Le mot. Sommaire. en 2013 : en chirurgie. un nombre de visite. tester la. dans des. garantir la. des projets. respect des

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mot. Sommaire. en 2013 : en chirurgie. un nombre de visite. tester la. dans des. garantir la. des projets. respect des"

Transcription

1 Rapport d activité 2014 et projets 2015 Le mot de la présidente L année 2014 illustre les efforts déployés par l association et sa capacité à poursuivre les axes stratégiques définis en 2008 puis en 2013 : s adresser aux adolescents, avec 2 nouvelles publications à leur intention, créer des outils innovants, tel que le nouveau disque horaire pour aider les parents en chirurgie ambulatoire, développer la formation, avec un nombre dee sessions de formation multiplié par 4 depuis 2010, améliorer la mise à disposition d informations, avec un nombre de visite sur notre site s Internet multiplié par 5 depuis 2009, tester la mise en place de permanences dans des lieux de soins, avec un premier bilan encourageant. Sommaire SPARADRAP en bref I. Actions A ponctuelles Edition, création d outils pédagogiques Autres réalisations II. Actions permanentes Diffusion des outils SPARADRAP Formation continue des professionnels Animation duu site Internet Information, conseils et orientation III.. Fonctionnement Vie associative Communication Recherche dee fonds L objectif est aussi de garantir la pérennité de l association et de ses actions. A ce titre, des efforts importants en termes de gouvernance et d efficacité ont permis d obtenir le Label IDEAS qui devrait rassurer et encourager les partenaires et donateurs à soutenir l association. Par ailleurs, le résultat financier est positif et permet d augmenter les fonds propres de l association. On peut également noter l augmentation des projets d édition à l initiative de structures variées (établissements, services hospitaliers, associations) et le soutien croissant de nombreuses sociétés savantes ou associations, signe d une reconnaissance de notre expertise et du sérieux de notre travail. SPARADRAP, association militante, participe activementt aux travaux de structures qui œuvrent pour le respect des droits de l enfant. En effet, même si les avancée existent quant à la prise en charge de la douleur de l enfant, la place donnée aux parents, ces acquis sont fragiles Les professionnels comme les familles en témoignent. L année 2015 s annonce riche de projets passionnants auxquels l association va enthousiasme. s atteler avec énergie et Dr Catherine Devoldère Présidente de SPARADRAP

2 SPARADRAP en bref SPARADRAP est une association loi 1901 reconnue d intérêtt général, créée en 1993 par des parents et des professionnelss pour guider les enfants dans le monde de la santé. Elle est indépendante, son approche est généraliste, non liée à une pathologie. L association collabore avec de nombreuses associations, institutions, sociétés savantes. Elle agit partout en France et dans les pays francophones. 2 grandes missionss > Informer et conseiller les familles sur toute situation de soin ou examen médical > Sensibiliser et former les professionnels de la santé pour faire évoluer les pratiques vers plus de respect des besoins des enfants 3 objectifs majeurs pour améliorer le parcours de soin de l enfant > Mieux informer et préparer l enfant et ses parents à un soin, un examen, une visite médicale, une hospitalisation > Eviter et soulager la douleur par tous les moyens possibles > Valoriser le rôle des proches lorsque l enfant est soigné ou hospitalisé Des actions concrètes pour aiderr les familles et accompagner les professionnels soignants > Editer et diffuser d des documentss illustrés pour informer les familles > Proposerr des formations continues, des outils et des actions de sensibilisation pour les professionnels > Animer un u site Internet, pour informer et conseiller enfants, parents et professionnels > Répondree aux demandes des familles et des professionnels qui la sollicitent sur leurs difficultés, leurs projets.... 2

3 I. Actions ponctuelles Edition, création d outils pédagogi iques Un disque horaire pour la chirurgie ambulatoire En complément des fiches illustrées sur les consigness pré opératoires, cet outil permet aux parents de calculer eux mêmes, simplement et précisément, les horaires de jeûnee à respecter en fonction de l heuree de l intervention (fin du dernie repas solide, fin de la dernière tétée, fin de la dernière boisson). Il récapitule aussii les informations importantes concernant le déroulement de la journée en chirurgie ambulatoire (toilette, préparation de l enfant, sortie ) ). Ce disque horaire peut être remis aux familles lors de la consultation d anesthésie. Il a été réalisé à l initiative de l Hôpital Privé d Antony. Financé grâce au soutien de la Fondation d entreprise B. Braun. Un guide de prévention sur la santé mentale pour les adolescents Ce guide s adresse aux adolescents de 13 à 17 ans. Grâce à de nombreuses situations illustrées, il présente dess adolescents en prise avec des problématiques variées auxquelles les jeunes peuvent aisémentt s identifier. Il peut aussi les aider à savoir comment réagir lorsqu un camarade ne va pas bien. Il alerte surr la nécessitéé de trouver de l aide lorsque les difficultés ou les émotions deviennent envahissantes et se s traduisentt par des comportements problématiques voire dangereux pour la santé. Les dernières pages listent précisément les ressources disponibles pour aider les jeunes : sites Internet, ligness téléphoniques, lieux d accueil. Financé grâce à la Région Ile de France e, la MNH, la Fondation d entreprise Bouygues Telecom, la Fondation JM Bruneau, la Fondation Stavros Niarchos et l Union Nationale des Associations Familiales. Un guide pour les adolescents migraineux Le Centre de la migraine de l enfant de Trousseau et l association SPARADRAP ont créé en 2003 un guide illustré pour les enfants «Comment comprendre et traiter la migrainee de l enfant?» mais il manquait m unee version adaptée pour les adolescents. Ce guide vise à améliorer le suivi dess adolescents migraineux, faciliter l éducation thérapeutique et éviter l abus médicamenteux : faire la différence entre une crise de migraine ett des céphalées de tension, connaître les facteurs déclenchants, les différents traitements.... En parallèle, le guide pour les enfants a été totalement remanié. Financé grâce au soutien du Ministère dee la Santé, de la Fondation Apicil, du Fondss des pharmacies Pharmodel, de la Fondation Stavros Niarchos et de l Union Nationale des Associations Familiales. 3

