTHAZAR, Ste-Thérèse les hauts, Halte-là, rivière des galets Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface (ESU) et une eau souterrraine (ESO) Captage de l eau : Forage

Plus en détail

Puits et forages privés

Puits et forages privés Puits et forages privés à usage domestique Vous souhaitez remettre en service un ancien puits ou créer un forage privé dans votre jardin et éventuellement consommer l eau ainsi prélevée? règles simples

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

Commune SAINT-DENIS (AFFERMAGE)

Commune SAINT-DENIS (AFFERMAGE) Commune SAINT-DENIS (AFFERMAGE) Réseau BELLEPIERRE, Centre Ville, le Brûlé les bas, La Petite Ile, Montgaillard, Deux Canons Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Captage de l eau : Rivière

Plus en détail

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Administration, Quai Maria-Belgia 18 CH 1800 Vevey Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Ressources En 2013, la production globale du SIGE en eau de boisson s'élève à plus de 11.8 millions

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE

CROIX-ROUGE FRANÇAISE CROIX-ROUGE FRANÇAISE Direction des Opérations Internationales / PIROI Gestion, nettoyage et sanitation des puits en situation de catastrophe Document P.I.R.O.I Julien Thiria (ingénieur sanitaire) Mise

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

LE SERVICE COMMUNAL DES EAUX

LE SERVICE COMMUNAL DES EAUX LE SERVICE COMMUNAL DES EAUX En créant un budget unique du service de l eau et de celui de l assainissement à compter du er janvier 23, le conseil municipal a confirmé sa volonté d'assurer en régie directe

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne 1 ère révision Règlement Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Projet pour consultation Table des matières I. Préambule... 3 A. Portée

Plus en détail

LA SÉCURITÉ DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE. assurer en permanence l alimentation en eau potable

LA SÉCURITÉ DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE. assurer en permanence l alimentation en eau potable LA SÉCURITÉ DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE assurer en permanence l alimentation en eau potable Analyse et gestion des risques de dysfonctionnement du réseau d eau potable Identification des scénarios

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

Les eaux minérales naturelles et de source: 242 km² de zones aquifères protégées en Belgique, pour préserver les sources naturelles

Les eaux minérales naturelles et de source: 242 km² de zones aquifères protégées en Belgique, pour préserver les sources naturelles Communiqué de presse Bruxelles, le 16 mars 2012 Journée Mondiale de l Eau 22 mars 2012 Les eaux minérales naturelles et de source: 242 km² de zones aquifères protégées en Belgique, pour préserver les sources

Plus en détail

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE LOCALE EAU POTABLE COMMUNE DE LIEPVRE

RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE LOCALE EAU POTABLE COMMUNE DE LIEPVRE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE LOCALE EAU POTABLE COMMUNE DE LIEPVRE EAU POTABLE 2014 VOTRE COMMISSION LOCALE La Commission Locale en charge de votre système de distribution d eau établit les programmes

Plus en détail

Quelle Eau Boire? Institut Ming Men. Ecole de Médecine Traditionnelle Chinoise

Quelle Eau Boire? Institut Ming Men. Ecole de Médecine Traditionnelle Chinoise Institut Ming Men Quelle Eau Boire? Institut Ming Men 146 Grande Rue 54180 Heillecourt Tel : 03 83 96 26 20 06 09 88 02 18 Quelle Eau boire? Eau du robinet, eau en bouteille minérale ou de source, eau

Plus en détail

Service public d eau d

Service public d eau d Service public d eau d potable Syndicat Mixte du Canton de Saint Peray Présentation RAD année 2013 Comité Syndical Mercredi 10 décembre 2014 Les chiffres clés s 2013 Les chiffres clés des services d Eau

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif COMMUNE DE LA PLANCHE RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif SPANC Commune de La Planche 1 Place de la Mairie 44140 LA PLANCHE Téléphone : 02.40.31.92.76 Fax : 02.40.31.98.20

Plus en détail

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 La Commune de Paulhan exploite en régie directe le service des eaux, dont le siège social est situé dans les locaux administratifs

Plus en détail

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien H.M.DJELLOULI - S. TALEB Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée Faculté des Sciences-Université D. LIABES de Sidi Bel- Abbès

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

EAUX MINERALES. 1. Présentation générale de la réglementation. Fiche thématique n 21

EAUX MINERALES. 1. Présentation générale de la réglementation. Fiche thématique n 21 SDAGE RMC Volume 2 EAUX MINÉRALES 1 Fiche thématique n 21 EAUX MINERALES 1. Présentation générale de la réglementation Par définition, une eau minérale est une eau souterraine d origine profonde, même

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE a chacun ses Station d eau potable de Kerriou Château d eau de Kerstéphan Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE La collectivité est responsable du service d eau et assainissement. Elle prend

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DE LA REGION D'AMBERIEU EN BUGEY. I - Indicateurs techniques

SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DE LA REGION D'AMBERIEU EN BUGEY. I - Indicateurs techniques SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DE LA REGION D'AMBERIEU EN BUGEY Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l'eau potable (Décret n 95-635 du 6 mai 1995) EXERCICE 2010 I - Indicateurs

