ÉCURITÉ. financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCURITÉ. financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE"

Transcription

1 Swww.chambresf.com ÉCURITÉ financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SEPTEMBRE 2001 ENVOI DE PUBLICATIONS CANADIENNES N O DE CONVENTION L'ASSURANCE DE PERSONNES Les consommateurs québécois en ont-ils pour leur argent? À LIRE Fonds communs de placement ou fonds distincts? Quelles sont les différences et les particularités de chacun? Requalification en assurance et rentes collectives Les règles qui s'appliquent et les voies d'accès offertes Portrait de Rosaire Bertrand Un ancien président de l APAVQ, ministre délégué responsable de la région de la Capitale-Nationale

2 Assurance vie universelle de Standard Life METTEZ LEUR VIE EN La Standard Life, cotée Triple A par Moody s et par Standard & Poor s, vous présente l assurance vie universelle Perspecta. Seule Perspecta combine une protection sur mesure à long terme et une épargne à l abri de l impôt à une garantie unique de satisfaction totale de la clientèle. Voilà pourquoi Perspecta est l assurance vie qui comble vos attentes et celles de vos clients. Pour plus de renseignements, communiquez avec votre agent général ou le centre régional de la Standard Life. Québec: (514) Est de l Ontario et provinces de l Atlantique: (613) Toronto : (416) Sud-ouest de l Ontario: (905) Prairies: (403) Pacifique: (604) Tirez profit de notre savoir-faire

3 S ÉCURITÉ financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SEPTEMBRE 2001 RÉDACTRICE EN CHEF Lissia de Bellefeuille par intérim PRÉSIDENT Martin Rochon, A.V.C., Pl. Fin. VICE-PRÉSIDENT AUX ASSURANCES Alain C. Roy, A.V.C., Pl. Fin. VICE-PRÉSIDENTE AUX VALEURS MOBILIÈRES Danielle Surprenant, A.V.A., Pl. Fin. ADMINISTRATEURS M e Jean Girard, Pl. Fin., M. fisc. Daniel Paquet Richard Pelletier Daniel Pilon, A.V.A., Pl. Fin., Adm. A. Claude Poirier, A.V.A., Pl. Fin. Louis Rouleau, A.V.A., Pl. Fin. M e Jacques St-Amant Louise Viau, A.V.A., Pl. Fin. ADMINISTRATION Lucie Granger Directrice générale et secrétaire SÉCURITÉ FINANCIÈRE 500, Sherbrooke Ouest, 7 e étage Montréal (Québec) H3A 3C6 (514) RESPONSABLE DES COMMUNICATIONS ET DES PUBLICATIONS Lissia de Bellefeuille par intérim RÉDACTION - RÉVISION Lissia de Bellefeuille GRAPHISME Bizier & Bouchard TRADUCTION Luisa Perini GROUPE-CONSEIL À L ORIENTATION DU CONTENU Gérard Bérubé, journaliste Jean Bubendorff, v.-p. principal, Corporation financière Mackenzie Pierre Brunette, A.V.A., M. fisc. Claude Ménard, v.-p., Groupe PPI PUBLICITÉ Communications Publi-Services inc. Jean Thibault et Géraldine Richard (450) IMPRESSION Interweb inc. TIRAGE exemplaires ABONNEMENT 30 $ par année PARUTION 6 éditions régulières DÉPÔT LÉGAL Bibliothèque Nationale du Québec Bibliothèque Nationale du Canada ISSN IMPORTANT Les opinions exprimées dans SÉCURITÉ FINANCIÈRE n engagent que leurs auteurs. Pour des raisons typographiques, veuillez noter que l emploi du féminin est sous-entendu. SOMMAIRE 4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Encadrement du secteur financier, l heure est au bilan 6 PRESIDENT S MESSAGE Regulation of the Financial Sector: Time to Take Stock 8 ENTREVUE Portrait de Rosaire Bertrand Un ancien président de l APAVQ, ministre délégué responsable de la région de la Capitale-Nationale 10 ACTUALITÉS 16 INTERVIEW Portrait of Rosaire Bertrand Former President of PAQLU, Minister Responsible for the Capitale-Nationale Region CHRONIQUES 12 ANALYSE Fonds communs de placement ou fonds distincts? 14 DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL 17 DOSSIER Les Québécois jouent avec leur sécurité 20 REQUALIFICATION EN ASSURANCE ET RENTES COLLECTIVES Requalification en assurance et rentes collectives : trois options 21 ASSURANCE COLLECTIVE Le rôle du conseiller en assurance collective 22 ASSURANCE Temporaire et vie universelle 23 PROTECTION DU PUBLIC L assurance invalidité : un produit complexe où l analyse est de rigueur 25 DU CÔTÉ DE LA DISCIPLINE Appel de candidatures au sein du comité de discipline 26 VIE RÉGIONALE Calendrier des activités d octobre 28 ANALYSIS Mutal Funds or Segregated Funds? 29 CAUSE Fibrose kystique Campagne de financement PUBLICATIONS

4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Encadrement du secteur financier, l heure est au bilan 4 Chers collègues, L été tire à sa fin, les vacances, pour la plupart d entre nous, sont déjà terminées et nos jeunes sont rentrés en classe.voilà que les devoirs, autant scolaires que professionnels, prennent à nouveau place dans notre agenda. Celui de la Chambre est bien rempli, entre autres avec la tournée du président qui s amorcera dès septembre dans les différentes régions du Québec. Pour connaître la date à laquelle je visiterai votre région, reportez-vous aux pages des «Actualités» de la présente édition. ÉVOLUTION DES TRAVAUX DU COMITÉ MARTINEAU En juin dernier, nous vous diffusions, dans Sécurité financière, la composition du Groupe de travail sur l encadrement du secteur financier, aussi appelé Comité Martineau, du nom de son président. Huit organismes étaient invités, le 19 juin, à faire une présentation devant ce dernier : Commission des valeurs mobilières du Québec (CVMQ), Inspecteur général des institutions financières (IGIF), Association des courtiers et agents immobiliers du Québec (ACAIQ), Régie des rentes du Québec (RRQ), Bureau des services financiers (BSF), Institut québécois de planification financière (IQPF), Chambre de l assurance de dommages (CHAD) et, finalement, Chambre de la sécurité financière (Chambre) étaient du nombre. Nous avons profité de cette occasion pour clarifier notre mission, faire part des forces et constats positifs depuis notre création et proposer des pistes d amélioration pour la structure actuelle du secteur financier et peut-être même du rôle de certains intervenants. Le tout a été consigné par écrit à l intérieur d un mémoire remis à cette même occasion. PLUSIEURS CONSTATS POSITIFS POUR LA CHAMBRE Parmi les constats positifs que nous avons évoqués, mentionnons un encadrement multidisciplinaire qui garantit aux Québécois des régions éloignées l accessibilité à des conseillers compétents et ceci sur une base continue dans le temps ; la gestion efficace et professionnelle des plaintes soumises à l attention du syndic et du cosyndic grâce à un nouveau système de traitement des plaintes multidisciplinaires ; un programme de formation continue des plus efficients ; la mise en place d un portail informatique, qui inclut à la fois notre site corporatif et notre extranet L espace des membres, le tout à la même adresse, soit au l instauration d un service de la vérification des pratiques afin d en accroître la qualité et un service à la clientèle parmi les plus efficaces et accueillants. DES PISTES D AMÉLIORATION En outre, nous avons communiqué au Groupe de travail la pertinence d uniformiser l encadrement des praticiens et fait valoir l importance de mobiliser les professionnels du secteur financier afin de leur faire respecter les plus hautes normes de compétence, tout en éliminant la confusion dans les rôles de chacun. Il va sans dire que nous avons mis en avant-plan l expertise que nous détenons en matière de formation et l expérience que nous possédons au chapitre de l encadrement multidisciplinaire. Aucun ordre professionnel ou organisme ne peut se vanter d encadrer plus d une discipline à la fois. De plus, nous avons suggéré de ramener l inscription et la certification à l individu et non aux cabinets dans le but d éliminer les doubles et triples cotisations. RECHERCHE D UN ÉQUILIBRE Nous croyons que le rôle de la Chambre de la sécurité financière est capital, car il permet non seulement de protéger le public, mais il permet aussi d établir un équilibre professionnel avantageux pour le consommateur. Le représentant qui doit se soumettre aux règles déontologiques avant de respecter les exigences commerciales du marché force ainsi un recul obligatoire et une réflexion sur la qualité des produits et services offerts. Le représentant doit prendre en compte l intérêt du public avant l intérêt commercial, ce qui oblige l industrie à considérer l intérêt du consommateur et à appliquer une éthique de travail sévère. J aimerais vous inviter à prendre connaissance du mémoire que la Chambre a déposé au Groupe de travail sur l encadrement du secteur financier en visitant notre site Web. En terminant, je tiens à souligner la nomination de Rosaire Bertrand, ancien président de l APAVQ, comme ministre délégué responsable de la région de la Capitale-Nationale. À bientôt! Le président, Martin Rochon, A.V.C., Pl. Fin. Conseiller en sécurité financière Conseiller en assurance et rentes collectives Représentant en épargne collective