4 Un guide pour les parents sur le passage en soins palliatifs L équipe régionale de soins palliatifs du Nord N Pas de Calais, Eiréné a souhaité collaborer avec l association SPARADRAP afin de créer un livret destiné aux parents dont l enfant entre en soins palliatifs, pour accompagner les familles dans ce moment particulièrement délicat et difficile. Ce guide présentera aux parents en quoi consistent c les soins palliatifs, ce qui va éventuellement changer dans la prise en charge de leur enfant, ce qu ils peuvent faire pour le soutenir, ce qui peut les aider, ce qu il serait utile d anticiper Unee notice pour les professionnels est prévue. Initié en 2014, le travail se poursuivra en 2015 et le document paraîtra en juin. Financé grâce à laa Fondation ADREA, Novartis, la Fondation Ronald McDonald, le Fonds pour les soins palliatifs et la Fondation SFR. À l occasion de ces publications, l association a obtenu de nouveauxx soutiens de sociétés savantes ou d associationss : l Association Française de Chirurgie Ambulatoire, Fil Santé Jeunes, la Société Française pour la Santé des Adolescents, l Association Nationale des Maisons des Adolescents, la Fédération Espace Santé Jeunes, l Association Française de Promotion de la Santé dans l environnement Scolaire et Universitaire, la Fondation Santé des Étudiants de France. Et en 2015? > Un manuel d hypnoanalgésie et de distraction en pédiatrie Un support pratique et pédagogique adapté au quotidien des soignants, initié par Bénédicte Lombart, formatrice à SPARADRAP, pour favoriser lee développement de l hypnoanalgésie et de la distraction en pédiatrie. Des fiches de «scripts s» permettront aux soignants ayant encore peu d expérience enn hypnoanalgésie de s en inspirer. > Un guide sur le deuil périnatal A l initiative de l associationn SPAMA, il s agit de réaliser un livret, inspiré du livret «Repères pourr vous, parents en deuil» adapté au a contexte spécifique du deuil périnatal ( décès par an : décès in utéro, à la l naissancee ou dans la période néonatale). > Un film sur la méthode duu peau à peau en néonatologie Ce film de formation montrera de façon pratique les bienfaitss du peau à peau, sa mise en place dans les services et la façon de le présenter aux parents. Une version courte de 5 mn permettra de présenter la méthode aux parents, aux professionnels mais aussi de la valoriser viaa les médias et sur les sites Internet. 4

5 Autres réalisations Permanences dans les lieux de soins En 2014, l association a testé l intérêt de différents types d interventions au sein d hôpitaux de la région parisienne accueillant des enfants, afin d être au plus près des besoins des familles et des professionnels. Des cafés débatsuscité, il est apparu que ce type d interventions serait difficilement reproductible par des bénévoles. Des permanences mensuelles ont été tenues par des salariés avec l aide de bénévoles, à l hôpital d enfants Armand Trousseau et au CHIC de Créteil. Le bilan dess permanences est très positif. A l hôpital Trousseau, l équipe a rencontré r 214 personness dont 60 % de familles et 40 % de soignants. s Par contre à Créteil, les permanences ont dû être abandonnées en cours d année d car le lieu était trop excentré et peu de personnes venaient. ont été organisés pour les professionnels à l hôpital Robert Debré, mais malgré l intérêt Financées par la Fondationn d entreprisee Air France, Bristol Myers Squibb, AbbVie, la Fondation Eveil et Jeux et la Fondation Okworld. Et en 2015? > Un concours de trombinoscopes Afin d améliorer l information et l accueil des familles, f SPARADRAP souhaite organiser un concours national de trombinoscopes au sein des établissements accueillant des enfants, pour valoriser le travail des équipes ayant déjà réalisé des trombinoscopes et encourager d autres professionne els à en créer. > Des permanences dans less lieux de soins Au terme de l expérience menée en 2014, l association a décidé de reconduire les permanences dans 2 établissements parisiens en : à l hôpital Trousseau et à l hôpital Necker (contacts enn cours). Elles seront assurées par 1 personne de l équipe de SPARADRAP et 1 personne bénévole formée. 5