Plus en détail

dossier de presse ******************************************************************************+ ( #

dossier de presse ******************************************************************************+ ( # v e n d r e d i 1 9 j a n v i e r 2 0 0 7 dossier de presse en présence de!"#$%&, vice-président du conseil général '( ) ******************************************************************************+

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

FICHE 1. Economisons l'eau

FICHE 1. Economisons l'eau FICHE 1 Economisons l'eau La situation de sécheresse exceptionnelle qu'a traversé notre département en 2003 et les craintes qui s'amorcent pour l été 2010 nous conduisent à envisager, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Prélèvements et usages de l eau

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Prélèvements et usages de l eau LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Prélèvements et usages de l eau Mars 2014 Captage de Nampty (80) Crédit photo : D. Devallez -AEAP Des ressources ABONDANTES inégalement réparties Le bassin

Plus en détail

JORF n 0243 du 18 octobre 2013. Texte n 51

JORF n 0243 du 18 octobre 2013. Texte n 51 Le 18 octobre 2013 JORF n 0243 du 18 octobre 2013 Texte n 51 ARRETE Arrêté du 8 octobre 2013 relatif aux règles sanitaires applicables aux activités de commerce de détail, d entreposage et de transport

Plus en détail

3 L ANTI-TARTRE 1 LA FILTRATION 2 LA DÉPOLLUTION. Manomètres d entrée et de sortie. Débit Mètre

3 L ANTI-TARTRE 1 LA FILTRATION 2 LA DÉPOLLUTION. Manomètres d entrée et de sortie. Débit Mètre Manomètres d entrée et de sortie (facilitent la maintenance des cartouches) Débit Mètre (débit immédiat) 3 L ANTI-TARTRE ET LA DYNAMISATION Anti-Calcaire par CATALYSE, parfaitement écologique (sans produits

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

ayez les bons réflexes

ayez les bons réflexes En cas d accident nucléaire à la centrale de Nogent-sur-Seine, ayez les bons réflexes Document important à lire attentivement et à conserver Edition 2011 en cas D'acciDent, vous serez alertés et informés

Plus en détail

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON LA FILTRATION PAR OSMOSE INVERSE La filtration par osmose inverse est généralement considérée comme la plus efficace des systèmes de filtration disponible. A

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

Eau et Santé. Études. L eau

Eau et Santé. Études. L eau Eau et Santé Études H2O L eau potable en France 2005-2006 L eau potable en France 2005-2006 Du captage au robinet du consommateur : Le présent travail a été réalisé à partir des données du contrôle sanitaire

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par l'assemblée générale de l'amm, Vancouver,

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE - DEPARTEMENT DU LOT Commune de Leyme PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE Captages eau potable de la commune de Leyme. ANNEXES SOMMAIRE ANNEXE 1 : ANNEXE 2 : ANNEXE 3 : ANNEXE 4 : ANNEXE 5

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice,

En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice, En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice, ayez les bons réflexes Préfectures de l Isère, de la Loire, du Rhône et de l Ardèche. Edition 2011 Document important à lire attentivement

Plus en détail

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)?

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? NOVEMBRE 2013 Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? Aide-mémoire n 193 de l OMS sur le téléphone mobile, juin 2011 : «Principaux faits : L usage du téléphone portable est généralisé et on

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC PLAN LOCAL D URBANISME PIECE N 6.2.1 ANNEXES SANITAIRES EAU POTABLE : NOTICE TECHNIQUE Le réseau d adduction d eau potable La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse de l Ammoniaque École Secondaire But: Déterminer la concentration en ammoniaque d'une eau potable provenant de 4 sources différentes, et d'un échantillon à la limite acceptée par l'union Européenne

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

Géographie. Secondaire 1. Document de révision

Géographie. Secondaire 1. Document de révision Nom : Groupe : Géographie Secondaire 1 Document de révision Dossier #2 : Le territoire protégé : contre quoi? Pour qui? 1. Qu est-ce qu un territoire protégé? C'est un vaste espace que les autorités ont

Plus en détail

Chroniques de l eau Réunion

Chroniques de l eau Réunion Chroniques de l eau Réunion N 26 19 décembre 2013 La tarification des services publics d eau et d assainissement collectif sur le bassin Réunion Si l eau est gratuite à l état naturel, sa potabilisation,

Plus en détail

Gestion des risques dans un SIG: Exemple Lausannois

Gestion des risques dans un SIG: Exemple Lausannois Gestion des risques dans un SIG: Exemple Lausannois Journée technique des distributeurs romands 26 janvier 2011 Linda Viguet Responsable des sources 1 Introduction de la L eau potable doit répondre à des

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

De l eau pure directement à votre robinet

De l eau pure directement à votre robinet De l eau pure directement à votre robinet BIEN-ÊTRE ÉCONOMIE PLAISIR ÉCOLOGIE Regardez votre eau de plus près... Virus et Bactéries Certaines bactéries sont sans danger mais d autres peuvent provoquer

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre DEPARTEMENT DU JURA Arrondissement de DAMPIERRE Dampierre Evans Salans Ranchot Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre Rapport annuel 2012 sur le prix et la qualité de l eau potable. RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE I SITUATION ADMINISTRATIVE La commune de MEAUX est autonome pour l alimentation en eau potable. L exploitation de l usine de production et du réseau de distribution s

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010.

Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010. Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010. Qu est-ce qu un danger? La signification du mot danger peut porter à confusion puisque les définitions combinent souvent le danger

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à la fixation de critères de qualité des eaux minérales naturelles et des eaux

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Nom : Groupe : Date :

Nom : Groupe : Date : Nom : Groupe : Date : CHAPITRE 810 STE Questions 1 à 26, A à C. Verdict 1 QU EST-CE QU UN ÉCOSYSTÈME? (p. 318-326) 1. Indiquez à quel niveau écologique font référence les énoncés suivants. a) Une meute

Plus en détail

guide pratique l eau... de vos puits, sources et forages édité par la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales

guide pratique l eau... de vos puits, sources et forages édité par la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Service Santé-Environnement 8 rue du Père Joseph Wresinski - BP 1408-16017 ANGOULÊME Cedex Tél. 05 45 97 46 47 - Fax : 05 45 97 46 46 Tous droits

Plus en détail

POLICE DES EAUX ET DES MILIEUX AQUATIQUES RÉCÉPISSÉ DE DÉCLARATION D EXISTENCE N 91-2015 -00010

POLICE DES EAUX ET DES MILIEUX AQUATIQUES RÉCÉPISSÉ DE DÉCLARATION D EXISTENCE N 91-2015 -00010 PRÉFET DE L'ESSONNE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service Environnement Bureau de l'eau POLICE DES EAUX ET DES MILIEUX AQUATIQUES RÉCÉPISSÉ DE DÉCLARATION D EXISTENCE N 91-2015 -00010 au titre

Plus en détail

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 1 Sommaire Préambule :...4 1. Caractérisation technique du service :... 5 2 Présentation du territoire desservi :...

Plus en détail

Contrôle de l eau potable, des piscines et des plages

Contrôle de l eau potable, des piscines et des plages Direction de la santé et des affaires sociales Direktion für Gesundheit und Soziales Laboratoire cantonal Kantonales Laboratorium CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG LABORATOIRE CANTONAL Chemin du Musée

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Centre de gestion Le risque chimique Pôle Organisation et Sécurité au Travail Service Prévention, Conseils 1/ Réglementation Décret n 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique.

Plus en détail

comprendre ma facture d eau

comprendre ma facture d eau comprendre ma facture d eau Vous venez de recevoir votre facture d eau. A quoi correspondent les rubriques qui la composent et à qui sont elles destinées? Voici quelques éléments de réponse. Zoom sur votre

Plus en détail

TERRITOIRE D ORANGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

TERRITOIRE D ORANGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) TERRITOIRE D ORANGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) Exercice 2014 1. PRESENTATION GENERALE DU SERVICE La compétence assainissement non

Plus en détail

Édition 2012. Information sécurité. Document important QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX?

Édition 2012. Information sécurité. Document important QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX? Édition 2012 Information sécurité Document important À CONSERVER PRÉCIEUSEMENT QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX? La centrale nucléaire de Civaux La centrale nucléaire de Civaux est située

Plus en détail

Politique sur l utilisation de la téléphonie mobile

Politique sur l utilisation de la téléphonie mobile Politique sur l utilisation de la téléphonie mobile 1. Contexte 2. SST La présente politique vise à définir l utilisation permise de la mobilité chez ENGLOBE ainsi que le contrôle des coûts. Ces nouvelles

Plus en détail

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser 1 Séance 1 - Recueil des conceptions / connaissances des enfants 1ère phase: Ecoute d une histoire comme introduction

Plus en détail

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!).

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!). Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada LE BIOLOGIQUE DE L EAU SOUTERRAINE Décembre 1997 ***-*** **-** QU EST-CE QUE LE BIOLOGIQUE DE L EAU? L eau utilisée à des fins de

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE FEVRIER 2009 SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Agence de CHAMBERY : Savoie Technolac BP 318 73377 LE BOURGET DU LAC CEDEX

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

La qualité de l eau. Guide conseil. > Solutions

La qualité de l eau. Guide conseil. > Solutions Guide conseil La qualité de l eau Vous rencontrez un problème avec la qualité de votre eau de puits, de forage, de source, de surface, du robinet, de pluie, ou autre, et vous voulez désinfecter votre eau,

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

Comment gérer l eau dans mon entreprise?

Comment gérer l eau dans mon entreprise? Comment gérer l eau dans mon entreprise? Déroulement de la matinée 9h30 : «L Eau, l Or bleu de notre région» Madame Sophie BREMS Journaliste, RTBF, La première 10h15 : «L assainissement des eaux usées

Plus en détail

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection 2013 Céline Mercier: celine-eau.mercier@veolia.com JF Renard: jean-francois.renard@lyonnaise-des-eaux.fr PE Fratczak: pierre-elie.fratczak@veolia.com

Plus en détail