5

6 PRESIDENT S MESSAGE Regulation of the Financial Sector: Time To take Stock 6 Dear Colleagues, Summer is drawing to a close. For most of us the holidays are over and the children are back at school. Homework, both school work and professional work, is once again entered in the agenda. The Chamber s agenda is quite full given, among other things, the president s tour, starting September, throughout the different Quebec regions. Read the Actualités section in this issue to find out the date I will be visiting your region. PROGRESS OF THE COMITÉ MARTINEAU S WORK In last June s issue of Sécurité financière, we introduced the members of the task force on the regulation of the financial sector, also called the Comité Martineau, after its chairman. Eight organizations were invited, on June 19, to give a presentation before this committee: Commission des valeurs mobilières du Québec (CVMQ), Inspector General of Financial Institutions (IGFI), Association des courtiers et agents immobiliers du Québec (ACAIQ), Régie des rentes du Québec (RRQ), Bureau des services financiers (BSF), Institut québécois de planification financière (IQPF), Chambre de l assurance de dommages (CHAD) and, finally, Chambre de la sécurité financière (Chamber) attended. We took this opportunity to explain our mission, talk of the strengths and the positive results obtained since our creation, and propose means of improving the existing structure of the financial sector and perhaps even the role of certain players. All this was included in a report, which was handed out at the presentation. A NUMBER OF POSITIVE RESULTS FOR THE CHAMBER Some of the positive results we mentioned were the supervision of multiple disciplines to guarantee the availability of skilled advisors to Quebeckers in outlying regions at all times; effective and professional management of complaints submitted to the syndic and the co-syndic thanks to a new system for processing multidisciplinary complaints; a very efficient professional development program; implementation of an Internet portal that includes both our corporate site and our extranet called the Members Area all available at the same address setting up quality control services to enhance quality and an efficient and friendly customer service. SUGGESTIONS FOR IMPROVEMENT We also told the task force that it would be relevant to standardize the supervision of practitioners and that it is important to rally the professionals of the financial sector so that they will observe the very stringent standards regarding skills, while eliminating any confusion about each party s role. Needless to say, we stressed our expertise in professional development and our experience in the supervision of multiple disciplines. No other professional order or organization can boast of supervising more than one discipline at a time. We also suggested that registration and certification be done on an individual basis, not through the firms, in order to do away with double and triple dues. SEARCH FOR BALANCE We believe that the Chambre de la sécurité financière plays a vital role as regards protecting the public and creating a professional balance that benefits consumers. A representative who must observe rules of ethics before meeting market requirements is thus forced to take a step back and think about the quality of the products and services offered. He or she must take into account the public s interests before business interests, thus forcing the industry to consider consumer interests and apply a stringent work ethics. I invite you to read the report the Chamber filed with the task force on the regulation of the financial sector on our web site. In closing, I would also like to underscore the appointment of Rosaire Bertrand, former president of PAQLU, as minister responsible for the Capitale-Nationale region. Til next time! The President, Martin Rochon, R.L.U., Fin. Pl. Financial Security Advisor Advisor in Group Insurance and Group Annuity Plans Group Savings Plan Representative

7 PPI À NUMÉRISER

8 ENTREVUE Portrait de Rosaire Bertrand Un ancien président de l APAVQ, ministre délégué responsable de la région de la Capitale-Nationale par Karine Fortin, journaliste Après 30 ans d une belle carrière dans le domaine de l assurance de personnes, Rosaire Bertrand a réussi son saut en politique provinciale en se faisant élire député de La Malbaie, en Récemment nommé ministre délégué responsable de la région de la Capitale- Nationale, il entend y réaliser de «très grands projets». Mais il ne s agit pas, pour lui, de promettre des infrastructures et de couler du béton. «Je me suis lancé dans l assurancevie, parce que j aimais les gens, parce que j avais envie de les aider. Aujourd hui encore, les personnes sont mon unique préoccupation» souligne-t-il. 8 Rosaire Bertrand a appris jeune à se préoccuper des autres. Dans les années 1930, son père dirigeait une exploitation forestière qui employait une centaine d hommes. Il était assi maire du village de Sainte-Lucie-de-Beauregard dans le comté de Montmagny. «Il y avait continuellement du monde à la maison, des problèmes à régler, un coup de main à donner. Ça a développé mon côté humain». REGARDER L AVENIR AVEC LES CLIENTS Après une décennie au service de l entreprise familiale, il décide de se lancer dans l assurance. «Ça avait l air intéressant. Et puis c était une belle ouverture pour moi puisqu à l époque, les compagnies formaient leur personnel elles-mêmes». Il commence comme agent à Saint-Pamphile-de-l Islet en Rapidement, il se découvre la passion du métier : «Ce que j aimais le plus, c est de côtoyer les gens, de les suivre et d évoluer avec eux. Mes entrevues ne duraient jamais moins de deux heures. On s assoyait et on regardait l avenir ensemble» raconte-t-il. La méthode Bertrand porte ses fruits puisque trois ans à peine après ses débuts, il est recruté comme assistant directeur de la Travellers, à Québec. «C était stimulant, mais je m ennuyais du contact quotidien avec les clients» rapporte-til. Il redevient donc agent pour les Prévoyants du Canada jusqu à ce qu un ami lui propose un partenariat, dans Charlevoix. Pour lui, c est un point tournant : «D abord, je suis passé de l assurance de personnes à l assurance générale. Et puis, j ai eu un coup de foudre pour la région. Je m y suis installé en 1975 et j y vis toujours». PRENDRE LES MOYENS POUR ÉVOLUER Rosaire Bertrand a commencé à faire de la politique bien avant que le Parti Québécois ne le recrute. Pour lui, c est une manière privilégiée de participer à la vie de la communauté. Mais il ne tient pas à agir sous le feu des projecteurs : «Contrairement à mon frère Guy, je n'ai pas toujours rêvé d'être élu au Parlement» rigole-t-il. «Mais je me suis toujours impliqué bénévolement dans les associations d affaires».au mouvement des Jeunes Chambres du Canada français, «Je me suis lancé dans l assurance-vie, parce que j aimais les gens, parce que j avais envie de les aider. Aujourd hui encore, les personnes sont mon unique préoccupation.» d'abord, puis à l Association provinciale des assureurs-vie du Québec (APAVQ), dont il devient le plus jeune président, à 36 ans, en Sa mission : garantir la protection du public en misant sur le développement des compétences. «Dans le temps, les agents ne disposaient que de matériel en anglais! On a demandé - et obtenu - des traductions, des adaptations, de la documentation qui répondaient à nos besoins» rappelle-t-il. À la même époque, l'organisme qu il dirige entreprend aussi de jeter les bases d une certaine uniformisation de la formation professionnelle. Pour faciliter la diffusion de l information, il s attache à créer des liens entre l association et ses membres. À cet effet, il entreprend une tournée des succursales régionales. De son propre aveu, c est l une de ses plus importantes réalisations. «J ai toujours été un gars d équipe, de regroupement, de consensus» souligne-t-il. S ENGAGER POUR LA COLLECTIVITÉ En 1987, Rosaire Bertrand fonde la Chambre de commerce de Charlevoix-Est. L organisme se développe bien, mais son président est sollicité ailleurs. En effet, son dynamisme et son expérience en font un allié précieux pour le Parti Québécois dans la région. Battu aux élections de 1989, il demeure néanmoins très impliqué dans l organisation politique. «J ai véritablement eu la piqûre. En fait, à peine quelques heures après ma défaite, j ai annoncé mon intention de me représenter à la première occasion!» rappelle-t-il. Cinq ans plus tard, le 12 septembre 1994, il fait son entrée à l Assemblée nationale. Depuis, il a participé à toutes sortes de comités et commissions parlementaires. En juin dernier, il a été admis au cabinet comme ministre délégué responsable de la région de la Capitale- Nationale, un territoire délégué qui s étend de La Malbaie à Grondines, sur la rive Nord du Saint-Laurent. «Ma nomination est toute récente. Mon équipe et moi avons déjà des projets. Mais une chose est sûre : je vais continuer à me lever tôt et à me coucher tard pour travailler au bien-être des gens». * L Association provinciale des assureurs-vie du Québec est l ancêtre de l Association des intermédiaires en assurance de personnes du Québec (AIAPQ), qui elle-même s est transformée, dans le cours de la Loi 188, en la Chambre de la sécurité financière.

9

10 ACTUALITÉS 10 LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE ACCUEILLE MARIE-KYM BRISSON NOUVELLE RESPONSABLE DES COMMUNICATIONS ET DES PUBLICATIONS (L. de B.) > Diplômée en sciences politiques de l Université de Montréal et détenant un diplôme des professionnels de la communication des Hautes Études Commerciales, M me Brisson a œuvré, depuis 1995, comme directrice des communications de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes (ACCAP). Incidemment, l industrie de l assurance et la distribution de produits et services financiers ne lui sont pas inconnues. M me Brisson est entrée en fonction le 30 juillet dernier. Toute l équipe de la Chambre tient à lui souhaiter la plus cordiale bienvenue. (L.-D. F.) > PROFITEZ DE VOS ACQUIS! Vous désirez obtenir le titre d assureur-vie certifié ou d assureur-vie agréé mais, comme bien d autres, vous vous dites que vous connaissez et maîtrisez la matière de plusieurs des cours exigés. En effet, les adultes font, en dehors de l école, des apprentissages et accumulent des expériences qu il est nécessaire de faire reconnaître de manière officielle. Eh bien, depuis plus d un an, la Chambre de la sécurité financière a adopté un Programme de reconnaissance des équi-valences. Le candidat doit alors faire son Portfolio, il s agit là d un moyen pour évaluer les savoirs scolaires, quelle que soit la manière dont ils ont été acquis. Par la suite, il soumet son Portfolio en vue d une reconnaissance d équivalences pour des cours. Pour plus de renseignements sur ce programme, nous vous invitons à contacter Louise-Dany Fortin, conseillère à la formation et à la reconnaissance des équivalences au (514) ou au (L. de B.) > TOURNÉE DU PRÉSIDENT Le président de la Chambre de la sécurité financière, Martin Rochon, fera une tournée des différentes régions du Québec cet automne. Il fera le bilan des réalisations de la Chambre depuis sa création et échangera avec vous sur les enjeux actuels. Inscrivez dès maintenant à votre agenda la date à laquelle il visitera votre section. Nouveau-Québec : 19 septembre 2001 Manicouagan : 20 septembre 2001 Beauce-Amiante : 4 octobre 2001 Haute-Yamaska : 9 novembre 2001 Grande-Mauricie : 13 novembre 2001 Laval : 11 décembre 2001 Prenez note que d autres endroits et dates demeurent à confirmer. Nous vous les communiquerons dans notre prochain numéro. (L.-D. F.) > LE CONSEILLER PROFESSIONNEL ET LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES Veuillez prendre note que les prochaines dates pour le cours «Le conseiller professionnel et le développement des affaires» sont : Québec : 12, 19, 26 octobre Montréal : 9, 16, 23 novembre Pour plus d'information, veuillez contacter M. Gilles Beaulne au (514) ou sans frais au Ce cours procure 21 UFC. (V.L.) > AVIS AUX REPRÉSENTANTS AYANT UNE DOUBLE CERTIFICATION! Votre client, résident québécois et heureux fonctionnaire fédéral, vous manifeste l intention de remplacer sa police d assurance-vie et désire vous rencontrer. Vous êtes certifié au Québec et en Ontario, ce qui vous permet de poser des gestes à titre de représentant, tant sur le territoire québécois qu ontarien. Vous avez rendez-vous au bureau de votre client. Hélas! Au moment de la rencontre, vous constatez que vous disposez que de formulaires de remplacement publiés par l association ontarienne. Vous remplissez tout de même le formulaire, en remettez copie à votre client et l acheminez ensuite aux assureurs respectifs. Plusieurs représentants ont adopté cette pratique qui est, pour le moins que l on puisse dire, illégale! Attention! N oubliez pas que votre client est d abord et avant tout résident québécois. Ainsi, à la lumière de la Loi sur la distribution de produits et services financiers et ses règlements, vous avez l obligation de signer la police dans la province du Québec, à défaut de commettre une infraction. Par ailleurs, rappelez-vous que vous avez aussi l obligation d utiliser les formulaires de préavis de remplacement fournis par le Bureau des services financiers.

11 (L. de B.) > LE SITE INTERNET DE LA CHAMBRE DE L INFO CONTINUELLEMENT MISE À JOUR! Prenez le temps de visiter régulièrement notre site au Une multitude de renseignements s y trouvent, de nouvelles sections ont fait leur apparition et des rubriques spéciales s ajoutent au gré des actualités qui vous concernent. Si vous n êtes toujours pas abonné à L espace des membres, notre extranet, hâtez-vous de le faire. Il s agit là d un outil pratique et convivial pour consulter gratuitement votre dossier UFC de même que le répertoire des activités de formation accréditées par la Chambre et celles de l Institut québécois de planification financière. > SAVIEZ-VOUS QUE Les Canadiens qui occupent un emploi et qui ont accès à Internet au travail naviguent pour des fins personnelles sur les heures de travail en moyenne 1,7 heure par semaine (courrier électronique, recherche d information). Seulement 17 % des Canadiens qui ont un emploi et accès à Internet affirment ne pas naviguer sur Internet pour des fins personnelles sur les heures de travail. Soulignons qu on ne remarque aucune différence significative entre les provinces canadiennes. Source : Tendances Marketing, Léger Marketing, juin (L. de B.) > MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OU LA CHAMBRE EN MATIÈRE DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT? La Loi 188 prévoit qu'au Québec c'est la Chambre de la sécurité financière qui détient la responsabilité d'encadrement des représentants qui vendent des fonds communs de placement (c'est-à-dire ceux qui ont un permis à exercice restreint en épargne collective). Dans bon nombre des autres provinces canadiennes, c'est la Mutual Fund Dealers Association (MFDA), un organisme d'autoréglementation, qui a été reconnue pour exercer cette juridiction à l'égard des cabinets et de leurs représentants de ce secteur d'activité. Comme certaines firmes ouvrent à la fois au Québec et dans d'autres provinces canadiennes, la MFDA exige de celles-ci que tous leurs représentants signent le formulaire d'engagement (Agreement of approved persons), y compris ceux du Québec. En fait, le choix d'adhérer aux règles du MFDA pour les opérations se déroulant au Québec devrait demeurer un choix volontaire de la part du cabinet et de ses représentants. Sachez, par ailleurs, qu'en cas de conflit, ce sont évidemment les règles du Québec qui prévalent, celles du Bureau des services financiers et de la Chambre de la sécurité financière. (L. de B.) LE CONGRÈS DE LA FORMATION CONTINUE Visitez notre site internet > SSQ DEVIENT SSQ GROUPE FINANCIER Avec un million d'assurés, SSQ Groupe financier est un chef de file en assurance collective et un acteur en pleine ascension dans les domaines des produits d'investissement et retraite. L'entreprise à caractère mutualiste détient trois filiales actives dans les secteurs des assurances générales (SSQ, Société d'assurances générales inc.), de la gestion immobilière (SSQ, Société immobilière inc.) et de la gestion de fonds (Financière Valorem inc.). Ces trois filiales sont désormais réunies sous l'appellation SSQ Groupe financier. > DÉCÈS DE GILLES GADOUA Certaines personnes font un passage remarqué d autres moins Quant à lui, Gilles Gadoua était issu d une classe à part; celle des êtres exceptionnels, de ceux qui savent faire la différence! Un professionnel de grande envergure dont les qualités humaines furent remarquées et appréciées. En apprenant cette triste nouvelle, le président de la Chambre de la sécurité financière, M. Martin Rochon, a dit conserver le souvenir «d un pionner qui, malgré l usure du temps, a su demeurer un visionnaire». Décédé à l âge de 68 ans au terme d une courte maladie, le fondateur de l Agence G. Gadoua a largement contribué à l évolution de notre profession. C est avec un profond respect que nous souhaitons aux membres de sa famille et à son entourage nos plus sincères condoléances. L Agence G. Gadoua est désormais sous la direction d Esther Gadoua et Yves Gosselin. > ERRATUM Dans l édition de juin 2001, dans la chronique «Développement professionnel», en page 17, vous auriez dû lire que l auteur se prénomme Jean-Marc Lemieux et non Jean-Pierre Lemieux. Toutes nos excuses. Finances & assurances 10, 11 ET 12 OCTOBRE 2001 À ST-HYACINTHE 11

12 CHRONIQUE ANALYSE Fonds communs de placement ou fonds distincts? par Pierre Brunette, A.V.A., M. fisc., Conseiller en sécurité financière 12 D epuis 1998, l implication des sociétés de gestion de fonds communs de placement dans la mise en marché des fonds distincts a finalement permis à ces derniers de faire connaître le succès qu ils méritent depuis leur conception par les sociétés d assurance de personnes au début des années 60! En fait, si les sociétés de gestion de fonds communs de placement s y sont intéressées et en font maintenant la promotion, c est que les fonds distincts viennent combler des lacunes importantes des fonds communs de placement. Le fait de pouvoir joindre les deux produits rend le produit final beaucoup plus attrayant pour un des segments les plus importants du grand public : les investisseurs conservateurs. Dans cet article, nous tenterons de différencier «fonds communs de placement» et «fonds distincts» pour démontrer par la suite que chacun répond à des types différents d investisseurs et que, joints sous une seule et même enveloppe, ils peuvent répondre aux besoins d un plus grand nombre. Lorsque des individus se regroupent et versent des sommes d argent dans un fonds pour faire l acquisition de titres de placement (actions, obligations, immeubles, matières premières, etc.) qui seront gérés par des gestionnaires professionnels, nous sommes en présence d un «fonds commun de placement». Chaque investisseur reçoit un nombre d unités qui représentent sa part dans le capital total du fonds. Les titres acquis par les gestionnaires varieront en valeur dans le temps selon les résultats obtenus par les titres choisis, ce qui se reflétera dans la valeur des unités de chaque investisseur du fonds. La force des «fonds communs de placement» est leur promesse de gains importants dans le futur, leur faiblesse est le manque de garantie, non seulement sur les profits futurs, mais aussi sur le capital investi. C est ici que les «fonds distincts» viendront s agencer aux «fonds communs de placement» en offrant des garanties de valeur au décès et à certaines dates d échéance. Les «fonds distincts» ne sont offerts que par les sociétés d assurance de personnes, ils sont largement comparables aux «fonds communs de placement» dans leur fonctionnement de base. La principale différence est qu au lieu d acquérir des unités de participation dans un fonds quelconque, l investisseur fait l acquisition d un contrat de rente auprès d un assureur. Ce contrat devient alors la clé de voûte d un produit qui allie promesse de gains supérieurs et garantie de retour du capital à échéance ou au décès. En effet, les contrats de rente qui sont investis dans des «fonds distincts» offrent des avantages et des garanties qu il est impossible d obtenir avec un «fonds commun de placement». La plupart des contrats de rente garantissent au rentier le retour de 75 % à 100 % de la valeur de ses dépôts après une période d investissement continue, habituellement dix ans. Le rentier peut même, à plusieurs reprises, bloquer les gains réalisés par les placements des «fonds distincts» à l intérieur du contrat de rente s il accepte, chaque fois, de réinitialiser sa période de garantie de dix ans. La garantie au décès du rentier est rarement de moins de 100 % des montants déposés dans le contrat de rente. Bien entendu, les retraits effectués du vivant du rentier seront réduits des garanties de valeur. Mis à part ces garanties du vivant ou, au décès du rentier, le fait qu il s agisse d un contrat de rente permet éventuellement (après une période d une à cinq années) de rendre les fonds investis «insaisissables» si un bénéficiaire qualifié est nommé au contrat. Cet aspect unique des rentes qui sont investies dans les «fonds distincts» des assureurs est très intéressant pour les professionnels et les travailleurs autonomes qui sont sujets à des poursuites onéreuses. De plus, en nommant un bénéficiaire des fonds investis dans la rente, les fonds ne feront pas partie de la succession du rentier et seront versés au bénéficiaire sans délai ou tracasseries administratives. Les avantages des «fonds distincts» ne viennent pas sans coûts, ces arrangements de rente peuvent exigés jusqu à 1% de frais annuels supplémentaires pour couvrir les coûts des garanties. Les «fonds distincts» répondent donc aux besoins des personnes conservatrices ou retraitées qui ne veulent prendre aucun risque, mais souhaitent pouvoir réaliser des gains importants en investissant dans des titres boursiers. La rente qui est investie dans des «fonds distincts» offre des garanties qui leur permettent de survivre en toute quiétude aux soubresauts des marchés boursiers. Elle répond aussi aux besoins des personnes qui souhaitent obtenir une protection contre d éventuels créanciers ou qui souhaitent laisser certains fonds à un bénéficiaire particulier sans y impliquer leur succession. Par contre, les «fonds communs de placement» répondront mieux aux besoins des personnes plus jeunes qui ne se soucient aucunement des mouvements des marchés à court ou à moyen terme. Ces personnes ne ressentent pas le besoin de payer des frais annuels supplémentaires pour garantir leurs investissements, les protéger contre des créanciers éventuels ou de les canaliser à un bénéficiaire en particulier. Compte tenu des avantages offerts par les «fonds distincts», peut-on maintenant se surprendre que les gestionnaires de «fonds communs de placement» s associent à des sociétés d assurances de personnes pour obtenir une part de marché plus importante puisqu elle inclut maintenant les investisseurs conservateurs?

13 Placements Québec. Des solutions intelligentes pour la portion sécuritaire d un portefeuille. Placements Québec répond aux besoins de vos clients en offrant une gamme de produits flexibles, rentables et sécuritaires. Un capital garanti à 100 %, sans égard aux limites de $ et de 5 ans prévues par l assurance-dépôts et ce, sans aucuns frais d administration. ÉPARGNE FLEXI-PLUS Idéale pour gérer les liquidités : accès en tout temps aux fonds. Taux d intérêt variable en fonction du marché et progressif selon les sommes accumulées. Montant minimum d achat de 100 $. OBLIGATIONS À TAUX PROGRESSIF Taux progressifs garantis pour chacune des dix prochaines années. Remboursables chaque année, sans pénalité, à leur date anniversaire. Montant minimum d achat de 500 $. Tous les produits d épargne Placements Québec sont admissibles aux REER, FERR, CRI et FRV. Boni de1% la première année pour les nouveaux fonds enregistrés Pour équilibrer le portefeuille de vos clients avec les Solutions Épargne Placements Québec, contactez l un de nos agents d investissement du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h Pour la région de Québec composez le Choisir l option 7. LES SOLUTIONS EPARGNE Placements Québec

14 DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL DEUX NOUVELLES FORMATIONS SUR CD-ROM Le Fonds de développement professionnel et la Chambre de la sécurité financière sont fiers de vous présenter deux nouvelles formations sur CD-ROM : «L utilisation d Internet pour les professionnels en services financiers». L UTILISATION D INTERNET POUR LES PROFESSIONNELS EN SERVICES FINANCIERS Un outil de formation des plus convivials qui vous permettra de maximiser l utilisation d Internet dans votre travail de tous les jours. Il sera surtout utile au représentant moins familier avec l utilisation d Internet. SON CONTENU : Bien démarrer avec Internet Explorer 5 Introduction à Internet Explorer 5.0 Se connecter à Internet Découvrir l écran de travail d Internet Explorer 5.0 Naviguer sur le Web (adapté à la Chambre de la sécurité financière) Utiliser les favoris Utiliser le Web Enregistrer une page Web (adapté à la Chambre de la sécurité financière) Rechercher sur Internet (adapté à la Chambre de la sécurité financière) Les moteurs de recherche «AltaVista» et «Yahoo» La messagerie Découvrir l écran de travail d Outlook Express Envoyer un message électronique Lire et répondre à un message Les fichiers accompagnant un message Cette formation à distance procure trois UFC pour la Chambre et trois UFC de Niveau 3 IQPF. Pour obtenir ces UFC, vous devez nous retourner le questionnaire et le sondage et avoir la note de passage. LA FISCALITÉ DU PARTICULIER Les sujets qui sont traités dans cette formation sont les étapes de la préparation de la déclaration de revenus du particulier, les notions de revenus de placement, les conséquences fiscales au décès et d autres concepts reliés à la fiscalité du particulier. Cette formation sera surtout utile aux représentants qui ont moins d expérience. Comme cette matière peut être aride, nous espérons que cette approche interactive vous permettra d acquérir rapidement ces contenus. Nous avons conçu cette formation avec une approche pédagogique la plus intéressante possible. Cette formation à distance procure neuf UFC pour la Chambre (au moment de la rédaction de cet article, nous étions en attente de la décision de l IQPF pour le Niveau 2). Pour obtenir ces UFC, vous devez nous retourner le questionnaire et avoir la note de passage. Cette matière sera également disponible en ligne sur Internet. Surveillez la promotion pour la version en ligne dans les prochaines revues. Pour plus de renseignements, veuillez contacter notre agent d information au (514) ou au BON DE COMMANDE L UTILISATION D INTERNET Coût spécial pour les membres certifiés en assurance de personnes (dont accident-maladie) et assurance collective de personnes : 15 $ (taxes incluses) Coût pour toutes autres personnes intéressées : 40 $ (taxes incluses) LA FISCALITÉ DU PARTICULIER Coût spécial pour les membres certifiés en assurance de personnes (dont accident-maladie) et assurance collective de personnes : 50 $ (taxes incluses) Coût pour toutes autres personnes intéressées : 100 $ (taxes incluses) Nom : Prénom : N o de certificat du BSF (obligatoire) : N o téléphone : Adresse de retour : Je désire recevoir le CD-ROM de la formation L utilisation d Internet pour les professionnels en services financiers Je désire recevoir le CD-ROM de la formation La fiscalité du particulier Modalités de paiement Chèque Mandat Carte de crédit acceptée Visa Master Card N o de carte : Date d expiration : Signature : Retournez à : Chambre de la sécurité financière, 500, rue Sherbrooke Ouest, 7 e étage, Montréal (QC) H3A 3C6 ou par télécopieur au (514)

15 MIEUX QU INVESTIR SURINVESTIRMC LEVIER CRÉATEUR DE RICHESSE Mythes et incompréhension ont longtemps empêché les investisseurs de profiter de l un des plus puissants outils de création de la richesse : l effet de levier, soit l utilisation de l argent de quelqu un d autre. Une solution s offre à l investisseur qui sait gérer l impôt : nous l appelons SURINVESTIR. Une stratégie simple de création de la richesse qui montre comment emprunter prudemment pour investir et accélérer la croissance des portefeuilles. En surinvestissant dans le cadre de la philosophie éprouvée d AIC, qui se résume sans complications en «Acheter. Conserver. S enrichir.», l investisseur se positionne pour amplifier ses rendements à long terme, et accélère sa création de richesse. Les mythes doivent-ils bloquer la route pour s enrichir? Donnez l heure juste à vos clients. Parlez-leur des avantages et des risques de l effet de levier. Demandez immédiatement votre trousse SURINVESTIR à votre équipe des ventes régionale AIC, appelez-nous au ou visitez Les fonds communs de placement peuvent être sujets à des commissions, des commissions reportées, des frais de gestion et d autres charges. Avant d investir, veuillez lire le prospectus simplifié. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, la valeur de leurs parts change fréquemment et la performance passée peut ne pas se reproduire. MD/MC AIC Limitée

16 INTERVIEW Portrait of Rosaire Bertrand Former President of PAQLU, Minister Responsible for the Capitale-Nationale Region par Karine Fortin, journalist After 30 full years working in the field of insurance of persons, Rosaire Bertrand entered provincial politics when he was elected deputy of La Malbaie in As the recently appointed minister responsible for the Capitale-Nationale region, he has great plans. But, in his case, it s not a matter of promising infrastructures and pouring cement. I got into life insurance because I liked people, because I wanted to help them. Even today, people are my only concern, he pointed out. 16 At a young age, Rosaire learned to care for others. In the 30s, his father headed a logging operation that employed some one hundred men. He was also mayor of Sainte-Lucie-de- Beauregard, a village in the Montmagny county. There were always people in the house, problems to solve, people in need of a helping hand. This developed my human side. LOOKING AT THE FUTURE WITH CLIENTS After some ten years working in the family business, Rosaire decided to start a career in insurance. It seemed interesting. Plus it was a good opening for me since, at the time, the companies themselves were training their personnel. He started out as agent in Saint-Pamphile-de-l Islet in He quickly discovered his passion for the job. What I liked most was being with people, following them over the years and growing with them. My interviews never lasted less than two hours. We would sit down and look at the future together, he said. The Bertrand method worked since after just three years in the business, he was recruited as assistant manager at Travellers, in Quebec City. It was stimulating, but I missed the daily contact with my clients, he said. So he joined the Prévoyants du Canada as agent, until a friend suggested a partnership, in Charlevoix. For him, this was a turning point. First, I went from insurance of persons to general insurance. Then I fell in love with the region. I moved there in 1975 and I ve been there ever since. TAKING THE MEANS TO GROW Rosaire was involved in politics long before the Parti Québécois recruited him. For him, it s the best way of taking part in community life. But he doesn t want to be in the spotlight. Unlike my brother Guy, I didn t always want to be in politics, he joked. But I was always involved in business associations as a volunteer. First in the Jeunes Chambres du Canada français, then in the Provincial Association of Quebec Life Underwriters (PAQLU), 1 of which he became the youngest president, at age 36, in I got into life insurance because I liked people, because I wanted to help them. Even today, people are my only concern. Its mission: to guarantee consumer protection by focusing on skills development. At the time, agents only had English material! We asked for and got translations, adaptations, of the documentation that met our needs, he remembered. Also at that time, the organization he headed was laying the groundwork for a certain standardization of professional training. To make the circulation of information easier, he worked towards creating ties between the association and its members. To that end, he toured the regional branches. He admitted that this was one of his greatest achievements. I always was a team player, a believer in groups, consensus, he stated. INVOLVEMENT IN THE COMMUNITY In 1987, Rosaire founded the Chambre de commerce de Charlevoix-Est. The organization was doing well, but its president was needed elsewhere. His dynamic nature and his experience made him a valuable ally for the Parti Québécois in the region. Defeated in the 1989 elections, he remained nevertheless very involved in the political organization. I was really bitten. Indeed, just a few hours after my defeat, I announced that I intended to run again at the next opportunity! he recalled. Five years later, on September 12, 1994, he entered the National Assembly. Since then, he has taken part in all sorts of parliamentary committees and commissions. Last June, he was admitted to the cabinet as minister responsible for the Capitale-Nationale region, an area that extends from La Malbaie to Grondines, on the north shore of the Saint Laurence River. My appointment is quite recent. My team and I have plans. But one thing is certain: I will continue to get up early and go to bed late, working for the people s well-being. 1 The Provincial Association of Quebec Life Underwriters is the ancestor of the Association des intermédiaires en assurance de personnes du Québec (AIAPQ), which, with the adoption of Bill 188, became the Chambre de la sécurité financière.

17 DOSSIER Les Québécois jouent avec leur sécurité par Jeanne Morazain, journaliste L es Québécois sont insuffisamment protégés, particulièrement en assurance-vie et en assurance invalidité. Et ce n est pas faute de choix : des produits, il y en a pour tous les goûts et toutes les situations ou presque. D autant que la vive concurrence entre les assureurs maintient les prix dans une fourchette raisonnable. En 2000, 83 % des ménages québécois détenaient une assurance-vie, soit à titre individuel, soit par l intermédiaire d un groupe. C est beaucoup plus que dans le reste du Canada. Toutefois, le capital assuré est nettement inférieur à celui souscrit par les résidents des autres régions canadiennes (voir Tableau 1). Et c est là que le bât blesse. «De façon générale, la couverture n est pas adéquate, le capital assuré n étant pas suffisant pour maintenir le niveau de vie de la famille advenant le décès du détenteur de la police», soutient le planificateur financier, Martin Poitras, du cabinet Poitras, Larue, Rondeau, à Montréal. Nancy Fredette, conseillère en sécurité financière, des Services financiers Boucher Fredette, à Granby, partage cet avis : «Il est rare que les gens qui disposent d un revenu familial inférieur à $ souscrivent le montant établi lors de l analyse des besoins.» UNE QUESTION DE PERSPECTIVE... Ainsi, les ménages québécois n auraient tout simplement pas les moyens de se payer une protection appropriée. Madeleine Plamondon, directrice-fondatrice du Service d aide au consommateur, croit qu ils pourraient mieux répondre à leurs besoins tout en restant dans les limites de leur budget : «Actuellement, les gens bâtissent leur portefeuille d assurances en réponse à des sollicitations, et Dieu sait qu elles sont nombreuses! Ils se retrouvent avec un produit qui répond en partie à ce qu ils veulent mais qui, sous certains aspects, dédouble ce qu ils ont déjà ou ajoute une protection dont ils n ont pas besoin». Madeleine Plamondon déplore également que, trop souvent, les analyses de besoins «[ ] ne tiennent pas compte de tous les éléments : l ensemble des actifs détenus, ce qui est offert par l état ou l employeur, les garanties particulières en vigueur, les produits spécialisés tels ceux liés au crédit par exemple. Trop de conseillers sont centrés sur les produits plutôt que sur les désirs et la situation du client.» Martin Poitras abonde dans le même sens : «La perspective doit être globale et même évolutive. L analyse doit considérer l ensemble des obligations et des objectifs du client, l hypothèque à payer comme le REER à garnir, la situation présente mais aussi son évolution prévisible à moyen et long termes. Le portefeuille d assurances doit coller aux besoins de l individu à chacune des étapes de sa vie.» Madeleine Plamondon invite même l industrie de l assurance à concevoir une plateforme de base sur laquelle l assuré pourrait greffer des garanties en fonction de l évolution de ses besoins «sans perdre ses acquis et être obligé de se requalifier constamment.» ET DE CULTURE Au-delà de l analyse des besoins, il y a les choix qui font les consommateurs. Les Québécois se distinguent du reste du Canada, ce qui expliquerait en partie les écarts quant au capital assuré. «Au Québec, il se vend plus d assurance individuelle que d assurance collective et plus d assurance permanente que d assurance tempo- 17

18 DOSSIER 18 raire, nous dit Yves Millette, viceprésident de l Association canadienne des compagnies d assurance de personnes (ACCAP). Les Québécois sont très sensibles à la composante épargne, contrairement aux Ontariens qui mettent davantage l accent sur le montant de la protection.» De son côté, Nancy Fredette a observé que les gens préfèrent Yves Millette «souscrire une assurance permanente avec prime limitée plutôt que d augmenter le capital assuré et de payer plus longtemps.» L assurance-vie universelle (VU) indexée est de loin le produit individuel d assurance-vie le plus vendu depuis quelques années. Cette popularité reflète le désir des Québécois de jumeler assurance et épargne. Elle inquiète toutefois Martin Poitras : «Je ne suis pas certain que ce soit toujours la meilleure façon de répondre aux besoins du client. La VU, faut-il le rappeler, doit venir après le règlement de l hypothèque et la contribution maximale au REER. Certains représentants, certaines compagnies ont peut-être tendance à l oublier; c est payant de vendre une assurance-vie universelle!» VERS L ASSURANCE POUR MIEUX VIVRE La VU n est pas le seul produit vedette sur le marché de l assurance-vie. Même si elles ne représentent encore qu une faible proportion des ventes, l assurance soins prolongés et l assurance contre les maladies critiques gagnent du terrain. «Le vieillissement de la population entraîne un déplacement des sommes consacrées à l assurance-vie vers des produits différents visant à améliorer la qualité des années de vie gagnées grâce à une longévité accrue», reconnaît Yves Millette. Le marché de l assurance-vie traditionnelle risque d être grugé par ces nouveaux produits. «Déjà, note Nancy Fredette, des clients réduisent la composante assurancevie de leur contrat en échange de la possibilité de disposer d une partie du capital assuré de leur vivant.» Martin Poitras, qui a aussi une formation en droit, se méfie de l assurance contre les maladies critiques : «À moins que les définitions et garanties du contrat ne soient très explicites, c est une bombe à retardement : il risque d y avoir de nombreux litiges autour de la définition de ce qu est une condition critique.» L ASSURANCE INVALIDITÉ NÉGLIGÉE C est bien beau de se donner les moyens de faire face aux maladies du vieil âge, encore faut-il assurer ses arrières en cas d invalidité. Selon l ACCAP, un homme âgé de vingt ans court trois fois plus de risques de souffrir d invalidité durant au moins 90 jours que de décéder avant d atteindre l âge de 65 ans. Or, seulement «À moins que les définitions et garanties du contrat ne soient très explicites, c est [les maladies critiques] une bombe à retardement : il risque d y avoir de nombreux litiges autour de la définition de ce qu est une condition critique.» - Martin Poitras Nancy Fredette 13 % des Québécois souscrivent une assurance invalidité individuelle. À noter que c est deux fois plus qu en Ontario où, en revanche, l assurance santé collective qui, dans bien des cas offre une protection en cas d invalidité, est plus répandue (voir Tableau 2). Les professionnels, les gens d affaires et les travailleurs autonomes, dont le nombre est en forte progression, sont conscients de la nécessité de souscrire une assurance invalidité. Martin Poitras regrette toutefois qu ils se contentent trop souvent de produits bas de gamme. Seuls ceux dont les revenus sont supérieurs à $ se permettent un produit fixe garanti jusqu à 65 ans, constate pour sa part Nancy Fredette. TABLEAU 1 LES MÉNAGES CANADIENS ET L ASSURANCE-VIE RÉGION % DES MÉNAGES ASSURÉS CAPITAL MOYEN ASSURÉ (EN $) ASS. IND. ASS. COLL. TOUT TYPE ASS. IND. ASS. COLL. TOUT TYPE Atlantique 50 % 53 % 73 % Québec 67 % 56 % 83 % Ontario 55 % 52 % 76 % Man./Sask. 42 % 50 % 71 % Alberta 45 % 50 % 70 % Col. Brit. 41 % 45 % 63 % Source : Canadian Life Insurance Ownership Study in 2001 Trends in Canada, LIMRA International.

19 Bien des Québécois dorment sur leurs deux oreilles alors qu ils devraient s inquiéter. Parce qu ils sont admissibles à l assurance emploi et que leur employeur offre une assurance collective complémentaire comportant une clause d invalidité, ils se croient à l abri. Or, bien des contrats collectifs, particulièrement dans les PME, couvrent uniquement l invalidité de la fin des prestations d assurance emploi jusqu à deux ans. Passé ce seuil, le salarié se retrouve devant rien. «Bien des employés auraient intérêt à relire leur contrat d assurance collective», insiste Nancy Fredette. LA TENDANCE AU SUR MESURE Dernier élément du portefeuille d assurances personnelles, l assurance santé complémentaire, «celle qu on laisse tomber en premier quand on n a pas accès à une assurance collective», fait remarquer Nancy Fredette, qui note également que trop de gens la confondent avec l assurance médicaments obligatoire. En plus d être coûteuse, l assurance santé complémentaire individuelle n offre pas la même flexibilité que l assurance collective où les assurés bénéficient d un menu d options à la carte, parfois très élaboré. «Le forfait personnalisé commence seulement à être offert sur une base individuelle, constate Yves Millette. On met notamment en marché des clones de l assurance collective pour les travailleurs autonomes. À noter également l apparition de produits spécialisés couvrant des besoins particuliers (assurance crédit, assurance voyage, etc.) pendant de courtes périodes.» «la présence de plusieurs produits concurrentiels maintient les primes à un niveau acceptable. Même que le coût moyen a baissé au cours de la décennie» - Yves Millette ÊTRE BIEN INFORMÉS POUR MIEUX SE PROTÉGER La notion de sur mesure renvoie à la case départ : l analyse de besoins. Difficile en effet de se donner une protection qui ne soit pas approximative lorsque l analyse des besoins est déficiente. D où l importance qu elle soit confiée à des représentants bien formés qui placent l assuré au cœur de leurs préoccupations. Il faut donc se réjouir de l obligation de formation continue faite aux représentants tout en espérant, avec Madeleine Plamondon, qu elle ne se transforme pas en «courses aux unités de formation, sans souci d aller chercher ce qui sert le mieux les consommateurs.» Enfin, un assuré bien informé, qui comprend ce qui lui est proposé, a plus de chance d être adéquatement protégé. C est pourquoi la militante de Shawinigan réclame plus que jamais des contrats clairs et l entrée en vigueur de l article 28 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers qui stipule que le représentant doit «avant la conclusion d un contrat d assurance, décrire le produit au client, lui préciser la nature des garanties et lui indiquer clairement les exclusions de garanties.» Des consommateurs conscients de leurs besoins particuliers et en possession de toutes les informations pertinentes, une gamme diversifiée de produits flexibles offerts à des prix raisonnables, des représentants qualifiés favorisant une approche client, voilà les ingrédients que l industrie des assurances de personnes doit réunir pour convaincre chaque Québécois de s assurer adéquatement en se donnant, à chaque étape de sa vie, la protection qui colle le mieux à sa situation et à ses objectifs. Cette tendance à concevoir des produits souples ou spécialisés qui permettent à l assuré de se donner une protection sur mesure touche l ensemble de l industrie des assurances de personnes. Parallèlement, affirme Yves Milette, «la présence de plusieurs produits concurrentiels maintient les primes à un niveau acceptable. Même que le coût moyen a baissé au cours de la décennie surtout à cause des réductions consenties aux nonfumeurs. TABLEAU 2 LES MÉNAGES CANADIENS ET L ASSURANCE SANTÉ RÉGION ASS. SANTÉ. ASS. DENTAIRE ASS. INVALIDITÉ ASS. SOINS ASS. MALADIES COMPL. COLLECTIVE COLLECTIVE INDIVIDUELLE PERSONNELLE CRITIQUES 19 Atlantique 41 % 35 % 7 % 7 % 2 % Québec 33 % 26 % 13 % 14 % 1 % Ontario 44 % 41 % 6 % 7 % 3 % Man./Sask. 34 % 34 % 10 % 9 % 4 % Alberta 43 % 41 % 11 % 7 % 5 % Col. Brit. 44 % 42 % 11 % 10 % 5 % Source : Canadian Life Insurance Ownership Study in 2001 Trends in Canada, LIMRA International.

20 REQUALIFICATION EN ASSURANCE ET RENTES COLLECTIVES CHRONIQUE Requalification en assurance et rentes collectives : trois options Les règles qui s appliqueront pour la requalification en assurance et rentes collectives Pour déterminer les règles qui s appliqueront au 19 juillet 2002, le Bureau des services financiers a formé un comité de travail composé de représentants de la Chambre de la sécurité financière et de l industrie. Rapidement, ces différents partenaires ont élaboré un consensus. Les représentants pourront se requalifier de trois manières différentes. Les trois options sont les suivantes : Réussir les examens administrés par le Bureau Participer à une formation structurée accréditée par le Bureau : 18 heures en assurance collective 12 heures en rentes collectives Faire la preuve que vous avez déjà suivi et réussi des cours équivalents ou supérieurs à la formation structurée. L implication de la Chambre de la sécurité financière et du Fonds de développement professionnel Pour soutenir les représentants qui choisiront cette option, dès l automne 2001, la Chambre et le Fonds, après l accréditation du Bureau, rendront accessibles, partout au Québec, deux formations structurées. Chacune des formations sera divisée en deux parties. Pour la première partie, le représentant recevra un document équivalant à six heures d étude, comprenant une autoévaluation qui sera remise à la Chambre. La deuxième partie se déroulera en salle et se terminera également par une autoévaluation. En assurance collective : Il s agira de deux jours de formation. En rentes collectives : Il s agira d une journée de formation. Ces deux formations procureront des unités de formation continue (UFC). 20 Il vous sera possible de vous requalifier, soit en assurance collective, soit en rentes collectives ou dans les deux. Les trois options 1. Pour ceux et celles qui ont l ensemble des compétences requises, vous pouvez vous présenter aux examens administrés par le Bureau Le représentant qui choisira cette option devra réussir un examen (ou deux, selon le cas) conçu par le Bureau. En cas d échec, le représentant pourra choisir l option deux, soit la formation structurée. L implication de la Chambre de la sécurité financière et du Fonds de développement professionnel Pour soutenir les représentants qui choisiront cette option, dès l automne 2001, la Chambre et le Fonds rendront disponible un document dont les contenus les aideront à réussir l examen. Ce document accordera des unités de formation continue (UFC). 2. Participer à une formation structurée accréditée par le Bureau Le représentant qui choisira cette option devra suivre une formation de 18 heures en assurance collective et de 12 heures en rentes collectives. Pour tout organisme désirant offrir de telles formations, le contenu et la méthode d évaluation devront être reconnus par le Bureau. Une attestation sera délivrée aux participants, qui devront la remettre au Bureau pour renouveler leur certificat. 3. Faire la preuve que vous avez déjà suivi et réussi des cours équivalents ou supérieurs à la formation structurée Le Bureau détermine les cours équivalents en assurance collective et en rentes collectives. Le représentant qui pourra démontrer qu il a suivi et réussi ces cours pourra renouveler son certificat. La Chambre a, en outre, présenté au Bureau la pertinence de reconnaître de facto les membres ayant déjà obtenu le titre d assureur-vie certifié ou d assureur-vie agréé afin qu ils maintiennent leur droit acquis en assurance et rentes collectives de personnes. En assurance collective : Le Bureau a accepté que tous les A.V.C. et A.V.A. soient requalifiés automatiquement par équivalences. En rentes collectives : Le Bureau a accepté que tous les A.V.C. et A.V.A. ayant suivi leurs cours sous l AIAPQ, donc après 1989, soient requalifiés automatiquement par équivalences. Nous n avons pu démontrer que les cours suivis par les A.V.A., avant 1989, contenaient suffisamment de matière traitant de rentes collectives pour donner le droit à une équivalence. Les A.V.A. ayant obtenu ce titre à cette époque (il s agissait du programme canadien) devront, s ils désirent se requalifier, choisir l option un ou deux. Notons que le titre A.V.C. n existait pas à cette époque. Dans les deux cas, c est-à-dire en assurance et en rentes collectives, les représentants ayant suivi des cours menant à ces titres, mais qui n ont pas terminé le programme, pourront, dans certains cas, se faire reconnaître des équivalences. Le Bureau publiera prochainement la liste des cours reconnus et la procédure à suivre pour en faire reconnaître d autres.

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont UN VRAI STATUT pour l assurance collective Les conseillers en sécurité financière qui veulent continuer à vendre de l assurance collective ont jusqu en juillet 2002 pour se requalifier auprès du Bureau

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag STORE IN BEETON, RFP# 2014-110 BEETON retailers in Beeton. The Liquor Control Board of Ontario () is seeking a responsible, customer-focused retailer to operate an Agency store in Beeton. To qualify, the

Plus en détail

Report to the Executive Committee

Report to the Executive Committee Report to the Executive Committee Seniors Project Toronto-Paris (May and October 2009) Forty four low income seniors will participate in this project in 2009. Twenty two Toronto seniors will go to Paris

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES Claude-André Guillotte Directeur, IRECUS Université de Sherbrooke Claude-Andre.Guillotte@USherbrooke.ca Karen Miner Directrice générale Co-operative

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles G u i d e Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles I - INTRODUCTION À la suite de l entrée en vigueur de la Loi sur la distribution de produits et services financiers

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Gestion de placement privée CI Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Un programme d investissement complet et sophistiqué, aussi unique que vous l êtes. Gestion de placement privée

Plus en détail

Compléter le formulaire «Demande de participation» et l envoyer aux bureaux de SGC* à l adresse suivante :

Compléter le formulaire «Demande de participation» et l envoyer aux bureaux de SGC* à l adresse suivante : FOIRE AUX QUESTIONS COMMENT ADHÉRER? Compléter le formulaire «Demande de participation» et l envoyer aux bureaux de SGC* à l adresse suivante : 275, boul des Braves Bureau 310 Terrebonne (Qc) J6W 3H6 La

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2011 Desjardins Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Desjardins Sécurité financière offre une

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Vous êtes membre. Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme

Vous êtes membre. Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme Vous êtes membre Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme d autoréglementation, la Chambre est là pour protéger le public, mais aussi pour contribuer

Plus en détail

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride Mission commerciale Du 29 septembre au 2 octobre 2015 Veuillez remplir un formulaire par participant Coordonnées

Plus en détail

affichage en français Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society

affichage en français Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society LIONS VILLAGE of Greater Edmonton Society affichage en français Informations sur l'employeur Nom de l'employeur *: Lions Village of Greater Edmonton Society Secteur d'activité de l'employeur *: Développement

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 14 septembre 2004 Toujours

Plus en détail

4795-00F-MAR15. Brochure de produit

4795-00F-MAR15. Brochure de produit 4795-00F-MAR15 Brochure de produit ParPlus et ParPlus Junior Assomption Vie, une des rares compagnies mutuelles d assurance vie au Canada, est fière d offrir ses plus récents produits d assurance vie entière

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Démystifier l industrie financière Par : Martin Roy, BAA, CIM md, Conseiller en gestion de patrimoine Marie-Eve Tanguay, BAA, Associée Principale

Plus en détail

de stabilisation financière

de stabilisation financière CHAPTER 108 CHAPITRE 108 Fiscal Stabilization Fund Act Loi sur le Fonds de stabilisation financière Table of Contents 1 Definitions eligible securities valeurs admissibles Fund Fonds Minister ministre

Plus en détail

16 Solut!ons pour planifier vos finances

16 Solut!ons pour planifier vos finances Quelles options s offrent à vous en cette saison des REER? 16 Solut!ons pour planifier vos finances Coup d œil sur les fonds communs et les fonds distincts Vous savez sûrement que vous devriez cotiser

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate.

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Dear Administrator, A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Meeting the identification requirements

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Nous concevons de meilleures rentes!

Nous concevons de meilleures rentes! Nous concevons de meilleures rentes! Rentes de BMO MD Assurance Évolution et innovation! Simples, sûres, garanties nos rentes offrent dorénavant une souplesse accrue pour aider à protéger vos clients et

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Pourquoi acheter de l assurance-vie?

Pourquoi acheter de l assurance-vie? À propos de ce guide Ce livret fait partie d une série de publications conçues pour vous aider à créer un programme complet de sécurité financière pour toutes les étapes de votre vie. Il donne une vue

Plus en détail

Homosexualité et milieu de travail

Homosexualité et milieu de travail Sondage d opinion auprès des Canadiens GAI ÉCOUTE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Homosexualité et milieu de travail Mai 2006 Dossier : 12717-008 507, place d Armes, bureau 700, Montréal, Québec H2Y 2W8 Téléphone

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Le compte d épargne libre d impôt Tout résident canadien âgé de 18 ans ou plus qui possède

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Fonds distincts Idéal Signature 2.0 La Standard Life au Canada fait maintenant partie de Manuvie www.manuvie.ca Table des matières 02 Faites d abord

Plus en détail

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Form 17E: Trial Management Conference Brief Name of party filing this brief Date of trial management conference Applicant(s) Full legal

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

PROTECTION DE VOS DÉPÔTS. De 1 $ jusqu à 100 000 $

PROTECTION DE VOS DÉPÔTS. De 1 $ jusqu à 100 000 $ PROTECTION DE VOS DÉPÔTS De 1 jusqu à 100 000 La Société d assurance-dépôts du Canada (SADC) est une société d État fédérale créée en 1967 pour protéger l argent que vous déposez dans les institutions

Plus en détail

Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie. Gouvernement du Québec

Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie. Gouvernement du Québec Cabinet du ministre Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie Gouvernement du Québec Inauguration du siège social de Sanofi à Laval Laval Le 6 mai 2013 LA

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2009 Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Sécurité financière, offre une gamme adaptée de produits

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Project Introduction and Stakeholder Consultation Introduction du projet et consultations publiques Agenda/Aperçu

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Numéro 110 Avez-vous bien planifié votre stratégie de sortie? Aide-mémoire à l'intention des dentistes qui se préparent à prendre leur retraite Après avoir travaillé sans relâche

Plus en détail

Accès au support technique produits et licences par le portail client MGL de M2Msoft.com. Version 2010. Manuel Utilisateur

Accès au support technique produits et licences par le portail client MGL de M2Msoft.com. Version 2010. Manuel Utilisateur Accès au support technique produits et licences par le portail client MGL de M2Msoft.com Version 2010 Manuel Utilisateur Access to M2Msoft customer support portal, mgl.m2msoft.com, 2010 release. User manual

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Le 8 mai 2015. Bonjour,

Le 8 mai 2015. Bonjour, Le 8 mai 2015 Bonjour, En janvier, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers (Manuvie) a annoncé la conclusion de l acquisition des activités canadiennes de la Standard Life. Je souhaite vous informer

Plus en détail

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable.

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable. «Seuls 37 % des investisseurs sont confiants sur leur capacité à financer une retraite confortable.» WHY BLACKROCK BlackRock helps millions of people, as well as the world s largest institutions and governments,

Plus en détail

Bureau d assurance voyage inc.

Bureau d assurance voyage inc. Bureau d assurance voyage inc. Assurance voyage médicale 2014-2015 Plusieurs nouvelles prestations y compris une option sans franchise! Proposition en ligne disponible 24/7 Avez-vous pensé souscrire l

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN

LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN CONSEIL INDÉPENDANT COURTIER MULTIDISCIPLINAIRE GESTION DE PATRIMOINE UNIVERSITY IMAGINEZ VOTRE PARTENAIRE D AFFAIRES À VOTRE IMAGE Présent d

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet?

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet? page: pro10 1. quelqu'un, quelque chose 2. chacun vs. aucun 3. more indefinite pronouns A pronoun replaces a noun which has been mentioned or is obvious from context. An indefinite pronoun refers to people

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data 1 ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce et Coopération au développement Federal Public Service Foreign Affairs, External Trade and

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

Dans une agence de location immobilière...

Dans une agence de location immobilière... > Dans une agence de location immobilière... In a property rental agency... dans, pour et depuis vocabulaire: «une location» et «une situation» Si vous voulez séjourner à Lyon, vous pouvez louer un appartement.

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / APPLICATION FORM Espace réservé pour l utilisation de la fondation This space reserved for foundation use

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

Contents National 4 French Reading; Context: Employability

Contents National 4 French Reading; Context: Employability Contents National 4 French Reading; Context: Employability (questions extracted from General past papers) Question Topic Jobs (Philippe Fournet, lorry driver ) Page(s) Jobs (Alex, chef) 3 3 Work & Cvs

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée le 19 octobre 2010 Jamie Golombek 1 CA, CPA, CFP, CLU, TEP Directeur général de la planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Résumé On recommande habituellement

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap

Pour les Canadiens atteints d un handicap BMO Fonds d investissement Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Le REEI met à la disposition des personnes handicapées un instrument d épargne et de placement

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2015 Feuille 1/7 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2015 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet comporte

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 3 février 2004 Gala de

Plus en détail

Les points d appui des prêts-levier

Les points d appui des prêts-levier Les points d appui des prêts-levier Déductibilité des frais d intérêt et diversification rapide du portefeuille sont les deux grands piliers sur lesquels s appuie le prêt-levier. Étendant le concept de

Plus en détail

PANKA. PORTFOLIO Karina Pannhasith. Karina Pannhasith. URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5

PANKA. PORTFOLIO Karina Pannhasith. Karina Pannhasith. URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5 PORTFOLIO PANKA Web Designer URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5 MASSIMO VIGNELLI The life of a designer is a life of fight : fight against the ugliness.

Plus en détail

CORPORATION DU VILLAGE DE / OF THE VILLAGE OF CASSELMAN

CORPORATION DU VILLAGE DE / OF THE VILLAGE OF CASSELMAN CORPORATION DU VILLAGE DE / OF THE VILLAGE OF CASSELMAN PROCÈS VERBAL RÉUNION EXTRAORDINAIRE Le jeudi, 8 mars 2012 à 19h15 Hôtel de Ville 751, rue St-Jean Casselman, ON K0A 1M0 1. APPEL À L ORDRE : La

Plus en détail