6 II. Missions permanentes Diffusion des outils SPARADRAP L une des priorités de SPARADRAP est de rendre disponibles ses créations (ou celles des autres) pour les personnes qui en ont besoin. L association vend une grande partie des documents qu elle édite, mais la quasi par les parents). Les outils SPARADRAP sont majoritairementt vendus auxx établissements (centres hospitaliers, cliniques), aux Caisses Primaires d Assurances Maladie ou à des partenaires privés qui les remettent gracieusement aux familles et aux professionnels. totalité arrive gratuitement dans les mains des familles (seulss 0,2 % des documents d sont achetéss directement Merci notamment à la CPAM de l Essonne, au CHU U de Rouen, à l hôpital d enfants A. Trousseau à Paris, au CHRU Jeanne de Flandres à Lille, à AbbVie, Airr Products, Zambon et Mutualia qui ont diffusé largement nos supports documents diffusés en 2014 ( en 2013) guides enfants, fiches pratiques,, guides parents,, plus de objetss et outils de formation pour les professionnels (réglettes, sifflets, garrots, films, Dvd Rom ) ont étéé diffusés. La baisse constatée provient principalement : de la diminution d opérations de diffusion avec des partenaires (mutuelles, laboratoires, assureurs ), la diffusion via les établissements de soins restant stable ; du fait que les 3 nouveaux documents proposés au catalogue 2014 étaient uniquement ou également disponibles au téléchargement numérique (fiches «Consignes pré opératoiremal, que fairee?», fiche «L opération du prépuce» et brochure pour les parents «Votre enfant à»). Le catalogue comprenant 107 références, a été imprimé à exemplaires et envoyé à contacts en début d année. Des s efforts ont été faits pour permettre à noss publics de mieux repérer ce qui est disponible gracieuseme ent au téléchargement (29 références) : ajout d un pictogramme sur le catalogue papier et mise à jour d une page sur le catalogue en ligne qui rassemble toutes ces références et vers laquelle nous pouvons aisémentt orienter lors d interventions publiques. Buzzy, une nouveauté au catalogue, en plus des créations SPARADRAP C est un système ludique en formee d abeille associant froid f (ailettes réfrigérantes), vibration et distraction pour diminuer la perception douloureuse liée à certains gestes médicaux et à certains soins s (sutures, vaccins, prises de sang ). Il peut parfoiss remplacer la crème anesthésiante et vient compléterr la panoplie des outils à disposition des soignants pour limiter la douleur des enfants. L association SPARADRAP est le diffuseur exclusif de Buzzy en France. Malgré un prix élevé, sa diffusion a été importante (125 exemplaires). Crééé par le Dr Amy Baxter, Atlanta, USA 6

7 Les documents les plus diffusés en 2014 : Les guidess enfants (comme en 2013) : «Je vaiss me faire opérer. Alors on va t endormir!» ( ex.) ; «Je vais chez le dentiste. Pourquoi?» ( ex.) ; «Je vais me faire opérer des amygdales ou des végétations» ( ex.) La fiche pratique «Le MEOPA» (5 400 ex.) Le guide parents «Le peau à peau» (2 400 ex.) Le film de formation «Que reste t il de nos erreurs?» (148 ex.) Les documents les plus téléchargés en 2014 : La brochure parents «Votre enfant a mal, quee faire?» (2 950 ex.) Les fiches «Consignes pré opératoires» ( ex.) La fiche pratique «L opération du prépuce» ( ex.) Les fiches «Positions soins» ( ex.) En fin d année, l association a fait une tentative d offre promotionnelle à destinationn des professionnels pour relancer la diffusion de ses supports. Cette opération s est révéléee infructueuse, sans doute car les établissements n ont pas une réactivité suffisante pour profiter de la promotion, p et peut êtree aussi car la commande d outils pédagogiques dépend du besoin qu en ont les équipes et non de tarifs attractifs. Et en 2015? De nouvelles diffusions : > Un kit tenue médicale : devant l intérêt suscité parr la diffusion d un vrai masque d anesthésie (160 en 2014), nous proposons unee vraie tenue médicale pour préparer un enfant qui va être opéré ou o qui va rendre visite à quelqu un hospitalisé en réanimation. > Greffe de cellules souches hématopoïétiques : un livret d information et d aide à la décision à l usage des adolescents et jeunes adultes, conçu pour faciliter le dialogue entre le patientt et l équipe de greffe. > Douleurr de l'enfant, l'essentiel : un guidee de poche réalisé par l association ATDE PEDIADOL qui permet à tout soignant d avoir les connaissances pour soulager rapidement et au mieux les douleurs des d enfants. De plus, l association va continuer à modifier, actualiser et enrichir ses publications à l occasion de leurs retirages chaque fois que cela est nécessaire et à étudier les propositions de diffusion qui lui sont soumises. 7

8 Formation continue des professionnels Le développement de ce secteur se poursuit, essentiellement grâce à la formation «Hypnoanalgésie et distraction en pédiatrie». Toutes formations confondues, le nombre de sessions s de formation a augmenté de 41 % en 2014 ( contre 13 % en 2013). Une diversification des demandes? En 2013, sur les 4 nouvelles formations proposéess au catalogue («Le toucher massage en pédiatrie»,, «Le toucher massage en néonatalogie», «Jouer dans la relation de soin», «Les rites et croyances en pédiatrie») aucune session n avait euu lieu. En 2014, «Jouer dans la relation de soin» a été organisée 4 fois et «Le toucher massage en néonatalogie» 1 fois. La formation «Hypnoanalgésie» reste pour l instant la plus demandée et représente à elle seule 61 % des sessions. 41 sessions de formation continue, soit 498 professionnels formés en 2014 (vs 29 et 365 en 2013) Le nombre de journées stagiaires en formationn continue progresser en 2014 (+26 %). de De nombreux établissements font régulièrement appel à l association pour la formation de leurs agents, signe de leur satisfaction concernant la qualité des formations SPARADRAP. C est par exemple le cas du Centre chirurgical Marie Lannelongue, des Centres hospitaliers d Aubagne, de Sallanches, d Aulnay sous Bois, du CHU de Montpellier et du Groupe hospitalier Est Réunion. Et en 2015? 33 sessions sont déjà planifiées. L association va continuer à développer ce secteur, selon 4 axes : > diversification de l offre avec 4 nouvelles thématiques : «Gestion des conflits avec les parents aux urgences», «L erreur enn milieu de soins pédiatrique», «Accueil en chirurgie ambulatoire» et «Histoires,, récits et contes en pédiatrie», > envoi régulier d une newsletter «spéciale formation» aux professionnels inscrits et aux chargés de formations, > obtention de l agrément DPC (Développementt Professionnel Continue), > recrutement régulier d un(e) stagiaire pour le soutien s administratif du secteur. 8

9 Actions de sensibilisation De multiples actions en direction de nos publics 4 newsletters envoyées par maill à environ personnes, pour annoncer a less nouvelles parutions, les formations, des actualités, des événements sur nos thématiques... 9 stands SPARADRAP tenus avec l aide précieuse de bénévoles : Rencontres de Pédiatrie Pratique, Journée de la promotion de la santé scolaire et universitaire, Journéee Famille du réseau de rééducation et de réadaptation pédiatrique de Rhône Alpes, Congrès des Sociétés de Pédiatrie, Journées portes ouvertes de l APHP, Journées de l Association Nationale des Puéricultrices s, Congrès de la Société Française d Anesthésie et Réanimation, Journée du Centre National de Recherche sur la Douleur, Journée annuelle sur la douleur de l enfant (organisée par ATDE PEDIADOL) ). 37 manifestations (30 en 2013) lors desquelless nous avons remis gracieusement des documents. 20 interventions publiques (11 en 2013) pour présenter l association ou certains thèmes spécifiques. De nombreuses collaborations L association a contribué de façon soutenue aux travaux de 3 structures : - Le Défenseur des droits : participation au Comité entente santé, à la création du groupe de travail «Enfance et hôpital» et accueil des jeuness ambassadeurs à l association. - Le collectif CEPE (Construire Ensemble la Politique de l Enfance) qui regroupe plus de 100 associations et œuvre pour une reconnaissance de l enfance au sein du futur Haut Conseil à la Famille et aux Ages de la Vie (HCFAV) dans le projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement. - Le collectif AEDE (Agir Ensemble pour les Droits de l Enfant) qui regroupe 56 organisations s : participation à la rédaction du rapport alternatif sur l état des droits de l enfantt en France. De plus, l association a été auditionnée par l Assemblée Nationale dans le cadre du projet de loi relatif à la santé. Au Centre hospitalier de Créteil, SPARADRAP a participé aux réunions du comité de lutte contre la douleur (CLUD) et aux travaux des représentants des usagers. L association a égalementt participé au réseau Wresinski sur la santé d ATD Quart Monde. Elle a aussi initié un partenariat avec l association Docteur Souris afin de rendre le site Internett de SPARADRAP accessible via leur nouvelle interface aux enfants hospitalisés et à leurs parents. Cette activité est financée notamment par les dons d entreprisess et de particuliers. Et en 2015? Sont déjà programmées : > 8 interventions publiques, > 8 stands SPARADRAP. L association va continuer à entretenir des relations étroites avec des structures en lien avec ses axes stratégiques et celles engagées dans le respect des droits de l enfant, en particulier pour laa finalisationn des recommandationss du groupe «Enfance et hôpital» du Défenseur dess droits. L association est invitée à participer au groupe de travail t mis en place parr la Haute Autorité de Santé sur «Prisee en charge de la douleur chez l'enfant : alternatives au palier 2», suite à la restrictionn de l utilisation de la codéine en pédiatrie. 9

10 Animationn du site Internett Avec plus de pages de contenus, le site est un outil incontournable d information des familles et des professionnels. En 2014, des efforts de communication ont été menéss pour inciter les professionnels à le consulter et à davantage orienter les familles vers les ressources qui les concernent (via la création et la diffusion de post it, de flyers et d affichettes, l évocation systématique lorss d interventions ) Une progression régulière des visites (+ 233 %) visites / jour en moyenne (1 600 en semaine) visites / an, dont visiteurs uniques 2 millions de pages vues 2 visiteurs sur 3 viennent via les moteurs de recherche progression des visites via les annonces Google (+ 15 %) et via Facebook (+ 27 %) comptes créés (pour commander ou télécharger) Actualisation, enrichissements et nouveautés Pour assurer une bonne visibilité du site, s un travail quotidien a été mené : veille et actualisation de rubriques (Actualités, Conseils sur la santé de mon enfant, Conseils pratiques pour les professionnels, A lire / à voir ), amélioration de la navigation, optimisation du référencement notamment via des échanges de liens et des campagnes Google AdWords, développement de l utilisation de certains réseaux sociaux (Facebook et Twitter). Le site a également été enrichi avec de nouveauxx contenus : Espace Parentss (+ 40 % de visites) et espace Professionnels (+ 8 % de visites) 1 rubrique de témoignages d enfants et d adolescents 1 dossier conseils pour les parents sur s les examens d imagerie médicale Espace Enfantss (+ 22 % de visites) Alimentation régulière de la Boîte aux a lettres avec 43 témoignages reçus Ajout de 100 nouveaux mots dans le Dico de la santé Réalisés grâce à la Fondation Stavros Niarchos, lee Ministère de la Santé, la Mutuellee Nationale Territoriale, la Banque Française Mutualiste, AbbVie ett La Mutuellee Générale Et en 2015? De nouveaux contenus pour les familles sur le thème des médicaments : > 1 rubrique dans l espace pour les enfants, > 1 dossier conseils dans l espace pour les parents. De nouveaux contenus pour les professionnels : > 1 dossier de conseils pratiques pour prévenir et éviter la contention lors des soins, > enrichissement de la rubrique Initiatives de terrain avec de nouveaux projets d équipes soignantes sur l accueil et l information des d familles.. 10

11 Information, conseils et orientation SPARADRAP de plus en plus sollicitée L association est régulièrement sollicitée par des professionnels ou des familles sur des thématiques très diverses. Depuis 2013, elle évalue plus finement cette activité. Ces sollicitations ont augmenté de 66 % en 2014 (250 au lieu de 150 en 2013), une augmentationn liée notamment à la notoriété n croissante de l association. Les demandes émanant de professionnels sont prépondérantes. Le tempss passé pour y répondre peut varier de quelques minutes à plusieurs jours. Des questions de professionnels sur leurs pratiques, leurs difficultés, des demandes de références pour convaincre des collègues ou leur hiérarchie (300 %). Des témoignages de parents pour alerter sur des difficultés vécues et pour p obtenir r des conseilss (17 %). Des demandes de diffusion (livrets, films..), des propositions de collaboration ouu suggestions de création sur des projets d édition, des demandes de traduction ou d adaptation de documents (15 %). Des demandes pour relayer une parution, une manifestation, une pétition, pouvoir disposer de documentation gratuite (12 %) Des demandes d autorisation de reproductionr n de textes et d images SPARADRAP par des étudiants, des établissements de soins, des chercheurs, des éditeurs (8 %). Des propositions de participation à des groupes de travail ou des interventions publiques (5 %). Outre le fait d aider individuellement toutes t ces personnes, ces sollicitations permettent à l équipe de repérer les problèmes rencontrés par les familles ou les professionnels sur le terrain et de constituer une précieuse «pépinière de projets». Cette activité est financée par les dons des particuliers ou des entreprises. Et en 2015? L augmentation du nombre de demandes entraîne une charge de travail non négligeable qui rend indispensablee une rationalisation de leur traitement. L association va notamment mettre en place une instance, qui se réunira trois fois par an afin d étudier toutes les demandes de collaborationc n ou d édition, et de présélectionner celles qui seront présentées pour approbation au Conseil d administration. 11

12 III. Fonctionnement Vie associative 45 adhésions en 2014 (54 en 2013) personnes inscrites à la newsletter ( inscrits/mois en moyenne). 7 salariés (5 ETP Equivalent Temps Plein ) et 2 prestataires réguliers (1 ETP). Une année difficile du faitt de mouvements de personnelss (formation, retraite). Une gouvernance améliorée : réalisation d unn règlement intérieur, d une cartographie des risques et d une chartee de déontologie, création d un comité d audit. Des instances qui se réunissent régulièrement (3 réunions du Conseil d administration, 3 réunions du Bureau, 1 Assemblée générale ordinaire et 1 extraordinaire, 1 réunion de réflexion stratégique) et des membres du Conseil d Administration très impliqués. 190 bénévoles ayant des compétences spécifiques (médicales, organisationno nelles, gestionnaires, en communication et philanthropie). Les interventions bénévoles représentent heures (soit 1 ETP). Un budget annuel de avec un excédent de en fin d année (cf. lee rapport de gestion pour une information plus détaillée). Choix d un nouveau commissaire aux comptess (Cabinet Javer Audit) pour une durée de 6 ans. Communication 4 communiq qués de presse ont été envoyéss par mail à contacts 1 sur l édition de la fiche sur l opération du prépuce, 2 sur les fiches sur les consigness pré opératoires : lors du lancement et lors du congrès de la Société Française d Anesthésiee et de Réanimation, 1 sur la mise en ligne du dossier de conseils pour les parents sur les examens d imagerie médicale. A l occasion du Prix des Femmes Versionn Femina, l association a communiqué avec succès sur la candidature de Françoise Galland, qui a étéé sélectionnée parmi les finalistes. Cette réussite aboutira à la remise d un don de en

13 104 parutions média identifiées (128 en 2013) 52 sur Internet (74 en 2013), 43 dans la pressee (41 en 2013), 5 passages à la télévision (8 en 2013) et 4 à la radio (3 en 2013). A noter : 5 articles dans la presse quotidienne (Le Parisien, Le Quotidien du Médecin, La Croix, Le Figaro) ; 4 émissions de radio dans lesquelles SPARADRAP était invitée (2 foiss sur France Info, une sur le thème de la présencee des parents à l hôpital et la seconde dans le cadre de l émission «Votre France Info», 2 fois sur RTL sur le thème de l enfant à l hôpital). Les thématiques les plus reprises ont concerné : l action généralee de l association, les fiches f sur les consignes pré opératoires, le dossier de conseils sur les examens d imageriee médicale, la fiche sur l opération du prépuce et la brochure pour les parents «Votre enfant a mal : que faire?». 4 publications d articles dans dess revues spécialisées, rédigés par l association : > Soins Pédiatrie Puériculture n 277 : 2 articles dans le dossier «La famille au cœur des soinss» > Le Manipulateur n 234 : 1 article sur «Monter un projet pour l humanisation des soins en pédiatrie» > Pédiatrie Pratique n 260 : 1 article sur lee thème «Distraire les enfants lors des soins douloureux : pourquoi? Comment?» (repris dans le Journal International de Médecine) 13

14 Recherchee de fonds Obtention du label IDEAS Le Label IDEASS a été accordé à l'association SPARADRAP pour 3 ans, par un Comité de délivrance indépendant, le 21 octobre Ce label renseigne et sécurise les donateurs en attestant de la qualité de la gestion financière, de la bonne gouvernance et de l efficacité des actions menées par l association. L association see félicite de l obtention de ce label qui a demandé un grand investissement de la part des permanents et des administrateurs. Cette démarchee de rationalisation estt une garantie pour la pérennité de l association. Dons et collectes Emission SLAM au profit de SPARADRAP Les 17, 24 et 31 août 2014 ont eu lieu 3 émissions SLAM au profit de SPARADRAP. Grâce à Michel Cymes, notre parrain, Marina Carrère d Encausse, Marine Vignes, Tex, Audrey Chauveau, Léa François, Elodie Gossuin, Frédéric Zeitoun et Laurent Luyat, l association a remporté Merci à tous les l partenaires grâce à qui nous avons pu mener toutes cess actions en 2014 : Fonds et fondations f : Fondationn Stavros Niarchos, N Fondation de France, Fondation Jacques Delagrange, Fondation d entreprise B.Braun, Fondation ADREA, Fondation d entreprise Air France, Fondation APICIL, Fonds des pharmaciess Pharmodel, Fondation Ronald McDonald, Fondation SFR, Fondation JM Bruneau,, Fondation Eveil&Jeux, Fondation Okworld Mutuelles et entreprises : MNH, Mutuelle Nationale N Territoriale, Mutuelle Civile de la Défense, Banque Française Mutualiste, Mutualia, La Mutuelle Générale, AbbVie, Novartis, Air Products, Mundipharma, Bristol Myers Squibb, Zambon Institutionnels et associations : Région Ile de France, Direction Générale de la Santé, Union Nationale des Associations Familiales Et merci encore à tous nos donateurs réguliers ou ponctuels et à tous ceux qui ont organisé des collectess ou des événements pour aider l association. 14

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE NOM DE LA STRUCTURE : Fondation d entreprise Bouygues Telecom ADRESSE : 82, rue H. Farman 92130 Issy-les-Moulineaux TITRE DE L EVENEMENT : Les

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

LES RENCONTRES DE LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE 2011

LES RENCONTRES DE LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE 2011 Véronique Dugoujon Nathalie Laplace LES LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE 2011 Paris, les 6 et 7 avril 2011 ATELIER Les nouveaux outils pour communiquer auprès des usagers, La communication auprès des usagers

Plus en détail

avec les Travailleurs Handicapés

avec les Travailleurs Handicapés avec les Travailleurs Handicapés POUR LA PREMIÈRE FOIS LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS SONT PLEINEMENT ACTEURS DE L INTÉGRATION L expérience collective au service du handicap dans l entreprise SI VOUS CHERCHEZ

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Catalogue de formations. Un programme de

Catalogue de formations. Un programme de Catalogue de formations 2015 Un programme de Présentation des formations d Emmaüs Connect Une expertise capitalisée depuis 5 ans par un travail de terrain Emmaüs Connect est une association du Mouvement

Plus en détail

20 ans d actions pour soulager la douleur de l enfant lors des soins

20 ans d actions pour soulager la douleur de l enfant lors des soins Pour guider les enfants dans le monde de la santé 20 ans d actions pour soulager la douleur de l enfant lors des soins Dossier de présentation Association SPARADRAP - 48, rue de la Plaine 75020 Paris -

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

GHMF #13 NEWSLETTER. Dec. 2011. Edito Décembre 2011

GHMF #13 NEWSLETTER. Dec. 2011. Edito Décembre 2011 GHMF NEWSLETTER #13 Dec. 2011 Edito Décembre 2011 Bientôt 2012, l heure de dresser le bilan des actions engagées sur l année 2011 pour renforcer le réseau du GHMF et valoriser l image de ses établissements.

Plus en détail

Merci d'avance de prendre le temps d'y répondre, et de nous le retourner avant le 20 octobre 2003 à l'adresse suivante :

Merci d'avance de prendre le temps d'y répondre, et de nous le retourner avant le 20 octobre 2003 à l'adresse suivante : Paris, le 24 septembre 2003 Madame, Mademoiselle, Monsieur, En 2001, vous avez bénéficié d'une offre de promotion qui vous a permis d'obtenir gratuitement, grâce à la Fondation CNP, le film réalisé par

Plus en détail

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Le Prix OCIRP Acteurs Économiques

Plus en détail

Projet de cahier des charges

Projet de cahier des charges Projet de cahier des charges Appel à candidatures d organismes de formation portant sur la mise en œuvre des formations «La prévention des risques professionnels dans l économie sociale et solidaire :

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen EN BREF ÊTRE AGILE C est maitriser les outils qui permettent de : - Lever les freins qui ralentissent les projets - Réagir rapidement

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Comment faire connaître mon groupe local?

Comment faire connaître mon groupe local? + Séminaire de Formation Vendredi 7 mars 2009 Comment faire connaître mon groupe local? communication@jeunes-europeens.org Clotilde LARROSE + Communication Newsletter En Interne Relations presse En Externe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - Mercredi 9 Décembre 2009 Pour aider les donateurs : une démarche, un label, un site web

DOSSIER DE PRESSE - Mercredi 9 Décembre 2009 Pour aider les donateurs : une démarche, un label, un site web DOSSIER DE PRESSE - Mercredi 9 Décembre 2009 Pour aider les donateurs : une démarche, un label, un site web 1 PRESENTATION GENERALE D IDEAS IDEAS est une association reconnue d intérêt général à but non

Plus en détail

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire ACTION COLLECTIVE REGIONALE 2015 Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire Commanditaire UNIFAF est l organisme paritaire agréé de la branche Sanitaire et sociale du secteur privé à but

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Catalogue Formations 2015

Catalogue Formations 2015 Catalogue Formations 2015 Thème 1 La Comptabilité & Gestion des entreprises de l ESS Module 1 / session Les outils budgétaires appliqués aux associations Assurer le suivi et l analyse du budget Maîtriser

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGRÉE PAR L ge Le guide du parraina F.L. - M. Dufour - EPAHN nseiller co t e r e g ra u co n e r, e Partag rs les mini-entrepreneu www.epa-hautenormandie.fr Créer ensemble La Mini Entreprise-EPA est une

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

WEB 2.0 ET COMMUNICATION EN SANTÉ PUBLIQUE

WEB 2.0 ET COMMUNICATION EN SANTÉ PUBLIQUE EN SANTÉ PUBLIQUE Nathalie Bissot-Campos Responsable de la communication Présentation de l AMFE L'AMFE est une association de patients créée en 2009. Elle représente les enfants atteints d'une maladie

Plus en détail

Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale

Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale 2011 Le Crédit Agricole Franche-Comté, acteur majeur de l emploi local Présente sur l ensemble du territoire franc-comtois avec près

Plus en détail

SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A.

SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A. Union Nationale des Accueils des Villes Françaises Site Internet : http://www.avf.asso.fr SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A. SOMMAIRE Page Définitions propres aux AVF 2 et 3 Le SNA. 4 et 5 Organigramme.

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association

communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association ,, Véritable partenaire du commerce de proximité, nous vous accompagnons

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Agissons ensemble pour préserver notre santé des atteintes liées à l environnement. Mise en place du SAMU de l Environnement Nord de France 2012-2015

Agissons ensemble pour préserver notre santé des atteintes liées à l environnement. Mise en place du SAMU de l Environnement Nord de France 2012-2015 Agissons ensemble pour préserver notre santé des atteintes liées à l environnement Mise en place du SAMU de l Environnement Nord de France 2012-2015 1 Présentation du SAMU de l Environnement Nord de France

Plus en détail

Bilan de la 4ème édition

Bilan de la 4ème édition Bilan de la 4ème édition Save the date 5ème édition : du 9 au 15 mai 2012 SOMMAIRE 4 EME EDITION : Maintien du succès!... 3 1070 MANIFESTATIONS EN FRANCE... 4 DES PARTENARIATS EFFICACES... 5 LES SPONSORS...

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

La dépendance en France, un enjeu sociétal majeur dans lequel Crédit Agricole Assurances est pleinement engagé

La dépendance en France, un enjeu sociétal majeur dans lequel Crédit Agricole Assurances est pleinement engagé Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2012 La dépendance en France, un enjeu sociétal majeur dans lequel Crédit Agricole Assurances est pleinement engagé Vers l Autonomie, la nouvelle offre dépendance

Plus en détail

SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS

SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS L ACTION SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS Une difficulté passagère? Faites appel à l action sociale Maternité, chômage, divorce, handicap, retraite, dépendance Chaque moment sensible de la vie suscite des

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE?

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? PUERICULTRICE QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? L infirmière puéricultrice ou l infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé qui exerce des activités de soin et d éducation dans les établissements

Plus en détail

PRIX LINE POMARET DELALANDE 2014

PRIX LINE POMARET DELALANDE 2014 PRIX LINE POMARET DELALANDE 2014 [Notice explicative] 1. Critères communs pour le financement de chercheurs participant à un projet de recherche A/ Règles générales Pour toutes les aides : - Les équipes

Plus en détail

e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle.

e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle. R é s e a u S A N T E Q U A L I T E R I S Q U E S P i c a r d i e e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle. Après avoir rencontré la quasi-totalité des établissements adhérents

Plus en détail

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ON A TOUS UNE BONNE RAISON DE RESTER VIVANTS La nouvelle campagne de sensibilisation de l association Prévention

Plus en détail

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers :

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers : ANNEXE 22 Adopté au comité directeur paritaire le 27 avril 2009 PLAN DE COMMUNICATION Organisation du travail et revalorisation des pratiques en soins de longue durée 1) Contexte Né du regroupement successif

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

S organiser contre la douleur

S organiser contre la douleur La douleur somatique en santé mentale. Quelles réponses? S organiser contre la douleur Isabelle DE BEAUCHAMP Pharmacien CH de Saint-Egrève «Prise en charge de la douleur» Thème de travail du comité de

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

LE PORTAIL PROFESSIONNEL DÉDIÉ AU PROJET HOSPITALIER ET AU TOURISME MÉDICAL & CURATIF

LE PORTAIL PROFESSIONNEL DÉDIÉ AU PROJET HOSPITALIER ET AU TOURISME MÉDICAL & CURATIF LE PORTAIL PROFESSIONNEL DÉDIÉ AU PROJET HOSPITALIER ET AU TOURISME MÉDICAL & CURATIF KIT MEDIA 2015 PORTAIL PROFESSIONNEL INFORMATION HOSPIHUB propose de suivre l actualité des chantiers hospitaliers

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la L association Demain est souscriptrice de la plupart des contrats d assurance santé, prévoyance et retraite assurés par Groupama Gan Vie et distribués par Gan Assurances. Gan Evolution Santé, Gan Alterego

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS?

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? 3 SOMMAIRE Le mot du Président p. 3 Communiqué de presse Création de Médecins du Monde Luxembourg

Plus en détail

Prix. mobiliser les acteurs et assurer le risque OCIRP. pour faire avancer la cause du handicap. Acteurs Economiques & Handicap

Prix. mobiliser les acteurs et assurer le risque OCIRP. pour faire avancer la cause du handicap. Acteurs Economiques & Handicap Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

L IRA de Metz à votre service

L IRA de Metz à votre service L IRA de Metz à votre service Les IRA, outre leur vocation première qui est de recruter et de former des fonctionnaires de catégorie A d administration générale, ont aussi pour mission de développer la

Plus en détail

Présentation Des comptes Provisoires 2013. FLE - Assemblée Générale 2014

Présentation Des comptes Provisoires 2013. FLE - Assemblée Générale 2014 + Présentation Des comptes Provisoires 2013 + Du budget 1 an après : à la réalisation 2 CHARGES Réalisé 2013 Budget 2013 PRODUITS Réalisé 2013 Budget 2013 ACHATS & SERVICES EXTERIEURS 245 780 306 500 VENTES

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Du 1er au 31 octobre 2015 dans toute la France

Du 1er au 31 octobre 2015 dans toute la France Du 1er au 31 octobre 2015 dans toute la France Les boutiques de lingerie se mobilisent dans toute la France Les boutiques de lingerie indépendantes adhérentes à la Chambre Nationale des Détaillants en

Plus en détail

Le Printemps Agile Caennais

Le Printemps Agile Caennais Le Printemps Agile Caennais Professionnels, institutionnel et étudiants se mobilisent pour faire de la Normandie une «Terre d Agilité» Le Club Agile, après deux ans d existence et de succès croissant,

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

Collectif Vivre Son Deuil Bretagne

Collectif Vivre Son Deuil Bretagne Collectif Vivre Son Deuil Bretagne Le Collectif «Vivre Son Deuil Bretagne» est membre fondateur de la Fédération Européenne Vivre Son Deuil. Maison Associative de la Santé 36 bd Albert 1er - 35 200 RENNES

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2010 INTRODUCTION

RAPPORT D ACTIVITE 2010 INTRODUCTION RAPPORT D ACTIVITE 2010 INTRODUCTION Comme en 2009 le contexte est difficile, et devrait malheureusement le rester dans l avenir proche. Le mérite de l association et de celles et ceux qui l animent n

Plus en détail

Sensibilisation aux accidents de la vie courante

Sensibilisation aux accidents de la vie courante 1er décembre 2012, Saint Nazaire et Nantes Communiqué de presse Harmonie Soins & Services Enfance & Famille, et le service Prévention d Harmonie Atlantique, ont invité les familles de jeunes enfants le

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE PROJETS D ÉDUCATION AU MOIS DU COMMERCE ÉQUITABLE DE QUÉBEC

CHARGÉ(E) DE PROJETS D ÉDUCATION AU MOIS DU COMMERCE ÉQUITABLE DE QUÉBEC CHARGÉ(E) DE PROJETS D ÉDUCATION AU MOIS DU COMMERCE ÉQUITABLE DE QUÉBEC Mois du commerce équitable de Québec (MceQC) NAVTI Fondation Canad et L AMIE coordonnent la 12 e édition du Mois du commerce équitable

Plus en détail

TONG-REN-INSTITUT. Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé

TONG-REN-INSTITUT. Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé 1 Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé Introduction : TONG REN INSTITUT un organisme : - qui propose une validation des acquis professionnels des Praticiens Experts des Méthodes Traditionnelles

Plus en détail

Liège, le 6 novembre 2012. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2012/127

Liège, le 6 novembre 2012. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2012/127 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 6 novembre 2012

Plus en détail

Stratégie de communication «Gestion de la réduction du risque requin»

Stratégie de communication «Gestion de la réduction du risque requin» Stratégie de communication «Gestion de la réduction du risque requin» (hors crise & crise) 30 DECEMBRE 2014 NOTRE CONCEPT DE COMMUNICATION NOUS DEVONS PRÉVENIR, INFORMER ET AVERTIR TOUT EN RAPPELANT UNE

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail