Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds"

Transcription

1 Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds 2 e édition

2 Avantpropos On dénombre plus de 215 millions de migrants internationaux dans le monde entier. Le montant des envois de fonds déclarés que reçoivent les pays en développement est estimé à 325 milliards de dollars en Ce chiffre est de loin supérieur au montant des flux de l aide publique au développement ; dans de nombreux pays en développement, il représente plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB). D après les analyses comparatives entre pays et les données des enquêtes auprès des ménages, les migrations et les envois de fonds qui en découlent réduisent la pauvreté dans les communautés d'origine. Les envois de fonds contribuent notamment à un essor des investissements dans les secteurs de la santé, de l éducation et des petites entreprises. Mais, en même temps, la perte de qualifications qu entraîne l émigration peut entraver le développement et la fourniture des services de base dans les pays de départ. Les diasporas des pays en développement peuvent être une source de transferts de capitaux, d échanges, d investissements, de connaissances et de technologie. Le Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds dresse un tableau complet des flux de migration (émigration, émigration qualifiée, immigration) et d envois de fonds pour 210 pays et 15 groupes de pays. Après le succès de l édition 2008, cette deuxième édition fournit des informations actualisées et couvre 71 pays supplémentaires grâce à des données provenant de diverses sources nationales (recensements, enquêtes auprès de la population active, registres de population, etc.). Elle fournit, en outre, pour chaque pays et chaque regroupement régional, une sélection de statistiques socioéconomiques : population, population active, ratio de dépendance démographique, revenu national brut (RNB) par habitant, indice numérique de pauvreté, etc. Grâce à un suivi plus fréquent des tendances en matière de migration et d'envois de fonds, les responsables politiques, les chercheurs et la communauté du développement peuvent avoir à leur disposition des outils qui les aident à prendre des décisions éclairées. Notre Recueil de statistiques contribue largement à cet effort en offrant, sous une forme exhaustive et facilement accessible, l'ensemble des données et des faits les plus récents sur les tendances des migrations et des envois de fonds dans le monde entier. Il s inscrit dans le cadre d un travail plus large conduit au sein de la Banque mondiale par le Groupe des perspectives de développement et visant à suivre et analyser les migrations et les envois de fonds sous l angle du développement. Hans Timmer Directeur du Groupe des perspectives de développement Banque mondiale

3 Faits marquants Le Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds fournit les chiffres et les données caractérisant les migrations internationales et les envois de fonds opérés par les migrants, en se fondant sur des données fiables, accessibles au public. Plus de 215 millions de personnes, soit 3 % de la population mondiale, vivent hors de leur pays de naissance. Les flux migratoires actuels, exprimés en pourcentage de la population, sont inférieurs à ceux des dernières décennies du XIX e siècle. Les ÉtatsUnis sont le premier pays de destination des migrants, suivis de la Fédération de Russie, de l Allemagne, de l Arabie saoudite et du Canada. Les premiers pays d immigration, en pourcentage de la population, sont le Qatar (87 %), Monaco (72 %) les Émirats arabes unis (70 %), le Koweït (69 %) et Andorre (64 %). Les ÉtatsUnis ont connu les plus grands afflux de migrants entre 2005 et L'Espagne, l'italie et le RoyaumeUni ont enregistré une hausse importante des flux d immigration provenant principalement d Europe de l Est, d Amérique latine et d Afrique du Nord. Les six pays du Conseil de coopération du Golfe (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et Émirats arabes unis) ont également vu les flux de migrants sensiblement augmenter au cours des dernières années, en provenance majoritairement d Asie du Sud et d Asie de l Est. Cependant, les nouveaux flux migratoires ont faibli dans toutes les régions en raison de la crise financière mondiale. Le volume des migrations SudSud (c estàdire d un pays en développement vers un autre pays en développement) est supérieur à celui des migrations du Sud vers les pays à revenu élevé membres de l'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Les pays à revenu élevé non membres de l OCDE, tels que les pays du Golfe, sont aussi des destinations de premier plan pour les migrants venant du Sud. En particulier, la migration SudSud est considérablement plus forte que la migration du Sud vers les pays à revenu élevé membres de l OCDE en Afrique subsaharienne (73 %) et en Europe et Asie centrale (61 %). Selon les données officielles disponibles, la frontière entre le Mexique et les ÉtatsUnis constitue le premier couloir migratoire au monde avec 11,6 millions de migrants en Viennent ensuite deux couloirs de l exunion soviétique, RussieUkraine et UkraineRussie, et le couloir BangladeshInde, où les migrations ne correspondent pas à un déplacement physique de population, mais à une modification des frontières nationales. Les petits pays ont tendance à avoir des taux d émigration qualifiée plus élevés. La quasitotalité des médecins formés à Grenade et à la Dominique ont émigré à l étranger. Le CapVert, Fidji, le Libéria, Sao ToméetPrincipe et SainteLucie figurent également parmi les pays ayant les plus forts taux d émigration chez les médecins. Le nombre de réfugiés et de demandeurs d asile s élevait à 16,3 millions de personnes en 2010, soit 8 % des migrants internationaux. La part des réfugiés dans la population migrante était de 14,6 % dans les pays à faible revenu, contre 2,1 % dans les pays à revenu élevé de l OCDE. La part des réfugiés et des demandeurs d asile dans la population immigrée totale était la plus élevée dans les pays du MoyenOrient et d Afrique du Nord (65 %), suivis de l Asie du Sud (20 %), de l Afrique subsaharienne (17 %) et de l Asie de l Est et du Pacifique (8,8 %). En 2010, la totalité des envois de fonds des migrants dans le monde était estimée à plus de 440 milliards de dollars. Sur ce montant, les pays en développement ont reçu 325 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation de 6 % par rapport à Les chiffres réels, comprenant les mouvements non déclarés, que ce soit par les canaux officiels ou informels, seraient bien supérieurs. En 2009, les envois de fonds déclarés étaient trois fois supérieurs au montant de l aide publique et quasiment aussi importants que les flux des investissements directs étrangers (IDE) vers les pays en développement.

4 En 2010, les premiers pays destinataires des envois de fonds déclarés ont été l Inde, la Chine, le Mexique, les Philippines et la France. En pourcentage du PIB, les principaux destinataires en 2009 ont été des petits pays comme le Tadjikistan (35 %), les Tonga (28 %), le Lesotho (25 %), la Moldavie (31 %) et le Népal (23 %). Les pays à revenu élevé sont la principale source des envois de fonds. Les ÉtatsUnis arrive largement en tête avec 48 milliards de dollars de sorties de fonds déclarées en 2009, suivis par l Arabie saoudite, la Suisse et de la Russie. Les envois de fonds vers les pays en développement ont bien résisté à la récente crise financière mondiale : après une baisse de seulement 5,5 % en 2009, ils ont connu une reprise rapide en En revanche, les flux d IDE et de dette privée, d une part, et de placements de portefeuille d autre part ont chuté respectivement de 40 % et de 46 % en Le Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds est également disponible en ligne à l adresse Le site web propose aussi des données et des informations actualisées relatives aux migrations et aux envois de fonds.

5 Remerciements Le Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds a été réalisé par Dilip Ratha, Sanket Mohapatra et Ani Silwal (Groupe des perspectives de développement de la Banque mondiale). Les auteurs remercient pour leurs observations et conseils fructueux Susan Martin (Georgetown University), JeanChristophe Dumont et Sarah Widmaier (OCDE), Rakesh Kochhar et Mark Lopez (Pew Hispanic Center), ainsi que Sonia Plaza, Neil Ruiz, Elina Scheja et Hans Timmer (Banque mondiale). La production de cet ouvrage (conception graphique, édition et mise en page) a été menée sous la coordination de Stephen McGroarty et Susan Graham, du Bureau des publications de la Banque mondiale. Andrés Meneses en a assuré l impression.

6 Notes sur les données Les données sur les migrations, les envois de fonds et les autres statistiques socioéconomiques présentées dans le Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds sont les plus récentes disponibles en date du 1 er octobre Nous tenons à avertir le lecteur des difficultés d'utilisation et de comparabilité entre les pays que présentent les données sur les migrations internationales et les envois de fonds associés. Il reste en outre extrêmement malaisé de recueillir des données sur les déplacements irréguliers de personnes et de capitaux. Modifications dans la classification des pays par rapport à l édition 2008 Les données globales sur les migrations et les envois de fonds par catégorie de revenus ont changé par rapport à l'édition 2008 du Recueil de statistiques en raison des modifications qui sont intervenues dans la classification des pays (voir tableau 1). Ces modifications, en particulier le reclassement de la Pologne au sein des pays à revenu élevé, ont pour conséquence de réduire le total des envois de fonds reçus par les pays en développement à un montant de 307 milliards de dollars comme cela est indiqué dans le l édition 2011, contre les 319 milliards de dollars annoncés en avril 2010 par Ratha, Mohapatra et Silwal. La classification des pays opérée par la Banque mondiale (Banque mondiale 2010a) inclut tout territoire abritant plus de habitants et les autorités communiquent des statistiques sociales et économiques distinctes. Les Palaos font exception à cette règle : avec une population inférieure à habitants, ils apparaissent tout de même dans la classification à titre d État membre de la Banque mondiale. Ces territoires incluent les Samoa américaines, Aruba, les Bermudes, les Îles Caïmans, les Îles Féroé, la Polynésie française, le Groenland, Guam, la RAS de Hong Kong (Chine), l Île de Man, la RAS de Macao (Chine), Mayotte, les Antilles néerlandaises, la NouvelleCalédonie, les Îles Mariannes du Nord, Porto Rico et les Îles Vierges américaines. Les résidents de certains de ces États peuvent se voir accorder la nationalité d un autre pays (par exemple, les Portoricains sont des citoyens américains). Cependant, à des fins de cohérence avec la classification des pays de la Banque mondiale, les personnes migrant de l une de ces entités à l autre sont considérées comme des migrants internationaux dans notre Recueil de statistiques Tableau 1 Modifications dans la classification par revenu entre les éditions 2008 et 2011 Économie Catégorie de revenu (juillet 2007) Catégorie de revenu (juillet 2010) AntiguaetBarbuda.. Intermédiaire Îles AngloNormandes.. Élevé Côte d Ivoire Faible Intermédiaire Croatie Intermédiaire Élevé Guinée équatoriale Intermédiaire Élevé Gibraltar a.. Élevé Hongrie Intermédiaire Élevé Inde Faible Intermédiaire Île de Man.. Élevé Kosovo.. Intermédiaire Lettonie Intermédiaire Élevé Mongolie Faible Intermédiaire Monténégro.. Intermédiaire Nigéria Faible Intermédiaire Îles Mariannes du Nord.. Élevé Oman Intermédiaire Élevé

7 Pakistan Faible Intermédiaire PapouasieNouvelleGuinée Faible Intermédiaire Pologne Intermédiaire Élevé SaoToméEtPrincipe Faible Intermédiaire Sénégal Faible Intermédiaire Serbie.. Intermédiaire SerbieetMonténégro b Intermédiaire.. République slovaque Intermédiaire Élevé Soudan Faible Intermédiaire TimorLeste Faible Intermédiaire Îles Turques et Caïques a.. Élevé Tuvalu a.. Intermédiaire Ouzbékistan Faible Intermédiaire Viet Nam Faible Intermédiaire Rép. du Yémen Faible Intermédiaire Source : Classification des pays de la Banque mondiale (Banque mondiale 2010a) a Ces pays ont été ajoutés à la classification des pays de la Banque mondiale en juillet 2010, mais ils ne sont pas inclus dans l édition 2011 du Recueil de statistiques sur les migrations et les envois de fonds car les données disponibles à leur sujet sont trop peu nombreuses. b La Serbie et le Monténégro constituent à présent deux pays distincts... indique que ces pays n ont pas été inclus dans la classification des pays de la Banque mondiale. Données sur les migrations D après les «Recommandations en matière de statistiques des migrations internationales» publiées par la Division des statistiques des Nations Unies (1998), les migrants de longue durée sont les personnes qui se rendent dans un pays autre que celui de leur résidence habituelle pour une période d au moins un an, de sorte que leur pays de destination devient effectivement leur nouveau pays de résidence habituelle. Les migrants de courte durée sont les personnes qui se rendent dans un pays autre que celui de leur résidence habituelle pour une période d au moins trois mois mais de moins d un an, à l exception des cas où le voyage dans ce pays est effectué à des fins de loisirs, de vacances, de visites à des amis ou de la famille, d affaires, de traitement médical ou de pèlerinage religieux (Division des statistiques des Nations Unies 1998). Le seuil de durée de séjour à partir duquel une personne est considérée comme un migrant varie selon les pays (Lemaitre, Liebig et Thoreau 2006). Par exemple, selon la définition des Nations Unies, les étudiants internationaux qui restent plus d un an dans leur pays de destination sont considérés comme des migrants. Les Perspectives des migrations internationales (OCDE 2006) constituent la première tentative de caractérisation des migrants en fonction des «motifs du déplacement» et d harmonisation des statistiques entre les pays membres de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La base de données de la Division de la population des Nations Unies (PNUD) constitue la source d informations la plus complète sur les migrations internationales pour la période pour les 210 pays couverts par notre Recueil de statistiques (PNUD. Des données sur les flux de migration bilatéraux sont disponibles pour 193 pays ; elles reposent soit sur des statistiques des personnes nées à l étranger (pour 109 pays), soit sur des données sur la nationalité étrangère (75 pays), soit sur des données sur les effectifs de migrants estimées de façon indirecte à partir de différentes hypothèses (9 pays). Les données sur les flux de migration bilatéraux ne sont pas disponibles pour 17 pays. On doit les premières tentatives d estimation de ce type de données à Harrison (2004) et à l Université du Sussex, lors de la construction du modèle d analyse des échanges commerciaux mondiaux (Global

8 Trade Analysis Project ou GTAP), puis au Groupe des perspectives de développement de la Banque mondiale dans le cadre de son travail sur les migrations et les envois de fonds SudSud (Ratha et Shaw 2007). Parsons et al. (2007) ont créé une matrice «composite» qui contient des estimations sur les flux migratoires bilatéraux pour 226 x 226 pays. Puisque ces données ont été créées à des fins de modélisation, Parsons et al. ont recours à diverses hypothèses pour faire en sorte que le total des immigrants soit égal au total des émigrants. Nous avons actualisé la matrice de migration bilatérale compilée par Ratha et Shaw (2007) avec des données provenant de diverses sources. Les données des migrations bilatérales des 42 pays suivants ont été actualisées avec les données des recensements nationaux compilés par le PNUD (2010) : Angola, Azerbaïdjan, Bénin, Bhoutan, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, CapVert, Colombie, Comores, Côte d Ivoire, Cuba, Djibouti, Dominique, République arabe d Égypte, El Salvador, Îles Féroé, Gabon, Gambie, Guinée, Indonésie, Iraq, Jamaïque, Jordanie, Kenya, République démocratique populaire lao, Libéria, Macao (Chine), exrépublique yougoslave de Macédoine, Malaisie, Mali, Malte, Niger, Porto Rico, Saint KittsEtNevis, SaintMarin, Sierra Leone, Suriname, Tadjikistan, TimorLeste, République du Yémen, Zimbabwe. Les données d immigration les plus récentes concernant les pays membres de l OCDE suivants ont été obtenues à partir de la Base de données sur les migrations internationales (OCDE 2010) : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, République de Corée, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle Zélande, PaysBas, Pologne, République slovaque, République tchèque, Suède. Pour la plupart des pays, les données concernent 2005 et Les données recueillies à partir des enquêtes nationales sur la population et la population active sont les meilleures données disponibles depuis les cycles de recensement de 2000, même si la couverture des migrants dans cette base de données est assez hétérogène d un pays à l autre. Les données disponibles sur les migrations bilatérales pour les ÉtatsUnis, qui proviennent du recensement de 2000, ont été complétées par les enquêtes représentatives au niveau national de l American Community Survey de 2008 (Bureau du recensement américain. Les données des recensements sur les immigrants au RoyaumeUni ont été complétées par des données plus récentes de l Office britannique des statistiques nationales (UK ONS. Les données d immigration pour les six pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar) ont été fournies par Kapiszewski (2006). La qualité des données sur les migrations bilatérales dépend de celle des recensements de population et d autres sources nationales des différents pays ; pour un certain nombre d entre eux, elles sont inexistantes. Alors que le cycle de recensements 2010 est en cours, les données n étaient pas disponibles au mois d octobre Comme indiqué cidessus, les données du cycle 2000 ont été complétées avec les données les plus récentes disponibles dans les sources nationales, afin de dresser un tableau le plus exact possible des effectifs de migrants en Les données disponibles peuvent ne pas refléter certaines tendances récentes, notamment le retour des migrants depuis le RoyaumeUni vers la Pologne, ou depuis la Fédération de Russie vers le Tadjikistan à la suite de la crise financière mondiale. Même pour le cycle de recensements 2010, certains pays ( le Japon, le Mexique, la Corée, les Philippines et l Égypte) ne prévoient pas d inclure de question sur le pays de naissance (Center for Global Development. Cependant, d autres pays importants commencent à recenser les personnes nées à l étranger. La Chine a récemment annoncé que les questionnaires du recensement de 2010

9 comporteraient des questions sur les travailleurs migrants. 1 Bien que le PNUD estime à 0,7 million le nombre d immigrants en Chine en 2010 (estimation reprise dans notre Recueil de statistiques 2011), le nombre de travailleurs étrangers déclarés s'élevait selon les autorités chinoises à 2,9 millions de personnes en Le nombre réel, incluant les travailleurs en situation irrégulière et non déclarés, est sans doute bien plus important. Données sur les envois de fonds 2 Les envois de fonds des migrants sont composés des envois de fonds des travailleurs résidant à l étranger, de la rémunération des salariés non résidents et des transferts de migrants. Selon la 6 e édition du Manuel de la balance des paiements (FMI 2010a) du Fonds monétaire international (FMI), le poste «envois de fonds des travailleurs» comprend les transferts privés courants effectués par les travailleurs migrants considérés comme des résidents dans leur pays d accueil à des bénéficiaires dans leurs pays d origine. 3. Lorsque les migrants séjournent dans le pays d accueil pendant une période d un an ou plus, ils sont considérés comme des résidents, quel que soit leur statut au regard des services de l immigration. Lorsque les migrants séjournent dans le pays d accueil pendant une période inferieure à un an, la totalité de leur revenu dans ce pays est en revanche classée dans la catégorie «rémunération des salariés». Bien que le manuel donne des consignes claires concernant la résidence, cette règle n est souvent pas suivie, et ce pour diverses raisons. En effet, beaucoup de pays compilent les données en se fondant sur la nationalité des travailleurs migrants et non sur leur résidence. De plus, les données apparaissent sous une seule catégorie, soit celle de la rémunération des salariés, soit celle des envois de fonds des travailleurs, alors qu elles devraient être décomposées entre les deux catégories si les consignes étaient correctement suivies. 4 La distinction entre ces deux postes s effectue de manière totalement arbitraire, en fonction des préférences du pays, de la commodité, des lois fiscales nationales ou de la disponibilité des données. 5 1 Selon Parsons et al. (2007), la matrice de la migration bilatérale finale résultante, «même si elle comprend le jeu de données le plus complet est aussi le jeu de données le moins précis» (Parsons et al. 2007, 11). 2 Eimer, David «Beijing plans curbs on number of foreigners working in China.» Telegraph.co.uk, mai Les statistiques officielles sur les envois de fonds opérés par les migrants sont en général inférieures à la réalité. Suite à une demande des pays du G7 en juin 2004, la Banque mondiale, en collaboration avec le FMI et l ONU, a piloté un groupe de travail international chargé d améliorer les statistiques des envois de fonds. Tenant compte de la recommandation du groupe de Luxembourg, la sixième édition du Manuel de la balance des paiements inclut trois nouveaux éléments : envois de fonds personnels, total des envois de fonds et total des envois de fonds et des transferts à des organismes à but non lucratif assurant des services aux ménages. 4 Par exemple, l Inde affiche un montant très faible pour les rémunérations des salariés, mais très élevé pour les envois de fonds des travailleurs, alors qu il est notoire que l Inde fournit aux ÉtatsUnis et aux pays européens un grand nombre d employés temporaires dans le secteur de l informatique. À l inverse, les statistiques des Philippines montrent un volume important de rémunérations des salariés et très peu de transferts de migrants. 5 Du fait des problèmes de classification, les pays font souvent rentrer les envois de fonds des travailleurs, soit dans la catégorie des autres transferts courants, soit dans celle des transferts d autres secteurs. Dans certains pays, notamment la Chine, il est possible que les envois de fonds des migrants aient été classés dans les investissements directs étrangers. Dans le cas de l Inde et de beaucoup d autres pays, ces envois de fonds peuvent avoir été classés dans les dépôts de nonrésidents, en particulier ceux libellés en monnaie locale.

10 On désigne sous le terme de «transferts des migrants» la valeur nette du patrimoine des migrants qui est transférée d un pays à l autre au moment de la migration (pour une période d au moins un an). L augmentation du nombre de travailleurs temporaires peut entraîner une augmentation des transferts des migrants. Par conséquent, pour avoir une image complète des flux de ressources, il faut examiner ces trois postes ensemble. Certains pays ne communiquent pas de données sur les envois de fonds au FMI dans le cadre des statistiques de balance des paiements. Plusieurs pays en développement (comme l Afghanistan, Cuba, le Turkménistan, l Ouzbékistan et le Zimbabwe) n'indiquent pas au FMI avoir bénéficié de flux d envois de fonds, alors que l on sait que ces pays ont connu des flux d émigration. Certains pays à revenu élevé (notamment le Canada, le Qatar, Singapour et les Émirats arabes unis) ne fournissent pas non plus de données sur les envois de fonds ils sont à l'origine, alors même que ce sont d importants pays de destination pour les migrants. Il existe en outre des disparités considérables dans la qualité de la compilation des données sur les envois de fonds d un pays à l autre, comme le montre une étude sur les banques centrales dans le monde (Irving, Mohapatra et Ratha 2010). Un certain nombre de banques centrales prennent en compte les données sur les envois de fonds communiquées par les banques commerciales, mais négligent les flux qui passent par les opérateurs de transfert d argent, les bureaux de poste, ou encore les circuits émergents tels que les transferts de fonds par téléphone portable. Enfin, même quand elles sont disponibles et classées convenablement, les données sont parfois périmées. Les méthodologies utilisées par les pays pour la compilation des données sur les envois de fonds ne sont pas toujours accessibles au public. Il faut espérer que, compte tenu de l'intérêt croissant que suscitent les envois de fonds et des lacunes qui existent tant sur le plan des données pour les envois de fonds que pour celles sur les travailleurs migrants, des efforts vont être entrepris pour améliorer la collecte des données. Dans certains cas Chine, Malaisie, Nigéria, les sources utilisées pour le montant total des envois de fonds ne correspondent pas aux données sur les trois composantes des envois de fonds (envois de fonds des travailleurs, rémunération des salariés et transferts des migrants). De ce fait, le total des envois de fonds ne correspond pas à la somme de ses composantes. L estimation des flux informels constitue sans doute cependant le problème le plus épineux en matière de statistiques sur les envois de fonds. La réalisation d enquêtes auprès des expéditeurs et des destinataires des envois de fonds peut permettre de mieux évaluer leur volume réel. Les enquêtes existantes auprès des ménages ne fournissent que des informations indicatives. De nouvelles enquêtes, représentatives et correctement randomisées, sont nécessaires pour pouvoir disposer de données complètes. Mise en garde sur la qualité des données Comme indiqué cidessus, les auteurs ont procédé à la mise à jour de l édition 2008 à partir des données les plus récentes sur les migrations issues de la Division de la population des Nations Unies, des recensements nationaux, des enquêtes auprès de la population active, des registres de population et d autres sources nationales pour 210 pays. Ratha, Mohapatra et Silwal (2010) ont établi les données sur les envois de fonds à partir des statistiques de balance des paiements du FMI et des données disponibles auprès des banques centrales, des bureaux nationaux de statistiques et des bureaux extérieurs de la Banque mondiale. Le Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds forme incontestablement la compilation de données et de statistiques la plus complète en la matière. Nous tenons à avertir le lecteur des difficultés d'utilisation que présentent les données disponibles sur les migrations et les envois de fonds associés. En effet, le nombre de migrants et les envois de fonds associés peuvent être sousestimés en raison de l existence de canaux informels, de l immigration

11 clandestine et des disparités dans la définition des migrants (nés à l étranger/de nationalité étrangère, émigrés saisonniers/permanents). Il est indispensable de redoubler d efforts pour améliorer la qualité des données. Les recommandations de la Commission sur l amélioration des données de migration conduite par le Center for Global Development constituent à cet égard un pas dans la bonne direction (Center for Global Development. Sources des données Les données sur l immigration et l émigration proviennent du PNUD ( et de Ratha et Shaw (2007). Les données sur le taux d émigration des diplômés de l enseignement supérieur sont tirées de Docquier et Marfouk (2006). Les données sur l émigration des médecins proviennent de Bhargava, Docquier et Moullan (2010) ; des données complémentaires sur les médecins et le personnel infirmier de Clemens et Pettersson (2006) ont été utilisées pour les pays de l Afrique subsaharienne. Les données sur les envois de fonds ont été établies par Ratha, Mohapatra et Silwal (2010), et celles sur les composantes des envois de fonds proviennent du FMI (2010b). Bhargava, Docquier et Moullan (2010) ont actualisé les informations de Docquier et Bhargava (2006) en ajoutant des pays de destination supplémentaires et en harmonisant la définition des médecins migrants pour les différents pays. Les données sur les variables suivantes sont issues de la Banque mondiale (2010 b) : population, croissance démographique, densité de population, population active, taux de chômage, population urbaine, superficie, produit national brut (PNB), PNB par habitant, croissance du PIB (produit intérieur brut), indice de pauvreté numérique et ratio de dépendance démographique. Dans les tableaux, signale que les données ne sont pas disponibles et «2010e» indique une estimation de Références Bilsborrow, Richard E., Graeme Hugo, Amarjit S. Oberai, Hania Zlotnik International Statistics, Guidelines for Improving Data Collection Systems. Genève : Bureau international du travail. Bhargava, Alok, Frédéric Docquier et Yasser Moullan Modeling the Effect of Physician Emigration on Human Development. Disponible auprès du SSRN : Center for Global Development Migrants Count: Five Steps Toward Better Data. Rapport de la Commission sur les données relatives à la migration internationale pour la recherche et la politique de développement, Washington, DC. Center for Global Development. Clemens, Michael A. et Gunilla Pettersson New Data on African Health Professionals Abroad. Document de travail 95. Center for Global Development. Washington, DC. Docquier, Frédéric et Alok Bhargava The Medical Brain Drain: A New Panel Dataset on Physicians Emigration Rates ( ). Banque mondiale, Washington, DC. Docquier, Frédéric et Alok Bhargava International by Education Attainment Dans International, Remittances, and the Brain Drain, éd. Caglar Özden et Maurice Schiff, Palgrave Macmillan : New York, et la Banque mondiale : Washington, DC.

12 Harrison, Anne, avec la collaboration de Tolani Britton et Annika Swanson Working Abroad The Benefits Flowing from Nationals Working in Other Countries. Document préparé pour la Table ronde sur le développement durable de l Organisation de coopération et de développement économiques, Paris. FMI (Fonds monétaire international) International Transactions in Remittances: Guide for Compilers and Users. Washington, DC : FMI a. Manuel de la balance des paiements. Sixième édition. Washington, DC : FMI b. Base de données des statistiques de balance des paiements. Washington, DC. Irving, Jacqueline, Sanket Mohapatra et Dilip Ratha Migrant Remittance Flows: Findings from a Global Survey of Central Banks. Document de travail 94, Banque mondiale, Washington, DC. Kapiszewski, Andrzej Arab Versus Asian Migrant Workers in the GCC Countries. Document présenté à la Réunion du groupe des experts des Nations Unies sur la migration internationale et le développement dans la région arabe, Beyrouth, 15 au 17 mai. UN/POP/EGM/2006/02. Lemaitre, George, Thomas Liebig et Cécile Thoreau Harmonized Statistics on Immigrant Inflows Preliminary Results, Sources and Methods. Rapport, Organisation de coopération et de développement économiques, Paris. OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) Perspectives des migrations internationales. Paris : OCDE Base de données sur la migration internationale. Paris. Parsons, Christopher R., Ronald Skeldon, Terrie L. Walmsley et L. Alan Winters "Quantifying International : A Database of Bilateral Migrant Stocks." Document de travail pour la recherche sur les politiques 4165, Banque mondiale, Washington, DC. Ratha, Dilip Worker s Remittances: An Important and Stable Source of External Development Finance. In Global Development Finance: Striving for Stability in Development Finance, Washington, DC : Banque mondiale. Ratha, Dilip, Sanket Mohapatra et Ani Silwal and Development Brief 12, Banque mondiale, Washington, DC, Avril Ratha, Dilip et William Shaw South South and Remittances. Document de travail 102, Banque mondiale, Washington, DC. Taylor, J. Edward Do Government Programs Crowdin Remittances? Tomás Rivera Policy Institute, University of Southern California et InterAmerican Dialogue, Washington, DC. UK ONS (United Kingdom Office of National Statistics)

13 PNUD (Division de la population des Nations Unies) Trends in Total Migrant Stock: The 2008 Revision. New York : Département des affaires économiques et sociales de l'onu United Nations Global Database v New York. Division de statistique des Nations Unies Recommendations on Statistics of International, Revision 1. Statistical Papers Series M, No. 58, Nations Unies, New York. Bureau du recensement américain American Community Survey Banque mondiale World Devlopment Report 1990.Washington, DC : Banque mondiale Perspectives économiques mondiales pour 2006 : Implications économiques des envois de fonds et de la migration. Washington, DC : Banque mondiale a. Classification des pays par la Banque mondiale. Washington, DC : Banque mondiale b. Indicateurs du développement dans le monde. Washington, DC : Banque mondiale.

14 Principaux pays d immigration a, 2010 En nombre d immigrants (millions) ÉtatsUnis* Fédération de Russie* Allemagne* Arabie saoudite* Canada* RoyaumeUni* Espagne* France* Australie* Inde* Ukraine Italie Pakistan Émirats arabes unis Kazakhstan Jordanie Israël Hong Kong (Chine) Côte d Ivoire Malaisie République arabe syrienne Japon Iran, Rép. islamique d Koweït Singapour Cisjordanie et Gaza Afrique du Sud Ghana Suisse PaysBas Sources : Groupe d étude des perspectives de développement, Banque mondiale ; PNUD a Inclut les pays et les territoires (voir Notes sur les données). *Parmi les 10 premiers pays.

15 Principaux pays d immigration a, 2010 En pourcentage de la population Qatar* Monaco* Émirats arabes unis* Koweït* Andorre* Îles Caïmans* Îles Mariannes du Nord* Îles Vierges américaines* Macao, Chine* Île de Man* Îles AngloNormandes Jordanie Guam Cisjordanie et Gaza Samoa américaines Singapour Israël Bahreïn Hong Kong (Chine) SaintMarin Brunéi Darussalam Mayotte Luxembourg Liechtenstein Aruba Bermudes Oman Palaos Arabie saoudite Antilles néerlandaises Sources : Groupe d étude des perspectives de développement, Banque mondiale ; PNUD a Inclut les pays et les territoires (voir Notes sur les données). *Parmi les 10 premiers pays

16 Principaux pays d émigration a, 2010 En nombre d émigrés (millions) Mexique* Inde* Fédération de Russie* Chine* Ukraine* Bangladesh* Pakistan* RoyaumeUni* Philippines* Turquie* Égypte, Rép. arabe d Kazakhstan Allemagne Italie Pologne Maroc Cisjordanie et Gaza Roumanie Indonésie ÉtatsUnis Afghanistan Portugal Viet Nam Colombie Corée, Rép. de Ouzbékistan Sri Lanka Bélarus France Porto Rico Sources : Groupe d étude des perspectives de développement, Banque mondiale ; PNUD a Inclut les pays et les territoires (voir Notes sur les données). *Parmi les 10 premiers pays.

17 Principaux pays d émigration a, 2010 En pourcentage de la population Cisjordanie et Gaza* Samoa* Grenade* SaintKittsEtNevis* Guyana* Monaco* AntiguaetBarbuda* Tonga* Albanie* Barbade* Suriname BosnieHerzégovine Palaos SaintVincentetGrenadines CapVert Jamaïque Arménie TrinitéetTobago Malte Géorgie Bermudes Kazakhstan SainteLucie SaoToméEtPrincipe Moldova Fidji Portugal Lesotho El Salvador Source : Groupe d étude des perspectives de développement, Banque mondiale. a Inclut les pays et les territoires (voir Notes sur les données). *Parmi les 10 premiers pays.

18 Principaux couloirs migratoires, 2010 Nombre de migrants (millions) MexiqueÉtatsUnis* Fédération de RussieUkraine* UkraineFédération de Russie* BangladeshInde* TurquieAllemagne* KazakhstanFédération de Fédération de Russie ChineRAS de Hong Kong IndeÉmirats arabes unis* ChineÉtatsUnis* PhilippinesÉtatsUnis AfghanistanRép. islamique IndeÉtatsUnis Porto RicoÉtatsUnis Cisjordanie et Gaza IndeArabie saoudite IndonésieMalaisie Burkina FasoCôte d Ivoire RoyaumeUniAustralie Viet NamÉtatsUnis PakistanInde El SalvadorÉtatsUnis MalaisieSingapour IndeBangladesh Rép. de CoréeÉtatsUnis PakistanArabie saoudite Rép. arabe d ÉgypteArabie CubaÉtatsUnis BélarusFédération de Russie OuzbékistanFédération de Source : Groupe d étude des perspectives de développement, Banque mondiale. *Parmi les 10 premiers pays.

19 Principaux couloirs migratoires hormis l exunion soviétique, 2010 Nombre de migrants (millions) MexiqueÉtatsUnis* BangladeshInde* TurquieAllemagne* ChineRAS de Hong Kong (Chine)* IndeÉmirats arabes unis* ChineÉtatsUnis* PhilippinesÉtatsUnis* AfghanistanRép. islamique d Iran* IndeÉtatsUnis* Porto RicoÉtatsUnis* Cisjordanie et Gaza République arabe IndeArabie saoudite IndonésieMalaisie Burkina FasoCôte d Ivoire RoyaumeUniAustralie Viet NamÉtatsUnis PakistanInde El SalvadorÉtatsUnis MalaisieSingapour IndeBangladesh Rép. de CoréeÉtatsUnis PakistanArabie saoudite Rép. arabe d ÉgypteArabie saoudite CubaÉtatsUnis AlgérieFrance Rép. du YémenArabie saoudite Cisjordanie et GazaJordanie ZimbabweAfrique du Sud Rép. arabe d ÉgypteJordanie Côte d IvoireBurkina Faso Source : Groupe d étude des perspectives de développement, Banque mondiale. *Parmi les 10 premiers pays.

20 Principaux pays de destination des réfugiés, 2010 En nombre de migrants (millions) Jordanie* Pakistan* Cisjordanie et Gaza* République arabe syrienne* Iran, Rép. islamique* Allemagne* ÉtatsUnis* Liban* Tanzanie* Chine* RoyaumeUni Tchad Kenya Équateur Ouganda Arabie saoudite Soudan Venezuela, Rép. bolivarienne du Congo, Dém. Rép. Canada Inde France Népal Thaïlande Zambie Yémen, Rép. du Serbie Algérie PaysBas Égypte, Rép. arabe d Source : Division de la population des Nations unies d après des données de l UNHCR *Parmi les 10 premiers pays.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

Faire une demande de visa

Faire une demande de visa CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quatorzième session de la Conférence des Parties La Haye (Pays-Bas), 3 15 juin 2007 Faire une demande

Plus en détail

Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE

Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE Troisième partie A N N e x e s t a t i s t i Q u e 99 Notes relatives aux tableaux annexes Signes conventionnels On trouvera, dans les tableaux, les signes conventionnels

Plus en détail

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Appels nationaux (États-Unis, Canada et Guam): 1. Composez le 888-236-7527 Appels internationaux: 1. Pour appeler EthicsPoint

Plus en détail

Mortalité par cause spécifique et morbidité

Mortalité par cause spécifique et morbidité par cause spécifique et morbidité Sur 10 décès qui se produisent dans le monde, 6 sont dus à des non, 3 à des pathologies, génésiques ou nutritionnelles et 1 résulte de. De nombreux pays en développement

Plus en détail

TARIFS DES OFFRES MEDIASERV POUR LES PARTICULIERS En vigueur à partir du 14/06/2014-Tarifs des offres présentés hors promotions Edition REUNION

TARIFS DES OFFRES MEDIASERV POUR LES PARTICULIERS En vigueur à partir du 14/06/2014-Tarifs des offres présentés hors promotions Edition REUNION Tarifs des offres Box Mediaserv TARIFS DES OFFRES MEDIASERV POUR LES PARTICULIERS En vigueur à tir du 14/06/2014-Tarifs des offres présentés hors promotions Edition REUNION Sous réserve de compatibilité

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TARIFS DES OFFRES CANALBOX INTERNET+TÉLÉPHONE POUR LES PARTICULIERS ÉDITION RÉUNION / En vigueur à partir du 25/04/2014

CONDITIONS TARIFAIRES TARIFS DES OFFRES CANALBOX INTERNET+TÉLÉPHONE POUR LES PARTICULIERS ÉDITION RÉUNION / En vigueur à partir du 25/04/2014 ÉDITION RÉUNION / En vigueur à tir du 25/04/2014 Sous réserve de compatibilité technique et d éligibilité à l ADSL de votre ligne téléphonique et d un engagement minimum de douze (12) mois. Pour tester

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE PROGRAMME DU CREDIT AUX ACHETEURS DES PAYS DESTINE AU SECTEUR DE FABRICATION DE MACHINES AVEC LA COOPERATION DE L UNION DES EXPORTATEURS DE MACHINES ET

Plus en détail

Orange accompagne vos activités à l international

Orange accompagne vos activités à l international Orange accompagne vos activités à l international Vos activités sortent souvent du territoire métropolitain et nécessitent que vos collaborateurs se déplacent à l étranger ou dans les DOM. Découvrez ci-dessous

Plus en détail

Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines, à Paris (France).

Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines, à Paris (France). 09/12/2014 Réf. : Objet : CL/4083 Directeur (D-2) du Bureau de la gestion des ressources humaines Paris, France HRM 237 Madame, Monsieur, Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de

Plus en détail

Directeur Bureau de la gestion des ressources humaines (HRM) UNESCO 7 place de Fontenoy 75352 Paris 07-SP France.

Directeur Bureau de la gestion des ressources humaines (HRM) UNESCO 7 place de Fontenoy 75352 Paris 07-SP France. 30/07/2015 Réf.: Objet : CL/4128 Directeur (D-1) Institut de l'unesco pour l'application des technologies de l'information à l'éducation (ITIE) Moscou, Fédération de Russie 2RUED0900OS Madame, Monsieur,

Plus en détail

M- Budget DSL / téléphonie fixe (VoIP)/ TV LISTE DE PRIX, TVA comprise, à partir du 01.02.2014

M- Budget DSL / téléphonie fixe (VoIP)/ TV LISTE DE PRIX, TVA comprise, à partir du 01.02.2014 0.03 M- Budget DSL / téléphonie fixe (VoIP)/ TV Services M- Budget Fréquence Accès internet (M- Budget DSL) 54.80 par mois Accès internet avec téléphonie fixe (M- Budget DSL & VoIP) 59.80 par mois Accès

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Conseil d administration 317 e session, Genève, 6-28 mars 2013 GB.317/LILS/1(Rev.)

Conseil d administration 317 e session, Genève, 6-28 mars 2013 GB.317/LILS/1(Rev.) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 317 e session, Genève, 6-28 mars 2013 GB.317/LILS/1(Rev.) Section des questions juridiques et des normes internationales du travail Segment des

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

Ainsi, nous avons la maîtrise des équipements que nous utilisons et une totale liberté pour l élaboration de nos offres.

Ainsi, nous avons la maîtrise des équipements que nous utilisons et une totale liberté pour l élaboration de nos offres. Votre partenaire Télécom dédié aux entreprises ADSL Haut débit Connectivité SDSL Virtual Private Network Sécurité Solution de voix sur IP Présentation de la société Intégrateur de solutions téléphoniques

Plus en détail

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE Original: anglais PROGRAMME POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELIÉES À L ADHÉSION À L ACCORD DU SGPC ET À LA PARTICIPATION

Plus en détail

Service de Messagerie Evoluée. Option Mail to Fax. Guide Utilisateur

Service de Messagerie Evoluée. Option Mail to Fax. Guide Utilisateur Service de Messagerie Evoluée Option Mail to Fax Guide Utilisateur Mars 2004 Mail to Fax Guide utilisateur 1 SOMMAIRE 1. ENVOI DE FAX DEPUIS VOTRE BOITE AUX LETTRES EVOLUEE... 3 1.1. CREATION/PREPARATION

Plus en détail

BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 17 Septembre 2012

BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 17 Septembre 2012 BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 17 Septembre 2012 SOMMAIRE FORFAITS MOBILES FREE Le Forfait Free Le Forfait 2 3-5 6-8 GRILLE TARIFAIRE Tarification des numéros spéciaux Appels à l international

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

Les tarifs de Belgacom

Les tarifs de Belgacom Les tarifs de Belgacom Février 2013 Les prix repris dans le tableau ci-dessous sont TVA comprise en euro/min et en euro/appel. Classic National Heures de pointe/heures creuses euro/min Coût de connexion

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger.

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger. 43 % Pourcentage d enfants de moins de 5 ans souffrant d insuffisance pondérale au Yémen. 87 % Pourcentage de décès aux USA dus à des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 1er juillet 2013

BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 1er juillet 2013 BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 1 er juillet 2013 SOMMAIRE FORFAITS MOBILES FREE Fiche d information standardisée Forfait Free 3 Fiche d information standardisée Forfait 2 4 Le Forfait

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJET «VILLES DU MONDE» À l attention des Alliances françaises et des graphistes et artistes sollicités.

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJET «VILLES DU MONDE» À l attention des Alliances françaises et des graphistes et artistes sollicités. 44 rue de Prony www.fetedugraphisme.org 75017 Paris contact@fetedugraphisme.org Cahier des charges Appel à projets «Villes du monde» Fête du graphisme CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJET «VILLES DU

Plus en détail

Fonds internationaux d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures

Fonds internationaux d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures Fonds internationaux d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures Édition 2012 Rôle des FIPOL Le Fonds de 1992 et, le cas échéant, le Fonds complémentaire, fournissent un

Plus en détail

Les tarifs de Belgacom

Les tarifs de Belgacom Les tarifs de Belgacom Version Value Pack Company 2.0 Les prix repris dans le tableau ci-dessous sont exprimés HTVA en eurocents/min et en eurocents/appel. Value Pack Company National Heures de pointe

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.23/2009/8 2 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Groupe

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

Tableaux statistiques

Tableaux statistiques Tableaux statistiques Statistiques économiques et sociales sur les pays et territoires du monde, se rapportant en particulier au bien-être des enfants. Vue d ensemble...82 Note générale sur les données...82

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUPRES DES ETATS DE L OECS AVEZ-VOUS BESOIN D UN VISA DE COURT SEJOUR

AMBASSADE DE FRANCE AUPRES DES ETATS DE L OECS AVEZ-VOUS BESOIN D UN VISA DE COURT SEJOUR AVEZ-VOUS BESOIN D UN VISA DE COURT SEJOUR AVEZ-VOUS BESOIN D UN VISA DE COURT SEJOUR? VERIFIEZ DANS LA LISTE CI-APRES SI LA NATIONALITE DE VOTRE DOCUMENT DE VOYAGE VOUS DISPENSE DU VISA DE COURT SEJOUR.

Plus en détail

Fiche de données 2,5 76% sur la population mondiale D ICI 2050, Population Reference Bureau. Informer Autonomiser Progresser www.prb.

Fiche de données 2,5 76% sur la population mondiale D ICI 2050, Population Reference Bureau. Informer Autonomiser Progresser www.prb. 2,5 Indice synthétique mondial de fertilité. Les ISF oscillent entre 1,7 dans les pays les plus développés et 4,5 dans les pays les moins développés. 60 Nombre d abonnés à un service de téléphonie mobile

Plus en détail

PRÉFACE. 31 mai 2006. Le Directeur général : Kamil Idris

PRÉFACE. 31 mai 2006. Le Directeur général : Kamil Idris PRÉFACE 31 mai 2006 Les activités de l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) s'inscrivent à une époque où le rôle et la vision de la propriété intellectuelle évoluent à une vitesse

Plus en détail

Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs

Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs Texte original Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs 0.748.710.1 Conclue à Tokyo le 14 septembre 1963 Signée par la Suisse le 31 octobre 1969 Approuvée

Plus en détail

0.142.301. Protocole relatif au statut des réfugiés. Texte original. (Etat le 17 décembre 2002)

0.142.301. Protocole relatif au statut des réfugiés. Texte original. (Etat le 17 décembre 2002) Texte original Protocole relatif au statut des réfugiés 0.142.301 Conclu à New York le 31 janvier 1967 Approuvé par l Assemblée fédérale le 4 mars 1968 1 Instrument d adhésion déposé par la Suisse le 20

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Protocole final de la Convention postale universelle

Protocole final de la Convention postale universelle UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE 3.1 Actes de Doha 2012 Protocole final de la Convention postale universelle Union postale universelle 2 Protocole final de la Convention postale universelle Art. I. Appartenance

Plus en détail

ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL

ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL MM11(F) ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL (Règle 30 du règlement d exécution commun) IMPORTANT 1.

Plus en détail

BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 01 Janvier 2015

BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 01 Janvier 2015 BROCHURE TARIFAIRE Tarifs en vigueur à compter du 01 Janvier 2015 SOMMAIRE FORFAITS MOBILES FREE Fiche d information standardisée Forfait Free 3 Fiche d information standardisée Forfait 2 4 Le Forfait

Plus en détail

DECLARATION DES REVENUS DE L'ANNEE 2011

DECLARATION DES REVENUS DE L'ANNEE 2011 Le Syndicat des Pilotes de l Aviation Civile de la Compagnie Brit Air DECLARATION DES REVENUS DE L'ANNEE 2011 Cette information vous est donnée à titre syndical et ne se substitue pas aux textes officiels.

Plus en détail

SERVICE CLIENTÈLE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DARTYBOX 0,12 TTC/min depuis une ligne fixe. Prix d un appel local depuis une ligne fixe

SERVICE CLIENTÈLE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DARTYBOX 0,12 TTC/min depuis une ligne fixe. Prix d un appel local depuis une ligne fixe ANNEXE TARIFAIRE Au 26 juin 2011 Les Forfaits Haut-débit Forfait n 1 (Zone dégroupée) Internet avec téléphonie Darty en présélection à 21.90 TTC/mois. Matériel mis à disposition : DartyBox V1 Forfait n

Plus en détail

BROCHURE TARIFAIRE FORFAITS MOBILES

BROCHURE TARIFAIRE FORFAITS MOBILES BROCHURE TARIFAIRE FORFAITS MOBILES Tarifs en vigueur à compter du 24 mars 2015 SOMMAIRE FORFAITS MOBILES FREE Fiche d information standardisée Forfait Free 3 Fiche d information standardisée Forfait 2

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie fixe version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie fixe version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

Guide des prix de transport et des services GUIDE DES PRIX DE TRANSPORT ET DES SERVICES 2015

Guide des prix de transport et des services GUIDE DES PRIX DE TRANSPORT ET DES SERVICES 2015 Guide des prix de transport et des services GUIDE DES PRIX DE TRANSPORT ET DES SERVICES 2015 En vigueur le 1er janvier 2015 Guide des prix de transport et des services 2 FIABILITÉ. EN TOUT TEMPS. EN TOUT

Plus en détail

LUXGSM. Tarif réduit du lundi au vendredi de 19.00 à 8.00 ainsi que les week-ends et jours fériés légaux toute la journée Tarif plein reste du temps

LUXGSM. Tarif réduit du lundi au vendredi de 19.00 à 8.00 ainsi que les week-ends et jours fériés légaux toute la journée Tarif plein reste du temps T/L-1a Généralités Les plages de tarifs (si pas indiqué autrement) Tarif réduit du lundi au vendredi de 19.00 à 8.00 ainsi que les week-ends et jours fériés légaux toute la journée Tarif plein reste du

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Thésaurus : Économie sociale et coopérative

Thésaurus : Économie sociale et coopérative Thésaurus : Économie sociale et coopérative 1. Index thématique des mots-clés 1.1 Typologie 1.1.1. Typologie générale ÉCONOMIE SOCIALE (1985) NONPROFIT (1990) ASSOCIATION COLLECTIVITÉ LOCALE (pouvoirs

Plus en détail

TARIFS B&YOU 30 JUIN 2014 Offres réservées aux particuliers en France métropolitaine b-and-you.fr

TARIFS B&YOU 30 JUIN 2014 Offres réservées aux particuliers en France métropolitaine b-and-you.fr TARIFS B&YOU 30 JUIN 2014 Offres réservées aux particuliers en France métropolitaine b-and-you.fr L ensemble des offres commercialisées sous la marque B&YOU sont valables en France métropolitaine. Vous

Plus en détail

Prix et prestations Communication mobile

Prix et prestations Communication mobile Enterprise Customers Prix et prestations Communication mobile Valables à partir du 1 er septembre 2015 Table des matières NATEL Tarif forfaitaires NATEL 3 NATEL business infinity 3 Téléphonie NATEL 4 Téléphonie

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Guide des prix de transport et des services GUIDE DES PRIX DE TRANSPORT ET DES SERVICES 2015

Guide des prix de transport et des services GUIDE DES PRIX DE TRANSPORT ET DES SERVICES 2015 Guide des prix de transport et des services GUIDE DES PRIX DE TRANSPORT ET DES SERVICES 2015 En vigueur le 1er janvier 2015 Guide des prix de transport et des services 2 FIABILITÉ. EN TOUT TEMPS. EN TOUT

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES PRODUITS ET DES SERVICES

CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES PRODUITS ET DES SERVICES CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES PRODUITS ET DES SERVICES AUX FINS DE L ENREGISTREMENT DES MARQUES (CLASSIFICATION DE NICE) DIXIÈME ÉDITION II e PARTIE AVEC LISTE DES PRODUITS ET DES SERVICES DANS L ORDRE

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D INVESTISSEMENT

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D INVESTISSEMENT CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D INVESTISSEMENT Études de la CNUCED sur les politiques d investissement

Plus en détail

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des garanties bancaires

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des garanties bancaires Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des garanties bancaires Tarif en vigueur au er septembre 202 Paiements internationaux 2 2 Opérations de change à terme 7 3 Tarifs pour paiements

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

CLAUSES DE L AVENANT DE MOBILITÉ

CLAUSES DE L AVENANT DE MOBILITÉ B30 MAJ.05-2011 CLAUSES DE L AVENANT DE MOBILITÉ CLAUSE SPÉCIFIQUE DE RÉMUNÉRATION INTÉRÊT DE LA CLAUSE La politique de rémunération des mobilités internationales trouve son expression dans l avenant de

Plus en détail

Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats

Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats Pôle volontariat 27, rue de la Convention CS 91533 75732 Paris cedex 15 Téléphone : 01 43 17 62 94 Statistiques relatives aux Volontaires

Plus en détail

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Vous trouverez dans cette brochure un aperçu des tarifs concernant: 1. Paiements internationaux 2 2. Opérations

Plus en détail

11 848 milliards de $EU. Statistiques du commerce international 2014 TOTAL MARCHANDISES. milliards de $EU PRODUITS MANUFACTURÉS

11 848 milliards de $EU. Statistiques du commerce international 2014 TOTAL MARCHANDISES. milliards de $EU PRODUITS MANUFACTURÉS Statistiques du commerce international 2014 Voyages 1 185 milliards de $EU Exportations mondiales 2013 TOTAL SERVICES COMMERCIAUX 4 645 milliards de $EU Transport 905 milliards de $EU Autres services commerciaux

Plus en détail

Fiche d information standardisée Forfait Free 3. Fiche d information standardisée Forfait 2 4. Les Options et autres services 7-8

Fiche d information standardisée Forfait Free 3. Fiche d information standardisée Forfait 2 4. Les Options et autres services 7-8 BROCHURE TARIFAIRE FORFAITS MOBILES Tarifs en vigueur à compter du 1 er septembre 2015 SOMMAIRE FORFAITS MOBILES FREE Fiche d information standardisée Forfait Free 3 Fiche d information standardisée Forfait

Plus en détail

Des réglementations intelligentes pour les petites et moyennes entreprises

Des réglementations intelligentes pour les petites et moyennes entreprises DOING BUSINESS 2013 Des réglementations intelligentes pour les petites et moyennes entreprises COMPARAISON DES RÉGLEMENTATIONS S APPLIQUANT AUX ENTREPRISES LOCALES DANS 185 ÉCONOMIES 10 e ÉDITION 2013

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DE L'AVIATION CIVILE

ORGANISATION INTERNATIONALE DE L'AVIATION CIVILE ORGANISATION INTERNATIONALE DE L'AVIATION CIVILE REUNION EXTRA ORDINAIRE DU GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN ŒUVRE (Lusaka, Zambie, du 10 au 11 juillet 2014) BULLETIN D INFORMATION 1.

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Pourcentage de la population du Zimbabwe vivant avec le VIH-sida en 2009. Ce pourcentage a baissé depuis 2001 (23,7 %).

Pourcentage de la population du Zimbabwe vivant avec le VIH-sida en 2009. Ce pourcentage a baissé depuis 2001 (23,7 %). 48 % 81 2,5 14,3 % Pourcentage de la population mondiale vivant avec moins de 2 dollars par jour. Espérance de vie moyenne à la naissance des hommes et des femmes au Canada, en Martinique et à Singapour.

Plus en détail

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013 3 6 étudiants internationaux 7 Juin 213 CHIFFRES CLÉS MONDE Selon l UNESCO en 21, on comptait 3 6 étudiants internationaux dans le monde. Ce nombre a augmenté de 38 % depuis 26. Les premiers continents

Plus en détail

Entraide Missionnaire Internationale

Entraide Missionnaire Internationale français GUIDE DES SERVICES www.entraidemissionnaire.com 2013 t E n a r i d e M i s s i o n n a i r e Entraide Missionnaire Internationale l e a i o n t a r n t e 1 I n La santé solidaire en Eglise Sommaire

Plus en détail

Protection des investisseurs

Protection des investisseurs 47 Création d entreprise Obtention des permis de construire Transfert de propriété Obtention de prêts Protection des investisseurs Paiement des taxes et impôts Commerce transfrontalier Exécution des contrats

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES. Détails techniques de la couverture d'assurance à fournir

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES. Détails techniques de la couverture d'assurance à fournir Annexe 1 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES Détails techniques de la couverture d'assurance à fournir Garantie 1 L'assureur garantit la couverture des valeurs mentionnées au point 3 du Cahier des charges dans les

Plus en détail

Statut de la Cour internationale de Justice du 26 juin 1945

Statut de la Cour internationale de Justice du 26 juin 1945 Texte original Statut de la Cour internationale de Justice du 26 juin 1945 0.193.501 Approuvé par l'assemblée fédérale le 12 mars 1948 1 Instrument d adhésion déposé par la Suisse le 28 juillet 1948 Entré

Plus en détail

ATTENTION. Pour que votre dossier de mariage puisse être accepté lors du dépôt :

ATTENTION. Pour que votre dossier de mariage puisse être accepté lors du dépôt : EUROMETROPOLE ATTENTION Pour que votre dossier de mariage puisse être accepté lors du dépôt : - présence des deux futurs-es époux-ses, - dossier complet, (conformément au relevé de pièces à produire ci-joint),

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

RÉSUMÉ DE VOYAGE : SAN JOSÉ COSTA RICA. Réunion Nº 43

RÉSUMÉ DE VOYAGE : SAN JOSÉ COSTA RICA. Réunion Nº 43 RÉSUMÉ DE VOYAGE : SAN JOSÉ COSTA RICA Réunion Nº 43 TABLE DES MATIÈRES Référence rapide...3 Introduction...4 Questions fréquentes sur les vols...4 Questions fréquentes sur le visa...10 Questions fréquentes

Plus en détail

Introduction. I. Évolution du commerce mondial. II. Commerce des marchandises

Introduction. I. Évolution du commerce mondial. II. Commerce des marchandises Introduction 1. Remerciements 2 2. Message du Directeur général 3 3. Comprendre les statistiques du commerce international 4 4. Membres et observateurs de l OMC 6 Composition des régions géographiques

Plus en détail

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne En 1999, à l occasion de son congrès de Pékin, l UIA adoptait un accord international pour la recommandation

Plus en détail

Fiche d information standardisée Forfait Free 3. Fiche d information standardisée Forfait 2 4. Les Options et autres services 7-8

Fiche d information standardisée Forfait Free 3. Fiche d information standardisée Forfait 2 4. Les Options et autres services 7-8 BROCHURE TARIFAIRE FORFAITS MOBILES Tarifs en vigueur à compter du 1 er novembre 2015 SOMMAIRE FORFAITS MOBILES FREE Fiche d information standardisée Forfait Free 3 Fiche d information standardisée Forfait

Plus en détail

Catalogue Tarifaire 2010. Les Solutions M2M

Catalogue Tarifaire 2010. Les Solutions M2M Catalogue Tarifaire 2010 Les Solutions M2M 60 3 Les Solutions M2M E changer entre objets communicants, c est établir à distance un contact permanent et interactif entre un parc de machines et un serveur

Plus en détail

1. Retenues sur les salaires

1. Retenues sur les salaires CHAPITRE IV RETENUES SUR LE SALAIRE ET SAISIE ET CESSION DU SALAIRE 212. L article 8 de la convention établit le principe selon lequel des retenues sur les salaires ne sont autorisées que dans des conditions

Plus en détail

La sécurité informatique dans les installations nucléaires

La sécurité informatique dans les installations nucléaires Collection Sécurité nucléaire de l AIEA N 17 Orientations techniques Manuel de référence La sécurité informatique dans les installations nucléaires LA COLLECTION SÉCURITÉ NUCLÉAIRE DE L AIEA Les publications

Plus en détail

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Vous trouverez dans cette brochure un aperçu des tarifs concernant: 1. Paiements internationaux 2 2. Opérations

Plus en détail

AOÛT-NOVEMBRE 2009. Certaines applications ne sont pas disponibles dans toutes les zones géographiques.

AOÛT-NOVEMBRE 2009. Certaines applications ne sont pas disponibles dans toutes les zones géographiques. AOÛT-NOVEMBRE 2009 TARIFS Forfaits Bouygues Telecom et Universal Mobile Certaines applications ne sont pas disponibles dans toutes les zones géographiques. La disponibilité et le tarif des applications

Plus en détail

Convention instituant l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle

Convention instituant l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle Texte original Convention instituant l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle 0.230 Conclue à Stockholm le 14 juillet 1967 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 décembre 1969 1 Instrument

Plus en détail

Application du Règlement sanitaire international (2005)

Application du Règlement sanitaire international (2005) CONSEIL EXÉCUTIF EB130/16 Cent trentième session 24 novembre 2011 Point 6.7 de l ordre du jour provisoire Application du Règlement sanitaire international (2005) Rapport du Directeur général 1. Dans la

Plus en détail