Introduction. Biologie cellulaire: cycle cellulaire, synthèse protéique Biologie moléculaire: expression des gènes, régulation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. Biologie cellulaire: cycle cellulaire, synthèse protéique Biologie moléculaire: expression des gènes, régulation"

Transcription

1 LA CULTURE CELLULAIRE

2 Introduction Technique indispensable Progrès énormes depuis 50 ans Recherche Biologie cellulaire: cycle cellulaire, synthèse protéique Biologie moléculaire: expression des gènes, régulation Production Anticorps monoclonaux, protéines recombinantes

3 Le sérum Essentiellement sérum de veau fœtal (SVF) Propriétés Produit biologique fragile Variétés dans ses propriétés et performances Origines diverses Méthodes d élaboration variées

4 Le sérum Origine «Mondialisation»: règles agricoles du pays d importation Indication de l origine sur le certificat d analyse «Audit trail»

5 Le sérum Collection du matériel brut Ponction cardiaque en conditions aseptiques Coagulation et séparation du sérum Rassemblement en lots et congélation Traitement du produit fini Filtration stérilisante Atmosphère contrôlée

6 Le sérum Contrôles en fonction de l utilisation Variabilité des performances en culture Utilisations complexes et variables selon les lignées Tests adaptés à l utilisation: Abaissement du taux d IgG Recherche d anticorps antiviraux (BVD)

7 Le sérum Contrôles physico-chimiques Osmolarité Abaissement du point de congélation ph Profil électrophorétique Concentrations relatives en albumine et globulines: intégrité du sérum

8 Le sérum Contrôles physico-chimiques Teneur en hémoglobine Spectrophotométrie Teneur en oxyhémoglobine Indicateur de qualité Teneur en IgG ELISA

9 Le sérum Contrôles physico-chimiques Protides totaux Augmente avec l âge des animaux Taux d endotoxines LAL cinétique

10 Le sérum Contrôles microbiologiques Nombre statistique de prélèvements sur chaque lot Pré-incubation de 24 h à température ambiante et 37 C Sous-culture en milieu liquide pendant 14 jours Mycoplasmes Méthode des grands volumes Endotoxines

11 Le sérum Contamination virale Absence de virus hémadsorbants et cytopathogènes Rhino trachéite bovine infectieuse: IBR Virus para grippal P13 Virus de la diarrhée bovine: BVD Virus IBR Lyse des cellules et ajout à des cellules WI-38

12 Le sérum Contamination virale Virus P13 Hémadsorption d hématies de cobaye sur cellules de testicules embryonnaires bovines Virus BVD Immunofluorescence indirecte

13 Le sérum Tests de croissance Fibroblastes diploïdes Cellules de poumon embryonnaire humain BCL- D1 ou WI-38 Deux repiquages consécutifs avec 5% de sérum Myélomes Test colorimétrique au MTT

14 Le sérum Tests de croissance! Test de clonage Par rapport à un sérum témoin! Capacité à former des clones: Nombre de puits + Nombre total de puits incubés " 1OO Efficacité de clonage relative RCE Capacité à former des clones dans le sérum à tester Capacité à former des clones dans le sérum de référence

15 Le sérum Tests de croissance! Test d inoculation Capacité d un lot à favoriser la croissance de cellules BHK-21 à faible densité de départ Capacité d étalement PE: Nombre de colonies comptées Nombre de cellules inoculées " 100 Capacité d étalement relative RPE: PE du sérum à tester PE du sérum contrôle

16 Le sérum Avantages et inconvénients Additif complexe L addition de sérum est nécessaire et suffisante à la croissance des cellules in vitro Nature biologique Inconvénient dans certaines applications: Ig, protéines Substituts du sérum

17 Les milieux de culture synthétiques Formulation Composants conservés et pesés en atmosphère contrôlée Protocoles de production informatisés: Numéro de lot et code-barre des composants Quantité de chaque composant Ordre de préparation

18 Les milieux de culture synthétiques Purification de l eau Principal constituant: qualité primordiale Filtration Désionisation Distillation Stockage A 80 C dans des récipients en inox Refroidissement à 20 C au moment de l utilisation

19 Les milieux de culture synthétiques Mélange des constituants Dissous séparément et mélangés dans l ordre spécifié Conformité aux normes du ph et de l osmolarité Taille des lots Varie de 3 à 2000 L Filtration stérilisante et mise en bouteille Filtres de 0,15 µm, sous hottes à flux laminaire

20 Les milieux de culture synthétiques Les milieux en poudre Secteur de production où humidité et température sont contrôlés Granulométrie très fine Passage du broyeur au conditionnement définitif Hygroscopiques: conservation à 4 C avec dessiccateur

21 Les milieux de culture synthétiques Contrôle de qualité Prélèvements statistiques au long de la chaîne Analyses physico-chimiques Osmolarité et ph Tests microbiologiques En milieux liquides pendant 2 semaines Tests de cytotoxicité et de croissance Cellules adhérentes et en suspension

22 Les milieux de culture synthétiques Contrôle de qualité Endotoxines Test chromogénique Composition en aminoacides Par HPLC Additifs Milieux en poudre sans bicarbonate de sodium Glutamine incorporée si la formule l exige

23 Les solutions salines équilibrées PBS, HEPES, solutions d enzymes Fabrication Mêmes techniques et contrôles que les milieux Solutions Enzymes Trypsine: décollement des cellules adhérentes Capacité à détacher les cellules Aminoacides et vitamines Essentiels et non-essentiels

24 Les solutions salines équilibrées Solutions Tampons Fluctuations du ph dues au métabolisme HEPES le plus utilisé

25 Les solutions antibiotiques et antimycosiques Importance Facilité de contamination Rattrapage délicat des cultures contaminées Solutions concentrées Problème des mycoplasmes

26 Facteurs de croissance et d attachement Peuvent être nécessaires pour certaines lignées Exemples Hormones, éléments-traces, vitamines Insuline, transferrine, sélénium: réduction de la concentration en SVF Cytokines, lymphokines Fibronectine, vitronectine Réactifs pour hybridomes HAT

27 Les différentes causes d erreur Technique bien rodée mais complexe Grand nombre de facteurs en jeu Personnel compétent Fragilité de certaines lignées cellulaires Un constituant peut être primordial Environnement idéal pour les contaminants Milieux très riches

28 Certificat d'origine Signé par un vétérinaire agréé Description du produit Numéro de lot de la matière première du fournisseur Numéro de certificat "maison" Certificat vétérinaire Authentifie les certificats d'origine Banque de données des matières premières Numéro de lot du fournisseur Numéro de lot du producteur Taille des lots Enregistrement de la fabrication du lot Numéro du certificat d'origine Numéros de lots de matière première du fournisseur Produit fini Certificat d'analyse Pays d'origine de la matière première Produit fini Résultats des tests de contrôle qualité Attestation du producteur Assure la conformité et l'historique «AUDIT TRAIL» POUR LE SÉRUM

29 Vapeur propre Salle blanche Sérum brut Filtre final Pré filtres Pool stérile Hotte classe 100 STÉRILISATION DU SÉRUM ANIMAL

30 Composants clés Pouvoir tampon Avantages Propriétés nutritives Pouvoir détoxifiant Facteurs de croissance Facteurs d attachement Protéines de transport Rôle protecteur (produits et cellules) Hormones Inconvénients Variabilité de lot à lot Composition non définie Tests d évaluation obligatoires Environnement non défini Origine biologique Contamination possible par virus, mycoplasmes, endotoxines Teneur élevée en protéines Interférence avec la purification UTILISATION DU SÉRUM ANIMAL

31 Antibiotiques Concentration recommandée Spectre Stabilité à 37 C Tylosine µg/ml Mycoplasmes et bactéries gram+ 3 jours Amphotéricine B Fungizone 0,25-2,5 µg/ml Levures et champignons 3 jours Gentamycine sulfate 5-50 µg/ml Bactéries gram+ et gram-, mycoplasmes 5 jours Kanamycine sulfate 100 µg/ml Bactéries gram+ et gram-, mycoplasmes 5 jours Néomycine sulfate 50 µg/ml Bactéries gram+ et gram-, mycoplasmes 5 jours Nystatine 100 U/ml Levures et champignons 3 jours Pénicilline G U/ml Bactéries gram+ 3 jours Polymyxine B sulfate 100 U/ml Bactéries gram+ 5 jours Streptomycine sulfate µg/ml Bactéries gram+ et gram- 3 jours SOLUTIONS ANTIBIOTIQUES

32 Facteurs de croissance Acide ascorbique Hydrocortisone Insuline Poly-D-Lysine Progestérone Putrescine T-3 (L-triiodothyronine) Transferrine Eléments-traces Types cellulaires Tous Cellules épithéliales, gliales, hépatocytes Tous Fibroblastes, cellules amniotiques Cellules épithéliales Neuroblastomes, cellules épithéliales Fibroblastes, cellules épithéliales Tous Tous Concentrations suggérées µg/ml 1-10 nm 1-10 µg/ml «Coater» avec 0,1 mg/ml 1-10 nm 0,1-1 µg/ml nm 1-20 µg/ml Variables COMPLÉMENTS

33 Problème Virage rapide du ph Présence de précipités Les cellules n adhèrent pas Croissance plus lente Mort de la culture Agrégation des cellules en suspension Culture primaire contaminée Origine possible Atmosphère en CO 2 incorrecte Capacité tampon du bicarbonate insuffisante Contamination Résidus du détergent Milieu congelé Cellules trop trypsinisées Mycoplasmes Absence de facteurs d attachement Changement de milieu ou de sérum Diminution de facteurs essentiels Début de contamination Mauvais stockage des réactifs Inoculum trop faible Vieillissement de la culture Manque de CO 2 Fluctuations de la température Cellules abîmées lors de la congélation ou décongélation Métabolites toxiques Présence de calcium et magnésium Mycoplasmes Tissu primaire contaminé Suggestions Vérifier les bouchons Vérifier l incubateur Ajouter de l HEPES Décontamination Ne laver la vaisselle qu à l eau distillée Chauffer le milieu à 37 C Trypsiniser moins longtemps Jeter la culture Utiliser le bon milieu Tester en parallèle Ajouter de la glutamine Décontamination Sérum: -20 C, milieux: 4-8 C Augmenter l inoculum Décongeler un autre lot Contrôler l incubateur Utiliser un autre lot Changer le milieu Laver avec une solution sans calcium ni magnésium, remettre en suspension Jeter la culture Lavage du tissu avec une solution saline enrichie en antibiotiques

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8318

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8318 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8318 Standards de qualité particuliers pour les cellules humaines pour lesquelles aucun autre standard de qualité particulier n existe et qui sont destinées

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques)

PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques) PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques) BIO K 341/2-336/1-335/1-337/1-340/2-340/5 Mycoplasma bovis - BRSV - BoHV-1 - BVDV - TETRA Les affections respiratoires constituent chez les bovins un

Plus en détail

Utilisation des cultures cellulaires pour évaluer la cytotoxicité et l activité antitumorale de molécules ou d extraits

Utilisation des cultures cellulaires pour évaluer la cytotoxicité et l activité antitumorale de molécules ou d extraits Utilisation des cultures cellulaires pour évaluer la cytotoxicité et l activité antitumorale de molécules ou d extraits 08 Juillet 2011 Ingrid Fruitier-Arnaudin ifruitie@univ-lr.fr Par des tests de biologie

Plus en détail

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Dominique Blanc Division autonome de médecine préventive hospitalière Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV/DAMPH/Cours/DB/Ctrl_bac_productions_pharm.ppt

Plus en détail

1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236

1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236 Verdict Chapitre 8 1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236 1. Quelle est la différence entre une biotechnologie et une technologie? Une biotechnologie est une technique appliquée à des êtres vivants

Plus en détail

PRINCIPES DE PRODUCTION DES VACCINS VÉTÉRINAIRES

PRINCIPES DE PRODUCTION DES VACCINS VÉTÉRINAIRES CHAPITRE 1.1.8. PRINCIPES DE PRODUCTION DES VACCINS VÉTÉRINAIRES RÉSUMÉ La mise sur le marché de vaccins vétérinaires purs, efficaces et ayant une bonne innocuité est essentielle pour maintenir un bon

Plus en détail

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum NOTERELATIVEÀLAMONOGRAPHIE Cettemonographieaétécorrigéepourréintroduire et décrire in extenso la méthode de titrage de l héparine qui, jusqu au Supplément 8.3 de la Ph. Eur., figurait dans le chapitre

Plus en détail

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques MAS DE PHARMACIE HOSPITALIERE PREPARATION DES MEDICAMENTS PARENTERAUX A L HOPITAL Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques F. Sadeghipour : 10 avril 2014 1 2 Constat Les pharmacies

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION ADMINISTRATION Autorités administratives indépendantes et établissements sous tutelle Décision du 25 février 2014 relative aux bonnes pratiques de fabrication et modifiant la décision du 4 décembre 2013

Plus en détail

Le suivi en ligne d'oxygène en culture cellulaire

Le suivi en ligne d'oxygène en culture cellulaire Le suivi en ligne d'oxygène en culture cellulaire Effets des modulateurs mitochondriaux sur la dynamique O2 des cellules mammifères S.G. Lynn et J.J. LaPres, Département de biochimie, Michigan State University,

Plus en détail

Petite Laiterie Polyvalente

Petite Laiterie Polyvalente Petite Laiterie Polyvalente 1. Présentation Cette fiche a été réalisée avec l'aide de l'adepta (www.adepta.com) et de fournisseurs dont les coordonnées sont disponibles sur UNIDO Exchange (www.unido.org/exchange).

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

TRANSGENESE ET ARCHIVAGE D ANIMAUX MODELES PHENOMIN CATALOGUE DES PRESTATIONS

TRANSGENESE ET ARCHIVAGE D ANIMAUX MODELES PHENOMIN CATALOGUE DES PRESTATIONS Page 2 / 7 Toute fourniture sera accompagnée d une fiche de renseignement à compléter. Les microinjections ne débuteront qu à réception de l ensemble des documents dûment complétés et signés. A.3. Engagements

Plus en détail

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Rudolf Kreuz Journée d information oenologique 16 janvier 2015 Lausanne Procédé

Plus en détail

Liquides externes. Liquides externes. Liquides externes Collyres Injectables. Collyres Injectables

Liquides externes. Liquides externes. Liquides externes Collyres Injectables. Collyres Injectables Préparations des médicaments Cours de 2ème en petites Année quantités de Master en Pharmacie, Préparation collyres, injectables des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques

Plus en détail

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies Page 1 Référentiel de compétences 2 2 Passerelles avec les autres CQP 6 3 Indications sur le référentiel de formation 7 4 - Mise en relation des

Plus en détail

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Semaine : n 13 (du 30/11/15 au 04/12/15) Date : 03/12/2015 Heure : de 9h à 10h Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 29 Correcteur

Plus en détail

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!).

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!). Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada LE BIOLOGIQUE DE L EAU SOUTERRAINE Décembre 1997 ***-*** **-** QU EST-CE QUE LE BIOLOGIQUE DE L EAU? L eau utilisée à des fins de

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons 14: ELISA La technique de dosage d immunoabsorption par enzyme liée (en anglais Enzyme Linked Immuno Assay) ou ELISA est principalement utilisée en immunologie afin de détecter et/ou doser la présence

Plus en détail

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule Les évolutions des biotechnologies dans les domaines de l environnement, de la santé, de

Plus en détail

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement GenoLyse VER 1.0 Notice d'utilisation IFU-51610-09 pour usage diagnostique in vitro uniquement 10/2012 GenoLyse Kit d Extraction d ADN Bactérien Veuillez lire attentivement la notice d utilisation dans

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

V- Purification des Protéines

V- Purification des Protéines V- Purification des Protéines = séparation des autres constituants de la cellule Protéine assez enrichie pour que tout contaminant puisse être tenu comme valeur négligeable : «raisonnement pure» Plusieurs

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

La validation de barème des produits appertisés

La validation de barème des produits appertisés La validation de barème des produits appertisés Animée par Fabien AUPY Expert PCAM ( du CTCPA Centre Technique de la Conservation des Produits agricoles) UTICA, le 12 novembre 2013 Programme financé par

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE METABOLISME RENAL Le rein est un organe complexe chargé de maintenir l homéostasie de l organisme en assurant l élimination de déchets produits par le métabolisme (urée, ammoniaque, acide urique ), le

Plus en détail

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt 1. Une description du projet Le projet consiste à l installation d une laiterie pour la production de lait pasteurisé,

Plus en détail

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Calculatrice interdite. Vous êtes en stage en industrie cosmétique, pour découvrir quelques aspects du métier de technicien de laboratoire.

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

CARLO ERBA Reagents. Chemicals Labware

CARLO ERBA Reagents. Chemicals Labware CARLO ERBA Reagents Chemicals Labware CARLO ERBA Reagents Un partenaire de choix pour le laboratoire et l industrie Fort de son expérience, CARLO ERBA Reagents est votre partenaire de choix, pour la fourniture

Plus en détail

Pour que votre air soit pur. Notre service de mesures pour salles blanches.

Pour que votre air soit pur. Notre service de mesures pour salles blanches. Pour que votre air soit pur. Notre service de mesures pour salles blanches. l invisible. Nous sommes spécialistes des équipements techniques pour salles blanches destinés aux hôpitaux et laboratoires,

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines.

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines. L E S P R O T I D E S Introduction : Aliments source de protides? Les protides sont trouvés principalement dans deux groupes d aliments : les viandes, poissons et œufs les légumes secs (lentilles, haricots

Plus en détail

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie atomique de vapeur froide. 2. Domaine d application

Plus en détail

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés Mise en ligne de la cytométrie en flux pour l optimisation des bioprocédés Frank Delvigne Université de Liège, Gembloux

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Baccalauréat sciences et technologies de laboratoire Sujet zéro Option biotechnologies Évaluation des compétences expérimentales Contrôle de l

Plus en détail

Contrôles des traitements thermiques du lait

Contrôles des traitements thermiques du lait T BTK AT de biotechnologies Contrôles des traitements thermiques du lait L objectif de la séance est de réaliser une pasteurisation du lait avec différents protocoles de chauffage. Au cours du chauffage

Plus en détail

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle Jean-Yves Le Déaut Séances sur les biotechnologies Séance 1 : 25 février 2009 Introduction sur les biotechnologies Avec Pierre TAMBOURIN, Directeur

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

Analyse de protocoles : activités 1, 2, 3, 4 p485 Chimiosélectivité : activités 1, 2,3 p503

Analyse de protocoles : activités 1, 2, 3, 4 p485 Chimiosélectivité : activités 1, 2,3 p503 Chapitre 16 Synthèses organiques Effectuer une analyse critique de protocoles expérimentaux pour identifier les espèces mises en jeu, leurs quantités et les paramètres expérimentaux. Justifier le choix

Plus en détail

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2 FERMENTATION le terme de fermentation est réservé à la culture de microorganismes (bactéries, levures, moisissures) mais, métaboliquement parlant, on devrait réserver ce terme aux cultures en conditions

Plus en détail

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative VRM Membrane rotative d ultrafiltration Membranes plaques pour le traitement des eaux La solution du futur conçue pour répondre aux

Plus en détail

7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit

7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit 7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit 1 APPLICATION Pour usage in vitro Le kit CELLSEARCH Circulating Tumor Cell Control Kit est conçu pour être utilisé comme contrôle de dosage pour vérifier

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Merck Serono Biotech Center

Merck Serono Biotech Center Merck Serono Biotech Center Merck Serono Merck Serono est la division spécialisée dans les médicaments de prescription innovants de Merck KGaA, un groupe pharmaceutique et chimique mondial. Merck Serono,

Plus en détail

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA PRÉPARATION ET DE LA RECONSTITUTION DE MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS Maîtrise Universitaire en Pharmacie Travail Personnel de Recherche Présenté à

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Support d échange ionique HyperCel STAR AX

Support d échange ionique HyperCel STAR AX Life Sciences USD 2831(2) Support d échange ionique Support de chromatographie d échange d anions «tolérant aux conditions salines» Support de chromatographie d échange d anions utilisable à l échelle

Plus en détail

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux ADIPOCYTE ET LASER Dominique Boineau Bordeaux L adipocyte Cellule vivante Contient plus de 80% d eau Lieu de stockage des triglycérides Principale réserve d énergie Véritable glande endocrine capable de

Plus en détail

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS FICHE PRODUIT - Le est le premier et seul analyseur de poussières mesurant en continu la volatilisation des poussières sur le filtre de collection. Il peut donc calculer en temps réel un facteur de correction

Plus en détail

Corps humain et santé

Corps humain et santé Français p 1 Kit pour test E.L.I.S.A. dosage immunologique Version : 3111 1 Composition du kit et stockage Stocker au congélateur (- 20 C) - Sachet A : Microtube bleu : Sérum de lapin anti-bsa 85 µl [Ac1]

Plus en détail

Des composants hospitaliers novateurs. Pour que l air soit pur et stérile.

Des composants hospitaliers novateurs. Pour que l air soit pur et stérile. Des composants hospitaliers novateurs. Pour que l air soit pur et stérile. Nos produits et services entrent en scène dès qu il s agit de planifier et de mettre en œuvre des concepts novateurs pour obtenir

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON LA FILTRATION PAR OSMOSE INVERSE La filtration par osmose inverse est généralement considérée comme la plus efficace des systèmes de filtration disponible. A

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

Conserver tous les réactifs entre 2 et 8 C. Tous le s réactifs sont prêts à l emploi après avoir atteint la température ambiante du laboratoire.

Conserver tous les réactifs entre 2 et 8 C. Tous le s réactifs sont prêts à l emploi après avoir atteint la température ambiante du laboratoire. Méthode d Immunofluorescence en Générale NOTICE POUR PRODUITS DE DIAGNOSTICS IN VITRO (IVD) USAGE PREVU Les composants indiqués ci-dessous peuvent être utilisés pour la détection des anticorps dans le

Plus en détail

Thème 4 Chapitre 1 Activité 2

Thème 4 Chapitre 1 Activité 2 Thème 4 Chapitre 1 Activité 2 EXTRACTION ET ANALYSE DE L HEXOKINASE DE SACCHAROMYCES CEREVISIAE Éléments de réponse ANALYSE DES RÉSULTATS 1.1. Cela permet de faciliter la lyse alcaline de la membrane de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

UNIVERSITE PAUL SABATIER (TOULOUSE III)

UNIVERSITE PAUL SABATIER (TOULOUSE III) 1 UNIVERSITE PAUL SABATIER (TOULOUSE III) Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques rapport de stage Maître de stage : Mr le Professeur Ph. COURRIERE Effet cytotoxique des produits FeFLNT4, ZnFLNT4

Plus en détail

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11. Annex 30, page 1 Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.04 Titre - C40B Chimie combinatoire, bibliothèques, p.ex. chimiothèques

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Microbiologie Biologie des micro-organismes

Microbiologie Biologie des micro-organismes Microbiologie Biologie des micro-organismes 7bactéries procaryotes "avant le noyau" 2 groupes taxonomiques de procaryotes eubactries archobactries 7levures, moisissures, champignons (mycètes) 7algues 7protozoaires

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM 1 SOMMAIRE Avant propos... page 3 Introduction... page 4 1 - Objet... page 4 2 - Définitions des termes...

Plus en détail

Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger. Prof. Pascal BONNABRY. 3 èmes Journées Premium Paris, 23 juin 2008

Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger. Prof. Pascal BONNABRY. 3 èmes Journées Premium Paris, 23 juin 2008 Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger 3 èmes Journées Premium Agenda Présentation de l environnement Aspects légaux en Suisse Evolution des activités de production Système de gestion

Plus en détail

Méthode d analyse Détermination de la matière organique par incinération : méthode de perte au feu (PAF) MA. 1010 PAF 1.0 Édition : 2003-03-27

Méthode d analyse Détermination de la matière organique par incinération : méthode de perte au feu (PAF) MA. 1010 PAF 1.0 Édition : 2003-03-27 Centre d expertise en analyse environnementale du Québec MA. 1010 PAF 1.0 Édition : 2003-03-27 Méthode d analyse Détermination de la matière organique par incinération : méthode de perte au feu (PAF) Exemple

Plus en détail

Introduction à la formul Co a ution phar s de 2èmace me utiq Ann u é e

Introduction à la formul Co a ution phar s de 2èmace me utiq Ann u é e Introduction à la formulation Cours de pharmaceutique 2ème Année de Master en Pharmacie Préparation pharmaceutique en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques 1 Introduction à la Introduction

Plus en détail

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Plan Introduction I - Qu est ce Que le génie génétique? II - Quels sont les outils du génie génétique? II.1- Les Enzymes II.1.1- Enzymes de restriction II.1.2-

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

DOSAGE D ANTICORPS PAR L UTILISATION DU TEST ELISA

DOSAGE D ANTICORPS PAR L UTILISATION DU TEST ELISA Fiche sujet - candidat Après une vaccination, l organisme réagit par la production d anticorps dirigés contre l antigène injecté. Une mémoire immunitaire se met en place et lors d un second contact avec

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE Atelier-action du Resclin «Gestion du risque infectieux associé à une intervention chirurgicale» 4ème Trimestre Prévention du risque infectieux Priorité Préoccupation constante

Plus en détail

Fiche 08 : Les récifs coralliens

Fiche 08 : Les récifs coralliens CD-rom Biodiversité A / Description de l animation Le corail est une colonie d animaux (les polypes) qui vivent grâce à la présence d un végétal (une algue) dans leurs tissus. Cette collaboration entre

Plus en détail

Méthode d analyse Formation d ammoniac par une matière solide au contact avec de l eau : méthode par détecteur de gaz électrochimique

Méthode d analyse Formation d ammoniac par une matière solide au contact avec de l eau : méthode par détecteur de gaz électrochimique Centre d expertise en analyse environnementale du Québec MA. 308 NH3 1.0 Édition : 2004-04-16 Méthode d analyse Formation d ammoniac par une matière solide au contact avec de l eau : méthode par détecteur

Plus en détail

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse Durée : 1,5 h (préparation 1 h et soutenance orale 30 minutes) 1 Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Les différentes

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO Le contexte règlementaire Ce document est la propriété d Ecocert. Il ne peut être reproduit sans son accord. Le contexte règlementaire La règlementation Le process/

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation?

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation? La découverte de médicaments en biotechnologie La découverte de médicaments en biotechnologie Initiation du projet Quel type de médicament? Processus complet Quelques exemples 2 1 février 2007 Initiation

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-2134 rév. 3

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-2134 rév. 3 Convention N 3172 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-2134 rév. 3 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Centre Hospitalier Hubert Jegourel - Pontivy CONTROLE DE L EAU POUR HEMODIALYSE GUIDE DE METHODOLOGIE. 1 ère édition H 2 O

Centre Hospitalier Hubert Jegourel - Pontivy CONTROLE DE L EAU POUR HEMODIALYSE GUIDE DE METHODOLOGIE. 1 ère édition H 2 O Centre Hospitalier Hubert Jegourel - Pontivy CONTROLE DE L EAU POUR HEMODIALYSE GUIDE DE METHODOLOGIE 1 ère édition H 2 O Service d hémodialyse - Laboratoire d analyses - Pharmacie - Service Biomédical

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Étude de l impact de l injection d air sur les propriétés du sirop d érable Luc Lagacé Ph.D. Journées acéricoles 2008 Présentation Contexte de l étude But et objectifs Méthodologie Présentation des résultats

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

BOULANGERIE-PATISSERIE : NIVEAU DE BASE

BOULANGERIE-PATISSERIE : NIVEAU DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BOULANGERIE-PATISSERIE

Plus en détail

BAUDOIN Cheyenne MEYNIER Lisa CHABAS Lisa GIBERT Thibaut GOLOLOBOV Vladimir YRLES Victor LOCURATOLO Aymeric LO Dylan IMMUNOLOGIE

BAUDOIN Cheyenne MEYNIER Lisa CHABAS Lisa GIBERT Thibaut GOLOLOBOV Vladimir YRLES Victor LOCURATOLO Aymeric LO Dylan IMMUNOLOGIE BAUDOIN Cheyenne MEYNIER Lisa CHABAS Lisa GIBERT Thibaut GOLOLOBOV Vladimir YRLES Victor LOCURATOLO Aymeric LO Dylan IMMUNOLOGIE Introduction Pour se défendre des agressions externes, les souris dispose

Plus en détail

laborantin laboratoire-école

laborantin laboratoire-école EPFL SB-ISIC laboratoire-école appren tis laborantin laboratoire-école en chimie La formation des apprentis laborantins en chimie à l EPFL SB-ISIC La formation des apprentis laborantins en chimie au sein

Plus en détail

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX 1. Objet E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX Cette procédure décrit la méthode de recherche et de dénombrement de Legionella pneumophila dans les eaux. 2. Domaine

Plus en détail

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 103 %TUV 1.0 Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm 2016-02-03 (révision

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

- Méthode de diffusion en milieu gélosé (USP) - Méthode par ensemencement par inondation sur Mueller Hinton.

- Méthode de diffusion en milieu gélosé (USP) - Méthode par ensemencement par inondation sur Mueller Hinton. I/ CADRE DE L ETUDE Le laboratoire national de contrôle des médicaments (LNCM) est situé en face de l hôpital Aristide Le Dantec. C est un service rattaché au ministère de la santé et dont les principales

Plus en détail