actives Rédacteur en chef : Zaghloul Moray Anglais prospects quarterly review of education (ISSN ), Unesco Espagnol perspectivas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "actives Rédacteur en chef : Zaghloul Moray Anglais prospects quarterly review of education (ISSN 0033-1538), Unesco Espagnol perspectivas"

Transcription

1

2 actives revue trimestrielle de l'éducation Rédacteur en chef : Zaghloul Moray Une édition de Perspectives est également disponible dans les langues suivantes : Anglais prospects quarterly review of education (ISSN ), Unesco Espagnol perspectivas revista trimestral de educación (ISSN ), Unesco Arabe (ISSN X), Unesco Russe nepcnektmbbi aorçxxu o6p*mmmm (ISSN ), Moscou Chinois tus (ISSN ), Beijing Prix et conditions d'abonnement Abonnement : 100 francs français (un an) Le numéro : 30 francs français Pour ces différentes editions, adressez vos demandes d'abonnement à l'agent de venu des publications de l'unesco dans votre pays. Il vous indiquera les tarifs en monnaie locale.

3 perspectives VOL. XXI, N 3,1991 (79) Jalons 333 POSITIONS/CONTROVERSES Vingt années d'aide de la Banque mondiale à l'éducation 345 fondamentale : présentation et évaluation Adriaan M. Verspoor Convergence et divergence des systèmes scolaires dans le monde 363 contemporain Ana Maria Eichelbaum de Babini DOSSIER L'enseignement supérieur II. Etudes de cas régionales, sous-régionales et nationales La crise des universités francophones en Afrique subsaharienne 377 François Orivel L'enseignement supérieur en Afrique orientale et australe 386 T. L. Maliyamkono L'enseignement supérieur en Amérique latine : une décennie 400 perdue Simon Schwartzman Les problèmes de l'enseignement supérieur dans les États arabes 413 Raji Abou-Chacra Enseignement supérieur et développement : l'expérience de quatre 427 pays d'asie nouvellement industrialisés Jasbir Sarjit Singh L'évolution de l'enseignement supérieur en Europe orientale et 444 centrale à la suite des bouleversements récents Jan Sadlak L'enseignement supérieur «soviétique» à l'heure du changement 458 politique, social et économique : un scénario pour l'avenir Stanislav Merkouryev Évolution des politiques de l'enseignement supérieur : trois modèles 467 occidentaux Osmo Kivinen et Risto Rinne L'enseignement supérieur aux États-Unis d'amérique en l'an D. Bruce Johnstone Enseignement supérieur et développement de la Communauté 492 européenne Hywel Ceri Jones TENDANCES/CAS Financement de l'enseignement professionnel : un exemple de 509 participation des employeurs au Brésil Candido Alberto Gomes Profils d'éducateurs : Isaac Leon Kandel ( ) 519 Erwin Pollack ISSN

4 Jalons Parler en quelques pages de l'enseignement supérieur à l'échelle universelle est un exercice peu facile. Lefiletque l'on jette sur une réalité aussi multiforme a des mailles ou trop fines, et elles ne captent qu'une complexité à tout prendre confuse, ou trop larges, et alors elles ne retiennent guère plus que des généralités connues de tous. Tentons cependant l'exercice en nous en tenant à quelques dilemmes et paradoxes. Peut-être éviterons-nous l'un et l'autre pièges et réussirons-nous à isoler les problèmes clés dont dépendent la plupart des autres. Une réalité kaléidoscopique Un rapide coup d'œil sur l'enseignement supérieur dans le monde met en présence contiguë des systèmes ou très centralisés (comme c'est par exemple le cas au Japon, en Italie, en Suède, en France...) ou, à l'autre extrême, très décentralisés (États-Unis d'amérique) ; des systèmes fédéraux (Allemagne, Inde, Canada) ou des systèmes où le privé concurrence sévèrement le public (Amérique latine) ; des systèmes jusqu'à tout récemment et encore aujourd'hui très atomisés, avec des établissements très nombreux et trop spécialisés, comme c'est le cas dans les pays de la défunte Europe communiste, et des systèmes purement mimétiques (Afrique, États arabes). Par ailleurs, on a simultanément affaire à des systèmes universitaires très dynamiques (la plupart des pays de l'europe des Douze, États-Unis d'amérique, Canada), animés par l'esprit de compétitivité et le souci de l'«excellence» ; à des systèmes effervescents, en pleine mutation positive (République de Corée, Malaisie, Taïwan) ; à d'autres encore en plein marasme, comme c'est le cas dans les États arabes, en Afrique, en Amérique latine et dans beaucoup de pays d'asie, avec naturellement, ici et là, des universités remarquables qui tranchent sur leur contexte sans remettre cependant en cause les tendances lourdes, nationales ou régionales. En quelque sorte, les rares exceptions qui confirment la règle d'ensemble. Pour illustrer cette dernière caractéristique avec deux cas concrets, on sait, de l'aveu même des nouveaux responsables, à quel point sont délabrés les systèmes universitaires de l'europe centrale et orientale, paralysés par quatre à sept décennies de domestication et de bureaucratie, de sorte que, forcés de se rénover, ils se trouvent du jour au lendemain tenus de créer des enseignements et des formations qui étaient bannis ou fictifs (économie, gestion, sciences politiques, environnement, droit international, sociologie, droit commercial, droits de l'homme, statistiques, Perspectives, vol. XXI, n 3,1991 (79)

5 334 Jalons informatique et j'en passe) qu'appelle inévitablement une économie de marché où rien n'est linéaire. Au rythme où se réforme toute université, il faudra donner au temps et à la volonté politique le temps d'opérer le miracle. Le second exemple est celui de beaucoup de pays ou de régions en développement, mais principalement l'afrique. Comme l'observe le Directeur général de l'unesco, «les problèmes inextricablement liés de la pauvreté, de la faim, de la maladie, du chômage, de l'analphabétisme, de l'endettement, des termes de l'échange défavorables, de la pénurie de devises étrangères, de l'inflation, des luttes intestines... ont limité les moyens dont disposaient les universités et affaibli dans une certaine mesure leur capacité d'adaptation créatrice. Les effets s'en font clairement sentir dans la détérioration des installations universitaires, dans la baisse de qualité de l'enseignement et de la recherche ainsi que du niveau des diplômés, dans le manque de livres et de matériel, dans la fuite des cerveaux et même dans les tensions entre les universitaires et les pouvoirs publics 1.» Si l'afrique a l'excuse de la relative jeunesse de son système universitaire, que dire de beaucoup d'universités plus anciennes où, sous un vernis d'hybridation de tradition et de modernité, c'est en fait un modèle de type médiéval qui dure et se défend? Des universités en trompe-l'œil, en quelque sorte. Ajoutons, pour bien marquer cette diversité, que les pays industrialisés comme les pays en développement présentent d'autres contrastes qui mettent en parallèle l'établissement d'enseignement postsecondaire à peine embryonnaire, des méga-universités, des multi-universitês avec la multiplicité corrélative des services fournis et de leur degré de qualité, des fonctions sociales et scientifiques qu'elles assument, du nombre et de la complexité des défis qu'elles ont chacune à relever. Toutes ces configurations et quelques autres, sans doute, fonctionnent en même temps, se superposent ou se juxtaposent, de sorte qu'il est impossible de les couler dans un seul paradigme. Mais toutes, à des degrés divers, sont caractérisées par une série de dilemmes et de paradoxes qui, avec les réserves exprimées plus haut, ressortent, pour la plupart, très nettement des contributions du numéro 78 et de celui-ci. Démocratisation / diversification Une première tension tient à l'extraordinaire croissance que l'on a pu observer dès les années 60 dans les pays industrialisés et ailleurs, phénomène relayé un peu plus tard dans les pays nouvellement indépendants. C'était la préfiguration du fameux passage, analysé par Martin Troiv 2, d'un enseignement d'élite à un enseignement de masse à un enseignement supérieur universel. Si le processus s'est ralenti au seuil de l'universel dans les pays industrialisés, il ne connaît en revanche aucun répit

6 Jalons 335 ailleurs. Trois chiffres donnent une idée de l'ampleur de cette croissance peu commune: le nombre des étudiants de l'enseignement supérieur était de 28,2 millions en 1970, de 58,4 millions en 1988; en 1990, il avoisinait vraisemblablement les 61 millions 3. Du simple à plus du double en deux décennies. Cela ne va pas sans conséquences: si en effet cette croissance répond à une exigence de démocratisation, marque l'accès de nouvelles populations à l'enseignement supérieur, si elle rompt avec de longs siècles et décades d'êlitisme et met en cause, dans la foulée, un mandarinat séculaire ou de plus fraîche date, elle a aussi fait basculer les efforts vers la formation au détriment de la recherche, créé une multitude de diplômes qui, par leur nombre même, ont connu une dévalorisation certaine et, pis encore, conduit en droite ligne au chômage puisque, comme chacun le sait, si l'université a le privilège de délivrer d'innombrables diplômes, elle fabrique aussi des diplômés chômeurs, pour ne rien dire de tous ceux qui ont perdu pied dès la première ou la deuxième année. Mais là, elle n'est pas seule en cause, on s'en doute bien. Si l'on pousse un peu plus loin l'analyse, il faut avoir le courage de dire, avec l'ancien recteur de l'université de Grenade, qu'«il ne faut pas confondre ce qu'est un idéal démocratique l'égalitarisme avec ce qui est un risque de la démocratie mal comprise la médiocrité» 4. Moins que de «médiocrité», on peut avancer que le premier cycle des enseignements supérieurs est un peu partout largement «secondarisê» et par là même promis à l'échec massif. Dans les systèmes où l'accès à l'université est ouvert à tout candidat titulaire d'un diplôme de fin d'études secondaires, cet étudiant se trouve immergé dans des amphithéâtres surpeuplés où l'enseignant n'a pas la moindre chance partie contraintes du programme, partie manque de temps, partie multitude d'apprenants d'inculquer individuellement la fou les) méthode de travail qui permettrait à l'étudiant débutant d'acquérir une autonomie intellectuelle. Or, déjà dans l'enseignement secondaire, il n'avait pas davantage acquis une méthode de travail ou de réflexion dont tenait lieu le bien connu «par-cœur». Conséquence: rien ni personne pour structurer sa pensée, lui «apprendre à apprendre» dans un premier cycle supérieur qui n'est le plus souvent que la continuation, en grand, de l'enseignement secondaire. Cela ne concerne pas, bien entendu, les happy few issus de familles aisées et vigilantes, formés dans des établissements d'excellence (publics ou privés) et qui, ceux-là, vont ailleurs. Comme les critères d'évaluation ne sont pas les mêmes dans les deux niveaux, quoi d'étonnant alors, entre abandons et échecs, à l'hécatombe à laquelle on assiste dans les premiers cycles de l'enseignement supérieur? Plus dure et non moins évidente est cette réalité: tout pays particulièrement du Tiers Monde a certes besoin pour se développer de cadres supérieurs, titulaires de diplômes de qualité conquis de haute lutte: savants de tous profils, médecins, ingénieurs, professeurs d'uni-

7 336 Jalons versité, gestionnaires..., mais il a aussi besoin d'infirmiers, de contremaîtres, d'instituteurs, de comptables..., et cela est vrai pour tous les secteurs de la vie et du développement d'une nation : technique, administratif, de la santé, de l'éducation, de l'agriculture, de l'industrie, etc. Pour aussi brutal que cela puisse paraître, il faut de tout pour faire une nation prospère, équilibrée, et, de la manière la plus démocratique qui se puisse imaginer, tout le monde ne peut pas être au même moment au sommet de n'importe quelle hiérarchie. Dans ces conditions, si le libre accès à l'enseignement supérieur de type classique reste ouvert à tous, il est évident que celui-ci, tel qu'il est structuré et tel qu'il fonctionne dans la plupart des pays, n'offre pas à tous des chances égales de succès à l'université ni dans la vie active. Ce qui ne va pas sans une certaine hypocrisie ni surtout, on l'a vu, sans des ravages certains. Que faire alors, que faire plutôt? Évitons de prononcer le mot tabou de «sélection» (c'est fait l), encore que celle-ci soit largement pratiquée, subrepticement, et qu'elle frappe par le tri occulte: la note éliminatoire, l'admission sur dossier, la limitation du nombre de redoublements..., mais curieusement pas par un système d'orientation clair, institutionnel et consensuel. La solution, l'alternative, largement adoptée par beaucoup de pays industrialisés est la diversification des formations offertes, notamment au niveau des premiers cycles de l'enseignement supérieur, qui permettent d'assurer à tous les meilleures chances de trouver la voie qui réponde le moins mal possible à leurs talents et à leurs souhaits. Et une diversification qu'il serait économiquement, socialement, culturellement et humainement sage d'instituer dès le second cycle du secondaire pour garantir aux étudiants une meilleure transition vers l'enseignement supérieur au lieu de les laisser courir vers un échec et une marginalisation certains parce que prévisibles. Déjà et précisément dès les années 60, il était clair que les universités de type classique ne pouvaient plus répondre, à elles seules, à l'extraordinaire accroissement de la demande d'études postsecondaires ni aux exigences du développement économique. De nombreux pays du Nord ont conçu et mis en place un secteur non universitaire distinct. Des cycles courts et de nouveaux types d'institutions d'enseignement postsecondaire ont été créés avec de nouvelles fonctions au Royaume-Uni, en République fédérale d'allemagne, en France, aux Etats-Unis d'amérique, au Japon, en République de Corée, en Iran, au Pakistan, au Venezuela, au Mexique, en Thaïlande, etc. D'autre part, l'émergence et la mise en œuvre de l'éducation permanente, de l'éducation récurrente 5, la création d'universités ouvertes et de l'enseignement à distance 6 commencèrent à offrir une deuxième, une troisième chance, à tout âge, de parfaire sa formation, au choix, et d'améliorer ses conditions de vie, en marge de la voie universitaire classique qui, comparativement, n'était

8 Jalons 337 plus aussi royale que du temps où /'aima mater détenait seule le monopole des formations et de la dévolution des diplômes. Pourquoi cette solution n'est-elle pas plus systématiquement et plus largement adoptée dans les pays en développement? L'intérêt (dans tous les sens du terme) bien compris et le réalisme le dictent en tout cas. Autonomie / engagement Autre problème ouvert, la sacro-sainte autonomie. Il n'est pas un auteur de nos deux dossiers qui ne l'évoque sous l'une ou l'autre de ses multiples facettes et prétentions. En bref, elle implique, et ce n'est pas négociable, que le corps enseignant universitaire a le droit d'opérer ses choix intellectuels et de recherche; elle implique que l'université est libre defixerses objectifs, la structure et les contenus de ses programmes, les critères d'entrée et de sortie; qu'elle est en droit de défendre sa vocation à créer de nouveaux savoirs et à transmettre et développer la culture; par-dessus tout, elle implique que l'université assume et exerce son rôle critique dans la société, loin des modes et des compromissions avec les pouvoirs politiques et / ou spirituels. Or ce qui était entièrement vrai et valable naguère ne peut l'être éternellement. L'université constitue bel et bien et de plus en plus un rouage déterminant de la société à laquelle elle appartient et dont elle doit connaître, anticiper et servir les besoins concrets, entre autres le développement, quelles que soient par ailleurs les réticences, traditionnelles ou factices, qu'elle peut encore nourrir à l'égard des concepts de rationalité économique, de concurrence, de profit, qui sont les clés d'une économie moderne et du développement. Bref, elle ne peut plus prétendre ne servir la société que de manière lointaine, «médiatisée». C'était une tour d'ivoire, jalouse de son indépendance; elle ne peut plus l'être, ne serait-ce qu 'en raison du souci non moins légitime de ceux qui la financent la société d'avoir un certain droit de regard sur l'usage qu'elle fait des ressources qui lui sont consenties et sur les retombées, en termes de contributions concrètes au processus du développement, que ladite société est en droit d'attendre d'elle en retour. Désormais, donc, autonomie ne peut plus aller sans nécessité de rendre des comptes (et pas seulement en termes d'administration et de gestion) et des services, selon un équilibre à trouver entre l'un et l'autre concept, d'entente entre l'un et l'autre partenaire. Cette symbiose est d'autant plus nécessaire que, déjà dans beaucoup de pays industrialisés et dans quelques-uns du Tiers Monde, l'université s'est rendue à deux évidences: lapremière est qu'elle n'a plus le monopole de la production du savoir, de la formation, ou de la recherche. Elle sait par conséquent qu 'elle ne peut plus vivre dans une autarcie distante, n'élisant pour pair et interlocuteur que la seule communauté académique. La société, les pouvoirs publics sont là qui l'inter-

9 338 Jalons pellent et lui demandent des comptes. Elle sait donc que son autarcie n 'est possible que grâce à la générosité, à fonds presque entièrement perdus, de ses pourvoyeurs. La seconde évidence est que, nuançant sa conception de l'autonomie, s'ouvrant sur la société et acceptant de se mettre à l'écoute de ses demandes et de ses besoins, l'université ne saurait pas davantage se positionner en simple juxtaposition ou en opposition avec, par exemple, les laboratoires d'entreprises, les bureaux d'études ou les offices publics ou semi-publics de recherche appliquée qui existent et se multiplient tant dans les pays industrialisés que dans les pays en développement. Sauf à étouffer, par réduction encore plus drastique des ressources que lui consentent les pouvoirs publics, ou à se trouver déplus en plus marginalisée précisément par la recherche, théorique et appliquée, et les formations concrètes, immédiatement opérationnelles, qui se font hors d'elle, elle doit au contraire prendre appui sur sa liberté intellectuelle et sur sa vocation critique pour s'ouvrir, coopérer, nouer des partenariats avec d'autres secteurs, comme les entreprises par exemple. Or ceux-ci, celles-ci, rendent des comptes, se prêtent à la règle de l'évaluation exigence première de leurs activités et de leurs performances. Pourquoi pas elle? C'est seulement ainsi qu'elle peut donner plus de force à sa légitimité aux yeux de la société, et en cessant de se réclamer de monopoles d'un autre temps, qui d'ailleurs s'effilochent petit à petit quand ils ne sont pas devenus totalement illusoires. Sa mission critique comme sa vocation à transmettre et à enrichir la culture s'en trouveraient rehaussées, et personne n'oserait prétendre qu'en s'ouvrant enfin sur son environnement elle perdrait son âme. Une telle ouverture, une telle coopération dans l'élaboration de nouvellesfilièresde formation, par l'offre de services en matière de recherche, deformation continue ou récurrente, lui procureraient d'ailleurs un surcroît de ressources dont elle a bien besoin. Il est juste de répéter que «ces contacts [...] sont déjà une réalité dans nombre d'universités des pays développés» et de poser la question : «Pourquoi ne pas en faire profiter celles des pays en développement?» 1. Imitation / dépendance Moins universelle est la troisième tension, en l'occurrence le décalage culturel et linguistique entre la plupart des universités des pays en développement et le milieu qu'elles sont censées servir, doublé du décalage entre ce que produit l'enseignement supérieur (connaissances, compétences) et les besoins des sociétés environnantes. Citons une fois encore l'allocution prononcée à Accra par le Directeur général de l'unesco, où ce qui est dit pour l'afrique vaut aussi largement pour d'autres pays : «[...] il apparaît qu'une histoire qui fut imposée pèse lourdement à bien des égards sur les établissements d'enseignement supérieur africains, qui

10 Jalons 339 semblent loin d'être organiquement adaptés aux sociétés dont ils font partie [...]. La persistance de structures inadaptées peut donner l'impression que, malgré les progrès réalisés dans l'affirmation d'une identité universitaire africaine [...], les relations privilégiées que les universités africaines avaient entretenues avec beaucoup d'institutions, indépendantes à leurs débuts, se perpétuent comme une subordination non souhaitée 8.» C'est en effet là un des grands dilemmes de l'éducation, d'une manière générale, et de l'enseignement supérieur, en particulier, dans beaucoup de pays du Tiers Monde, et il continuera à faire problème aussi longtemps qu'on ne se le pose pas en tant que tel et qu'on ne l'inscrit pas dans les moyen et long termes, pour en rechercher la solution. «Nécessité» aujourd'hui deviendra peut-être demain «contrainte» ou «subordination» irréversible. L'imitation en éducation, la reproduction des modèles, est déjà en elle-même dépendance culturelle, et l'imitation qui emprunte le seul modèle formel sans prêter attention à l'esprit qui l'anime ne saurait fonctionner correctement; à plus ou moins longue échéance, elle provoque stagnation ou ravages. A un moment ou à un autre, il faut s'attendre au rejet. On pourra opposer le cas d'emprunts de systèmes qui ont réussi une fois transplantés, comme ceux des Etats-Unis à l'europe au XIX e siècle (mais c'est la même culture), ou du Japon à l'europe à l'ère Meiji. Ce dernier cas, exceptionnel, est sans doute plus pertinent, et tous les pays du Tiers Monde devraient le méditer. Mais il semble bien que l'histoire et une interdépendance internationale aujourd'hui plus serrée ne redonneront pas aux pays emprunteurs les mêmes chances de se développer tout en sauvegardant leurs langues et leurs cultures, et qu'il n'est guère aisé de se libérer totalement des modèles déjà implantés, du moins dans le court terme. C'est là, par exemple, qu'une recherche scientifique universitaire fermement orientée, soutenue sans réserve par la détermination politique du pouvoir, peut et doit jouer un rôle décisif et exclusif. Ce problème n'est d'ailleurs pas propre aux seuls pays du Tiers Monde, fussent-ils de langue espagnole 9. On lit en effet ceci dans un document du Ministère de l'enseignement supérieur et des sciences des Pays-Bas: «Le néerlandais est et reste la langue véhiculaire de l'enseignement néerlandais pour l'ensemble des études et pour les examens.» La promulgation de cette disposition fait suite à «toute une série de fausses nouvelles dans la presse étrangère [...] laissant entendre que la langue néerlandaise risque de disparaître en tant que langue nationale» (au bénéfice de l'anglais). «A diverses occasions, le ministre a dépeint le dilemme suivant: d'un côté, il est fortement attaché à une culture néerlandaise florissante et, par conséquent à la survivance du néerlandais comme langue véhiculaire dans l'enseignement, l'administration et la justice; de l'autre, l'internationalisation de l'enseignement supérieur et

11 34o Jalons de la recherche rend indispensable l'utilisation d'autres langues vêhiculaires que le néerlandais 10.» Si leperii est réel et perçu comme tel dans un pays développé, historiquement, culturellement et linguistiquement fort, la menace pèse plus lourdement sur des pays plus fragiles. Quelle recherche? On l'a dit, l'université moderne et intégrée est un rouage essentiel et nécessaire au processus du développement national et, à cet effet, l'une de ses fonctions importantes, sinon premières, est la recherche scientifique, dont l'utilité à court, moyen et long termes est bien reconnue pour la formation de cadres hautement qualifiés et le développement technologique. C'est pourquoi elle est, ajuste titre, une priorité dans toutes les universités du monde. Oui, mais quelle recherche? Si, dans les pays industrialisés, un équilibre certain a été atteint entre recherche fondamentale et recherche appliquée, recherche en sciences exactes et recherche en sciences humaines, si des relais extérieurs à l'université ont traduit en termes techniques et produits technologiques les résultats des recherches universitaires, il n'en va pas de même, sauf exceptions notables, dans les pays en développement. Pour illustrer cette position, donnons deux exemples, dont l'un peut-être fictif. Dans les années 70, un brillant étudiant d'un pays X d'afrique, en l'occurrence pas du tout «inféodé», préparait une thèse de doctorat à l'université Patrice Lumumba (Moscou) sur... Pouchkine. Pouchkine est assurément l'un des plus grands écrivains de tous les temps et un novateur considérable que nul ne serait excusable de n'avoir lu. Le lire dans le texte, pour ceux qui maîtrisent le russe, est un privilège enviable. Mais le pays X en question, classé alors parmi les pays les moins avancés, avait-il besoin d'investir tant de temps et d'argent dans une recherche à l'utilité incertaine, une recherche d'autant moins utile que ni alors ni maintenant ce pays n'a ni enseignement ni chaire de russe? Imaginons maintenant un autre cas, celui de l'egypte étudiant le secret de la momification ou du Mexique l'aménagement urbain sous Cuauhtemoc. De telles recherches sont faites par des savants, avec des moyens scientifiques. Elles peuvent avoir des retombées positives : interdisciplinarité académique, travail rémunéré des chercheurs, etc. Mais personne n'en attend une compétitivité plus grande dans la production, le traitement et le positionnement commercial du coton égyptien sur le marché mondial ou l'assainissement de l'atmosphère du Mexico d'aujourd'hui. C'est dire, d'une part, que ce qui peut apparaître comme une recherche scientifique n'est en réalité qu'une étude historique; d'autre

12 Jalons 341 part, que la recherche de type «humaniste», même si son objet, ses techniques et ses méthodes relèvent de la science moderne, ne peut par ellemême être productive à au moins deux exceptions près : quand elle vise à reconquérir et à consolider l'identité culturelle d'une nation, ou quand elle est clairement axée sur la réforme, ici, maintenant, par exemple la réhabilitation et la modernisation des langues nationales et leur introduction fonctionnelle dans l'enseignement. Le Royaume-Uni peut sans doute étudier la naissance de la révolution industrielle, l'italie l'essor de la verrerie dans la Venise du XV e siècle, la France la vie urbaine dans la Gaule préromaine ; ces pays en ont les moyens et le loisir. Dans le même temps, de plus nombreuses recherches y sont menées, explicitement orientées vers des secteurs de production. Pour intéressantes qu'elles soient, des recherches de type humaniste sont, nous semble-t-il, pour le moment, inappropriées dans les pays en développement, où l'on doit établir des ordres de priorité et d'urgence, précisément pour assurer le développement. A contrario, si elles sont tout de même faites par des chercheurs du Tiers Monde, que ce soit dans leurs universités nationales ou à l'étranger, il y a fort à parier que, faute de pouvoir les «exploiter» sur place, ces chercheurs iront le faire ailleurs, grossissant ainsi les rangs des dizaines de milliers de «cerveaux» qui ont émigré. Pour s'en tenir à la seule Afrique subsaharienne, «on estime que diplômés ont rejoint les pays industrialisés de 1984 à 1987» n avec la perte sèche en ressources matérielles, techniques et humaines qu'un tel exode entraîne pour leur pays d'origine. Pour d'autres raisons, le phénomène touche aussi certains pays industrialisés, comme dans les années 80 où, à la suite des sévères réductions opérées par le gouvernement de M Thatcher dans les subventions aux universités, beaucoup de chercheurs et de professeurs ont émigré aux États-Unis et au Canada. Dans un tout autre sens, n'oublions pas les pays de l'europe centrale et orientale. D'un mot: après avoir été coupés pendant des décennies du courant principal de la recherche internationale, ils doivent maintenant le rejoindre. Cela n'ira pas sans mal puisqu'ils doivent élaborer une conception de la recherche complètement nouvelle, changer entièrement leurs méthodes et leurs techniques, apprendre et appliquer les règles internationales en matière de collecte, de traitement et d'analyse des données... Plus que d'autres, sans doute, ils ont besoin de la coopération internationale. «Si l'université est incapable de réaliser le changement, qui le fera? Si ce n'est pas maintenant, quand? Université, encore? Mais [...] une institution dynamique [...] qui anticipe les événements et qui soit capable de façonner l'avenir [...] Une université qui retrouve la confiance en ellemême pour pouvoir convaincre le peuple et ceux qui détiennent le pou-

13 342 Jalons voir que, même aujourd'hui, on peut lui appliquer ce qu'écrivait Jorge Luis Borges à propos de Buenos Aires [...] : "Cette ville que je croyais mon passé/est mon avenir"» 12 : telles étaient les interrogations et les vœux de Federico Mayor en L'appel de V«avenir» hante toutes les universités du monde. Mais, à tout prendre et contrairement à ce que beaucoup disent, l'université n'est ni en crise ni malade. Elle est seulement en transition et en observation, même si la transition est inévitablement lente et l'observation prudente. Sa fonction critique qui est aussi l'une de ses missions les plus créatrices, elle se l'applique déjà à elle-même, comme le prouvent les dix-huit études de nos deux numéros, toutes préparées par des... universitaires. «Produis ou péris» publish or perish conseillait-on aux universitaires dans les années SO et 60. On pourrait paraphraser en disant de l'université: «Entre dans le jeu ou sois hors jeu». Elle changera, s'intégrera et mènera peut-être encore le jeu, parce qu'elle le tente déjà, parce qu'elle a pleine conscience des menaces et des défis et parce qu'elle n'a pas d'autre choix. Z. M. Notes 1. Discours prononcé par F. Mayor à l'ouverture du séminaire UNESCO - Association des universités africaines sur le développement institutionnel de l'enseignement supérieur en Afrique, Université Legon, Accra (Ghana), 25 novembre (Document DG/91 /43, p. 3.) 2. M. Trow, «Problems of the transition from elite to mass higher education», Policies for higher education, Paris, OCDE, Voir l'annuaire statistique de l'u N E S C O, 1991, tableau 3.10, et le Rapport mondial sur l'éducation 1991, Paris, UNESCO, 1991, tableau 8, p F. Mayor, «Universidad, todavía?», Educación, Noticias de Educación, Ciencia y Cultura Iberoamericana, Madrid, supplément au numéro 4, IV e année, juillet-octobre 1987, p. VI. 5. Voir A. Tuijnman, «L'éducation récurrente: du concept à sa mise en œuvre», Perspectives, vol. XXI, n 1, 1991 (77), p Voir les deux numéros de Perspectives dont le dossier a pour thème «L'enseignement à distance» : vol. XVIII, n 1, (65) et n 2 (66), «Universalité, diversité, interdépendance: la mission de l'université», allocution prononcée par F. Mayor, à la neuvième Conférence générale de l'association internationale des universités, Helsinki, 6 août (Document DG/90/28, p. 7.) 8. Discours prononcé par F. Mayor à l'ouverture du séminaire UNESCO - Association des universités africaines..., op. cit., p Voir, en les projetant au-delà de l'an 2020 ou 2050, les faits, analyses et tendances du dossier de Perspectives sur «L'éducation interculturelle bilingue en Amérique latine»: vol. XX, n 3, 1990 (75). 10. Informations de l'enseignement n 0-02-F, février 1992, Ministère de l'enseignement supérieur et des sciences des Pays-Bas. 11. E.Ngara, «Mieux gérer peu de moyens», Sources (Paris, UNESCO), n 32, décembre 1991, p F. Mayor, «Universidad, todavía?», op. cit., p. VIII.

14 POSITIONS CONTROVERSES

15 Vingt années d'aide de la Banque mondiale à l'éducation fondamentale Présentation et évaluation 1 Adriaan M. Verspoor Évolution de la politique de prêt de la Banque Depuis septembre 1963, date à laquelle elle a accordé un prêt pour le développement de l'enseignement secondaire en Tunisie, la Banque mondiale 1 a prêté 11,2 milliards de dollars des États-Unis pour l'enseignement et la formation dans le cadre de 396 projets mis en œuvre dans 100 pays. Pour les exercices et 1992, le montant total annuel des prêts a largement dépassé 1,5 milliard de dollars. Au cours des premières années, on se bornait à soutenir l'enseignement secondaire général, l'enseignement professionnel et technique, quart de l'aide multilatérale mondiale à l'enseignement primaire. Vers 1973, les travaux analytiques et les Adriaan M. Verspoor (Pays-Bas). Chef de la Division de l'éducation et de l'emploi du Département de prêts de la Banque ont commencé à s'orienter de la population et des ressources humaines à la Banque plus en plus vers la satisfaction des besoins fonmondiale. Avant de rejoindre la Banque, il a travaillé en Afrique pour 'UNESCO et 'UNICEF. Auteur de nombreuses publications sur la planification et la gestion de l'éducation ; coauteur, avec Marlaine Lockheed, de Comment améliorer l'enseignement primaire dans les pays en développement. Examen des stratégies possibles. l'enseignement supérieur et la formation des enseignants. Le principal objectif était de former du personnel pour le secteur moderne, dont l'expansion était considérée comme déterminante pour le développement. Pendant les années 60, la Banque a financé l'enseignement primaire ou l'éducation non formelle, définie comme étant l'apprentissage qui ne fait pas partie du système scolaire traditionnel d'un pays, bien que la formation professionnelle non formelle soit visée. En 1970, la Banque a commencé à soutenir des projets relatifs à l'éducation fondamentale. Depuis lors, elle a prêté plus de 2 milliards de dollars à cette fin. Les prêts accordés par la Banque pendant la période correspondant aux exercices 1981 à représentaient plus du * Une version augmentée de cet article a été présentée à l'atelier sur l'éducation fondamentale, à l'institut national de planification et d'administration de l'éducation, New Delhi (Inde), 6-9 novembre Kin Bing W u a apporté une aide inestimable à l'établissement de cette version. Perspectives, vol. XXI, n 3, 1991 (79)

16 34-6 Adriaan M. Verspoor damentaux des populations les plus pauvres du monde: alimentation, logement, habillement, eau salubre, soins de santé et éducation. L'accent mis sur l'équité et sur l'atténuation de la pauvreté s'est traduit par un élargissement rapide du champ de l'appui que la Banque apportait à l'éducation et a donné une impulsion aux prêts à l'enseignement primaire et à l'éducation non formelle destinés à jeter les fondements de l'alphabétisation, de l'aptitude numérique et l'aptitude à résoudre les problèmes, toutes ces compétences étant nécessaires au développement national. Les projets apportaient un soutien au développement de l'enseignement primaire par la construction d'écoles et la formation d'enseignants, ainsi qu'à l'élaboration et à la mise en œuvre de programmes d'alphabétisation des adultes dans le cadre de l'éducation non formelle visant la jeunesse non scolarisée. En 1980, la politique sectorielle de la Banque privilégiait l'enseignement primaire en tant que fondement du développement de l'éducation. Dans le document de politique générale de 1980 du secteur Éducation de la Banque, on préconisait l'amélioration de l'accès à l'éducation fondamentale, desfilleset des enfants vivant en milieu rural, le renforcement des liens entre enseignement et travail, une amélioration de la qualité de l'enseignement dispensé grâce à des apports scolairement rentables et à la formation des enseignants, une amélioration de l'efficacité interne, la mobilisation des ressources communautaires et la création d'organismes locaux appelés à mener une recherche sur l'éducation, et à procéder à la planification et à la gestion de l'éducation. La crise économique des années 80 et l'ajustement économique qui en est le corollaire ont rapidement amené la Banque à orienter les prêts à l'éducation vers le soutien des programmes d'investissement et de réforme des politiques d'accompagnement, afin de rentabiliser au maximum les ressources, de sauvegarder le financement public essentiel et de mobiliser, chaque fois que cela était possible, de nouvelles sources de financement. Au total, les objectifs des prêts accordés par la Banque à l'enseignement primaire pendant les années 80 allaient au-delà de l'extension des capacités de scolarisation pour englober l'amélioration de la qualité de l'enseignement dispensé, l'accroissement de l'efficacité interne de l'exécution des programmes et le renforcement de la gestion du secteur éducatif. Le tableau 1 montre l'importance croissante des prêts de la Banque qui vont à l'enseignement primaire : ils représentaient 23 % du total des prêts à l'éducation entre l'exercice 1985 et l'exercice Les prêts à l'enseignement et à la formation non formels représentaient une très faible proportion du total des prêts à l'éducation. A la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous, qui s'est tenue à Jomtien (Thaïlande) en mars 1990, le Président de la Banque mondiale, M. Barber M. Conable, a donné l'assurance que la Banque doublerait son appui au développement de l'éducation, une priorité spéciale étant accordée à l'éducation fondamentale. Les projections fondées sur les projets actuellement identifiés montrent que les prêts de la Banque à l'enseignement primaire continueront d'être importants au cours des exercices 1991 à 1993, représentant une moyenne de 30 % du total des prêts de la Banque à l'éducation pour toutes les régions. Toutefois, les demandes d'aide à l'enseignement et à la formation non formels émanant des pays continuent pour l'instant d'être faibles. L'engagement renouvelé de la communauté internationale en faveur de l'éducation fondamentale à Jomtien a été très impressionnant. Il ne fait guère de doute que des ressources supplémentaires destinées au développement de l'éducation fondamentale deviendront disponibles. Le défi consiste à s'assurer que ces ressources supplémentaires seront utilisées pour soutenir aussi efficacement que possible les objectifs des programmes d'action nationaux fixés lors de la Conférence de Jomtien. Il est donc important que les leçons tirées de l'expérience passée succès et échecs soient incorporées dans les stratégies de conception et de mise en œuvre des programmes d'action. Afin d'aider les planificateurs des pays en développement et les organismes donateurs, le présent article passe en revue les objectifs et les stratégies des programmes d'éducation fondamentale, y compris l'ensei-

17 Vingt années d'aide de la Banque mondiale 347 à l'éducation fondamentale : présentation et évaluation TABLEAU I. Prêts de la Banque mondiale à l'enseignement primaire et à l'éducation fondamentale non formelle. Exercices (en millions de dollars des États-Unis) Exercice Enseignement primaire Éducation fondamentale non formelle Enseignement primaire en % du total des prêts de la Banque à l'éducation Éducation fondamentale non formelle en % du total des prêts de la Banque à l'éducation " " ,9 1681, , ,7 36,4 236,7 423, ,2 37,8 18, ,3 0,3 Total ,7 1975,0 56,5 0,5 a. Les données relatives à l'enseignement primaire englobent l'éducation fondamentale non formelle. b. Chiffres non disponibles. gnement primaire, l'enseignement et la formation non formels et les leçons qu'on peut en tirer ; quelques conclusions générales au sujet de la conception de programmes de développement de l'éducation fondamentale seront ensuite formulées. Enseignement primaire : objectifs et stratégies des investissements, et leçons tirées Les prêts à l'enseignement primaire ont été accordés pour la réalisation de quatre catégories d'objectifs : 1. offre de plus grandes possibilités éducatives; 2. amélioration de la qualité de l'enseignement dispensé; 3. accroissement de l'efficience de l'exécution; 4. renforcement de la gestion du secteur éducatif (Romain, 1985). Diverses stratégies ont été suivies pour atteindre ces objectifs. La figure 1 résume ces objectifs, stratégies et leçons. DE PLUS GRANDES POSSIBILITES EDUCATIVES Depuis le début des années 70, les projets de la Banque relatifs à l'enseignement primaire ont grandement contribué à offrir de plus grandes possibilités éducatives. Ils l'ont fait en augmentant l'offre des possibilités de scolarisation grâce à la construction d'écoles et au développement des services de formation initiale des enseignants, et en maîtrisant en même temps les contraintes pesant sur la demande de scolarité. La construction d'écoles a été le cheval de bataille des premiers investissements éducatifs de la Banque. Entre 1970 et 1980, elle a apporté son soutien financier à l'offre de plus de 4 millions de places dans les écoles. Les locaux scolaires sont onéreux. Dans certains cas, l'investissement initial calculé sur une base annuelle équivaut à 80 % des dépenses annuelles renouvelables par élève (Banque mondiale, 1988). De nombreux projets soutenaient la mise au point de méthodes de construction à faible coût. Trois méthodes ont été expérimentées : 1. utilisation de matériaux et de main-d'œuvre locaux et adaptation des plans locaux des bâtiments aux besoins spécifiques de l'école; 2. montage sur place d'éléments préfabriqués; 3. recours au travail bénévole de la communauté pour construire des écoles. Ces trois méthodes ont toutes trois rencontré des problèmes de mise en œuvre tels que la surveillance des ouvriers, la synchronisation de la livraison des éléments préfabriqués avec la préparation du site et le respect des normes de construction. L'expérience montre

18 348 Adriaan M. Verspoor i«a. i I f FIGURE I. Diagramme récapitulatif des investissements de la Banque mondiale dans l'enseignement primaire. Objectifs, stratégies et leçons tirées

19 Vingt années d'aide de la Banque mondiale 349 à l'éducation fondamentale : présentation et évaluation s«"sitil! 8- I Sil III i i : lili! JUU- LTJ. m Hi!" fi I ííll 111 :ÎÏÎEIÊ EÏ E 5 o» 11 U ill 11! "Sa E y J rt "O "O *0 C "O.Sí»se M ou L "8 il [Il = -S I If ifî iîfl E «si Ê

20 3 m J) O. Z Con capa S! U 3-4) «I tion de la ocale»il " O 5»1 ill!!îl 1 2 S Soutenir le système ai -S "'» E 1Í1Í 1 ill - école E res e pass age _i "c tí» 3 E CL-4) n vi hose. u 2î D E DO 0) t Q. 3 SS n «0 u! 3 rt V o u- 0 utom iqu dans ntl q les ilèves lalre ffectl ratég «<U 3 0) V 3 ^ ë ï w O) c 3 3 tr asse ssen n CL. 4» Q- 3 Q. s- S I ï c o u 01 Iste «rie _«f«q. ^ c Of 3 O-«Importan t de renforc r fautor omie loca e et de former d es chefs d'ét Dlisseme nt et des admlnlstr ateurs locau en vue d'amélioré r la gestion de l'éduc ation, l'anim tlon péc agoglque e t les re atlons communaut res. 35o Adriaan M. Verspoor o S 3 t 4) 3 F, '» o cement de on de tlon Plan cat on 1 Place r l'accent sur 1 instlt utionnelle Intro duire une gest tâche s déterminées en ce uvre c 8s alyse soupl T axées r3 sant des la mise La planif cation de Te tradition nel insiste su données, tout en nég Importar t d'insister s le dévelo ipement de fiîîi ent de type te et l'analyse des mise en œuvre, se institutionnelle Éval rech n s > Mesurer les résultat des Interventions X LU rimenter et te : ur le Assu rer le suivi d'une mise prog ressive Q- V an édu catlf n œuvr L'évaluât on et la recherche so nt technlq jement complex es et nécessitent, le pi us souvent, des transfert s de technologie Impo rtants. L'u n des principau x obstacles a été la fa blesse des organls locaux d e recherche sur l'éduc atlon et d' évaluât de l'éduc atlon, et l'inefficacité de l'assista nce techniqu e à court terme accor dée par de s expat ncerna nt la constru :tlon progressive d une pacité nationale dur able. g! c S E o -z

90 ans au service de l'excellence en éducation!

90 ans au service de l'excellence en éducation! Genève, le 19 janvier 2015 Original : anglais 90 ans au service de l'excellence en éducation! SOIXANTE-QUATRIÈME SESSION DU CONSEIL DU BUREAU INTERNATIONAL D ÉDUCATION Genève, 28 30 janvier 2015 VISIBILITÉ

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire

Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, SCIENCE ET TECHNOLOGIE Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire VERSION REVISEE Janvier 2014

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

Master Economie de la santé et développement international

Master Economie de la santé et développement international Master Economie de la santé et développement international BAC+5 Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Analyse économique et développement international Organisation : Ecole d'economie Lieu de formation

Plus en détail

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Problématique : Existe-t-il un modèle de développement pour les pays du Sud? Page 2 Document 1 Evaluation : 1. Présentez le document.(x

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 L'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) soutient le développement de formations délocalisées de niveau

Plus en détail

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes.

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes. Directives de mise en candidature Association des universités de l Atlantique Prix d enseignement distingué et de leadership en éducation, 2015 Objectif Le but de ce programme de prix est d encourager

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes Introduction Collaboration CESPM N.-B. N.-É. Î.-P.-É. Description du projet Dans le cadre de son programme de sondages auprès des diplômés, la Commission

Plus en détail

Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD

Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD JEUDI 20 NOVEMBRE 2014 14 h 45 16 h 00 Salon Provinces I Le Bureau canadien de l éducation internationale (BCEI) est l administrateur

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Dr. Sawako TAKEUCHI Docteur es Ingénierie, l Université de Tokyo et Docteur es Sciences économiques Ancien conseiller du Premier Ministre du Japon sur la

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.3/EM.10/2 1er novembre 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Commence à explorer les carrières pendant tes études secondaires Alors que tu te prépares à la transition vers le secondaire, tu

Commence à explorer les carrières pendant tes études secondaires Alors que tu te prépares à la transition vers le secondaire, tu Que veux-tu faire après le secondaire? Section 3 Commence à explorer les carrières pendant tes études secondaires Alors que tu te prépares à la transition vers le secondaire, tu dois répondre à la question

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés Equity and Quality in Education. Supporting Disadvantaged Students and Schools Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264130852-en Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Centrale IAP - CU :

Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Centrale IAP - CU : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Centrale IAP - CU : DIRECTION DE L ECOLE D ARZEW : Un Chef de Département Pédagogique Gaz, Raffinage et Pétrochimie. DIRECTION ADMINISTRATION ET

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Proposition d'un accord de fonds supplémentaires avec la Fondation MasterCard

Proposition d'un accord de fonds supplémentaires avec la Fondation MasterCard Cote du document: EB 2014/111/R.20 Point de l ordre du: jour: 12 c) Date: 20 mars 2014 Distribution: Publique Original: Anglais F Proposition d'un accord de fonds supplémentaires avec la Fondation MasterCard

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Building on BIM. Comment les maîtres d'oeuvre améliorent la rentabilité en passant à la vitesse supérieure avec le BIM

Building on BIM. Comment les maîtres d'oeuvre améliorent la rentabilité en passant à la vitesse supérieure avec le BIM Building on BIM Comment les maîtres d'oeuvre améliorent la rentabilité en passant à la vitesse supérieure avec le BIM Productivité de la construction Le secteur de la construction vient de traverser une

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

Canada. m y 1*1. 8^1 Agriculture AUG. f/jfwjêkw. Canada. Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5

Canada. m y 1*1. 8^1 Agriculture AUG. f/jfwjêkw. Canada. Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5 Canada 8^1 Agriculture Canada Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5 AUG ftïiï? ] 3 I999 1*1 m y f/jfwjêkw Agriculture et Agroalimentaire Canada Agriculture

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Avis sur les Partenariats public/privé (PPP)

Avis sur les Partenariats public/privé (PPP) Avis sur les Partenariats public/privé (PPP) Document réalisé par : François Fecteau Attaché politique Sous la supervision de : David Galarneau Vice-président aux affaires externes 10 juin 2009 1-La modernisation

Plus en détail

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la définition

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU TCHAD BANQUE ISLAMIQUE DE DEVELOPPEMENT

RÉPUBLIQUE DU TCHAD BANQUE ISLAMIQUE DE DEVELOPPEMENT RÉPUBLIQUE DU TCHAD BANQUE ISLAMIQUE DE DEVELOPPEMENT ÉTUDE DE FAISABILITE POUR LA PROMOTION DE L ENSEIGNEMENT BILINGUE AU TCHAD RAPPORT FINAL N'Djaména, août 2003 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 RESSOURCES...

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL La formation professionnelle a pour objet de permettre aux agents d exercer de façon efficace les fonctions qui leur sont confiées en vue de la satisfaction

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

La décentralisation et la mise en œuvre de stratégies participatives de développement rural au Maroc

La décentralisation et la mise en œuvre de stratégies participatives de développement rural au Maroc Les notes d analyse du CIHEAM N 27 Novembre 2007 La décentralisation et la mise en œuvre de stratégies participatives de développement rural au Maroc Mohammed BAJEDDI Expert international en développement

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 Janvier 2014 INSTRUMENTS INTERNATIONAUX La liberté académique Le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 (Article 13; Observation générale No.13 paras 38-40) Le Pacte

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

L ESPAGNOL à PARIS 2

L ESPAGNOL à PARIS 2 L ESPAGNOL à PARIS 2 Le Pôle Langues de l Université de Paris 2 propose des TD de langue et de civilisation espagnole aux étudiants de toutes les années (du L1 au M2) et de toutes les filières. Cette formation

Plus en détail