Sommaire. Page 3 La situation des aborigènes australiens évoquée par Yves Gaudin.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Page 3 La situation des aborigènes australiens évoquée par Yves Gaudin."

Transcription

1 N 23 / vendredi 17 janvier 2014 Vœux d honnêteté Le mois de janvier est en général le mois des vœux. C est ainsi que nous voyons défiler toutes sortes de personnalités qui nous souhaitent (à choix) une bonne santé, plein de succès, du bonheur, de la joie en famille, etc. Malheureusement, les derniers scandales valaisans, comme les affaires Giroud et Bettschart, mettent à mal la confiance que l on devrait avoir envers l administration cantonale, le RSV et par extension, le système tout entier. Je voudrais donc vous souhaiter le meilleur pour cette nouvelle année et donc souhaiter que l honnêteté revienne. Plus de promesses faites la main sur le cœur «promis, je n opère plus» et bafouées quelques semaines plus tard. Plus de mélanges de genre entre ce que fait ma main gauche et ce que promet ma main droite et que mon cerveau, entre les deux, oublie. Plus d initiatives déposées par des personnes qui n ont pas le courage de s attaquer de front à un problème mais par des voies détournées. En 2009, nous avons eu droit à l initiative contre les minarets (en fait une attaque contre les musulmans), en 2014, c est l initiative «financer l avortement est une affaire privée» qui s attaque à l interruption volontaire de grossesse. Faire croire que financer les interruptions de grossesse est la cause du coût de l assurance maladie obligatoire, est mensonger et trompeur. Cette initiative s attaque en fait à un acquis social. Elle rabaisse les femmes confrontées à ce lourd choix. Sous un fallacieux prétexte, les initiants voudraient que le peuple suisse fasse marche arrière. A nous de leur prouver que le régime des délais accepté en 2002 reste aujourd hui la meilleure des solutions possibles. Véronique Maret, vice-présidente du PSVR Sommaire Page 3 La situation des aborigènes australiens évoquée par Yves Gaudin. Pages 6 et 7 Deux conseillères en santé sexuelle dans les centres SIPE nous donnent leur avis autorisé sur l initiative «Financer l avortement est une affaire privée.» Page 8 Notre rubrique culturelle «L art et la manière» parle du Manifeste pour une nouvelle presse (en Suisse) de Fabio Lo Verso. Un amer constat analysé par Jérôme Meizoz. Page 10 Bernadette Murisier, d Entremont autrement, s inquiète du sort réservé aux femmes dans le monde et chez nous! Bimensuel - 2 e année / / Rédaction Pierre Nicolet - Rue du Village Riddes - / Abonnement annuel CHF 80.- / Abonnement de soutien CHF / Abonnement pour les membres JSVR CHF 50.- / Tarifs de publicité CHF (1/8 page) - CHF (1/4 page) - CHF (1/2 page) - CHF (page complète) / Administration et publicité Parti Socialiste du Valais Romand - CP Rue de Conthey Sion

2 le peuple.vs / vendredi 17 janvier 2014 Edito / Nouvelle année L initiative de tous les dangers Pour régir ses relations avec l Union européenne, la Suisse a fait le choix de la voie bilatérale. De toute évidence, cette option est un succès. Avec son initiative contre l immigration de masse, l UDC reconsidère cette situation et joue un jeu dangereux. Pour satisfaire ses instincts nationalistes, sur fond de xénophobie, l extrême droite entend sacrifier notre prospérité sur l autel de sa haine de l étranger. De toute évidence, le sort de cette initiative déterminera l avenir de la libre circulation des personnes et, par voie de conséquence, de nos relations bilatérales avec l UE. Or, les pays de l Union sont nos principaux partenaires commerciaux. C est d eux que dépend une grande part de la réussite de notre place économique. Et puis, concrètement, revenir à la politique des contingents serait catastrophique et inhumain. Cela signifierait, à nouveau, comme nous l avons déjà vécu, l accroissement du travail au noir et de la migration clandestine. Les défis d une immigration contrôlée sont à prendre au sérieux. Nous le faisons. Mais, la réponse UDC est une aventure à l issue dramatique. Pour résoudre les problèmes découlant de la libre circulation, nous devons renforcer les mesures d accompagnement. C est la raison pour laquelle le PS porte son combat contre le dumping salarial, sur le renforcement de la protection des travailleurs et pour maîtriser le marché du logement. Autant de questions auxquelles l UDC refuse systématiquement d apporter des réponses concrètes. Les étrangers qui s établissent en Suisse le font s ils disposent d un emploi. Ils contribuent directement à notre richesse. Ils assurent le fonctionnement de nos institutions hospitalières, de notre industrie touristique. Ils financent nos assurances sociales. Ne nous trompons pas de cible. Ne jouons pas avec le feu! Stéphane Rossini, Conseiller national L année 2014, non contente de commémorer le centenaire d une des plus grandes boucheries de l Histoire («avec sa grande hache», comme l avait écrit Georges Perec), a débuté, en Valais, dans un climat d hostilité certaine! Le Valais, canton ensoleillé aux cimes enneigées, est à nouveau assombri et agité par les soubresauts d une affaire économicopolitique dont il a le secret: l affaire Giroud, bien entendu! Tout y est pour les amateurs de feuilletons dignes de «Dallas»: un entrepreneur aux dents longues, un politicien un peu brouillon, des sommes d argent pharaoniques, un rapport à la fiscalité des plus relâchés, certains journalistes avides d un Watergate valaisan, d autres endormis sur leurs lauriers conservateurs, bref un cocktail épicé qui pourrait bien se transformer en un mélange explosif, en particulier pour le ministre des finances Tornay dont, c est le moins qu on puisse dire, les actions ne brillent guère par la clarté. Il y aurait matière à revue ou à gags carnavalesques, si l on ne voyait resurgir les vieux démons dévalant les pentes de nos vallées escarpées, ces croquemitaines qui, depuis tant d années, voudraient plomber le Valais et en conserver la structure clanique, dans une ambiance d omerta qu on pensait révolue. Et si les deux partis au sigle finissant par DC se regardent officiellement en chiens de faïence, il faut bien dire qu à cette occasion leurs tendances conservatrices les ont amenés à une alliance d intérêts qui montre bien que leur opposition n est que de façade. Quand il s agit de défendre ses petits copains à la vue étroite, on peut très bien marier la carpe et le lapin! Ce début d année n est guère lumineux non plus pour les patients des hôpitaux valaisans, à nouveau pris en otage par des conflits internes et externes dont on a peine à voir le but, si ce n est de défendre des attitudes partisanes et régionalistes qui ne font pas honneur à ceux qui les déclenchent. Sans vouloir user d un calembour un peu foireux, disons que l on commence à en avoir marre de ces querelles intestines! Réservons donc notre énergie pour les votations fédérales du 9 février prochain: les sujets proposés sont de haute portée: avortement, immigration et transports publics. De vrais thèmes de société pour une belle année politique 2014! Pierre Nicolet Le vengeur masqué N.B.: Nous inaugurons cette semaine une nouvelle rubrique, intitulée Le Vengeur masqué qui remplace Entendu pour vous, que David Evéquoz a entretenue depuis le début du Peuple.vs. Nous profitons de cette occasion pour le remercier d avoir mis sa plume alerte au service de notre journal. Dans chaque numéro, le Vengeur masqué s en prendra à une phrase ou à une déclaration qui lui paraîtra remarquablement stupide, ou hautement abjecte, ou tout simplement scandaleuse; il pourra aussi traiter d événements et de faits qui suscitent l étonnement ou la colère. «Ces patrons ne pensent qu à s assurer une main-d œuvre bon marché. Les salariés deviennent de la marchandise, au même titre que le blé ou l acier.» Mais de qui donc est cette phrase qui pourrait être tout droit sortie de la bouche d un syndicaliste? Eh bien, je vous le donne en mille: du député UDC Grégory Logean! Ah, ah! L Hérémensard aurait-il donc retourné sa veste, aurait-il donc ôté son «loup» pour montrer son vrai visage: celui d un gauchiste voulant découdre avec le patronat assoiffé du sang des ouvriers? Rassurez-vous, telle est l essence du populisme le plus acharné: vouloir faire croire que l on soucie du bien commun, alors que toutes ses positions et décisions vont dans le renforcement d une économie libérale et fort peu soucieuse du bien des travailleurs! Le vengeur masqué 2

3 Né quelque part: nouvelles d Australie On y arrive par la route. En grosse cylindrée souvent. Un de ces villages où les gens se copulent parmi depuis des générations; se prennent en famille, de cousins en neveux, de beaux-frères en belles-filles; un village tout consanguin, comme il y en a partout, certes, c est un fait, qui aurait bonne idée d accepter un peu plus d étrangers, mais que son sang tout affaibli par ces lignées de semblables qui en fait des tout-boiteux et des sourds-muets parfois en empêche même l idée Un village de racistes, en somme, qui pense jouer avec la haine sans être jouée par elle A l école, ils ont l air conditionné. Derrière la route, un ghetto. Des aborigènes comme il y en a tant. Surtout dans le nord, là où le désert colle à la peau. La peste et le choléra réunis; par là d où vient le mal; forcément. Ils ne travaillent pas, ils n ont pas voix au chapitre. Ils sont subventionnés pour ne pas faire d histoires, pour se tenir tranquilles. A l école, ils n ont rien pour rêver Alors, ils boivent. Et se tapent dessus parfois. Ce qui fait dire aux autres, à ceux du village d en haut, qu ils ont bien raison de répéter ce qu on leur a dit. Sur la table, des roses en plastique. Dessus, deux mouches l une dans l autre. La vie va partout. Ces deux caricatures ne sont pas loin de la réalité. En Australie, il est très mal perçu de parler de problèmes liés à l intégration. Le «multiculturalisme», tout va bien, passez, y a rien à voir, est une politique officielle. Il n est presque pas concevable par exemple que l on aborde sérieusement la «question aborigène» ou qu on soulève la question de l immigration asiatique en général, chinoise en particulier Cela crée de plus en plus de non-dits et de révoltes larvées qui ne tarderont pas à éclater bientôt. C est cela que de ne pas aborder les sujets «délicats». C est cela que de se faire passer pour innocent au pays où on renvoie systématiquement tout clandestin en Papouasie Nouvelle-Guinée (dans des conditions condamnées tant pas Amnesty International que par plusieurs organisations humanitaires), et où l on «parque» les aborigènes dans des ghettos de plus en plus insalubres. Au prix du silence et de la démagogie, l Australie va bientôt gronder et se tordre comme un fer chauffé à blanc. Mais il sera trop tard peutêtre; la révolte aura grossi et une droite extrême, suivez mon regard, aura saisi l affaire pour en forcer le trait, jouer sur la peur, et semer la haine. Yves Gaudin, Queensland, Australie Immigrations Toute l histoire de notre Pays le démontre: notre niveau de vie est le résultat des apports humains venant de l étranger. La révocation de l Edit de Nantes nous a apporté l horlogerie et la fabrication de «indiennes» (tissus de couleurs). Par la suite, qui aurait percé nos tunnels alpins, Simplon, Gothard puis Lötschberg et re- Gothard? Qui nous a construit nos barrages, nos autoroutes, nos logements? Ils ont réalisé, quelquefois au péril de leurs vies, nos infrastructures, nos logements et aujourd hui on leur reproche de les utiliser! Ils s occupent de nos malades et de nos «vieux» dans nos hôpitaux et nos EMS; ils récoltent nos fruits et nos légumes, ils rajeunissent notre population et renflouent notre AVS et, last but not least, que serait notre Nati sans leurs enfants? Il n y a pas si longtemps, ce sont nos grands-parents qui devaient aller chercher du travail outre-mer. Notre richesse nous rend-elle aveugle? Et que deviendra-t-elle lorsque l Europe boycottera les deux tiers de nos exporta- tions? Peut-être serons-nous alors obligés de sortir de notre nid douillet? Et que dire de ces pontes du parti xénophobe, le Fribourgeois qui utilisait les forces d un clandestin sous-payé et au noir dans ses champs et, ces derniers jours, l autre, de l autre côté du rideau de roesti, qui se fait «choper» avec sa femme de ménage, elle aussi clandestine et au noir: faites ce que je dis Bernard Attinger, Sion 3

4 le peuple.vs / vendredi 17 janvier 2014 Parole aux syndicats / Initiative «Contre l immigration de masse», le NON du monde du travail Sous prétexte que la Suisse serait «submergée par une immigration incontrôlée due à la libre circulation des personnes» et afin de reprendre le «contrôle» supposé perdu sur l immigration, les partisans de l initiative «Contre l immigration de masse» souhaiteraient réintroduire les contingents et les plafonds annuels d étrangers admissibles en Suisse. Les forces vives de ce pays, le monde du travail, doivent rejeter massivement cette idée. En effet, malgré la contribution des migrants à la prospérité et la richesse de la Suisse par un apport notamment de main d œuvre déterminant pour certains secteurs d activité (hôtellerie, construction, soins, nettoyage etc.), cette initiative renouerait avec les pratiques xénophobes, dégradantes et inhumaines des contingents et du statut de saisonnier. Or l histoire a démontré que les contingents ne freinent pas, ni ne réduisent l immigration car l économie fait toujours venir en Suisse le nombre de migrants dont elle a besoin. Ce retour aux contingents aurait par ailleurs des conséquences néfastes et funestes pour l ensemble des salariés de ce pays. En effet, en cas d acceptation de cette initiative, les mesures d accompagnement qui permettent de protéger les salaires et les conditions de travail en Suisse passeraient à la trappe. Dans ce cas de figure, des patrons sans scrupules pourraient profiter massivement du dumping salarial, en faisant jouer les travailleurs les uns contre les autres, suisses ou pas. En fait, pour lutter plus efficacement contre les pressions sur les salaires que subit actuellement l ensemble des salariés de ce pays (suisses et étrangers) à cause de certains patrons scélérats, outre l introduction d un salaire minimum légal, il est nécessaire de renforcer considérablement les mesures d accompagnement. Ce renforcement passe notamment par davantage de contrôles, des sanctions plus sévères et des amendes plus élevées pour les entreprises qui perpètrent des abus; la possibilité de stopper les travaux en présence de soupçons de sous-enchère salariale; le droit d accès garanti pour les syndicats, afin qu ils puissent contrôler les conditions de travail, etc. C est donc parce que nous refusons la xénophobie et la discrimination, parce que nous refusons le démantèlement de mesures qui permettent de protéger tous les salariés de ce pays contre certains patrons voyous et parce que nous savons que des moyens plus efficaces encore (salaire minimum, renforcement des mesures d accompagnement) existent pour lutter contre la sous-enchère et le dumping salarial, contrairement aux contingents et aux plafonds annuels d étrangers, que le monde du travail dira NON à l initiative «Contre l immigration de masse». Blaise Carron, Unia Monthey La Jeune Garde / Et si on redevenait des humains? Déjà de son temps, Antoine de St-Exupéry ( ) disait, dans son célèbre roman «Le Petit Prince» (1943): «Les hommes n ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n existe point de marchands d amis, les hommes n ont plus d amis». Et, cela, il y a plusieurs décennies déjà. Alors, que penserait St-Exupéry s il pouvait voir notre époque? Un monde où tous, petits et grands, sont scotchés à leurs téléphones, leurs tablettes et autres bijoux de technologie. Un monde où écrire une lettre, avec une belle calligraphie est devenu ringard, alors qu une correspondance sur papier peut avoir de si beaux avantages. Que dire aussi de cette société où l on ne prend même plus le temps d aller voir sa voisine ou son voisin? Parce que, maintenant, il y a les SMS et que c est plus simple et moins fatigant. 4 Certes, les nouvelles technologies ont de nombreux avantages. On peut communiquer avec l être aimé s il se trouve à plusieurs kilomètres et ce, sans devoir attendre des jours et des jours. On peut également se parler «quand on veut». Bon, ce point-là peut s avérer négatif si l on abuse et que l on contacte une personne toutes les 2 secondes. Mais n est-il pas plus agréable d être en contact «réel» avec les gens? Par exemple, je préfère largement rendre visite à ma grandmaman dans l EMS où elle se trouve, la voir en chair et en os, la prendre dans mes bras, la couvrir de bisous plutôt que de l avoir au téléphone. Tout d abord, parce que, parfois, le réseau n aide pas et, surtout, parce que rien ne remplacera les bras de ma grand-maman. De plus, je préfère passer du temps avec elle, maintenant qu elle est encore là avec moi, parce que, ma grand-maman, comme tout un chacun, n est pas éternelle. Et, si je privilégie les coups de fil plutôt que les visites, quand elle sera partie, je vivrai avec le regret de ne pas avoir été lui rendre visite quand je le pouvais, plutôt que de lui téléphoner en vitesse. Alors oui, dans les nouvelles technologies, il y a du bon et du moins bon, des avantages et des inconvénients, des qualités et des défauts. Ce qui nous incombe le plus, c est de savoir faire la part des choses et, parfois, éteindre nos appareils, nos «nouvelles technologies» et ouvrir notre cœur, nos yeux et nos oreilles, avant d ouvrir notre porte pour nous rendre vers ce monde qui a tant de choses à nous apprendre, à nous montrer. Tant de beautés à découvrir qui resteront cachées si nous nous planquons derrière tous ces écrans. En conclusion, redevenons des humains et profitons de passer du temps avec les personnes chères à notre cœur, de façon réelle et non virtuelle, bien sûr. Eloïse Rey, députée-suppléante

5 La Voix des Partisans / Quand la politique épuise les communes La session du Conseil général (CG) consacrée aux budgets de la Ville de Sierre me fournit l occasion de montrer comment la politique partisane finit par venir à bout du bien commun. A Sierre, les équilibres fluctuants opposent clairement deux partis (PLR et PDC) qui, à tour de rôle, tous les 8 ans, accèdent à la présidence de la Municipalité. Jusqu ici tout va bien, mais le PDC, après sa défaite de 2013, semble vouloir zapper la législature et ne s intéresser qu à la prochaine campagne, jusqu à faire courir le bruit d une alliance PLR-PS (dixit l ancien président PDC du district), mot d esprit qui pose la question de la légitimité de la notion de majorité municipale. Partant du principe que la «Ville de l alliance improbable» était «foutue», le Conseil général, PDC en tête, a vertement critiqué le budget 2014, avançant l absence de mesures sérieuses, allant jusqu au refus du budget, tout en écartant une augmentation du coefficient d impôt qui permettrait de compenser la baisse de l impôt cantonal, à laquelle seule la gauche s est opposée au Parlement. Sous l impulsion du PDC, ce budget réputé si déplorable n a finalement connu que deux amendements miteux. En coulisses, on est venu s excuser en m expliquant qu il fallait jouer ce jeu pour se démarquer politiquement: quelle misère! Premier amendement: le Théâtre les Halles s est vu amputer de à la ligne «mobilier et équipement», compte absolument incompressible. Des efforts d imagination avaient resserré à ce compte affiché à dans l exercice précédent. Il n était pas raisonnable d aller plus loin. L astuce parfaitement politicienne aurait consisté à proposer un montant de , non amendable par le CG. J ai préféré la transparence, et tends aujourd hui à me reprocher une erreur de débutant. Exemple caractérisé de règlement de compte purement politique, avec, pour victime collatérale, un théâtre qui revit sous l impulsion du brillant duo Maillefer-Doublet. L autre amendement portait sur la remise en cause d un rapprochement bâti avec la commune de Chalais (mince, encore une présidence PLR!). Dès 2013, des ponts avaient été jetés en vue de la réalisation d un terrain synthétique partagé. Explication citoyenne du refus: pas question qu un gars de gauche réalise dès sa première année un terrain attendu depuis des lustres, alors que le précédent pilotage PDC n y est pas parvenu. Franchement, chers conseillers généraux, vous pouvez m épargner vos excuses sur ce mauvais jeu: nous verrons bien au crédit d engagement comment vous pensez assumer les 1,2 millions de dépenses Le coup de griffe À partir de cette semaine, le Coup de cœur de «Bandabassotti» et le Coup de gueule de «Emma Gross-Kohler», laissent la place au Coup de griffe de Bernard Attinger. Nous profitons de ce changement pour remercier Paolo de Andrea qui a assuré ces deux rubriques avec verve et vivacité depuis février supplémentaires. Vous ne pourrez dire que vous ne saviez pas: les actes de ma présentation au CG feront foi! Circonstance aggravante: personne n a relevé que plus de d économie étaient proposés sur les frais de fonctionnement. Ni que la commission des finances, composée de François Genoud, Pierre Berthod et Eddy Beney propose pour la première fois des projections fiables sur 10 ans, ainsi qu un outil mesurant l impact de chacun des investissements priorisés. Oui, il y aura une dette par habitant; oui, il devra y avoir une hausse d impôts. Les petits malins avancent qu elle n arrivera qu en année électorale, histoire d assurer la traditionnelle rocade présidentielle Certains m ont trouvé affligé par ces deux rodomontades dont l impact sur le budget est nul(lissime). J étais, certes, (un peu) abattu ce 18 décembre, mais nous sommes à l heure des comptes, pas à celle du testament. Olivier Salamin Incohérence Suite à une initiative populaire, lancée par des âmes bien pensantes et le cœur bien accroché à droite, le peuple suisse est appelé à se prononcer sur la suppression de la prise en charge des avortements par les caisses-maladie. Personnellement, il me semble qu avec les maladies sexuellement transmissibles et mortelles, comme le SIDA, tout le monde, jeunes, très jeunes et adultes, devrait savoir se mettre un préservatif au bon endroit, ce qui règlerait ces problèmes et en même temps celui des naissances non désirées. Cela sous-entend que tout ce petit monde soit informé le plus tôt et le mieux possible. Moi, j ai eu la chance d avoir une mère qui s est donné la peine de m expliquer assez tôt les mystères de la reproduction; elle avait souffert, elle-même, de n avoir reçu aucune information de ses parents. Le comble, c est que ces milieux, qui souhaitent supprimer la prise en charge des avortements, soient les mêmes qui s opposent au préservatif et qui récoltent des signatures pour interdire l information sur les affaires du sexe dans les écoles. Triste incohérence. Bernard Attinger, Sion 5

6 le peuple.vs / vendredi 17 janvier 2014 Initiative «Financer l avortement est une affaire privée» Le 9 février, le peuple suisse est appelé à voter sur l initiative «Financer l avortement est une affaire privée. Alléger l assurancemaladie en radiant les coûts de l interruption de grossesse de l assurance de base». Le PS suisse et le PSVR proposent de rejeter cette initiative. De notre côté, nous avons fait appel à deux spécialistes de la question, M mes Mafalda Bellotto Veuthey et Manuelle Fracheboud Mottet, toutes deux conseillères en santé sexuelle aux centres SIPE (Sexualité Information Prévention Education), respectivement à Martigny et à Monthey. Elles ont bien voulu répondre à nos questions et développer de solides arguments en défaveur de cette iniative. En tant que professionnelles des Centres de consultation SIPE (Sexualité Information Prévention Education), que pensez-vous du texte de l initiative populaire «Financer l avortement est une affaire privée»? Notre expérience professionnelle nous offre une place privilégiée dans le débat que provoque cette initiative. Le travail des centres de consultation en matière de grossesse est ancré par la loi fédérale de Les conseillères en santé sexuelle apportent un soutien, avec empathie et non jugement, dans la réflexion et la décision que prennent les femmes, les hommes et les couples concernés par une grossesse imprévue. Suite à la révision du Code pénal en matière d interruption de grossesse en 2002, la plupart des centres de planning familial ont reçu le mandat de recevoir les jeunes filles de moins de 16 ans concernées par une grossesse imprévue (1% des interruptions). Concrètement, notre travail consiste donc à proposer des entretiens aux femmes, aux couples, concernés par une grossesse non prévue. En fonction des situations, nous les aidons à prendre conscience des enjeux de leur décision, nous leur offrons du soutien et des informations sur la contraception. Les multiples réalités auxquelles nous 6 sommes confrontées nous amènent à nous opposer clairement à cette initiative qui, sur la base de fausses croyances et sous prétexte de faire des économies, remet en cause le droit des femmes et compromet leur santé. Nous sommes même indignées par le manque de solidarité qu exprime cette initiative. Celle-ci sous-entend l idée que chacun, chacune, doit maîtriser sa santé, sa sexualité, en toutes circonstances. Hors, maîtriser la fécondité est illusoire sauf dans le choix d une abstinence. Supprimer le remboursement de l interruption de grossesse par l assurance de base viendrait compliquer inutilement l accès à l interruption de grossesse et créerait un climat de peur et de stress, tant pour les personnes concernées que pour les professionnels-les de la santé. Et les hommes coauteurs de ces grossesses non souhaitées, n est-il pas juste qu ils les cofinancent? Mafalda Bellotto Veuthey et Manuelle Fracheboud Mottet Cette votation n est-elle pas, sous couvert de faire des économies, une tentative cachée de remettre petit à petit en cause la simple possibilité de pratiquer des avortements selon la loi actuelle? Bien sûr, il suffit de voir les affiches des initiants pour comprendre qu elles ne sont pas en adéquation avec une volonté de res- treindre les dépenses de l assurance maladie de base, mais qu elles prônent la suppression des interruptions de grossesse. D après vos expériences de conseillères, quels sont les problèmes que rencontrent les femmes confrontées à une grossesse imprévue et, par là, à une interruption volontaire de grossesse? Personne n est à l abri d une interruption de grossesse. Elle concerne des femmes de toutes religions, de tous âges, de toutes classes sociales, de toutes convictions. La fertilité des femmes dure entre 35 et 40 ans et n est pas toujours facile à gérer. Aucune contraception n est sûre à 100%: le préservatif peut se déchirer, la pilule peut être oubliée ou peut perdre de son efficacité sous l effet de certains médicaments. La décision d interrompre sa grossesse n est pratiquement jamais vécue comme un choix mais plutôt comme une «non-solution» engendrant un fort sentiment de culpabilité. Les personnes concernées se sentent dans une impasse: elles ne voudraient ni garder la grossesse ni l interrompre. Et c est parce qu elles ont une forte conscience de ce que la venue d un enfant implique qu elles doivent y renoncer. Leur situation économique, professionnelle, de couple n est pas à la hauteur de ce qu elles imaginent devoir offrir à un enfant. Elles ont la conscience de supprimer une vie mais elles doivent privilégier les vies qui sont déjà là, la leur (par exemple en finissant une formation), celle de leur couple (quand le partenaire par exemple ne peut pas accepter la grossesse non prévue), celle des enfants déjà là (par exemple en cas de situation économique précaire). Poursuivre la grossesse pour donner l enfant en adoption est rarement envisagé comme une alternative : l abandon leur paraît encore plus difficile. Les partisans de cette initiative se disent choqués que l on puisse assimiler la grossesse à une maladie et c est avec cet

7 «argument»qu ils proposent de «sortir» l interruption de grossesse de l assurance obligatoire. Que pensez-vous de ce raisonnement? La grossesse non plus n est pas une maladie alors qu elle est prise en charge par la LAMAL. L OMS définit la santé sexuelle comme faisant partie intégrante de la santé, du bien-être et de la qualité de vie dans leur ensemble. «La santé sexuelle et reproductive est un état de bien-être tant physique que mental et social. Elle implique une approche positive et respectueuse de la sexualité ainsi que la possibilité de mener une activité sexuelle satisfaisante et sans risques, libre de contrainte, de discrimination et de violence. Pour atteindre et maintenir un bon état de santé sexuelle, les droits sexuels de tous les individus doivent être respectés et protégés.» (Définition adoptée à la Conférence internationale sur la Population et le Développement du Caire, 1994) Rencontrez-vous des difficultés particulières en Valais, canton traditionnellement catholique et conservateur en matière de sexualité, lorsque des personnes en situation de grossesse imprévue viennent vous consulter? Préserver la vie est une valeur universelle. En Valais comme ailleurs des femmes, des couples qui pensaient ne jamais devoir prendre cette décision sont amenés à devoir interrompre une grossesse et c est toujours une situation difficile à vivre. Nous ne constatons pas de différences significatives entre les Vaudois et les Valaisans à l hôpital du Chablais où nous proposons un entretien aux personnes concernées par une grossesse non prévue, en collaboration avec les équipes de soignants à l hôpital. Des collaborations avec les professionnels de la santé en milieu hospitalier et les gynécologues en cabinet existent aussi dans le Valais central. Pour aller plus loin, nous vous proposons: Quelles sont vos propositions en matière de grossesse imprévue? De rester solidaires entre hommes et femmes, entre les personnes qui ont un parcours de fertilité sans accident et celles qui se trouvent face à une grossesse imprévue. D accepter et de partager le poids social et «l épine irritative» que représentent les interruptions de grossesse dans toute société: elles ont toujours existé et existeront toujours. De maintenir une politique de prévention efficace: la Suisse a le taux le plus bas d interruptions de grossesse en Europe. Propos recueillis par PN Article de M. Jean Martin, ex-médecin cantonal vaudois: Article de M. Bertrand Kiefer, revue médicale suisse: Argumentaire contre l initiative: Site de l ARTCOSS, notre association professionnelle: Site du comité national contre l initiative: Le Groupe Bitz & Savoye vous souhaite ses meilleurs vœux pour

8 le peuple.vs / vendredi 17 janvier 2014 L art et la manière / Réinventer la presse Inquiétant diagnostic sur l état de la presse en Suisse, et plus généralement en Europe, que livre Fabio Lo Verso, fondateur du journal bimensuel «La Cité», lancé à l automne 2011 et dont la qualité rédactionnelle globale fait l objet d envies non dissimulées 8 dans Yvonne Böhler la presse romande. Touchée par la transition numérique et les nouvelles formes d information sur le web, la presse papier traditionnelle a vu ses tirages chuter de 20 à 30% en moyenne, ses annonceurs baisser et les groupes privés licencier massivement leur personnel (imprimeurs, techniciens et journalistes). L appétit des actionnaires du groupe alémanique Tamedia, qui s est fixé un bénéfice de 15%, conduira sans doute à de nouveaux licenciements à 24 Heures, Le Matin, et Tribune de Genève notamment, malgré les bénéfices réels, mais insuffisants, de plusieurs titres. Et on vient d apprendre que le groupe allait céder une bonne part de ses actions dans Le Temps. La Suisse, qui comptait 406 journaux payants en 1939, n en possède plus que 189 à ce jour et la décrue continue. La diversité de l information et la liberté de confrontation des opinions n y gagnent pas. A cela s ajoute la concentration progressive des journaux dans les mains de quelques groupes La «nouvelle presse» (...) assume une fonction démocratique de base. privés: plus de 75% de la presse quotidienne est en mains de trois groupes, Tamedia, Ringier et NZZ. En Valais romand, le quotidien unique (autrefois contrôlé par le PDC, aujourd hui affinitaire à l UDC) assure depuis des décennies la mono-information pour tous. No comment. La presse traditionnelle a vécu, l écosystème médiatique est bouleversé, constate Lo Verso. Une transition de vaste ampleur a commencé depuis dix ans, vers de nouveaux modèles d information. Quelles formules semblent trouver un nouvel équilibre? D abord, la cohabitation du journal papier et d une version web, très enrichie de contenus vidéo, audios et de dossiers documentés, comme c est le cas dans Le Monde ou au New York Times. Mais aussi une presse d investigation en ligne, financée par ses seuls abonnés, comme Mediapart ( abonnés, et des chiffres positifs depuis 2011). C est ici que le «Manifeste» de Fabio Lo Verso pour une «nouvelle presse» a valeur de proposition concrète et documentée. La presse qu il appelle de ses vœux, et dont «La Cité» est la réalisation concrète, n est ni commerciale, ni militante. Elle assume une fonction démocratique de base, fournir des contenus complexes d information et de savoir, issus d enquêtes indépendantes des partis ou des groupes privés. Celles-ci ne reposent plus sur les annonceurs mais sont payées par leurs lecteurs (financement Touchée par la transition numérique et les nouvelles formes d information sur le web, la presse papier traditionnelle a vu ses tirages chuter de 20 à 30%... participatif) qui peuvent orienter les sujets traités et les thèmes des investigations. Autre modèle possible là encore, celui du mécénat pur, est pratiqué par Pro Publica une agence d investigation américaine, soucieuse d indépendance de l information, financée par deux milliardaires qui rêvaient d être journalistes. Enfin, cette presse à valeur ajoutée, sera payante (contrairement aux usages auxquels le web nous accoutume). «La Cité» a créé en 2012 un Forum des 500, invitant ses lecteurs-abonnésactionnaires à définir collectivement les orientations du journal. Dès 2013, Fabio Lo Verso va également créer une Fondation afin d attirer des mécènes soucieux de la qualité de l information, qui n engageraient pas directement leur capital, mais les intérêts de celui-ci sur une période à convenir. Des propositions étayées, novatrices, qui méritent examen plutôt que le silence tétanisé des managers de l information à l ancienne. Jérôme Meizoz Fabio Lo Verso, Manifeste pour une nouvelle presse (en) Suisse, Lausanne, Ed. Paulette, 2013, 72 p. (Article paru sur le site en ligne L 1dex, 9 mai 2013).

9 Courrier des lecteurs / Les dangers du déviationnisme Déviationnisme, mot barbare que Larousse définit ainsi: «Attitude qui consiste à s écarter de la ligne d un parti». Cette action de «s écarter» de la ligne politique d un parti peut prendre des apparences anodines difficilement perceptibles et facilement justifiables à première vue, c est de là que vient le danger. Prenons par exemple l activité politique d une quelconque section PS du Valais romand: nous savons, par expérience, que la qualité du travail politique d une section dépend des liens que les responsables de la section parviennent à entretenir avec leur base, soit l ensemble des membres avec carte du parti et les sympathisants qui les soutiennent matériellement et moralement. RENCONTRE AVEC LA POPULATION Ouvert à toutes et tous au café de la Place à Riddes dès 20 h. Marcelle Monnet-Terrettaz, présidente du Grand Conseil Avec la participation de: Mathias Reynard, conseiller national Mercredi 22 janvier 2014 Lorsque les responsables de la section éprouvent quelques difficultés à entretenir de bons liens avec «la base», imperceptiblement, la participation de celle-ci à l activité politique et décisionnelle se raréfie et finit par disparaître totalement. En même temps, les responsables de la section, qui n ont pas pressenti le danger qui se profile, se trouvent à devoir prendre l ensemble des décisions politiques, en un petit cercle d initiés: le comité de section. Ils se justifient, par ailleurs, en se disant «... puisque les membres et les sympathisants ne viennent pas aux Assemblées, nous déciderons nous-mêmes». Et voilà, le cercle vicieux est amorcé, les problèmes de la section et, par voie de conséquence, du parti, ne font que com- Barbara Lanthemann, Députée-suppléante mencer, parce que c est «la déviation qui s installe pour le long terme». Les décisions proviennent de plus un plus d un petit groupe de responsables - voire d une seule personne - toujours justifiables par l absence de participation de la base et par la nécessité de devoir prendre ces décisions. Mais en attendant, notre section-exemple s est profondément «écartée» des principes sacro-saints et des règles du PS qui, eux, prévoient que les décisions soient prises démocratiquement, soit avec la plus large participation de la base. Parce que la force du PS n est pas son compte en banque, ni la richesse illimitée de ses membres bienfaiteurs, mais bien la «cohésion entre ses responsables et la base du parti». Il faut donc intervenir en amont des problèmes, bien avant que la «déviation» ait eu lieu. Il faut des responsables de section sensibles à ce phénomène et attentifs à ce que la base soit toujours impliquée dans les décisions de la section. Des responsables capables de remettre en question leur point de vue et d analyser avec rigueur si la démocratie est respectée dans les décisions administratives et politiques. Des responsables capables de descendre dans la rue et de s inquiéter des raisons des défaillances de la base et prêts à se rapprocher d elle pour reconsolider ses liens. Des responsables capables de prendre le temps matériel de se rendre chez un «camarade» qui tend à s éloigner imperceptiblement de la section, sans donner d explications plausibles, pour dialoguer avec lui et le cas échéant prendre en compte ses aspirations concernant le PS et sa politique. En d autres termes, des responsables capables de communiquer entre eux d abord, puis avec la base, unique et solide «fond de commerce» du PARTI SOCIALISTE. G.Lombardi - Monthey 9

10 le peuple.vs / vendredi 17 janvier 2014 La parole à Entremont autrement / Du vent comme une prière pour ne pas oublier Je cherche, je me torture l esprit. Les sujets sont nombreux à l heure où je cogite, on ne s ennuie pas en Valais. Scandale financier, loi du silence, énorme pollution au mercure, opération illégale au RSV, référendum sur la LAT. Ce canton est décidément passionnant. J hésite C est alors que des images affluent dans mon cerveau enfiévré. Images de femmes toujours, de mes sœurs aux quatre coins du monde, magnifiques malgré la fatigue, la peine, la souffrance. Je décide de laisser ces portraits de femmes guider ma plume. Sujet éculé, me dites-vous. Elles se hâtent sous le soleil implacable, pieds nus et pagnes multicolores, leur famille les attend, les enfants ont faim, le mari, le père, le grand-père aussi. Elles sont l âme fière et sublime de l Afrique, écrasées de fatigue et de chargements d eau ou de bois, marchant durant de longues heures dans des brousses arides pour ramener leur trésor. Elles sont parfois très jeunes, elles aimeraient apprendre à lire, voir la ville, entendre des mots d amour, elles rêvent d être enlevées par un prince On ne voit que leurs yeux noirs entourés de khôl derrière le grillage pour crier qu elles restent dignes malgré l outrage, prisonnières de voiles immondes, tels des animaux en cage. Sous ces oripeaux sordides, elles frôlent les murs, elles ne regardent pas les hommes, leur vie est à ce prix. Petites filles aux yeux immenses écarquillés par la terreur, elles voient s approcher de leur intimité le couteau barbare. Comment pourraient-elles deviner, ces petites fleurs empêchées d éclore, la raison du sacrilège imposé par des traditions funestes Il y a l indicible, l innommable (...): la violence parfois quotidienne imposée aux femmes de tout âge et de toute condition sociale par leur mari ou leur compagnon. C est leur culture, me dites-vous! Je ne réponds rien Oui, je réponds que cette culture-là, je la méprise. Mais rassurez-vous, ce n est pas la seule, il n y a pas de frontière à l indéfendable. Menues et graciles adolescentes aux yeux bridés, vendues pour trois sacs de riz par leurs géniteurs, exploitées, battues par des maquereaux sans scrupules, abusées, violées par des individus pervertis, elles survivent tant bien que mal, avec comme seule arme leur pauvre sourire et leur regard bouleversant de petites filles abandonnées... Hurlant sous leur sari de coton ou de polyester en feu (celles que la vie a préservées portent un sari de soie), elles deviennent torches vivantes, souvent comme punition pour n avoir pas donné de fils à la famille ou ne pas être aimée de la belle-mère, ou encore en raison d une dot jugée insuffisante. Les plus «chanceuses» meurent par plusieurs milliers chaque année. Les survivantes de ce châtiment infâme cacheront leurs honteuses cicatrices sous un nouveau sari, à jamais bannies et répudiées par la loi du silence Et puis... et puis, il y a chez nous. Chez les civilisés. Ne vous plaignez pas me ditesvous, vous avez de la chance. Oui, c est vrai, mais Elles font fantasmer les braves bourgeois, les belles «danseuses» venues de l Est, au visage las et fardé. Parfois achetées, toujours exploitées, confinées dans une boîte de nuit sordide, forcées à vendre leur corps pour trois kopecks. Elles ont fui le froid et un quotidien sans lendemain, elles ne trouvent que salacité et vulgarité, et elles ont toujours aussi froid Et enfin, il y a l indicible, l innommable, je veux parler de la violence parfois quotidienne imposée aux femmes de tout âge et de toute condition sociale par leur mari ou leur compagnon. Elles sont deux par mois à succomber sous leurs coups, chez nous, en Suisse Votre article n arrangera pas la vie des femmes, ce n est que du vent, affirmezvous. Du vent oui, vous avez raison, mais du vent comme un souffle chaud, comme une poésie d enfant, comme une berceuse, comme un tendre murmure, comme des mots d amour, comme une prière pour ne pas oublier. Bernadette Murisier 10

11 Chronique des Jeannes / Avortement libre et gratuit» Nous allons voter, le 9 février, sur le financement de l avortement. L initiative considère qu il est une affaire privée et qu il ne doit pas être financé par la LaMal.» L initiative provient de milieux extrémistes qui, en fait, sont opposés à l avortement.» Et bien sûr, les représentants des religions, qui prétendent que la vie est sacrée.» Pour tous ces réactionnaires, un embryon de quelques millimètres et quelques grammes est plus important que la vie de la femme qui le porte.» Ils veulent imposer leur morale à tout le monde, même aux non-croyants, c est littéralement insupportable.» Le paradoxe, c est que des groupes «pro-vie», aux USA, menacent et vont jusqu à assassiner des médecins pratiquant l avortement.» Et certains sont pour la peine de mort» Les pays de l hémisphère Nord ont presque tous légalisé l IVG, la France en 1975, la Suisse en 2002, par exemple.» Mais partout, on assiste à un retour en arrière, comme en Espagne, où le Parti Populaire a concocté un avant-projet ultraconservateur.» Le coût des avortements est naturellement un prétexte, puisqu il ne représente que 0,03% des dépenses de la santé, soit 20 centimes par assuré-e et par an. En outre, depuis la légalisation de l IVG en 2002, le nombre d avortements en Suisse est resté stable: 6,7 pour 1000 femmes de 15 à 44 ans (chiffres de l OFS), le taux le plus bas d Europe occidentale.» Le non-remboursement toucherait avant tout les femmes les plus démunies, qui mettraient leur vie en danger, comme au bon vieux temps des aiguilles à tricoter.» De plus, cette initiative brade la solidarité. Or la LaMal repose précisément sur la solidarité.» Vous verrez des affiches flashy et rencontrerez des femmes en rouge distribuer des dépliants couleur fuchsia et les portraits de trois femmes avec la mention «L avortement doit rester une question de choix, pas devenir une question de moyens. Votez NON le 9 février!». La mobilisation a lieu dans toutes les villes de Suisse, portée notamment par la Marche Mondiale des Femmes. Faites-leur bon accueil!» Et dites NON, le 9 février, à cette initiative égoïste, hypocrite et inégalitaire.» Dans la dernière chronique de 2013, nous vous parlions du livre-bd de Catel sur Benoîte Groult, voici Ainsi soit Olympe de Gouges* de la même Benoîte Groult. Quelle femme! Elle avait une énergie hors du commun et bien qu illettrée, elle a dicté des textes visionnaires, abordant des sujets aussi variés qu une caisse patriotique, une maternité, le droit au divorce, le statut des enfants naturels et sa fameuse Déclaration des droits de la femme, qui lui valut de mourir sur l échafaud. A lire absolument. *Ed. Grasset QUIZ LES JEANNES Résultat du concours paru dans Le Peuple.vs du 20 décembre La montagne à découvrir était le Lion s Head (Tête de Lion) en Afrique du Sud, près du Cap. Les deux gagnants sont: Urbain Gaillard, d Orsières et Jean- Marc Studer de St-Maurice. Félicitations à tous deux. Ils recevront prochainement un abonnement au Peuple.vs: ils pourront ainsi abonner une personne de leur choix! Aujourd hui, un mot-mystère à découvrir. Le thème est: «Les affaires sont les affaires!» Le Valais a souvent défrayé la chronique avec des «affaires» fumeuses et impliquant le gratin économico-politique du canton. Ce quiz rappelle quelques noms liés à ces événements. 1 re lettre = 4 e lettre d un banquier de Fully 2 e lettre = 6 e lettre d un président de commune 3 e lettre = 3 e lettre d une banque dont s occupait le numéro 1 4 e lettre = 3 e lettre d un encaveur 5 e lettre = 2 e lettre du prénom du précédent Le mot-mystère (en 5 lettres): Ancienne entreprise de travaux valaisanne. Bonne chance! Le gagnant recevra un bon de Fr des librairies Payot. Les réponses sont à adresser jusqu au vendredi 24 janvier 2014, par voie électronique à l adresse: ou par courrier postal à l adresse: Pierre Nicolet - Rue du Village Riddes. 11

12 Agence LUNiV Sàrl Monsieur Grégory Liand Rte de Sion Champlan JAA CH-1950 Sion 1 MEMENTO janvier 20h Salle de gym du Centre scolaire Evolène Débat sur l initiative «Contre l immigration de masse» Stéphane Rossini face à Oskar Freysinger 21 janvier 19h30 Halle polyvalente Conthey Débat sur l initiative «Contre l immigration de masse» Mathias Reynard face à Christophe Blocher 22 janvier 20h Café de la Place Riddes Rencontre avec la population 9 février Votations fédérales Agenda culturel valaisan Gianmaria Testa Ferme-Asile Sion Chanson italienne Un chanteur, qui fut d abord chef de gare et qui, dans le délicat mélange de chanson, de jazz, de rythmes latins ou de sonorités rock, fait s exhaler un parfum unique et troublant, où l inouï le dispute étroitement au familier. La réalité sociale et la mélancolie dans un récital unique en Valais. Samedi 25 janvier 21h00 (Ouverture des portes: 20h30) Renseignements: Les 7 péchés capitaux Compagnie l Heure Orange Théâtre Interface Sion Les chanteuses Rosanne Délez et Isabelle Stutzmann déploient tous leurs talents dans des chansons écrites par leurs soins et mises en musique par Maurice Migliaccio, André Vouilloz et Fabrice Vernay. Le thème: celui, éternel et persistant, des péchés capitaux entre luxure et envie, gourmandise et oisiveté Du 16 au 26 janvier (jeudis et dimanche à 19h, vendredis et samedis à 20h30) Renseignements: Partenaire communication agence LUNiV sàrl Rte de Sion 13 CH-1971 Champlan T +41 (0) Scènes valaisannes Divers lieux artistiques Valais Pendant 1 mois, nous pourrons assister, dans 23 lieux, à près d une quarantaine de spectacles créés par des artistes valaisans, du Haut et du Bas. Toute la diversité du théâtre et de la scène du coin et toute la richesse des artistes d ici et d ailleurs. Du 16 janvier au 16 février Renseignements:

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats 1 L élection au Conseil des Etats Le système majoritaire favorise

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble!

contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble! contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire. Déclaration d Ensemble Assemblée des

Plus en détail

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care!

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! ARGUMENTAIRE DÉTAILLÉ Aujourd hui, tous les habitants et habitantes de notre pays sont assurés au sein de l assurance de base pour

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Politique : affiches de l UDC en Suisse

Politique : affiches de l UDC en Suisse http://clio-texte.clionautes.org/politique-affiches-de-l-udc-en-suisse.html 28 images par Patrice Delpin, Xavier Birnie-Scott Mise en ligne : jeudi 18 juin 2015 i Histoire contemporaine i A. Fin du XXe

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Discours. Mesdames et Messieurs, Chers amis, Cher Marc Schwartz,

Discours. Mesdames et Messieurs, Chers amis, Cher Marc Schwartz, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l occasion de la signature du protocole d accord pour un développement équitable de la musique en ligne, à

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Faire face aux émotions... du diabète de type 1

Faire face aux émotions... du diabète de type 1 Faire face aux émotions... du diabète de type 1 L apprendre Tous ceux qui apprennent qu ils ont du diabète peuvent se sentir choqués, bouleversés, tristes, en colère, inquiets entre autres sentiments.

Plus en détail

Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral de justice et police

Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral de justice et police 3 e Conférence nationale sur le fédéralisme, Mendrisio, 27 mai 2011 Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral de justice et police Monsieur le Président de la Conférence,

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

Parti Libéral du Canada. 1. Le soutien aux proches aidants

Parti Libéral du Canada. 1. Le soutien aux proches aidants Parti Libéral du Canada 1. Le soutien aux proches aidants Les proches aidants constituent l épine dorsale de notre système de santé; ils fournissent en effet des soins non payés dont la valeur a été estimée

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse 5/6 novembre 2010, Berne Impressum: Éditrice : Union syndicale suisse USS 3003 Berne, www.uss.ch, info@sgb.ch Rédaction : Pietro Cavadini Conception graphique

Plus en détail

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI»

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» 1. Qu est ce que la normalité adoptive? a. Discrimination Il est nécessaire de les

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung!

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung! 1 Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir vivre de manière indépendante. Elles doivent pouvoir décider librement de leur vie. Elles doivent avoir les mêmes droits que les personnes qui n

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit de la famille Les droits de mariage Les droits et les responsabilités Si vous êtes mariés ou si vous êtes dans une relation de conjoint de fait pour deux ans ou plus,

Plus en détail

PASSePORT MON CHOIX, C EST MON DROIT! Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car -1-

PASSePORT MON CHOIX, C EST MON DROIT! Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car -1- PASSePORT Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car MON CHOIX, C EST MON DROIT! -1- «Le mariage ne peut être conclu qu avec le libre et plein consentement des

Plus en détail

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s Mariages forcés Information pour les professionnel-le-s De quoi parle-t-on? Mariage forcé de type A une personne subit des pressions pour accepter un mariage dont elle ne veut pas. Mariage forcé de type

Plus en détail

ARROW ELECTRONICS, INC.

ARROW ELECTRONICS, INC. 7459 South Lima Street Englewood, Colorado 80112 Aout 2013 P 303 824 4000 F 303 824 3759 arrow.com CODE DE CONDUITE DES PARTENAIRES COMMERCIAUX ARROW ELECTRONICS, INC. Cher partenaire commercial, Le succès

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME Pour le meilleur et surtout pour le pire Nina Bonche et Camilia Gaied Lycée Jacob Holtzer, Firminy 25 «Il me répétait sans cesse que j étais la femme de sa vie, qu à tout

Plus en détail

Médialogues du 28 mars 2015. Chronique Eliane Ballif

Médialogues du 28 mars 2015. Chronique Eliane Ballif Médialogues du 28 mars 2015. Chronique Eliane Ballif QUAND LA COM ENVAHIT L INFO THF. Information ou communication? Info ou intox? Eliane Ballif vous vous faites l écho, ce matin, d un constat jugé alarmant

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

2 www.easyvote.ch. Impressum

2 www.easyvote.ch. Impressum INFOBROCHURE Impressum Contact Fédération Suisse des Parlements des Jeunes easyvote info@easyvote.ch +41 (0)31 850 10 26 Rédaction Ariane Bahri Organisation responsable Fédération Suisse des Parlements

Plus en détail

Comment lutter contre l insécurité sociale?

Comment lutter contre l insécurité sociale? Comment lutter contre l insécurité sociale? Regard historique sur l émergence des droits du citoyen Les grandes avancées sociales en Suisse Les avancées de la politique familiale à Genève Les aides auxquelles

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA CONTRACEPTION. 26 septembre 2014

JOURNEE MONDIALE DE LA CONTRACEPTION. 26 septembre 2014 JOURNEE MONDIALE DE LA CONTRACEPTION 26 septembre 2014 Florence DUBOIS chargée de mission Ville de Cherbourg-Octeville Véronique PHILIPPE conseillère conjugale et familiale au Centre de Planification PMI

Plus en détail

D i r e c t i v e s. Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine

D i r e c t i v e s. Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine D i r e c t i v e s Détermination de la forme de prise en charge appropriée et de la place d accueil adéquate Office des mineurs

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Jeudi 20 Novembre 2014.

Jeudi 20 Novembre 2014. www.economie.gouv.fr Paris le 20 novembre 2014 Intervention d Emmanuel MACRON Ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique Audition par Commission d enquête sur l impact sociétal, social, économique

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Les préservatifs sont en vente libre.

Les préservatifs sont en vente libre. C est un moment important dans une vie. Il doit être librement choisi, c est à dire sans aucune contrainte ni violence. Il importe que cette experience unique soit placée sous le signe de l amour, de l

Plus en détail

NON à l initiative COSA

NON à l initiative COSA NON à l initiative COSA Une vaste supercherie avec de lourdes conséquences pour les cantons, la Confédération et le franc suisse 14 août 2006 Numéro 27 1 2 COSA, une vaste supercherie avec de graves conséquences

Plus en détail

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch Donc, le 9 février 2014 Stopper l immigration massive www.immigration-massive.ch Immigration oui, ma Dépourvue de matières premières, la Suisse doit sa prospérité à la force créative de ses habitants.

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

LE MARMOTIN SPECIAL MARMOTS

LE MARMOTIN SPECIAL MARMOTS SPECIAL MARMOTS LE MARMOTIN D agressé, l enfant peut prendre le rôle de l agresseur, et basculer d un rôle passif à celui d un rôle actif. Cela va lui permettre d assimiler et de dépasser les situations

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait?

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? Approchez, tendez l oreille, écoutez notre petit lapin et vous saurez comment l école maternelle transforme les bébés en écoliers. C est

Plus en détail

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés parrainés par le secteur privé Canada Réinstallation des réfugiés au RPSP Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Nouvelles dispositions sur l interruption volontaire de grossesse

Nouvelles dispositions sur l interruption volontaire de grossesse Nouvelles dispositions sur l interruption volontaire de grossesse Analyse comparative des textes en vigueur et du projet de loi pour l égalité entre les femmes et les hommes (n 1380) Le projet de loi pour

Plus en détail

Canada DBV Bulletin d information

Canada DBV Bulletin d information Programme mixte des réfugiés désignés par un bureau des visas Réinstallation des réfugiés au Canada DBV Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet

Plus en détail

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Le CNFL renvoie sur son papier de réflexion de juin 2010 qui reflète l appréciation et les questions de

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Les IVG à Genève. Par Camille Buffle et Céline Paccolat. Tutrice: Dr. Samia Hurst

Les IVG à Genève. Par Camille Buffle et Céline Paccolat. Tutrice: Dr. Samia Hurst Les IVG à Genève Par Camille Buffle et Céline Paccolat Tutrice: Dr. Samia Hurst Listes des intervenants que nous avons rencontrés Dr. Samia Hurst, médecin et éthicienne, accessoirement tutrice responsable

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

(Bibiy et ses amies sont en ville. Elles veulent aller dans un café internet. Atmo : Bruits de voitures et de gens en ville)

(Bibiy et ses amies sont en ville. Elles veulent aller dans un café internet. Atmo : Bruits de voitures et de gens en ville) LEARNING BY EAR FILLES 3ème episode Internet Texte : Zainab Aziz Rédaction : Andrea Schmidt/Christine Harjes Adaptation : Aude Gensbittel Personnages: Présentateur pour Intro/Outro Bibiy : personnage principal

Plus en détail

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. Stéphanie de Schaetzen 6 12 ans Difficultés scolaires, malgré un bon potentiel. Reçois constamment des remarques négatives sur soi. Relations

Plus en détail

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance. DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou Communiqué de presse Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou De nombreuses personnes dépendantes de l alcool boivent pendant des années à leur place de travail sans que personne

Plus en détail

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité L austérité néolibérale Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité Le MÉPACQ, qui sommes-nous? Fondé en 1981, le Mouvement d éducation populaire et d action

Plus en détail

Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen?

Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen? Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen? Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen? L Observatoire des pratiques de presse lycéenne s est fixé pour mission, entre autres, d organiser

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010

Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010 Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010 Remerciements Salutations Si la place de la femme dans notre société s est nettement

Plus en détail

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol À donner à la victime Violences sexuelles Tout le monde peut être victime d une agression sexuelle n importe où. La violence sexuelle peut toucher

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération. Salon international du Livre

Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération. Salon international du Livre B EIDGENÖSSISCHES DEPARTEMENT DES INNERN DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DE L'INTÉRIEUR DIPARTIMENTO FEDERALE DELL'INTERNO DEPARTAMENT FEDERAL DA L'INTERN Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE Le guide fait la différence PRÉAMBULE lacements, gestion financière, hypothèques, retraites et troisièmes piliers, successions, crédits bancaires, investissements... Pour

Plus en détail

l encoche Internet: montana.ch revue d information de la commune de Montana Décembre 2003 - N 7

l encoche Internet: montana.ch revue d information de la commune de Montana Décembre 2003 - N 7 revue d information de la commune de Montana Décembre 2003 - N 7 Internet: montana.ch 2003 Commune de Montana, sauf mention spéciale en fin d article. Reproduction autorisée avec mention de la source et

Plus en détail

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage LES ACCOMPAGNEMENTS PROPOSÉS As trame propose différentes formes de soutien aux familles concernées par une situation de deuil. Pour les enfants et les adolescents : suivis en groupe, en individuel, en

Plus en détail