LA SUISSE ET LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LIGNES D ACTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SUISSE ET LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LIGNES D ACTION"

Transcription

1 LA SUISSE ET LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LIGNES D ACTION

2 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 3 POURQUOI LA COOPÉRATION MULTILATÉRALE? Avancer ensemble 4 Les problèmes des pays en développement nécessitent que tous les États unissent leurs forces et marchent ensemble. La coopération multilatérale complète l aide au développement accordée directement par la Suisse. L EVOLUTION DE LA BAD Des pas de géant ont été accomplis 6 Malgré les turbulences de son histoire et un environnement difficile, la BAD est l une des principales organisations de développement sur le plan international. LA STRATÉGIE DE LA SUISSE Un engagement ciblé 10 Les principes régissant l engagement de la Suisse au sein de la Banque africaine de développement. LES OBJECTIFS DE LA SUISSE Favoriser une évolution positive 12 Huit objectifs concrets du seco et de la DDC dans leurs relations avec la BAD. ANNEXE Glossaire, abréviations, littérature, contacts, impressum 20 2 Toutes les photos de cette brochure proviennent des projets de la coopération suisse en Afrique.

3 AVANT-PROPOS La Banque africaine de développement (BAD) est l un des principaux partenaires multilatéraux de la Suisse. Elle est la première institution financière de l Afrique et le symbole du progrès et de l unité du continent africain. Notre engagement dans la BAD est un acte de solidarité avec l Afrique et une contribution non négligeable à son développement. Dès son entrée dans la BAD, la Suisse s y est beaucoup engagée sur les plans politique, financier et idéologique. Elle a soutenu la Banque dans les nombreuses crises que celle-ci a traversées au cours de son histoire. Nous sommes très satisfaits et fiers de voir qu aujourd hui, la BAD ne s est jamais mieux portée tant au niveau de sa gestion que de ses ressources financières. Elle est même un exemple parmi les banques régionales en matière de politique de développement. La Suisse n est pas étrangère à ce succès. Il s agit maintenant de s attaquer aux réformes qui restent à mettre en œuvre et de transposer les idées nouvelles dans nos activités de projet quotidiennes. Pour ce faire, nous entendons maintenir notre engagement dans la BAD. La présente ligne d action doit nous aider à définir nos objectifs à moyen terme au sein de la Banque, mais aussi à sensibiliser un public toujours plus large à ses activités et à son partenariat avec la Suisse. Elle complète la stratégie de la Suisse dans le domaine de l aide multilatérale au développement. Jean-Daniel Gerber, seco Walter Fust, DDC 3

4 POURQUOI LA COOPÉRATION MULTILATÉRALE? Avancer ensemble 4 Les problèmes des pays en développement nécessitent que tous les États unissent leurs forces et agissent de concert. La coopération multilatérale complète l aide au développement accordée directement par la Suisse. A l heure de la mondialisation, les questions de développement deviennent toujours plus complexes. Les grands problèmes ne s arrêtent pas aux frontières des États. Les solutions doivent donc, elles aussi, être élaborées par la communauté internationale. La coopération multilatérale joue là un rôle central car elle unit les forces en présence, crée des synergies, coordonne les politiques nationales et forge des normes et des principes universels. Alors que l aide au développement bilatérale est centrée sur des problèmes locaux, le point fort des institutions multilatérales telles que l ONU et la Banque mondiale est de prendre part à des projets de réforme à l échelle mondiale, à des programmes de grande ampleur et à des projets d importance régionale ou nationale. Ces deux modes d action sont complémentaires. En 2002, lors de la Conférence internationale sur le financement du développement, qui s est tenue à Monterrey au Mexique, la communauté internationale a décidé de doubler son aide au développement et d en améliorer l efficacité. Au Sommet mondial de Johannesburg sur le développement durable, les États ont fait le bilan des succès de la politique environnementale des dix dernières années et ont pris de nouvelles mesures pour relever les principaux défis à venir. Ces conférences ont mis en lumière la nécessité de nouveaux partenariats de développement fondés sur une responsabilité mutuelle. Les Objectifs de développement adoptés lors du Sommet du Millénaire en 2000 par exemple de réduire de moitié d ici à 2015 le nombre de personnes qui vivent dans la pauvreté, ou qui n ont pas accès à l eau potable demandent un grand nombre d actions concertées. Tout partenariat appelle des règles développées et appliquées en commun. Les organisations internationales, creuset de cette réglementation, sont donc ouvertes à tous les pays.

5 La stratégie de la Suisse Renforcer le système multilatéral Travailler efficacement dans ce cadre Définir des priorités Exploiter les synergies dans l aide bilatérale au développement Faire un choix éclairé de ses partenaires sur le plan multilatéral Soutenir activement ses pays partenaires Chercher une participation active de la société civile, du secteur privé et de la recherche Garantir l accès des entreprises suisses aux marchés publics des organisations multilatérales La Suisse a tout intérêt au bon fonctionnement du système multilatéral. C est pourquoi elle prône une action engagée au niveau multilatéral et œuvre sur le plan politique et financier pour atteindre les Objectifs de développement du Millénaire. La Suisse est devenue membre de la Banque asiatique de développement (BAsD) en 1967 déjà. En 1976 et en 1982, elle entrait dans les deux autres principales banques régionales que sont la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Banque africaine de développement (BAD). Depuis 1992, elle est membre des institutions de Bretton Woods (voir glossaire) et depuis 2002, de l ONU. La Suisse a donc sa place dans les principales instances multilatérales, où elle joue un rôle actif. Son indépendance donne à la Suisse un certain attrait dans le jeu des coalitions. Elle peut enrichir le débat de sa grande expérience en matière de politique de développement et contribuer à trouver des solutions en apportant des idées neuves ou en servant d intermédiaire. 5

6 L EVOLUTION DE LA BAD Des pas de géant ont été accomplis 6 Fondée en 1964 par les États africains, la BAD est le symbole de leur indépendance retrouvée. Les pays africains gardent le contrôle de la Banque, dont ils détiennent 60 pour cent des actions. Malgré les turbulences de son histoire et un environnement difficile, la BAD est l une des principales organisations de développement sur le plan international. Après avoir acquis leur indépendance, les pays africains voulurent prendre en main leur avenir tant politique qu économique. Ils fondèrent donc en 1964, la Banque africaine de développement, à laquelle ne pouvaient adhérer initialement que les états africains. Le manque de moyens de la Banque et les difficultés financières de ses membres limitèrent considérablement sa marge de manœuvre, si bien que dans les années 1970, les crédits octroyés atteignaient à peine 20 millions de dollars par an. C est pour cette raison que fut créé en 1972 le Fonds africain de développement (FAD), alimenté principalement par les pays industrialisés d Europe et d Amérique et par le Japon. Le FAD, rattaché à la BAD, octroie aux pays africains les plus pauvres des crédits à des conditions préférentielles. En 1982, la Banque s est ouverte aux pays ne faisant pas partie du continent africain, afin de gagner de nouvelles sources de financement et de faire participer ces pays à son processus de décision stratégique et institutionnel. Le concept et la vision africaine de la BAD ont néanmoins subsisté : les États africains conservent toujours 60 pour cent du capital de la BAD et le FAD est contrôlé majoritairement par les membres régionaux, en dépit du financement consenti par les pays industrialisés. La BAD a connu un développement contrasté depuis son ouverture aux pays non régionaux en Son existence était menacée au milieu des années 1990, en raison, d une part, des arriérés de paiement (remboursement du capital et paiement des intérêts) des pays débiteurs et, d autre part, de ses dysfonctionnements au niveau interne. Ses ressources en personnel n étaient plus du tout suffisantes en termes d effectifs et de qualification. La Banque octroyait des prêts pour des projets dont elle ne contrôlait ni l exécution, ni la qualité. Elle rencontrait aussi de graves problèmes au niveau de sa direction.

7 Pour sortir de l impasse, la BAD dut réduire considérablement ses engagements et procéder à des réformes structurelles. En 1999, elle définit un plan d action 1 visant à la hisser au niveau d une banque de développement moderne sur le modèle de la Banque mondiale. La structure de son organisation a été modifiée en 2002 et sa mission clairement centrée sur l aide aux pays de la région dans leur lutte contre la pauvreté. La BAD mise sur la participation des pays bénéficiaires et travaille en partenariat avec les organisations de développement multilatérales et bilatérales. Une politique financière rigoureuse lui a permis de regagner sa notation AAA. Financièrement parlant, la Banque ne s est jamais mieux portée qu aujourd hui. Son bilan financier est même meilleur, dans bien des domaines, que celui de la Banque mondiale et des autres banques régionales de développement. En 2003, la BAD a dû transférer provisoirement son siège (jusqu alors dans la capitale d Abidjan) à Tunis à cause des troubles régnant en Côte d Ivoire depuis Son but déclaré est de revenir en Afrique subsaharienne dès que la situation le lui permettra. Les vicissitudes de la Banque ont montré que celle-ci était capable de maîtriser ses tâches même dans un environnement difficile. La BAD jouit aujourd hui d une bonne situation mais elle doit travailler à consolider ses récents acquis. Ce n est qu à ce prix qu elle pourra contribuer à concrétiser les Objectifs de développement du Millénaire et améliorer la situation sur le continent africain. Quelles est la mission des banques de développement? Les banques multilatérales de développement ont la même idée directrice et reposent toutes sur des principes similaires: elles tirent leur raison d être du constat que la plupart des pays en développement ne peuvent pas progresser sur la voie du développement sans des transferts de capitaux et de savoirs externes, que le secteur privé ne peut leur apporter en quantité suffisante en raison des risques inhérents à ces pays. Grâce au capital versé ou souscrit par leurs États membres, les banques de développement peuvent lever des fonds sur les marchés financiers internationaux et accorder des crédits à des conditions proches de celles du marché pour des projets de développement. Or, comme il s est avéré que précisément les pays les plus pauvres sont les moins à même de bénéficier de ces possibilités de financement avantageuses, des fonds spéciaux ont été créés auprès des banques de développement. Constituées par des contributions régulières des pays membres plus riches, les ressources de ces fonds sont allouées aux pays les moins avancés sous forme de prêts à long terme sans intérêts, voire de dons. Répartition des tâches au sein des institutions financières internationales. Banque mondiale / FMI Dialogue macroéconomique Stabilité financière Réformes structurelles de l économie Aide à la solution de crises financières Financement de projets Banques régionales Réformes sectorielles Financement de projets Dialogue politique au niveau des régions et des secteurs Promotion de la bonne gouvernance Intégration régionale Forces et faiblesses La BAD est la première institution financière de l Afrique. Son capital est dans sa majorité 1 Plan d action pour une Banque revigorée,

8 L EVOLUTION DE LA BAD détenu par les pays africains, ce qui fait qu elle jouit, auprès des États de la région, d une plus grande crédibilité que les institutions de Bretton Woods (Banque mondiale et FMI), lesquelles sont contrôlées par les pays industrialisés. Les identité et assise régionales de la BAD lui ont permis d instaurer un dialogue constructif avec les pays bénéficiaires. Ces derniers la placent régulièrement devant de nouveaux défis. De nombreux pays africains traversent en effet des crises économiques et politiques, ou ne respectent pas les principes de la bonne gouvernance. Le remboursement des intérêts et des prêts accordés aux pays sortant de guerres ou de conflits est un autre problème, lequel peut compromettre la stabilité financière de la Banque. Elle devra à l avenir se montrer plus clairvoyante et mieux tenir compte de la stabilité politique des pays avant de leur octroyer un crédit. Il ne fait aucun doute que la BAD travaille dans un environnement difficile, mais cela ne doit pas la conduire à relâcher ses exigences en matière de prestations. Bien au contraire : la difficulté doit l inciter à fixer la barre très haut en ce qui concerne les performances de ses collaborateurs et de ses procédures internes, mais également des institutions dans les pays bénéficiaires. De plus, elle doit mettre en œuvre sa stratégie sur place avec efficacité, grâce à des programmes et à des projets de qualité. Dans cet environnement difficile, le conseil d administration de la BAD doit adopter une ligne de conduite axée sur la participation, tout en gardant un regard critique pour remplir ses fonctions de développement stratégique et de contrôle des résultats ; en effet, en fin de compte, c est lui qui répond de l avenir de la Banque. La BAD a notablement amélioré sa structure organisationnelle et ses procédures internes. Il lui reste maintenant à réussir sa décentralisation ce qui implique l ouverture de bureaux dans les pays destinataires de l aide - et à renouveler son personnel. 8

9 La BAD en quelques chiffres Année de fondation 1964 Siège Abidjan (provisoirement Tunis, depuis 2003) Nombre de membres 77 dont pays régionaux 53 Capital souscrit en milliards de dollars dont effectivement libérés 3,24 milliards de dollars Prêts octroyés en ,6 milliards de dollars dont par le FAD 1,48 milliard de dollars Revenu net en millions de dollars Budget administratif en millions de dollars (financé en partie par le FAD) Nombre de collaborateurs (2003) 987 La Suisse Membre de la BAD depuis 1982 Participation au capital 1,462 % Participation au FAD 3,0 % Groupe de vote Danemark, Finlande, Inde, Norvège, Suède, Suisse Part de l industrie suisse aux marchés 2 millions, soit 0,43 % publics (en millions de dollars et en pour-cent du total en 2003) Représentation de la Suisse Gouverneur Suppléant Responsable de la coopération économique au développement au seco Responsable de la politique de développement et de la coopération multilatérale, à la DDC 9

10 LAGEANALYSE STRATEGIE DE LA SUISSE Un engagement ciblé Les principes régissant l engagement de la Suisse au sein de la Banque africaine de développement. Défendre les intérêts de la Suisse et contribuer par notre savoir et notre expérience à définir les orientations futures de la BAD Les deux organes les plus importants dans lesquels la Suisse peut exercer son influence au sein de la BAD sont le conseil des gouverneurs et le conseil d administration. Au sein des deux organes, il est important qu elle y soit présente et qu elle se concentre sur les sujets à propos desquels elle peut faire valoir son expérience et sa compétence. Pour cela, notre pays dispose d un atout majeur : il n est pas tenu par une alliance comme le sont les membres du G8 ou de l Union européenne. Cette situation lui permet de défendre une position indépendante et de se poser en intermédiaire. Dès lors que la Suisse siège au conseil d administration et qu elle entretient des contacts réguliers avec la direction de la BAD, cette dernière peut profiter de l expérience du seco et de la DDC en matière de coopération bilatérale au développement avec l Afrique. Le personnel employé par la Suisse auprès du bureau du directeur exécutif du groupe de vote et au sein de la centrale bernoise doit être qualifié et expérimenté, afin que notre pays puisse peser de tout son poids. Le nombre de Suisses parmi le personnel de la BAD devrait par ailleurs être augmenté, raison pour laquelle nous soutenons plus que jamais les candidatures de Suisses qualifiés. La Suisse peut par ailleurs intensifier ses contacts avec la BAD grâce à des entreprises privées qui prennent part à des appels d offres de la Banque ou collaborent avec elle. Certaines entreprises suisses exploitent d ores et déjà cette possibilité, à laquelle leurs consœurs seront rendues encore plus attentives à l avenir. 10

11 Soigner les relations avec les membres de notre groupe de vote et approfondir notre relation de confiance avec la Banque La Suisse fait partie d un groupe de vote dont sont aussi membres le Danemark, la Finlande, la Norvège, la Suède et l Inde ; les pays nordiques et la Suisse assument à tour de rôle la présidence de ce groupe. Il détient un peu plus de 6% des voix et procure au moins 9% des fonds du FAD. Aux yeux de la direction et des autres membres, il a donc un certain poids. Un dialogue régulier au sein du groupe de vote et avec les autres membres importants est nécessaire pour anticiper les affaires à venir et faire valoir les intérêts du groupe. Le dialogue avec les autres pays du groupe de vote revêt également une importance particulière puisqu en dépit de son engagement financier non négligeable, la Suisse n occupe pas un siège permanent au sein du conseil d administration ; elle y est représentée par un conseiller tous les huit ans pour deux ans et détache tous les dix ans pour trois ans une personne qui occupe le poste de directeur exécutif du groupe de vote. Nous ne pouvons donc influer sur les décisions que si les pays du groupe de vote planifient ensemble les activités du bureau du directeur exécutif du groupe de vote. Informer les instances politiques et l opinion publique suisse sur l activité de la BAD et sur la position de la Suisse Le rôle et la mission de la BAD sont peu connus en Suisse. Nous entendons donc faire connaître ses objectifs et ses activités ainsi que notre position. Le Parlement, les groupements d intérêts politiques et les ONG s intéressant à la politique de développement recevront donc plus systématiquement des informations et seront invités à donner leur avis. Nouer des contacts avec le secteur privé et les universités doit permettre d exploiter des synergies potentielles et favoriser les échanges avec les organisations partenaires. Les thèmes multilatéraux occuperont une plus grande place dans les communications et les relations publiques du seco et de la DDC afin de sensibiliser l opinion publique à l importance de la coopération multilatérale au développement et des activités de la BAD. Les visites officielles de représentants de haut rang ou les conférences organisées en Suisse sont d autres occasions d ouvrir un débat public. Contrôler régulièrement la mise en œuvre des principes directeurs de notre action Le seco et la DDC contrôlent régulièrement la mise en œuvre des présents principes, ce qui aide la Suisse à atteindre ses objectifs et lui permet d effectuer les adaptations nécessaires. Il est difficile de prévoir comment va évoluer la collaboration avec la BAD, ce qui implique une certaine souplesse. La collaboration fera l objet d une évaluation en 2006, afin de déterminer si les objectifs de la Suisse sont adéquats et si son engagement suffit à les atteindre. Le bilan final sera tiré en Le seco et la DDC adaptent tous les ans leur programme annuel respectif à la présente ligne d action. Ils définissent en outre des indicateurs de résultat et les évaluent périodiquement. Les divisions responsables de la qualité et de l évaluation aideront à mettre en œuvre ces mécanismes de contrôle. 11

12 LES OBJECTIFS DE LA SUISSE Favoriser une évolution positive Huit objectifs concrets du seco et de la DDC dans leurs relations avec la BAD. Objectif 1 : la BAD concrétise sa stratégie de lutte contre la pauvreté par des mesures et des résultats tangibles Dans le plan stratégique qu elle a adopté en , la Banque africaine de développement a confirmé son intention de devenir, parmi les institutions africaines, le chef de file de la lutte contre la pauvreté et s est engagée à tenter de réaliser les Objectifs de développement du Millénaire. Comme tâches centrales pour la période , on peut citer le développement rural, l approvisionnement en eau, l éducation et la santé, mais aussi la mise en place d infrastructures dans les régions rurales. De plus, la BAD entend favoriser l intégration économique au sein du continent africain et jouer un rôle de premier plan dans les efforts en faveur de la bonne gouvernance, de l égalité hommes-femmes, de la protection de l environnement et de la lutte contre les maladies transmissibles. Enfin, elle désire aider les pays cherchant à retrouver une place au sein de la communauté internationale après un conflit armé ou une guerre ouverte. La BAD doit maintenant relever le défi de concrétiser ces stratégies et ces plans, en prenant des mesures et en obtenant des résultats tangibles. Elle se fonde pour ce faire sur les stratégies de réduction de la pauvreté (Poverty Reduction Strategies PRS) que les États établissent sous leur propre responsabilité, et sur lesquelles elle axe ses stratégies par pays. Les PRS représentent également une bonne base pour coordonner les activités des institutions de développement multilatérales et bilatérales. Ce point est important, car une bonne répartition des tâches entre les institutions permet à celles-ci d œuvrer d autant mieux en faveur du développement des pays concernés Strategic Plan of the African Development Bank Group (2002)

13 Pour mieux participer à ce processus, la BAD doit renforcer sa présence sur place et s assurer qu elle dispose des ressources en personnel nécessaires. Aussi, elle entend ouvrir des filiales dans la plupart des pays africains ces deux prochaines années et augmenter ses effectifs. Une autre tâche de la Banque est de définir le cadre dans lequel les projets sont couronnés de succès et aboutissent à des résultats concrets. C est pourquoi elle subordonne ses prêts aux performances des pays bénéficiaires. Les critères d octroi sont par exemple la conduite du pouvoir et la qualité des institutions du pays, ou bien le risque d insolvabilité du pays. Le seco et la DDC veulent que la BAD se concentre sur la mise en œuvre de sa stratégie et sur l efficacité de ses opérations ; que les tâches soient réparties de manière rationnelle entre la BAD et les autres acteurs du développement ; que la BAD s implique davantage dans la coordination sur le terrain entre les bailleurs de fonds et dans le dialogue politique avec les pays ; qu elle joue un rôle actif dans le renforcement de la bonne gouvernance sur les plans économique et politique et qu elle la surveille notamment dans le cadre de la réalisation des projets ; que la pratique de l octroi conditionnel de crédits par le Fonds africain de développement (FAD) soit maintenue et, dans la mesure du possible, mieux coordonnée avec l action de la Banque mondiale et des autres bailleurs de fonds ; qu un échange d informations systématique soit établi entre la Suisse et la BAD, grâce à des contacts plus fréquents avec la centrale, les bureaux de coordination et la direction de la Banque ; suivre de près les résultats de la BAD, tant au niveau des pays qu au sein du conseil d administration. Objectif 2 : la BAD se concentre sur ses avantages comparatifs et réduit le nombre de ses domaines d activité Même si la Banque africaine de développement a résolument étendu ses activités ces dernières années, elle reste la plus petite des banques régionales. Il est d autant plus important qu elle ne se disperse pas et qu elle utilise ses ressources de manière ciblée. Le rôle important du Fonds africain de développement dans le cadre de l activité de la BAD est un élément particulier. Le FAD est confronté à une demande toujours plus grande de prêts à faible taux d intérêt et de contributions (non remboursables) de la part des pays à faible revenu en particulier en relation avec la réalisation des Objectifs de développement du Millénaire. La BAD doit notamment renforcer ses capacités institutionnelles, en offrant une assistance technique et en finançant des projets de développement spécifiques dans les secteurs stratégiquement importants. Dans les États respectant les principes de la bonne gouvernance, elle peut, avec d autres bailleurs de fonds, participer à des aides budgétaires. Mais il lui faut pour cela approfondir le dialogue politique avec les gouvernements bénéficiaires et donc être plus présente sur place. L ouverture de bureaux supplémentaires dans les pays bénéficiaires de l aide est donc nécessaire. Il convient par ailleurs de freiner la baisse de demandes de prêts ordinaires par les pays à revenu moyen. La BAD doit mieux tenir compte de leurs besoins et adapter ses instruments en conséquence. De plus, elle doit réexaminer ses conditions d octroi de crédits pour s assurer qu elle restera compétitive à long terme. Dans les pays à revenu moyen, elle utilise principale- 13

14 LES OBJECTIFS DE LA SUISSE 14 ment des crédits de programme, conçus pour financer non pas des projets spécifiques mais de vastes programmes de réformes dans un secteur donné. Elle s efforce en outre de développer ses activités en faveur du secteur privé de ces pays. Par ailleurs, l épidémie du sida place le continent africain devant des difficultés énormes. Les conséquences sont alarmantes. Il n y a aucun doute que toutes les institutions actives dans la coopération au développement doivent unir leurs forces pour lutter contre cette maladie. La BAD sait d emblée qu elle ne peut pas jouer un rôle de premier plan dans ce domaine : d autres institutions sont mieux armées pour cette tâche. Elle entend cependant accorder une attention particulière à ce problème dans le cadre des projets et des programmes qu elle finance. Le seco et la DDC ont pour objectif que la BAD demeure sélective et n élargisse pas davantage son mandat ; qu elle approfondisse son expérience et ses capacités d analyse dans les secteurs stratégiques prioritaires, pour se donner un avantage comparatif par rapport aux autres institutions financières ; qu elle redéfinisse son rôle dans les pays à revenu moyen et développe des approches et des instruments novateurs pour mieux tenir compte de leurs besoins ; qu elle intensifie le dialogue politique et renforce de la sorte son influence dans les domaines tels que la bonne gouvernance (lutte contre la corruption), la protection de l environnement, la participation de la société civile ou l égalité hommes-femmes ; que la question du sida soit incluse dans tous les projets et programmes financés par la BAD. Objectif 3 : l activité de la BAD contribue à l intégration régionale des économies africaines Le morcellement politique et économique du continent africain demeure un obstacle majeur à son développement économique et social. Depuis leur indépendance, les États africains ont essayé à plusieurs reprises d intensifier la coopération régionale sur le plan du commerce et de la politique financière et monétaire. Toutefois, l intégration et la coopération régionales ne sont nulle part plus faibles qu en Afrique. Les structures économiques de la plupart des pays restent axées sur le Nord et la part des flux de capitaux et de marchandises à l échelle du continent demeure faible. Le Nouveau Partenariat pour le Développement de l Afrique (NEPAD) a ravivé les efforts de renforcement de la coopération entre les États. Cette initiative, née de la volonté d importants dirigeants africains d œuvrer de concert pour accroître l appropriation des programmes par le continent africain et assurer son avenir, a divers buts : promouvoir la paix et la bonne gouvernance, assurer un niveau élevé d investissements dans l éducation et la santé, mobiliser des capitaux en faveur du secteur privé, renforcer la collaboration régionale et mettre en place des infrastructures de base dans les domaines des transports, de l énergie, de l eau et des communications. Le secrétariat du NEPAD a été transféré à la BAD, de même que la responsabilité de mettre en œuvre les projets dans les domaines de l infrastructure et des réformes du secteur bancaire et financier. La Banque entend augmenter ces prochaines années le nombre de programmes et de projets englobant plusieurs pays, pour soutenir activement l intégration régionale. Sur le plan politique, elle n a cependant pas encore assez de poids pour pouvoir assumer un rôle de premier plan. Elle devrait pour cela augmenter ses capacités d analyse et intensifier sa collaboration avec d autres organismes internationaux, par exemple l OMC. Le seco et la DDC veulent que la BAD développe également le dialogue politique au plus haut niveau et devienne un moteur de l intégration régionale africaine ; se concentre à cet effet sur la mise en place des infrastructures nécessaires et sur le renforcement de la bonne gouvernance ; étaie son dialogue par des faits et poursuive des projets à caractère de modèle englobant plusieurs pays ; devienne un pool d innovation et d expériences et contribue ainsi à faire évoluer le NEPAD dans de nouveaux domaines ; renforce, de manière ciblée et orientée sur les résultats, sa collaboration avec les organisations régionales les plus importantes.

15 Objectif 4 : la BAD donne plus de poids au contrôle et à l évaluation de ses programmes L efficacité et la rationalité économique sont des questions décisives de la coopération au développement. Tant les pays donateurs que les pays bénéficiaires s engagent vis-à-vis de leurs contribuables à utiliser les ressources des institutions financières internationales de manière modérée et judicieuse. Ces institutions sont donc tenues de mettre en place une administration orientée sur les résultats. Elles renforcent leurs instruments d évaluation et les aménagent de telle sorte qu ils mesurent non seulement les résultats de projets, mais aussi leur apport à la lutte contre la pauvreté au sens large. Elles tiendront davantage compte, à l avenir, des effets à moyen et long termes de leurs mesures. L évaluation d objectifs et d indicateurs mesurables permettra en fin de compte d optimiser les interventions ultérieures. La BAD a considérablement accru son efficacité depuis la crise du milieu des années Aujourd hui, elle dispose de deux organes d évaluation indépendants : le département de l évaluation étudie les effets des projets après leur mise en œuvre, tandis que l audit interne suit la mise en œuvre en elle-même. Afin que ces deux instances puissent assumer leur tâche, elles doivent travailler indépendamment des services opérationnels de la BAD. Le conseil d administration active la mise en œuvre de la gestion orientée sur les résultats par le biais du Comité pour l efficacité du développement (CODE). Le CODE est cependant encore trop faible pour accompagner efficacement les programmes de développement de la Banque. Le seco et la DDC veulent suivre avec attention la mise en œuvre de la gestion orientée sur les résultats par la BAD ; que la BAD définisse des indicateurs précis et mesurables au plan national, qu elle contrôle régulièrement son activité sous forme d évaluations indépendantes et qu elle intègre ses expériences passées dans la planification des projets ; qu elle crée un système incitatif pour son personnel, lequel récompensera la qualité et les effets de ses activités en termes de lutte contre la pauvreté ; que l indépendance des organes d évaluation de la BAD soit assurée et que la Banque veille à leur dotation suffisante de ressources; 15

16 LES OBJECTIFS DE LA SUISSE surveiller la cohérence des travaux dans les divers départements chargés du contrôle de la qualité au sein de la Banque ; que la position du CODE soit renforcée ; que la BAD poursuive sa collaboration avec les services d évaluation des autres institutions multilatérales. Objectif 5 : la BAD retourne à moyen terme en Afrique subsaharienne En décembre 1999, une grave crise politique a éclaté en Côte d Ivoire. En septembre 2002, un coup d État a conduit à la guerre civile. Cette situation de crise a eu des répercussions négatives sur le travail de la Banque, laquelle siégeait jusqu alors à Abidjan. Pendant des semaines, les employés n ont pas pu aller au travail, ce qui a occasionné des retards dans les projets. La menace constante pesant sur la sécurité a rendu difficile l engagement de personnel, causant des fluctuations d effectifs. Les mesures nécessaires de sécurité ont par ailleurs entamé les ressources financières de la Banque. En février 2003, la BAD a donc transféré provisoirement son siège à Tunis, déplaçant un millier d employés. Cette situation a été un grand défi pour la Banque, laquelle se remettait à peine de la crise des années Les coûts opérationnels et financiers de ce déménagement étaient énormes, si bien que la BAD a dû tout mettre en œuvre pour que son travail et son efficacité ne soient pas durablement mis en péril. Même si le déménagement à Tunis porte ses premiers fruits et que l activité de la BAD se normalise, cette dernière désire se réimplanter en Afrique subsaharienne. A long terme, elle veut retrouver son siège à Abidjan. Son séjour à Tunis est en principe limité à deux ans. Une décision sur son séjour devrait être prise en 2007, en fonction de la situation en Côte d Ivoire. Le seco et la DDC voudraient que la BAD retourne à moyen terme en Afrique subsaharienne ; elle doit pour cela surveiller les développements en Côte d Ivoire, mais aussi examiner d autres emplacements possibles ; surveiller les conséquences opérationnelles et financières du transfert à Tunis et œuvrer pour que les coûts supplémentaires engendrés suite audit transfert diminuent à moyen terme. 16

17 Objectif 6 : la BAD est dotée de moyens suffisants pour assurer sa mission Pour affronter efficacement ses tâches et en assurer l impact nécessaire, la Banque africaine de développement doit atteindre une taille critique et développer à moyen terme le volume de ses crédits. Elle est un cas particulier parmi les institutions financières internationales, parce que la plus grande partie de ses activités est financée par le biais du FAD. Elle ne peut par conséquent influer sur sa croissance qu à certaines conditions, en se fournissant en ressources sur les marchés des capitaux internationaux. Elle dépend largement de la bonne volonté des pays donateurs à injecter de nouveaux moyens. Prêts non concessionnels de la BAD Les résultats financiers de la BAD ont subi de fortes fluctuations au cours du temps, ce qui n est pas surprenant eu égard à l instabilité de son environnement. Le grand risque pour la BAD est l insolvabilité des pays débiteurs. Ainsi, l augmentation soudaine des retards de paiements a été l une des raisons principales de la crise en Les réserves disponibles ne couvraient plus les dettes impayées des pays bénéficiaires, ce qui a rapidement mis en danger la viabilité même de l institution. Aujourd hui, la BAD peut faire état d une situation financière solide. Son revenu net s est redressé après avoir atteint son point le plus bas à 100 millions de dollars. Grâce à une politique prudente de constitution de réserves, lesquelles se sont par ailleurs constamment développées, elle est aujourd hui mieux armée que jamais contre les risques financiers. Elle a obtenu la note maximum (AAA rating) auprès de toutes les agences de notation et peut donc se procurer des fonds aux conditions les plus avantageuses. Entre-temps, la BAD a aussi développé un mécanisme pour aider les pays sortant d un conflit à normaliser leurs relations financières avec elle. A moyen terme, cela renforcera sa propre situation financière. La BAD doit veiller désormais à engager de manière optimale son capital-risque, qu elle n utilise à ce jour qu à concurrence de 55 à 60 pour cent. Elle doit donc développer de nouveaux instruments de crédit propres à satisfaire aux besoins de ressources supplémentaires des pays bénéficiaires. Prêts concessionnels du FAD Tous les trois ans, le Fonds est reconstitué par les pays donateurs. Ces derniers peuvent alors renouveler leur engagement financier en faveur du continent africain et formuler de nouveaux objectifs politiques et stratégiques pour l activité du FAD. Les reconstitutions consistent presque entièrement en contributions des pays donateurs. La part des ressources allouées au fonds de manière interne par la Banque est encore très faible, bien qu elle doive à moyen terme augmenter puisque la situation financière de la BAD est aujourd hui consolidée. Les Objectifs de développement du Millénaire et les défis particuliers posés aux pays africains, sans compter les considérations de rationalité économique, impliquent que le FAD se développe considérablement à moyen terme. Les pays donateurs s entendent sur le principe selon lequel le Fonds doit octroyer des contributions non sujettes à remboursement plutôt que des prêts, si le niveau d endettement d un pays l exige. En conséquence, la demande de ressources fournies par les donateurs s accroîtra substantiellement. En 2004, dans le cadre de la 10è reconstitution du FAD, les pays donateurs ont décidé de créer un instrument spécial pour aider les pays sortant d un conflit à normaliser leurs relations financières avec la BAD. Celle-ci sera ainsi en mesure de secourir rapidement même les plus grands de ces pays, pour autant qu ils aient retrouvé un certain degré de stabilité politique et économique. Grâce à cet instrument, la position du FAD et de la BAD devrait continuer de s améliorer. Le seco et la DDC veulent que la BAD utilise mieux son capital-risque et développe à cet effet de nouveaux instruments pour mieux satisfaire aux besoins et à la demande des pays à revenu moyen ; surveiller la mise en œuvre de la facilité accordée aux pays sortant d un conflit et ses conséquences sur la situation financière de la BAD et du FAD ; qu une augmentation éventuelle du bénéfice net de la BAD soit employée à accroître ses contributions au FAD ; soutenir fondamentalement l augmentation des ressources du FAD et essayer de maintenir, dans la mesure du possible, la part de la Suisse entre 2,5 et 3,0 pour cent. 17

18 LES OBJECTIFS DE LA SUISSE 18 Objectif 7 : le rôle du conseil d administration de la BAD est renforcé La BAD dispose de deux conseils d administration indépendants, un pour la BAD et un pour le FAD. Le premier compte 18 membres (douze régionaux et six non régionaux), le second douze membres (six régionaux, six non régionaux) auxquels s ajoute la Banque elle-même. Chaque groupe de vote est représenté par un conseil d administration, lequel suit, contrôle et guide l activité de la Banque. Les discussions des conseils d administration ne sont pas libres de toute influence politique. Les représentants régionaux ont tendance à encourager l octroi de prêts liés à aussi peu de conditions politiques que possible. Quant aux pays n appartenant pas à la région, ils ont comme objectif prioritaire le respect de critères de qualité. Il faut encourager, au sein des conseils d administration, le développement d analyses objectives et d un dialogue constructif ne laissant que peu de place aux décisions arbitraires. Il faut à cet effet entretenir une culture du consensus entre les représentants régionaux et non régionaux. Il incombe en outre aux membres du conseil de mener un dialogue permanent, professionnel et constructif avec la direction de la BAD. En effet, la confiance entre la direction et le conseil d administration est un élément important pour une bonne gestion de la Banque. Le travail des deux conseils d administration est préparé par plusieurs commissions. Il faut renforcer le rôle de ces dernières, notamment en adaptant leur cahier des charges et en nommant leurs membres selon une procédure plus transparente. Comme les tâches des directeurs exécutifs deviennent toujours plus complexes, il est important qu ils disposent d un personnel compétent. Vu l ampleur des connaissances techniques nécessaires et le professionnalisme requis, il faudrait éviter de trop fréquentes mutations dans les conseils d administration. Le seco et la DDC veulent un conseil d administration fort, qui soit en mesure d assumer son devoir de surveillance de la direction et d appliquer les mesures nécessaires ; encourager le dialogue entre les membres régionaux et non régionaux, dans le but d augmenter la cohésion et la capacité d action du conseil d administration ; encourager le conseil d administration à évaluer le rôle de ses commissions et à adapter, si nécessaire, leur cahier des charges et leur composition ; rester un partenaire critique mais constructif dans les discussions avec le conseil d administration. Objectif 8 : la restructuration décidée en 2002 est mise en œuvre et les réformes en cours sont menées à terme L évaluation indépendante du FAD, menée par l Institute for Development Studies (IDS) en 2003, a attesté de réalisations considérables de la Banque en relation avec les réformes organisationnelles, administratives et financières qu elle a mises en œuvre depuis la crise de L Institut a recommandé que la BAD se concentre maintenant sur la concrétisation de sa nouvelle politique et améliore l efficacité de ses programmes. La BAD doit en outre développer ses capacités de recherche et d analyse, pour mieux tenir compte des particularités régionales dans ses opérations. D une part, il est nécessaire de créer un poste d économiste en chef. D autre part, la BAD doit davantage mener ses propres analyses et études au lieu de se fonder principalement sur celles de la Banque mondiale et du FMI. De plus, il faut achever certaines grandes réformes de nature organisationnelle et administrative. Il est nécessaire par exemple que la BAD décentralise ses structures et développe une présence adéquate dans les pays bénéficiaires pour suivre de plus près les projets, approfondir le dialogue politique avec les gouvernements et participer plus étroitement à la coordination entre les bailleurs de fonds. Il s ensuit un besoin de personnel qualifié supplémentaire et, de ce fait, d une gestion du personnel plus professionnelle. De nombreux postes sont encore vacants, y compris des postes de direction importants. Le rôle et l intégration de la division du secteur privé doivent encore être précisés. Enfin, la BAD doit investir davantage dans son image de marque et dans la communication. Le seco et la DDC veulent que la BAD professionnalise sa gestion du personnel et augmente son effectif de cadres, deux conditions décisives pour la réussite de la mise en œuvre de la restructuration ; suivre l engagement de personnel supplémentaire, en veillant à ce que les candidatures

19 de Suisses qualifiés soient dûment prises en compte ; que la BAD continue d œuvrer pour la décentralisation dans les pays bénéficiaires de l aide et dote les nouvelles filiales locales d employés expérimentés et crédibles ; que la BAD consolide son caractère africain en renforçant sa propre capacité d analyse ; qu elle éclaircisse le rôle de la division du secteur privé au sein de l organisation ; cette division doit suivre une stratégie de niche permettant de tirer profit des avantages comparatifs de la Banque ; que la BAD crée un service professionnel de communication et d information, qui sera en mesure d améliorer l image de la Banque et la visibilité de ses projets au sein notamment des pays bénéficiaires de ses crédits. 19

20 ANNEXE Glossaire 20 Assistance technique L assistance technique comporte notamment le transfert de savoir-faire et le développement des capacités institutionnelles, au contraire des crédits d investissement et de programme, qui servent principalement au financement de projets spécifiques ou de réformes structurelles globales. Banque mondiale Cette appellation recouvre aujourd hui la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et l Association internationale de développement (AID), qui forment une organisation unique. Cofinancement Les institutions financières internationales telles que la BAD s appuient en grande partie sur la participation de tiers pour financer leurs projets et programmes. Les cofinancements permettent d une part de résoudre des difficultés de financement passagères et d autre part d établir une étroite collaboration avec les autres bailleurs de fonds. Coopération bilatérale Coopération au développement reposant sur un accord entre deux États, sans coordination par des États tiers ou par une organisation internationale. La Suisse se concentre sur les pays de son groupe de vote (Europe du Sud-Est et CEI) et sur certains pays partenaires d Afrique, d Asie et d Amérique latine. Coopération multilatérale Les programmes et les projets qui excèdent les limites financières ou techniques de la coopération bilatérale exigent la coopération de plusieurs pays et d organisations internationales. La Suisse travaille avec plusieurs de ces dernières la Banque mondiale et d autres institutions de la communauté internationale, par exemple l ONU. Fonds fiduciaire La Suisse alimente dans toutes les banques de développement des fonds fiduciaires destinés à financer des services de consultants. L objectif est de donner aux banques les moyens d entreprendre des études et des analyses complémentaires, ou de réaliser de petits programmes d assistance technique pour accélérer le processus de développement. Fonds monétaire international (FMI) Le FMI est l organisation jumelle de la Banque mondiale. Elle compte également 184 membres. Ses tâches sont : la promotion de la coopération monétaire internationale, l expansion du commerce international, la stabilisation des taux de change, l octroi de crédits, la surveillance du système des taux de change et l assistance technique. Gouvernance La «bonne gouvernance» ne se réfère pas seulement à la gestion gouvernementale. Elle inclut également la gestion des organisations internationales. Une bonne gouvernance est assurée lorsque l interaction ainsi que la répartition des rôles entre l État, la société civile et l économie privée reposent sur quelques principes essentiels: participation, transparence, non-discrimination, efficacité et fiabilité dans les affaires publiques. Institutions de Bretton Woods (IBW) Institutions financières fondées en 1944 lors de la Conférence de Bretton Woods (États-Unis) afin d orchestrer la reconstruction en Europe après la Deuxième Guerre mondiale et de régler l ordre monétaire mondial de l après-guerre. Le champ d action des IBW s est peu à peu déplacé de l Europe vers les pays en développement ou en transition. La Banque mondiale et le FMI font partie des IBW. Management orienté sur les résultats Concept développé par la Banque Mondiale et repris par toutes les banques de développement multilatérales. Dans ce cadre, les stratégies par pays sont examinées afin d évaluer si et dans quelle mesure elles contribuent au développement social et économique du pays. Cette approche d ensemble complète le contrôle d efficacité des projets spécifiques. Notation AAA (Triple A Rating) La solvabilité des institutions financières internationales est régulièrement examinée et évaluée par des agences de notation, à l instar de celle des banques commerciales. Un «Triple A Rating» (AAA) représente la note maximale et permet à une institution financière de se refinancer sur les marchés des capitaux internationaux aux conditions les plus favorables.

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003 Charte de l aide publique au développement du Japon Le 29 Août 2003 Révision de la Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon La Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon,

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement

Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement Qu entend-on par Coopération multilatérale? La coopération multilatérale est, au même titre que la coopération

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)] Nations Unies A/RES/68/304 Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2014 Soixante-huitième session Point 14 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014 [sans

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!14"15!Octobre!2011!

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!1415!Octobre!2011! CommuniquédesministresdesfinancesetdesgouverneursdebanquecentraleduG20 Paris,France,14"15Octobre2011 1. Nous, ministres des finances et gouverneurs de banque centrale du G20, nous sommes réunis dans un

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail